Issuu on Google+

N°8 - JAN 2009

nouvelle(s) ville

Le magazine de Val-de-Reuil

Fadela Amara : une ministre dans la ville Budget 2009 : pas d’augmentation d’impôt ORU : une « Marianne d’Or » pour Val-de-Reuil Gare SNCF : un pas en avant


novembre décembre 2008

Sommaire PAGE 03 Editorial par Marc-Antoine Jamet PAGE 04 Une ville verte en germe Les réponses concrètes de François Merle Zoom sur les espaces verts Le transporteur ATA s’explique PAGE 08 Guillaume Pepy : « Nous rénoverons la gare » Le président de la SNCF signe une convention à Val-de-Reuil avec les élus.

PAGE 09 Fadela Amara en son jardin 54 logements de plus Avenue des Falaises Des contrats pour l’emploi des jeunes

PAGE 14 Brèves de ville L’amitié européenne Les Normands de l’année Capitale de la douceur Les nomades auront leur aire

PAGE 10 Nous, on croit à l’école ! 91 % des lycéens bacheliers à Marc-Bloch Un coup de pouce en CP

PAGE 15 Sport Retour sur l’année 2008 Boubacar Sow parmi les 20 premiers sportifs français

PAGE 12 Ils travaillent chez nous Frédéric Simmoneau de SHM Dorian Auger, opticien rue Courtine

PAGE 13 Val-de-Reuil s’agrandit Halle sportive, Place des Chalands, Maison du département, Agrafe Verte

PAGE 16 Sécurité Un conseil et un contrat pour la sécurité

PAGE 17 Culture Danse et musique ont un toit La Gifle est de retour ! PAGE 20 Tribune des groupes politiques PAGE 21 Hommage à Gilles Gayte PAGE 22 Vie pratique Permanences et numéros utiles PAGE 24 Etat-civil

Mairie de Val-de-Reuil

70 rue Grande B.P. 604 27106 Val-de-Reuil Cédex Tél. 02 32 09 51 51 - Fax. 02 32 09 51 76

mairie@valdereuil.fr - www.valdereuil.fr

Heures d’ouverture : du lundi au vendredi de 8h30 à 18h, le samedi de 9h à 12h Ville nouvelle(s) le magazine de Val-de-Reuil Editeur : Mairie de Val-de-Reuil Directeur de la publication : Marc-Antoine Jamet Rédaction, prises de vues, composition : Philippe Bove, Olivier Bonnet, Philippe Méoule, Céline Ragé. Création graphique : Olivier Bonnet, Richard Sabino Impression : HB impressions, 33 rue du Quai - 27400 Louviers Mairie de Val-de-Reuil - Service communication - 70, rue Grande B.P. 604 27106 Val-de-Reuil cedex courriel : culture-communication@valdereuil.fr

02

LES ÉLUS À VOTRE ÉCOUTE Marc-Antoine Jamet, maire, se tient à la disposition des habitants

le samedi matin sur rendez-vous (mouaret@valdereuil.fr) Janick Léger, adjointe au renouvellement urbain, Noëlle Boudart , adjointe à la vie municipale Bernard Beaufrère, adjoint aux travaux,et Jean-Claude Bourbault, conseiller municipal en charge de la culture, et tous vos élus sur rendez-vous au 02 32 09 51 51.

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009


Editorial Bonne année à Val-de-Reuil !

C

omme celui d’une vie, le bilan d’une année tient en quelques questions auxquelles on essaye de trouver de bonnes réponses. « Pourquoi il y a des pays où les parents jettent leurs enfants ? ». Il a huit ou neuf ans, les cheveux et les yeux bruns. Il est élève dans la classe de Mme Boujedaine, au Pivollet. C’est sa question. J’étais tranquillement en train de lui expliquer que la déclaration universelle des Droits de l’Homme avait soixante ans et que c’était important. En un instant, il m’interroge sur la misère humaine, sur l’injustice sociale, le désespoir affectif. Que lui dire si ce n’est que la solidarité devrait être la règle, mais que ce n’est, hélas, pas le cas. « Pourquoi sommes-nous venus là ? ». A vrai dire, je ne le sais pas. Les «Tyco » sont à Bercy. Je suis avec eux. Ils défendent leur emploi et leur usine. Comme ils l’ont fait face au liquidateur nommé par la direction. Comme ils l’ont fait à Louviers en manifestant. Devant nous, une éminence du moment, un conseiller du ministre de l’économie et de l’emploi qui dévide son bréviaire : la mondialisation, la force des choses, l’inéluctable, Lu, Arcelor-Mittal, la crise, etc, etc… Sait-il seulement ce que les femmes et les hommes qui sont devant lui pensent à la fin du mois ? Je ne le crois même pas. « Pourquoi suis-je si fatigué ? ». C’est un grand-père. Il m’écrit. Un mail, deux mails, trois mails. Ce qui lui crève le cœur, c’est qu’il n’a rien à mettre sous le sapin pour les enfants de sa fille. Il n’en dort plus. Il n’en vit plus. Les banques peuvent perdre des milliards. Il ne veut pas perdre le bonheur. Dans cette maison-là, finalement, le Père Noël passera. Mais, dans combien d’autres a-t-il oublié de passer cette année ? « Pourquoi sont-ils si bêtes et si méchants ? ». Je bois mon café avec ma femme. Six heures du matin n’est pas l’heure des grands débats. Mais ce n’est pas faux. En adversaire politique, j’ai

Par Marc-Antoine JAMET Maire de Val-de-Reuil

régulièrement dénoncé Bruno Le Maire, son tour de passe-passe pour cacher le sombre avenir de la base aérienne 105 aux Ebroïciens, sa manière de débarquer à Val-de-Reuil, les caméras de TF1 pendues à ses basques affirmant qu’il sauverait Automatech, qu’il laissera pourtant s’enfoncer quinze jours plus tard, non sans cynisme. Personne ne m’a aidé à lui dire ses quatre vérités en dehors d’une poignée d’amis déterminés. Deux mois après, je le félicite d’être devenu ministre. Par courtoisie. Par sympathie. Parce que c’est une bonne nouvelle pour lui qui est certes ambitieux, mais pas idiot. Que n’ai-je pas dit ! Haro sur le Jamet. Des gens censés partager mes idées, me tombent dessus à bras raccourcis plus offensifs qu’on ne les a vus pour sauver, cette semaine, l’école de Jules Ferry. Il paraît que je veux devenir Ministre de Sarkozy me dit le plus courageux ou le plus inconscient de ceux qui ne sont sévères qu’avec leur propre camp. S’il savait… « Pourquoi fait-il cela ? » C’est un lycéen vent debout contre Darcos qui s’étonne du tempérament du chef de l’Etat. Le travail jusqu’à 70 ans, la grève remise en cause, l’école fragilisée, moins d’impôts pour ceux qui gagnent le plus ce qui est une absurdité, la télé muselée. Mais c’est parce qu’il en a le droit, cher ami, et qu’une majorité de Français l’a désigné à l’Elysée. Une réalité à méditer pour ce jeune homme qui dans quelques mois ira voter… Son choix comptera. Devant tant d’injustices, d’inégalités, on peut baisser les bras. On peut aussi se révolter. A Val-de-Reuil, avec le conseil municipal, on se contente de ne pas renoncer. Chaque jour, si on travaille, si on y croit, on peut faire des choses belles et utiles. Petites sans doute, mais je maintiens, belles et utiles. Pour les autres. Construire un millier de logements, protéger l’environnement et défendre le développement durable, être attractif et loyal pour que viennent les entrepreneurs et se créent des emplois, ne pas augmenter les impôts et bien gérer la commune qui vous a été confiée, investir

dans le futur sur l’avenue des Falaises ou dans la halle d’athlétisme Jesse Owens dont notre agglomération devrait se féliciter plutôt que de se lamenter, recevoir une Marianne d’Or pour une opération de renouvellement urbain dont on dira, un jour, qu’elle a été la grande chance de la « ville nouvelle » et que les Rolivalois ne l’ont pas laissé échapper, accroître la sécurité, changer l’image de la cité, préserver le lien social. Il y a des milliers de raisons de s’engager et de s’enthousiasmer, ici, chez nous, tous ensemble. La nouvelle année est une période de vœux, pas de promesses. Pourtant c’est par les secondes que nous réalisons les premiers. En 2009, nous allons continuer et notre ville, ainsi, pourra cheminer, gagnant son pain, trouvant la paix, vivant le progrès. Bonne année à vous et à ceux que vous aimez. MAJ maire@valdereuil.fr

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009

03


ENVIRONNEMENT Développement Durable

Des réponses concrètes pour la ville et la planète Comment concilier progrès économique et social sans mettre en péril l’équilibre naturel de la planète ? Comment répartir les ressources entre les pays riches et pauvres ? Comment améliorer le sort de millions d’hommes, de femmes et d’enfants encore démunies à l’heure où la planète semble déjà asphyxiée par un prélèvement effréné de ses ressources naturelles ? Et surtout, comment faire en sorte de léguer une terre en bonne santé à nos enfants ? C’est pour apporter des réponses concrètes à ces questions qu’est né le concept de développement durable. Mais si 76% des Français en ont déjà entendu parler, seuls 30% d’entre eux déclarent pouvoir en donner une définition précise. Au cours de la réunion de la commission environnement qui s’est déroulée en septembre, des exemples concrets d’actions déjà menées à Val-de-Reuil en faveur du développement durable ont été présentés au public. La nouvelle école Louise-Michel possède une toiture végétalisée. Les bâtiments publics sont progressivement équipés d’ampoules basse consommation. L’extension du lycée Marc-Bloch possède « une double peau de verre » qui permet la récupération des calories pour chauffer le bâtiment en hiver et le climatiser en été. Les lampadaires sur les espaces publics sont remplacés par des lampadaires à ballast électronique qui régulent automatiquement leur intensité en fonction de la luminosité naturelle. 70 des ces lampadaires ont déjà été installés rue Courtine et avenue des Falaises, l’économie d’énergie réalisée est de 50%. Un Conservatoire des pommiers a été créé en 2007 avec pour objectif de préserver la biodiversité. Les futurs ateliers municipaux seront équipés de panneaux solaires et de récupérateurs d’eau de pluie qui permettront l’arrosage des espaces verts de la ville. Le Green data center EDF dont la construction vient de démarrer, utilisera la méthode innovante du « free cooling » : le refroidissement des équipements informatiques se fera grâce à de l’air tempéré.

Réduire Recycler Réutiliser 04

Eclairage par François Merle, adjoint au Développement durable.

Q : L’environnement, tout le monde en parle. Mais pouvez-vous nous éclairer sur le concept de développement durable ? R : Le développement durable est un mode de développement qui repose sur trois piliers : économique, social et environnemental. Il s’agit d’assurer notre développement économique, d’améliorer la qualité de vie en respectant l’environnement et en associant les habitants aux décisions qui les concernent. Le concept de développement durable va donc au delà du simple respect de l’environnement. Ce n’est pas un retour en arrière, mais un progrès pour l’humanité : consommer non pas moins, mais mieux. Le développement durable est celui qui nous permet de satisfaire nos besoins sans empêcher les générations futures de se développer à leur tour.

Q : Concrètement, comment se manifeste aujourd’hui l’engagement de la ville dans le développement durable ? R : Le développement durable c’est à la fois modifier les modes de production, faire évoluer les pratiques de consommation à long terme... mais aussi pour chacun, adapter ses actes au quotidien. La réalisation des objectifs du développement durable, ne peut aboutir que si l’ensemble des acteurs de la société agit en commun :

les associations, les citoyens, les entreprises privées, mais aussi évidemment les collectivités territoriales. Dans son Plan Local d’Urbanisme, Val-de-Reuil a inclus la notion de développement durable à travers trois aspects : l’intégration des problématiques environnementales, l’amélioration de la qualité de vie et la mise en adéquation de la taille de la population avec celle des équipements publics. La ville est aussi en train de faire de grands efforts en matière de parc automobile, en remplaçant ses véhicules à essence par des véhicules électriques ou au gaz, de plans d’économie et d’optimisation des consommations d’énergies en interne. Elle est aussi dans l’impulsion auprès des bailleurs sociaux et des promoteurs. La question du chauffage est un vrai problème à Val-de-Reuil, en raison d’un recours exclusif au chauffage électrique dans des logements insuffisamment isolés. C’est en cours d’amélioration avec les gros efforts qui ont déjà été faits en matière d’isolation dans près de 1500 logements, de rénovation des modes de chauffage, chauffe-eau solaires, chaudières au gaz qui pourront être converties en chaudières à bois. Enfin, des projets comme la création de la zone commerciale avec Immochan, entre la rue Courtine et la place des Quatre saisons représentent une vraie alternative au « tout voiture ». Les habitants pourront trouver près de chez eux les commerces que par définition ils n’auront plus à rejoindre en utilisant leur véhicule.

Q : Et pour demain ?

R : J’aimerais organiser deux fois par an une rencontre

avec les entreprises du site, voir où elles en sont en matière de développement durable, ce qu’elles font, ce qu’elles pourraient faire. Je souhaite aussi que la clause de respect de l’environnement soit intégrée dans les marchés publics qui intègrent déjà une clause sociale. Enfin, nous allons engager une démarche d’élaboration d’un « Agenda 21 », l’outil qui permet aux collectivités de mettre en place avec la participation de la population une politique de développement durable vers l’équité sociale, l’efficacité économique et l’amélioration de l’environnement.

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009

E-mail: fmerle@valdereuil.fr


Développement durable ATA logistique,

une entreprise éco-responsable pour son Directeur Général Xavier Belhache

Alors que leur entreprise est déjà certifiée Iso 9001 depuis 1998, les dirigeants de l’entreprise ont décidé d’aller plus loin et de construire un nouveau bâtiment : la première plateforme logistique HQE (Haute qualité environnementale) de Haute-Normandie. Ce projet est en cours d’élaboration depuis un an et demi. Entretien avec Xavier Belhache, directeur général de l’entreprise A.T.A. :

Q : Pour quoi avez-vous choisi de construire un bâtiment aux normes HQE ? R : Tout le monde parle du réchauffement de la

planète, des problèmes environnementaux, de la nécessité de laisser une terre en bon état pour nos enfants, petits-enfants. Je veux aussi donner une nouvelle image de la logistique. Mais nous avons rencontré pas mal de difficultés et avons mis très longtemps à trouver les bons interlocuteurs. Même si le « HQE » est à la mode et si tout le monde en parle, nous n’avons reçu aucun encouragement et surtout, personne n’a cru au début à ce projet qui dépasse aujourd’hui tout ce qui a déjà été fait.

ZAC des Noës, en projet : un éco village Sur le modèle de l’écoquartier Vauban à Freiburg, en Allemagne, une cinquantaine d’habitations locatives seront construites sur la ZAC des Noës près du Collège Mendès-France, par la Siloge, avec l’architecte Catherine Parant. Elles répondront à un engagement écologique de « facteur 4 ». Plus ambitieux que celui préconisé par le sommet de Kyoto, il consiste à multiplier par 4 l’efficience des modes de production : construire autant en utilisant 4 fois moins de matières premières et d’énergie. Siloge 02 32 59 14 38 agence_valdereuil@siloge.fr

Q : A quoi ressemblera ce bâtiment ? R : Tout d’abord, nous allons installer 1 032 m2

de cellules photovoltaïques. C’est une première expérience pour EDF puisque ce sera la première fois dans le nord de la France qu’une telle surface sera installée sur un bâtiment industriel. L’isolation complète du bâtiment sera 3 fois plus importante que dans un bâtiment classique, des bandeaux éclairants seront utilisés à la place du bardage et l’éclairage zénithal optimisé, des capteurs de présence seront aussi installés dans les sanitaires, les couloirs et les vestiaires. Nous passerons ainsi en énergie positive avec un bâtiment qui produira plus d’énergie qu���il n’en consommera. Les eaux de pluie seront récupérées pour le lavage des sols et des surfaces de stockage. Enfin, pour la réalisation de ce nouveau bâtiment, construit au cœur d’un site paysager et boisé de 25000 m2 nous faisons appel à des d’entreprises situées dans un rayon de 50 km.

coût des installations de développement durable s’élèvera à lui seul à 1,5 M€. Nous savons qu’il existe des subventions mais comme c’est une construction inédite, personne n’est capable aujourd’hui de les calculer. Nous savons aussi que le retour sur investissement environnemental est plus long que celui sur le bâtiment lui-même. Mais nous attendons 1200 tonnes d’économie de CO2 sur 20 ans

Q : Avez-vous d’autres projets ? R : Nous sommes depuis 2 ans à la recherche de

véhicules – tracteurs, camions – électriques pour les navettes internes et les trajets courts entre nos entrepôts. Le choix de respecter l’environnement n’est pas si simple, mais nous sommes convaincus que le projet fera boule de neige. Déjà le projet est une vitrine, un modèle. Nous servons en quelque sorte de cobaye. Nous deviendrons le référentiel à l’avenir pour la construction des bâtiments industriels en HQE pour l’organisme Certivea.

Q : Pouvez-vous nous parler du coût Pharma Parc d’une telle construction ? 31 rue Edmond Mailloux R : Le bâtiment en lui-même coutera 7 M€ et le 02 32 59 59 99

D4-D10, les immeubles les plus écologiques de l’Eure Dans le cadre de la rénovation des 82 logements de ses immeubles « D4 – D10 » Eure Habitat a décidé de faire de cet ensemble les immeubles les plus écologiques de l’Eure. Mettant l’accent sur l’amélioration du confort des logements, sur l’esthétisme, mais aussi sur la diminution des charges de chauffage et le développement des énergies durables. Bardages isolants sur les façades, végétalisation des toitures permettant la gestion des eaux pluviales, installation de panneaux solaires sur les D9 et 10 destinés à la production d’eau chaude sanitaire, utilisation de panneaux photovoltaïques alimentant les ampoules basse

consommation des parties communes, mise en place de double vitrage et utilisation du bois. Au total, les locataires de ces immeubles profitent aujourd’hui d’une économie de près de 40 % sur leurs charges. Meilleure qualité de vie, baisse des charges locatives et économie d’énergie : nous sommes bien dans une démarche de développement durable. En 2009, les 108 logements de l’immeuble K voisin seront rénovés avec l’architecte Michel Kagan (Pyramide d’or 2006). Suivant les mêmes critères, IBS construit 10 maisons en bois et la SECOMILE innove sur les maisons de la rue Traversière.

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009

05


Cadre de vie

Zoom sur... les Espaces Verts

A Val-de-Reuil, nature et ville ne s’opposent pas. Comme ailleurs, la diversité des espèces y est aujourd’hui plus grande que dans certains des paysages cultivés qui l’entourent. Les 60 hectares d’espaces verts de la ville font à la fois partie de son patrimoine et de son image. Continuant chaque année de s’étendre et d’évoluer, la palette est variée : bermes routières, jardins, jardinières, parcs, cordons boisés, verger conservatoire… Leur apporter des soins attentifs et un entretien respectueux est un gage de qualité de vie dans

la ville. L’amélioration de la qualité de vie des rolivalois, notamment au travers des espaces verts urbains, a un impact visible et bénéfique : les jardins, squares et parcs sont des lieux de vie appréciés et respectés et que la ville s’attache à préserver. Erwan Duconseille est responsable des espaces extérieurs à la Ville. Il veille avec son équipe de choc (Antoine Germain, Bruno Lepage, Nicolas Nekadi, Hervé Peltier, Christophe Prestot, Michaël Richard, Laurent Rusé, Saïd Zermane) sur la propreté, le mobilier urbain, les jeux et la signalétique. Ensemble, au fil des saisons, ils mettent en couleur les espaces verts de la commune. Du jaune, du rouge, de l’orange, tels des peintres de l’éphémère, 9 jardiniers et un élagueur (3000 arbres, 500 sont élagués chaque année) travaillent toute l’année au fleurissement des massifs (2253 m2 de plantations), à l’entretien de ses espaces verts, du cimetière et des cours d’école. Ce travail patient, quotidien et méticuleux pour la création puis l’entretien

des massifs qui rendent la ville belle et fleurie a déjà été salué par le Département de l’Eure et par le comité régional des villes et villages fleuris. En 2006, Val-de-Reuil recevait le premier prix du fleurissement et depuis, elle conserve sa « Fleur ». En cette saison, ce sont les classiques chrysanthèmes qui ont envahi les massifs. Retourner le terrain, l’enrichir, réfléchir sur les couleurs et leur assemblage, disposer les plants, tout est patience de l’artisan. L’automne est aussi la période des plantations : ce qui fleurira en fin d’hiver et au printemps est installé en ce moment dans les massifs. Et c’est aussi l’originalité que les jardiniers cherchent chaque année : le dalhia, la canne de Provence ou encore les choux de Toscane ont été « testés » cet été. Régulièrement - artisans, mais modernes - nos jardiniers suivent des formations pour découvrir les nouvelles techniques de plantation, les nouveautés du fleurissement, échanger avec d’autres professionnels.

Les Goupils : le choix d’un véhicule écolo Verger conservatoire : Créé en 2006, le verger conservatoire compte 60 sujets, pommiers, poiriers et pruniers. Hormis les 15 arbres dévorés par les lapins, ils ont tous survécu à l’été. Le verger va être aggrandi, une promenade pédagogique va être créée entre le verger et le petit écosystème – le petit bois et la vieille mare - qui l’entoure.

Les

avez-vous vus ? Depuis quelques jours, de drôles de petits véhicules verts et blancs circulent dans les rues et sur la dalle. Ce sont les « Goupils », des véhicules électriques qui répondent aux différents besoins d’intervention des agents des services techniques : maintenance, électricité, voirie, peinture, plomberie, anti-tags, espaces verts, ainsi que du service enfancejeunesse-sport. Silencieux, flexibles, les « Goupils » permettent se déplacer en ville à 30 km/h maximum, sans provoquer de pollution atmosphérique, sans

06

émettre de gaz à effet de serre et de manière silencieuse. D’une autonomie de 100 km, pour un temps de charge de 6 heures, sans consommation à l’arrêt, ils permettront aussi une réelle économie d’énergie, puisque un kilomètre électrique coûte, sur la base du prix actuel du pétrole, en moyenne six fois moins cher qu’un kilomètre diesel. Ce coût sera même ramené à zéro lorsque des panneaux solaires photovoltaïques équiperont les ateliers municipaux. Tous les éléments qui composent leurs batteries se recyclent.

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009

Petit rappel : Les arbres du domaine public doivent être élagués par les services techniques de la ville. Il est peu conseillé de le faire soi-même. Cette année, 1100 arbres sont concernés Voie Blanche, Route des Falaises, Chaussée du Parc, etc... Pour tous renseignements : Erwan Duconseille, services techniques 02 32 09 51 51 educonseille@valdereuil.fr


Cadre de vie La « Marianne d’Or du développement durable » pour l’ORU de Val-de-Reuil

Alain Trampogliéri remet le dîplome de la Marianne d’Or à Marc-Antoine Jamet

Chaque année, sur les 36 000 communes que compte notre pays, moins d’une trentaine reçoivent des mains d’Alain Trampogliéri, son créateur, la devenue classique et désormais incontournable « Marianne d’Or », distinction prisée des décideurs locaux. Pour son Opération de Renouvellement Urbain, la ville de Val-de-Reuil fait partie de la promotion 2008. Après avoir été souvent cité en exemple dans la presse professionnelle, comme le Moniteur qui, le 28 novembre dernier, citait « la qualité architecturale de ses projets, aussi bien pour l’habitat que pour les espaces publics », ainsi que la presse généraliste, entre autres France Culture, Le Monde ou Les Echos, après avoir été sujet plusieurs fois d’exemple ou de modèle lors des séminaires ou des journées annuelles de l’ANRU (comme en 2007 au palais des congrès de Paris, à Boulogne-sur-mer

en juillet dernier ou encore le 30 janvier prochain à la maison de la chimie), cas pratique dans les écoles de commerce, de la rénovation urbaine ou d’architecture pour sa réussite, après avoir été visité et analysé par tous les ministres de la Ville sans exception depuis dix ans, c’est une nouvelle récompense pour l’ex « Ville nouvelle ». Le jury a reconnu plusieurs aspects innovants ou originaux de l’action de la plus jeune commune de France. Val-de-Reuil, partie parmi les premières, dès 2000, grâce à un dossier bien géré et bien présenté, fait partie pour les spécialistes de la dizaine d’ORU qui marchent et qui fonctionnent. La réussite d’une opération de 88 millions d’euros comprenant 91 programmes sur 8 ans, dont la moitié a déjà été engagée en 4 ans, permettant la réhabilitation,

la modernisation ou la résidentialisation de 1800 logements, la rénovation ou la création de 17 équipements publics, la création de 20 000 m² d’espaces verts, la rénovation de 39 000 m² de voirie, l’accueil de 500 logements neufs déjà construits, de 500 en chantier et de 500 autres en projet, constitue plutôt une exception dans le paysage urbain français. L’intérêt que représente une ville qui se redessine, 33 ans après sa création, grâce aux efforts cohérents et coordonnés des équipes des partenaires (Etat, département, région) d’architectes (près de 100, des plus illustres aux plus jeunes, locaux ou internationaux, travaillent sur le site), urbanistes, paysagistes et ingénieurs, des bailleurs, des entreprises ont su tenir compte de leur environnement pour qu’équipements, logements ou espaces publics se côtoient harmonieusement. Cette pluralité des compétences a permis un succès original. Enfin, ce trophée confirme le bien fondé de la démarche de Val-de-Reuil qui, en visant les 20 000 habitants à l’horizon 2012, poursuit une action non pas souhaitable, mais indispensable, pour trouver sa taille naturelle. Cette Marianne d’Or est un encouragement supplémentaire à investir, toujours et encore, dans l’amélioration du cadre de vie de ses habitants par le renouvellement urbain.

Val-de-Reuil, ville fleurie par ses habitants Les plus beaux jardins et les plus beaux balcons de l’année. C’est une tradition presque aussi ancienne que la ville : le concours des balcons et des jardins fleuris fête cette année son 29ème anniversaire. Beaucoup de Rolivalois se sont encore investis cette année en créativité et en originalité pour embellir la ville. En mai dernier, 58 000 plants de bégonias, dahlia, gazanias, sauges, impatiens, roses d’inde, ageratum, cinéraire maritime, muflier, œillets et pétunias, avaient été distribués à 2 900 foyers rolivalois. Au cours de la soirée « Ville fleurie », en présence de Gérard Farcy, le jardinier conseil de France Bleu Haute-Normandie et des commerçants partenaires de l’opération, Marc-Antoine Jamet et les membres du conseil municipal ont remis des

prix aux jardiniers méritants, dans l’auditorium de l’école de musique et de danse. Les plus beaux jardins étaient ceux de : Jean Lemaire, Philippe Tionck, Gilbert De Chiara, Maryline Niaux, Paulo De Sousa, M. Ragot Delafosse, Christophe Maillard, Mohamed Naassila, Eric Potin, Dominique Lesage et Patrick Felix. Les plus beaux balcons avaient été fleuris par Michelle Dagorn, Laurent Lherbier, Claude Aubé, Anthony Labreux, Elise Jacobs, Mariette Lechevalier, Claude Bouhours, Emmanuel Riberpray, Michel Picard, Dominique Canneviere et Anita Lavallée.

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009

07


Gare SNCF

Guillaume Pépy, président de la SNCF, pour un plan de modernisation de la gare de Val-de-Reuil

Alain Le Vern, président du Conseil Régional de Haute-Normandie, Guillaume Pépy, président de la SNCF, et Marc-Antoine Jamet, maire de Val-de-Reuil

Guillaume Pépy, le président de la SNCF est venu le 21 octobre, en train, se rendre compte sur place de l’urgence de moderniser la gare de Val-de-Reuil, d’améliorer sans tarder les conditions d’accueil et de transport des voyageurs et de la rendre plus accessible à tous. La Gare de Val-de-Reuil est un pôle d’échanges entre les modes de transports collectifs urbains et le transport ferré. Elle dessert, notamment, deux agglomérations, Seine-Eure et Seine-Bord, totalisant une population de 100.000 habitants. Depuis le 14 décembre 2008, 15% de rames en plus sillonnent la ligne Paris/Rouen et 42 trains supplémentaires s’arrêtent chaque semaine à Val-de-Reuil. Plus ponctuels, mieux cadencés, plus confortables, favorisant l’intermodalité, les nouveaux trains, en particulier les 16 rames TER à 2 niveaux financées par la Région, feront bientôt halte dans une gare modernisée. Réunis en mairie de Val-de-Reuil, les présidents de la SNCF, de Réseau ferré de France, du Conseil régional de Haute-Normandie, du Conseil général de l’Eure, de la communauté d’agglomération Seine-Eure, de la Communauté de Communes Seine-Bord et le maire de Val-de-Reuil ont en effet décidé de rénover la gare de Val-de-Reuil. Ils ont signé un document commun qui confirme leur engagement de lancer sans tarder les études techniques et financières qui permettront de définir le calendrier, le budget et la nature des travaux nécessaires à sa réhabilitation. Cette modernisation s’inscrit dans le prolongement des évolutions démographiques ou économiques de Val-de-Reuil et du territoire de Seine-Eure comme de celui de Seine-Bord, du développement des transports publics et du respect des

08

réglementations récemment apparues dans ce domaine. Elle devra rendre la Gare de Val-de-Reuil plus sure, plus moderne et plus fonctionnelle. Pour cela, trois actions seront mises en œuvre : 1. L’amélioration des conditions de transport des voyageurs par la remise à niveau des installations existantes, la réhabilitation du parking, voire son extension, car il est aujourd’hui saturé, la réalisation d’une plate-forme permettant la création d’une aire de dépose-minute, le remodelage de la station d’arrêt des bus ainsi que de la piste réservée aux taxis, l’association des modes de déplacement doux. 2. L’accès de tous les usagers à la Gare, et par là-même l’accessibilité des personnes à mobilité réduite, afin que chacun bénéficie, de manière optimale, des services publics de transport. 3. La modernisation du bâtiment « voyageurs » pour accroître le confort et la qualité d’accueil des clients et développer un nouvel espace de vente. Le budget nécessaire à l’établissement de ce document sera réparti entre les différents partenaires nationaux et les collectivités locales intéressées à la rénovation de la Gare de Val-de-Reuil. Selon un calendrier qui sera précisé en fonction du résultat des pré-études effectuées entre l’automne 2008 et le printemps 2009, une réalisation est envisagée entre 2010 et 2011.

La SNCF devance la convention de rénovation en investissant ellemême 400 000 € dès 2009 pour moderniser la Gare. Pour sa première visite dans la 230ème gare du réseau SNCF, ainsi qu’il l’a souligné, Guillaume Pépy, son président n’est pas venu les mains vides. 400 000 € seront investis par l’entreprise publique,

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009

sans même attendre les résultats de l’étude préalable, pour améliorer la signalétique et le confort des voyageurs. Un dispositif d’annonces sonores sera installé. Un système d’affichage, comparable à celui dont la gare Saint-Lazare vient d’être équipée, sera mis en place. Des caméras de vidéo surveillance, indispensables à la sûreté et à l’exploitation de la gare, seront implantées. Ces crédits seront abondés par le système de bonus/ malus mis en place par la région, garant de l’exactitude des horaires, également affectés à la rénovation des gares de Vernon et de Val-de-Reuil. Une gare plus sûre, plus moderne et mieux adaptée, c’est la promesse qu’avait faite le président de la SNCF en acceptant, dès sa nomination, l’invitation du maire de Val-de-Reuil. La promesse est tenue : près de 10% des fonds nécessaires sont d’ores et déjà injectés à la modernisation de cet équipement. Les autres partenaires concrétiseront rapidement leurs engagements. Région, département et ville au 15 décembre ont versé leur écot.

Lampadaires, verts et recyclés Les lampadaires de la Place des Chalands, enlevés à l’occasion des travaux de remise en état du centre-ville vont reprendre du service. Ces lampadaires « à casquettes vertes » vont, en effet, permettre de tripler l’éclairage du parking de la gare SNCF en y étant réinstallés à l’occasion des travaux de modernisation qui s’engagent. Fidèle à sa démarche globale de préservation de l’environnement et de rigueur budgétaire, la ville recycle son propre mobilier urbain en lui offre une nouvelle jeunesse. L’objectif est évident : faire bénéficier l’ensemble des usagers d’un service de meilleure qualité à moindre coût.


Politique de la ville

Le 30 septembre, Fadela Amara en son jardin s’engagent. N’oubliez pas que dans une cité quand un jeune est embauché par une entreprise, cela change la donne. Ce gamin-là devient une référence dans son quartier. ». En signant les contrats d’autonomie, les entreprises s’engagent à offrir aux jeunes des quartiers, volontaires, de réelles perspectives de développement des compétences et d’emploi en leur faisant découvrir les différents métiers de leur entreprise leur proposant des qualifications, en les préparant aux exigences de la vie en entreprise.

Retrouver le « vivre ensemble »

Fadela Amara, secrétaire d’Etat chargée de la Politique de la Ville, est venue défendre son idée du retour d’une République laïque et métissée au cœur des quartiers. Dès son arrivée, la Secrétaire d’Etat a planté le décor « Je suis ministre militante et je suis sur le terrain ». Elle l’a illustré en se livrant à Val-de-Reuil à deux gestes importants : la pose de la première pierre de la future Résidence des Falaises qui sera construite en entrée de ville et la signature des contrats d’autonomie au travers desquels plusieurs grandes entreprises s’engagent à suivre des jeunes dans leur cheminement vers l’emploi, qui ont précédé un débat au collège Alphonse Allais avec les acteurs locaux de la politique de la ville. Première pierre de la Résidence des Falaises : urbaine, paysagère et citoyenne Pour Fadela Amara, le logement fait partie intégrante de la politique de la Ville « Chacun doit trouver sa place dans la ville. La qualité du cadre de vie, l’équilibre avec la nature, la mixité sociale font donc partie de l’opération de renouvellement urbain dans laquelle Val-de-Reuil s’est engagée. ». C’est donc naturellement qu’entourée des architectes, des partenaires, des élus des communes voisines et des jeunes de l’EPIDe, elle a mis le premier coup de truelle à la future Résidence des Falaises imaginée par l’architecte Jean-Marc Sandrolini et construite par Eure Habitat. Il s’agit des premiers logements sociaux construits à Val-de-Reuil dans le cadre du renouvellement urbain et de la première manifestation du grand projet de construction de 600 logements en entrée de ville. La « résidence des Falaises » - 22 logements collectifs et 32 maisons de livrés en janvier 2010 - sera réalisée dans une approche esthétique, urbaine et paysagère. Intégrée

à une démarche urbaine globale en entrée de ville et respectueuse de son quartier, la Résidence des Falaises sera également une « agrafe » urbaine destinée à faire le lien entre les quartiers avoisinants déjà existants. L’architecte Jean-Marc Sandrolini a également tenu à ce que son projet donne toute son importance à l’élément végétal. Les 54 logements de la résidence des Falaises seront construits sur un terrain de 1 hectare. C’est cette faible densité qui a permis à l’architecte d’étirer la silhouette de son projet pour y faire rentrer un maximum de verdure et de la lumière. Par ailleurs, dans le cadre de son partenariat avec l’association des Paralysés de France, les programmes de constructions d’Eure Habitat comporteront 10% de logements adaptés. La Résidence des Falaises comptera ainsi 4 logements adaptés au rez-dechaussée des logements collectifs, 4 maisons de ville adaptées et 28 adaptables.

Signature des contrats d’autonomie : « Je veux du concret » Au collège Alphonse-Allais, neuf entreprises se sont engagées à embaucher des jeunes, en signant une convention avec la ministre et le maire de Val-de-Reuil : la fédération française du bâtiment de l’Eure, EADS, Leclerc, Hôtel Mercure, Soprema, Valois, Pharmalog, Vedior France et la chambre des métiers et de l’artisanat de l’Eure. « Chacun à des devoirs, mais aussi des droits. Nous devons donner les moyens aux jeunes des quartiers de réussir le pari de la réinsertion. Il y a du talent dans les quartiers ! Que de grandes entreprises décident de faire confiance à des jeunes, ce n’est pas accessoire. Cela se traduit par des CDI, des CDD ou des contrats d’apprentissage. Des signatures apposées au bas d’une feuille seules ne m’intéressent pas. Je veux du concret comme ici où des entreprises

Enfin, face à un public attentif, composé de tous les acteurs - enseignants, éducateurs, militants associatifs -de la politique de la ville à Val-de-Reuil, Fadela Amara a résumé : « Je ne suis pas une pro de la politique. J’ai accepté car je pense qu’il y a urgence à tirer les leçons des émeutes de 2005, à travailler à ce fameux vivre ensemble que je défends depuis toutes ces années. Le plan Espoir banlieues, c’est le retour de la République au cœur des quartiers, c’est faire émerger une élite populaire, c’est favoriser l’emploi des jeunes des cités, car il faut que toute la population soit représentée dans toute sa diversité ».

Pose de la première pierre de la Résidence des Falaises

Les 54 logements de la Résidence des Falaises (perspective)

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009

09


Scolaire

Juin 2008, 91 % des lycéens de Marc-Bloch ont eu leur bac !

La ville depuis longtemps mise sur la culture et la réussite scolaire pour faire de ses enfants les élites de demain. En 2008, avec 91 % d’admis et 73 mentions, le lycée Marc-Bloch enregistre son meilleur « score » au baccalauréat. Cette année, 91 % des élèves ont eu leur bac dont 73 mentions et un

Alexia Bourdon et Khadija Atif, les lauréates du concours d’entrée à Sciences Po

10

élève a obtenu une moyenne de 19,76. Ce n’est pas tout, la série qui a eu les « moins bons » résultats se situe au dessus de la moyenne nationale. La plupart des élèves de Marc-Bloch poursuivent leurs études à la fac ou dans des écoles supérieures. C’est le cas notamment de Alexia Bourdon et Khadija Atif qui sont devenues, au lycée Marc-Bloch, les premières lauréates du concours d’entrée à l’Institut d’Etudes politiques de Paris. En mars 2006, Gilles Kepel, professeur des universités à l’Institut d’études politiques de Paris était venu, avec

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009

Cyril Delhay responsable à l’IEP de Paris des conventions éducation prioritaire, réfléchir à la possibilité que le lycée Marc Bloch soit éligible à la signature d’une convention avec Sciences-Po. Le pari de la modernité et de l’ouverture a donc été gagné et la bonne nouvelle est tombée : à Val-de-Reuil, nous avons déjà deux futures diplômées Sciences Po. Lycée de la réussite, l’établissement propose aussi à ses élèves d’apprendre le chinois et accueille un BTS OptiqueLunetterie depuis la rentrée.

Bravo à tous !


Scolaire

Lire et Faire Lire : en quête de lecteurs bénévoles

Pour que le plaisir de la lecture se transmette de génération en génération ! Leur passion ? La lecture. Leur bonheur ? La partager aux enfants des écoles. Depuis 2003, sous la houlette d’Henri Sobowiec, avec la complicité de la Médiathèque Le Corbusier et des directeurs d’école, les membres de l’association Lire et faire lire ont pour objectif de transmettre aux enfants le goût de lire au travers de séance de lecture à voix haute. En petits groupes, une ou plusieurs fois par semaine, et toujours en liaison étroite avec les professeurs des écoles, contes de fées, grands classiques, contes bilingues, récits contemporains… sont lus par les lecteurs bénévoles de l’association. Ces derniers, pour la plupart retraités, lancent

Chèques Lire, concours de nouvelles

Remise des chèques-lire aux enfants de CP et de 6ème

Le concours de nouvelles a pour but de permettre à tous de découvrir le plaisir d’écrire, de jouer avec les mots, de développer imagination et faculté d’invention. Ouvert à tous (adultes, juniors et spécial écoles), le concours de nouvelles vous propose de produire une œuvre originale de 10 pages maximum, non publiée, écrite en français, comportant un titre. Le thème du concours 2009 est : « Au détour d’un chemin, vous rencontrez une plume. Sans doute a-t-elle beaucoup de choses à vous dire. Que vous raconte-t-elle ? ». Votre texte doit être adressé en 5 exemplaires avant le 10 avril 2009 à la Médiathèque Le Corbusier. Renseignements : Michelle Pastor, directrice de la Médiathèque Tél : 02 32 09 31 36 – mpastor@valdereuil.fr

un appel. En effet, ces passionnés de lecture ne sont pas assez nombreux pour mener les – nombreux – projets à destination des enfants de classes maternelles et des centres de loisirs. Convaincus que la « lecture-plaisir » est un outil performant pour compléter l’enseignement que les enfants reçoivent à l’école, ils ont besoin de nouveaux lecteurs pour leur transmettre l’amour du livre. Si l’aventure vous tente, vous pouvez les rejoindre. Un seul critère est exigé : aimer lire ! Lire et faire lire Antenne de Val-de-Reuil – Ecole des Dominos Tél : 02 32 59 38 56 / 02 32 59 45 22

Coup de pouce CLE pour les petits

Les clefs de la réussite dès le cours préparatoire Depuis longtemps, Val-de-Reuil a fait le pari que la lecture et l’écriture sont à la fois l’apprentissage de la démocratie, de l’ouverture sur le monde, de la formation d’un public jeune et un outil d’appropriation d’un statut démocratique, d’un statut de citoyen, d’un statut d’intégration. Depuis plusieurs années, avec les directeurs et directrices d’école, avec les enseignants et avec les élus, la rencontre du livre, de la lecture et de l’écriture, est sacralisée, solennisée, symbolisée, chaque année, à travers des actions et des rendez-vous (Lire en fête, concours de nouvelles, Prix des Incorruptibles, remise des chèques-lire aux enfants de CP et de 6ème, association Lire et faire lire…). Les clubs de la réussité scolaire Le 21 novembre, en présence des élus, de l’inspecteur de l’éducation nationale et de leurs enseignants, 10 enfants de l’école des Dominos et leurs parents se sont engagés dans l’aventure des « Coups de pouce CLE », Clubs de Lecture et d’Ecriture. Cette opération, portée financièrement par la Ville dans le cadre du Plan de Réussite Educative, a pour but d’aider les enfants de CP qui en ont besoin, à progresser dans l’apprentissage de la lecture. Par groupes de 5 - « les clubs » - les enfants sont pris en

charge 4 fois par semaine, après l’école pendant une heure et demie par un enseignant. Chaque séance commence par un goûter, une discussion avec les enfants sur leur journée, la reprise des leçons pour le lendemain, puis 40 minutes de jeux autour de la lecture et du vocabulaire (jeux de mots, jeux de société, histoires à terminer…). A la fin de la séance, l’enseignant fait une lecture à voix haute. Chaque enfant du club est abonné à une revue consacrée à l’apprentissage de la lecture. En 2007-2008, 241 villes ont mis en place le Coup de pouce CLE pour plus de 9000 enfants. Les acteurs locaux constatent que le Coup de pouce CLE permet d’éviter l’échec scolaire précoce pour 90% des enfants inscrits dans les clubs. Ecole des Dominos 4, rue du Lierre 02 32 59 38 55

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009

11


Portraits d’entrepreneurs

Frédéric Simmoneau et SHM : des menuisiers « aux Lacs »

Depuis le 1er septembre, une petite entreprise est venue rejoindre les PME installées sur le parc industriel des Lacs. Après avoir été, pendant 15 ans, salarié dans une entreprise rouennaise, Frédéric Simonneau a tout quitté pour tenter l’aventure de la création d’entreprise à Val-de-Reuil. Trois questions à ce chef d’entreprise à l’optimisme communicatif.

Q : Pouvez-vous nous présenter votre entreprise ? R : SHM est une toute nouvelle entreprise. Nous sommes spécialisés dans la menuiserie, la platerie et l’agencement. Même si ce sont deux approches différentes, nous avons la capacité à la fois d’intervenir chez les particuliers comme de répondre à des appels d’offres auprès des collectivités ou des entreprises. Ici c’est une structure à taille humaine, dans laquelle la qualité de vie au travail, le respect de l’environnement et des normes de qualité sont des valeurs essentielles. Aujourd’hui, nous sommes quatre, mais à terme nous devrions être une quinzaine. Q : Pourquoi avoir choisi Val-de-Reuil pour votre implantation ? R : Pour 3 raisons. D’abord la situation géographique de Val-de-Reuil. Entre Paris, Evreux et Rouen, il y a cette petite ville bien située, une belle vitrine industrielle avec les entreprises pharmaceutiques

que tout le monde connaît. Ensuite, elle est dans un secteur très pavillonnaire, où la demande des particuliers en matière d’aménagements de combles, de terrasses est en plein développement. Enfin, en m’installant, j’ai pensé qu’une entreprise nouvelle ne pouvait qu’apporter une nouvelle concurrence. Elle se fait toujours au bénéfice des clients potentiels d’un secteur. Q : Vous êtes donc confiant ? R : Je suis réaliste, mais optimiste. C’est vrai que la crise est bien là dans le bâtiment. Crise du logement, frilosité des banques pour les prêts aux particuliers… Mais le marché local est à la fois sain et stable. Puis, il y a un domaine qui bouge beaucoup en ce moment, c’est celui des collectivités locales. Rénovation et amélioration du patrimoine, construction de nouveaux équipements, comme les deux classes du groupe scolaire Leclerc du Vaudreuil, le travail ne manque pas. Et nous allons aussi participer à la réalisation de Pharmalog 2.

Dorian Auger, l’opticien de la rue Courtine pour toutes ces raisons, que mon associé et moi avons trouvé judicieux de nous y installer. Q : Vous êtes donc confiant ? R : Juillet, le mois de notre ouverture a été satisfaisant. Notre activité est au niveau de ce que nous avions prévu. Aujourd’hui, nous n’avons qu’une vendeuse, mais à l’avenir nous espérons développer notre activité et embaucher une personne supplémentaire. Des lignes et des couleurs contemporaines, un mobilier et des éclairages choisis, une ambiance chaleureuse, voilà pour l’accueil qui vous est réservé dans le nouveau magasin d’optique qui vient d’ouvrir ses portes rue Courtine. Depuis le 4 juillet, Dorian Auger s’est lui aussi lancé dans l’aventure de la création d’entreprise. Q : Pouvez-vous nous présenter votre entreprise ? R : J’ai été pendant quatre ans salarié dans le domaine de l’optique. J’ai toujours eu le projet de m’installer, mais je voulais pouvoir à la fois choisir mes fournisseurs, m’adapter à la demande des clients et leur proposer les dernières innovations

12

technologiques en termes de verres et de montures. Je voulais aussi à la fois un endroit original mais aussi traditionnel et chaleureux. C’est pour toutes ces raisons que j’ai fait le choix d’ouvrir un magasin indépendant de toute franchise. Nous avons une offre de 850 montures optiques et de 150 modèles de solaires. Q : Pourquoi avoir choisi Val-de-Reuil pour votre implantation ? R : J’habite Val-de-Reuil depuis 15 ans et je connais bien cette ville. Il n’y avait qu’un seul opticien pour 15 000 habitants. La rue Courtine est en plein développement, il y a beaucoup de passage, le stationnement est facile et c’est une belle vitrine pour le commerce rolivalois. C’est

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009

SHM 9, voie du 10 mai - BP 329 27103 Val-de-Reuil Cedex Tél : 02 32 61 42 02 - Fax : 02 32 61 42 26 shmenuiserie@orange.fr Courtine Optic Rue Courtine - Tél : 02 32 59 35 11 Ouvert du lundi au vendredi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h, le samedi de 10h à 19h. Ascoval 3, place des Chalands - Tél : 02 32 59 24 23


TRAVAUX Travaux

Une vraie place et une station-bus aux Chalands début 2009

Les travaux de rénovation de la partie basse de la place des Chalands ont débuté au début du mois de septembre. Il s’agit de la réalisation d’une « place urbaine » qui reliera la Dalle, le Théâtre des Chalands au nouveau relais bus, avec deux parkings traversés par une promenade lumineuse, ainsi qu’un sanitaire public Le nouveau relais bus sera installé sur une plateforme au milieu de la route des Falaises, sur laquelle les bus venant des deux sens se rejoindront. La route des Falaises qui a été déviée durant les travaux sera réouverte à la fin du chantier. La partie haute de la place sera réaménagée, en demeurant un parking, dans le cadre du chantier de rénovation de la rue Grande prévue en 2009.

Un Poste de police municipale moderne et accueillant en 2010

Aujourd’hui situé rue des Turbulents, le poste de police municipale devrait rejoindre fin 2009 – début 2010 la place au Jeunes, où se trouvent déjà l’inspection de l’éducation nationale, l’ASI et Epireuil. Des études sont en effet actuellement en cours, sous la houlette d’Emmanuelle Lego, architecte.

Une Halle d’athlétisme européenne en juillet 2009

Au dessus du Parc des sports, la halle couverte d’athlétisme, imaginée par les architectes Vincent Rivoire et Eustache Pittaras, permettra la pratique de toutes les disciplines de l’athlétisme indoor. Cet équipement, unique sur le quart nord-ouest de la France, sera destiné à l’entrainement permanent des athlètes de la région, l’organisation de compétitions d’envergure départementale et nationale et l’accueil des jeunes et scolaires de l’agglomération. Sa piste de 100 mètres est quasi unique en Europe. Il pourra également accueillir des compétions d’autres disciplines sportives, des colloques, séminaires, salons et concerts. Sa capacité d’accueil sera de 500 athlètes et de 1 000 places en gradins. On murmure qu’elle pourrait s’appeler Jesse Owens.

1000 logements chauffés au gaz en centre-ville en 2009

Les 9 et 10 octobre IBS a présenté à ses locataires son projet de transformation du chauffage dans 1034 logements. Les travaux qui dureront de décembre 2008 à octobre 2010, pour un coût total de 12M€, permettront de transformer le chauffage électrique individuel en un système de chauffage central gaz. La facture de chauffage de chaque locataire devrait être diminuée de 50%.

Des abris-bus neufs tout de suite

De nouveaux abris bus à éclairage solaire intégré ont été installés par la CASE le long de la route des Falaises. Une nouvelle ligne de bus doit être ouverte entre l’école Coluche, le « nouveau quartier du lycée » et le collège Montaigne.

Partout des agrafes vertes pour cinq ans

Une agrafe commerciale devant la place des 4 Saisons reliant le futur Immochan à la rue Courtine scande et rythme l’avenue des Falaises, relie le Nord de la ville à son Sud. En entrée de ville, parallèle à la voie de l’Equerre, la réalisation d’une agrafe verte a débuté le 17 novembre entre King-Kong et la nouvelle résidence des Falaises. Elle sera une de ces « respirations » vertes, de ces espaces de détente et de verdure que la ville à la campagne souhaite proposer, préserver et offrir à ses habitants. Sentiers des senteurs, aires de jeux pour les enfants et espaces de repos agrémenteront cet espace dédié à la flânerie et à la promenade.

Une Maison du Département s’installe le mois prochain

Le bâtiment qui a accueilli, route des Falaises, la gendarmerie puis le poste de police nationale est en cours de réhabilitation. Il devra accueillir début 2009 la Maison du Département. Tous les services sociaux et médico-sociaux du Département, actuellement présents au CMS Jacques Monod et dans l’antenne de la Rue du Pas des Heures y seront installés : assistantes sociales, protection maternelle et infantile, aide sociale à l’enfance, prévention sanitaire, prévention des MST, centre de planification, consultation conjugale, préparation à la naissance, sages femmes… La classe relais du collège Pierre Mendès France y sera également accueillie, ainsi qu’une permanence de la Caisse régionale d’assurance maladie (CRAM).

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009

13


Brèves de Ville Val-de-Reuil, au coeur de l’amitié européenne Dans le cadre d’une amitié qui lie nos trois villes depuis de nombreuses années, Polonais, de Stzum et Allemands, de Ritterhude sont venus nous rendre visite, pendant une semaine. Au cours de leur séjour, ils ont découvert la vie rolivaloise, les paysages normands et les charmes de la capitale. Ils ont aussi participé à la vie municipale. Leszeck Tabor, maire de Stzum et Suzanne Geils, maire de Ritterhude, ont suivi le maire dans son agenda rythmé jusqu’à la signature de l’ANRU de Louviers.

En 2009, la ville célébrera les 20 ans de jumelage et d’amitié avec Ritterhude et 10 ans avec Sztum. Dans nos deux communes cet anniversaire sera l’occasion de festivités et de rencontres. Marc-Antoine Jamet avec Leszech Tabor, Maire de Sztum ( Pologne ) - http://sztum.pl Suzanne Geils, Maire de Ritterhude ( Allemagne ) - www.ritterhude.de

Des Rolivalois, Normands de l’année

Alexia Bourdon et Khadija Atif, les lauréates du concours d’entrée à Sciences Po

Ils sont rolivalois , ils ont fait l’actualité et marqué de leur empreinte l’année qui vient de s’écouler. Leur talent, leur action et leur générosité ont été salués cette année par le quotidien Paris-Normandie qui les a naturellement choisis pour figurer parmi les 200 Normands de l’année 2008 : Elodie Brizard (voir photo), directrice de l’Epireuil, dans la catégorie « les jeunes talents », Jean-François Berjonneau,

prêtre de l’église de la fraternité, dans la catégorie « la bonne cause », Dominique Boivin, chorégraphe et créateur de la compagnie Beau Geste et Jean-Claude Bourbault, comédien et directeur du cinéma Les Arcades, tous deux dans la catégorie « les créateurs » et Doudou Felou Sow, éducateur sportif, dans la catégorie « le sport amateur ».

Des macarons et des chocolats, Val-de-Reuil, capitale de la douceur Des amandes, du sucre, du blanc d’œuf et bien sûr une authenticité et un savoir-faire inimitables. Voici la recette des macarons de « Grand-mère Auzou ». Ils étaient fabriqués jusqu’à présent à Evreux dans un atelier devenu trop petit. Sans pour autant céder aux sirènes de l’industrialisation, fidèle à son credo « être un artisan moderne », l’entreprise familiale Auzou a choisi le parc des Saules pour inaugurer un tout nouvel atelier de 600 m2,

tout près de la chocolaterie qui fonctionne depuis 2003. Sucrés ou salés, quatre à cinq mille macarons vont sortir de l’atelier et seront vendus dans les boutiques Auzou. Une vente directe est également proposée tous les vendredis de 10h à 18h. Tél : 02 32 59 92 19 www.auzou-chocolat.fr

Les nomades auront leur aire L’installation d’une aire d’accueil des gens du voyage est devenue avec la loi de juillet 2000, une obligation pour les communes de plus de 5000 habitants. Dans l’Eure, le schéma départemental d’accueil des gens du voyage est venu concrétiser les dispositions de la loi dès avril 2001. Mise en service le 17 septembre, l’aire d’accueil située sur la commune de Val-de-Reuil a été inaugurée en présence du Préfet. Qualifiée d’exemplaire par ce dernier, l’aire de Val-de-Reuil, complémentaire de celles installées sur les communes d’Acquigny et de Louviers, propose 15 emplacements, soit 30 places. Chaque emplacement possède un module sanitaire, avec une gestion des fluides individualisée pour chaque famille. L’aire est

14

prévue pour des séjours courts de quelques jours à 3 mois, qui pourront être prolongés jusqu’à 9 mois, notamment pour la scolarisation des enfants. Le projet social, en cours de finalisation, prévoit notamment l’embauche en 2009 d’un coordinateur social pour les trois sites, qui sera chargé d’aider les familles dans leurs démarches de citoyenneté, pour la scolarisation des enfants, l’accès au droit et à la santé. Chaque famille pourra bénéficier d’un projet individuel d’insertion sociale, dont le suivi et la réalisation seront coordonnées entre les différents acteurs sociaux du territoire : les professionnels des CCAS et des centres médicosociaux du Département

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009


Sports Triathlon (14 septembre), fête du sport et virades de l’espoir (28 septembre), Tour de France à moto (29 septembre), Marathon (12 octobre)... Pendant deux mois, Val-de-Reuil a vécu au rythme de l’effort et de la performance.

Retour sur images !

Alban Chorin US Laval, vainqueur du Marathon Seine-Eure 2008

Fête du Sport 2008, démonstration de VTT : Clément Gaudin, vététiste cadet VCVR

Tour de France à moto

23ème édition du Triathlon de Val-de-Reuil

Bartosz Mazerski, club Zantyr de Stzum, vainqueur de l’édition 2007 du Marathon Seine-Eure arrivé 2ème en 2008

Boubacar Sow, athlète du VRAC, dans le top 20 des athlètes préférés des Français Classé hors catégorie lors de la cérémonie des Trophées du sport 2008, Boubacar SOW avait été désigné comme « Meilleur rolivalois ». Il avait été également récompensé pendant la fête du sport pour ses excellents résultats obtenus par équipes avec l’Association Sportive du Lycée Marc Bloch (championne de France d’Athlétisme Indoor en vitesse et en sprint) et le Val-de-Reuil Athlétique Club (3ème place du championnat de France Junior FFA du relais 4X100m en 42’’92). L’athlète du VRAC a aussi décroché en novembre la 20ème place du concours de l’athlète préféré des Français. Son titre acquis cet été de champion de France junior du 200 m en 21’’50 y est sans doute pour beaucoup. Mais ce sont surtout les qualités de ce jeune athlète de 18 ans, emblème de l’athlétisme à Val-de-Reuil qui sont saluées à travers ce classement.

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009

15


Société Un conseil et un contrat pour la sécurité : le CLSPD

Le 21 novembre dernier, le Contrat local de sécurité et de prévention de la délinquance – CLSPD - s’est réuni dans l’Auditorium de l’école de musique, sous la présidence de M. Richard Samuel, Préfet de l’Eure et en présence de Mme Marie Suzanne Le Queau, Procureure Générale près le Tribunal de Grande Instance d’Evreux. Cette réunion a rassemblé une cinquantaine d’intervenants, maires et élus des communes de Val-de-Reuil, Pont-de-l’Arche, Léry, les Damps et Poses, police municipale et nationale, gendarmerie, pompiers, bailleurs sociaux, éducation nationale, département, communauté d’agglomération et associations. Au cours du tour de table, les représentants de ces institutions ont présenté un bilan en matière de délinquance et de sécurité, formulé

leurs remarques et présenté leurs actions dans ces domaines. Les maires de Léry et de Poses, aujourd’hui en zone gendarmerie, ont notamment soulevé l’idée du rattachement de leur commune au commissariat de Val-de-Reuil. La possibilité que la police municipale puisse être mutualisée et intervenir en partie sur la commune de Léry a également été évoquée. La décision plus importante prise au cours de cette réunion a été la signature, entre le Préfet et la Ville, d’une convention qui engage l’Etat à un premier versement de 200 000 € pour doter Val-de-Reuil d’un réseau de 14 caméras de vidéovigilance, qui protégeront les espaces et les biens publics.

Deux de ces caméras pourraient aussi être installées sur la commune de Léry. De son côté, Eure Habitat a annoncé sa volonté d’installer des caméras autour de ses immeubles. La SNCF a aussi confirmé ce que son président Guillaume Pépy au cours de sa visite avait annoncé, l’installation de caméras autour de la gare de Val-de-Reuil. Ces réseaux seront coordonnés pour être plus efficaces. L’étude pour l’implantation du réseau de la ville sera rendue à la fin de l’année et leur installation est prévue pour le premier semestre 2009. Trois groupes de travail ont été constitués, chargés de réfléchir sur la vidéovigilance et la convention de partenariat avec Léry, sur la sécurité routière et les transports, sur l’éducation.

TYCO Electronics : le scandale Le 17 décembre, les représentants des salariés de l’entreprise TYCO Electronics de Val-de-Reuil ont été reçus, avec le soutien de Marc-Antoine Jamet, maire de Val-de-Reuil et vice-président du Conseil régional de Haute-Normandie ainsi que de Annie David, sénatrice de l’Isère, par M. Philippe Gustin, conseiller auprès de Mme Christine Lagarde, ministre de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi.

sur des subventions et des garanties, sur les avantages de parcs industriels modernes, sur des infrastructures proches et de grande qualité, ainsi que sur des moyens de communication de haute technologie. Cette situation, créée grâce aux contribuables français, a permis à la société américaine de réaliser des bénéfices, dans une usine performante, avec des salariés compétents, un carnet de commandes rempli.

La démarche commune des syndicalistes et des élus vise à rappeler à l’Etat une réalité.

La délégation a donc réaffirmé qu’il appartient aux dirigeants de TYCO Electronics de travailler à un plan de requalification industrielle du site de Val-de-Reuil, qu’un éventuel plan social doit

A Val-de-Reuil, TYCO Electronics a pu compter

16

aller bien au-delà du droit du Travail, pour les 367 salariés de l’entreprise, qui ont au moins, les mêmes droits que des banquiers secourus par dizaines de milliards d’euros. Elle a aussi exigé l’arrêt de la fermeture d’usines rentables qui ne peuvent être déménagées en Bulgarie, en Roumanie ou ailleurs. Marc-Antoine Jamet a aussi demandé à Christine Lagarde de l’aider à rencontrer Tom Lynch, le président de Tyco International à qui il a demandé une réunion de négociation par lettre remise personnellement par l’ambassadeur de France aux Etats-Unis.

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009


CULTURE Culture

école intercommunale de musique et de danse Des locaux nouveaux pour musiciens et danseurs en tout genre Cette année, nous entrons dans la 2ème phase d’installation dans le bâtiment. Après la mise en conformité des lieux, nous entrons dans la phase de spécialisation, avec l’insonorisation et l’acoustique des salles. Nous sommes arrivés à une très belle équation, avec d’un côté des enfants, des jeunes et des adultes enthousiastes et de l’autre côté la chance d’occuper un bâtiment que nous sommes en train de modeler en fonction de nos envies et de nos besoins. Contrairement à beaucoup d’autres endroits, c’est le lieu qui petit à petit s’adapte à son utilisation et non pas le contraire.

Depuis un an, l’école intercommunale de musique et de danse s’est installée dans ses nouveaux locaux, un endroit bien à elle dans l’ancien collège Alphonse Allais. C’est vrai qu’elle était à l’étroit dans l’école Coluche. Aujourd’hui, Laurent Meunier est en-thou-sias-te. Trois questions à un directeur visiblement heureux Pas de pré-requis pour les grands débutants ! Pas la peine de savoir danser comme Noureïev ou de jouer de la musique comme Louis Armstrong pour profiter des cours de l’école de musique et de danse. Si une vocation vous arrive tardivement, 4 ateliers qui ne nécessitent aucun pré-requis vous sont proposés. Venez, essayez et restez ! Lundi, de 20h à 22h : chorale Lundi, de 20h à 21h30 : danse contemporaine Mercredi de 20h à 22h : atelier percus Jeudi de 20h à 21h30 : danse modern jazz Ecole intercommunale de musique et de danse Voie de la Palestre – Tél : 02 32 59 62 81 contact@musicadanse-valdereuil.com

Q : Comment s’est passée cette deuxième rentrée dans vos nouveaux locaux ? R : La rentrée s’est très bien passée. Avec les professeurs, les 600 élèves, nous sommes enthousiastes. Fatigués, mais heureux. Nous avons eu beaucoup d’inscriptions tant en musique qu’en danse et nous avons de longues listes d’attente. Rien que pour les cours de musique, nous avons dû refuser près de 30 personnes. Les débuts ont été difficiles, mais l’installation de l’école de musique dans ces nouveaux locaux a créé un véritable appel d’air. Les élèves et leur famille, les professeurs et les encadrants se sont très vite approprié les lieux, presque comme s’ils avaient toujours été là. C’est étonnant. Chacun y a trouvé les conditions propices pour donner le meilleur de lui-même. Avec ce nouveau bâtiment l’école de musique et de danse a trouvé sa place et son identité. La population s’est davantage rendu compte de son existence.

Q : Pouvez-vous nous présenter vos projets ? R : Le travail accompli depuis des années en milieu scolaire pour amener les enfants à la musique et à la danse et leur donner l’envie de continuer porte aujourd’hui ses fruits. Nous menons aussi un gros travail vers les enfants de 6ème. A contre courant de ce qui arrive souvent, à l’âge où souvent les enfants peuvent se décourager et abandonner la pratique de leur instrument ou de leur discipline, nous voulons soit les y amener, soit les aider à persévérer. Un beau parquet rebondissant, amortissant, bref professionnel vient d’être installé. Avec l’intégration des cours de modern jazz, jusqu’alors dispensés à Léry, l’école de musique est donc en train de devenir aussi une école de danse. Les 3 styles de danse – classique, modern jazz et contemporaine – y sont pratiqués. Q : Et l’avenir ? R : Nous avons de plus en plus d’élèves alors que le nombre de nos professeurs reste stable. Notre fierté est de ne pas être une école « classique ». Nous accueillons tous les publics : les amateurs et les professionnels, les grands débutants et les confirmés, du jardin d’éveil musical à l’orchestre symphonique, en passant par la danse de société et les musiques actuelles. Tous les enfants qui rencontrent la musique à l’école dans les classes de chant chorale ou les classes orchestres notamment (aux écoles Jean-Moulin et Coluche et au collège Alphonse-Allais) finissent par avoir envie de prolonger l’expérience et de s’inscrire à l’école de musique. Mais paradoxalement le succès de l’école de musique et de danse devient notre principal souci ! L’école de musique se retrouve victime de son succès puisque nous ne savons pas comment continuer à accueillir tous les nouveaux inscrits.

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009

17


Culture

A la Prétentaine ? Vous reprendrez bien une GIFLE !

Depuis le temps qu’on l’attendait, c’est officiel : Martin James Vanasse et la Compagnie de la Pleine Lune reviennent à Val-de-Reuil ! Ils s’installent à « La Prétentaine » occupée jusqu’alors par l’école de musique avant qu’elle ne rejoigne ses propres locaux dans l’ancien collège Alphonse-Allais. Dans ce « théâtre de poche » qui peut accueillir 80 personnes, Martin James Vanasse a les yeux qui brillent en évoquant les belles rencontres qu’il va pouvoir y faire et les projets – nombreux - qu’il va pouvoir y développer, entre autres, relancer les ateliers et les spectacles de théâtre d’improvisation. Martin James Vanasse, on le connaît : c’est le fondateur de la compagnie de la Pleine Lune et de la troupe théâtrale La Gifle, une référence dans la région du théâtre d’improvisation et son promoteur acharné au sein des ateliers et des matchs. Théâtres, cinémas, patinoires, chapiteaux, prisons… depuis 2001, la GIFLE a depuis cette date produit près de 250 spectacles devant plus de 35 000 spectateurs. Dans son édition du 11 septembre dernier, Paris-Normandie disait même de lui qu’il était « toujours copié, mais jamais égalé ». Au sein de la Compagnie de la Pleine Lune, il anime des ateliers, écrit, monte des spectacles,

18

fait de la mise en scène, intervient dans les écoles et les structures de réinsertion. Mais dans ses nouveaux locaux, Martin James Vanasse a bien d’autres projets encore. Il veut faire du studio théâtre de la Prétentaine, à la fois un outil de travail et de création, un endroit où l’on puisse se poser, réfléchir, inventer, un lieu ouvert, de vie et de rencontres où se croiseront des mondes, des compétences et des disciplines a priori peu prédestinés à se rejoindre, mais qui se nourriront les unes des autres. Chanteurs, vidéastes, artistes peintres, éclairagistes, danseurs, clowns… pourront y venir pour un jour ou pour toujours, trouver soutien technique, créer sans le souci du temps ou de la production, proposer ateliers, formations, rencontres, expositions, happenings. Les habitants du quartier, les associations y sont aussi les bienvenus. Martin James Vanasse refait sienne l’expression selon laquelle « le théâtre n’est pas l’ennui que l’on nous vend ». A la Prétentaine, les cours dans les ateliers impro et théâtre ont repris. Ils sont ouverts aux adolescents et aux adultes. Et s’ils ont la fibre et si un public attentif et connaisseur ne leur fait pas peur, ils pourront ensuite intégrer La Gifle, faire des matchs d’improvisation ou jouer un spectacle écrit. Vous reprendrez bien une Gifle !

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009

Les ateliers Atelier Improvisation « ADO’s impro » pour les 14-18 ans Novices et confirmés ensemble dans un seul objectif : s’amuser à créer ensemble, écouter, partager et apprendre à développer ensemble. Mercredi de 17h00 à 19h00 Atelier Improvisation adultes Jeunes et vieux adultes, réunis pour apprendre à écouter ou réécouter l’autre, avec soi-même et les autres comme matière au service des idées et de créations spontanées Mercredi de 19h30 à 21h30 Atelier Théâtre improvisation adultes pour les joueurs confirmés Un travail d’improvisation qui débouchera sur l’écriture, un bout de chemin sur le travail du texte et de la recherche sur scène avec les outils de l’improvisation pour découvrir de nouveaux sentiers. Jeudi de 18h30 à 20h30 Studio théâtre de la Prétentaine 16 Allée de La Prétentaine 02 32 25 93 53 - http://lagifle.com


Culture

Bal de Reuil 4# « Bal dans la peau » Pour la 4ème année consécutive, la ville de Val-de-Reuil et la Compagnie Beau Geste ont transformé l’ancien centre de secours en une salle de bal délirante. Après les thèmes du disco, de la salsa et de la comédie musicale, la 4ème édition du « Bal de Reuil » a emmené ses nombreux « danseurs-fansparticipants » dans la 4ème dimension, l’univers de la science fiction et de l’heroïc fantasy, créatures imaginaires, extraterrestres, super-héros ont interprété des danses inspirées de clips et de films, dans cette aventure chorégraphique et festive ouverte aux humains de tout âge ! Trois soirées à guichet fermé et une liste d’attente chaque année plus importante. Un succès mérité pour Christine Erbé et Xavier Mouchère qui imaginent, chorégraphient, animent cette manifestation. Compagnie Beau Geste Ile du Roy 02 32 59 73 06 - www.beaugeste.com

Côté Jardin, 5ème édition En 2004, la municipalité crée le festival Côté Jardin. A l’initiative de la ville, un collectif programme et imagine deux semaines de spectacles de théâtre. Il y a le Centre Dramatique National des Tréteaux de France Marcel Maréchal, l’Ephéméride de Patrick Verschueren, le service culturel communal et biensûr, le Théâtre des Chalands. Cette année-là, en 2004, l’épisode n°2 dépend du succès - de l’adhésion ou non du public - de ce pari osé : présenter du théâtre de façon intensive dans la saison culturelle de la ville. 2008 : Côté Jardin en est à son 5ème édition. Soutenu par le Conseil général, le Conseil régional et l’Etat, Direction Régionale des Affaires Culturelles, accompagné par des mécènes privés qui partagent depuis le début le risque avec nous, le festival a trouvé ses publics et ses soutiens : Fabrice Lucchini, Jean-Pierre Marielle, Michel Aumont, Philippe Caubère, entre autres... sont montés sur les tréteaux des Chalands. Les salles ont toujours été pleines et le public ravi. Le centre culturel désormais a intégré le festival à sa programmation annuelle. Déjà s’élabore l’épisode n°6 - on murmure des noms... Jacques Weber, les « Diablogues », d’autres peut-être pour une saison 2009 plus diversifiée, ouverte aux arts de la rue, à la danse, aux arts plastiques et qui réunirait tous les acteurs culturels de Val-de-Reuil.

Michel Aumont, dans « A la porte »

La médiathèque fait sa musique Des partitions de musique à la Médiathèque Le Corbusier Musiciens débutants ou confirmés, amateurs ou professionnels, professeurs, élèves… tous ceux qui souhaitent enrichir leur répertoire peuvent maintenant trouver à la Médiathèque Le Corbusier un fonds plus de 500 partitions. Tous les instruments et tous les genres musicaux sont à leur disposition. Médiathèque Le Corbusier Place aux Jeunes Tél : 02 32 09 31 36 www.mediatheque-valdereuil.fr

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009

19


Tribune

Tribune des groupes politiques

MOTION DES ELUS SOCIALISTES ET REPUBLICAINS POUR L’AVENIR DE NOS ENFANTS, LES 3000 POSTES DE RASED DOIVENT ETRE MAINTENUS

La décision brutale de supprimer 3000 postes d’enseignants par an sur les trois années à venir des réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté (les RASED) va priver des dizaines de milliers d’enfants des aides spécialisées, spécifiques, leur permettant l’accès à l’éducation. Le Conseil municipal de Val-de-Reuil demande au Gouvernement de renoncer à cette décision et de prendre les mesures nécessaires pour le maintien et le développement des RASED notamment dans le département de l’Eure. Les élèves relevant des RASED souffrent de difficultés scolaires, certes, mais surtout sociales, familiales, psychologiques, qui seront de plus en plus grandes avec la crise. L’orientation actuelle du gouvernement qui demande aux enseignants de faire du soutien sans appui des personnels compétents et spécialisés et qui veut faire l’économie des rééducateurs et de leurs savoirs, de leur connaissance précise des obstacles que rencontrent les enfants, ne peut que mener à des impasses et aboutir à un résultat inverse de celui affiché. Cette décision qui fait suite à d’autres réformes imposées participe au démantèlement programmé de l’Education nationale comme service public. L’école doit rester le garant de l’égalité des chances, de l’accès au savoir pour tous les enfants de la République. Le Conseil municipal de Val-de-Reuil demande que des moyens suffisants soient dégagés par le gouvernement pour permettre à tous les enfants, partout en France, d’accéder à une école de qualité, gratuite et laïque. Adopté par le Conseil Municipal du 28 novembre 2008

UNION POUR UN MOUVEMENT ROLIVALOIS par Catherine Cascajarès

Nous voici arrivés à la fin de l’année 2008, et Gilles Gayte Conseiller Municipal d’Opposition nous a quitté, le 9 Septembre 2008 foudroyé par une crise cardiaque et nous sommes tristes. Mais nous continuerons son combat, car il aimait la ville et les Rolivalois ! Nous sommes conscients que le Budget est très serré, comment interpréter les restrictions à venir ? Doit-on envisager des restructurations, des suppressions de postes ? Quelle est la vision de la Mairie en temps de crise ? Pourquoi ne pas former les chômeurs, les personnes sans qualification en créant : un Pôle-Emploi-Formation afin de préparer nos concitoyens aux mutations des prochaines années ! Val-de-Reuil rappelons le possède un bassin d’emplois riche mais une main-d’œuvre locale ne correspondant pas aux entreprises du site. Le pourcentage de l’emploi à la Formation, avoisine pour certaines entreprises 5 à 7%. Ne pourrait-on passer un accord avec ces dernières pour que les Rolivalois en profitent ! Un faible pourcentage de Rolivalois profite des emplois générés par le Bassin d’Emplois du site ! Comment et sur quoi la Mairie envisage-t-elle de réaliser des économies ? Le Coût de fonctionnement de la « Halle d’Athlétisme » avoisinera les 1 Million d’Euros (à la charge de la Municipalité, donc du contribuable) à laquelle s’ajoutera les voies d’accès, les Parkings ! Ce projet en cours de réalisation définitive n’est pas un exemple type d’économies. Si certains travaux étaient nécessaires voire indispensables cette Halle ne l’était pas ! Beaucoup d’entre-vous attendent la réfection de la Dalle et pensent que c’était une des Priorités. Comment le projet Immochan peut-il se réaliser avec une voie d’accès réduite Avenue des Falaises ? Si un semblant d’ouverture semble se dessiner en nous laissant nous exprimer dans le journal de la ville, nous n’occupons toujours que des « Strapontins » en tant que suppléants dans quelques commissions, je n’ai à ce jour siègé dans aucune commission hormis celle des Finances ouvertes aux habitants ! Nous constatons beaucoup de points lumineux sur la ville mais sont-ils au bon endroit ! Concernant la réutilisation de réverbères nous avons été entendu, une partie des réverberes à casquettes vertes seront réutilisés pour être installés à la Gare. La vidéo surveillance est prévue pour le 1er Semestre 2009. Toujours aucune perspective de salle des Fêtes !

20

A notre demande Monsieur le Maire Marc-Antoine Jamet doit mettre à notre disposition un local pour recevoir les habitants qui le souhaitent. Val-de-Reuil s’embellit mais beaucoup reste à faire, afin que notre cité ne soit plus appellée la ville des parkings et des réverbères. Nous souhaitons une opposition constructive à condition d’être pleinement associé, aux décisions, et à la vie de notre cité, et de plus en plus de démocratie ! Que l’année 2009 vous apporte : bonheur, joies, santé à tous. Catherine CASCAJARES Email : c.cascajares@free.fr

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009


Gilles Gayte (1945-2008), conseiller municipal, s’en est allé dynamique, sans doute suractif. Il était aussi courageux et ne reculait pas souvent. Il n’avait pas peur. Mais, on ne résume pas une vie en quelques lignes, en quelques mots. C’est une existence qui s’est inscrite dans notre mémoire et qui parce qu’elle est singulière ne disparaîtra pas. M. Marc-Antoine JAMET, maire de Val-deReuil a rendu hommage de M. Gilles Gayte, conseiller municipal de Val-de-Reuil, le 16 septembre 2008 en l’église de la Fraternité. Nous le publions.

Je parlerai avec votre accord, Catherine, l’assentiment de vos enfants et la permission du père Berjonneau. Aujourd’hui est un jour de tristesse et d’affliction, de réunion et de réconciliation, de compassion et de consolation. Certainement pas de division et de différentiation. Vivants aujourd’hui, nous sommes unis et égaux devant la mort qui est, demain, notre destin. Nous devons avoir le respect de nos adversaires, car ils sont tout sauf des ennemis. En ce moment précis, les mots Gauche et Droite n’ont plus cours. Nous ressentons tous la même estime pour l’homme bon et désintéressé, noble et juste, toujours au service des autres et de l’intérêt général, que fut Gilles Gayte. Il aimait son église dont il était paroissien. Il aimait, je peux l’affirmer, la ville dont il était citoyen. Il était, pour nous, élus, de toutes obédiences, de toutes opinions confondues, un membre de notre conseil municipal et donc un collègue, un compagnon de route, dont on ne partageait pas toujours les idées, c’est la simple vérité, mais qui avait les mêmes préoccupations que nous pour ses concitoyens, emploi, sécurité, vie quotidienne, qui, comme nous, sacrifiait soirées et journées pour les exprimer. Là est ce qui nous rapprochait et je vois autour de sa famille des gens qu’il n’aurait pas été facile de rassembler s’il n’y avait pas la religion du bien commun et de l’humanisme. Il était un démocrate, un républicain et, pour cela, de notre indivisible communauté politique, un soldat de son parti aussi, un militant de ceux, parfois obscurs, car modestes et ne se mettant pas en avant, mais jamais sans gloire, qui collent les affiches, rédigent les professions de foi, tiennent les bureaux, dépouillent les bulletins. Combien de fois l’avons-nous fait ensemble ? Il avait nombre de campagnes. Il était de toutes les associations de solidarité et de charité. Il était sincère dans ses engagements et droit dans ses convictions, profondes, réelles chevillées au corps. Il pouvait heurter. Il ne provoquait pas. Il n’était pourtant pas embrigadé. Il n’aimait pas les contraintes et sans aller jusqu’à voir en lui un Jacques Laurent ou un Blondin, un anarchiste de Droite, m’avait toujours paru non conformiste. Il était rolivalois, après avoir été valderolien, aimant les deux villes et leurs habitants. Comparaison n’est pas raison, mais son attachement valait rapprochement comme en témoigne la présence symbolique de Bernard Leroy, vrai gage de fidélité. Il était actif,

Politiquement, il y avait chez Gilles Gayte de l’altruisme et de la force, du panache et de l’énergie. Il s’était beaucoup battu pour les autres. Servir sans se servir. Plus que les élections municipales qu’il avait affrontées avec des proches, des amis, des voisins entraînés dans son sillage puissant, précis, méthodique, ordonné, il avait animé, ici, du marché à la mairie, celle des cantonales et du docteur Madroux, sans compter sa fatigue et la difficulté, alors qu’il savait qu’il était quasi impossible de la gagner. A Louviers, il avait choisi son camp, participé à l’entreprise de ceux qui voulaient le ramener vers l’UMP et l’Elysée. Aux législatives, il s’était battu comme un lion pour le candidat qu’il soutenait. Il était délégué cantonal et de circonscription de l’UMP, le parti du Président de la République Nicolas Sarkozy, pour lequel il avait la plus étroite adhésion, la plus grande admiration, la plus vive affection, comme mon amie Françoise Miquel, comme Guy Auzoux ou Olivier Aubert. Je veux reconnaître un fait. A Val-de-Reuil, il n’est pas facile d’être l’opposition, d’être entendu, alors que l’on est isolé, de ne jamais avoir l’air découragé, de parfois partager des initiatives, parce que c’est le bon sens, et de parfois s’insurger contre les positions, parce qu’on ne les approuve pas, d’avoir des relations normales avec la majorité de parler vacances, travail, loisir avec des collègues d’un autre bord. Au quotidien, cela n’était pas facile. Au long terme, les cicatrices apaisées, ce n’était pas si difficile. On peut être partisan et tolérant. Mais la démocratie est un moteur à deux temps. Il y a l’ordre et le mouvement. Il représentait l’un de ces deux piliers indispensables depuis deux siècles et demi et il le représentait bien, honnêtement, ardemment. Pour bien des choses, des choses publiques, il avait la foi du charbonnier. « La République sera conservatrice ou ne sera pas » avait déclaré Adolphe Thiers, dans son message à l’Assemblée nationale le 18 novembre 1872. Il était donc conservateur, mais dans définition une positive et moderne du terme, en s’éloignant de celui qui veut simplement préserver l’ordre social existant, mais rejoignant ceux qui se sont attachés à un équilibre. Ciceron disait « conservator rei publicae, patriae, urbis, imperii, libertalis ». Voilà ce qu’il était. Pour faire la part du bien et du mal, sans doute aurait-il pu adopter la maxime d’Edmond Burke, père du conservatisme américain et de l’indépendance des Etats-Unis : « Penchant à conserver, talent d’améliorer : voilà les deux qualités qui me feraient juger de la bonté d’un homme d’Etat. » Il aimait le drapeau, la patrie, son pays. Il croyait en des valeurs de mémoire et d’éternité. Il aimait l’école privée, qu’il appelait libre, Saint-Henry du Vaudreuil, mais aussi Marc Bloch, où il avait animé les associations de parents d’élèves avec un même zèle, un même enthousiasme. Chacun

d’entre nous est composite, complexe, compliqué et c’est sa fierté. Il est ainsi. Il était humain. C’était une France que nous voyons aussi, que nous aimons aussi en laquelle nous croyons aussi. Nous ne sommes pas tous identiques. Nous ne sommes pas des clones. La sienne était celle de Péguy, ainsi que l’a rappelé Eliane Dimov Ivanov plus que d’Anatole France, de Barrès plus de Jaurès, de De Gaulle plus que de Mitterrand. Voilà tout. C’est la diversité. Lutter pour une cause, si on la trouve juste, une conviction politique, si elle est morale, c’est militer. Il répondait à cette définition. Mais, derrière le militant et l’élu, il y avait l’homme. Son regard était vif, beau, clair ; son sourire amusé, témoin de son humour et rappel qu’il n’était pas dupe de certains jeux de rôle. Nous connaissions sa silhouette massive, courbe, mais pas cassée, ni soumise. Nous aimions son allure, son air de temps à autre critique et désabusé, son attitude, revêtu de ses vestes anglaises qu’il portait avec élégance. Nous notions son goût pour les couleurs de la forêt ou de l’automne. Son côté gentleman farmer. Son visage aux traits forts, était surmonté de cheveux devenus gris, mais restés drus. Chacun aimait et appréciait ses capacités d’écoute et sa générosité. Entre Italie et Espagne, Rome sur le chemin de Compostelle, une abbaye porte son prénom. Au catéchisme, on apprenait qu’une biche était venue se réfugier sur les genoux de Saint-Gilles, alors qu’elle était poursuivie par des chasseurs. C’est une belle image. Il avait une histoire personnelle. Je ne la connais pas. Mais je songe à sa famille, à ceux qui l’aimaient et qui l’aimeront toujours et je veux leur dire que, devant leur chagrin, nous nous inclinons. Fils de parents qui portaient de beaux prénoms, Odette qui était née à Surtauville, et Abel, dont il portait en second le nom, c’était un enfant de 1945 du pays libéré, de la paix revenue, mais sans doute aussi des restrictions et des difficultés. Avec des traits de méridional, il était né à Elbeuf dans une Normandie dévastée et ruinée par la Guerre. Probablement avait-il contribué à la relever comme des millions d’hommes acharnés au travail et attachés à leur terre. C’est à quelques kilomètres de l’endroit où il était né qu’il a été terrassé beaucoup trop tôt, quelques jours après la fête de son Saint-Patron, le 1er septembre, après une vie de travail chez Labelle où il a œuvré 30 ans durant comme styliste, avant d’être gérant de société. Cette faible distance est le symbole, celui de la constance et de l’enracinement. Je vois ses enfants qui lui ressemblent, comme à leur mère, Aurélien et Alexandre, ses petitesfilles qu’il vénérait en grand-père attendri et à la tristesse desquelles je songe. Je veux leur dire au nom du conseil municipal, que Gilles Gayte était entouré, respecté, aimé de ses collègues et que la ville, comme ses habitants, ne l’oublieront pas. C’est ainsi que dans les cœurs, dans les âmes il restera. C’est le sens de notre hommage. Celui que nous lui donnons. Celui que nous lui devions.

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009

21


Pratique Repères

Adresses & numéros utiles

Mairie de Val-de-Reuil

70 rue Grande - BP 604 - 27106 Val-de-Reuil Cedex Standard : 02 32 09 51 51 Fax 02 32 59 65 12 E-mail mairie@valdereuil.fr Site internet www.valdereuil.fr Horaires : du lundi au vendredi de 8h30 à 18h le samedi de 9h à 12h

Sécurité

Police municipale 5 passage de Turbulents

02 32 09 44 44

Petite enfance

Crèche collective Le Pivollet 4 passage des Turbulents Maison de l’enfance «Le Wagon» 11bis rue Septentrion Relais assistantes Maternelles Crèche familiale “Parent’aise” Accueil enfants-parents Halte Garderie La Ribambelle, 3 voie Garance

Médiathèque «Le Corbusier» Place aux jeunes

02 32 59 29 96 02 32 59 99 16 02 32 59 31 86 02 32 50 93 40

02 32 59 59 01

Centre médico-social

79 rue Grande - 27100 Val-de-Reuil Standard : 02 32 09 51 41 Fax : 02 32 09 51 46

Les permanences du Centre médico-social :

Caisse d’Allocations Familiales 02 32 59 08 69 Lundi matin sur rendez-vous, mardi de 14h à 16h, mercredi de 9h à 11h30, jeudi de 9h à 11h30 et de 14h à 16h.

22

02 32 59 88 00

Siloge Place des Quatre-saisons

02 32 59 14 38

La Plaine Normande Rouen

02 32 76 04 69

SEM Petit Couronne Petit-Couronne

02 35 68 87 41

Foyer Stéphanais Saint-Etienne-du-Rouvray

02 32 91 93 20

Logement français Mantes-la-Jolie

01 30 94 81 60

Dialoge Sotteville-lès-Rouen

02 32 95 81 30

Effidis Saint-Germain-en-Laye

01 39 10 55 99

4M Promotion Courtabœuf

01 69 59 25 30

Constructa Route de Louviers

0 820 015 015

Nexity 98 av de Bretagne 76100 Rouen

02 32 18 84 50

Protection Maternelle et Infantile - P.M.I.

Sur RDV (sauf les pesées sans RDV) 02 32 59 16 82 Lundi matin à partir de 9h, jeudi après-midi à partir de 14h Informations sur le logement - A.D.I.L. 3e mercredi du mois de 15h à 17h Ecrivain public Le lundi de 10h à 12h (sauf vacances scolaires)

Lutte contre l’alcoolisme et les addictions

A.D.I.S.S.A. le mardi de 14h à 17h sur rendez-vous

pour enfants et adolescents Du lundi au vendredi de 10h à 17h

Eure Habitat Voie fantastique

Dépistage sida et consultations gynécologiques Le mercredi matin à partir de 9h et les 2e et 4e samedis du mois à 9h

02 32 59 31 36

Les permanences exercées au CCAS : Pôle emploi de 9h à 12h30 / 13h30 à 16h45

Centre médico-psychopédagogique

Planning familial

Bailleurs et promoteurs d’appartements et maisons IBS 139 rue Grande 02 32 63 30 50

A.T.A. services aux personnes 02 32 21 18 45 1er et dernier mardis du mois de 13h30 à 16h30

Centre Communal d’Action Sociale Pôle emploi, aide à la mobilité, aides légales, facultatives et diverses Place aux Jeunes 02 32 09 51 41 Accueil du public : de 9h à 12h et de 13h30 à 16h30

Pôle Médiation Prévention

Habitat

Consultations médicales, psychologiques et sociales gratuites Le mercredi de 14h à 17h

02 32 59 46 16

Action Sociale

1 rue Pierre-Première

Point Accueil Santé

02 32 61 05 26

Alcool assistance 1er vendredi du mois à 21h Association départementale d’insertion santé et de soin des addictions Mardi de 14h à 16h. Mouvement Vie Libre 1er et 3e jeudis du mois à 18h. Famille-Liberté-Abstinence-Persévérance - FLAP Dernier vendredi du mois de 19h à 20h.

Conseils juridiques

Point d’accès au droit - 71 rue Grande Aide aux victimes et médiation judiciaire - AVEDE 2e mardi du mois de 14h à 16h, 4e mardi du mois de 13h30 à 17h

Conseillers juridiques du Centre d’information sur le droit des femmes

Point d’accès au droit - 71 rue Grande Jeudi sur rendez-vous

02 32 59 35 05

Mission locale Val-de-Reuil/Louviers

4 rue Septentrion 02 32 59 76 80 Accueil, information et orientation des jeunes de moins de 26 ans

Résidence Espages - résidence de personnes âgées Route des Falaises

Terrains à bâtir EAD

02 32 78 84 63

Point Info. Transport / propreté urbaine / tri sélectif / tourisme de la C.A.S.E. 137 bis rue Grande Tél./fax :

02 32 59 23 94

Eco Station Déchetterie intercommunale

P.A. de la route des Lacs - Voie des Coutures Horaires d’ouverture : du mardi au vendredi de 14h à 18h, le samedi de 9h à 12h et de 14h à 18h. Tél./fax : 02 32 50 85 64

02 32 59 58 00

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009


Pratique

Adresses & numéros utiles

SANTÉ

Pharmaciens

Médecins généralistes

Pharmacie Bahu, galerie Vivaldi

02 32 61 13 45

Pharmacie du Beffroi, 140 rue Grande

02 32 59 14 39

Pharmacie Männlein, 75 place aux Jeunes

02 32 59 41 98

Pharmacie Raby, rue Courtine

02 32 59 65 05

Maison Médicale de la Plaine, rue Courtine

02 32 59 09 15

Dr Florence Savage, 23 rue Septentrion

02 32 59 13 80

Cabinet de l’Astrolabe, 7 rue Septentrion

02 32 59 32 31

Cabinet médical, 72 rue Grande

02 32 59 66 98

Infirmiers Mme Régine Barillier, 11 rue Septentrion

02 32 59 06 89

02 32 59 28 20

Mme Marie-Claire Maillard, 11 rue Septentrion

02 32 59 52 18

Mme Béatrice Planquez, 11 rue Septentrion

02 32 59 52 18

02 32 59 66 98

Maison Médicale de la Plaine, rue Courtine

02 32 59 09 15

A.M.I., 101 rue Grande

02 32 59 84 92

Maison Médicale de la Plaine, rue Courtine

C.M.S. du Bâtiment, 15 rue Payse

02 32 59 31 76

Pédicures podologues

Cabinet dentaire mutualiste, 130 rue Grande

02 32 59 48 91

Ambulances

Maison Médicale de la Plaine, rue Courtine

02 32 59 09 15

Dr Jean-Félix André, place des Quatre-Saisons

02 32 59 15 82

Louviers Ambulances, Le Vaudreuil

02 32 31 60 41

Hôpital intercommunal de Louviers/Val de Reuil, 2 rue Saint-Jean - Louviers

02 32 28 75 00

Mme Dominique Poinsignon, 144, rue Grande

02 32 59 01 47

C.H.U. de Rouen

02 32 88 89 90

Maison Médicale de la Plaine, rue Courtine

02 32 59 09 15

Gynécologie médicale Dr Jacqueline Achaz, 7 rue Septentrion Médecine du sport Dr Sylvain Lecornet, 72 rue Grande Médecine du travail

Chirurgiens dentistes

Urgences dentaires pour les dimanches et jours fériés Orthophonistes

Masseurs kinésithérapeutes 02 32 59 09 15

Maison Médicale de la Plaine, rue Courtine

02 32 59 09 15

Eure Ambulances, Le Vaudreuil

02 32 59 03 26 02 32 59 68 45 / 02 32 25 26 27

Hopitaux

NUMÉROS UTILES Allo Enfance Maltraitée. .

.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Sogire (Télédistribution).. EDF..

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

02 35 88 04 61

Sécurité-dépannage

.... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

02 32 40 12 06

Gare SNCF.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

02 32 59 35 59

Route des Falaises

.......... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

02 32 33 82 64

Transbord.

..... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Croix-Rouge - Promotion de la santé. . Stage de secourisme. .

Protection Judiciaire de la Jeunesse.. Tabacologie. .

119

05 49 73 84 95

Prévention M.A.I.E.. .

Médecine scolaire. .

Les Francas de l’Eure. .

La Poste..

06 75 57 02 88

142 rue Grande

.... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

02 32 39 22 46

Perception..

02 32 59 08 69

11 rue Septentrion

Véolia, Service des eaux.. France Telecom..

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

02 32 61 20 74

C.A.F. de l’Eure (Val-de-Reuil). .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

0 811 900 800 (2)

........ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

10 14(1)

02 32 91 97 20

0 810 333 027(2)

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

...... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Trait d’Union « Les Fontaines ». .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

0 800 77 76 76(1)

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Caisse Primaire d’Assurance Maladie. .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

36 35

02 32 63 31 90 02 32 59 02 71

36 46 (0,12 euro/mn.)

27 voie Marmaille (1) Appel gratuit (2) Prix d’un appel local

URGENCES Pompiers . . . . . 18 ou 02 32 59 13 21

Police municipale . . . 02 32 09 44 44

Police Nationale 17 ou 02 32 59 72 29

SAMU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Urgences médicales 02 32 33 32 32

Avenue des Métiers

Chaussée du Parc

5 passage des Turbulents

Centre anti-poison . . 02 35 88 44 00

Rouen

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009

23


Etat-civil Janvier - Juin 2008

Naissances, décès

Naissances Janvier 01 : Nearyroth Cyndi SAM 02 : Lou-Ann SCHUERS 05 : Inès MEGHERBI Abdallah HASSAN OMAR Titouan JOLY 07 : Tom OUANES 08 : Emie-Christine DIEBO 20 : Alyssa ENAULT 21 : Redouane CHELIL Maureen DELASTRE 23 : Jeanne BRETON Justine PATIN--VAURY 26 : Kéwell PORFAL Enzo CARVALHO DOS SANTOS 27 : Timmy DUCHé 28 : Maïlys GOMARIN Enzo LISAMBERT 31 : Kyliès LETELLIER Février 05 : Matthéo PETIT--CHéRON 06 : Angel LEMELLE 07 : Florine LE BLOC’H 08 : Maëlys LOUAS Thayana LACOMBE 10 : Célia PLESSIS 11 : Paolo COUTINHO Erwan AUZOUX Sabah KHALLOUK Noam NICOL 13 : Kevin SALKIC

14 : 17 : 19 : 20 : 21 : 22 : 23 : 24 : 25 : 27 : 28 :

Shamsa IQBAL Safiya GRAICHI Nathan BOUé - - EL ADJIMI Sofiane BOULAHDAJ Timothé AKAKPOVI Clara CHESNEL Paul MULOT Rachel BEHANZIN Léa ORSINI Selman M’HAYRO Dyklan LAVIOLETTE Lou-Ann BOUFFAY Siham ZAOUI Efé TURAN

Mars 03 : Kyslon DELANOE- -SACCARDI Rosy SHANDONA LIAKI 04 : Arthur CARPENTIER Stevel HYMBOUD-FOUKISSA 10 : Maëna SAY Sara MERIDJA 12 : Okan USLU 14 : Louna LEHOUX 17 : Assia BOUTARFA 19 : Théo MASURE 22 : Fadi BEKKOUCHE 27 : Marie MAZOUIN 29 : Enzo VINCENT Avril 01 : Muhammed GUVEN

01 : 02 : 03 : 05 : 09 : 10 : 13 : 14 : 16 : 18 : 19 : 20 : 23 :

Maxime BOES Mélissa DELANOE Mariya GHABAR Nathan PERCEPUSSE Nathan BARBARAY Océane CORDIER Zaïna BA Cassandra PERU Azra-Nur ORUC Omür KILICCI Ruth KAPALALA Alwenna TOTZ Emmy TORTAROLO Léna VOYETTE Kyliann ROGER Meryem YAYGIR Célia VINCENT Neïla BOUSNINA Soren MENDY Antonin ANDRADE Dervis YILDIZ

Mai 01 : Dory HAN Islem EL BALLI Rayane MENIRI 04 : Yoni RICHEROL -- SALL 06 : Ismaël TALHAOUI Eliakhim SITA 08 : Milan MARTINEZ 10 : Sullivan OURSEL Camille SANSON

DECES Janvier 12 : Marie-Thérèse LANGE épouse BLANLOT Isabelle DEROUET 19 : Sofiane LAFTOUHI 28 : Roberte DESHAYES épouse GRANTE Février 10 : Patrick JEANNON 13 : Georges CLET 14 : Eric DESMET David LEBRET 22 : Patrick JEANNE Mars 10 : Louis MATHIEU

24

10 : Léon HAVARD 12 : Monique DELATTRE épouse CHAMPEAU 13 : Maëlys LOUAS 14 : Daniel MOUCHARD Micheline DUPONT épouse PIERRE 22 : René SIADOUS 25 : Yves LEBRUN Philippe WEICHERDING 26 : Pierre CARON

Mai 01 : Jean-Baptiste HIRON 03 : Jeanne GUILLOUËT veuve OTERO 17 : Claude DELACOUR 21 : Edith REQUIER épouse PINCHON 27 : Patricia NéGRELLO épouse VAIN 29 : Chanthachith SOUANNAVONG 31 : Jean-Pierre GUILBERT Vin SVINH

Avril 01 : Pierre SIMON 17 : Roger BESANCENOT 19 : Alain FICHET 29 : Christian PONCHARD

Juin 22 : Christophe LEBOURG 27 : Denise GAUDUIN veuve CARETTE Jérémy LAGRUE

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009

10 : 11 : 14 : 15 : 16 : 22 : 25 : 26 : 27 : 29 : 30 : 31 :

Théo BEAUDEMONT Titouan TARON Diana MONEYN Naomie NOËL Axel QUEINNEC Juliette OLIER Rami AFFROUN Mathéo SIMONOT- -KELNER Colleen STRIPPE Lorépha MATONGO Sokayna AÏT BABA Abdallah BOULAHDAJ Julie CARPENTIER- - RIVAUX

Juin 01 : 04 : 09 : 10 : 12 : 13 : 16 : 17 : 19 : 24 : 30 :

Dylan LANGLOIS Camille LEROY Alexis BIZON Manon TAVERNIER Kessie TALON Nathan TERRINE- -TOUCHE Stanislas COMPAS Lola LESUEUR Yanis PILON Elie PILON Benjamin BELHACHE Damla POLAT Kyllian DORDET


Juillet - Novembre 2008

Naissances, décès

Naissances Juillet 02 : Aaron ROBILLARD 04 : Lylou GUERRE Farrell ZEZE 06 : Noah LY 08 : Wesley HENRY 09 : Annabelle TENCHON 14 : Alicya LENGLET 17 : Kenza OUHLISSE 18 : Alexis LEGUAY 20 : Ethan LECLERC 21 : Kaïs EL YAZALI Melissa PINOT Tyméo EDELINE 22 : Maïssa HAMNACHE 25 : Aloïs ABRAHAM 26 : Gabriel MARC Zekeriyya YILDIRIM 28 : Assya BACHELET Août 03 : Rojda DUCHAUSSOY Louann DIAZ-FERNANDEZ 04 : Dimitri VIEL Ilyes MARTEL 05 : Ethan MASURE 07 : Sarah DELIKAYA

07 : 08 : 09 : 13 : 16 : 20 : 21 : 22 : 24 : 27 : 28 :

Bastien COLIN Lucas RENAUT Adonis PREIRA Zerin DELIKAYA Benjamin LEMASSON Naïm BENRANNOU Paula GANGA Iliès MELLOUK Rafael DéPARROIS Hawa DUMONT Louka LOPEZ Lilly ABOKI- -AMSALEM Lilou MENGUAL Damien DUHAMEL Cloé HAREL Mathieu HAREL Océane GOSSELIN Enzo JABLONSKI Matthéo CHEVALIER Sara GÖRDÜK

Septembre 01 : Soraya FANISE 03 : Emmy VIEL 04 : Théo HEBERT 05 : Arthur JEANNE 07 : Marya HERKAT

DEcEs Juillet 27 : Robert HORTICA 28 : Aifeng CHEN 29 : Séverine DOPCHIE Enzo BILLORé Océane BILLORé Brayan BILLORé Août 03 : Khémissa BOUSSAHA 10 : Serge MAUGER 27 : Jean CAPELLO 28 : Daniel RENARD 29 : Belgacem BASTI Septembre 04 : Tyméo EDELINE

08 : 09 : 10 : 11 : 13 : 16 : 19 : 20 : 23 : 26 : 28 : 29 : 30 :

Chaïnez HADOUMI Lucie FOURNIER Ylan CLAUDEL Sheun DOPCHIE Sümeyra DELIKAYA Thomas DUMORTIER Héléïne THOMAS Mélya FLOZE Madygane REVEL Mathis DESTOUCHES Myléna BADMINGTON Mayssa LADJI - -BELARBI Lüna FOURNIER Wassim PERROUX Maxence THIOU Mohamed BA Gizem COSKUN Dianga BA

08 : 09 : 10 : 16 : 23 : 26 : 27 : 29 :

Tom HUET Zélie JEHL Kylian LECOMTE Sirine BELAKAB Myléna MOREL Nolhan ESCHBACH Youssef EL HADI Louis HéRICHARD Charlotte DéTé Nabil DAHMOUNE Marine DEWAELE

Novembre 01 : Zoé COURTOIS- -GIBERT 03 : Lenny BRICOT

Octobre 03 : Sylvana BEUF Hanaelle HAESSELBACHE 04 : Yanis MILLION Lilou LEFEBVRE 07 : Gaétan VIVIER- -COLLEY 08 : Lilou DE GOL Wahid HABBAR

06 : Jocelyne BIZET épouse TéTREL 08 : Bernard LEROY 09 : Gilles GAYTE 14 : Saad LABED 23 : Charles DE VOS 30 : Bruno GILLOT Octobre 05 : Francis DUFESNOIS Samir AGOUNINE 06 : Emile GILLAS 14 : Said GANA 15 : André LEROY 16 : Patrice CHAUVET 21 : Edith REQUIER épouse PINCHON 22 : Claudine LE BOURSICAUD 27 : Patricia NéGRELLO épouse VAIN

28 : Bernard DUCHESNE 29 : Chanthachith SOUANNAVONG 31 : Jean-Pierre GUILBERT Vin SVINH Novembre 13 : André POTEL 16 : Jean-Daniel TONNOIR

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009

25


Etat-civil Janvier - Novembre 2008

Mariages

Mariages Février 02 : France-Lise SALIGNAT-PLUMASSEAU et Marc TOURRET 23 : Marie-Christine CADET DIT DEGRAVIER et Stéphane SAUNOIS Mars 22 : Sandrine BUQUET et Pascal LECLERCQ Hanane DAHBI et Mohammed HAMMOUCHI Avril 05 : Laurence HASLEY et Pascal DELAMARE 12 : Sandrine VERMEULEN et Mickaël BOUTTIER 26 : Suzanne CONGNAzRD et Wilfried DEVAUX Mai 10 : Marie-Josèphe DAMASCèNE et Jacques DUROS 17 : Laurence BLANLOT et Jonathan SAMMARTANO 31 : Nicole DUVAL et Jean-Luc AUBLé Juin 07 : 14 : 21 : 28 :

Vénite LOUISY-JOSEPH et Francine BOLOGNE Benjamin CHESNEL et Stéphanie LECUYER Fabrice CAUSSINUS et Françoise GRANTE Ahmed MEJAAT et Jalila BENNASRI Hicham EL AMRI et Anissa AMRAOUI Pascal LEMAîTRE et Séverine GROULT David ALEPéE et Karine GROS GOJAT

Juillet 12 : Xavier VANDAMME et Tatiana DEJONGRE Olivier LEFEVRE et Cathy DUFRESNE 19 : Antoine RENAULT et Isabelle BLAIZE 26 Selmi AMRANI et Laurence JOUAN

Août 01 : Dominique PHILIPPEAUX et Corinne ROCKAERT 02 : Farid BOUDA et Lalia BENRANNOU Murat GORKEM et Hülya ILDAS 09 : Marc PERCEPUSSE et Sandra LECOSSAIS David QUENET et Fabienne HAEGEMAN David GOHIER et Elisabeth BOUBERT 16 : Gaël GUILLOUZO et Sandra TAVERNIER Brice WOLFF et Nathalie KURTZ 23 : Bastian BRISEUX et Caroline LEGROS 30 : Julien SOUCHAY et Mélanie SIMARD Septembre 06 : Nicolas SIMON et Mélanie MORAGA-RUEDA Alain VAILLANT et Sylviane QUéRU 13 : Sébastien LETOURNEUR et Magalie DUMAIS 25 : Emile LEQUERTIER et Sylvia POTIN 27 : Florent MESNIL et Armelle RIPOTEAU Pascal BOREL et Muriel MOULIN Alric LECERF et Ingrid JEANNE Octobre 04 : Loïc MASSELIN et Camille RUFFIN Mickaël GROULT et Aurélie BUGE 18 : Nicolas GUILLON et Valérie SMITH 25 : Julien FLEURY et Rajaa OBID Novembre 08 : Michel GENDRE et Galina GUSAKOVA Mehmet BENCAN et Emine DASCILAR

Val-de-Reuil s’agrandit ! En 2008, 52 mariages ont été célébrés en mairie. Ils rejoignent les 400 couples qui s’étaient dit « oui » avant eux depuis 2001. Avec les 285 bébés qui ont vu le jour cette année (ils étaient 218 en 2007), la ville a accueilli la naissance de 1824 bébés depuis 2001. Cette année, nous regrettons également la disparition de 69 personnes.

26

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / décembre 2008 - janvier 2009


60

ème anniversaire

Déclaration Universelle des Droits de l’Homme

le magazine de Val-de-Reuil Ville nouvelle(s) / novembre-décembre 2008

27



Ville Nouvelle (s)