Page 1

Janvier-février 2012 / N° 1

Autigny Corserey Cottens La Brillaz Matran Neyruz Ponthaux Prez-versNoréaz

paroisses vivantes J ou r n a l d e l ’Uni t é p a s t ora l e w w w. u p n ot r e d a m e d e l a b r i l l a z . ch

A. Ryser

Un coup de jeunes…

Le baptême, pour qui ? Avec quel accomgagnement ?

J. Kolly

pp. 2, 3, 4, 5

Des jeunes soucieux de leur avenir spirituel ! pp. 6-7


… Qui invite à voir plus loin…

Edito

D

Allons à la source… … qui est le rite par lequel est célébrée l’adhésion d’une personne à Jésus Christ dans la commu­ nauté des croyants au sein de l’Eglise. Dans l’idée d’établir une pastorale identique pour l’ensemble de l’UP, l’Equipe pastorale et le Conseil pastoral de l’UP ont réalisé un dépliant sur la pastorale du baptême à partir du document élaboré par le Conseil pastoral fribourgeois. Un dépliant présenté en page 5, disponible au fond des églises et au secrétariat de l’UP.

Sommaire

2

Edito

3

Portrait

4

Société / Actualité

5

Pastorale

6

Vie en Eglise

7

Vie en Eglise

8

Génération

9

Génération

Différences et convergences… En page 2 § 2 des « Orientations », il est proposé « de mettre sur pied une équipe de préparation des baptêmes, autant que possible dans chaque UP. Une équipe formée de jeunes parents et de grands-parents, comme de toutes les personnes qui s’intéressent à faire des chemins de foi avec de jeunes parents ; animée autant que possible par un prêtre ou un agent pastoral qui a la responsabilité des baptêmes dans l’UP. Le but d’une telle équipe est de répartir la charge de préparation des baptêmes sur plusieurs personnes, et ainsi de mettre les parents en lien avec divers membres de la communauté chrétienne ». La situation que nous connaissons dans l’UP est quelque peu différente. En effet, trois Conseils de paroisse – sur les huit que compte l’UP – plus un conseil de proximité qui ont pris la peine de répondre aux questions « Bilan du Conseil pastoral fribourgeois » sur le sujet, constatent que la pastorale du baptême repose sur deux membres de l’Equipe pastorale.

10-11 DOSSIER 12-13 Chroniques

locales

14 Génération 15 Dans 18 nos paroisses

Une pastorale des petits pas… Plutôt que d’aller dans le sens d’une équipe de préparation élargie, l’EP suggère la création de petits groupes de personnes dans chaque communauté, pour assurer l’accueil des nouveaux baptisés et de leur famille le jour de la célébration, comme il en existe dans plusieurs paroisses.

Autigny Cottens Neyruz Matran La Brillaz Corserey Prez-vers-Noréaz Ponthaux

… pour une convivialité pas évidente ! Et pas que dans notre UP ! A entendre prêtres et agents pastoraux ci et là qui regrettent de voir partir rapidement les gens avant et pendant l’accueil quand ils invitent les familles d’un futur baptisé à la fin de la messe pour permettre à la communauté de vivre un bout de convivialité…

19 Horaire

des messes Informations

Que ce coup de jeunes nous anime, Nous et nos communautés, Au seuil de cette nouvelle année !

20 Méditation

André Ryser

2

Paroisses vivantes janvier-février 2012

A. Ryser

es événements qui fondent l’avenir et impliquent chacun à sa mesure, nous donnent l’occasion, de consacrer une large place aux jeunes dans ce numéro... Par qui, par quoi commencer : le baptême, la confirmation, la rencontre entre jeunes, la nomination d’un évêque ?

Editeur: Saint-Augustin SA 1890 Saint-Maurice Directrice générale: Dominique-Anne Puenzieux Rédaction en chef Dominique-Anne Puenzieux Secrétariat tél. 024 486 05 25 fax 024 486 05 36 bpf@staugustin.ch Rédacteur responsable: André Ryser 1747 Corserey Equipe de rédaction:

AUTIGNY Michel Pasquier

CORSEREY Nicolas Vuarnoz

COTTENS Antoinette Meyer

LA BRILLAZ Jean-François Deléaval

MATRAN Laurent Dessibourg

NEYRUZ Denise Rossier

PONTHAUX Claude Didierlaurent

PREZ-VERS-NOREAZ Philippe Guisolan

EQUIPE D’ANIMATION Bernard Rey-Mermet

SECRETARIAT UP Fabienne Mollard

IMPRIMERIE St-Canisius, Fribourg Maquette: Anne Maibach Photo de couverture: Mgr Charles Morerod, évêque de LGF Vincent Murith A. Ryser


Le Baptême

Portrait

Occasion de s’interroger sur le sens de la vie humaine, sur la foi, le rapport au Christ, la proximité de Dieu… Nous remercions vivement les parents approchés d’avoir accepté d’exprimer leur foi et leurs sentiments à l’occasion du baptême de leur enfant.

A. Ryser

Vous avez demandé le baptême pour Chloé : quelle a été votre motivation ? Nos motivations sont que toute la famille a été baptisée donc nous l’avons fait un peu par tradition, mais aussi parce que la foi m’a aidée, suite aux décès accidentel de mon frère et celui par maladie de mon papa, la foi et l’espérance de les retrouver un jour « de l’autre côté » m’ont aidée à surmonter ces deuils et je pense qu’on a besoin de croire à une vie après la mort, donc pour nos enfants nous voulons leur transmettre cette force qui aide à surmonter les épreuves de la vie.

En quoi cette démarche vous impliquet-elle, vous, parents ? Après le baptême, nous allons essayer d’ouvrir le cœur et l’esprit de notre fille à la foi en allant parfois à l’église et surtout en parlant avec elle et avec Nathan de la religion, par exemple lors de fêtes religieuses, ceci pour qu’elle devienne croyante et ensuite ce sera à elle de décider si elle aura envie d’être pratiquante. Pensez-vous qu’il doit y avoir également un engagement des paroisses pour le « devenir » chrétien de vos enfants ? Je pense qu’il est difficile de trouver une solution pour motiver les baptisés à s’engager et à exprimer leur foi. Le monde actuel est ainsi fait que nous devenons individualistes et que la religion est mise de côté car pas de temps,

pas l’envie, et il est difficile de croire en ce que nous ne voyons pas. C’est principalement le travail des parents d’inclure la religion dans l’éducation et de prendre un peu de temps pour cela. Valérie Bapst

Vous avez demandé le baptême pour Nina : quelle a été votre motivation ? Nous avons choisi de baptiser Nina car pour nous, il est important de lui donner les outils nécessaires pour affronter la vie, que ce soit dans celle de tous les jours comme dans la vie spirituelle. Celle-ci nous permet de nous ressourcer et de nous épanouir, même dans les moments de doute, de tristesse ou de joie. Un peu comme une liaison directe avec le meilleur de nous-mêmes, car Dieu est en nous.

paroisses puissent faire quelque chose. Catherine et Yvan Limat

Vous avez demandé le baptême pour Mélanie Jane : quelle a été votre motivation ? Nous avons décidé de baptiser nos cinq enfants dès leur plus jeune âge. Dieu nous a bénis en nous confiant chacun de nos enfants. Nous reconnaissons que c’est Lui notre créateur et nous Le remercions en faisant entrer Ses enfants dans la grande famille chrétienne.

En quoi cette démarche vous impliquet-elle, vous, parents ? En effet, cela nous remet quelque peu en question car nous ne sommes pas vraiment pratiquants. Bien que ne participant pas souvent à la messe, nous sommes très sensibles à la prière, à la pensée ou à de petites méditations. Cependant, nous sommes prêts à accompagner Nina dans son éveil à la foi et autres chemins. Mais n’oublions pas que l’enfant deviendra adulte et son choix ne sera pas forcément le même que le nôtre. Il sera libre…

En quoi cette démarche vous impliquet-elle, vous, parents ? En baptisant notre enfant, nous nous engageons directement envers Dieu. Nous affirmons que nous allons vivre notre foi au quotidien. Par notre exemple de vie, nos enfants peuvent apprendre à suivre le chemin de Jésus. Dès la plus petite enfance, nous apprenons à l’enfant à reconnaître les œuvres de Dieu autour de nous. Il nous accompagne aux messes dominicales. Il apprend que Dieu est avec nous à tout moment pour écouter nos prières de remerciement, de supplication. Nous parlons également de notre maman céleste, Marie, des saints ainsi que de notre ange gardien. L’enfant est non seulement émerveillé, mais aussi rassuré dans sa petite vie qui a aussi des embûches. Plus tard, nous encourageons nos enfants à recevoir les autres sacrements qui s’offrent à lui.

Pensez-vous qu’il doit y avoir également un engagement des paroisses pour le « devenir » chrétien de vos enfants ? Bien qu’il n’y ait pas d’âge pour être baptisé, nous pensons que c’est dans la période de scolarité que l’enfant sera le plus réceptif à l’éducation du catéchisme. En animant l’éveil à la foi, les paroisses sensibilisent l’enfant à notre religion. Il se retrouve alors dans un milieu connu et participe activement à son développement. Pour ce qui est de la spiritualité, les questions se poseront plus tard, et nous doutons que les

Pensez-vous qu’il doit y avoir également un engagement des paroisses pour le « devenir » chrétien de vos enfants ? En assistant à un baptême, les croyants, du plus jeune au plus âgé, prient pendant la célébration pour ce nouveau membre. Ces prières de toute la communauté montent vers Dieu. Elles sont entendues et soutiennent la personne dans son cheminement maintenant et toujours. Ce soutien par les prières est réjouissant pour la famille qui se sent bien épaulée dans son devoir d’élever Famille Schuell son enfant dans la foi.

Lecteurs, vous qui avez pris connaissance des questions et soupesé le témoignage des parents approchés, quelles sont vos réponses personnelles qui invitent à continuer le dialogue ? Propos recueillis par Denise Rossier et André Ryser

Paroisses vivantes janvier-février 2012

3


Société Actualité

4

Paroisses vivantes janvier-février 2012


Prendre un peu de temps pour décider du baptême d’un enfant… Pour le préparer… Pour le célébrer… Peut-être l’occasion de contacts plus proches avec la communauté ? De penser à son propre baptême ? A sa foi ?

Pastorale

Le baptême… Un sacrement qui se prépare ! arbre des baptêmes le montre : le nombre des enfants de l’UP baptisés en 2011 est important. Une vitalité qui nécessite une organisation. En effet, si autrefois le baptême allait de soi et que nous étions pour ainsi dire baptisés de « père en fils », il n’est plus possible aujourd’hui de célébrer un baptême à la carte. Outre la disponibilité de part et d’autre, plusieurs éléments interviennent : • Etant un organe de coordination, le secrétariat de l’UP auprès duquel les parents s’inscrivent n’est pas en mesure de répondre à toutes les questions de type pastoral qui peuvent se poser ; • Le nombre restreint des ministres du sacrement ; • Le besoin que soit reproposé un bout de chemin de foi aux parents à l’occasion de leur démarche. Aussi, se référant aux « Orientations pour la pastorale des baptêmes des petits enfants » élaborées par le Conseil pastoral fribourgeois, l’Equipe pastorale et le Conseil pastoral de l’UP optent pour une pastorale identique dans l’UP et proposent aux parents la démarche suivante pour le baptême des petits enfants. • Les parents s’annoncent auprès du secrétariat de l’Unité pastorale qui leur fera parvenir les documents nécessaires : un dépliant, un formulaire d’inscription ainsi que la liste des dates de préparation.

Quelques remarques :

• Un délai de deux mois au moins est à compter à partir de la réception du formulaire d’inscription au secrétariat.

Acte important le baptême est la porte d’entrée de la maison Eglise, dans la grande famille des Chrétiens. Les mots le disent, le baptême n’est pas une affaire individuelle mais communautaire. C’est pourquoi l’EP et le CUP suggèrent que se créent au sein de chaque communauté des petits groupes de personnes, pour assurer cet accueil des nouveaux baptisés le jour de la célébration. Et pourquoi pas pour la suite des jours…

• Les parents, parrains et marraines participent à une rencontre commune de préparation au baptême, où la date du baptême leur sera confirmée. • La date fixée, le célébrant prend contact avec la ou les familles pour la préparation immédiate de la célébration qui peut être individualisée ou regroupée pour signifier la dimension ecclésiale et communautaire du baptême.

• Ils tiennent à préciser que le lieu d’un baptême est une des églises paroissiales de l’UP. Ainsi les chapelles de La Brillaz, de Nierlet-les-Bois et de Nierlet-le-Toit ne sont pas retenues comme lieu de célébration.

• Les baptêmes seront fixés de préférence le dimanche soit pendant la messe, soit en fin de matinée. • Pour un enfant en âge de scolarité, un adolescent ou un adulte, appelés « catéchumènes », d’autres parcours sont proposés. Il y a lieu de s’adresser au secrétariat de l’UP pour des renseignements appropriés.

• En cas où le célébrant choisi serait un prêtre externe à l’UP ou que le baptême serait célébré hors de l’UP, l’autorisation du curé modérateur est requise. A. Ryser

L’

• Le baptême des catéchumènes a toujours lieu pendant une messe. • Et après ? Il existe des rencontres de l’Eveil à la foi, qui permettent aux parents d’accompagner leur enfant dans sa découverte de Dieu avec des enfants de leur âge. Puisse ce document trouver un bon accueil auprès de chacun !

• Les parents remplissent le formulaire de demande de baptême en proposant deux dates.

André Ryser

Paroisses vivantes janvier-février 2012

5


Vie en Eglise

A l’Hospice du Simplon et… Durant le week-end du 8 au 9 octobre 2011, 124 jeunes de notre UP se sont retrouvés pour vivre leur retraite de confirmation. Voici le témoignage d’une accompagnatrice et de plusieurs jeunes. 7h30 du matin, le bus roule en direction de l’Hospice du Simplon. 66 jeunes ainsi que 8 accompagnants des paroisses de la Brillaz, Corserey, Matran et Neyruz sont en partance pour deux jours de retraite. Le temps maussade et la pluie n’ont pas de prise sur la bonne humeur qui règne à l’intérieur du car. Au col, elle est encore décuplée par la tempête de neige qui nous surprend. 9h45, descente du car devant la bâtisse imposante de l’Hospice. Tout le monde s’engouffre à l’intérieur où nous attendent le chanoine JeanPascal Genoud et Colette Sierro, l’animatrice. Après la distribution des chambres, nous nous mettons de suite en route à la rencontre de l’Esprit Saint.

J’entends les voix puissantes et la force mélodieuse des jeunes chantant à l’unisson lors du karaoké. J’entends leur silence et je sens leur tendresse infinie lorsqu’ils écrivent une lettre à Dieu. Je revois leur fougue arpentant les couloirs de l’Hospice à la recherche de réponses au quiz ou lors des séances de photos pour leur « kara image ». Je revis leur bonté, leur gentillesse et leurs innombrables qualités à vivre ensemble et à savoir aussi lorsque les limites sont dépassées... J’admire leur enthousiasme à participer à la messe par leurs mimes, leurs chants, leurs prières et leurs offrandes lors de l’Eucharistie.

En marchant aux alentours de l’Hospice, nous découvrons l’aigle (ou est-ce une colombe ?...), l’éolienne avec ses bras ouverts vers le ciel, la turbine de l’Hospice, symbole d’énergie et de vie.

Je ressens encore l’émotion palpable dans l’église lorsque Emilie nous chanta « L’AVE MARIA ». Il s’ensuivit une telle paix qu’un ange passa…

Le long du chemin enneigé, nous sommes soudain pris dans une bourrasque de neige et de vent. Quelle belle entrée en matière pour une rencontre avec l’Esprit Saint !

J’ai appris qu’il suffit de leur faire confiance pour qu’ils montrent leur capacité à créer en 50 minutes les paroles d’une chanson relatant l’Amour envers Dieu et leur volonté de s’engager sur le chemin du Christ. Je vous invite à aller visiter le site de l’Hospice :

Retracer en quelques lignes tout ce que nous avons vécu durant ces deux jours est impossible. Pourtant, il me reste des souvenirs, des images plein la tête et des sentiments profonds.

http://gsbernard.net/index.php?page=simplon J’ai été profondément touchée par leur respect et leur compassion face à la maladie de Marc et à la souffrance de toute sa famille.

R. Julmy

C’est vrai, il y avait, nous, les accompagnants et de bons animateurs, mais nous n’avons fait que les accompagner et les soutenir. Les jeunes, eux, nous ont offert des « cadeaux » pour poursuivre la route avec eux. Ils nous ont remplis d’une grande dose d’énergie, d’amour et d’espoir. Merci à vous les jeunes ! Un grand merci aussi à tous les animateurs pour leur participation et leur générosité. Merci aux paroisses pour avoir rendu possible cette belle aventure ! Au nom de tous, j’aimerais souligner le dynamisme et l’enthousiasme de Jean-Pascal et de Colette à se mettre sur la même longueur d’onde des jeunes et à les convaincre qu’il est possible de croire en Dieu, aujourd’hui et d’oser le manifester. Madeleine Forestieri

6

Paroisses vivantes janvier-février 2012


… à l’Hospice du Grand-St-Bernard

Vie en Eglise

Cinquante-huit jeunes des paroisses d’Autigny-Chénens, Cottens, Prez-vers-Noréaz et Ponthaux, ainsi que six accompagnants, se sont retrouvés à l’Hospice du Grand-SaintBernard. Voici quelques témoignages de jeunes : « Durant ce week-end, j’ai appris que beaucoup de gens se plaignent pour vraiment très peu, alors que d’autres ont vécu une vie bouleversante mais qui se sont toujours battus pour les personnes qu’ils ont aimées et qu’ils continueront d’aimer de tout leur cœur. » « Durand ce week-end, nous avons tous ressenti beaucoup d’émotions et nous sommes repartis le cœur plus léger. » « C’était un week-end génial ! J’ai découvert une autre façon de prier. » « Ce week-end m’a appris à ne pas juger les gens avant de savoir ce qu’ils ont vécu dans leur vie. » « Ce week-end m’a permis de m’alléger de toutes les choses qui me faisaient du mal. J’ai appris beaucoup de choses et il restera gravé à tout jamais dans mon cœur. » « Nous avons passé un bon week-end, plein de joie et d’émotions. Nous avons remarqué que certaines personnes se plaignaient pour rien alors que d’autres sont confrontées à des épreuves difficiles mais continuent à être positives. »

Après quelques mois seulement, victime d’une cruelle maladie, Marc, âgé de 15 ans, d’Avry-sur-Matran, s’en est allé. Plusieurs jeunes, voisins et camarades du CO de Sarine Ouest l’ont accompagné tout au long de la maladie, jusqu’aux derniers jours. Ils ont beaucoup partagé avec Marc. Par leur présence humble et aimante, ils ont été un soutien pour la famille de leur ami. Au nom des copains, Christophe, lui rend hommage.

Lettre à Marc Marc, il y a quelques jours, tu nous as quittés, nous laissant seuls avec plein de tristesse dans nos cœurs. Malgré cela, nous ne devrions pas seulement pleurer sur le triste événement qui est survenu, mais aussi se remémorer les moments de joie partagés avec toi qui étais si sympathique. Durant ton actif, je le pense, tu fus un as dans carrément tous les domaines possibles. En effet, en musique tu jouais très bien du piano, tu étais un sportif de haut niveau et en plus un intellectuel exceptionnel. Bien entendu, ton caractère était le plus marquant : un garçon plein de bonne humeur avec toujours le sourire, même à l’hôpital. Nous admirons le très grand courage que tu as montré ces derniers mois, tu n’as jamais baissé les bras… Maintenant, nous récoltons tout ce que tu nous as donné avec beaucoup de gentillesse durant ta trop courte vie. Comme des braises après un feu, plus rien ne brûle et pourtant, une chaleur réconfortante se dégage. Ton départ prématuré nous a enseigné la juste valeur de la vie. La mort, on ne peut que l’accepter même quand elle est si brutale. On doit laisser ton corps reposer en paix, mais toujours penser à toi, à l’intérieur de nos cœurs. On ne devra jamais t’oublier car pour un garçon comme toi ce ne serait vraiment pas respectable. Tu étais unique et tu nous manques déjà. Mais on sait qu’au moins tu ne souffres plus, emprisonné dans ton propre corps comme tu l’étais. On ne peut qu’espérer que tu vivras une agréable vie éternelle près de Dieu. D’ailleurs on dit que, dans le ciel, chaque étoile représente une personne éteinte. Pour toi, on ne devra pas chercher longtemps, ce sera l’une des plus brillantes, l’une que l’on ne peut toucher mais qui veille sur nous. Alors Marc, sache que nous t’aimerons toujours… Le 7 novembre 2011

Paroisses vivantes janvier-février 2012

7


Camp pré-ado : Génération Sous le thème « découverte », le conseil de proximité de Prez/Noréaz a mis sur pied un camp pour préados du 26 au 29 octobre 2011 à Enney, en Gruyère. Ce camp s’est déroulé durant les vacances de la Toussaint, Déroulement : La veille, l’équipe de cuisine prépare la maison, préparation des dortoirs, disposition des salles et aménagement du garde-manger. Tout est prêt, mercredi matin, 9h, les jeunes, accompagnés de Mirna, Marc-Henri et Shirley arrivent à l’Ondine, jolie bâtisse pour un tel rendez-vous. Accueil, badge avec prénoms et informations pratiques ouvrent le programme de la matinée :

Voici les horaires habituels de chaque jour : réveil petit-déjeuner ateliers dîner partages bibliques, jeux, ateliers goûter chants pour la messe, films, préparatifs soirées souper partages, soirée, feu, film temps de prière silence dans les dortoirs…

M. Schwab

  8h   8h30   9h30 12h 14h 15h30 16h 18h30 20h 21h30 22h30

Les temps forts :

Qu’avez-vous vécu de particulier pendant ces 4 jours ? Justine : Céline : Maëlle : Sarah : Larissa : Jessica : Melissa : Naïma : Lucie : Léa : Magalie : Joey :

Photos

A l’issue de ce camp, les jeunes se sont exprimés librement, voici à vif, quelques témoignages :

A. Ryser

Mercredi : Atelier de peinture, thème : quelque chose ou quelqu’un à découvrir ; (pays, ville, espace, une personne, Dieu ?). Jeudi : Rallye biblique jusqu’à Grandvillars avec 6 postes sur les personnages clés : Marie, Jésus, saint Pierre, Abraham, Noé, David. Pique-nique à la grotte et retour. Vendredi : Découverte des goûts et du toucher, atelier paraboles du semeur et ouvriers de la dernière heure. Soirée autour d’un feu, jeux, théâtre, sketch, petite boum… Samedi : Messe chantée, célébrée par le Père Bernard Rey-Mermet, participation des parents et de toute l’équipe d’accompagnement. Apéritif et dîner en commun.

J’ai appris chants et prières, bien mangé, cool ce caté, pas tout le monde ferait un camp pour des jeunes comme nous. On a trop marché, mais cool ce camp, des chants, du théâtre… Beaucoup appris, nous nous sommes aussi bien amusés. Nous nous sommes bien amusés, j’ai beaucoup aimé. Nous avons pu discuter. Rien de négatif. Karine : Chants. Très bien ce camp. Elise : Tout aimé, bien rigolé. Cool, beaucoup de liberté. Loïc : Déjeuner trop tôt. J’ai tout aimé. Julian : Tout aimé, au lit trop vite, debout trop vite. La marche était très bien. Romane : Bons repas, félicite les cuisiniers, Prières, chants. j’ai aimé les animations journalières. Bien mangé, chanté et dormi.

8

Paroisses vivantes janvier-février 2012


« Découverte » Noréaz Génération c’est donc en toute liberté que 22 jeunes de Prez, Noréaz et Ponthaux se sont engagés à partager des instants merveilleux.

M. Schwab

Et d’une manière générale, qu’en pensez-vous ? Côté biblique, pour beaucoup, nous connaissions les textes, mais nous les avons mieux compris et approfondi le sens. Nous avons bien apprécié ces 4 jours « ensemble » Cela nous a permis de mieux nous connaître, d’apprécier et d’accepter nos différences. C’étaient des instants de joies et de partages. Nous avons appris quelques textes bibliques en faisant des jeux. Nous avons apprécié les textes présentés sous forme de prières et de pièces de théâtre. Nous avons aimé les moments de chants pour la messe. Nous souhaitons revivre encore une fois ce camp fort.

Témoignages des adultes : Pour l’équipe de cuisine : ce fut une riche expérience, les enfants sont formidables, polis et très enthousiastes. Cela nous a procuré beaucoup de joie, merci les jeunes. Pour les animateurs : le programme a pratiquement été tenu, il faut dire que les jeunes en demandent, ils aiment vivre des instants forts et ils ont été à la hauteur de nos espérances, bravo et merci pour votre participation.

Conclusion : Les témoignages des ados et des accompagnants révèlent un intérêt marqué pour cette aventure qui demande à être renouvelée. Pour les organisateurs, ce premier camp a permis de jauger un programme à la portée des préados. Il faut bien les entourer avec suffisamment d’accompagnement. Certes le beau temps a été un facteur de réussite. Cela a permis de réaliser bon nombre d’activités extérieures. Tout était prévu en cas de mauvaises conditions pour effectuer des visites du patrimoine de la Gruyère, même chocolaté. La bonne humeur était totalement présente. Les jeunes ont démontré leur personnalité et leurs envies de connaître, c’est donc par une conclusion très positive qu’il y a lieu de sceller cette première expérience pour les communautés de Prez-vers-Noréaz et de Ponthaux. Merci à toute l’équipe bénévole et merci aux autorités et aux parents pour leur confiance. Philippe Guisolan

Les cinq Grandes religions Une exposition interreligieuse itinérante se tient au CO d’Avry jusqu’au 20 janvier 2012. Les portes seront ouvertes au public : le mercredi 11 janvier de 16h à 18h et le jeudi 19 janvier à 19h, visite guidée. A 20h, ce même jeudi 19 janvier rencontre interreligieuse autour du thème Manger et boire avec des représentants des différentes religions.

Paroisses vivantes janvier-février 2012

9


dOSSIER .........................................................................................................................................................................

La joie des aumôniers A l’hôpital, à l’école, dans la rue, auprès des jeunes, en prison, à l’armée… nombreux sont les services d’aumônerie mis en place par l’Eglise. Petit tour de Suisse romande à la découverte de ce qui fait la joie des aumôniers. DR

té  lors  de  confidences :  " Mes  parents  ne  m’aiment  pas ",  " Qu’est-ce  que  je  dois changer pour que les autres m’aiment ? "…  D’un  autre  côté,  plus  positivement,  je  suis  souvent  impressionné  par la belle générosité, l’amour du prochain de beaucoup de jeunes. » David trouve sa joie à montrer que l’Evangile est une Bonne Nouvelle pour la vie de chacun et que la religion conduit à un plus de vie. Ses tâches sont celles d’un coordinateur, d’un enseignant, d’un célébrant et d’un animateur de retraites. Il assume une journée d’accueil hebdomadaire dans l’aumônerie de chaque école dont il a la charge. « Même  si  ce  n’est  pas  tous  les  jours  facile,  parce  que  j’aimerais  parfois  transmettre  plus  de  ce  qui  fait  ma  foi,  je  ne  m’ennuie  pas  et  je  reçois  beaucoup !  Merci  aux  jeunes  et  à Dieu ! » Jean-Claude :  signe  visible  de l’Amour de Dieu Jean-Claude Ayer a été ordonné diacre permanent le 25 septembre 2011. Au service de l’Unité pastorale NotreDame de La Brillaz, dans le canton de Fribourg, il est aussi aumônier de pri-

son. Un long cheminement intérieur a conduit cet ancien hôtelier à devenir visiteur de prison bénévole, puis stagiaire et enfin aumônier en titre de la prison de Bellechasse. En milieu carcéral, le service de Jean-Claude se résume en quelques mots : « Rencontrer,  accueillir,  écouter  et  soutenir  toutes  les  personnes,  chrétiennes  ou  non,  que  Dieu met sur ma route. J’y suis envoyé  par  l’Eglise  pour  être  signe  visible  de  l’Amour de Dieu pour les hommes. Sans  oublier  que  c’est  le  Christ  que  je  vais  rencontrer, selon cette parole évangélique :  " J’étais  en  prison  et  vous  êtes  venus me voir." » (Mt 25, 36) Pascal : richesse et vérité des relations Pascal Devanthéry est un ébéniste valaisan émigré à Neuchâtel, où il possède un atelier de création. Mais cet artiste est aussi aumônier de rue à mi-temps : il travaille pour la pastorale sociale de la rue et des migrants dans la région d’Yverdon. « Le  temps  me  manque face à l’ampleur de la tâche, et  il est difficile d’étoffer notre équipe de  bénévoles. Donc avis aux amateurs ! » Pascal cherche à partager les doutes et les espoirs des personnes en situation de fragilité, dans la rue

DR

L’abbé David : « Merci aux jeunes » A Sion, l’abbé David Roduit consacre tout son temps aux jeunes, au Service diocésain de la jeunesse et à l’aumônerie des collèges et d’autres établissements. « A  travers  mon  expérience d’aumônier de jeunes, c’est à la  question  de  l’amour,  parfois  dans  ses  dimensions  les  plus  concrètes  et  les  plus douloureuses, que je suis confron-

L’abbé Gérald Carrel, aumônier au CHUV de Lausanne. 

DR

Justyna : fraîcheur et soif de vérité Justyna Lotocka aime entrer en contact avec les étudiants de l’Université et de l’EPFL à Lausanne. « Ils  sont  loin  des  stéréotypes  qu’on  peut  en  avoir.  Ils  apportent  de  la  fraîcheur  et  la  soif  de  vérité.  A  l’aumônerie,  ils  trouvent un lieu de repos, d’amitié, de  partage  et  des  ressources  spirituelles  aussi  bien  qu’intellectuelles. » Le travail de cette jeune femme consiste principalement à apporter une présence humaine et spirituelle auprès des étudiants. Cela se concrétise par des temps d’accueil et d’écoute, un soutien dans les moments difficiles, et différentes activités qui invitent à la réflexion : débats, visites, voyages. « Ces rencontres ne sont jamais à sens  unique,  elles  permettent  à  nous,  les  aumôniers,  d’aller  plus  loin  dans  nos  propres  réflexions. »  Originaire de Pologne, Justyna a découvert à l’aumônerie les joies de la collaboration œcuménique. « Le contact avec mes collègues  réformés me donne l’occasion de vivre  une intéressante et riche expérience. »

Philippe Martin

DR

DR

.......................................................................................................................................................

.............................................................................................................................................................................

08

PAROISSES VIVANTES I décEmbRE 2011 Paroisses vivantes janvier-février 2012

10


DR

L’abbé David au milieu des jeunes. 

La rencontre avec l’aumônier permet aux malades d’exprimer ce qu’ils vivent et ressentent. Elle les aide à trouver en eux les ressources nécessaires pour surmonter ce moment délicat de leur vie. S’il doit célébrer des messes et participer à la formation de futurs collaborateurs, l’aumônier d’un hôpital universitaire a aussi une responsabilité dans la recherche scientifique afin « de  mieux  comprendre  et  analyser  notre  manière  d’aborder  les patients, et de répondre à leurs attentes dans le respect de leur liberté et  de leur choix ».

Aumônier en prison.

DR

L’abbé  Gérald :  l’Esprit  souffle  où  il  veut ! L’abbé Gérald Carrel, aumônier au CHUV de Lausanne, trouve sa joie dans « le fait de pouvoir cheminer avec une  personne  en  difficulté  et  qui,  petit  à  petit,  retrouve  en  elle  le  souffle  de  vie,  le  visage  du  Christ,  la  tendresse  de Dieu, la paix intérieure. Même si la  personne continue de vivre la limite de  la maladie et peut-être l’approche de la  mort, je ressens l’action de Dieu en elle  et cela me laisse simplement heureux.  Le plus souvent, il ne m’est pas donné  de  le  constater ;  cela  reste  dans  le  secret  du  cœur  de  la  personne,  et  c’est  aussi très bien comme cela ». « L’Esprit  souffle où il veut ! » DR

DR

ou ailleurs. Il travaille à conscientiser et à créer des passerelles entre les croyants des Eglises et les gens dans la précarité. Cet aumônier de rue dit trouver sa joie dans « la  richesse  et  la  vérité des relations qui se tissent dans  la durée et la fidélité ». L’amour est au centre de son engagement et lui donne tout son sens.

Cathy :  touchée  par  l’épaisseur des vies En plus de diverses activités bénévoles en paroisse, Cathy Espy-Ruf est à 30% responsable de l’aumônerie de deux EMS. La rencontre des personnes les plus fragiles la touche beaucoup. « Je  suis  toujours  émue  par  les  regards,  le  sourire,  la  joie  de  la  personne  d’être  reconnue  et  écoutée,  comme  relevée.  Je suis touchée par l’épaisseur de leurs  vies, de leurs combats et de leurs capacités de rebondir et de traverser les difficultés  liées  à  l’âge,  aux  défaillances  du  corps  et  de  l’esprit,  aux  soucis  de  famille…  Accepter  la  dépendance  qui  arrive, de recevoir de l’aide, un chemin  de vie qui nous oblige à être humble et  émerveillé  devant  le  chemin  que  font  nos  aînés.  Une  confiance  m’habite ;  Dieu est présent à nos côtés. »

Rôle de l’aumonier

........................................

L’aumônier était un prêtre chargé de distribuer des aumônes au nom d’une personne de haut rang. Actuellement, les aumôniers ont pour mission d’assurer une présence chrétienne, en dehors du cadre paroissial, auprès d’une institution (école, hôpital, couvent…) ou d’un groupe de personnes (étudiants, gens du voyage, militaires…). Beaucoup d’aumôneries sont assumées par des laïcs, en lien avec un prêtre référent et très souvent en collaboration œcuménique.

Cathy Espy-Ruf assume à mi-temps la responsabilité générale des aumôneries catholiques des milieux de la santé à Genève : 53 EMS, cliniques privées et 5 sites des Hôpitaux universitaires de Genève. « Nous  sommes  environ   65  référents  ou  responsables  d’aumôneries  catholiques,  majoritairement  bénévoles  dans  ces  divers  lieux,  avec  environ 300 bénévoles qui sont en aide  surtout  comme  invitants.  J’aimerais  promouvoir  le  bénévolat  au  sein  des  aumôneries  catholiques  (des  bénévoles formés) auprès de nos aînés fragiles ; les besoins sont grands. » Olivier Roduit

.............................................................................................................................................................................

PAROISSES VIVANTES I décEmbRE 2011 Paroisses vivantes janvier-février 2012

11

09


La chapelle de

Chroniques locales

Le succès de Pellevoisin, lieu de prière et de pèlerinages

J.-M. Barras

Cette localité française s’est faite connaître dans le dernier quart du XIXe siècle, grâce à Estelle Faguette (1843-1929). Celle-ci, à l’âge de 32 ans, fut guérie miraculeusement à la suite d’une lettre qu’elle avait écrite à la Sainte Vierge. Et Marie aurait montré cette lettre à Jésus… La Vierge est

J.-M. Barras

J.-M. Barras

L’histoire de cette petite chapelle située à l’entrée de Lentigny côté Onnens s’est – semble-t-il – un peu perdue. Aussi nous a-t-il paru opportun de la rappeler.

Pourquoi ce nom de Pellevoisin ? Pellevoisin est un lieu de pèlerinage situé dans le centre de la France, dans le département de l’Indre dont le chef-lieu est Châteauroux. Ce village compte 870 habitants. Quelque 600 km le séparent de Lentigny.

12

alors apparue quinze fois à Estelle – de février à décembre 1876 – entourée de roses, parfois précédée du diable. La statue bénite à la chapelle de Lentigny le 5 octobre 1902 évoque la Vierge telle que l’aurait vue Estelle Faguette. Chacun interprètera ces visions selon ses propres convictions et en restant sur son quant-à-soi. Les apparitions n’ont jamais bénéficié d’une reconnaissance de l’Eglise. Le site http://www.pellevoisin.net/ estelle/index.htm présente la biographie d’Estelle Faguette. Notre-Dame de Pellevoisin est appelée aussi Notre-Dame de Miséricorde. 
En 1983, plus de cent ans après les événements et à la suite d’une enquête sérieuse, l’archevêque de Bourges a reconnu le caractère miraculeux de la guérison d’Estelle.

Paroisses vivantes janvier-février 2012

J.-M. Barras

La chapelle de Pellevoisin a été construite en 1894, avec des briques fabriquées à Lentigny. La statue présentée à l’intérieur a été bénite en 1902. L’architecte est l’abbé Ambroise Villard, qui fut curé de Farvagny de 1869 à 1903. Il est l’auteur des plans de construction et de restauration de plusieurs églises et chapelles parmi lesquelles on peut citer Farvagny, Rossens, Pont-la-Ville, Le Crêt, Courtion, la chapelle d’Avrysur-Matran… Mgr Louis Waeber, dans son important ouvrage Eglises et chapelles du canton de Fribourg, est très critique envers les styles néogothique ou néoroman, à l’honneur au tournant des deux siècles, styles qui caractérisent les réalisations d’Ambroise Villard : des pastiches qui veulent ressusciter des styles nés dans des siècles depuis longtemps révolus ; les artistes doivent s’inspirer de leur époque et exprimer l’idéal propre à leur temps. Certains historiens de l’art sont aujourd’hui plus nuancés.

Des religieuses dominicaines ont souhaité, par leur présence, honorer le village d’Estelle Faguette. Elles ont fondé un monastère à Pellevoisin en 1893. Les Dominicaines y ont résidé durant 105 ans. Les Sœurs contemplatives de Saint-Jean leur ont succédé en 1998. Un nouvel élan a ainsi marqué la fin du XXe siècle. En 1992, l’animation a été confiée à un centre de pèlerinages. Depuis le 1er juillet 1998, les Frères de Saint-Jean, appelés Petits-Gris en raison de la couleur de leur robe, ont pris sérieusement en main la conduite spirituelle du sanctuaire de Pellevoisin. Deux mots de cette communauté : le fondateur des Petits-Gris est le Père dominicain Marie-Dominique Philippe (1912-2006), qui fut professeur à l’Université de Fribourg.

Le Centre d’accueil inauguré en 2009

Avec cinq étudiants français de Fribourg, il a fondé en 1975 sa propre communauté, celle des Frères de Saint-Jean qui a connu d’emblée un grand succès auprès des traditio-


Pellevoisin à Lentigny

Chroniques locales

J.-M. Barras

2009 reçoit les personnes désireuses de vivre quelques jours de retraite silencieuse.

Lieu des apparitions avec une multitude d’ex-voto

visite effectuée avec un collègue en 2008. A Pellevoisin, les pèlerins sont accueillis tous les jours, seuls ou en groupes. Messes et offices monastiques leur sont proposés tout au long de l’année, comme des journées et week-ends spirituels, des sessions familiales, des retraites. Le monastère des Sœurs contemplatives de Saint-Jean assure l’accueil à Pellevoisin. L’hôtellerie inaugurée en

JMB

A. Ryser

nalistes. Les Petits-Gris n’ont pas échappé à des dérives dont la presse a fait état : culte de la personnalité du fondateur, tendances sectaires (discipline de fer), idéologie très traditionnelle… Mais les visiteurs qui se rendent à Pellevoisin ne peuvent qu’être frap­ pés par la gravité des lieux, la piété des Frères et des religieuses de SaintJean, leur recueillement et leur attachement à la tradition catholique. J’ai pu m’en rendre compte lors d’une

Revenons à Lentigny ! Les archives paroissiales de Lentigny ne contiennent pas les procès-verbaux des séances du Conseil paroissial et des assemblées tenues au temps de l’édification de la chapelle. Un texte affiché dans l’édifice nous donne néanmoins quelques renseignements : la bénédiction de la statue a eu lieu – comme indiqué ci-dessus – le 5 octobre 1902, en la fête du Rosaire. Elle fut donnée par l’abbé Félicien-Nicolas Pythoud, d’Albeuve, curé de Lentigny. Il était assisté de l’abbé Vachia, chanoine de Nazareth et de Tibériade, missionnaire à Mâcon, promoteur de la cérémonie. C’est lui qui, à l’issue d’un triduum (exercices religieux échelonnés sur trois jours) a consacré la paroisse de Lentigny à Notre-Dame de Pellevoisin. Ajoutons in fine que l’écrivain Georges Bernanos (1888-1948), auteur des célèbres romans Sous le soleil de Satan et Journal d’un curé de campagne, est issu par sa mère d’une famille de Pellevoisin. Il est enterré dans le cimetière du village.

Action de solidarité Un grand coup de chapeau à ces jeunes de Neyruz pour leur solidarité avec les enfants des rues...

Paroisses vivantes janvier-février 2012

13


Génération

Mouvement Chrétien des Retraités Vie Montante Noréaz Afin de marquer les 10 ans du groupe « Vie Montante », Marie-Louise Schorro, responsable, témoigne d’un parcours imprimé d’amour et de charité. Elle invite aussi les personnes intéressées à rejoindre un nouveau groupe.

Choisir d’aimer Le thème de l’année écoulée « Choisir d’aimer » suscitait bien des questions. (Aimez-vous les uns et les autres comme je vous aimés.) Oui Dieu nous a aimés le premier, il a donné au monde un nouveau-né pour nous sauver. Voici un petit rappel de ce que nous avons partagé. Nous sommes aimés de Dieu Qu’est-ce qui m’aide à voir que Dieu m’aime ? Découvrons les signes de cet amour. Dieu nous a donné une intelligence pour le connaître et un cœur pour aimer, Il nous fait confiance, Il nous donne des responsabilités, nous avons du prix à ses yeux. Alors, portons les fruits qu’Il nous demande. S’aimer soi-même Dieu nous a faits à son image, sachons reconnaître, découvrir les dons que Dieu nous a donnés, soyons bienveillants à notre égard, ayons de l’estime pour notre personne, afin d’en avoir pour notre prochain.

Aimer dans un monde qui a faim d’amour Oui, notre société de consommation a faim d’amour. Par exemple on peut dire à un couple qui se déchire : pourtant vous avez tout pour être bien, la santé, le travail, le confort, etc. S’il n’y a pas l’amour tout cela ne vaut rien. Notre bienveillance, notre compréhension, notre témoignage de foi en Dieu et la prière peuvent aider la personne qui cherche un amour véritable. Aimer jusqu’au bout Mais comment est-il possible que l’amour soit un commandement ? Comment peut-on commander quel­que chose qui est le jaillissement le plus spontané de notre cœur ? Oui nous comprenons que Dieu nous a donné le premier commandement « tu aimeras ton prochain comme toimême ». Parce que pour nous les humains, ce n’est pas si facile d’aimer jusqu’au bout, nous restons des apprentis !!! Soyons de bons apprentis « DONC PARDONNONS ».

Vie Montante

Aimer, c’est rencontrer l’autre Nos rencontres ont-elles été parfois superficielles à cause d’un manque d’écoute, d’attention, de générosité, choisissons de faire de vraies rencontres en profondeur. L’abbé Pierre nous dit : « La vie, c’est un petit peu de temps donné à tes libertés pour préparer si on le veut la rencontre avec l’absolu de l’amour dans le temps de l’au-delà du temps. »

Aimer, c’est servir Voici un don qui a du prix aux yeux de Dieu. Quel bonheur de pouvoir se rendre des services. Il y a juste dix ans, notre thème était « La joie de servir » c’était pour nous les aînés une bonne entrée sur ce chemin de la Vie Montante, je suis sûre que nous avons grandi et que nous sommes capables de s’oublier un peu pour penser aux autres… Quand un aveugle porte un boiteux, ils avancent tous les deux.

Marie-Louise Schorro invite... … car elle est certaine que parmi les paroissiens de notre UP, des personnes pourraient être appelées à donner naissance à un nouveau groupe « Vie Montante ». Si oui, téléphonez-lui au 026 470 15 23. Elle sera heureuse de vous donner de plus amples renseignements ou même le groupe aurait la grande joie de vous accueillir à une de ses réunions où il partage le thème 2011-2012 : « L’ESPERANCE TÊTUE », à l’exemple de la nature qui surmonte les obstacles.

Propos recueillis par Philippe Guisolan

14

Paroisses vivantes janvier-février 2012


Cottens

Autigny-Chénens

Nouveau conseiller Témoignage d’une jeune qui prépare sa Confirmation J. Kolly

Nous avons le plaisir d’accueillir M. Martin Hayoz au sein de notre Conseil de paroisse. Nous lui souhaitons une cordiale bienvenue et beaucoup de joie et de satisfaction au sein de notre conseil. Nous le remercions encore d’avoir accepté ce mandat. Nous adressons nos chaleureux remerciements à Mme Meyer pour les bons services rendus. Dès lors, le poste devenu vacant au sein du comité de rédaction du Bulletin paroissial est repourvu par M. Jean-Marc Sudan. Nous le remercions d’y représenter notre paroisse.

Du nouveau du côté de notre conciergerie

Le parcours 2011-2012 a débuté au mois de juin avec une rencontre d’échanges et de partages. Nous avons continué avec toujours cette bonne humeur en participant à une journée sportive, où nous avons pu prendre de la hauteur en faisant de l’escalade suivie d’un pique-nique. Ensuite est venu le moment de la retraite au GrandSaint-Bernard, ce week-end a été très enrichissant et des plus émouvants grâce aux Chanoines qui nous ont accueillis à bras ouverts dans leur Hospice. Céline Pasquier

Nous vous informons que dès le 1er novembre 2011, la conciergerie des bâtiments paroissiaux est assurée par M. Jean-Raymond Magnin. Pour effectuer une réservation de salle, veuillez le contacter au 079 694 16 11. Nous lui souhaitons la bienvenue et lui accordons notre confiance dans l’accomplissement de ses diverses tâches.

Remerciements à notre société de jeunesse Comme chaque année, quelques membres de la société de jeunesse de Cottens ont eu la gentillesse de mettre en place la crèche de Noël dans le Chœur de notre église. Nous les remercions de leur disponibilité et de leur dévouement.

Bâtiment de la Cure

Antoinette Meyer

Après divers travaux de rénovation et d’isolation, le logement de la Cure est prêt pour accueillir notre assistante pastorale Mme Mirna Schwab. Ainsi le bâtiment gardera sa fonction de lieu de vie, d’accueil, de convivialité et de rencontres.

Baptêmes

Baptême

Le 9 octobre, Jamie Calabro,    fils de Laetitia Le 12 novembre, Flavien Overney,    fils de Matthieu et Aline Le 13 novembre, Stella Nicolet,    fille de Jean-Michel et Virginie

Le 16 octobre, Emilie Thierrin,    fille de Benoît et Isabelle

Décès

Décès

Derniers adieux

Marie-Jeanne Macherel, décédée le 26 octobre,    à l’âge de 71 ans

Patricia Giuliani-Di Iorio, décédée le 20 novembre,    à l’âge de 53 ans

Paul Galley, décédé le 26 octobre,    à l’âge de 57 ans Marie Roch, décédée le 1er novembre,    à l’âge de 102 ans Irène Codourey, décédée le 24 novembre,    à l’âge de 87 ans

Paroisses vivantes janvier-février 2012

15

Derniers adieux


Matran - Avry

Neyruz

Le bénévolat fait vivre la paroisse

On prie aussi en plein air…

L. Dessibourg

L. Schorderet

Chaque année, en novembre, le Conseil de paroisse invite à rassembler, le temps d’une soirée, toutes les personnes qui se dévouent en apportant leur concours indispensable à la bonne marche des mouvements paroissiaux. L’Eucharistie à l’église de Matran, puis le repas à la Maison Saint-Julien ont réuni une quarantaine de collaborateurs qui ont répondu présents sur les 78 personnes engagées au service de la paroisse qui compte 2500 catholiques.

M. le curé Modeste a relevé durant son homélie l’importance des laïcs qui montrent par leur charisme, par le don de leurs talents, le vrai visage de l’Eglise, celui de la diaconie, jour après jour, sur le terrain, parmi la population. Le président du Conseil de paroisse, M. François Roubaty, insistant sur le bénévolat, a osé cette comparaison : « La bonne marche d’une paroisse dépend aujourd’hui davantage de la vitalité de ses groupements que du nombre de fidèles qui fréquentent les offices religieux. » Il a rappelé aussi qu’il n’y a pas de hiérarchie dans le bénévolat, chacun a un rôle important à jouer, si modeste à ses yeux soit-il. La soirée a été agrémentée par la projection d’un diaporama de la nouvelle dalle de verre qui inonde de ses chaudes couleurs la place paroissiale. Elle est l’œuvre de l’artiste M. JeanPierre Demierre et a été réalisée par le maître verrier M. Michel Eltschinger. Laurent Dessibourg

Baptêmes

Paroisses vivantes janvier-février 2012

Les vœux du Président Une page se tourne, le temps est venu de vous dire un grand merci à vous toutes et tous, paroissiennes, paroissiens, bénévoles et intervenants de Neyruz. Je suis fier d’être à la tête d’une paroisse qui ose, qui innove tout en maintenant ses valeurs chrétiennes et ses traditions. Que la paix de Noël demeure dans vos cœurs et que l’année 2012 soit belle et douce pour chacun.

Baptêmes Le 13 novembre, Laurine Limat,    fille d’Eric et Davina Le 13 novembre, Nina Limat,    fille d’Yvan et Catherine

Décès

16

Denise Rossier

Jean-Marc Schorderet

Le 9 octobre, Noé Spycher,    fils de Fabrice et Véronique Le 30 octobre, Thibaut Bourqui,    fils de Christel et Christophe

Julia Mugny, décédée le 11 octobre,    à l’âge de 85 ans Bernard Progin, décédé le 12 octobre,    à l’âge de 81 ans Henri Mettraux, décédé le 2 novembre,    à l’âge de 77 ans Marc Schneuwly, décédé le 5 novembre,    à l’âge de 15 ans

C’était le samedi 24 septembre à 18h au lieu dit « La Pallud ». Les 20 bancs disponibles avaient trouvé preneurs. La douce température de ce début d’automne incitait La Pastorale de Neyruz à organiser la messe dominicale dans ce décor verdoyant. Par la célébration eucharistique, l’abbé Jeanmonod nous emmenait sur les chemins de la reconnaissance et du pardon tandis que les futurs confirmands, par la prière universelle, nous invitaient à prier avec eux pour les nécessités de ce monde. La ferveur était au rendez-vous ; chaque participant y a sans doute trouvé le réconfort souhaité.

Décès

Derniers adieux

Béatrice Chardonnens, décédée le 9 octobre,    à l’âge de 88 ans Marie-Thérèse Nicolet, décédée le 11 novembre,    à l’âge de 88 ans

Derniers adieux


La Brillaz

Corserey

Une Vieille Dame qui se porte bien !

Un modèle applicable à notre UP ?

Les festivités du centenaire ont débuté samedi soir 26 novembre, par un concert. Elles se sont poursuivies dimanche, jour de la patronale, avec la Messe de Hummel interprétée par les chœurs d’Onnens et de Lentigny, accompagnés par un orchestre à cordes, sous la direction de MM. : René Dévaud et J.-M. Hirt. Dans les présentations, M. le Curé a eu la joie de saluer la présence de Mme Louise Dafflon, première personne à avoir été baptisée dans l’église. A l’offertoire, il a béni les deux anges en bronze qui décoreront le portail d’entrée, œuvre de M. Nicolas Ruffieux. A la fin de la cérémonie, toute la paroisse fut invitée à un apéritif offert à la salle polyvalente de Lentigny. Lors du repas, M. Ruffieux, choisi pour créer le nouvel autel et l’ambon, présenta avec humour, une partie de son œuvre qui sera inaugurée le 7 juillet 2013. L’événement est souligné par la proposition d’une souscription pour l’achat d’une réplique de l’un des anges qui sera posé dans le chœur de l’église. Auteur du texte de la plaquette distribuée à tous les habitants, avec photos et montage de M. Yvan Oberson et Mlle Séverine Telley, M. Michel Savary souligna que « notre église est un cadeau que nous ont laissé les anciens, quelque chose à garder, à aimer, à respecter et à écouter ». L’après-midi s’est terminée par la production des deux chœurs qui n’ont pas manqué de chanter « le secret du ruisseau » de l’abbé Bovet, la Bagne qui traverse nos villages. La journée s’acheva par la présentation d’un film retraçant l’installation en 1972 du coq du clocher. Oui, vraiment notre centenaire se porte bien et va durant de longues années encore animer la vie du village.

A lire la dépêche qui suit on prend la mesure que l’on est (encore) relativement bien lotis « par chez nous ».

Jean-François Deléaval

Baptêmes Le 15 octobre, Jules Cattin,    fils de Sophie et Frédéric Le 16 octobre, Caroline Favre,    fille de Jean-Michel et Nathalie Le 5 novembre, Tim Amherd,    fils d’Alain et Corinne

Ce constat ne doit en aucun cas nous faire nous endormir sur nos lauriers, il faut rester vigilants et trouver des solutions aux problèmes au fur et à mesure qu’ils surgissent et ne pas les laisser s’accumuler. Fusions des forces, simplifications et surtout partage de certaines tâches pourraient être des pistes à explorer. Nous avons (enfin) un nouvel évêque, ce pourrait être une impulsion bienvenue pour initier un mouvement qui réunirait l’équipe pastorale et des équipes de proximité formées de laïcs, telles que décrites ci-dessous.

France : un curé pour 80 clochers Curé de campagne, le Père Philippe Guitart s’occupe aujourd’hui de 80 villages dans la région de Limoux – département de l’Aude. « Je ne les ai pas encore tous visités », avoue le Père Philippe Guitart, passé en une année de 42 à 80 clochers. Sur sa moto, il sillonne le vaste territoire de viticulture et d’élevage et, dans les villages, rencontre des groupes de laïcs engagés. Ces derniers prennent en charge le catéchisme, la liturgie, la santé, la solidarité, la communication et l’accueil des nouveaux arrivants. Ce système, hérité de ses prédécesseurs, est inspiré de l’Afrique où les prêtres sont parfois rares. A en croire l’homme d’Eglise, tout repose sur un subtil équilibre : « Ne pas faire les choses à la place des gens, mais ne pas les lâcher une fois qu’on leur a demandé un service. » Et comme il ne manque pas d’énergie, le Père Guitart lance également des initiatives, telles que cette troupe de scouts, qui compte déjà 100 membres. Pour réussir ce tour de force, le prêtre s’appuie sur « des équipes missionnaires de proximité », relève l’Agence de presse internationale catholique (Apic). Nicolas Vuarnoz

Baptêmes

Décès

Le 16 octobre, Melanie Jane Schuell,    fille de Christian et Leslie

Jean-Pierre Chappuis, décédé le 13 octobre,    à l’âge de 66 ans Eloi Moret, décédé le 20 novembre,    à l’âge de 76 ans

Le 30 octobre, Chloé Bapst,    fille de Laurent et Valérie

Derniers adieux

Paroisses vivantes janvier-février 2012

17


Ponthaux

Prez-vers-Noréaz

Ph. Guisolan

Le chœur mixte St-Jacques et le chœur d’enfants de Noréaz fêtent la Ste-Cécile

Osons la confiance « Avant d’écrire, souvenez-vous de la beauté du papier blanc. » Ce conseil d’un de mes anciens profs me revient à l’esprit en ces temps de Noël-Nouvel An. Il est vrai que le papier blanc est préférable aux platitudes, et que le silence est plus vrai que les vœux qui reviennent chaque année sans engager l’avenir ni transformer les personnes qui les formulent. Quand je pense à NOËL, j’imagine la parabole du Fils prodigue, et je vois Dieu le Père prier le Fils aîné, de venir partager la joie de la famille autour du cadet revenu à la maison. Dieu qui prie, Dieu sans défense, comme le tout petit dans la crèche de Bethléem. Et dans la foulée, je vois notre Eglise. Nos églises se vident ? Où sont nos jeunes ? Les femmes toujours en marge ? Les prêtres de plus en plus rares ? Les bénévoles de notre UP vieillissent ?

Dimanche 27 novembre, l’église de Noréaz était pleine et M. le doyen Modeste a particulièrement relevé ce fait et a invité les jeunes et les familles pour que de tels événements se reproduisent. Le chœur mixte Saint-Jacques dirigé par Marie-José Briner et le chœur d’enfants dirigé par Hervé Christan ont animé une messe très chaleureuse, accompagnés d’une équipe musicale qui rappelle la virtuosité de certains « campagnols ». Après la célébration, un apéritif a permis à tous de se retrouver à la grande salle. Puis le repas fut servi et l’après-midi fut agrémenté de jeux, loterie, et animations. Les petits avaient une salle de jeux rien que pour eux, et les grands, une scène conviviale pour interpréter leurs chants. Merci aux organisateurs pour ce moment rempli de joie. Philippe Guisolan

La voilà notre crèche de Noël, moins folklorique que celles de Provence, mais imposée par la dureté des temps. Mais Jésus est là, Lui qui est venu pour ne plus partir. Alors osons la confiance. En ces temps de morosité y a-t-il des raisons d’espérer ? « Bien sûr, puisque l’Espérance est la vertu des temps difficiles. » Avec toi, Seigneur, tous les espoirs sont permis. Par ta résurrection, tu nous as montré que rien n’est jamais fini. Tu es le fondement de notre espérance. Aide-nous à oser la confiance avec la certitude que tu marches à nos côtés ! Mon souhait pour chacun d’entre nous : aimer assez les autres pour les faire passer avant nos propres limites, en sachant profondément respecter leurs singularités. On ne peut que souhaiter le bonheur, même à celui qui ne peut être heureux. Comme le dit Raoul Follereau : « Comment voulez-vous qu’il soit heureux? Il n’aime que lui ! » Alors je nous souhaite vraiment de vrais moments de bonheur en 2012 !

Baptêmes

Claude Didierlaurent

Le 9 octobre, Orianne Hayoz,    fille de Christophe et Aurore

Baptême

Le 23 octobre, Laura Roulin,    fille de Gaël et Joëlle

Le 16 octobre, Joël Genilloud,    fils de Christophe et Alida

Décès

Décès

Anne-Marie Chollet, décédée le 23 octobre,    à l’âge de 95 ans

Agathe Zbinden, décédée le 26 novembre,    à l’âge de 96 ans

18

Paroisses vivantes janvier-février 2012

Derniers adieux

Derniers adieux


Horaire des messes et autres célébrations en semaine dans les paroisses

1

Mardi

Mercredi

Jeudi

Neyruz   7h30 Matran   8h30 Noréaz 13h30 chapelet Lentigny 19h

Cottens   8h30 Avry   8h30 Ponthaux   8h30 Chénens   9h Prez   8h30 Corserey 19h Avry 13h30 chapelet

Dans nos paroisses Vendredi Onnens   8h30 Autigny   8h30 Noréaz 19h Cottens 17h Home chapelet 1

Les premiers vendredis du mois

Lorsqu’une sépulture est célébrée en semaine, la messe prévue ce jour-là dans la paroisse est ANNULEE. Lorsqu’une veillée de prière tombe aux heures d’une messe, LA MESSE FAIT OFFICE de VEILLEE DE PRIERE.

Trois Rois… bien lointains ? Horaire d’ouverture de notre secrétariat, à Matran Secrétariat Unité pastorale Notre-Dame de la Brillaz Case Postale 74 – 1753 Matran

Lundi et jeudi   8h à 11h30 14h à 17h30 Mardi et vendredi   8h à 11h30 14h à 18h Mercredi   8h à 11h30 14h à 17h Samedi   8h à 11h30

Téléphone

026 401 00 90

Fax

026 401 03 58

E-mail : info@upnotredamedelabrillaz.ch

Le 6 janvier, nous fêtons Melchior, Balthazar et Gaspard. Une histoire merveilleuse qu’on aurait tort de ranger dans le tiroir des légendes, sans lien avec notre vie. ... tous les peuples ! Saint Matthieu nous fait comprendre d’une façon exemplaire que cet Enfant né à Noël, n’est pas que ce bébé mignon confiné dans une bergerie de Bethléem. C’est le Sauveur de toute l’humanité. Nos frères d’Orient ne s’y sont pas trompés pour qui la vraie, la grande fête de Noël, c’est l’Epiphanie: fête des Rois venus de trois points cardinaux de l’horizon. C’est pourquoi, pour être fidèles à l’intuition de l’évangéliste, ils sont de trois couleurs. … tu es roi ! Cela nous rappelle que nous sommes rois à notre tour. Nous tous, tous les baptisés. Lors de notre baptême, le célébrant, en nous marquant de l’huile baptismale, dès après le baptême de l’eau, nous dit : « Sois marqué du sceau de l’Esprit pour que tu sois, dans l’Eglise, prêtre, prophète et roi... » Oui, ce troisième nom nous surprend peut-être. Notre Père du ciel nous rappelle ainsi qu’il nous a confié sa création dont nous sommes les rois, les intendants, les gérants. Cette tâche s’avère d’une actualité toujours plus brûlante. Que faisons-nous de cette terre ? Que laisserons-nous aux générations futures ? Oui, ces trois rois ne sont pas ringards, ils sont bien d’aujourd’hui. Ils ravivent notre responsabilité : d’une part, celle de notre vocation de prophète, pour que la nouvelle de Noël atteigne tous les peuples du monde, et d’autre part, celle de notre vocation de roi, afin d’assumer toujours mieux notre prise en charge de la terre. Père Bernard Rey-Mermet

Permanence téléphonique en cas d’urgence ou de décès : 079 546 28 18 (pas de sms) www.upnotredamedelabrillaz.ch

Paroisses vivantes janvier-février 2012

19


Nous remercions vivement M. Bernard Litzler, Directeur du CCRT – Centre Catholique de Radio et Télévision – qui nous a autorisés à répercuter son message d’espérance à Mgr Morerod, dans Paroisses Vivantes de l’Unité.

Vie en Eglise

La rédaction

Bienvenue Monseigneur Morerod ! D’aucuns vous voyaient déjà « Monsignore » à Rome. Et vous voilà évêque à Fribourg... Père, vous l’êtes déjà, puisque dominicain. Mais les disciples de saint Dominique tiennent aussi à l’appellation de Frère. Père-évêque, vous voilà donc et frère prêcheur vous resterez. Car votre parole est attendue, votre présence désirée, votre envergure escomptée. Vous étiez « le Suisse qui monte au Vatican ». En succédant à Bernard Genoud, vous ne « descendez » pas à Fribourg. Vous devenez le patron d’un immense diocèse. Votre itinéraire humain, intellectuel et spirituel vous prédispose à votre mission. Et votre capacité à dialoguer avec les autres confessions, illustrée par votre participation à diverses commissions œcuméniques à Rome, vous prédisposent aux débats dans notre société pluraliste. Il est loin le temps où l’Eglise catholique confondait pouvoir temporel et message spirituel. Issu d’un ordre mendiant, vous savez le prix Jean-Claude Gadmer de l’humilité. « C’est en évitant de se mettre en avant que l’on favorise l’œcuménisme », avez-vous dit. Les protestants, nombreux dans votre diocèse, vous en sauront gré. Et les catholiques se mettront à l’écoute de votre message d’unité, nécessaire entre confessions séparées. Vous exercerez l’autorité épiscopale. Vous aurez à faire, vous le savez, dans un diocèse qui compte 700 000 catholiques, avec davantage d’agents pastoraux que de prêtres. En quittant vos étudiants, votre public s’élargit, toutes générations confondues. Vous semblez taillé pour votre nouveau job. Et de passer du blanc habit dominicain à la noire soutane épiscopale n’entamera pas, nous le souhaitons, votre enthousiasme à porter la Bonne Nouvelle. Pour le diocèse LGF, votre nomination est une bonne nouvelle. Elle gage d’une transmission de la foi sereinement et résolument assurée. Bienvenue Monseigneur ! Bernard Litzler, Directeur du CCRT www.ccrt.ch

L’abbé Chardonnens à nouveau vicaire, mais à une autre échelle !

JAB 1890 Saint-Maurice Prière de réexpédier sans annoncer la nouvelle adresse

A. Wicht

Monsieur l’abbé Alain Chardonnens était vicaire dans notre Unité, il y a deux ans encore. Nous l’avons vu partir avec nos regrets pour devenir curé modérateur de l’Unité pastorale Saint-Laurent d’Estavayer. Notre nouvel évêque, Mgr Charles Morerod, vient de le choisir comme son premier collaborateur et le nomme Vicaire général de notre diocèse. Il est à nouveau vicaire, mais à une tout autre échelle ! Nous tenons à lui dire notre joie et nous le félicitons. Bravo pour cette brillante et rapide promotion. Mais plus encore que de nos vœux, c’est sur le soutien de notre prière que notre jeune « vicaire » se réjouit de pouvoir compter. Nous sommes avec lui de tout cœur. La rédaction

20

Paroisses vivantes janvier-février 2012

2012 01  

Paroisses vivantes

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you