Page 1

N°20 MAI 2018

SPÉCIAL LE MAGAZINE DE L’INNOVATION POUR LA RECHERCHE ET L’INDUSTRIE

TOULOUSE

TENDANCES & MARCHÉS

L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

en quête d’acceptabilité sociétale PAGE 4

DESTINATION TOULOUSE La transformation digitale vue du ciel 25 // TROIS QUESTIONS à Gérard LADIER d’AEROSPACE VALLEY Comment l’aéronautique peut aider le secteur médical 28 // INNOVATION START-UP Biocapteurs contre puces 30 // AVIS D'EXPERTS Sébastien SALAS de CAP’TRONIC Cybersécurité des systèmes embarqués et des objets connectés 36 DOSSIERS

AUTOMOBILE / TRANSPORT Page 8

Les véhicules autonomes : un challenge technique et social

AÉRONAUTIQUE / SPATIAL

Page 12

Airbus utilise les briques technologiques d’Actia

MÉDICAL / SANTÉ Page 14

L’impression 3D pour le cœur artificiel


Édito

3

Sommaire TENDANCES ET MARCHÉS

Embarquez pour le futur à TOULOUSE ! ENOVA, le salon de l’innovation en électronique, mesure, vision et optique continue son tour de France 2018 des grands bassins industriels en s’implantant pour la seconde fois à Toulouse et au cœur de la nouvelle région Occitanie. Cet évènement a pu voir le jour grâce à une collaboration étroite avec l’ensemble des partenaires issus de l’écosystème régional. Ce sont plus de 15 acteurs institutionnels clés qui se sont fortement impliqués dans la réalisation du programme des conférences. Un programme qui s’inscrit dans les activités phares et les enjeux actuels et futurs des industriels de la région. Je profite de cette tribune qui m’est offerte pour les remercier vivement de leur aide et de leur support afin de vous proposer un salon très riche en contenus. Cette année sur ENOVA TOULOUSE, trois thématiques centrales seront mises à l’honneur, durant les deux jours du salon, au travers d’un programme de conférences et de débats : l’AUTOMOBILE/TRANSPORT, l’AÉRONAUTIQUE et le MÉDICAL. Découvrez vite au sein des dossiers thématiques, les innovations présentées et développées, pour une grande partie, par des sociétés régionales. Ces projets nous font entrer de plein pied dans un nouveau monde, avec notamment, l’avènement du véhicule autonome et connecté, le pari fou de la société Hyperloop Transportation Technologies et son train du futur qui devraient atteindre les 1 200 km/h, sans oublier les différents projets de développement d’un avion 100% électrique… Découvrez également comment le pôle de compétitivité Aerospace Valley favorise le transfert de technologies entre le secteur de l’aéronautique et le secteur médical ! Autant d’exemples qui nous font comprendre qu’une révolution est en marche…Le salon ENOVA se propose de vous aider à faire le point sur les dernières avancées technologiques grâce à la richesse son programme : Un mix de produits innovants, de conférences stratégiques et de services conçus pour vous aider à développer votre business. Toute l’équipe du salon sera ravie de vous accueillir les 30 et 31 mai 2018, au Parc des expositions de Toulouse, pour ce grand rendez-vous de l’innovation d’aujourd’hui et de demain. En attendant de vous y retrouver très bientôt, je vous souhaite une bonne lecture. Jérôme LETU-MONTOIS Directeur du salon

4 6

- L’Intelligence Artificielle en quête d’acceptabilité sociétale - Indices

DOSSIERS THÉMATIQUEs 8 9 10

AUTOMOBILE / TRANSPORT - Les véhicules autonomes : un challenge technique et social - La maîtrise des mesures du véhicule autonome - 140 octets pour sauver des vies - Rallier Toulouse-Montpellier en 20 minutes !

12 13

AÉRONAUTIQUE / SPATIAL - L’IRT Saint Exupéry déborde de projets ! - Airbus utilise les briques technologiques d’Actia - Le premier pneu d'avion connecté

14 15

MÉDICAL / SANTÉ - L’innovation technologique au service du handicap - L’Intelligence Artificielle vous regarde … dans le blanc des yeux - L’impression 3D pour le cœur artificiel

16 18

BRÈVES THÉMATIQUES - MODE : mannequin connecté pour textile 4.0 - ÉLECTRONIQUE GRAND PUBLIC : un chariot de course intelligent et connecté - LOISIRS : KAVALE sécurise le cheval et le cavalier - SPORT : le Tour de France : course sportive ou technologique ?

FOCUS SALON ENOVA 20 - ENOVA TOULOUSE, un cocktail de technologies, de créativité, d'innovation et de convivialité

DESTINATION TOULOUSE 25 - La transformation digitale vue du ciel - « Enova », le futur quartier Toulousain accueillera l’IoT Valley 26 - Objectif « Usine du futur » pour Liebherr-Aerospace - neOCampus, le campus connecté, innovant, intelligent, durable 27 - Quel apport de la Vision dans le domaine de l'Intelligence Artificielle ?

TROIS QUESTIONS À 28 - Gérard LADIER, Directeur Partenariats et relations institutionnelles en Occitanie AEROSPACE VALLEY

INNOVATION START-UP 30 - Un boîtier connecté pour suivre les marchandises à la trace - Biocapteurs contre puces 31 - Nom de code : R2T2 - B 612 accueille les start-up

VIE DE LA PROFESSION 32 33 34 35

- ACSIEL & FIEEC - CAP’TRONIC - CFM - PHOTONICS FRANCE

AVIS D'EXPERTS 36 - Sébastien SALAS, Directeur CAP’TRONIC Grand Sud-Ouest Cybersécurité des systèmes embarqués et des objets connectés 38 - Nicolas BRUNET, Content Marketing Editor RS Components Comment alimenter efficacement les capteurs en IoT ?

QUOI DE NEUF 40 - Actualité produits et services d’une sélection d’exposants Enova Toulouse

N°20 - Mai 2018 - GL events Exhibitions 24, rue Saint Victor - 75005 PARIS - France I Tél. : +33 (0)1 44 31 83 35 / 82 18 I Fax : +33 (0)1 44 31 83 42 - www.enova-event.com Directeur de la publication / Directeur du salon : Jérôme Letu-Montois I Rédaction : Thierry Guermonprez Responsable communication : Valérie Moullec Houdret I Publicité : Martine Renoult, Margot Delarue, Guillaume Dodeman I Impression : NORDIMPRIM


4

TENDANCES & MARCHÉS

L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE EN QUÊTE D’ACCEPTABILITÉ SOCIÉTALE

E

Tandis que l’Intelligence Artificielle apprend de plus en plus vite, apprendre -et accepter- de travailler avec une IA pourrait prendre plus de temps. Depuis un an, l’ICAM déploie plusieurs dispositifs pour les industriels en vue d’accompagner le questionnement de leurs salariés et de leurs managers.

n 2013, une célèbre étude menée par deux chercheurs du MIT, Frey et Osborne, conclue que 47% des emplois américains ont une probabilité haute d’automatisation dans les 10 ou 20 prochaines années. Avec la même méthode, le cabinet Roland Berger obtient le chiffre de 42% pour la France. En janvier 2017, le Conseil d’Orientation pour l’Emploi prévoit que 10% des emplois français devraient connaître une haute probabilité d’automatisation tandis que 50% pourraient fortement évoluer. Largement discutés, ces chiffres ont eu pour mérite d’amorcer une réflexion sur l’impact de la digitalisation et de l’Intelligence Artificielle sur l’emploi. Ils réactualisent une peur très ancienne, le chômage technologique, en menaçant à priori des professions jusque-là peu concernées par l’automatisation. Les plus pessimistes annoncent même l’avènement d’une société sans travail, d’autres une société polarisée entre «des Dieux», ceux seront capables de travailler avec l’IA, et des «inutiles», ceux qu’elle remplacera purement et simplement.

PAROLE AUX PARTENAIRES

Mais la réflexion ne s’arrête pas à l’enjeu de la perte d’emplois. Il s’agit aussi de se questionner sur ce que pourrait être la réalité quotidienne du travail dans un contexte où les humains auraient à coopérer avec des programmes intelligents. On passe alors d’une projection quantitative à une projection qualitative portant sur les conditions de travail, sur la possibilité de s’épanouir dans un environnement professionnel peuplé de machines intelligentes. Des études ont été menées en ce sens par un groupe de travail pour France Stratégie (2017). Un premier niveau de réflexion porte sur le bien-être : comment le mérite de salarié «augmenté» par une IA sera-t-il reconnu ? Les salariés ne risquent-ils pas de se sentir déposséder de leur expertise, désormais largement, automatisée ? Ne vont-ils pas ressentir une forme d’intrusion dans leur vie professionnelle, dès lors que ces programmes collecteront nécessairement des informations sur leur activité ?


TENDANCES & MARCHÉS Un second niveau porte sur l’atteinte à la performance des salariés. L’Intelligence Artificielle, en automatisant un certain nombre de tâches rébarbatives telles que la réponse à des mails ou la prise de rendez-vous, ne vat-elle pas désengager relationnellement les collaborateurs dans le collectif de travail ? Performante, ne risque-t-elle pas d’inhiber l’utilisateur qui, déléguant systématiquement analyse et décision à « son » IA, se déresponsabilisera progressivement de son travail ?

NE POURRAIT-IL PAS ALORS PERDRE SA CRÉATIVITÉ, SES INTUITIONS, SON AUTONOMIE ?

5

RAPPORT VILLANI : LES GRANDES LIGNES

L’entreprise pourra-t-elle encore profiter de cette précieuse « sérendipidité », ces heureux hasards qui génèrent des innovations, des découvertes, à la manière de Christophe Colomb, rendu célèbre pour s’être sacrément trompé… et qui serait aujourd’hui totalement inconnu s’il avait eu un GPS ? Ces questions forment autant d’enjeux pour les entreprises, les collaborateurs et leurs managers, des enjeux qui détermineront la vitesse de diffusion des applications de l’Intelligence Artificielle et l’exploitation de ses potentialités. Capitalisant sur ces travaux et sur leur tradition de recherche en éthique des technologies, les Parmi les propositions les plus emblématiques du rapport sur l'Intelligence chercheurs en sciences sociales, en robotique Artificielle écrit par le député et mathématicien Cédric Villani, les données sont au et en Intelligence Artificielle de l’Icam ont centre des enjeux économiques, et constituent la matière première de l'IA développé des outils de facilitation destinés à contemporaine. D’elles dépend l'émergence de nombreux usages et applications, démystifier ces innovations. Ainsi, nous avons et elles doivent être à la fois valorisées, protégées et partagées, par les entreprises monté des ateliers et des formations e-learning ou l'Etat. qui, tout en développant les connaissances scientifiques et techniques des participants, Santé, mobilité, environnement et sécurité sont les 4 secteurs retenus comme prioritaires, contribuent à développer leur sens critique. Il car ils représentent un défi majeur du point de vue de l'intérêt général. ne s’agit pas de les convaincre de la Ouvrir les études de médecine aux étudiants spécialisés dans l'informatique et l'IA et former pertinence ou de la bienveillance de les professionnels de santé aux usages de l'IA, de l'Internet l’Intelligence Artificielle à leur des objets et du big data seront à l’ordre du jour. égard, mais d’apporter des 300.000 personnes Concernant la mobilité et les transports, le véhicule autonome éléments de compréhension travaillent en est le fer de lance, et il faut adapter le Code de la route par aussitôt engagés dans une anticipation en autorisant dès 2022 les véhicules autonomes discussion éthique ouverte, sur l’intelligence de niveau 3 à circuler. Et à terme optimiser les flux des rigoureuse et exigeante. Si les artificielle transports contribuant ainsi à réduire l'empreinte carbone du peurs s’atténuent, des secteur. attentes et des points de dans le monde Pour l'environnement, il faut veiller sur la consommation vigilance émergent. d'énergie des services numériques, qui doit être diminuée, car dès 2040, l'énergie requise A ce jour, 300 salariés d’EDF de toute la pour les besoins en calcul pourrait dépasser la production énergétique mondiale ! France ont pu vivre ces ateliers, tandis que 140 managers ont suivi une formation en ligne. Enrayer la fuite des cerveaux est également fondamentale. Si le rapport se félicite du bon Le dispositif sera également adapté et déployé niveau des chercheurs français en mathématiques et en IA, les meilleurs sont courtisés dans le cadre du projet « Roboticipation : par les Gafa. Pour les retenir, il faut « Le doublement des salaires des chercheurs en début opération soutenue par la DIRECCTE de carrière». Ce qui semble utopique … Les doter supercalculateur français ou européen, Occitanie, qui réunit le CESI, l’UPSSITECH, dédié aux chercheurs et à leurs partenaires économiques est indispensable. TTFP, l’Icam, et le cluster Robotics Place. L’objectif est de faciliter l’intégration de L'explicabilité est l'axe selon lequel le rapport envisage la question de l'éthique. Cette nouveaux robots ou nouvelles technologies au notion désigne le fait de rendre compréhensible auprès du grand public des algorithmes, sein des PME de la région, dans le cadre du notamment dans des domaines comme « l’accès au crédit, à l'emploi, au logement, à la programme Industrie du Futur. Ici, l’enjeu est justice ou à la santé ». Pour éviter le danger des « boites noires ». autant d’accompagner les salariés que leurs dirigeants, dans leur stratégie de Transformation du marché du travail, création d’un Lab public, recours au Plan modernisation des outils de production. d’Investissement, et mise en avant de l’apprentissage de la créativité dans le système éducatif son aussi au menu de ce copieux rapport. Dr. Yann Ferguson, enseignant chercheur Source : www.enseignementsup-recherche.gouv.fr en sociologie à l’Icam Toulouse


6

TENDANCES & MARCHÉS

INDICES SEMICONDUCTEURS : LA CROISSANCE CONTINUE ! Après une croissance de 21,6% en 2017, à 412,2 milliards de dollars, le marché mondial des semiconducteurs devrait connaître à nouveau une progression élevée en 2018, de 9,5% à 451 milliards de dollars. Cette année, les plus fortes croissances sont attendues pour les marchés des mémoires, des circuits optoélectroniques et des circuits logiques. De même, toutes les grandes régions du monde seraient en croissance. Ainsi, on prévoit une croissance de 6,6% du marché européen après 17,1% l’an dernier, à 38,3 milliards de dollars. Cette année, la palme de la croissance devrait à nouveau revenir au marché américain avec un bond de la consommation de puces de 16,8% (à 103,3 milliards de dollars). Il devance le marché du Sud-Est asiatique (+7,7%) et le Japon et l’Europe (+6,6% chacun). La Chine est le premier responsable de cette conjoncture radieuse. Les investissements en équipements pour SC en Chine devraient en effet s’envoler de 57% cette année, puis de 60% en 2019. L’an prochain, la Chine devrait ainsi dépasser la Corée comme première région du monde pour les investissements en semiconducteurs. Certes ces dépenses concerneront encore majoritairement les entreprises internationales qui investiront en Chine. Mais les entreprises domestiques ne sont pas en reste. Leur part dans les investissements en Chine passera ainsi de 33% en 2017, à 45% en 2019. Par contre en 2017 plus aucun fabricant européen ne figure dans le top10 mondial en dépenses de R&D. Le Néerlandais NXP, qui figurait au 9e rang en 2016 a cédé l’an passé sa place à Nvidia, dont les dépenses en R&D ont bondi de 23%, à 1,8 milliard de dollars. NXP (11e) figure néanmoins avec STMicroelectronics (13e) dans les 18 fabricants mondiaux qui ont investi plus de 1 milliard de dollars en R&D en 2017. Sources : www.semi.org - www.icinsights.com - www.vipress.net

IOT : 35 MILLIARDS D’OBJETS EN 2030 Le marché de l’Internet des objets n’en est encore qu’à ses débuts malgré les 11,2 milliards d’objets connectés dans le monde en 2017. En Europe, l’Allemagne prend le leadership grâce à ses positions fortes dans l’automobile, et l’industrie (notamment via l’initiative publique Industrie 4.0). Le Royaume-Uni se distingue particulièrement dans les secteurs du smart metering et de la sécurité. L’Italie se distingue par un leadership sur le marché du smart metering (lancé bien avant ses voisins Européens) suivie par la France et l’Espagne. Il est encore impossible de parler d’une prochaine maturité des marchés, d’autant que les différences sectorielles sont encore très fortes : le marché des utilities(énergie, eaux…) est très en avance, porté par les réglementations nationales et les politiques publiques, tandis qu’encore balbutiant, l’automobile devrait devenir le second marché le plus important en 2030 porté par les réglementations (telle eCall en Europe) et l’avènement des voitures autonomes. Les technologies sans fil standardisées courte portée (comme le Wi-Fi et le Bluetooth), déjà dominantes en 2017, resteront en tête en 2030, en raison du fort développement attendu des applications grand public (maison Marchés de l'IoT par technologie d'accès, 2017 - 2030 connectée, de sport/bien-être et de gadgets (Taux de croissance annuel moyen, en millions d'unités) électroniques) et de leur faible coût. Concernant la connectivité IoT longue distance, c’est l’IoT cellulaire (via les normes NB-IoT, LTE-M et prochainement la 5G) qui devrait connaître la plus forte croissance (avec plus de 55% par an d’ici 2030), tandis que les technologies LPWA sans licence (LoRa, Sigfox) progresseraient de 16% d’ici 2030.

1 075 MILLIARDS

DE SEMICONDUCTEURS

DEVRAIENT ÊTRE LIVRÉS EN 2018

Source : www.fr.idate.org

L’ÉLECTRONIQUE ABSENTE DE LA LISTE DES 10 COMITÉS STRATÉGIQUES DE FILIÈRE VALIDÉE PAR LE CONSEIL NATIONAL DE L’INDUSTRIE ELLE POURRAIT ÊTRE VALIDÉE LORS DU PROCHAIN COMITÉ EXÉCUTIF, AVEC LE NUMÉRIQUE.


TENDANCES & MARCHÉS

LE MARCHÉ MONDIAL DES CIRCUITS IMPRIMÉS FLEXIBLES DOUBLERA D’ICI 2023 Le marché mondial des circuits imprimés flexibles devrait passer de 13,5 milliards à 27,6 milliards de dollars en 2023. La progression s’appuie sur une demande croissante de la part des téléphones mobiles et d’autres applications portables ainsi que par un renforcement de l’utilisation des circuits flexibles dans des domaines comme l’automobile (affichages pour la navigation, la sécurité…) et la santé (pacemakers, aides auditives…). Les circuits flexibles servent notamment dans les affichages, les caméras vidéo miniatures, les disques durs. Ils sont aussi utilisés dans des environnements soumis à de fortes vibrations (cas de l’aéronautique et défense) et là où la miniaturisation s’impose. Le plus grand domaine consommateur de circuits flexibles est l’électronique grand public (smartphones…). Les circuits imprimés flexibles se déclinent en circuits mono-face, circuits double-face, circuits multicouches et circuits flex-rigides. En 2017, le segment de marché le plus important était celui des circuits multicouches. Entre 2017 et 2023, le segment devant afficher la plus forte croissance sera celui des flex-rigides. C’était l’Asie qui s’octroyait jusqu’à présent la plus grande part du marché mondial des circuits flexibles. Elle devrait conserver cette suprématie durant la période concernée par l’étude. Source : www.energiasmarketresearch.com

LA SOUS-TRAITANCE ÉLECTRONIQUE EUROPÉENNE PROGRESSERA DE PRÈS DE 3% PAR AN JUSQU’EN 2021

LA 5G EN TEST DANS 9 VILLES DE FRANCE L'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) a attribué des fréquences à Orange et Bouygues Telecom pour mener des expérimentations techniques sur la 5G sur la bande 3400-3800 MHz. Des expérimentations à grande échelle vont débuter et seront menées dans 9 villes de France : Lyon, Bordeaux, Nantes, Lille, Le Havre, Saint-Étienne, Douai, Montpellier et Grenoble. L'Arcep a délivré des autorisations sur une durée de 18 à 24 mois. L'Arcep, a appelé "les opérateurs mobiles mais aussi les acteurs d’infrastructures d’énergie, routière, portuaire, ferroviaire et les industriels" à participer à cette phase de test. A l'issue de cette période, Orange et Bouygues Telecom devront communiquer un rapport détaillé des résultats de l’expérimentation. La 5G devrait être déployée en France en 2020, avec à l’horizon 2025 1,2 milliard de connexions mobiles en 5G, qui représenteront 14% des connexions mobiles, quand la croissance de l’Internet des objets au cours de cette période, prévoit 25 milliards de connexions IoT à l’horizon 2025. En moins d’une décennie, et depuis le premier lancement commercial de réseaux en 4G, cette dernière est en passe de devenir la première technologie réseau au monde d’ici l’année prochaine, pour représenter plus de la moitié (53%) des connexions mondiales à l’horizon 2025. Durant cette période, les opérateurs investiront également dans les nouveaux réseaux 5G. La première vague de lancements 5G aura lieu en Amérique du Nord et sur les principaux marchés asiatiques et européens. Sources : www.arcep.fr - www.gsma.com

Le chiffre d’affaires de cette sous-traitance de 11,2 milliards d’euros en 2017 progressera de 2,8% jusqu’en 2021. En 2017, ce chiffre d’affaires était lié à des activités dans les domaines de l’aérospatial et défense, de l’automobile, du médical, de l’industriel et des télécoms. Dans les pays d’Europe centrale et orientale (CEE), la sous-traitance est, elle, centrée sur les productions de grandes séries à destination de l’électronique grand public, des télécoms et de l’informatique. Elle est dominée par de grands groupes : Hon Hai Precision (qui représente 25% du chiffre d’affaires de l’ensemble de la sous-traitance en électronique dans l’ensemble de Europe), Flex et Jabil. Reed Electronics remarque le renforcement d’activités de sous-traitants américains (Kimball Electronics, Plexus et Benchmark) et asiatiques (IMI, Fabrinet et SVI) en Europe. Le chiffre d’affaires de la sous-traitance en électronique dans l’ensemble de l’Europe devrait atteindre 32 milliards d’euros en 2021, selon la société d’études. Source : www.rer.co.uk

7


8

DOSSIER AUTOMOBILE/TRANSPORT

Les véhicules autonomes : un challenge technique et social

PAROLE AUX PARTENAIRES

Aujourd’hui, la question n’est pas de savoir si les véhicules autonomes vont envahir la nouvelle mobilité, la vraie question de savoir quand, dans quelles conditions et à quel prix.

L

eur déploiement doit conduire à de nouveaux modèles de mobilité. Ainsi il ne sera plus nécessaire soit de posséder un véhicule, soit même d’être capable de piloter. Leur apparition va avoir un impact certain, tant au niveau du véhicule individuel, qu’au niveau des transports collectifs ou des transports de marchandises.

MALGRÉ TOUT, LE DÉVELOPPEMENT DE CES SYSTÈMES TRÈS COMPLEXES SE HEURTE À UN CERTAIN NOMBRE DE VERROUS :

- la disponibilité des technologies d’intelligence embarquée, performance et coût, - la sûreté de fonctionnement et la cyber sécurité, - l’adaptation des infrastructures afin d’accueillir ce nouveau type de véhicules, - l’acceptabilité des nouveaux usages, - l’adaptation de la réglementation routière, - le développement de normes adaptées, - la définition d’un cadre légal et des responsabilités en cas d’accident. Pour lever ces verrous, un projet national (Nouvelle France industrielle -véhicule autonome) a été mis en place afin de permettre aux différents acteurs d’unir leurs efforts et de collaborer à ce projet immense. La classification des niveaux d’autonomie établie cinq niveaux, zéro correspond un véhicule 100 % manuel et cinq pour un véhicule complètement autonome pour lequel aucun conducteur n’est nécessaire. Ces niveaux correspondent à un environnement et un cas d’usage bien définis.

AINSI POUR LES VÉHICULES PARTICULIERS, LES TROIS CAS D’USAGES À PLUS COURT TERME (2020) SONT : - en embouteillage sans changement de voie, - sur autoroute sans changement de voie, - parking en mode autonome.

POUR LES VÉHICULES INDUSTRIELS : - régulation de vitesse par l’infrastructure, - platooning (circulation en « peloton »), - benne à ordure, - pulvérisateur agricole.

POUR LE TRANSPORT PUBLIC : - flotte en libre-service sur site privé, - navette sur site protégé.

Afin de répondre à ces cas d’usages, il est nécessaire en particulier, de démontrer la fiabilité du véhicule face à l’infinité des événements critiques auxquels il pourra être confronté. Un véhicule autonome est un système extrêmement complexe. Il est constitué de capteurs, de moyens de communication, d’une intelligence embarquée capable de décider la trajectoire, et enfin de piloter les différents organes du véhicule.

Dans des conditions idéales, sous le soleil, sur une route dégagée et en bon état, ce challenge semble réalisable. Par contre, sous la pluie, si la route est de mauvaise qualité, le marquage au sol défaillant et la probabilité de rencontrer un obstacle importante.... Le seul moyen sera de limiter la vitesse ou de repasser en mode manuel. D’autant plus que, dans le cas où un accident interviendrait, la définition du responsable est extrêmement complexe. Même s’il est admis que les véhicules autonomes seront équipés de boîtes noires, l’analyse des données ne sera pas nécessairement suffisante pour définir les raisons d’une mauvaise trajectoire ! Pour démontrer les performances de ces véhicules, il s’avère nécessaire d’effectuer de nombreuses expérimentations dans des environnements représentatifs des différent cas d’usages. C’est dans contexte que le campus de l’université Paul Sabatier de Toulouse va être transformé en site d’expérimentation pour véhicules autonomes et connectés. Le projet nommé autOCampus est une continuité du projet neOCampus dédié à la démonstration d’une « Smart City ». Nul doute que nous nous acclimaterons à côtoyer ces véhicules qui, à terme, seront plus sûrs que les véhicules conventionnels. Source : Yves DORDET, Chef de Projet « Systèmes de Transport Autonomes & Connectés » (STAC) - Pôle de compétitivité Aerospace Valley


DOSSIER AUTOMOBILE/TRANSPORT

9

La maîtrise des mesures du véhicule autonome

L

a voiture autonome nécessite de nombreux capteurs puisqu'elle doit remplacer le conducteur, et donc remplacer la vision, l'ouïe, l'odorat... Il faut parvenir aux mêmes facultés que l'œil humain, organe le plus sollicité pour la conduite. La perception est donc un point clé pour la voiture autonome. Il faut réussir avec tous les capteurs à reconstituer la scène qui se déroule devant la voiture. Pour l'œil, les informations visuelles sont transmises sous forme d'influx électrique au cerveau qui reconstruit la scène en fonction des informations portant sur la couleur, la forme, le mouvement, la localisation spatiale... On doit donc réaliser la même chose avec le véhicule. Et c'est ce qu'il fait : il observe le monde externe à l'aide de capteurs et construit un modèle interne de l'environnement extérieur au sein de l'ordinateur de bord.

MAIS COMMENT LES CAPTEURS FONCTIONNENT-ILS ?

Un capteur est un dispositif transformant l'état d'une grandeur physique observée en une grande utilisable. Dans le véhicule autonome on trouve toute sorte de capteurs :  Les capteurs optiques (caméras et Lidar) fournissent des informations sur l'environnement permettant une localisation précise de la voiture, en position et en orientation, ainsi qu'une segmentation des objets mobiles ou obstacles. Les caméras sont

des capteurs passifs Les lidars des actifs. Il faut réaliser une localisation parfaitement fiable grâce à la redondance des capteurs optiques qui sont complétés par les radars, l'odométrie roue, la centrale à inertie, le capteur infrarouge, ultrason...  La caméra stéréoscopique, placée en haut du pare-brise, surveille la route, repère les feux, déchiffre les panneaux et aide l'ordinateur embarqué à détecter les objets mobiles tels que les piétons ou les vélos.  Les capteurs radars traditionnels permettent de détecter la position des objets environnants, proches ou éloignés. La mesure de distance par un radar est possible du fait des propriétés de l'énergie électromagnétique.  Le capteur à infrarouge remplace l'œil humain en détectant les couleurs des lignes suivies. Il joue le rôle des cônes de la rétine. En suivant les lignes de la route, ce système permet à la voiture autonome de rester dans la voie. Ce système est très efficace, d'autant plus qu'il permet une vision parfaite de jour comme de nuit.  L'odomètre roue accroît la précision de la localisation du véhicule à l'aide d'un capteur de déplacement situé sur une roue. Il mesure la vitesse ou la distance parcourue en comptant le nombre de rotation d'une roue en connaissant simplement la circonférence de cette dernière.  La Centrale inertielle relève la direction et la courbure des virages. Elle intègre les mouvements de la voiture (accélération...) pour estimer son orientation, sa vitesse et sa position. Elle complète les données du GPS, parfois défaillant. Elle comprend trois gyromètres qui mesurent la vitesse de rotation. Ce sont des capteurs de vitesse angulaire.  Le Capteur à ultrasons, déjà très utilisé actuellement pour l'aide au stationnement, permet de mesurer des (courtes) distances avec l'objet qui fait obstacle à la voiture, sa portée n'est que de quelques mètres. Pour obtenir un angle de balayage assez large, une dizaine de ces capteurs sont intégrés dans les pare-chocs. Ils fonctionnent comme les radars mais dans le domaine des ondes sonores. La voiture autonome est donc capable avec tous ces capteurs de reproduire toutes les facultés des hommes, qui sont nécessaires à la conduite. Il y a bien une sorte de reproduction du cerveau humain, avec la volonté de recréer de manière informatique les aires impliquées dans la réaction et la localisation. Mais ces nouvelles technologiques, basées sur des mesures et une analyse de ces mesures ont des limites : un besoin mal défini mettra en place des mesures mal interprétées et avec un risque énorme… celui d’écraser un piéton par exemple ! Sources : www.kazeo.com –www.cfmetrologie.com


10

DOSSIER AUTOMOBILE/TRANSPORT

140 octets pour sauver des vies Désormais, le système automatique d'appel d'urgence eCall doit être installé dans toutes les voitures neuves réceptionnées après avril 2018 dans l'Union européenne, peu importe le constructeur, le modèle ou la catégorie de prix.

L

'entreprise technologique Continental se félicite de la décision de la Commission européenne qui se rapproche de sa « Vision Zéro », une mobilité sans accidents de la route, car l'aide est maintenant automatique en cas d'accident Grâce à eCall, les véhicules disposent d'un système d'appel d'urgence embarqué, qui peut envoyer automatiquement une alerte avec l'emplacement exact du véhicule aux secours publics les plus proches. Le système utilise le numéro d'urgence standard en Europe, le 112. Cela réduira le temps de réponse jusqu'à 40% dans les zones urbaines et même jusqu'à 50% dans les zones rurales. Un temps de réponse plus court signifie que les victimes reçoivent de l'aide plus rapidement, ce qui permet d'éviter plus de dommages. eCall est activé par le déclenchement de l'unité de contrôle de l’airbag. Il est également possible de déclencher manuellement un appel d'urgence, par exemple si un conducteur est témoin d'un accident grave. Selon la norme européenne, un ensemble minimal de données doit être transmis aux secours publics. Ces données de 140 octets contiennent des informations sélectionnées en fonction de leur pertinence, comme l'heure de l'appel, le type et l'emplacement du véhicule, le nombre de passagers, la direction du trajet…

Le matériel du véhicule utilisé est l'unité télématique intégrée, qui se compose principalement d'un modem, d'une antenne de positionnement par satellite, de l'électronique nécessaire à la connexion au véhicule, voire d'une batterie de secours. Cependant, eCall n'est qu'une fonction parmi d’autres qui pourraient être intégrées dans les nouveaux véhicules, comme l'information en temps réel sur les flux de trafic ou les risques potentiels, les accidents… En outre, la connectivité peut assurer la sécurité routière, car les véhicules sont capables d'échanger des informations grâce à l'utilisation de la technologie de communication V2X (Vehicle-toeverything) et de s'avertir mutuellement des dangers potentiels en cours de route. Pour accélérer sur la mobilité du futur, Continental Automotive a lancé à Toulouse d'un nouveau programme de R&D, qui devrait mobiliser plus de 200 millions d'euros sur 5 ans. A la clef, la création de plusieurs centaines d'emplois, ainsi que des partenariats locaux, avec par exemple le Laas-CNRS et Météo France. Source : www.continental-corporation.com/fr

Rallier Toulouse-Montpellier en 20 minutes ! C'est le pari fou proposé par la technologie de l'Hyperloop Hyperloop Transportation Technologies a également choisi de s'installer à Toulouse sur l'ancienne base aérienne de Francazal pour mettre au point son mode de transport révolutionnaire, un train du futur propulsé à plus de 1 200 km/h.

E

n utilisant la lévitation magnétique, cela doit permettre d'acheminer des capsules, d’une cinquantaine de places maximum, dans des tubes vidés d’air. De quoi faire émerger un “5e mode de transport” hybride entre l'avion et le train. Mais où en est-on concrètement de cette technologie ? Et en quoi consiste-t-elle ? Le train à sustentation magnétique nécessite de rajouter l’énergie nécessaire à générer la supraconductivité. Et, lorsqu’on passe 500 km/h, l’air se comporte comme un liquide au niveau des forces de frottement.

Avec la technologie Hyperloop, c'est tout à fait différent. On envoie une capsule dans un tube vidé d’air. Il n’y a donc plus de frottements. Quant à la sustentation, elle est passive et créée par des aimants fixés à la capsule. Il faut juste amorcer le mouvement pour créer l’effet de lévitation. Une fois dans le tube, la navette avance grâce à un moteur à induction linéaire qui est alimenté via des batteries embarquées. Lorsqu’elle a atteint une certaine vitesse, elle décolle automatiquement et demeure en lévitation tant que celle-ci reste suffisante.

Les tuyaux nécessaires au test de la technologie Hyperloop sont arrivés. Les travaux débuteront bien en 2018 ! Outre le prototype futur, la société va construire un centre de recherches sur l'ancienne base militaire de Francazal, se trouvant dans la banlieue sud-ouest de la ville rose. Sources : www.lesnumeriques.com - www.actu.fr www.hyperloop-one.com


DOSSIER AÉRONAUTIQUE/SPATIAL

12

L’IRT Saint Exupéry déborde de projets ! À la croisée des besoins rencontrés par toute l’industrie des transports, aéronautique, automobile et ferroviaire, Il existe aujourd’hui de vraies ruptures dans les technologies du génie électrique .

P

ar exemple, pour passer de l’avion plus électrique à l’avion tout électrique, il faudra augmenter la performance et la disponibilité opérationnelle, réduire les coûts de maintenance ainsi que diminuer la dépendance vis-à-vis des énergies fossiles. Autant d’arguments majeurs qui poussent les constructeurs aéronautiques européens à verdir les aéronefs en intégrant par exemple davantage d’énergies propres, en réduisant les rejets polluants et les nuisances sonores. C’est ainsi que le concept d’avion plus électrique a émergé depuis plusieurs années en imposant une révolution aux systèmes énergétiques à bord : de l’ouverture des portes à la climatisation en passant par le freinage, de très nombreuses fonctions actionnées par des dispositifs pneumatiques, hydrauliques ou mécaniques sont assurées progressivement par des actionneurs électriques. Plus loin dans le temps, l’avion hybride, à l’instar des voitures hybrides,

industriels (Airbus, Actia, Continental, Liebherr, Techform, Thales Alenia Space, Thales, Safran, Serma Technologies, Zodiac Aerospace) et 3 académiques (IETR Rennes, IMS Bordeaux, LAASCNRS). Ce projet s’intéresse à la robustesse des composants électroniques et a pour but de prédire la fiabilité des composants et des cartes électroniques dans un milieu opérationnel. Féline a 4 enjeux importants : - améliorer les méthodes pour calculer la fiabilité des composants, - modéliser et caractériser les effets des radiations cosmiques, - réduire les coûts de requalification en compatibilité électromagnétique en développant l’approche modélisation, - développer des méthodes qui permettent de caractériser les caractéristiques mécaniques des assemblages.

nes omai d T 3 Les de IR e c n elle ux d’exc atéria m s e, le manc sont r o f r te pe à hau es stèm y s s le rqués emba f érone a ’ l . t e rique t c e l é plus

Easyjet annonce à l’horizon 2027, un vol Paris-Londres pour 200 passagers avec un avion équipé de moteurs électriques. Tiendront-ils le défi ?

combinera selon les phases de vol une propulsion traditionnelle à base de carburant avec une propulsion électrique. L’avion tout électrique quant à lui achèvera le passage complet à l’électrique en remplaçant les moteurs traditionnels par des moteurs électriques. Les 3 domaines d’excellence de IRT Saint Exupéry de Toulouse (Institut de Recherches Technologiques) sont les matériaux à haute performance, les systèmes embarqués et l’aéronef plus électrique. Première pierre à l’édifice, le projet HighVolt de l’IRT s’appuie désormais sur deux autres piliers : les projets Féline et E-Power Drive visant à optimiser toutes les fonctions électriques non propulsives tout en préparant le passage à l’électrique pour le propulsif. Le projet Féline (Fiabilité ÉLectronique INtEgrée) réunit 10 acteurs

E-Power-Drive rassemble quant à lui 8 partenaires industriels, Airbus, aPSI3D, Liebherr, NIDEC-Leroy-Somer, Safran, Meggitt-TFE, Zodiac Aerospace et 3 partenaires académiques (Laplace, SATIE, G2E lab) et se concentre sur l’augmentation de la densité de puissance et la maitrise de la fiabilité des chaînes électromécaniques. Il doit permettre de développer des méthodes d’optimisation, des modèles, des démonstrateurs technologiques en intégrant l’ensemble de ces travaux dans une plateforme de 50kW. Ceci permettra de démontrer la performance des solutions technologiques ou méthodologiques proposées, de confirmer la performance au niveau d’une chaine complète intégrée mais également de proposer aux membres des plateformes d’essais (logicielle et matérielle) permettant de tester/optimiser leurs briques dans un environnement représentatif et comparable. Enfin, il s’agira d’explorer les caractéristiques, les performances des matériaux issus de la fabrication additive pour la réalisation de fonctions électriques. De nouveaux fabricants de briques technologiques sont en cours d’intégration dans ce projet afin d’augmenter le transfert technologique. Sources : www.aeromorning.com - www.vipress.net - www.electronique-mag.com


DOSSIER AÉRONAUTIQUE/SPATIAL

13

Airbus utilise les briques technologiques d’Actia A l’image de l’activité aéronautique en forte croissance, le toulousain Actia, spécialiste dans la conception et la fabrication de systèmes embarqués électroniques, augmente cette année sa cadence et les volumes de produits dans le secteur aéronautique pour Airbus, qui lui confie désormais davantage de responsabilités sur les produits fabriqués par le groupe pour l’avionneur.

D

ans un contexte à fortes contraintes de design produit et d'approvisionnement de composants critiques, Actia fait valoir un savoir-faire pointu, en support au design électronique, mécanique, en industrialisation de calculateurs ainsi qu'en test de production. Avec une montée en compétences de moyens humains et techniques, Actia conçoit et produits ses propres moyens de test de production, organisés autour d'un écosystème au service de la rentabilité maximale des lignes CMS au meilleur taux de conformité. Actia produit en sous-traitance des cartes et des équipements électroniques dans le secteur de l’aéronautique civile et militaire depuis 20 ans et notamment des équipements avioniques liés aux commandes de vols.

Le groupe Actia a été le premier sous-traitant européen accrédité NadCap en 2008, norme très exigeante liée à la maîtrise des procédés spéciaux d’assemblage électronique pour le secteur aéronautique, et vient de renouveler sa certification pour les deux années à venir. Actia assure la totale responsabilité industrielle des produits fabriqués. Les équipes ont développé un véritable partenariat technique, en apportant des briques technologiques maitrisées que ce soit en design for manufacturing, production ou tests. Sources : www.actia.com - www.boursier.com

Le premier pneu d'avion connecté Véritable innovation de rupture, des puces RFID ont été glissées dans un pneu d'avion, aptes à renseigner la tablette, voire le smartphone du technicien de maintenance ou du pilote, lorsqu'il l'approche de la surface de la gomme !

C

e projet en développement de pneu connecté par Michelin et Safran comprend un capteur électronique de pression, installé directement dans le pneu. Le capteur n'est pas dans la matière, il est intégré à la fin de la fabrication de manière à ne pas être intrusif. Le pneu conserve donc toutes ses garanties de sécurité. C'est toujours avec ce même souci de sécurité que les capteurs ont été dépourvus de source électrique propre et sont donc activés par le lecteur amené à la surface du pneu. La solution est sans fil fonctionnant sous forme de système embarqué. Le capteur électronique récolte les informations concernant la pression des pneumatiques et transmet ces données numériques à distance. Tout ceci sans intervention sur le pneu, grâce à un lecteur connecté à un smartphone et relié à une base de données. A l'autre bout de la chaîne de contrôle, une interface logicielle renseigne sur les précédents relevés de pression, la traçabilité du pneu, les températures intérieure et extérieure. Principal atout de ce nouveau procédé : simplifier les opérations requises à chaque mouvement de l'avion, qui réclament une intervention manuelle sur la valve de la roue au moyen d'un manomètre. Or ce sont des manœuvres importantes et chronophages, avec des pressions de gonflage dépassant 15 bars et nécessitant un personnel formé et certifié. Désormais, rien n'empêche qu'un pilote procède à ce contrôle puisqu'il est le destinataire final de l'information. Une trentaine d'ingénieurs a été mobilisés depuis deux ans, mais le montant investi pour mettre au point ce premier pneu connecté pour l'aviation reste confidentiel. Les tests réalisés avec PresSense ont démarré pour une mise sur le marché prévue en 2019.

Sources : www.air-journal.fr - www.aerobuzz.fr


14

DOSSIER MÉDICAL/SANTÉ

L’innovation technologique au service du handicap L’entreprise toulousaine innovante Feelobject utilise le potentiel illimité de l’électronique et de l’impression 3D pour imaginer et fabriquer des objets qui ont du sens. Aujourd’hui, la startup lance Virtuoz, un plan interactif et tactile qui favorise l'inclusion des personnes déficientes visuelles en entreprise et tous lieux accueillant du public. PAROLE AUX PARTENAIRES

C

oncentré de technologies pour une simplicité d’usage, Virtuoz est comme une partition d’un lieu, les personnes déficientes visuelles disposent d’une visualisation mentale de l’espace pour se déplacer plus sereinement. Sous ses airs de simplicité, Virtuoz est un petit bijou technologique. Agréable au toucher, ce plan tactile en relief se compose de symboles décryptables avec les doigts de façon rapide et intuitive. L’impression 3D offre une robustesse ainsi qu’une personnalisation complète des plans. Là où la fabrication classique génère 90% de perte de matière, la fabrication additive permet d’utiliser le minimum de matière nécessaire à la production du produit. Ce procédé participe à la réduction de l’impact environnemental négatif dû à la perte de matière. Le plan en relief est complété par un système électronique dont l’objectif est d’augmenter l’utilisabilité du produit en associant des sons aux repères tactiles se trouvant sur le plan. Les personnes malvoyantes et non voyantes accèdent facilement aux indications sonores complémentaires et également à différents choix de langue ou niveaux d’information. Épuré, fonctionnel (boutons, prise jack, chargement, vibrations,) et peu gourmand en consommation d’énergie, Virtuoz a été pensé pour une expérience de navigation optimale. Les mises à jour et les configurations sont automatiques et autonomes. Développée par l’équipe de Feelobject, la technologie utilisée fait le lien sans connections entre les repères du plan et la partie électronique pour déclencher un son. Cette technique brevetée permet de standardiser la partie électronique pour diminuer les coûts du produit tout en gardant la personnalisation du plan.

FEELOBJECT C’EST L’HISTOIRE DE DEUX ENTREPRENEURS

Céline Favy-Huin & Sylvain Huin, et la rencontre entre deux expertises : les ressources humaines et l’ingénierie. Céline et Sylvain prouvent que l’impression 3D n'est pas exclusivement réservée au secteur de l'industrie. En alliant leurs expertises, nos deux entrepreneurs innovent dans le domaine de la santé, du bien-être et du handicap. Début 2018, ils lancent leur nouveau produit Virtuoz déjà disponible dans les mains des collaborateurs d’Enedis, plus confiants et autonomes dans leur quotidien au travail. De nombreux Virtuoz sont également en cours de fabrication dans le cadre de projets «inclusion, équité et diversité en entreprise» (Responsabilité Sociale des Entreprises), «médiation» (Tourisme et Culture) ou encore «smart city» (Lieu public). Membres du Club d’innovation pour l’industrie (GIPI), les fondateurs de Feelobject prennent le virage des mutations industrielles, technologiques, économiques et sociales. Le GIPI a permis la collaboration entre Feelobject et Dralam Technologies et, ainsi, favorisé l’émergence d’un projet innovant contribuant au développement économique régional. Le produit Virtuoz est donc né de différentes synergies et partenariats industriels et institutionnels clés. L’équipe de Feelobject a pu bénéficier des conseils avisés et du soutien financier de Captronic notamment ou encore d’un financement de la Région Occitanie. Sources : www.feelobject.fr – www.gipi.org

Le GIPI a permis la collaboration entre Feelobject et Dralam Technologies et, ainsi, favorisé l’émergence d’un projet innovant


DOSSIER MÉDICAL/SANTÉ

15

L’Intelligence Artificielle vous regarde… Il y avait déjà l’Apple Watch en capacité de détecter un rythme cardiaque anormal avec une précision de 97%, il y a maintenant la prédiction des facteurs de risques cardiovasculaires à partir de photos de rétines grâce au deep learning.

L

’e-santé en cardiologie se met au goût du jour en faisant appel à l’Intelligence Artificielle qui est maintenant en mesure de déceler des risques de maladie cardiovasculaire, tout simplement en scannant l’œil d’un patient. Pour arriver à ce résultat, les scientifiques de Google et de sa filiale dédiée à la santé Verily (anciennement Google Life Sciences) ont alimenté leur algorithme de machine learning avec des photos de la rétine de près de 300 000 patients. A partir de ces images, les chercheurs ont pu identifier les similarités pour les croiser avec des paramètres clés propres à chaque patient, à savoir l’âge, le genre, la tension artérielle ou encore les antécédents cardiaques. De cette manière, les chercheurs ont pu nourrir leur algorithme pour qu’il soit capable de détecter les risques de maladies cardiaques. Cependant, bien que crédible, cette nouvelle approche de dépistage doit encore être améliorée pour être totalement efficace et précise.

…dans le blanc des yeux Les médecins observent déjà la rétine pour déduire ce genre d'informations, mais il faut généralement qu'ils les complètent avec des tests sanguins. Selon le professeur Alun Hughes, l'IA pourra considérablement accélérer ces analyses, mais qu'il faudra encore l'entraîner et l’enrichir pour réduire la marge d'erreur. Sources : www.businessinsider.fr – www.capital.fr – www.scoop.it

L’impression 3D pour le cœur artificiel Carmat est le premier cœur artificiel intelligent qui apporte une réponse immédiate et automatique aux besoins métaboliques du patient.

L

’actionnement hydraulique entraîné par le groupe motopompe reconstitue les deux temps du rythme cardiaque : diastole lors du remplissage des ventricules par le sang et systole lors de l’éjection du sang vers les organes. C’est le seul cœur artificiel dont les surfaces en contact avec le sang sont constituées de matériaux biocompatibles qui pourraient réduire les risques thromboemboliques. Rappelons que la prothèse comprend, outre les 4 valves biologiques, les 2 cavités ventriculaires et le groupe motopompe, un dispositif électronique intégré pour réguler le débit en fonction d’informations mesurées par des capteurs de pression. Carmat vient de signer un accord de partenariat avec Addup, start-up détenue par Michelin et par Fives spécialisée dans la fabrication d’imprimantes 3D métalliques. Cette collaboration devrait hâter l’industrialisation du produit en vue d’une fabrication à grande échelle. Et l’association devrait aboutir à une version optimisée du cœur artificiel, tant du point de vue de la facilité d’utilisation du produit que du confort du malade. Carmat va soumettre son cœur artificiel et la clinique d’implantation de ce dernier au marquage CE à la fin de l’année 2018. Ce qui devrait permettre une commercialisation en 2019. Pour accompagner la demande issue du marquage CE, Carmat finalise l’installation d’une nouvelle unité d’assemblage de son cœur artificiel. Cette unité devrait être opérationnelle en 2018. Et conformément à son programme de développement, Carmat entame l’internationalisation de ses expérimentations. Ainsi, vient-elle d’annoncer, une implantation de prothèse cardiaque Carmat au National Research Center for Cardiac Surgery d’Astana au Kazakhstan, un centre leader dans la conduite d’études cliniques de dispositifs cardiaques. Carmat espère finir toutes les implantations dès que possible cette année, afin d'avoir les résultats complets de l'étude entre fin 2018 et début 2019, quand elle compte obtenir le marquage CE pour démarrer la commercialisation en Europe. L'étude pivot pourrait être considérée comme un succès si plus de la moitié des patients survivent six mois après avoir été implantés. Sources : www.carmatsa.com - www.bfmbusiness.bfmtv.com


BRÈVES THÉMATIQUES

16

MODE

Mannequin connecté pour textile 4.0

L

e premier mannequin intelligent français est né ! Robot évolutif et connecté conçu pour reproduire chaque morphologie en moins de 30 secondes, c’est un concentré de technologies mécatroniques, informatiques et matériaux s'appuyant sur le processus biomimétique, pour être au plus près de la diversité morphologique comme l'âge, les origines géographiques, le vieillissement du corps ou les pathologies. Résultat de six ans de R&D, le mannequin connecté version femme d'Euveka est conçu pour s'adapter au plus près de l'évolution du corps humain, selon l'âge ou les morphotypes. Piloté par un logiciel de conception, il peut évoluer intégralement ou par zone, en hauteur ou en largeur, selon un barème de corps et de vêtement donné. Cette innovation permet de recréer 80% des morphologies actuelles des femmes caucasiennes et asiatiques de 1m55 à 1m80 de la taille 36 à 46 et les déformations d'un corps de 17 à 77 ans. Euveka s'adresse aux professionnels/industriels de la mode (de la haute-couture jusqu'à la grande distribution), du sport, de la santé mais également de la sécurité ou du cinéma. Véritable innovation de rupture pour l'industrie du textile 4.0, et 100% made in France, il a été réalisé en collaboration avec les étudiants de quatrième année de l’école d’ingénieurs INP Esisar de Grenoble. Euveka a été récompensé par de nombreux prix internationaux (dont le CES de Las Vegas). Euveka s’est engagé dans une démarche éthique et environnementale, et souhaite devenir leader dans l'industrie textile 4.0. La fondatrice Audrey-Laure Bergenthal promet de révolutionner le secteur des industries textiles avec son invention et annonce d'ores et déjà ses ambitions mondiales en partant à l’assaut des Etats-Unis

Sources : www.euveka.com/fr/ - www.escalconsulting.com

ELECTRONIQUE GRAND PUBLIC

Un chariot de courses intelligent et connecté

C

e nouveau chariot électronique de courses reconnaît les clients, et est équipé d’un scanner, d’une balance, d’une station de contrôle portable qui permet de calculer et de visualiser les prix des articles qui sont placés dans le chariot. Il peut également aider le client à localiser un produit dans le magasin. Ces chariots permettent aussi aux magasins d'afficher et de faire de la publicité en temps réel pour les promotions et les ventes directement aux clients pendant qu'ils font leurs courses ! DS Smart Cart utilise une variété de fonctions pour faciliter et accélérer les achats. En plus d'être une station de caisse portable, il peut également se connecter à l'inventaire du magasin. Grâce à cette fonction, les utilisateurs peuvent savoir si les articles sont en stock. Ce chariot intelligent a également une interface qui accepte de multiples options de paiement, éliminant les files d’attente aux caisses (ainsi que l'espace de caisse et les coûts de personnel pour le commerçant). Le DS Smart Cart révolutionne ainsi la façon dont les magasins du monde et les entreprises fonctionnent. Les consommateurs peuvent maintenant gagner du temps et éviter les tracas lors de leurs achats, tandis que les entreprises peuvent réduire leurs coûts. Il entend ainsi rivaliser tout simplement avec… Amazon !

Source : www.dssmartcart.com


17


18

BRÈVES THÉMATIQUES

LOISIRS

KAVALE sécurise le cheval et le cavalier

L

’origine de la start-up Képhyre c’est avant tout une histoire d’expérience. Alors qu’en 2012 ses chevaux s’enfuient en permanence de leurs enclos et qu’un accident survient en ballade, Anaïs Vivion décide alors de lancer sa start-up et de créer un objet connecté qui permet de surveiller ses chevaux au pré ou en extérieur, ainsi que les sorties. La raison d’être de Kavale est de sécuriser le cavalier et son cheval dans deux cas de figures : - Lorsque le cheval est seul au pré sans surveillance pour prévenir la fuite, le vol ou l’immobilité. Vous recevez alors une alerte dès lors que votre cheval franchit les limites de la zone clôturée (préalablement paramétrée) ou bien s’il reste anormalement immobile. Vous recevez également l’itinéraire pour le rejoindre le plus rapidement possible. L’alerte peut être transférable si vous n’êtes pas disponible. - Lors des sorties en extérieur, seul ou à deux, pour alerter d’un accident ou d’une chute. Le cavalier est relié à Kavale au moyen du cordon de sécurité aimanté. Lors d’une chute le boitier se désolidarise et une alerte est envoyée à vos proches avec position GPS. Ainsi que la position de la monture si elle se déplace, grâce au boitier resté sur la selle. Entièrement conçu avec des cavaliers et des vétérinaires et grâce aux différents systèmes d’attaches, l’objet atteint 25 jours d’autonomie et utilise le réseaux basse fréquence Sigfox pour combler les zones blanches du GSM en Europe. Kavale, a déjà obtenu de nombreux prix, dont le prix du public aux Trophées de l’innovation du cheval de Paris 2017. Sources : www.corp.beapp.fr - www.kephyre.com

SPORT

Le Tour de France : course sportive ou technologique ?

3

500 km en trois semaines. Personne ne peut nier l’exploit sportif que représente cette course. Mais la technologie vient de plus en plus en aide aux coureurs et à leurs écuries. De la simple oreillette en 1992 pour mettre en contact coureurs et directeur sportif, on est maintenant arrivé aux gélules connectées, miniaturisées, qui sont ingérées par une partie du peloton : « On s'en sert en course et lors des entraînements. Cela permet de connaître la température centrale du corps afin de mesurer précisément les réactions des coureurs à la chaleur et les phénomènes de surchauffe ou de déshydratation », explique un responsable de la performance. Car si le Tour de France est avant tout une épreuve d'endurance, le cyclisme est aussi une course à la technologie et le vélo l'un des sports

les plus connectés qui soient. Depuis des années, les capteurs en tout genre y fleurissent : les capteurs cardiaques que portent les cyclistes, ainsi que les capteurs de puissance et compteurs GPS qui sont, eux, installés sur le vélo. Vitesse moyenne, fréquence cardiaque, altimétrie : toutes les données recueillies sont transférées vers des plates-formes en ligne, ce qui permet aux entraîneurs de suivre leur coureur à distance, d'analyser la puissance développée ainsi que les réponses biomécanique et physique. L’utilisation de ces données en pleine course, via la télémétrie permettra au staff technique d'appréhender, en direct, l'état physique des coureurs et d'adapter la stratégie de course en fonction des indicateurs. Et d’autres solutions technologiques sont à l'essai, comme ce casque doté d'électrodes, qui produit des impulsions électriques de faible intensité dans la partie cortex moteur du cerveau qui gère les capacités physiques. Une fois stimulés, les neurones transmettent ensuite des signaux amplifiés vers les muscles, ce qui permettrait d'augmenter leurs performances. Mais déjà qualifiée de « brain doping » par certains, la stimulation transcrânienne ne fait pas l'unanimité dans le peloton. Sources : www.lesechos.fr www.fr.sports.yahoo.com


19


20

FOCUS SALON ENOVA

TOULOUSE, un cocktail de technologies, de créativité, d'innovation et de convivialité ENOVA, le salon de l’innovation en électronique, mesure, vision et optique, propose un écosystème complet et unique en France, au cœur des grandes régions industrielles. Opportunité de business, d’échange des connaissances les salons ENOVA fédèrent l’ensemble des acteurs de la Recherche et de l'Industrie à l'affût de solutions innovantes pour accompagner leur mutation numérique et leurs projets de développement. Pour compléter son rendez-vous annuel à Paris, et être ainsi au plus près des besoins des marchés régionaux, ENOVA se décline en région avec des salons de proximité. Le tour de France 2018 des grands bassins industriels continue à TOULOUSE qui accueillera pour la deuxième fois ce rendez-vous les 30 et 31 mai. Il se terminera à PARIS les 23 et 24 octobre. ENOVA TOULOUSE vous séduira par son positionnement et son programme riche : produits innovants, services, conférences, et solutions stratégiques. Il est le salon de référence en matière de convergence de nouvelles technologies, catalyseur de projets et rendez-vous d’affaires privilégiés… pour toutes les applications et tous les usages.

LES CHIFFRES CLÉS D’ENOVA Á TOULOUSE

2 jours de business et de convivialité 3 000 m² d’exposition avec 165 exposants 1 500 visiteurs attendus 1 service de rendez-vous d'affaires 70 innovations technologiques 18 conférences

ENOVA TOULOUSE bénéficie du soutien des partenaires clés des filières régionales qui sont fortement impliqués dans le programme des conférences :

ZOOM SUR Une animation Stand C39 L’animation « Du campus du futur à la Smart City » mettra en scène les travaux de recherche sur l'internet des objets, le campus du futur et les systèmes embarqués et présentera 3 projets : 3Pegase (Plate-forme PrEdictive pour Personnes âGées et ASsistancE), SUNiAgri (optimisation des moyens de production d’énergie renouvelable des exploitations, mutualisation intelligente des eaux pluviales par thermorégulation en temps réel et nettoyage automatisé des panneaux solaires), APIcampus (ruches connectées). (Organisée par AEROSPACE VALLEY, Université Toulouse III Paul Sabatier, INSA, CNRS, laboratoire IRIT, LAAS et neOCampus)

Une journée technique Mercredi 30 mai Pendant la journée « Cartes et Equipements Electroniques : intégrité des signaux et effets fonctionnels, CEM, enjeux et dispositions », des spécialistes et experts témoigneront de leurs expériences, de leurs travaux de recherche et des perspectives dans le domaine (AIRBUS, THALES AVS, IRT Saint Exupery, etc.).


FOCUS SALON ENOVA

21

RENCONTREZ PLUS DE 165 EXPOSANTS Liste complète sur www.enova-event.com A/B AB2E CEM & THERMAL MANAGEMENT D35 ACCELONIX C15 ADAPTSYS C38 AEROSPACE VALLEY D38B AIR & COSMOS E17 AIRGEN B18 ALDEON B18 AMBER INNOVATION B18 AMEA A35 AMETEK DIVISION CREAFORM E4BIS AMW FRANCE B35 ANTELEC D17 APLUS SYSTEME AUTOMATION E23 ASICA - SICAP C6 ASTER TECHNOLOGIES D2 ASTON TECHNOLOGIES D13 ASYSTOM B43 AUSY A39 BECKHOFF AUTOMATION C29 BETA LAYOUT E4 BG INGENIERIE B37 BINDER E32 C/D CADVISION E40 CAP'TRONIC B43 CATIE B39 CELIANS A39 CEPELEC D4 CIO SYSTEMES EMBARQUES A39 CIPSA CIRCUITS C31 CIRLY E16 CISEL C32 CLIMATS D36 COATED PRODUCTS FRANCE D5 CONRAD D18 CONTAC SOLUTIONS AB E26 CONTROLES ESSAIS MESURES VP COTELEC D37 CPE ITALIA E36 CSI SUD-OUEST GROUPE CIMULEC B18 CST C33 DAVUM TMC D24 DELTA SERVICE PRODUCTION C30 DEUTSCHMANN AUTOMATION A39 DEWESOFT FRANCE C1 DEWETRON C19 DIRECT C23 DRALAM TECHNOLOGIES B18 E/F/G ECI (ELECTRONIQUE COMPOSANTS & INSTRUMENTATION) VP ELECTRONIQUE MAG B1 ELECTRONIQUES VP ELEKTOR VP ELLIPSE TRONIC D7 ELMATICA B21 ELMITECH D27 EMSPROTO C36 ESPRIST LEAN A37 ESSAIS & SIMULATIONS VP EXELSIUS D20 FEELOBJECT B43 FEINMETALL C44 FISCHER CONNECTORS D25 FLEX CONNECT E24 GANTNER INSTRUMENTS C16 GENERAL HYBRID E28 GIPI B18 GERFLOR D11 GPBM INDUSTRY B17 GREEN INNOVATION VP GROUPE SYSELEC B13

H/I/J HAMAMATSU PHOTONICS HITALTECH HTDS HYTEM I2S VISION IBE ICAM IFTEC IKALOGIC IMC J+R IMINNOV INDUSTRIE & TECHNOLOGIES INDUSTRIES COSMETIQUES INNOVATION REVIEW INOVEOS INSIDIX INVENTEC PERFORMANCE CHEMICALS IPSIDE CABINET IRIT ISIT JAUCH QUARTZ FRANCE L/M/N LCIE BUREAU VERITAS L'EMBARQUÉ LES CAHIERS DE L'INDUSTRIE ELECTRONIQUE ET NUMERIQUE LOT - QUANTUM DESIGN LPKF LASER & ELECTRONICS M+P INTERNATIONAL MEMMERT MESURES MESURES ET TESTS METROMECANICA METRONELEC MICROTEC MICROTEST MYPROTO MYRFID SOLUTION NAELCOM NEOMORE NEXIO O/P/Q OCETA ODU FRANCE OPEN ENGINEERING OPTITEC OPTRIS ORION INDUSTRY OROS PALLADIAM ELECTRONIQUE PCB PIEZOTRONICS PEI (TIM GLOBAL MEDIA) PLASTECH POLYGONE CAO PREDICTIVE IMAGE PROMATEC PROMETIL PROMISTEL PYROX THERMIQUE MATERIAUX QENVI ROBOTICS R/S R&D VISION REVOLUPLAST RS COMPONENTS SAFE-PCB SDEP ACE SFE SICAP (ASICA-SICAP) SIREN / TESTELEC INGENIERIE STANEO STESA

B28 C14 D23 E11 B33 A37 D40 E15 B43 C22 B43 VP VP VP C40 D38 C10 B18 C39 C42 B31 C37B A43 VP E5 C40 B3 E25 VP VP B18 D16 B18 B29 E20 B27 E12 A39 A39 C28 D32 B16 B36 D4 D15 C7 E14 VP D14 E13 D5BIS C11 B18 E12 C8 A39 D31 D1 C18 C20 C24 D34 C6 D33 B18 A39

STIP D29 STP GROUP D30 STUDIEL B39 SUDELEC E18 SUSUMU DEUTSCHLAND B15 SYNERGIE CAD PSC B8 T/U/V/W TAIPRO E17 TARN SERVICE ELECTRONIQUE B39 TDK - LAMBDA FRANCE B7 TE CONNECTIVITY C37 TECH POWER ELECTRONICS C3 TECHNICOME.COM D3 TECHNIQUES DE L'INGENIEUR VP TECHNOLOGIE SERVICES B25 TECHWAY C27 TEKNIS FRANCE B9 TOULECO VP TWIGA B39 UBLEAM B39 UNIVERSITE TOULOUSE III PAUL SABATIER C39 USINE NOUVELLE (L') VP VIBRATEC B10 VIGNAL ELECTRONIC & WIRING B36TER VIPRESS.NET VP VP ELECTRONIQUE D19 WEISS TECHNIK FRANCE C4 W-TECH C12 WURTH ELEKTRONIK C34 Liste arrêtée au 16 avril 2018 VP = Village Presse

CONNECTEZ-VOUS SUR www.enova-event.com POUR

• Optimiser votre visite avec les BUSINESS MEETINGS • Consulter la LISTE DES EXPOSANTS • Découvrir les DERNIÈRES INNOVATIONS • Vous inscrire aux CONFÉRENCES

INFOS PRATIQUES Parc des expositions | Toulouse I Hall 1 Mercredi 30 mai de 9h00 à 18h00 Jeudi 31 mai de 9h00 à 17h00 Suivez-nous sur

TOUL

OUSE

INSCRIPTION aux CONFÉRENCES et aux BUSINESS MEETINGS sur www.enova-event.com en créant votre BADGE D’ACCÈS GRATUIT

VISIT

EUR

30-31 MAI


22

FOCUS SALON ENOVA

UN PROGRAMME DE CONFÉRENCES QUI S’INSCRIT DANS LES ACTIVITÉS PHARES DE LA RÉGION TOULOUSAINE En partenariat avec les acteurs institutionnels, conférences et témoignages se succéderont pendant 2 jours autour de trois thématiques centrales qui animent la région : le VÉHICULE AUTONOME, l’AÉRONAUTIQUE et le MÉDICAL.

INSCRIPTION aux CONFÉRENCES sur www.enova-event.com en créant votre BADGE D’ACCÈS GRATUIT SALLE 1

MERCREDI 30 MAI

9h00

Journée « Cartes et équipements électroniques, numérique et puissance : Intégrité des signaux et CEM - Challenges et enjeux » (AEROSPACE VALLEY)

9h30

Introduction

9h40

Keynote - Contexte et enjeux de l’électrification des systèmes et impacts sur l’électronique embarquée

Philippe PONS, AEROSPACE VALLEY Gilles PERES, AIRBUS

Session 1 : intégrité du signal et CEM, numérique et puissance Intégrité du signal et Intégrité de puissance : problématique et manifestation des effets CEM. Comment limiter les phénomènes perturbateurs ?

Alain SAUVAGE, AIRBUS

10h40

Intégrité du signal & Intégrité de puissance, pourquoi ça compte ?

Adil EL ABBAZI, THALES

11h40

Utilisation de la simulation numérique pour la prédiction des marges CEM de cartes et d’équipements électroniques

10h10

André DURIER, IRT ST EXUPERY

12h10

Modélisation CEM des équipements électroniques - Problématiques industriels, état de l’art et perspectives Sébastien SERPAUD, IRT ST EXUPERY

14h00

Modélisation de filtres CEM au-delà de 100MHz

14h25

Utilisation de convertisseur de puissance multi-niveau pour l’optimisation de la CEM de convertisseurs de puissance

Maxime BREANT, GERAC Olivier SENTIER, SPHEREA/PUISSANCE+ / Frédéric COLAS, ENSAM

14h50

Session 2 : méthodes et outils de conception, modélisation et simulation True Signal Integrity & Power Integrity co-extraction and simulation

15h15

Bénéfices de l'approche Chip Package System (CPS) pour améliorer les performances SI/PI/EMI de vos cartes électroniques.

Yannis BRAUX, CST Rémy FERNANDES, ANSYS

16h10 16h35

Session 3 : caractérisation, investigation - méthodes et moyens Analyse et traitement de l’obsolescence basée sur la simulation des émissions et de l’immunité RF des systèmes et équipements électroniques

Christian MAROT / Alain SAUVAGE, AIRBUS

Scanner champ proche : outil clé pour localiser précisément les défauts CEM sur une carte électronique Rachid OMAROUAYACHE, NEXIO

17h00

Conclusion

Philippe PONS, AEROSPACE VALLEY

SALLE 2 9h30

MERCREDI 30 MAI

IoT : des objets, des données, des solutions pour l'amélioration des processus manuels (CAP’TRONIC) Emmanuel MOUTON, SYNOX

10h30

Réseau 5G : nouvelle technologie pour de nouveaux business models (CAP’TRONIC)

11h30

IoT et l’open source hardware (CAP’TRONIC)

14h00

Smart city, les nouveaux services de la ville intelligente (GIPI / CAP’TRONIC) - Du concept de ville intelligente aux premières implémentations Sylvain PRADAL, ALDEON - neOCampus : territoire d'expérimentation d'innovations Marie-Pierre GLEIZES, IRIT - Innover dans la déchèterie par l’Internet des Objets Maxime GUIBERT, DECOSET / Maxime ROUSSEAU, CEA Tech

15h15

Vision, traitement d'image dans les systèmes embarqués (GIPI / CAP’TRONIC / ICAM) - Panorama des applications industrielles de la vision et présentation d'une plateforme collaborative Michael BATISTA, OPTITEC - De la mesure à la vision : présentation d’un dispositif innovant multifonction Philippe ARGUEL, Université P. Sabatier, LAAS-CNRS - L'évolution de la collecte de données 3D et aériennes à partir de drones Chase FLY, DELAIR AERO - Impact en Robotique spatiale Fabrice SOUVANNAVONG, MAGELLIUM - Quel apport de la vision dans le domaine de l'intelligence artificielle ? Mohamed ABADI, ICAM

Lionel RUDANT, CEA LETI

Bertrand CASTAGNET / Sébastien LOTY, CATIE


FOCUS SALON ENOVA

23

JEUDI 31 MAI

SALLE 1 9h30

Véhicules autonomes : un challenge technique et social (AEROSPACE VALLEY)

10h30

Fiabilité électronique (AEROSPACE VALLEY)

11h15

Obsolescence et contrefaçon des composants électroniques (AEROSPACE VALLEY)

Yves DORDET, AEROSPACE VALLEY Laurent DENIS, STATXPERT

Philippe PONS, POLE AEROSPACE VALLEY / Gilles GUFFROY, SERMA TECHNOLOGIES

12h30

La digitalisation de l'industrie au service de l'efficacité opérationnelle (UBLEAM) Manaf MAROUANE, UBLEAM / Lucas SOUBEYRAND, CONTINENTAL

14h00

Les défis de l’électrification des aéronefs (IRT St Exupery)

15h00

Comment faciliter l'accès au marché de l'IoT de la santé : les enjeux actuels et futures modifications de la réglementation (LCIE BUREAU VERITAS)

16h00

Les technologies aéronautiques pour le médical (AEROSPACE VALLEY)

Ludovic YBANEZ et Régine SUTRA-ORUS, IRT St Exupery

Gérard LADIER, AEROSPACE VALLEY

JEUDI 31 MAI

SALLE 2 9h30

Intelligence Artificielle, de quoi parle-t-on ? (CAP’TRONIC)

Frédéric CAMPS, LAAS/CNRS

10h30

Intelligence Artificielle : vers la fin du travail ? (ICAM)

Yann FERGUSON, sociologue

11h30

De la théorie à l'industrialisation : comment l'IA arrive dans les usines et les objets connectés (Table ronde animée par L'embarqué) Philippe LAMBINET, CEO, COGITO / Jean-Michel CAMBOT, fondateur et Chief Evangelist, Tellmeplus Aurélien VERLEYEN, CEO, DATASWAT

14h00

15h30

Les systèmes embarqués n'aiment pas les ESD (Décharges électrostatiques) (CAP’TRONIC) - Fondamentaux & Règles de protection aux ESD - La Norme ESD IEC61340 : son application et un retour d’expérience

Yannick POIRÉ, NEXIO Pascal LAS, MOVIGO

Microélectronique et société connectée : formation au savoir-faire du réseau CNFM (GIP CNFM) Olivier BONNAUD, GIP CNFM


VIE DES RÉGIONS

25

DESTINATION TOULOUSE PAROLE AUX PARTENAIRES

La transformation digitale vue du ciel

DRONE PRÉSENT STAND B18 / CAP’TRONIC

u cours des dernières années, la technologie du drone professionnel a évolué très rapidement. La réglementation a emboité le pas au progrès en Europe, et tout particulièrement en France, pays précurseur dans cette industrie. Les drones Delair sont les premiers drones au monde à avoir reçu la certification nécessaire aux vols longue distance hors vue (BVLOS - Beyond visual line of sight), en raison de leur fiabilité et de leur grande autonomie. En 2017, pour la première fois en France, Delair réalisait également un vol hors vue piloté en 3G, au-dessus des lignes haute tension de RTE. Les drones à voilure fixe Delair sont spécialement adaptés à l’inspection et la cartographie 3D de grandes surfaces, ou de terrains et infrastructures difficiles d’accès. Ils peuvent couvrir des surfaces 10 fois plus grandes qu’un drone quadricoptère. Lancé début 2018, l’UX 11 est le tout dernier né des ailes à voilure fixe Delair. Destiné aux industriels et professionnels de la géomatique,

A

l’UX 11 est une solution économique, légère, ultra-stable et facile à opérer. Il embarque suffisamment de puissance de calcul à bord pour permettre à l’opérateur de contrôler la qualité des images collectées en temps réel, accélérant ainsi les étapes de la chaîne de traitement et d’analyses de données. En partenariat avec Intel, l’entreprise a également développé la plateforme cloud de traitement d’images Intel Insight. Dotée d’outils de traitement d’images puissants, basés sur des techniques de data science et d’IA, cette plateforme de référence à l’échelle internationale gère, traite, analyse et partage les données issues de drones ou de tout autre mode d’acquisition d’imagerie aérienne. L’entreprise située dans la banlieue de Toulouse (Labège) propose des solutions dédiées pour l’agriculture, la construction, l’énergie, le transport, la sécurité et la défense. Source : www.delair.aero

« Enova », le futur quartier Toulousain accueillera l’IoT Valley “E” comme électronique, “Enova” comme l'occitan ennovada qui signifie innovation. Le nouveau quartier Enova Labège-Toulouse porte bien son nom, puisqu'il devrait être centré autour du Village numérique, un site d'excellence dédié aux nouvelles technologies et notamment au domaine des objets connectés. C’est un écosystème unique, autour de Sigfox et de l’IoT qui va voir le jour à Labège, dans l'ex-Innopole rebaptisé dernièrement Enova, le premier parc d'activité régional, la Silicon Valley de Toulouse ! La création d’un grand campus pour accompagner la croissance de l’IoT Valley (50 entreprises, dont 30 start-up et déjà 600 emplois sur Labège), à l’étude depuis plus de deux ans, se concrétise. Le permis de construire d’une première tranche de 27 000 mètres carrés, sur les 85 000 prévus, vient d’être déposé par une SCI associant l’IoT Valley et la LRA, société d’économie mixte de la région Occitanie. Les travaux devraient démarrer au quatrième trimestre 2018, pour une livraison en 2020. Un investissement de plus de 30 millions d’euros, soutenu par la Région et par le Sicoval (communauté d’agglomération de Labège). Ce premier ensemble accueillera le nouveau

E

siège de Sigfox, le navire amiral de l’IoT Valley, mais aussi des start-up, des ETI et des grands comptes, des espaces de coworking, des organismes de formation, l’accélérateur de start-up Connected Camp, des commerces et un hôtel. De quoi faire face aux ambitions de cette communauté d’entreprises constituée en 2009 autour de Sigfox et de sa technologie bas débit dédiée à l’internet des objets. Une deuxième étape du projet IoT Valley est déjà en préparation : la construction d'autres locaux à proximité pour recevoir notamment de grandes entreprises, Essilor peut-être, ou Orange. Directrice du projet immobilier de l'IoT Valley, Nathalie Fabre annonce la présence de « 1 300 personnes dès 2021 ». Sources : www.ladepeche.fr - www.lesechos.fr - www.iot-valley.fr


26

VIE DES RÉGIONS

Objectif « Usine du futur » pour Liebherr-Aerospace mpression 3D laser, bras robotisé, usinage 5 axes, maquettes numériques, nouvelle interface homme/machine, autant de nouveaux éléments intégrés dans l'agrandissement et la modernisation de son usine de Campsas (Tarn-et-Garonne). Ce site est spécialisé dans l’usinage de pièces mécaniques de précision pour les systèmes d’air aéronautiques. Les systèmes d'air sont d'une importance primordiale pour assurer le confort à bord d'un avion.

I

Liebherr-Aerospace Toulouse conçoit, fabrique et assure la maintenance de tous les systèmes d'air installés dans les avions : du prélèvement d'air moteur à la distribution de l'air dans la cabine, en passant par l'antigivrage des ailes et la pressurisation de la cabine. Cette extension de 3.300 m² permettra de suivre l'augmentation des cadences d'Airbus, qui forme 45 % de son chiffre d'affaires, et les nouveaux programmes d'Embraer, Bombardier et Dassault.

A cette occasion, l'entreprise a investi dans l'usine du futur pour accroître la compétitivité face à la baisse des prix des équipements. Un bras robotisé dessert en matériaux un centre d'usinage à cinq axes. La ligne de fabrication des échangeurs de chaleur a été automatisée et les pièces sont contrôlées par une machine de mesure en 3D. L'entreprise a démarré il y a deux ans l'impression 3D laser et la première fabrication additive de série est un indicateur de position de vanne pour l'avion régional ATR 72. Malgré l'automatisation, l'entreprise crée 50 postes à Toulouse et à Campsas. L'établissement toulousain va maintenant s'agrandir sur un terrain voisin de deux hectares afin d'installer d'ici à deux ans une nouvelle centrale de production d'air pour faire les essais des équipements à 600 degrés et 60 bars de pression. Sources : www.liebherr.com - www.lesechos.fr www.scoop.it

neOCampus, le campus connecté, innovant, intelligent, durable ’opération neOCampus fait intervenir les enseignants-chercheurs et chercheurs de 11 laboratoires (CESBIO, CIRIMAT, CRCA, ECOLAB, IRIT, LA, LAAS, LAPLACE, LCC, LERASS, LMDC) qui veulent croiser leurs compétences pour améliorer le confort au quotidien pour la communauté universitaire, tout en diminuant l’empreinte écologique des bâtiments et en réduisant les coûts de fonctionnement (fluide, eau, électricité...). Un campus est un système complexe s’apparentant à une petite ville, permettant ainsi d’expérimenter des processus innovants pour la Smart City. neOCampus agrège un ensemble de projets de recherche, basés sur de l’IoT, ayant pour objectif de contribuer à la construction du campus du futur. Les principaux axes concernent : • la simulation hybride, • l’énergie, • l’eau et l’air, • la qualité de vie extra et intra bâtiments, • les mobilités (notamment le véhicule autonome : autOCampus), • l’interdisciplinarité pour la conception de services et produits innovants. neOCampus est simultanément un terrain d’expérimentations et d’innovations. Pour rompre les actions cloisonnées, il intègre sur le même site des innovations de domaines différents. Ce terrain d’expérimentations est ouvert sous convention aux industriels en partenariat avec des chercheurs. Dans ce cadre l’opération de recherche supportée par l’équipement neOCampus a pour objet de concevoir les produits et services associés aux systèmes cyberphysiques ambiants. Ainsi, cet équipement consiste en de nombreux dispositifs logiciels et matériels interconnectés pour le campus numérique de demain, durable et intelligent alliant matériels pédagogiques innovants, capteurs, systèmes de communication, de stockage, de localisation, de simulation et des matériaux innovants au sein de bâtiments universitaires et du campus pour augmenter la qualité de vie des usagers et réduire les consommations de fluides. La généricité des services et des produits issus des recherches devraient, s’ils sont validés, permettre de les déployer dans la ville intelligente et dans d’autres domaines comme l’aéronautique, le maintien à domicile.... Source : www.irit.fr/neocampus.org

Dr Kardham Cardete Huet Architecture

L


27

Quel apport de la Vision dans le domaine de l'Intelligence Artificielle ? a multiplication permanente d’applications et d’enjeux industriels dans des domaines aussi variés que : médecine, pharmaceutique, automobile, agriculture, environnement, défense, etc. ont permis à la vision par ordinateur de s’imposer comme une discipline à forte valeur ajoutée. Son principal but est de permettre à une machine d’être plus intelligente en lui offrant ainsi la possibilité d’acquérir, de traiter et d'analyser une ou plusieurs images/vidéos en temps réel. Son objectif est d’assister au mieux l’humain dans ces phases de perception et d’analyse.

PAROLE AUX PARTENAIRES

L

La vision par ordinateur constitue ainsi une source d’information importante et nécessite de multiples connaissances et compétences (Cf Figure 1).

La vision par ordinateur a permis de faciliter les opérations de vérification de DataMatrix pour la société Chevillot et de garantir un niveau de qualité de produits conforme aux exigences sécurité (guidage, contrôle d’assemblage, vérification des marquages normatifs, contrôles qualité, présence/absence de produits etc.) (Cf Figure 2).

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE Algorithmique/ programmation Graphique

Robotique

Vision par ordinateur Fouille de données

Figure 2. Conception et intégration d’un système de lecture et de vérification de 21 DataMatrix simultanément) à base de vision par ordinateur dans un processus de contrôle des pièces TSU (Collaboration Icam site de Toulouse et Chevillot à Albi©).

Science Cognitive

Traitement d’images

Électronique/optique Apprentissage Automatique (Machine Learning)

Figure 1. Relation entre la vision par ordinateur et les autres domaines scientifiques.

- L’industrie automobile pour la réduction des coûts et des délais dans les processus de fabrication La vision par ordinateur a permis d’automatiser des opérations de tris et dévracage pour Continental (Cf Figure 3). - L’industrie agroalimentaire pour la prise en compte d’environnement sévères et mouvant. Ainsi, la connexion forte entre ces différentes disciplines, va permettre à l’Intelligence Artificielle et la Vision de s’imposer petit à petit comme une solution pour développer de nouveaux modes de collaboration Homme-Machine au service de l’amélioration de notre quotidien.

De nos jours, ces domaines scientifiques, pour la plupart très récents, participent étroitement au développement et à la crédibilité de la vision par ordinateur. De nouveaux besoins et de nombreuses applications impliquant la vision par ordinateur, aussi bien au niveau grand public qu’au niveau industriel, émergent chaque jour. Le laboratoire « Vision, Robotique & IA » de l’Icam Toulouse intervient ainsi sur de multiples applications pour différentes industries, chacune ayant des contraintes différentes, telles que : - L’industrie pharmaceutique pour le respect des exigences de qualité et de sécurité.

Figure 3. Utilisation conjointe de la robotique et de la vision par ordinateur pour un dévracage automatique (collaboration Icam site de Toulouse et Continental©)


28

3 QUESTIONS à Gérard LADIER, Directeur Partenariats et relations institutionnelles en Occitanie AEROSPACE VALLEY PAROLE AUX PARTENAIRES

Comment l’aéronautique peut aider le secteur médical En quoi consiste l'activité d'Aerospace Valley ? Créé le 13 juillet 2005, AEROSPACE VALLEY a pour objectifs de développer la compétitivité des acteurs Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués d’Occitanie & Nouvelle Aquitaine. AEROSPACE VALLEY rassemble des entreprises, centres de recherche, centres de formation et institutions concernés dans ces 2 régions. Après plus de 12 années d’existence, Aerospace Valley est classé dans le trio de tête des pôles de compétitivité pour la performance de ses projets coopératifs de R&D. Parmi les projets de R & D labellisés depuis la création du pôle, plus de 500 ont été financés. Aerospace Valley rassemble en Occitanie et en Nouvelle Aquitaine, des entreprises, des laboratoires de recherche et des établissements de formation pour développer des synergies et des coopérations. Le nombre toujours croissant des adhérents (Aerospace Valley compte 840 membres dont 510 PME), issus des grandes entreprises, des PME, laboratoires de recherche, universités et Grandes Ecoles, collectivités, structures de développement économique, témoigne bien du soutien unanime à cette formidable dynamique. Aerospace Valley, ce sont également 90 responsables de l’industrie, de la recherche et de la formation engagés comme animateurs des Domaines d’Activités Stratégiques (DAS), plus une équipe de permanents et le support des agences régionales de développement des régions Occitanie Pyrénées-Méditerranée et Nouvelle Aquitaine. Et le Pôle travaille aussi à la valorisation des compétences de ses membres dans des secteurs de diversification pour lesquels l’évolution des techniques offre des perspectives.

Comment l'expérience acquise en aéronautique et dans le spatial peut-elle aider le secteur médical ? Prenons un exemple «toulousain» de ce qui se passe en santé et en aéronautique sur le recours à la simulation - l’Institut toulousain de simulation en santé (ITSIMS) a été inauguré en novembre 2015 pour développer l’utilisation de la simulation en santé. - 10 ans plus tôt, le 27 avril 2005, l’A380 faisait à Toulouse son premier vol à l’issue duquel son pilote d’essai, Jacques Rosay, déclarait : « l’avion se comportait exactement comme on l’avait vu au simulateur »… Autrement dit, en 2015, la santé commence tout juste à faire rentrer l’utilisation de la simulation dans ses pratiques alors que 10 ans plus tôt, elle était déjà tellement intégrée dans les pratiques de l’aéronautique que la référence naturelle n’était plus le produit réel, mais son avatar simulé … Cet exemple illustre l’avance de l’aéronautique et du spatial dans l’utilisation de technologies et de processus qui commencent à trouver des applications fort utiles dans le domaine de la santé. Mais pour qu’un tel transfert puisse se réaliser, encore faut-il échanger, comprendre les problématiques des uns et les potentiels technologiques des autres… bref, sortir des silos ! C’est tout l’objectif de ce qu’Aerospace Valley et ses partenaires « santé » ont mis en place depuis 2010. Ce fut d’abord la création du centre expert e-santé au CHU de Toulouse auquel le pôle a apporté un fort soutien, puis la création de la « commission marché santé » du pôle et le montage de l’action collective


3 QUESTIONS À

29

SPRING, qui a permis de dégager le financement d’une personne exclusivement chargé de ce déchiffrage « aérosanté » et de la mise en relations entre professionnels de santé et PME du pôle. Revenons sur cette commission marché santé : elle constitue la base de notre activité de coordination autour de nous des acteurs de l’innovation sur les technologies médicales des 2 régions et un des lieux privilégiés de collecte des besoins médicaux. C’est avec ce réseau que nous organisons des rencontres de chercheurs, industriels du médical et de l’aérospatial, des professionnels de santé et identifions les pistes à approfondir. L’approfondissement ? Il se réalise au travers de Groupes de Travail thématiques autorisant des Echanges entre chercheurs, industriels du médical et de l’aérospatial, professionnels de santé... qui permet l’émergence et le montage de projets, ainsi que la création de liens. Ce sont ainsi 14 évènements qui ont été organisés ces 3 dernières années, mobilisant près de 350 personnes d’Aérospace Valley, 15 GT qui ont été constitués, près de 200 mises en relation effectuées !

Avec quelles autres structures collaborez-vous ? Nous avons recensé plus de 40 structures avec lesquelles nous collaborons plus ou moins étroitement depuis le début de nos activités dans ce domaine. La CHU de Toulouse fut bien sûr -et reste toujours- un de nos principaux partenaires « santé », et en particulier sa plate-forme EDIT avec laquelle nous organisons depuis 3 ans un forum annuel qui suscite un grand intérêt tant chez les praticiens du CHU que chez nos adhérents. L’Institut de Rythmologie et modélisation Cardiaque de Bordeaux est également un de nos premiers partenaires. Nous travaillons bien sûr étroitement avec les pôles et clusters « santé » de nos deux régions (CBS, Tic&Santé) mais aussi d’autres régions et de plus en plus avec des industriels du dispositif médical (en particulier Medtronic).

Aerospace Valley me scotche quant à son efficacité exemplaire et son dynamisme, sa facilité d’accès, sa sélection précise mais très «Open», son efficacité de circulation d’informations d’intérêt général et/ou particulier partagées par tous, sa capacité à parrainer des projets émergents en cohérence avec l’esprit du réseau, bref de faire bouger et avancer.


30

INNOVATION START-UP UN BOÎTIER CONNECTÉ POUR SUIVRE LES MARCHANDISES À LA TRACE

A l’origine de ffly4u se trouve une conviction de son fondateur, Olivier Pagès : le parcours des marchandises dans la chaîne logistique génère une multitude d’informations «cachées» qui ont de la valeur pour les fournisseurs et pour leurs clients. Pour objectiver ces informations, la start-up a développé des boîtiers électroniques munis de capteurs qui assurent le suivi des actifs mobiles tout au

long de leur parcours et est capable, grâce à la géolocalisation, de déterminer en temps réel où se trouvent les actifs, s’ils sont arrivés à bon port, et dans les temps. D’autres capteurs déterminent s’ils ont subi des chocs ou s’ils sont restés à la bonne température. Grâce à l’utilisation des réseaux à bas débit Sigfox et Lora, ces données sont transmises aux clients dans des conditions de coût très compétitives.

La solution est déjà utilisée par des clients industriels comme Nexans et Plastic Omnium, dans la logistique ou encore dans la distribution. A l’international, ffly4u s’est déployé au Japon et a plusieurs pilotes en cours en Finlande, en Espagne et aux PaysBas. Environ 2 500 boîtiers sont aujourd’hui actifs, nous en prévoyons 20 000 en 2018, et nous attendons un vrai décollage dans l’industrie en 2019, poursuit le PDG. Nous répondons à un vrai besoin en associant une technologie de pointe dans l’IoT industriel avec une double expertise de la logistique et de la supply chain. Cela permet à nos clients d’ajouter du service à leur offre produit par la valorisation de ces informations. Avec son trophée de Start-up de l’année 2018 au Challenge Inn’Ovations, ffly4u dispose d’un atout de communication supplémentaire, d’autant plus que le produit est 100% occitan, puisque le service est conçu, testé et prototypé à Toulouse et que les boîtiers sont fabriqués à Castres. Sources : www.ffly4u.com – www.midinnov.fr

BIOCAPTEURS CONTRE PUCES Depuis les années 1990, le « nez électronique » sait détecter, identifier et discriminer des odeurs à partir de bases de référence qui en décrivent la signature. Celle constituée par Alpha Mos, le pionnier toulousain et aujourd'hui leader mondial, compte environ 84.000 composés chimiques. L'entreprise équipe des groupes comme Danone, L'Oréal, Chanel, Coca-Cola ou Kanterbräu pour le contrôle qualité ou les tests de produits. Mais une nouvelle génération de biocapteurs fait son apparition pour analyser les odeurs, en parvenant à reproduire un processus neurobiologique complexe qui permet aux flairs les plus sensibles de distinguer jusqu'à 1.000 milliards de combinaisons chimiques odorantes. Pour distinguer les molécules volatiles qui composent la partition des senteurs, la cavité nasale est tapissée de plusieurs centaines de récepteurs. En les analysant, notre cerveau peut dresser des cartes olfactives en associant chacune d'elles à une représentation mentale, en dirigeant le stimulus vers des aires cérébrales mobilisées par les émotions, notamment le cortex orbito-frontal. C'est donc par les laboratoires de diagnostic que la technologie capable de discriminer les molécules odorantes est arrivée. Le secteur médical est pionnier dans le développement des biocapteurs qui permettent de détecter des marqueurs caractéristiques de certaines maladies. Aryballe Technologies a adapté cette technologie à l'analyse des composés volatils : une centaine de biopuces sont montées en série sur une plaque de verre de 1 centimètre carré recouverte d'or. Comme le nez humain, ces biopuces réagissent à la présence spécifique de molécules odorantes et surtout à leur concentration, ce qui est un progrès considérable que n'ont pas été capables de réaliser les nez électroniques. NeOse associe de l'analyse optique et logicielle à des biocapteurs. Quand les molécules odorantes envoyées par un petit ventilateur entrent en contact avec eux, la réflexion de la lumière change. Cette empreinte visuelle, propre à chaque odeur, est alors comparée à une odorothèque apprenante qui s'enrichit au fil des expériences (sur le principe de l’Intelligence Artificielle). Les applications sont d'abord professionnelles (stations d'épuration, usines pétrochimiques, industrie agroalimentaire, cosmétique), mais à terme c'est dans la maison que le nez artificiel fera son nid, et en particulier dans la cuisine. Un marché de plus de 100 millions de capteurs par an se profile pour Aryballe et ses concurrents… Sources : www.hellobiz.fr - www.alpha-mos.com - www.aryballe-technologies.com


INNOVATION START-UP

31

NOM DE CODE : R2T2 Le groupe coopératif viticole Vinovalie (400 vignerons adhérents), implanté dans le Tarn, prend le virage de la robotique et vise à développer une solution robotisée industrialisable de taille de la vigne. L'ambition est à la fois de réduire la pénibilité du travail du vigneron et d'améliorer la compétitivité des exploitations viticoles. Pour relever ce challenge, le pôle de compétitivité Agri Sud-Ouest Innovation a réuni autour de Vinovalie des partenaires reconnus pour leur expertise en associant des acteurs agricoles et aéronautiques ! Pour l’analyse d’image et le système décisionnel, c’est un binôme public/privé qui agira avec le LAAS-CNRS (Laboratoire d’Analyse et d’Architecture des Systèmes) et la PME Orme, spécialiste dans le développement de systèmes d’acquisition et d’analyse des images. Un savoir-faire développé principalement pour de l'analyse d'essais dans le spatial et l'aéronautique et qui l'a conduit à diversifier ses activités, avec une solution de détection de chutes des personnes âgées en Ehpad à partir d'une technologie de capteurs 3D de profondeur. Ce sont ces mêmes capteurs qui vont permettre de scanner en temps réel chaque pied de vigne et de transmettre au système de décision du robot les coordonnées 3D des points où devront être effectuées les coupes, avec une précision millimétrique. Pour la mécatronique et le machinisme agricole : 3 partenaires sont mobilisés afin d’assurer une continuité dans la chaîne d’intégration avec l’ICAM de Toulouse, la PME audoise FLDI et le groupe CNHindustrial.

Enfin, pour la connaissance du métier de vigneron, Vinovalie travaillera aux côtés de l’Institut Français de la Vigne et du Vin. Prévu sur une durée de 4 ans, le projet R2T2 devrait mobiliser un budget global de 3 millions d'euros, dont 1,4 million de subventions de l’Etat et de la Région Occitanie. Sources : www.vinovalie.com www.digitalplace.fr

B 612 ACCUEILLE LES START-UP Qualifié d’« aimant à innovation » par Agnès Paillard, la présidente d'Aerospace Valley, le B612 doit son nom à l’astéroïde d'où est originaire le Petit Prince de Saint-Exupéry. Ce nouveau bâtiment se veut le totem de la recherche et du développement de la filière aéronautique, spatiale et des systèmes embarqués de Toulouse. Situé non loin du CNES, de l’ONERA et du LAAS-CNRS, le 612 accueillera l’Institut de Recherche Technologique (IRT) Saint-Exupéry et le pôle de compétitivité Aerospace Valley. Mais surtout, le site favorisera l'innovation collaborative en hébergeant des entreprises et des start-up. Il abritera par exemple la société European Satellite Services Provider qui exploite le signal de navigation aérienne Egnos, ainsi qu’une équipe de R&D d'Airbus Defence and Space. Pour favoriser l'innovation collaborative 4 000 m² seront réservés à des services communs et des espaces de coworking pour les start-up. L'accélérateur Booster Nova y installera aussi des jeunes pousses créant des applications spatiales pour l'agriculture et la ville intelligente. Comme les huit IRT financés par les Investissements d'avenir, l'IRT Saint-Exupéry, créé fin 2013, réunit la recherche publique et privée pour développer des briques technologiques. Demandé par Airbus et adossé au pôle Aerospace Valley, il compte 90 membres industriels (Airbus, Safran, Thales, Zodiac Aerospace, Continental...) et fait travailler 30 laboratoires de dix pays ! Il intervient dans trois domaines : les matériaux multifonctionnels à haute performance, l'aéronef plus électrique et les systèmes embarqués. Un tiers du bâtiment est réservé aux onze plateformes expérimentales de fabrication additive, matériaux composites, fiabilité électronique, robot de peinture, etc. Sources : www.irt-saintexupéry.com – www.francebleu.fr – www.lesechos.fr


.... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .... . . . . . . . ................................ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. 32 .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. VIE DE LA PROFESSION .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. La page ACSIEL & FIEEC .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. Un .. .. .. .. ..nouveau ................................ .. .. .. ..l’Alliance .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. Président pour .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. Lors .. .. .. ..de.. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. sa dernière Assemblée Générale ACSIEL .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. Alliance .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. Electronique a procédé à l’élection de son .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. nouveau .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. Président. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ESTIENNE, Directeur du site de .... .. .. Jean-Luc .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. de Montrouge et Head of .... .. .. STMicroelectronics .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. Affairs France, a été élu à l’unanimité .... .. .. Public .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. d’ACSIEL Alliance Electronique pour les .... .. .. Président .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. Jean-Luc Estienne, 4 prochaines années. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. ..nouveau .. .. .. .. .. ..Président .. .. .. .. .. .. ..d’ACSIEL .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. Après .. .. .. .. .. ................................ .. ..Alliance .. .. .. .. .. Electronique .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. avoir remercié l’Assemblée et salué son .... .. .. prédécesseur, .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. Gérard MATHERON parti à la retraite, .... .. .. ainsi .. .. .. ..que .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. l’ensemble des permanents pour l’excellent .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. travail .. .. .. .. ..accompli, ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. le nouveau Président a précisé les .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. contours .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. de l’action qu’il compte mener avec le Délégué .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. Général .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. Gilles RIZZO et l’équipe du Comité Directeur, .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. dans .. .. .. ..une .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. volonté de large rassemblement de l’ensemble .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. des .. .. ..membres .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. de l’Alliance. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. Dans .. .. .. ..la..continuité ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. des missions déjà engagées, trois axes .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. cette action collective : .... .. .. forts .. .. .. ..guideront .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. du syndicat basée sur une unité .... .. .. -.. Gouvernance .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. d’ACSIEL et des actions pour en assurer la .... .. .. .. renforcée .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. croissance, .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. Maintenir et développer les Services aux adhérents .... .. .. -..par .. .. ..une .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. meilleure visibilité des services déjà en place et .... .. .. ..la.. ..création .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. de nouveaux services, .... .. .. -.. Accentuer .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. le soutien de la filière électronique .... .. .. .. notamment .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. par la défense de la profession, la promotion .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. de .. ..la.. ..filière ................................ ..ACSIEL .. .. .. .. .. ..Alliance .. .. .. .. .. ..Electronique .. .. .. .. .. .. .. ..(née .. .. .. ..de.. ..la.. ..fusion .. .. .. ..d’ACSIEL, .. .. .. .. .. .. .. ..du.. GFIE auprès des pouvoirs publics, l’enseignement .... ................................ .. .. .. .. ..et.. ..du.. .. .. .. .. .. .. .... . . . . . . . ................................ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. SIMTEC) est membre de la FIEEC. et la formation continue, et la coopération avec les .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. Contact :.Gilles Rizzo, Délégué Général (grizzo@acsiel.fr) autres fédérations et autres relations extérieures. .... . . . . . . . ................................ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. ............. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. ..r.. ..ôle .. .. .. .. .. ..es .. .. ..s.. entiel .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..de .. .. .. ..la .. .. .. ..r .. ..s.. .. réinve n t e r n o s pm e ..:.. ..le e .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. Gérard CAPELLI .... . . . . . . . ................................ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. ..Think .. .. .. .. ..Tank .. .. .. ..de.. .. ..la.. ..FIEEC .. .. .. .. ..(Fédération .. .. .. .. .. .. .. .. ..des .. .. ..Industries .. .. .. .. .. .. .. Le Club Rodin, Electriques, .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. ..et.. ..de.. ..Communication) .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..et.. ..présidé .. .. .. .. ..par .. .. ..Bernard .. .. .. .. .. BISMUTH .. .. .. .. .. .. .. ..publie .. .. Electroniques .... ................................ .. ..un.. ..nouvel .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... . . . . . . . ................................ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. ouvrage : « Réinventer nos PME : Le rôle essentiel de la RSE » .... . . . . . . . ................................ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .... ................................ .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. ..CAPPELLI .. .. .. .. .. .. .. et.. .. préfacé .. .. .. .. .. ..par .. .. ..Gilles .. .. .. .. ..Schnepp .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. Ecrit par Gérard .... ................................ .. .... . . . . . . . ................................ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. (Président de. .la.FIEEC) et Pierre Gattaz (Président du. .MEDEF), .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ . .. .. .. .. .. ..est.. ..volontairement .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..provocateur. .. .. .. .. .. .. .. ..En.. ..effet, .. .. .. si.. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ce deuxième. ouvrage .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. ..le.. vent .. .. .. en .. .. poupe .. .. .. .. ..depuis .. .. .. .. quelques .. .. .. .. .. .. ..années, .. .. .. .. ..la.. RSE .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. les PME ont .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. ..la.. ..principale .. .. .. .. .. .. ..raison .. .. .. ..de.. ..ce.. ..phénomène. .. .. .. .. .. .. .. .. ..Cette .. .. .. ..« .. .. .. .. .. .. .. .. .. est loin d’être .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. ..Entreprises .. .. .. .. .. .. .. ..» ..est.. ..méconnue .. .. .. .. .. .. ..ou.. ..mal .. .. connue .. .. .. .. .. par .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. Responsabilité Sociétale.. des .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. de .. .. PME/TPE. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. une grande majorité des dirigeants .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. ..pluralité .. .. .. .. .. et.. ..diversité .. .. .. .. .. des .. .. ..expressions. .. .. .. .. .. .. .. ..Décriée .. .. .. .. .. par .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. L’originalité du livre réside dans.. sa .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. ..plutôt .. .. .. ..destinée .. .. .. .. .. ..à..de.. ..grandes .. .. .. .. .. entreprises .. .. .. .. .. .. .. ..qu’à .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. certains ou simplement considérée comme.. ..étant .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. de .. .. petites .. .. .. ................................ .. ..convaincus .. .. .. .. .. .. ..des .. .. ..bienfaits .. .. .. .. .. de .. .. cette .. .. .. ..démarche. .. .. .. .. .. .. ..Elle .. .. ..a .. .. .. .. ..Bernard .. .. .. .. structures, de nombreux « PM’istes » sont pourtant BISMUTH, .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. permis .. .. .. .. ..d’améliorer ................................ .. .. .. ..naissance .. .. .. .. .. ..à.. ..des.. ..business .. .. .. .. .. ..models .. .. .. .. ..innovants .. .. .. .. .. .. qui .. .. .. .. .. .. ..Président .. .. .. .. le dialogue dans l’entreprise, ou peut donner .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. de se différencier fortement. Rodin .... .. .. permettront .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..du.. ..Club .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. témoignages ainsi que les débats au sein du.Club .... .. .. Les .. .. ..nombreux .. .. ................................ .. .. .. ..Rodin .. .. .. ..ont.. ..apporté .. .. .. .. .. la.. ..principale .. .. .. .. .. ..matière .. .. .. .. .. de .. .. cet .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. original. Ni étude quantitative, ni analyse sociologique,.il.exprime .... .. .. ouvrage .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. ..simplement .. .. .. .. .. .. ..un.. ..angle .. .. .. ..de.. vue, .. .. ..une .. .. ..perception .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ . . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. des PME et du rôle que peut y jouer la RSE qui .intègre .... .. .. de .. .. la.. ..réalité .. ................................ .. .. .. .. mieux .. .. .. ..les .. .. parties .. .. .. .. ..prenantes .. .. .. .. .. .. à.. ..tous .. .. ..les.. ..niveaux .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. de .Le .. l’entreprise. ..Club .. .. ................................ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .... . ................................ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. Rodin est un laboratoire spécialisé dans les industries électriques, électroniques, numériques et de .... .. .. communication, .. .. .. .. .. ................................ . .. .. .. .. .. ..et.. ..s’entoure .. .. .. .. .. ponctuellement .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..de.. ..spécialistes. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. il est composé de professionnels issus de ces.industries .... .. .. Contact .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. : www.clubrodin.fr .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. ............. .... .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..


.... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..VIE .. .. .. ..DE .. .. ..LA .. .. ..PROFESSION .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. ..33 .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. . . . . . .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ... ... ... ... ... ... ... ... .... ....................... .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. ..La .. .. .. .. ..page .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. CAP’TRONIC .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. ..L’Internet .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. ..créateur .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..de .. .. .. ..Valeur .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. des Objets comme .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ..Exemple .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. ..hospitalier .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. d’un établissement .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. que les offres .... .. ..Voilà .. .. .. ..plusieurs .. .. .. .. .. .. ..années .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. marché B to B. .... .. ..IoT .. .. ..sont .. .. ..présentes .. .. .. .. .. .. ..sur .. ..le....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. d’équipements .... .. ..Qu’il .. .. .. ..s’agisse .. .. .. .. .. ..de.. ..biens .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. de systèmes de .... .. ..connectés .. .. .. .. .. .. .. d’origine .. .. .. .. .. .. ..ou.. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. à des produits .... .. ..post-connexion .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..greffés .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. propose une .... .. ..déjà .solution .. .. ..existants, .. ..complète. .. .. .. .. .. ..chacun ..Cette .. .. ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .... . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. dernière inclut .... .. ..généralement .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..: .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. ..-..un.. ..objet .. .. .. ..(le.. ..hardware), .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ? .... .. ..-..une .. .. ..connectivité .. .. .. .. .. .. .. .. radiofréquence .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. ..-..une .. .. ..plateforme .. .. .. .. .. .. .. ..de.. ..traitement .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. de .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. ..données .. .. .. .. .. ..pour .. .. .. ..la..mise .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. en œuvre .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. ..d’un .. .. ..service. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. PAROLE AUX PARTENAIRES .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. ..Pour .. .. .. autant .. .. .. .. ..le.. marché .. .. .. .. .. ..est....................... .. .. ..de.. .. .. ..-..Assurer .. .. .. .. .. ..l’évacuation .. .. .. .. .. .. .. ..et.. ..le.. traitement .. .. .. .. .. .. .. ..des .. .. ..déchets .. .. .. .. .. encore timide et l’utilisation courante biologiques .... ....................... .. . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. ..l’IoT .. .. ..dans .. .. .. le.. ..monde .. .. .. .. industriel .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. ..grâce .. .. .. ..à..un.. ..système .. .. .. .. ..de.. ..broyage .. .. .. .. ..des .. .. ..déchets .. .. .. .. ..connecté .. .. .. .. .. .. et des services n’a pas atteint l’ampleur au ..prestataire .... ....................... .. .... .. ..espérée. .. .. .. .. .. ..Pourquoi .. .. .. .. .. ..?.. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. ..de.. ..traitement. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .... ....................... .. connectés est trop souvent issue .de .... .. ..La.. .. proposition .. .. .. .. .. .. .. ..d’objets .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. localiser .. .. .. .. .. .. ..un.. ..équipement .. .. .. .. .. .. .. ..à.. l’intérieur .. .. .. .. .. .. ..d’un .. .. .. .. .. .. .. .. ..en.. .. .. .. .. .. .. Pouvoir bâtiment .... ....................... .. ... ...la... ... ... ...-...utilisant .. technologie, nouvelle source d’une grande profusion de données, .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. un outil de géolocalisation «indoor». .... .. ..laissant .. .. .. .. ..espérer .. .. .. .. ..un.. ..business .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. ..De .. .. nombreux .. .. .. .. .. .. ..autres .. .. .. .. exemples .. .. .. .. .. .. ..pourraient .. .. .. .. .. .. ..être .. .. cités .. .. .. ..pour .. souvent hypothétique. .... ....................... .. ..illustrer .. .. .. .. ..la.. .. .. .. .. .. .. .... .. ..Or, .. .. il..est .. .. important .. .. .. .. .. .. ..d’identifier .. .. .. ....................... .. ..l’IoT .. .. .. .. ..valeur .. .. .. ..dégagée .. .. .. .. .. ..par .. ..l’utilisation .. .. .. .. .. .. ..des .. .. ..objets .. .. .. ..connectés .. .. .. .. .. .. au .. .. la «valeur» réelle que peut apporter sein .... ....................... .. . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. ..pour .. .. ..tout .. .. ..un.. ..chacun .. .. .. .. ..dans .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. ..structure .. .. .. .. .. ..hospitalière. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ...de... ...cette son univers quotidien de travail. La «valeur» .... ....................... .. .... .. ..peut .. .. .. être .. .. ..définie .. .. .. .. ..comme .. .. .. .. ....................... .. ..par .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ... ... ... ... ... ... ... ... ... «le rapport entre la satisfaction perçue .... ....................... .. .... .. ..l’utilisateur .. .. .. .. .. .. ..et.. le.. ..coût .. .. ..de.. ..son ....................... .. .. .. ..il .. .. ..Cette .. .. .. ..approche .. .. .. .. .. ..par .. .. «la .. ..valeur» .. .. .. .. ..permet .. .. .. .. de .. .. mettre .. .. .. .. ..aussi .. .. ..en.. .. .. .. .. .. ..la.. .. .. .. .. .. .. acquisition». Pour mesurer cette valeur, évidence, .... ....................... .. .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. ..valeurs .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. faut identifier les Facteurs de Création de Valeurs, c’est-à-dire les nécessité d’avoir une vision multiservices, pour éviter des .... .. ..attentes .. .. .. .. .. des .. .. ..utilisateurs. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. ..contradictoires, .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..et.. amplifier .. .. .. .. .. ..le.. résultat .. .. .. .. ..attendu. .. .. .. .. .. ..Cette .. .. .. valeur .. .. .... ....................... .. . . . pourra se. . . . . . . .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. ..décliner .. .. .. .. .. ..de.. ..différentes .. .. .. .. .. .. ..façons, .. .. .. .. ..sans .. .. .. ..être .. .. ..restreinte .. .. .. .. .. ..à.. . .. .. ... ... ...de .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. la.notion .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . hospitalier est représentatif .d’une .... .. ..Par .. .. ..exemple .. .. .. .. .. ..un.. ..établissement .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. ..service, .. .. .. .. ..elle .. .. ..permettra .. .. .. .. .. ..aussi .. .. .. ..de.. déterminer .. .. .. .. .. .. .. les .. .. ..informations .. .. .. .. .. .. utiles. .. .. .. .. .. ... ... ... ... ... ... ... .... ....................... . .. avec de nombreux intervenants.issus .... .. ..structure .. .. .. .. .. ..accueillant .. .. .. .. .. .. ..du.. ..public, ....................... .. .. .. .. .. ..Par .. .. ..exemple, .. .. .. .. .. ..toujours .. .. .. .. ..au.. ..sein .. .. ..d’un .. .. ..établissement .. .. .. .. .. .. .. .. ..hospitalier, .. .. .. .. .. ..ajouter .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... . .. de différents services ou corps de métier, devant partager un même un capteur RFID sur un tube de prélèvement pour le tracer est efficace .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .... .. ..lieu .. .. ..avec .. .. .. ..des .. .. ..contraintes .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. ..uniquement .. .. .. .. .. .. .. ..si..tous .. .. ..les.. ..interlocuteurs .. .. .. .. .. .. .. .. ayant .. .. .. ..besoin .. .. .. ..de .. ..cette .. .. ..information .. .. ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... de planification, de priorité, de.. droit .... ....................... .. .... .. ..d’accès… .. .. .. .. .. .. ..Toutes .. .. .. .. ..ces .. .. interactions .. ....................... .. .. .. .. .. .. ..peuvent .. .. .. .. .. l’obtenir .. .. .. .. .. ..et..de .. ..manière .. .. .. .. .. simple. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. entre les personnes conduisent .... ....................... .. .... . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. ..production .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. souvent à. des modes de travail très contraints et parfois opposés. La création de Valeur ne doit pas être confondue avec de la .... .. ..Sur .. .. ..une .. .. ..«journée .. .. .. .. ..de .. .. travail .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. ..de.. ..datas. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. type» se déroulent différents processus .... ....................... .. . .... .. ..manuels .. .. .. .. .. ..que .. .. l’IoT .. .. ..peut .. .. .. améliorer .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... : .... ....................... .. .... .. ..-..Assurer .. .. .. .. .. la.. ..bonne .. .. .. .. luminosité .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. ..CAPTRONIC, .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..qui.. ..accompagne .. .. .. .. .. .. .. .. ..les.. ..PME .. .. .. ..dans .. .. .. leurs .. .. .. .. .. .. .. .. ..pas .. .. .. .. .. .. .. .. de la chambre en fonction de..l’état premiers .... ....................... .. .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . ..la.. .. .. .. .. .. .. lampe connectée avec simulateur d’aube. avec l’IoT, propose un nouveau guide qui prend le. parti de. décrire .... .. ..-..du .Tracer ..patient .. .. et.. ..identifier ..en.. ..utilisant .. .. ..les .. ..une ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . .... . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . .. .. .. .. .. .. .. .. tubes de la prescription jusqu’à l’analyse telle .... .. .. ..grâce .. .. .. ..à..des .. .. ..tags .. .. ..RFID .. .. .. collés ....................... . . . . . . .«vie .. .. ..connectée» .. .. .. .. .. .. .. ..telle .. .. .. ..qu’elle .. .. .. .. ..est.. ..déjà .. .. .. ..possible .. .. .. .. .. ..et.. .. .. ..que .. .. .. les .... ....................... .. sur les tubes de prélèvement. . . . . . . .entreprises en concret .... .. ..-..Visualiser .. .. .. .. .. .. ..à..tout .. .. .. moment .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. ..partir .. .. .. ..d’un .. .. ..storyboard ..pourraient .. .. .. .. .. ..basé .. .. profiter. .. sur .. .. ..la..vie ..Son .. d’un .. ..concept .. ..établissement .. .. ..est .. .. ..très .. ..hospitalier, .. .. .. .. ...: à... ... ... ... ... ... ... .... ....................... .. les types et localisation des alertes .... .. .. ..chambres .. .. .. .. .. .. ..avec .. .. ..un.. ..témoin .. .. ....................... .. .. ..de.. .. .. ..ce.. ..guide .. .. .. ..montre .. .. .. .. ..pourquoi .. .. .. .. .. ..et.. ..comment .. .. .. .. .. .. utiliser .. .. .. .. ..l’IoT .. .. ..pour .. .. améliorer .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. lumineux connectés à une application .... ....................... .. .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. ..localisation .. .. .. .. .. .. ..sur .. .. ..smartphone. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. ..rentabilité, .. .. .. .. .. .. .. sécurité .. .. .. .. .. ..et.. ..bien-être .. .. .. .. .. .. :.. ..Les .. .. ..objets .. .. .. ..connectés .. .. .. .. .. ... ...comme .... ....................... .. des vaccins et médicaments .... .. ..-..Assurer .. .. .. .. .. ..la..tenue .. .. .. .. en .. .. ..température ....................... .. .. .. .. .. .. ..créateurs .. .. .. .. .. ..de .. ..Valeur. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .... ....................... .. un système de transport et thermostat .... .. .. ..sensibles .. .. .. .. .. .. ..en.. ..implémentant .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. connecté. Retrouvez plus d’informations sur CAP’TRONIC et.téléchargez .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. ..-..Gérer .. .. .. ..les .. .. interventions .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. ..lien .. .. .. .. ..ce.. ..nouveau .. .. .. .. .. ..guide .. .. .. ..gratuitement .. .. .. .. .. .. .. .. ..sur .. .. ..: www.captronic.fr .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. sur le chauffage et climatisation en .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. ..avec .. .. .. ..l’occupation .. .. .. .. .. .. .. ..des .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. chambres et la pathologie des patients .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. ..par .. .. le.. ..biais .. .. ..de.. ..capteurs .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. thermiques. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..


.... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .... . . . . . . . ................................ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. 34 .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. VIE DE LA PROFESSION .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. La page CFM .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. ..Creative .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..industrielle .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..L’ASSOCIATION .. .. .. .. .. .. .. .. Metrology et évolution .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..MESURE .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. L’humeur .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. ..tous .. .. .. ..les .. ..secteurs .. .. .. .. .. .. ..n’ont .. .. .. ..pas .. .. le.. .. .. .. .. .. ..INDUSTRIELLE .. .. .. .. .. .. .. .. économique et industrielle est au beau fixe... Peut-être .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. même .. .. .. .. ..ressenti ................................ .. ..au.. ..niveau .. .. .. .. ..français .. .. .. .. .. ..et.. ..international. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. mais globalement le mouvement est là, .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. ..du.. .. .. .. .. .. .. .... .. .. L’industrie .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. ..Composé .. .. .. .. .. ..des .. .. ..principaux .. .. .. .. .. .. ..acteurs .. .. .. .. ..des .. .. ..domaines .. .. .. .. .. .. ..de.. .. a le vent en poupe et tire avec elle tous les. .autres la mesure, .... ................................ . . .. .. .. ..objectif .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. : les laboratoires, l’ingénierie, la R&D, l’enseignement, .... .. .. environnements .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. ..numérique, .. .. .. .. .. .. ..de.. ..l'industrie .. .. .. .. .. ..et..des .. .. ..laboratoires, .. .. .. .. .. .. .. ..le..groupe .. .. .. .. .. a pour .... ................................ .. . . . de .... .. .. les .. .. ..services… .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. ..d'établir .. .. .. .. ..les .. ..bases .. .. .. .. ..d'une .. .. .. nouvelle .. .. .. .. .. ..métrologie .. .. .. .. .. .. ..capable .. .. .. .. .. .. ..défier .. ... ... ...les... ... ... ... ... ... ... .... ................................ .. les années de crispation auront poussé les entreprises s’agit .... .. .. Finalement .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. ..à.. .. .. ..projets .. .. .. ..liés .. .. ..à..l'usine .. .. .. .. du .. .. futur, .. .. .. ..une .. .. ..usine .. .. .. connectée. .. .. .. .. .. .. .. ..Il.. .. .. ..ainsi .. .. ..de.. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. innover et à basculer vers de nouvelles technologies, de nouvelles réinventer une métrologie qui associée aux évolutions numériques .... . . . . . . . ................................ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. méthodes… .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. ..au.. cœur .. .. .. ..des .. .. ..dispositifs .. .. .. .. .. ..productifs .. .. .. .. .. .. ..de.. ..demain. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ... ...sera qui génèrent le mouvement d’aujourd’hui. .... ................................ .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. ..Le.. sujet .. .. .. ..s’adresse .. .. .. .. .. ..à..l'ensemble .. .. .. .. .. .. ..des .. .. secteurs .. .. .. .. .. ..d'activités .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ... et... ... ... ... ... ... ... industriels, .... ................................ .. .... .. .. Dans .. .. .. ..ce.. ................................ .. .. ..très .. .. .. .. .. ..englobe .. .. .. .. ..de.. ..nombreuses .. .. .. .. .. .. .. ..thématiques .. .. .. .. .. .. .. ..: capteurs .. .. .. .. .. ..intelligents, .. .. .. .. .. ..big .. .. ..data, .. .. .. .. .. .. .. .. contexte général la métrologie et la mesure se portent .... ................................ .. .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . bien :. ................................ les opérateurs du secteur affichent des croissances IA,. .traçabilité et. sécurité des informations, évolutions normatives… .... .. .. remarquables .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ... ... ... ... ... ... ... ... et les perspectives le sont tout autant. La recherche .... ................................ .. .... .. .. pour .. .. .. ..des .. ................................ .. ..Labo, .. .. .. .. .. .. ..Deux .. .. ..Journées .. .. .. .. .. ..techniques .. .. .. .. .. .. ..de .. ..l’année .. .. .. .. ..2018 .. .. .. ..vont .. .. ..aussi .. .. .. .. .. .. .. .. ..sur.. .. .. .. .. .. .. postes de Responsable Métrologie, de Technicien de s’orienter .... ................................ .. .... . . . . . . . ................................ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. ..et.. industrie .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. Technique, de Technico-commercial ou toutes .... .. .. de .. .. Responsable .. .. .. ................................ .. ..autres .. .. .. .. .. .. ..sujets .. .. .. ..cette .. .. ..nouvelle .. .. .. .. .. ..métrologie .. .. .. .. .. .. ..: le.. ..19.. ..juin .. .. ..« ..Métrologie .. .. .. .. .. .... ................................ .. . . déjà très soutenue depuis quelques années, ne fait. que .... .. .. fonctions .. .. .. .. .. ................................ .. .. ..se.. .. .. .. ..4.0.. ..».. et.. ..le.. ..7..novembre .. .. .. .. .. .. ..«..Données .. .. .. .. .. .. ..métrologie .. .. .. .. .. .. ..et.. ..production .. .. .. ... ... ...: ...de... ... ... ... ... ... ... .... ................................ . .. renforcer. .... .. .. Les .. .. .. ..évolutions .. ................................ .. .. .. .. ..la.. .. .. ..l’analyse .. .. .. .. ..MSP .. .. .. ..au.. ..Big.. ..Data .. .. .. »... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. normatives et la règlementation alimentent .... . . . . . . . ................................ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. .. à.. Lyon, .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. dynamique. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. ..En.. complément, .. .. .. .. .. .. .. .. ..le..CFM .. .. .. organise .. .. .. .. .. ..également .. .. .. .. .. .. ..les.. ..3..et..4.. octobre .. .... ................................ .. . . . . .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. ..les.. ..Journées .. .. .. .. .. ..Nationales .. .. .. .. .. .. .. de .. .. ..la..Mesure, .. .. .. .. .. ..événement .. .. .. .. .. .. .. francophone .. .. .. .. .. ... ... ...à... ... ... ... ... ... .... ................................ .. Collège Français de Métrologie, n’est pas en reste .... .. .. Le .. .. CFM, .. .. .. ................................ .. .. dans .. .. .. .. .. .. ..destination .. .. .. .. .. .. ..des .. .. techniciens .. .. .. .. .. .. .. ..de.. ..la..mesure. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. ce mouvement actuel. Les 2. journées sont rythmées par des conférences introductives, .... . . . . . . . ................................ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. .. .. ..des .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. Un .. .. ..nouveau .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. ..tutoriels .. .. .. .. .. techniques .. .. .. .. .. .. .. .. (gestion .. .. .. .. .. .. de .. .. ..l’air, .. .. ..climatique, .. .. .. .. .. .. .. .. logo vient mettre en valeur sa fonction première :..c’est-àdimensionnel, .... ................................ .. . . . . . .... .. .. dire .. .. ..être .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. ..analyses, .. .. .. .. .. ..pharmaceutique, .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..gestion .. .. .. .. ..de.. ..la..métrologie) .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..ateliers .. .. ... ... ... ... ... ... ... ... l’association de la mesure industrielle, unique en son.. ..genre. et des .... ................................ .. .... .. .. Le .. .. ..CFM .. .. ................................ .. .. .. ..le.. .. .. ..pratiques .. .. .. .. .. ..sur.. ..les.. ..thèmes .. .. .. .. ..suivants .. .. .. .. ..: enceintes .. .. .. .. .. .. ..climatiques, .. .. .. .. .. .. .. .. ..propre, .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. n’est pas une société savante, ce n’est pas non.. plus salle .... ................................ .. .... . . . . . . . ................................ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . Collège où vont nos adolescents. mesure des états de surface, pipette, thermocycleur, mesure .... .. .. Le .. .. CFM .. .. .. ................................ .. .. ..une .. .. .. .. .. ..débits, .. .. .. ..cas .. .. ..d’une .. .. .. mesure .. .. .. .. .. erronée… .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ... ... ...de... ... ... ... ... ... ... .... ................................ .. diffuse des bonnes pratiques métrologie et guide vers .... .. .. «.. ..mesure .. .. .. ................................ .. .. de .. .. ..la.. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. maitrisée » et prédictive qui concerne l’optimisation .... ................................ .. .... . . . . . . . ................................ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. et des procédés. .... .. .. production .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. ..Plus .. .. ..d’infos .. .. .. .. ..: info@cfmetrologie.com .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..www.cfmetrologie.com .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. de travail Creative Metrology sur la métrologie du futur .... .. .. Un .. .. ..groupe .. .. ................................ .. .. ..dont .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. l’envergure et la portée sont inédites vient également .... .. .. les .. .. ..thématiques, .. lancé. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. d’être .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. ................................ .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ................................ .. .... . . . . . . . ................................ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. DE LA

CFM


.... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. VIE .. .. .. .. DE .. .. .. LA .. .. .. PROFESSION .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. ..35 .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. . . . . . .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ... ... ... ... ... ... ... ... .... ....................... .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. ..La .. .. .. .. ..page .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. FRANCE .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. PHOTONICS .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. ..Naissance .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. de PHOTONICS FRANCE .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. ..Le.. .. ..24.. .. ..avril .. .. .. ..2018 .. .. .. ..s’est .. ....................... .. .. ..et..de .. ..l’expérience .. .. .. .. .. .. .. ..des .. .. ..deux .. .. ..anciennes .. .. .. .. .. .. ..associations, .. .. .. .. .. .. .. ..Photonics .. .. .. .. .. .. tenue à Bénéficiant des forces France .... ....................... .. .. .. .. .. ..sera .. .. .. .. .. .. .. .. .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. Strasbourg l’assemblée générale l’interlocuteur unique. au niveau national de notre filière, ce qui permettra de promouvoir encore plus .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . .... .. ..constitutive .. .. .. .. .. .. .. .. de .. .. Photonics .. .. .. .. .. ....................... .. ..l’optique, .. .. .. .. .. ..de.. ..la..photonique .. .. .. .. .. .. .. ..et..de.. ..la.. ..lumière .. .. .. .. dans .. .. .. ..toutes .. .. .. ..leurs .. .. .. ..applications, .. .. .. .. .. .. ...en... ... ... ... ... ... ... France, la le développement de .... ....................... .. regroupe France et à l’international. .... .. ..nouvelle .. .. .. .. .. .. ..structure .. .. .. .. .. .. .. ..qui....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. l’AFOP (Association française de Photonics France est. constitué de deux collèges, un collège industriels et. académiques qui.comprend .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .... .. ..l'optique .. .. .. .. .. .. ..photonique, .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. ..des .. .. ..industriels .. .. .. .. .. ..distributeurs .. .. .. .. .. .. .. .. et.. ..des .. .. ..membres .. .. .. .. .. ..académiques, .. .. .. .. .. .. .. .. .. . .. .. ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... le syndicat des industriel fabricants, et .un. .collège .... ....................... .. .... .. ..professionnel .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. de .. .. ..notre .. .. ....................... .. .. ..les.. ..organisations .. .. .. .. .. .. .. .. associatives .. .. .. .. .. .. .. .. œuvrant .. .. .. .. .. ..dans .. .. ..le.. ..domaine .. .. .. .. ..de .. ..la.. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. filière qui associatif qui regroupe photonique. .... ....................... .. .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. ..donné .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. et le CNOP Cette nouvelle «maison commune» ouverte à.tous les acteurs français de la photonique s’est .... .. ..compte .(Comité .. .. .. .. ..102 .. .. National ..membres) .. .. .. .. .. .. ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .... . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . d’Optique les objectifs suivants. :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. ..Photonique, .. .. .. .. .. .. .. .. .. structure .. .. .. .. .. .. ....................... .... ....................... .. .. ..d’avenir .. .. .. .. ..se.. ..basant .. .. .. .. sur .. .. ..la..technologie .. .. .. .. .. .. .. ..photonique .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. fédératrice - Développer une filière .... .. ..des .. .. .. ..acteurs .. .. .. .. .. ..du.. .. ..domaine, .. .. ....................... .. .... ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. qu’ils - Promouvoir les solutions technologiques et le. potentiel d’innovation offerts par la photonique .... .. ..soient .. .. .. .. .. ..pôles .. .. .. .. .. de .. .. .. ..compétitivité, ....................... .. .. .. .. ..les.. ..intérêts .. .. .. .. ..professionnels .. .. .. .. .. .. .. .. ..de.. ..la..photonique .. .. .. .. .. .. .. ..devant .. .. .. ..les .. ..Pouvoirs .. .. .. - Représenter et défendre .... ....................... .. .. ..Publics .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. ..clusters .. .. .. .. .. ..régionaux .. .. .. .. .. .. ..ou .. ..thématiques, ....................... .. .. .. .. .. ..la.. ..filière .. .. ..photonique .. .. .. .. .. .. .. française .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. - Représenter et coordonner .... ....................... .. . . .... .. ..ou .. ..associations .. .. .. .. .. .. .. .. .. savantes). .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .... ....................... .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. Contact : Catherine.Farcy@afoptique.org .... ....................... .. .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. ..No .. .. .. ..u.. ..v.. ..ell .. .. ....................... .. ..du .. .. .. .. ..Pôle .. .. .. .. .. .. ..OPTITEC .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..en .. .. .. .. ..O..c.. ..cita .. .. .. .. .. ..nie .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. e i m pl an tat i on .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. ..de.. .. .. ..le.. ..choix .. .. .. ..de.. ..s’implanter .. .. .. .. .. .. .. ..au.. ..cœur .. .. .. ..d’un .. .. ..écosystème .. .. .. .. .. .. .. .. dynamique .. Depuis le 15 mars, le pôle .... ....................... .. .. .. .. .. .. ..et.. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. ..sa.. .. .. ..innovant .. .. .. .. .. ..pour .. .. ..poursuivre .. .. .. .. .. .. le.. ..déploiement .. .. .. .. .. .. .. ..de.. ..son .. .. offre .. .. .. ..et.. proposer compétitivité Optitec a élargi .... ....................... .. .. .. .. .. ..ses .. .. .. .. .. .. .. .. .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. services d’accompagnement avec plus de proximité aux entreprises présence opérationnelle dans la .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. ..de.. ..la.. région. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ... ... ... ... ... ... ... ... région Occitanie en ouvrant.. ..des .... ....................... .. .... .. ..bureaux .. .. .. .. ..à.. Labège, .. .. .. .. .. ..près .. .. ..de....................... .. .. .. .. .. .. ..La.. ..diversité .. .. .. .. ..et.. ..la..richesse .. .. .. .. .. de .. ..l’écosystème .. .. .. .. .. .. .. .. ..de.. la.. ..région .. .. .. ..Occitanie, .. .. .. .. .. forte .. .. .. .. .. .. .. .. .. Toulouse .... ....................... .. .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . de nombreux industriels utilisateurs massifs des technologies Le pôle, dont le siège est à Marseille, était déjà présent dans la région .... .. ..du.. ..fait.. ..de.. ..son .. .. ..implantation .. .. .. .. .. .. ....................... .. ..sur .. .. .. .. ..photonique .. .. .. .. .. .. ..et.. ..imagerie .. .. .. .. ..vont .. .. ..permettre .. .. .. .. .. ..au.. ..pôle .. .. ..de.. ..franchir .. .. .. .. .. ..nouvelle .. .. ... ... ... ... ... ... ... ... ... .... ....................... .. une à Montpellier ; il étend ainsi son réseau .... .. ..l’ensemble .. .. .. .. .. .. ..du .. .. grand .. .. .. .. arc .. .. ....................... . .. .. .. .. .. ..étape .. .. .. ..dans .. .. .. son .. .. ..histoire .. .. .. .. ..déjà .. .. ..bien .. .. ..remplie. .. .. .. .. ..Créé .. .. .. ..il ..y..a..10.. .. .. ..le.. ..pôle .. .. .. .. .. .. .. .. ans, Sud de la France, notamment pour .mieux .... ....................... .. .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . entreprises stratégiques du pôle comme le spatial, .... .. ..servir .. .. .. ..certains .. .. .. .. .. ..domaines .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. ..de.. .. ..compétitivité .. .. .. .. .. .. .. .. Optitec .. .. .. .. .. ..fédère .. .. .. .. ..déjà .. .. .. ..plus .. .. ..de.. .. ..130 .. .. .. .. .. .. .. ... ... ... ... ... ... ... ... .... ....................... .. et la sécurité ainsi que le médical.et. les .... .. ..l’aéronautique, .. .. .. .. .. .. .. .. .. la.. ..surveillance .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. ..représentant .. .. .. .. .. .. .. .. un .. .. ..chiffre .. .. .. ..d’affaires .. .. .. .. .. ..de.. ..1,3 .. .. ..milliard .. .. .. .. ..d’euros .. .. .. ..et.. 10 .. .. ..000 .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... . . .. salariés ; il a labellisé plus de 300 projets collaboratifs pour un montant biotechnologies. .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . .... .. ..Le.. ..pôle .. .. ..Optitec .. .. .. .. ..compte .. .. .. .. ..aujourd’hui ....................... .. ..130 .. .. .. .. ..de.. ..550 .. .. ..M€ .. .. ..et.. ..150 .. .. ..M€ .. .. ..de.. ..subventions. .. .. .. .. .. .. .. ..En.. ..10.. ..ans, .. .. ..2.200 .. .. .. emplois .. .. .. ... ... ... ... ... ... ... ... plus de 220 adhérents dont .... ....................... .. .... .. ..entreprises, .. .. .. .. .. .. .. ..une .. ..cinquantaine .. .. .. .. .. ....................... .. .. ..et.. .. .. ..directs .. .. .. .. ..photoniques .. .. .. .. .. .. .. ..ont.. ..ainsi .. .. ..été .. .. ..créés. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. d’instituts de recherche et formation .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... une quarantaine de partenaires acteurs du développement .et. .de. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . .... .. ..l’innovation. .. .. .. .. .. .. .. ..Avec .. .. ..cette .. .. .. ..nouvelle ....................... . . .. .. .. .. ..Contact .. .. .. .. .. ..: laetitia.clave@pole-optitec.com .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. antenne en Occitanie, Optitec.a. fait .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ....................... .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .... ....................... .. .... . . . . . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..


36

AVIS D’EXPERTS PAROLE AUX PARTENAIRES

Cybersécurité des systèmes embarqués et des objets connectés

Sébastien SALAS Directeur CAP’TRONIC Grand Sud-Ouest

La thématique qui monte en puissance au sein du programme CAP’TRONIC concerne la cybersécurité des systèmes embarqués et des objets connectés. CAP’TRONIC s’est donc donné pour mission de mieux informer et sensibiliser les PME.

DES FAILLES CONNUES MAIS IGNORÉES

Le phénomène est en plein essor, il n'y a pas une semaine sans que la presse ne nous annonce l'attaque du système d'information d’une entreprise pour un vol de données ou pour faire un acte de malveillance. Selon le cabinet de conseil PWC «En moyenne, douze attaques ont lieu tous les jours » en France et «1 entreprise sur 2 n’a pas de programme de cybersécurité en France»*. Les attaques concernant les objets connectés mal sécurisés ne font que commencer et le phénomène va certainement s’amplifier. La très grande majorité des attaques ciblent des failles bien connues pour lesquelles existent déjà des correctifs de sécurité, souvent depuis des années, mais que les entreprises n’installent pas. Une des premières préconisations est qu’il est donc capital de faire systématiquement des mises à jour du système d’exploitation. Pour les entreprises qui développent de l’électronique, elles peuvent utiliser les mécanismes de chiffrement et de protection de la propriété intellectuelle qui sont déjà présents dans les microcontrôleurs contre la copie du logiciel embarqué.

DES SÉMINAIRES DE SENSIBILISATION ET DES FORMATIONS POUR APPRENDRE À SE DÉFENDRE

Le principal problème en termes de sécurité lors du développement d’un produit est la méconnaissance (ou la non-évaluation) de la menace, d’autant plus lorsque ce produit est communiquant et qu’il est développé rapidement. L’impasse sur la sécurité est trop souvent monnaie courante pour des raisons économiques ou de délais de livraison, évidemment à tort.

C’est pourquoi CAP’TRONIC propose de sensibiliser les développeurs à la conception d'architectures sécurisées et aborde dans un séminaire spécifique, la cryptographie et les techniques anticlonages / antipirates la avec la mise en œuvre du chiffrement des données (DES, RSA, AES...) pour assurer la protection de la propriété intellectuelle. Les prochaines sessions qui auront lieu en juin sur Bordeaux et en octobre sur Montpellier sont en préparation.

TENIR COMPTE DE LA SÉCURITÉ DÈS LE DÉBUT DE LA CONCEPTION

Pour le hardware des équipements industriels souvent complexes, ou pour les systèmes à haute valeur ajoutée aux données sensibles mieux vaut opter pour une sécurité dès la conception pour chaque composant contenant l’accès au logiciel embarqué. C'est aux électroniciens de faire le nécessaire pour la protection des appareils et pour cela, rien de tel que de comprendre comment font les hackers pour attaquer afin de se prémunir et anticiper leurs actions. CAP’TRONIC aide les PME à faire le premier pas dans la cybersécurité des systèmes embarqués et des objets connectés. La formation mise en œuvre à ce sujet a pour but, entre autres, de mettre en évidence les menaces et la simplicité de certaines attaques pour mieux se prémunir (prochaine session de la formation cybersécurité à Toulouse du 7 au 9 novembre).

LE GUIDE CYBERSÉCURITÉ « PME : COMMENT MAÎTRISER LA CYBERSÉCURITÉ DE VOS OBJETS ET SYSTÈMES CONNECTÉS » Pour compléter l’information des PME, CAP’TRONIC a également publié un guide accessible gratuitement en ligne sur www.captronic.fr : « PME : Comment maîtriser la cybersécurité de vos objets et systèmes connectés ? ». Produit par CAP’TRONIC et soutenu par la Direction Générale des Entreprises (DGE), l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) et l’Institut de Recherche Technologique (IRT) Nanoelec, ce guide a pour objectif de présenter les bonnes pratiques à mettre en œuvre pour assurer la cybersécurité des produits et systèmes connectés.

Plus d’informations : www.captronic.fr *Source : www.ouest-france.fr/high-tech/internet/les-cyberattaques-coutent-de-plus-enplus-cher-aux-entreprises-5361685


37


38

AVIS D’EXPERTS PAROLE D’EXPOSANT

STAND C18

Comment alimenter efficacement les capteurs en IoT ?

Nicolas BRUNET Content Marketing Editor RS COMPONENTS

Sans capteurs, il n'y aurait pas d'Internet des objets. Ils mesurent et enregistrent la température, la luminosité, le mouvement et bien d'autres paramètres et transmettent les données aux appareils de contrôle intelligents. Les capteurs ont cependant besoin d'énergie. Bien que leur consommation d'énergie soit généralement très faible, ils ne peuvent pas travailler sans elle. Il est très difficile de s'assurer que les capteurs alimentés par piles continuent à fonctionner pendant de nombreuses années sans entretien.

A

vec l'arrivée d'Industrie 4.0, les systèmes cyberphysiques, l'Internet des Objets et le Cloud Computing ont trouvé leur place dans les usines modernes. Fonctionnant comme des réseaux de communication intégrés, les systèmes cyberphysiques prennent des décisions et agissent, tout en communiquant en temps réel avec d'autres systèmes et avec les humains. L'une des principales raisons des progrès technologiques rapides de ces dernières années est la baisse du prix des capteurs de tous types. Il y a seulement dix ans, la technologie des capteurs était réservée aux applications hautement spécialisées. Aujourd'hui, les capteurs sont un produit de masse. Ce développement a permis d'intégrer de plus en plus de dispositifs dans des réseaux où ils combinent, traitent et échangent des volumes de données toujours plus importants. Cependant, tous les capteurs d'un tel réseau doivent être alimentés en courant, que ce soit par une alimentation électrique sur secteur, une batterie ou des dispositifs de récupération d'énergie.

LE MYTHE DE LA PILE BOUTON 3V

De nombreuses applications IoT et Industrie 4.0 fonctionnent avec des piles boutons 3V, qui sont non seulement bon marché mais aussi très fiables. Elles doivent toutefois être remplacées assez fréquemment. Une pile CR2032 entièrement chargée fournit environ 3,2V. Après seulement quelques heures de fonctionnement, la tension chute sous 3V. Cela peut ne pas suffire pour certains modules sans fil (WLAN, Bluetooth, LoRaWAN, etc.). Par conséquent, la transmission peut devenir peu fiable ou la portée de cette transmission peut soudainement être limitée.

PROLONGER LA DURÉE DE VIE DES PILES OU BATTERIES EN UTILISANT DES RÉGULATEURS DE COMMUTATION

A l’aide d’un régulateur à découpage élévateur spécialement développé pour les dispositifs IoT alimentés par batterie, le module plug&play fournit une sortie stable de 3,3V à partir de tensions d'entrée allant de 0,65V cc à 3,15V cc, ce qui permet d'extraire les dernières ressources d'énergie de la batterie permettant ainsi à l'utilisateur de faire fonctionner des microprocesseurs, des modules WLAN/Bluetooth et des systèmes IoT avec une seule batterie ou cellule de 1,5V, dont la durée de vie est beaucoup plus longue que

celle d'une pile bouton classique. Le régulateur à découpage élévateur R-78S prolonge non seulement la durée de vie des batteries dans les applications IoT, mais utilise aussi les dernières ressources des piles. La figure suivante montre une application typique dans un module sans fil. Le circuit n'est activé que pendant de brèves périodes pour envoyer des données. Pendant ces courtes périodes, l'ensemble du circuit consomme environ 600µW. Si vous n'envoyez pas de données, le circuit est en mode veille. Pendant ces périodes, le R-78S est alimenté par un condensateur tampon et ne consomme que 7µA. Si la charge du condensateur tombe en dessous d'une certaine limite, le circuit est brièvement activé pour la recharge. Cette technologie garantit un fonctionnement fiable et sans entretien pour des cycles de 10 ans et plus. Comme les convertisseurs sont abordables, l'investissement supplémentaire se rentabilise rapidement grâce à des coûts de batterie et d'entretien beaucoup plus faibles. L'intégration d'un condensateur tampon dans le circuit permet de régler le R-78S en mode veille, ce qui permet d'économiser de la puissance de batterie.


39

MAINTENANCE CONDITIONNELLE

La maintenance conditionnelle est un système qui vise à fournir des informations sur l'état d'une machine pour effectuer la maintenance uniquement si elle est nécessaire et qui entre dans la catégorie de la maintenance prédictive. Pour cela, il faut généralement de nombreux capteurs pour communiquer différents types de signaux. Dans les systèmes futurs, des capteurs intelligents superviseront les machines et se mettront automatiquement en garde contre les interférences entrantes. Ils utiliseront des modèles analytiques prédictifs pour déclencher une action corrective. En se détournant des fils et des batteries, ces capteurs pourraient être alimentés par des micro générateurs (MEMS), qui captent jusqu' à 4mA d'énergie dans des conditions environnementales telles que les vibrations, la chaleur, la

lumière ou les différences de température. Ce concept s'appelle la récupération d'énergie. L'Internet des objets étant en réalité un réseau de capteurs, il dépend de solutions d'alimentation innovantes. RECOM propose des composants intelligents qui contribuent à une alimentation sûre de la batterie grâce au régulateur élévateur R-78S. Ces régulateurs soutirent les dernières ressources d'énergie de la batterie, de sorte que les applications peuvent fonctionner pendant plus d'une décennie sans problèmes et sans entretien. Sources : www.rs-components.com www.rs-online.com/designspark/efficiently-powering-sensors-in-iot-fr


40

QUOI DE NEUF SUR ENOVA TOULOUSE

AB2E CEM

ACCELONIX

Capot de Blindage CEM en PROTOTYPAGE Rapide

Station d’initialisation des composants en entrée usine

AB2E, spécialisé en Blindage CEM et en Dissipation Thermique, introduit un nouveau concept dans sa gamme de Blindage CEM. Révolutionnaire! La plaque Easy Shield dont la matière se soude aisément, permet de fabriquer de façon instantanée le capot souhaité sans aucun outillage couteux. Ce produit est utilisé en général en phase de R&D (avant tests en labo CEM par exemple). Un cutter, des ciseaux, une règle et une pince plate suffisent à fabriquer votre capot de blindage CEM. Vous dessinez votre pièce en la projetant à plat sur la plaque, puis suivez les rainures de pré-pliage existantes pour former le design final de votre capot. Simple et efficace. Ce produit standard est en stock permanent chez AB2E. Ensuite nous industrialisons avec un faible coût outillage et plions vos capots Custom.

Fort de son expérience de trente ans dans le secteur de la soustraitance électronique (EMS), ESSEGI SYSTEM SERVICE depuis ces 12 dernières, conçoit et fabrique des solutions automatisées de stockage et gestion dynamique des composants CMS sous la marque STORAGE SOLUTIONS. L'initialisation des composants à l'entrée usine est une étape nécessaire au suivi et à la traçabilité du composant tout au long du processus de fabrication. La station Material Incoming Station MIS capture automatiquement les codes 1D/2D présents sur les conditionnements CMS pour ainsi construire le code unique. L’information constituée est initialisée dans les bases de données client (ERP/MES/Machines de report). La capture d’image des conditionnements assure la fonction de traçabilité attendue en interne comme en externe. Les produits STORAGE SOLUTIONS sont distribués en France par Accelonix.

Creaform, un leader mondial des solutions de mesure 3D portables et des services d'ingénierie, présente le scanner 3D sur MMT optique monté sur robot, le MetraSCAN 3D R-Series conçus pour l’inspection automatisée. Le système de mesure fait partie du portefeuille MetraSCAN 3D de Creaform et offre aux entreprises manufacturières la possibilité d'utiliser la mesure optique et l'automatisation industrielle directement dans leurs zones de fabrication pour rendre le contrôle de la qualité plus facile et plus efficace. La MetraSCAN 3D R-Series est une solution de mesure robotique innovante qui s'intègre parfaitement aux processus d'automatisation au niveau de la production pour garantir des mesures rapides et précises. Il est spécialement conçu pour l'inspection 3D automatisée des pièces sur la chaîne de montage et dans la zone de production. AMETEK SAS Division Creaform

www.ab2e.fr

www.accelonix.fr

www.creaform3d.com

STAND D35

STAND C15

AMETEK DIVISION CREAFORM

Contrôle qualité automatisée

STAND E4BIS

ANTELEC

ASICA-SICAP

ASTER TECHNOLOGIES

Concevez votre connecteur en 3D et recevez son plan en moins de 3 minutes !

ASICA-SICAP votre partenaire en Electronique

Vue 3D intégrée dans TestWay Express

Spécialiste de la conception et de la fabrication de connecteurs pour l’électronique professionnelle, Antelec met à votre disposition un nouvel outil de configuration en ligne pour vos cordons. Facile, rapide, simple ! En personnalisant : - Le ou les connecteurs (du pas de 1.00 mm à 5.08mm) - Les fils, leurs couleurs et leurs longueurs - Le plan de câblage, droit ou spécifique Et obtenez gratuitement vos plans 2D et 3D directement dans votre boite mail ! Testez le configurateur cordon dès maintenant sur : www.antelec.fr

STAND D17

ASICA-SICAP, spécialisé dans le développement et la soustraitance électronique, propose ses services en : conception, prototypage, industrialisation, fabrication, test, intégration, logistique et SAV depuis plus de 35 ans. • Une Offre globale ou un Service à la carte. Les mots clés de votre accompagnement ASICA- SICAP : Service, Qualité, Technicité, Performance, Savoir-faire, Souplesse, Réactivité, Respect des Engagements. • Conception, Industrialisation et prototypages • Approvisionnement des composants, circuits-imprimés et pièces mécaniques • Production des cartes, Contrôles Tests Sonde-Mobiles, Optique et Rayon X • Tests fonctionnels sur bancs spécifiques, Déverminage, Intégration d’ensembles et sous-ensembles • Vernissage, surmoulage et packaging complet. Domaines d’interventions : Médical, Aéronautique, Energie & Environnement, Industrie, IoT, Transport, Télécommunications. www.facebook.com/ASICASICAP-183559675508645/

STAND C6

Il est maintenant possible de produire une vue 3D de votre carte en cours d’analyse. • Convertissez les données CAO 2D en modèle 3D VRML ou X3D. • Visualisez le modèle grâce à notre visionneuse 3D entièrement intégrée. • Faire pivoter la vue sur 360 degrés pour une analyse détaillée. • Voir la position des clous et des poussoirs / doigts. • Imprimer le modèle avec des imprimantes 3D pour analyser les contraintes mécaniques Venez profiter d’une démonstration sur notre stand. www.aster-technologies.com

STAND D2


QUOI DE NEUF

SUR ENOVA TOULOUSE

BETA LAYOUT

CAP’TRONIC

CIPSA CIRCUITS

Beta LAYOUT offre le premier logiciel de conception 3D-MID GRATUIT au monde

Le nouveau Guide IoT CAP'TRONIC

Investissement continu pour garantir la qualité

41

La société, renommée pour son service de fabrication de prototypes PCB-POOL®, offre GRATUITEMENT ce logiciel de conception complet. La toute dernière TARGET 3001! V18 PCBPOOL®-Edition inclut une fonction 3D-MID intégrée permettant la création de schémas et la possibilité de placer des circuits sur des données de fichiers step 3D déjà créées. Ceci est le premier logiciel ECAD gratuit pour la conception de circuits électroniques sur des circuits tridimensionnels et maintenant disponible à télécharger : www.pcb-pool.com/ppuk/info_pcbpool_3d_mid.html Beta LAYOUT est une entreprise leader en Europe dans le domaine des services de circuits imprimés. Aujourd'hui, Beta LAYOUT produit non seulement des prototypes de cartes de circuits imprimés, des PCB de haute technologie et des petites séries selon le principe du PCB-POOL® sur trois sites en Allemagne, mais également des stencils SMD, des panneaux avant y compris la gravure au laser et l'impression couleur, les impressions 3D et le prototypage 3D MID, en plus de l'eSTORE BETA qui offre des outils et des accessoires pour l’assemblage de prototype de circuits imprimés. De plus, Beta LAYOUT offre l'intégration de puces RFID dans les cartes de circuits imprimés et l'assemblage SMT / THT.

CAP'TRONIC accompagne l'innovation électronique et le logiciel embarqué associé et aide les entreprises à penser les usages de demain, à transformer leur produit en service et à faire de l'Internet des Objets, une réalité économique. Les ingénieurs conseil CAP’TRONIC animent régulièrement des séminaires et des tables rondes portant sur les technologies de l'IoT et leurs usages, pour aider les entreprises à prendre le virage des objets connectés et à identifier les solutions réalistes et adaptées pour leurs projets. Un nouveau guide vient de sortir qui prend donc le parti de décrire la « vie connectée » dans un établissement hospitalier, telle qu'elle est déjà possible et telle qu'elle pourrait être demain. Le concept, très concret, est basé sur "la valeur" et démontre pourquoi et comment utiliser l'IoT pour améliorer rentabilité, sécurité et bien-être. Ce guide est disponible gratuitement en téléchargement sur www.captronic.fr

Nous améliorons le département de test. Nous avons acquis une machine de test automatique ATG A7a Les principales caractéristiques de cette machine sont : - Test complet du panneau de fabrication - Possibilité de tester différentes références au même temps - Possibilité de tester différents types de circuits (rigide, flex et flex-rigide) et d'épaisseurs - Permet de tester panneaux de 650 x 525 mm

www.pcb-pool.com

www.captronic.fr

www.cipsacircuits.com

STAND E4

STAND B43

STAND C31

CLIMATS

COATED PRODUCTS FRANCE

CONTAC SOLUTIONS AB

Venez découvrir notre nouvelle gamme Excal² au salon Enova !

Emballages ESD selon IEC 61340-5-3

Fabrication, moulage, surmoulage de câbles/connecteurs

Un nouveau design pour être dans l’air du temps, notre nouvelle gamme Excal², née de vos attentes, sera présente en exclusivité au salon afin de vous faire découvrir ses toutes nouvelles performances. • Ergonomie repensée : De nouveaux visuels et de nouvelles dimensions ont été créés alliant simplicité d’utilisation et esthétisme. • Performance accrue : L’aéraulique de la cuve et les échangeurs thermiques ont été améliorés pour atteindre des performances inégalées. Ces nouvelles performances permettent de mettre en œuvre des essais complexes de type IEC 60068-2-30 et IEC 60068-2238 de manière standardisée. • Électronique efficace : La nouvelle architecture électronique amplifie la fiabilité de l’enceinte et simplifie la maintenance. • Spirale Vision pour une traçabilité sans faille : La dernière évolution de notre logiciel de pilotage, Spirale Vision, est toujours plus intuitive et offre de nouvelles fonctions comme l’enregistrement vidéo et le lecteur de code barre. • F-Gas Ready : Climats plus que jamais sensible à son impact sur l’environnement veille à limiter la consommation énergétique de ses équipements et répond à la nouvelle règlementation F-Gas.

Depuis 1991, Coated Products est le partenaire des industriels de l’électronique pour la fourniture d’emballages ESD haute performance. Nos matières Corstat™ et Cortronic® assurent une fonction dissipative ou conductrice et/ou de blindage ; elles répondent ainsi aux cahiers des charges les plus exigeants pour une protection optimale des ESDS (dispositifs sensibles aux décharges électrostatiques) à l’intérieur et à l’extérieur d’une EPA. Spécialiste de l’emballage en carton, Coated Products propose à ses clients : - des solutions standard, disponibles sur stock (catalogue) : boites d’expédition, équipements d’atelier, conteneurs de stockage et de transport, - des emballages sur mesure : boites pour le stockage de bobines, plateaux pour les flux internes, conteneurs au format palette… - des calages adaptés : croisillons en carton, film de maintien Korrvu®, plateaux en mousse.

Contac Solutions AB fabrique et commercialise toute sorte de câbles et connecteurs dans les pays nordiques, en Allemagne et en France. Grâce à notre production en Chine, nous arrivons à surmonter les exigences de coût que certains produits demandent comme le moulage et le surmoulage. Nous sommes un partenaire solide et innovateur qui peut rapidement vous aider à réaliser votre idée en produit finie. Notre force est dans notre compétence et notre savoir-faire dans le Harnais de câble, l’électronique, montage électromécanique, mécanique de précision, carte électronique, injection, moulage, surmoulage, etc... Nous produisons tout du simple composant au produit spécifique en petite, moyenne et grande série. Notre flexibilité est connue chez nous comme un standard.

www.climats-tec.com

www.kolb-wellpappe.com

www.contac.se

STAND D36

STAND D5

STAND E26


42

QUOI DE NEUF SUR ENOVA TOULOUSE

COTELEC

CST

DEWESOFT France

Pointe de Test coaxiale HFS-807

CST STUDIO SUITE® 2018

Simplifier vos mesures

La nouvelle pointe de test coaxiale HFS-807 conçue par INGUN permet à COTELEC d’apporter une nouvelle solution sur le marché du test sur connecteurs. La pointe de test coaxiale HFS-807 permet le test non plus seulement sur une empreinte de circuit imprimé, mais directement sur le connecteur coaxial lui-même, garantissant ainsi le test complet de la liaison coaxiale ainsi qu’une intégrité parfaite du signal électrique. La HFS-807 a été conçue afin de réaliser des connections parfaitement fiables dans les connecteurs haute vitesse, tels que le mini FAKRA (HFM) ou le MATE AX, et ce, jusqu’à 20 Gbps Afin de permettre un test aisé et fiable, la HFS-807 est vissée directement dans un support usiné par le client et se connecte à l’aide d’un connecteur type SMPM. Le nombre de pointe de test à utiliser dépend simplement du nombre de pôles du connecteur.

CST STUDIO SUITE® 2018 offre un ensemble d’outils de simulation de champs électromagnétique et multiphysique orienté EM. La philosophie « Complete Technology » de CST consiste en ce que les solveurs des applications à travers le spectre EM sont regroupés dans une seule et unique interface, et peuvent être combinés de différentes manières. Les ingénieurs ont ainsi la flexibilité d’analyser et d’optimiser, de manière simple et efficace, des systèmes entiers fabriqués avec des composants multiples. Le prototypage virtuel à l’aide de CST STUDIO SUITE® est utilisé par les leaders du marché dans le but d’optimiser les performances des équipements/appareils, d’identifier et de limiter les problèmes de conformité assez tôt dans le processus de conception, et ainsi de diminuer le nombre de prototypes physiques et de réduire les coûts et la durée de développement.

La puce TEDS (Transducer Electronic Data Sheet) consiste en une mémoire EEPRON, intégrée dans vos capteurs. Nous pouvons y écrire les caractéristiques techniques du capteur : numéro de série, sensibilité, tension d’alimentation nominale, informations d’étalonnage… Bien que nombreux fabricants de capteurs proposent la compatibilité TEDS en option, il est simple de l’implémenter sur vos capteurs existants. DEWESoftX respecte le Standard IEEE 1451.4, vous permettant de lire, écrire et programmer sur un grand nombre de formats de constructeurs, et toujours dans la même interface logicielle. Le format DEWESoft mémorise également la configuration de l’amplificateur. L’utilisation de cette technologie vous permet de diminuer le temps de mise en œuvre de vos essais ainsi que les risques d’erreurs, une meilleure traçabilité et le suivi métrologique de votre parc capteurs.

www.cotelec.fr

www.cst.com

www.dewesoft.fr

STAND D37

STAND C33

STAND C1

DIRECT

EMS PROTO

FEINMETALL

Votre partenaire distributeur

Prototyping electronic board : NEW GENERATION

Pointe de test LED

Distributeur indépendant depuis 1965, Direct est spécialisé en matériels de câblage et en connectique industrielle, militaire, marine… Partenaire de TE Connectivity, Nexans, Amphenol, Souriau…, retrouvez l’ensemble de notre gamme sur notre site E-commerce www.direct.fr. Venez découvrir nos 3 nouveaux partenaires pour 2018 : Glenair, Habia et Minilampe ; et rencontrer notre équipe commerciale et nos partenaires fabricants.

EMSPROTO révolutionne le prototypage de carte électronique en proposant un service de fast-prototypage. Service innovant et disponible 24h24 - 7j/7, il offre aux professionnels une solution de chiffrage du coût de fabrication en moins de 15 minutes et une réception de leur carte électronique à partir de 48h. Un service ultra-rapide : 15 minutes suffisent pour chiffrer, commander et lancer en production une carte électronique. Des équipements de pointe : La chaine de production entièrement automatisée de haute précision autorise la pose de composants jusqu’au 01005 et cela sans aucun frais d’outillage. Les passifs offerts : Avec près de 900 références de résistances et condensateurs CMS en stock, EMSPROTO offre à ses clients les composants passifs dès lors qu’ils sont sélectionnés sur l’interface web.

www.direct.fr

www.emsproto.com

STAND C23

STAND C36

Lors de la fabrication des faisceaux de câbles, la correcte intégration des bons Terminaux dans les connecteurs est une importante étape de travail. C'est pourquoi, il faut indiquer à l'opérateur les cellules de contact dans lesquelles il doit le faire. Désormais, la nouvelle solution FEINMETALL facilite considérablement cette tâche. Une diode électroluminescente intégrée dans la pointe permet d'indiquer la cellule de contact à monter. La même pointe sert de contact électrique pour le test de continuité. Cette nouvelle solution FEINMETALL a une structure modulaire et se compose d'une pointe ayant un piston en tube, d'un réceptacle et d’un embout de raccordement LED enfichable sur le réceptacle. Elle permet de réaliser des applications même dans des espacements jusqu'à 100 mil. www.feinmetall.com/fr

STAND C44


QUOI DE NEUF

SUR ENOVA TOULOUSE

GANTNER INSTRUMENTS

GERFLOR

IFTEC

Q.brixx - Système de mesure dynamique modulable et portable

Besoin de rénover vos sols ESD ?

Encore plus de sessions décentralisées en 2018

43

• Le Q.brixx de Gantner Instruments est un système de mesure en aluminium robuste et modulaire, composé de cartes de conditionnement de hautes performances. C A/D 24 bits et échantillonnage jusqu’à 100 KHz/voie. • Les entrées vont des signaux standards (V, mV, mA, TC, Pt 100, IEPE…) aux capteurs type pont (¼, ½, pont complet résistif, inductif, LVDT…) ou haute tension allant jusqu’à 1200 V ou nécessitant une isolatio n importante (TC isolés 1,2 kV). • La connectique proposée (bornier à vis, BNC, DIN, mini TC…) permet une mise en oeuvre rapide. • Le concentrateur permet de récupérer toutes les mesures de manière synchrones Test.commander permet une configuration simple et une mise en place rapide de l’acquisition. • Autonome, des règles d’enregistrement sont définies (pré-post trigger, événement…) et les données stockées sur support clef ou disque dur via les ports USB. Plusieurs Q.brixx peuvent être synchronisés via différents protocole (SNTP, NMEA, IRIG…) pour construire des systèmes de plusieurs centaines de voies de mesures.

La plupart des industries de pointe sont sensibles aux ESD, les décharges électrostatiques, qui peuvent endommager vos produits et générer des surcoûts importants. Conscient de ces risques, Gerflor a développé une gamme de sols qui permet de se protéger contre les ESD : les dalles GTI EL5. Grâce à ce tout nouveau sol : plus d’interruption de travail pendant les travaux ! Ces dalles sont faciles et rapides à poser. Elles ne nécessitent pas de colle et s’emboitent tout simplement : la solution idéale pour une rénovation rapide de vos ateliers de production électronique. Elles sont conformes aux normes IEC/CEI 613405-1 et ANSI/ESD S 20.20 et résistent au trafic de chariots industriels.

Après Paris : formations IFTEC à Nantes, Lyon, Grenoble et Toulouse ! Nous décentralisons 13 de nos formations en 2018 pour être plus proches de vous, ce qui représente 26 sessions supplémentaires. Sessions à NANTES : Conception des cartes électroniques ; Certification IPC-A-610 (CIS) ; Certification de concepteur IPC (CID) ; Technologies de fabrication des circuits imprimés rigides (du simple face aux multicouches) ; Certification ou re-certification IPC-A-6012 (CIS). Sessions à LYON : Brasage au fer ; Certification IPC-A-610 (CIS) ; Câblage filaire selon IPC/WHMA-A-620 ; Re-certification IPC-A610 (CIS) ; Certification ou re-certification IPC/WHMA-A-620 (CIS). Sessions à GRENOBLE : Certification IPC-A-610 (CIS) ; Certification ou re-certification IPC-7711/7721 (CIS). Sessions à TOULOUSE : Certification IPC-A-610 (CIS) ; Certification ou re-certification IPC/WHMA-A-620 (CIS).

www.gantner-instruments.fr

www.industrybygerflor.fr

www.iftec.fr

STAND C16

STAND D11

STAND E15

imc J+R

INOVEOS

JAUCH QUARTZ FRANCE

3000 voies de mesure pour les essais en vol avec imc Acquisition des données soumise à des exigences élevées

Protolaser R : spécialiste des micromateriaux

Les nouvelles piles lithium Jauch en technologie CR

À mesure que le degré de complexité des dernières générations d'avions augmente, les exigences imposées aux systèmes d'essais en vol actuels augmentent également. Une large palette de signaux et de capteurs, ainsi que de nombreux bus avions et sources numériques doivent être conditionnés et acquis sur de nombreuses voies, surveillés et enregistrés de façon synchrone en temps réel. Les plannings contraignants imposés pour le développement exigent une installation d'essai en vol particulièrement stable et efficace. Dans ce contexte, il est judicieux d’avoir une solution unique pour tous les composants du système. Pour répondre à ce défi, imc a mis en place un système d'essai en vol basé sur des systèmes de mesure modulaires et la technologie vidéo. Toutes les valeurs analogiques et numériques acquises sont enregistrées dans l'avion et transmises en parallèle via PCM à la station sol. À tout moment, il est ainsi possible de visualiser et d’évaluer les données de mesure au sol via imc STUDIO Monitor. Ceci représente un énorme gain de temps et de sécurité.

La dernière LPKF est parfaite pour les labos R&D. L’ablation à froid présente un réel intérêt pour la micro et la nanostructuration de substrats sensibles. Avec son faisceau de 15µm, elle peut structurer et découper des feuilles de carbone de 0.2mm pour le LTCC. Elle peut aussi structurer la métallisation sur le titanate, le percer et découper sans stress thermique. Elle ouvre la voie à de nouvelles possibilités de micro-usinage pour des essais sur des nouveaux substrats allant des matières flex jusqu’au verre. Elle peut retirer délicatement ou structurer des couches minces complexes, des substrats thermosensibles ou encore des couches OLED sur du verre. Ce laser haute précision à pulsation ultra courte permet la création de géométries exactes et promet une finition propre, nette et lisse. Flexibilité et précision sont les atouts de cette ProtoLaser R.

Jauch vient de rajouter à sa large gamme de produits batteries, des piles lithium-dioxyde de manganèse type CR123 et CR2, avec une tension de 3.05V et des fortes capacités. Les avantages de ces batteries Jauch, outre leur forte densité énergétique, sont leur fiabilité sur le long terme et leurs caractéristiques de décharge stables. Ces piles peuvent être stockées et utilisées dans une gamme de température de -40 et +85°C et atteignent 1% d’auto décharge à température ambiante. Nos batteries sont bien sûr conformes aux différentes normes et certifications telles que l’ UL1642 ou l’UN38.3. Ces batteries haute performance permettent de couvrir des applications telles que des instruments de mesure portables, des solutions de sécurité et des produits de technologie médicale.

www.imc-france.com

www.inoveos.com

www.jauch.fr

STAND C22

STAND C40

STAND B31


44

QUOI DE NEUF SUR ENOVA TOULOUSE

MEMMERT

METRONELEC

Memmert présente la dernière génération de HCP

Robots pour le vernissage des cartes, pour la dispense de colles ou de résines

MICROTEST

L’aligneur de masque UV KUB 3

KLOE- Fabricant Français - représenté par MICROTEST

Toutes les enceintes hygrométriques HCP de Memmert disposent désormais en version standard de l’équipement de confort TwinDISPLAY. Un modèle de paillasse compact de 56 litres vient compléter la gamme d’enceintes hygrométriques. Nouvelle enceinte hygrométrique spécialement conçue pour les essais 85/85. Cette enceinte climatique haut de gamme est une alternative économique aux appareils avec refroidissement actif, en particulier dans le cas d’applications au-dessus de la température ambiante comme les essais accélérés de durée de vie et les essais 85/85. L’enceinte hygrométrique HCP de Memmert dispose d’une régulation hygrométrique active. Elle assure une homogénéité idéale de l’humidité et de la température ainsi qu’un temps de récupération court après l’ouverture de la porte. En association avec le chauffage du caisson intérieur par les six côtés, dont la porte vitrée intérieure chauffée, elle minimise l’évaporation à l’intérieur.

Principales Caractéristiques : • Applications moyennes et grandes séries • Chargement manuel ou avec convoyeur en ligne • Interface de programmation PathMaster® • Mouvements 3 ou 4 axes (rotation et tilt de la valve) • Large variétés de valves : Spray, dispense, jetting, Auger Spécifications : • Répétabilité = +/- 25 µm • Résolution = 5 µm • Surface de travail = 537x485x100 • Charge maximum = 11.4kg • Vitesse de déplacement X/Y : 700mm/sec • Faible encombrement Dimensions = 847x1137x1606mm

L’UV-KUB 3 est un aligneur de masque équipé de la technologie UV-LED. Cet équipement compact est particulièrement adapté aux laboratoires pour des applications micro fluidiques, microélectroniques, optiques etc. Il permet de réaliser des étapes de photolithographie (multi-niveaux) sur des wafers jusqu’à 4″et sur une surface de travail jusqu’à 100 x 100 mm² en soft ou hard contact avec une résolution inférieure à 2 microns. Il est compatible avec toutes les résines photosensibles et est doté d’une résolution d’alignement de masque inférieure à 3 microns. L’insolation est monochromatique à 365 ou 405 nm avec des UVs froids limitant les effets thermiques (variation de température dans la chambre inférieure à 1°C) de manière pulsée ou continue. Le chargement ou le déchargement du wafer ou substrat s’effectue par un système automatique. La chambre d’exposition UV est parfaitement hermétique et un PAD permet de piloter un système de d’alignement assisté par vidéo pour le déplacement XYZ du substrat.

www.memmert.com

www.metronelec.com

www. microtest-semi.com

STAND E25

STAND D16

STAND B29

ODU FRANCE

PCB PIEZOTRONICS

PREDICTIVE IMAGE

ODU-MAC Blue, une nouvelle classe de performance

Les nouveautés 2018 de PCB Piezotronics

Réservez votre formation !

Nouveautés produits • Derniers nés de la gamme d’accéléromètres ICP triaxes, la série 339 permet des mesures extrêmement précises en environnement haute température grâce à une très faible dérive • Dernière-née de la famille de capteurs de pression, la sonde de pression 137B25 est dotée de deux éléments sensibles, et permet une information de mesure complète en un seul capteur • La série 352 s’enrichit des capteurs A91 et A92, accéléromètres miniatures haut niveau

OBJECTIFS : Applications en laboratoire sur microscope acoustique à balayage ; Connaître les fondamentaux théoriques des inspections ultrasons à hautes et très hautes fréquences.

L’ODU-MAC Blue-Line offre un système de connexion manuelle efficace et hybride avec un cadre solide et une grande variété de boîtier métalliques et plastiques. Le verrouillage par spindle, largement éprouvé, dans un nouveau capot plastique est un nouvel atout de vente. Les clips de modules garantissent un assemblage facile et sans outillage sur site. Un montage et démontage aisé des contacts à sertir – même déjà sertis – sont d’autres caractéristiques remarquables de l’ODU-MAC Blue Line. Les codages mécaniques et visuels rendent très simple et fiable l’insertion dans les modules. Avec sa variété de modules de transmission, ce système économique de connecteur est une opportunité pour un large champ d’applications, tels que l’ingénierie mécanique, les mesures et tests ou encore les technologies médicales. www.odu.fr

STAND D32

PUBLIC CONCERNE : Ingénieurs R&D, Responsables Qualité, Ingénieurs Tests et Essais, Techniciens de laboratoire...

Nouveau : le portail client • Nos clients peuvent désormais demander leur devis en ligne à travers notre nouveau portail client. En quelques clics, ils obtiennent ainsi tarif et disponibilité de nos produits ! • Ils peuvent également modifier et suivre leurs devis en cours, passer commande, et consulter leurs historiques de commandes pour se ré approvisionner en toute facilité !

Predictive Image : spécialiste des contrôles non destructifs, utilisateur quotidien des microscopes acoustiques et tomographes à rayons X. Parmi les méthodes d’inspection, la microscopie acoustique est un moyen permettant l’acquisition et l’exploitation d’images des structures internes d’assemblages complexes. Faites appel aux connaissances de nos experts pour votre formation. Organisme n° 82 38 05697 38 référencé DATADOCK. Formations finançables par les OPCAs.

www.pcbpiezotronics.fr

www.predictiveimage.fr

STAND E14

STAND D5BIS


QUOI DE NEUF

SUR ENOVA TOULOUSE

45

R&D VISION

REVOLUPLAST

SAFE PCB

Digital Video Recorder (DVR)

Design, Conception et Fabrication de pièces et boitiers plastique

Safe-PCB.com 3 nouveaux services en ligne

Fort d’un savoir-faire de plus de 15 ans, R&D Vision a conçu plusieurs systèmes clé en main d’acquisition et traitement d’images : caméra, station d’acquisition, logiciel et accessoires (optique, éclairage, pied photo,…). L’ensemble des solutions proposées couvre les principaux besoins d’imagerie en résolution (jusqu’à 50 MPixels), cadence (jusqu’à 25 000 i/s en pleine résolution) et en sensibilité (de l’UV à l’IR). Construits autour de stations d’acquisition « direct to disk » (jusqu’à 2.5Go/s) et d’HIRIS, plateforme d’acquisition et de relecture de séquences d’images de R&D Vision, tous les systèmes sont modulaires et évolutifs (multi-caméras, acquisition de signaux, électronique de synchronisation,…). Applications : Microfluidique, fluorescence, vidéo rapide, microscopie, PIV, tracking, analyse dimensionnelle, reconstruction 3D, thermographie…

Notre expérience et notre connaissance des différents matériaux thermoplastiques nous permet de concevoir et fabriquer, sur mesure et sans moule, une grande variété de pièces plastique, de la dizaine à plusieurs milliers d’unités par lancement. Nouveau ! Dès que l’esthétique prend une part importante dans le projet d’un client, nous sommes capables de proposer une offre incluant le design d’une pièce, adapté à notre process de fabrication : REVO’Design. En multipliant les compétences en interne, Revoluplast accompagne ainsi ses clients du début de leur projet jusqu’à la fabrication en série et s’impose comme l’un des leaders français de la conception et fabrication d’habillages en tôlerie et usinage sur plastique.

3 nouveautés majeures pour accompagner les utilisateurs professionnels de circuits imprimés : 1 - Nouveau rapport de contrôle qualité. Plus de 50 points de contrôle détaillés et consignés sur chaque dossier de fabrication. 2 - Coupe métallographique avec images digitales pour tous les PCB multicouches sans surcoût. Mesure des épaisseurs de cuivre, isolants, métallisation des vias et rapport détaillé en conformité avec IPC-A-600. Toute mesure hors tolérance fais l'objet d'une information client et demande de dérogation ou re-fabrication. 3 - Chiffrage online des commandes en volume fabriqués par nos partenaires. Comparaison en ligne des services Safe (fabrication sur notre site) et services sourcing (fabrication confiée à nos partenaires).

www.rd-vision.com

www.revoluplast.fr

www.safe-pcb.com

STAND D31

STAND D1

STAND C20

SDEP ACE

STIP

STP GROUP

Siège esd ergo - nouveauté

Osez l’impression numérique de qualité sur vos produits

AOI modulaire, 4 application pour 1 système

Le siège ERGO assure un confort d’assise parfait grâce à son siège profilé mousse haute résilience. Il dissipe les charges électrostatiques des personnes en toute sécurité lorsqu’il est utilisé sur des sols ou tapis conducteurs. Réglages : hauteur d’assise ; profondeur ; angle Assise et dossier dynamiques, réglables individuellement. Piètement chrome à 5 appuis sur roulettes conductrices pivotantes. Couverture : Tissu noir conducteur – Cuir synthétique noir – SUPERTEC gris Arrière du dossier en polypropylène noir conducteur et logo ESD Dossier en tissu noir conducteur et logo ESD Roulettes conductrices autobloquantes ou patins selon la version. Existe en 2 versions : - Version standard : hauteur d’assise réglable 430 – 600 mm (roulettes) – Réf. 1700.ERG.* - Version Haute : hauteur d’assise réglable 570-850 mm (Reposepieds & patins) – Réf. 1710.ERG.* - Accoudoirs dissipateurs en option – Réf. 1700.XS.KSP

L’impression numérique directe sur aluminium anodise ou non, permet d’éliminer la phase de sérigraphie et d’intégrer des couleurs, de la quadri et du tramé dégradé pour un prix compétitif avec un attrait visuel différent et permettant de se démarquer de la concurrence. L’impression numérique directe sur le verre, traité ou non, permet d’envisager de nouveaux marchés de face haut de gamme pour des produits particuliers et possède les mêmes avantages que sur l’aluminium anodisé. Sortie limande au pas de 0.5 mm avec de l’impression sérigraphique (argent + carbone) sur les claviers souples permet de réduire l’espace connectique sur les pcb tout en gardant une bonne résistance ohmique.

Découvrez l’IS-C 2 : l’AOI modulaire développé, fabriqué et distribué par STPGROUP. Pourquoi « modulaire » ? Car avec un même équipement vous bénéficierez d’applications différentes : - Contrôle vision automatique en ligne ou hors ligne des cartes en finition (Visserie, ajout de fils, colle, très petits composants ou éléments mécanique intrus…) - Contrôle vision automatique en ligne ou hors ligne avant et / ou après vague - Contrôle vision automatique en ligne ou hors ligne des cartes vernis - Contrôle vision automatique en ligne ou hors ligne Cms avant four Ce que vous apporte l’IS-C-2 : • Assurez vos contrôles finaux et augmentez votre couverture de test ! • Gain de temps : système le plus rapide et précis de notre gamme • Une aoi pour des environnements d’assemblage manuelle et contrôle aujourd’hui visuel • Contrôler votre production d’insertion par une aoi dédiée

www.sdep.fr

www.stip-fr.com

www.stp-emcgroup.com

STAND C24

STAND D29

STAND D30


46

QUOI DE NEUF SUR ENOVA TOULOUSE

SUSUMU

TE CONNECTIVITY

Innovateur en Thin film

Capteurs de pression pour environnements dangereux

Dood : imprimante 3D made in France

Quoi de neuf chez SUSUMU : Dans le cadre de son développement en France et en Europe, le fabricant Japonais a mis en place une équipe pour notre territoire. L’équipe a recruté un Field Application Engineer (Mr Frédéric BELCHI) et un Responsable Commercial (Mr Moustapha BOUSSAHABA) pour le marché Français. De plus le fabricant Nippon, est autorisé à monter ses composants sur des applications Militaires, Défenses et Avioniques.

La division Sensor Solutions de TE CONNECTIVITY propose une nouvelle gamme de capteurs spécialement conçus pour les environnements à risque, comme les environnements nucléaire et pétrolier. Avec un design simple mais robuste, le capteur de pression antidéflagrant AST 4600 est notamment qualifié pour les applications en atmosphère explosive ou inflammable. • Pression : 0 – 1 à 20000 psi • Température : - 40 à 85°C • ATEX-/-IECEx Flame Proof Class I, Zone 1, Ex d IIC T5 Gb (Ta = -40°C à 85°C) • Sortie : 4-20mA • Précision : < ±0.25% BFSL |< ±00.5% à partir 7.500 jusqu’à 20.000 PSI IP-66 Ce capteur s’ajoute à notre large gamme des capteurs de force, couple, pression, vibration, accélération, position, température, inclinaison, humidité et propriété des fluides. Spécialement conçus pour répondre aux marchés de grandes séries comme au secteur Test & Mesure.

L'imprimante 3D DOM PRO V2 de DOOD (Digital Object On Demand) est une évolution de la DOMPPRO intégrant désormais une nouvelle tête d'extrusion, très performante à double engrenage. Cette imprimante 3D est équipée d'un plateau chauffant pour l'impression de filaments PLA et ABS mais également tous types de matériaux techniques à base de Polyamide, PU, chargés (Cuivre, Bronze par ex.)… La Dood Dom Pro V2 est une imprimante 3D française qui se distingue des autres modèles de sa catégorie par sa robustesse (châssis métal monobloc) et la sobriété de son design. Grâce à son châssis breveté, les axes de déplacement X et Y sont particulièrement rigides, rendant les impressions nettes et précises. L'imprimante 3D Dom Pro est évolutive et peut être contrôlée par le logiciel Open Source de votre choix : Cura, Repetier...

www.susumu.de

www.te.com/sensors

www.technologieservices.fr

Susumu est un fabricant japonais, spécialiste de la technologie couches minces pour la fabrication de résistances de hautes précisions et de stables dans le temps et en température.

STAND B15

STAND C37

TECHNOLOGIE SERVICES/PROSHOP 3D

STAND B25

TECHWAY

VP ELECTRONIQUE

W-TECH

DragonEYE - Carte processeur Vision

Alimentations 1500W & 3000W. Charge de batteries | de 12Vdc à 400Vdc

Machine de cerclage automatique chez W-Tech

Conçue pour les applications multi-caméras, DragonEYE associe acquisition et traitement d’images dans une seule et même carte. Les applications de vision industrielle traitent un nombre toujours plus important d’informations qui ne doit pas être limité par les capacités de traitement des ordinateurs. Pour surpasser cette limite de bande passante, TechwaY a développé une gamme de cartes d’acquisition multi-caméras équipées d’un processeur unique en son genre. En effet, la série DragonEYE, grâce à son Vision Engine (Techno. FPGA), permet de décharger les ordinateurs en offrant la possibilité d’intégrer directement le prétraitement. Cette technologie performante et complexe est proposée sous un format « prêt à utiliser » accessible à tous les développeurs de vision. Elle leur permet de se concentrer sur leurs applications en repoussant les limites de leurs équipements.

• Modèles 1500W & 3000W • Tensions disponibles : 12V / 15V / 24V / 30V / 36V / 48V / 60V / 150V / 200V / 250V / 400V • Large plage d'entrée (90-264Vac) • Tension/courant programmables 0%-105% • Liaison RS-232, RS-485 I²C • Fonctionnement à U/I constants • Remote On/Off, signal power OK • Tension de stand-by 5V/0.5A, 9V/0.3A

W-Tech renforce ses solutions de packaging avec une machine de cerclage semi-automatique. Cette table à cercler offre à vos produits un cerclage simple et solide, sans limite de taille. Ses quatre roues, avec freins, et son format compact lui permettent de prendre place dans vos ateliers aisément. De fonctionnement intuitif, la machine de cerclage embarque un panneau de contrôle afin d’ajuster la température de scellage, la force de tension ainsi que la distance d’avance de feuillard pour faciliter les longues séries. La machine à cercler peut être, entre autre, utilisée pour le maintien des plateaux JEDEC, afin de bien maintenir dans leurs alvéoles les composants lors de leurs transports. Pour compléter cette utilisation, W-Tech propose également du cerclage ESD, largeur 12 mm, Étuvable à 150°C.

www.techway.fr

www.vpelec.com

www.w-tech.fr

STAND C27

STAND D19

STAND C12


QUOI DE NEUF

SUR ENOVA TOULOUSE

HITALTEC

Eyebox

L’année 2018 débute avec le lancement du nouveau boîtier Eyebox, adapté pour toutes les applications domotiques et industrielles, de la régulation au contrôle d’accès, et bien d’autres. Grâce à sa tête pivotante permettant une rotation de 360° et une validation des choix par une simple pression de la main, l’Eyebox a une longueur d’avance par rapport aux versions précédentes. Comme pour toutes les autres gammes de produits Hitaltech, nous vous offrons un large panel de personnalisations ainsi que différentes dimensions : Ø60mm, Ø110mm et Ø160mm.

www.hitaltech.com

STAND C14

Salon de l’innovation en électronique, mesure, vision et optique

PARIS

Paris expo Porte de Versailles

23 -24

OCTOBRE 2018

PRENEZ DE L’AVANCE SUR LE FUTUR Votre badge gratuit sur www.enova-event.com

47


Enova mag n°20  

Le magazine de l'innovation pour la recherche et l'industrie

Enova mag n°20  

Le magazine de l'innovation pour la recherche et l'industrie

Advertisement