Issuu on Google+

Magazine

Édition Num éro

du musÉe Des Transports Juillet 20 13

Oskar Bider, l’aviateur Interview Même élan que Bider, pionnier des airs musÉe Des Transports Centenaire d’une locomotive FoCus

Deutsch bitte wenden

Nouveautés au Musée Suisse des Transports

9


Sommaire

 3 

DÉcouvert

N aissance de la palette

Interconnectez-vous avec nous! La période des vacances commence bientôt: opportunité idéale pour une visite détendue et sans fébrilité du Musée Suisse des Transports. L’exposition spéciale «Cargo – Fascination Transport» a démarré avec succès et n’attend plus que d’être découverte par vous-mêmes et vos enfants. Il vous est désormais loisible d’explorer les captivantes expositions du Musée Suisse des Transports lors de visites publiques, avec des guides dévouées. Magnifique occasion pour connaître les histoires hautes en couleurs des fascinants objets exposés. Amusez-vous bien!

 4 

F ocus

Oskar Bider, l’aviateur

Nous désirons aussi vous tenir au courant de tout ce que vous pouvez vivre au Musée des Transports, mais votre soutien nous est nécessaire. Abonnez-vous à notre Newsletter ou interconnectez-vous sur

avec le Musée

des Transports: deux actions très simples via notre site internet www.verkehrshaus.ch/fr. La multiplicité des expositions et des événements thématiques est si considérable qu’il vaut même la peine de visiter le Musée des Transports plusieurs fois par an. Je vous souhaite un été des plus ensoleillés et me réjouis

 6  

i nterview

 ême élan que Bider, M pionnier des airs

de vous accueillir chez nous à Lucerne. Cordialement,

Martin Bütikofer Directeur Impressum Éditeur Musée Suisse des Transports, Lidostrasse 5, 6006 Lucerne Collaborateurs de ce numéro Jacqueline Schleier (responsabilité globale & annonces), Jasmin Trochsler (direction de la Rédaction), Damian Amstutz, Michèle Burkard, Olivier Burger, Martin Bütikofer, Claudia Hermann, Fabian Hochstrasser, Manuel Huber, Martin Sigrist, Lorenz von Felten Mise en pages aformat.ch, Luzern Image de couverture Archive Musée Suisse des Transports (VA-52863) Crédit photographique Archive Musée Suisse des Transports (VA-52975, VA-52856, VA-52798, VHS-66, VA-45358.2, VA-53123, VA-53122), collection privée de photographies Johannes Dettwiler-Riesen, Damian Amstutz, Photopress, Stefan Wäfler Traduction TransDoc SA, Crassier Correction typo viva, Ebikon Impression Neue Luzerner Zeitung AG, Lucerne Tirage 25 000 ex. Publication 5 x par année Création/année 2005/4 Prix CHF 4.50/ex., CHF 18.–/an Contact magazine@verkehrshaus.ch, 041 370 44 44

Partenaires officiels

10 

Musée des Transports

C entenaire d’une locomotive et de sa compagnie ferroviaire


DÉcouvert

Naissance de la palette

Les véhicules amphibies constituaient une attraction particulière à l’exposition internationale des conteneurs (1951). Par le lac et depuis le centre-ville de Zurich, ils amenaient les visiteurs vers l’exposition près de la gare de Tiefenbrunnen.

Les exposants étaient venus de toute l’Europe. Ils présentaient des récipients de transport pour toutes marchandises, ainsi que les véhicules de transport nécessaires.

Les chemins de fer étatiques suédois et néerlandais montrent l’usage des palettes standard.

Au t e u r Lorenz von Felten

A

vril 1951 a vu la tenue de l’exposition internationale des conteneurs à Zurich. À l’époque, les conteneurs n’étaient pas les parallélépipèdes standard connus aujourd’hui, mais des récipients de transport de toutes tailles et emplois. L’exposition avait pour thème principal l’avènement de la palette standard. L’événement avait été organisé par l’institution antérieure à l’actuel Musée Suisse des Transports: la Maison des transports de Zurich. Un produit de la Deuxième Guerre mondiale Les structures de transport standardisées en planches sont issues de la Deuxième Guerre mondiale, l’US Army les utilisant pour ravitailler ses théâtres d’opérations. En 1947, la Suède fut le premier pays européen mettant sur pied un transport national de marchandises sur palettes uniformes. Un an plus tard, l’ISO (l’Organisation internationale de normalisation) et l’UIC (l’Union internationale

des chemins de fer) se penchaient sur le cas de la palette. En 1950, elles fixèrent ses dimensions à 80 × 120 et 100 × 120 cm. La Maison des transports de Zurich reçut alors mandat de tenir une exposition et une conférence. D’innombrables exposants y montrèrent leurs conteneurs et les nécessaires véhicules de transbordement. Les chemins de fer étatiques suédois et néerlandais présentèrent leur usage de palettes normalisées. Rôle précurseur de la Suisse Après l’exposition, les CFF entamèrent l’introduction des palettes standard. Engagement gratifiant: en moins d’une décennie, la Suisse devint pionnière européenne en matière de palettisation. La totalité des flux de marchandises en Europe s’adaptèrent à la palette jusqu’au début des années 1970, évolution suivie d’un nouveau défi arrivant des USA vers l’Europe: le conteneur standard métallique. n 3


Focus

Oskar Bider, l’aviateur Le 13 juillet 1913, le pionnier suisse de l’air Oskar Bider réussissait la première traversée complète des Alpes en avion, entre Berne et Milan. Bonne occasion, 100 ans plus tard, de faire revivre le souvenir de Bider dans le public, ainsi que d’une exposition spéciale au Musée Suisse des Transports.

A ut e ur DAMIAN AMSTUTZ

O

4

skar Bider, né en 1891 à Langenbruck (BL), avait toujours attaché de la valeur à l’indépendance: au lieu d’entrer dans l’entreprise paternelle de commerce de textiles, il suivit une formation d’agriculteur. Après son école de recrues dans la cavalerie, il travailla comme gaucho dans un ranch en Argentine. En un temps record ensuite, il apprit à voler chez Louis Blériot à Pau (sud de la France). Le 24 janvier 1913, aux commandes de son propre aéroplane de type Blériot XI, il fut le premier à survoler les Pyrénées. Ainsi devenu «héros des airs», Bider revint en Suisse en mars 1913, se mettant au service (par de nombreux vols spectacles et postaux) de la «souscription nationale pour l’aviation militaire» destinée à créer une troupe d’aviation.

de la Suisse en sept heures et demie (le 21 juin 1919). Depuis le début de 1915, Bider fut le chef instructeur de vol de la nouvelle troupe d’aviation: une activité qu’il exerça jusqu’au 1er juillet 1919. Il voulut ensuite participer à la mise sur pied d’une compagnie aérienne civile suisse. Après la fête marquant son départ, le 7 juillet 1919, Bider décolla encore une fois de Dübendorf pour un vol acrobatique. Mais son avion (un chasseur de type Nieuport 23 C-1) ne parvint pas à se redresser au sortir d’une figure de voltige, et Bider (n’ayant pas encore 28 ans) se tua en s’écrasant au sol. Désespérée, sa sœur Leny (âgée de 24 ans, et qui s’était également acquis une certaine célébrité comme actrice) se suicida le même jour.

Traversée des Alpes de Berne à Milan Le but de Bider était maintenant de voler par-dessus l’ensemble de la crête alpine, entre Berne et Milan. Mais sa première tentative, le 2 juillet 1913, échoua: le carburant emporté pour ce vol non-stop rendait l’aéroplane trop lourd. Pour le deuxième essai, il fallut donc réduire le remplissage du réservoir, et prévoir par conséquent une escale intermédiaire à Domodossola. Le dimanche 13 juillet 1913, peu après 4 heures du matin, Bider redécolla de Berne et atteignit cette fois l’altitude requise. Averti par avance, le directeur du Jungfraubahn prit à 06 h 07 une photo de Bider au-dessus du Jungfraujoch: une preuve photographique commandée, permettant de reconnaître le talent du pilote pour se mettre lui-même en scène. Peut-être la date de sa traversée des Alpes, deux jours à peine avant l’ouverture du tunnel du Lötschberg (voir p. 10), n’était-elle pas due au hasard non plus. Bider voulait-il sciemment gagner la course contre le chemin de fer? Après son arrêt d’avitaillement à Domodossola, Bider se posa avec succès à 08 h 42 sur l’aérodrome de Taliedo à Milan: le premier survol complet des Alpes était accompli. Le vol retour fut effectué le 26 juillet 1913, via le Lukmanier, Unterer Hauenstein, Liestal et Bâle, Bider recevant finalement un accueil triomphal à Berne.

Le mythe Bider La mort tragique de Bider donna un nouvel élan au mythe du héros autour de sa personne – un mythe n’apparaissant sinon que dans les nations belligérantes. La Suisse n’avait certes pas de «baron rouge», mais elle avait Oskar Bider. La chute de Bider serait-elle due à un défaut technique ou à un évanouissement, comme des amis l’ont affirmé? Bider aurait-il été ivre, comme on put le lire en 1921 dans un rapport officiel du colonel Gottfried Immenhauser au Département militaire fédéral? Ou Bider recherchait-il délibérément la mort, comme le laisserait supposer un compte-rendu (récemment redécouvert) de Jakob Spalinger (1898–1988), témoin de l’époque? Oskar se trouvait à une «croisée des chemins». «La vie qui m’attend maintenant ne vaut rien, et je vais en finir», aurait déclaré Bider selon Spalinger; et peu avant que l’appareil de Bider se fracasse au sol, l’un des témoins oculaires aurait encore crié: «Oski, ne le fais pas, Oski, ne le fais pas!». Nous pouvons accepter aujourd’hui que les héros aient également leurs faiblesses. Même s’il s’avère que la mort de Bider était un suicide, sa gloire n’en sera aucunement diminuée, et rien ne pourra le faire tomber de son piédestal. Les mérites de Bider en matière de popularisation de l’aéronautique sont incontestés. Pour ce centenaire de la traversée des Alpes, l’exposition spéciale «Oskar Bider, l’aviateur» du Musée Suisse des Transports présentera d’attrayants objets originaux, documents, pièces philatéliques, souvenirs et extraits de films, qui nous remémoreront ce grand aviateur helvétique. n

Chef instructeur de vol de la troupe d’aviation D’autres exploits suivirent, tels que la première traversée des Alpes avec un passager (le 22 avril 1914) et un vol tout autour


1O  skar Bider à l’école d’aviation de Blériot, à Pau 2P  assage de Bider au-dessus du Jungfraujoch, photographié par le directeur du Jungfraubahn 3 Arrivée à Milan 4A  ccueil de Bider par des membres de la colonie suisse à Milan, accourus en toute hâte 5B  ider dans sa dernière année comme chef instructeur de vol dans la troupe d’aviation 6L  e chemin Oskar Bider à Biel-Bienne, l’une des neuf rues de Suisse portant le nom de Bider

1

3

2

5

6

4


Portrait de

Kuno Schaub

Luthier de formation, il a été fasciné par l’aviateur pionnier suisse Oskar Bider. Avec Isidor von Arx, il construit trois Nieuport 23 C-1 en reproduction fidèle, datant de 1917. C’est dans la baraque Bider, à Langenbruck, que les «Nieuport Memorial Flyers» travaillent sur ces chasseurs français. La salle de montage comporte simultanément une exposition, accessible au public tous les premiers dimanches du mois, de 14 à 17 h. Kuno Schaub a achevé avec succès la formation de pilote en 1999, sur le Piper L-4 HB-OAG. Isidor von Arx est multiple champion suisse de voltige.

6


Interview

Même élan que Bider, pionnier des airs La traversée des Alpes par le pionnier suisse de l’air Oskar Bider fut un acte héroïque. Même 100 ans après, l’exploit équivaut aux premiers pas de l’homme sur la Lune, estime Kuno Schaub (qui construit trois avions de chasse inspirés de Bider).

AU T E U R MANUEL HUBER

Qu’évoque pour vous le nom d’Oskar Bider quand vous l’entendez? Surtout un départ et l’esprit d’une époque. Bider était en outre un «battant» qui allait droit au but, mais pas une «tête brûlée», comme on l’a parfois écrit. C’était quelqu’un qui se consacrait résolument à l’aviation, laquelle comblait ses plus chers désirs. Pourquoi le pionnier Bider a-t-il réussi où d’autres ont échoué avant lui? Bider a triomphé des Alpes grâce à son opiniâtreté comme à sa volonté d’accomplissement. Des qualités observables chez de nombreux pionniers, à l’époque autant que maintenant. Tandis que d’autres tergiversent et se tâtent, eux sont déjà «passés à l’acte». Par quoi ce survol des Alpes en Blériot XI par Bider se distingue-t-il? C’est son infaisabilité a priori qui mérite reconnaissance. Cet engin était difficile à piloter, n’avait pas d’ailerons et ne pouvait se diriger qu’au gouvernail. Il était en outre sous-motorisé, ses 80 ch étant prévus pour une altitude de 2500 m. Bider a pourtant pu grimper jusqu’à 3600 m, au-dessus du Jungfraujoch. Et les vents y dépassent souvent 100 km/h, alors que le Blériot n’atteignait que 60 à 70 km/h. Bider a donc accompli une prouesse que les calculs jugeaient impossible. Pour moi, cette traversée est un miracle. Pourquoi, pour aller de Berne à Milan, Bider a-t-il choisi cette route survolant le Jungfraujoch? N’y avait-il pas d’itinéraire plus facile? Si, mais à mon avis, Bider voulait sciemment mettre son vol en scène. À l’époque, il s’agissait d’une concurrence directe avec le chemin de fer de la Jungfrau. Le monde entier en parlait. Bider voulait en tirer parti, optant donc pour cette route spectaculaire. Quelle valeur peut-on accorder à sa traversée des Alpes? La même que les premiers pas sur la Lune. Bider a accompli un exploit pionnier, battant simultanément

divers records. Il avait certes gravi quelques montagnes avant le vol pour se faire une idée de la route, mais les survoler était encore tout différent. Sur les traces de Bider, vous construisez une reproduction fidèle du Nieuport 23 C-1 que lui-même avait piloté dès 1917 dans la troupe d’aviation. Comment vos travaux avancent-ils? Plutôt lentement, car quelques collègues de l’équipe sont hélas décédés. Nous ne sommes plus que deux pour faire avancer le projet. Mais nous continuons à travailler sur trois appareils, dont celui de notre ami Geri Mäder. Le premier d’entre eux était visible comme gros œuvre lors du week-end d’anniversaire des 22 et 23 juin, dans notre exposition de Langenbruck. Votre expérience de luthier vous sert-elle dans ce projet? (Il rit) J’y fais très utilement appel pour le travail du bois, mais j’ai encore un autre avantage: j’étais dessinateur en construction métallique avant d’être luthier. J’ai donc dessiné les plans du projet et traité sa structure métallique. Nous sommes aussi aidés par des amis serruriers et plombiers, et par deux entreprises formatrices. Nous sommes très heureux de ce soutien, chaque Nieuport comprenant environ 3000 pièces. Quand prévoyez-vous le vol inaugural? Le mieux aurait été cette année, ou la prochaine. Nous avons même été invités par l’Armée de l’Air française pour un survol des Champs-Élysées, une telle prestation n’étant accordée que «tous les 1000 ans»! Mais nous n’y arriverons pas, et tablons sur un premier vol dans environ deux ans. Puis suivra un survol des Alpes dans le Nieuport reproduit, sur les traces de Bider? Cela se décidera après les premiers vols. Nos moteurs datent des années 1915 à 1917, et nous ne connaissons pas encore leur fiabilité. Peut-être nous contenteronsnous de cercler en plaine, ou relèverons-nous effectivement le défi de survoler les Alpes. n

7


in motion

10 ans d’enthousiasme pour un service de navette oldtimer La Nuit lucernoise des musées se tiendra cette année pour la 13e fois, le Musée Suisse des Transports étant aussi de la partie. Et n’oublions pas le maintenant incontournable «oldtimer shuttle» entre musées, qui fêtera ses 10 ans d’existence. Mais comment s’est-il mis en place?

A ut e ur Martin Sigrist

A

près une première collaboration réussie entre le théâtre de Lucerne et les organisateurs de la 2 e Nuit lucernoise des musées en 2002, la répétition du concept de mise en scène d’objets individuels par les membres de l’ensemble lucernois s’imposait. Envie de camion? En 2003, l’exposition spéciale «Envie de camion – 100 ans de Saurer» offrait sur place une flotte d’autobus historiques, mis à disposition comme véhicules navettes. Exploités en totalité par des enthousiastes privés, ces véhicules se montraient pour la première fois dans une présence aussi visible que massive. Initialement prévus pour n’assurer qu’une prestation, ils sont vite apparus comme une attraction. Par pur plaisir, bon nombre de visiteurs ont même effectué plusieurs fois le trajet allerretour Musée des Transports-Bahnhofstrasse-théâtre.

8

Auto, teuf-teuf ou plutôt tracteur? L’année suivante, le désir de relier d’autres destinations par navette lors de la Nuit des musées était d’autant plus grand: par exemple, le «panorama Bourbaki» et le Jardin des Glaciers, tout proche. En 2004, il allait de soi que l’exposition spéciale «Moto Motion» (fascination de la moto) offrirait cette fois un service de transport par motos. La manœuvrabilité de ces véhicules autorisait aussi des trajets selon les souhaits des passagers. On se souviendra de l’intense affluence de conducteurs/trices participant(e)s. En 2005, avec l’exposition A.U.T.O. du Musée des Transports marquant les 100 ans du Salon de l’auto de Genève, des voitures historiques ont circulé pour la première fois lors de la Nuit des musées, l’association FNA (Freunde Nostalgischer Autos) assurant une présence sympathique avec sa flotte haute en couleurs. Pour l’édition 2006, les véhicules des amis des anciennes machines agricoles apportaient une ambiance toute différente. S’asseoir sur le siège latéral d’un tracteur historique et ressentir ses odeur, vibrations et vitesse: la plupart des visiteurs de la Nuit lucernoise des musées n’y étaient pas accoutumés. Au lieu des habituels bidons de lait, une chaise de bureau directement vissée sur la planche arrière assurait un certain confort: bizarre mais très amusant!

En voiture! Depuis 2007, le service de navette est organisé par l’OiO (Oldtimer in Obwald). La Nuit lucernoise des musées (tenue depuis 2000) n’est pas seulement bien établie maintenant dans le calendrier des visiteurs passionnés de musées, des noctambules ou des mordus de culture. Pour les possesseurs de véhicules historiques aussi, cette «nuit des nuits» revêt depuis une signification particulière. En 2012, on en a vu pas moins de 61 se retrouver au Musée des Transports: du «tuk-tuk» à la Trabant et de la voiture alpine Saurer à la Rolls-Royce. Au total, 255 places assises étaient à la disposition des enthousiastes «nocturnes» des musées. Depuis, circuler nuitamment dans des automobiles historiques ou exotiques est aussi devenu habituel dans d’autres villes lors de la Nuit des musées. En 2012, une voiture provenant du Musée des Transports était également présente à Berne (où, comme prestation pionnière, la Nuit des musées s’accompagne d’autos historiques depuis 2002). n


Nuit lucernoise des musées 2013 «ÜSES BESCHTE SCHTÜCK» Le 6 septembre, de 18 h 00 à 01 h 00, se tiendra la Nuit lucernoise des musées. Le Musée Suisse des Transports présentera l’exposition spéciale «Cargo – Fascination des transports», invitant les visiteurs dans la Halle du Transport Routier. Un service de navette, en «oldtimers», sera assuré entre les musées. Repas et boissons au restaurant Mercato.

9


Musée des Transports

Centenaire d’une locomotive et de sa compagnie ferroviaire plan dans l’histoire du Lötschberg: en 1913, elle était la plus puissante «loco» construite en série dans le monde. Avec la décision d’exploiter la ligne électriquement (pour économies) apparut le besoin de développer un nouveau type de vigoureuse locomotive électrique, capable de grimper des pentes jusqu’à 27 pour mille. Pour le choix (encore ouvert à l’époque) du système électrique à retenir dans la construction ferroviaire, la société Maschinenfabrik Oerlikon MFO, qui préférait le courant alternatif monophasé, s’imposa pour la ligne du Lötschberg. En collaboration avec les usines Siemens-Schuckert, MFO parvint à développer un moteur performant (en montagne également) pour un tel type de courant.

A ut e ure Claudia Hermann

Fin juin 2013, la compagnie ferroviaire Lötschbergbahn BLS a célébré son centenaire comme celui de l’ouverture de la ligne Thoune – Brigue. Conjointement avec la ligne du Simplon et parallèlement à celle du Gothard, elle constitue le deuxième plus important axe ferroviaire nord-sud de Suisse. La locomotive électrique Be 5/7 de BLS a joué un rôle de premier

En 1912, la commission d’étude suisse (mise sur pied dès 1902 pour l’exploitation électrique des chemins de fer) recommanda le courant alternatif monophasé pour le réseau helvétique, et se fit même emmener à Brigue le 8 juillet 1912 par la nouvelle motrice électrique à courant alternatif Be 5/7, n° 152, pour sa dernière réunion. Avec l’ouverture de la ligne du Lötschberg en été 1913, on vit la mise en service de 13 de ces modernes Be 5/7 (Fb 5/7 alors). La propulsion électrique de la série venait de chez MFO, la partie mécanique étant réalisée par la société Schweizerische Lokomotiv- und Maschinenfabrik (SLM) à Winthertur. En novembre 2013, la loco BLS Be 5/7, n° 151, prendra place dans la Halle du Transport Ferroviaire au Musée des Transports. Aux côtés des deux «Crocodiles» des CFF et des RhB, elle représentera les grands chemins de fer alpins suisses.

Commission d’études pour l’exploitation ferroviaire électrique en 1912, devant une Be 5/7, et ouverture solennelle de la ligne du Lötschberg le 27 juin 1913.

10


Courses d’avions pour la 1ère fois en 3D Attachez vos ceintures et respirez à fond. Bienvenue aux légendaires Reno National Championship Air Races. Dans cette course la plus rapide du monde, la «crème» des pilotes s’affronte avec ses bolides volants dans la «Valley of Speed» (Nevada). Aile contre aile, à seulement 15 mètres du sol, les machines foncent autour du tracé ovale à deux fois la vitesse d’une Formule 1. Scènes époustouflantes, aspects fascinants quant à l’histoire et à la physique de ce sport (presque aussi vieux que l’aviation elle-même) et démonstrations aériennes affolantes vous donneront la chair de poule. Avec «Air Racers 3D», vivez l’intensité et la fascination de la vitesse lors de cet événement hors pair, pour la première fois en 3D.

Loco du Musée des Transports circulant en Chine Günther Klebes (d’Erlangen, Allemagne, passionné de trains) collectionne presque tous les objets touchant au chemin de fer, parmi lesquels des cartes téléphoniques. Dans une vente aux enchères belge sur Internet, il est récemment tombé sur un puzzle de cartes téléphoniques venant de Chine. Ce puzzle montre une composition des CFF avec la locomotive Re 460 du Musée des Transports (ancienne peinture), entre Erstfeld et Silenen. Klebes a acquis la pièce pour deux euros.

Au programme tous les samedis et dimanches à 17h00. Sous réserve de modifications.

Des trains à la flamme des lanternes En sus de l’«éléphant du Gothard» (locomotive à vapeur C 5/6) et ses grandes lanternes frontales, deux vitrines nous initient depuis peu à l’histoire des lanternes et de l’éclairage des trains. Chaque passager devait se munir de son propre luminaire aux tous débuts des chemins de fer, mais les premiers wagons furent dotés de plafonniers électriques dès 1900. Les lanternes n’ont toutefois pas seulement joué un rôle important pour la signalisation et l’éclairage des véhicules, mais ont constitué un accessoire personnel essentiel des cheminots jusqu’à l’époque moderne. Toute gare majeure disposait de son propre atelier de lampiste, où des professionnels les vérifiaient, les remplissaient et les réparaient. Avec «Des trains à la flamme des lanternes», notre partenaire CFF Historic présente des pièces uniques de sa grande collection de lanternes. 11


actuel

Nouveau AU Shop

Visites guidées publiques Nouveau: durant la saison estivale, le Musée Suisse des Transports propose des visites guidées publiques de l’exposition spéciale de cette année, ou pour les amateurs d’art, une balade dans le Musée Hans Erni.

Faites marcher les vieux vapeurs! Depuis 40 ans, les amis des vapeurs écrivent l’histoire du lac des Quatre-Cantons. Le livre «Lasst die alten Dampfer laufen!» (Faites marcher les vieux vapeurs!) fait suite à l’édition précédente de «Kampf und Sieg der Dampferfreunde» (Lutte et victoire des amis des vapeurs). Il présente une foule d’anecdotes et d’événements, décisifs jusqu’à aujourd’hui pour le succès de l’association. On y découvre maints détails, informations de fond et instants vécus liés au combat pour le maintien des bateaux à vapeur, avec illustrations parfois encore inédites. Le livre est disponible en ligne, sous www.verkehrshaus.ch/fr.

Êtes-vous déjà membre? Profitez en sus de notre action d’été! Informations détaillées et statuts sous www.verkehrshaus.ch/fr

Cotisation 2013

Action d’été jusqu’à fin 2014

Affiliation individuelle

CHF 70.–

CHF 105.–

Cargo – Fascination Transport Évadez-vous dans l’univers des transports, et apprenez-en plus sur les voies de transport empruntées par les marchandises que nous utilisons tous les jours. –T  ous les jeudis et samedis à 14 h 00, jusqu’au 31 août 2013 – Durée: 45 minutes – P oint de rencontre: entrée principale du Musée des Transports – C HF 8.– par personne + entrée au Musée – Billets disponibles à la caisse – Aucune réservation possible – Nombre de places limité – Prestation garantie

– 4 juillet et 1 er août 2013 à 15 h 30 – Durée: 45 minutes – P oint de rencontre: entrée principale du Musée des Transports – CHF 18.– par personne – Billets disponibles à la caisse – Aucune réservation possible – Nombre de places limité – Prestation garantie – P articipation possible même sans entrée au Musée

Nouveau

Cet été, le Musée Suisse des Transports permet à ses membres de profiter d’un double rabais au Cinéthéâtre. Jusqu’au 31 août 2013, présentez simplement votre carte de membre à la caisse et faites une double économie. F a mil l es:

C HF 55.–

au l ieu de C HF 60.–

Adul tes:

C HF 10.–

au lieu de C HF 14.–

J eunes:

C HF 11.–

au l ieu de C HF 13.–

CHF 120.– CHF 180.–

Affiliation en famille **

CHF 140.– CHF 210.–

Parrainage ***

CHF 365.– CHF 547.50

Actuellement au programme

Affiliation collective ****

CHF 120.– CHF 180.–

«Last Reef 3D» «Flight of the Butterflies 3D» «Rocky Mountain Express» (70 mm) «Suricates 3D» «Wild Safari 3D»

12

Musée Hans Erni Plus de 300 œuvres présentent un aperçu de l’itinéraire du célèbre peintre, graphiste et plasticien suisse. Laissez-vous ensorceler par ses créations et découvrez d’intéressants détails sur la vie et la démarche de cet artiste, né en février 1909 et résidant toujours à Lucerne.

Rabais d’été au Cinéthéâtre pour membres du Musée des Transports

Affiliation en couple *

  * Deux personnes vivant dans le même foyer ** Trois personnes et plus vivant dans le même foyer, max. 2 adultes, jeunes de 6 à 16 ans *** Choix d’un domaine: transports aérien, navigation, ferroviaire ou routier **** Cartes transmissibles pour sociétés, au moins 3 cartes au prix de CHF 120.– ou CHF 180.–

Nouveau

«Air Racers 3D»


J u s q u ’ a u 2 0 octobre 2 0 1 3 | Arén a

L es 3 0 et 3 1 a o û t 2 0 1 3 | M u sée

Rallye Jungfrau 2013

Intitulée «Cargo – Fascination Transport», cette exposition spéciale 2013 invite à un voyage dans l’univers global du trafic des transports.

Au cours de ce rallye (qui fera halte au Musée des Transports), seules les femmes seront au volant. Sont admises: des voitures classiques datant de 1983 ou plus anciennes. 6 se p tembre 2 0 1 3 | M u sée

Nuit lucernoise des musées

agenda

Cargo – Fascination Transport

Le Musée Suisse des Transports présentera l’exposition spéciale «Cargo – Fascination Transport», invitant les visiteurs dans la Halle du Transport Routier. Un service de navette, en «oldtimers», sera assuré entre les musées.

D u 2 0 a u 2 2 se p tembre 2 0 1 3

À la découverte de musées au lac de Constance D u 5 a u 7 j u i llet 2 0 1 3 | Arén a

Week-end thématique: route Ce week-end vous permettra de vivre la mobilité sur la route. Des véhicules de tous types (autos, vélos, camions, etc.) se donneront rendez-vous.

Dans un train spécial nostalgie des années 50, ce voyage de trois jours vous mènera de Lucerne à la région du lac de Constance. Que ce soit dans les musées Saurer, Rolls-Royce ou Erwin Hymer, des moments inoubliables sont garantis. Informations et inscription à la rubrique Trains spéciaux et Circuits thématiques: www.zrt.ch

6 j u i llet 2 0 1 3 | M u sée

3 e rencontre suisse des véhicules électriques Une parade de véhicules issus du passé, du présent et du futur. Les visiteuses et visiteurs auront des occasions de rouler à leur bord.

D u 2 0 a u 2 2 se p tembre 2 0 1 3 | M u sée

Week-end thématique: navigation, tourisme et téléphériques Sur lac ou en montagne, la mobilité ne connaît pas de limites. Des circuits pour le public seront organisés sur le lac des Quatre-Cantons, à bord de bateaux «sélects».

1 3 j u i llet 2 0 1 3 | M u sée

Journée d’action Oskar Bider Journée commémorative pour le pionnier suisse des airs (le premier à traverser les Alpes), en collaboration avec le «Museum im Bellpark» de Kriens. Un bus-navette circulera entre les musées.

2 2 se p tembre 2 0 1 3 | de 0 9 h 1 5 à 1 2 h 0 0 | C i nét h é â tre

Film-brunch «Aventure au Grand Canyon» Démarrez votre dimanche matin par un délicieux brunch-buffet à discrétion, et appréciez un parcours en rafting sur le fleuve Colorado.

D u 1 9 a u 2 1 j u i llet 2 0 1 3 | M u sée

Week-end thématique: rail Des musées amis, des associations, des collectionneurs et des partenaires présentent les trésors de leurs collections. Un «must» pour les mordus de trains et passionnés de trafic ferroviaire.

À C O M P T E R D U 2 6 se p tembre 2 0 1 3 | C i nét h é â tre

Nouveau film «Kenya 3D» Observer des lions, éléphants, buffles, léopards et rhinocéros, ainsi que d’autres animaux sauvages, dans leur biotope naturel. Une aventure dans les réserves animalières du Kenya.

2 0 j u i llet 2 0 1 3 | de 1 6 h 0 0 à 1 8 h 0 0 | M u sée

Rallye Moonlight 2013 Rouler en oldtimer au clair de lune. Le rallye démarrera au Musée des Transports, sur le terrain duquel les véhicules pourront être admirés. Sous réserve de modifications. Le calendrier actualisé des manifestations se trouve toujours sous www.verkehrshaus.ch/fr

6 7 8 3 5 1 2 9 4

5 2 9 8 4 7 6 1 3

4 1 3 6 2 9 7 8 5

1 4 5 2 6 8 3 7 9

3 8 7 9 1 5 4 6 2

9 6 2 7 3 4 8 5 1

7 9 4 5 8 3 1 2 6

8 3 6 1 9 2 5 4 7

2 5 1 4 7 6 9 3 8

Solution du sudoku Édition numéro 8

13


SAVIEZ-

VOUS

QUE …

… la durée de vie moyenne d’un avion est d’une trentaine d’années, mais seulement 28 ans pour un bateau? Les véhicules ferroviaires sont changés tous les 35 ans environ.

… sur l’atoll de Bikini (océan Pacifique), le récif de corail s’est complètement reconstitué de lui-même, après sa destruction complète par de nombreux essais nucléaires?

… à Londres, Cologne, Amsterdam ou Bruxelles, les automobilistes passent plus de 50 heures par an dans les embouteillages?

… selon des mythes chinois et hindous remontant à 7000 ans, le disque terrestre était supporté par des éléphants, eux-mêmes debout sur une tortue?

… le chemin de fer «Carmelit» à Haïfa (Israël) est le plus petit métro du monde?

Il est captivant de voir comment l’humanité s’est représenté le monde au cours des âges.

On atteint même 70 heures à Utrecht, Manchester ou Paris.

La ligne «Carmelit» y a été ouverte en 1959. Unique métro jusqu’à présent en Israël, sa ligne de 1800 mètres ne comporte que six stations.

… durant sa vie, un requin-citron produit quelque 40 000 dents? Ses dents étant implantées dans du seul tissu conjonctif, il arrive souvent qu’elles soient perdues ou restent plantées dans une proie. Les squales possèdent plusieurs rangées de dents, les unes derrière les autres. Quand une dent de devant tombe, la suivante vient lentement la remplacer.

… les émissions polluantes des 16 plus gros navires du monde équivalent à celles du parc automobile mondial? Raison: les bateaux fonctionnent aux huiles lourdes, contenant beaucoup plus de soufre que les carburants pour voitures.

… le plus petit satellite est moins grand qu’un ballon de handball? Le Vanguard 1, plus petit corps céleste artificiel tournant autour de la Terre, n’a que 6,4 pouces (16,2 cm) de diamètre. Lancé en 1958, cet engin américain est jusqu’à présent le plus vieil objet en orbite.

… le plus court vol spatial de l’histoire n’a duré qu’un quart d’heure? … les caméléons prennent une teinte sombre le matin pour se réchauffer rapidement au soleil? Et s’ils ont trop chaud, leur couleur passe au blanc.

14

Le 5 mai 1961 à bord de la capsule Mercury 3, le premier astronaute américain Alan B. Shepard est tout juste sorti de l’atmosphère, retombant dans l’Atlantique après seulement 15 minutes et 28 secondes.


Fun

Sudoku 7

3

4

8 2

1

3

1

9

2

1

4

5

8

3

5

2

4 1

4

9

8

6

3

7

7 33 1 84 4 55 9 2 6 4 5 2 1 9 6 8 3 7 9 8 6 7 3 2 1 4 5 6 2 4 9 5 8 3 7 1 À gagner 3 9 5 6 1 7 4 8 2 une nuitée 1 pour 7 8 deux 3 2personnes 4 6 5 9dans une Penthouse Spa Junior Suite (copieux buffet inclus) 5 4 9 2 8 1 petit 7 6 déjeuner 3 d’une valeur de CHF 700.–, à l’ART DECO HOTEL 8 6 3 5 7 9 2 1 4 MONTANA de Lucerne. 2 1 7 4 6 3 5 9 8 1

2

6

7 6

9

8

2

5

9

2

3 1 4

5

8

Réponse Envoyez votre réponse avant le 4 août 2013 à: Musée Suisse des Transports, sudoku, Lidostrasse 5, 6006 Lucerne, ou magazine@verkehrshaus.ch Seule une personne par foyer est autorisée à participer, les collaborateurs du Musée Suisse des Transports étant exclus. Les gagnants seront informés par écrit. Il est impossible de verser les prix en espèces. Aucune correspondance ne sera tenue. Tout recours juridique est exclu. Gagnants de la dernière édition: Heinz Byland | Sergio Fornera | Peter Gattiker | Fred Güntert | Brigitte Hirschberg | Peter Jacob | Anton Kym | Max Oetliker | Mirela Pittet | Loann Schumacher

À l’air libre, dans un jacuzzi sur le toit-terrasse privé, savourez la vue spectaculaire sur le lac et les montagnes ainsi que de nombreux et somptueux «extras». MEILLEUR HÔTEL QUATRE ÉTOILES CITADIN DE SUISSE Comme cela devient presque une tradition, l’ART DECO HOTEL MONTANA fête son titre consécutif de meilleur hôtel quatre étoiles citadin de Suisse, conformément aux très réputés Hotel-Ratings de la «SonntagsZeitung» et de «Bilanz». Figurant à nouveau en 2013 parmi les vainqueurs du HolidayCheck Award, il fait ainsi partie des 12 hôtels en ville les plus populaires du monde.


Magazine du Musée Suisse des Transports 13/9