Issuu on Google+

7 / 1 2

[ S O M M A I R E ] > conte de Noël :

Le roi, son fils et les révoltés > pour aller plus loin > l’offre du mois > la citation

Noël sans Noël Imaginez que pour votre anniversaire, votre famille organise une gigantesque fête. Tout y est : repas copieux, cadeaux, musique, cotillons… Vous êtes ému, bouleversé qu’on pense à vous de la sorte à cette occasion. Pourtant, au fur et à mesure que la fête se déroule, personne ne fait allusion à votre anniversaire. C’est une belle fête, certes, mais à aucun moment, il n’est fait mention de vous ! On fête votre anniversaire… sans vous !

�édito

N U M É R O

Noël, aujourd’hui, c’est cela : l’anniversaire de la naissance du Christ… sans le Christ ! C’est la fête sans Celui qui est venu à la rencontre des hommes en se faisant homme Lui-même. Sans Celui qui est descendu du ciel pour nous faire connaître le Créateur. Quel dommage ! � ALAIN STAMP


conte de Noël

�le dossier

Le roi, son fils et les révoltés

U

n roi était connu pour sa bonté, sa douceur, sa générosité et son amour pour les hommes, les femmes et les enfants de son royaume. Un roi juste, patient, plein de compassion. Un jour, ce roi réunit la foule innombrable de ses sujets, de ses ministres et de ses princes. Un grand silence se fit. Des événements exceptionnels allaient se dérouler. Le roi prit la parole : — Vous savez tous que mon empire s’étend d’un bout à l’autre du monde. Vous savez aussi que tous mes sujets me sont restés fidèles et soumis jusqu’à aujourd’hui. D’ailleurs, si mes sujets me respectent et m’aiment, c’est à cause de ma bonté bien plus qu’à cause de ma puissance. Cependant savez-vous, princes et ministres, qu’une province éloignée, aux confins de mon royaume, s’est révoltée contre moi ? Un murmure parcourut la foule… Tous les notables étaient horrifiés par ce qu’ils venaient d’entendre.

Le roi continua : — Écoutez-moi, vous tous ! Il y a plus encore ! En rejetant mon autorité, ils sont tombés sous la domination d’un tyran. Celui-ci les opprime, les maltraite, les pousse à se battre les uns contre les autres. Depuis, dans cette province, ce ne sont que famines, guerres, maladies, souffrances et injustices ! Mes sujets de cette province révoltée sont malheureux et désespérés ! Moi, leur souverain, j’aime ces hommes et ces femmes ! Je ne serai satisfait et heureux que lorsque ces rebelles seront revenus de leur révolte, qu’ils seront à nouveau mes sujets. Il faut que cette province abandonne sa rébellion, qu’elle réintègre mon royaume, que la paix, la justice et le bonheur s’installent à nouveau dans cette province. Le roi se tut un instant. Aussitôt, un ministre, s’agenouillant devant le trône, prit la parole. — Envoyez-moi, Sire ! Il n’est pas nécessaire, pour reconquérir cette province révoltée, que votre armée parte en guerre. Ma légion suffira. En quelques jours, je vais mater ces rebelles, les punir d’avoir offensé votre majesté. J’aurai raison d’eux par la force ou la douceur, mais je vous promets, Sire, de vous rapporter rapidement les clés de leurs villes ! D’autres serviteurs du grand roi s’approchèrent à leur tour du trône. Chacun réclamait l’honneur de cette expédition contre les révoltés. Très vite, dans tout le palais, le bruit se répandit qu’une province s’était révoltée et qu’une expédition se préparait contre elle. L’indignation était à son comble. Chacun préparait ses armes pour être du nombre de ceux qui participeraient à l’expédition punitive contre la province révoltée. (SUITE EN PAGE SUIVANTE)


�l’offre

Noël, le plus beau cadeau

Noël, c’est le grand moment de fin d’année avec son lot de festivités, de sapins enguirlandés, de cadeaux et de repas somptueux. Mais que dire du sens original de cette fête : la célébration de la naissance de Jésus-Christ ? Les auteurs de ce livre nous invitent à redécouvrir le récit insolite du premier Noël, tel qu’il est présenté dans la Bible. Ils nous encouragent à nous reposer la question : qui est cet enfant dont on célèbre chaque année la naissance ? Henry Bryant, Alain Raspaud, Éditions CLÉ.

Soudain, le silence se fit dans la salle du royaume. Il y eut un mouvement dans la foule. Un sourire de satisfaction apparut sur le visage du roi. Son fils venait de gravir les premières marches du trône et s’avançait vers lui. Le jeune prince était le portrait craché de son père. La même majesté rayonnante, le même regard d’amour. La même puissance se dégageait de lui, la même bonté, la même patience… Il prit la parole : — Me voici, Père, envoie-moi pour faire ta volonté. J’irai dans cette province révoltée, je ramènerai ce peuple à toi. Père, ta gloire est aussi la mienne ! Laisse-moi partir aujourd’hui même ! Pendant quelques minutes, le roi resta songeur. Une ombre passa sur son visage. Le roi avait lu dans le regard de son fils qu’il était vraiment décidé. Il avait compris qu’il était prêt à tous les sacrifices, à payer le prix pour cette conquête. Et le roi savait que son fils ne reculerait pas devant la tâche. Le roi savait que son fils était fort. Persévérant. Le roi se leva, regarda son fils dans les yeux, prit son unique héritier dans ses bras, ce fils qu’il aimait tant… Le souverain dit avec une douceur infinie, plein d’amour pour son fils, mais également plein d’amour pour cette province révoltée : — C’est bien, Fils, va ! À ces mots, une immense acclamation retentit dans tout le palais.

Tout l’état-major donnait des ordres. Les généraux mobilisaient leurs soldats. Une foule nombreuse se pressait autour du prince afin qu’il désigne, parmi les officiers, ceux qui l’accompagneraient. Tous voulaient aller avec le prince dans la province rebelle et la ramener au royaume. Mais le prince leva la main et réclama le silence. — Taisez-vous, c’est inutile. J’irai seul ! Tous les généraux et les ministres se regardèrent ébahis. Ils n’en croyaient pas leurs oreilles ! Le prince avait décidé d’aller seul pour reconquérir une province révoltée ! — Quoi ? Mais tu n’y songes pas, Prince ! Jamais ils ne vont accepter que tu viennes comme cela de la part du roi, ton père, leur montrer qu’ils sont révoltés ! Ils ne te recevront pas. Bien plus, ils vont te maltraiter, peut-être même te tuer ! — Oui, ils vont me tuer, répondit tranquillement le prince.

Prenez le temps de lire, en famille, le récit de la nativité… � Évangile selon Luc, du chapitre 1 verset 5 au chapitre 2 verset 21

tement gratui que par z e v i Su li rs bib un cou respondance! s cor n cour

d’u leçon ndance mière rrespo La pre tuit par co : à t n a e r ctem ue g bibliq mmander dire Ussel Cedex 3 à co – 1920 BP 110 rance MSD – F

�pour aller plus loin

� Évangile selon Matthieu, chapitre 1 versets 1 à 12


�la citation

[LE DOSSIER DU MOIS/CONTE : LE ROI, SON FILS ET LES RÉVOLTÉS/SUITE]

« En devenant homme, Jésus n’est pas Dieu moins quelques attributs de sa divinité, mais Dieu plus tout ce qu’il s’est approprié en revêtant l’humanité. »

Packer, Connaître Dieu, Éditions Emmaüs, page 60.

— Non, non, dirent tous les généraux, nous ne voulons pas que tu ailles seul dans cette province hostile ! — J’irai seul, reprit le prince, car vous pourriez les vaincre, les écraser, les détruire. Moi, je suis le seul qui puisse les sauver et les ramener à la raison. De plus, vous savez bien que le fils de votre roi ne meurt jamais !

et sa puissance. Dieu a fait le choix de la grâce et de l’amour. Puissiez-vous vous rappeler que Noël est le signe, l’événement qui annonce la grâce et le salut pour chacun de nous. Remerciez Dieu. Découvrez son amour, sa sagesse et sa miséricorde. � ALAIN STAMP

Ce jour-là, dans la province révoltée et opprimée par le tyran, dans un petit village nommé Bethléhem en Judée, dans une étable, un petit enfant vint au monde. Une étoile brillait. Des anges, messagers du grand Roi, allèrent dire à de simples bergers qui dormaient dans la campagne : votre Sauveur est né ! Jésus a dit : « Je suis venu non pour juger le monde, mais pour sauver le monde 1. » Voilà pourquoi Jésus est né un jour sur notre Terre. Il était le seul à pouvoir régler la grande question du salut de notre humanité.

EZ… RÉAGISS S O POSEZ V … S N O I QUEST À Z E ÉCRIV ! l. ao com @ r e li b u p

Le message essentiel est édité par Association « Publier. » BP 19/F-67320 DRULINGEN Publier@aol.com Directeur de publication : Alain Stamp Impression : AES F-59164 Marpent Illustrations © Paco/Francis Schneider

ISSN 1288-2526 © « Publier. » 2004/Reproduction interdite Ne pas jeter sur la voie publique

Dieu n’a pas choisi de juger, de condamner, de reconquérir le monde par sa force

1

La Bible : Évangile selon Jean, chapitre 12 verset 47b.


Le roi, son fils et les révoltés