Page 1

Trimestriel Septembre 2018

N°73

Vins de Provence à l’export :

ruée vers l’or rosé VARENTREPRISES - LE JOURNAL ÉCONOMIQUE VAROIS


point de vue • N°73

3

#éditorial

A

près une avant-saison contrastée, la période estivale semble avoir tenu ses promesses quant à la fréquentation touristique et on ne peut que se réjouir que notre département demeure parmi les destinations les plus prisées. C’est dans ce contexte positif que les entreprises amorcent la rentrée avec détermination. Face à un environnement économique qui bouge et de grosses réformes en cours : la loi PACTE, le prélèvement à la source, la réforme de la formation professionnelle…. Les entreprises ont l’habitude de s’adapter et trouvent souvent le chemin de la performance. C’est ce que souligne ce numéro de Var-Entreprises où la diversité des reportages témoigne des réussites de nos entreprises varoises. Bonne rentrée et bonne lecture à tous.

Gérard Cerruti, Président de l’UPV

JOURNAL TRIMESTRIEL D’INFORMATION DE L’UNION PATRONALE DU VAR 237, place de la Liberté BP 461 - 83055 TOULON CEDEX Tél. 04 94 09 78 78 Fax 04 94 09 78 79 www.upv.org

PUBLICITÉ

Chef de publicité Alexandra Boragno Tél. 06 17 42 57 08 a.boragno@upv.org

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION ET RÉDACTEUR EN CHEF Thierry Balazuc t.balazuc@upv.org

RÉDACTION

redaction@upv.org Françoise Franceschini, Oliver Réal, Patrick Roletto.

RETROUVEZ-NOUS SUR

PHOTOGRAPHIES

© Fotolia, ©DR, © OR, © PR.

COPYRIGHT

Reproduction autorisée sous réserve d’un accord f­ ormel de l’UPV.


#sommaire VE 73 Interview

Initiative

Page 7

Page 19

Avec Geoffroy Roux de Bézieux, le Medef partie prenante de la dynamique des réformes.

Zoom sur…

Est Var : La CAVEM va produire son biogaz

Vins de Provence à l’export : ruée vers l’or rosé

Le Conseil interprofessionnel des vins de Provence (CIVP), bras armé de la filière, accompagne avec professionnalisme les démarches concourant désormais à la ruée vers l’or rosé, en particulier aux Etats-Unis. Retour sur une immersion expresse à New York.

Pages 8 à 13

Focus -

Escape games ? What’s that ?

Au delà du côté ludique, ce sont des entreprises qui concourent à l’activité économique du territoire, qui embauchent, qui investissent. Et peuvent apporter des solutions en matière de support au management des équipes de salariés (team building).

Pages 15 à 16 Reportage

Reportage

L’énergie des deux familles est axée, sur ce management qui explique le beau succès de cette entreprise. Page 24

Pages 17 à 18

Énergie Côté Sud : 20 ans et le plein d’énergie !

L’aéroport ToulonHyères prend de l’altitude

Terroir

La Bastide : chiche... pois chiche ! De nouveau, dans les riches terres alluviales de la région de Comps, le pois chiche se la pète !

Page 33


brèves • N°73

5

Nouvelle présidente à l’UJA Toulon

L’Apec fixe les compétences et le cadre

Bruno Jonchier, délégué région Sud et Corse de l’Apec

Maître Océane Balmitgère

Franc succès pour le premier salon Com-

succède à maître

pétences Cadres de l’Apec à Toulon, en juin

Cécile Vaqué à

dernier au Palais Neptune, auquel l’UPV

la présidence de

était associée. Il s’agissait de tester un mo-

l’Union des Jeunes

dèle novateur en France d’échanges entre

Avocats (UJA) de

entreprises et (futurs) salariés, adaptés aux

Toulon. Avocate

TPE et PME. Lesquelles ont été accueillies

depuis début 2013, impliquée de longue date dans le

gratuitement, leur offrant la possibilité de

milieu associatif et dès son entrée dans la profession

montrer leur attractivité au même titre que

au sein de cette dynamique UJA, la nouvelle

des sociétés de plus grande envergure,

présidente s’inscrit dans une suite logique de parcours

tandis que l’équilibre de la manifestation

et de syndicalisme apolitique. A travers cette structure

était porté par les institutionnels. 111 stands

importante au sein du barreau de Toulon, faisant partie

ont accueilli 63 entreprises du territoire, 28

d’un réseau national, elle entend continuer à accueillir

opérateurs de formation, 20 institutionnels,

ses jeunes confrères et consœurs, de plus en plus

mis en relation avec 1438 cadres et jeunes

nombreux, à faire le lien avec les anciens, les informer,

diplômés de l’ensemble de la région, en vue

les accompagner dans leur découverte du métier.

de recrutement, voire de formation préalable.

Pour Océane Balmitgère, l’UJA est aussi « un acteur

Pour Bruno Jonchier, délégué région Sud et Corse de l’Apec, dans la

de réflexion, de débat, d’autant plus important à une

situation actuelle de reprise économique, « il ne s’agit plus désormais

période de transformation de la société, y compris de

de trouver des profils mais aussi des talents »

OR

la justice ».

OR

La rade de Toulon à bon(s) port(s) Le lancement de la saison portuaire au Palais du Commerce

d’opérations de réparation et de refit pour les grands yachts.

et de la Mer de Toulon, en début d’été, était l’occasion pour

La qualité des ports de plaisance est aussi au programme des

Jacques Bianchi, président de la CCI du Var, de rappeler à quel

développements et des aménagements, dans une approche de

point les ports de la rade sont au beau fixe, et la feuille de route

connexions urbaines.

OR

tracée en 2015 tenue. « Nous sommes en avance sur notre calendrier prévisionnel et plus de 80% des actions planifiées ont d’ores et déjà été mises en œuvre », a-t-il revendiqué, soulignant les « singularités valorisables » locales et les réussites quantifiables. Ainsi, le fret roulier affiche une croissance de 15% et près d’un million de tonnes transportées sur la ligne entre le terminal de Brégaillon et la Turquie, devenue une référence en Méditerranée. Le trafic passagers enregistre + 3%, soit 1,7 million de personnes, dont 1,5 million en ferries (premier port de liaisons avec la Corse) et 239 000 en croisières. Les ambitions à l’échelle de la rade (ports de Toulon et La Seyne) allant jusqu’au doublement d’activités tout en divisant par deux les impacts. En outre, la destination toulonnaise est un théâtre majeur

Jacques Bianchi et la communauté maritime toulonnaise lors du lancement de la saison portuaire


brèves • N°73

6

GC 32 MED CUP : la vocation « course de voiliers » de TPM se confirme rendez vous du 11 au 14 octobre à Toulon

Après la Louis Vuiton America’s Cup en 2016, TPM se prépare à accueillir sur le plan d’eau de la rade de Toulon une régate de niveau international , du 10 au 14 octobre prochains : la finale du GC32 Racing Tour, la GC32 TPM Med Cup en conclusion du calendrier 2018 : et cela après Riva del Garda en Italie, Lagos au Portugal, Palma de Mallorca en Espagneet Villasimius en Sardaigne, ces derniers mois. L’organisation de la GC32 TPM Med Cup Tour propose aux entreprises, soit de s’associer officiellement à la manifestation, soit de pouvoir faire à cette occasion des opérations de relations publiques en proposant à des invités de suivre la course dans des conditions privilégiées (une loge avec des possibilités de parking, ou espace privatif partagé). Le GC32 est un catamaran à foils (dit « volant ») de 10 m de long (12 m incluant le bout-dehors) par 6 m de large, tout en fibre de

TVT, 30 ans de développement économique Pour ses 30 ans d’activité au service du territoire, Toulon Var Technologies Innovation a été promue par TPM Agence de développement économique de la Métropole Toulon Provence Méditerranée. Rassemblant 600 membres, dont l’UPV, soutenue par les chefs d’entreprises et les collectivités, cette structure d’accompagnement de porteurs de projets et d’attractivité globale, dirigée par Patrick Valverde et présidée par Bernard Sans, reçoit ainsi une belle reconnaissance de son travail, de ses compétences. Dans le cadre de cette mission, son action devra être plus que jamais collective, notamment avec l’Agence de développement économique départementale de la CCI du Var. OR

carbone. Un bateau qui vole littéralement sur les flots ! Record de vitesse : 39,21 nœuds ! FF Pour en savoir plus : www.gc32racingtour.com contact : 06 11 16 68 56 partenaires@cominevent.com

Cent bougies pour le groupe Sclavo Spécialisé dans le tri et la valorisation des déchets, le groupe Sclavo Environnement a fêté, le 8 juin dernier, ses 100 ans d’existence dans le superbe cadre du château Font du Broc aux Arcs-sur-Argens. Cette entreprise familiale a en effet été créée à Nice en 1918 par Antoine Sclavo. Aujourd’hui c’est son petit-fils Jean-Marc Sclavo qui préside le groupe éponyme qui rayonne de la frontière italienne jusqu’à Toulon et exploite sept plateformes de tri. Deux autres sont en construction et ouvriront en 2019. Fort d’une centaine de collaborateurs, le groupe, s’enorgueillit de relever le grand challenge du 21e siècle, en luttant contre l’appauvrissement des ressources via le tri et la valorisation des déchets pour produire les matières premières et les énergies de demain. Pour fêter dignement ce siècle d’existence, JeanMarc Sclavo entouré de sa famille a ainsi accueilli partenaires et clients au château Font du Broc au cours d’une soirée conviviale et chaleureuse qui a réuni près de 500 personnes. PR

Une OFFICE ORGANIZER dans le Var Cette nouvelle ou quasi-nouvelle activité s’adresse aux petites entreprises et professions libérales et consiste à organiser les postes de travail, uniformiser les procédures de rangement, de classement, simplifier les flux papiers de manière à faciliter le travail de chacun et rendre plus efficace le travail de tous : quête d’espace, de temps, d’efficacité et de bien être au travail. Caroline Chourgnoz est une professionnelle de l’organisation et elle propose des solutions sur mesure pour optimiser les espaces de travail: • diagnostic, expertise et conseils, prise en charge des achats et mise en place du matériel nécessaire, rangement, tri, désencombrement, catégorisation, classement/ rangement et étiquetage, rédaction de fiches conseils, explication des méthodes mises en place, suivi de mission. Cette ex-controleur qualité en pharmacie s’est affiliée au réseau national ‘by Pauline » créé en 2015 FF Tél: 06 14 73 92 28 - cchourgnoz@bypauline.fr www.bypauline.fr


interview • N°73

7

Avec Geoffroy Roux de Bézieux, le Medef partie prenante de la dynamique des réformes Geoffroy Roux de Bézieux a été élu à la tête du Medef le 3 juillet dernier. Face à une France en questionnements, le rôle des entreprises en général et de la représentation patronale en particulier va se trouver renforcé, et aussi évalué, jaugé ; l’attente est forte de mieux connaître la philosophie de cet entrepreneur représentant d’une économie d’innovation. Il était d’ailleurs venu à Toulon, à l’UPV il y a quelques années, et ses propos, déjà, traçaient la voie qu’il propose aujourd’hui. PAR FRANÇOISE FRANCESCHINI

Var Entreprises : Monsieur le président, quelles sont vos propositions pour les années à venir face à une France et une Europe en pleine incertitude ?

Geoffroy Roux de Bézieux : Oui l’Europe et la France font face à des incertitudes de différentes sortes : politiques avec la vague populiste qui déferle à chaque élection, géostratégiques avec les États-Unis et leurs politique de repli et démographiques avec la dynamique des pays en développement et le vieillissement des populations des pays développée. Sans oublier les impératifs, en France même, d’intégrer les populations marginalisées. Face à cela, trois certitudes, se dégagent. La première, c’est que la révolution technologique déjà à l’œuvre, s’accélère. La deuxième étant que ces changements technologiques qui impactent tous les secteurs vont bouleverser profondément le monde du travail. Nous le constatons tous, les comportements à l’intérieur des entreprises sont déjà en train de changer avec l’arrivée des Millenials, des générations X et Y. C’est sur eux qu’il faut s’appuyer pour construire un modèle social modernisé, compatible avec les nouvelles formes de travail. Troisième certitude : nous ne pourrons réussir dans ce monde en mutation qu’en emmenant avec nous toute la cordée, c’est-à-dire tous les territoires : le Medef va s’appuyer sur son réseau pour élaborer des réponses innovantes visant à revitaliser toutes nos régions.

VE : Quel rôle jouera le Medef dans une telle configuration ?

GrdeB : Nous devons repenser son rôle en profondeur. Il doit accompagner activement les entreprises dans cette transformation fondamentale pour leur avenir et pour celui de notre pays. Nous devons impérativement travailler avec les partenaires sociaux sur l’évolution et l’émergence de nouveaux métiers afin de donner aux entreprises les compétences nécessaires pour se développer et être compétitives. Ce travail

Geoffroy Roux de Bézieux, président du MEDEF devra également aider les salariés à actualiser leurs qualifications et leur savoir-faire. Car aujourd’hui nous connaissons un paradoxe insupportable : trop d’entreprises n’arrivent pas à recruter alors que le chômage reste très élevé. C’est donc un Medef de propositions, tourné vers l’action qui pourra relever ces défis et répondre aux aspirations de chacun de ses adhérents. C’est une opportunité historique d’accompagner les entreprises dans leur transformation et de participer activement, avec des propositions responsables, à l’élaboration du monde de demain.

retrouvez la suite de l’interview de Geoffroy Roux de Bézieux en cliquant ici


zoom sur… • N°73

8 Le rosé de Provence a conquis New York et les Etats-Unis

Vins de Provence à l’export :

ruée vers l’or rosé

A l’image du travail de fond réalisé sur son terroir pour écrire ses lettres de noblesse, la Provence des vins sème à l’export depuis longtemps, s’appuie sur des plans stratégiques adaptés aux évolutions du marché, cultive sa qualité et son image. Le Conseil interprofessionnel des vins de Provence (CIVP), bras armé de la filière, accompagne avec professionnalisme les démarches concourant désormais à la ruée vers l’or rosé, en particulier aux Etats-Unis. Retour sur une immersion expresse à New York. PAR OLIVIER RÉAL


zoom sur… • N°73

9

D

ès les grands boulevards, on a senti le choc ! Le rosé de nos terroirs a conquis l’Amerloque ! La Provence à la barre est dans les starting-blocks ! Pour écrire cette histoire, de Denver à New York  !.. En mission de 48  heures en début d’été dans la ville qui ne dort jamais et dont l’éveil à la Provence des vins est sans précédent, le CIVP a continué de préparer le terrain, voire de l’ériger en terreau pour les développements futurs. Ces dernières années, le marché américain a en effet connu une croissance à deux chiffres (au moins 30  % à chaque exercice), enregistrant 43 % du volume des exportations en 2017 (50 % en valeur), soit 23  millions de bouteilles de rosé de Provence sur les 54 millions qui partent à l’étranger. Un poids considérable sur une production l’an dernier de 139 millions de bouteilles de rosé (155 millions dans les 3 couleurs) à l’échelle du Conseil interprofessionnel des vins de Provence. Lequel rassemble Coteaux Varois en Provence, Coteaux d’Aix-en-Provence, Côtes de Provence (96 % des vins d’appellation d’origine de la Provence).

depuis - «  c’est le résultat de notre engagement de longue date sur la qualité du vin, du sol, de notre espace environnemental, sur la recherche avec le Centre mondial du rosé de Vidauban, sur le goût, sur la couleur spécifique de nos vins, sur la façon de faire savoir tout cela et bien d’autres éléments, parmi lesquels nos investissements dans la modernité de nos installations, y compris dans des caveaux permettant des ventes directes massives aux domaines ». Ainsi, l’intérêt suscité pour nos rosés de Provence, pris en considération petit à petit, puis en modèle, s’est propagé sur le plan national et international. A tel point que le rosé a doublé le blanc sur le marché mondial, tandis que le rouge subit la double peine de la perte de vitesse et de la concurrence des vins du « nouveau monde », Afrique du Sud, Chili, Argentine, Australie, Nouvelle Zélande, Canada, Etats-Unis… Le marché Nord Américain, justement, connaît un développement exponentiel ces dernières années, sous l’impulsion des démarches de la filière et des précurseurs producteurs et négociants qui ont essayé de faire la bouteille à l’export avant les autres, mais aussi grâce à des « stars » du cinéma comme Brad Pitt ou du business comme Sacha Lichine. Ils ont non seulement investi dans des exploitations varoises mais ont attiré les projecteurs sur leurs vins, élargissant le regard sur l’ensemble de la Provence du rosé, dont le Var est l’épicentre.

« Ce n’est pas fini, on peut même raisonnablement penser que ce n’est qu’un début car les efforts de communication se conjuguent, et ont un effet démultiplicateur, entre les initiatives privées et les opérations collectives de l’interprofession », explique Alain Baccino

A star is born Tout ceci n’est pas le fruit du hasard. « C’est un peu le principe de la tâche d’huile qui se répand », confiait Alain Baccino à New York, constatant avec plaisir chez un caviste en plein Time Square l’appétence des Américains pour le vin rosé. En l’occurrence de Provence en majorité sur plusieurs centaines de bouteilles en rayon. Selon le président du CIVP au moment de la mission - JeanJacques Bréban lui a succédé


zoom sur… • N°73

10

Rosé connection réussie à Greenwich Village

America great again «  Ce n’est pas fini, on peut même raisonnablement penser que ce n’est qu’un début car les efforts de communication se conjuguent et ont un effet démultiplicateur, entre les initiatives privées et les opérations collectives de l’interprofession », explique Alain Baccino. Le CIVP consacre 50 % de son budget au développement export, sur des destinations ciblées qui évoluent en fonction des résultats. La Chine par exemple, visée naguère, n’a pas répondu par les volumes espérés, pour autant il convient de garder un œil ouvert sur cette immense partie du monde au cas où elle se déciderait de s’éveiller elle aussi au rosé. L’Asie du Sud-Est (Corée, Viêt Nam), Hong Kong, Singapour ont déjà franchi le pas, l’Europe reste un consommateur fidèle, notamment Le Royaume Uni (13 % des exportations) en forte progression également ou l’Allemagne (7 %) Ce sont surtout les Etats-Unis qui ont largement contribué au quasi triplement des exportations de rosé dans le monde en 5 ans (30 % aujourd’hui), sachant que ce marché rémunérateur fait pâlir d’envie les concurrents de la Provence, avec des marges largement supérieures au segment GMS (Grandes et moyennes surfaces). En outre, l’organisation à l’exportation s’est aussi professionnalisée, permettant aux petites entreprises d’y accéder de mieux en mieux. En 10 ans, les exportations ont augmenté de 270 000 hectolitres, soit + 547 % en volume et + 1 020 % en valeur !

C’est par centaines que l’on retrouve le rosé de Provence dans les rayons des cavistes new yorkais

Rosé connection à Greenwich Village Le CIVP et son agence de marketing et communication export à New York, Sopexa, avaient convié au début de l’été cavistes Américains et importateurs pour une masterclass « Rosé connection ». Au centre de Greenwich Village, au premier étage d’une bâtisse en pierre et bois datant de la fin 18e, typique du quartier, rénovée en restau branché, le Bobo House, les cavistes réunis en séminaire ont écouté, avec le savoir vivre américain, les commentaires savants et complémentaires du sommelier Arthur Hon, de la directrice export du CIVP Valérie Lelong et du président du Conseil, Alain Baccino. La storytelling du vin de Provence, précise tout étant concise, ses qualités, sa typicité, son économie conduisant au leadership désormais, sa conquête du monde et de l’Amérique…, le programme était soigné et apprécié. La dégustation aussi, accompagnant le déroulé de la formation/information. Que du bon rosé de Provence issu des 3 appellations Coteaux Varois en Provence, Coteaux d’Aix-en-Provence, Côtes de Provence, agrémenté au final d’un petit supplément d’âme du vin lors de la description en anglais de la fabrication du rosé par Alain Baccino. De quoi mettre tout le monde dans les meilleures dispositions pour échanger ensuite au rez-dechaussée, autour du bar comptoir, avec les distributeurs représentants les vins de Provence, bouteilles à l’appui, verres à la main. C’est cela aussi l’éducation au rosé de Provence, de petites opérations ciblées qui contribuent à atteindre le leadership mondial en Appellation d’origine protégée (5 % à 6 % du marché mondial). Conjointement, cette qualité reconnue et cet intérêt grandissant constituent des portes d’entrée pour promouvoir les autres couleurs de la Provence, le rouge et le blanc, dont les volumes de production restent faibles (7 % et 4 %) mais qui gagnent à être connus et bus. Le niveau global de l’offre conférant à la Provence une reconnaissance encore jamais atteinte.


zoom sur… • N°73

11 Masterclass très professionnelle du CIVP

Masterclass in New York Valérie Lelong, responsable marketing export du CIVP, situe le virage Nord Américain à partir de 2009, à la faveur de subventions européennes dédiées aux marchés des pays tiers, hors Europe donc. « Un euro investi équivaut à un euro de subvention, ce qui a considérablement aidé à pénétrer ces nouvelles destinations, à faire apprécier le rosé de Provence et à booster son expansion par des missions sur place, explique-t-elle (tous pays confondus, le budget export 2  017 était de 800  000  euros, dont 400  000 euros dans le champ des actions à subventions). Une implantation soutenue in situ par des

Agences de communication et marketing intervenant en support très pointu d’opérations de promotion et de communication. La masterclass à New York conduite par Alain Baccino et Valérie Lelong s’est dans ce cadre appuyée sur l’Agence Sopexa avec laquelle le CIVP est sous contrat Outre Atlantique et dans de nombreux pays, afin de préparer les différents volets de la mission. A savoir une « Rosé connection » avec des cavistes locaux et des distributeurs de vins de Provence, parmi lesquels des domaines provençaux qui ont créé leur propre société d’importation depuis les Etats-Unis, mais aussi un événementiel presse original. Une dégustation

« Keep calm and go on » au CIVP Dans son éditorial de rapport d’activité 2017 du CIVP, le président Alain Baccino avait emprunté cette devise anglaise, « restez clame et continuez » pour résumer les bases solides de la filière viticole en Provence et le bel avenir qui ne demande qu’à être cultivé. C’est en résumé le message qu’il a confirmé le 5 juillet dernier à Pierrefeu lors de la passation de présidence qu’il occupait depuis 3 ans, au titre de représentant de la production, à Jean-Jacques Bréban, au nom du négoce. Une présidence en alternance, transmise avec un grand respect mutuel entre les deux grands leaders de la filière viticole régionale depuis des décennies. C’est la troisième fois que Jean-Jacques Bréban occupe cette fonction, alors que l’export

est au plus haut, ce qui n’est pas pour lui déplaire sachant qu’il a fait partie des pionniers en la matière. Saluant le travail de son prédécesseur, qui été particulièrement applaudi par ses pairs et félicité pour la qualité de son mandat, le nouveau président a fixé trois axes stratégiques dans la continuité : le leadership à l’export, la préservation des terres viticoles, la transition écologique. Dirigé par Brice Eymard, le Conseil interprofessionnel des vins de Provence rassemble 486 caves particulières, 61 caves coopératives, une centaine de sociétés de négoce. CIVP Maison des vins RN7 83460 Les Arcs-sur-Argens Tél : 04 94 99 50 10 Mail : civp@provencewines.com www.vinsdeprovence.com


zoom sur… • N°73

12

Avec la presse new yorkaise, à la santé du rosé de Provence

Alain Baccino et Jean-Jacques Bréban, ancien et (à) nouveau président du CIVP

présentation de rosé sur un rooftop aux couleurs du CIVP, suivie d’un repas préparé par une (master)cheffe new yorkaise avec accords mets/vin commentés par un sommelier Américain réputé. Une réussite gustative et qualitative au cours de laquelle de nombreux messages peuvent s’inscrire dans la longueur (y compris en bouche). La presse new yorkaise présente a manifestement été conquise.

Good storytelling C’était à New York, où le rosé s’insinue même sur les panneaux des grandes avenues, mais de Seattle à Denver le phénomène se reproduit. Sans oublier la Californie chère à Jeff Morgan, qui possède des vignes autour de San Francisco et une cave de 700 m2 à Berkeley. L’ex-roi du rosé aux USA (comme il aime se baptiser), qui été le premier à en faire en 2000 après l’avoir découvert dans le Sud de la France, estime que « le rosé est le meilleur vin du monde pour manger. Il s’adapte à toutes les cuisines, toutes les étapes du repas. La montée en puissance du rosé chez nous et dans le monde vient du fait que les gens ont compris de cela, et pour ce faire ont eu la possibilité de boire du bon rosé… ». Cette analyse s’est complètement confirmée lors de la « Rosé connection » du CIVP puisque les vins dégustés et/ou proposés à la vente étaient tous d’une gamme supérieure, voire le top. Leur prix de commercialisation également, à 20, 30, 40 dollars la bouteille. C’est ce qu’on appelle de la valorisation ! Les Américains priorisent le goût, la qualité du vin rosé, mais adorent conjointement qu’on leur raconte l’histoire du domaine, des vignerons qui le cultivent et l’exploitent, expliquent de concert plusieurs importateurs. Et si, en plus il est organic (équivalent du bio), c’est le must…

Pour le viticulteur californien Jeff Morgan, « le rosé est le meilleur vin du monde pour manger »


zoom sur… • N°73

13

Répartition des exportations des Vins de Provence en 2017. (en volume, CIPV d’après les douanes françaises)

« Nous faisons l’interface entre la stratégie du CIVP et la compréhension des attentes du marché Américain », commente Diane Santerne, directrice de clientèle chez Sopexa à New York. « Il s’agit pour les vins de Provence de s’émanciper d’un effet de mode et de s’inscrire ici dans la durée, tout en travaillant sur la valeur par une approche premium. Cela passe par une démarche d’éducation des forces de vente et un positionnement qualitatif. Parallèlement, on touche par de l’événementiel, ou encore par du contenu sur les réseaux sociaux, les prescripteurs qui ont de l’influence sur les consommateurs. Tous ceci démultiplie l’impact, sur toutes les catégories de consommateurs… ». Reste que la réussite actuelle mérite toute la vigilance de la filière pour se perpétuer. « Etre premier est une position, pas une stratégie », répète Alain Baccino. Un état d’esprit plus que jamais d’actualité en pleine ruée vers l’or rosé…

Vins de Provence

3 appellations représentant 96% du volume }} Coteaux Varois en Provence (10%), Coteaux d’Aixen-Provence (16%), Côtes de Provence (74%) }} Production 2017 : 155 millions de bouteilles, à 89% en rosé }} Dont 30% de rosé à l’export en volume }} Répartition des exportations de rosé (selon les douanes françaises) : }} 43% USA, 13% Royaume Uni, 7% Belgique et Allemagne, 5% Pays-Bas, 3% Canada, Suisse, Suède, Australie, 1% Danemark, Chine, Asie du Sud-Est, 10% autres pays }} 80 actions du CIVP en 2017 sur 8 pays phares : }} Royaume Uni, Allemagne, Belgique et Suède en Europe }} USA, Canada, Asean et Australie pour les pays tiers }} En 10 ans, l’exportation du vin rosé de Provence a connu une croissance de 547% en volume et de 1020% en valeur ! }}


focus • N°73

15

ESCAPE GAMES ? What’s that ?

PAR FRANÇOISE FRANCESCHINI

Au delà du côté ludique, ce sont des entreprises qui concourent à l’activité économique du territoire, qui embauchent, qui investissent. Et peuvent apporter des solutions en matière de support au management des équipes de salariés (team building).

Mais qu’est donc un « escape game » ? Et quelle place dans un journal économique ?

C

es jeux sont nés en Asie en 2008, pour s’amuser entre amis, en famille et résoudre une enquête en usant de logique, d’imagination et d’esprit d’équipe. Ils arrivent en France il y a un peu plus de 4 ans et apportent aux joueurs en petite ou grande équipe de nouvelles sensations et le plaisir de communiquer, de résoudre une énigme ensemble. Une évasion à plusieurs, loisir pour grands enfants et adultes, une expérience insolite et amusante qui a beaucoup plu, puisqu’on est passé en France, après les premiers installées en 2014, à 450 en 2018. Il y en a aujourd’hui 9 dans le Var, 50 en Paca, et les professionnels estiment que le marché est saturé.

ADVENTURE ROOMS un « escape game » toulonnais Aventure rooms a été le premier « escape game » créé dans le Var à Toulon, dès le 15 janvier 2015 par Nicolas Basso (par ailleurs créateur et dirigeant de Métycéa) et Jérôme Terras. Tout d’abord un seul thème, une seule « room » et il y en a 4 aujourd’hui, toujours autour d’une enquête. Comment ça se passe Nicolas ? « en équipe, (à partir de 2 personnes – en moyenne 4 à 5) - tu entres dans une salle, tu as une heure pour résoudre l’énigme, pour comprendre comment

sortir de la salle – et c’est un vrai travail d’équipe et de communication pour trouver la solution – que ne trouvent en général qu’un tiers des participants, mais qui tous en ressortent réjouis ! Réjouis par ce jeu réalisé dans un cadre familial ou amical, ou encore dans l’optique d’un team building organisé par un entrepreneur pour booster une équipe, commerciale ou non, pour préparer et induire la réflexion sur une nouvelle stratégie d’entreprise ou encore en phase de pré-recrutement. 20 % des clients viennent dans un cadre professionnel ! Une activité ouverte au handicap, de quelque nature qu’il soit. Et qui propose 4 thèmes sur 4 salles différentes : : « réveil difficile », « gangs of Alcatraz » (s’en évader), « vol au manoir » (cambriolage) et l’île maudite (après un crash en avion) – les joueurs sont immergés dans l’histoire et doivent communiquer entre eux pour faire aboutir leur enquête ! Adventure room, le premier en date des varois, a reçu le prix de l’innovation du Conseil départemental en 2016 et a bénéficié de certificats d’excellence de Trip Advisor ; 15 000 clients ont été accueillis, avec un taux de satisfaction de 98,5 %. Cette activité a permis l’embauche de 4 salariés en CDI, en plus des 2 associés et réalise un chiffre d’affaires de 120 000 euros. Et cela en total autofinancement, hormis le prix de l’innovation de 5 000 euros du Conseil départemental. Et quelques belles références clients : SNCF, Printemps, Décathlon, Castorama…


focus • N°73

16

en plus des clients individuels. Des projets à l’étude : des jeux en célibataires une fois par mois et surtout un nouveau thème innovant dans une nouvelle salle très bientôt - encore top secret ! Satisfaction d’avoir créé une nouvelle entreprise, une start up du divertissement, satisfaction de voir les participants en sortir avec le sourire, de favoriser cette activité qui unit les amateurs : Bravo à Nicolas Basso et Michel Terras !

L’escape game de l’IMSAT / UPV Dans le cadre de ses activités de formation à l’animation, l’Imsat a tous les atouts pour proposer une autre formule, un « escape game » délocalisé, dématérialisé en quelque sorte qui se déplace pour les organiser en entreprise, en domaine viticole, dans les hôtels et ôotels clubs, campings,sur les Iles d’or, en liaison avec des agences de voyage etc. ou dans les casinos comme Joa à la Seyne. Ces animations, selon la même logique permettent aux participants de mener une enquête, de résoudre une énigme ; ils peuvent se faire en extérieur comme à l’intérieur des locaux de l’entreprise et le client peut choisir les thèmes suivants : pirate, aventure, casino (enquête sur un braquage), enquête autour du vin (chasse au trésor dans les vignes)… Responsable de l’escape game de l’Imsat : Arnaud Blache Tél : 06 60 35 30 06 a.blache@upv.org

Active Escape à Fréjus :

dans l’univers des pirates et des mille et une nuits PAR PATRICK ROLETTO

E

chappe toi si tu peux … Les Escapes Games connaissent un succès grandissant. Passionné par ce nouveau loisir, Arthur Hoffelt a décidé d’en tirer profit tout en se faisant plaisir, en créant son entreprise à Port-Fréjus en mai 2016. Il a baptisé sa salle «Active Escape » et propose au joueurs de s’immerger pendant une heure dans des univers parfaitement reconstitués où ils tenteront, après avoir résolu de nombreuses énigmes, de respirer de nouveau le précieux air de la liberté. Les thèmes changent régulièrement dans les deux salles de 50 m² dont dispose Active Escape. Celle du rez-de chaussée offre d’aller frissonner dans l’univers des pirates, au premier étage de rêver mais aussi angoisser dans les délices des mille et une nuits. Ambiance sonore en prime ! Le nombre de joueurs est limité au maximum à six au minimum à deux par salle. Les moins de 13 ans peuvent venir jouer accompagnés d’adultes, à partir de 13 ans ont peut jouer sans être accompagné. Une des salles est adaptée aux personnes à mobilité réduite. « Nous recevons beaucoup de particuliers, entre amis ou en famille, mais également des entreprises pour du team building et ça marche bien » se félicite Arthur Hoffelt. Pour déjouer les pièges tendus par les sanguinaires pirates ou les cruels vizirs afin de vous laisser croupir dans leurs obscures geôles, il vous en coûtera 30 € par personne si vous n’êtes que deux , 20 € par personne pour un groupe de six joueurs. Allez, liberez vous bien !

ADVENTURE ROOMS

SAS au capital de 30.000 euros Chiffre d’affaires : 120 000 euros }} Effectif : 4 salariés et 2 associés, Nicolas Basso président et Jérôme Terras directeur général }} 4 salles }} Rue Victor Clapier et avenue Colbert à Toulon }} www.adventurerooms-provence.com }} Tél : 04 98 07 71 07 }} }}

Active Escape

Forme juridique : SAS }} Dirigeant : Arthur Hoffelt }} Effectif : 3 salariés en saison }} Adresse : Immeuble Le Paladien 19 Place Dei Doufin 83600 Fréjus }} Tél : 09 83 53 30 30 }} www.active-escape.fr }}


reportage • N°73

17

L’aéroport Toulon-Hyères prend de l’altitude PAR OLIVIER RÉAL

L’aéroport Toulon-Hyères monte en puissance et hausse son niveau d’offres comme jamais à la faveur de l’ouverture au printemps dernier de sa (double) liaison quotidienne avec l’aéroport Charles de Gaulle. Une connexion internationale qui élargit l’horizon et l’attractivité de son territoire.

D

eux vols par jour toute l’année avec Roissy ! Depuis le 25 mars, la plate-forme aéroportuaire de Toulon-Hyères a changé d’ère et pris tous les vents portants, pour le troisième anniversaire de sa reprise par Vinci Aiports sous convention de service public*. Les feux sont au vert sur tous les segments de marchés à la lecture des chiffres de trafic au premier semestre 2018 : 4 662 mouvements commerciaux, soit une croissance de 8,2 % par rapport à la même période 2017, un trafic en hausse de 11 % avec

le sens du développement souhaité et plus encore, via les 17 destinations cette année, enregistrant 9 nouvelles lignes dont la double liaison quotidienne avec l’aéroport Charles de Gaulle (matin et soir, aller et retour). Une liaison assurée par Hop! Air France - qui couvre déjà la ligne phare avec Orly (390 000 passagers par an) connectant ainsi Toulon au reste du monde à travers une centaine de destinations en indirect. Tout en essayant de conforter l’existant, la directrice Laurence Erbs et son équipe ont conduit depuis la reprise un travail de

248 246 passagers, mais aussi + 22 % de mouvements en aviation d’affaires. Les affaires, justement, vont dans

fond « associant les acteurs du territoire dans un comité stratégique aéronautique. Nous avons échangé avec


reportage • N°73

18 illimité, la mise en valeur des deux salles de réunion en location, en attendant des espaces connectés de travail et d’autres aménagements extérieurs comme la rénovation des pistes et du balisage. Le déploiement de services premium est aussi soigné, avec des partenaires loueurs et des commerces. Dernière illustration en date, l’ouverture de l’agence varoise de Coldwell Banker, groupe américain mondial leader en immobilier de prestige, désireux de cibler la clientèle française et étrangère à la recherche de biens de luxe sur le littoral entre Toulon et Saint-Tropez. En l’occurrence le mieux ne sera pas l’ennemi du bien… Sous le pilotage de Laurence Erbs, communication et marketing in situ font l’objet d’une réflexion permanente, à dessein de montrer les richesses locales en première et dernière impression, aux passagers à l’arrivée et au départ. Au vaste programme figurent expositions, concerts, dégustation de vins de Provence, présentations événementielles, tournages de films… Histoire d’ouvrir le territoire sur le monde, y compris culturel, depuis l’aérogare Toulon-Hyères.

des compagnies, des passagers, des professionnels du tourisme, de l’économie, des élus, sur les attentes. L’identification de ces besoins a servi de base argumentaire pour l’élargissement de l’offre à d’autres opérateurs, pour notre positionnement territorial aussi ».

* La flotte Vinci Airports constitue un réseau de 12 aéroports complémentaires en France, de taille différente.

Démarche identitaire Au-delà de la montée en puissance potentielle en matière de passagers, sachant que cet aéroport à usage mixte, civil et militaire, a la capacité de doubler, voire tripler ses résultats actuels, il s’agit de s’inscrire dans l’attractivité métropolitaine montante. Cette stratégie permet de conforter l’approche identitaire et de marchés de niche afin d’accompagner la croissance plutôt que d’en faire une fixation immédiate. La particularité d’aéroport à taille humaine est ici cultivée, entre deux mastodontes que sont Nice et Marseille, idéalement situé pour desservir les sites majeurs du premier département touristique de l’hexagone hors île de France, et accompagner la dynamique économique. Soutien à l’activité de croisières, au retour du Grand Prix de F1, aux déplacements d’affaires, lien privilégié entre les deux ports militaires de Toulon et Brest…, Toulon-Hyères est en première ligne. En outre, l’aéroport soigne ses atours, à commencer par l’aérogare grâce à la rénovation de l’espace restauration, de la salle d’embarquement, de la signalétique, le wifi

}}

}} }}

}}

}}

}}

}}

}} }} }} }}

AÉROPORT TOULON-HYÈRES Concession de service public Vinci Airports Directrice Laurence Erbs Effectif : 89 personnes (hors activités de commerces et services) 504 170 passagers en 2017 (+ 0,82% sur un an) + 11% de croissance passagers au premier semestre 2018 110 000 nouveaux sièges en 2018 avec Roissy (ouverture de la ligne le 25 mars dernier) 17 destinations directes 100 correspondances Boulevard de la Marine 83400 Hyères Mail : accueil@toulon-hyeres.aeroport.fr www.toulon-hyeres.aeroport.fr


initiative • N°73

19

Est Var : La CAVEM va produire son biogaz PAR PATRICK ROLETTO

La station d’épuration du Reyran

B

iogaz à tous les étages ! Tel est le projet que la Communauté d’Agglomération Var Estérel Méditerranée (CAVEM), engagée dans un processus vertueux de production d’énergie verte, va concrétiser début 2019 en produisant du biométhane grâce aux boues de la station d’épuration du Reyran. Un gaz dont une partie sera vendue à GRDF et injectée dans le réseau. L’autre partie servira à couvrir 50 % de la consommation de la station. Le 21 novembre 2017 à Paris à l’occasion du salon des maires et des collectivités locales, Roland Bertora, Président de la CAVEM et Jean-Luc Cizel, Directeur clients et territoires Méditerranée de GRDF, en présence de Maurice Chabert, conseiller communautaire de la CAVEM, délégué à l’énergie et à l’environnement, ont ainsi signé un contrat d’injection de biométhane dans le réseau de distribution de gaz naturel.

10 000 tonnes de boues Ce biométhane sera donc produit à la station d’épuration du Reyran qui traite chaque année 10 millions de m³ d’eaux usées, ce qui génère 10 000 tonnes de boues jusque là acheminées en centre de compostage. Le traitement sur place d’une partie de ces boues permettra de réaliser des économies sur le transport et réduire le bilan carbone de la station tout en produisant une source d’énergie valorisable : le biogaz. Ce dispositif permettra de réduire de 30 % les émissions de gaz à effet de serre de la station. Il devrait permettre aussi d’économiser 3 000 tonnes de transport par an, soit 100 camions de moins. La production de biogaz à la STEP du Reyran représentera 7 %

de la consommation annuelle de gaz de l’agglomération, avec plus de 12 millions de Kwh, ce qui équivaut à la consommation de 2000 foyers ! Inédit en région PACA, le projet est co-financé avec l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie). La réalisation de ce dispositif va coûter 8 millions d’euros dont 4 millions sont subventionnés par l’ADEME. Dans la foulée de ce projet un autre se profile comme nous l’a confirmé Maurice Chabert : « Nous envisageons avec GRDF la création d’une station publique de carburant biogaz à Pugetsur-Argens ». Incontestablement le vert est mis à la CAVEM.

Un « digesteur » de 4 000 m³ pour transformer les boues en gaz La transformation en énergie est réalisée en anaérobiose grâce à l'action bactérienne dans un immense silo, un « digesteur » de 4 000 m³. Les boues sont transformées en un biogaz composé à 65 % de méthane et à 35 % de CO2. Une unité permettra ensuite de traiter ce biogaz pour obtenir du biométhane qui sera ensuite réinjecté directement dans le réseau de gaz de GRDF. Durant ce processus, des pompes à chaleur seront utilisées pour ne pas brûler d'énergies fossiles et pour valoriser la totalité du gaz.


reportage • N°73

20

Pascale Boeglin-Rodier et Charles Berling

Théâtre Liberté - Châteauvallon : Mise en scène nationale et territoriale PAR OLIVIER RÉAL

Conjointement au label scène nationale, le Théâtre Liberté et Châteauvallon partagent désormais une direction commune, exercée par Pascale Boeglin-Rodier et Charles Berling. Les deux lieux culturels de renom ne fusionnent pas pour autant, même si les idées foisonnent pour les harmoniser, dans le respect de chaque identité.

A

la demande des autorités communes de tutelle*, Pascale Boeglin-Rodier et Charles Berling ont élargi ces derniers mois leur co-direction du Théâtre Liberté et à celle de Châteauvallon, suite à la vacance en la matière au sein de ce Centre national de création et de diffusion culturelles. Outre un label scène nationale partagé, les deux établissements ont en commun leur pluridisciplinarité et un rayonnement dépassant le territoire métropolitain. Le projet conduit au Liberté depuis 6 saisons suit les chemins de la réussite car il s’inscrit dans sa promesse artistique, populaire, accessible et méditerranéenne, dépassant le champ du spectacle vivant pour mieux diversifier l’offre culturelle. Ce même état d’esprit est insufflé désormais à Châteauvallon, dans un souci de pérennisation de son ambition originelle. « Il s’agit


reportage • N°73

21

d’harmoniser les deux lieux, ce qui ne veut pas dire fusion. Chacun gardera sa spécificité », revendiquent avec force de conviction les co-directeurs, qui ont pris acte de leur nouvelle mission et entendent travailler à une mise en scène territoriale profitable à tous, des milieux artistiques diffus ou en résidence jusqu’aux populations, en passant par le monde entrepreneurial. Partant du principe que l’attractivité culturelle n’est pas dissociable de la société civile ni du développement économique, la dynamique sera collective ou ne sera pas. Ainsi, dans la perspective d’un contrat d’objectif sur 3/4 ans à présenter en juin 2019 concernant les deux structures, le travail de réflexion partagée - voire de fertilisation croisée - entre les équipes a commencé. A savoir une trentaine de personnes au Liberté, une vingtaine à Châteauvallon, hors intermittents.

de la Liberté, le théâtre éponyme est un autre joyau dont l’écrin capte l’attention de 90 000 spectateurs par an à la faveur d’une programmation très éclectique. L’offre cumulée et pensée de concert, bien que différenciée, peut ériger localement de nouvelles règles de l’art, et la manière qui va avec. Reste à écrire cette histoire, à y croire ensemble. « L’espérance est un risque à courir », écrivait Georges Bernanos dont l’œuvre est mise à l’honneur au Liberté en cette rentrée… * Les partenaires institutionnels du Liberté sont la Métropole TPM, l’Etat, la Région, le Département, la ville de Toulon

Changement de paradigme culturel « Il est intéressant d’échanger nos bonnes pratiques, de comprendre par le dialogue l’organisation de chacun, comment la rendre efficiente afin de mieux servir la création artistique, les actions culturelles, l’attractivité du territoire », précisent Pascale Boeglin-Rodier et Charles Berling. Ce dernier illustre leur philosophie dispensée au Liberté en prenant à dessein l’ouvrage de la philosophe Simone Weil « Conditions premières d’un travail non servile ». « L’histoire qui s’est écrite ici en quelques années dépasse nos espoirs, en particulier sur le plan humain. Cette œuvre d’équipe (nous) rend heureux, chacun se prend en main avec responsabilité. C’est palpable, physique, permanent et progressif. On ne peut pas défendre des idées, émettre des questionnements sociétaux, sans les appliquer à nous-mêmes. D’autant que cela permet de progresser dans la façon d’être, de manager, de faire confiance. Cela a du sens et il est cohérent d’essayer d’avancer avec intelligence en partageant avec Châteauvallon nos expériences, nos envies, nos appréciations de nos lieux de vie… ». Le changement de paradigme culturel est par conséquent en ordre de marche, richement nourri de complémentarités et potentiellement de valeurs ajoutées. Né en 1964 autour d’un fortin du 11esiècle, niché dans une pinède de 8 hectares à Ollioules, disposant d’espaces intérieurs et d’un amphithéâtre de plein air servi par la magie des pierres, Châteauvallon accueille jusqu’à présent 50 000 personnes sur ses spectacles vivants. Calibré au chausse-pied en rez-de-chaussée d’un des plus beaux immeubles toulonnais, sur la place

LE LIBERTÉ Scène nationale }} Salle Albert Camus de 701 places }} Salle Daniel Toscan du Plantier de 132 places }} Salle polyvalente Fanny Ardant de 115 places }} Lieu de coproduction }} Hall d’exposition et bar du théâtre }} 90 000 spectateurs par an }} Ressource humaine : 30 personnes }}

}} }} }} }}

GRAND HÔTEL – PLACE DE LA LIBERTÉ 83000 Toulon 04 98 00 56 76 contact@theatreliberte.fr www.theatre-liberte.fr

CHÂTEAUVALLON }} Scène nationale }} Amphithéâtre de plein air de 1167 personnes }} Théâtre couvert de 405 personnes }} Scène/Studio de 90 personnes }} Lieu de coproduction }} Bar du théâtre }} 50 000 spectateurs par an }} Ressource humaine : 20 personnes }} }} }} }}

795 Chemin de Châteauvallon 83190 Ollioules 04 94 22 02 02 www.chateauvallon.com


reportage • N°73

22

De l’aéronautique aux raquettes de tennis :

SMAC à la une !

PAR FRANÇOISE FRANCESCHINI

Cette entreprise varoise, SMAC, qui vient de fêter son 70ème anniversaire, connait une médiatisation grand public nouvelle : l’un de ses produits, un élastomère spécial, est intégré à certaines raquettes de tennis de champions pour en améliorer les performances – même chose pour des clubs de golf... une prise de conscience, comme un effet positif des derniers championnats ? Médiatisation bien méritée – Smac est une Pme industrielle, sous traitante de grandes groupes internationaux qui a bien mérité que l’on parle de ses produits !


reportage • N°73

23

S

MAC, du groupe Mont Blanc technologies, est installée à Toulon au sein de la zone industrielle de Toulon-Est/La Garde depuis 1947.

service pour des opérations de sous traitance. Pour répondre à ces nouveaux marchés et à la forte ambition de croissance du chiffre d’affaires, le service commercial va être renforcé.

Elle a été reprise il y a 21 ans par Philippe Robert et 3 autres associés pour proposer aux industriels de l’aéronautique et de l’espace des élastomères spéciaux, en particulier ceux permettant d’atténuer les vibrations. Différents produits qui ont bien sûr continué à évoluer au fil du temps, en fonction des recherches de l’entreprise varoise et en parallèle des attentes des industriels utilisateurs tels que Ariane Espace, AirBus… Certes, mais comment en arriver à être intégré à des raquettes de tennis ? Philippe Robert « nous étions dans un salon professionnel, un acheteur asiatique, un taïwanais, nous commande notre nouveau produit, le SMACWRAP. Le SMACWRAP est un élastomère très doux, très fin, qui mesure 1/10e de millimètre d’épaisseur, initialement conçu pour être intégré à des matériaux composites… Et nous apprenons en retour qu’il a servi au fabricant des raquettes Babolat (qu’utilise historiquement Rafael Nadal) qui a glissé notre ruban dans la structure de la raquette pour amortir à la fois le bruit et les vibrations ! » Déjà 200 000 raquettes vendues, entre autres par Décathlon et l’amélioration des performances de la raquette se communique de bouche à oreille, les joueurs appréciant entre autres le « nouveau » petit bruit. Donc un marché nouveau, et une exclusivité à été signée avec Babolat. Travaille également pour la formule 1 !

Philippe Robert

Une nouvelle jeunesse L’entreprise, après une période un peu difficile liée aux problèmes d’Airbus Hélicopters et des fabricants des jets d’affaire, repart de plus belle avec de nouveaux clients, entre autres dans les sports et loisirs. SMAC connaît une nouvelle hausse du chiffre d’affaires avec 5,5 millions d’euros en 2017 et un prévisionnel de 10 millions d’euros en 2020. Les signaux sont bons et les opportunités également, en particulier dans l’aéronautique et l’espace. L’entreprise travaille pour Ariane 5 et bientôt pour Ariane 6 – avec ses suspensions pour l’amortissement des vibrations dans les satellites -- et historiquement sur l’étanchéité des sous-marins. De quoi faire pour les 45 salariés, dont 8 travaillent en recherche/ développement au niveau du laboratoire d’essai intégré pour les vibrations et les chocs : un laboratoire unique en Paca, dont la capacité va être doublée, ce qui permettra d’offrir ce nouveau

SMAC Groupe MontBlanc Technologies }} SAS au capital de 1.000.000 euros }} CA 2017 : 5,5 millions d’euros }} 50% de CA à l’export }} Effectif : 45 salariés }} R&D : 8 personnes }} Adresse : ZI Toulon Est - 66 impasse Edouard Branly - 83130 La Garde }} www.smac-sas.com }}


reportage • N°73

24

Delphine et David Haubertin

Énergie Côté Sud : 20 ans et le plein d’énergie !

C

PAR FRANÇOISE FRANCESCHINI

réée en 1998 par Lionel Haubertin, Énergie Côté sud est aujourd’hui dirigée par son fils David. Entouré de son épouse, DRH et de Catherine et François Maneval, respectivement directrice technique et directeur d’exploitation. L’énergie des deux familles est axée, au-delà du commercial et de la technique, sur ce management qui explique en règle générale les beaux succès des entreprises. Rendez-vous est pris sur la ZI Toulon-est. Deux familles donc à l’origine de cette réussite : les Haubertin et les Maneval, (dont 3 membres sont aujourd’hui toujours dans l’entreprise).

En cette fin du XXe siècle, la réussite d’Énergie Côté Sud s’explique par le ciblage d’un secteur : le logement collectif neuf, un marché judicieusement choisi, car jugé prometteur par le fondateur de l’entreprise et délaissé par la plupart des électriciens de l’époque ; le démarrage de l’activité se fait en liaison directe avec les promoteurs et les bureaux d’étude les plus importants. La première année d’activité avait généré un chiffre d’affaires de 20 000 euros – il atteint aujourd’hui 19,3 millions d’euros. Dès 2002, Énergie Côté Sud rachète une entreprise à Marseille puis en 2004 met en place une structure spécialisée dans les courants faibles, elle propose désormais une offre complète de services - courants forts, courants faibles et solaire photovoltaïque. Plus de 3 000 logements sont livrés chaque année par l’entreprise, avec entre autres, les promoteurs nationaux (Bouygues Immobilier  : une partie de l’écoquartier de FontPré à Toulon, Cogedim, Kaufman & Broad, BPD Marignan, Nexity…) et régionaux (Bourseau-Rossetto, Ingeprim, IPGest, Sam Immobilier…). Énergie Côté Sud compte parmi les principales entreprises indépendantes d’électricité en France, entre la 10e et la 15e place ! L’entreprise intervient principalement sur les départements


reportage • N°73

25

du Var et des Bouches du Rhône. La création d’une agence à Montpellier est actuellement en projet. Les partenaires d’ECS sont conviés chaque année à une réunion dite « Transparence ». La Banque de France, les banquiers de l’entreprise, ses principaux fournisseurs, son commissaire aux comptes, son expert-comptable, l’assureurcrédit, -en bref, tout ceux avec qui les dirigeants sont appelés à travailler au quotidien et qui les accompagneront. Ils sont ainsi assurés d’être parfaitement informés sur la réalité et l’avenir de l’entreprise – une pratique particulièrement intelligente ! Qui sera certainement appréciée dans le cadre du processus ISO 9 001 en cours.

celui de l’électricien, est en cours avec l’Afpa, Pôle Emploi et Randstad ; c’est la 4e vague de jeunes formés et 8 ont déjà été embauchés en contrat à durée indéterminée en 2017. Enfin, pour parfaire et rendre opérationnelle la relation des salariés avec leur entreprise, une application mobile est développée qui facilitera toutes les démarches (plus de feuilles de pointages à remplir, des commandes de matériel directement faites sur le téléphone) ! 20 ans, ça se fête, c’était au mois de juin, nombreux chefs d’entreprise et partenaires présents et bien sûr tout le personnel sur le pied de guerre !

Une entreprise familiale Ce sont 160 salariés qui ont un projet et une vision claire des objectifs de l’Entreprise. Énergie Côté Sud plébiscite l’apprentissage   : 10 apprentis et 3 contrats de professionnalisation signés avec les CFA de Toulon et Marseille et le lycée Langevin. Le recrutement de salariés jeunes a été nécessaire au vu de l’évolution de la pyramide des âges – la formation a été très favorisée, CAP, BEP, Bac pro et parmi ces jeunes, des possibilités d’aller encore plus loin pour accéder à des postes de conducteur de travaux

Pour anticiper des départs en retraite : 4 postes de conducteurs de travaux ont été ouverts à l’ensemble des chefs d’équipe. A l’issue de test (CLEA au GRETA) et d’entretiens poussés : 4 jeunes ont été sélectionnés. Pour les accompagner Énergie Côté Sud a mis en place des formations en interne. Au-delà de ses actions pour des fonctions techniques, la volonté des dirigeants est d’intégrer des jeunes en difficulté, entre autres en liaison avec l’action de l’UPV, l’école de la deuxième chance et Pôle Emploi. Plus précisément, une formation d’électriciens-bancheurs, à mi-chemin entre les compétences du métier du maçon et

}}

}} }} }} }}

}}

ÉNERGIE CÔTÉ SUD Forme juridique : une holding animatrice : « Méridionale d’Administration des Entreprises », une SAS Énergie Côté Sud PDG : David Haubertin Capital : 1 350 000 euros Chiffre d’affaires : 19,3 millions d’euros Effectif : 160 salariés dont 120 ouvriers et 40 cadres et agents de maitrise www.energie-cote-sud.com


reportage • N°73

26

MOTEUR, ACTION ET MISE EN BOITE !

O

n dit qu’une image vaut mille mots, alors imaginez une vidéo ! De nos jours c’est le support de communication qui a le plus d’impact ! Mise en boite Production, c’est l’histoire de deux réalisateurs passionnés, qui depuis 2009 ont su s’imposer comme référence en matière de production vidéo sur l’aire varoise, et même nationale. Fabrice Hacout (réalisateur et opérateur prises de vues) et Julien Bengel (réalisateur et responsable post production) ont travaillé 15 ans pour la télévision française, notamment pour des émissions que l’on ne présente plus comme 66 minutes et Zone Interdite sur M6, Reportages sur TF1 ou encore Envoyé Spécial sur France2. Leur expertise et leur créativité déjà mises au service d’une centaine d’entreprises, avec toujours le même mot d’ordre : apporter une réponse audiovisuelle adaptée à chaque structure, projet et surtout budget.

Mise en boîte Production créateur de contenus vidéos Aujourd’hui plus que jamais la vidéo est à son apogée, Mise en boite Production l’a bien compris et contribue en amont à toute stratégie de communication dans le but de rendre plus visible ses clients, leur faire gagner des parts de marché ou simplement faire passer un message auprès d’une cible. L’agence de production donne vie à des projets divers et variés avec toute une réflexion amont, afin d’offrir la meilleurs réponse audiovisuelle.

Pour quelles occasions mettre en Boite ? Pour toutes les occasions ! Que vous souhaitiez mettre en avant un produit ou un service sous forme de teaser ou de tuto, présenter une entreprise sous forme de reportage ou de clip vidéo, capter un événement ou une soirée d’entreprise, ou bien une vidéo explicative pour une campagne de crowndfunding, Mise en Boite peut répondre à toutes les demandes en terme d’image et de communication. La vidéo peut être utilisée sur beaucoup de supports différents comme sur les sites internet, les newsletters, les réseaux sociaux, en diffusion sur un écran lors d’un salon professionnel… La liste est longue… Mise en Boite a de quoi faire et a un bel avenir devant elle !

MISE EN BOITE PRODUCTION }} }} }} }} }} }} }}

Forme juridique : SAS Effectif : 4 salariés 17 Rue Mirabeau 83000 Toulon Contact : Jenna BLOSSE Tél : 06 60 05 96 00 Mail : jenna@misenboite.net www.misenboite.net


reportage • N°73

27

WBAT : le logiciel que les entrepreneurs du bâtiment vont adorer PAR PATRICK ROLETTO

S

ensibilisés aux problèmes que rencontrent au quotidien les entrepreneurs du bâtiment pour gérer au mieux leur entreprise, Nathalie Dantas et Jean son époux ont eu la bonne idée de créer un logiciel pour leur faciliter la tâche. Ainsi est né, en février 2017 à Sainte-Maxime, WBAT un logiciel capable de tout gérer, de l’édition des devis et factures, à l’organisation précise du planning, en passant par le suivi de chantier jusqu’aux statistiques et bilans. L’idéal en somme pour mieux gérer et rentabiliser son entreprise comme l’explique Nathalie Dantas  : « Grâce à WBAT on peut préparer, coordonner, piloter et suivre les chantiers en optimisant les ressources. Le but : une information actualisée. Le bâtiment est un monde en plein essor. Avec une croissance annuelle de 3 %, les entreprises du BTP sont en complète expansion. La hausse du chiffre d’affaires, l’accroissement des devis, factures, bons de commandes et l’augmentation du personnel imposent aux entreprises une nouvelle organisation, un changement structurel. Optimiser sa marge, élargir son marché sont des objectifs réalisables sous une condition : l’informatisation ».

(employés/chantiers/matériels), gestion des stocks et des produits d’achats (analyse spécifique des produits composés) Et bien d’autres applications encore, grâce à ses systèmes d’alertes et aux éditions de statistiques (surveillance des postes de dépenses, des meilleures commandes). Dans le bureau d’étude de l’entreprise, trois techniciens et deux ingénieurs travaillent en permanence à accompagner les clients et à améliorer le logiciel. Le marché est très concurrentiel pour ce genre de logiciel mais Nathalie Dantas est confiante car WBAT touche aux plus près des préoccupations des entrepreneurs. Deux salariés sont spécialement affectés à sa commercialisation, il est également disponible chez un revendeur national. Il est vendu entre 3 000 € et 5 000 € selon la version. Pour en faire la promotion, Nathalie et Jean Dantas seront présents au Salon ARTIBAT de Rennes du 24 au 26 octobre prochains, plus que jamais mobilisés pour convaincre les acheteurs que WBAT peut leur changer la vie !

La gestion de A à Z Facile d’utilisation, WBAT a été spécialement pensé pour permettre à ses utilisateurs de gagner en efficacité. Ils pourront ainsi mesurer la rentabilité des chantiers, améliorer la planification et les disponibilités et améliorer la communication entre les nomades et les sédentaires. Autrement dit automatiser la façon de travailler et ainsi gagner du temps. Et le temps… Car ce logiciel, a un vaste champ d’actions  : gestion d’un portefeuille clients et fournisseurs, gestion des devis et factures (éditions des bons de commande, suivi et validation), suivi de chantier (analyse du taux horaire, du temps de main d’oeuvre, surveillance du taux de marge, gestion de planning

WBAT Date de création : Février 2017 }} Forme juridique : S.A.S. }} Dirigeante : Nathalie Dantas }} Effectif : 7 salariés }} 30 Avenue de la Liberté Parc d’activités Camp Ferrat 83120 Sainte-Maxime }} Tél : 06 16 50 47 71 }} www.wbat.fr }}


reportage • N°73

28

Joël Lauvige directeur général, fondateur du groupe (au centre), Dimitri Mandon (à gauche) directeur général conditionnement et logistique et Cédric Onésime (à droite) directeur général filiale purification, devant la ligne d’embouteillage du site de Nicopolis à Brignoles.

Groupe Lauvige : embouteillage, innovation, expansion PAR PATRICK ROLETTO

Innovation et respect : animé par les deux valeurs fondamentales qui guident son action, Joël Lauvige, patron du groupe éponyme installé dans la zone de Nicopolis à Brignoles, a porté son entreprise vers le succès et l’expansion tous azimuts à l’appui de sa devise « L’esprit pionnier ».

C

et ancien salarié du groupe Saint-Gobain , spécialisé dans la vente de bouteilles vides a pris en 1997 la décision de voler de ses propres ailes : « Dans mon métier j’ai constaté une carence opérationnelle pour répondre à la demande ; Je me suis dit qu’il y avait quelque chose en mettre en place ». Il a quitté son emploi et fondé sa société Lauvige Embouteillage. Le début d’une belle aventure ! Aujourd’hui présent dans le Var et le Vaucluse (Travaillan) et leader sur son marché, le groupe Lauvige embouteille quelque 18 000 flacons par heure et compte en pleine saison une centaine de salariés ! Il dispose de 11 000 m² d’entrepôts recouverts de panneaux photovoltaïques. Depuis sa création il

a embouteillé 67 millions de bouteilles ! Un groupe désormais organisé autour de cinq filiales : Lauvige conditionnement, Lauvige logistique, Lauvige emballage, Lauvige purification et Lauvige environnement. Lauvige conditionnement offre aux vignerons la possibilité de mettre leurs vins en bouteille sur une ligne d’embouteillage fixe. Grâce à 5 unités mobiles, Lauvige permet également d’embouteiller directement dans les exploitations. Dans ce cadre, le groupe développe depuis plus de dix ans un partenariat privilégié avec Minuty S.A. Lauvige logistique propose des solutions logistiques et douanières : gestion des stocks, entreposage et transport. Basé dans le Var et dans le Vaucluse, elle permet de rationaliser et simplifier l’entreposage tempéré, les expéditions et les déclarations douanières. Lauvige emballage, première société du groupe créée en 1997, habille et sublime les vins. En constante évolution, la société ne cesse de fournir de nouveaux produits : bouteilles sur mesure, décorées, verres personnalisés, emballages adaptés. Lauvige purification conseille et assiste ses clients dans l’installation de leurs systèmes de filtration. Elle concerne


reportage • N°73

29

de nombreux secteurs d’activités : œnologiques, industriels, pharmaceutiques et cosmétologiques. Lauvige environnement élargit l’expertise de l’ensemble des sociétés, avec le traitement de l’eau. Très innovante, elle a créé et va lancer sur le marché une fontaine à eau nouvelle génération. Le concept supprime la quasi-totalité des virus et bactéries, réduit de 60 à 70% les éléments polluants, et propose une eau dite “vivante” : une eau bio-dynamisée, sans odeur, sans goût, ni résidu. Le groupe Lauvige est respectueux du produit, du client, de l’environnement mais aussi des hommes. Il privilégie ainsi de nouvelles approches de travail favorisant la collaboration et la cohésion d’équipe en replaçant l’humain au cœur du processus. C’est sans doute cela aussi la clé du succès.

L’une des unités mobiles d’embouteillage en pleine action.

GROUPE LAUVIGE }} Forme juridique : SAS }} Directeur général : Joël Lauvige }} Chiffre d’affaires : 20 millions d’euros prévus en 2018 }} Effectif : 100 en période estivale }} Siège social : 1435 Avenue Des Chênes Verts, ZAC Nicopolis, 83170 Brignoles }} Tél : 04 94 720 720 }} www.lauvige.com


formation • N°73

30

IMSAT : de nouveaux axes de formation... De vrais métiers, de vrais emplois, et dans le tourisme en plus !

L

'Imsat est la structure de formation initiale et continue de l'UPV spécialement dédiée aux métiers de l'animation, du tourisme et des loisirs. Cette association forme chaque année environ 500 jeunes : depuis le niveau V avec le BAPAAT*, avec les différents Brevets d’État et jusqu'au niveau II le DESJEPS* - et cela dans de multiples disciplines.

PAR FRANÇOISE FRANCESCHINI

Alain Ortali, Directeur de l’Imsat

Ce sont des formations avec diplômes à la clef qui offrent de nouvelles perspectives d'emploi à des jeunes, en difficulté scolaire ou non, intéressés par ces métiers autour du tennis, de la forme, des activités physiques pour tous, des activités équestres et plus récemment des activités nautiques. A l'occasion de la rentrée scolaire, son directeur, Alain Ortali, rappelle les différentes nouveautés en la matière, de quoi attirer des jeunes cherchant une orientation et soucieux de travailler dans les loisirs ! - En effet, l'Imsat a récemment lancé une nouvelle filière en partenariat avec la Fédération Française de natation  : 10 candidats en apprentissage sont passés par une période de pré-formation et sont actuellement en formation afin d'obtenir le BP JEPS* en activité aquatique et de natation - objectif  : devenir moniteur de natation dans les piscines municipales, dans les clubs et centres de vacances (contact à ce sujet avec le Club Méditerranée) ; c'est une formation d’une durée d’un an. - Toujours autour de l'eau et de la mer, un partenariat est en train de se développer avec le Yatch club de Toulon (dernière anse du Mourillon) pour la mise en place rapide d'un BP JEPS voile multi-support jusqu’à 6 milles nautiques d’un abri dans le cadre du plan territorial de formation qualifiante de la Région Paca. C'est un recrutement qui va demander un bon niveau technique des candidats et la formation va durer 9 mois, afin que les candidats soient prêts pour la saison 2019. 9 jeunes sont ainsi recherchés, 9 personnes (même au-delà de 26 ans) qui possèdent déjà une expérience en la matière. - L'Imsat travaille également avec le groupe Tohapi, 1er groupe européen d'hôtellerie de plein air qui recherche des professionnels de l'animation bien formés : 20 à 25 jeunes auront ainsi l'opportunité d'entrer en apprentissage sur 2 ans ; ils vont préparer le BAPAAT et le le BP JEPS pour une pratique polyvalente : enfants, adultes, pleine nature, culture

et patrimoine… Ces animateurs polyvalents sont formés également – et toujours en alternance - pour plusieurs autres groupements de tourisme : Vacanciel, Villages Clubs du Soleil, VTF, Cap Vacances, Ciela Villages, Riviera Villages… - Dans le cadre du partenariat historique avec le Club Med, 15 postes sont à pourvoir en contrat de professionnalisation, sur 13 mois, en France, Europe, DOM TOM… - Et enfin, un nouveau projet en direction des jeunes les plus précarisés de notre territoire est en cours de mise en œuvre  : Var terre d’emploi. Celui-ci, initié et soutenu par OPCALIA, vise la mise en place d’une POEC (Période Opértaionnelle à l’emploi Collective suivie d’embauche en contrat d’apprentissage pour former des animateurs polyvalents). Ces nouvelles orientations, ces opportunités de formation et d'emploi sont rendues possibles par l'implication concrète de l'UPV et de l'IMSAT dans le territoire varois, afin d'offrir aux entreprises du tourisme et des loisirs du personnel formé, compétent, et participatif du développement développer leurs activités.

Coordonnées IMSAT : Tél. : 04 94 75 24 15 - www.imsat.fr * BAPAAT (Brevet d'Aptitude Professionnelle d'Assistant Animateur Technicien, diplôme français délivré par le ministère de la Jeunesse et des Sports.) * DESJEPS (Diplôme d’État Supérieur de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et du Sport) * BP JEPS (Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l'Education Populaire et du Sport).


juridique • N°73

31

PRELEVEMENT A LA SOURCE

L

e prélèvement d’impôt à la source est un mode de recouvrement qui consiste à faire directement prélever l’impôt dû au moment du versement des revenus du contribuable, et non plus l’année suivante. Avec le prélèvement à la source, le mode de paiement de l’impôt sur le revenu ne repose donc plus sur le système des tiers provisionnels mais sur une mensualisation prélevée directement sur les revenus du contribuable. Avec l’ancienne mensualisation ou les tiers provisionnels, il payait l’impôt en année N sur les revenus perçus au cours de l’année N-1. Avec donc un décalage qui pouvait aller jusqu’à dix mois. Avec le prélèvement à la source, il n’y a plus aucun décalage de paiement : l’impôt est prélevé en année N au moment où les revenus sont encaissés. Tous les revenus sont concernés par le prélèvement à la source. Mais les modalités varient selon le type de revenus. Le prélèvement à la source concerne les salaires, les allocations chômage et les pensions de retraites. Le système repose donc sur l’intervention d’un tiers payeur : l’employeur si le contribuable est salarié, la caisse de retraite s’il est retraité ou Pôle emploi s’il est demandeur d’emploi. Pour les BIC et les BNC, c’est l’administration fiscale qui prélève l’impôt à la source tous les mois ou tous les trimestres sur le compte bancaire du contribuable. Il en est de même des revenus perçus par les gérants majoritaires de Sarl, qui sont assimilés à des salaires. Les revenus fonciers prélevés par les propriétaires-bailleurs sont traités selon le même principe : le prélèvement est effectué chaque mois ou chaque trimestre sur le compte du contribuable. Les salaires versés par les particuliers employeurs sont également concernés par la réforme. Le prélèvement à la source sera alors réalisé via les sites Cesu et Pajemploi. Toutefois, en raison de la complexité de la réforme, le prélèvement à la source effectué sur les salaires versés par les particuliers employeurs est reporté d’un an : il n’entrera donc en vigueur qu’en 2020.

Ce qui change pour l’employeur • Transmission du taux L’employeur devient le collecteur de l’impôt sur le revenu. C’est la DGFiP (et non ses salariés) qui lui transmet, pour chaque salarié, le taux à appliquer sur le salaire net en utilisant les données fournies dans la DSN (déclaration sociale nominative) adressée par l’employeur. Le taux est transmis via le CRM (compte rendu métier). Ce taux peut être actualisé en cours d’année lorsque la situation personnelle du salarié évolue : mariage, naissance, baisse de revenus… L’employeur n’est pas informé des motifs du changement de taux. Le salarié qui souhaite contester le taux qui lui est appliqué doit s’adresser aux impôts et non à l’employeur.

• Bulletin de salaire A compter du 1er janvier 2019, la fiche de paie remise chaque mois au salarié indique l’assiette du prélèvement, le taux appliqué ainsi que le montant du salaire qui aurait été versé au salarié sans prélèvement à la source.

• Brut ou net ? Le prélèvement à la source correspond à l’impôt sur les revenus effectivement perçus par le contribuable. Il s’applique donc sur le salaire net qui devrait normalement lui être versé si l’impôt n’était pas prélevé directement sur ce revenu, après déduction des cotisations sociales sur le salaire brut. Le taux de prélèvement à la source s’applique donc au salaire net et non au salaire brut.

• Reversement à la DGFIP L’employeur doit ensuite reverser le mois d’après à la DGFIP la somme prélevée pour le mois M. Il doit le faire avant les dates limites fixées par l’administration (qui dépendent de la taille de l’entreprise).


juridique • N°73

32

• Calcul du taux Le prélèvement à la source consiste à faire payer l’impôt au moment où le contribuable perçoit le revenu. Problème : le barème de l’impôt est progressif et, par définition, on ne connait pas le montant annuel des revenus au moment de leur encaissement. Conséquence : le taux de la retenue à la source est calculé à partir de la déclaration des revenus de l’année précédente. Exemple : • le contribuable déclare ses revenus de 2017 (année N-1) en mai-juin 2018 (année N) • le taux de prélèvement lui est communiqué en même temps que son avis d’imposition au cours de l’été 2018 (année N) • ce taux est appliqué aux revenus perçus à compter de janvier 2019 (année N +1).

• Déclaration de revenus Le système du prélèvement à la source ne supprime donc pas la déclaration annuelle des revenus puisque le montant global de l’impôt est toujours calculé à partir de l’ensemble des revenus du foyer et tient compte de la situation de famille, des charges déductibles, des réductions d’impôts, etc.

Taux du prélèvement • Taux du foyer ou taux personnalisé Le taux du prélèvement à la source est calculé à partir de l’ensemble des revenus du foyer (et non du seul salarié). Il s’agit d’un taux personnalisé qui dépend de la situation de famille de chaque contribuable. Le contribuable dispose toutefois d’un droit d’option : il peut opter pour un taux neutre ou un taux individualisé (s’il vit en couple).

• Taux neutre Avec l’application du taux du foyer, l’employeur connaît indirectement le niveau de revenus global du foyer fiscal du salarié concerné. Pour préserver la confidentialité sur ses revenus, le salarié peut donc demander à ce que l’administration fiscale ne transmette à l’employeur que le taux de prélèvement lié à son seul salaire. Il devra alors opter pour le taux neutre du prélèvement à la source. Cette option peut être formulée au moment de la réception de l’avis d’imposition (voir ainsi le calendrier du prélèvement à la source).

• Taux individualisé Le taux applicable est celui du foyer. Les deux membres d’un couple se voient donc appliquer le même taux, calculé à partir de leur déclaration d’impôt commune. Toutefois, l’administration

fiscale leur laisse la possibilité d’opter pour un taux individualisé de retenue à la source afin de prendre en compte les différences de revenus entre les deux conjoints. Dans ce cas, chaque conjoint se voit appliquer un taux différent, correspondant à ses revenus personnels. Cette option ne permet toutefois pas de faire des économies d’impôts : au final, le couple paie le même montant total, seule la répartition du paiement change.

Modification du taux de prélèvement • Mise à jour et actualisation du taux Le taux de prélèvement est automatiquement mis à jour une fois par an au mois d’août de l’année N, après l’envoi de la déclaration de revenus effectué en mai de l’année N. Le nouveau taux s’applique alors du 1er septembre de l’année N au 31 août de l’année N +1.

• Modulation du taux de prélèvement Dans l’ancien système, les contribuables pouvaient modifier à la hausse ou la baisse le montant de leur prélèvement mensuel ou de leur tiers provisionnel. Dans la même logique, ils peuvent également modifier leur taux de prélèvement à la source. Aucune condition n’est exigée en cas de variation à la hausse : le contribuable pourra librement augmenter son taux de prélèvement. En revanche, il ne pourra diminuer son taux de prélèvement à la source que si le montant global de son revenu diminue de 10 % (ou 200 euros au moins). Faute de quoi, il encourt une pénalité de 10 %.

Exonération des revenus 2018 L’instauration du prélèvement à la source implique une année blanche pour éviter que le contribuable supporte la même année deux fois l’impôt. Sans cette année blanche, il payerait en 2019 à la fois le prélèvement à la source sur les revenus de 2019 et l’impôt sur les revenus perçus en 2018. Pour prévenir ce double-paiement, les revenus perçus en 2018 sont exonérés d’impôt. Mais soucieuse d’éviter toute optimisation fiscale, l’administration prévoit de limiter cette exonération aux revenus courants non exceptionnels. Et elle peut vérifier la situation du contribuable au titre de 2018 pendant quatre ans (et non pas trois ans, délai normal de prescription).


terroir • N°73

33

La Bastide : chiche... pois chiche ! PAR PATRICK ROLETTO

De nouveau, dans les riches terres alluviales de la région de Comps, le pois chiche se la pète !

C

ette excellente légumineuse, culture ancestrale des terres varoises, avait disparu du canton de Comps après la guerre. « Elle présentait de grosses difficultés de ramassage, les agriculteurs ont préféré se consacrer à d’autres cultures » explique Jean-Guy Rebuffel installé à La Roque Esclapon. C’est lui qui, il y a dix ans, a décidé de relancer le pois chiche avec comme vecteur convivial la création de la fête qui lui est dédié le dernier dimanche de septembre à La Bastide. Aujourd’hui, ils sont trois agriculteurs dans l’ex canton de Comps (devenu en 2015 canton de Flayosc après le nouveau découpage territorial) à produire du pois chiche. Comme Jean Guy Rebuffel, Gérard Henry (La Martre) et Philippe Perdigon (Comps) cultivent eux aussi la généreuse légumineuse. Et ils s’en félicitent comme le confirme M. Rebuffel : « Le pois chiche que l’on récolte aujourd’hui à la moissonneuse batteuse a fait un retour gagnant sur les étals des marchés de producteurs. La vente directe a ainsi boosté mon activité. Ainsi je vends ma production en vrac ou en sachet à Tourrettes au marché paysan de la ferme du Laquet et à Roquebrune-surArgens, au marché des producteurs de la Grande Bastide. Mes deux collègues vendent eux directement au MIN de Nice. On fait aussi de la farine grâce à un moulin spécial ». Farine qui sert notamment à confectionner la délicieuse socca niçoise ou la cade toulonnaise.

Plein de bienfaits Comme toutes les légumineuses, le pois chiche est naturellement riche en protéines végétales, en plusieurs vitamines et minéraux et en fibres alimentaires. Il est également faible en matières grasses. Il détient ainsi un double record : haute teneur en glucides assimilables et pourcentage élevé en protéines végétales. Le pois chiche est donc une excellente source d'oligo-éléments nécessaires au bon développement du métabolisme. Agents protecteurs majeurs contre les radicaux libres de l'alimentation, le manganèse et le cuivre sont présents en quantité dans le pois chiche. De plus la vitamine B9 (ou folate) présente dans le pois chiche est une vitamine qui favorise la création de nouvelles cellules. En conclusion manger des pois chiches, c'est la santé !

Le pois chiche constitue un mets délicieux notamment en salade.

Quatre à cinq tonnes par an

Jean Guy Rebuffel dans un champ de pois chiches à La Martre.

En tout ce sont ainsi 7 hectares qui sont cultivés sans traitement à 1 000 m d’altitude pour une production de 4 à 5 tonnes par an. La moisson se déroule au courant du mois d’août, la plantation à la mi-mars selon les conditions climatiques. Ici le principal ennemi de cette culture c’est le sanglier. Il fait parfois des ravages dans les champs et les producteurs ont installé des protections à l’aide de clôtures électrifiées. Quoiqu’il en soit, de retour dans ces belles terres du haut Var, le pois chiche a un bel avenir devant lui.


points forts • N°73

34

AGENDA

Inscription sur www.upv.org/agenda

HAPPY HOURS BUSINESS – 18H30/22H00 MARDI 11 SEPTEMBRE : UPV TOULON à O’RESTO SPORT CLUB – Campus La Grande Tourrache - ZI Toulon Est - 450 Avenue Arago 83130 La Garde MARDI 25 SEPTEMBRE : UPV FREJUS ET DE L’EST VAR au Restaurant URBAN BEACH - Quartier de Boulouris 2170 Route de la Corniche 83700 Saint-Raphaël MARDI 18 SEPTEMBRE : UPV DRAGUIGNAN ET DU HAUT PAYS VAROIS – Domaine Rabiega - 516 Chemin du Cros d’Aimar, 83300 Draguignan JEUDI 20 SEPTEMBRE : UPV GOLFE DE SAINT-TROPEZ à la PLAGE SAINT-BARTH 83120 Sainte- Maxime MARDI 9 OCTOBRE : UPV TOULON À LA BRASSERIE CARTERON (Bière La Trop) - Parc d’Activités Saint-Martin 412 Rue Philémon Laugier 83400 HYÈRES MARDI 23 OCTOBRE : UPV FREJUS ET DE L’EST VAR CHEZ LE TOURING - 1 Quai Albert 1er 83700 Saint-Raphaël LUNDI 22 OCTOBRE : UPV BRIGNOLES ET DE LA PROVENCE VERTE - Lieu à déterminer JEUDI 25 OCTOBRE : UPV GOLFE DE SAINT-TROPEZ – Lieu à déterminer MARDI 13 NOVEMBRE : UPV TOULON - LA BRASSERIE LE FRANCE - Centre Commercial Grand Var 83160 La Valette-du-Var (côté H&M)

HAPPY PARTNERS – 18H30/22H00 JEUDI 06 SEPTEMBRE 19H00 : UPV GOLFE DE SAINT-TROPEZ : CAVAL’AIR JAZZ - Salle Henry Gros Rue Pierre et Marie Curie 83240 Cavalaire/Mer (concert à 21H00) LUNDI 24 SEPTEMBRE : UPV BRIGNOLES ET DE LA PROVENCE VERTE CHEZ BRIGNOLES SERVICES AUTOMOBILES / RENAULT DACIA BRIGNOLES - 38 Chemin Paul Grisolle 83170 Brignoles MARDI 27 NOVEMBRE : UPV FREJUS ET DE L’EST VAR CHEZ CITROEN BACCHI BOUTEILLE - 1803 Avenue André Léotard 83600 Fréjus

REUNIONS THEMATIQUES « COMPRENDRE LE PRELEVEMENT A LA SOURCE DE L’IMPOT SUR LE REVENU ? » MARDI 11 SEPTEMBRE 08H30/10H : UPV TOULON - 237 Place de La Liberté 83000 Toulon MARDI 11 SEPTEMBRE 16H/17H30 : UPV FREJUS ET DE L’EST VAR au Pôle BTP - ZI du Capitou 34 Avenue Laurent Barbero 83600 Fréjus JEUDI 13 SEPTEMBRE 08H30/10H : UPV BRIGNOLES ET DE LA PROVENCE VERTE - Centre d’Affaires l’Hexagone 83170 Brignoles JEUDI 13 SEPTEMBRE 16H00/17H30 : UPV DRAGUIGNAN ET HAUT PAYS VAROIS A LA CCI DU VAR - 247 Rue Jean Aicard 83300 Draguignan JEUDI 19 SEPTEMBRE 09H00/10H30 : UPV GOLFE DE SAINT-TROPEZ A LA CCI DU VAR - 1 Avenue Général de Gaulle 83990 Saint-Tropez

UP SOPHRO – UPV BRIGNOLES ET DE LA PROVENCE VERTE – 8h30/09H00 VENDREDI 13 SEPTEMBRE VENDREDI 28 SEPTEMBRE VENDREDI 12 OCTOBRE VENDREDI 26 OCTOBRE VENDREDI 9 NOVEMBRE VENDREDI 23 NOVEMBRE


points forts • N°73

35

AGENDA

DEJEUNER EST VAR NUMERIQUE BY UPV FREJUS 311 Avenue Lou Gabian 83600 Fréjus – 12H00/14H00 MERCREDI 19 SEPTEMBRE MERCREDI 17 OCTOBRE

MERCREDI 21 NOVEMBRE

SYNTEC NUMERIQUE TOUR : 4 SUJETS SERONT ABORDES : CYBERSECURITE, TRANSFORMATION NUMERIQUE, REVOLUTION DIGITALE ET ETUDE INEDITE :

Retrouvez les informations de l’UPV sur wwww.upv.org

JEUDI 08 NOVEMBRE 11H00/14H30 : UPV TOULON – 237 Place de la Liberté 83000 Toulon (Espace Liberté 1er étage)

BOOSTER ENTREPRISES 2018 - UPV FREJUS ET DE L’EST VAR - 311 Avenue Lou Gabian 83600 Fréjus

SOIREE DE FORMATION DES DUOS BOOSTES / PARRAINS : JEUDI 20 SEPTEMBRE 18H00/21H00 EDITION 2018 : DU VENDREDI 05 AU DIMANCHE 07 OCTOBRE 09H00/18H00

ATELIERS FOOD&WINE MARKET PLACE JEUDI 20 SEPTEMBRE 9H30/11H30 : UPV TOULON A LA CCI DU VAR - Espace Entreprise des Playes - 419 avenue de l’Europe 83140 Six-Fours-les-Plages JEUDI 20 SEPTEMBRE 14H30/16H30 : UPV TOULON A LA CCI DU VAR - Centre Olbia Rue du Soldat Bellon - 83400 Hyères MARDI 25 SEPTEMBRE 14H30/16H30 : UPV BRIGNOLES ET DE LA PROVENCE VERTE A LA CCI DU VAR - Bâtiment A Espace Hexagone 290 Chemin de la Campagne Roman 83170 Brignoles MARDI 25 SEPTEMBRE 09H30/11H30 : UPV DRAGUIGNAN ET HAUT PAYS VAROIS A LA CCI DU VAR - 247 Rue Jean Aicard 83300 Draguignan

Envoyer directement vos communiqués de presse à la rédaction pour que l’on publie votre actualité. communication@upv.org

POUR TOUS RENSEIGNEMENTS :

UPV TOULON : Tél. 04 94 09 78 78 UPV BRIGNOLES : Tél. 04 94 69 14 70 UPV DRAGUIGNAN : Tél. 04 94 68 33 58 UPV FRéJUS/ST Raphaël : Tél. 04 94 51 18 30 UPV GOLFE DE SAINT-TROPEZ : Tél . 04 94 55 97 41

Inscription sur www.upv.org/agenda

JEUDI 27 SEPTEMBRE 09H30/11H30 : UPV FREJUS ET DE L’EST VAR A LA CCI DU VAR - 190 place Pierre Coullet - 83700 Saint-Raphaël JEUDI 27 SEPTEMBRE 14H30/16H30 : UPV GOLFE DE SAINT-TROPEZ A LA CCI DU VAR - 1 Avenue Général de Gaulle 83990 Saint-Tropez

RETROUVEZ-NOUS AUSSI SUR

RENDEZ-VOUS SECURITE SANTE AU TRAVAIL MARDI 20 NOVEMBRE – 08H30/10H30 : UPV TOULON - 237 Place de la Liberté 83000 Toulon

AUTRES EVENEMENTS MARDI 25 SEPTEMBRE 09H00/18H00 : UPV FREJUS ET DE L’EST VAR : JOURNEE DE L’ENTREPRENEUR qui réunit l’ensemble des acteurs qui accompagnent la création et la reprise d’entreprises au Palais des Congrès de Saint-Raphaël - Port Santa Lucia 101 Quai Commandant Le Prieur 83700 Saint-Raphaël MERCREDI 26 SEPTEMBRE 18H00/21H00 : UPV FREJUS ET DE L’EST VAR : SOIREE UN PARRAIN UN EMPLOI AVEC POLE EMPLOI - 311 Avenue Lou Gabian 83600 Fréjus DIMANCHE 30 SEPTEMBRE 09H00/16H30 : UPV GOLFE DE SAINT-TROPEZ : 15ème CHALLENGE INTERENTREPRISES DE KART au KARTING LOISIRS - Chemin Blaquières 83310 Grimaud VENDREDI 05 OCTOBRE 13H30/17H00 : UPV GOLFE DE SAINT-TROPEZ : Suivi des régates des voiles de Saint-Tropez JEUDI 11 OCTOBRE : UPV DRAGUIGNAN ET DU HAUT PAYS VAROIS : SPEED DATING demandeurs d’emplois cadres avec POLE EMPLOI – 3 Avenue du Maréchal Juin 83300 Draguignan JEUDI 11 AU DIMANCHE 14 OCTOBRE : « REGATE GC32 TPM MED CUP » – Anse Tabarly Plages du Mourillon 83000 Toulon – Places en loge avec un tarif préférentiel pour les adhérents de l’UPV – Réservation au Tél : 04 94 09 78 76 MARDI 16 AU JEUDI 18 OCTOBRE : UPV GOLFE DE SAINT-TROPEZ : Forum du Tourisme – Hôtel de Paris 1 Traverse de la Gendarmerie 83990 Saint-Tropez MARDI 16 OCTOBRE : Forum Var Ecobiz  : organisé par la CCI du Var - Palais des Congrès Neptune à Toulon - de 9h à 21h. JEUDI 08 NOVEMBRE 18H30 : TROPHEE DE L’EMPLOI 2018 EN PARTENARIAT AVEC POLE EMPLOI, CCIV et UPV au Palais du Commerce et de la Mer – 364 Avenue d’Infanterie de Marine 83000 Toulon


Var Entreprises n°73 - Septembre 2018  

Interview avec Geoffroy Roux de Bézieux, le MEDEF partie prenante de la dynamique des réformes Zoom sur... Vins de Provence à l'export : ru...

Var Entreprises n°73 - Septembre 2018  

Interview avec Geoffroy Roux de Bézieux, le MEDEF partie prenante de la dynamique des réformes Zoom sur... Vins de Provence à l'export : ru...