Page 1

LE JOURNAL DE LA RECHERCHE ET DU TRANSFERT DE L’ARC JURASSIEN

Le dossier //////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Horlogerie, la passion à haute complication ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Lumière sur la physique : une médaille d’argent pour John Dudley Prévoir les défaillances des systèmes industriels Cursus Master en Ingénierie : l’université de Franche-Comté pionnière Remonter le temps jusqu’à Lip

numéro 249 - septembre-octobre 2013 //////////////////////////////////


Le sommaire ///////////////////////////////////////////////////////////////////////// Les Actualités //////////////////////////////////////////////////////////////////// 4 Lumière sur la physique : une médaille d’argent pour John Dudley Nouveau trait d’union franco-suisse Prévoir les défaillances des systèmes industriels L’Établissement français du sang poursuit sa démarche qualité Plusieurs inconnues pour une double équation… ludique ! Premier trimestre : mathématiques Symposium BraNetix 2013 Le roman historique médiéval dans la littérature de jeunesse Retour aux sources. Les anciens des antiques, les antiques des modernes La haine Les voyages de l’âme en Inde et en Grèce anciennes Environnement et (post)humain en Écosse La conception du monde chez les Shadoks « La vie privée à l’ère du numérique » « De l’histoire pour enseigner les sciences ! » « Paysages et environnement : de la reconstitution du passé aux modèles prospectifs » le projet ////////////////////////////////////////////////////////////////////////// 11 Santé et environnement tissent des liens cosmopolites Le Dossier ///////////////////////////////////////////////////////////////////////// 12 Horlogerie, la passion à haute complication La formation ///////////////////////////////////////////////////////////////////// 20 Cursus Master en Ingénierie : l’université de Franche-Comté pionnière l’analyse /////////////////////////////////////////////////////////////////////////// 22 À la ferme ou à l’université, transmettre est affaire de liens Terre d’inventeurs //////////////////////////////////////////////////////////// 23 Remonter le temps jusqu’à Lip

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


les actualités /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Lumière sur la physique : une médaille d’argent pour John Dudley

Le supercontinuum est un mécanisme d’optique non linéaire à l’origine de la production de lumière blanche comportant toutes les longueurs d’onde du visible, et plus encore, à partir d’une impulsion spectralement étroite. Au début des années 2000, le supercontinuum est identifié, cependant les processus qu’il met en œuvre restent encore un mystère. John Dudley vient de rejoindre les rangs de l’université de Franche-Comté depuis sa NouvelleZélande natale, et il est l’un des rares spécialistes au monde à observer la génération de lumière blanche par une impulsion laser femtoseconde dans un nouveau type de fibre optique, à cristaux photoniques. Ces travaux permettent d’expliquer le supercontinuum en 2003, et en 2006, John Dudley publie dans Reviews of modern physics un article qui très vite devient une référence mondiale, à l’influence considérable. Cet article fondateur donne une visibilité extraordinaire au domaine, et ouvre le champ à de nouvelles explorations. La génération de supercontinuum devient un phénomène optique clé pour des applications en métrologie des fréquences, en télécommunications, notamment par le multiplexage en longueur d’onde, en spectroscopie, en tomographie… C’est aussi un véritable sésame qui autorise John Dudley, avec la bénédiction de la communauté internationale, à poursuivre ses investigations pour expliquer la formation des terrifiantes vagues scélérates. En 2010, partant d’une solution mathématique dite de Peregrine, à laquelle il apporte sa caution, il démontre, par analogie entre la propagation de la lumière et celle de l’eau, les processus à l’œuvre dans l’océan, qu’il est capable avec ses collaborateurs

Photo Ludovic Godard - UFC

Éminent spécialiste de la génération de supercontinuum en optique non linéaire, John Dudley voit ses travaux distingués par une éclatante médaille d’argent du CNRS, qui lui sera remise le 11 octobre prochain à Besançon.

de reproduire dans une fibre optique (cf. en direct n° 233, novembre - décembre 2010). Début 2012, il reçoit du Conseil européen de la recherche une Advanced Grant de 1,8 million d’euros pour un projet partagé avec Dublin dans un domaine connexe. Il s’agit là encore d’utiliser des outils mathématiques, cette fois pour modéliser la force et la hauteur des vagues océaniques et concevoir des murs de protection contre ces forces de la nature. Parole d’expert

« En matière d’optique non linéaire, l’Institut FEMTO-ST est l’un des très rares laboratoires au niveau mondial à mêler théorie et expérience, ce qui nous donne une avance incomparable et une équipe très bien formée », se réjouit John Dudley qui tient par ailleurs à souligner « la liberté extraordinaire dont on dispose en France pour suivre des recherches basées sur la curiosité, un des fondements de la science trop souvent oublié ! » Membre de l’Institut universitaire de France en 2005, tout récemment élu président de la Société européenne de physique, une société savante forte de quelque trois mille membres, John Dudley se déclare très honoré de recevoir la médaille d’argent CNRS qui lui est décernée par l’Institut des sciences de l’ingénierie et des systèmes (INSIS), et de la reconnaissance qu’elle apporte à ses travaux, à la frontière entre physique fondamentale et applications. ÆContact : John Dudley Département d’optique Institut FEMTO-ST Université de Franche-Comté / ENSMM / UTBM / CNRS Tél. (0033/0) 3 81 66 64 94 john.dudley@univ-fcomte.fr

4  /////////////////////////////////////////////////////////////////////////// En Direct n°249 - septembre - octobre 2013


les actualités /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Nouveau trait d’union franco-suisse en direct renforce sa vocation de journal de la recherche et du transfert de l’Arc jurassien en accueillant dans ses pages la Haute Ecole Arc. La Haute Ecole Arc est l’une des cinq entités de la Haute Ecole Spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO), elle-même intégrée au réseau des hautes écoles spécialisées recouvrant l’ensemble du territoire helvétique. La Haute Ecole Arc regroupe les écoles d’enseignement supérieur spécialisé des cantons de Neuchâtel, du Jura et de la partie francophone du canton de Berne (Jura bernois). Comme ses sœurs de Fribourg, Genève, Valais, Vaud, et ses cousines de toute la Suisse, elle offre à ses 2 500  étudiants des formations de niveau universitaire fortement orientées vers le domaine applicatif. Ses quatre pôles de compétences, l’ingénierie, la gestion, la santé et la conservation-restauration proposent chacun leurs spécialités, respectivement, et pour le niveau bachelor (licence française) : développement logiciel et multimédia, automatique et systèmes embarqués, microtechnologies et électronique, horlogerie, génie industriel, conception de systèmes mécaniques, conception ergonomique et design  ; économie d’entreprise, informatique de gestion, droit économique (business law) ; soins infirmiers  ; conservation de biens culturels. Les bachelors en économie d’entreprise, en infor-

matique de gestion et en droit des affaires sont accessibles aux personnes exerçant une activité extérieure. Certains cursus peuvent se poursuivre jusqu’au master. Par ailleurs, l’école propose de nombreuses formations postgrade et continues courtes. Partenaires de longue date, la Haute Ecole Arc, l’UTBM et l’ENSMM affirment leur collaboration depuis quelques années dans le projet Arc Europe, une structure institutionnelle transfrontalière définie comme « espace d’enseignement et de recherche de l’Arc jurassien ». ÆContact : Mathias Froidevaux Direction de la communication - Haute Ecole Arc - www.he-arc.ch Tél. (0041/0) 32 930 11 07 - mathias.froidevaux@he-arc.ch

Le bâtiment de la Haute Ecole Arc à Neuchâtel, inauguré en 2011, longe les quais de la gare, permettant un accès direct à l’établissement

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Prévoir les défaillances des systèmes industriels Anticiper la panne, empêcher l’accident, éviter l’urgence : c’est pour aider l’entreprise à mieux gérer son outil de production que le projet de « maintenance prédictive » MainPreSI vient d’être lancé entre chercheurs et industriels français et suisses. Les dispositifs de Prognostic and Health Management (PHM) font appel à des compétences en automatique, mécanique, informatique, électronique et intelligence artificielle, que se partagent les spécialistes de l’Institut FEMTO-ST et de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Les capteurs et procédés de surveillance déjà mis au point dans les laboratoires nécessitent aujourd’hui d’être testés et adaptés à une mise en situation industrielle réelle. TORNOS, fabricant de machines-outils en Suisse, et BBE Concept, producteur de machines spéciales en Franche-Comté, très intéressés par l’ajout d’une fonctionnalité de surveillance sur leurs équipements, ont accepté de voir une de leurs machines se transformer en prototype industriel à même d’évaluer son propre état de santé et de dispenser des messages d’alerte jusqu’à plusieurs mois avant la panne, pour une prise de décision précoce. MainPreSI entre dans le programme Interreg IV France - Suisse et dispose d’un budget de près de 490 000 € sur trente mois ; l’opération est menée avec le soutien conjoint de la Région Franche-Comté et des cantons de Vaud et de Berne. ÆContact : Kamal Medjaher - Département AS2M — Automatique et systèmes micromécatroniques - Institut FEMTO-ST Tél. (0033/0) 3 81 40 27 96 - kamal.medjaher@ens2m.fr

En Direct n°249 - septembre - octobre 2013  ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////  5 


les actualités /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

L’Établissement français du sang poursuit sa démarche qualité Certifié ISO 9001 depuis douze ans, l’Établissement français du sang Bourgogne - Franche-Comté voit sa démarche qualité se prolonger au sein du laboratoire de recherche qu’il héberge et dont il est l’une des tutelles avec l’INSERM et l’université de Franche-Comté. « S’engager dans la voie de la certification n’est pas courant dans le domaine de la recherche, où la culture n’est pas la même que dans l’industrie », constate Philippe Saas, directeur du laboratoire Interaction hôte-greffon / tumeur et ingénierie cellulaire et génique. Mieux assurer le pilotage d’une équipe à l’effectif atteignant aujourd’hui la centaine, multiplié par dix en douze ans, était cependant devenu suffisamment essentiel pour que la démarche devienne une évidence. Formalisation de l’organisation, optimisation des ressources ou encore harmonisation des pratiques en sont les concepts clés, ils sous-tendent des contraintes qui parfois peuvent inquiéter. « En réalité c’est un canevas général que l’on applique à l’ensemble de l’activité, en l’adaptant à des situations existantes, sans que cela génère de travail supplémentaire », rassure Patricia Letondal, responsable qualité au laboratoire, qui a suivi la démarche dès sa genèse. Ce « manuel du bon sens », veillant sur la conservation d’un réactif comme sur la capacité d’accueil d’étudiants en thèse, permet de gagner en efficacité. Et s’il est vrai que le processus a un coût, l’investissement s’avère en définitive payant. Le laboratoire a obtenu la certification ISO 9001 en juin 2012, suivie de son renouvellement cette année. Si, de l’aveu de Patricia Letondal, « du temps est encore nécessaire pour atteindre pleinement les objectifs », la méthode est déjà source de nombreux progrès. Construisant la preuve de son intérêt et balayant peu à peu les réticences. ÆContact : Philippe Saas - Patricia Letondal - Laboratoire Interaction hôte-greffon / tumeur et ingénierie cellulaire et génique Établissement français du sang Bourgogne - Franche-Comté / Université de Franche-Comté / INSERM Tél. (0033/0) 3 81 61 56 15 - philippe.saas@efs.sante.fr / patricia.letondal@efs.sante.fr

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plusieurs inconnues pour une double équation… ludique ! La Nuit des chercheurs, Mondes inconnus,

La Fête de la science, du 10 au 13 octobre

le 27 septembre 2013 à Besançon

2013 à Besançon, voit elle aussi son organisation

Du fonctionnement des milliards de cellules de notre organisme aux mystérieuses lois propres à l’échelle nanométrique, des énigmatiques civilisations oubliées aux confins de l’Univers bientôt explorés par la sonde Gaïa, l’inconnu est le fil conducteur de la prochaine Nuit des chercheurs. Ceux-ci mettront un point d’honneur à faire découvrir leur propre monde, celui de la quête scientifique. Publications dans des revues spécialisées, collaborations internationales, thèses de recherche… le parcours du chercheur se transformera d’ailleurs en jeu de piste que le public s’amusera à suivre pendant une semaine en préambule au grand soir.

prendre de l’ampleur avec 6 000 visiteurs l’an dernier ! Deux jours pour les scolaires et deux autres pour le grand public… l’aventure est destinée aux curieux de tous âges, et promet des moments de découverte surprenants et passionnants. Cette nouvelle édition verra les laboratoires de recherche rester ouverts tout le week-end pour permettre à chacun des visiteurs d’entrer dans les arcanes de la chimie, de la biochimie, de la physique et de l’environnement. ÆContact : Jérémy Querenet Mission culture scientifique - Université de Franche-Comté Tél. (0033/0) 3 81 66 20 99 / (0033/0) 6 88 33 33 47 jeremy.querenet@univ-fcomte.fr

6  /////////////////////////////////////////////////////////////////////////// En Direct n°249 - septembre - octobre 2013


les actualités /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Premier trimestre : mathématiques Selon le laboratoire de mathématiques de Besançon (LMB), un trimestre s’organise en semaines d’école et en semaines... de conférences ! Ou d’ateliers. Autour d’un thème dominant, « méthodes arithmétiques et applications », et avec des enseignants-chercheurs issus d’universités du monde entier. Première saison d’une école pas vraiment comme les autres, l’automne version LMB démarrera le 16 septembre prochain pour s’achever le 10 janvier 2014, au terme d’enseignements dispensés en semaines pleines et en pointillé tout au long de la période, auprès de chercheurs, doctorants et postdoctorants venant eux aussi des quatre coins de la planète. Opération d’envergure et inédite sur le sol comtois, « les trimestres du LMB » – ils seront cinq au total sur trois ans – amènent le dynamisme et l’excellence de la recherche bisontine sur le devant de la scène. Trop souvent méconnues, les recherches et activités du laboratoire intéressent également l’entreprise. Ainsi le LMB a-t-il fait les présentations en juin dernier, déclinant ses formations, collaborations et thèmes de recherche au cours d’une rencontre de deux jours émaillée de conférences grand public. Applications en environnement, télécommunications ou biostatistiques, contrats de recherche avec de grands noms de l’agroalimentaire ou de l’énergie… c’est bien autrement que le monde socio-économique apprend à découvrir les mathématiques. ÆContact : Christian Maire - Laboratoire de mathématiques de Besançon - Université de Franche-Comté / CNRS Tél. (0033/0) 3 81 66 66 05 - christian.maire@univ-fcomte.fr - http://lmb.univ-fcomte.fr

Symposium BraNetix 2013 Du 11 au 13 septembre 2013 à Neuchâtel

Réunissant une trentaine d’experts en lien avec la faculté des sciences économiques de l’université de Neuchâtel et leurs homologues de Bratislava, BraNetix s’attachera, pour sa première édition, à la place de l’éthique dans les systèmes économiques et financiers en Europe. La Suisse représentant un modèle confirmé de développement économique, la Slovaquie un exemple de société post-socialiste nouvellement acquise au capitalisme. L’étude comparée de ces deux pays aux destins si différents mettra en lumière l’évolution de l’Europe au cours de ces vingt dernières années, dans un contexte bouleversé par la chute du communisme, l’émergence de nouvelles démocraties en Europe centrale et de l’Est, et la mondialisation de l’économie. La question de l’éthique y apparaît primordiale : quelle réalité prend-elle aujourd’hui et quelles perspectives lui donner dans l’optique d’une société européenne fondée sur le développement durable ? ÆContact : Milad Zarin Faculté des sciences économiques - Université de Neuchâtel Tél. (0041/0) 32 718 14 00 - info.branetix@unine.ch

Le roman historique médiéval dans la littérature de jeunesse Le 19 septembre 2013 à Besançon

Animée par les figures légendaires de chevaliers valeureux, de rois maudits et de moines inquisiteurs, peuplée de sorciers et de fées, avec des forêts maléfiques ou de fiers châteaux pour théâtre, la littérature médiévale enchante les jeunes lecteurs pour qui elle demeure l’un des genres favoris. Elle a aussi la préférence des chercheurs du laboratoire ELLIAD, qui, à travers son exemple, étudient les problèmes propres au roman historique, à la position incertaine entre histoire et fiction. À quel moment et selon quels critères le roman devient-il réellement une référence historique ou du moins est-il perçu comme tel par le lecteur ?... La journée d’étude proposée en partenariat avec l’IUFM de Franche-Comté se penchera sur des interrogations inédites, et donnera la parole aux auteurs de romans historiques qui raconteront leur travail et l’importance qu’ils accordent aux sources historiographiques dans l’élaboration de leurs récits.

En Direct n°249 - septembre - octobre 2013  ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////  7 


les actualités /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Une journée à plusieurs chapitres avec, en guise de conclusion, la question du rôle que peut jouer le roman historique dans l’enseignement de l’histoire… ÆContact : Yvon Houssais Laboratoire ELLIADD — Édition, littératures, langages, informatique, arts, didactique, discours Université de Franche-Comté Tél. (0033/0) 3 81 51 48 18 yvon.houssais@univ-fcomte.fr

//////////////////////////////////////////////////////////

Retour aux sources. Les anciens des antiques, les antiques des modernes

La haine Le 4 octobre 2013 à Besançon

Comme la violence, la haine peut prendre différents visages, et comme elle, est en lien avec les fondements originaires de la structure psychique de l’individu. Dirigée contre l’autre ou contre soi, tour à tour destructrice ou salvatrice, la haine, comme tant d’autres sentiments, prend un relief tout particulier à l’adolescence. C’est précisément dans ce contexte qu’interviendront les chercheurs et praticiens en psychologie et psychiatrie, tous spécialistes de l’adolescence, lors de ce colloque consacré à la haine, organisé par l’université de Franche-Comté, l’association Antigone et la revue Adolescence, en collaboration avec le CHRU de Besançon et le CHG de Dole. ÆContact : Anne Gérard Association Antigone Tél. (0033/0) 6 84 37 78 02 - (0033/0) 3 84 69 24 90

Du 26 au 28 septembre 2013 à Besançon

anne.gerard-antigone@wanadoo.fr

Comment l’Antiquité se lit-elle elle-même ? Quelle est l’influence d’Homère chez les écrivains allemands du XVIIIe siècle  ? Que doit la comedia espagnole du Siècle d’Or à la comédie latine  ? Comment enseigne-t-on le latin et le grec dans les manuels de la Renaissance  ?... Partant de la transmission de l’histoire, de la littérature, des sciences et de la civilisation antiques à travers les âges, ce colloque s’attachera à l’exploitation des sources et à la nécessité de les croiser, et montrera aussi que les interprétations plus ou moins justes déclinées au fil du temps constituent des clés de lecture de la transmission comme des sociétés elles-mêmes. Organisé par l’ISTA, ce colloque est une manifestation tangible de la mise en place d’un réseau transfrontalier de formation à la recherche en sciences de l’Antiquité. Liant à l’origine les enseignants-chercheurs des universités de Franche-Comté, Fribourg, Lausanne et Neuchâtel, il étend ses ramifications jusqu’aux pôles italiens de Parme et de Turin. Il réunira les interventions de spécialistes renommés et de jeunes chercheurs autour des méthodes de recherche et des découvertes les plus récentes.

//////////////////////////////////////////////////////////

Les voyages de l’âme en Inde et en Grèce anciennes Le 17 octobre 2013 à Besançon

Quel voyage pour l’âme humaine après la mort ? Les philosophies et religions de l’Inde et de la Grèce anciennes se sont interrogées à ce propos et ont chacune apporté leur interprétation de ce mystère existentiel. Des hymnes sacrés du Rig-Veda, un pilier fondateur du brahmanisme, à la prose de Platon, les voyages de l’âme empruntent bien des chemins. Cette journée d’étude veut les explorer dans leur spécificité comme dans leurs possibles rapprochements. Elle fera intervenir des spécialistes internationaux d’histoire des religions, de philosophie et de littérature antiques, qui proposeront notamment de décrypter et de comparer la terminologie employée dans les textes indiens et grecs. ÆContact : Claire Poulle

ÆContact : Marie-Rose Guelfucci

ISTA — Institut des sciences et techniques de l’Antiquité

ISTA — Institut des sciences et techniques de l’Antiquité

Université de Franche-Comté

Université de Franche-Comté

Tél. (0033/0) 3 81 66 54 53

marie-rose.guelfucci@univ-fcomte.fr

claire.poulle@univ-fcomte.fr

8  /////////////////////////////////////////////////////////////////////////// En Direct n°249 - septembre - octobre 2013


les actualités /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Environnement et (post)humain en Écosse Du 17 au 19 octobre 2013 à Besançon

La terre et la nature ont de tout temps forgé l’identité, exprimé le particularisme, voire nourri le nationalisme du peuple d’Écosse. Des traits de caractère largement évoqués à travers la culture, l’art, la littérature et le cinéma de ce pays. L’étude de ces diverses représentations s’accompagne d’une dimension historique pour donner une vue d’ensemble du développement d’un territoire qui, des Highlands préservés aux villes et côtes industrialisées, a vu son environnement se transformer inégalement sous l’influence de l’homme. Ces caractéristiques ont-elles changé le regard que les Écossais portent sur eux-mêmes ou que l’on porte sur eux ? Comment ces mutations et adaptations continuelles entre l’homme et son environnement façonnentelles l’Écosse d’aujourd’hui et laissent-elles imaginer celle de demain ? Des questions au cœur du colloque international caractérisé par son intitulé complet « Représentation et mémoire de la terre, de la nature et du vivant » organisé par la SFEEC (Société française des études écossaises), avec le concours du CRIT (Centre de recherches interdisciplinaires et transculturelles) de l’université de Franche-Comté et de l’ASLS (Association for Scottish Literary Studies). ÆContact : Philippe Laplace - CRIT — Centre de recherches interdisciplinaires et transculturelles - Université de Franche-Comté Tél. (0033/0) 3 81 66 53 46 - philippe_laplace@hotmail.com - http://ecosse2013.univ-fcomte.fr

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

La conception du monde chez les Shadoks Le 25 octobre 2013 à Besançon

De l’apprentissage du langage par la méthode contondante, à savoir à grands coups de marteau sur la tête, aux terribles calculs mentaux obstruant les méninges de ceux qui veulent trop en savoir sur l’arithmétique… de quoi le cerveau des Shadoks est-il fait ? Décortiqué, passé au crible de la tomographie, examiné sous toutes les coutures, il se prête à l’analyse loufoque de l’éminent Gérard Berry, détenteur de la très sérieuse chaire « Algorithmes, machines et langages » au Collège de France, et

Régent de déformatique au non moins sérieux Collège de Pataphysique, une discipline consistant à considérer toute chose avec désinvolture. « La conception du monde chez les Shadoks » met en scène les neurosciences sous un regard décalé, dans un one man show universitaire offert à tout public. Avant de rencontrer Shadoks et Gibis, chacun est invité à méditer sur cet adage cher à l’expert en pataphysique : « L’informatique, c’est la science de l’information, la déformatique, c’est le contraire. » Cette conférence est organisée en partenariat avec le Centre dramatique Besançon Franche-Comté. ÆContact : Alexandre Moine Laboratoire ThéMA - Université de Franche-Comté Tél. (0033/0) 3 81 66 54 96 - alexandre.moine@univ-fcomte.fr

En Direct n°249 - septembre - octobre 2013  ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////  9 


les actualités /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

« Paysages et environnement : de la reconstitution du passé aux modèles prospectifs » Décrypter le passé pour mieux envisager l’avenir, tel est le fil conducteur de cet ouvrage mêlant les époques, les lieux et les analyses pour dépeindre avec une grande richesse un environnement toujours en devenir. Partant de reconstitutions multimillénaires et d’études contemporaines pour dresser un état des paysages au fil du temps, décrivant nombre de leurs visages, les recherches rassemblées dans ces pages mettent aussi en regard les formes d’intervention dont ils sont de tout temps l’objet. La modélisation de l’ensemble de ces données laisse entrevoir les perspectives d’avenir et fournit des clés de compréhension et de connaissance pour aider à la prise de décision en matière d’aménagement du territoire. Issues du colloque éponyme organisé à Chilhac (43) en 2006, les contributions des participants représentent pas moins de trente-six articles dans un ouvrage qui intéressera le monde scientifique autant que les responsables chargés de l’étude, de la gestion et de la conservation des paysages et de l’environnement. Galop D. (sous la direction de), Paysages et environnement : de la reconstitution du passé aux modèles prospectifs, Presses universitaires de Franche-Comté, collection « Annales littéraires », série « Environnement, société et archéologie », 2013

« La vie privée à l’ère du numérique »

« De l’histoire pour enseigner les sciences ! »

Retrait d’argent, paiement en ligne, télépéage sur l’autoroute, utilisation des réseaux sociaux, du téléphone portable… plus encore que l’usage lui-même des technologies et services numériques, ce sont les traces informatiques accompagnant inévitablement toutes ces opérations du quotidien qui sont susceptibles de mettre en tension la vie privée. Mais que place-t-on sous la bannière du privé ? La notion est mouvante, elle se modèle selon les contextes, les développements technologiques et leurs usages, et interpelle chacun selon sa perception du monde et sa propre personnalité. Cependant, c’est autour de l’idée de « contrôle de l’information sur soi » que s’accordent les diverses tentatives de définitions de la sphère privée. Ce postulat essentiel, qui rejoint la conceptualisation première du « droit à être laissé tranquille » (1890), continue cependant de devoir être défendu aujourd’hui, à l’ère de la société de la communication. Partant d’une riche base bibliographique, truffé d’analyses concrètes issues d’entretiens de terrain, l’ouvrage La vie privée à l’ère du numérique tente de cerner ce vaste sujet et les enjeux qu’il véhicule, sous un angle encore peu étudié, celui de la sociologie. Bénédicte Rey, son auteur, est enseignant-chercheur à l’UTBM et mène ses travaux à l’IRTES au sein de l’équipe RÉCITS.

Replacer dans leur contexte les avancées de la science s’annonce passionnant et présente des vertus pédagogiques que cet ouvrage collectif raconte et explique. À partir de la grande histoire, celle qui voit s’affronter les théories et germer les inventions, et de la petite, souvent amusante, où se côtoient les anecdotes et les phrases cultes, on confère pleinement à la science son statut d’activité humaine. Les conditions politiques, économiques et sociales entourant le progrès deviennent sources d’une réflexion à laquelle peut s’ajouter une dimension philosophique, pour donner de nouvelles clés de compréhension de la science aux élèves et étudiants. Mieux, cette démarche permet d’établir des parallèles entre les conceptions des jeunes apprenants et celles relevées au cours de l’histoire, de pointer les erreurs actuelles et passées et de s’en servir pour élaborer des stratégies pédagogiques différentes, complémentaires à l’enseignement d’une discipline scientifique à travers sa seule logique. Métioui A., Samson G., Lequin Y.-C., De l’histoire pour enseigner les sciences !, Pôle éditorial de l’UTBM, collection « Didactique et humanités », 2013

Rey B., La vie privée à l’ère du numérique, Hermès Science Publications - Lavoisier, septembre 2012 10  /////////////////////////////////////////////////////////////////////////// En Direct n°249 - septembre - octobre 2013


le projet /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Santé et environnement tissent des liens cosmopolites Récemment agréé par le CNRS, le groupement de recherche international (GDRI) Santé des écosystèmes et écologie des maladies environnementales met en lien les concepts d’écologie et les sciences de la santé. Il marque de sa reconnaissance des travaux de recherche engagés depuis plus de vingt ans au laboratoire Chrono-environnement de l’université de Franche-Comté.

Définir la bonne santé d’un écosystème, et déterminer ensuite si cet environnement est favorable ou non à la bonne santé des personnes, telles sont les conclusions que les spécialistes tirent du rapprochement entre les concepts d’écologie et les sciences de la santé. Une spécialité du laboratoire Chronoenvironnement, dont l’expertise, au sein du GDRI, se complète de celle de laboratoires et instituts du monde entier. Des parasitologues d’Angleterre et du Japon, des épidémiologistes et des généticiens moléculaires d’Australie, des écologues, des cliniciens et des spécialistes de santé publique de Chine, forment un réseau d’excellence autour des chercheurs et techniciens de Chrono-environnement et des géographes de ThéMA, intervenant aux côtés de leurs collègues comtois pour la partie spatialisation et modélisation des données. « Ces partenariats sont tous engagés de longue date, le GDRI les dotera de meilleures possibilités d’échanges et les rendra plus lisibles », se félicite Patrick Giraudoux, coordinateur du groupement.

Les méthodes scientifiques relient avec un même fil conducteur des thèmes comme la propagation de l’échinococcose alvéolaire en Europe et en Asie, ou la diffusion de la cysticercose, impliquant les larves de Taenia et responsable de centaines de milliers de malades en Chine et en Indonésie. Certains sujets relèvent de l’imbrication entre faune sauvage et anthropisation. Dans le Yunnan en Chine, deux parcs nationaux appellent l’appui scientifique du laboratoire Gestion de la faune sauvage et santé des écosystèmes créé dans la province en 2012 avec le soutien des chercheurs bisontins (cf. en direct n° 243 de juillet - août 2012). Leur intervention met en scène un troupeau de plus de quatre-vingts éléphants ayant élu domicile dans les cultures de la région de Puer, des Rhinopithèques bruns menacés de disparition dans des forêts tropicales culminant à 4 000 m d’altitude, ou encore leurs cousins gibbons vivant quelques étages plus bas à 2 500 m.

Préparation du matériel d’échantillonnage dans la station de terrain de Xiji, région autonome Hui du Ningxia, Chine ÆContact : Patrick Giraudoux - Laboratoire Chrono-environnement - Université de Franche-Comté / CNRS Tél. (0033/0) 3 81 66 57 45 - patrick.giraudoux@univ-fcomte.fr

En Direct n°249 - septembre - octobre 2013  ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////  11 


Horlogerie, la passion à haute complication

L’histoire séculaire et mouvementée de l’horlogerie marque de son sceau les deux versants de l’Arc jurassien. Jalonnant de repères solides et de pratiques éprouvées un territoire commun, traversé de routes qui sans cesse se croisent et se séparent. Aujourd’hui, malgré un inégal développement, l’un et l’autre montrent que la passion demeure intacte. Des entreprises fleurissent dans les pâturages suisses et d’autres renaissent à Besançon, de nouvelles formations stimulent les compétences. Éclairages récents sur une mécanique complexe…


LE dossier ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Maîtres horlogers… ou maîtres de l’horlogerie ? Dès les années 1920, l’horlogerie suisse bénéficie de fantastiques mesures de protection, tant privées que publiques, qui vont régir ce pan de l’économie sur plusieurs décennies et ont encore des répercussions aujourd’hui. Dans la thèse d’histoire qu’il soutient à l’université de Neuchâtel en 2012 1, Johann Boillat démêle une situation complexe à souhait et obtient les noms des « véritables maîtres du temps », sans qui l’horlogerie suisse ne serait pas ce qu’elle est. Il montre comment le cartel horloger, liant des intérêts industriels privés, soutenu par l’État, a sauvé l’horlogerie suisse en même temps qu’il imposait une loi inflexible aux marchés mondiaux. Il ne faut pas chercher les grands noms de l’horlogerie suisse dans ce cartel, principalement composé de PME. « Rolex, Chopard, Piaget, Jaeger-LeCoultre…, aucune de ces célèbres enseignes ne joue un rôle déterminant dans le destin de l’industrie horlogère suisse. Les véritables maîtres du temps s’appellent A. Schild SA, Cortébert Watch, Eterna, Girard-Perregaux, Recta, La Champagne, Longines, Omega, Ulysse Nardin ou encore Zénith », rapporte le jeune chercheur. Souvent méconnue mais néanmoins redoutable, la récession des années 1920 est à l’origine de la création de cette entente privée. Avec un pouvoir renforcé entre 1924 et 1951, le cartel impose ses normes techniques, exerce son contrôle sur les prix et les volumes de production, et coupe les approvisionnements à ses clients étrangers, qui, de la proche Franche-Comté au lointain Japon, sont les victimes d’une véritable « boucherie économique ». Confronté à l’explosion du chômage et aux tensions sociales inhérentes à deux crises successives, l’État impose dans les années 1930 le « statut horloger », des mesures publiques visant la protection de son fleuron industriel. Et en ce sens assoit l’autorité du cartel.

La loi impose à chaque entreprise horlogère un permis d’exportation, bientôt suivi par un permis de fabrication, qui fixe les grilles d’horaires comme le niveau des salaires, les taux d’escompte comme les délais de livraison, faisant parler Laurent Tissot, spécialiste de l’histoire de l’horlogerie à l’université de Neuchâtel, de « bolchevisme libéral ».

La Fédération horlogère suisse, Zurich, 13 juillet 1939

Le statut légal est abandonné dans les années 1970, mais l’État continue à assurer la protection de l’industrie horlogère en créant le Swiss made, un label de qualité imposant à un produit fini une origine suisse pour 50 % de sa valeur. « On passe d’un paradis de protection juridique avec le statut légal à un paradis de promotion avec le Swiss made », souligne Johann Boillat. Un concept largement repris par les marques dans leurs stratégies marketing, et qui fait actuellement l’objet de vifs débats. Quant au cartel, soumis à des tensions internes et au désengagement de la Confédération sous la pression internationale, son démantèlement intervient progressivement après la seconde guerre mondiale. Mais l’histoire se poursuit…

 Boillat J., Les véritables maîtres du temps, le cartel horloger suisse (1919 - 1941), éditions Alphil, parution octobre 2013

1

Rebondissements de l’histoire Chocs pétroliers, inflation, libéralisation des marchés et surtout performance des méthodes de production industrielle japonaise et américaine... dans un contexte où se mêlent les influences de différents paramètres, l’avènement du quartz reste celui que la culture collective retient le plus volontiers pour expliquer la chute de l’horlogerie suisse dans les années 1970. Ironie du sort, ce sont d’ailleurs les Suisses qui, les premiers, sortent un prototype de montre quartz... « L’effectif horloger fond des deux tiers en Suisse, passant de 90 000 en 1973 à tout

juste 30 000 en 1987 », raconte Francesco Garufo, historien à l’université de Neuchâtel. C’est une petite montre plastique révolutionnaire, la Swatch, et derrière elle le groupe horloger du même nom, qui la sauvent du gouffre. Directement issu du cartel horloger dont il hérite de nombreuses entreprises et marques, le Swatch Group SA fabrique actuellement 90 % des mouvements produits dans le monde. Si l’on peut penser qu’il a sauvé l’industrie horlogère suisse comme le cartel avant lui, il tombe aujourd’hui, comme lui, sous le coup des lois antitrust.

En Direct n°249 - septembre - octobre 2013  ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////  13 


LE dossier ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Swiss made à partager 41 000 Francs-Comtois traversent chaque jour la frontière, faisant de la Suisse romande le premier employeur de la région comtoise 2. Dans l’horlogerie, la main d’œuvre frontalière étrangère représente un tiers des effectifs, une valeur ajoutée indéniable à la production voisine. C’est là l’une des pièces maitresses du puzzle francosuisse. Pratiques industrielles, histoire, proximité géographique, formation..., bien des éléments s’assemblent pour que Hervé Munz, ethnologue à l’université de Neuchâtel, considère que « c’est bien l’Arc jurassien en tant qu’espace transOuvriers et ouvrières horlogers, de Gustave Jeanneret, esquisse pour la décoration de la frontalier qui constitue l’Arc horloger. » salle du Grand Conseil à Neuchâtel, vers 1911. Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel Pour Alexandre Moine, géographe au labo-tion et une nécessaire émulation, résumées sous ratoire ThéMA de l’université de Franche-Comté, l’imbrication entre les deux versants du Jura est le terme de « coopétition ». Sur le plan politique, telle qu’elle donne à espérer une extension de la des initiatives voient le jour, notamment pour notion de Swiss made à la partie française du terriaider la mobilité. Les transports sont repensés toire horloger, sans autre forme de respect pour une autour du ferroviaire, du covoiturage et de liaisons frontière ici dénuée de sens. « La ligne Morteau, bus. Poussant plus avant la réflexion, l’étude MoreVillers-le-Lac, Le Locle, La Chaux de Fonds est un tradone, menée par des chercheurs en géographie espace transfrontalier en voie d’intégration, et c’est bisontins et neuchâtelois, montre l’importance de le seul de tout l’Arc jurassien. » Même s’il témoigne mettre en adéquation les plans d’urbanisme frande quelques discontinuités paysagères, il repréçais et les plans directeurs cantonaux suisses pour sente une « tache urbaine » fonctionnellement assurer une évolution intelligente et concertée des continue et animée de systèmes productifs locaux territoires. liés entre eux. Obligées ou voulues, leurs relations 2 Chiffres 2012, Observatoire statistique transfrontalier de l’Arc sont tour à tour portées par l’esprit de collaborajurassien (OSTAJ)

L’horlogerie suisse, creuset de population La croissance de l’activité horlogère suisse nécessite très tôt de faire appel à la main d’œuvre étrangère. Dès après la deuxième guerre mondiale, les « petites mains » italiennes viennent renforcer la main d’œuvre suisse, pour une grande part déjà féminine, comme le souligne Francesco Garufo dans la thèse qu’il consacre à l’immigration dans l’industrie horlogère suisse. L’immigration est très réglementée pour garantir la paix sociale en Suisse, et les travailleuses sont maintenues dans des emplois peu qualifiés pour éviter tout transfert technologique vers un autre pays. En revanche, le bouche à oreille fonctionne parfaitement en matière de recrutement. C’est ainsi que cent cinquante personnes sur les trois cents que compte à l’époque le petit village de Roncola dans la province de Bergame s’établissent dans l’Arc jurassien ! Dans les années 1960, le recours massif aux frontaliers français s’avère un moyen de ne pas peser sur les infrastructures locales et d’éviter la crise du logement. Les Français sont, quant à eux, fortement motivés par la qualité du travail dans l’horlogerie suisse alors que le déclin du secteur est amorcé de l’autre côté de la frontière, et par des conditions de travail alléchantes et des salaires intéressants. « La Suisse est en position de force par rapport à la France et l’argument financier, à une époque où le taux de change ne présente pas encore d’avantages, n’est pas le plus décisif. »

14  /////////////////////////////////////////////////////////////////////////// En Direct n°249 - septembre - octobre 2013


LE dossier ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

L’irrésistible ascension de la montre mécanique Le début du XXIe siècle marque un véritable âge d’or pour l’horlogerie suisse. Pourtant terrassée par le quartz plus précis, moins cher et plus facile à produire, la montre mécanique se relève et affirme avec force son identité et sa puissance. En dix ans, ses ventes en valeur ont doublé et atteignent aujourd’hui des records. La montre mécanique a dopé le revenu moyen d’une montre suisse à l’exportation, affichant plus de 730 dollars en 2011, contre 260 dollars pour sa voisine française et 5,4 dollars pour une montre chinoise. Le réveil s’opère en Europe puis gagne peu à peu les États-Unis dans les années 1990, avant d’exploser sur les marchés asiatiques au cours de la décennie suivante.

évolution des ventes de montres suisses en billions de CHF

Malgré toute sa valeur, la haute technicité d’une montre mécanique ne peut à elle seule expliquer cet engouement. La recette suisse s’ancre en grande partie dans des pratiques de recréation du passé horloger. La « tradition », que s’appliquent à faire vivre de grandes marques horlogères à travers les mises en scène de leur histoire et de leur savoir-faire séculaires, « est en réalité une notion dont l’usage est récent, qui n’a été inventé qu’à partir du moment où l’industrie suisse a fait du passé un modèle de pratique et de son ancrage temporel un label distinctif capable de la revaloriser sur l’échiquier mondial », explique Hervé Munz. Le « patrimoine », après avoir été un bien commun et l’apanage des musées publics jusqu’à la fin des années 1970, est capté par le secteur

privé. Les collectivités territoriales et les organisations touristiques s’en emparent également, dès la seconde partie des années 1990, avec la création de la Route de l’horlogerie en Suisse en 1997 ou des initiatives transfrontalières comme la Ligne des horlogers née en 2006. Sociologue à l’université de Neuchâtel, Hugues Jeannerat montre comment des concepts culturels et symboliques comme l’authenticité cristallisent les attentes sociales. « L’authenticité permet de se distinguer, de se montrer différent des autres. » C’est l’idée du « vrai luxe », qui assure le succès des séries limitées, incite les marques à investir dans des chaînes de production coûteuses prouvant qu’elles sont de vraies marques horlogères, pousse les marques de luxe françaises à s’implanter dans l’Arc jurassien suisse. « C’est une valeur qui porte le reste, y compris l’innovation technologique, et elle doit se justifier en permanence. » Comme autant de porte-voix, les médias et divers événements créent et diffusent son contenu : implantation de magasins monomarques, visite d’entreprises à des clients étrangers privilégiés, présence sur certaines places internationales du luxe, de la mode ou du tourisme… « La conception de la compétitivité locale a radicalement changé. » On observe aussi ce glissement à l’Observatoire de Besançon. François Meyer et Joël Petetin sont tous deux associés dans l’activité chronométrique bisontine, relancée en 2008 à la demande d’horlogers soucieux d’apporter une caution technique à leur production. « La précision est un élément de preuve de la valeur et de l’authenticité d’une montre ». On est ici dans le luxe horloger bien sûr, mais surtout on entre dans le créneau de la création, de l’inventivité, dont se prévalent les artisans horlogers des deux côtés de la frontière. « Certains modèles, édités à quelques exemplaires seulement, voire uniques, fabriqués par des artisans et certifiés par l’Observatoire, font le bonheur des passionnés. » Un discours dont les échos résonnent jusqu’en Chine ou en Inde…

Le marché chinois, aujourd’hui comme hier Commercer avec la Chine semble très innovant pour le XVIIIe siècle, pourtant lorsque les Jaquet Droz père et fils y exportent leurs prestigieux produits horlogers dans les années 1780, les relations occidentales avec l’Empire du Milieu sont en réalité à leur apogée. En matière d’horlogerie, il s’agit aussi d’être au bon

endroit, et à cette époque, London is the place to be  ! La présence de l’entreprise chaux-de-fonnière dans la capitale anglaise lui permettra, via des marchands établis à Londres et la Compagnie des Indes orientales, d’accéder à un marché – déjà ! – avide de produits de luxe, où elle écoule les trois quarts de sa production.

En Direct n°249 - septembre - octobre 2013  ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////  15 


LE dossier ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Nom : Montre mécanique ; signe particulier : Chronomètre Seuls trois établissements au monde sont habilités à donner le titre de chronomètre à une montre mécanique selon la norme internationale ISO 3159 : le COSC (Contrôle officiel suisse des chronomètres) de Genève, l’Observatoire de Glashütte en Allemagne et l’Observatoire de Besançon. Pour prétendre au titre, la montre peut seulement indiquer les heures, les minutes et les secondes, fonctions de base se complétant d’éventuelles et multiples complications. L’exigence, c’est la précision. Le service chronométrique de l’Observatoire de Besançon contrôle et certifie exclusivement des montres emboîtées. Symbole de l’excellence horlogère à Besançon depuis 1897, le poinçon à tête de vipère est apposé sur le mouvement avant la fermeture de la boîte. Lorsqu’elle satisfait aux tests individuels qu’elle a à subir pendant seize jours consécutifs, la montre peut partir en toute fiabilité chez le client qui l’a commandée. Pour être emblématique, le poinçon n’en demeure pas moins optionnel. C’est le bulletin de marche délivré au terme des épreuves qui est le garant de la technicité de la montre, désormais élevée au prestigieux rang de chronomètre. Parallèlement à ce renouveau et avec une cohérence exemplaire, le concours international de chronométrie est relancé en 2009. Inspiré par les concours qui, au XIXe siècle, ont accompagné les activités de chronométrie des organismes certificateurs, il se donne une vocation internationale en associant COSC et Observatoire de Besançon dans le processus de contrôle, et en s’ouvrant petit à petit aux fabricants d’un nombre croissant de pays. La participation des marques témoigne sans conteste de l’engouement de « ceux qui sont à la pointe de la technicité » pour reprendre les mots de Joël Petetin. Pour les lauréats, « cette distinction est l’expression concrète de l’excellence d’une entreprise » renchérit François Meyer.

Sandrine Girardier, dans la thèse en histoire qu’elle prépare à l’université de Neuchâtel, raconte les montres parées d’or et d’émaux colorés, la finesse de l’exécution artistique, les chefs d’œuvre de mécanique que sont les horloges et les automates. « L’ensemble exerce une extraordinaire fascination sur les Chinois, bien plus que la fonction de gardetemps qui finalement les intéresse peu. »

considération, comme le laisse entendre cet extrait de la lettre de Jean-Frédéric Leschot, collaborateur des Jaquet Droz, à son associé Henri Maillardet le 5 mai 1792 (l’orthographe est d’époque) : « En me donnant précisément La notte de ce que vous voudréz, ou en émail uni avec Bordures et rosettes, ou en émail avec des peintures à Sujet, ou en émail avec fleurons arabesques, Je me conformerai à ce que vous estimérés le plus convenable à remplir vos vues ou vos besoins. » [Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms. suppl. 961]

Montre à sonnerie en or, émail et laiton doré. Mouvement signé Jaquet Droz London, vers 1780. Collection du Musée international d’horlogerie, La Chaux-de-Fonds

Si peu de documents d’époque sont parvenus jusqu’à nous pour expliquer comment les fabricants pouvaient connaître les attentes de leurs clients, il est certain que le goût des Chinois était bien pris en

Plus de deux siècles après l’exemple de cette aventure commerciale, relativement bien documentée mais nullement unique, adopter une stratégie d’adaptation semble un conseil toujours pertinent pour conquérir avec succès le marché chinois. Dans une recherche en économie conduite sur le terrain pour l’université de Neuchâtel, Nicolas Hanssens montre comment, malgré un discours académique et industriel prônant la théorie du marketing global dans le domaine du luxe, de grandes enseignes horlogères suisses se sont en réalité imposées en Chine grâce à la prise en considération des particularités du marché. Même célèbres, certaines marques ont choisi de décliner leur identité sous forme d’idéogrammes en mandarin, phonétiquement proches mais à la consonance chinoise beaucoup mieux perçue. D’autres en profitent pour donner un sens nouveau à leur nom et diffuser un message porteur. La connaissance des valeurs et des codes chinois per-

16  /////////////////////////////////////////////////////////////////////////// En Direct n°249 - septembre - octobre 2013


LE dossier ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

met d’éviter certains pièges, comme les campagnes de publicité fondées sur les concepts du luxe et du sport, une association encore à ce jour relativement mal vue en Chine. « Un milliardaire chinois m’a fait comprendre que le sport évoque le phénomène de transpiration, qui lui-même renvoie à une image de pauvreté, et ne saurait s’allier à un concept de luxe ! », raconte Nicolas Hanssens. Les stars hollywoodiennes ne font pas non plus toujours recette, même auprès d’une population avisée et largement ouverte à l’influence

occidentale, qui se reconnaît davantage dans des ambassadeurs locaux, bien identifiés à un standard de vie. Une référence d’autant plus importante qu’une montre est un objet de choix pour afficher en toute circonstance son appartenance à un rang social, un principe fondamental en Chine. « La dimension ostentatoire est ici plus prégnante que partout ailleurs. » Ce paramètre et d’autres avec lui fondent la spécificité des marchés, dont la Chine n’apparaît pas le moins complexe vu d’Europe.

La formation suit le mouvement Sur ces aspects commerciaux comme d’un point de vue technique, les formations d’aujourd’hui ont bien des défis à relever. Si la dimension horlogère s’intègre à des degrés divers depuis plus d’un siècle à son enseignement, l’actuelle ENSMM, issue du Laboratoire de chronométrie né en 1902 à Besançon, suscite en tout cas toujours de véritables vocations. Ainsi, 20 % des ingénieurs qu’elle forme travaillent dans le domaine de l’horlogerie ; nombre de stages s’effectuent en troisième année chez les plus grands fabricants suisses  ; enfin, les élèves-ingénieurs de la première promotion de la formation Microtechniques et design ont quasiment tous choisi de passer leurs trois années d’apprentissage au sein d’une entreprise française liée de près ou de loin à l’horlogerie. Et où ils sont désormais pour la plupart embauchés, leur diplôme tout neuf en poche. Avec le luxe et la précision pour credo, l’apport scien-

tifique d’une telle formation peut se décliner à des domaines comme la maroquinerie ou la lunetterie, et en matière d’horlogerie, le solide bagage de l’ingénieur saura compléter le savoir et la pratique de l’horloger. Romain Jamault Montre réalisée à l’ENSMM est convaincu que cette formation dont il est responsable peut répondre aux besoins de l’horlogerie d’aujourd’hui : « un regard neuf, des compétences nouvelles, l’optimisation des ressources en matériaux, des techniques de fabrication ou encore de la gestion de production. »

Savoir-faire… mais savoir se vendre ? Si le savoir-faire horloger bénéficie d’une réputation d’excellence, il n’en reste pas moins qu’il souffre d’un manque de communication et doit faire ses preuves dans un contexte extrêmement concurrentiel et changeant. C’est partant de ces constats que s’est créé l’Institut du marketing horloger à la Haute Ecole de gestion Arc en 2010. Unique en son genre, résolument tourné vers les attentes des nombreuses PME du secteur, il propose un Certificate of Advanced Studies (CAS) en marketing horloger, une formation inédite en neuf mois et quatre modules fondée sur l’enseignement de principes marketing comme sur les pratiques professionnelles les plus récentes. L’Institut propose également des cours sur mesure, adaptés aux besoins des entreprises et des associations professionnelles. En corrélation complète avec ses objectifs, il développe des stratégies spécifiques aux sous-traitants de l’horlogerie. Des fournisseurs de composants aux fabricants de machines en passant par les concepteurs de produits complémentaires comme les écrins, ce vaste domaine mérite une attention plus soutenue en matière de marketing. « Une base de données de quatre cents entreprises réparties sur l’ensemble de l’Arc jurassien et questionnées sur leurs pratiques est en cours de construction, explique François Courvoisier, doyen de l’Institut. Ce travail servira de base pour élaborer des préconisations en termes de management, et donnera des pistes de recherche pour le futur. »

En Direct n°249 - septembre - octobre 2013  ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////  17 


LE dossier ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Une philosophie prévalant aussi à la Haute Ecole Arc. Le bachelor en ingénierie horlogère qu’elle délivre considère la conception des mouvements électroniques, mécaniques et autres complications, ainsi que les procédés de fabrication, en vue de la rationalisation de la production. « Le bachelor en ingénierie horlogère n’a réellement pris son essor qu’en 2010, le traumatisme laissé par la crise des années 1970 ayant constitué un véritable frein à la relance d’une formation de haut niveau », explique Olivier Duvanel, responsable de la filière Microtechniques à la Haute Ecole Arc Ingénierie. Les formations d’horlogers et horlogers-rhabilleurs ne semblent, elles, plus exactement adaptées à la réalité. « On demande le plus souvent aujourd’hui aux horlogers de prendre en charge une étape seulement de l’assemblage, et non plus celui d’une montre complète comme par le passé ». L’ethnologue Hervé Munz remarque en parallèle une tendance aux formations raccourcies, correspondant davantage aux besoins du luxe industriel. « Les marques n’ont jamais autant valorisé les métiers « hautement qualifiés » et la transmission du savoir-faire, alors qu’elles emploient de nombreux opérateurs, souvent formés sur le tas.

De plus, même s’il est en progression, l’apprentissage en alternance école / entreprise est peu développé dans l’horlogerie suisse, et de manière générale, les entreprises s’investissent peu dans la formation. » Les compétences des « horlogers complets » gardent cependant une importance spécifique pour la réparation de modèles anciens ou la fabrication et l’entretien de pièces prestigieuses. Ainsi, les premiers services effectués sur les montres mécaniques à grandes complications, vendues en grand nombre ces dix dernières années, demanderont l’intervention de spécialistes chevronnés. Une main d’œuvre dont les « gens de métier » et les enseignants en horlogerie s’inquiètent qu’elle fasse prochainement défaut. Des initiatives comme celle prise par la Chambre de commerce et d’industrie du Doubs souhaitent répondre à cette évolution du marché dans les années à venir, avec le projet de création à Besançon dès la rentrée 2014 d’une formation spécifique d’horlogers de service après-vente qui, certifiée par un double diplôme franco-suisse, pourrait s’inscrire dans un développement économique local complémentaire à l’activité suisse.

Respecter la mémoire de l’horlogerie Faire raconter son histoire à une horloge monumentale de 1773... l’entreprise a accaparé l’énergie des étudiants de master en conservation-restauration de la Haute Ecole Arc pendant six mois. Étude historique, détermination de la composition des matériaux par fluorescence X, identification et datation des éléments ajoutés, nettoyage des engrenages… l’objet est passé au crible pour faire comprendre son mécanisme et retrouver sa fonctionnalité. Il ne s’agit pas ici de lui redonner un aspect neuf mais de le placer dans son contexte d’utilisation, et pour ce faire, de conserver les traces de ce qu’il a été. « L’idée qui guide toute notre intervention est la réversibilité, c’est-à-dire que ce témoin historique doit rester le plus intègre possible pour pouvoir se prêter à d’autres études », explique Tobias Schenkel, enseignant-chercheur en conservation-restauration. La Haute Ecole Arc est l’une des deux écoles au monde à traiter de patrimoine horloger à un tel niveau d’expertise. Elle propose entre autres un bachelor en conservation préventive et un master en conservation-restauration d’objets scientifiques, techniques et horlogers. L’horloge de Henri Golay, identifiée grâce au nom et à l’année d’exécution gravés dans son armature en fer forgé, va désormais pouvoir raconter sa vie au musée du Château de Morges auquel elle va être rendue. S’il est possible de relancer son mouvement, l’opération n’est pas sans risque. C’est donc par une modélisation 3D dans le cadre d’un projet muséographique que les experts, à qui elle a dévoilé ses secrets, pourraient proposer de faire battre à nouveau le cœur de cette pièce monumentale.

18  /////////////////////////////////////////////////////////////////////////// En Direct n°249 - septembre - octobre 2013


LE dossier ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Rendez-vous top chrono Congrès international de chronométrie - Les 25 et 26 septembre 2013 à Montreux Pour sa 16e édition, le congrès organisé par la Société suisse de chronométrie s’attache aux aspects fondamentaux de la montre et du mouvement, autour des thèmes de l’ergonomie, de la fonctionnalité et de l’affichage. Interventions d’ordre technique et communications scientifiques réuniront de grands noms de l’industrie horlogère et du monde académique pour faire le point sur les dernières innovations et les moyens nécessaires à leur développement. Au programme et à titre d’exemples : la masse oscillante idéale, le quantième perpétuel instantané à guichets, l’étalonnage ab initio, l’utilisation de l’analyse fonctionnelle dans la conception d’un produit horloger, les heures universelles et le magnétisme. ÆContact : Begonia Tora - Société suisse de chronométrie - Tél. (0041/0) 32 720 50 79 - info@ssc.ch - www.ssc.ch

Résultats du concours de chronométrie - Le 24 octobre 2013 à Besançon La remise des prix de la troisième édition du concours de chronométrie 2013 aura lieu au musée du Temps à Besançon le 24 octobre prochain. Les trente-neuf pièces présentées par des marques horlogères ou des écoles font sortir de la confidentialité ce concours organisé en collaboration avec le Contrôle officiel suisse des chronomètres (COSC), l’Observatoire de Besançon et la Haute Ecole Arc Ingénierie sous la haute surveillance du musée d’Horlogerie du Locle. ÆContact : François Meyer - Observatoire de Besançon - Tél. (0033/0) 3 81 66 69 27 - francois.meyer@obs-besancon.fr www.concourschronometrie.org

Services après-vente - nouvelles exigences - Le 6 novembre 2013 à Neuchâtel C’est bien de tous les services attachés à la gestion de la relation client dont il est question dans cette 8e journée de recherche appliquée en marketing horloger. Pas seulement la réparation d’une montre, mais toutes les activités mises en œuvre pour fidéliser le client à un produit ou à une marque. Cet événement est organisé par la Haute Ecole de gestion Arc et l’Association des journées internationales du marketing horloger, en collaboration avec l’Association française du marketing et Swissmarketing. ÆContact : François Courvoisier - Haute Ecole de gestion Arc - Tél. (0041/0) 32 930 20 40 - francois.courvoisier@he-arc.ch

ÆContacts : Université de Neuchâtel Institut d’histoire : Francesco Garufo - Johann Boillat - Sandrine Girardier Tél. (0041/0) 32 718 18 98 - francesco.garufo@unine.ch - johann.boillat@unine.ch - sandrine.girardier@unine.ch Institut d’ethnologie : Hervé Munz - (0041/0) 32 718 17 26 - herve.munz@unine.ch Institut de sociologie : Hugues Jeannerat - (0041/0) 32 718 14 15 - hugues.jeannerat@unine.ch Faculté des sciences économiques : Nicolas Hanssens - (0041/0) 76 546 21 94 - nicolas.hanssens@unine.ch Haute Ecole Arc HE-Arc Ingénierie : Olivier Duvanel - Tél. (0041/0) 32 930 22 25 - olivier.duvanel@he-arc.ch HE-Arc Conservation-restauration : Tobias Schenkel - Tél. (0041/0) 32 930 19 34 - tobias.schenkel@he-arc.ch HE-Arc Gestion : François Courvoisier - Tél. (0041/0) 32 930 20 40 - francois.courvoisier@he-arc.ch Université de Franche-Comté Laboratoire ThéMA : Alexandre Moine - Tél. (0033/0) 3 81 66 54 96 - alexandre.moine@univ-fcomte.fr OSU-THETA Franche-Comté - Observatoire de Besançon : François Meyer - Joël Petetin Tél. (0033/0) 3 81 66 69 31 / 69 30 - francois.meyer@obs-besancon.fr / joel.petetin@obs-besancon.fr ENSMM Filière Microtechniques : Romain Jamault - Tél. (0033/0) 3 81 40 28 79 - romain.jamault@ens2m.fr Chambre de commerce et d’industrie du Doubs Laurent Sage - Catherine Bourdin - Tél. (0033/0) 3 81 25 25 24 / 25 37 - lsage@doubs.cci.fr / cbourdin@doubs.cci.fr

En Direct n°249 - septembre - octobre 2013  ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////  19 


la formation ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Cursus Master en Ingénierie : l’université de Franche-Comté pionnière Trois mots clés : formation, recherche et entreprise. C’est en les associant que sont nés les Cursus Master en Ingénierie (CMI). Des formations complémentaires aux parcours existants, débouchant sur des fonctions d’ingénieur expert innovant, très attendues dans les entreprises. Inaugurant l’avènement d’un modèle de formation inédit à l’université, un premier CMI en géologie appliquée a vu le jour sur le sol comtois l’an dernier, précédant d’une rentrée la mise en place de trois autres CMI s’appuyant sur les disciplines automatique, électronique, mécanique, physique et environnement.

Les CMI sont des formations sélectives adossées à des parcours licence et master qui, conformes aux standards internationaux, ont pour objectif de former en cinq ans des experts innovants, à la fois managers et spécialistes dans leur domaine, à l’articulation de la recherche et de la technologie. Leur association à des centres de recherche de stature internationale leur garantit un cadre privilégié, favorable à la production et à la valorisation de connaissances utiles au développement économique et social. Les CMI redistribuent les cartes entre enseignements généraliste et spécialisé, et leur ajoutent celle des sciences humaines et sociales, assurant connaissance de la société et de l’entreprise, niveau supérieur en langues, bonne maîtrise des outils de communication et aptitudes au management. Cet apprentissage transversal est commun à tous les CMI créés dans les quinze universités françaises qui les accueillent. Il représente un cinquième du volume horaire du cursus, autant que l’enseignement fondamental. L’enseignement spécialisé, bâti sur les points forts de la recherche locale, couvre quant à lui près de la moitié du programme global. Les CMI font la part belle aux activités de mise en situation. En témoigne l’organisation de six semaines de stage en milieu professionnel dès la première année de licence ! Au total, vingt-quatre semaines sur les cinq années du cursus seront effectuées en entreprise ou dans un laboratoire de recherche. Sur un autre plan, un dispositif de pédagogie innovante par projets et par problèmes est mis en place. L’effectif restreint des CMI autorise un accompagnement individualisé et une autoévaluation profitable des étudiants rendus très tôt acteurs de leur formation. Cette approche novatrice de l’appréciation des futurs ingénieurs sur leur propre travail est fondée sur des recherches à la pointe en matière de pédagogie, et se concrétise dans un portefeuille d’expériences et de compétences, qui suivra étudiante du CMI Géologie appliquée réalisant un essai triaxial au laboratoire l’étudiant sur l’ensemble du cursus. de mécanique des sols

20  /////////////////////////////////////////////////////////////////////////// En Direct n°249 - septembre - octobre 2013


la formation ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

La rentrée 2013 en bref dans les CMI de l’université de Franche-Comté… Photonique, mIcro&nanoteChnologies et tempS-fréquence (PICS) — Ces mots clés correspondent à des spécificités de la recherche locale et constituent les domaines de prédilection des disciplines PhysiqueEEA (Electronique, Electrotechnique, Automatique) du CMI PICS, qui s’intègre ainsi pleinement au volet formation attendu des Labex ACTION et FIRST-TF. Structures et Systèmes intelligentS (S-CUBE) — Le CMI en Mécanique-EEA permet la formation d’ingénieurs experts sur des techniques avancées visant à intégrer des structures et systèmes intelligents dans la matière pour la fonctionnaliser. Il est lui aussi en phase avec les axes de recherche du Labex ACTION et voit des applications multiples dans les secteurs du transport, de la santé... Les étudiants de l’IUT, département Génie Mécanique et Productique, pourront suivre en double cursus certains enseignements des deux premières années du CMI, et choisir ensuite de continuer dans cette voie... Environnement et territoires — Intégrer les domaines de l’écologie et la géographie, ainsi que leurs outils, pour répondre aux enjeux des procédures environnementales et de l’aménagement du territoire donnera aux futurs diplômés une double compétence qui intéressera aussi bien le monde de l’entreprise que les collectivités. Cette alliance dynamique reflète l’interaction entre les travaux menés au sein des laboratoires Chronoenvironnement et ThéMA… Géologie appliquée — Ouvert depuis un an, c’est l’aîné des CMI. Une autre caractéristique : proposer, comme le cursus traditionnel, la possibilité de suivre les deux ans du master en apprentissage, une particularité bisontine très prisée. Associée au laboratoire Chrono-environnement, la formation se décline en trois domaines de compétences : géotechnique, hydrogéologie et ressources minérales.

Des formations labellisées au titre des Investissements d’avenir L’université de Franche-Comté fait partie d’un réseau d’une quinzaine d’universités en France qui, sous le vocable FIGURE pour Formation en ingénierie d’universités de recherche, sont labellisées au titre des Investissements d’avenir. Dix millions d’euros sont ainsi alloués par l’État au réseau FIGURE sur huit ans pour mettre en place ces formations. Vingt-sept ont été ouvertes en 2012 et seize cette année, et l’objectif d’ouverture de quatre-vingts CMI sur toute la France au terme de la période devrait être atteint bien plus tôt. Les CMI concernent des disciplines très variées, non seulement du domaine des sciences traditionnelles de l’ingénieur, mais aussi des sciences de la vie et de la terre et des sciences humaines et sociales, pour lesquelles la réflexion est fortement engagée. Le coordinateur du réseau FIGURE pour la Franche-Comté est Lamine Boubakar. Tél. (0033/0) 3 81 66 60 17 - lamine.boubakar@univ-fcomte.fr

ÆContacts : CMI Photonique, mIcro&nanoteChnologies et tempS-fréquence (PICS) : Maxime Jacquot Tél. (0033/0) 3 81 66 64 18 - cmi.physique-eea@univ-fcomte.fr CMI Structures et Systèmes intelligentS (S-CUBE)  : Émeline Sadoulet / Thérèse Leblois Tél. (0033/0) 3 81 61 60 21 / 3 81 85 39 74 - emeline.sadoulet-reboul@univ-fcomte.fr / therese.leblois@femto-st.fr CMI Environnement et territoires : Jean-Pierre Verovic - Tél. (0033/0) 3 81 99 46 19 - jean-pierre.verovic@univ-fcomte.fr CMI Géologie appliquée : Patrick Rosenthal - Tél. (0033/0) 3 81 66 64 35 - patrick.rosenthal@univ-fcomte.fr

En Direct n°249 - septembre - octobre 2013  ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////  21 


l’analyse /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

À la ferme ou à l’université, transmettre est affaire de liens

Photo : ferme découverte du Barboux (Doubs)

Des savoirs, des valeurs, une place dans la société… transmettre répond à un besoin profondément humain d’inscrire sa vie dans une lignée pour en gommer le caractère éphémère et lui apporter du sens. Cette transmission générationnelle trouve son expression la plus évidente dans la sphère familiale, quand le métier se transmet sur fond de parenté. Cependant, des mécanismes identiques interviennent sur d’autres terrains : là où les liens du sang font défaut s’inventent des relations calquées sur le modèle parental.

En ce sens, les processus à l’œuvre dans une exploitation agricole et sur les bancs de l’université sont du même acabit. Le père et le maître cèdent de la même façon leur(s) place(s) à un successeur. Direction d’une exploitation et représentation dans les organisations agricoles, poste d’enseignant et responsabilités dans les milieux académiques, « cet ensemble de places professionnelles constitue un patrimoine au sein duquel le savoir se transmet », constate dans ses plus récents travaux Dominique Jacques-Jouvenot, sociologue au LASA (Laboratoire de sociologie et d’anthropologie) de l’université de Franche-Comté. Une étude menée dans le cadre de ces recherches auprès de producteurs laitiers en cessation d’activité montre que l’impossibilité de transmettre leur entreprise est la première des raisons évoquées, bien avant les difficultés du métier ou les problèmes financiers. Une décision dictée par le poids de la solitude. Pas d’héritier à doter, plus de parents sur lesquels s’appuyer, un conjoint engagé dans une autre voie professionnelle : l’activité, même rentable, même appréciée, ne fait plus sens, et le renoncement s’avère d’autant plus douloureux que l’exploitation est héritée des générations précédentes. S’ajoutant à ce phénomène, les nouvelles exigences des politiques agricoles mettent à mal le système de valeurs attaché au métier d’agriculteur, induisant un décalage souvent mal vécu entre la représentation d’un métier et les attendus politiques.

Maître et fils spirituel À l’université, les conditions d’une relation filiale se créent traditionnellement entre un directeur de thèse et son élève, comme en témoignent les qualificatifs « second père » ou « fils spirituel ». Dans une récente conférence qu’elle a donnée à Besançon à l’invitation du LASA, l’historienne Françoise Waquet, directrice de recherche CNRS, explique que « l’entrée des femmes à l’université bouleverse cet ordre établi, construit sur la masculinité pendant des siècles. » Les liens ne semblent pas se tisser de la même façon entre étudiants et « directrice de thèse » dont on attend une attitude plus maternelle, au risque de la spolier dans la reconnaissance de ses compétences professionnelles. L’interaction maître / disciple ne semble pas pouvoir se décliner au féminin, l’idée même d’un binôme mère / fille spirituelle paraissant totalement incongrue. L’évolution doit aussi beaucoup au contexte. La démocratisation de l’université depuis 1968, et avec elle l’augmentation des effectifs, impose le suivi d’un plus grand nombre de thèses par un même directeur. Tisser des liens privilégiés devient alors plus difficile. Par ailleurs, la mise en place en 1998 de contrats de thèse entre doctorant et directeur génère une relation d’une autre nature, qui, purement professionnelle, pourrait anéantir « le lien d’âme qui fondait la transmission ».

Jacques-Jouvenot D., Vieille Marchiset G. (sous la direction de), Socio-anthropologie de la transmission, éditions L’Harmattan, collection « Logiques sociales », 2012 ÆContact : Dominique Jacques-Jouvenot - Laboratoire de sociologie et d’anthropologie - Université de Franche-Comté Tél. (0033/0) 3 81 66 51 34 - dominique.jacques-jouvenot@univ-fcomte.fr

22  /////////////////////////////////////////////////////////////////////////// En Direct n°249 - septembre - octobre 2013


terre d’inventeurs //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Remonter le temps jusqu’à Lip Conflit social réputé le plus emblématique de l’après-mai 1968, l’affaire Lip s’avère aussi une expérience hors du commun pour ses acteurs, différemment vécue mais indiscutablement marquante pour tous. L’exposition Lip 73… ça peut toujours servir donne la parole à ces salariés qui, mêlant alors blouses blanches et bleues sous la bannière du collectif, portent leur regard d’aujourd’hui sur ce qu’ils ont vécu voilà quarante ans.

Une ouvrière droite et honnête promenant deux valises de montres à Paris, avec la ferme intention de les revendre ? Une deuxième, connue pour sa réserve, prenant la parole devant un auditoire de cinq cents personnes ? Un employé des télécommunications encore, installant une écoute téléphonique lors des négociations d’Arc et Senans de façon à ce que « les Lip » aient une longueur d’avance sur le négociateur ? « La force du collectif » décrite par Charles Piaget, l’un des porte-parole des Lip, est derrière chacun des mouvements des acteurs du conflit. Les gens se révèlent, prennent part aux décisions, sont amenés à voyager, en France et au-delà des frontières, se libèrent du poids de la hiérarchie et agissent… L’expérience est à ce point bouleversante qu’elle suscite des paroles comme « je n’ai jamais pu reprendre le travail sur ma machine, avec quelqu’un qui me commande », « c’était impossible de retourner à mon établi ». Cette force-là va sans doute même jusqu’à peser sur la célèbre décision de ne pas accepter le plan de restructuration proposé en octobre 1973 par Henri Giraud, dépêché par le gouvernement français. « On peut se demander si, avec le refus de devoir laisser des collègues sur le bord de la route, poursuivre l’aventure collective n’était pas devenu essentiel », s’interrogent Flavie Ailhaud et Noël Barbe, tous deux ethnologues et chargés de réaliser l’exposition Lip 73… ça peut toujours servir pour l’IUFM de Franche-Comté.

Lip 73… ça peut toujours servir C’est sur la base d’une bonne vingtaine d’entretiens avec les Lip, documentés par un dépouillement d’archives et de productions filmiques et audiovisuelles, qu’ils ont tenté de comprendre les regards contempoOccupation de l’usine, soirée festive, août 1973 - Crédit photo : Bernard Faille rains des acteurs sur l’affaire. Le collectif Lip se construit dès 1968 avec la création de commissions, de groupes de discussion auxquels chacun peut participer pour argumenter sur des aspects économiques comme pour se mettre d’accord sur le nettoyage des locaux. « Les gens se montrent très attachés à l’entreprise et font preuve d’un vrai respect de leur outil de travail ». Peu à peu se constitue une contre-expertise face aux informations patronales. Elle viendra alimenter les prises de décision dans la lutte de 1973 entre syndicats, comité d’action et assemblée générale. La confrontation entre salariés et patronat est réelle, mais les avis divergent sur la marche de l’entreprise et se cristallisent autour de la personnalité controversée de Fred Lip. Si nul ne conteste le génie du créateur, tout le monde ne porte pas le même regard sur un patron tour à tour décrié pour sa « gestion calamiteuse » et ses comportements inattendus, parfois jugé comme un « patron social », parfois comme « antisyndical ». Le portrait de l’entrepreneur reste une « figure brouillée », à l’image des années Lip de 1973 au début des années 1980, dont la mémoire fragmentée et toujours conflictuelle se nourrit de bribes d’histoire et d’archives éparses. L’exposition Lip 73 … ça peut toujours servir est visible du 28 septembre au 15 décembre 2013 à Besançon. Elle est produite par l’IUFM de l’université de Franche-Comté, en partenariat avec la DRAC et l’Association des amis de la maison du peuple et de la mémoire ouvrière de Besançon. ÆContact : Flavie Ailhaud - IUFM - Université de Franche-Comté - Tél. (0033/0) 6 16 80 58 66 - flavieailhaud@gmail.com Noël Barbe - DRAC de Franche-Comté - Tél. (0033/0) 3 81 65 72 00 - noel.barbe@culture.gouv.fr

En Direct n°249 - septembre - octobre 2013  ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////  23 


e

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Journal en direct, Direction de la valorisation, Université de Franche-Comté Tél. (0033/0) 3 81 66 20 95 / 20 88 - endirect@univ-fcomte.fr - http://endirect.univ-fcomte.fr Directeur de la publication : Jacques Bahi. Rédaction : Catherine Tondu. Composition : Marie-Pierre Terreaux et Rudolf van Keulen. Conception graphique : Gwladys Darlot (www.gwladysdarlot.com). Impression : Simon graphic, Ornans / Imprim’vert.

en direct est édité par : Université de Franche-Comté 1, rue Claude Goudimel, 25030 Besançon cedex Président : Jacques Bahi - Tél. (0033/0) 3 81 66 50 03

en association avec : Université de technologie de Belfort-Montbéliard 90010 Belfort cedex - Directeur : Pascal Brochet - Tél. (0033/0) 3 84 58 30 00 École nationale supérieure de mécanique et des microtechniques Chemin de l’Épitaphe, 25030 Besançon cedex Directeur : Bernard Cretin - Tél. (0033/0) 3 81 40 27 00 Établissement français du sang Bourgogne - Franche-Comté 1, boulevard A. Fleming, 25020 Besançon cedex Directeur : Pascal Morel - Tél. (0033/0)3 81 61 56 15 Université de Neuchâtel Avenue du 1er mars, 26 - CH - 2000 Neuchâtel Rectrice : Martine Rahier - Tél. (0041/0) 32 718 10 00 Haute Ecole Arc Place de la gare, 4 - CH - 2002 Neuchâtel Directrice : Brigitte Bachelard - Tél. (0041/0) 32 930 11 11 Avec le soutien du Conseil régional de Franche-Comté et du Conseil général du Territoire de Belfort. ISSN :   0987-254   X . Dépôt légal : à parution. Commission paritaire de presse : 2262 ADEP - 6 numéros par an. Pour s’abonner gratuitement, formulaire en ligne sur http://endirect.univ-fcomte.fr

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

En direct # 249  

Dossier : Horlogerie, la passion à haute complication.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you