Issuu on Google+

N°9 Janvier 2014

mag

Le magazine de l’innovation pour la recherche et l’industrie

É L E C T R O NI Q U E | M E S U RE VI S I O N | P H O T O NI Q U E | R F H Y P ER

//// tendances & marchés

//// techno

La photonique en pointe dans de multiples secteurs en Rhône-Alpes.

Les futures applications de l’électronique imprimée

//// focus salon enova lyon

Avant première innovations //// dossier embarqué //// avis d'experts

L’importance de la formation et les conséquences sur l’emploi du développement des réseaux fibre optique

La révolution de la vision embarquée //// vie de la profession

remise des 18èmes trophées du spdei

//// bilan salon enova paris

un climat d’affaires positif, alliant business, qualité et convivialité


édito 3 ans déjà ! Cela fait maintenant 3 ans que votre mag est né, support gratuit d’informations des domaines électronique, mesure et optique et reflet des dernières innovations pour la recherche et l’industrie.

Une revue qui vous éclaire

Pour ce nouveau numéro, vous pourrez profiter d’une maquette relookée, tout en conservant les rubriques qui ont fait le succès de votre mag. Toutes les nouvelles technologies, les dernières tendances, la démocratisation de toutes la recherche sont présentes dans votre mag, qui se veut également être le relais de la vie de la profession. Le mag, c’est aussi les moments forts de la profession, et plus particulièrement les salons enova : Le concept enova est d’aller à la rencontre de l’innovation qu’elle soit industrielle, scientifique ou universitaire. Et l’on sait combien les régions françaises sont riches en ce domaine. Fort de son succès à Rennes en 2013, nous avons choisi Lyon pour la deuxième édition en province du salon Enova les 12 et 13 février.

Abonnement sur www.souscrivez.com

Première région industrielle de France, la région Rhône-Alpes est un véritable carrefour naturel et transrégional, et comporte entre autre 12 clusters et 12 pôles de compétitivité. Le salon affiche complet depuis fin novembre. Plus de 110 exposants vous y attendent, avec notamment plusieurs cycles de conférences dans les domaines de l’embarqué, de la nano-électronique, de la photonique ou des systèmes communicants, et la participation active de plus de 10 partenaires régionaux. Un large dossier est consacré à cette édition dans ce numéro. Dans l’attente d’avoir le plaisir de vous accueillir à Lyon, toute l’équipe d’enova mag vous souhaite une excellente nouvelle année et une bonne lecture !

EDITOCOM - 11, allée Jacques Decour 93270 Sevran - 09 77 21 81 21 contact@editocom.com

Thierry GUERMONPREZ


3

TENDANCES & MARCHÉS

DOSSIER EMBARQUÉ

FOCUS SALON ENOVA paris

04 Nouvelle France

14 L’hémodialyse

29 Bilan ENOVA PARIS 2013 : un climat d’affaires

15 La révolution de la

avis d'experts

industrielle : zoom sur 4 plans de reconquête.

06 Impact des

technologies mobiles sur l’acquisition de données.

08 La photonique en

pointe dans de multiples secteurs en Rhône-Alpes.

quotidienne en toute simplicité ... pour un bien-être au quotidien. vision embarquée engendre une nouvelle génération de systèmes embarqués.

positif, alliant business, qualité et convivialité

17 Un appareil de mesure

34 Les yeux et les oreilles du système : l’importance croissante des capteurs

36 L’importance de la formation et

de la rigidité artérielle : le pOpmètre®.

04

les conséquences sur l’emploi, du développement des réseaux fibre optique en France et plus particulièrement en région Rhône-Alpes

sommaire 18

techno

37 Le CFM organise les J’M 2014 en juin à Lyon 37 Naissance de ACSIEL (Alliance

10 Des ultrasons qui

s’affranchissent du gel de couplage pour le CND.

10 Les futures applications

de l’électronique imprimée : les surfaces scanner pour équipements de reproduction, capteurs d’empreintes, équipements de diagnostic médical.

11 Nanoélectronique :

Nous construisons la France de l’infiniment petit au service de tous.

12 Les défis métrologiques des nanotechnologies.

vie de la profession

37

FOCUS SALON ENOVA LYON 18 La 1ère édition d’ENOVA

à Lyon vous propose de trouver des solutions que vous n’attendez pas…

22 Avant-première innovations : le best of

24 L’engagement des

partenaires clés de la région (ARCSIS, CAPTRONIC, CEA LETI, EASYTECH, ESISAR, GRENOBLE INP, INSA, INSAVALOR, MINALOGIC, Pôle ORA)

des Composants et Systèmes pour l’Industrie Electronique)

37 Eric Bantegnie élu président Embedded France

38 Conférence Opticsvalley : « Quelles utilisations pour les drones ? »

38 Efficio du Snese : comment évaluer

précisément leurs coûts horaires de fabrication manuelle et automatisée.

39 EPIC tient son Conseil d’Administration au CEA-LETI à Grenoble

39 Remise des 18èmes trophées du SPDEI 39 Inauguration de l’Institut d’optique d’Aquitaine

N°9 - janvier 2014 - gl events exhibitions 24, Rue saint victor - 75005 paris - tél. : +33 (0)1 44 31 83 39 - Fax : +33 (0)1 44 31 83 42 - www.Enova-event.Com - Directeur de la publication : thierry guermonprez - communication/rédaction : laurène de la chapelle, valérie moullec houdret - crédits photos : ©F_FOUCHA, fotolia, thinkstock - national instruments - publicité : guillaume dodeman, annie marché mouroux, martine renoult - annonceurs : addis, controles essais mesures, ede labs, electronique mag, enova lyon, enova paris, hemeri rf & emc tests equipments, phoenix contact, revoluplast, rhode schwarz - création et réalisation : cimaya - impression : imprimerie ferreol - 10 000 exemplaires


4

ENOVAMAG N°9 /

TENDANCES & MARCHÉS

/////////////////////////////////////////////////////////////////

Nouvelle France industrielle : ^ zoom sur 4 plans de reconquEte Au terme d’un an de travail conduit au sein du Conseil national de l’industrie (CNI), le Gouvernement a engagé une réflexion stratégique destinée à déterminer les priorités de politique industrielle de la France. Présentées le 12 septembre 2013 à l’Elysée par François Hollande, ces priorités sont le résultat d’une analyse approfondie des marchés mondiaux en croissance et d’un examen précis de la place de la France dans la mondialisation pour chacun de ces marchés. Elles prennent la forme de 34 plans, retenus au regard de trois critères : × Se situer sur un marché de croissance ou présentant des perspectives de croissance forte dans l’économie mondiale × Se fonder essentiellement sur des technologies que la France maîtrise, sur leur diffusion dans l’économie et leur développement ainsi que sur l’industrialisation d’une offre industrielle nouvelle ; × Occuper une position forte sur ce marché avec des entreprises leaders, ou disposer d’un écosystème académique, technologique, économique et industriel permettant d’y occuper une place forte. × Le travail a été mené par la direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services (DGCIS), appuyée par le cabinet McKinsey, en lien avec les pôles de compétitivité et les comités stratégiques de filières, au sein desquels les chefs d’entreprises, les partenaires sociaux, les administrations et les fédérations professionnelles prennent une part active.

A Logiciels

et systèmes embarqués

Nous construisons la France de l’intelligence des objets et des systèmes. Le pilotage automatique d’un avion, l’antipatinage d’une voiture, les systèmes de contrôle d’une centrale thermique reposent sur des logiciels embarqués. Le marché mondial du logiciel embarqué atteint aujourd’hui 130 milliards d’euros, avec une croissance annuelle de l’ordre de 2 %. La France y occupe une part significative avec un chiffre d’affaires d’environ 10 milliards d’euros. C’est une activité essentielle pour les industriels qui y ont recours : le logiciel embarqué représente aujourd’hui 9 % des coûts dans l’industrie et 40 % de leur effort de recherche. Dans l’aéronautique, par exemple, le logiciel embarqué représente 12 % du coût d’un avion et 35 % de l’effort de recherche. Le coût du matériel et des circuits électroniques diminuant, la valeur ajoutée d’un objet est de plus en plus liée au logiciel embarqué qui lui donne son intelligence et sa fonctionnalité. Présents partout, les logiciels et systèmes embarqués fiabilisent et rendent plus efficaces les processus de production dans les usines, sécurisent le fonctionnement de nombreux dispositifs clés dans le fonctionnement de produits manufacturés (automobiles, ferroviaires, aéronautiques) afin d’éviter les accidents, et permettent aux objets de la vie quotidienne de communiquer entre eux. En France, l’industrie des logiciels embarqués est structurée autour des pôles de compétitivité. La compétence des 74 000 salariés, employés dans des start-up, des PME et des grands groupes, confère à ce secteur une position favorable sur un marché mondial en forte croissance. L’enjeu du plan sera de consolider le secteur, notamment dans le domaine de l’édition de ces logiciels, et de soutenir l’innovation, pour faire émerger des entités puissantes et exportatrices. Time code it


5

A Dispositifs médicaux

et nouveaux équipements de santé

Rideaux lumineux, Brochier Technologies

A Textiles techniques

et intelligents

Nous construisons la France du textile innovant. Symbole de la première révolution industrielle, l’industrie textile résiliente s’impose aujourd’hui comme un secteur d’avenir. Malgré des préjugés tenaces, le textile reste une industrie très présente en France et fortement innovante. Son renouveau soutenu par les pouvoirs publics est amorcé par la diversification de PME historiques vers les textiles techniques et le développement de fibres nouvelles : tissus biosourcés, fibres intelligentes captant l’énergie solaire ou donnant des informations corporelles, vêtements aux vertus curatives ou à mémoire de forme… Le textile de demain, plus technologique et respectueux de l’environnement s’invite partout dans notre vie quotidienne : sport, bâtiment, santé, transport, défense, emballage et agroalimentaire, agriculture et environnement, sécurité et protection… Tous les progrès scientifiques générés par les textiles techniques entraînent un courant d’innovation qui irrigue l’ensemble des métiers de la filière. La France est un acteur déterminant qui prépare déjà les projets industriels de demain. À son actif, un réseau d’entreprises innovantes et performantes épaulé par des laboratoires de recherche de pointe, des écoles d’ingénieurs reconnues, des structures comme l’Institut français du textile et de l’habillement ou le Centre européen des textiles innovants, des pôles de compétitivité dynamiques (Uptex et Techtera). La France dispose également d’atouts importants : qualification des personnels, maîtrise des matériaux, incorporation des avancées technologiques… Autant d’avantages essentiels pour élaborer et commercialiser les textiles du futur, en France comme à l’international. Pour cela, l’État, engagé aux côtés des régions textiles et de l’écosystème scientifique et industriel, encourage l’émergence de nouveaux produits en facilitant leur financement et en trouvant de nouveaux débouchés.

Nous construisons la France des technologies médicales pour des diagnostics encore plus fiables et des traitements toujours plus efficaces. Les dispositifs médicaux sont un terrain majeur d’innovation, d’amélioration de la qualité de l’offre de soins et de la prise en charge des patients. L’imagerie médicale, les technologies robotisées d’aide à la chirurgie, les implants thérapeutiques ou les pansements intelligents sont autant de réponses nouvelles de diagnostic, de traitement et de prise en charge des malades à l’hôpital comme à domicile. Le marché domestique des dispositifs médicaux représente 11 % du PIB. Le marché mondial quant à lui est aujourd’hui supérieur à 200 milliards d’euros et connaît une croissance annuelle de plus de 6 %. Face à la concurrence mondiale, la France peut compter sur l’excellence de sa pratique médicale et de son modèle hospitalier. Aujourd’hui, le secteur regroupe 45 000 salariés contre 2 millions aux États-Unis. La France, fortement importatrice aujourd’hui de dispositifs médicaux (- 800 millions d’euros), peut combler son retard grâce à la qualité de sa recherche et de son écosystème dynamique et innovant de startup, de PME et d’ETI. La structuration de la filière et l’accompagnement des entreprises en croissance sont deux enjeux centraux pour faire émerger des leaders de dimension mondiale. L’offre industrielle française doit se positionner sur les segments à haute valeur ajoutée et à forte croissance des dispositifs médicaux, comme l’imagerie médicale (scanner, échographie, endoscopie…) ou la e-santé (télécardiologie, analyse et gestion des données des patients…). Elle doit accompagner l’évolution de la demande des patients et des établissements de santé dont les commandes peuvent permettre d’industrialiser une offre compétitive et exportable.

 

Robot Rosa d’assistance aux gestes chirurgicaux, Medtech

Simulation de pilotage automatique, Citroën

A Véhicules

à Pilotage Automatique

Nous construisons la France des voitures intelligentes et autonomes. Le véhicule à pilotage automatique révolutionne le transport individuel. Autonome, équipé de capteurs et de logiciels embarqués, il interagit avec son environnement, communique avec les autres véhicules, facilite les manoeuvres de conduite et contribue à améliorer la sécurité routière en supprimant les erreurs de conduite. Libérés du volant, les passagers disposent en toute sécurité d’un nouveau temps libre durant leurs trajets. Les personnes en situation de handicap ou les personnes âgées peuvent retrouver l’usage de leur véhicule personnel. Grâce aux véhicules connectés encore, la gestion et la régulation du trafic devient plus prévisible et plus fluide. La voiture intelligente et autonome naît de la rencontre des entreprises de la filière automobile et des acteurs du monde de l’économie numérique. Les aides à la conduite occupent une place croissante et deviennent stratégiques pour l’industrie automobile et le maintien de ses emplois, notamment en R&D et en conception. Au moment où les grands acteurs de l’internet s’intéressent à la voiture, les constructeurs et les équipements automobiles prennent le virage de la transition numérique et développent une offre compétitive de composants automobiles, de capteurs et de logiciels afin de proposer, d’ici à 2020, des véhicules autonomes à prix abordable. L’ambition de ce programme est de faire de l’industrie automobile française une des pionnières dans l’automatisation des véhicules en levant notamment les obstacles réglementaires à son développement. Un marché de plusieurs milliards d’euros à l’échelle mondiale d’ici à dix ans s’ouvre aux pionniers de ce marché nouveau. En savoir plus : www.redressement-productif.gouv.fr

 


6

ENOVAMAG N°9 /

TENDANCES & MARCHÉS

/////////////////////////////////////////////////////////////////

Impact des technologies mobiles sur l’acquisition de données L’accès par mobiles aux applications de mesure n’est plus seulement un gadget : c’est désormais un besoin !

74 67 60

60 51

25

A OPTIONS DE MESURES

17

T1 2011

L’abondance des appareils mobiles à l’échelle internationale offre aux utilisateurs un accès illimité et instantané aux informations. Les questions ne restent désormais plus sans réponse, et les informations sont accessibles depuis n’importe quel endroit et à n’importe quel moment. Grâce à la technologie mobile, on est habitué à avoir accès aux informations en continu et cela influence désormais le marché de l’acquisition de données. Les ingénieurs et les scientifiques sont en train de créer des systèmes accessibles à partir d’appareils mobiles. Ces systèmes avertissent les techniciens lorsque des tests sont terminés et offrent la possibilité de changer les données à la volée. Dans le domaine de l’acquisition de données, les ingénieurs utilisent les technologies mobiles avec un accès permanent aux informations pour gagner en efficacité et, dans bon nombre de cas, pour éviter des problèmes avant qu’ils ne deviennent trop coûteux. La technologie mobile est en train d’évoluer rapidement, ce qui complique la mise en oeuvre et la configuration des standards. Pour rentabiliser le processus, les ingénieurs et les scientifiques doivent perfectionner leurs compétences en comprenant les options disponibles pour l’intégration mobile et en surveillant l’avenir dans ce domaine.

POUR L’INTÉGRATION DE TECHNOLOGIES MOBILES

T2 2011

menaces

T3 2011

T4 2011

android blackberry

T1 2012

ios j2me

T2 2012

T3 2012

symbien windows mobile

Ce diagramme présente les nouvelles menaces en termes de sécurités contre les systèmes d’exploitation mobiles pour chaque trimestre de ces deux dernières années.

Les technologies mobiles sont des ajouts relativement récents pour les systèmes de mesure, mais des solutions courantes commencent à évoluer. La solution la plus simple consiste à utiliser un appareil mobile pour prendre des mesures et une autre à utiliser l’appareil mobile comme IHM (Interface Homme-Machine) pour des systèmes de mesure déportés. Mesures de poche. L’idée des appareils de mesures de poche n’est pas nouvelle. Les multimètres numériques de poche existent depuis des années aux côtés d’une quantité d’autres matériels de mesures portatifs présents sur le marché. Il s’agit pour l’essentiel d’appareils de mesure dédiés créés pour un besoin bien particulier. Cependant, l’évolution des technologies inhérentes aux appareils mobiles offre l’occasion de créer des matériels de mesures de poche plus souples et plus fiables. Les appareils mobiles et leurs systèmes d’exploitation proposent de puissantes plates-formes qui offrent aux développeurs un accès à des centaines de milliers d’applications pour leur permettre de personnaliser et de créer leurs propres applications au sein de ces plates-formes. Des sociétés créent désormais des matériels de mesure qui peuvent être directement enfichés dans les appareils mobiles. Les applications natives créées par les fabricants de matériels de mesure peuvent interagir avec le matériel enfiché pour lire les données.


7

L’interface est un élément que les ingénieurs doivent prendre en considération au moment de choisir un matériel de mesure enfichable. Les standards courants en matière d’interfaces, comme l’USB, doivent être le premier élément à considérer pour ces systèmes de mesure. Les interfaces propriétaires sont plus risquées dans un système de mesure qu’il faut supporter pendant de nombreuses années. Les fabricants de matériels qui utilisent des interfaces propriétaires pourraient les changer sur des versions ultérieures sans préavis. Cela forcerait les ingénieurs à passer du temps et à dépenser de l’argent pour mettre à jour leurs systèmes afin de pouvoir utiliser la nouvelle interface propriétaire. Il vaut mieux donc favoriser des interfaces standard de façon à ce que les systèmes de mesure soient indépendants des modifications potentielles et de fabricants particuliers. Alternative à la connexion directe aux appareils mobiles, les matériels de mesure sans fil offrent une solution efficace pour les mesures de poche. De nouveaux matériels d’acquisition de données intègrent des capacités de communication sans fil et peuvent être accessibles depuis des appareils mobiles ou des ordinateurs traditionnels. Les applications natives ou les IDE logicielles peuvent servir à programmer ces matériels de mesure sans fil. À mesure que les systèmes de mesure requièrent de plus en plus de flexibilité, les ingénieurs peuvent s’attendre à ce que les fabricants sortent davantage de matériels de ce type. IHM déportée. En ajoutant une IHM déportée à un système de mesure, l’un des premiers éléments à prendre en considération est la façon

de communiquer entre le système de mesure et l’IHM. Les protocoles de réseau standard, comme le TCP ou l’UDP, peuvent être utilisés, mais la tendance actuelle est de faire appel à une technologie reposant sur le TCP et HTTP, communément appelée Web services. Un service Web est une API (interface de programmation d’application) à laquelle on peut accéder via des requêtes HTTP. Une fois appelés, les services Web renvoient une réponse lisible par l’homme. Les services Web modernes utilisent des réponses JSON mais il existe d’autres options de réponses, comme le XML, l’HTML ou un simple texte. Les ingénieurs peuvent ensuite programmer des interfaces efficaces qui rendent la réponse du service Web plus plaisante à regarder, comme un graphe déroulant. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les ingénieurs et les services informatiques préfèrent les services Web aux autres technologies de communication. Tout d’abord, les services Web sont directs et simples d’accès à partir de n’importe quel langage de programmation, dont le C++, Objective C et LabVIEW. Ensuite, puisque les services Web se trouvent au-dessus des protocoles de réseau courants, la communication est considérée “conviviale du point de vue informatique” comparée aux protocoles de réseau propriétaires. Enfin, les services Web peuvent aussi être facilement encryptés via des technologies standard comme Secure Sockets Layer (SSL) ou Transport Layer Security (TLS). Un autre élément à considérer est la façon de visualiser les données provenant du système de mesure. Un grand nombre de technologies différentes peuvent être utilisées pour créer un client de données, qui est l’interface utilisateur graphique permettant à quelqu’un de visualiser ou de contrôler les données de mesure transmises depuis le système d’acquisition de données. Construire un client de données personnalisé qui utilise un navigateur Web offre la flexibilité nécessaire pour personnaliser l’aspect et le fonctionnement tout en utilisant les technologies qui ne nécessitent pas de moteur d’exécution supplémentaire. L’HTML est compatible entre plates-formes de sorte qu’un client de données peut être créé pour fonctionner sur plusieurs systèmes d’exploitation différents. Une autre alternative à l’HTML est de créer des applications natives capables de fonctionner sur des systèmes d’exploitation mobiles spécifiques.

Les applications natives offrent de meilleures performances et ergonomie comparées aux applications basées Web (HTML). Le souci c’est que les applications natives nécessitent un développement personnalisé pour chaque système d’exploitation mobile. L’HTML5 est prometteur car il fonctionne avec la plupart des systèmes d’exploitation, mais cette technologie n’en n’est encore qu’à ses débuts. Pour un système de mesure, la première étape de création d’une IHM déportée est de choisir la façon de transmettre les données de mesure et de sélectionner la technologie client de données sur laquelle s’appuyer. Les ingénieurs en apprennent davantage sur les options possibles pour créer des solutions d’IHM déportées, faisant de ces fonctionnalités une priorité dans le choix d’une plate-forme pour système de mesure. Sécurité mobile. Plus les appareils mobiles servent à se connecter à des informations sécurisées, comme les comptes en banque ou des données privées sur une société, plus ils deviennent la cible des hackers. Les attaques de logiciels malveillants visant à perturber les opérations de l’ordinateur, ont augmenté de façon exponentielle ces dernières années dans les systèmes d’exploitation mobiles. La sécurité mobile devient une préoccupation de premier ordre. Les moyens classiques pour lutter contre les menaces en matière de sécurité mobile consistent à télécharger des applications de sites marchands officiels et à utiliser des logiciels antivirus sur les appareils mobiles. Les ingénieurs doivent passer au crible les détails spécifiques en matière de sécurité de leurs appareils mobiles et appliquer les mesures de sécurité qui s’imposent. A AVENIR DU MOBILE

DANS LES SYSTÈMES DE TEST ET MESURE

Les prochains systèmes de test et mesure vont continuer à évoluer vers une mise en réseau plus prononcée. L’accès par mobiles devient une exigence essentielle pour les systèmes de test et mesure et les ingénieurs sont en train de tester la pérennité de ces systèmes. Les anciens instruments GPIB seront remplacés par des instruments Ethernet plus récents tandis que des matériels de mesure sans fil continueront de gagner des parts de marché au fur et à mesure que les plates-formes mobiles deviennent plus puissantes. Toutes ces tendances annoncent un avenir où les technologies mobiles seront de plus en plus répandues dans les systèmes d’acquisition de données. Source : Rapport d’étude 2013 de National Instruments sur les technologies d’acquisition de données www.ni.com/daq-trends/fw


8

ENOVAMAG N°9 /

TENDANCES & MARCHÉS

/////////////////////////////////////////////////////////////////

la photonique en pointe dans de multiples secteurs EN RhOne-Alpes Astrophysique, sciences des matériaux, plasmonique, micro-électronique, éclairage : la photonique rhônalpine est présente dans tous ces secteurs et leur apporte des solutions innovantes et sources de développement économique. Ces nouvelles applications contribuent à la création d’entreprises et d’emplois.

Photo 2 *

A Une compétence reconnue

A Une convergence

A Une plateforme pour

Les équipes de recherche de la région RhôneAlpes, notamment celles de l’IPAG (Institut de planétologie et d’astrophysique de Grenoble) et de l’observatoire de Lyon se sont fait un nom dans le développement d’instruments pour les télescopes. Ainsi, elles sont actuellement en charge de deux des trois programmes majeurs concernant l’instrumentation au sol pour le VLT et le VLTI, la région bénéficie aussi de fortes compétences dans le domaine des détecteurs, avec les recherches menées au CEA-Leti et les produits développés par e2V, Sofradir et Ulis. Les recherches actuelles, qui visent notamment à diminuer la taille des instruments et à simplifier leur installation et leur maintenance, conduisent à utiliser les techniques d’optique intégrée, fortement présentes en Rhône-Alpes.

Un des intérêts de la plasmonique pour l’optique est de pouvoir utiliser les procédés de fabrication de la microélectronique. Cette proximité entre les communautés optique et micro-électronique est d’ailleurs une des forces de la région Rhône-Alpes et a donné lieu à la signature d’une convention en 2011 entre les pôles ORA et Minalogic. Cette convention vise d’une part à développer les projets incluant des techniques photoniques au sein de Minalogic et d’autre part à amplifier la présence du pôle ORA dans la partie Est de la région.

Un autre projet rhônalpin a reçu un label national : celui de la plateforme PISEO, porté par le Cluster Lumière. Ce projet, labellisée PFMI (Plateforme mutualisée d’innovation), vise à mettre à la disposition des entreprises et laboratoires de la filière éclairage, un ensemble de services leur permettant de développer, qualifier, évalue et fabriquer de nouveaux produits. Le Cluster Lumière a été créé en 2008 pour rassembler les acteurs régionaux de l’éclairage travaillant d’un bout à l’autre de la chaîne : laboratoires de recherche, centres de R&D, concepteurs, fabricants, installateurs, prescripteurs. S’appuyant sur les compétences régionales du secteur et sur la rupture technologique apportée par l’utilisation des LED, il aide au montage de projets favorisant le travail en commun des différentes technologies entrant dans la conception et la fabrication d’éclairages : optique, électronique, thermique, design, matériaux. Ainsi, le groupe de travail « applications marchés », est en train de mettre en place un ensemble de démonstrateurs en éclairage public sur cinq sites différents. La concentration de compétences régionales dans tous ces secteurs d’activité conduit tout naturellement à une forte dynamique de création d’activité, tant au sein d’entreprises bien établies, que de start-ups. Un nombre important de projets innovants a vu le jour avec à la clé pour certains la création d’une entreprise.

en astrophysique

A Le développement

de la plasmonique

Cette optique intégrée peut désormais s’appuyer sur le développement de la plasmonique qui représente un nouvel outil pour les opticiens, notamment pour l’amélioration des photo-détecteurs infrarouge. Les recherches menées au CEA-Leti ont par exemple conduit à la mise au point d’une nouvelle matrice HgCdTe. Parallèlement, l’INES (Institut national de l’énergie solaire) étudie aussi l’utilisation de la plasmonique pour améliorer l’efficacité des cellules solaires. Ces études complètent toute une gamme de nouveaux procédés et systèmes permettant de mieux collecter la lumière et d’augmenter le rendement de conversion : structuration de la surface des cellules par laser, dépôt de couches minces, systèmes optiques de focalisation, utilisation de cristaux photoniques, conversion spectrale afin d’adapter le flux incident à la gamme d’absorption de la cellule.

avec la micro-électronique

A Un Labex et un Equipex

photoniques pour l’étude des surfaces

Dans le cadre du programme national « Investissements d’avenir », la région Rhône-Alpes s’est vu attribuer un label Equipex (Equipement d’excellence) et un label Labex (Laboratoire d’excellence) pour développer les applications photoniques en lien avec les surfaces. L’Equipex Manutech-USD (Ultrafast System Design) est une plateforme collaborative destinée à mutualiser des moyens permettant de comprendre comment la topographie de surface peut influencer les phénomènes de surface. Un nouveau bâtiment permettra de rassembler les moyens de modification des surfaces, principalement des lasers, et les moyens de caractérisation, ouverts aux industriels et aux chercheurs. Le Labex Manutech-SISE (Surface and Interface Science and Engineering), laboratoire pluridisciplinaire autour de l’Equipex, regroupe un premier cercle de partenaires incluant cinq laboratoires et trois entreprises.

les nouveaux éclairages

Par Françoise MÉTIVIER Rédactrice en chef de Photoniques * Photo 2 : Le développement et la caractérisation des nouveaux éclairages à LED est une des missions de la plateforme PISEO, dont les activités ont démarré début 2012.


* Les

9

chiffres clÉs de l’OPtique / photonique 290 000 emplois en Europe pour 5 000 entreprises. 10 % de l’économie Européenne. Marché mondial à 300 milliards d’Euros aujourd’hui, 450 milliards d’ici 2015, et 615 milliards en 2020. + 8-10% de croissance annuelle contre 3,5% pour l’ensemble des marchés. 20% du marché mondial, soit 60 milliards LA RÉGION RHÔNE-ALPES :

25% de l’activité économique Nationale du domaine 2nde position après l’Ile de France. 35 Laboratoires de Recherche (Institut Lumière Matière, Laboratoire Hubert Curien, IMEP LAHC, LiPhy, Institut Néel, INL, CEA LETI, CEA LITEN…) et plus de 350 établissements industriels. 7 domaines de spécialisation intelligente à fort potentiel composés d’acteurs ( entreprises, recherche, formation ) positionnés et reconnus à l’international : × Santé personnalisée & maladies infectieuses et chroniques × Procédés industriels & usine éco-efficiente × Réseaux & stockages d’énergies × Bâtiment intelligent à haute efficacité énergétique × Usages, technologies et systèmes de mobilité intelligents × Technologies numériques & systèmes bienveillants ×

Sports, tourisme et aménagements de montagne

ÉQUIPEMENTS DE TEST Amplificateurs de puissance large bande état solide et à onde progressive Antennes émission / immunité Sondes de mesure de champs Matrices de commutation Sondes d’injection et sondes de mesures de courant Réseaux de couplage / découplage RSIL Câbles coaxiaux Générateurs impulsionnels pour essais selon normes MIL-STD ou CS Générateurs pour essais CEM immunité conduite (Normes EN, CEI, ISO,...)

MOyENS D'ESSAIS Cages de Faraday Chambres anéchoïques Cages réverbérantes Caissons faradisés Absorbants hyperfréquences

LOGICIELS

Essais conduits : immunité / émission Essais rayonnés : immunité / émission Monitoring essais Mesures radio

MÉTROLOGIE

Étalonnages Cofrac ou équivalent Constats de vérification Constats de mesures Gestion de parc

L'accès aux matérieLs et services pour essais cem

wwww.PORTAIL-CEM.FR


10

ENOVAMAG N°9 /

TECHNO

///////////////////////////////////////////////////////////////////////

Des ultrasons qui s’affranchissent du gel de couplage pour le CND. Les ultrasons traditionnellement utilisés dans l’industrie, nécessitent l’utilisation d’un fluide de couplage pour transmettre les ultrasons de la sonde au composant inspecté. Quand le composant contrôlé est poreux, ou chaud, le contrôle ultrasonore n’est pas possible. Le CETIM a développé une technologie qui permet de générer les ultrasons directement à la surface du composant par méthode électromagnétique, c’est-à-dire sans contact physique. La sonde développée comprend un solénoïde qui crée des courants de Foucault dans le composant. Ces courants interagissent avec un champ magnétique qui est créé par un aimant inclus dans la sonde. La sonde est raccordée à une électronique qui permet de créer des courants de 100 ampères pour une puissance de 250 kWatts… Pour cela, pas besoin de centrale électrique, on est en régime impulsionnel et l’énergie dissipée est faible, et non destructive !! Ainsi, le matériel développé ( fig1 ) permet :

( fig2 ) Visualisation de l'écho de fond du goujon

 

× De créer des ondes ultrasonores de fréquence 5 mégahertz ( fig2 ) à travers de l’air ou un matériau poreux, tel que du papier, ce qui est impossible avec les technologies conventionnelles ! × De créer des ondes ultrasonores dans des matériaux à haute ou basse température × De contrôler les contraintes de pré-charge dans les assemblages, même si ils sont déjà serrés, comme cela a été fait il y a quelques années sur les façades de l’aéroport Charles de Gaulle.. Source : CETIM

( fig1 ) Le capteur ultrasonore développé génère ici des ondes ultrasonores dans un goujon en acier de plus de 100mm de long à travers une épaisseur de papier de 0,4mm.

Les futures applications de l’électronique imprimée : les surfaces scanner pour équipements de reproduction, capteurs d’empreintes, équipements de diagnostic médical. ISORG est la société pionnière de l’électronique imprimée en France, développant une technologie de rupture : électronique organique (considérant les matériaux semi-conducteurs provenant de la chimie organique), électronique imprimée (considérant les techniques de déposition des matériaux sous voie liquide) ou électronique plastique (considérant les supports plastiques). ISORG transforme le plastique (ou le verre) en surfaces intelligentes capables de vision avec ses photo-détecteurs et capteurs d’image de grande surface. Cette technologie présente plusieurs avantages différentiateurs : × Grande surface de détection (jusqu’à plusieurs dizaines de cm) × Ultra-fine et légère, conformable × Possibilité de développement produit spécifique avec faibles coûts de R&D × Opération en spectres visibles et proche-infrarouge.

Elle vient en substitut des solutions traditionnelles d’optique comme les caméras CMOS ne pouvant opérer à faible distance (distance focale) ou photodiodes silicium (coût, intégration mécanique). Les premières applications sont : × Les surfaces de scanner pour imagerie rayons X (en particulier imagerie médicale) Les capteurs de détection d’objet pour industrie 4.0 – objets connectés Internet pour industrie logistique et e-commerce, distribution électrique et pharmacie (piluliers intelligents) × Les interfaces homme-machine innovantes sans contact et reconnaissances de gestes 3D pour électroménager, électronique grand public / écrans et équipements industriels, surfaces interactives pour smart packaging et PLV / merchandising × Le contrôle industriel (spectroscopie spatiale) pour industrie pharmaceutique et traitement des eaux. www.isorg.fr


11

Nanoélectronique : Nous construisons la France de l’infiniment petit au service de tous. La nanotechnologie n’est plus de la sciencefiction. Les composants nanoélectroniques et les circuits intégrés sont omniprésents dans notre quotidien : ils stockent l’information sur les clés USB, régissent nos ordinateurs, assurent la sécurité de nos voitures, assurent le fonctionnement personnalisé des pacemakers, optimisent notre consommation énergétique. L’avancée nanotechnologique permet de réinventer de multiples secteurs industriels. Elle se trouve au coeur de nombreux enjeux économiques et sociaux : énergie, santé, communication. Cette technologie revêt donc un caractère véritablement stratégique pour la politique industrielle. La nanoélectronique constitue un axe prioritaire de la politique industrielle en France depuis le lancement du programme « Crolles 1 » en 1992. Grâce à cet effort constant sur la durée, la France est aujourd’hui dans le trio de tête des nations ayant accès aux nanotechnologies. Cette avance, que symbolise notamment la société STMicroelectonics (dont l’usine de Crolles est considérée comme la plus avancée d’Europe) doit être maintenue. Le plan « Nanoélectronique » se situe à l’intersection

»

L’avancée nanotechnologique permet de réinventer de multiples secteurs industriels. de deux objectifs fondamentaux de l’action gouvernementale : focaliser l’effort public sur les enjeux technologiques qui structureront demain l’industrie mondiale dans beaucoup de domaines, et maximiser l’efficacité des programmes par l’association de tous les acteurs du secteur. En plus d’augmenter la production, ce plan permettra de faciliter le lien entre les laboratoires industriels et les divers fabricants qui les intègrent dans les produits d’aujourd’hui et surtout de demain. Il s’agit d’encourager la fabrication d’objets d’usage courant qui seront parmi les meilleurs du marché mondial : appareils médicaux innovants, systèmes de traçabilité des produits de consommation, amélioration de la qualité des matériaux, avancées dans l’efficience énergétique par exemple.

Usine de composants électroniques à Crolles (Isère)

Source : www.redressement-productif.gouv.fr


12

ENOVAMAG N°9 /

TECHNO

///////////////////////////////////////////////////////////////////////

Les défis métrologiques des nanotechnologies. Sujet abordé par François Piquemal du LNE pendant les journées du Congrès International de Métrologie 2013

Depuis plus d’une décennie, les nanotechnologies couvrent un domaine tout à fait nouveau pour lequel les fabricants, les agences gouvernementales et les citoyens ont des attentes très fortes. En effet, les nanotechnologies offrent un nombre toujours croissant d’applications potentielles dans tous les secteurs de l’industrie : × L’énergie (cellules photovoltaïques avancées, éclairage à diodes électroluminescentes, dispositifs de stockage), × Le transport (pneumatiques, membranes pour piles à combustible économiques, surfaces vitrées intelligentes), × La construction et le bâtiment (peintures réfléchissantes solaires autonettoyantes et antimicrobiennes, béton), × Le médical et l’industrie pharmaceutique (implants et revêtements pour la médecine régénérative, biocapteurs), × Les technologies de l’information et de la communication (électroniques de grande consommation, lasers, écrans flexibles, impression à jet d’encre), × Le textile dans des applications de sécurité et de protection individuelle, médicales ou sportives,

× Les biens de consommation en cosmétique (hydratants, maquillage, protection solaire) ou en produits d’entretien ménagers (nettoyants, savon), × L’emballage (alimentation, boisson, médicaments, vêtements). Certaines de ces applications recouvrent également le domaine de la santé (imagerie par médication vectorielle, thérapie) et de l’environnement (énergie verte, traitement durable de l’eau). Les nanomatériaux, produits ou procédés les mettant en œuvre existent déjà, mais les moyens de mesurer leurs propriétés sont encore à leurs balbutiements. Il est souvent difficile de mettre en place une instrumentation capable de mesurer la taille, la forme et les propriétés physico-chimiques des nanoobjets avec les incertitudes requises. Par ailleurs, les processus industriels impliquent une gestion de l’assurance de la qualité qui s’appuie sur des outils fiables pour lesquels la métrologie détient toujours un rôle clé.


13 sein des différents groupes de travail, les Le soutien aux industriels dans ce domaine problématiques telles que la métrologie des et l’analyse du rapport bénéfices/risques nanoparticules (en solution, déposées sur des nanomatériaux exigent ainsi le dévelsubstrat ou en aérosol) et la nanométrologie oppement d’une métrologie spécifique : la dédiée à la micro et opto-électonique sur des nanométrologie. Il ne s’agit pas seulement grandeurs dimensionnelles et électriques d’étendre la métrologie dimensionnelle à montrent des besoins précis et pour certains l’échelle nanométrique mais de développer urgents en termes d’étalons et de moyens toute une métrologie au service des nanod’étalonnage. sciences et des nanotechnologies. Elle se De plus, un recensement important des distingue alors de la métrologie traditionnelle instruments utilisés sur le plan national à par son aspect multidisciplinaire mais aussi des fins nanométrologiques a été réalisé. par le fait qu’elle nécessite l’émergence de En termes de perspective à court terme, nouveaux concepts (métrologie hybride, de nouveaux sujets nanométrologiques fusion de données). vont être traités dans le cadre de journées En parallèle, le développement des thématiques spécifiques. Il en est ainsi nanomatériaux pose la question de leur de la nanotopographie (nanométrologie réglementation et des risques possibles dimensionnelle sur de grandes surfaces), des en matière de santé et d’environnement. mesures locales de propriétés thermiques, Dans le cadre de la loi dite « Grenelle 2 », de grandeurs magnétiques, de flux optique, un décret sur une déclaration annuelle de la mesure de propriétés mécaniques sur obligatoire des produits contenant des des nanosystèmes simples (nanoparticules substances à l’état nanoparticulaire a été sur une surface par exemple)... publié en février 2012 et prend effet à partir Par ailleurs, deux comparaisons inter-labode janvier 2013. Cependant, tous les rapports ratoires ont été récemment proposées au publiés par les agences gouvernementales sein du club : et les organisations de normalisation + La première concerne Le développement soulignent le manque la mesure dimensiond’outils, de matériaux nelle d’étalons ou de des nanomatériaux de référence et structures de référence pose la question de méthodes qui dédié à la microscopie permettraient champ proche et plus de leur réglementation d’établir la traçabilité particulièrement à la des mesures, et des risques possibles microscopie à force d’améliorer ainsi atomique (AFM). en matière de santé leurs comparaisons En fonction du choix e t d e fa c i l i t e r i n porté sur l’étalon « voet d’environnement. fine l’application du yageur », la comparaidécret. Cela soulève son pourrait égaleune seconde différence par rapport aux ment concerner d’autres techniques telles secteurs traditionnels. Pour ces deux que la microscopie électronique (SEM). raisons principales qui pourraient expliquer +  Dans un même esprit, la seconde coml’absence actuelle d’un véritable secteur paraison a trait aux mesures dimensionnelles industriel des nanotechnologies en France de nanoparticules. Ce travail permettra (pas de fédération ni de syndicat), le aussi de comparer les mesures provenant LNE et NanoSciences France, un réseau de différentes méthodes fondées sur des interdisciplinaire initié par le CNRS, le principes physiques différents. Plusieurs CEA et le Ministère de l’Enseignement types de nanoparticules ont d’ores et déjà Supérieur et de la Recherche, créent en été choisis et serviront de matériaux de 2011, le Club nanoMétrologie. référence (NP de SiO2, d’Au et d’hématite) Depuis sa création, le Club nanoMétrologie et sept techniques ont été retenues pour (http://club-nanometrologie.fr) a montré les mesures dimensionnelles (TEM, SEM, son fort potentiel dans l’établissement AFM, DLS, BET dans le cas de NP sphériques, d’une véritable passerelle entre les secteurs XRD et FFF). industriel et académique. Son mode de fonctionnement en réseau avec la mise en place d’une plateforme collaborative, un site internet, l’organisation de journées thématiques … permet une mise en contact efficace des participants et l’émergence de projets communs. Le Club nanoMétrologie a également tenu son rôle de diffuseur de connaissances vers le monde industriel. Dans le cadre des actions menées au

»


14

ENOVAMAG N°9 /

DOSSIER EMBARQUÉ

////////////////////////////////////////////////////////////////////

L’hémodialyse quotidienne en toute simplicité... pour un bien-être retrouvé La start-up Physidia lance la commercialisation d’un nouvel équipement de dialyse compact « le Physidia S³ », transportable et conçu pour être utilisé par le patient lui-même. « C’est avant tout un projet humain qui va apporter beaucoup plus de conforts aux patients», souligne Michel Houdou, créateur de la société, qui y voit à la fois une vraie libération pour les 40 000 personnes dialysées en France et un coût sensiblement réduit pour la collectivité. Pour 90 % des patients, l’épuration rénale se pratique en milieu hospitalier, au rythme de trois longues séances par semaine. × × × ×

Caractère innovant et avantages du Physidia S³ : Equipement compact (forme cude de 23 kilos et 40 cm3). Diminution des médicaments de l’interdialyse Meilleure tolérance des séances quotidiennes (6 séances par semaine) et courtes (2 heures). × Sans installation particulière, sans fabrication de dialysat in situ, sans besoin de désinfection de l’équipement. × Possibilité des séances hors centre (à domicile ou en autodialyse). × Amélioration de la qualité de vie. Ces avantages rendent possible son usage collectif, en maison de retraite par exemple. Une tablette du marché, amovible, permet de piloter l’engin, sous le contrôle en ligne d’un praticien. L’hémodialyse quotidienne est plus physiologique, évite au patient les problèmes d’intolérance liés à l’intermittence de l’hémodialyse conventionnelle. L’ensemble des résultats cliniques obtenus en hémodialyse quotidienne procure aux patients une amélioration de leurs performances physiques et intellectuelles, bref, un bien-être retrouvé. La mise au point de ce système d’hémodialyse à domicile a nécessité deux ans et demi, avec 150 essais cliniques sur plusieurs patients à chaque fois pendant quinze jours, dans 6 centres de dialyse en France, sous l’égide d’un comité scientifique présidé par le néphrologue Maurice Laville. Filiale du groupe OEM DEVELOPMENT, une société de R&D aussi présidée par Michel Houdou, Physidia a mobilisé 5 millions d’euros sur ce projet entre des fonds privés, le soutien d’Oseo (Bpifrance) et de la région Pays de la Loire. La machine sera fabriquée à Angers, par Crossway Technologies et Creative Eurecom, sociétés soeurs de Physidia, à Saint-Barthélemy. http://www.physidia.fr/fr/


15

La révolution de la vision embarquée engendre une nouvelle génération de systèmes embarqués L’intégration de données issues de la vision propulse les systèmes embarqués à un niveau de performances encore jamais atteint. A TECHNOLOGIE

DE VISION EMBARQUÉE STANDARD EN VOLUME

L’électronique grand public a repoussé les limites du possible en matière de puissance, de taille et de coût. De minuscules caméras sont désormais des composants standards des ordinateurs portables, des tablettes et des téléphones mobiles. Alors que la taille et les capacités actuelles des capteurs d’images sont impressionnantes, l’avancée technologique la plus importante en vision embarquée est la puissance de traitement. Avec les performances des processeurs qui doublent tous les deux ans et le développement des technologies de traitement parallèle comme les unités centrales multicoeurs, les unités de traitement graphique (GPU) et les FPGA, les concepteurs de systèmes embarqués peuvent désormais appliquer des algorithmes sophistiqués à des données visuelles et créer des systèmes plus intelligents. Au lieu de se reposer uniquement sur les mesures mécaniques comme la température, le son et la vibration, les systèmes embarqués ont désormais accès à des informations visuelles et suffisamment de puissance de traitement pour réagir immédiatement. La société IMS Research estime que le taux de croissance annuel composé sur cinq ans du marché de la vision embarquée atteindra 86 %, soit près de 700 millions d’unités d’ici à 2016. Cela ne devrait pas tarder avant que les caméras deviennent une fonctionnalité standard dans les réfrigérateurs, les fours à micro-ondes, les machines à laver ainsi que d’autres appareils électroménagers de la vie courante en plus de celle qui existe déjà dans les ordinateurs, les téléphones portables ainsi que dans les automobiles. A AUTOMATISATION INDUSTRIELLE

La nouveauté pour la vision industrielle en production est l’intégration de technologies d’imagerie et de systèmes de commande d’axes pour créer des machines de production très hautes performances. Les images peuvent désormais être traitées suffisamment vite pour

calculer les points de consigne de commande d’axes, et les fabricants de machines considèrent “l’asservissement visuel” comme une nouvelle approche pour accroître les performances de leurs machines d’automatisation. Dans le traitement des galettes de semi-conducteurs, par exemple, une source courante des problèmes de qualité sont des torsades ou des décalages mineurs qui ont lieu au moment où les circuits fraîchement découpés sont manipulés dans le processus de fabrication. De nouvelles générations de machines de traitement de galettes incorporent de la vision embarquée pour augmenter l’intelligence de leurs systèmes de commande d’axes, ce qui aboutit à d’énormes augmentations des rendements de fabrication. En utilisant les données issues des images, ces machines peuvent déterminer avec précision l’orientation exacte d’un circuit et compenser les déviations. Ils peuvent aussi utiliser la même image pour inspecter les défauts et rejeter les pièces défectueuses bien avant la fin de la ligne de production. A BIOLOGIE

Depuis plus d’un siècle, différentes technologies ont été utilisées afin de développer des techniques non invasives pour le diagnostic et le traitement médical. Qu’il s’agisse de rayons X, de champs électromagnétiques ou d’ultrasons, l’imagerie médicale implique traditionnellement un processus avec réponse à un stimulus et nécessite des systèmes à forte énergie pour à la fois la génération et le traitement de signaux. Grâce à de nouveaux capteurs d’imagerie aux résolutions supérieures et aux vitesses d’acquisition d’images plus élevées, l’imagerie passive évolue vers une nouvelle approche d’imagerie médicale, et permet l’utilisation de matériels plus petits aux coûts réduits qui peuvent être déployés en gros volumes.


16

ENOVAMAG N°9 /

DOSSIER EMBARQUÉ

////////////////////////////////////////////////////////////////////

L’industrie automobile a commencé à adopter la vision embarquée en concevant des fonctionnalités d’aide à la conduite comme des caméras de recul, et de même que pour des appareils électroniques grand public, le déploiement en quantité des solutions pour l’automobile va finalement avoir des retombées sur tous les types d’applications liées aux transports. Dans l’industrie ferroviaire, par exemple, l’état général des rails est une préoccupation permanente, et n’importe quel changement de position peut engendrer d’importants problèmes de sécurité ou des interruptions de service. Les exploitants de trains doivent toujours examiner les rails à la main, mais la société française New Vision Technologies a mis au point un système de vision embarquée nommé RAIL SHIFT capable de contrôler en continu plus de 30 mètres de rails et de mesurer les changements de position inférieurs à 5 mm. La société a installé plus d’une dizaine de systèmes sur le réseau ferroviaire d’Île-de-France, qui transporte plus de trois milliards de passagers chaque année, qui envoient des alertes immédiates aux exploitants lorsque des défauts sont détectés. A DES CAMÉRAS PARTOUT

La technologie de vision embarquée dans les applications grand public a ouvert la voie à tous les types de systèmes de vision embarqués. Les performances des capteurs et des technologies de traitement augmentent tandis que les contraintes en termes de taille, de puissance et de coût diminuent. Nous avons déjà noté le développement rapide des technologies d’imagerie dans des industries comme l’automatisation industrielle, le médical et les transports, et nous n’en sommes qu’aux prémices. Source : Rapport d’étude 2013 sur les Systèmes embarqués de National Instruments - www.ni.com/eso/f

Photo : Ghislain REMY, IUT de Cachan

A TRANSPORTS

»

La capacité des machines à observer et comprendre leurs environnements promet de révolutionner l’industrie de l’électronique. Les applications en volume dans l’industrie automobile et l’électronique grand public alimentent l’innovation et font chuter les coûts, ce qui va au final aider la vision embarquée à se développer rapidement sur une multitude d’autres marchés. Jeff Bier, President, Embedded Vision Alliance (embedded-vision.com)


17

Un appareil de mesure de la rigidité artérielle : le pOpmètre®

*

 

CETTE INNOVATION A REÇU LE TROPHÉE CAP’TRONIC JEUNE ENTREPRISE PROJET 2013 CAP’TRONIC est intervenu auprès d’AXELIFE dans la rédaction du cahier des charges, pour le traitement du signal de l’onde de pouls, et pour la maitrise d’œuvre et le suivi du projet. Avec l’ESEO (Ecole Supérieure de l’Electronique de l’Ouest), AXELIFE a effectué un travail collaboratif pour la recherche de paramètres nouveaux dans le traitement du signal de l’onde de pouls. Des recherches cliniques sont publiées, et en cours avec différents centres hospitalo-universitaires : Pr. Gilles Berrut – président du Gérontopôle, Pôle de Gériatrie Hôpital Universitaire de Nantes, Pr. Georges Lefthériotis - Laboratoire d’explorations vasculaires à Angers, Prs. Stéphane Laurent et Pierre Boutouyrie à l’hôpital européen Georges Pompidou, unité INSERM 970 – Université Paris Descartes, Pr. Michel Marre Hôpital Bichât, unité INSERM U695 université Paris Diderot, Professeur Olivier Hanon, Hôpital BROCA Paris.

AXELIFE met sur le marché un appareil de diagnostic rapide non invasif de la “rigidité artérielle” : le pOpmètre® Il permet de mesurer, en 20 secondes, la vitesse de propagation de l’onde de pouls grâce à 2 capteurs positionnés sur l’index et sur l’orteil. Cette caractéristique reflète la rigidité artérielle (la qualité des artères). Validé par des études cliniques, il va permettre de mieux prévenir les accidents cardiaques. Une innovation scientifique basée sur les constations suivantes : × La vitesse de propagation de l’onde de pouls n’est pas corrélée à l’âge au niveau du membre supérieur alors qu’elle l’est au niveau de l’aorte et du membre inférieur. × Les complications des différentes maladies facteurs de risque vasculaire (Hypertension artérielle, Diabète, Hypercholestérolémie, Tabac) sont localisées au niveau de la microcirculation : Rein, cœur, cerveau, Œil, et des artères de petit calibre des membres inférieurs. × L’interaction entre les artères de petit calibre et des artères de gros calibre est étudiée de manière importante. Un cercle vertueux provoque une augmentation de la rigidité des gros troncs à partir de l’augmentation de la pression artérielle moyenne, elle même provoquée par le remodelage des artérioles, provoqué par leur vasoconstriction qui est induite par le remodelage des gros troncs et l’augmentation de la pression pulsée. × La rigidité artérielle représentée par la Vitesse de l’Onde de Pouls carotide-fémorale est le meilleur prédicteur d’évènement cardiovasculaire, voir de mortalité toute cause que les facteurs de risque classiques.

Validé par des études cliniques, il va permettre de mieux prévenir les accidents cardiaques. Les valeurs de référence ont été établies. La dernière réunion de consensus met en exergue la méthodologie de la mesure en pratique quotidienne. × pOpscore® est un paramètre corrélé à l’âge indépendamment de la pression artérielle. Source : www.axelife.fr


18

ENOVAMAG N°9 /

FOCUS SALON : ENOVA LYON

////////////////////////////////////////////////////////////

enova lyon 110 exposants 2 jours d'exposition 1500 visiteurs 10 CONFÉRENCES TECHNIQUES La 1ère édition d’ENOVA à LYON, le salon des technologies en électronique, mesure, vision et optique vous propose : F 2 jours de rencontres et d’échanges entre professionnels F Une offre riche répartie en 5 univers technologiques F Une visite conviviale et efficace


19

Rencontrez 110 exposants

autour de 5 univers technologiques F electronique / production / test / composants F logiciels et systemes embarques & communicants / m2m F hautes frequences / wireless / cem F mesure / instrumentation / metrologie / vision F optique / photonique /laser / fibres optiques Ó AB2E CEM Ó ACCELONIX Ó ACTIVE PROGRAMMING SERVICES Ó ADDIS COMPOSANTS ELECTRONIQUES Ó ADDIS ELECTRONIC Ó ADTP Ó ALLIANTECH Ó ARCHIPEL Ó ARTEDAS FRANCE Ó ATEQ FRANCE Ó BETA-LAYOUT LTD Ó BRONKHORST FRANCE Ó CABLAGE PROTOTYPES SERVICES Ó CANON BRETAGNE Ó CARL ZEISS Ó CCE Ó CEA Ó CEA / LETI Ó CEL (COMPOSANTS ELECTRONIQUES LYONNAIS) Ó CETIAT Ó CIF - CIRCUIT IMPRIME FRANÇAIS Ó CIRLY SAS Ó CLAPPAZ Ó CLIMATS Ó CMS INDUSTRIE Ó CNFM Ó COLLEGE FRANCAIS DE METROLOGIE Ó CP FRANCE Ó CSI SUD OUEST Ó CST

Ó DAVUM TMC Ó DB PRODUCTS Ó DEL LA DISTRIBUTION ELECTRONIQUE Ó DIRECT Ó DISTRAME Ó E.D.E LABS Ó ELECTRONIQUE MAG Ó ELMA ELECTRONIC Ó EMG2 Ó ERSA GMBH Ó EURO PROCESS Ó EUROCIRCUITS SARL Ó EUROPLACER INDUSTRIES Ó EXELSIUS Ó FARO FRANCE Ó FENWICK Ó FIMOR Ó FISCHER CONNECTORS Ó FISCHER ELEKTRONIK Ó FLEXCONNECT Ó FTM SARL Ó GENERAL HYBRID Ó GRENOBLE INP (ESISAR) Ó HAMAMATSU PHOTONICS FRANCE Ó HANS KOLB COATED PRODUCTS Ó HEMERA-RF Ó HIROX EUROPE Ó HOLDELEC Ó IFTEC Ó IMPLEX

Ó INELTEC Ó INOVEOS Ó INSA / INSAVALOR Ó INVENTEC PERFORMANCE CHEMICALS Ó ISATIS Ó ISORG Ó JESSICA FRANCE / PROGRAMME CAP’TRONIC Ó LASER TECHNOLOGIE Ó LCD MIKROELEKTRONIK Ó LINTECH Ó LOGIC Ó METROLOGIC GROUP Ó METRONELEC Ó METZ CONNECT Ó MICRO EPSILON FRANCE Ó MINALOGIC Ó MJB Ó NATIONAL INSTRUMENTS Ó NCAB GROUP FRANCE Ó ODU FRANCE Ó OK INTERNATIONAL LTD Ó OPTIX CO BULGARIA Ó OPTO FRANCE SAS Ó OPTRIS GMBH Ó OSE Ó PC VISION INGENIERIE Ó PCB PIEZOTRONICS Ó PEP PÔLE EUROPEEN DE PLASTURGIE Ó PHOTON LINES SAS

Ó PIGE ELECTRONIQUE Ó POLE OPTIQUE RHONE ALPES Ó PPG COATINGS SA Ó PROMATEC Ó PROTO ELECTRONIQUE.COM Ó QIOVA Ó QT- DIGIA Ó R&D VISION Ó RETRONIX Ó REVOLUPLAST Ó ROHDE & SCHWARZ Ó SCAELEC Ó SCIENCE ET SURFACE Ó SDEP Ó SEICA FRANCE Ó SELVA Ó SICAP ELECTRONIQUE Ó SILSEF Ó SJM EUROSTAT Ó STP ELECTRONICS Ó STYREL TECHNOLOGIES Ó SUDELEC Ó SYNERGICA Ó TEKNIS Ó TME Ó VECTOR FRANCE Ó WEISS TECHNIK FRANCE Ó WIMESURE Ó W-TECH Ó WURTH ELEKTRONIK FRANCE Ó XXI LAB Ó YAMAHA MOTOR IM EUROPE

La région Rhône-Alpes 1ère région industrielle française, elle regroupe 20 % des entreprises industrielles du pays et 16 % des effectifs nationaux. 2ème région française pour les industries des équipements électroniques et électriques et de l’optique photonique avec 25% de l’activité nationale. La région bénéficie d’activités diversifiées (industrie manufacturière, automobile, pharmacie, construction aéronautique et spatiale).

Avec 12 Clusters & 12 Pôles de compétitivité, Lyon et sa région sont un carrefour naturel et transrégional des grands axes d’Europe du Sud. Elle accueille de nombreux centres de recherche (LETI/CEA, INRIA, CREATIS, CNRS), laboratoires et grandes écoles (INSA, ECOLE CENTRALE, ESISAR, ECAM) s’intéressant aux secteurs des nouvelles TIC, de l’optique photonique, de l’électronique, de la microélectronique et de la mesure instrumentation.

*


20

ENOVAMAG N°9 /

FOCUS SALON : ENOVA LYON

////////////////////////////////////////////////////////////

Organisez votre visite sur www.enova-event.com

A TROUVEZ des solutions concrètes et novatrices A ACCÉLÉREZ la réalisation de vos projets A NOUEZ de nouveaux contacts A RENCONTREZ vos fournisseurs habituels A OPTIMISEZ vos achats et vos gains de productivités

Votre partenaire pour la CONCEPTION sur mesure de vos systèmes électroniques

Cité, Centre de Congrès de LYON

Mercredi 12 février de 9h à 18h

Bureau d’Études

Cartes électroniques et Logiciels embarqués

Caractérisation et Qualification de composants électroniques

Expertise en Radio Fréquence CEM, Simulation électromagnétique, Développement hyperfréquence

130316 - www.Aloha-com.fr • Photos non contractuelles • Crédits photos : L. Lebailly

Laboratoire de Mesures

Jeudi 13 février de 9h à 17h

Moyens d’accès au Centre de Congrès de Lyon Coordonnées GPS : Latitude: 45.7851676 Longitude: 4.8528885

+

Créez votre badge gratuit

contact@edelabs.com Tél. : + 33 (0)9.72.21.53.76

R VISITEU

www.edelabs.com ANN 88x243.indd 1

et inscrivez-vous aux conférences en quelques clics ! CODE : MAG9

28/11/13 15:17


21

Optimisez votre visite

avec les conférences techniques

MERCREDI 12 FÉVRIER

JEUDI 13 FÉVRIER

9 h 30 - LES MATINALES DE L''EMBARQUÉ : INTERNET DES OBJETS. CAPTRONIC

9 h 30 - LES MATINALES DE L''EMBARQUÉ : CHOISIR SON OS. CAPTRONIC

11 h 15 - TECHNOLOGIES OPTIQUES POUR L'ANALYSE DE COMPOSÉS CHIMIQUES  : NOUVELLES SOLUTIONS DE MONITORING BAS COÛTS. LETI

11 h 15 - L'ÉCLAIRAGE À LEDS : ETAT DE L'ART ET ÉVOLUTIONS ATTENDUES. LETI

14h 00 - LA PHOTONIQUE AU SERVICE DE L'INNOVATION POLE OPTIQUE RHONE ALPES

14h 00 - LES SYSTÈMES COMMUNICANTS DANS LES TRANSPORTS BUREAU VÉRITAS LCIE × Le marquage CE des systèmes communicants dans les transports ( automobile, ferroviaire,...) × Réglementation CEM et Radio des drones à usage civil × Les problématiques CEM liées à l'intégration des systèmes sans transports × Comment les systèmes communicants modifient de l'environnement électromagnétique

Pôle ORA  : Les atouts régionaux de la photonique QIOVA:  : Mise en forme d'un faisceau laser pour applications de marquage. SISELF : Surfaces nano-structurées et fonctionnalisées. ISORG : Capteurs photoniques et capteurs d'image sur plastique, une technologie de rupture pour les marchés médical, industriel et grand public. 15h 30 - La micro et nano électronique. CNFM

Distributeur de composants électroniques Actif • Passif • Puissance • Lighting

yon ENOVA L 2 2 B d > Stan

(

Présent depuis plus de 25 ans sur le marché français de la distribution et de l’importation de composants électroniques, ADDIS COMPOSANTS ÉLECTRONIQUES vous propose des solutions techniques adaptées à votre projet en partenariat avec des leaders français, européens et asiatiques rigoureusement sélectionnés.

Tél : +33 (0)1 56 31 43 10 • Contact : contact@addis.fr • www.addis.fr ADD_AP LeMag_185x120_déc.indd 1

02/12/13 16:43


22

ENOVAMAG N°9 /

FOCUS SALON : ENOVA LYON

Avant première best of

////////////////////////////////////////////////////////////

les nouveautés à découvrir sur ENOVA LYON

BRONHORST Mini cori flow

FARO France

Nomenclature : Capteurs, Régulation, Instrumentation de mesure Domaines d’application : Aéro-Mil, Automobile-Transport, Bâtiment intelligentEnergies nouvelles

Nomenclature : Machines spéciales de mesure et de contrôle Domaines d’application : Aéro-Mil, AutomobileTransport, Médical-Télémédecine-Télésanté

Bras de mesure Faro Edge ScanArm ES

HIROX EUROPE Microscope Numérique 3D Full HD KH-8700 Nomenclature : Mesure, Instrumentation, Métrologie, Vision Domaines d’application : Aéro-mil, Automobile-transport, MédicalTélémédecine-Télésanté, Télécoms

Stand A38 Stand A40

Stand A5

 

 

DISTRAME Multimètre environnemental FI 210 MP

FTM TECHNOLOGIES Nouvelle Gamme de Dénudage Thermique

Nomenclature : Mesure, Instrumentation, Métrologie, Vision Domaine d’application : Bâtiment intelligent-énergies nouvelles

Nomenclature : Electronique, Production, Test, Composants Domaine d’application : Aéro-mil

Stand C36

SCAELEC AOI 3D Nomenclature : électronique, production, test, composants Domaines d’application : Aéro-mil, Automobiletransport, bâtiment intelligent-énergies nouvelles, médical, Télémédecine, télésanté, Télécoms

Stand B20 Stand C27

 

 

 


23 WURTH ELEKTRONIK France Solution Energy Harvesting Nomenclature : Composants Actifs, CEM, Composants Passifs Domaines d’application : Bâtiment intelligent-Energies nouvelles, Médical-Télémédecine-Télésanté, Télécoms

i quoeuf de n

Stand B26

 

HEMERA RF Amplificateur de puissance RF PRANA classe A – REF SV 1000 : 0.8 GHz – 3.2 GHz – 1000 W CW ET PULSE

TME U-LOG NANO

TME | Stand C30 U-Log Visu

Nomenclature : Mesure, Instrumentation, Métrologie, Vision Domaine d’application : Aéro-Mil, AutomobileTransport- Médical Télémédecine - Télésanté

Nomenclature : Mesure, Instrumentation, Métrologie, Vision Domaine d’application : Aéro-Mil, Automobile Transport, Médical - Télémédecine-Télésanté

Nomenclature : Haute fréquence, Wireless, CEM Domaines d’application : Aéro-mil, AutomobileTransport

Stand C30

Stand B25

HMO, RTM, RTO... Une grande famille d’oscilloscopes ! De 70MHz à 4GHz, innovants, rapides et faciles d’utilisation. HAMEG : HMO3000 de 70MHz à 500MHz La qualité Rohde&Schwarz, solutions complètes à prix inespérés. ¸RTM2000 : de 350MHz à 500MHz Décodage des signaux analogiques et logiques ¸RTO1000 : de 600MHz à 4GHz Excellente fidélité du signal, Haute stabilité, FRONT END faible bruit offrant une grande dynamique. Large Gamme de sondes ! Rohde & Schwarz France Tél : 01 41 36 10 00 contact.rsf@rohde-schwarz.com

Vidéo du ¸RTO :

Stand C30

Retrouvez nous : au salon ENOVA Lyon 12/13 Février 2014 stand C36


24

ENOVAMAG N°9 /

FOCUS SALON : ENOVA LYON

La vocation d’Arcsis : Encourager, accompagner et promouvoir la filière microélectronique et objets communicants Imaginée et créée en 1993, sous le nom de CREMSI, par les acteurs de la filière microélectronique régionale, ARCSIS (Association pour la Recherche sur les Composants et Systèmes Intégrés Sécurisés) n’a jamais cessé d’enrichir ses domaines d’intervention pour mieux répondre à l’évolution de leurs besoins. Elle réunit 4 grands groupes, Atmel, Gemalto, LFoundry, STMicroelectronics, plusieurs dizaines de PME ainsi qu’une quinzaine d’écoles, laboratoires de recherche et universités de la région. De plus, ARCSIS est à l’origine de la création du dispositif CIM PACA (Centre Intégré de Microélectronique PACA) et de ses trois plates-formes, CIM PACA Caractérisation, CIM PACA Conception et CIM PACA Micro-PackS. Véritable relais de valorisation des savoir-faire, ARCSIS offre à ses membres l’opportunité de se découvrir, de s’apprécier et de mettre en commun leurs compétences techniques et humaines pour bâtir ensemble les innovations et produits appelés à faciliter notre quotidien d’aujourd’hui et de demain. ARCSIS s’appuie aussi sur un large réseau de partenaires et entretient un lien privilégié avec SAME (Sophia

L’aide concrète De cap’tronic Dans le process d’innovation des pme Fondée par le CEA et OSEO, et financée par le Ministère du Redressement Productif, l’association JESSICA France met en œuvre   le programme CAP’TRONIC. Celui-ci a pour objectif d’aider les PME françaises, quel que soit leur secteur d’activité, à réussir l’intégration de solutions électroniques et de logiciel embarqué dans leurs produits, pour développer leur chiffre d’affaires. Présents sur toute la France, les 24 ingénieurs CAP’TRONIC sont au plus près des entreprises et accessibles simplement sans formalité. Ils ont aidé en 2012 plus de 2 000 PME en s’appuyant sur un réseau de plus de 1500 experts. Lors de la dernière évaluation du programme, 97 % des entreprises interrogées se sont déclarés satisfaites. Comment CAP’TRONIC aide concrètement les PME dans le process d’innovation. La méthode suivante, rapide et efficace pour réussir un projet en 5 étapes.

////////////////////////////////////////////////////////////

Antipolis MicroElectronics) autour des technologies de conception de circuits électroniques avancés. ARCSIS participe à l’ancrage durable, à l’essor économique et à l’amélioration de la position concurrentielle de la filière régionale de la microélectronique et des objets communicants à travers plusieurs objectifs et actions : × Favoriser le montage et la mise en oeuvre de projets coopératifs de recherche et développement entre entreprises et laboratoires régionaux × Faciliter l’accès aux programmes de recherche régionaux, nationaux et européens × Anticiper, identifier et accueillir les activités et métiers qui complètent la filière en amont et en aval × Stimuler les relations B to B entre concepteurs et fournisseurs de composants et d’équipements, unités de production et prestataires de services spécialisés × Aider les PME à atteindre une taille critique Instituer des passerelles avec d’autres réseaux professionnels sectoriels × Organiser des conférences internationales afin de favoriser la visibilité du savoir-faire des acteurs régionaux au niveau international Structurer et mutualiser des pratiques de veille technologique et d’intelligence économique ARCSIS constitue également la composante microélectronique du pôle de compétitivité mondial “Solutions Communicantes Sécurisées”, fédérant pour la première fois sur des projets communs, entreprises, laboratoires et universités de la microélectronique, du logiciel et des télécommunications, dans le cadre de modes de gouvernance novateurs. www.arcsis.org

Avant le développement :

➊ Bien définir votre besoin ➋ Analyser la faisabilité technicoéconomique de votre projet pour assurer son succès ➌ Préparer une consultation solide des Bureaux d’Etudes extérieurs Pendant le développement :

➍ Faire attention au développement et à la validation du produit Après le développement :

➎ Surveiller la production et assurer la commercialisation www.captronic.fr


25

Electronique mag Pub 25/11/13 16:16 Page1

Communiquez autrement avec Electronique Mag TV Bénéficiez de l’offre promotionnelle* : Votre Ipad pour 1 € OFFRE N°1 - LA VIDEO : 300 € HT Réalisation d’une interview vidéo sur notre Plateau TV. Ce clip vidéo d’une durée de 4 minutes environ, vous sera livré sous la forme d’un DVD libre de droits. OFFRE N°2 - LE SPONSORING : 850 € HT Le logo de votre entreprise en fond visible sur chaque vidéo tournée lors de cette manifestation ainsi que la présence du nom de votre société sur les génériques de fin. (Offre N°1 incluse) OFFRE N°3 - SPONSOR VIDEO : 2 500 € HT - Réalisation d'un clip publicitaire diffusé de façon aléatoire en ouverture de toutes nos vidéos filmées lors de cette manifestation. - Bannière publicitaire à droite des vidéos avec un lien vers votre site web. - Le logo de votre entreprise visible en fond sur chaque vidéo réalisée. - Le nom de votre société présent sur les génériques de fin. - Réalisation d’un court métrage vidéo d’environ 6 minutes, sous la forme d’une interview sur votre stand. * Avec l’offre N°2, votre iPad Apple 16Go Wi-fi inclus pour 1 € de plus * Avec l’offre N°3, votre iPad Apple 32Go Wi-fi inclus pour 1 € de plus

Electronique Mag Tv partenaire de Pour réserver dès maintenant : composez le +33 1 60 67 23 69 ou par Email à : jacques@electronique-mag.com Les Editions Alain Milard : 1, rue Jean Rostand - ZI des Bruyères - 78190 Trappes Tél. : +33 1 30 51 66 06 - Fax : +33 1 30 62 68 38 Retrouvez toutes nos vidéos sur : http://www.electronique-mag.com http://www.industrie-mag.com


26

ENOVAMAG N°9 /

FOCUS SALON : ENOVA LYON

Les NOUVELLES TECHNOLOGIES mises à la portée des PME-ETI A propos de l’offre du Leti En créant et transférant l’innovation à l’industrie, le Leti fait le lien entre la recherche fondamentale et la production de micro et nanotechnologies et concentre son activité sur leurs applications aux systèmes et composants de communication sans fil, à la biologie et à la santé, à l’imagerie, et aux Micro-Nano Systèmes (MNS). Les collaborations avec le Leti prennent différentes formes et peuvent s’échelonner de quelques mois à plusieurs années : séances de créativité, projets PEPITE dédiés PME-ETI (6-12 mois), laboratoire commun (3ans+), contrats bilatéraux (2ans-), projets R&D collaboratifs à long terme.

////////////////////////////////////////////////////////////

PEPITE, une offre taillée pour les PME - ETI Située dans les laboratoires du DSIS au sein de MINATEC, PEPITE (PlateformE Pour L’Innovation Technologique des Entreprises) propose une ingénierie de projets courts (6 à 12 mois) pour des entreprises qui souhaitent bénéficier d’une ou de plusieurs briques technologiques matures du Leti. Au sein d’une démarche structurée, la plateforme PEPITE propose : × « CREA&USAGES », une réflexion et le croisement d’idées des équipes du Leti et de celles industrielles pour identifier des produits communicants à plus forte valeur ajoutée. MINATEC IDEA Labs accompagnent cette démarche en méthodologie de créativité et d’étude d’usage. × Une ingénierie de projets complète, de l’étude de faisabilité à la preuve de concept et à la maquette. × Un laboratoire équipé et sécurisé pour chaque projet à fin d’en assurer la confidentialité et une équipe dédiée de 3 à 4 personnes : 1 chef de projet, 1 à 2 experts, 1 personne de l’entreprise. × Une collaboration bilatérale « R&D » qui peut prendre la forme d’un projet ou d’un laboratoire commun pouvant aller jusqu’à la phase d’industrialisation et de production. www.cea.fr et www.leti.fr

INSA INSAVALOR L’INSA de Lyon est l’une des plus Grandes Écoles d’ingénieurs françaises. Située sur le Campus LyonTech - La Doua à   Villeurbanne, pluridisciplinaire et internationale, au cœur de l’espace européen de l’enseignement supérieur, elle forme en 5 ans des ingénieurs pluri-compétents, humanistes, innovants et dotés d’un esprit entrepreneurial. L’INSA de Lyon conduit une politique d’excellence déclinée à tous les niveaux et délivre également environ 140 doctorats par an. Premier des INSA, créé en 1957, avec une forte ambition d’ouverture sociale, l’INSA de Lyon diplôme plus de 900 ingénieurs par an dans 12 spécialités. L’INSA de Lyon est également, avec ses 500 chercheurs qui agissent au quotidien au sein de 21 laboratoires, un pôle de recherche internationalement reconnu. Centre de recherche et d’innovation reconnu, partenaire de la compétitivité

INSA INSAVALOR INSAVALOR est la filiale de Recherche & Développement, Valorisation et Formation Continue de l’INSA de Lyon. Promoteur actif   de la recherche de l’INSA de Lyon, INSAVALOR favorise les relations entre les laboratoires et les entreprises en quête de solutions technologiques, de compétences et de formations pour leurs projets innovants. −: identifier les besoins des entreprises, en matière de connaissance Son rôle et de technologie, de formation et mobiliser les équipes scientifiques en vue de faire émerger des réponses innovantes. R&D et valorisation

La recherche à l’INSA de Lyon c’est plus de 650 chercheurs/enseignantschercheurs et 640 doctorants, qui agissent au quotidien au sein de nos 21 laboratoires de recherche. Ces structures agissent comme de véritables accélérateurs d’innovations. Intégrant priorités et besoins de ses partenaires, l’INSA de Lyon anticipe et développe des solutions tant fondamentales qu’appliquées, à travers notamment des pôles de compétitivité, preuve de son implication dans le monde économique Un partenaire ouvert au monde économique L’école s’inscrit dans une dynamique permanente d’évolution et d’adéquation des enseignements avec les besoins des entreprises. Dans un monde en perpétuel changement, où l’économie de la connaissance est au centre des enjeux, notre défi n’est plus de former uniquement les meilleurs ingénieurs français, mais, dans un contexte de mondialisation, de former les meilleurs ingénieurs européens. Soucieux de rester attentifs aux fonctionnements des milieux socio-économiques et de l’entreprise, nous construisons sur notre campus un espace de recherche et de développement dont l’attractivité est reconnue dans le monde entier. www.insa-lyon.fr

Identifier et mobiliser les compétences des laboratoires de l’INSA de Lyon pour répondre aux besoins technologiques des entreprises : mise en place de collaborations de recherche, prestations d’études, mesures-essais, expertise / conseil, coordination et montage de projets R&D, veille technologique… Favoriser la valorisation et le transfert des connaissances issues des laboratoires de l’INSA de Lyon (produits, procédés, savoir-faire) vers les entreprises, notamment grâce à ses Equipes Transfert et ses plateformes.. Promouvoir les activités de recherche de l’INSA de Lyon par l’organisation de journées thématiques, visites de laboratoires, séminaires, colloques, congrès… Gérer le Centre d’Entreprise et d’Innovation destiné à héberger des entreprises travaillant en synergie avec les Laboratoires de


27

Recherche de l’INSA de Lyon. INSAVALOR est agréé au titre du Crédit Impôt Recherche. L’offre de Formation Continue Elle est fortement basée sur la recherche et l’innovation : les champs d’intervention d’INSAVALOR s’appuient sur l’expertise et les savoir-faire de l’école et d’un réseau de partenaires afin de développer une offre

large d’actions de formation dans tous les domaines des sciences de l’ingénieur. Avec 400 collaborateurs en formation continue (consultants, ingénieurs, enseignants-chercheurs issus de l’INSA de Lyon, des grandes entreprises, de centres de recherche, de sociétés de service...), INSAVALOR accueille plus de 2 500 stagiaires par an.

Le projet industriel : Dispositif de R&D Collaboratif Grenoble INP est un grand établissement universitaire développant une triple mission de formation d’ingénieurs, de recherche et de   valorisation. Aujourd'hui, pour répondre encore plus efficacement aux besoins et aux offres des entreprises et du monde socio-économique, Grenoble INP s'appuie fortement sur la qualité de sa relation industrielle pour garantir le pragmatisme nécessaire à ce type de coopération. Grenoble INP dispose de trois structures opérationnelles dédiées aux développements de la « Relation Entreprises » au sens large : Une filiale de valorisation, une fondation et un club Partenaires Les atouts de Grenoble INP sont sa recherche de haut niveau sur les thématiques « High / Middle Tech » et ses dispositifs de R&D collaboratives dédiés aux PME-PMI permettant une sorte d’adaptation d’impédance utile à la compréhension des besoins du marché « market pull » et des nécessités de maturation de technologies émergentes « technology push ». Aujourd’hui Grenoble INP à travers ses écoles d’ingénieur est reconnue par le monde des entreprises pour la pertinence de ses offres de collaboration, pour le pragmatisme de sa formation et l’employabilité de ses jeunes diplômés Grenoble INP dispose d’un retour d’expériences significatif à travers son école l’Esisar pour apporter une aide à la maîtrise des processus d’innovation et des projets R&D collaboratifs en lien avec le monde de la recherche publique.. Les entreprises engagent des études préalables pour valider des phases de faisabilité technique, de maquettage débouchant sur des démonstrateurs fonctionnels dans le cadre de l’amélioration de produits ou du développement de nouveaux produits.

Grenoble INP a réalisé plus de 300 projets depuis plus de 15 ans avec prés de 200 entreprises de typologie variée : Grand comptes, E.T.I, PMEPMI TPE voir des entreprises en création bénéficiant d’accompagnement à la démarche d’innovation. Les thématiques principales sont positionnées sur deux axes : × Les systèmes embarqués communicants, FPGA, ARM, DSP radiofréquence, capteur-actionneur, Alimentation, Automatisme, Supervision, informatique industrielle, les bancs de tests … × Le Génie logiciel, l’open source, les OS temps réels, La sureté de fonctionnement les Base de données, les nouvelles IHM, les Webtechnologies, les bus de terrains et les réseaux... Ce dispositif unique en France se décline sous la forme de projets industriels réalisés par les élèves-ingénieurs au cours de leur 2ème année d'étude du cycle ingénieur, en partenariat avec des entreprises innovantes. Ce projet de R&D collaborative sur une période de 4 à 6 mois à temps plein est encadré par un contrat signé des deux parties coopérantes : L’école et l’entreprise. Cette activité éligibles au crédit d’impôts recherches bénéficie ainsi aux entreprises Start-up, TPE et PME/PMI qui consacrent des efforts financiers de manière récurrente à leurs activités d’études amont et d’innovation. Boucler un projet dans les délais, obtenir les résultats annoncés, gérer la relation avec un client : une situation que les équipes d’élèvesingénieur découvrent pendant cette période, dans un contexte souvent international. Ce projet concret, commandé par une entreprise cliente, porte sur le développement sur une étude de faisabilité, une maquette, un démonstrateur fonctionnel… www.grenoble-inp.fr/

× ×

Labellisé en Juillet 2005, le pôle de compétitivité mondial MINALOGIC accompagne les porteurs d’innovation,   petits et grands, dans leur projet. Ce réseau de partenaires spécialisés dans les systèmes miniaturisés intelligents active la rencontre des innovateurs, des industriels et des financeurs pour porter collectivement une technologie jusqu’à son marché.

En assurant la cohésion du triangle industrie-recherche-formation au plan régional et son rayonnement au rang mondial, Minalogic s'est imposé comme un acteur incontournable de la région Rhône-Alpes. Minalogic est présent sur l'ensemble de la chaîne de valeur de l'innovation, depuis sa création jusqu'à sa valorisation. Il offre ainsi la possibilité de créer une source d'avantages concurrentiels.

Le pôle développe des partenariats industrie-recherche-formation dans les domaines des micro-nanotechnologies et du logiciel, au niveau national et international, avec des applications dans les secteurs de la santé, l'environnement, l'énergie, la mobilité et la connectivité, l'imagerie et de toutes les industries intégratrices d'électronique, à la recherche de ruptures ou d'innovations technologiques www.minalogic.com


28

ENOVAMAG N°9 /

FOCUS SALON : ENOVA LYON

////////////////////////////////////////////////////////////

EASYTECH apporte une source de financement et accompagne les PME dans toutes les étapes d’innovation Easytech a été créé pour sécuriser le parcours d’innovation des entreprises. De l’idée jusqu’à la mise sur le marché de nouveaux produits, le dispositif intervient   à chaque étape clé du développement de projets innovants avec l’appui d’experts de haut niveau et, pour la phase de R&D, de laboratoires du CEA et des Ecoles d’ingénieurs de Grenoble-INP. Piloté par Minalogic, Easytech bénéficie du soutien financier des collectivités territoriales et de l’IRT Nanoelec. Dans ce cadre, les entreprises rhônalpines labellisées Easytech peuvent bénéficier de

La vocation du POle ORA est de développer la filière optique photonique en RhOne-Alpes Association de Loi 1901, le Pôle ORA regroupe des entreprises, laboratoires de recherche et organismes de formation, localisés en Rhône-Alpes et intervenant   dans le secteur de l’optique et la photonique. A ce jour le Pôle regroupe 173 adhérents dont 119 entreprises, 20 laboratoires de recherche, 16 organismes de formation et 14 structures d’aide à l’innovation. Sa vocation est de développer la filière optique photonique en Rhône-Alpes et de favoriser l’introduction de cette technologie dans des domaines pour lesquels l’optique photonique peut apporter de nouvelles opportunités. 1 ère région industrielle française, l’économie rhônalpine se prête particulièrement au développement de l’optique photonique, ce qui la positionne comme 2ème région française dans le domaine avec 25% de l’activité nationale. 451 structures sont liées au domaine

financements jusqu’à 50% des dépenses engagées par le laboratoiredont le montant moyen se situe autour de 70 K€, avec un plafond annuel de 200 K€ - Une participation de 500 € HT (offerte aux adhérents Minalogic) est demandée en cas d’acceptation du dossier par le comité de labellisation de projets. Souscrire à l’offre Easytech représente donc un investissement minime au regard des bénéfices que la PME peut en tirer.

de l’optique photonique : 365 entreprises, 27 établissements d’enseignement supérieur, 37 laboratoires de recherche, 10 pôles de compétitivité, 12 clusters. Les domaines régionaux d’excellence sont l’éclairage ; la télécommunication ; les capteurs d’imagerie ; l’énergie et environnement ; les composants optiques et lasers ; les systèmes optiques et instruments et la vision industrielle, mesure et contrôle. Au travers de ses actions, le Pôle Optique Rhône-Alpes, se donne donc comme objectif de favoriser les échanges entre ses différents membres et les autres domaines de compétences régionaux, pour créer des opportunités de partenariat, stimulant ainsi le transfert de technologies, l’innovation et permettant aux entreprises de bénéficier d’avantages compétitifs, d’accéder à de nouveaux marchés, et de créer des emplois. Le Pôle propose à ses adhérents plusieurs services : des actions collectives, un accompagnement R&D et d’appui à l’innovation, des actions de veille technologique et de veille d’actualités. Le Pôle Optique Rhône-Alpes est membre du CNOP et bénéficie du soutien de le Région Rhône-Alpes, du Conseil Général de la Loire et de Saint-Etienne Métropole.w ww.pole-ora.com


29

bilan

enova paris 2013 un climat d'affaires positif, alliant business, qualité et convivialité

le bilan en quelques chiffres > 3 jours d’'échanges

entre industriels et scientifiques autour de l’'innovation technologique > 457 exposants > 5 961 visiteurs > 30 cycles de conférences

L’édition 2013 d’ENOVA PARIS a accueilli 457 exposants dont 25% de nouveaux et 5 961 professionnels très qualifiés issus de tous les secteurs industriels et de la Recherche, porteurs de projets et de perspectives concrètes d’affaires. Pas de déception dans les allées à la clôture de cette édition qui se caractérise aux dires des témoignages d’exposants comme étant une année « business » avec des prises de commandes dans le secteur production notamment. Découvrez au fil de ces lignes les points forts et chiffres clés reflet de son succès…

PROFIL DES 5 961 VISITEURS A principaux services

A principales fonctions

10%

régions

28+23+1311105 26+15+14139863

5%

5% 5% Production/ Formation Exploitation

27 %

Recherche & Développement

Qualité /Comtrôle/test /Sécurité 9% Mesure/ métrologie

A principales

3% 3% Enseignant, Directeur de recherche, universitaire Chercheur 6% Consultant

3% Chef de produit

63 % ile-de-france

27 %

5% rhône-alpes

Ingénieur

8%

Étudiant

4% centre

9% Chef de projet

Technique/ ingénierie/ Logistique

3% nord-pas-de-calais

16 %

22 %

Direction générale/ Achats/Services Généraux

12 % Bureaux d'études

Directeur, Chef de service

13%

Technicien, Agent de Maitrise

3% pays de loire

14 % PDG, DG, Gérant

17+9+7+7+7+5+5+4+3+3+3+3+3+3

A Principaux secteurs d'’activités 17 % Electronique 9% Industrielle Mesure Instrumentation

7% Laboratoires, Organismes de Recherche

7% Aérospatial, Aéronautique

5% Automobile et autres transports

5% Services, Conseil, Bureaux d'études

3% Télécoms

4% Informatique, SSII, Ingénierie

3% Education, Formation

3% Médical, Santé, Paramédical

3% Energie, Nucléaire, Environnement

3% Sous-Traitance

3% Militaire, Défense

*Source chiffres : Enregistrement des visiteurs réalisé par la société Ubiqus eventsoftware pour le compte de GL events Exhibitions.


30

ENOVAMAG N°9 /

FOCUS SALON : ENOVA PARIS

//////////////////////////////////////////////////////////

*

PROFIL DES 457 exposants

34 %

21 %

45 %

Électronique /Systèmes embarqués/ Systèmes communicants / Hautes Fréquences /Wireless

BUSINESS MEETINGS : UN SERVICE PERTINENT ET EFFICACE

Optique /Photonique

185 rendez-vous d’affaires réalisés sur le salon entre acheteurs, porteurs de projets R&D et exposants

Mesure /Vision /Métrologie

un climat d'affaires positif

18% Acheteurs

A côté des visiteurs

91+ 82+ 78 91 %

82 % 78 %

A78% ont un projet d’achat dont la moitié à échéance à moins d’un an

objectifs de visite

11 %

19+14+2461211 Assister aux conferences stratégiques ou techniques

sont satisfaits de leur visite du salon

12 %

Trouver une solution à un problème précis

6 %

sont satisfaits des nouveaux produits

19 %

Rencontrer vos fournisseurs

14 %

Trouver de nouveaux fournisseurs

Preparer un achat, un investissement

14 %

Observer les nouvelles tendances et évolutions de marché

sont satisfaits de la diversité de l'offre exposante

24 %

Trouver de nouveaux produits

A côté des exposants

74 63 35 74 %

63%

35%

sont satisfaits de leur participation Au salon

Part des nouveaux visiteurs rencontrés sur le salon

Pour 35% des exposants :

de 20 à 50 %

sont satisfaits de la qualité des visiteurs

Pour 13% des exposants :

de 50 à 70% des contacts rencontrés étaient nouveaux

APrincipales industries d’achat ÐAéro-Mil 26% ÐAutomobile-Transport 29% ÐBâtiment intelligentEnergies nouvelles 25% ÐMédical-TélémédecineTélésanté 25% ÐTélécoms 21%

Pour 20% des exposants :

de 70 à 100%

Source : enquêtes réalisées par la société Proximité clients pour le compte de GL events Exhibitions auprès des exposants et visiteurs du salon

82% R&D A Etat d’avancement des projets: ÐMise en place du projet 9% ÐConsultation de prestataires 24% ÐRédaction du cahier des charges 13% ÐRéflexion 14%

« Lors de ma journée au salon, j’ai particulièrement apprécié de pouvoir me présenter à mes rendez-vous et d’être reçu, non pas comme un simple visiteur, mais avec la considération d’un potentiel prospect pour l’entreprise rencontrée. J’ai parcouru le salon afin de réaliser de la veille technologique et j’ai pu recevoir des réponses précises sur des sujets pour lesquels je n’avais pas, au départ, de connaissances, ni forcément de perspectives d’achat. Les timings de 40 mn pour chaque entretien étaient tout à fait adaptés.» Gilles SOULETTE /Ingénieur Conception/Intégration Electronique / CIRPACK


31

1

2

3

4

5

Jury 2013 :

*

Collège Presse : - Pascal COUTANCE, Electroniques - François GAUTHIER, L’embarqué - Nicolas GOSSE, CEM - Françoise METIVIER, Photoniques

Collège Institutionnel : - Ludovic BERGERE, RMVO - Mohammed CHERFAOUI, CETIM - Pierre CLAUDEL, CFM - Cosimi CORLETO, SYMOP - Jean-Marie FLOCH, IETR - Michel MARCEAU, CAP’TRONIC - Philippe SISSOKO, LCIE Bureau Veritas - STEHLE Marc, SFP

L’innovation au cœur du salon Les Trophées de l’innovation témoignent de la richesse du tissu industriel national, des efforts de recherche entrepris par les laboratoires et de la créativité technologique dont font preuves les exposants. Le palmarès 2013 de cette 3ème édition en est encore l’illustration avec 42 dossiers de candidatures déposés, 12 nominés et 4 lauréats élus par le Jury.

×

Catégorie Qualité/Sécurité /Réglementation :

×

L’instrument de mesure et d’analyse smartPART, Core in line Measurement, SMART INST (4)

L’imageur Terahertz TERA-IS, TERAHERTZ WAVES TECHNOLOGIES (1)

×

Catégorie Green/ Environnement :

La caméra de détection de fuites LEAKSHOOTER LKS1000, SYNERGYS TECHNOLOGIES – DIMELCO (2)

×

Catégorie Productivité/ Rentabilité :

Le dispositif d’accélération du refroidissement CoolSpeed, HGH SYSTEMES INFRAROUGE (3)

Catégorie Technologie embarquée :

×

Prix Spécial Visiteurs

La Solution pour la récupération d’énergie Energy Harvesting, WURTH ELEKTRONIK (5)


32

ENOVAMAG N°9 /

FOCUS SALON : ENOVA PARIS

//////////////////////////////////////////////////////////

30ème anniversaire et bonne santé pour le Congrès International de Métrologie … Le bilan de l’événement est très positif. Le Congrès s’est tenu à Paris expo Porte de Versailles du 7 au 10 octobre 2013, conjointement au salon Enova.L’édition 2013 a proposé un large choix avec 180 conférences techniques, 6 tables rondes industrielles, 3 visites en entreprise et une zone d’exposition le « Village métrologie » au sein salon Enova. L’objectif de cette manifestation est de présenter comment améliorer les processus de l’entreprises en maîtrisant ses mesures et sa métrologie. Avec un mélange de thèmes classiques et de nouveautés, les volumes enregistrés pour ce congrès sont exceptionnels et place cette manifestation au premier rang mondial :

850 participants et exposants, soit 6 % de plus que pour l’édition 2011, 36 pays différents étaient représentés, et 35 % des participants sont issus de l’étranger, 53 sociétés étaient installées sur le Village Métrologie situé au sein du salon,

 

Le niveau scientifique et technique du Congrès est jugé excellent ou satisfaisant pour 87 et 90 % des participants, L’intérêt industriel ressort comme excellent ou satisfaisant dans 83 % des sondages, Le Congrès confirme aussi qu’il rassemble tous les publics et acteurs du secteur de la mesure : 68 % sont des industriels : utilisateurs de moyens de mesure dans tout type de secteur, laboratoires d’analyses, laboratoires de métrologie ou fabricants de matériels, … 11 % sont issus des grands organismes nationaux et internationaux : laboratoire national des grands pays européens, Ministères, organisme d’accréditation, organisations internationales, … 13 % des universitaires ou des chercheurs, 8 % des participants sont d’origines diverses : hôpitaux, organisme de formation, consultant, presse, .. info@cfmetrologie.com - www.metrologie2013.com

*


33

le 2ème Congrès francophone des applications des Fibres optiques

Pari réussi ! Oui, cette 2ème édition du Congrès des applications des fibres optiques qui s’est déroulée dans le cadre du salon ENOVA PARIS 2013 a accueilli près de 160 participants, répartis sur les trois journées de conférences. Ils sont venus écouter et dialoguer avec une quarantaine de conférenciers, experts dans leurs domaines et représentant aussi bien des entreprises privées que des laboratoires de recherche universitaires. Trois thèmes clés, chacun réparti sur une journée, ont permis de faire le point sur : × Les évolutions des fibres optiques et des réseaux à vrai haut débit – 400 Gbit/s –, l’arrivée de la photonique sur silicium, ainsi que les diverses déclinaisons FTTx : FTTA, FTTB, FTTH, FTTO… × La diversité des applications des capteurs à

fibres optiques et des réseaux de capteurs pour le suivi des déformations des structures, la surveillance d’éléments physiques et leurs déformations dues à des contraintes, des chocs, des vibrations, des variations de températures, etc. × L’évolution des fibres optiques appelées fibres

optiques spéciales (FOS) et leurs applications comme l’amplification optique, les sources laser de puissance intégrées, leur emploi en milieu radiatif, militaire ou avionique, etc. Un grand merci aux parraineurs - Prysmian Group, IDIL fibres optiques et iXfiber - ainsi qu’à la SFO, pour son parrainage scientifique, à la revue Photoniques, partenaire presse, à l’association EPIC, partenaire institutionnel. Rendez-vous pour la 3e édition, les 16, 17 et 18 septembre 2014 toujours dans le cadre d’ENOVA PARIS. Si vous souhaitez être parraineur ou conférencier, contacter : jm.mur@orange.fr


34

ENOVAMAG N°9 /

AVIS D'EXPERTS

///////////////////////////////////////////////////////////////////////

Par Heiko LUCKHAUPT, Responsable du marketing Catégories de produits, automatisation et contrôle, RS Components

Les yeux et les oreilles du système : l'’importance croissante des capteurs

 

Lorsque sont évalués les progrès technologiques, l’accent est très souvent mis sur l’augmentation considérable de la puissance de traitement qui a rendu de plus en plus « intelligentes » les machines qui nous entourent. Dans ce contexte, il est facile de négliger le rôle prépondérant des capteurs, à savoir, permettre aux unités centrales de traitement modernes de réaliser leur tâche. Quelle serait « l’intelligence » d’un smartphone, par exemple, sans la technologie de détection capacitive ou résistive ? Et sans la technologie d’accéléromètre avancée qui les contrôle, quel plaisir aurions-nous à utiliser nos consoles de jeux vidéo ? Ces remarques valent également pour le secteur du contrôle industriel. Aujourd’hui, il n’y a pratiquement rien qu’un ingénieur ne puisse mesurer ou sonder, puis utiliser en tant qu’entrée système. Les capteurs et transducteurs sont conçus pour s’adapter à un large éventail d’environnements. Et le système de transmission et conditionnement, dont le rôle consiste à assurer le transport sécurisé du signal vers l’unité centrale de traitement, est tout aussi essentiel que l’acquisition même du signal. L’une des tendances dominantes dans ce domaine est l’augmentation spectaculaire de l’utilisation d’informations visuelles en qualité d’entrée système. Selon les analystes sectoriels d’IMS Research, le marché de la vision artificielle a fait un bond de 10 % en 2011, pour atteindre un chiffre d’affaires de près de 2,9 milliards de

dollars. Malgré les difficultés actuelles liées à la dégradation du climat macroéconomique, selon IMS Research, la croissance devrait se poursuivre au cours des cinq prochaines années, mais à un rythme moins marqué et caractérisé par un taux à un seul chiffre. Aujourd’hui, la fabrication représente plus de 80 % des recettes du secteur de la vision artificielle, mais IMS Research note également une tendance vers une plus large utilisation de la technologie dans des domaines tels que la surveillance du trafic, la sécurité et la surveillance, et les applications médicales et de commande. Déclinée en versions couleur et monochrome, la série ZFV peut être programmée pour exécuter des inspections en 12 ms, 6 ms ou 4 ms (autrement dit, jusqu’à 250 inspections/ seconde). Pas moins de cinq capteurs peuvent être connectés à un unique bus de contrôleur,

permettant cinq inspections distinctes en un seul passage, pour une productivité considérablement plus élevée. Et pour plus de flexibilité, jusqu’à huit cibles d’inspection distinctes peuvent être stockées dans chaque système. Si les systèmes de vision ont connu un progrès aussi évident que considérable au cours des dernières années, les types de capteurs plus traditionnels ont également évolué rapidement. L’une des fonctions les plus importantes devant être mises en œuvre concerne la détection de mouvement et de position, et une gamme étoffée de décodeurs ou capteurs de position angulaire et linéaire est désormais disponible. Alors que certaines applications offrent un codage absolu (en ce qu’elles conservent en mémoire la dernière position du système après sa mise hors tension), la grande majorité peut être prise


35 en charge par des codeurs incrémentaux. À l’instar du codage, la technologie de détection de proximité sans contact est une technologie déjà bien ancrée, utilisée dans une grande variété d’applications de positionnement qui vont des systèmes de levage dans l’environnement d’usine aux lèves-personne mobiles, en passant par les systèmes d’alimentation automatisée des élevages et l’automatisation dans l’industrie des aliments et des boissons. La tendance ici consiste à proposer des performances améliorées à l’aide d’une technologie sous-jacente traditionnelle, offrant des avancées en matière de caractéristiques techniques, par exemple de vitesse, de robustesse et de taille réduite des capteurs. Des progrès ont également été accomplis dans la réduction des coûts et l’offre d’une plus grande flexibilité, avec, par exemple, la possibilité d’utiliser de concert des alimentations en c.a. et c.c. Lorsque la détection de présence et de position est requise à plus petite échelle, les capteurs à fibre optique sont de plus en plus prisés. Leur taille réduite et leur capacité à détecter les petits objets et mouvements de faible amplitude mises à part, ces capteurs présentent plusieurs avantages. Ils sont résistants aux parasites électriques, ce qui est bénéfique dans de nombreux environnements. Ils ne génèrent pas de parasites électriques, offrant par conséquent une utilisation sure dans les situations où un risque d’incendie existe. Et, lorsqu’est utilisé du verre plutôt

que du plastique ou de la fibre, ils peuvent fonctionner à des températures élevées. Le principe de fonctionnement est très similaire à celui rencontré dans d’autres systèmes de détection à base de source lumineuse. La lumière provenant d’une diode LED est couplée dans une fibre optique, qui l’achemine vers le site où la détection doit être réalisée. Au niveau de la tête de détection, la lumière est dispersée. Les objets à proximité occasionneront la réflexion d’une certaine quantité de lumière en retour le long de la fibre. Le système de détection à fibre optique se compose par conséquent de deux éléments principaux : un amplificateur qui génère de la lumière et détecte les réflexions, et la fibre elle-même. Des amplificateurs de type manuel et de type numérique sont disponibles. Comme son nom l’indique, l’amplificateur numérique offre un affichage numérique de la valeur lumineuse détectée, où le point de commutation est réglé numériquement. Les unités manuelles offrent un affichage graphique à barres, et permettent de régler le point de commutation à l’aide d’un potentiomètre. Différents types de fibres peuvent être utilisés. La fibre plastique monobrin est la plus courante. S’ils recherchent une précision accrue, les utilisateurs peuvent choisir une configuration coaxiale, dans laquelle la partie centrale est utilisée pour transmettre la lumière incidente et les petites fibres périphériques sont utilisées pour

renvoyer les réflexions lumineuses vers le capteur. Ce type peut également être plus efficace pour la détection d’objets pénétrant dans la zone d’intérêt avec une direction quelconque. Un troisième type de fibre, appelé « multicœur », est constitué d’un important faisceau de fibres fines. La fibre multicœur étant extrêmement flexible, elle est souvent utilisée dans les applications robotiques où la tête de détection est amenée à se déplacer sur de grandes distances. Dans ce bref article, nous nous sommes contentés d’esquisser les contours des possibilités qu’offre la technologie des capteurs modernes. Outre les capteurs de vision, les détecteurs de proximité et les fibres optiques, les systèmes d’automatisation d’aujourd’hui peuvent inclure une gamme étoffée de lecteurs de codes à barres, de capteurs d’intensité lumineuse, et de capteurs de couleur et de contraste. Dans l’industrie des matières plastiques, ainsi que dans de nombreux types de machine-outil, le contrôle du niveau de liquide et de la pression, le relevé des températures et la mesure du débit sont autant des fonctions essentielles. L’importance de ces dispositifs divers et variés est souvent sous-estimée : mais ne vous méprenez pas, tout système d’automatisation serait aveugle et sourd sans ces éléments vitaux que sont ses « yeux et ses oreilles ». Source : Contrôles Essais Mesures n°44

MINICONNEC compact Les connexions Phoenix Contact pour vos applications LED et Building Automation Pour toutes informations complémentaires, contactez-nous au 01.60.17.98.98 ou visitez notre site www.phoenixcontact.fr


36

ENOVAMAG N°9 /

AVIS D'EXPERTS

///////////////////////////////////////////////////////////////////////

L'’importance de la formation et les conséquences sur l'’emploi, du développement des réseaux fibre optique DÉPLOIEMENT FTTH : LA FORMATION FACTEUR CLÉ DU SUCCÈS Le rendez-vous proposé par ENOVA LYON est, une fois encore, l’occasion de démontrer l’attractivité et l’ambition de la région Rhône-Alpes pour les projets d’innovation et plus particulièrement ceux des technologies numériques comme le développement des réseaux de communications.

soient suffisamment dimensionnées et opérationnelles. » Deuxième région de France par sa superficie, sa population Extrait du plan France THD concernant le volet formation. et son économie, la région Rhône-Alpes rayonne également Parmi les centres de formations implantés en Rhône-Alpes, à l’échelle européenne (6 ème rang en matière de PIB). l’Académie Des Télécoms® oeuvre depuis plus de 10 ans, De grands noms de la filière télécom ont donc logiquement choisi de s’implanter sur le territoire rhônalpin (3M, NEXANS, dans le domaine de la formation télécom, technique et TELENCO…) et les départements de cette région ont fait managériale, tant au niveau national qu’international. A même figures de pionniers dans les déploiements d’envergures de répondre aux besoins des professionnels du secteur, ce de la fibre optique comme le SIEA (Ain), le syndicat mixte sont, chaque année, environ 200 stagiaires qui sont formés ADN (Ardèche, Drôme) ou encore le SIEL (Loire). par l’Académie Des Télécoms® et qui en ressortent avec Rhône-Alpes, comme les autres une certification ou un titre de niveau 3, En relation avec les ministères régions de France, considère donc 4 ou 5, enregistré au Registre National des concernés (Education Nationale, Certifications Professionnelles (R.N.C.P.). à juste titre le développement du Très Haut Débit (THD) comme un L’Académie Des Télécoms® a su s’adapter Emploi), la Mission THD, enjeu stratégico-économique et aux évolutions des besoins du secteur puis l’Etablissement public, surtout un projet porteur d’un nombre télécom et propose des formations initiales, veillera à ce que les structures considérable d’emplois durables et continues ou des Validation d’Acquis de formation nécessaires non délocalisables. Dans le délicat d’Expérience (VAE) dans les activités à la qualification contexte économique actuel, cette télécoms Réseaux Filaires déployés sur de la main-d’oeuvre manne d’emplois, évaluée à 15 000 support cuivre ou fibre optique, des Réseaux pour le grand chantier postes pour les 5 prochaines années, Mobiles et, à présent, des Datacenters. Le du très haut débit soient doit être un levier de croissance et site entièrement équipé (salles de cours, suffisamment dimensionnées un gage de confiance pour l’avenir. plateau technique, infrastructuresaériennes et opérationnelles. A l’échelle nationale, après un et souterraines, espaces extérieurs avec Extrait du plan France THD concernant premier programme lancé en 2010, toit terrasse, pylône, poteaux, logement le volet formation. le gouvernement a élaboré en février collectif…) en fait un point école spécialisé. 2013 le plan France THD qui vise à donner la feuille de route Les formateurs sont des experts métiers qui dispensent leur et les facteurs-clés de succès aux Réseaux d’Initiatives savoir à travers des sessions présentielles ou via une plateforme Publiques (RIP). Ce plan apporte donc un soutien aux RIP dans de Formation Ouverte A Distance (FOAD) proposant des les domaines techniques, économiques et opérationnels. Il cours avec contenus interactifs, activités et regroupements permet un pilotage de l’ensemble des déploiements (public en visio-conférence. La formation théorique et pratique et privé) par l’Etat, qui va jouer son rôle de garant et de nécessaire à l’acquisition des compétences pour les métiers coordinateur des initiatives. Outre ce soutien méthodologique de la fibre optique (techniciens, managers…) demeure donc apporté par la Mission THD, l’un des points clés du succès un enjeu majeur pour assurer la qualité opérationnelle de ce déploiement à grande échelle d’une infrastructure des intervenants dans les déploiements en cours et à fibre optique jusqu’aux clients abonnés est sans nul doute venir. L’engagement de l’Académie Des Télécoms®, avec la formation permettant d’amener la compétence métier et l’appui des régions, du gouvernement et des différentes donc la création des emplois nécessaires. « En relation avec organisations institutionnelles du secteur (FIRIP, CREDO, les ministères concernés (Education Nationale, Emploi), la Club de l’optique…) représente une garantie de succès pour Mission THD, puis l’Etablissement public, veillera à ce que que notre territoire profite pleinement des bénéfices des les structures de formation nécessaires à la qualification de réseaux de communication à très haut débit. la main-d’oeuvre pour le grand chantier du très haut débit www.cabinet-logic.com

»


ENOVAMAG N°9 /

VIE DE LA PROFESSION

*

Le CFM organise les J’M 2014 les 24 et 25 Juin à Lyon

La 2ème édition des Journées nationales de la Mesure est organisée par le CFM avec le soutien du Cetiat, d’Implex et d’A+ Métrologie, relai en région Rhône-Alpes ; d’autres partenaires participent à la construction technique de l’événement (BEA Métrologie, INSA, …). Le public visé : l’industrie, grandes et petites entreprises, les responsables Qualité, Métrologie et Maintenance, les universitaires. Les sujets seront orientés vers les grands secteurs d’activité en Rhône-Alpes : biomédical, chimie, électronique, génie climatique, pharmacie, plasturgie, textile, transport. Les J’M sont organisées sur une zone unique pour favoriser les rencontres avec un concept en évolution par rapport à l’édition 2012 : × Une présentation générale par jour sur l’organisation de la mesure et ses performances × 5 grands domaines techniques : Ÿ Analyses chimiques et biologiques Ÿ Climatique et maîtrise des conditions d’environnement Ÿ Dimensionnel Ÿ Electricité/Electronique Ÿ Débit Les journées se partagent entre des ateliers où les participants sont mis en situation, des tutoriels pour « comprendre » avant de « pratiquer » et des échanges autour des pauses et buffets.

Infos : info@cfmetrologie.com et www.cfmetrologie.com

//////////////////////////////////////////////////////////////

37

Naissance de ACSIEL (Alliance des Composants et Systèmes pour l’Industrie Électronique)  

Le 27 septembre 2013, afin de mieux valoriser et de renforcer la filière des composants électroniques de la FIEEC, le GIXEL et le SITELESC ont décidé se rapprocher au sein d’un même syndicat professionnel : ACSIEL (Alliance des Composants et Systèmes pour l’Industrie Electronique). Son premier président sera Gérard MATHERON, diplômé en physique de l’Institut National Polytechnique de Grenoble, VP Groupe Recherche et Développement et Affaires Publiques en France de STMicroelectronics et Directeur du site de Crolles depuis janvier 2007. Il a précédemment exercé des postes-clés au CEA-Leti, chez SGSThomson devenu STMicroelectronics, et à la direction du Bureau de MEDEA. Gérard Matheron a présidé le SITELESC (intégré dans ACSIEL), il est VP Europe de la FIEEC depuis juin 2011, et membre du groupe de travail sur les STIC mis en place par le Ministre de l’Industrie en novembre 2010.

« L’objectif de ce rapprochement est de doter le Syndicat ACSIEL d’une taille critique suffisante lui conférant une meilleure représentativité auprès des clients de ses adhérents. Cela permettra de pérenniser ses actions et de s’inscrire dans la durée au sein d’une filière en pleine évolution. Cette représentativité, gage de reconnaissance sur la place industrielle ajoute à notre crédit auprès des instances publiques nationales et internationales », déclare Gérard Matheron. ACSIEL, résultant de la fusion du GIXEL (Groupement des Industries de l’Interconnexion, des Composants et des Sous-ensembles Electroniques) et du SITELESC (Syndicat des Industries de Tubes Electroniques et Semiconducteurs) regroupe 93 adhérents qui mobilisent 110 000 emplois et réalisent plus de 11 milliards d’euros de chiffres d’affaires. ACSIEL est membre de la FIEEC (Fédération des Industries Electriques, Electroniques et de Communication) et de l’EECA (European Electronic Component Association). www.acsiel.fr

Eric Bantegnie élu président de l’association Embedded France Eric Bantegnie, cofondateur et PDG d’Esterel Technologies, éditeur d’outils de développement de systèmes et logiciels embarqués critiques et filiale du groupe Ansys, vient d’être élu président d’Embedded France, association créée en septembre 2013 par les pôles de compétitivité Aerospace Valley, Images & Réseaux, Minalogic et Systematic Paris-Région, ainsi que par Cap’tronic et le Syntec Numérique. Rappelons qu’Eric Bantegnie a fondé en 2007 le comité Embarqué au sein du Syntec Numérique et qu’il a participé à la création en 2008 du Club des grandes entreprises de l’embarqué (CG2E). Le 12 septembre 2013, à l’Elysée, il a été nommé Chef de projet “Logiciels et systèmes embarqués”, l’un des 34 plans de reconquête industrielle de l’initiative nationale pour la Nouvelle France industrielle, dévoilée par le président de la République et le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg. www.embedded-france.org

Eric Bantegnie


38

ENOVAMAG N°9 /

VIE DE LA PROFESSION

Quelles utilisations pour les drones ?

//////////////////////////////////////////////////////////////

Ce jeudi 28 novembre, dans le cadre du Forum de l’optique, à l’Institut d’Optique Graduate School, s’est déroulée une conférence-débat organisée par Opticsvalley sur le thème « Quelles applications pour les drones ? » 280 personnes ont participé à cet événement. L’amphithéâtre de l’Institut d’optique étant comble. Les personnes en surnombre ont pu suivre les interventions des différents spécialistes de ce nouveau marché en vidéo dans une seconde salle. Le chercheur en philosophie des sciences, Alexei Grinbaum (CEA Saclay), a ouvert la conférence, avant une table ronde, animée par Jean Brunol (EDJE Innovation) qui a réuni des experts du domaine : Clément Mathieu (Dassault Aviation), Stéphane Morelli (Fédération Professionnelle du Drone Civil), Olivier Reichert (Sagem Défense et Sécurité) et Luc Renouil (Bertin Technologies). A la suite de cette conférence, a eu lieu la cérémonie de remise du Prix Jean Jerphagnon,

prix créé en 2008 en souvenir du fondateur d’Opticsvalley. Pour cette 6ème édition, c’est Michel Mariton, Président d’Horiba Jobin Yvon qui a remis son trophée au lauréat, Nicolas Treps, co-fondateur de la société CAILabs. Rappelons que ce prix de l’excellence scientifique au cœur de l’entreprenariat est attribué chaque année à un chercheur ou ingénieur reconnu internationalement et proposant un projet innovant comportant au moins un élément d’optique ou de photonique. www.opticsvalley.org

efficio : comment évaluer précisément leurs coûts horaires de fabrication manuelle et automatisée. Pour que les sous-traitants en électronique évaluent justement leurs coûts (fabrication…) et sachent exactement quelles marges ils peuvent appliquer, le Snese a développé un outil baptisé Efficio. Les sous-traitants en électronique réalisent des marges relativement faibles au vu des investissements nécessités par leur industrie. Et, « plus l’entreprise est petite, plus sa rentabilité est réduite », indique Michel de Nonancourt, le président du Snese, le syndicat de la sous-traitance en électronique. C’est pour améliorer cet état de fait que ce syndicat a démarré l’initiative Efficio qui a pour objectif d’aider les entreprises de ce secteur, adhérentes au syndicat, à évaluer précisément leurs coûts horaires de fabrication manuelle et automatisée. Le logiciel en question propose, par exemple, divers domaines d’applications (aéronautique, défense, médical, industriel…) ainsi que les différents matériels utilisés en production (pour la sérigraphie, le brasage…), chacun de ceux-ci présentant des performances spécifiques induisant un coût de production spécifique. A partir de ces données et à partir

du montant de ses achats (composants et services), le sous-traitant en électronique pourra alors déterminer avec exactitude la marge applicable. D’ici à quelques mois, le temps que le logiciel soit crypté, le Snese mettra à disposition de ses adhérents l’outil Efficio.

A Un outil complémentaire

d’optimisation des coûts

Dans un deuxième temps, les sous-traitants pourront procéder à des actions correctrices visant à améliorer leurs résultats (augmentation de la productivité, diminution du prix de revient, des coûts…) en faisant appel à un outil d’optimisation des coûts développé par Claude Chose (2C-Consult) et François Demond. «Il pourra par exemple être judicieux de davantage robotiser l’activité d’intégration des matériels électroniques », suggère M. de Nonancourt. www.snese.com


39

EPIC tient Remise des 18èmes trophées du SPDEI son Conseil prix, qualité et pérennité des produits ; rentaMardi 26 novembre 2013 ont d’Administration bilité pour le distributeur ; ressources allouées eu lieu les 18èmes trophées pour le support de distribution ; protection et du SPDEI à l’Automobile Club au CEA-LETI traçabilité des designs) : de France en présence de 140 personnes environs. Cette année encore les à Grenoble Pour les quatre familles de semiconducteurs : distributeurs franchisés adhérents au SPDEI ont récompensé les meilleurs fabricants de composants de l’année, soit au total 30 lauréats dans neuf catégories différentes. Ils ont également décerné un prix spécial du jury à Te Connectivity. Pour cette 18ème édition, Pascal Fernandez VP (société Avnet) et Daniel Dahan membre du CA (société FARNELL) ont présenté le marché. Ils ont également accueilli Monsieur Yves de Talhouët VP de la commission France 2020 du MEDEF qui est venu lancer le projet auquel adhère le SPDEI. A l’issue de ces interventions, M François Kurek Président du SPDEI a pris la parole pour souligner la vision optimiste du SPDEI pour 2014 au regard des résultats 2013 en croissance et la difficulté de maintenir une marge d’exploitation dans un environnement fortement concurrentiel. La remise des trophées a débuté et a ainsi récompensé, selon les 5 critères habituels (partenariat avec le distributeur ; innovation,

Le Board dirigeant d’EPIC (European Photonics Industry Consortium) s’est réuni le 18 Septembre 2013 au CEA-LETI. Bruno Mourey, chef du département optique et photonique au CEA-LETI, et membre du Board de l’EPIC, a profité de cette opportunité pour présenter l’infrastructure dédiée à l’aide aux développements de l’industrie de la photonique. Car le Commissariat à l’Énergie Atomique et aux Énergies Alternatives, avec ses 16000 employés et ses 10 centres de recherche, est l’une des plus importantes organisations de recherche en Europe. Plus spécifiquement, le LETI (Laboratoire d’électronique et de technologie de l’information) emploie 1700 chercheurs dont 270 doctorants et 30 post doctorants. Les programmes photoniques au LETI incluent les écrans, les microdisplays, l’éclairage à LED, l’imagerie visible et infrarouge, et la photonique sur silicium. Ces technologies ont des applications dans l’Energie et l’Environnement, le Médical, la Sureté et la Sécurité, le Transport, les Produits de Consommation et bien d’autres secteurs. Le LETI, en collaboration avec d’autres membres d’EPIC comme le Fraunhofer (Allemagne), le CSEM (Suisse), le VTT (Finlande) est à la tête de l’Alliance des Technologies Hétérogènes (Heterogenous Technology Alliance) qui coopère dans le domaine de la recherche en microélectronique.

Le Board d’EPIC visite le show-room du CEA LETI. www.leti.fr et www.epic-assoc.com

× Optoélectronique, écrans, LED : Philips Lumileds, Brightek × Semiconducteurs standards : Littelfuse, Semtech, Linear Technology × Analogique, RF, Microwave : NXP, Avago Technologies, Maxim Integrated × High and Digital, processeurs, FPGA, circuit dédiés ASSP : Microsemi, Microchip, Freescale Pour les cinq familles de composants passifs et produits d’énergie : × Composants passifs : Kemet, Bourns, AVX, TDK, Vishay × Connectique : Glenair, Amphenol, Samtech, Molex × Câbles et accessoires : PMA, Alpha Wire, Nexans × Composants électromécaniques : Schaffner, Honeywell, Apem, Omron × Energie : Saft, Bull Power Supply, Meanwell www.spdei.fr

Inauguration de l’Institut d’optique d’Aquitaine

 

L’Institut d’optique d’Aquitaine, bâtiment de 19 500 m2 destiné à accompagner le développement de la filière photonique aquitaine, a été inauguré le lundi 14 octobre par Alain ROUSSET, Président du Conseil régional d’Aquitaine, Michel DELPUECH, Préfet de la Région Aquitaine, Olivier DUGRIP, Recteur de l’académie de Bordeaux et Vincent FELTESSE, Président de la CUB. Véritable centre régional de la photonique, il est articulé autour de quatre pôles d’activité qui rassembleront : × Un pôle de formation initiale sous la forme d’une antenne de l’Institut d’Optique Graduate School (IOGS), préparant aux diplômes d’ingénieurs et de master dans les métiers   de l’optique, de l’informatique, des nanosciences et des systèmes complexes. A terme, 100 élèves-ingénieurs et 50 élèves de master seront accueillis au sein de l’Institut d’optique d’Aquitaine. × Un pôle de formation continue aux métiers de l’optique et du laser en environnement contrôlé et de la réalité augmentée coordonné par PYLA, plateforme de formation continue en photonique. Un pôle recherche sur l’instrumentation, les systèmes hybrides et la réalité augmentée,

les photons et nano systèmes, les lasers à atomes et microsystèmes. Ces recherches seront menées au sein du laboratoire LP2N (Laboratoire photonique numérique et nanosciences), unité mixte de recherche Institut d’Optique Graduate School, université Bordeaux 1 et CNRS. × Un pôle valorisation, transfert et incubation pour accompagner les jeunes entreprises avec notamment ALPhANOV, le centre technologique aquitain en optique et lasers, et IOTech, la plateforme de transfert technologique de l’IOGS. Ce pôle accueillera aussi les entreprises partenaires d’ALPhANOV et de la filière FIE (Filière Innovation Entrepreneur) de l’IOGS. Les permanents du pôle Route des lasers vont aussi s’installer très prochainement au sein de ce tout nouveau bâtiment. Cette installation leur offrira une plus grande proximité avec les chercheurs et ingénieurs des laboratoires, centres techniques et entreprises présentes dans l’Institut d’optique d’Aquitaine, favorisant ainsi les partenariats et le développement de la filière photonique aquitaine. Source : ALPhA Route des Lasers


Salon des technologies en électronique, mesure, vision et optique www.enova-event.com

16 -17-18 SEPTEMBRE Paris expo Porte de Versailles Hall 7.2

De l’innovation à l’application


Enovamag n°9 janvier internet