Page 106

La guerre de Corée

La guerre de Corée Le lien de Coquitlam avec la guerre de Corée Le matin du 25 juin 1950, les armées communistes de la Corée du Nord envahissent la Corée du Sud. La liberté des Coréens du Sud semble perdue. L’Organisation des NationsnUnies (ONU), organisme nouvellement formé, décide que l’agression doit cesser. Un service de « police » de 16 nations, dirigé par le général américain Douglas MacArthur, est envoyé en Corée. En plus d’accorder du soutien naval, le Canada envoie 22 000 soldats, tous volontaires. Certains ont de l’expérience de combat acquise durant la Deuxième Guerre mondiale, d’autres viennent de terminer leur formation militaire. Une action énergique de la part de MacArthur au port Inchon mène à une avance de l’ONU qui refoule les forces de la Corée du Nord près de la rivière Yalu, qui forme la frontière avec la Chine communiste. Puis, tout change. Mao Zedon, le chef communiste chinois, envoie six armées, soit 180  000 hommes, à la rivière Yalu. Les forces de l’ONU sont pratiquement repoussées à leur point de départ au sud de Séoul, la capitale de la Corée du Sud. Et c’est le début de près de trois ans de batailles violentes pour faire reculer les forces communistes vers le 38e parallèle. Durant la journée, la vie d’un soldat consiste à de défendre les sommets des collines dans le froid glacial, souvent contre un ennemi apparemment plus important en nombre. La nuit, les patrouilles sont terriblement dangereuses.

98

Comme dans les guerres précédentes, les Canadiens font preuve d’un savoir-faire et d’une bravoure extraordinaires. La défense des positions à Hill 355 et à la rivière Kapyong figure parmi l’un de leurs exploits exceptionnels. Sans leurs sacrifices, l’avancée de l’ONU aurait été entravée ou complètement arrêtée. Le deuxième bataillon d’infanterie légère canadienne de la princesse Patricia reçoit une citation présidentielle du président des États-Unis.

Peter Howard : Un lien entre la guerre de Corée et Coquitlam L’ancien combattant Peter Howard a véritablement vécu ce que nous avons vu dans la série télévisée M*A*S*H. Il est blessé à Hill 355 (pour le compte de l’armée britannique). Il devient policier et, en 1962, il déménage à Coquitlam. Une conversation fortuite sur un sentier de randonnée lui fait faire la connaissance du docteur Jong Park. À leur surprise mutuelle, ils apprennent qu’ils ont partagé les événements de la guerre de Corée. La mère du docteur Park le conduit, alors qu’il est bébé, dans les montagnes et loin des scènes de guerre où se bat Peter. Encore aujourd’hui, le docteur Park estime que les troupes de l’ONU lui ont sauvé la vie. Le docteur Park, qui a de bonnes relations, demande et reçoit, au nom de Peter, une lettre de témoignage du président de la Corée du Sud, Kim Dae-jung, ainsi qu’une médaille rare sur laquelle le nom anglais du pays, « Korea  », est poinçonné. Il obtient aussi une lettre spéciale d’« ambassadeur de la paix » du général retraité

“Merry Christmas From The Front Line” - Korea Sign Was Placed In Front Of Company Positions During The Night By The Chinese Enemy Troops Along With A Number Of Trinkets And A Large Supply Of Christmas Cards All With A Propaganda Message

Lee-Sang-Hoon, de l’Association des anciens combattants de la Corée, adressée à Peter.

La Corée moderne La guerre de Corée ne s’est jamais terminée. Un armistice est signé le 27 juillet 1953, mais ce n’est pas un traité de paix. Le Nord et le Sud sont encore officiellement en guerre. De part et d’autre d’une zone neutre au 38e parallèle, les deux pays s’observent avec colère au moyen de jumelles. Pour un pays relativement petit comme le nôtre, le nombre stupéfiant de 26 791 Canadiens ont servi durant la guerre de Corée; 516 ont trouvé la mort et 7000 ont été blessés.

Hoc historybook030311 blk  
Hoc historybook030311 blk  
Advertisement