Issuu on Google+

Deuxième partie : l’homme «!Qu'est-ce que l'homme, pour que tu te souviennes de lui ? Et le fils de l'homme, pour que tu prennes garde à lui ?!» Psaume 8!:5 «!Il faut qu’il croisse, et que je diminue.!» Jean 3!:30

PAGE 42 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


4. Inutile «!Vous de même, quand vous avez fait tout ce qui vous a été ordonné, dites: Nous sommes des serviteurs inutiles, nous avons fait ce que nous devions faire.!» Luc 17!:10

Alliance avec Abraham Après que Dieu eut montré les étoiles à Abraham et fit sa promesse, «!Abram eut confiance en l’Eternel, qui le lui imputa à justice.!» (Genèse 15!: 6). A partir du moment où Abraham mit sa foi en Dieu, la promesse put prendre effet. Dieu avait présenté sa grâce à Abraham et celui-ci l’avait acceptée par la foi. La relation fonctionnait, ce que Dieu voulut aussi confirmer à Abraham de manière plus symbolique, cette fois par une cérémonie d’alliance. Il lui demanda alors d’aller chercher plusieurs animaux!: une génisse de trois ans, une chèvre de trois ans, un bélier de trois ans, une tourterelle et une jeune colombe. Après les avoir coupé en deux, tous sauf les oiseaux, Abraham les sépara et les plaça l’un vis-à-vis de l’autre pour créer une sorte de passage entre les morceaux. Ce rituel était alors couramment pratiqué à l’époque pour conclure des alliances!: après avoir coupé et séparé les animaux, chaque partie de l’alliance devait passer au milieu pour confirmer celle-ci.

PAGE 43 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


Cependant, après avoir préparé le nécessaire, Abraham dut attendre la venue de Dieu, et au coucher du soleil, il s’endormit. Pendant son sommeil, Dieu confirma les termes de l’alliance. Au même moment, une obscurité profonde envahit l’endroit et l’atmosphère s’appesantit, telle une fournaise fumante. Des flammes passèrent alors entre les animaux partagés. Dieu avait conclu son alliance avec Abraham, cependant cette cérémonie avait été bien différente des autres. En effet, le passage indique que seul Dieu passa entre les animaux. Abraham, lui, dormait. Le message de Dieu pour Abraham fut bien clair!: «!Abraham, je n’ai pas besoin de toi. Je ne fais pas alliance avec toi pour obtenir quelque chose de toi en retour. Je t’ai choisi, pour t’aimer et remplir mes promesses en toi, simplement parce que je suis bon. J’aurais pu choisir quelqu’un d’autre, n’importe qui d’autre, mais je ne l’ai pas fait. Je t’ai choisi toi. Je fais alliance avec toi, et je serai fidèle de mon côté. Pour toi, tu n’as aucune obligation. Même si tu faillis, je resterai fidèle.!» Dieu n’avait pas besoin d’Abraham en particulier. Il aurait pu choisir n’importe qui d’autre. De la même façon, Dieu n’a pas besoin de nous. Il n’est pas un Dieu en quête de serviteurs, loin de là. Cela ne supprime pas non plus la responsabilité de l’homme. Mais la vérité est que l’homme vit sous la grâce de Dieu. Alors que nous ne méritons rien, Dieu nous invite à faire partie de son histoire. L’Apôtre Jacques PAGE 44 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


Lorsque l’on pense aux apôtres les plus influents qui vécurent avec Jésus, les noms de Pierre et de Jean nous viennent immédiatement à l’esprit. Leur ministère fut puissant et leur influence sans pareille. Tous deux écrivirent dans le Nouveau Testament, et tous deux glorifièrent Dieu jusqu’à leur dernier souffle. Ils étaient des leaders, des meneurs d’hommes, et des piliers de l’Eglise. Mais parle-t-on souvent de Jacques, le frère de Jean et fils de Zébédée!? A ne pas confondre avec l’autre Jacques mentionné dans la Bible, le demi-frère de Jésus, qui devint un des principaux leaders de l’église de Jérusalem, l’apôtre Jacques avait vécu avec Jésus depuis les débuts de son ministère. Jacques avait tout ce qu’on aurait pu imaginer pour réussir sur le plan chrétien. Il avait tout le potentiel nécessaire. Non seulement il était un disciple de Jésus, mais il ! était aussi l’un des premiers, et surtout parmi ceux les plus proches du Seigneur. En effet, parmi les douze apôtres, il y en avait quatre avec lesquels Jésus avait plus d’affinité ! : Pierre, André, Jacques et Jean. D’ailleurs, que ce soit dans!l’évangile de Matthieu, de Marc ou de Luc, à chaque fois que la liste des douze disciples est donnée, il y figure parmi les quatre premiers. S’il y avait un chrétien qui pouvait être utile à Dieu, c’était bien Jacques. Avec Pierre et Jean, il avait assisté à la résurrection de la fille de Jaïrus, alors que Jésus avait laissé tous les autres gens qui l’accompagnaient. Encore mieux, il avait été présent lors de la transfiguration de Jésus. Il PAGE 45 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


avait vu de ses propres yeux le Seigneur dans sa gloire en train de parler avec Moïse et Elie. Les autres disciples présents, Pierre et Jean, furent transformés par cet épisode, comme nous l’indique leurs écrits (2 Pierre 1!:16-18! ; Jean 1!:14). Jacques avait partagé trois ans de sa vie avec le Christ. Il avait vu des centaines de miracles. Il avait vu le visage de Christ briller d’une lumière aussi vive que le soleil pendant que ses vêtements devenaient blancs comme la lumière. Il avait vu Jésus vivre et faire face aux grandes difficultés comme aux petites. Il l’avait vu prier, louer, enseigner, diriger et aimer. Il l’avait vu mourir et l’avait vu ressuscité. Pendant trois ans de sa vie il avait vécu avec la personne la plus parfaite ayant jamais marché sur cette terre et il l’avait fait de manière intime, partageant tout avec lui. Jacques avait vraiment le potentiel pour réussir et pour être utilisé pour la gloire de Dieu. Et pourtant, contrairement à Pierre ou à son frère Jean, Jacques n’eut pas!le temps d’écrire des lettres ou de devenir un des leaders principaux de l’Eglise. En fait, alors que l’évangile se répandait et que le besoin de leaders et d’enseignants augmentait de plus en plus, Jacques fut mis à mort par Hérode. Quelle perte, se dit-on ! Cet homme qui avait tout pour réussir et porter du fruit! ! Dieu aurait tellement pu l’utiliser. Et puis au même moment, Dieu choisit quelqu’un d’autre pour le ministère d’apostolat. Quelqu’un qui, au contraire, avait tout le potentiel pour être le plus grand ennemi des chrétiens!: Saul de Tarse, plus connu PAGE 46 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


sous le nom de Paul. Alors que l’Eglise commençait à se développer, Paul de son côté n’avait qu’un désir ! : la détruire. La motivation principale de sa vie était d’anéantir le peuple de Dieu. Rempli de haine, d’envie de meurtre et de violence, il persécutait à outrance les chrétiens. Il ne voulait pas simplement leur faire mal, il voulait les exterminer. Cet homme était une vraie tête de Nazi. Insatisfait de persécuter les chrétiens à Jérusalem et dans la région, il s’était même procuré des lettres lui permettant d’aller jusqu’à Damas, ville à plus de 200 kilomètres de Jérusalem, pour pouvoir les arrêter et les ramener liés. C’est sur ce chemin que Christ lui apparut et qu’il se convertit. Il devint par la suite le chrétien le plus influent de tous les temps. D’un côté on avait Jacques, qui avait tout pour réussir, de l’autre Paul, qui avait tout pour nuire à l’évangile. Mais contrairement à ce qu’on aurait pu imaginer, Dieu choisit celui qui était le plus éloigné de lui pour être utilisé. Dieu peut susciter n’importe qui pour être instrument de sa gloire, comme Jean Baptiste le disait en ses propres mots!: «!Car je vous déclare que de ces pierres Dieu peut susciter des enfants à Abraham!» (Luc 3!:8). Dieu n’a pas besoin de l’homme pour accomplir ses plans. Je sais que même si je devais mourir demain cela ne nuirait en rien à Dieu. S’il m’a choisi moi en premier lieu pour le servir, alors je sais qu’il peut choisir n’importe qui d’autre. Peu importe la grandeur du ministère que l’on PAGE 47 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


peut avoir, peu importe l’influence ou la maturité! ; Dieu peut prendre soin de ses affaires tout seul.

L’arche et les Philistins Ceci est illustré mieux que tout par le récit conté en 1 Samuel 4-6. Alors qu’Israël était en guerre contre les Philistins (pour changer), ils eurent une idée ! : ils apporteraient l’arche de l’alliance avec eux pour que l’Eternel leur accorde la victoire. Placée dans le Saint des Saints, l’Arche de l’Alliance symbolisait plus que tout la gloire et la présence de Dieu. Avec elle, ils seraient vainqueurs. Mais Dieu avait d’autres plans. En effet, Israël perdit cette bataille et l’Arche fut enlevée par les Philistins et emmenée dans leur pays. La nouvelle fut un désastre pour Israël!: le juge et sacrificateur Eli en tomba à la renverse et se fractura le cou, pendant qu’au même moment sa bellefille accoucha d’un fils qu’elle nomma I-Kabod, signifiant « ! où est la gloire!?!» ou «!aucune gloire.!» Au début, les Philistins étaient bien contents d’avoir cette arche. Ils la placèrent dans un de leurs temples où se trouvait la statue de leur dieu Dagon. Le lendemain, leur dieu se trouvait au sol, le nez contre terre. Le jour suivant, la même chose se produisit, mais cette fois la tête s’était brisée ainsi que les deux bras. En même temps, la main de l’Eternel s’appesantit sur les habitants de la ville et ils eurent des hémorroïdes. Les habitants d’Asdod, ville où se trouvait l’arche, envoyèrent alors PAGE 48 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


l’arche dans une autre ville, Gath, où le même résultat se produisit. Mécontents, ceux-ci la firent emmener à Ekron, où encore une fois le même phénomène arriva. Les Philistins décidèrent alors de se débarrasser de cette arche!: ils la mirent sur un char tiré par deux vaches et laissèrent celles-ci s’en aller. Les vaches partirent et s’en retournèrent d’elles-mêmes dans le territoire d’Israël. Comme on le constate de manière un peu humoristique dans cet épisode, Dieu n’a pas besoin d’aide pour prendre soin de lui-même. Ici, il n’eut pas besoin d’une expédition de force menée par des hommes pour rapporter son arche en Israël. Deux vaches suffirent. De même, Dieu peut accomplir toutes ses œuvres sans notre intervention.

Autosuffisance Divine J’imagine une fois de plus le Père et le Fils créant le monde. Je les imagine ensemble rempli de joie en train de faire naître un univers entier. Une fois de plus, le Père regarde le Fils, puis fait apparaître au travers de lui la vie!: des arbres de toutes les tailles, des fleurs de toutes les couleurs, des plantes de toutes les odeurs. Puis tout à coup, le Père donne vie à des animaux dans le ciel et dans la mer!: il fait l’aigle, la baleine. Le Fils émerveillé les regarde se déplacer. Le lendemain, ils continuent!: cette fois, tout en pensant à des choses glorieuses, ils créent le lion, puis le cheval, puis l’éléphant, s’échangeant des regards d’amour et de joie entre chaque nouvelle créature. Puis après une petite pause le

PAGE 49 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


Père fait un clin d’œil à son Fils et crée…!le canard! ! Et ensemble, ils rient pour un petit moment avant de continuer de nouveau. La gloire de Dieu est la plus belle chose qui existe, et elle se résume simplement en ceci!: Dieu en train d’être Dieu. Dieu n’a pas besoin de l’homme pour être heureux. On lit en Jacques 1 ! :16-17 ! : « ! Ne vous y trompez pas, mes frères bien-aimés: toute grâce excellente et tout don parfait descendent d'en haut, du Père des lumières, chez lequel il n'y a ni changement ni ombre de variation.!» Toute bonne chose provient de Dieu. Toute belle chose trouve sa source en lui. Et non seulement elles viennent de lui mais en plus il ne s’arrête pas d’en générer! ; il ne change pas. Si Dieu est parfait et toute bonne chose provient de lui, alors croyez moi, il doit avoir un très bon sens de l’humour! ! N’importe qui ayant observé un canard pendant plus de cinq minutes peut s’en apercevoir. Que ce soit au travers des animaux ou des plantes, Dieu nous a révélé que lui aussi savait être plein d’humour. Dans les Psaumes, on voit Dieu rire au moins à trois reprises (2 ! :4 ! ; 37 ! :13 ! ; 59 ! :9). Lorsque Jésus finit sa parabole sur le vin nouveau et des outres vieilles et neuves il rajoute après sa conclusion!: «!Et personne, après avoir bu du vin vieux, ne veut du nouveau, car il dit: Le vieux est bon ! » ! (Luc 5 ! :39) ; un rajout n’ayant évidement qu’une portée humoristique. Au ciel, on ne va pas s’ennuyer. Là haut, ils ne s’ennuient pas. Imaginez une minute un sens de l’humour parfait. Puis on y ajoute un amour parfait, une joie parfaite, une paix parfaite, etc. Ça, c’est la gloire de PAGE 50 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


Dieu, et c’est tout ce dont Dieu a besoin pour être heureux. Tout ce que Dieu peut désirer est en lui-même. Dieu n’a certainement pas créé le monde par ennui, ni par besoin de l’homme. J’ai entendu un pasteur dire une fois!: «!Vous savez comment Dieu se porterait sans nous!? Bien mieux! !!» Pourquoi Dieu créa-t-il le monde!? C’est une bonne question. Dieu était simplement en train d’être lui-même. Imaginez une seconde l’être le plus riche du monde et le plus généreux! ; avec un cœur débordant d’amour, cherchant à donner et à partager.

Tout en Christ Dieu pourrait-il être amour s’il était seul!? Pourrait-il chercher à faire du bien aux autres s’il n’existait personne d’autre!? Cela n’a pas de sens, si Dieu était vraiment seul, il n’aurait aucune autre chose à faire qu’à chercher son propre intérêt, ou en d’autres mots, être égoïste. Mais la vérité est que Dieu n’est pas seul même quand il est seul. En effet, Dieu est une trinité!: Père, Fils et Saint-Esprit. Le monde créé par Dieu nous permet de comprendre de plusieurs manières les relations au sein même de la trinité. On comprend ce qu’un Père et un Fils sont sur le plan familial. Quant à l’Esprit, il faut le comprendre en d’autres termes. Dans la Bible, le Saint-Esprit est l’agent au travers duquel chaque œuvre de Dieu est accomplie. Jamais on ne voit l’Esprit absent lorsque Dieu agit, et jamais non plus on ne le voit PAGE 51 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


agir indépendamment. Comme un «!esprit de famille!» il rend un ce qui est plusieurs, il unifie. Un Père plus un Fils égale deux! ; mais un Père plus un Fils plus le Saint-Esprit égale un. De même, par son œuvre le Saint-Esprit rend tous les croyants comme un seul corps en Christ ! : comme le sang, il attache, connecte et permet les échanges nécessaires pour l’unité. Dieu est un (Deut. 6!:4), sans aucun doute. Mais c’est aussi un Dieu qui est présenté dans la Bible comme personnel et relationnel! ; et qui ne peut être compris qu’en distinguant les différentes personnes de sa trinité. Et lorsque l’on comprend ces différences, on apprend à connaître notre Dieu de manière beaucoup plus profonde. Comment la Bible commence-t-elle!? «!Au commencement Dieu!» (Genèse 1 ! :1). Au commencement il n’y avait que Dieu, déjà comblé dans sa propre gloire. La joie du Père était le Fils, et la joie du Fils était le Père. L’un dans l’autre, ils avaient tout le nécessaire pour être pleinement satisfaits. Christ était tout ce dont le Père avait besoin pour être heureux. D’ailleurs, pour rendre l’homme pleinement béni il savait qu’un seul cadeau suffirait!: son Fils. «!Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui nous a bénis de toute sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ !!» (Ephésiens 1!:3). Tout le bonheur, tout le bien, toute la joie que peut connaître un homme se trouve en Christ. L’homme

PAGE 52 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


n’a rien à offrir au Père que Christ ne peut lui offrir. L’homme est donc complètement inutile.

PAGE 53 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


A demain - 4 - inutile