Issuu on Google+

Evénement spécial L’UNESCO OUVRE SA COLLECTION POUR LA NUIT EUROPÉENNE DES MUSÉES Maison de l’UNESCO 125, avenue de Suffren, Paris 7e M° : Ségur-UNESCO, Cambronne SAMEDI 17 MAI 2014 DE 20 HEURES A MINUIT (ENTREE LIBRE)

En arrière-plan : Silhouette au repos, 1958, de Henry Moore | Collection UNESCO Sculpture en travertin, environ 40 tonnes. Il s’agit de la plus grande sculpture en marbre réalisé par l’artiste. Commissionnée par l’UNESCO en 1956 pour la décoration du bâtiment

Pour la sixième fois l’UNESCO participe à ce rendez-vous incontournable du printemps, organisé par le Ministère français de la culture, en permettant aux noctambules d’approcher les chefs-d’œuvre de sa collection et de découvrir un site atypique en plein cœur de Paris. C’est aussi l’occasion pour l’Organisation, à chaque édition, de mettre à l’honneur des artistes, en partenariat avec l’un de ses États membres : cette année ce sera la République Dominicaine avec Jorge Pineda et Polibio Díaz. Au cours de cette nuit festive, les guides bénévoles accompagneront (en français, anglais et espagnol) les curieux à la découverte des bâtiments du Siège, aussi appelé la Maison de l’UNESCO, et des œuvres d’art d’artistes tels que Giacometti, Moore, Picasso, Miró, Calder, Erró ou Chillida. Un samedi dédié au patrimoine commun qui sera honoré de la présence des artistes Erró et Jorge Pineda. Inauguré le 3 novembre 1958, le Siège de l’UNESCO est l’œuvre commune des architectes Marcel Breuer (États-Unis d’Amérique), Pier Luigi Nervi (Italie) et Bernard Zehrfuss (France). Dès la conception du site de la place de Fontenoy, l'UNESCO a commandé à de grands artistes des œuvres destinées à embellir les lieux et, pour certaines d'entre elles, à symboliser la paix. Au fil du temps, d'autres œuvres ont été acquises ou offertes à l'Organisation par des États membres. Bazaine, Tapiés, Le Corbusier et bien d'autres artistes célèbres ou méconnus sont présents dans ce musée universel, symbole de la diversité de la création artistique dans le monde.


Exposition de peintures ERRÓ : SAGA OF AMERICAN COMICS 1973-1999 Maison de l’UNESCO 125, avenue de Suffren, Paris 7e M° : Ségur-UNESCO, Cambronne Tél. : 01 44 17 32 85 DU 30 AVRIL AU 28 MAI 2014, DE 9H A 17H30, SAUF WEEK-END ET JOURS FERIES ENTREE GRATUITE SUR PRESENTATION D’UNE PIECE D’IDENTITE OUVERTURE EXCEPTIONNELLE LE SAMEDI 17 MAI 2014 DE 20 HEURES A MINUIT, POUR LA NUIT EUROPEENNE DES MUSEES (ENTREE LIBRE)

Thor’s Story (L’histoire de Thor) 1999, peinture glycérophtalique sur toile | Collection UNESCO | © photo : Erró

Erró (Guðmundur Guðmundsson de son vrai nom) inaugure la première exposition d'une série intitulée « Artistes vivants de la collection patrimoniale des œuvres d'art de l’UNESCO ». Saga of American Comics 1973-1999 - soit 23 œuvres totalement inédites -, inspirée des livres de bandes dessinées américaines, est organisée autour de l’œuvre Thor’s Story (L’histoire de Thor), offerte à l'UNESCO par le Gouvernement islandais en 2007. Ces œuvres sont peintes dans le style du Pop art que Erró a, selon le philosophe et critique d'art Arthur C. Danto, « adopté avec l’enthousiasme d’un converti, et auquel il a apporté la sensibilité de quelqu'un qui a baigné dans l’histoire de l’art européen. […] Si le Pop lui montra comment faire de l’art avec du banal, Erró montra comment on pouvait faire des retables avec du Pop. »


Exposition de sculptures et de dessins JORGE PINEDA : MAMBRÚ Maison de l’UNESCO (Salles Miró) 125, avenue de Suffren, Paris 7e M° : Ségur-UNESCO, Cambronne Tél. : 01 45 68 27 10 DU 13 AU 28 MAI 2014, DE 9H A 17H30, SAUF WEEK-END ET JOURS FERIES ENTREE GRATUITE SUR PRESENTATION D’UNE PIECE D’IDENTITE OUVERTURE EXCEPTIONNELLE LE SAMEDI 17 MAI 2014 DE 20 HEURES A MINUIT, POUR LA NUIT EUROPEENNE DES MUSEES (ENTREE LIBRE)

Dessin de la série Niñas rojas © DR

Exposition de sculptures et dessins de l’artiste polymorphe dominicain Jorge Pineda, plasticien, peintre, graveur et sculpteur. La relation à l’espace, la représentation de la violence, la réinterprétation des archétypes de la société dominicaine ou encore une réflexion sur l’histoire collective hispano-américaine se reflètent dans l’œuvre de Jorge Pineda. Il s’y répand aussi un univers ludique et de contes mélancoliques comme dans ses séries réalisées au stylo à bille rouge telles que « Niñas locas » (filles folles) ou « Niñas rojas » (filles rouges). Jorge Pineda, qui partage sa vie entre Saint Domingue et Madrid, a notamment exposé à l’Institut d’art moderne de Valence, à la Biennale de Venise par deux fois, à la galerie Hunter College de New York, au Musée d’art moderne de Saint-Domingue, à la Fondation Clément en Martinique.


Nuit des mus%c3%a9es