Page 1

EEEC@0/<7/1/

pBp %j<C;p@=$j47::3Aj4/0@7?Cp®;=<B@p/:j%'#


4

FEMME OU FILLE Vous avez bien vu. Urbania a osé mettre Michèle Richard sur sa couverture. Avons-nous fini par céder à l’attrait de la vedette locale ? Suivons-nous désormais l’Évangile selon Monsieur « Bonne semaine » ? Rassurez-vous, il n’en est rien. ❤ Certes, il y a derrière cette Michèle un intérêt économique. L’agent de la diva nous l’a d’ailleurs clairement dit : « Avoir Michèle sur la couverture d’un magazine, c’est une augmentation de 25 % des ventes. Êtes-vous prêts à la déferlante ? » ❤ Après avoir décoré la devanture de notre publication d’un barbu à vélo, de l’aisselle du maire Tremblay, d’un pénis bandé, d’un french-kiss entre Passe-Carreau et Passe-Montagne et d’un Jean Charest en malbouffe, Michèle Richard en maillot de bain n’est qu’une suite logique. ❤ Seulement, l’appât du gain n’est pas notre unique motivation. Cette image est aussi le fruit d’une réflexion. Voyezvous, ce numéro porte sur les fi lles. Et Michèle Richard, malgré ses 61 ans, est toujours une fi lle. Vous vous souvenez de la chanson Femme ou fille de Claude Dubois ? Ben voilà, Michèle est une fi lle. ❤ Or, rester « fi lle » jusqu’à un âge aussi avancé tient du tour de force. Afin de mieux comprendre de quoi il en retourne, comparons le destin d’une grande fi lle du Québec (Michèle Richard) à celui d’une grande femme du Québec (Pauline Marois). ❤

comparaison

Pauline

Michèle

En 1966, Pauline est une étudiante modèle au collège Jésus-Marie. ... En 1972, Pauline est fraîchement titulaire d’un baccalauréat en service social. ... En 1989, Pauline devient vice-présidente du pq. ... Pauline a été la première femme en Occident à avoir accouché en occupant une fonction ministérielle. ... Pauline a eu quatre enfants. ... Pauline pourrait devenir la première Première ministre du Québec. ... Nous n’avons pas osé demander à Pauline de poser en maillot de bain pour la couverture d’Urbania.

En 1966, Michèle chante Les boîtes à gogo. ... En 1972, Michèle se trémousse au Club Playboy de Montréal. ... En 1989, Michèle quitte Garden Party en scandant « Je suis la reine de Quatre-Saisons ! ». ... Michèle a été la première femme en Occident a avoir tourné une scène de sexe affublée d’un panache de cerf (La postière). ... Michèle, aucun. Par contre, elle a un chien et trois chats. Tous castrés. ... Euh... Michèle a encore un très beau body. ... Michèle a accepté sans hésiter.

bonne chance, pauline. merci, michèle.

en couverture C’est lors d’un power lunch chez Milos (la table d’hôte du midi à 20$, on n’a pas les moyens d’y aller le soir) que l’idée de demander à Michèle Richard de poser en maillot fut concoctée. Leda, notre chère amie, a tranché : « C’est Michèle Richard ou rien. » Un défi comme Éloi Beauchamp les aime, lui qui nous rappelle le lendemain nous annonçant que Michèle avait aimé l’idée et avait accepté... photo : Leda & St. Jacques // stylisme : Isabelle Long // maquillage : Nicolas Blanchet accessoires : maillot dolce & gabbana (lyla) lunettes dolce & gabbana (holt renfrew) ceinture michael kors (holt renfrew) bracelet or claudia (preston) bijoux holt renfrew // www.productionsleloi.com

éditeurs : Philippe Lamarre · Vianney Tremblay // rédacteur en chef : Steve Proulx // direction artistique : Philippe Lamarre // conception graphique : Anne-Marie Clermont · Tania Chiarotto · Gabriel Dawe · Sophie Forge// site web : Franck Desvernes · Stéphane Wagner · Hadrien David // collaborateurs : Mélanie Baillairgé · Manouane Beauchamp · Simon Beaudry · Edouard H. Bond · David Champagne · Karim Charlebois-Zariffa · Marie-Ève Corbeil · Salomé Corbo · India Desjardins · Alain Desjean · Sébastien Diaz · Stéphane Dompierre · Florence Duburg · Maxime Dumont · Martin Flamand · Michel Fradette · Marie-Julie Gagnon · Rafaële Germain · JeanSébastien Girard · Catherine-Ève Groleau · Marie-Claude Hamel · Pascal Henrard · Sarah-Catherine Lacroix · Dominique Lafond · Patrice Lamoureux · Mathieu Laverdière · Shayne Laverdière · Stéphanie Lefebvre · Sarah Lévesque · Jean Claude Lussier · Tihana Majcen · Sarah Major · Marie-Claude Marsolais · Sophie Massé · Isabelle Ménard · Les Moquettes Coquettes · Stéphanie Neveu · Annie Ouellet · André Paradis · Émilie Pelletier · François Péloquin · Catherine Perreault-Lessard · Laurent Pinabel · Roger Proulx · Lise Ravary · Erika Reyburn · Mathieu Rivard · Daniel Shipp · Matthieu Simard // ventes publicitaires : Patrick John-Lord Joseph · 514.989.9500 · pub@urbania.ca // abonnements : 1 an (4 numéros) : 25 $ · 2 ans (8 numéros) : 44 $ · Prix avant taxes. Pour vous abonner à Urbania, contactez Express Mag au numéro sans frais 1.800.363.1310 ou par Internet au www.urbania.ca/abonnement. Vous pouvez poster votre coupon d’abonnement à : express mag, 8155, rue larrey, montréal (québec) h1j 2l5. // impression : Vic Couleur Inc. correctrice : Violaine Ducharme // distribution : lmpi // dépôt légal : Bibliothèque nationale du Québec, 2007 · Bibliothèque nationale du Canada, 2007 © 2007 magazine urbania inc. Le contenu d’Urbania ne peut être reproduit, en tout en en partie, sans le consentement écrit de l’éditeur. Urbania est toujours intéressé par vos idées, articles, photos et illustrations : redaction@urbania.ca // poste-publications : Inscription No 40826097 // magazine Urbania : 3708, boul. saint-laurent 2e étage, montréal (québec) h2x 2v4 · tél. : 514.989.9500 téléc. : 514.989.8085 · info@urbania.ca · www.urbania.ca


Quantité moyenne de sang perdu lors des menstruations.

Nombre de cheveux que possèdent les blondes, contre 100 000 pour les brunes et 75 000 pour les rousses.

150 000

Mensurations de Barbie. Si elle existait pour vrai, elle ne pourrait se tenir debout.

Enovid, la première pilule contraceptive, est mise en vente au Canada.

1960

38-17-37

45 %

300 millions $

Somme pour laquelle Jennifer Lopez a assuré son derrière.

des fi lles de 15 à 20 ans utilisent un mascara tous les jours. des adolescentes de troisième secondaire affi rment avoir eu plus de six partenaires sexuels au cours de leur vie.

9%

4 c. à soupe

Âge de l’apparition des règles chez les jeunes fi lles de nos jours. En 1840, les coulées démarraient vers l’âge de 16 ans.

13 ans

les fi lles EN CHIFFRES

Sur Google, nombre de résultats obtenus pour une recherche sur les termes «blagues + blondes».

735 000

Temps libres supplémentaire dont bénéficient les reines du foyer depuis l’apparition de la machine à laver, du fer à repasser, du micro-ondes et du lave-vaisselle.

des fi lles sont complexées par leurs cuisses.

1940

4 à 8 heures

33 %

en moins qu’ont les top-modèles.

25 ans

des fi lles portent rarement des jupes.

des Calinours sont de couleur « fi fi lle », soit entre le rose et le fuchsia.

rapport à la moyenne des fi lles... 23 kilos Par moyennes, le nombre de kilos

Âge auquel toute fi lle non mariée devient officiellement une « vieille fi lle », selon la tradition de la Sainte-Catherine (célébrée le 25 novembre).

41%

10 000

10 cm

Dimension du clitoris, dont on ne perçoit qu’une infi me partie. Quand on le perçoit...

Nombre approximatif de tampons ou serviettes hygiéniques qu’une femme utilisera au cours de sa vie.

2o %

des fi lles estiment qu’il n’est pas nécessaire de se raser avant de faire l’amour.

31,5 %

des fi lles se trouvent belles.

Année où les Québécoises ont gagné le droit de vote. À leur première présence aux urnes (en 1944), elles ont réélu Maurice Duplessis. b-r-a-v-o.

3/4 11 326

Américaines de moins de 18 ans ont eu une augmentation mammaire en 2003.

4000

Nombre de Québécoises ayant recours à une augmentation mammaire chaque année.

fi lles ont franchi les portes du Club 281 depuis son ouverture, en 1980.

33 %

Proportion étonnante des fi lles qui préfèrent les hommes qui pleurent.

4 750 000

45 %

Nombre de délinquantes incarcérées à l’Établissement Joliette, seule prison fédérale pour femmes au Québec.

des fi lles marchent pieds nus à la maison.

69

2%

7

des fi lles feraient passer la famille avant leur homme.

urbania 16 // filles

54 J Taille des soutiens-gorges faits sur mesure pour la poitrine aussi faite sur mesure de Lolo Ferrari (1962-2000).


34

BONJOUR, MON NOM EST : ALEXANDRA la préférée des garçons Alexandra (le prénom le plus populaire, avec 3,45 % des votes*) est une belle châtaine 29,8 % aux yeux bleus comme l’océan 30,5 %, aux lèvres délicieuses 30,1 % et aux seins ronds comme des pamplemousses 56,5 %. Consciente de ses charmes, Alex demeure malgré tout une fi lle simple, belle en jeans et t-shirt 36,2 %, qui aime la campagne 5,79 %, la popote 10% et qui assume entièrement ses courbes 9,15 %. Alexandra a un petit côté wild, mais pas trop. C’est le genre de fi lle qui se balade en sous-vêtements à la maison 10,2 %. Elle est aussi ouverte à faire un trip à trois 5,3 %, mais n’est pas pour la polygamie 8,4 %. Avis aux obsédés : Alexandra est incapable de déboucher une bière avec son vagin 1,22 %. De toute façon, le goût de la bière ne lui plaît pas tellement 1,4 %... *3856 gars ont complété le sondage en ligne, entre le 17 et le 29 mai 2007.


urbania 16 // filles

BONJOUR, MON NOM EST : LÉA la préférée des filles Léa (le prénom le plus populaire, avec 4,4 % des votes*) n’est pas plus bouddhiste 0,8 % que cliente du 281 0,2 %. En fait, un peu comme Alexandra, Léa est une fi lle relaxe 31,8 % qui assume ses courbes 11,3 %. Par ailleurs, avec sa poitrine B 49,3 %, elle ne songe absolument pas à l’augmentation mammaire 0,3 %. Léa, avec son regard azur 22,1 %, ses cheveux brun foncé 34,9 %, son menton carré et sa bouche d’Angelina Jolie 30,7 %, a de faux airs de tigresse farouche. Et pourtant, c’est le genre de fi lle à sourire aux vieillards dans la rue 6,9 % et à pester contre la violence gratuite 8 %. Aussi, peu de gens savent qu’elle a traversé l’Amérique du Sud en sac à dos 5,3 %. Enfin, Léa ne rêve pas vraiment d’une grande table entourée d’enfants 1,8 %, mais si un jour elle est maman d’une jolie petite fi lle, soyez assurés que l’enfant ne se prénommera ni Cynthia 0,3 %, ni Rebecca 0,3 % et surtout pas Sabrina 0,2 %... Peut-être Jade, par contre 3,5 %. *2482 filles ont complété le sondage en ligne, entre le 17 et le 29 mai 2007.

n.b. : alexandra et léa ont toutes deux été conçues dans photoshop.

35


46

cindy

françois

kiki

marc-andré

cindy : « La beauté et la perfection sont mes obsessions. Je suis tout simplement une femme, née dans un corps d’homme » // françois : « Se travestir est un jeu de rôle. Une façon d’explorer la femme en se laissant pleinement aller. » // bruce ou kiki (selon le sexe) : « Bruce est innocent, fermé, gêné. Kiki est plus agressive, excessive, impulsive. Ce que Bruce n’a pas, Kiki l’a ! » // marc-andré : « Se travestir est selon moi une continuité de mon métier de comédien. » // manny : « J’aime mon image en femme, mais être un homme, au quotidien, c’est bien plus facile ! »


urbania 16 // filles

47

manny


48

les confessions d’une ’ rédactrice beauté Texte : lola noname // Photo : karim charlebois-zariffa


urbania 16 // filles

49

Pardonne-moi mon père car j’ai péché. Au début, je le faisais 21 heures en toute innocence. C’était enivrant. Une vraie drogue. Puis, C’est décidé. Moi qui poursuivais le dessein de devenir une grande journaliste, qui étais obsédée par la liberté de presse et qui, à l’université, décriais c’est devenu la routine. Un boulot presque payant. Pute, l’influence de la publicité sur les contenus éditoriaux, je vais me pendre moi ? Pire. Rédactrice beauté. avec des bretelles de brassières amovibles piquées lors d’une conférence sur « Ya toujours ben des maudites limites ! » Mon chum vient de faire tomber une pile de boîtes remplies de fards à paupières. C’est officiel, mon salon a l’air d’une allée d’Uniprix, la face d’Anick Lemay en moins. Parfums, crèmes, gels, poudres : tous les jours, des cartons remplis de peanuts en styrofoam s’amoncellent devant ma porte. Je vais chercher le balai avant que mon chéri ne devienne aussi bleu que l’ombre couleur Midnight Dust qui vient d’éclater en mille miettes sur le plancher. « Veux-tu me dire pourquoi ils s’obstinent à t’envoyer toutes ces cochonneries ? T’es juste pigiste ! — Ben, ils mettent toutes les chances de leur côté pour que je choisisse de parler de leurs petits pots dans mon article… — OK... Mais toi, comment tu fais pour choisir sur quelle gogosse tu vas écrire ? — Ça dépend du thème de l’article, de la couleur de l’emballage, de la vitesse des relationnistes à retourner mes appels. Évidemment, si ce sont des annonceurs, il y a de bonnes chances que la rédactrice en chef insiste un peu…

les prothèses mammaires. Avant de m’enfermer dans la salle de bains avec une cannette de spray-net (dessus, c’est écrit solvent abuse can kill instantly), j’entreprends de rédiger les « confessions d’une rédactrice beauté », pour Urbania et la postérité.

22 heures En pleine rédac, j’ai besoin d’un second avis. Driiiiiing ! « Des putes ? Oui, on est des putes ! » C’est une copine qui bosse dans les bureaux d’une publication canadienne reconnue. Je passe les bretelles de brassières à mon cou. « Tu trouves pas ça un peu fort quand même ? — Franchement, t’as déjà calculé ce que ça coûte aux compagnies tous ces voyages de presse à New York et L.A… sans parler de la bouffe et de l’alcool… Tu trouves ça sain, toi ? — Ça dépend s’ils viennent nous chercher à l’aéroport en limo ou pas. Sans blague, j’avoue que ça fout de la pression... — Et puis, il y a le département de publicité qui vient nous taper sur les doigts parce qu’on a omis de placer les produits d’un annonceur… On passe une heure à potiner sur qui se gave dans les buffets, qui se rue

« Il nous faudra tout au plus cinquante mots bien tournés pour crédibiliser des produits bourrés de 1,4-dioxane ou de parabens. » — Si je comprends bien, on s’en sacre de ce qu’il y a DANS le tube ? ! — Écoute, c’est très compliqué. Oublie ça, tu peux pas comprendre... Les restes de poudre s’incrustent dans les craques du plancher. Mon chum sort prendre une bière. Je reste en tête-à-tête avec mes petits pots. En fait, c’est très simple. Nous, rédactrices beauté de magazines féminins, plions notre plume aux caprices des compagnies de cosmétiques. Nous dissertons sur la texture et l’odeur de la concoction, mais surtout, nous appuyons la mine sur le caractère infiniment in, sensuel et irrésistible du produit. L’avons-nous testé ? Parfois. Nous arrive-t-il de beurrer nos pages de mixtures douteuses pour lécher le derrière des annonceurs qui font vivre la publication à coup de promesses photoshoppées ? You bet ! Les magazines féminins sont à la solde des annonceurs. La publicité constitue généralement plus de 50 % des revenus de ce genre de publication. Et vous ne serez pas surpris d’apprendre que les compagnies de cosmétiques investissent des sommes indécentes1 dans les pages glacées des revues pour Elles. Ainsi sommes-nous souvent que de simples courroies de transmission. De petits pushers qui ressassent habilement le discours des acheteurs de pub pour vendre les produits que se shootent les junkies de magazines. Et tout ça pourquoi ? En moyenne, 100 $ du feuillet. Une jolie somme lorsque l’on considère à quel point il est difficile de vivre de sa plume ici-bas. [La moyenne tourne autour de 50 $ à 60 $ le feuillet.]

sur les sacs-cadeaux, qui couche avec qui pour avoir sa dose de Crème de la Mer à 1200 $ us les 16.05 oz. Je pense à toutes ces notes prises en marge de mes articles, sur le potentiel cancérigène ou l’inefficacité de tel ou tel ingrédient vendu à prix d’or. Je rumine les phrases sexy qui ont servi à ploguer, comme si de rien n’était, de nouveaux injectables testés sur les rats et supposés nous restituer notre mine prépubère. Au total, il nous faudra tout au plus cinquante mots bien tournés pour crédibiliser des produits bourrés de 1,4-dioxane2 ou de parabens3. Ajoutez-y des onomatopées gloussantes comme « cool », « glam », « hot » et le nom des peoples qui s’en tartinent. Vous obtenez la quintessence du texte beauté. Oh, et j’oubliais ! L’arme rédactionnelle la plus redoutable, les deux lettres qui closent la vente, qui scellent le deal : le fameux « on ». Comme dans : « On aime ! », « On craque ! », « On flanche ! »… Parce qu’on est copine, qu’on prend le ton de la confidence, qu’on jette de la poudre aux yeux pour que mieux s’écoulent les stocks de mascara en page 45. Il fait des mottons et des yeux de raton ? On ne vous le dira jamais. Faudrait quand même pas mordre la main qui nous nourrit.

Une heure du mat’ Mon chéri rentre un peu « gorlot ». Je somnole entre les cartons, la tête dans le styrofoam. « Tu sens bon », qu’il me souffle à l’oreille. Même si c’est probablement le spray-net, je me dis que tout n’est pas perdu : les bretelles de brassières peuvent attendre. Dans la nuit bleue Midnight Dust, je m’assoupis en flattant mon chum dans le cou. Il faut bien être un peu maman quand on sait si bien faire la putain. 1. Le géant de produits de consommation Proctor & Gamble (Always, Clairol, Cover Girl, Crest, Gillette, Herbal Essences, Ivory, Olay, Tampax) serait le plus grand annonceur mondial avec une dépense de quelque 8,2 milliards de dollars US (2005), selon Advertising Age 2. Dérivé de pétrole potentiellement cancérigène contenu entre autres dans plusieurs produits de bain pour enfants. 3. Agents de conservation utilisés notamment dans 80% des produits cosmétiques et qui sont associés au cancer du sein. Aucune preuve formelle n’a à ce jour été faite… À ce jour.


52

LE PRINCE CHARMANT EXISTE et il est gai

Texte : sophie massĂŠ // Illustration : tania chiarotto


urbania 16 // filles

53

Avez-vous un ami gai? Et vous l’appelez comment ? Chou ? Ah. C’est joli, Chou. C’est chou. Aussi chou que cette amitié, en passe de devenir la plus stéréotypée de la planète « Ami ». Qu’en est-il de l’ami gai dans la vie d’une jeune femme ? L’ami gai est souvent une énigme pour le chum, quand il n’est pas, dans bien des cas, son substitut des soirs de bal. Le folklore urbain lui prête des talents en déco, en stylisme, en cuisine. Sans compter qu’il sait s’éclater, faire les meilleurs martinis au lychee, écouter... Avec ses immenses qualités, l’ami gai s’impose comme le pilier identitaire de la fi lle en bonne et due forme.

Un ciel sans nuages « L’amitié entre homme gai et femme hétéro, plus que n’importe quelle autre amitié, permet un réel partage, explique la sociologue Line Chamberland, chercheure à l’Institut de recherches et d’études féministes de l’UQAM. Il n’y a pas de sexualité dans ce rapport, et pas de rivalité comme on en voit parfois entre femmes. Une fi lle célibataire peut partager avec l’homme gai sa difficulté de rencontrer un homme peut-être plus facilement qu’avec une autre femme qui a bien réussi, qui donne d’elle-même une image de superwoman, et à laquelle on n’a pas envie d’être comparée. » L’ami gai serait donc un bouche-trou ? Un ami avec qui on se retrouve à défaut d’être bien avec les autres fi lles ? À vrai dire, l’ami gai semble avoir des qualités qui lui sont propres. « Il y a souvent beaucoup d’humour dans une relation avec un homme gai, ajoute Line Chamberland. L’humour, pour les homosexuels, a été une réponse aux blagues qui ont été faites sur eux, parfois depuis l’enfance. Ils ont donc développé un redoutable sens de la répartie. En plus, ils parlent beaucoup. Ce que les femmes reprochent aux hommes hétéro, c’est de ne pas parler. » Laura Rafaty et Robert H. Hopcke, dans leur livre Straight Women, Gay Men, Absolutely fabulous friendships, font l’éloge de cette relation. Ils vont même jusqu’à la qualifier de « plus intense de toutes les amitiés ». Rien de moins. « Les hommes gais et les femmes hétéro partagent souvent des secrets intimes qu’ils ne partagent avec personne d’autre, écrivent-ils. Une qualité semble distinguer cette relation : l’amour tolérant, conciliant et inconditionnel qui la rend si unique, voire universelle. » ok. Où est-ce qu’on signe ?

Dis maman, pourquoi je suis pas un garçon ? Là où l’on remarque le plus d’ouverture à l’homosexualité masculine, c’est chez les femmes. « Quand vient le temps de faire le coming out à la famille, c’est la mère ou la sœur qui sera la première consultée », dit Danielle Julien, professeure et chercheure en psychologie à l’UQAM. Les femmes servent souvent de pont entre les hommes gais et la culture hétérosexuelle dominante. Pas étonnant, donc, que les gais se sentent à l’aise auprès des femmes. Ils sont aussi plus nombreux à travailler dans des secteurs traditionnellement féminins. « Les hommes gais ont des niches professionnelles, explique Line Chamberland, ils sont attirés par des milieux de travail où il n’est pas nécessaire de démontrer sa virilité. D’ailleurs, je soupçonne que plusieurs amitiés entre hommes gais et femmes hétéro naissent au travail. »

Une famille d’amis L’homme gai, comme la lesbienne, doit souvent remplacer le soutien et l’amour de sa famille d’origine par l’affection et le respect d’un groupe d’amis avec qui il partage des valeurs morales réciproques. « Les homosexuels, hommes et femmes, ont un réseau social très puissant », souligne Line Chamberland. Elle précise « qu’au cours du xxe siècle, les personnes homosexuelles qui voulaient vivre leur homosexualité devaient se protéger,

et ceux qui n’arrivaient pas à se protéger par un réseau social étaient mal en point ». L’amitié est donc importantissime pour les hommes gais. « Ils recréent par leurs amitiés l’aspect rituel de la famille, explique-t-elle. Chez les hétérosexuels, c’est la famille qui sert de mémoire collective ; chez les homosexuels, c’est le plus souvent les amis. » Les amis sont donc une famille, une famille que l’on choisit. Tina Grigoriou, une étudiante à la South Bank University de Londres qui a consacré une recherche à cette question, conclut quant à elle que les hommes gais sont tout simplement plus doués pour l’amitié. Ils seraient plus fiables, plus généreux et plus disponibles que n’importe quel(le) autre ami(e) de la fi lle hétéro…

Placebo à l’amour avec un grand A ? Nombreuses sont les fi lles qui se plaignent du manque de sensibilité de leur homo domesticus, qui fait parfois pâle figure à côté de son rival sans faille. Et nombreuses sont les célibataires qui rêvent d’un sosie de leur ami gai comme prochaine prise. Or, une relation avec un ami gai n’est pas un placebo à une relation de couple. « Les hommes hétéro ne sont pas tous des bêtes, non plus ! Ce niveau de confort qu’une fi lle vit avec son ami gai, c’est le même qu’elle devrait rechercher avec son compagnon hétéro », dit Danielle Julien. Pourtant on connaît tous des fi lles qui s’avouent vaincues avant même le début de la conquête. Enfin, c’est peut-être cette désillusion, largement corroborée par les magazines féminins et la culture populaire, qui fait que l’idéal amical qu’est l’ami gai dérape parfois dans des territoires ombrageux. Il arrive que des fi lles tombent systématiquement amoureuses d’hommes gais, ou qu’elles tentent de les faire changer d’orientation sexuelle. Périlleux exercice. Ce n’est pas parce que Jeanne Moreau a séduit Christian Dior que les gais sont tous de la même étoffe. Cette ambition est plus souvent qu’autrement vouée à l’échec et tient davantage du conte de fées que de la réalité. « Aimer un homme tout en voulant le faire changer d’orientation sexuelle, ce n’est pas de l’amour », dit Danielle Julien. Et puis, ce n’est pas la majorité des femmes qui ont envie de se faire un masque désincrustant avec leur amant !

Pour en revenir à Chou Les petits surnoms sucrés, les gestes d’affection en public et la complicité de la fi lle et de son ami gai seraient donc les manifestations d’une relation dont les racines courent en profondeur et font grandir une amitié parfois exclusive, devant laquelle les témoins peuvent se sentir de trop. La grande intimité de cette relation – où je-me-fous-de-quoi-j’ai-l’air quand je ris, je pleure, je délire, je grossis et je me casse la gueule à cause d’une jambette de la vie – lui vaut une place au Panthéon des grandes amitiés, celles qui peuvent espérer traverser les épreuves du temps. Et c’est ça qui est chou, finalement. Très chou, on dirait.


62

DE LA QUÉBÉCOISE Texte et direction artistique : simon beaudry // Photos : alain desjean Retouches : claude lafrance et jonathan kemp // Référence et chronologie : claire dusablon Stylisme : sandra bernard // Mannequin : catherine hogue

L’histoire de la femme québécoise en est une d’émancipation. Voilà d’ailleurs un constat que l’on peut illustrer éloquemment en suivant l’évolution de la femme d’ici à travers ses dessous... C’est l’instructif voyage dans le temps que l’on vous propose. En fait, on se cherchait surtout un prétexte pour montrer des photos de petites culottes...


63

XV-XVIe siècle

ceinture de chasteté En 1608, la ville de Québec n’est qu’un comptoir marchand sans femmes. Le premier mariage devra attendre 1621. Certaines des fi lles engendrées par cette union se marieront à leur tour dès l’âge de 11 ans. C’est qu’en Nouvelle-France, la pénurie de femmes rend fréquent ce genre d’union. En 1641, Jeanne Mance arrive à Québec et participe à la fondation de Montréal. Plusieurs affi rment même qu’elle aurait été plus importante pour Montréal que son fondateur, Chomedey de Maisonneuve ! En 1642, elle sera la première infi rmière laïque en Amérique du Nord.

fin 1800

corset et pantalettes au genou avec dentelle L’arrivée des Filles du Roy peut être considérée comme notre première politique familiale. De 1663 à 1673, plus de 800 fi lles débarquent en Nouvelle-France pour prendre mari et pays. En 1791, l’Acte constitutionnel permet aux propriétaires de voter sans égard au sexe. En 1808, Marie-Élizabeth Grant est la première femme à faire campagne électorale. En 1825, le recensement fait état qu’une Montréalaise sur cinq occupe un emploi outre ses tâches domestiques. 27 % de la main-d’œuvre est féminine, 40 % est enseignante... et 6 % des femmes sont des prostituées. En 1837-1838, pendant la Rébellion du mouvement patriote, les femmes sont actives, mais resteront en périphérie de l’action. Elles vivront des années d’angoisse, de deuil, de dévastation, de pauvreté, de misère et de rupture familiale. Pendant cette période trouble, on enregistre le plus bas taux de nuptialité et de natalité au Québec depuis 1711.

corset, pantalettes, cache-corset avec broderie et panier double En 1849, le droit de vote est retiré aux femmes propriétaires. 1866 — Le nouveau Code civil confirme la « déchéance des femmes ». Celles-ci doivent officiellement obéissance à leur mari et doivent prendre sa nationalité. Elles ne peuvent se défendre seules devant la justice, ni recevoir un héritage, ni avoir droit à un salaire et ne peuvent exercer une autre fonction que celle de leur mari. 1882 — Une loi permet à l’homme d’épouser la sœur de sa défunte épouse, mais la femme, non. 1888 — L’université McGill est la première à permettre aux femmes d’y étudier. 1893 — Fondation de la première association féministe au Québec : la Montreal Local Council of Women. 1893 — Joséphine Marchand-Dandurand fonde la première revue féminine du Québec, Le coin du feu. Elle écrit dans le premier numéro : « Enfin, comme son mari qui a son club, sa pipe, sa gazette, Madame aura aussi son journal à elle, qui ne s’occupera que d’elle. » 1902 — Robertine Barry, une des premières journalistes québécoises, fonde le Journal de Françoise. En 1895, elle écrivait déjà : « Je rêve que les générations futures voient, un jour dans ce XXe siècle, des chaires universitaires occupées par des femmes. »


76

TIENS, PRENDS CETTE PORTE DE CHAR EN TÉMOIGNAGE DE MON AFFECTION POUR TOI. C’EST PAS GRAND-CHOSE, MAIS C’EST TOUT CE QUE JE PEUX ME PERMETTRE.

1) LES FILLES AIMENT LES VENTRILOQUES.

MERCI. (COMMENT FAIT-IL POUR PARLER SANS OUVRIR LA BOUCHE ?)

TA CHEMISE TE VA À RAVIR. (OÙ A-T-ELLE MIS LA PORTE DE CHAR ?)

COMPLÈTEMENT FERMÉE... C’EST FASCINANT.

JE T’AIME.

2) LES FILLES S’AMOURACHENT DES HOMMES FLOUS.

CETTE PIPE, CETTE MOUSTACHE... TU ES... TU ES... TROP... FLOU... JE T’AIME.

DÈS LE PREMIER JOUR OÙ JE T’AI VAGUEMENT VU, J’AI SU QUE JE T’AIMAIS. M’AIMES-TU, TOI? TOUJOURS LES MÊMES QUI ONT TOUT. CÂLISSE.


urbania 16 // filles

77

3) LES FILLES AIMENT QU’UN HOMME REGARDE TOUJOURS À LA MÊME PLACE.

ALLÔ. (C’EST QUOI, ÇA, SUR LE BORD DE LA ROUTE ?)

ALLÔ. (SON REGARD EST TELLEMENT INTENSE.)

EMBRASSE-MOI. (JE L’AIME.)

QU’EST-CE QUE TU FAIS DANS LA VIE ? (IL EST CUTE.)

RIEN. (C’EST UN ANIMAL MORT, ÇA. UN RATON-LAVEUR, PEUT-ÊTRE.)

HM. (À MOINS QUE CE SOIT UNE MOUFFETTE ? NON, C’EST UN RATON-LAVEUR, J’EN SUIS PRESQUE SÛR.)

4) LES FILLES CRAQUENT POUR LES SUITS À CARREAUX.

TU AS VU LE BEAU RATON-LAVEUR ?

JE T’AI ÉCRIT UN POÈME... TU VEUX L’ENTENDRE ?

C’EST DOUX... C’EST DE LA LAINE ?

JE NE DONNE PAS CHER DE SA PEAU.

NON, C’EST UNE ANCIENNE NAPPE. J’AI ENVIE DE JOUER AUX ÉCHECS.


Urbania #16 Filles  

Magazine Urbania #16 Filles

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you