Page 90

Les années 1920

Les années 1920 En entrevue, Hercules Lamoureux évoque le développement de Maillardville dans les années 1920. Il mentionne les édifices, les régions qui ont été aménagées et celles qui étaient encore boisées. La route Rochester n’est construite qu’en 1926. Elle se trouve au nord de l’école Millside, à très courte distance. De là à la ferme Booth, sur la route Pitt River, il n’y a pas de maisons. Des terres agricoles s’étendent à l’est jusqu’au milieu de Maillardville et à l’ouest, de l’église Notre-Dame de Lourdes à la route Blue Mountain. En général, les maisons sont rares. La route Alderson n’est pas construite, mais cette région ne compte que quelques maisons. Quelques fermiers cultivent la terre près de l’empacement actuel de la route Alderson. La plupart des établissements se trouvent au centre de Maillardville. M. Lamoureux évoque un autre sujet, celui des méthodes de l’époque pour lutter contre les incendies. Après l’installation des bornesfontaines, on entrepose l’équipement dans trois ou quatre petits édifices. Avant les bornesfontaines, les pompiers volontaires utilisent des seaux d’incendie, car ils n’ont pas de voiture-

82

pompe. Les tuyaux sont enroulés autour des roues. La cloche de l’église sonne l’alarme. Si elle résonne à une heure inhabituelle, tous savent qu’il y a une urgence quelque part et se pressent d’aller éteindre l’incendie.1 Dans les années 1920, les mariages sont célébrés sur invitation ouverte, car tout le monde se connaît. La tradition veut qu’on impose un charivari aux nouveaux mariés. Cette coutume particulière consister à prendre tous les moyens nécessaires pour garder les nouveaux mariés debout toute la nuit. Même si cela est difficile pour ces derniers, ne pas respecter cette tradition particulière est considéré comme une insulte. En 1922, les Canadiens sont tenus par la loi de conduire du côté droit de la route, qui est alors la norme en Amérique du Nord. Ce changement dans la façon de conduire des gens a très peu d’impact à Maillardville, car les automobiles y sont rares. En 1926, le district de Coquitlam prend des dispositions pour que la police provinciale de la C.-B. (PPCB) s’occupe du maintien de l’ordre dans la communauté. Le chef Paré joint les rangs de la PPCB et demeure à Coquitlam jusqu’en 1929, alors qu’il est muté à Mission.2 Millside School

Hoc historybook030311 blk  
Hoc historybook030311 blk  
Advertisement