Page 1

Vanacker ChloĂŠ

22/06/2010

Invention du Savoir Construire.

-1-


Vanacker Chloé

22/06/2010

Inventer est par définition « trouver quelque chose de nouveau par la force de son esprit, de son imagination, mais c’est aussi présenter comme réelle une chose qu’on a imaginé » 1 . Le processus d’invention semble alors convoquer les notions contradictoires d’imaginaire et de réel, l’expression « présenter comme réelle » sous entendrait un processus de représentation du réel. On peut dès lors penser que la réalisation concrète en maquette, les tests effectués sur l’objet inventés permettent ce passage entre imaginaire et réel. Mais il semble que l’existence d’une invention passe aussi par son écriture, l’élaboration d’un langage pour parler de cette invention. PROCESSUS D’INVENTION. Diffusion Au XVIIIème siècle l’écriture de l’Encyclopédie, a pour but de faire un bilan des connaissances acquises durant des siècles et de diffuser les techniques, méthodes et connaissances dans de nombreux domaines scientifiques ou non. Il semble alors que l’écriture permette à une invention de se diffuser dans le corps social et ainsi prendre vie ; la connaissance d’une invention lui confère une certaine existence. De façon plus contemporaine le brevet est le « titre délivré par le gouvernement à une personne qui a fourni la preuve qu'elle est l'auteur d'une invention ou d'une découverte afin de lui assurer durant un certain laps de temps et sous certaines conditions, l'exclusivité d'exploitation : qui protège » 2 . Le brevet protège et confère à son inventeur le monopole d’exploitation d’une invention et par là même il inscrit un inventeur dans le corps social en tant que tel. De plus le brevet donne à l’idée un enjeu commercial, elle devient réalisable et donc commercialisable, seulement est brevetable toutes inventions concernant un produit ou un procédé qui apporte une nouvelle solution technique à un problème technique donné. Une simple idée ne peut-être breveté, seuls les moyens techniques mis en œuvre pour la concrétiser le seront. 3 Le brevet répond donc le plus souvent à une demande et est donc économiquement inscrit, « la nécessité est la mère de l’invention » 4 . Nouveauté Se pose alors la question de nouveauté, quelle est réellement la valeur d’une invention, Paul Valéry disait « c’est en copiant qu’on invente », en terme d’invention architectural Antoine Picon pense « qu’il existe très peu d’invention dans le domaine des conceptions de structure ; seuls le béton précontraint et la coque en forme paraboloïde hyperbolique en sont deux exemples » 5 . Il apparaît que l’invention architectural n’est qu’une simple « adaptation des connaissances ou expérience existante : concevoir une nouvelle combinaison à partir d’éléments structurels ou de matériaux déjà familier ; remplacer un matériau ou un type de structure par un autre ; adapter des techniques d’assemblages connues à de nouvelles situations ; utiliser une procédure de conception ou un modèle mathématique appliqués à un matériau ou à une structure dans différentes situations ; s’ inspirer de la façon dont la nature utilise les matériaux pour réaliser ses structures. » 6 Le processus d’invention en terme 1

Invention, in le Petit Robert Brevet, in Trésor de la Langue Française Informatisé 3 http://www.inpi.fr/fileadmin/mediatheque/pdf/brochure_brevet.pdf 4 Cf PLATON, La République 5 Antoine PICON, dir, Invention, in L’Art de l’Ingénieur, ed. du Centre Pompidou, Paris 1997 6 Ibid p 236 2

-2-


Vanacker Chloé

22/06/2010

architectural est une perpétuelle reprise et il devient compliqué de parler de réelle innovation. La nouveauté s’exprime dans l’utilisation de matériau en d’autres circonstances selon d’autre technique ou méthode. NERVI, L’INVENTEUR. Pour illustrer le propos développé ci-dessus prenons l’exemple de Pier Luigi Nervi. Cet architecte ingénieur italien s’inscrit selon Antoine Picon « à la suite des recherches sur les structures d’Eugène Freyssinet et de Robert Maillart, dans le sillage de la grande tradition des ingénieurs nés avec la découverte de nouveau matériau. » 7 Il faut rappeler que ces trois architectes ont tous œuvré durant l’avènement du béton armé. Outre le caractère novateur des réponses apportées aux problèmes de structure, les concepts théoriques sur lesquels l’œuvre de Nervi s’est fondée est d’ « un grand intérêt » . 8 Nervi est original dans le sens où son travail « récuse toute opposition entre science et art » 9 , il veut souligner au contraire la parfaite identité des processus de création artistique et d’invention des structures. Le « point de départ est sinon une forme inventée, du moins une hypothèse formelle qu’il réalise à échelle réduite et à qui il fait supporter toutes les charges auxquelles l’œuvre devra résister une fois réalisée. Ce n’est qu’ensuite qu’il contrôle la solidité, par des calculs dont plusieurs phrases témoignent de la confiance mitigée qu’ils leurs accordait, tout comme Freyssinet» 10 Nervi développe sa propre idée de l’architecture et de sa construction, durant les années vingt il se consacra entièrement au béton armé. Vers une liberté formelle A Florence il construit en 1943, un stade agrémenté d’escaliers hélicoïdaux gigantesques, cette réalisation va ébranler l’hégémonie du béton armé. Nervi y éprouve les limites formelles et les possibilités statiques dans la construction de forme courbe. Commence alors une quête quant à la résolution de ce problème de rigidité formelle et de possibilité statique. Par le biais des chantiers navals il redécouvre un matériau préexistant et le transpose vers l’architecture ; le ciment armé. L’idée ne découle donc pas de sa pure imagination créatrice, il s’agit ici d’une reprise, d’une réappropriation d’un matériau qui pourtant constituerait une invention. Ciment armé deviendra ferrociment Le dépôt d’un brevet en 1943 lui confère la mention de propriétaire et d’inventeur unique du ciment armé, surtout Nervi renomme celui-ci sous le nom de ferrociment. Acte ultime d’appropriation du matériau, Nervi invente ici le ferrociment. D’après le brevet, c’est un perfectionnement dans la construction de dalles, plaques et autres structures en ciment armé. Ces dalles sont mises en œuvre selon un système de pourcentage, « de 0,5kg de structure métallique pour 1 kg de ciment » 11 ce qui donne un matériau mince, « d’environ 3 à 5cm d’épaisseur » 12 . 7

Antoine PICON , op cit, p329 Ibid p329 9 op cit 10 Pier Luigi NERVI, Savoir Construire, éditions du linteau,1965 11 Brevêt, Pier Luigi Nervi, perfezionamento nella costruzione di solette, lastre e altre strutture cementizio armate, 1943 8

12

Op.cit Pier Luigi Nervi

-3-


Vanacker Chloé

22/06/2010

Le brevet est une apologie du ferrociment, il est parfait, un béton enfin « mince, souple, élastique et résistant » 13 . Les performances n’y sont pas clairement exprimés il est simplement dit qu’il est « homogène, capable de résister aux sollicitations de tensions et de compression » 14 , en se taisant sur ce point on croit Nervi sur parole, il se libère de la question lancinante. Pour la mise en œuvre, on mentionne que le « mortier de ciment peut-être appliqué directement sur l’armature métallique préformée. » 15 Ce qui représente une économie importante dans les coûts généraux et l’inscrit dans la réalité de l’offre et la demande, du contexte d’après guerre. Qui est alors capable de mette en œuvre ce matériau, des qualifications particulières sont elles requises ou un simple bricolage permettrait de construire avec ce matériau. Nervi se tait sur le sujet ne nous donne que le fruit de son imagination, mais il fantasme déjà d’une réalisation qui écarterait tout doutes possibles.

Inscription dans l’histoire, Brevet.

13

Op. cit Pier Luigi Nervi Op. cit Pier Luigi Nervi 15 Op. cit Pier Luigi Nervi 14

-4-


Vanacker Chloé

22/06/2010

Les fantasmes. En 1946, Nervi réalise un « hangar expérimental » à Rome où il met en œuvre le ferrociment. Ce n’est pas une simple illustration de procédé, ou de mise en œuvre du ferrociment, à Magliana on aperçoit une coque ondulante recouverte d’une peau lisse, sans défaut apparent, sans limite ni couture. Le bâtiment flotte, sans racine, sa peau est fine, rigide par son simple plissement. Avec le hangar, Nervi parvient à cette liberté formelle, le béton est enfin mou, ductile, modelable, il apparaît comme moulé dans le ciel. Moulé n’est sans doute pas le terme exact car on comprend bien qu’il n’est plus question de moule, le béton c’est affranchie des coffrages et autres, pour n’être plus qu’une simple couche recouvrant, une robe sur son mannequin, bien porté et magnifique. Au premier regard, le hangar donne à lire un ensemble homogène, une coque monolithique, la réalisation semble être un mystère. En s’approchant, la vision s’aiguise et le hangar apparaît dès lors, fragmenté, découpé en travées, le toit comme simplement posé sur les murs tel un chapeau. Le hangar prend donc des airs mystérieux les interrogations persistent. Si on pense réalisation désormais tout devient possible, le découpage en travée, donnerait raison a une mise en œuvre d’élément métallique pré-moulé sur une contre forme et ainsi préfabriqué puis assemblée entre elle ensuite. La facilité d’assemblage donné par l’ensemble métallique donne raison à cette hypothèse, le ferrociment appliqué ensuite à la taloche ne serait que le liant, la couverture lisse créant l’homogénéité du hangar. Un matériau au multiple usage, créant rigidité et homogénéité mais aussi là pour cacher la vérité et laissé paraître ce fantasme de facilité, de non couture et labeur, un objet lisse et majestueux. Pour Nervi ce hangar est support d’imaginaire, tant dans sa finalité que dans réalisation. Les photos de chantiers en témoignent, elles écartent les doutes de mise en œuvre, et présente de simple ouvrier talochant sur du grillage ce ferrociment encore mou. Tout s’éclaircit, Nervi nous distribue toutes les cartes, on aurait presqu’envie de s’y mettre. Grâce aux photos on perce une partie du mystère ; le hangar est construit de gauche à droite puis de haut en bas, les espoirs monolithiques s’envolent avec l’armature. Celle-ci semble préformée puis assemblée ensuite et les coutures sont ici bien présentes. Mais le ferrociment a raison de nos doutes car il vient adoucir les angles et redonne le caractère monolithique au hangar.

L’avènement d’un mythe

-5-


Vanacker Chloé

22/06/2010

HEGEMONIE NERVI Nervi démontre son invention et présente son imaginaire à Magliana, il lève le rideau et met en scène celle ci comme un magicien. Il est désormais l’Inventeur du Ferrociment, pour se faire consacrer maître il faut désormais écrire son histoire et s’inscrire dans l’Histoire à perpétuité. Costruire Corretamente. Loin d’être un simple récit autobiographique Nervi publie en 1965 « costruire corretamente », à la traduction littérale construire correctement, l’édition française à préféré Savoir Construire. Ils ont voulus souligner l’idée de « correction ou d’incorrection de l’architecture » 16 en traduisant par l’idée de rigueur et de savoir. Dès le début Nervi apparaît comme l’homme qui sait, l’homme de connaissance, les repères chronologique du début désigne Nervi comme un homme à multi casquette ; ingénieur, architecte, professeur, constructeur, chercheur, écrivain, inventeur... Il apparaît d’autant plus savant qu’il ne cite personne c’est lui le maître absolu, il concentre et assoit son pouvoir afin de nous transmettre ce savoir construire. Aucun de ses contemporains ou même J.L.Lambot ou J.Monier précurseurs dans l’histoire du ferrociment ne sont cités. Il entretient ainsi le mythe autour de son personnage et contrôle entièrement son récit et nous guide dans son imaginaire. Le livre n’est qu’une succession de conseils, de mise en garde s’appuyant toujours sur des réalisations de Nervi, les commentaires sont convenus par l’honnêteté des formes, la pureté architecturale, le rejet de tout élément superflu… Le discours est tenu par des chapitres défiants toute contradiction ou commentaire ; le béton armé y est décrit comme « inconstant » dans son rapport « contrainte déformation » et donc « imprécis dans son comportement élastique » 17 . Dès les premières phrases de ce chapitre, on comprend que Nervi n’est pas là pour nous parler d’hégémonie du béton armé mais d’un tout autre matériau ; le Ferrociment. Intelligemment, le chapitre qui suit De l’inconstance déformation du béton et de ses conséquences sur la construction et intitulé le ferrociment, De ses caractéristiques et possibilités. Habilement on se laisse à penser que le ferrociment est au cœur du Savoir Construire et qu’il vient résoudre les problèmes évoqués au fil des exemples, tels que « la capacité à résister à la traction sans se fissurer » et la « possibilité de le mettre en œuvre sans coffrage». 18 Nervi parle également d’avenir puisque le ferrociment permet de réaliser des moules aux formes incomparables et ainsi de préfabriqués désormais des éléments courbes, il s’inscrit donc dans l’économie de préfabrication. Le hangar de Magliana est bien entendu présent, il est la preuve de l’hégémonie du matériau, et est accompagné des photos de chantier qui encore une fois ne laisse aucune place aux doutes. Ainsi Nervi sort le béton armé de la scène architectural et impose son ferrociment et lui par la même occasion. Le brevet déposé en 1943, le montrait très bien par son intitulé ; « le perfectionnement dans la construction des dalles et plaques et autres structures en ciment armé. » …

16

NDT,Pier Luigi NERVI, Savoir Construire, éditions du linteau,1965 Pier Luigi NERVI, op cit, chap De l’inconstance déformation du béton et de ses conséquences sur la construction, p83 18 Pier Luigi NERVI, op cit, chap Le Ferrociment de ses caractéristiques et possibilités, p98 17

-6-


Vanacker Chloé

22/06/2010

P.L Nervi auto consacré

Inventer c’est entrer dans le processus d’invention, mettre en place plusieurs stratégies afin d’être reconnu. Le brevet par l’écriture au sein d’une association garantissant droit et propriété en est une étape. D’autre tel que publication avec à l’appui maquette et réalisation de ladite invention en sont d’autre. Par l’écriture l’inventeur perse dans le monde social et peut dès lors distribuer son idée. Etre architecte et inventer c’est devenir une référence dans le milieu, devenir ainsi quelqu’un de reconnu et respectable… ?

-7-

Rendu nervi  

Rendu d'histoire sur nervi

Advertisement