Page 1

18. L’Adoration « Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. » Romains 12 : 1

Une Adoration Raisonnable Paul décrivait une adoration raisonnable comme l’offrande d’un être entier ; non pas l’offrande de belles paroles agréables à Dieu, mais le don de soi dans sa totalité. L’adoration pour Paul était un sacrifice vivant. C’était de mettre Dieu en premier dans chaque circonstance. L’homme a été créé pour être un adorateur. Il possède une âme, et le libre choix. Chaque décision qu’il prend est le reflet de ses priorités et de ses désirs. Chaque décision reflète qui est en premier dans son cœur. Peu importe ce qu’il fait, face à chaque circonstance l’homme doit décider de mettre Dieu en premier ou quelque chose d’autre. Pour Paul le choix était simple : aucun compromis, on se donne en entier à Dieu. Pourquoi existe-t-on ? Pour rendre gloire à Dieu. Comment rendre gloire à Dieu ? En vivant par sa puissance. Comment vivre de sa puissance ? En le mettant en premier. Il n’y a pas de secret. Si quelqu’un veut avoir une vie qui a un sens et qui porte du fruit, si quelqu’un veut vivre une

PAGE 217 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


vie intense et joyeuse, il faut que Dieu soit en premier. Il faut faire les choses pour lui et par sa puissance, et sans compromis. Cela n’est cependant pas facile. Comme nous le disions plus tôt dans ce livre, l’idée de sacrifice n’a jamais été populaire. C’est difficile de lâcher prise. C’est difficile d’abandonner les chemins que l’on trace pour notre vie lorsque ceux-ci semblent être les plus sûrs et les plus agréables. C’est difficile de dire : « Toi Seigneur ! » au lieu de « moi ! » En réalité, livrer nos corps comme sacrifices vivants pour Dieu est humainement impossible. C’est surnaturel. La seule manière de le faire est au travers de la grâce de Dieu et de la foi. Et c’est que toute la beauté de la vie se trouve dans son abondance. Je me souviens avoir lu ce verset lorsque j’étais plus jeune en pensant : « Je ne ferai jamais cela. Je veux bien suivre certains principes de la Bible, mais celui-là, non. C’est trop pour moi. » Je ne voulais pas me donner entièrement à Dieu. Je voulais vivre une vie de compromis. Mais par la grâce de Dieu, j’ai appris à penser différemment. « Le chrétien est celui qui parie sa vie que Christ a raison », disait un jour un prédicateur. Et si au lieu de faire des compromis, notre cri était : « Pourquoi pas ! » On n’a qu’une seule vie. Un seul pari. Il ne faut pas le rater. Jésus disait : « Celui qui conservera sa vie la perdra, et celui qui perdra sa vie à cause de moi la retrouvera » (Matthieu 10:39).

PAGE 218 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


Jusqu’où sommes-nous prêts à aller pour Christ   ? Combien de nousmêmes sommes-nous prêts à donner pour sa cause ? Sommes-nous de vrais adorateurs ? La vraie beauté est en Dieu. La vraie joie est en Dieu. La vraie puissance est en Dieu. Le vrai amour, c’est Dieu. Le vrai bonheur, c’est en Dieu. Avec quoi sommes-nous prêts à faire des compromis ? Un fruit, comme Adam ? Il ne faut pas se leurrer. « Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu'un homme aura semé, il le moissonnera aussi. Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption ; mais celui qui sème pour l'Esprit moissonnera de l'Esprit la vie éternelle. Ne nous lassons pas de faire le bien ; car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas. » (Galates 6:7-9)

L’idolâtrie Osée fut un prophète comme aucun autre. Il commença son ministère vers la moitié du VIIIe siècle avant JC, à l’époque où Jéroboam était roi du royaume d’Israël et Ozias roi de Juda. A l’époque, les deux royaumes avaient déjà été séparés depuis près de 200 ans. Et alors que le royaume du sud, celui de Juda, avait eu quelques bons rois, celui du nord, d’Israël, n’en eut aucun et s’était avancé progressivement dans de nombreuses pratiques idolâtres. Pour montrer à quel point le péché d’Israël peinait Dieu, celui-ci choisit Osée pour être différent. Dès les

PAGE 219 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


débuts de son ministère, il demanda à Osée d’épouser une femme qui deviendrait une prostituée. Dieu avait choisi Israël pour l’aimer comme une épouse. Il l’avait choisie pour qu’elle reçoive son amour comme aucune autre. Il l’avait choisie pour la rendre parfaite, pour la couvrir de beauté, pour la bénir de toutes sortes de bénédiction. Mais elle s’était rebellée. Elle s’était détournée de son Dieu. Elle s’était prostituée à d’autres dieux. Elle avait mis l’Eternel de côté. Elle avait été idolâtre. L’idolâtrie est beaucoup plus que de se prosterner devant des faux dieux. Comme Osée nous le fait comprendre, l’idolâtrie c’est de l’infidélité. C’est de mettre quelque chose avant Dieu. C’est de briser l’alliance établie avec Dieu pour commettre l’adultère contre lui. Et à chaque fois que l’on pèche, à chaque fois que l’on néglige de mettre Dieu en premier, c’est la douleur d’un homme dont la femme est adultère qui brûle le cœur de Dieu. Nos

sociétés

sont

remplies

d’idoles.

Paul

nous

disait

en

1 Corinthiens 10:7 : « Ne devenez point idolâtres, comme quelques-uns d'eux, selon qu'il est écrit : Le peuple s'assit pour manger et pour boire ; puis ils se levèrent pour se divertir. » Dans le contexte de l’épître, Paul faisait allusion à l’incident du veau d’or. Mais ce qui est intéressant, c’est qu’au lieu de mentionner le veau d’or, Paul mentionne les idoles d’Israël comme étant de manger, de boire, et de se divertir. Une idole, c’est tout ce qui passe avant Dieu, peu importe ce que ça peut être. Manger, boire et se divertir PAGE 220 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


sont de très bonnes choses. Cependant, si Dieu n’est pas en premier dans l’accomplissement de ces choses, elles deviennent des idoles. Notre but devrait être de vouloir plaire à Dieu en toute chose, de lui rendre gloire quoique nous fassions, même si c’est de manger ou de boire. Manger est une bonne chose, trop manger peut être une forme d’idolâtrie. Parler est une bonne chose, trop parler peut être une idole. Dormir est une bonne chose, trop dormir peut être une idole. Dieu nous appelle à être fidèle en toute chose, petite ou grande. Il nous appelle à ne plus vivre pour nous-mêmes mais pour lui. Il nous demande de mourir à nous-mêmes pour le laisser vivre en nous. Et de faire cela en tout temps. Sans compromis. Chaque péché n’est rien de moins qu’un adultère qui brise le cœur d’un Dieu qui ne cherche qu’à nous aimer. Mais Dieu reste fidèle malgré tout : « si nous le renions, lui aussi nous reniera ; si nous sommes infidèles, il demeure fidèle, car il ne peut se renier luimême  » (2 Timothée 2:12-13). C’est difficile d’être parfait. C’est même impossible. Et Dieu sait bien que malgré notre bonne volonté nous péchons quand même. Mais même si Dieu veut qu’on haïsse le péché, il ne veut pas qu’on se décourage. C’est pour cela que ce qui compte pour lui

pour

l’instant

n’est

pas

notre

perfection,

mais

notre

perfectionnement. Les erreurs vont toujours être sur notre chemin. À nous de les utiliser pour notre croissance.

PAGE 221 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


Victoire et Tentations Mettre Dieu en premier n’est pas toujours facile. En réalité, nous sommes constamment attaqués sur trois fronts par les tentations de la chair, du monde, et de Satan. Mais la bonne nouvelle, c’est qu’il existe une personne qui a traversé le même chemin que le nôtre et qui est en sorti victorieux. Son nom est Jésus. Non seulement la mort de Jésus nous donne la victoire sur la mort, mais sa vie est aussi l’exemple parfait de la victoire. « En conséquence, il a dû être rendu semblable en toutes choses à ses frères, afin qu'il fût un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, pour faire l'expiation des péchés du peuple ; car, ayant été tenté lui-même dans

ce

qu'il

a

souffert,

il

peut

secourir

ceux

qui

sont

tentés. » (Hébreux 2:17-18) Jésus fut tenté des mêmes manières que nous. On sait qu’il avait quatre frères et au moins deux sœurs. Il dut travailler. Il vécut une vie dont les circonstances se rapprochent beaucoup des nôtres. Les occasions pour pécher, faillir et ne pas mettre Dieu en premier n’ont pas manquées. Et pourtant, il a été victorieux. Même dans les pires moments. Les trois tentations Suite à son baptême par Jean Baptiste, Jésus se rendit dans le désert pendant quarante jours afin de jeûner. Jésus ne s’était pas fait baptiser pour se repentir de ses péchés comme les autres gens, mais pour une PAGE 222 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


raison bien différente. Il voulait s’identifier à la race humaine ; une race sous la colère de Dieu. Il voulait s’identifier à Adam et à Israël, qui tous deux avaient failli. Suite à cela, il lui restait encore une étape à accomplir avant de pouvoir commencer son ministère : passer le test auquel Adam et Israël avaient échoué. Adam avait été tenté dans le jardin et avait succombé. Israël avait été tenté dans le désert et avait péché. Maintenant, c’était au tour de Jésus de passer le test. Et s’il réussissait, il deviendrait non seulement le nouvel Adam, mais aussi le nouvel Israël. Et lorsque Jésus fut tenté, il était dans les pires conditions que l’on puisse imaginer. Il était faible, il venait de jeûner pendant quarante jours sans manger ni boire. On devine qu’il n’avait certainement pas beaucoup dormi non plus, étant dans un désert. Pour Satan, c’était le moment idéal, celui de passer à l’action. Cet homme qui n’avait encore jamais péché allait bientôt connaître les tentations les plus difficiles jamais imaginées. 1ère tentation « Le tentateur, s'étant approché, lui dit : Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. Jésus répondit : Il est écrit : L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. » (Matthieu 4:3)

PAGE 223 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


Pour bien comprendre l’amplitude des tentations auxquelles Jésus fit face dans ce désert, il faut les mettre en contexte et saisir comment elles l’affectèrent personnellement. Venant sur terre, Jésus était à la fois parfaitement humain et parfaitement Dieu. Deux natures dans la même personne. D’un côté il avait tous les attributs de Dieu, sa sainteté, son omnipotence, son omniscience, son omniprésence ; et de l’autre il devait surmonter les mêmes limites que n’importe quel autre humain, telle que la fatigue, la faim, la soif et même l’ignorance. Deux passages illustrent particulièrement bien ceci. En Jean 11, juste avant de ressusciter Lazare, Jésus fait cette grande déclaration   : «   Je suis   la résurrection et la vie   » (11:40), mais peu avant, il posait cette question : « Où est la tombe ? » (11:34). Au chapitre 4 du même évangile il déclare à la femme samaritaine : « celui qui boira de l'eau que je lui donnerai n'aura jamais soif, et l'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d'eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle » (4:14) ; mais juste avant, c’était lui qui demandait à boire. En effet, Jésus était réellement parfaitement Dieu et parfaitement homme. Maintenant, il est vrai que la plupart d’entre nous ne sommes pas souvent tentés à changer des pierres en pain. En réalité, cela ne semble pas très tentant. Mais pas pour Jésus. Jésus avait tous les pouvoirs de Dieu. Il aurait pu les utiliser n’importe quand. Mais jamais il n’agit sans se soumettre au Père. Il n’utilisa jamais ses propres pouvoirs pour son propre bénéfice. Et c’est là que Satan fut rusé. Imaginez avoir tous les PAGE 224 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


pouvoirs de Dieu. À chaque fois que vous avez faim, vous créez de la nourriture. Lorsque vous vous fatiguez, vous vous rechargez. Vous pouvez arrêter toutes les guerres sur la terre, pourvoir aux besoins de tous les orphelins, détruire toutes les maladies. Jésus avait ces pouvoirs là. Mais il ne les utilisa pas. « existant en forme de Dieu, n'a point regardé comme une proie à arracher d'être égal avec Dieu, mais s'est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et ayant paru comme un simple homme, il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix. » (Philippiens 2:6-8) Jésus se dépouilla. Il décida de ne rien faire sans être dépendant de Dieu et de son Esprit. Il était complètement soumis à la volonté de Dieu. Jésus avait totalement abandonné son ciel pour venir sur terre, et rien ne pourrait le faire changer d’avis. En utilisant la parole de Dieu, Jésus reprit Satan, et surmonta la première tentation. 2ème tentation « Le diable le transporta dans la ville sainte, le plaça sur le haut du temple, et lui dit : Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet ; et ils te porteront sur les mains, de peur que ton pied ne heurte contre une pierre. Jésus lui dit : Il est aussi écrit : Tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu. » (Matthieu 4:5-7)

PAGE 225 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


Satan apprend vite. Jésus s’était défendu en utilisant la parole. Alors Satan allait l’attaquer en utilisant lui aussi la parole pour le manipuler. Et alors il le mène en haut du temple et lui demande de sauter. Encore, une fois, il faut comprendre le contexte pour saisir l’amplitude de la tentation. Premièrement, le temple était en haut d’une colline. De son toit, c’était toute la ville de Jérusalem qui pouvait être observée. Et Jérusalem n’était pas n’importe quelle ville. C’était la citée choisie. Pour Jésus, le Messie, cela avait d’autant plus de signification. Jérusalem, c’est la ville du Roi. C’est la ville dans laquelle les plus grands événements de l’histoire d’Israël ont eu lieu. Imaginez Jésus contemplant cette ville. Sa ville. À ce moment, il devait probablement ressentir de fortes émotions. Jésus avait accompli son ministère principalement en Galilée et autour de Capernaüm. Et lorsque les villes des environs le rejetèrent, il prononça de violentes malédictions contre elles. Mais en ce qui concerne Jérusalem, Jésus avait pleuré plusieurs fois pour elle. Maintenant, imaginez Jésus en haut du temple ; d’un temple rempli de gens adorant Dieu, priant, et se rappelant les promesses de Dieu concernant un messie. Imaginez que tout d’un coup Jésus saute, et que des anges descendent du ciel et le posent paisiblement sur la terre. Imaginez la réaction des gens. Ils sont en train de prier, et tout d’un coup, un homme tombe du ciel étant porté par des anges. Ils se rappellent le Psaume 91, dont Satan cita un verset, et sans tarder PAGE 226 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


proclament Jésus comme messie ! Sans le moindre effort, en obéissant à Satan, Jésus pouvait obtenir la couronne et le trône qu’il méritait. Jésus savait que son ministère sur terre allait être difficile. Il savait qu’il allait être rejeté par son peuple et crucifié dans sa propre ville. L’implication de la tentation de Satan était simple   : il pouvait commencer un ministère qui le mènerait à la croix du calvaire, ou devenir roi tout de suite sans jamais avoir à souffrir. Jésus connaissait très bien les souffrances qui l’attendaient. Il savait quelle était l’intensité des douleurs qui allaient venir. Il savait qu’il allait être rejeté. Il devait faire un choix : gloire immédiate, ou souffrances à attendre. Il choisit la souffrance. Il choisit d’abandonner son corps complètement. Et en citant à nouveau le livre de Deutéronome, il reprit Satan et vainquit la seconde tentation. 3ème tentation « Le diable le transporta encore sur une montagne très élevée, lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire, et lui dit : Je te donnerai toutes ces choses, si tu te prosternes et m'adores. Jésus lui dit : Retire-toi, Satan ! Car il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul. » (Matthieu 4:8-10) Maintenant la dernière tentation, et certainement la plus difficile. Cette fois-ci Satan ne promet pas seulement Israël à Jésus, mais la terre entière. L’Egypte, l’Empire Romain, la Chine ; toute la richesse de la terre et ses plaisirs. Ce monde, Jésus le mérite. Il fut créé pour lui. Il lui appartient PAGE 227 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


de droit. En le lui proposant, Satan lui offre un raccourci. Celui de pouvoir être maître du monde sans pour autant monter sur la croix. Jésus avait vécu près de trente ans sachant que chaque jour le menait de plus en plus près du supplice. Il allait devoir prendre sur lui le poids du péché. Le poids horrible et infini de millions de péché. Il allait être maudit sur le bois. On voit dans le jardin de Gethsémani son agonie face à ses souffrances. Mais encore une fois, face à la tentation, Jésus cite la Bible et repousse Satan. Conclusion La nuit avant sa mort, Jésus dit à ses disciples   : «   Vous aurez des tribulations dans le monde ; mais prenez courage, j'ai vaincu le monde » (Jean 16:33). Jésus dut faire face aux pires tentations. Satan ne voulait pas le laisser mettre Dieu en premier dans sa vie. De même, il ne veut pas que nous connaissions une vie de victoire face à la tentation et que nous profitions d’une relation pleine et bénie en Dieu. Mais Jésus a vaincu le monde. Aucune tentation de fut trop difficile pour lui. Et il nous a laissé son Esprit. En son nom, nous avons la même puissance qui lui donna la victoire. Paul écrivait : « Aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter   » (1   Corinthiens 10:13). Avec Christ, nous pouvons vivre une vie de victoire. Nous pouvons surmonter les PAGE 228 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


tentations, peu importe ce qu’elles sont, et être de vrais adorateurs de Dieu. Jésus disait à la femme Samaritaine : « Mais l'heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande » (Jean 4:23). Jésus nous a laissé un exemple de quelqu’un qui vivait en étant complètement dépendant du Saint-Esprit et n’utilisant comme seule arme que la parole de Dieu, qui est la vérité. Pour être un vrai adorateur de Dieu, il faut imiter l’exemple que Christ nous a donné. Vivre par l’Esprit, en se nourrissant de la parole de Dieu et en la brandissant avec efficacité peu importe les situations. C’est le seul moyen de pouvoir adorer Dieu en esprit et en vérité et ainsi vivre une vie qui donne gloire à son nom.

PAGE 229 - À DEMAIN, PHILIPPE VIGUIER - PUBLIÉ PAR « UN POISSON DANS LE NET » À HTTP://UNPOISSONDANSLE.NET, LICENCE CREATIVE COMMONS BY-NC-SA 2.0 FR


A demain - l'adodation  

A demain, l'homme face à la gloire de Dieu - chapitre 18

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you