Page 86

LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

« ….même sous le pilonnage des obus, personne ne s’imagine jamais être tué. » La Première Guerre mondiale « ….même sous le pilonnage des obus, personne ne s’imagine jamais être tué. » - Fred G. Scott, juin 1915, lettre rédigée depuis son lit d’hôpital en Angleterre, et publiée dans le Coquitlam Star. « Quand nous avons lancé notre dernier assaut, il y avait 300 hommes; seuls 58 sont revenus… » -W. Gainey, juin 1915, Coquitlam Star Le 4 août 1914, la Grande-Bretagne déclare la guerre à l’Allemagne. Le Canada, en tant que membre de l’Empire britannique, a l’obligation de participer au conflit. Rapidement, 30 000 jeunes Canadiens s’enrôlent pour aller combattre. Nombre d’entre eux viennent de Coquitlam.

Vie et mort dans les tranchées Ces jeunes engagés volontaires sont loin de s’imaginer qu’ils vont vivre un véritable enfer : le froid dans les tranchées remplies d’eau et de boue, les poux, les maladies et les balles qui s’abattent sur eux comme des averses de grêle. Les obus qui s’écrasent, bombardés par des canons de longue portée, sont les plus gros qu’on n’ait jamais vus. «  L’un de ces obus, écrit W. Gainey, peut faire un trou de 30 pieds [env. 9 m] de diamètre sur 17 pieds [env. 5 cm] de profondeur et propulser des fragments de métal à 140 verges [env. 128 m] à la ronde. » Malgré tout, les troupes canadiennes se battent valeureusement  : «  … nous étions fiers d’être Canadiens. »

comme nation indépendante. En avril et mai 1915, durant la deuxième bataille d’Ypres, en Belgique, les soldats sont exposés aux effets dévastateurs du gaz chloré toxique. À Passchendaele, les hommes se noient dans la boue des tranchées et, dans la Somme, 24 000 Canadiens tombent sur le champ de bataille. Mais c’est lors du combat livré par une unité autonome sur la crête de Vimy que les Canadiens vont se distinguer aux yeux du monde. Là où tous ont échoué, ces derniers parviennent à s’emparer de cette importante hauteur sur le plan stratégique. Dan Hughes, de Coquitlam, blessé à six reprises à Vimy, survit. Jack Stewart, blessé en février 1917, est de nouveau été touché à Vimy. Durant cette bataille, plus de 3500 soldats ont trouvé la mort, plus de 7000 sont blessés.

Les jeunes hommes de Coquitlam livrent livré de nombreuses batailles, notamment celles qui contribuent à forger l’identité du Canada

« Quand nous avons lancé notre dernier assaut, il y avait 300 hommes; seuls 58 sont revenus... » 78

Hoc historybook030311 blk  
Hoc historybook030311 blk  
Advertisement