Page 1

TOUT L'U spécial IUFM def

14/03/07

18:03

Page 2

L E J O U R N A L D E L’ U N I V E R S I T É D E F R A N C H E - C O M T É

Hors-série

vers un projet commun pour la formation des maîtres

Hors-série

n°12

mars 2007

tout l’U Intégration de l’IUFM à l’Université

U


TOUT L'U spécial IUFM def

14/03/07

L’Institut universitaire de formation des maîtres (IUFM) Les personnels de l’IUFM de Franche-Comté : ◗ 23 enseignants chercheurs,

dont 3 professeurs des universités et 20 maîtres de conférences ◗ 56 enseignants du second degré, dont 26 professeurs agré-

gés, 28 professeurs certifiés, 1 professeur de lycée professionnel et 1 professeur d’enseignement général de collège (PEGC). ◗ 10 professeurs des écoles ◗ 36 personnels administratifs

ASU (Administration scolaire et universitaire) ◗ 49 personnels techniques dont 10 TOS (Techniciens, ouvriers et de service) et 39 ITRF (Ingénieurs techniques, administratifs, de recherche et formation) ◗ 1 magasinier en chef responsable de la bibliothèque. Université de Franche-Comté Direction de la communication 1, rue Claude Goudimel 25030 Besançon cedex communication@univ-fcomte.fr www.univ-fcomte.fr/toutlu

tout l’U

Hors-série no12

numéro réalisé en partenariat avec l’IUFM de Franche-Comté ■ Directeurs de la publication Claude Condé, Président de l’Université Daniel Van Labeke, Directeur de l’IUFM de Franche-Comté Vice-Président chargé de la communication Daniel Sechter Direction de la communication Maryse Graner (tél. 03 81 66 58 11) Rédaction Delphine Gosset (Média Science Besançon) delphine.gosset@amscience.com Coordination et diffusion Olivia Cœurdevey (tél. 03 81 66 58 86) Photographies Dominique Billot, Anne Forno, Georges Pannetton (tél. 03 81 66 58 95), Dominique Bouteiller, Photothèque AMB ■ Conception graphique Bouteiller communication Besançon ■ Réalisation Studio Philippe Bracco ■ Impression Néo Typo Besançon 10 000 ex. - ISSN 1166 7672 ce document n’est pas contractuel

2

Hors série tout l’U ■

18:03

Page 3

Missions

Implantation géographique

Les missions de l’IUFM couvrent l’ensemble du champ de l’éducation. Il forme les professeurs des écoles, les professeurs de collège et de lycée général, technologique ou professionnel, ainsi que les conseillers principaux d’éducation. Outre la préparation aux concours, il assure la formation professionnelle pendant l’année de stage qui suit l’obtention du concours et propose une offre de formation continue pour les enseignants en poste. Il apporte aux personnels concernés les connaissances nécessaires à la prise en charge du handicap dans l’enseignement spécialisé. Il forme également des formateurs. À ces missions s’ajoutent l’éducation aux technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE), la gestion d’une importante documentation rassemblée au sein de médiathèques, des activités de recherche et des relations internationales.

Le siège de l’IUFM de Franche-Comté se situe à Besançon, au Fort Griffon. Quatre autres centres sont répartis dans la région : à Vesoul, à Lonsle-Saunier, à Belfort et à Besançon (Montjoux). Chacun des centres départementaux gère la préparation au concours de professeur des écoles et la formation des professeurs stagiaires du second degré. Les locaux des centres départementaux appartiennent aux Conseils généraux. Certains d’entre eux disposent d’équipements spécifiques. Par exemple, l’IUFM de Lons dispose d’une piscine et d’une médiathèque partagée avec le Centre départemental de documentation pédagogique (CDDP).

Formations proposées L’IUFM de Franche-Comté offre une préparation aux concours de l’Éducation nationale : ■ Concours de recrutement de professeur des écoles (CRPE) ■ Certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement secondaire (CAPES) — allemand, anglais, espagnol — documentation — lettres modernes, lettres classiques — mathématiques — philosophie — histoire-géographie — physique-chimie — sciences économiques et sociales — sciences de la vie et de la terre ■ Certificat d’aptitude au professorat d’éducation physique et sportive (CAPEPS) ■ Certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement technique (CAPET) — économie et gestion — technologie ■ Certificat d’aptitude au professorat de lycée professionnel (CAPLP) — lettres - histoire — mathématiques - sciences — génie mécanique — génie électrique ■ Concours de recrutement de conseiller principal d’éducation (CPE)

Effectifs 2006-2007 CRPE CAPES CAPEPS CAPET CAPLP CPE TOTAL

1 re année 430 348 88 53 51 27 997

INTÉGRATION DE L’ IUFM À L’ UNIVERSITÉ

2 e année 174 156 11 14 4 6 365

■ UFC

Culture L’IUFM de Franche-Comté est le premier IUFM de France à s’être doté des salles d’exposition indépendantes : il s’agit du Gymnase à Besançon, de la salle Marc Bloch à Belfort, de l’Auditorium à Lons-le-Saunier et du Laboratoire à Vesoul. Chacune accueille plusieurs expositions annuelles autour desquelles un travail pédagogique est réalisé. Les professeurs stagiaires bénéficient d’une semaine culturelle à l’étranger, inscrite dans leur cursus de formation. Des clubs culturels ou sportifs permettent aux étudiants de pratiquer de nombreuses activités (peinture, arts du cirque, vidéo, théâtre…).

Responsables de centres Bernadette Cousson, responsable du centre IUFM de Besançon-Montjoux.

De gauche à droite : Yves Schubnel , responsable du centre IUFM de Belfort, Patrick Goux , responsable du centre IUFM de Vesoul, Christophe Maillard, responsable du centre IUFM de Lons-le-Saunier.

Directeurs adjoints De gauche à droite : Guy Cottet-Emard, Mathilde Bugnon-Henriet et Philippe Le Borgne, directeurs adjoints à l’IUFM de Franche-Comté.


TOUT L'U spécial IUFM def

14/03/07

18:03

Page 4

L’Université de Franche-Comté Missions L’Université de Franche-Comté (UFC) est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel relevant de la loi du 26 janvier 1984. Dans le cadre de l’autonomie définie par la loi et selon les termes de ses statuts, l’Université de Franche-Comté se reconnaît principalement les missions suivantes : — la recherche scientifique et technologique et la mise en valeur de ses résultats — l’enseignement et la formation initiale et continue,

notamment en ce qui concerne la formation des maîtres et celle des autres formateurs — le développement et la diffusion de la culture et de l’information scientifique et technique — la transmission et la valorisation du patrimoine culturel.

Pour atteindre les objectifs décrits ci-dessus, l’Université de Franche-Comté précise, en particulier dans l’article 4 de ses statuts, qu’elle « participe avec ses spécificités à l’ensemble des missions du ministère de l’Éducation nationale, notamment par ses recherches sur l’enseignement et les problèmes de l’éducation, ainsi que par son activité propre en formation initiale et continue des enseignants. Pour cela, elle maintient dans ces domaines une collaboration régulière avec les autres composantes du système éducatif…». ■ L’UFC compte 36 unités de recherche reconnues par le Ministère en charge de la recherche, dont 11 qui travaillent en collaboration étroite avec les grands organismes tels le CNRS, le CEA, l’INSERM et l’INRA. Elles couvrent les domaines lettres et sciences humaines et sociales, droit-économie-gestion, sciences de l’ingénieur et microtechniques, sciences de la vie et de la santé et sciences fondamentales. ■ Elle accueille 19 017 étudiants au 15 janvier 2007 répartis comme suit : 10 281 en licence, 4 517 en master, 736 en doctorat, 2 280 en DUT, le reste préparant d’ autres diplômes nationaux (agrégation) ou d’université. Les Unités de formation et de recherche (UFR) comptent respectivement 4 741 étudiants en Sciences du langage, de l’homme et de la société (SLHS), 1 965 en Sciences juridiques, économiques, politiques et de gestion (SJEPG), 2 544 en Sciences et techniques (ST), 3 345 en Sciences médicales et pharmaceutiques (SMP), 883 en Sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS), 1 273 en Sciences, techniques et gestion de l’industrie (STGI) et 101 à l’Institut supérieur d’ingénieurs de Franche-Comté (ISIFC). ■ L’Université de Franche-Comté compte : — 1 191 enseignants chercheurs et enseignants dont 750 professeurs et maîtres de conférences, hors disciplines médicales, et 274 enseignants du second degré. — 750 personnels BIATOSS c’est-à-dire de bibliothèque, ingénieurs, administratifs, techniciens, ouvriers et personnels de service et de santé.

L’intégration de l’IUFM à l’Université Historique

Le comité de pilotage

A la suite de la loi d’orientation de 1989, les Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) se sont mis en place en 1991. Au nombre de 31, ils ont remplacé les écoles normales d’instituteurs, les centres pédagogiques régionaux, qui formaient les professeurs du second degré et les écoles normales d’apprentissage destinées à certains professeurs de l’enseignement technique. Définis comme des établissements publics à caractère administratif, les IUFM sont placés sous la tutelle directe du ministre de l’Éducation nationale. En application de la loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école de 2005, ces IUFM sont appelés, d’ici à 2008, à devenir des écoles internes intégrées aux universités. Depuis le 1er janvier 2007, les IUFM d’Aix-Marseille et de Versailles le sont déjà, respectivement dans les universités d’Aix-Marseille I et de Cergy-Pontoise.

En Franche-Comté, un comité de pilotage comportant des membres de l’Université et de l’IUFM a été créé pour faire avancer le projet d’intégration lors de réunions régulières. Des commissions spécifiques permettent de régler des questions sur des thèmes précis comme la formation des maîtres, la formation permanente, le devenir des personnels, les documentalistes, les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) ou encore la recherche.

Colloque En Franche-Comté, l’IUFM et l’Université ont décidé de s’associer afin d’ouvrir le débat et d’organiser au mieux la collaboration et la discussion autour de la problématique de l’intégration universitaire de l’IUFM. À cette fin, en mars 2007, un colloque est ouvert à tous : enseignants, enseignants-chercheurs, instituteurs maîtres formateurs (IMF), personnels BIATOSS, étudiants et professeurs stagiaires. L’objectif de cette journée est d’apporter le plus de réponses possibles quant à l’avenir des IUFM. Des représentants de l’IUFM et de l’UFC impliqués dans le projet participent au bilan des différentes commissions mises en place à ce sujet. Également partie prenante : un représentant du ministère, le Recteur de l’académie de Besançon, ainsi que le représentant d’une université et de son IUFM ayant souhaité anticiper l’intégration dans le cadre d’un projet pilote.

Pré-inscriptions : www.fcomte.iufm.fr

La composition du comité de pilotage ■ Université de Franche-Comté

■ IUFM de Franche-Comté

◗ Claude Condé Président ◗ Joël Berger Vice-président ◗ Daniel Rondot Vice-président ◗ Thierry Moulin Vice-Président pour le Conseil scientifique, CS ◗ Isabelle Jacques Vice-Présidente pour le Conseil des études et de la vie étudiante, CEVU ◗ Louis Bérion Secrétaire général ◗ Hugues Bittard Directeur UFR SMP ◗ Jacqueline Callier Directrice UFR STAPS ◗ Didier Chamagne Directeur UFR STGI ◗ Antonio Gonzales Directeur UFR SLHS ◗ Abderrazzak Kadmiri Directeur UFR ST ◗ Pierre-Henri Morand Directeur UFR SJEPG

◗ Daniel Van Labeke Directeur ◗ François Naizot Secrétaire général ◗ Philippe Le Borgne Directeur adjoint ◗ Mathilde Bugnon-Henriet Directrice adjointe ◗ Guy Cottet-Emard Directeur adjoint

forum un espace de discussion est ouvert sur le site de l’Université de Franche-Comté : www.univ-fcomte.fr/pages/fr/ colloque_iufm_5161.html

Hors série tout l’U ■

INTÉGRATION DE L’ IUFM À L’ UNIVERSITÉ

■ UFC

3


TOUT L'U spécial IUFM def

14/03/07

18:03

Page 5

Points de vue croisés sur l’intégration d ■ Patrick Goux Responsable du Centre IUFM de Vesoul

■ Brahim Guizal

Responsable administratif et de gestion du centre IUFM de Lons-le-Saunier

Maître de conférences à l’UFR Sciences et techniques Préparation au CAPES de physique-chimie - 1ère année de formation des professeurs des lycées et collèges (PLC1)

Je n’ai pas suffisamment d’informations pour avoir une opinion tranchée sur l’intégration de l’IUFM à l’Université. Par exemple, nous ne savons pas si les budgets de fonctionnement de l’IUFM vont rester les mêmes, ni si nous allons conserver une certaine autonomie financière pour une gestion locale. Les différents centres IUFM départementaux (Belfort, Vesoul, Lons-le-Saunier) bénéficient de forts soutiens de la part des conseils généraux. Les locaux du centre IUFM de Lons-leSaunier appartiennent au Conseil général

L’intégration de l’IUFM à l’Université m’apparaît comme parfaitement logique. Dans la filière physique-chimie, il y a une continuité entre les contenus académiques des enseignements dispensés à l’Université et à l’IUFM. L’année PLC1 de préparation au concours consiste en une révision intensive des connaissances acquises au cours des trois précédentes années de licence, en vue de l’épreuve écrite. En outre, une partie de la formation des professeurs des lycées et collèges s’effectue déjà dans les locaux de

■ Patrick Chatot

« Beaucoup de questions restent en suspens » du Jura qui s’investit beaucoup pour nous soutenir. Si des incertitudes ont pesé sur le devenir de ces différents centres, leur maintien est désormais convenu. L’avenir des services d’hébergement et de restauration rendus par certains centres IUFM est plus incertain. Ces services, très appréciés, permettent aux étudiants de se nourrir et de se loger à des prix modiques et représentent des lieux d’échanges où se créent des liens. Or, l’Université n’a pas de services équivalents, ceux-ci étant gérés par le CROUS*, qui est absent dans le Jura. Ces services pourront-ils être maintenus et, si oui, l’IUFM continuera-til à en assurer la gestion ? Que va-t-il advenir du personnel qui fait fonctionner ces services ? De façon plus générale, quel sera le statut des personnels qui, à Lonsle-Saunier, sont pour le moment tous personnels d’État de l’Éducation nationale (TOS) ? Beaucoup de questions restent en suspens… Mais je pense que nous trouverons des réponses avec le temps ! * Centre régional des œuvres universitaires et sociales

4

Hors série tout l’U ■

« Les relations sont déjà tissées » l’Université avec des enseignants universitaires. Les relations sont déjà tissées ! L’intégration de l’IUFM à l’Université permettra d’éviter toute rupture au cours de ce parcours. Une même équipe pédagogique aura connaissance de tout le cursus. C’est déjà partiellement le cas : les intervenants universitaires représentent actuellement un peu moins de la moitié des formateurs impliqués dans l’année de préparation au CAPES de physique chimie. Il n’y aura pas de véritable changement de ce point de vue. Par ailleurs, cette intégration devrait faciliter la mise en place de passerelles entre les formations au métier d’enseignant et certains masters. Les étudiants de l’IUFM qui poursuivent leur cursus ne sont pas rares, tout comme ceux qui, à l’inverse, se tournent vers l’IUFM après s’être inscrits en master. La perspective d’ouvrir l’accès à ces diplômes pour des professeurs certifiés est également intéressante, même si nous ne savons pas à l’heure actuelle comment ces équivalences pourront être mises en place.

INTÉGRATION DE L’ IUFM À L’ UNIVERSITÉ

■ UFC

Dans les centres départementaux, nous assurons la préparation au CRPE* ainsi que la formation professionnelle des professeurs des écoles du département et des professeurs de lycées et collèges stagiaires, conformément aux plans de formation établis par l’IUFM. Nous organisons la mise en place des stages et assurons, en partenariat avec l’inspection académique, la formation continue des personnels enseignants. Tout cela nécessite une ingénierie pédagogique rigoureuse (préparation et exploitation des stages, suivi des stagiaires, articulation avec les enseignements…), des relations régulières avec les inspections académiques et une excellente connaissance du terrain. Nous sommes également à l’écoute des stagiaires et présents pour répondre à

« Maintenir la fonction des responsables de centre » leurs questions. Les responsables de centres ont aussi un rôle de coordinateur pédagogique. Leur fonction est d’être le relais de la politique générale de l’IUFM de Franche-Comté dans les départements et de gérer l’environnement du centre et l’accueil de tous nos partenaires (Éducation nationale, Conseil général…). Dans le cadre de l’intégration de l’IUFM à l’Université, il me paraît important de maintenir cette fonction dans sa forme actuelle, car elle requiert beaucoup de disponibilité. Le responsable est au centre d’un ensemble de liens qui repose sur la réactivité et la proximité. Nous avons beaucoup d’interrogations au sujet de cette intégration. Les professeurs d’université interviendront-ils davantage dans la formation ? Quelles seront les spécificités des formateurs de l’IUFM ? Quelle sera leur place dans les parcours de licence ? Quel sera le statut des maîtres formateurs du premier degré et des autres personnels ? * Concours de recrutement de professeur des écoles


TOUT L'U spécial IUFM def

14/03/07

18:03

Page 6

de l’IUFM à l’Université ■ Sandra Rodot Professeur agrégé Formation des professeurs des écoles, formation des professeurs des collèges et lycées en sciences de la vie et de la terre, formation continue des enseignants

■ Jacqueline Callier

■ François Rey

Directrice de l’UFR Sciences et techniques des activités physiques et sportives -STAPS

Stagiaire professeur des écoles en 2 e année de formation

Nos inquiétudes proviennent de l’absence, à l’heure actuelle, d’un cadre clairement défini par le ministère pour fixer les modalités d’intégration de l’IUFM à l’Université. Les textes laissent beaucoup de liberté à l’interprétation. Cela risque de conduire à des disparités régionales selon la façon dont cette intégration sera négociée avec chaque université de tutelle. Nos interrogations portent en particulier sur la formation des professeurs des écoles (PE) qui consiste actuellement en une année PE1 de préparation au concours et une année PE2 de stage. Alors que pour les préparations des concours de recrutement des professeurs de lycée et de collège (PLC1) beaucoup de choses se font déjà en collaboration avec l’Université, l’année PE1 n’a pas d’équivalent

Initialement, l’UFR STAPS avait pour mission de former les futurs professeurs d’éducation physique et sportive (EPS) et de préparer au CAPEPS. L’IUFM a été chargé de cette préparation, mais ne disposait pas des ressources humaines nécessaires. C’est pourquoi l’UFR STAPS est restée le pilote et l’organisateur de l’année PLC1 de préparation au CAPEPS pour l’IUFM. L’intégration universitaire de l’IUFM m’est toujours apparue comme un atout pour l’Université, avec l’apport de forces humaines, de thématiques nouvelles et une avancée dans la réflexion sur les métiers à venir dans le domaine de l’éducation. La collaboration avec les membres de l’IUFM permettra par exemple de réfléchir aux contenus de notre licence Education et

Je trouve actuellement la formation IUFM satisfaisante. Selon les cycles d’enseignement*, les contraintes du métier de professeur des écoles ne sont pas les mêmes, surtout en ce qui concerne l’école maternelle. Chacun de ces cycles requiert une formation spécifique, réalisée par l’IUFM au cours de la deuxième année. Depuis la rentrée 2006, un premier stage, dit « stage filé », consiste à prendre en charge une même classe un jour par semaine pendant l’année entière. Pour compléter la formation, nous avons également la responsabilité d’une classe dans les deux autres cycles lors de stages de trois semaines. De façon générale, nous sommes satisfaits de pouvoir suivre la progression des élèves sur l’année, même si l’instauration de ce

« Des inquiétudes face à un certain manque de cadrage ministériel » universitaire. Nous craignons que cette première année de formation ne reste pas sous la responsabilité de l’IUFM. Si, à l’avenir, celui-ci conservait seulement la charge des années de formation professionnelle post-concours, nos missions s’en trouveraient considérablement restreintes. Nous avons des préoccupations de même nature en ce qui concerne les activités de formation continue de l’IUFM. La qualité des formations à venir suscite également des inquiétudes. L’accent va être mis sur la formation en alternance. Or, celle-ci doit impérativement être tutorée par des enseignants référents sur le terrain. C’est le cas pour la formation PLC, mais pas pour les stagiaires PE2 qui ont, depuis cette année, une classe à prendre en charge un jour par semaine, sans tuteur dans leur établissement d’accueil. Le ministère semble ne plus vouloir de formateurs permanents à l’IUFM. Ceux-ci seront progressivement amenés à avoir leurs propres classes dans un établissement scolaire. La mission de ces formateurs, moins disponibles, risque alors d’en souffrir.

« Une avancée dans la réflexion sur les futurs métiers de l’éducation » motricité pour améliorer la préparation aux concours, y compris celui du professorat des écoles. Le rapprochement existe donc, tant au niveau de la recherche que de l’enseignement. L’UFR STAPS a mis en place (en collaboration avec l’UFR SLHS*) un master dans le domaine de l’éducation intitulé Lettres, langues, sciences du langage, spécialité Sport, langages et intervention (SLI). Le parcours professionnel de ce master s’appuie sur une réflexion sur les métiers de cadres concepteurs de formations aptes à construire des systèmes éducatifs privés, publics ou européens. L’équipe de recherche sur laquelle s’appuie ce master comporte des enseignantschercheurs de l’Université et de l’IUFM travaillant ensemble au sein d’un même laboratoire. Nous aimerions continuer à réfléchir avec l’IUFM aux divers métiers de l’intervention par le sport, comme nous le faisons déjà en collaboration avec d’autres UFR au niveau national.

« L’expérience du terrain est essentielle » système de stage a alourdi notre charge de travail. Dans ce métier, l’expérience s’acquiert jour après jour, année après année, auprès d’élèves toujours différents. En tant qu’enseignants débutants, nous avons la chance d’avoir partiellement accès à ce capital d’expérience via les Instituteurs maîtres formateurs (IMF) et nos formateurs de l’IUFM qui sont d’anciens professeurs des écoles ou instituteurs. Ils connaissent la réalité et les problèmes de l’enseignement. Pour maintenir la qualité de la formation dans le cadre de l’intégration de l’IUFM à l’Université, il me paraît essentiel que ces postes soient conservés. La formation professionnelle doit rester assurée par des personnes qui ont une forte expérience du terrain. * Cycle 1 : maternelle - Cycle 2 : de la grande section de maternelle à la fin du CE1 - Cycle 3 : du CE2 au CM1

*UFR Sciences du langage, de l’homme et de la société

Hors série tout l’U ■

INTÉGRATION DE L’ IUFM À L’ UNIVERSITÉ

■ UFC

5


TOUT L'U spécial IUFM def

14/03/07

18:03

■ Anne Sancier-Chateau Recteur d’académie, Chancelier des Universités L’IUFM de Franche-Comté intègre très naturellement l’Université de FrancheComté, seule université dans notre région. Les deux établissements ont manifesté une grande volonté de collaboration. Daniel Van Labeke, actuel directeur de l’IUFM, est à la fois un universitaire brillant et un formateur IUFM expérimenté. Nous sommes donc dans les meilleures conditions pour que cette intégration s’effectue en souplesse et sans heurt. Les questions qui touchent au statut respectif des professeurs formateurs (premier et second degré) trouvent réponse dans l’article 713-9 du Code de l’Éducation, donnant à l’IUFM le statut d’école interne, intégrée à l’Université et constituée de deux corps correspondant au premier et au second degré. L’IUFM bénéficiera d’une grande autonomie de fonctionnement en cohérence, bien évidemment, avec les dispositifs administratifs de l’Université. L’Université accroît son domaine de responsabilités en accueillant l’IUFM. Au Recteur, assisté des corps d’inspection, revient la mission de conseil, de pilotage et d’évaluation de la formation, notamment dans le cadre de la Commission nationale de validation et de formation des maîtres. Ensemble, l’IUFM et l’Université pourront assurer une meilleure jonction entre les parcours et les diplômes, pour une formation initiale et continue des enseignants rénovée et adaptée aux évolutions de notre temps.

6

Hors série tout l’U ■

Page 7

Vers un projet commun pour la formation des maîtres ■ Claude Condé

■ Daniel Van Labeke

Président de l’Université de Franche-Comté

Directeur de l’IUFM de Franche-Comté

Disjoindre de l’Université la formation professionnelle des enseignants m’est toujours apparu comme peu compréhensible. L’Université a une mission fondamentale de formation des grands serviteurs de la République. L’intégration de l’IUFM dans l’Université doit se faire dans l’intérêt des stagiaires, des étudiants, avec le respect des personnels, de leurs statuts, de leurs prérogatives, de leur expérience. Personne, quel que soit son statut, n’a à redouter, en quelque manière que ce soit, l’Université. Nous avons plus qu’ailleurs l’habitude de la transparence, de la démocratie et de la décision prise en commun. Nous avons plus qu’ailleurs l’expérience de la gestion de composantes autonomes.

L’intégration des IUFM dans les universités représente l’aboutissement d’un lent processus d’évolution de la formation des enseignants. La gestion de cette formation au sein d’un même établissement : l’Université, devrait permettre la mise en place d’un dispositif homogène et plus fonctionnel. Nous devons élaborer des parcours cohérents afin que les futurs enseignants du premier, comme du second degré, puissent accéder, après l’IUFM, à des masters. Cela leur permettra une poursuite des études et éventuellement l’accès à la mobilité européenne. Les nombreuses craintes exprimées vis-à-vis du processus d’intégration sont infondées. Celui-ci se fera selon les conditions de l’article 713-9 du Code de l’éducation, ce qui suppose un budget dérogatoire. J’ai d’ailleurs des garanties du ministère sur le maintien de ce budget en 2007. Tout le personnel actuellement en poste sera intégré et des procédures spécifiques seront mises en place pour le recrutement des personnels de l’enseignement du primaire et du secondaire. J’ajoute qu’aucun des centres départementaux ne fermera. Beaucoup de travail nous attend pour établir en détail, avec l’Université de Franche-Comté, toutes les modalités de cette intégration. Toutes les mesures garantissent le maintien et le développement du potentiel de formateurs et de formations, afin de mettre en œuvre à tous les niveaux (Licence et IUFM) le nouveau cahier des charges de la formation des maîtres dans l’intérêt des étudiants, des stagiaires et du système éducatif.

Face aux inquiétudes légitimes qui se sont exprimées, l’Université de Franche-Comté a pris un certain nombre d’engagements. L’encadrement pluri-catégoriel reposant sur des formateurs relevant de différents corps sera conservé. Les activités de restauration et d’hébergement des usagers de l’IUFM (étudiants, stagiaires, formateurs) seront poursuivies dans les différents centres locaux, en convention avec le CROUS, les départements et l’académie. Nous trouverons avec intelligence les voies de l’intégration pour tous avec comme objectif qu’il n’y ait aucune exclusion.

INTÉGRATION DE L’ IUFM À L’ UNIVERSITÉ

■ UFC


TOUT L'U spécial IUFM def

14/03/07

18:03

Page 8

Un nouveau cadre pour la formation des maîtres

Code de l’éducation, article L. 713-9 ◗ Les instituts et les écoles faisant partie des universités sont administrés par un conseil élu et dirigés par un directeur choisi dans l’une des catégories de personnels qui ont vocation à enseigner dans l’institut ou l’école, sans condition de nationalité. Les directeurs d’école sont nommés par le ministre chargé de l’enseignement supérieur sur proposition du conseil et les directeurs d’instituts sont élus par le conseil. Leur mandat est de cinq ans, renouvelable une fois. Le conseil, dont l’effectif ne peut dépasser 40 membres, comprend de 30 à 50 % de personnalités extérieures ; les personnels d’enseignement et assimilés y sont en nombre au moins égal à celui des autres personnels et des étudiants. Le conseil élit pour un mandat de trois ans, au sein des personnalités extérieures, celui de ses membres qui est appelé à le présider. Le mandat du président est renouvelable. ◗ Le conseil définit le programme pédagogique et le programme de recherche de l’institut ou de l’école dans le cadre de la politique de l’établissement dont il fait partie et de la réglementation nationale en vigueur. Il donne son avis sur les contrats dont l’exécution le concerne et soumet au conseil d’administration de l’université la répartition des emplois. Il est consulté sur les recrutements. ◗ Le directeur de l’institut ou de l’école prépare les délibérations du conseil et en assure l’exécution. Il est ordonnateur des recettes et des dépenses. Il a autorité sur l’ensemble des personnels. Aucune affectation ne peut être prononcée si le directeur de l’institut ou de l’école émet un avis défavorable motivé. ◗ Les instituts et les écoles disposent, pour tenir compte des exigences de leur développement, de l’autonomie financière. Les ministres compétents peuvent leur affecter directement des crédits et des emplois attribués à l’université.

L’intégration de l’IUFM à l’Université est l’occasion de rénover la formation des maîtres, conformément aux recommandations ministérielles Plus de continuité La question des formations est l’enjeu central de l’intégration des IUFM aux universités. Actuellement concentrées sur deux années, dont une de préparation aux concours et une de stage, les formations s’étaleront sur une période plus longue. Certains stages obligatoires, par exemple l’observation en milieu scolaire, pourront avoir lieu dès la licence. Des modules spécifiques adaptés aux étudiants qui se destinent à l’enseignement, comme il en existe déjà dans certaines filières, seront développés. Conformément au nouveau cahier des charges pour la formation des maîtres (cf. encadré ci-contre), les enseignants resteront désormais en poste dans la même académie au cours des deux années qui suivent la formation professionnelle. De ce fait, ils pourront bénéficier de compléments de formation et de l’accompagnement d’un enseignant référent. Le statut des stagiaires fonctionnaires, inédit à l’Université, va supposer un renforcement des liens avec le Rectorat qui les emploie.

Des masters dans le domaine de l’éducation Le fait que la formation à l’IUFM s’inscrive dans les cursus universitaires européens facilitera la mobilité des étudiants et des enseignants. Le rapport annexé à la loi pour l’avenir de l’école ne prévoit pas la délivrance d’un master à l’issue de la formation en IUFM, mais donne la possibilité d’attribuer une partie des crédits ECTS 1 requis pour ce diplôme. Le nombre de crédits correspondant aux unités de formation suivies à l’IUFM sera fixé par l’Université, et les stages réalisés les deux premières années d’exercice pourraient donner lieu à la délivrance d’ECTS supplémentaires. Les concours de l’enseignement sont très sélectifs en raison du nombre limité de postes. Pour les étudiants ayant échoué au

Hors série tout l’U ■

concours, comme pour les enseignants en quête de reconversion, la reconnaissance de leur formation en tant que cursus universitaire donnera l’opportunité de compléter un master orienté vers les métiers de l’éducation. L’IUFM et l’Université collaboreront pour élaborer de nouvelles formations dans ce domaine.

L’apport

Le 4 janvier 2007, et pour la troisième fois depuis 2001, un nouveau cahier des charges de la formation des maîtres en IUFM est paru au journal officiel. L’état y fixe le contenu de la formation professionnelle des enseignants. Une partie des modifications de cette formation se fera dans le cadre de l’intégration universitaire de l’IUFM, même s’il s’agit de deux aspects distincts des réformes gouvernementales. Ce nouveau cahier des charges s’inspire de la mise en place du socle commun de connaissances et de compétences que tout élève devra désormais maîtriser à l'issue de la scolarité obligatoire et les programmes du collège (Loi du 23 avril 2005 d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école - article L. 122-1-1 du Code de l’éducation).

 pour en savoir plus Bulletin officiel n°1 du 4 janvier 2007. Ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche. http://www.education.gouv.fr/bo/ 2007/1/MENS0603181A.htm

de la recherche Le Haut conseil de l’éducation 2 recommande d’initier les maîtres à l’exploitation et à la transposition des résultats des recherches, en sciences de l’éducation notamment, dans leur exercice quotidien du métier. L’intégration de l’IUFM à l’Université devrait œuvrer dans ce sens. L’IUFM de Franche-Comté compte une trentaine d’enseignants impliqués dans des travaux de recherche (dont 23 enseignantschercheurs), qui, pour la plupart, travaillent déjà dans des laboratoires de l’Université. Les deux tiers d’entre eux mènent des investigations dans les domaines de l’éducation et de la formation. Il n’existe pas actuellement de laboratoire universitaire consacré à des recherches sur ces thématiques. L’intégration sera peut-être l’occasion de constituer de nouvelles équipes. 1/ European Credit Transfer System : système européen de transfert et d’accumulation de crédits. 2/ Le Haut Conseil de l'Éducation est un organisme consultatif indépendant institué par l'article 14 de la loi du 23 avril 2005 d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école. Il remplace le Conseil national des programmes et le Haut Conseil de l'évaluation de l'école.

INTÉGRATION DE L’ IUFM À L’ UNIVERSITÉ

■ UFC

7


TOUT L'U spécial IUFM def

14/03/07

18:03

Page 1

Université de Franche-Comté

Institut universitaire de formation des maîtres

■ Présidence 1 rue Claude Goudimel 25030 Besançon cedex tél. 03 81 66 66 66

■ Siège de l’IUFM de Franche-Comté Fort Griffon 25042 Besançon Cedex tél. 03 81 65 71 00

■ UFR des Sciences médicales et pharmaceutiques (SMP) http://medecine-pharmacie.univ-fcomte.fr Place Saint-Jacques 25030 Besançon cedex tél. 03 63 08 22 00 ■ UFR Sciences et techniques (ST) http://sciences.univ-fcomte.fr 16 route de Gray 25030 Besançon cedex tél. 03 81 66 69 51 ■ UFR Sciences juridiques, économiques, politiques et de gestion (SJEPG) http://sjepg.univ-fcomte.fr La Bouloie 45 D avenue de l'Observatoire 25030 Besançon cedex tél. 03 81 66 65 30 ■ UFR Sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) http://ufrstaps.univ-fcomte.fr 31 rue de l'Epitaphe 25000 Besançon tél. 03 81 66 67 90 ■ UFR Sciences, techniques et gestion de l'industrie (STGI) http://stgi.univ-fcomte.fr Pôle universitaire BP 71427 25211 Montbéliard cedex tél. 03 81 99 46 62

■ Institut supérieur d’ingénieurs de Franche-Comté (ISIFC) http://isifc.univ-fcomte.fr tél. 03 81 66 61 09 ■ IUT Besançon-Vesoul http://iut25-70.univ-fcomte.fr Antenne de Besançon tél. 03 81 66 68 00 Antenne de Vesoul tél. 03 84 75 95 06 ■ IUT Belfort-Montbéliard http://www.iut-bm.univ-fcomte.fr Antenne de Belfort tél. 03 84 58 77 00 Antenne de Montbéliard tél. 03 81 99 46 00 ■ Institut d'administration des entreprises (Besançon) http://iae.univ-fcomte.fr tél. 03 81 66 66 39

■ Centre de Belfort Centre Marc Bloch 55 Faubourg des ancêtres 90005 Belfort Cedex tél. 03 84 36 61 03 ■ Centre de Besançon 57 avenue de Montjoux 25000 Besançon tél. 03 81 65 70 02 ■ Centre de Lons-le-Saunier 23 rue des écoles 39000 Lons-le-Saunier tél. 03 84 47 08 12 ■ Centre de Vesoul Route de Saint-Loup 70000 Vesoul tél. 03 84 97 30 56 / 63

■ Institut de préparation à l’administration générale (Besançon) http://sjepg.univ-fcomte.fr tél. 03 81 66 61 45 ■ Organigramme

■ Organigramme

Président : Claude Condé Secrétaire Général : Louis Bérion Agent Comptable : Gilles Moiton Vice-Présidents : Daniel Sechter, Daniel Rondot, Joël Berger, Thierry Moulin, Isabelle Jacques, Émilie Stempf.

Directeur : Daniel Van Labeke Directrice adjointe : Mathilde Bugnon-Henriet Directeur adjoint : Guy Cottet-Emard Directeur adjoint : Philippe Le Borgne Secrétaire général : François Naizot Agent comptable : Marie-Paule Jeambrun

Directeurs d’UFR : Antonio Gonzales (SLHS) Hugues Bittard (SMP) Abderrazzak Kadmiri (ST) Jacqueline Callier (STAPS) Pierre-Henri Morand (SJEPG) Didier Chamagne (STGI).

www.univ-fcomte.fr

Responsables de centres : Yves Schubnel (Belfort) Bernadette Cousson (Besançon-Montjoux) Christophe Maillard (Lons-le-Saunier) Patrick Goux (Vesoul)

franche-comté

■ UFR Sciences du langage, de l'homme et de la société (SLHS) http://slhs.univ-fcomte.fr 30 rue Mégevand 25030 Besançon cedex tél. 03 81 66 53 10

http://www.fcomte.iufm.fr

Tout l'Ufc / hs n°12 - special IUFM  

Tout l'UFC hors série n°12 Dossier : intégration de l'IUFM Parution : mars 2007