Issuu on Google+

v

ivre à

le magazine

janvier 2011



Sainte-Geneviève-des-Bois



Brétigny-sur-Orge



Saint-Michel-sur-Orge



Morsang-sur-Orge



Fleury-Mérogis



Villemoisson-sur-Orge



Le Plessis-Pâté



Leuville-sur-Orge



Villiers-sur-Orge

de la Communauté d’agglomération du Val d’Orge

n°47

Spécial 10 ans! 10 ans d’actions au service des Valdorgiens Une ambition intacte pour demain


v

ivre à

le magazine

Merci! décembre 2010

Merci à tous les élus communautaires impliqués depuis 2001 dans les décisions de l’Agglomération !

n°47

Ils ont siégé, ou siègent encore, en tant que conseillers communautaires :

L’édito du président

3

une agglo, pour quoi faire ?

4

de 2001 à 2010, rétrospective

6

2001 ...................................................

6

2002 ...................................................

8

2003 ...................................................

10

2004 ...................................................

12

2005 ...................................................

14

2006 ...................................................

16

2007 ...................................................

18

2008 ...................................................

20

2009 ...................................................

22

2010 ...................................................

24

questions aux neuf maires

26

Et demain… Les projets de l’Agglo

30

“Vivre à l’Agglo” magazine bimestriel d’information de la Communauté d’agglomération du Val d’Orge La Maréchaussée - 1, place Saint-Exupéry 91704 Sainte-Geneviève-des-Bois cedex Tél. : 01 69 72 18 00 - fax : 01 69 72 18 01 communication@agglo-valdorge.fr www.agglo-valdorge.fr Directeur de la publication : Olivier Léonhardt Rédaction : Amir Ben Merzoug, Céline Gronon, Souphaphone Paone, Lorène Roy Maquette : Laura Bachelier Photos : service Communication Impression : Imprimerie Vincent - imprimé sur du papier fabriqué en France, 100 % recyclé et blanchi sans chlore

2

Vous n’avez pas reçu votre journal ? Contactez Espace impression 33, rue Mirabeau - 94200 Ivry-sur-Seine lediffuseur@wanadoo.fr Tél. : 01 46 70 12 21

Ahmed Abbaoui, Antonio Abrantes Baptista, Abdellatif Allam, Kheira Aouad, Patrick Bardon, Boualem Benaoua,ChristianBertola,AlainBodenant, Claude Boissières, Daniel Bouchon, Gisèle Bouyrelou,Eric Braive,Jean-Claude Brugier, Philippe Camo, Marie-Christine Carvalho, Guy Castel, Jean-Louis Castera, Pierre Champion, François Cholley, Eliane Clément, Eliane Colin, Hervé Corzani, Gilles Dao, Bernard Decaux, Joseph Delpic,Pascal Denis,David Derrouet, Marc Desjours, Jacqueline Diard, Francis Diener, Boury Diouf, Alain Donjon, Josette Dreifous, Jean-Pierre Duperron, Jean-Loup Englander, Gaston Ernoult, Daniel Esprin, Anne-Marie Fauve, Maud Fougerouze, René Fourmann, Georges Fournier,Charles Fréalle,Jocelyne Garric, Laurence Gaudin, Dominique Gendre,Nicole Geys,Jean-Michel Gognet, Georges Gourgues, Patrick Grand, Michel Groulez, Steevy Gustave, Yskandar Hamam, Dominique Hollard, Michel Humbert, Michelle Izquierdo, Jocelyne Jouannet,Anne-Marie Jouvelot,Gérard Kratochvil, Sylvianne L’Hermitte, Alain Landre, Jean-Patrick Le Duc, Jean-Marc Leclercq, Olivier Léonhardt, Thérèse Leroux-Lamare, Laurence Lespinard, Jean-Pierre Lhospital, Celso Libanio Coutinho, Jean Lopez, Frédi Meignan, Dominique Mellet,Frédérique Menini, Jean Mine, Jean-Bernard Montalescot, Brahim Ouarem, Gilbert Paris, Michel Parrot, Brigitte Pastor, Didier Perruffel, Elisabeth Petit, Éric Pichereau, Michel Poinse, Jean-Michel Polet, Michel Pouzol, Claude Prévidi, Etienne Quinchez, Gérard Quittard, Marjolaine Rauze,Bernard Redon,Laurent Repaire, Guy Restoux, Serge Richard, Sophie Rigault, Philippe Roger,Claude Rolland, Gilles Saucier, Nasséra Si Ali, Joseph Simons, Jean-Pierre Souyri, Arnold Stassinet,Dominique Szczepanek, Sylvain Tanguy, Pascal Thiel, Danielle Vadrot,MurielVayssade,Evelyne Verdière, Dominique Vincent, Abdel Yassine, Mohamed Zaoui, Bernard Zunino, Hervé Zwirn.


L’Edito duPrésident 10 ans ! 10 ans déjà que notre Communauté d’agglomération réunissant aujourd’hui neuf communes du Val d’Orge s’est constituée. 10 ans durant lesquels les élus des communes membres de notre Agglo se sont saisis de cette nouvelle opportunité à leur disposition pour offrir des services de qualité et de nouveaux équipements à leurs habitants. Je ne vous dresserai pas ici la liste de l’ensemble des nombreux domaines d’action de notre Agglo ; c’est notamment l’objectif de ce numéro spécial qui vous donne la parole et met en valeur ce territoire que nous aimons. En revanche, il me semble essentiel d’insister sur les valeurs qui ont guidé notre action au quotidien pour donner une cohérence au territoire du Val d’Orge et un sens au mot « Valdorgien ». Des valeurs qui ont porté leurs fruits et qui continueront j’en suis certain à guider notre action encore longtemps. Tout d’abord le respect entre les différentes identités communales qui nous a permis de fonctionner de manière exemplaire, d’avancer main dans la main, au-delà des diverses sensibilités, pour satisfaire l’intérêt général. L’Agglo est et restera un outil au service des villes. La solidarité entre les petites et les grandes communes ensuite, dont l’Agglo est parvenue à faire la démonstration en offrant notamment des équipements de qualité dans des villes qui en étaient dépourvues, faute de moyens. L’efficacité enfin, à chaque fois que les communes membres ont mutualisé leurs actions pour améliorer les services aux habitants et confié de nouvelles responsabilités au Val d’Orge. Il s’agira d’en faire la preuve une nouvelle fois dans les mois à venir suite au transfert récent des médiathèques et des voiries. Je tiens enfin à remercier l’ensemble de mes collègues élus communautaires, d’hier et d’aujourd’hui, à saluer leur esprit constructif, leur détermination au service de notre territoire et de ses habitants. Une réussite collective qui nous a permis de parcourir un long chemin en quelques années seulement. Val Vert Croix Blanche, requalification de la Base aérienne de Brétigny/Plessis-Pâté, bataille pour l’amélioration des conditions de transport, pour l’emploi, pour les services de proximité… Un travail important reste à mener mais je peux vous garantir que notre ambition reste intacte pour demain !

Olivier Léonhardt, Président de la Communauté d’agglomération du Val d’Orge

3


Agglo

Une pour quoi faire ? Il y a 10 ans, les Valdorgiens ont découvert l'Agglo. Peu à peu, le Val d'Orge est devenu une partie de leur quotidien. Mais que se cache-t-il exactement derrière une communauté d'agglomération ? A quoi cela sert-il ? Dans quel but ? Voici quelques rappels et un saut dans ces dix dernières années...

Les compétences transférées par les neuf villes du Val d'Orge et gérées par l’Agglomération :

4

• Développement économique • Aménagement de l’espace communautaire • Scot, Urbanisme, Agenda 21, Transports • Programme local de l’habitat • Politique de la ville • Aménagement de la vallée de l’Orge • Création et gestion des aires de nomades • Aménagement et entretien des espaces boisés • Éclairages publics et feux tricolores • Mise en réseau de la lecture publique et gestion des médiathèques • Assainissement et eaux pluviales • Eau potable • Gestion des poteaux incendie • Protection et mise en valeur de l’environnement et du cadre de vie (lutte contre la pollution de l’air, lutte contre les nuisances sonores et élimination et valorisation des déchets) • Construction, aménagement, entretien et gestion d’équipements culturels et sportifs d’intérêt communautaire • Gestion et entretien des voiries


2001-2011 S’unir pour être plus forts ensemble

A

u sein d'une communauté d'agglomération, les communes font le choix de créer une alliance afin de répondre mieux aux besoins des habitants du territoire. Le devenir du territoire se définit alors ensemble, avec des moyens humains et techniques mutualisés pour mettre en œuvre de grands projets de développement. Réunies en agglomération, les villes membres ont ainsi plus de poids et de moyens pour organiser et gérer financièrement des actions transversales du quotidien (transports, eau, assainissement...) et mener des projets d’envergure (Espace nautique, Val Vert Croix Blanche...), que les communes ne pourraient mener seules. • 1 er janvier 2001 :Sainte-Geneviève-des-Bois,Saint-Michel-sur-Orge, Morsang-sur-Orge, Fleury-Mérogis,Villemoisson-sur-Orge et Villiers-sur-Orge créent la Communauté d’agglomération du Val d’Orge. • 1 er janvier 2003 : Brétigny-sur-Orge et Le Plessis-Pâté rejoignent l’Agglo, complétant son périmètre de part et d’autre de la Francilienne. • 1er janvier 2004 :Leuville-sur-Orge intègre à son tour l’Agglo, en parfaite cohérence avec les habitudes des Leuvillois.

Faire jouer la solidarité entre petites et grandes communes

D

ans le Val d'Orge, la Communauté d’agglomération s’est engagée à jouer la carte de la solidarité entre les communes tout en respectant leur autonomie. La mise en commun de leurs moyens et la réalisation de projets à l’échelle de l’Agglomération contribuent à fournir aux Valdorgiens un meilleur service public de proximité.

Les neuf communes de l’Agglomération ont fait le choix de bâtir un projet commun, cohérent et solidaire, avec et au service de tous ceux qui font vivre le territoire au quotidien : habitants, associations, entreprises.

“Un territoire riche de sa diversité, entre ville et campagne

Des équipements, des projets, des services de proximité pour les Valdorgiens

L

a loi impose aux communautés d'agglomération l'exercice de certaines compétences : développement économique, aménagement de l'espace communautaire, équilibre social de l'habitat, politique de la ville, transport urbain. D'autres compétences sont quant à elles optionnelles et facultatives : création ou aménagement d'entretien de voirie, assainissement, eau potable, protection et mise en valeur de l'environnement, action sociale d'intérêt communautaire, équipements culturels et sportifs.

9 communes 130 000 habitants 54 km2 5


Premier Conseil communautaire de 2001

6


2001 C

réation de l’Agglomération 1er janvier 2001 : les Valdorgiens des 6 villes fondatrices découvrent l’Agglomération du Val d’Orge. En effet, SainteGeneviève-des-Bois,Saint-Michel-sur-Orge,Morsang-surOrge,Fleury-Mérogis, Villemoisson-sur-Orge et Villiers-sur-Orge ont décidé de créer une intercommunalité. Les élus de toutes sensibilités politiques ont choisi de mettre en place cette structure d'un nouveau genre pour relever des défis ambitieux pour les Valdorgiens. Le territoire du Val d'Orge prend alors toute sa signification dans la solidarité entre les communes. Entre gestion du quotidien et création de grands projets, l'année 2001 est bien remplie dans la conception d'un projet commun...

Pierre Champion, Président fondateur de l’Agglomération Aujourd'hui vice-président en charge du développement économique, Pierre Champion a été à l'initiative de la création du Val d'Orge. De 2001 à 2008, il a présidé le Conseil communautaire autour de valeurs comme le débat et la décision collective. Comment est née l'Agglo ? En 1999,après le vote de la loi « Chevènement »,qui permettait aux communes de se regrouper en intercommunalités, il m'a semblé incontournable de prendre les devants et d'être décideur de notre avenir territorial.Les agglomérations étaient pour moi des structures d'avenir pour le service rendu aux habitants. J'ai donc été à la rencontre de nombreux maires de communes avoisinantes et, rapidement, un noyau dur de six villes s'est composé autour d'une réflexion basée sur la cohérence du futur territoire et autour d'une ambition : que l'agglomération apporte une valeur ajoutée à l'exercice de notre mission de service public. C'est ainsi que le Val d'Orge a été créé au 1er janvier 2001. Les élections municipales quatre mois plus tard ont vu les six maires fondateurs de l'Agglo réélus dans leur fonction : c'était pour nous une confirmation du soutien des habitants.

“Prendre les devants et être décideur de notre avenir territorial” Comment s'est passée la première année de l'Agglo ? Durant cette première année,nous avons travaillé à poser les bases d'un projet pour notre territoire,en apprenant à connaître nos villes respectives. J'étais convaincu que nous pouvions travailler ensemble, sans remettre en cause les identités de chaque ville. Assez vite, il nous a paru essentiel de définir nos atouts et nos faiblesses et nous avons établi un diagnostic de territoire qui a servi de base à l'élaboration du contrat d'agglomération. C'est parce que nous avons su analyser le Val d'Orge finement, au travers des plans locaux de l'habitat ou des déplacements, ou encore du schéma de cohérence territorial(Scot)quenotreAgglomérationaétérapidement reconnue. Les arrivées de Brétigny et du Plessis-Pâté en 2003 et de Leuville en 2004 ont permis de renforcer la force du Val d'Orge autour d'une population de 120 000 habitants à l'époque. Quel regard portez-vous sur l'Agglo, 10 ans plus tard ? Sans que chacun n'ait jamais renié ses idées politiques,les décisions se sont faites ces dix dernières années à la quasi-majorité. Je tiens d'ailleurs à rendre hommage aux élus,car ils ont toujours,dans leur rôle de conseiller communautaire,eu à cœur l'intérêt du Val d'Orge avant tout. L'intercommunalité, c'est aussi un échange : chaque commune a été prise en compte afin de toujours garder, qu'il s'agisse de création d'équipement ou de soutien financier, une cohésion.Nous en sommes donc là,avec une Agglomération pleine de sens, qui a su montrer sa cohérence, son dynamisme et qui continue de monter de grands projets pour son territoire. Après 10 ans de fonctionnement, on peut dire que le Val d'Orge est une réalité incontournable,qui fonctionne bien et qui a toute sa raison d'être, au service des habitants et au service des villes.

Pierre Champion Président fondateur de l’Agglomération

7


Agenda 21 Et aussi... Guide des entreprises

8

ZAC du Canal

SĂŠance du Conseil de dĂŠveloppement


2002 L

es bases de l'Agglomération ont été installées l'année précédente. Pour le Val d'Orge, 2002 est marquée par la création du Conseil de développement, véritable instance de participation de la société civile au service de l'intérêt général,avec120membres.Cetteannée-là,lepremier Plan Local de l'Habitat est dressé, permettant d'avoir une vision précise des logements sur le territoire et de développer une stratégieautourdel'habitat,notammentsocial.Anoterégalement, la parution du 1er guide des entreprises du Val d’Orge, qui permet aux Valdorgiens à la recherche d’un emploi et aux entrepreneurs en quête de contacts de connaître les sociétés du territoire selon leurs activités ou leur localisation dans les 10 parcs d'activités de l'Agglo.

BernardChappey,Président du Conseil de développement Bernard Chappey est vice-président de l’Université d’Evry Val d’Essonne qui est présente sur le territoire de l’Agglomération à travers l’IUT de Brétigny. A ce titre, il préside le Conseil de développement du Val d’Orge, instance de débat et de réflexion constituée des représentants de la société civile. Vous présidez le Conseil de développement depuis sa création en 2002. Pouvez-vous nous dire comment cette instance a évolué ? La création du Conseil de développement est née de la volonté de mettre en place une instance de débat digne de ce nom. Je tiens à saluer cette initiative du Val d’Orge qui donne une grande liberté de parole à la société civile.Toutes les conditions ont en effet été réunies pour qu’il y ait des échanges constructifs sur l’avenir du territoire. De nombreux avis ont été rendus entre 2002 et 2007. Nous devons aujourd’hui faire encore mieux, cela passe par des ajustements au niveau du fonctionnement de l’instance notamment dans la programmation des réunions. En effet, il est important de maintenir une continuité dans les discussions. Je pense qu’il serait également intéressant pour le Conseil de développement de pouvoir se saisir d’une plus grande diversité de sujets.

“Donner une grande liberté de parole à la société civile” Faire partie d’un conseil de développement demande un investissement personnel ; selon vous, qu’est-ce qui pousse les membres du conseil à participer à ces réunions ? Les sujets sur lesquels nous sommes interpellés sont tous très intéressants, ils donnent lieu à une réflexion et à des débats. Je pense qu’il s’agit là d’une démarche citoyenne qui consiste à enrichir la collectivité à travers une connaissance collective. Faire partie du Conseil de développement c’est aller plus loin dans la réflexion sur tous les thèmes qui touchent à notre vie en collectivité. Le Conseil de développement est composé d’élus, de représentants professionnels, des syndicats, d’institutions, d’associations. Pourquoi est-il important d’avoir un panel aussi large de représentants de la société civile ? Il faut maintenir cette diversité car cela permet d’avoir une pluralité de points de vue lors de nos échanges. C’est très important dans l’exercice de la démocratie. Nous sommes là pour donner un éclairage et une sensibilité différents sur les sujets qui nous sont proposés. Pour vous, c’est quoi le Val d’Orge ? Le Val d’Orge est un territoire ancien par opposition au phénomène des villes nouvelles. On y défend un certain bien-être, une certaine qualité de vie. C’est une richesse qui s’accompagne d’un défi, celui d’un dynamisme économique fort.

Bernard Chappey, Président du Conseil de développement

9


Et aussi... Plan de lecture publique

10

La Valdorgienne, Parc de Morsang-sur-Orge Equipe de collecte des dĂŠchets

Bacs de collecte


2003 D

eux nouvelles villes rejoignent l’Agglo : Brétignysur-Orge et le Plessis-Pâté choisissent en effet de faire partie du Val d'Orge, afin de bénéficier des avantages de l'intercommunalité dans une logique de territoire liée aux habitudes de vie de leurs habitants. La troisième année de l'Agglo est aussi celle qui voit la création du numéro vert pour le service aux usagers de la collecte des déchets, dans un réel souci d'amélioration du service aux habitants. Le Plan Local de développement de la lecture publique est adopté et côté sport, la première Valdorgienne est organisée, début d'une longue série d'événements fédérateurs. Enfin, après deux ans de travail assidu, le Val d’Orge signe son contrat d’Agglo avec l’Etat, la Région et le Département. Véritable document d'actions concrètes, ce contrat est la confirmation de l'implication des pouvoirs publics pour mettre en oeuvre les projets du territoire.

Elle participe à la Valdorgienne Madame Dominique Cadot, habitante de Villemoisson-surOrge, en est à sa 5e édition de la Valdorgienne, course relais organisée chaque année par l’Agglomération. Que représente la Valdorgienne pour vous ? Pour moi c’est une course ouverte à tous et sans prétention. C’est un rendez-vous sportif où chacun peut s’exprimer à sa façon dans la mesure où on peut la vivre comme une course, mais je pense que le challenge essentiel pour la plupart des participants est probablement tout autre : partager un moment où l’on se dépasse avec sa famille, ses amis, voire desinconnus.Cettecourse est aussi une occasion de rencontrer d’autres participants, et le fait d’être accompagnée de mon chien favorise les échanges.

“Partager un moment où l’on se dépasse avec sa famille et ses amis” Que pensez-vous de la formule de la course qui permet de traverser la vallée de l’Orge ? C’est très agréable de pouvoir profiter pleinement de cette belle vallée bucolique puisque ce jour-là le parcours est fermé à la circulation. Cela donne un petit air de campagne alors que nous sommes tout près de Paris. J'en profite pour remercier tous les bénévoles qui oeuvrent pour que tout se passe dans les meilleures conditions et notamment ceux qui arrêtent la circulation aux intersections pour sécuriser la course. Comptez-vous vous réinscrire cette année ? Si je suis disponible ce jour-là, je me réinscrirai comme les années précédentes sur le site de l’Agglo. En plus, l’inscription est gratuite et très facile en ligne. Comment aimeriez-vous voir évoluer cette course ? On pourrait ouvrir davantage la course au public scolaire par exemple ou encore varier le parcours pour découvrir d’autres coins du Val d’Orge. C’est à travers la Valdorgienne que j’ai découvert la commune du Plessis-Pâté qui est le point de départ de la course et qui a un charme fou. Pour vous, c’est quoi le Val d’Orge ? Le Val d’Orge c’est mutualiser des services, c’est plus économique et surtout plus écologique de fonctionner ensemble plutôt que chacun de son côté, tout le monde y gagne.

Dominique Cadot, et son chien Makalu, fidèles participants de la Valdorgienne

Avez-vous déjà remporté un prix ? Mon chien Makalu a remporté le prix du plus jeune participant, comme quoi cette course est vraiment ouverte à tous ! Sa coupe est toujours placée à côté de sa gamelle. 11


Et aussi... Travaux d’assainissement

12

Parc d’activités de Maison-Neuve Forum pour l’emploi

Les Chemins de lecture


2004 L

a 9e ville rejoint l’Agglo, Leuville-sur-Orge. Le Val d'Orge prend la forme qu'on lui connait aujourd'hui. L'organisation du 1er Forum pour l’emploi permet de créer un moment de rencontre entre les recruteurs et les candidats du territoire. Une initiative reconduite chaque année depuis, avec un succès grandissant, tant du côté des visiteurs que des entreprises présentes. En 2004 également, l’Agglo dresse son schéma directeur de l’assainissement, avec pour objectif de préserver la qualité du milieu naturel et notamment de protéger l’Orge. La même année, le schéma directeur des déchets est adopté, afin d'optimiser les collectes, de réduire les flux et de promouvoir le tri sélectif. Enfin, la culture sous des formes originales est à l'honneur, avec la 1 ère édition des Chemins de lecture, qui permet aux habitants des neuf villes de découvrir la lecture de manière ludique et festive.

Ils sont présents au Forum pour l’emploi Installée sur le parc d’activités de la Croix Blanche, Sanitra Services est une filiale de Suez Environnement spécialisée dans l’assainissement et la maintenance industrielle. Jean-Claude Pinçon, son Directeur délégué, a contribué à la création du premier Forum pour l’Emploi, en 2004.

“Le Forum pour l’emploi représente pour nous un temps fort en matière de recrutement” Avez-vous eu l’occasion de recruter via le Forum pour l’Emploi ? Oui, le forum représente pour nous un temps fort en matière de recrutement. Chaque année, nous embauchons entre 5 et 10 personnes grâce au Forum pour l’emploi. L’année dernière, nous avons reçu 120 CV et près de 10 % ont fait l’objet d’un recrutement. Depuis 1995, notre entreprise s’est énormément développée, passant de 40 personnes à près de 160 aujourd’hui. Beaucoup d’entre elles nous ont rejoint à l’occasion du Forum et certaines, recrutées lors des premières éditions, figurent désormais parmi nos responsables. Le Forum existe depuis 7 ans. Comment a-t-il évolué ? Il s’est peu à peu étoffé, avec l’arrivée de nouvelles entreprises. Le bouche-à-oreille fonctionne bien et le forum a su se forger une excellente réputation. Car, à la différence d’autres forums, celui du Val d’Orge est resté, depuis 2004, très régulier en termes de qualité. Qu’en sera-t-il de l’édition 2011 ? Nous espérons recruter, comme chaque année, des chauffeurs de poids lourds. Mais le forum sera aussi l’occasion de saisir des opportunités, si des CV nous paraissent intéressants et ce, quels que soient leurs domaines (secrétariat, comptabilité, etc.).

Qu’est-ce qui vous pousse à participer, chaque année, à ce grand rendez-vous pour l’emploi ? C’est pour moi le forum le plus performant et le mieux organisé d’Île-de-France. Il permet de mener des recrutements efficaces avec des personnes motivées,ce qui est particulièrement important dans notre secteur (le travail d’assainissement pouvant être difficile). Les visiteurs viennent de toute l’Essonne et bien au-delà, ce qui nous permet de recruter également pour nos autres agences, jusqu’en Seine-et-Marne. Leurs profils sont aussi très divers, ce qui correspond à nos besoins :nous recherchons des collaborateurs dans des domaines variés.

Jean-Claude Pinçon, Directeur délégué de Sanitra Services, au Forum pour l’emploi 13


Un bus du Val d’Orge arrivant à la gare de Brétigny Et aussi... Chantier du Trianon

14

Le Trianon, Maison de justice et du droit Piscine de Brétigny-sur-Orge


2005 C

onsciente des difficultés rencontrées quotidiennement par les usagers des transports en commun,l’Agglomération du Val d’Orge poursuit ses efforts pour obtenir une amélioration significative des conditions de déplacements auprès des différentes autorités organisatrices des transports. Après plusieurs années d'études, le Plan local de déplacements a été adopté par l’Agglomération afin de planifier des actions en partenariat avec les acteurs concernés. Une étude sur la requalification des parcs d’activités est lancée, afin d'optimiser les zones commerciales et logistiques qui accueillent de nombreuses entreprises. Des travaux de restructuration sont menés à la piscine Léo Lagrange à Brétigny-sur-Orge. Enfin, un chantier est lancé afin d'aménager le bâtiment du Trianon à Villemoisson-sur-Orge, pour préparer l’ouverture de la Maison de Justice et du Droit et créer la salle du Conseil communautaire.

Elle prend les transports au quotidien Arlette Bouchon, habitante de Morsang-sur-Orge, prend les transports en commun tous les jours pour se rendre sur son lieu de travail. Elle doit d’abord prendre un bus qui la dépose à la gare puis le RER C jusqu’à Paris. Que pensez-vous des transports en commun dans le Val d’Orge, notamment des bus et du RER C ? Je regrette qu’il n’y ait pas plus de bus aux heures de pointes. Le réseau est saturé, le matin les bus sont tellement chargés qu’on ne peut pas monter à bord. Par ailleurs, il y a de gros problèmes de régularité dans les horaires. En effet, les horaires théoriques ne sont pas respectés ce qui fait que nous ratons souvent nos correspondances avec le RER C. Le tracé des lignes n’est pas du tout optimisé. Par exemple, ma ligne de bus se divise en trois circuits, par conséquent, on ne sait jamais à quelle heure nous allons arriver à la gare. A cela s’ajoutent les suppressions récurrentes de train sur le RER C, et ce, sans que les usagers soient informés.

“Si ces grands projets de transports aboutissent, tout le réseau de la grande couronne sera laissé pour compte” Quelles améliorations souhaiteriez-vous voir ? Je pense qu’il est absolument indispensable de renforcer les lignes de bus. Il y a beaucoup de lycéens et d’étudiants qui vont dans les établissements aux alentours. De nouveaux logements sont en cours de construction près de chez moi. Il est donc nécessaire d’adapter le réseau de bus aux besoins des usagers. Il faudrait également que nous soyons informés des suppressions et des changements de parcours des bus. Régulièrement, nous attendons des bus qui ne passent pas. Avec mon comité de quartier, nous avons rédigé une pétition pour dénoncer ce problème. Enfin, il faudrait élargir les horaires le soir car en semaine le dernier bus est à 20h50 et le dimanche, aucun bus ne circule. L’Agglomération du Val d’Orge a rendu son avis sur le projet de Réseau de Transport Public du Grand Paris et le projet Arc express et se prononce contre un réseau de transport à deux vitesses avec d’un côté un réseau ultramoderne, et de l’autre, un réseau existant indirectement délaissé. Que pensez-vous de cette prise de position ? Je suis tout à fait de cet avis. Si ces grands projets de transports aboutissent en petite couronne, tout le réseau de la grande couronne sera laissé pour compte. Vu l’ampleur des travaux, cela risque de durer un certain temps et les budgets plus que conséquents seront investis dans ce nouveau réseau et rien ne sera fait sur le réseau existant.

Arlette Bouchon, usagère des transports en commun 15


Et aussi... Travaux de branchement plomb

16

Equipe de collecte des dĂŠchets Entretien Ă  la Maison de Justice et du Droit

Piscine de Saint-Michel-sur-Orge


2006 A

fin de protéger la santé humaine et de respecter les objectifs européens, l'Agglo lance en 2006 un programme ambitieux de travaux, pour supprimer plus de 12 000 branchements plomb. La Maison de Justice et du Droit ouvre ses portes, offrant aux Valdorgiens des permanences gratuites dans les différents domaines d'aide juridique. En matière de déchets, les habitants passent au bi-flux, qui optimise la collecte des emballages recyclables. Des travaux de restructuration sont menés à la piscine à Saint-Michel-sur-Orge. Enfin, l'Agenda 21 du Val d’Orge (21 engagements, 42 actions) est approuvé, véritable engagement de l'Agglo pour faire vivre concrètement le développement durable au quotidien.

“Le tri est devenu un automatisme pour moi mais il faut continuer d’informer” Pensez-vous que le tri des déchets est une pratique qui est bien entrée dans les habitudes ? Chez moi j’ai une poubelle pour les ordures ménagères, un bac pour les recyclables et un bio-seau pour les déchets qui vont dans le composteur. Le tri est devenu un automatisme pour moi et je pense que les gens trient de plus en plus. Il faut continuer d’informer et toujours être vigilant car il y a parfois des erreurs de tri. Pour vous, c’est quoi le Val d’Orge ? L’Agglomération permet de réaliser des choses importantes comme les travaux par exemple, c’est bien d’avoir plusieurs communes qui travaillent ensemble.

Il composte ses déchets Jesus Tejel est responsable des jardins familiaux à SainteGeneviève-des-Bois. Lui-même cultive ses propres légumes dans une des parcelles concédées par sa commune et dans lesquelles des composteurs ont été mis à disposition par l’Agglomération. Pourquoi pratiquez-vous le compostage ? Pour moi, la nature c’est très important. Je préfère manger les légumes de mon jardin qui poussent avec du bon compost plutôt que d’utiliser de l’engrais. En plus, c’est gratuit, alors pourquoi payer pour des choses que la nature nous offre. J’essaie de sensibiliser les personnes autour de moi à ces questions d’environnement mais cela prend du temps de changer les habitudes.

M. Vacares, jardinier et M.Tejel, responsable des jardins familiaux à Sainte-Geneviève-des-Bois

Que pensez-vous des services de gestion des déchets ménagers à l’Agglo ? Nous sommes très bien informés sur le tri et la pratique du compostage. Les services de l’Agglo ont organisé des réunions sur ces questions, il y avait beaucoup de participants, c’était très intéressant. 17


Et aussi... Mail de l’Europe

18

Chantier d’insertion Inauguration du pôle gare de Brétigny

Halle de skate


2007 L

e Schéma de cohérence territoriale (Scot) est approuvé par le Conseil Communautaire, pour mettre en cohérence l'ensemble des politiques d'urbanisme des villes. En 2007, la Halle de skate du Val d'Orge ouvre ses portes à Villiers-sur-Orge, pour l e p l u s gra n d b o n h e u r d e s a mat e u r s d e gliss e urbaine. L'Agenda 21, approuvé l'année précédente, est reconnu par le Ministère de l’écologie. Le contrat urbain de cohésion sociale (CUCS) est signé avec les partenaires : l’Agglo s’engage à aider à résoudre les inégalités sociales sur le territoire,en soutenant des actions conduites par le monde associatif au coeur de quartiers prioritaires, pour améliorer le cadre de vie et la situation individuelle des habitants.Après plusieurs mois de travaux,le nouveau pôle gare de Brétigny-sur-Orge est inauguré.Enfin,le mail (liaison douce) de l’Europe à Saint-Michel-sur-Orge est réalisé.

Ils sont impliqués dans la vie associative Véronique Gaudron est directrice de l’association « 2 roues pour l’emploi ». Créée en 1996, l’association est aujourd’hui implantée à Saint-Michel-sur-Orge, au sein de l’Hôtel d’entreprises.

“Les difficultésdemobilité ne doivent plus être un frein à l’embauche” En 2009, nous avons emménagé sur le Val d’Orge : le nombre de bénéficiaires issus de l’Agglo a considérablement augmenté, passant d’environ 20 bénéficiaires par an (chiffre quasi constant entre 2003 et 2007) à 47 personnes en 2009 et jusqu’à 80 usagers l’année dernière. Le public Valdorgien représente aujourd’hui 44 % de nos usagers et la moitié d’entre eux sont issus des quartiers « politique de la ville ». Quel bilan dressez-vous de vos actions ? L’activité augmente chaque année et la part des femmes, bien qu’encore faible, progresse doucement depuis l’arrivée des scooters.Mais il est difficile de dresser un bilan général car suivant les territoires et les publics, les résultats sont différents : lorsqu’ils sortent de notre dispositif, certains retrouvent effectivement une situation de chômage (fin de mission d’intérim par exemple) tandis que pour d’autres, le prêt de véhicule permet d’obtenir un CDI et de démarrer une nouvelle vie comme obtenir un logement, acheter leur propre véhicule, etc. Le bilan est alors extrêmement positif, pour eux comme pour nous. L’objectif est maintenant de se faire connaître auprès des entreprises pour que les employeurs aient le réflexe « 2 roues pour l’emploi » et nous contactent directement. Les difficultés de mobilité ne doivent plus être un frein à l’embauche.

Quelles sont vos missions ? « 2 roues pour l’emploi » s’adresse à tous les Essonniens en difficulté de mobilité pour trouver un emploi ou se rendre sur leur lieu de travail. Sollicitée par le biais de leurs référents emploi (PLIE, missions locales, Pôle emploi, etc.), notre association leur prête des 2 roues pour leur permettre d’accéder au marché du travail. Vous travaillez depuis de nombreuses années en partenariat avec l’Agglo. Qu’est-ce que cela a changé pour vous ? Le Val d’Orge est la première agglo avec laquelle nous ayons signé une convention, ce qui nous a permis de travailler différemment. En donnant une réponse homogène à l’échelle du territoire, notre action est devenue plus simple et plus lisible, pour nos partenaires comme pour nos usagers.

Daouda Konaté, mécanicien au sein de l’association “2 roues pour l’emploi” 19


Et aussi... Théâtre de l’Arlequin

20

L’Espace nautique du Val d’Orge Vallée de l’Orge

Bois de Saint-Eutrope


2008 L

e début d'année 2008 voit l'ouverture de l'Espace nautique du Val d'Orge, 4e équipement aquatique de l’Agglo. Il permettra à de nombreuses générations de jeunes Valdorgiens d’apprendre à nager et aux plus grands de savourer des moments sportifs et de détente. En 2006 également, le théâtre de l’Arlequin ouvre ses portes à Morsang-sur-Orge après plusieurs mois de travaux de rénovation. Il devient ainsi le troisième équipement culturel communautaire. L'Agglo inaugure aussi 13 parcours du patrimoine, qui proposent aux Valdorgiens de découvrir le territoire en apprenant des anecdotes sur divers points d'observation.

“La politique sportive et culturelle est vraiment riche et attractive” un équipement agréable avec beaucoup de luminosité. L’équipe est vraiment sympa, aussi bien le personnel d’accueil que les maîtresnageurs. Le seul inconvénient de l’Espace nautique, c’est qu’il y a parfois beaucoup de monde,mais c’est dû à sa popularité ! Pour vous, c’est quoi le Val d’Orge ? C’est une belle Agglo où il y a beaucoup d’activités à faire.La politique sportive et culturelle est vraiment riche et attractive. Christine Guyou, utilisatrice de l’Espace nautique

Ils utilisent l’espace nautique du Val d’Orge Christine Guyou travaille à Sainte-Geneviève-des-Bois et se rend presque tous les midis, lors de sa pause déjeuner, à l’Espace nautique pour une séance de natation, un moment où elle en profite pour se détendre et décompresser. Depuis quand pratiquez-vous la natation ? Cela fait environ neuf ans,j’ai commencé car je préparais un concours oùilyavaituneépreuvedenatationetdepuisj’aicontinué. Maintenant, je nage tous les jours sauf le jeudi où je fais du badminton. Pour quelles raisons fréquentez-vous l’Espace nautique du Val d’Orge ? Depuis son ouverture, je fréquente l’Espace nautique car il est vraiment pensé pour les nageurs. C’est plaisant de bénéficier d’un tel équipement à deux pas de mon travail.Je viens nager pour rester en forme mais surtout pour me détendre. Je passe 30 minutes dans l’eau et cela me permet de décompresser, d’ailleurs mes collègues me le disent, elles me trouvent plus détendue après ma séance de natation. Que pensez-vous de cet équipement ? J’en suis très satisfaite,il faudrait être difficile pour ne pas l’être.C’est

Loïc Faudemer, habitant de Villiers-sur-Orge, est un adepte de la natation. Il profite de ses jours de repos en semaine pour se rendre à l’Espace nautique. Que pensez-vous de l’Espace nautique ? C’est un bel équipement où l’accueil est agréable, j’en suis plutôt satisfait. Au niveau de la sécurité, les maîtres nageurs sont très vigilants, ils font très attention, même quand il y a beaucoup de monde, aux enfants non accompagnés. Bien entendu, on peut toujours trouver des points négatifs. Par exemple, je regrette que la vidange semestrielle ait lieu pendant les vacances de fin d’année. Disposez-vous d’un abonnement ? J’ai une carte 10 entrées pour l’accès aux bassins,c’est plus avantageux. En revanche, comme je fréquente occasionnellement l’espace forme, cela ne vaut pas vraiment le coup pour moi d’en prendre une. D’une manière générale, je trouve que les tarifs sont raisonnables et le fait de pouvoir bénéficier d’un tarif préférentiel en tant que résident de l’Agglo est appréciable. 21


Une représentation au théatre Brétigny Et aussi... Projet Val Vert Croix Blanche

22

Paris Métropole

Inaugurationdel’Hôteld’entreprises


2009 L

'Agglo inaugure son premier Hôtel d’entreprises au la zone TechniparcàSaint-Michel-sur-Orge,quirépondàlademande des entrepreneurs du territoire à la recherche de locaux adaptés à leur activité. Leparvisdel’Espace Jules Verne est inauguré, afin d'offrir aux visiteurs un parking plus pratique et un aménagement paysager plus agréable. L'Agglo adhère à l'association Paris Métropole, pour peser de tout son poids dans les grandes décisions qui seront prises à l’échelle régionale et promouvoir les projets de notre territoire. L'étude d'impact de Val Vert Croix Blanche est lancée et le projet entre dans une phase concrète de conception.

“J’emmène chaque année ma classe de maternelle assisteràunereprésentation qui leur est offerte” Comment suivez-vous la programmation du Théâtre ? Je reçois les plaquettes du théâtre que l’équipe m’envoie régulièrement et j’assiste aux présentations de saison. Ce sont des moments sympathiques qui me permettent d’avoir une idée de ce qui va se faire. Fréquentez-vous les autres équipements culturels de l’Agglomération ? Pas vraiment. Hormis le programme de l’Espace Marcel Carné à Saint-Michel que je reçois parfois, je suis peu au courant de la programmation dans les autres villes de l’Agglomération. Avec une meilleure information, je me rendrais volontiers dans les autres équipements du territoire.

Elle va voir des spectacles à l’Espace Jules Verne Charlotte de la Rivière-Bourdin, directrice d’une école à Brétignysur-Orge et habitante du Plessis-Pâté, se rend régulièrement au Théâtre Brétigny dans le cadre de son travail et à titre personnel. Que pensez-vous de la programmation culturelle du Théâtre Brétigny ? Cet équipement propose un programme de qualité, varié et riche. En ce qui me concerne, je m’intéresse particulièrement à la programmation jeune public dans le cadre de mon travail. En effet, j’emmène chaque année ma classe de maternelle assister à une représentation qui leur est offerte. A titre personnel, je participe aux ateliers et aux stages de danse.

Charlotte de la Rivière-Bourdin, Directrice d’école et spectatrice du Théatre Brétigny

Que recherchez-vous à travers cette programmation ? Ce que j’apprécie particulièrement c’est d’avoir la possibilité d’être en contact avec les artistes grâce aux rencontres qu’organise régulièrement le Théâtre Brétigny.

23


Et aussi...

Nouvel éclairage du quartier des Chaqueux à Fleury-Mérogis

Médiathèque de Leuville

24

Pont-rail de Brétigny


2010 L

Les travaux du pont-rail à Brétigny-sur-Orge débutent, pour la création d'un tunnel sous les voies ferrées à l'entrée du centre ville et répondre enfin aux problèmes de circulation subis par les habitants. Les médiathèques du territoire sont mises en réseau au travers du catalogue unique et du portail www.lireenvaldorge.fr.Lestravauxdu Plan lumière continuent, avec une opération de mise en lumière du quartier des Chaqueux à Fleury-Mérogis. La nouvelle médiathèque de Leuville-sur-Orge est inaugurée. L'Agenda 21 est à nouveau reconnu par le Ministère de l’écologie.

Ils vivent dans un quartier où l’éclairage a été rénové Annick Haleton habite le quartier des Chaqueux à FleuryMérogis, où de nouveaux éclairages ont été réalisés en 2010 dans le cadre du Plan lumière. De nouveaux éclairages ont récemment été installés dans votre rue dans le cadre du Plan lumière. Qu’en pensez-vous ? Cela fait trois ans que je vis à Fleury-Mérogis et je trouve que les nouveaux lampadaires éclairent beaucoup mieux que les anciennes « boules ». Nous avons presque l’impression d’être en plein jour. En plus, ils sont bien plus jolis et consomment moins d’énergie, du coup tout le monde fait des économies. Il manque néanmoins un lampadaire tout au bout de la rue pour éclairer tout le quartier. Les travaux d’installation des nouveaux lampadaires vous ontils gêné ? Pasdutout,jen’aimêmepasremarquéqu’ilyavaiteudestravaux dans ma rue.Un jour,je suis sortie et j’ai constaté le changement.

“Ce sont des choses simples mais qui font qu’on se sent plus en sécurité” Richard Gadegbeku habite quelques rues plus loin dans le même quartier des Chaqueux. Avec sa femme, Célia, ils ont également été surpris par la luminosité apportée par le nouvel éclairage public installé par l’Agglomération. Que pensez-vous des nouveaux éclairages ? Nous ne pouvons qu’apprécier l’amélioration sensible opérée depuis le changement des lampadaires.Ce sont des choses simples mais qui font qu’on se sent plus en sécurité. J’espère que cela va se généraliser à l’ensemble de la commune pour le confort de tous les habitants. Depuisquandattendiez-vousce typede travauxdansvotrequartier? J’avais constaté que toutes les communes aux alentours avaient changé d’éclairage. Par exemple, dans la rue Gabriel Péri qui mène àlagaredeSainte-Geneviève,cettelumièreblancheplusdouceétait quandmêmebienplusesthétiquequenosancienslampadairesqui dataient de la construction du quartier,c'est-à-dire des années 90. Pour vous,c’est quoi le Val d’Orge ? Le fait que plusieurs communes se rassemblent pour partager des coûts importants permet de réaliser bien plus de choses. Ce qui revenait très cher à chaque commune est pris en charge par l’Agglomération pour le bien de tous les habitants. Il faut que ces améliorations que nous connaissons depuis la création du Val d’Orge, je pense en particulier à la gestion des déchets ménagers, continuent et qu’il y ait encore d’autres rénovations qui vont dans le sens de l’intérêt général.

Annick Haleton

Richard et Célia Gadegbeku

Pour vous, c’est quoi le Val d’Orge ? C’est pouvoir vivre dans une petite commune où il y a un esprit de village tout en bénéficiant d’équipements de qualité. Fleury-Mérogis ne compte pas beaucoup d’habitants mais nous avons de nombreux services à proximité, au niveau du sport, de la culture mais aussi des transports. On essaie de faire au mieux pour chaque commune,ce qu’on ne pourrait pas faire seul. 25


Alors que l’Agglo se lance dans une nouvelle décennie d’actions au service du Val d’Orge et des Valdorgiens, Vivre à l’agglo donne la parole aux maires des neuf communes membres. Bien qu’ils n’aient pas tous participé à la création de la Communauté d’agglomération, cet anniversaire est une bonne occasion pour dresser le bilan de ces 10 années, se remémorer des souvenirs marquants et exprimer leurs attentes pour l’avenir.

26


Olivier LEONHARDT

Maire de Sainte-Geneviève-des-Bois En tant que maire de Sainte-Geneviève-des-Bois, je mesure chaque jour un peu plus l’importance de notre intercommunalité pour l’avenir du Val d’Orge dans son ensemble. Le travail au sein d’une agglo reste avant tout un travail collectif et solidaire entre l’ensemble des communes membres. La mise en place de services et la création de nouveaux équipements bénéficient d’ailleurs à l’ensemble des Valdorgiens et non aux seuls habitants des communes où ils sont installés. Par exemple, bon nombre de Génovéfains bénéficient de la Halle de Skate à Villiers-sur-Orge et c’est bien comme cela que

peut naître une véritable identité valdorgienne. Difficile par conséquent de ne retenir qu’un souvenir à l’occasion de ces 10 ans.J’éprouve autant de satisfaction à voir se mettre en place des services comme le Biblio’p@ss qui améliorent la vie des Valdorgiens,qu’à aider à créer des emplois en dynamisant les zones d’activités commerciales et industrielles de notre Agglomération. Je souhaite simplement que notre action se poursuive encore longtemps sur les bases de solidarité, de respect et d’efficacité qui sont la garantie de l’accomplissement de nouveaux progrès pour les habitants.

Bernard DECAUX

Maire de Brétigny-sur-Orge Notre Agglomération a 10 ans. Brétigny en est membre depuis 8 ans. C'est relativement peu pour une institution territoriale de cette importance. Mais déjà une identité valdorgienne s'est constituée : dans ce territoire de 130 000 habitants situé au coeur de l'Essonne,les élus des 9 communes sont tous attachés à travailler ensemble dans le respect pour que notre Val d’Orge soit exemplaire et dynamique. De cette période, je retiens deux dossiers majeurs pour Brétigny dont l'Agglo a permis la réalisation grâceàsonimpulsionpolitiqueetàses participations financières : le doublement en cours du tunnel

du cinéma attendu depuis des décennies et le projet Clause/Bois Badeau pour lequel elle a assuré le portage foncier au tout début. Ces deux dossiers, fortement liés, vont permettre de rééquilibrer notre commune de part et d'autre de la voie ferrée pour aménager cette partie de la ville directement en contact avec notre gare RER. Un aménagement qui prépare l'avenir en prenant encomptelesbesoinsdelogements,d'équipements publics et de services de proximité des Brétignolais et qui intègre les normes les plus reconnues en matière de développement durable.

Bernard ZUNINO

Maire de Saint-Michel-sur-Orge La réunion des communes du Val d’Orge au sein d’une même agglomération n’était pas gagnée d’avance. Je rends donc hommage à l’intelligence des élus qui, depuis 10 ans, ont la volonté de travailler ensemble en dépassant les clivages politiques dans l’intérêt général des habitants ; ce qui nous rassemble est plus fort que ce qui nous divise. Si le premier Conseil communautaire auquel j’ai participé, en 2008, est un souvenir émouvant pour moi, je retiens surtout les moments de solidarité entre les élus communautaires lorsque les intérêts de Saint-Michel étaient menacés. La décision du transfert de la compétence

des bibliothèques, qui va permettre la création d’une nouvelle médiathèque à Saint-Michel, restera aussi comme une étape importante. Le Val d’Orge, c’est un peu le cœur de l’Essonne. A la croisée d’axes majeurs de circulation, il réunit de vastes espaces naturels préservés, des zones de développement économique dynamiques, et des surfaces d’habitat plutôt denses. Avec sa population active et diverse, il a des atouts indéniables. Pour tout cela et plus encore, le Val d’Orge est un territoire qui compte et qui saura se faire entendre !

27


Marjolaine RAUZE Maire de Morsang-sur-Orge Il y a déjà 10 ans, les élus de six villes faisaient le choix d'inscrire leur coopération d'une manière durable. C'était une belle avancée. Trop longtemps ce qui avait prévalu c'était la « compétition ». En dépassant cette situation nous avons fait un acte fondateur. En soit il restera mon meilleur souvenir. Comme peut l'être celui d'une naissance. Depuis, la famille s'est étoffée, « l'enfant » a grandi et pris de l'assurance. Les habitants de Morsang sont à même de le constater : ils ont bénéficié, grâce à l'Agglo, d'une nouvelle médiathèque, d'un théâtre, de travaux importants à la piscine, etc.

financiers plus importants pour répondre aux besoins. Au total, avec les politiques de l'Agglo en matière d'environnement, de transport ou de développement économique, le bilan est solide. Faut-il pour autant considérer que rien n'est à améliorer ? Un vrai projet de territoire ce n'est pas qu'une succession d'actions. Ce devrait être aussi une manière plus volontaire d'impliquer à tous les niveaux les citoyens, d'en faire des partenaires des décisions, de créer des moments d'écoute et d'évaluation. Je pense pour ma part, que c'est en empruntant ce chemin que prendra vie une « identité valdorgienne » qui ne demande qu'à exister.

Les travaux de voirie qui viennent de lui être confiés vont aussi leur apporter du plus avec des moyens

David DERROUET Maire de Fleury-Mérogis Depuis 10 ans, l’Agglomération a été très volontariste dans le développement économique et dans la création d’emplois. Si trop peu de Valdorgiens en bénéficient jusqu’à présent, le pacte emploi permettra d’y remédier. Le Val d’Orge est aussi un partenaire essentiel pour les investissements futurs, il permet d’envisager des investissements qui n’auraient pas été possibles pour les villes seules, notamment pour Fleury. Je me félicite des moyens qui seront débloqués dès cette année,notamment avec l’étude pour la transformation de la RD 445 en avenue de ville et le lancement de l’étude dès 2011 pour le futur agrandissement de la médiathèque en 2012.

Mon souvenir le plus marquant de ces 10 ans pour la ville de Fleury est la desserte de la zone d’emploi des Ciroliers avec la construction du pont au dessus de la Francilienne qui a permis de desservir la zone d’emploi notamment par la création d’un site propre pour les bus. Pour finir, je parlerais de l’identité valdorgienne qui se construit. C’est la cohésion d’un territoire qui se retrouve unifié grâce à des enjeux communs que sont notamment les transports, l’emploi et le logement.

Francois CHOLLEY

Maire de Villemoisson-sur-Orge A l'origine, un pari calculé sereinement. Quel était l'intérêt pour une petite ville comme Villemoisson-sur-Orge de s'associer à de grandes communes à la gestion plus « politique » ? N'allait-on pas être « écrasé » ? Qu'avait-on à y gagner ? Je me souviens de toutes ces questions que mes colistiers posaient, d'autant que les élections municipales de 2001 avaient lieu quelques mois plus tard. Mais avec les autres maires de l'époque, je partageais trois convictions : les intercommunalités allaient pouvoir bénéficier de ressources supplémentaires à ce que les communes séparément pouvaient obtenir. La mutualisation de certaines activités permettraient des économies d'échelle et plus d'efficacité. Nous pouvions mettre en place une direction collégiale respectueuse des communes et l’Agglo pourrait rester 28

au service des habitants et non s'ériger en organisation autonome. Sur ces bases, nous avons décidé de nous faire confiance et de nous engager comme dans un mariage. Que peut-on dire dix ans après ? Notre indépendance dans la Communauté est préservée car la ville reste force de proposition, par exemple pour le programme d'éclairage public. De surcroît, nous ne serions pas parvenus à réaliser certaines opérations seuls comme le rachat d'une friche industrielle en plein centre ville dite Lussiana pour l'aménager en espace vert public accueillant de nombreux équipements publics. Dix ans après, je considère que c'est un succès.


Sylvain TANGUY

Maire du Plessis-Paté Maire et Vice-président de l’Agglo depuis 2008, je suis très satisfait du travail effectué collectivement.

démarche de l’Agglo qui prend soin d’avoir l’assentiment des habitants et qui module le projet selon les questions soulevées en réunion de concertation.

Le Val d’Orge a des moyens, une réactivité, une technicité qui permet de faire aboutir les projets avec une grande efficacité. C’est un vrai plus pour une petite commune comme la nôtre que le Val d’Orge prenne en charge l’assainissement, l’éclairage public, les voiries, les médiathèques, cela permet d’accompagner efficacement les changements.

Pour la requalification de la Base aérienne 217, l’intercommunalité montrera toute son utilité dans les mois à venir pour peser sur les décisions et mettre en place un projet d’ensemble qui soit cohérent. Pour conclure je reviendrais sur un souvenir plus personnel. Le jour où trois enfants de la ville qui venaient de remporter le Challenge Tria-cités sont venus avec fierté en Mairie pour offrir leur coupe à la ville. Un beau moment lié au Val d’Orge.

Mais notre ville a aussi le regard tourné vers l’avenir et les grands projets qui sont de formidables opportunités pour notre territoire. Concernant Val Vert Croix Blanche, je tiens à saluer la

Daniel ESPRIN

Maire de Leuville-sur-Orge Notre ville n’a rejoint l’Agglo duVal d’Orge qu’en 2004 mais je peux dire que le bilan de ces années est positif dans tous les domaines.

l’Agglo va enfin nous permettre de rénover le réseau routier de la commune, ce qui était un grand projet de notre majorité municipale pour 2011-2013.

Les habitants ne se rendent pas toujours compte de l’ensemble des aménagements que nous réalisons aujourd’hui.Il y a bien entendu la médiathèque mais ce sont souvent de petites choses qui ont aussi une importance au quotidien. Avoir des poteaux incendies en état de fonctionnement ou un éclairage public de qualité nécessite des contrats d’entretien que nous n’aurions pas pu financer seul.

On peut dire que nous sommes aujourd’hui en mesure de faire un travail efficace et de qualité, plus professionnel.

De la même manière, le transfert récent des voiries à

Si je devais émettre un seul regret, il concernerait les transports et les déplacements des Leuvillois qui connaissent de grandes difficultés notamment le soir et le week-end. Je sais que le Val d’Orge se bat sur ce sujet mais il faut aller encore plus vite et plus fort pour obtenir des résultats rapides.

Thérèse LEROUX-LAMARE

Maire de Villiers-sur-Orge Elue maire depuis 2008, je suis très satisfaite de l’action de l’Agglo.

tient tout particulièrement à cœur en tant qu’ancienne maire adjointe à la culture.

Au-delà de la construction de la Halle de skate dont bénéficient bien entendu les jeunes Villiérains, la gestion de l’éclairage public par l’Agglo nous a par exemple permis de mettre en valeur notre Hôtel de ville : l’un des plus beaux du Val d’Orge !

C’est bien la démonstration que plus on s’engage au sein de l’intercommunalité plus on en bénéficie. C’est un vrai plus pour les communes.

Alors que notre municipalité concentre ses efforts pour agrandir et rénover nos écoles, l’Agglo offre la possibilité de mener d’autres actions pour les habitants. Le récent transfert des compétences voiries et médiathèques va permettre l’amélioration des conditions de circulation dans la ville mais surtout la construction prochaine d’une médiathèque qui me

Je tiens enfin à saluer le bon fonctionnement de notre intercommunalité et l’état d’esprit constructif et cohérent qui guide notre action. Nous y travaillons en équipe en faisant abstraction des diverses sensibilités politiques afin de satisfaire l’intérêt général. J’espère que la refonte de la carte de l’intercommunalité ne viendra pas remettre en cause la dynamique positive de notre territoire. 29


demain... les grands projets de l’Agglo

Et

C

es 10 dernières années ont été riches en actions et en réalisations. Mais l’ambition du Val d’Orge est restée intacte et le rythme ne devrait pas faiblir : cette année encore, l’Agglomération aura à cœur de réussir de nouveaux challenges. 2011 s’annonce en effet comme une année de défis et de projets. De nouvelles missions communautaires au service des Valdorgiens Depuis le 1 er janvier dernier, deux nouvelles compétences sont venues s’ajouter aux prérogatives de l’Agglo. La voirie (entretien et aménagement) figure désormais parmi les attributions communautaires ; un changement qui devrait permettre d’optimiser la mutualisation des travaux et d’améliorer les conditions de circulation pour les habitants. Un programme exceptionnel de rénovation va d’ailleurs être engagé sur les trois prochaines années afin de remettre en état l’ensemble des infrastructures du territoire, particulièrement mises à mal après les hivers rigoureux de ces dernières années. Outre la voirie, l’Agglo devra également compter avec la gestion des médiathèques. Portail Internet commun (www.lireenvaldorge.fr), arrivée de la carte unique, l’objectif est de favoriser la lecture publique tout en améliorant le service rendu aux habitants. Trois nouvelles médiathèques vont ainsi voir le jour dans les prochaines années (à Saint-Michel-sur-Orge, Villiers-sur-Orge et au Plessis-Pâté) ; des travaux de réhabilitation sont également annoncés dans les bibliothèques de Brétigny-sur-Orge et de Sainte-Geneviève-des-Bois. De quoi envisager l’avenir sous le signe de la culture !

30


Des perspectives économiques : créer des emplois de proximité Mais les nouveaux défis de l’Agglo s’inscrivent aussi en termes d’aménagement du territoire. Le projet Val Vert Croix Blanche se précise : la ZAC sera créée cette année et les premières réalisations de cet ensemble dédié à l’habitat intelligent et durable sont prévues d’ici 3 ans. Commerces, plateforme d’information et de conseils sur les éco-constructions, agriculture de proximité et village artisanal seront donc bientôt réunis, à proximité du parc d’activités de la Croix Blanche.Ce projet,d’envergure régionale, s’annonce d’ores et déjà comme l’un des programmes phares des années à venir.

Des combats à poursuivre Tous ces projets sont par ailleurs étroitement liés à l’une des batailles importantes menées par notre Agglo : la question des transports. Cette problématique régionale est en effet essentielle pour le développement de notre territoire mais aussi pour la vie quotidienne des Valdorgiens.

Autre grand changement en perspective, la requalification de la base aérienne 217. Cette zone militaire fermera prochainement ses portes, laissant la place à près de 750 hectares de terrain, en partie situés sur les communes du Plessis-Pâté et de Brétigny-sur-Orge. Cette fermeture engendrera, de fait, un nouvel aménagement pour le territoire du Val d’Orge tout en offrant de nouvelles potentialités économiques. La Communauté d’agglomération souhaite ainsi entamer une réflexion globale et éviter le morcellement du territoire : la priorité revenant aux projets structurants et générateurs d’emploi. La création d’un pôle de recherche (autour de l’INRA), s’il est accompagné d’infrastructures significatives (laboratoire, chercheurs, etc.), pourrait par exemple s’inscrire dans cette dynamique.

C’est pourquoi la Communauté d’agglomération s’est impliquée fortement dans le débat public sur le projet de réseau de transport public du Grand Paris et le projet Arc Express. Ces rocades, qui concernent essentiellement la première couronne,risquent de conforter durablement l’existence d’un réseau à d eux vitesses. D’un côté un réseau « ultramoderne » reliant quelques rares secteurs et de l’autre le réseau existant, indirectement délaissé. Dans son Cahier d’acteur (contribution officielle au débat) le Val d’Orge a donc rappelé la situation extrêmement préoccupante que subissent les usagers au quotidien et insisté sur l’importance d’apporter des réponses rapides, notamment aux habitants de la Grande couronne qui représentent 44 % de la population francilienne. L’Agglo a également fait part de ses revendications : augmenter les fréquences de passage, renforcer certaines liaisons (notamment de banlieue à banlieue), améliorer la vitesse des RER, créer de nouveaux réseaux, développer l’offre de transport sur les horaires de nuit et de week-end. Autant d’actions nécessaires pour créer un réseau de transport juste et équilibré au service de notre territoire et de ses habitants.

Face à tous ces projets d’envergure, le Val d’Orge peut compter sur ses nombreux atouts. 10 ans après la création de l’Agglo, enthousiasme et détermination restent les maîtres-mots ! Vue aérienne des terrains de la BA217

31



Vivre à l'Agglo n°47 - janvier 2011