Page 34

L’exploration et les premiers colons

« Les berges de la rivière Pitt sont extrêmement belles; de grands prés s’étendent gracieusement de la rive même de la rivière vers l’horizon lointain de forêts et de montagnes. Le riche sol alluvial produit un épais tapis de graminées émaillé d’asters de la Nouvelle-Angleterre, d’églantines et de groupes de saules éparpillés. » colons, ils achètent des terres regroupées autour des routes Nord et Pitt River, dans la région de Coquitlam.10

Les diligences de la route North Au début des années 1880, un service de diligences régulier est offert le long de la route Nord entre New Westminster et Port Moody. Les diligences peuvent transporter de huit à dix passagers et sont tirées par deux ou quatre chevaux. Le déplacement dure un peu moins d’une heure et coûte 1 $ par personne. Toutefois, la « route » est souvent en très mauvais état, comme en témoigne un journal local durant l’hiver 1883 : « …[la route n’est] rien de plus qu’une piste médiocre. On y mène les diligences en demandant aux passagers de traverser la [rue] Brunette sur un unique rondin. À un moment donné, la diligence doit dégringoler de deux pieds [60 cm]; à un autre, les chevaux et la diligence doivent négocier dans un fossé d’une largeur de trois pieds [env. 1 m]. La voie est pleine de sillons creusés par les dernières inondations. » 26

En raison de l’augmentation de la circulation, les résidents de Port Moody demandent une meilleure route au gouvernement. Finalement, la route North Road est rénovée. La bifurcation Clarke (aujourd’hui, route Clarke) est construite. Elle mène à Port Moody selon un itinéraire plus direct que la route North.11

Les premiers colons En 1853, la première famille européenne arrive à l’emplacement actuel de Port Coquitlam par bateau.12 Il s’agit d’Alexander McLean, de son épouse et de deux petits garçons. La famille McLean défriche ses terres, se bâtit une maison en rondins et élève des vaches laitières sur sa propriété de 220 hectares, à l’ouest de la rivière Pitt. Au printemps 1860, le gouverneur Douglas s’arrête brièvement à la ferme laitière des McLean. Voici la description qu’il fait de l’endroit : « Les berges de la rivière Pitt sont extrêmement belles; de grands prés s’étendent gracieusement de la rive même de la rivière vers l’horizon lointain de forêts et de montagnes. Le riche sol alluvial produit un épais tapis de graminées émaillé d’asters de la Nouvelle-Angleterre, d’églantines

et de groupes de saules éparpillés. »13 En février 1863, les Atkins, une famille d’origine irlandaise, remontent la rivière Coquitlam à bord d’un bateau qu’ils ont eux-mêmes construit. Après avoir touché terre, ils se bâtissent une maison, dont l’emplacement précis n’est pas certain, mais qui aurait pu se trouver près du centre-ville actuel de Port Coquitlam. L’un des enfants, Edmund (« Ned ») Atkins, épouse une femme autochtone locale du nom de Susan. Ned Atkins et sa famille vivent sur la propriété pendant de nombreuses années. Il deviendra préfet (maire) de Coquitlam de 1897 à 1904. En plus des familles McLean et Atkins, le seul autre colon blanc qui semble habiter dans la région de Port Coquitlam en 1864 est un « gentleman joueur » du nom de George Black. Son surnom de «  joueur  » pourrait lui avoir été attribué en raison de sa participation aux courses de chevaux14. Des spéculateurs sont propriétaires d’autres terres, sans toutefois habiter la région.

Hoc historybook030311 blk  
Hoc historybook030311 blk  
Advertisement