Page 1

Mai-juin 2012 / N° 3

Autigny Corserey Cottens La Brillaz Matran Neyruz Ponthaux Prez-versNoréaz

paroisses vivantes J ou r n a l d e l ’Uni t é p a s t ora l e w w w. u p n ot r e d a m e d e l a b r i l l a z . ch

Saint Marc par la peinture Une exposition ouverte à tous !

p. 14

E. Agbenouvon

B. Lopez

Un vivre ensemble à ré-inventer…

pp. 2, 7, 9, 10-11, 20

« Viens, toi qui cherche ton chemin… » Des jeunes en âge de scolarité se préparent au baptême… p. 8


… Et pas seulement  à l'autre bout du monde !

Edito

Sommaire

2

Edito

3

Portrait

4

Génération

5

Vie en Eglise

6

Vie en Eglise

7

Formation spirituelle

8

9

Réflexion pastorale Société actualité

10-11 éCLAIRAGE

Intolérance, quand tu nous tiens ! – Il y a eu la votation « heureusement » ! Les minarets nous auraient fait de l’ombre. – Une mère de famille dit sa surprise d’apprendre que leur enfant essuie les quolibets de camarades de classe parce qu’il suit les cours de catéchèse. – « Le mouvement chrétien conservateur » vise la réintroduction de la peine de mort en Suisse. Qui fait de l’ombre à qui ?

12-13 Chroniques

locales

14 Société

actualité

15 Dans 18 nos paroisses

Autigny Cottens Neyruz Matran La Brillaz Corserey Prez-vers-Noréaz Ponthaux

Nous avons aussi à nous faire pardonner ! Tournons-nous vers la prière comme le propose l’auteur du dossier central : « Prier afin de témoigner d’une solidarité toute simple et assez efficace ». J’ajouterais « prier avec humilité ». Une prière qui passe par une vie de proximité qui permet d’être témoin d’une Espérance dans un monde où règnent l’individualisme et la solitude. Des valeurs à redécouvrir… « Il est des solidarités à retrouver, des points de repère à préciser, un accueil à développer, une vie en commun à réinventer », soulignait notre Vicaire épiscopal dans sa conférence sur la nouvelle évangélisation, le 7 mars dernier. Il nous laisse avec deux questions sur lesquelles nous reviendrons : Quelle communauté vivons-nous ? Quelle communauté désirons-nous pour l’avenir ?

19 Horaire

L’Eglise, un lieu de dialogue et d’ouverture, pourtant ! Le cri de douleur des chrétiens persécutés qui ne cessent d’augmenter, nous l’avons entendu, répercuté au bas d’un feuillet de l’organisation « Aide à l’Eglise en détresse », trouvé au fond d’une église. « Les chrétiens n’ont-ils jamais persécuté les autres religions ? » Ce cri du cœur ou d’humeur invite à reprendre l’histoire de l’occident chrétien. Sur le même feuillet, plus bas, une autre main s’est exprimée : « Ceux qui sont sans religion ne persécutent personne ! » Ô croix dressée sur le monde... L’affirmation laisse songeur. Les croix Jusqu’à quand ? sciées qui ont défrayé la chronique locale, ces derniers mois, semblent plutôt indiquer le contraire.

des messes Informations

20 Méditation

André Ryser

2

Paroisses vivantes mai-juin 2012

A. Ryser

Fribourg, terre de mission ? Avec ses 5 % de pratique régulière, Fribourg se maintient dans la moyenne diocésaine. Mais la sécularisation gagne du terrain : – Le 2 mars dernier, la partie francophone de l’Eglise catholique dans le canton accueille l’évêque du diocèse au Bicubic à Romont. Aucun commentaire. L’événement ne fait pas la UNE des journaux ! – Depuis quelques années, crucifix, sapins décorés et crèches à Noël ont déserté les salles de classe. Pour éviter de choquer, diton ! Ce « respect des différences » ne risque-t-il pas de nous isoler et de neutraliser nos communautés jusque dans l’accueil de l’étranger ?

Editeur: Saint-Augustin SA 1890 Saint-Maurice Directrice générale: Dominique-Anne Puenzieux Rédaction en chef Dominique-Anne Puenzieux Secrétariat tél. 024 486 05 25 fax 024 486 05 36 bpf@staugustin.ch Imprimerie: Canisius SA, Fribourg Rédacteur responsable: André Ryser 1747 Corserey Equipe de rédaction:

AUTIGNY Michel Pasquier

CORSEREY Nicolas Vuarnoz

COTTENS Jean-Marc Sudan

LA BRILLAZ Jean-François Deléaval

MATRAN Laurent Dessibourg

NEYRUZ Denise Rossier

PONTHAUX Claude Didierlaurent

PREZ-VERS-NOREAZ Philippe Guisolan

EQUIPE D’ANIMATION Bernard Rey-Mermet

SECRETARIAT UP Fabienne Mollard Maquette: Anne Maibach Photo de couverture: « Mosquée Hariri ou officiellement Mosquée Mohammad al Amine » à Beyrouth. Une construction qui, par son style byzantin et ses minarets imposants, écrase la cathédrale Saint Georges des Maronites, à droite sur la photo. Photo : André Ryser


Rencontre avec Raphaël Pache…

Portrait

Du rêve à portée de main…

Est-ce qu’à l’origine vous pratiquiez une profession en rapport avec la sculpture ? En rapport direct non, je suis bûcheron. Mais de fait, c’est bien depuis mon plus jeune âge que j’ai commencé à tailler des champignons et des sapins à la tronçonneuse.

R. Pache

A part le sentier des sculptures à Matran y a-t-il d’autres endroits où l’on peut voir vos œuvres ? Oui, entre autres à Haute-Nendaz. Il y a là-bas le Sentier des Crêtes qui compte une dizaine de pièces. J’en ai également sur certains bisses, mais aussi à Châtonnaye, chez mon beau-frère, où l’on peut admirer le jardin des sculptures.

Vous taillez également la pierre ; est-ce récent ? Depuis environ trois ans, le bois étant une matière qui s’en va, je me suis intéressé à la pierre. J’ai aussi travaillé la glace au Canada. Œuvrez-vous toujours en solitaire ou vous arrive-t-il de partager et collaborer avec d’autres artistes ? Oui, ça m’est arrivé. Tous les deux ans, un symposium est organisé à Matran ; c’est une réunion de dix artistes du monde entier où chacun édifie, selon un thème défini, une œuvre qui reste la propriété de l’organisateur. Je participe également à des symposiums à l’étranger ; j’en organise moi-même un au Tessin où je travaille beaucoup. D’où vous vient votre inspiration ? De l’actualité, des faits divers, des guerres. Le bien et le mal m’interpellent beaucoup et m’offrent l’opportunité d’exprimer mes sentiments. Un événement dramatique dans ma vie m’a profondément bouleversé ; après une année stérile, l’amitié a été le déclencheur d’une force nouvelle. R. Pache

La plupart des gens d’ici ont eu le loisir de cheminer le long du ruisseau de la Bagne à Matran et par conséquent d’admirer vos nombreuses sculptures. Qu’est-ce qui vous a amené à cette passion ? Ça fait trente ans que j’ai commencé à sculpter le bois ; d’abord c’était un hobby que j’ai exercé le long de la Bagne. C’est un endroit magnifique, un joli but de promenade. Il y a des sculptures qui ont vingt ans, d’autres quinze mais aussi des plus récentes. Malheureusement le temps a raison du bois qui, en fait, est un matériau bien éphémère. Je taille la plupart de mes sculptures dans du chêne deux fois centenaire. J’essaie de donner à ces arbres une nouvelle vie digne de leur passé majestueux. Je déplore le fait de ne plus avoir beaucoup de temps pour le remplacement de certaines pièces qui se dégradent.

A qui destinez-vous les pièces que vous élaborez ; travaillez-vous toujours directement sur place ou alors en atelier pour la revente éventuelle à des particuliers ? Le 75 % de mon travail représente des commandes pour des particuliers avec des sujets bien précis, les animaux étant les plus demandés. La plupart du temps, j’œuvre sur des souches, troncs d’arbre, sapins coupés, fruitiers et même des thuyas. Lorsque j’ai un peu plus de temps, je travaille pour moi suivant mon inspiration, mon imagination. Quelle est votre devise ? C’est de rendre heureux le plus grand nombre de mes acquéreurs, d’apporter du soleil dans leur vie, de rencontrer des gens, d’avoir des amis et de communiquer.

Propos recueillis par Denise Rossier

Paroisses vivantes mai-juin 2012

3


Génération

10 ans, Noces d'étain à la Brillaz Il y a 10 ans, le 26 juin 2002, les paroissiens et paroissiennes de Lentigny et d'Onnens acceptaient à une large majorité les arguments du comité de réunion des deux paroisses et donnaient naissance à la nouvelle paroisse de La Brillaz.

pour Onnens. Cette répartition bien que plus nécessaire depuis 2008 est toujours respectée aujourd'hui.

M. Pellissier

La convention prévoyait aussi un taux d'impôts de 10 centimes tant pour les personnes physiques que pour les personnes morales, afin d'assurer la prise en charge des importants travaux de rénovation des bâtiments qui étaient prévus. En 2010, alors que l'essentiel des travaux était réalisé, ce taux a pu être réduit à 8 centimes à la satisfaction de tous. Pour marquer ce dixième anniversaire, le conseil de paroisse a sollicité nos chœurs paroissiaux et notre harmonie de La Brillaz pour marquer l'évènement de façon festive lors de la fête patronale de Saint-Pierre-aux-Liens, à Lentigny. Le 1er juillet la messe de 9h30 sera interprétée par les deux chœurs lors de la messe patronale. L'Harmonie de La Brillaz conduira le cortège jusqu'à la salle polyvalente où sera servi l'apéritif offert par la paroisse, puis toute la population est invitée à participer à un repas organisé par le chœur Sainte-Cécile. Vous trouverez plus d'informations à ce sujet sur le site de la paroisse : www.paroissedelabrillaz.ch Le conseil de paroisse vous invite à réserver cette date, afin que nous puissions nous réjouir et fêter cet anniversaire ensemble dans la joie et la convivialité.

Afin d'éviter une emprise trop grande de l'autre communauté, la convention de réunion prévoyait une répartition des cinq sièges du conseil de paroisse pour la première période, selon le village de domicile des conseillers, soit un pour Lovens et deux pour Lentigny et

4

Paroisses vivantes mai-juin 2012

Le conseil de paroisse M. Pellissier

Pour y parvenir tout n'avait pas été facile, même si l'exemple inauguré 2 ans plus tôt par les communes de Lentigny, Lovens et Onnens commençait à porter ses premiers fruits. Il était alors légitime de se poser des questions par rapport à l'autonomie, au pouvoir de décision, aux bâtiments, aux finances propres. Fallaitil aussi laisser à d'autres le pouvoir de décider pour nous ou d'utiliser notre argent ?


Rencontre avec notre Evêque

Vie en Eglise

Près de trois cents agents pastoraux prêtres, diacres et laïcs, des représentants des paroisses et des unités pastorales de la partie francophone du canton de Fribourg ont rencontré le nouvel Evêque du diocèse au Bicubic à Romont, le 2 mars dernier, sous la direction de Mgr Berchier, maître de cérémonie.

A. Ryser

La rencontre a commencé par un sketch intitulé « Allo la cure ! » où plusieurs agents pastoraux laïcs ont exprimé des réflexions visiblement recueillies au sein de paroisses ou de services pastoraux.

actif et participant à la vie de notre Eglise. Comme chacun, je suis donc concerné par toutes les activités diocésaines présentées lors de cette rencontre à Romont comme le dialogue œcuménique, la lecture de la Bible, cette année l’évangile de saint Marc, les jeunes et les rencontres des JMJ, l’enseignement à l’école primaire et au CO, la catéchèse, la pastorale des sacrements, celle des malades. En effet, je ne puis vivre recroquevillé sur moi-même au sein de mon petit monde personnel. Je dois m’ouvrir aux autres, au-delà des limites de ma paroisse ou de mon Unité pastorale car j’appartiens à la famille épiscopale, à l’église diocésaine.

« Heureusement que cette réplique n’a rien à voir avec la réalité présente » a souri Mgr Morerod et d’ajouter « je ne peux rien changer seul, mais je peux essayer d’y contribuer ». Il est certain que la tâche sera ardue mais selon ses dires « j’ai vu beaucoup de belles choses dans tous les cantons, des soutiens et des manifestations de foi et j’espère que ça continue ».

Comme un Père, l’évêque est là pour guider ses enfants, les conseiller mais ses enfants, nous tous, par nos qualités personnelles, nous devons apporter notre contribution à l’épanouissement de la grande famille diocésaine. Puisse ce message entendu à Romont être perçu par les tous les fidèles de notre diocèse. A. Ryser

La solution à tous ces problèmes ? « Mais demandez à l’Evêque, il saura mieux faire ! »

Ce message, Mgr Morerod nous l’a transmis de façon explicite en déclarant : « Je ne peux rien changer tout seul. J’ai besoin de vous et, seulement ensemble, nous pourrons réaliser de grandes choses ! »

Cette rencontre avec Mgr Morerod, c’était un peu la rencontre d’un Père avec ses enfants. Notre Père-évêque désirait s’informer, connaître davantage une partie de son diocèse, ici le canton de Fribourg, pour mieux le servir. Il est vrai que l’on appartient tous à une paroisse, à une unité pastorale. Mais n’oublions pas que nous sommes membres d’un diocèse, pas seulement inscrit dans les registres mais également – et c’est important – comme membre

D'après APIC Jean-François Deléaval

Paroisses vivantes mai-juin 2012

5


Amazing week-end au Y'a q'A

Vie en Eglise

Les 28 et 29 janvier 2012, les vingt-cinq confirmands de Neyruz se sont retrouvés pour deux jours de créativité, de partage et de réflexion. Nous profitons de ces deux jours de rencontre pour quelques moments de discussions et de réflexion, d’éclats de rire et de complicité, de partage et de confidences. Chaque jeune prend un temps pour écrire sa lettre au Ministre de la Confirmation, M. le Vicaire général Alain Chardonnens, moment très intense.

Au début de notre parcours, très vite s’est manifestée l’envie de réaliser un projet créatif avec nos jeunes. Quelques idées, quelques démarches plus tard… nous voici à la réalisation. Nous allons créer un arbre, notre arbre de vie… En cette fin janvier, sous un beau manteau de neige, nous arrivons au Y’a q’A à Chavannes-sous-Orsonnens. Nous sommes accueillis par Jimmy, l’artiste et Marylène, dans leur magnifique atelier-galerie. Pour nous prêter main forte, le papa de l’une de nos jeunes, Xavier Vimal, également artiste, se joint à nous. V. Chavaillaz

Un suivi pastoral et des visites surprises… L’Abbé Guy, venu nous rendre visite, partage avec nous un repas et nous parle des dons de l’Esprit, il anime sa présentation d’exemples vécus qui interpellent nos jeunes. Nous avons passé deux journées exceptionnelles. Pour avoir osé nous suivre, nous soutenir, nous entourer, nous accueillir, pour nous avoir aidés à concrétiser, à vivre notre projet, nous tenons à remercier Jimmy et Marylène, Xavier, la paroisse de Neyruz. Merci encore à l’Abbé Guy, à Colette et Jean-Marc pour la surprise de leur visite. Impossible de clore ce petit compte rendu, sans citer le cri du cœur de nos jeunes à la fin de cet inoubliable weekend : « It’s amazing » incroyable, fabuleux, exceptionnel…

Mmh ! Cela sent très bon en cuisine… Nos jeunes cheffes cuisinières nous concoctent de succulents mets que nous apprécierons dans une ambiance chaleureuse.

6

Paroisses vivantes mai-juin 2012

Nous vous invitons à venir découvrir notre création qui sera installée fin juin dans le jardin de la cure à Neyruz. V. Chavaillaz

Nous découvrons les lieux, le programme des activités du week-end et formons les groupes. L’atelier sculpture permet aux jeunes de se familiariser avec le travail du métal, ils découvrent les divers outils et s’activent avec plaisir. Ici on plie une branche, là on façonne une feuille, bref, filles et garçons se dépassent et s’éclatent au bricolage. Clic, clac, ici c’est l’atelier photo. On immortalise cet endroit que l’on découvre au fil d’une balade au bord de la rivière, quelques sculptures longent le cours d’eau, un jeu d’échec géant attend d’éventuels joueurs, il y a aussi un charmant petit abri et on arrive aux chutes d’eau, le paysage est simplement magnifique.

Eh oui, un immense merci à vous nos jeunes, vous avez rendu ces deux jours, « amazing ».

Les animatrices : Géraldine Brügger, Véronique Chavaillaz et France Gendre


 La nouvelle évangélisation, slogan ou engagement missionnaire ? En marge de la conférence de carême de Mgr Rémy Berchier Depuis Jean-Paul II, nous avons pris l'habitude d'entendre parler de « nouvelle évangélisation ». S'agit-il d'un simple slogan ou d'une réalité missionnaire ? En tant que chrétiens, il nous revient à tous – prêtres, religieux ou laïcs, en paroisse, en UP, en famille ou au travail – d'apporter l'Evangile aux hommes d'aujourd'hui. Et c'est possible… En octobre prochain se tiendra à Rome la treizième assemblée générale ordinaire du Synode des évêques sur la nouvelle évangélisation. Les temps ont changé, les mutations culturelles sont profondes, la sécularisation a laissé de lourdes traces, y compris dans les pays de tradition chrétienne. La crise actuelle se traduit par une indifférence généralisée à l’égard de la foi chrétienne, et même la tentative de marginaliser le christianisme dans la vie publique. Ce n’est que dans la société moderne telle qu’elle est, avec ses attentes et ses détresses, que la Bonne Nouvelle peut être entendue comme un message de libération, de fraternité. Il ne faudrait pas que l'appellation « nouvelle évangélisation » ne reste qu'une locution à la mode et éphémère. Ce qui compte d’abord, c’est la rencontre et le partage avec le frère et la sœur, et non pas seulement la proclamation souvent intempestive du nom de Jésus. Loin d’être un discours à sens unique, l’évangélisation prend la forme d’une rencontre personnelle, d’un moment de vérité et d’amitié. Les discours qui disent l’Evangile ne suffisent plus; c’est l'attention à l'autre qui devient essentiel. Nous appartenons à un groupe, une communauté, un mouvement qui s’intéresse à l’évangélisation et est engagé dans ce grand chantier. Sommes-nous habités par un esprit missionnaire qui nous

pousse à oser du neuf, à aller vers, à inviter, à être plus audacieux ? La vie continue, A. Ryser un autre monde est possible, l’aventure de l’Evangile se poursuit. La Nouvelle Evangélisation s’adresse non seulement aux chrétiens qui se sont éloignés de la foi, mais à tous. Elle vise à annoncer le Christ, vrai Dieu et vrai homme, crucifié pour porter toute détresse humaine, ressuscité pour que nous ayons la vie. Tous les croyants, par leur baptême, sont appelés à y participer : les familles, les jeunes, mais aussi les paroisses, les mouvements et nouvelles communautés. La catéchèse et les parcours de préparation aux sacrements sont des lieux privilégiés pour mettre en place cette Nouvelle Evangélisation. Mais tout cela n’est possible que si, à l’exemple des chrétiens dans les Actes des apôtres, nous nous ouvrons d’une manière nouvelle à l’Esprit Saint : « Il n’y aura pas de nouvelle évangélisation sans nouvelle Pentecôte ! » Propos recueillis par Claude Didierlaurent

Paroisses vivantes mai-juin 2012

7

Formation spirituelle


« Laissez venir à moi les petits enfants » avait dit Jésus à ses disciples.

Catéchuménat des enfants Célébration de l’Appel décisif E. Agbenouvon

Réflexion pastorale

Ils étaient une soixantaine – mais pas si petits que ça puisqu’ils avaient entre 6 et 12 ans – ce samedi 3 mars 2012. Venus de toute la partie francophone du canton de Fribourg, ils se rassemblèrent à la salle paroissiale de Cottens sous la conduite de Mme Marie-Madeleine Beer et de ses auxiliaires. Il s’agissait de marquer solennellement le terme de leur préparation au baptême par un engagement rituel. « Prends ta barque, Dieu t’appelle » et « Viens, toi, qui cherches ton chemin » sont les chants qu’ils répétèrent, en vue de la célébration de l’après-midi, accompagnés par une flûte et une guitare. Puis il y eut un temps magique. S’inspirant de l’Evangile de Jean, Mme Marie-Jeanne Waber leur conta l’Histoire de l’appel des disciples, mettant en scène et en mouvement les personnages principaux, au moyen de grandes marionnettes. Les enfants furent particulièrement attentifs. Idée géniale et riche de signification de la conteuse, elle conclut son histoire en illustrant par la musique du Canon de Pachelbel le « Viens… – un seul thème qui se répète et s’amplifie et se multiplie – … et suis-moi ». Les enfants l’écoutèrent dans un silence impressionnant. Et ce fut le temps de midi : le soleil radieux permit une balade dans les environs durant laquelle les enfants purent réfléchir à leur propre appel et apposer leur signature dans le livre des engagements ; elle fut suivie d’un bref piquenique.

8

Paroisses vivantes mai-juin 2012

L’après-midi, ils se retrouvèrent à la salle paroissiale avec leurs parents, parrains et marraines pour une catéchèse familiale et une répétition, puis à l’église pour la célébration solennelle de l’Appel décisif. Sous la présidence de Mgr Rémy Berchier, accompagné de M. le Curé Modeste Kisambu, la cérémonie se déroula dans une belle simplicité et une grande ferveur. Groupés sous le nom des six premiers apôtres (Pierre, André, Jacques, Jean, Philippe et Nathanaël), les enfants mirent en scène et gestuèrent l’Evangile de Jean entendu le matin. Mgr Berchier s’adressa ensuite à eux et leur posa quelques questions. Les réponses ne furent pas toutes très bibliques… Puis, appelés par leur nom, les enfants s’avancèrent dans le chœur de l’église, en signe d’engagement, où les deux prêtres leur imposèrent les mains. Avant de leur donner la bénédiction finale, Mgr Berchier invita tous les enfants et les adultes à tendre les mains pour prier ensemble le Notre Père. C’est ainsi que prit fin cette belle étape d’une à deux années de préparation à leur baptême, sacrement prévu pour le temps de Pâques. La journée se prolongea par un apéritif sous l’église dans la lumière du « Suismoi ».

Jean-Marc Sudan


Roberto Simona : « Recherchez la véritable liberté »

Société Actualité

Dans quels pays les chrétiens sont-ils les plus menacés ? Au Pakistan. Les chrétiens s’y trou­­vent dans une situation misérable, voire de persécution. En Erythrée, le régime en place opprime toute la population. L’Eglise catholique est le seul espoir car toute l’aide humanitaire dépend d’elle, les autres organisations non gouvernementales (ONG) ayant abandonné le terrain. En Arabie saoudite, les droits des trois millions de chrétiens présents sont niés. Ceux-ci ne peuvent pas porter de croix ou lire la Bible. Ces situations ne sont pas acceptables, au nom de la liberté religieuse. On n’en a toujours pas compris la signification. Toutefois, les Eglises chrétiennes ont fait un pas en avant dans la compréhension du droit de choisir la religion et du droit à la liberté de conscience. Ce n’est pas le cas pour d’autres confessions. Si Dieu est le plus grand, comme il est dit dans l’islam, pourquoi aurait-il besoin d’être imposé par la force des hommes ? Comment se passent les relations avec la population locale ? La situation est différente de pays en pays. Dans certains cas, les communautés cohabitent mais ne se mélangent pas. Le niveau de tolérance est notamment mis à l’épreuve lorsque, par exemple, un chrétien tombe amoureux d’une musulmane ou vice-versa. Il y a des risques de représailles et les chrétiens ne sont pas toujours des enfants de chœur ! Quand on va sur le terrain, on se rend compte que la religion a une importance relative. Les défis du quotidien sont plus importants que les confrontations entre les différentes confessions. Ainsi, en Asie centrale, 70% de la population est ouverte à l’accueil des autres, même si la religion reste un élément social très présent. Après avoir pris connaissance de la situation sur place, quelle est l’étape

suivante dans l’aide apportée par l’AED ? Dans un premier temps, il s’agit de faire connaître la réalité des chrétiens souvent persécutés ou privés de droits, mais sans pour autant les victimiser à outrance. Puis, il faut récolter des fonds. Et ce n’est pas facile. Donner de l’argent pour des situations de guerre est plus commode que de financer un programme de pastorale. L’AED est en effet la dernière ONG à élaborer ce type de projet. Toutefois, il y a une belle générosité de la part du peuple suisse, même s’il n’est pas facile de percer dans les médias. Quels sont les projets de l’AED actuellement en cours ? Il s’agit d’apporter de l’assistance, notamment au Nigeria, en Egypte et au Pakistan, pour la reconstruction des églises détruites. Mais en Irak, par exemple, l’AED amène une aide humanitaire, car les chrétiens ne la reçoivent pas. Les groupes minoritaires sont, en effet, exclus de cette aide. Y a-t-il parfois un reproche de prosélytisme ? Ce mot sonne faux. Je crois à la liberté religieuse. Chaque ONG porte un message et si cela est fait dans le respect de l’autre, il n’y a pas de prosélytisme. Dans certains pays, les chrétiens choisissent l’exil. Est-ce la solution ? Les jeunes générations sont, en effet, tentées de quitter les pays où elles sont minoritaires. Mais j’ai rencontré dernièrement au Liban un groupe de jeunes ayant étudié en Europe et qui sont revenus au pays. Ils souhaitent concrétiser ce message de cohabitation entre les différentes religions : « Soyez le sel de la terre. » Il n’est bien évidemment pas question de minimiser les persécutions, mais il est bon aussi de poser le regard sur des personnes aux

LDD

Spécialiste de l’islam et des minorités chrétiennes dans les pays musulmans et ceux de l’ex-Union soviétique, Roberto Simona est responsable de l’antenne romande et tessinoise de l’Aide à l’Eglise en détresse (AED). Infatigable voyageur, il lutte pour le respect de la liberté religieuse.

Biographie express Avant son engagement en 2003 pour l’Aide à l’Eglise en détresse, Roberto Simona a travaillé pour le CICR en tant que délégué au Caucase. Ensuite, il a occupé le poste de directeur de programme de diffusion du Droit international humanitaire auprès du Ministère de l’éducation des républiques d’Asie centrale. Il fait partie du groupe de travail pour la publication du Rapport sur la liberté religieuse dans le monde, publié par l’Aide à l’Eglise en détresse, et du Groupe de travail islam (GTI) de la Conférence des Evêques suisses.

idéaux forts. Et l’on en trouve tant du côté des chrétiens que des musulmans. Les minorités chrétiennes ont, de plus, une responsabilité : celle de vivre le message de l’Evangile et de devenir des personnes justes. Quelle est votre espérance ? J’en ai plusieurs, mais celle qui me tient à cœur est que toutes les générations comprennent ce qu’est la véritable liberté. La vie est passionnante lorsqu’on la recherche. Propos recueillis par Marie-Claude Cudry

Paroisses vivantes mai-juin 2012

9


ECl AIRAGE .........................................................................................................................................................................

la guerre contre les chrétiens ? C’est sous ce titre un peu provocateur, car le point d’interrogation n’y figurait pas, que l’hebdomadaire américain Newsweek, dans son édition du 13 février 2012, est revenu longuement sur les persécutions dont les chrétiens sont actuellement victimes dans le monde. En couverture de ce magazine très lu sur l’ensemble de la planète, le portrait du Christ criblé d’impacts dans l’église des Saints d’Alexandrie (Egypte), à la suite d’un attentat anticopte. les chrétiens sont-ils vraiment persécutés et peut-on dire qu’une guerre est menée contre eux ? le point de la situation. .......................................................................................................................................................

l’

AED

organisation internationale catholique Aide à l’Eglise en détresse (AED, présente en Suisse romande par une antenne particulièrement active) publie chaque année un rapport établi avec la contribution d’un groupe de chercheurs, spécialistes et journalistes, qui ont rassemblé et rendu disponibles les informations provenant en général de sources internationales, des rapports des différentes communautés religieuses et des récits des témoins oculaires. Son but est de fournir un tableau général et détaillé de la liberté religieuse dans le monde, avec la plus grande objectivité possible. Il ressort du rapport 2010 que plusieurs centaines de milliers de chrétiens sont discriminés, voire persécutés en raison de leur foi, dans de nombreux pays. Même si des persécutions existent depuis les débuts du christianisme, doiton accepter cette dure réalité ?

Eglise détruite en Irak.

DR

l’Etat chinois) du diocèse de Suiyuan, à Hohhot (Mongolie intérieure), ont été arrêtés par la police le 30 janvier dernier.

Christ criblé de balles dans l’église des Saints  d’Alexandrie (Egypte).

L’actualité quotidienne rapporte des faits se déroulant sur les cinq continents, complétant une liste apparemment sans fin de vexations, de discriminations ou de persécutions. Ainsi, en Chine, cinq prêtres de la partie « clandestine » (c’est-à-dire non reconnue par

Le groupe le plus discriminé En juin 2010, lors d’une conférence internationale de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) à Astana, le chef de la délégation du Saint-Siège, Mgr Mario Toso, a soutenu que « plus de 200 millions de chré­ tiens partout dans le monde subissent  sous une forme ou une autre la haine,  la violence, la menace, la confiscation  de  leurs  biens  et  d’autres  abus  en  rai­ son  de  leur  religion,  faisant  d’eux  le  groupe religieux le plus discriminé ». Le diplomate du Saint-Siège a ajouté : « A   l’égard  de  l’Eglise  et  des  communau­ tés chrétiennes, de même qu’à l’égard  d’autres  communautés  religieuses  et  de  leurs  membres  respectifs,  il  conti­ nue  d’y  avoir  des  lois  intolérantes  et  même  discriminatoires,  et  il  y  a  des  décisions  et  des  comportements,  par  action comme par omission, qui nient  cette liberté, la liberté religieuse. » En effet, bien que l’article 18 de la Déclaration Universelle des Droits

de l’Homme de 1948 garantisse à tout être humain (homme, femme, enfant) la liberté religieuse, ce droit est aujourd’hui l’un des plus bafoués. Chaque jour, on assiste dans le monde à des injustices, des discriminations et des persécutions de chrétiens venant de fidèles de différentes religions. Par exemple, dans les pays musulmans qui pratiquent encore la loi de la charia, un musulman qui se convertit à une autre religion est condamné à la peine de mort. En Irak, les chrétiens sont systématiquement contraints de quitter leur pays natal. Dans de nombreux cas, ce sont les Etats qui empêchent leurs propres citoyens de pratiquer librement leur culte, préférant laisser la place à des groupuscules d’extrémistes. Pas ou plus de liberté religieuse Avec d’autres organisations, l’AED tire la sonnette d’alarme quant à un droit, inscrit dans la liste des droits fondamentaux de l’homme, qui est devenu particulièrement vulnérable. Sur le terrain, l’AED estime qu’elle est de plus en plus confrontée à des réa-

.............................................................................................................................................................................

08

PAROISSES VIVANTES I AVRIl 2012 Paroisses vivantes mai-juin 2012

10


ECl AIRAGE

concerne uniquement les pays du Sud. Dans les sociétés occidentales, il se pose également à cause, d’une part, de la prédominance du relativisme et du mépris qu’elle peut engendrer envers les croyants, et, d’autre part, à cause de l’intolérance de certains membres de l’une ou l’autre confession par rapport aux autres religions. Le droit à la liberté religieuse concerne directement la conscience de toute femme et de tout homme, et sa quête de vérité. Dès lors, la défense de ce droit apparaît comme vitale à l’avenir de l’humanité. « La religion n’est pas   un  problème,  mais  une  contribution  vitale  au  dialogue  national », a relevé Benoît XVI lors de son voyage en Angleterre.

Au Liban : prier pour les chrétiens persécutés.

Dire et alerter L’auteure de l’article publié dans Newsweek, Ayaan Hirsi Ali, ne mâche pas ses mots : « On entend souvent par­ ler  de  musulmans  victimes  d’abus  en  Occident  ou  de  combattants  du  Prin­ temps arabe luttant contre la tyrannie.  Mais, en fait, une tout autre guerre est  en  cours,  une  bataille  non  reconnue  qui coûte des milliers de vies. Les chré­ tiens  se  font  tuer  dans  le  monde  isla­ mique à cause de leur religion. »

AED

lités où la notion de liberté religieuse est un concept vague, mal compris, voire inexistant. En effectuant sa mission qui est d’aider les chrétiens victimes d’intolérance, de discrimination et de haine à cause de leur appartenance religieuse, l’AED constate que ces violations touchent également l’environnement social, culturel et économique dans lequel ils vivent, et par conséquent les membres de la religion majoritaire ou d’autres religions. Une attitude minimisant ou déniant le droit à la liberté religieuse est donc dangereuse pour l’ensemble de la population concernée et pas seulement pour les personnes confessant leur foi. Et le non-respect de la liberté religieuse n’est pas un problème qui

AED

.........................................................................................................................................................................

C’est au Pakistan que les chrétiens sont les plus  menacés.

Que faire, alors ? D’abord le dire, le publier, alerter l’opinion publique internationale ainsi que les gouvernements et les organisations internationales sur le respect de la liberté religieuse. Ensuite, prier, afin de témoigner d’une solidarité toute simple et assez efficace. Enfin, aider les nombreuses organisations qui interviennent, notamment par le financement de projets en faveur des chrétiens persécutés à travers le monde. Laurent Passer

.............................................................................................................................................................................

PAROISSES Paroisses vivantesVIVANTES I AVRIl 2012 mai-juin 2012

11

09


J.-M. Barras

Le plaisant village de Ponthaux se situe à l’écart des grands axes, et son église n’est pas à proximité de la route principale. Une visite vaut le détour. Sa silhouette aux lignes sobres a échappé à l’architecture néogothique dont la mode nais-

Dessiex, à Fribourg. Les trois imposantes statues tyroliennes, en bois elles aussi – le Sacré-Cœur, la Vierge Marie et saint Michel – ont été acquises dans les années 1950. Sur le bouclier de la statue de saint Michel, on lit : Quis ut Deus. C’est une traduction du nom de Michel, qui est comme Dieu, exclamation de l’archange lors de la révolte des anges. Michel perce de sa lance le démon vaincu, représenté sous la forme d’un dragon. Signalons aussi que l’orgue Ayer-Morel est neuf.

J.-M. Barras

A Ponthaux et à Nierlet-les-Bois :

Chroniques locales

Le tableau de saint Maurice, patron de la paroisse, a été restauré par Joseph Jacquaz, agriculteur et peintre amateur, qui habitait à côté de la cure.

sait au temps de sa construction. L’église fut la seule consacrée par l’évêque Mgr Christophore Cosandey, dont l’épiscopat n’a duré que de 1879 à 1882. Elle a remplacé l’ancien lieu de culte, démoli à l’époque où la paroisse de Ponthaux se séparait de celle de Prez, en 1879, après de nombreuses démarches, tergiversations, pétitions… La simplicité architecturale de l’édifice se retrouve à l’intérieur. Un matériau noble, le bois, a été conseillé par Yoki lors de la modernisation du chœur dans les années 90. Le mobilier liturgique a été réalisé par l’ébénisterie d’art Henri

Que dire des vitraux ? Leur auteur est Henri Broillet (1891-1960), originaire de Ponthaux, Belfaux et Fribourg. Violoniste talentueux, il a préféré consacrer sa vie à la peinture, au vitrail, au dessin de drapeaux et de pièces d’orfèvrerie... Il s’est perfectionné dans son art, tant dans sa pratique que dans son histoire, à Munich, à Florence, à Paris. Il fut aussi conservateur du Musée d’art et d’histoire de Fribourg. Si l’on compare les verrières de Ponthaux avec celles que Broillet a réalisées – par exemple – à Saint-Aubin, Nuvilly, Montagny ou Payerne, on est étonné de la grande simplicité que l’artiste leur a donnée dans son village d’origine.

J.-M. Barras

J.-M. Barras

Dans les années 90, Yoki a demandé à Patricia Brunschwig, une jeune artiste talentueuse, de créer un bas-relief destiné à l’église de Ponthaux. L’artiste, née à Fribourg en 1966, s’est perfectionnée dans de grandes Ecoles artistiques de Paris et de Genève. Après avoir vécu en France, elle est établie actuellement à Saint-Livres (VD) et elle enseigne dans un collège de Genolier. Ses œuvres ont été appréciées dans diverses galeries. Le bas-relief de Ponthaux, appliqué contre la tribune, est une évocation réussie de la musique.

12

Paroisses vivantes mai-juin 2012


une visite qui vaut le détour

Chroniques locales

La Chapelle de Nierlet La chapelle de Nierlet-les-Bois a été bâtie en 1599. Elle est dédiée à saint Gorgon, martyrisé avec sainte Dorothée en 370. Favoris de l'empereur Dioclétien, tous deux refusèrent de renier le Christ. Leur martyre fut particulièrement effroyable. Leur peau, arrachée par des onglets de fer, fut ensuite avivée avec du sel et du vinaigre. Enfin, ils furent lentement pendus pour être étranglés jusqu’à la mort. Gorgon est spécialement invoqué lors de paralysie, de rhumatismes, de maladies nerveuses. Mais, comme saint Evroult – un moine décédé en 596 – il peut être invoqué lors de n’importe quelle maladie. Evroult et Gorgon – appelé aussi Gourgon – peuvent tout guérir !

En 1853, la propriété fut cédée à la famille Buchs, de la branche dite « des notaires de Fribourg ». Le château fut gravement endommagé par un incendie en 1870. A l’initiative du propriétaire Nicolas Buchs, conjointement aux réparations nécessitées par le sinistre, fut entreprise la rénovation de la chapelle qui était délabrée. Restaurée, elle fut donnée par Nicolas Buchs à la commune de Nierlet. Dès le 1er janvier 1981, date de la fusion avec Ponthaux, la chapelle est devenue propriété de la nouvelle commune, attachée à la sauvegarde de ce patrimoine.

J.-M. Barras

A part la statue de saint Gorgon, on peut se recueillir à Nierlet devant l’Enfant-Jésus de Prague. La statue originale a une légende. Un moine l’aurait sculptée en cire sur l'ordre de Jésus. Elle a appartenu à sainte Thérèse d'Avila (1515-1582), qui l’a transmise à une amie. La fille de celle-ci l’a offerte au couvent des Carmélites de Prague en 1628. Cette statue, à l’origine d’un culte largement répandu, a été l’objet d’une grande vénération par les deux saintes Thérèse, d’Avila et de l’EnfantJésus (1873-1897). Celleci, connue aussi sous le nom de Thérèse de Lisieux, a sa statue dans la chapelle de Nierlet depuis 1938.

J.-M. Barras

J.-M. Barras

Denis Clerc, dans ses mémoires Les Lacets rouges, Editions La Sarine 2007, nous apprend que Nicolas Buchs était son arrière-grand-père, Extrait : Des hectares, il en a par dizaines, au point de faire rebâtir une chapelle à ses frais. Autre signe d'aisance et de modernité, il se fait photographier par Ernest Lorson avec sa jeune épouse, Joséphine Péclat, de Middes, vers 1860. Avec autant d'aisance et de piété, il va bien sûr finir député en 1874, mais mourir en 1877, à 43 ans. Le temps d'avoir dix enfants qui leur donneront quarante-trois petits-enfants. C'est leur fille Olympe, une femme autoritaire, jupitérienne en quelque sorte, qui deviendra l'épouse de mon grand-père Joseph Ducrest, un homme calme, docile et réfléchi, longtemps député, jusqu'à sa mort en 1941. Son fils lui succédera plus tard pendant dix ans dans ce rôle. Toujours du bon côté, celui du pouvoir en place.

La chapelle a desservi la grande maison patricienne voisine élevée au XVIIe siècle, appelée château, résidence d’été de la famille Gottrau.

Château et chapelle de Nierlet.

JMB Références : A part les indications figurant dans le texte : Claude Didierlaurent, président de paroisse ; Pascal Dorthe, caissier de paroisse ; Patricia Brunschwig, artiste ; Aloys Lauper, Service des biens culturels ; Mgr Louis Waeber, Eglises et chapelles du canton de Fribourg, Ed. St-Paul 1957 ; divers sites internet en rapport avec les sujets évoqués dans l’article.

Paroisses vivantes mai-juin 2012

13


Société Actualité

Rendez-vous ! Depuis décembre 2011 et jusqu'en novembre de cette année, des personnes se retrouvent chez des particuliers pour vivre, en groupe de 6 à 8 personnes, une démarche de lecture suivie de l’Evangile de saint Marc. Voici les personnes de notre UP qui ouvrent leur maison pour vous accueillir : Cottens Neyruz Neyruz Onnens Ponthaux

Gisèle et Jean-Marc Sudan, Route de la Côte 45 Marguerite Friboulet, Route du Marchet 12 Marie-Madeleine Rossier, Route du Marchet 33 Agnès et Gérald Telley, Fin-Derrey 7 Thérèse et Romain Julmy, Route en Beaumontant 17

Vous souhaitez rejoindre l’une ou l’autre de ces maisons ? Vous pouvez vous inscrire auprès du secrétariat de l’UP ; vous recevrez tous les renseignements nécessaires. Consultez également le site www.levangilealamaison.ch

Dans le cadre de cette démarche diocésaine, Bernadette Lopez, artiste d’origine catalane, installée à Fribourg, a élaboré un ensemble de trente-huit peintures acryliques destinées à découvrir le Jésus tel que saint Marc nous le présente. Elle met gracieusement à disposition cet ensemble sous la forme d’une exposition itinérante.

Ces tableaux seront exposés à la salle paroissiale Saint Julien, à Matran du 9 au 16 mai 2012 de 15h à 18h Venez nombreux ! Ses peintures sont mises en ligne et peuvent être imprimées pour des besoins pastoraux. Marche à suivre :

www.festibible.ch Dans le ruban horizontal beige, tapez : L’année Marc 2011-2012 Puis, Saint Marc en Images Colonne de droite : Documents par chapitre

Nous remercions Berna pour son partage. Le Conseil pastoral

14

Paroisses vivantes mai-juin 2012

B. Lopez

Approche de saint Marc par la peinture


Le Servant de messe

…ne tombe pas du ciel ! Les élèves de la classe de caté de 5P l’ont découvert en épluchant et en coupant les nombreux légumes qui composent la fameuse soupe !

Qui est-il ? Chacun l’a vu évoluer, habillé en aube, avec croix et cordon, portant cierges, burettes, encensoir. Mais il est bien plus qu’un simple « assistant du curé ». Il est surtout un serviteur de Jésus. « Pour servir Dieu » m'a affirmé un jeune garçon à qui je demandais : « Pourquoi es-tu servant de messe ? » C’est une manière de vivre sa foi et de donner envie à d'autres d'accomplir ce service. Le temps est révolu où le servant avait la délicate mission d'avoir toujours le dernier mot, et en latin, répondant à toutes les invocations du prêtre. Son service n'en demeure pas moins exigeant aujourd'hui. Pour bien aider le prêtre, il doit arriver à temps à la sacristie. A l'autel, il doit être attentif à ce que fait le prêtre. De plus, surmonter son trac et la peur de se tromper devant tout le monde, ce n'est pas rien. Présenter les burettes, rincer modérément les doigts du prêtre, se déplacer sans courir, faire sa génuflexion avec respect. Que de gestes à accomplir ! Mais il en est un que tous les servants préfèrent : sonner la cloche. Fonction d'un seul durant la messe ! Il faut être précis, ni trop fort, ni trop doucement. Ce n'est pas une alarme, mais un signal. Cela s'apprend. Aujourd’hui, le servant est confronté à une autre difficulté : le tournus des prêtres. Cela demande attention. « Au début, oui, c'est difficile, mais avec le temps on s'habitue et on les connaît (celui-ci veut ceci, celui-là cela) et on fait au mieux » me confiait mon jeune servant. Dès 1965 les filles sont admises au service de l’autel. « Tant mieux, me disait-il, tout le monde a le droit de servir la messe. Et puis je suis content, surtout si je les connais ! » Notre Paroisse peut être fière de compter 25 servants de messe, dont 19 filles. Merci et bravo ! Apporter à chacun la Paix du Christ reçue des mains du prêtre, voilà la belle mission du servant de messe.

Fr. Roulin 2012

La soupe de Carême…

Bravo et merci à ces enfants pour leur travail !

Il faut dire qu’ils ont été bien encadrés par Denise et les deux Monique : merci à elles de les avoir si gentiment accueillis. Françoise Roulin

Catéchisme Madame Françoise Roulin a souhaité mettre un terme à son activité de catéchiste après dix ans, dont cinq comme responsable des catéchistes. Elle a fonctionné à l’organisation des messes des familles, des chanteurs à l’étoile ainsi qu’à des parcours de première communion. Parmi les bons souvenirs qu’elle gardera, il y a le contact avec les enfants et les rencontres mensuelles avec d’autres catéchistes et Mme Renée Michoud, qui transmettait avec passion et brio sa foi et ses connaissances. A toi Françoise, un grand Merci pour toutes ces années passées au service de la communauté et pour ta collaboration à l’éveil à la foi ! Le Conseil de paroisse

Merci à Matthieu, heureux servant de messe, d’avoir répondu à mes questions. Jean-Marc Sudan

Baptême Le 18 mars, Léa Saugy,    fille de Cédric et Sylvie

Décès Natacha Clerc, décédée le 6 février,    à l’âge de 21 ans Paroisses vivantes mai-juin 2012

15 Derniers adieux

J.-M. Sudan

Cottens

Autigny-Chénens


Matran - Avry

Neyruz

Une nouvelle conseillère, un nouvel élan

Que font nos Aînés ? Une pause après la visite du Musée romain à Vallon, mais pas seulement. Le club des Aînés organise chaque mois une activité. Au programme une visite, un musée, une fabrique, une imprimerie, et j’en passe…

L. Dessibourg

D. Rossier

Mme Nadia Rérat, mère de famille à Matran, est un visage bien connu dans la paroisse. Elle collabore à l’animation de l’Eveil à la Foi auprès des plus petits, depuis plusieurs années. Début mars, elle a pris ses fonctions de conseillère paroissiale, succédant à Laurent Dessibourg qui avait présenté sa démission pour fin 2011. Nadia Rérat va s’engager principalement dans la pastorale.

En plus du côté ludique, deux petits lotos internes assurent une excursion un peu plus importante en été. Il y a également la crèche à l’église, un reposoir à la FêteDieu qui, de temps en temps, sont montés par leurs soins. Enfin le Noël des Aînés, repas offert par nos Autorités et animé par une société locale. Merci aux mécènes concernés.

Meilleurs vœux à Nadia Rérat, comme conseillère paroissiale !

A l’heure où j’ai choisi de quitter mes fonctions dans la paroisse, permettez-moi de vous faire part, exceptionnellement dans cette rubrique, de réflexions personnelles et de souhaits pour l’avenir. Comme l’a proposé Mgr Rémy Berchier, lors de la conférence de Carême, nous devons tous, laïcs engagés, ecclésiastiques, privilégier « l’être » plutôt que « le faire ». L’historien et Père jésuite Jean-Blaise Fellay dit : « Le christianisme est en train de disparaître socialement… A vouloir tout gérer d’en haut, on décourage les initiatives et on assèche le tissu paroissial… Retrouvons la fraîcheur évangélique… » (Le Temps, 23 mars 2012) Il faut accepter de remettre en question certaines certitudes et attitudes de fonctionnaires de l’Eglise. Il faut redonner envie, faire confiance, en particulier à la nouvelle génération en quête de sens et d’authenticité dans sa recherche et sa pratique de la spiritualité.

Chaque mardi matin à 9h, rendez-vous pour une marche décontractée d’une heure et demie environ, histoire de s’aérer tout en devisant, sans compter les joyeuses parties de cartes organisées par les dames. A titre individuel, certains s’engagent dans l’organisation « PassePartout » se mettant au service de ceux qui ne peuvent pas se déplacer. D’autres apportent les repas à ceux qui en ont besoin à leur domicile. Autant d’occasions qui permettent d’être utile ou/et de se retrouver dans une ambiance amicale et chaleureuse. Un programme est distribué chaque semestre. Vous qui êtes seul(e) n’hésitez pas à rejoindre le groupe, vous trouverez assurément une activité qui saura vous plaire. Denise Rossier

Baptême Le 26 février, Baptiste Anaël,    fils de Bernard et Marlène

Décès Laurent Dessibourg

Baptême Le 11 mars, Arthur Vultier,    fils de Jacques et Nathalie

16

Paroisses vivantes mai-juin 2012

Olive Odin, décédé le 4 février,    à l’âge de 98 ans Yvonne Rossier, décédée le 10 février,    à l’âge de 86 ans Marcel Berset, décédé le 24 mars,    à l’âge de 80 ans

Derniers adieux


La Brillaz

Corserey

La Brillaz en fête

Préparation de nos confirmands

A l'occasion de la patronale à Lentigny le 1er juillet 2012, le conseil de paroisse a décidé de marquer le dixième anniversaire de la décision de réunion des paroisses de Lentigny et d'Onnens. Voir l'article en page 4.

Mickael Waeber et Florian Baechler de Corserey, ainsi que d'autres jeunes de la Brillaz, d’Avry et Matran recevront le sacrement de Confirmation en l'église paroissiale d'Onnens, le dimanche 17 juin.

Veuillez aussi noter dans vos agendas la date du 28 août 2012 pour participer à la traditionnelle marche « La Brillaz trotte ». En cette année anniversaire, le conseil de paroisse a sollicité le FC La Brillaz, afin que quelques fenêtres soient ouvertes sur notre vie paroissiale. Pour cela un comité travaille depuis quelque temps à l'élaboration d'informations qui seront présentées dans nos églises, chapelle, grottes, lors de cette marche. Un détour sera effectué vers l'ancienne carrière de molasse de la Pereire à Lovens. Là aussi vous pourrez découvrir le processus d'extraction de la pierre qui a servi à bâtir l'église d'Onnens, il y a cent ans.

Ils s'y préparent depuis le mois de juin de l'année dernière déjà, à raison de plus ou moins une rencontre mensuelle, ceci avec un absentéisme quasi… nul. Fort bien encadrés, ils ont vécu ce chemin vers la confirmation à travers des expériences douloureuses, hélas, comme le décès de leur camarade Marc.

Souscription Pour marquer l’événement et couvrir une partie des frais d’embellissement de notre église, Nicolas Ruffieux a créé une statue, réplique des Anges du portail. Posée sur un socle de molasse, la pièce retravaillée à la main, numérotée et signée vous est proposée pour le montant de Fr. 500.–. Merci de votre générosité.

Votre Conseil de paroisse

Décès Daniel Jonin, décédé le 18 février,    à l’âge de 53 ans

N. Ruffieux

Un grand merci au FC La Brillaz qui nous ouvre sa manifestation pour l'occasion.

Et d'autres fois de manière inattendue. Par exemple, lors d'une randonnée en forêt qui devait les amener à Lentigny pour participer à une messe, il leur a été demandé de marcher en silence pendant 30 minutes. Tous ont joué le jeu mais certains témoignèrent ensuite ne pas avoir beaucoup apprécié. En effet, se retrouver « seul face à soi-même », qui plus est dans un effort physique, peut avoir un côté « flippant » selon leur propre terme. Mais tous reconnaissent que ce fut un excellent moyen de se poser des questions. Moyen que leur vie ne leur offre peut-être pas aussi simplement ni même spontanément en somme. Au marché de Noël de la Brillaz ils ont tenu un stand pour les « Cartons du cœur ». Mais, presque frustrés de ne pouvoir vivre l'entier du processus, ils se portèrent volontaires pour la suite. Et c'est ainsi qu'ils consacrèrent de leur temps à aider à la confection des cartons proprement dit et à leur distribution, ceci durant la période de grand froid, pour eux, pas aux yeux en tout cas ! Sur proposition de leur accompagnatrice Madame Dessibourg et en accord avec les organisateurs habituels, le vendredi 6 avril, aux soupes de Carême d’Onnens et de Corserey, reprenant une coutume bien établie dans la paroisse de Matran, ils ont donné un fameux et sans doute bienvenu coup de main au service et aux autres tâches que de telles rencontres nécessitent. Ce ne sont là que quelques exemples parmi tant d'autres, la place manque ici pour les relater tous. Néanmoins, ils témoignent de l'engagement sans faille de ces jeunes, de leur motivation sans arrière-pensée, de leur façon inédite mais très impliquée d'aborder ce cheminement vers le sacrement de confirmation. Quelle merveilleuse manière d'être chrétiens, inspirons-nous en !

Suzanne Codourey, décédée le 1er mars,    à l’âge de 73 ans

Nicolas Vuarnoz

Paroisses vivantes mai-juin 2012

17


Prez-vers-Noréaz

Ponthaux

SOS Proximité

La révolte des outils

Actuellement, quatre membres composent le conseil de proximité de votre paroisse, Mirna Schwab, Christel Clément, Marc-Henri Corboz et Philippe Guisolan. Mais voilà, Marc-Henri va cesser cette activité car sa nouvelle fonction ne lui permettra plus de rester. Nous profitons de le remercier pour toutes les activités accomplies au sein de notre paroisse.

Des outils décidèrent en assemblée d'exclure quelques membres indésirables.

Le conseil de proximité accueille et traduit dans la communauté locale, les décisions et les projets pastoraux. Il recherche des initiatives novatrices pour avancer dans l'esprit de la « proposition de la foi ». Il fonctionne comme un relais d'information.

Le rabot ensuite : il épluche tout ce qu'il touche. Puis au tour du marteau : il est assommant, il cogne et tape sur les nerfs. Vint le tour des clous : caractère pointu… Lime et râpe : on ne fait que se frotter avec elles. Même le papier de verre devait être exclu : sa raison d'être est de toujours froisser ! En fin de compte, il ne restait plus guère d'outils sur l'établi. A. Ryser

De ce fait, le conseil de proximité lance un appel, il recherche des personnes pour rejoindre et épauler le trio restant.

La scie d'abord : elle mord et grince des dents.

Il s'occupe d'activités diverses : l'organisation de la catéchèse, les messes des familles, les chanteurs à l'étoile ou encore sa dernière fierté, le camp préado qui a rencontré un énorme succès et dont la nouvelle mouture est en préparation pour octobre 2012. Le conseil se réunit une fois par mois à la cure de Prezvers-Noréaz, le mercredi de 17h à 19h. Si vous avez des dispositions pour rejoindre ce groupe, n'hésitez pas, contactez-nous par le biais du secrétariat de l'UP ou appelez l'un des membres. Venez prendre un thé et partager un bon moment lors d'une prochaine rencontre. C'est une invitation, à vous de savoir ensuite si vous avez la possibilité de poursuivre un bout de chemin avec nous. Merci ! Philippe Guisolan

Arrive le menuisier. Il prit une planche, la scia avec la scie, la rabota avec le rabot. Il enfonça des clous avec le marteau, utilisa lime et râpe, et termina avec le papier de verre. Et tous ces outils au caractère difficile, voire insupportable, permirent au menuisier de fabriquer une petite merveille d'armoire.

Décès

On me disait au catéchisme que Jésus était menuisier à Nazareth…

Thérèse Bugnon, décédée le 5 février,    à l’âge de 88 ans

Claude Didierlaurent

Baptêmes

Daniel Mathyer, décédé le 10 février,    à l’âge de 63 ans

Le 18 mars, Alexis Mivelaz,    fils de David et Catherine

Emile Henry, décédé le 15 février,    à l’âge de 88 ans

Derniers adieux 18

Paroisses vivantes mai-juin 2012

Le 25 mars, Sacha Julmy,    fils de Pierre et Myriam Le 31 mars, Killian et Alexis Clerc,    fils de Naomi et Samuel


Horaire des messes et autres célébrations en semaine dans les paroisses Mardi Neyruz   7h30 Matran   8h30 Noréaz 13h30 chapelet

Vendredi Onnens   8h30 Noréaz 19h Cottens 17h Home Eglise chapelet 1 Lentigny 19h Avry 13h30 chapelet

1

Mercredi Cottens   8h30 Ponthaux   8h30 Prez   8h30

Dans nos paroisses

Jeudi Avry   8h30 Chénens   9h Corserey 19h

Les premiers vendredis du mois

Lorsqu’une sépulture est célébrée en semaine, la messe prévue ce jour-là dans la paroisse est ANNULEE. Lorsqu’une veillée de prière tombe aux heures d’une messe, LA MESSE FAIT OFFICE de VEILLEE DE PRIERE.

Horaire d’ouverture de notre secrétariat, à Matran Secrétariat Unité pastorale Notre-Dame de la Brillaz Case Postale 74 – 1753 Matran

Lundi et jeudi   8h à 11h30 14h à 17h30 Mardi et vendredi   8h à 11h30 14h à 18h

B. Lopez

Confirmation 2012 Samedi 16 juin, 16h à Cottens, Mgr Rémy Berchier confirmera les jeunes d'Autigny-Chénens et de Cottens Dimanche 17 juin, 9h30 à Onnens, Mgr Rémy Berchier confirmera les jeunes de La Brillaz, Corserey et Matran Samedi 23 juin, 16h30 à Neyruz, Mgr Alain Chardonnens confirmera les jeunes de Neyruz

Samedi   8h à 11h30

Dimanche 24 juin, 9h30 à Prez-vers-Noréaz, Mgr Alain Chardonnens confirmera les jeunes de Prez-vers-Noréaz, Noréaz, Ponthaux et Corserey

Téléphone

026 401 00 90

Avec ces jeunes, passons sur l’autre rive… Prenons-les dans nos prières. Accompagnons-les, aidons-les à prendre une place, leur place, dans l’Eglise et dans le monde.

Fax

026 401 03 58

Mercredi   8h à 11h30 14h à 17h

E-mail : info@upnotredamedelabrillaz.ch

Un mot de reconnaissance aussi… Nous profitons de ces lignes pour exprimer toute notre gratitude aux animatrices et animateurs qui ont épaulé ces jeunes durant leur année de réflexion. Le Conseil pastoral

Permanence téléphonique en cas d’urgence ou de décès : 079 546 28 18 (pas de sms) www.upnotredamedelabrillaz.ch

Les églises de notre UP équipées sont Autigny – Corserey – Cottens – Noréaz – Neyruz – Prez – Lentigny – Onnens

Paroisses vivantes mai-juin 2012

19


Un poème pour cristalliser le courage et la solidarité

Méditation

Opposé au régime nazi, le pasteur et théologien allemand, Martin Niemöller, est arrêté en 1937 et interné au camp de concentration de Sachsenhausen puis de Dachau. Libéré en 1945, à la chute du régime nazi, il devient militant pacifiste. Le poème qu’il nous a laissé, cristallise le courage et la solidarité qui ont fait défaut à nombre de ses contemporains. Loin d’être fermé sur son temps, ce poème est une invitation à regarder autour de soi. Libre à chacun, suivant sa sensibilité, de le prolonger au gré des événements qui font l’actualité… André Ryser

Quand ils sont venus chercher… Quand ils sont venus chercher les communistes, Je n'ai rien dit. Je n'étais pas communiste Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, Je n'ai rien dit. Je n'étais pas syndicaliste Quand ils sont venus chercher les Juifs, Je n'ai rien dit. Je n'étais pas juif

JAB 1890 Saint-Maurice Prière de réexpédier sans annoncer la nouvelle adresse

Quand ils sont venus chercher les Catholiques, Je n'ai rien dit. Je n'étais pas catholique Et, puis ils sont venus me chercher. Et il ne restait plus personne pour protester… Martin Niemöller, pasteur

20

Paroisses vivantes mai-juin 2012

2012 03  

Paroisses vivantes

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you