Page 1

Mars-avril 2011 / N° 2

Autigny Corserey Cottens La Brillaz Matran Neyruz Ponthaux Prez-versNoréaz

paroisses vivantes J ou r n a l d e l ’Uni t é p a s t ora l e w w w. u p n ot r e d a m e d e l a b r i l l a z . ch

C’est la fête !

Le coin des jeunes

Des exemples de vie associative qui se jouent des frontières paroissiales… pp. 2, 3, 18 M.-L. Schorro

Communauté de L'Emmanuel

p. 4

Dossier: Le bénévolat valorisé


Qu'éclate de partout la joie... Edito

Pastorale de la «mobilité...»

C

e journal de mars-avril, qui nous accompagne dans notre marche vers l'événement de la Résurrection, invite à fêter avec les premiers mots de la veillée pascale. Oui! Nous pouvons nous réjouir de ce que notre Unité pastorale se construit au fil des événements. Ainsi au dimanche de « la Sainte Famille », dix couples de l'UP se sont retrouvés : les uns à Corserey, d'autres à Matran ou Neyruz, pour célébrer avec les paroissiens du lieu, leurs dix, quinze, trente voire cinquante ans de mariage. Ce pèlerinage vers le sanctuaire voisin est réjouissant. Il est le signe que quelque chose bouge dans nos rapports entre paroisses mitoyennes. Les exemples de déplacement ne manquent pas ! Ils ont pour nom dans notre journal : messe « Rorate », tournois de cartes (p.18) et autres soupes de Carême…

Sommaire

Edito

3

Vie en Eglise

4

Génération

5

Société / Actualité

6

Unité pastorale

7

Réflexion pastorale

8 9

Portrait Témoin

C'est la fête ! Pour l’instant, la mobilité est douce. Mais de quoi demain sera-t-il fait ? Puissent les flashes du temps sabbatique de formation de l'abbé Modeste Kisambu-Muteba (p. 6) et le résumé du témoignage d’une session missionnaire (p. 7), nous aider à prendre de bonnes options! Il n'y a en effet, peut-être plus de prêtres à demeure dans chaque paroisse, mais il y a des personnes et des couples sur lesquels les communautés peuvent compter.

Actualité

locales

L'abbé François-Xavier Amherdt relève que pour ses 50 ans « l’Action de Carême nous rappelle, les " trésors d’ingéniosité " que déploient les hommes pour parvenir à leurs fins mercantiles : les grandes compagnies sont prêtes à entretenir l’instabilité politique de pays comme le Congo pour réussir à exploiter les ressources minières de ces derniers.

15 Dans 18 nos paroisses

Autigny Cottens Neyruz Matran La Brillaz Corserey Prez-vers-Noréaz Ponthaux

19 Horaire

AUTIGNY Michel Pasquier

CORSEREY Nicolas Vuarnoz

COTTENS Antoinette Meyer

des messes / Informations

Paroisses vivantes mars-avril 2011

Laurent Dessibourg

NEYRUZ Denise Rossier

PONTHAUX Claude Didierlaurent Philippe Guisolan

EQUIPE D’ANIMATION Bernard Rey-Mermet

SECRETARIAT UP Fabienne Mollard Maquette: Anne Maibach Photo de couverture: André Ryser Un bouquet de roses de solidarité pour marquer ces 50 ans...

André Ryser

2

Jean-François Deléaval

PREZ-VERS-NOREAZ

Quel est notre véritable trésor, nous demande le Christ dans le sermon sur la montagne? Est-il accumulé sur la terre ou dans le ciel ? En d’autres termes, où investissons-nous nos richesses personnelles et spirituelles ? ».

20 Méditation

LA BRILLAZ MATRAN

Là où est ton cœur... Dernier volet, la Campagne 2011.

13-14 Chroniques

Equipe de rédaction:

Cet anniversaire nous donne également l'occasion de faire plus ample connaissance avec Jean-Claude Huot, son secrétaire romand.

12 Société

Rédacteur responsable: André Ryser 1747 Corserey

Dans la mouvance de «l'Action de Carême» Cette année, l'Action de Carême fête ses cinquante ans d'existence. Aussi, le dossier central qui présente l'histoire de cette institution, ses structures, ses buts, permet de connaître les raisons qui ont poussé les Evêques à créer cette œuvre d'entraide nationale.

10-11 DOSSIER

Editeur: Saint-Augustin SA 1890 Saint-Maurice Directrice générale: Dominique-Anne Puenzieux Rédaction en chef Dominique-Anne Puenzieux Secrétariat tél. 024 486 05 25 fax 024 486 05 36 bpf@staugustin.ch

Action de Carême

2


Merci à la vie !

A. Ryser

Depuis quelques années, notre UP célèbre les anniversaires de mariage lors de la fête de la Sainte Famille. Cette année, dix couples se sont annoncés et ont reçu une bougie, ainsi qu’une très belle prière, lors des trois messes célébrées le dimanche 26 décembre.

Vie en Eglise

A

Corserey, entourés de la communauté paroissiale, quatre couples fêtaient leurs dix ans, trente-cinq ans et cinquante ans de mariage. Quel beau parcours ! Merci pour leurs témoignages de vie ! Voilà qui est réjouissant à une époque où l’on entend souvent parler de divorces. Oui, c’est possible de durer, mais il faut s’en donner les moyens. Mais comment ? Le Père Denis Sonet nous donne une règle indispensable, c’est la règle des trois C : communiquer, communiquer et communiquer. Une invention géniale des équipes Notre-Dame s’appelle le devoir de s’asseoir. Une fois par mois, nous prenons le temps de nous arrêter pour dialoguer en profondeur, sous le regard de Dieu. Ce temps est privilégié : nous pouvons dire ce que nous ressentons, nous écouter sans nous interrompre.

Un moment aussi pour dire merci pour tout ce que nous apprécions chez l’autre ; nous pouvons nous encourager, nous soutenir lorsque nous traversons une difficulté ou si nous avons un choix à faire. C’est l’occasion aussi de parler calmement lorsque nous sentons une tension ou s’il y a eu dispute. Nous nous demandons pardon si nous nous sommes blessés. Le pardon n’est pas une valeur à la mode, pourtant le pardon est libérateur. Lorsque nous rencontrons les jeunes pour la préparation au mariage, nous leur disons que « pour aimer toujours, il n’y a pas de recette miracle (depuis le temps, ça se saurait), pas d’assurance tout risque non plus, nous pouvons seulement partager un secret d’amour : il a pour nom JésusChrist, Il est Présence au cœur de notre couple, car Il a fait alliance avec nous ». Secret : parce qu’Il ne fait pas de bruit, Il ne fait pas la Une des journaux, Il agit dans le silence des

cœurs ! Et pourtant, Il est ô combien efficace ! La Parole de Dieu, l’Eucharistie, le sacrement du pardon sont le roc sur lequel nous pouvons construire la maison de notre amour. Nous prenons le temps de la prière personnelle et en couple. A la messe, sur l’autel, avec le pain et le vin que le prêtre présente à Dieu, nous déposons notre amour, nos joies et nos peines, tout ce qui fait la vie de notre couple, la vie de nos enfants. Par sa Parole et son Pain de Vie, Jésus-Christ nourrit l’amour de notre couple. Il nous apprend à aimer toujours mieux, à faire confiance, à nous décentrer de nous-mêmes pour être moins égoïstes, à demander pardon, à avoir l’humilité de reconnaître nos manques. Il nous fait vivre et donne sens à notre vie. Thérèse et Romain Julmy

Paroisses vivantes mars-avril 2011

3


Du 16 au 21 août 2011

La Suisse romande à Madrid aux Journées Mondiales de la Jeunesse

M. Chardonnens-Wichser

Génération

JMJ, Cologne, 2005

Message du pape Benoît XVI pour les 26e Journées Mondiales de la Jeunesse : – … A présent, à l’heure où l’Eglise a un très grand besoin de retrouver ses racines chrétiennes, nous avons rendez-vous à Madrid, avec le thème : « Enracinés et fondés en Christ, affermis dans la foi » : Je vous invite donc à cet événement si important pour l’Eglise en Europe et pour l’Eglise universelle. Et je voudrais que tous les jeunes, aussi bien ceux qui partagent notre foi en Jésus Christ, que ceux qui hésitent, doutent ou ne croient pas en Lui, puissent vivre cette expérience qui peut être décisive pour leur vie : faire l’expérience du Seigneur Jésus ressuscité et vivant, et de son amour pour chacun de nous… » Cet appel s’adresse à toutes les personnes âgées de 18 à 35 ans, intéressées par les JMJ. Les inscriptions sont acceptées dès 16 ans. Toutefois, de 16 à 18 ans, les jeunes doivent être accompagnés par un adulte. Tu n’es pas seul pour te préparer à participer aux JMJ. Il y a pour chaque canton une personne relais qui pourra t’informer, te tenir au courant des actions en lien avec les JMJ dans ta région. Pour le canton de Fribourg, tu peux t’adresser à Laurent Ernst : laurent@formulejeunes.ch Evidemment, le site des JMJ de Suisse romande te donnera toutes les informations utiles

4

Paroisses vivantes mars-avril 2011

pour organiser ton voyage, t’inscrire aux JMJ de Madrid, connaître le programme des nombreuses manifestations, découvrir la culture et la foi de l’Espagne : www.jmj.ch Tu peux aussi faire une demande de soutien financier à ton Conseil de paroisse afin de diminuer les charges liées à ton séjour en Espagne. Deux jeunes filles de notre région témoignent des moments intenses vécus aux JMJ de Cologne en 2005. Marie : « Le plus important était de rencontrer, d’écouter le Pape qui s’adresse à nous, jeunes, pratiquants et croyants. Nous avons reçu des messages forts de Sa Sainteté. Nous avons rencontré d’autres jeunes de Suisse romande, de pays étrangers, toujours joyeux et enthousiastes. C'est un grand rassemblement important, à vivre au moins une fois dans sa vie, un tremplin pour sa Foi parce qu'on se sent bien, poussé vers le haut. » Lucile : « Je me souviens de la rencontre très cordiale, même amicale avec la population allemande. Accompagnés de deux aumôniers qui encadraient notre groupe, nous nous sommes rendus dans un café afin de chanter et de partager une boisson locale avec nos hôtes de Cologne. » Laurent Dessibourg


Salle paroissiale de Onnens, Mercredi 30 mars à 20h15

Société Actualité

Conférence de Carême Sur la situation des chrétiens au Moyen-Orient par le Père Jean-Michel Poffet O.P.

Pour ceux qui désirent se préparer à cette conférence ou élargir leurs connaissances sur la situation qui se vit dans cette région, nous vous présentons le livre poignant de l'Abbé Manuel Musallam : Curé à Gaza. Entretiens avec JeanClaude Petit. Editions de l’Aube, 2010. Voici une brève présentation de cet ouvrage.

amedi 27 décembre 2008, la pendule indique midi sur le bureau de Manuel Musallam. A cet instant précis, Gaza est assourdie par les explosions de bombes et les tirs des soldats. Israël vient de déclencher l’opération « Plomb durci ». Le directeur de l’école de la Sainte-Famille peine à retenir ses larmes ; il a compris que le martyre de Gaza vient de recommencer. Il saisit son téléphone portable et envoie un premier message à la communauté catholique dont il est aussi le curé. « Frères et sœurs, nous sommes en guerre. Nous risquons de mourir. Priez. Demandez pardon. Soyez prêts à répondre à l’appel de Dieu. » Puis, continuant sur sa lancée, il envoie un courriel aux croyants et aux hommes de bonne volonté du monde entier. Ces quelques lignes décrivent ce que vit la population terrorisée par ce déferlement de violence. L’ancien directeur du journal La Vie, Jean-Claude Petit, est parmi les destinataires de ce cri. Il choisit alors d’écrire un livre avec Manuel Musallam, car il est temps « de donner la parole à un juste, prisonnier de son exil ». Chaque chapitre est une plongée dans la réalité d’une vie peu commune. D’un côté, un curé pas comme les autres, exilé sur sa propre terre, forte tête et râleur. A son arrivée à Gaza, Yasser Arafat dira de lui : « Ce n’est pas un curé qu’on nous a envoyé, c’est une révolution ! » De l’autre, une cité dont Plutarque vantait l’excellence du climat et la douceur des habitants. Ce livre invite le lecteur à suivre les traces des « assoiffés de justice et des affamés de paix ». Marie-Claude Cudry Rédaction de « Paroisses Vivantes »

Paroisses vivantes mars-avril 2011

5

DR

S


Unité pastorale

De retour après quatre mois de « Temps sabbatique de formation » qui vous ont permis de reprendre votre souffle, de vous refaire une santé, Père Modeste, avez-vous pu tenir le programme que vous vous étiez proposé ? Oui ! Le programme que je m’étais proposé pour me refaire une santé sur le plan physique, intellectuel et spirituel, a été tenu; cela, dans un but: mieux servir. L’expérience du détachement a été très intéressante. J’ai appris à me taire un peu plus pour mieux écouter et me mettre à l’écart pour prendre soin de moi-même. En effet, la mise en route de notre UP m’avait épuisé. Une partie de ce temps de formation s’est passée au Congo, l’autre en Espagne, à l’institut pontifical de Madrid, pour perfectionner mon « espagnol » ! Tout a commencé au Congo, par une retraite d’une semaine. Un ressourcement spirituel bienvenu, dans un monastère, où j’ai appris à faire silence. J’avais besoin de faire le point, car je sentais en moi une sècheresse spirituelle qui ralentissait mon ministère. A Kinshasa, j’ai vécu à la paroisse St-Eloi tenue par les Oblats de Marie Immaculée. Cette proximité a été une expérience riche en échanges dans le vécu des différentes communautés. Comment s’organisent ces communautés ecclésiales rencontrées, qui fonctionnent sans prêtre à demeure ? La paroisse est formée d’un ensemble de petites communautés de base. A la tête de cette paroisse, il y a une Equipe pastorale qui rayonne dans les différentes communautés. Sur le terrain, c’est une prise en charge de la communauté par la communauté. Là-bas, il n’y a pas d’impôts comme ici. Ainsi, la prise en charge matérielle de la vie paroissiale s’effectue par une mise en commun de tout pour faire fonctionner la communauté animée par des laïcs. Les communautés sont autonomes, elles s’organisent donc en fonction des situations particulières mais en

6

Paroisses vivantes mars-avril 2011

MKM

Bilan d’une expérience

communion avec la paroisse. Le rôle du prêtre, c’est de veiller et d’éveiller. Il conseille, encourage et donne des orientations. Sur le terrain, plusieurs acteurs prennent en charge la communauté. Ici, j’ai apprécié l’engagement bénévole des laïcs qui permettent de faire vivre les communautés. Quels engagements concrets ? La liturgie : les célébrations sont vivantes d’abord par la ferveur des participants, puis par la préparation des animateurs qui peuvent compter sur des chœurs, des lecteurs, des servants. Les sépultures : sont souvent assurées par des laïcs formés à ces liturgies. La diaconie : se manifeste par le service des malades, des veuves, des pauvres. La préparation aux sacrements : d’initiation, les mariages ainsi que la catéchèse se préparent dans les communautés de base. Mais les sacrements sont reçus dans une célébration communautaire qui rassemble plusieurs communautés. Quelles expériences pastorales retenez-vous dont nous pourrions nous inspirer dans notre UP ? La prière de la communauté occupe une grande place. Les communautés se rassemblent pour prier, même sans prêtre. Parce qu’une vie de foi ne se résume pas qu’à l’eucharistie. Les gens se réunissent pour écouter

et commenter la Parole de Dieu, pas nécessairement dans une église, mais chez des particuliers, des lieux de proximité. La place du prêtre comme animateur et non comme fonctionnaire. Peu de structures pour ne pas épuiser les membres de la communauté. C’est ce vers quoi nos communautés devraient tendre ! Une confiance mutuelle Si j’ai pu vivre ce temps de ressourcement comme il se doit, c’est grâce aux différentes personnes auxquelles j’ai fait confiance et qui m’ont fait confiance. Pour n’oublier personne j’en resterai à des globalités. Je tiens tout d’abord à remercier les responsables du diocèse et plus proche de nous, l’Equipe pastorale, le Conseil pastoral, les différents conseils de paroisse et de proximité, les sociétés et les mouvements, les secrétaires, le Conseil de gestion et bien sûr les communautés paroissiales. J’adresse des remerciements personnalisés à l’abbé Jean-Robert, qui m’a remplacé, et au Père Rey-Mermet, qui a assuré l’intérim au décanat. Un grand merci, Père Modeste, pour cet échange sur une expérience que vous ne vous priverez pas de partager avec nous dans les faits…

Propos recueillis par André Ryser


Début 2011, une soixantaine de missionnaires, prêtres et laïcs, se sont retrouvés chez les Lazaristes – congrégation religieuse fondée par Vincent de Paul – rue de Sèvres à Paris, pour deux journées de réflexion, sur le thème :

Réflexion pastorale

« Quelles propositions missionnaires pour aujourd'hui ? » V

enus de Bourgogne, de Paris, du Limousin et de Vendée, quatre intervenants : un archevêque, deux vicaires épiscopaux et un prêtre de paroisse nous ont présenté l’expérience qu’ils vivent dans leur diocèse, abordant les nombreuses questions posées par l'indifférence religieuse, la visibilité de l'Eglise. – Difficile cependant, en une page, de refléter l’exposé de chacun ! Aussi, je m’en tiendrai à la présentation du Vicaire épiscopal du diocèse de Limoges, qui a la responsabilité de la partie rurale du diocèse, une population un peu inférieure à celle du canton de Fribourg.

Et comme rien ne se fait seul… L’idée était de mobiliser le maximum de chrétiens dans des lieux de rencontres pour permettre une plus grande visibilité de l’Eglise dans la société. De petits réseaux d’évangile souples ont vu le jour. Les relais mis en place permettent des célébrations eucharistiques en semaine dans l’un ou l’autre petit village ; encouragent l’ouverture des églises lors d’un mois de Marie, organisent un chemin de croix ; une célébration des Rameaux…

Renoncer à la course aux messes La question du nombre de messes s’est posée dès l'abord. Comment était-il en effet possible à quatre prêtres, responsables de trois paroisses, d’assumer les célébrations eucharistiques dominicales pour près de cent quatre-vingt mille habitants, répartis en plus de cent cinquante communes ? Une seule messe le dimanche dans un lieu significatif est libérant ! Des célébrations ont été écartées, certes, mais ce n’était pas pour s’offrir du bon temps. Cela permettait d’offrir des temps de présence et d’écoute. Des obstacles à surmonter Il fallait revoir la conception de l’annonce de l’évangile : compter sur des équipes de laïcs bénévoles… Mais là aussi cela ne s’est pas réalisé sans revenir sur des idées bien arrêtées et dépasser la dualité prêtre / laïcs, aussi bien du côté des ministres ordonnés que du côté des baptisés. Les hésitations des débuts dépassées, un ministère d’itinérance est apparu avec un soutien de laïcs, ici et là, dans les relais.

A. Ryser

Entre épreuves et renouveaux Le projet initial était de retrouver la fraîcheur et la force de l’Evangile, et par là, rejoindre l’aspiration profonde des habitants de la région, épris de liberté et méfiants de l’institution. Tout ne s’est pas passé sans tension, il y a eu de longues discussions, il a fallu expliquer, convaincre…

« Une assemblée attentive au renouveau... »

Les rencontres avec le Père Christoph Théobald – un prêtre-conférencier présenté dans « Paroisses Vivantes » de janvier-février – ont permis à l’Equipe pastorale d’entrer dans une mentalité d’éveilleur, de donner aux « aînés dans la foi » la possibilité d’entrer eux-mêmes dans une mentalité de « passeurs ». Il s’agissait de permettre à ces Chrétiens de transmettre ce qu’ils ont reçu, par grâce, par expérience ; au fond de transmettre ce qui est né en eux et qui les a fait vivre d’évangile. Une expérience qui permet d'aller à la source et d'annoncer que le Christ est d’abord « le visage humain de Dieu ».  Une dynamique qui nous rendrait presque jaloux… Une réalité qui nous attend !

André Ryser

Paroisses vivantes mars-avril 2011

7


Portrait Témoin

Jean-Claude Huot : « La foi est Jean-Claude Huot est un passionné de l’équité et du développement. Ses activités professionnelles ont une dimension à la fois politique et prophétique. De la Déclaration de Berne à l’Action de Carême, rencontre avec un homme en quête d’intégrité.

D’où vient cet engagement ? La Jeunesse étudiante catholique (JEC) m’a fait découvrir que l’on peut être engagé dans les réalités du monde tout en étant cohérent avec sa foi chrétienne. Des prêtres m’ont également marqué et m’ont fait comprendre que chrétien, on ne l’est pas uniquement le dimanche, mais aussi tous les jours de la semaine.

LDD

Est-ce que vous avez eu l’envie de vous engager dans une vie religieuse ? La question s’est posée, mais l’approche proposée à l’époque me paraissait trop abstraite. Et puis, j’ai rencontré celle qui est devenue mon épouse. Toutefois, travaillant pour un organisme mandaté par les évêques, je suis bien au service de l’Eglise. Justice est un mot qui vous caractérise. Pourquoi ? Comment ne pas être indigné quand une personne sur sept, dans le monde, ne mange pas à sa faim ? Cette injustice est inacceptable ! Mais l’indignation ne suffit pas. Si Dieu s’est incarné sur terre en la personne de Jésus, ses disciples ne peuvent pas faire moins. Pour que cette incarnation soit crédible, il faut que l’on montre qu’il y a un chemin vers la justice. Il faut témoigner du Royaume de Dieu promis, ici et maintenant. N’est-ce pas un peu désespérant de constater que pas grand-chose ne bouge ? Oui, parfois. Quand je feuillette, par exemple, les bulletins de la Déclaration de Berne des années septante, je constate que nos prédéces-

8

Paroisses vivantes mars-avril 2011

seurs menaient les mêmes combats que nous. Il y a de quoi être démoralisé. Mais la grande chance d’être chrétien est que nous savons que la « victoire finale » ne nous appartient pas. Il faut avoir l’humilité de dire que l’on ne porte pas tout le salut du monde sur ses épaules. On fait ce que l’on peut, le reste à la grâce de Dieu. On tire à la corde, du côté de la justice, et c’est déjà bien si elle ne part pas dans l’autre sens. C’est un combat sans fin, mais, même pris par le découragement, il y a cette espérance fondamentale nourrie par la foi. Comment vous ressourcez-vous ? J’aime beaucoup les temps de campagne, car je vais à la rencontre des gens dans les paroisses. Partager la soupe avec une communauté est une source d’énergie extraordinaire. De temps en temps, je vais sur le terrain voir comment travaillent nos partenaires. Mes moments de prière, de silence sont fragmentés et dispersés, mais Dieu est présent au cœur de ma vie quotidienne, parfois à des moments inattendus. Sans cela, je ne pourrais pas vivre. Quel est le principal trait de votre caractère ? La patience. On ne force pas les gens, on ne force pas une décision, et comme j’ai de la patience envers moi, j’en ai envers les autres. Comment choisissez-vous le thème des Campagnes de Carême ? C’est un long chemin pour lequel il faut de la persévérance. Comme la Campagne est œcuménique et nationale, nous mettons des sensibilités, des cultures et des confessions ensemble


aussi une affaire sociale » Je me limite donc à des jeûnes partiels, en mettant la priorité à ma disponibilité pour les paroisses. Je trouve extraordinaire cet engouement pour le jeûne, car c’est un changement sur soi et sur les structures. Et les dimensions spirituelles et solidaires sont réunies. Le temps de Carême permet de lier la rencontre avec Dieu et la prise de conscience de la réalité dans laquelle nous vivons. On n’est pas du monde mais pour le monde. Les chrétiens ont un devoir d’interpellation du pouvoir.

Lancement d'une campagne dans les rues de Berne

pour dégager un projet. Actuellement, nous sommes en train de préparer les lignes générales de la Campagne 2012. La Campagne a toujours trois piliers : spirituel, politique et réalité collée au terrain.

Comment se manifeste ce devoir d’interpellation ? Concrètement, pour cette Campagne 2011, nous lançons une pétition demandant aux autorités fédérales d’être vigilantes et d’imposer un certain nombre de règles aux entreprises basées en Suisse et travaillant dans le secteur minier. La foi n’est pas seulement une affaire privée ; c’est aussi une affaire sociale. Nous sommes un outil de l’Eglise liant solidarité, prière et interpellation du pouvoir. Marie-Claude Cudry Rédaction de « Paroisses Vivantes »

LDD

Comment vivez-vous le Carême ? En tension. Il y a les exigences liées au travail et celles liées à ce temps particulier.

Portrait Témoin

Jean-Claude Huot en campagne dans les rues de Lausanne

Paroisses vivantes mars-avril 2011

9


DOSSIER .........................................................................................................................................................................

50 ans d’Action de Carême Le 20 mars prochain à 10h, une célébration télévisée en direct d’Ursy (FR) ouvrira les festivités qui, jusqu’en juin 2012, marqueront le jubilé d’une des principales œuvres d’entraide catholiques suisses. A travers Action de Carême, les évêques invitent les fidèles à une prise de conscience des problèmes du monde par la prière, le jeûne et les gestes de solidarité avec les plus démunis.

A

Action de Carême

ction de Carême (AdC) a été fondée par des mouvements de jeunesse suite au succès de l’Année de la mission 1960. Parmi ses cofondateurs, on mentionnera Meinrad Hengartner (1925-1984), le fils du sacristain de Waldkirch (SG), et Otto Wüst (19262002), de Sursee (LU), le futur évêque de Bâle. Dès le départ, ils souhaitent lier récolte de fonds et action de conscientisation, mission et développement. En 1967, dans un monde en lutte contre le communisme, l’encyclique Populorum Progressio de Paul VI a le courage de rappeler haut et fort que les valeurs

à Yvonne Darbre (1901-1990), la présidente de la Ligue des femmes catholiques. « Son fonctionnement a d’abord été assuré par Raymond Baudère, le directeur de Caritas Vaud, puis par MM. André Gachet (1971-1974), Pierre Schmidt (1975-1977), Fernand Pythoud (1977-1988), Charles Ridoré (1988-2007) et Jean-Claude Huot (dès 2007) », se rappelle Paul Jubin, un ancien d’AdC. Le Secrétariat organise des conférences dans des paroisses et des écoles, propose des personnalités pour une animation, monte des stands, met à disposition des expositions itinérantes. On peut aussi le solliciter tout au long de l’année pour des actions de sensibilisation. Quelques belles réalisations AdC a joué un rôle actif dans la fondation de plusieurs organismes d’information et de sensibilisation : Infosud, Artlink, le Festival international de films de Fribourg. A Genève, l’œuvre collabore avec la Commission tiers-monde de l’Eglise catholique (COTMEC). Elle a participé à la création de Max Havelaar pour le commerce équitable, demande des conditions de production acceptables dans les industries du vêtement et de l’informatique. L’œuvre d’entraide s’engage aussi résolument en faveur de la sau-

70% des Congolais ne mangent pas à leur faim malgré un sous-sol très riche.

du capitalisme demeurent relatives. Forte de cette option préférentielle pour les pauvres, AdC entame dès 1969 une collaboration avec son équivalent réformé Pain pour le Prochain et, dès 1993, avec Etre Partenaires, l’œuvre catholique-chrétienne. Le premier calendrier de Carême œcuménique paraît en 1973. Un secrétariat romand Si le siège central est à Lucerne, AdC dispose d’un Secrétariat romand à Lausanne. Celui-ci voit le jour grâce

vegarde de la création, de la réconciliation interethnique, de la promotion des droits humains. En 1990, donnant suite à la pétition « Le désendettement, une question de survie », munie de 250 000 signatures, la Confédération a accordé 700 millions de francs aux pays du Sud. « Les campagnes de ces dernières années mettent l’accent sur le droit à l’alimentation, le premier droit humain étant bien évidemment celui de vivre ! », explique Johanna Monney, du Secrétariat romand. L’accès aux semences et la lutte contre l’accaparement des terres par des multinationales apparaissent ainsi comme des enjeux Johanna Monney fondamentaux.

LDD

.......................................................................................................................................................

Comment sont répartis les fonds récoltés ? Les ressources financières d’AdC sont composées essentiellement de dons (78%) et de subventions fédé-

Devenez les acteurs de votre Carême !

..............................................................................................

Le site www.droitalimentation.ch vous permet de vous informer directement sur tous les aspects de la Campagne œcuménique de Carême. On peut également y télécharger l’Info-Campagne, le Document catéchétique et le Document liturgique, riches en suggestions pour animer la Campagne. Présents dès les débuts d’AdC, les calendriers de Carême et les pochettes destinées à recueillir l’argent économisé sont aussi parmi les outils majeurs de la Campagne, même s’ils peinent visiblement à intéresser les jeunes générations. AdC lance cette année une possibilité de dons en envoyant un sms au numéro 3636 ! Quant aux célébrations, soupes de Carême et autres soirées organisées dans les paroisses, elles sont un excellent moyen de participer au Carême de manière collective. Plus d’infos : Action de Carême, Grammont 7, 1007 Lausanne, 021 617 88 81, actiondecareme@fastenopfer.ch

.............................................................................................................................................................................

08

PAROISSES VIVANTES I mARS 2011 Paroisses vivantes mars-avril 2011

10


LDD MCC

Tourner son regard vers l’autre est aussi une manière de vivre le Carême.

rales (13%). « Sur 100 francs donnés à AdC, 45 vont à des projets d’aide au développement, 32 à des projets missionnaires et 23 resJean-Claude tent en Suisse », précise Huot Jean-Claude Huot, le secrétaire romand d’AdC. Les 23% de dons investis en Suisse soutiennent, entre autres, la coordination de la catéchèse et de la pastorale de la jeunesse, l’Institut de formation aux ministères, la presse et les écoles catholiques, l’Association oeku Eglise et environnement, l’Association biblique catholique. Dans seize pays du Sud, les partenaires d’AdC soutiennent des communautés locales opprimées dans la revendication de leurs droits. Depuis 1961, l’œuvre a appuyé 20 000 projets et distribué plus de 750 millions de francs.

La Campagne œcuménique en bref

..............................,,,..........

LDD

– – – – – – – – –

250 000 heures de bénévolat 1000 soupes de Carême 500 stands de vente de roses 80 000 pains du partage 580 boulangeries partenaires 46 groupes de jeûneurs 1,5 million de calendriers des milliers de services religieux environ 35 millions de francs de dons

Prier, jeûner et partager en famille

............................................................................................

Il y a mille façons de vivre le Carême en famille. En tapant des mots comme Carême, famille, enfants ou conte de Carême dans un moteur de recherche, on tombe déjà sur de nombreuses suggestions. AdC propose également de multiples activités pour les enfants et les jeunes, des bricolages et le Document catéchétique. Voici les propositions de Paroisses Vivantes : – Constituer un stock d’« efforts de Carême » et piocher chaque matin un effort pour la journée. Prévoir un stock « enfants » et un stock « parents ». – Créer un calendrier de Carême sur le modèle du calendrier de l’Avent. – Vivre la prière et les célébrations dominicales en famille. – Participer à la messe du Mercredi des Cendres. – Aller rendre visite en famille à une personne seule. – Prendre part à une vente de roses. – Partager son argent de poche du Carême avec les plus démunis (les parents peuvent aussi doubler la somme).

Campagne 2011 Le thème de la Campagne 2011, Extraction minière : un business indigeste, s’en prend aux privilèges attribués par des gouvernements corrompus pour l’exploitation des matières premières. Certaines de ces entreprises internationales ont leur siège en Suisse. Dans une pétition, AdC demande au Conseil fédéral de s’engager pour l’élaboration d’un cadre politique cohérent, garantissant une plus grande transparence financière, le respect des droits humains et celui de l’environnement. Au Congo, par exemple, 70% des gens souffrent de malnutrition alors que le sous-sol est un des plus riches du monde !

2011 marque aussi, en Suisse romande, les dix ans de la création des groupes œcuméniques de jeûneurs. Anne-Michèle Stern, la coordinatrice, nous en explique le principe : « Pendant une semaine, ils jeûnent et se retrouvent le soir pour prier, discuter et gérer le jeûne au niveau physique. » L’an dernier, plusieurs dizaines de milliers de francs ont ainsi été récoltés par quelque 600 jeûneurs. Un énorme succès pour cette action qui permet en outre de rejoindre environ 200 personnes qui ne fréquentent ordinairement pas les Eglises ! Jean-Luc Wermeille

.............................................................................................................................................................................

PAROISSES VIVANTES I mARS 2011 Paroisses vivantes mars-avril 2011

11

09


Richesses du sous-sol: bénédiction ou malédiction ? Les pays les plus riches en ressources naturelles comptent parmi les plus pauvres et les plus déchirés par le conflit dans le monde. En raison de la faiblesse de certains gouvernements, de la corruption rampante et du pouvoir sans limites qu’exercent les entreprises multinationales, les droits et les revendications de la population sont foulés aux pieds.

PPP / AdC

Les perdants : la population locale Pour la population locale, l’exploitation excessive de matières premières entraîne avant tout des conséquences négatives. Dans la plupart des cas, elle est exclue des négociations entre les gouvernements et les entreprises internationales concernant de nouveaux projets d’investissement. Au lieu de profiter de l’extraction minière et de la richesse du sol, la population est expulsée de ses terres. La pollution est grave et, dans de nombreuses mines, les conditions de travail sont précaires. Si les personnes concernées osent protester contre la destruction de leurs moyens de subsistance, elles risquent de devenir victimes d’actes de violence perpétrés par les forces de sécurité étatiques et privées. Dans des pays comme la République démocratique du Congo, la lutte pour les nombreuses ressources minières a même provoqué l’une des guerres civiles les plus sanglantes de l’histoire. Rapports de force inégaux Pour de nombreux pays en développement, l’extraction minière compte parmi les principales sources de revenus de l’Etat. Pourtant, elle ne contribue guère au développement général de ces pays : deux tiers des personnes les plus pauvres au monde vivent dans des pays qui regorgent de matières premières. Cela est dû au fait que de nombreux gouvernements n’ont ni la volonté ni les moyens

12

Paroisses vivantes mars-avril 2011

de réglementer et de contrôler les activités des entreprises multinationales. En outre, le commerce des matières premières est souvent source d’enrichissement personnel pour les fonctionnaires. Les politiques sont donc très favorables aux entreprises lorsqu’il s’agit d’octroyer des concessions ou d’attirer des multinationales. En parallèle, les violations des normes écologiques, des droits du travail ou du droit à la terre sont largement ignorées. Les redevances des concessions et les impôts ne constituent qu’une infime partie des bénéfices réels. Les pays en développement perdent ainsi au moins cinquante milliards de dollars en raison de l’évasion fiscale et de politiques fiscales néfastes concernant les entreprises internationales, alors que ces dernières engrangent des milliards de bénéfices. Les pays industrialisés ont leur part de responsabilité Les pays industrialisés comme la Suisse sont également responsables de cette situation. Avec leurs législations favorables aux entreprises, ils permettent aux entreprises internationales de rapatrier leurs bénéfices de pays tiers impunément sans y payer d’impôts. Jusqu’à présent, il n’y a guère eu d’efforts politiques visant à établir des règles de responsabilité sociale pour les entreprises multinationales ayant leur siège en Suisse et actives dans le monde entier. Pour cette raison, Pain Pour le Prochain et Action de Carême adressent une pétition au Conseil fédéral suisse l’enjoignant à exiger une plus grande responsabilité des entreprises. Lancement de la pétition le 10 mars 2011. www. droitalimentation.ch/petition

Source AdC / PPP

PPP / AdC

Société Actualité

En marge de la campagne œcuménique


Corserey à l’aube de la paroisse

Chroniques locales

J.-M. Barras

Le territoire de la paroisse de Prez-vers-Noréaz, à la fin du XIXe siècle, s’est sensiblement amenuisé. En 1879, Ponthaux et Nierlet formaient une nouvelle paroisse. En 1900, Corserey devenait à son tour une communauté autonome. Non sans difficultés !

Les prêtres ressortissants de la paroisse d’Attalens, le 15 août 1916, l’abbé Michel Bochud, de Bossonnens – dernier chapelain de Corserey – est debout au second rang, le sixième depuis la gauche, à côté du conseiller d’Etat Emile Savoy. L’évêque est Mgr Placide Colliard, natif d’Attalens, évêque du diocèse de 1915 à 1920.

Les bourgeois de Corserey apportent leur tribut Avant d’avoir un curé, Corserey bénéficiait de la présence d’un chapelain. Celui-ci, soumis au curé de Prez, disposait d’une chapelle du XVe siècle vétuste et insuffisante. La fin du siècle fut agitée. Corserey souhaitait construire une église et revendiquait son autonomie. Une pétition rencontra un large succès. Mais Prez rechignait pour diverses raisons, notamment financières. Les bourgeois de Corserey avaient de la suite dans les idées. Ils renoncèrent à leurs droits sur les coupes de bois afin de constituer peu à peu les fonds nécessaires à la construction de la nouvelle église. Ainsi, en 1895, le capital s’élevait à Fr. 16'000.–. Le travail pouvait commencer. Des équipes furent désignées pour collaborer au chantier. Dans le choix d’un architecte, le nom d’Adolphe Fraisse – l’un des plus considérés du canton de Fribourg – s’est imposé. Il avait, dans les années précédentes, signé les plans des églises d’Attalens, Rossens, Châtonnaye, La Tour-de-Trême, Châtel-St-Denis, Broc, Albeuve, Bonnefontaine. Les églises de Montbovon et Corserey sont contemporaines. A Broc et à La Tour-de-Trême, Fraisse a collaboré avec l’abbé Alexandre Menoud, le curé architecte décédé à Mannens en 1876 à l’âge de 46 ans. En outre, Fraisse – qui fut architecte cantonal – a planifié des quartiers de Fribourg de façon exemplaire. Il est aussi l’architecte

de l’ancienne gare de Fribourg. Celle-ci, inaugurée en 1872, classée monument historique, est devenue aujourd’hui un centre culturel. Adolphe Fraisse est décédé en 1900, alors que l’église de Corserey s’ouvrait au culte. L’abbé Michel Bochud, dernier chapelain de Corserey, de 1896 à 1900 Tout semblait aller « sur des roulettes » quant à la construction. Mais, à lire la correspondance échangée entre le chapelain Michel Bochud et l’évêché, la mésentente entre le prêtre et la population allait crescendo. Les intentions du chapelain sur la séparation Prez-Corserey étaient jugées de façon tendancieuse, tant à Prez qu’à Corserey. L’abbé Bochud écrit à l’évêque Mgr Joseph Déruaz : « Mon ministère à Corserey est absolument stérile. » Une cause de la tension chapelain-fidèles est aussi à placer dans le contexte de la fin du XIXe siècle. Cette période a été le théâtre, dans nos paroisses, d’une lutte sans merci livrée par l’Eglise contre l’alcoolisme et la danse. Les curés Etienne Descloux, de Matran, et Dominique Thierrin, de Promasens – entre autres ardents défenseurs de la morale – y allèrent de leur plume corrosive pour flétrir ces fléaux ! Dans L’épidémie des cabarets, fascicule publié en 1883, le curé Dominique Thierrin dénonce l’alcoolisme comme source de toutes les misères, de tous les crimes, de toutes les folies et de Suite page 14 ➔

13

Paroisses vivantes mars-avril 2011


J.-M. Barras

Chroniques locales

toutes les hontes... Et la danse, qui génère aussi l’immoralité, est stigmatisée. L’abbé Michel Bochud a été à bonne école: durant deux ans, il a exercé son ministère en qualité de vicaire du curé Dominique Thierrin à Promasens. A Corserey, il se montre son fidèle disciple. Mais la jeunesse de Corserey ne tient pas compte des menaces de l’enfer sur terre et dans l’audelà réservé aux adeptes de l’al­­cool et de la danse. La jeunesse valse pendant les Quarante-Heures, ces trois journées qui précèdent le Carême, avec exposition continuelle du Saint Sacrement pendant quarante heures. L’abbé Michel Bochud a exercé son dernier ministère à Torny-le-Grand. C’était au temps de la grippe de 1918. Malgré une santé déficiente, il se dévoua sans compter pour les malades de sa paroisse. Il contribua à la création d’un lazaret. Il fut emporté par la grippe le 18 novembre 1918. Il avait 53 ans.

Hommage à Louis Chatagny Même égratignée par le chapelain, l’autorité communale s’est montrée à la hauteur dans les démarches relatives à la création d’une nouvelle paroisse et à la construction d’une église. Un nom mérite d’être cité. C’est celui de Louis Chatagny, du Moulin, syndic dès 1881 alors qu’il n’avait que 24 ans. Il a conservé cette fonction durant une quarantaine d’années. Et, de 1891 à son décès survenu le 26 juin 1931, il fut député au Grand Conseil. Sa nécrologie, dans les Nouvelles Etrennes fribourgeoises de 1932, relève qu’il contribua pour une grande part à la constitution de la paroisse et à la construction de l’église de Corserey.

J.-M. Barras

Extrait d’une lettre de l’abbé Bochud envoyée à l’évêché le 1er mars 1900

JMB

Sources : Archives de l’Etat, fonds Thürler ; Nouvelles Etrennes fribourgeoises ; dossier Corserey aux archives de l’évêché ; Dictionnaire historique de la Suisse.

Célébrations sacramentelles Quelqu'un parmi vous est-il dans la souffrance ? Qu'il prie. Quelqu'un est-il heureux ? Qu'il chante des louanges. L'un de vous est-il malade ? Qu'il appelle les anciens de l'Eglise ; ceux-ci verseront de l'huile sur lui et prieront pour lui,   au nom du Seigneur. Une telle prière, faite avec foi, sauvera le malade :   le Seigneur le relèvera. S’il a commis des péchés, le Seigneur les lui pardonnera. Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin d'être guéris. La prière fervente d'une personne juste a une grande   efficacité.

14

Lettre de saint Jacques

Paroisses vivantes mars-avril 2011

Sacrement des malades Le don de ce sacrement aura lieu : – A Matran, mercredi 2 mars à 14h30 – A Noréaz, jeudi 3 mars à 11h – A Cottens, samedi 5 mars à 14h

Célébration pénitentielle avant Pâques pour toute l'UP Le mardi 5 avril 20h à Onnens.


Autigny-Chénens

Cottens

Cérémonie du premier Pardon

Le Père Paul Conscience de la Congrégation des Pères du Sacré-Cœur est arrivé le 7 septembre 1980 dans notre paroisse, dans laquelle il fut très apprécié. Imprégné d’une foi profonde, il exerçait son ministère pastoral avec beaucoup de ferveur ! Ses homélies, jamais trop longues, faisaient souvent référence à la vie actuelle et il osait dire tout haut ce qu’il pensait… ! Dans la paroisse, on disait aussi qu’il savait ce qu’il ne voulait pas… En ce temps-là, le prêtre pouvait encore connaître ses ouailles ! En effet, notre paroisse comptait environ huit cents âmes ! C’était encore le temps d’une église pleine lors des grandes fêtes, des cérémonies pénitentielles ! Il enseignait le catéchisme aux enfants ! Il les connaissait et même, âgé de 60 ans, au camp de ski à Charmey, il apprenait aux débutants à dévaler les pentes ! Un confrère disait de lui qu’il était aimable et même charmant, mais plutôt silencieux ! Natif de Delémont, son léger accent jurassien lui donnait une note sympathique. Avec le Conseil de paroisse, il y eut toujours de bons rapports. Avec le Chœur mixte également ! Il fut même nommé Président d’Honneur de La Mauritia ! Dès le 8 mars 1986, il dut prendre la charge de la paroisse de Lentigny ! Durant ces onze ans passés à la cure d’Autigny, c’est Mme Lucette Peiry qui s’occupa du nettoyage de la cure et de la préparation de ses repas ! Le 1er septembre 1991, suivant les instructions du vicariat épiscopal, il s’en alla à Remaufens. C’est au home du Châtelet, à Attalens, qu’il passa les dernières années de sa vie. Malgré la perte de son autonomie, il gardait bon moral et, la veille de sa mort, il plaisantait encore avec le personnel ! Humble serviteur de Dieu, il est allé rejoindre la Maison du Père, le 8 janvier dernier, à l’âge de 85 ans. C’est au cimetière de Châtel-St-Denis qu’il repose, ad vitam aeternam !

Le 15 janvier dernier, les futurs communiants se sont confiés à Dieu en effectuant leur premier pardon. Les animatrices, Mmes Martine Grandgirard, Sandra Baudois et Véronique Yerly, ont déployé tout leur savoirfaire pour permettre à nos enfants de recevoir leur deuxième sacrement.

Olivier Chavaillaz

S. Baudois

Décès du Père Paul Conscience

Après une introduction en prières par le Père ReyMermet, enfants et parents ont pu échanger en aparté dans l’église sur les valeurs du pardon et sur ses effets dans la vie quotidienne. Ensuite, les parents ont été invités à partager entre eux sur leurs propres souvenirs de leurs « premières confessions ». Enfin, après un temps de réflexion, les enfants se sont approchés de l’un des quatre prêtres présents dans le chœur de l’église. C’est une ouverture nouvelle qui respecte toutefois l’intimité de chacun et met l’enfant à l’aise; c’est un changement important par rapport à ce que l’on a connu des confessionnaux où l’enfant se retrouvait seul face au prêtre. Les feuilles de l’arbre de vie, l’arbre de Zachée, sur lesquelles les enfants avaient écrit leurs petits tracas, se sont métamorphosées, passant des couleurs de l’automne aux couleurs du printemps. Un tout grand merci au Père Rey-Mermet pour ses bons conseils et aux animatrices pour leur investissement et leur patience. Et à bientôt pour la grande fête de la Communion !

Décès

Solange Boschung, maman de Noé, futur premier communiant

Marie-Jeanne Cudré-Mauroux,   décédée le 18 janvier, à l’âge de 88 ans

Baptême

Robert Sapin, décédé le 18 janvier,   à l’âge de 60 ans

Derniers adieux

Le 16 janvier, Victoria Sagnol,   fille d'Antoine et Claudia

Décès Gabriel Magnin, décédé le 30 janvier à l’âge de 81 ans Paroisses vivantes mars-avril 2011

15


Matran - Avry

Neyruz Samedi 22 janvier…

A l’occasion de l’apéritif de début d’année, réunissant les prêtres et le personnel de la paroisse, le Conseil a pris congé de M. Nicolas Rérat, conseiller démissionnaire et a accueilli Mme Barbara Vellone de Matran, comme nouvelle conseillère.

Devant l’église, vingt jeunes attendaient, un papier à la main. Avant de pouvoir franchir la porte du Sanctuaire, un ultime et intense moment de réflexion les rassurait sur le bien-fondé de leur parcours. Leur engagement proclamé et confirmé les conduira maintenant jusqu’au jour J, à savoir le 3 juillet, date de leur Confirmation. Cette démarche importante est un moment fort, indispensable pour continuer ce cheminement. Sans cette volonté personnelle de dire « OUI JE PROMETS D'ETRE UN ADULTE RESPONSABLE DE MA FOI ET JE M’ENGAGE A LA TRANSMETTRE », aucun jeune ne peut poursuivre son chemin vers le sacrement de Confirmation. Cette promesse est à l'image du contrat d’apprentissage ou de travail qu’il sera appelé à signer et à approuver dans quelques années. Cette approche constitue l’une des premières décisions personnelles de sa jeune vie d’adulte.

L. Dessibourg

Une nouvelle Conseillère paroissiale

Des remerciements chaleureux ont été adressés à M. Rérat pour ses compétences et le temps mis à disposition de la paroisse pendant plusieurs années, dans un esprit toujours collégial. Mme Vellone est entrée en fonction le 1er février. Elle poursuit également une formation dans la pastorale puisqu’elle terminera en juin le Parcours Galilée. Toute la communauté paroissiale lui adresse ses remerciements pour son engagement et lui souhaite beaucoup de satisfaction dans ses nouvelles fonctions. Laurent Dessibourg

Décès Madeleine Noël (sœur Fernande),   décédée le 27 novembre, à l’âge de 83 ans Raymond Berger, décédé le 11 décembre,   à l’âge de 90 ans Cécile Berger, décédée le 15 décembre,   à l’âge de 90 ans Antoinette Laner, décédée le 15 janvier,   à l’âge de 62 ans Odette Rossier, décédée le 17 janvier,   à l’âge de 82 ans

Derniers adieux

Dimanche 20 mars, église St-Julien, à 17h CONCERT SPIRITUEL : Le Chemin de Croix, Elizabeth Sombart, pianiste ; Nicolas Buttet, récitant.

16

Paroisses vivantes mars-avril 2011

G. Brugger

Poignée de main et sourire en guise d’encouragement !

Gaël, Arnaud, Martin, Baptiste, Fabrice, Loïc, Malvina, Bruno, Emilie, Adrien, Jérémy, Eugenia, Basil, Muriel, Jacky, Laura, Adrien, Philippe, Léonardo. Manque Quentin.

A vous les confirmands, en communion avec toute la communauté, nous disons notre soutien dans votre décision et prions l’Esprit qu’il vous accompagne toujours. Vos Animateurs

Décès Gilbert Mettraux, décédé le 27 décembre,   à l’âge de 84 ans Gérard Dafflon, décédé le 13 janvier,   à l’âge de 78 ans

Derniers adieux


La Brillaz

Corserey

Un départ au Conseil paroissial Le Conseil paroissial de La Brillaz enregistre, à regret, le départ de Monsieur Jean-Pierre Chatagny. Monsieur Chatagny est venu de Villars-sur-Glâne, où il avait suivi une formation de maître socioprofessionnel, pour construire à Lentigny. Très vite, il s’est intéressé à la vie publique et c’est logiquement qu’il s'est présenté comme conseiller paroissial lors des dernières élections en 2008. Il reprend alors le poste laissé vacant par Monsieur Gérald Mazza, c’est-à-dire responsable des constructions. Il va alors œuvrer avec compétence durant plusieurs années dans la gestion de nos bâtiments. Il s’occupera entre autres de la rénovation du buffet de l’orgue de Lentigny et terminera par l’installation de boucles magnétiques pour les malentendants dans nos deux églises, celles de Lentigny et d’Onnens. Malheureusement, ces derniers mois, il n’arrivait plus à concilier ses obligations professionnelles et son rôle de conseiller paroissial. Son travail à l’Institut de Seedorf comme maître socioprofessionnel lui prenant de plus en plus de temps, il s’est vu dans l’obligation de présenter sa démission. Le Conseil et la paroisse de La Brillaz le remercient pour tout le dévouement et le savoir-faire qu’il a mis au service de notre communauté. Nous lui souhaitons encore succès et satisfaction pour la suite de sa carrière professionnelle. Jean-François Deléaval

Décès Louis Morel, décédé le 10 janvier,   à l’âge de 70 ans Adrien Rossier, décédé le 13 janvier,   à l’âge de 77 ans

Derniers adieux

La proportion de personnes de bonne volonté est certainement la même partout. Evidemment que dans de petites communautés, en chiffres absolus, ce nombre peut être bas, voire inexistant ! C'est malheureusement le cas des servants de messe actuellement à Corserey. Abbé Guy, que pensez-vous de cette « démobilisation» ? Le terme est fort j'en conviens mais pas usurpé. Comparée à d'autres, l'activité des enfants de chœur est soumise aux mêmes règles. Je m'explique, lorsqu'un enfant débute un sport par exemple, d'autres le suivront. Le phénomène inverse semble mieux fonctionner encore: que l'un ou l'autre cesse son activité, son exemple sera suivi par ses camarades, c'est regrettable. Des pistes, des idées pour remédier à ce manque ou absence de servants ? C'est après leur première communion qui a lieu lorsqu'ils sont en troisième année primaire, que l'on demande aux enfants de servir la messe, mais il y en a de plus jeunes, inspirés par leurs sœurs ou frères aînés, qui voudraient servir Dieu eux aussi. Pourquoi ne pas leur ouvrir cette « fonction » ? C'est à étudier, personnellement je n'y suis pas opposé en tout cas. Et pour renforcer ce groupe, l'inscrire dans la durée, assurer son renouvellement, que proposez-vous ? On entend souvent dire – et j'adhère à cette analyse – que les sacrements ne sont pas assez rattachés à la communauté. Je lance une idée déjà appliquée ailleurs, que des confirmands du lieu pourraient s'occuper du groupe des servants de messe. A tour de rôle, ils assumeraient la tâche de les cadrer, d'établir un programme. De plus, et c'est primordial pour la cohésion du groupe, d'organiser de petits moments de rencontre, de détente. Un voyage, des visites de lieux, d’expositions ou encore organiser des rencontres conviviales, spaghettis. Ainsi, à l'image de ce qui se fait, par exemple, chez les scouts, les plus grands s'occupent des plus petits. De plus, dans quelques années, ce pourrait être tout naturellement d'anciens servants de messe, confirmands qui, à leur tour, reprendraient cette responsabilité. La boucle est bouclée, le mouvement, perpétuel espérons-le, initié. Monsieur l'Abbé, il me reste à vous remercier pour votre participation à cet entretien, mais surtout pour les solutions possibles évoquées.

Nicolas Vuarnoz

Paroisses vivantes mars-avril 2011

17


Ponthaux

Prez-vers-Noréaz

Vous avez dit Rorate?

A Noréaz, depuis 2007, le comité des aînés emmené par Marie-Louise Schorro organise deux fois par année, en hiver, un match aux cartes. Les premières fois, cela se passait uniquement entre les aînés du village. Maintenant, la popularité de ce sport d'équipe a franchi les frontières puisque les aînés de Ponthaux sont venus rejoindre ceux de Noréaz. Le dernier rendez-vous s'est tenu le 13 janvier. Un autre, le 10 février, toujours dans la salle de société de Noréaz, a rassemblé aussi les aînés de Prez-vers-Noréaz qui se réunissent toujours avec ceux de Corserey.

Samedi 18 décembre dernier à Ponthaux, avant 7h du matin, des ombres se faufilent dans la nuit à pas feutrés dans la neige fraîche et se rendent à l'église pour une messe particulière dite messe « Rorate ». Aucune lumière artificielle; toute la célébration se déroule à la lueur de centaines de lumignons disposés partout dans le chœur et la nef centrale. L'ambiance est religieusement recueillie comme jamais, les membres du chœur mixte disséminés dans les bancs entraînent la foule, l'église est comble ; la messe se termine quand l'aube nouvelle se lève à travers les vitraux. Après le recueillement et la prière, place à la joie de la rencontre partagée autour d'un petit pain et d'un café. Puisse cette deuxième expérience, après Cottens en 2009, perdurer et devenir un point de repère important dans notre UP durant le temps de l'Avent.

M.-L. Schorro

Reflets d’activités de nos aînés

Les Messes Rorate, sont appelées ainsi d'après l'Introït « Rorate, cœli, desuper… Cieux répandez d'en haut. » Leur origine serait à rechercher au XVe siècle, dans les régions alpines. Initialement, la Messe Rorate était une messe votive en l'honneur de Marie, Mère de Dieu, et fut donc célébrée essentiellement les samedis du temps de l'Avent. La particularité de la Messe Rorate est qu'on la célèbre à la lumière des cierges. L'important est qu'elle ait une certaine solennité, et qu'on chante de manière appropriée le Rorate cœli comme chant d'entrée.

Les premières fois, timidement, les gens restaient groupés par village, maintenant le mélange est parfait. L'amitié et la fraternité sont des fruits les plus réjouissants. Le financement des prix est assuré par chaque participant qui verse Fr. 10.– et les lots valent autant. Un privilège pour les premiers, ils peuvent choisir leurs prix. Une fois les parties de yass achevées, une collation permet de conclure chaleureusement l'après-midi. C'est le reflet d'une communauté vivante et harmonieuse... merci de cet exemple. Qu'il est bon, qu'il est doux de vivre en frères, ensemble. Psaume 133

Cl. Didierlaurent

Philippe Guisolan

Décès Jeanne Egger, décédée le 21 janvier, à l’âge de 85 ans

18

Derniers adieux

Paroisses vivantes mars-avril 2011


Horaire des messes et autres célébrations en semaine dans les paroisses

1

Mardi

Mercredi

Jeudi

Neyruz   7h30 Matran   8h30 Noréaz 13h30 chapelet Lentigny 19h

Cottens   8h30 Avry   8h30 Ponthaux   8h30 Chénens   9h Prez   8h30 Corserey 19h Avry 13h30 chapelet

Dans nos paroisses Vendredi Onnens   8h30 Autigny   8h30 Noréaz 19h Cottens 19h30 chapelet1

Les premiers vendredis du mois

Lorsqu’une sépulture est célébrée en semaine, la messe prévue ce jour-là dans la paroisse est ANNULEE. Lorsqu’une veillée de prière tombe aux heures d’une messe, LA MESSE FAIT OFFICE de VEILLEE DE PRIERE. Tous les samedis matin, une messe est célébrée à 11h à la Résidence Saint-Martin, à Cottens.

Horaire d’ouverture de notre secrétariat, à Matran Secrétariat Unité pastorale Notre-Dame de la Brillaz Case Postale 74 – 1753 Matran Lundi et jeudi   8h à 11h30 14h à 17h30 Mardi et vendredi   8h à 11h30 14h à 18h Mercredi   8h à 11h30 14h à 17h Samedi   8h à 11h30 Téléphone

026 401 00 90

Fax

026 401 03 58

Conseil de gestion Assemblée des délégués 2011 Le jeudi 24 mars, aura lieu l’assemblée des délégués de notre UP à la salle paroissiale d’Onnens. Ce soir-là, les personnes représentant les huit paroisses de notre Unité pastorale devront approuver les comptes 2010 et le budget 2011, et nommer une personne au comité de direction à la suite du départ de Monsieur Nicolas Rérat pour des raisons professionnelles. Le comité de gestion a planché sur les problèmes financiers qu’exige une Unité pastorale comme la nôtre. Il l’a fait au plus près de sa conscience. Les chiffres inscrits ont tous été analysés et pensés. Il est évident que l’on ne peut pas exiger un bon enseignement religieux, organiser une pastorale qui s’ouvre à toutes les catégories de personnes: enfants, adultes, couples, malades ou personnes en fin de vie, assurer des offices dans nos paroisses sans demander un engagement financier à nos paroisses. Mais il est aussi du devoir de chaque paroisse d’analyser les comptes et le budget et de formuler, le cas échéant, les remarques qui s’imposent. Nous serons donc heureux de retrouver les délégués des paroisses à la salle paroissiale d'Onnens, le 24 mars à 20h. Jean-François Deléaval Président du Conseil de gestion

E-mail : info@upnotredamedelabrillaz.ch Permanence téléphonique en cas d’urgence ou de décès : 079 546 28 18 (pas de sms) www.upnotredamedelabrillaz.ch

Les églises de notre UP équipées sont Autigny – Corserey – Cottens – Noréaz – Neyruz – Prez

Soupes de Carême 2011 Autigny Corserey Cottens Lentigny Onnens Avry Matran Neyruz Ponthaux Prez Noréaz

Ve 15 avril, dès 11h30 à la halle polyvalente Ve 22 avril, dès 11h30 à la salle communale Sa 2 avril, dès 11h30 à la salle paroissiale Ve 15 avril, dès 11h30 à la salle de l’Auberge St-Claude à Lentigny Ve 22 avril, dès 11h30 à la salle de paroisse d’Onnens Sa 26 mars, dès 11h30 à la salle de l’édilité à Avry Sa 16 avril, dès 11h30 à la Maison paroissiale Ve 22 avril, dès 11h30, salle du restaurant de l’Aigle-Noir Ve 22 avril, dès 11h30, salle communale Ve 22 avril, dès 11h30, salle communale Ve 22 avril, dès 11h30, complexe communal

Paroisses vivantes mars-avril 2011

19


« Il est grand le mystère de la foi… »

Méditation

La liturgie est porteuse… Entraîné par la chorale, Pris par l’ambiance chaleureuse, – D’un seul cœur et d’une seule voix – Je m'associe à l’ensemble des fidèles : « Nous proclamons ta mort, Seigneur Jésus, Nous célébrons ta résurrection, Nous attendons ta venue dans la gloire... » Mais dans le secret de ma chambre, Est-ce que cet élan populaire Auquel j’ai mêlé ma voix, Correspond à mes convictions profondes ? Ma foi rejoint-elle les considérations de Paul Qui face aux hésitations des Corinthiens, Affirme d’une manière péremptoire Sa certitude : « S'il n'y a pas de résurrection des morts, Le Christ non plus n'est pas ressuscité. Mais si le Christ n'est pas ressuscité, Vide alors est notre message, Vide aussi votre foi. » La résurrection est-elle une réalité vraie Qui me dépasse Mais à laquelle j’adhère avec confiance, Aujourd’hui, déjà, A la suite de Paul qui, Avec son art des formules fortes, affirme que : « Nous sommes déjà ressuscités avec le Christ. »

JAB 1890 Saint-Maurice Prière de réexpédier sans annoncer la nouvelle adresse

Il entend par là que, connaissant la destinée A laquelle nous ouvre le Christ, Nous sommes invités à reconnaître Cette vie en plénitude, – En pensées et en actes – Dans notre vie de tous les jours, Comme un pain quotidien !

Thème de la sculpture : Sur la croix, le Christ prend l’humanité pour l’offrir au Père. André Ryser

20

Paroisses vivantes mars-avril 2011

2011-02  

Paroisses vivantes

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you