Issuu on Google+

              Série  sò  corsu     “une  île  sauvage,  une  île  de  granit  “  *     “Sò  Corsu”  signifie  “je  suis  Corse”.  Une  intimité    me  lie  à  l’île  depuis  1997  et  plus  particulièrement  avec  le  village  d’Ota.   Le  village  est  situé  à  300  m  d'altitude  et  à  5  km  au  dessus  du  Golfe  de  Porto.   La  Corse  est  un  paradoxe  inextricable,  inexplicable  de  part  une  histoire  complexe  et  d’autre  part  un  isolement  géographique.   «  L’île  de  beauté  »  présente  des  paysages  surréalistes,  tant  l’intensité  émanant  de  ses  territoires  est  extraordinaire.     Mon  questionnement  est  celui  de  l’identité  et  l'emprise  d'un  environnement  sur  la  personnalité  de  ses  habitants.             valérie  pinard         *  Catherine  Scapula  «  Stabat  Mater  Dolorosa  »  


Ouverture  de  la  chasse  un  15  août  au  dessus  du  village  d’Ota.    

 


1.  Antoine,  agent  communal  photographié  au  centre  du  village.  2.  Xavier,  le  berger,  un  soir  d’octobre  lors  du  retour  de              ses  chèvres  à  la  bergerie.  3.  L’arbre  qui  court.  Olivier  au  bord  d’un  chemin  descendant  à  la  rivière,  en  dessous  du  village.            4.  Une  des  montagnes  entourant  le  village.  5.  La  barque,  sous  la  forêt  d’eucalyptus,  face  à  la  mer.  La  mer  n’est  qu’à  5  km.  


1.  Maison  abandonnée.  1999.     2.  Au  début  des  années  2000,  Joëlle  rénove  la  maison  familiale  et  propose  2  chambres  d’hôtes.   Un  entretien  sonore  a  été  réalisé.  


1.  Un  paysage  de  montagne  face  à  Ota.  Vision  immuable  symbolisée  par  le  noir  et  blanc.  (utilisation  du  Holga)        2  &  3.  Paysages  sur  la  route  descendant  aux  rivières.  4.  Blanche  photographiée  chez  elle.  


Le  projet  débuta  l’été  2012  où  j’ai  commencé  la  réalisation  de  portraits  posés  d’habitants  devant  un  fond  noir.  J’avais  installé  le  studio  à         la  maison  où  j’invitais  les  voisins  à  venir  poser.  Je  me  suis  déplacée  à  domicile,  dans  les  bars  ainsi  qu’à  la  fête  du  village.  Un  face  à  face   “comme“  pour  re-­‐faire  connaissance  le  temps  d’un  échange,  d’un  regard  ou  pas.        


Acte  III   Novembre  2016       Intimité  insulaire  particulière  :     la  maison        

          Aujourd’hui  le  projet  prend,  en  parallèle  à  la  production  passée  et  en  devenir,  une  direction  plus  intimiste.       Par  l’acte  III,  au  sein  du  projet  Sò  Corsu,  je  parle  du  pourquoi  de  ma  présence  ou  plutôt  de  notre  présence  (ma  fille  et  moi)  au  village  :  la   maison.  La  maison  des  arrière-­‐grands-­‐parents,  transmise  à  ma  fille  en  2009  est  la  raison  de  nos  séjours.     Un  retour  sur  notre  retour.  La  maison  est  le  déclencheur  de  nos  séjours,  le  tremplin  de  cette  série.       A  partir  des  archives  de  photographies  familiales  prises  dans  ou  autour  de  la  maison,  je  remonte  le  temps.  Ce  temps  où  la  famille  est   réunie  et  bien  vivante.  Que  nous  disent  les  photos  de  familles  ?  Je  crée  des  faces  à  faces,  des  ponts  entre  hier  et  aujourd’hui.       Sur  un  air  d’album  de  famille  entre  ressemblances  et  discordances,  je  questionne  la  filiation,    l’identité  de  la  famille,  le  deuil,  le  temps  qui   passe  et  la  mémoire.   J’entame,  comme  un  essai,  une  introspection  préventive  aux  désordres  internes  dû  au  poids  de  l’héritage.      


1.  Levé  d’un  soleil  automnal  sur  le  village.  Vue  de  la  terrasse  de  la  maison.  (côté  gauche).  2.  Au  village,  ma  fille  et  son  arrière  grand-­‐oncle   Antoine-­‐François,  94  ans.  octobre  2016.  3.  Famille  sur  la  terrasse.  Non  datée  mais  situé  fin  des  années  70.  La  femme  aux  bras  croisés,   Xavière,  décédée  en  1991  est  la  grand-­‐mère  paternelle  de  ma  fille.  Le  petit  garçon,  Christophe,  décédé  en  2003  est  le  père  de  ma  fille.  Les   arrières  grands-­‐parents  Françoise  et  Jean-­‐Dominique  décédés  respectivement  en  2006  et  2009.  Crédit  photo  :  Georges,  grand-­‐père   paternel,  décédé  en  2011.  4.  Ma  fille,  sur  la  terrasse.  Octobre  2016.    

 


Série sò corsu