Issuu on Google+

Septembre 2013 - n째14

L'institut universitaire de technologies


n°14

p.04

p.23

Le dossier ....................................... IUT d’Aix-Marseille Université : les objectifs d’une fusion.....

La vie des Conseils .......................... Décisions des Conseils ............................................................

Au cœur des campus .......................

p.15 p.15

p.23

Extension Schuman .................................................................

p.23

L’IUFM devient l’ESPE : une nouvelle page à écrire............

p.24

Les directions ..................................

p.25

Nominations au Pharo ............................................................

p.25

UTL : Prendre du temps pour soi...............................................

p.26

SUAPS : Un des acteurs essentiels du sport universitaire .....

p.28

Métiers ........................................... Gestionnaire financier : le goût du chiffre, l’esprit d’équipe

À l’honneur .....................................

p.25

p.04 p.04

p.30 p.30

p.32

Damien Verhaeghe ...............................................................

p.32

Reinoud Jan Bootsma, Jean-Paul Borg et Richard Saurel

p.34

La vie des labos ..............................

p.37

Publication Pierre-Xavier Meschi ...........................................

p.37

Publication Jérôme Dubois ....................................................

p.37

Publication Soizic Terrien et Christophe Vergez ...................

p.38

Publication Ignacio Casuzo, Felix Rico et Simon Scheuring

p.38

La science pour tous ........................

p.39

Le projet LEB’IN ou comment renforcer la recherche et l’innovation dans le domaine de la santé au Liban...........

Innovation ......................................

p.39

p.41

Antenna-in-box, grande avancée dans le monde de l’infiniment petit .......................................................................

Ensemble ........................................ ORIGAMU : La phase de positionnement des agents démarre

Paroles d’experts ............................. Un bébé électronique pour simuler une réanimation néonatale

p.41

Brèves ............................................

p.41

p.42 p.42

p.46 p.46

p.48

Directeur de la publication : Yvon BERLAND / Directeur de la rédaction : Patrice VANELLE Rédactrices en chef : Delphine BUCQUET, Aude CASTILLE / Conseiller : José SAMPOL Rédaction : Marie GAIDOUKOFF, Claudie GALNON, Caroline SIMUNDZA / Infographistes : Amandine COMTE, Frédéric ESCALIER, Isabelle ROULET./ Conception graphique : Amandine COMTE / Imprimerie Aix-en-Provence : Direction déléguée à l’exploitation et à la logistique Pilotage des systèmes d’impression - Franck Esménard Aix-Marseille Université - 58 bd Charles Livon - 13284 Marseille Cedex 07 Tél. : 04 91 39 65 00 - Fax. : 04 91 31 63 74 / dircom-contact@univ-amu.fr / www.univ-amu.fr CPPAP N° 0904 B 05378 / Tirage : 2 700 ex. / Dépôt légal : septembre 2013 / ISSN : 2259-2091 Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses représentants est illicite (art. A du Code de la Propriété Intellectuelle). Illustration/Photo de couverture : Isabelle Roulet

La lettre d’AMU n°14


Sophie Lengrand-Jacoulet Directrice de l'IUT

Le 1er janvier 2013, les IUT des 3 ex-universités d’Aix-Marseille ont fusionné. Cet IUT est désormais le deuxième de France par le nombre de ses étudiants et de ses personnels. Au-delà de cet aspect quantitatif, les objectifs de cette fusion méritent d’être rappelés : Il s'agit de construire un établissement pourvu d’une identité originale, au croisement entre la « marque IUT », telle qu’elle existe depuis 45 ans, et son évolution rendue nécessaire par les modifications de son environnement, notamment celle de l’université. La richesse et la diversité des pratiques dans les 3 anciens IUT doivent permettre l’émergence de ce nouveau modèle  ; il affirmera sa place de composante importante dans l’université d’Aix-Marseille en s’inscrivant activement dans la dynamique de développement d'AMU. L’IUT fusionné permet aussi de mieux adapter, grâce aux multiples complémentarités entre ses départements, une offre de formation déjà très riche et attractive qu’il convient de faire évoluer par une mise en adéquation permanente de ses contenus aux besoins du monde professionnel. Cette fusion est également l’occasion de consolider et de développer les liens et les partenariats existants : ceux passés avec les composantes d’Aix-Marseille Université, ceux existants avec le monde professionnel et les collectivités locales, et tous ceux qui restent à mettre en place pour implanter encore plus solidement le nouvel IUT dans son environnement. Enfin, le maintien d’un ancrage fort au sein du réseau national des IUT (ADIUT) est un impératif que l’IUT fusionné doit d’autant mieux concrétiser que le modèle d’organisation qu’il élaborera pourra devenir un exemple pour des établissements eux-mêmes en questionnement sur leur devenir.

La lettre d’AMU n°14

3


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

IUT d’Aix-Marseille Université : les objectifs d’une fusion Les défis de l’IUT unique sont nombreux. Ils sont ceux d’un établissement nouvellement fusionné : mise en place de nouvelles équipes, définition d’un organigramme, émergence de nouvelles missions, réorganisation administrative, rédactions de procédures centralisées. Aujourd’hui, le plus grand pari est de créer un nouveau modèle d’établissement qui fasse référence, tout en conservant les éléments fondamentaux qui en ont fait le succès : le département, la relation avec le monde professionnel, l’ancrage dans un réseau national.

4

Une structuration en départements

fessionnelles, un ou des diplômes d’université, et toutes actions de formation spécifique.

Organisation Le département est la pièce maîtresse du système IUT : chaque département constitue une entité pédagogique autonome organisé autour du DUT, pouvant inclure une ou des licences pro-

Le chef de département en est le chef d’orchestre. Entouré d’une équipe constituée au minimum d’un directeur des études et d’un responsable de formation, il bénéficie de moyens significatifs alloués à son département : des locaux, un secrétariat et un budget. C’est l’équipe du département qui prend en charge l’adaptation du programme pédagogique national (PPN) aux réalités locales ; qui met en place des modalités pédagogiques spécifiques en fonction de ses publics ; qui recrute ses étudiants et les encadre au plus près de leurs besoins afin que leur taux de réussite au diplôme soit optimal ; qui gère les relations avec l’environnement professionnel. C’est avec ce dernier que le département étudie et anticipe les besoins des entreprises relatifs aux nouveaux métiers et crée des formations susceptibles d’y répondre.

La lettre d’AMU n°14


Les

chiffres-clés :

5 300 étudiants

336

enseignants

Laurent Carmignac

187

Enseignant au département informatique Site d’Arles

personnels BIATSS L’IUT joue un rôle d’ascenseur social. Certains départements n’ont pas attendu un texte de loi pour accueillir des bacheliers issus des filières technologiques. Par exemple, sur la cinquantaine d’étudiants que compte le département informatique, environ 20% sont issus de baccalauréats technologiques. Cette population hétérogène est un vrai atout pour l’IUT. Autre point fondamental et spécifique de l’institut : son insertion territoriale. En proposant des formations universitaires dans les territoires excentrés tels que Gap, Digne, la Ciotat, Salon ou Arles, l’IUT propose aux étudiants divers lieux d’études dans les Bouchesdu-Rhône, les Hautes-Alpes, les Alpes-de-Haute-Provence, permettant aux plus défavorisés de minimiser les coûts induits par un déplacement dans les deux grosses villes universitaires que sont Aix et Marseille. L’IUT sélectionne sur dossier mais nous donnons priorité à des bacheliers issus des bassins de formation de nos sites. Cet objectif de proximité et d’implantation territoriale des pôles de l’IUT est un point important surtout pour les étudiants issus de familles modestes. Ils peuvent ainsi rester dans leur ville d’origine, du moins durant les deux années d’IUT, car 75% des étudiants (tous départements confondus) continuent ensuite leurs études et sont amenés, alors, à s’éloigner.

plus de

800

intervenants extérieurs

8

sites géographiques Aix-en-Provence, Arles, Digne-les-Bains, Gap, La Ciotat, Marseille (Luminy et Saint-Jérôme), Salon-de-Provence

23 18

départements

spécialités de DUT

5

45

licences professionnelles

La lettre d’AMU n°14


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

Le PPN au cœur de l’activité pédagogique du département Les programmes pédagogiques nationaux organisent de façon

très détaillée l’enseignement suivi par les étudiants pendant leurs deux années de DUT. Le schéma général en est le suivant : une première unité d’enseignement (UE)

Roland Occelli

Administrateur provisoire de janvier à juin 2013 Professeur des universités

La fusion des 3 IUT au 1er janvier dernier a entrainé leur disparition, il a fallu repartir de zéro et organiser de nouvelles élections (conseil d’institut, président du conseil, directeur) ainsi qu’une structure provisoire prévoyant sur chaque pôle, un responsable et une coordinatrice administrative. Durant cette période, un redécoupage géographique a réparti les 8 sites en 3 pôles : « le pôle Aix-en-Provence » (qui regroupe les départements d’Aix, d’Arles et de la Ciotat), le « pôle Alpes » (Digne-les-Bains et Gap), et le « pôle Marseille » (Marseille, Salon-de-Provence, Luminy). Outre la préparation des élections, il a fallu mettre en place une structure administrative et financière provisoire car les 3 ex-IUT avaient des modes d’organisation assez différents. J’ai travaillé, durant 6 mois, en étroite collaboration avec les 23 chefs de départements, les services administratifs des anciens IUT et les services centraux de l’université. Je tiens à les remercier pour leur collaboration active.

6

Ce que je retiens de ces 6 mois, c’est un accueil chaleureux des personnels sur tous les sites et une grande motivation pour réussir cette fusion. Les personnels avaient besoin d’être rassurés et de comprendre les tenants et aboutissants de ces changements, l’éclatement géographique des sites (d’Arles à Gap il y a plus de 250 kilomètres) n’a pas facilité les choses. Ce rôle d’administrateur provisoire a été passionnant et, au vu de ce que nous avons réalisé aujourd’hui, je suis confiant pour l’avenir de cet institut !

est dévolue aux enseignements généraux universitaires ; une deuxième est consacrée à des enseignements dits « cœur de métiers » ; une troisième, consacrée à la professionnalisation, est constituée d’un stage en 1ère année (selon les départements), d’un stage en 2ème année, et de projets tuteurés. Par ailleurs, les PPN ont instauré depuis déjà une dizaine d’années le projet professionnel personnalisé (PPP). Ce module permet à un étudiant, dès sa première année d’étude, via différentes activités encadrées, de construire un parcours qui le mènera vers le métier qu’il aura choisi. Ces PPN, qui sont régulièrement actualisés, constituent une référence permettant de travailler en conformité avec les réformes des lycées, dans la logique « bac -3, bac +3 », et d’adapter en permanence les enseignements à l’évolution des publics qui entrent à l’IUT.

Le département au service de l’étudiant Les méthodes pédagogiques permettent aux équipes de s’adapter aux besoins des étudiants qu’elles accueillent : tutorat (par un enseignant ou par des étudiants de 2ème année), soutien (selon la discipline), contrôle continu des connaissances et contrôle de l’assiduité par la direction des études du département : celle-ci assure par ailleurs une écoute et un suivi permanent des étudiants sur d’éventuelles difficultés matérielles

La lettre d’AMU n°14


Lionel Nicod

Directeur adjoint de l’offre de formation de l’IUT Enseignant au sein du DUT « techniques de commercialisation »

L’IUT est composé de 23 départements et propose 45 licences professionnelles, 18 DUT et une dizaine de DU. Que ce soit en formation initiale, en alternance, en contrat de professionnalisation, en formation continue ou par le biais des passerelles pour des étudiants ayant commencé un cursus à la fac, l’offre de formation de l’IUT balaye la plupart des domaines professionnels du tertiaire (gestion, commerce, logistique, management, métiers du livre...) et du secondaire (informatique, réseaux et télécoms, génie mécanique, productique...). Nous couvrons presque tous les DUT possibles au niveau national. L’offre de formation de l’IUT allie apports théoriques et pratiques. Les stages ont une grande place, ils sont obligatoires en première année (dans certaines formations du tertiaire) et en deuxième année. Les étudiants réalisent aussi des projets tuteurés par groupes en première et deuxième année.

Des équipements pédagogiques à la pointe de la technologie au service de l'étudiant.

La spécificité de l’IUT réside dans le fort encadrement des enseignants : au sein des départements, nous connaissons et suivons personnellement nos étudiants, notamment via le « projet professionnel personnalisé », nous accompagnons l’étudiant tout au long de son parcours améliorant ainsi son insertion professionnelle. Avec un taux de réussite autour de 85 % pour les DUT, les demandes d’inscription sont fortes, notamment pour les départements tertiaires, et nous sommes obligés de limiter nos inscriptions. Cette sélectivité (en fonction des DUT) ne veut pas dire pour autant exclusion, nous réservons une place aux bacheliers technologiques avec un encadrement particulier via du tutorat et des mises à niveau. Enfin, l’IUT a un fort ancrage territorial et le souci constant de répondre aux besoins réels : pour ouvrir une nouvelle formation, il faut que les entreprises, institutions et étudiants soient demandeurs.

7

La lettre d’AMU n°14


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

ou universitaires. Enfin, chaque département héberge une association d’étudiants à qui il octroie les moyens de mettre en place des projets. Ces projets occupent une place importante dans la vie des étudiants de l’IUT : ils leur permettent en effet, en pleine autonomie, de mettre en pratique les compétences acquises durant leur formation. Pour preuve, les étudiants ne s’y trompent pas : ils se disent avant tout « étudiants de l’IUT informatique » ou « étudiants de l’IUT chimie »... c’est bien sûr une fausse perception, qu’il conviendra de faire évoluer, mais qui montre leur sentiment d’appartenance à l’entité de base que constitue le département.

professionnelle, • aux jurys de délivrance de diplômes, • à la prise en charge d’enseignements ou encore à l’offre de stages... On le voit bien, la collaboration avec le monde de l’entreprise est permanente et elle atteint son accomplissement dans les domaines de l’alternance et de la formation continue.

L’alternance Cette forme d’enseignement est proposé à l’IUT depuis maintenant 20 ans. Elle présente un double intérêt : permettre aux étudiants d’acquérir une expérience professionnelle tout en poursuivant des études (le diplôme est identique à celui de la formation initiale) ; mettre à disposition des entreprises partenaires des candidats préalablement sélectionnés. Le maître de stage (en entreprise) et le tuteur enseignant (à l’IUT) sont en relation constante et co-construisent la formation de l’étudiant. Pour les entreprises, l’alternance constitue un véritable échange au cours duquel elles forment un jeune qui, en contrepartie, leur apporte une aide précieuse à chaque retour de sa formation en IUT.

La collaboration avec le monde de l’entreprise est permanente

Les relations avec les entreprises : un atout essentiel de l'IUT

8

L’IUT propose des formations technologiques en DUT et en licence professionnelle. Leur professionnalisation se traduit par une relation constante avec les branches professionnelles et les entreprises, les associant : • à l’écriture des programmes nationaux de DUT au sein des commissions pédagogiques nationales (CPN), • à l’élaboration en commun des programmes de licence

contrat de professionnalisation, cette forme d’enseignement professionnel est plébiscitée par les étudiants puisque, ces dernières années, la progression des candidats à l’alternance n’a jamais faibli. Aujourd’hui, ils représentent 50 % des inscrits en licence professionnelle, et 8,5 %, des inscrits en DUT, essentiellement en apprentissage. On notera que dans certains domaines (logistique, distribution...), la demande des entreprises dépasse les capacités d’accueil de l’IUT.

La formation continue L’IUT remplit pleinement sa mission de service public en accueillant, orientant et conseillant un public constitué essentiellement de salariés (67%) et de demandeurs d’emploi (33%), dont la formation est soutenue financièrement par

La veille « métiers » Les documentalistes de l’IUT assurent une veille « métiers » construite à partir des revues et des sites spécialisés sur Internet (APEC), du suivi de cohortes de diplômés et du contact avec les anciens étudiants. Les documentalistes publient, tous les ans, une étude sur le suivi des cinq dernières promotions de leur département. Cette étude présente les nouveaux métiers en émergence, nourrit la réflexion des enseignants sur l’évolution des formations et bénéficient aux étudiants pour la construction de leur projet professionnel.

Que ce soit par le biais d’un contrat d’apprentissage ou d’un

La lettre d’AMU n°14


Les formations scientifiques sont en lien étroit avec des problématiques professionnelles.

Marie Marsura

20 ans Étudiante au département GCGP (génie chimique, génie de procédés)

Après l'obtention de mon baccalauréat, je suis partie un an au Brésil, sans projet précis, j’y ai fait quelques missions humanitaires. J'ai ensuite fait une première année de DUT chimie, que j'ai abandonnée faute de motivation après mon année sabbatique. Aujourd’hui, j'étudie la chimie au niveau industriel et des procédés. J'aimerais continuer sur une licence professionnelle au sein de mon département, mais j’attends ma deuxième année pour choisir un secteur. En dehors de mes activités d’étudiante, je viens d’être élue au Conseil de l’IUT. Je me suis présentée dans le but de promouvoir la vie étudiante en montant des projets et en reliant les associations étudiantes déjà présentes sur les différents sites. Puisque l'IUT a fusionné, il serait intéressant que les différents sites échangent plus pour l'épanouissement des étudiants.

9

La lettre d’AMU n°14


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

Mylène Campredon

Directrice adjointe à la Recherche de l’IUT Professeur de chimie au sein du département hygiène sécurité et environnement

L’institut universitaire de technologie possède tous les attributs pour plaire ! Son atout majeur est la diversité des thématiques d’enseignement et de recherche. La formation des étudiants est assurée par des enseignants, des intervenants professionnels extérieurs de grands groupes ainsi que par des enseignantschercheurs. Les 200 enseignants-chercheurs de l’IUT, professeurs des universités et maîtres de conférences, sont répartis sur une quinzaine d’UMR ou structures de recherche ayant des collaborations avec les grands organismes de recherche tels que le CNRS, le CEA, l’INSERM, le CNES, l’IFREMER, l’INRA, certaines de ces unités étant reconnues au plus haut niveau international. Ces enseignants-chercheurs évoluent dans des secteurs divers : physique, économie, gestion, génie thermique, électronique, environnement, communication, géographie, imagerie, chimie, mathématiques, psychologie, sciences de l’information, domaine spatial, biomédical... Ils sont une force vive de l’institut. Leurs activités de recherche soutiennent et nourrissent les contenus pédagogiques des cours qu’ils dispensent et permettent une adaptation des enseignements en fonction de l’évolution des disciplines.

10

Aujourd’hui, l’enjeu de l’IUT unique est de développer une politique de recherche ambitieuse et cohérente pour faire émerger les compétences présentes et accroître la visibilité des activités des enseignants-chercheurs. Dans un futur proche, nous accompagnerons mieux les enseignants-chercheurs isolés car éloignés de leurs laboratoires de rattachements, notamment sur les sites d’Arles, Gap et Digne-les-Bains. Une attention particulière sera portée aux plateformes technologiques d’AMU accueillies par l’IUT, dorénavant gérées par ProtisValor Méditerranée.

le Conseil régional PACA. Les parcours sont totalement individualisés : aucun dossier ne ressemble à un autre et la prise en charge des stagiaires de formation continue devient un véritable « accompagnement sur mesure ». Toutes les formations de l’IUT sont ouvertes en formation continue ; certains cursus (le DUT GEA –gestion des entreprises et des administrations– à Aix et à Marseille) étant organisés spécifiquement pour ce public. L’IUT propose également des formations courtes qualifiantes dans ses domaines de compétences : aéronautique, commerce, informatique industrielle, communication, réseaux (l’IUT est Académie CISCO depuis de longues années). Ces formations répondent à des besoins clairement formulées par des entreprises. Des partenariats sont actuellement développés pour pérenniser ce type de relations. La variété des formations de l’IUT offre de nombreuses possibilités à exploiter dans le domaine de la formation continue, et on peut raisonnablement penser que l’IUT fusionné va constituer un excellent levier pour développer ce potentiel. Formation continue, alternance, co-construction pédagogique

La lettre d’AMU n°14


Ludovic Prades

21 ans Jeune diplômé DUT « techniques de commercialisation » en alternance Après avoir raté une première année d’économie à la faculté mais ayant toujours été attiré par la gestion et le commerce, j’ai intégré le DUT « techniques de commercialisation », il y a deux ans. Je suis en alternance depuis la première année. L’IUT a de nombreux partenaires dans la grande distribution, les banques, les PME et, grâce à ce réseau, j’ai pu intégrer la BNP sur Aix-en-Provence puis sur Salon. Cette expérience m’a apporté une vraie expérience professionnelle. Durant deux ans, avec deux semaines en entreprise et deux semaines à l’IUT, le rythme de travail a été soutenu mais c’était très enrichissant. Toute ma promotion est satisfaite des deux années qui viennent de s’écouler, nous en avons tous retiré quelque chose de positif : nous avons appris à négocier, à nous exprimer, à conseiller...

En licence professionnelle, le taux d'insertion est proche de 90%

Je pars bientôt préparer une « licence business » à l’université de Dublin, j’ai envie d’améliorer mon anglais et d’avoir une expérience à l’étranger. Après, je rentrerais en France et j’essayerais d’intégrer l’IAE ou une école de commerce. Je n’ai pas encore d’idée précise sur mon projet professionnel, je veux un travail avec du challenge et de l’animation, pourquoi pas du conseil en entreprise.

La lettre d’AMU n°14

Un taux de pression de 8 dossiers pour 1 place pour les formations en commerce, marketing et gestion de l'entreprise.

11


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

sont les facettes toutes inextricablement liées d’une relation de confiance et de réciprocité avec le monde de l’entreprise. Ces différents partenariats se retrouvent dans les structures paritaires de gouvernance des IUT : les entreprises et les organisations professionnelles y siègent à parité égale avec les enseignants au sein des CPN et à la CCN, et sont largement représentées (1/3 des membres) au sein des conseils d’IUT dont ils assurent la présidence. Dans ce domaine, l’IUT d'AMU ne déroge pas à la règle !

La force d'un réseau Tous les IUT de France ont une double appartenance : à leur université de tutelle et au réseau des IUT à travers l’ADIUT (Assemblée des Directeurs d'IUT). Ce maillage de 115 IUT répartis sur l'ensemble du territoire garantit une cohérence nationale à leur action en mutualisant leurs bonnes pratiques et en initiant des projets partagés collaboratifs.

12

Au plan pédagogique par exemple, les chefs de départements se rencontrent et travaillent ensemble dans les assemblés de chefs de départements (ACD). À chaque spécialité de DUT correspond une ACD. Ce sont ces dernières qui actualisent régulièrement les programmes pédagogiques nationaux. La mutualisation des pratiques pédagogiques se fait également à travers plusieurs associations

ou projets collectifs. La « centrale des IUT » par exemple, conçoit et diffuse des produits pédagogiques (études de cas, jeux d'entreprise, produits multimédias) ; « Créa-IUT » regroupe des départements impliqués dans la création d'entreprises et l'entrepreneuriat ; le campus numérique « IUT en ligne » propose à la communauté des enseignants et étudiants une médiathèque comportant des ressources pédagogiques numériques en lien avec les PPN, créées en interne puis expertisées, ainsi que des services d’ingénierie pédagogique ; « l’APLIUT » regroupe les enseignants de langues et les chercheurs linguistes (allemand, anglais, espagnol, italien et français langue étrangère). L’ADIUT, qui réunit régulièrement les directeurs d’IUT est également composée de Commissions bénéficiant d’une certaine marge de liberté pour développer de nouveaux projets, valoriser des expérimentations et favoriser les mutualisations : • Dans le domaine des relations internationales, la « Commission R.I. » a mis en place des programmes d’accueil d’étudiants originaires d’Afrique, d’Amérique du sud et d’Asie dont elle assure le fonctionnement auprès de tous les IUT : sélection (le niveau scolaire, linguistique et la motivation des candidats sont évalués) et suivi (via réunions, fiches d’évaluation et budget associé).

La lettre d’AMU n°14


Sandrine Alinat

Directrice adjointe de l’IUT, responsable du pôle Alpes et maître de conférences en géographie

Le développement durable (DD) est une thématique indissociable des actions et formations de l’IUT sur le site de Digneles-Bains. J’espère que le site de Gap de l’IUT, récemment rattaché à celui de Digne, prendra la même voie. Nous appliquons la « Charte des universités françaises pour le développement durable », signée par l’ex-université de Provence le 3 juillet 2008, et la déclinons à l’IUT sous de multiples formes. Nous encourageons la prise en compte du DD dans les activités de recherche : par exemple, le programme de recherche ANR auquel participent plusieurs enseignants-chercheurs de l’IUT, les actions de notre plateforme technologique Bioval+, ou les « Journées régionales de l’Éducation au DD » que nous organisons chaque année. Dans le programme de la plupart des formations, nous avons inscrit des enseignements liés au DD, soit dans le cadre de l’adaptation locale des DUT (par exemple « économie sociale et solidaire » en DUT gestion administrative et commerciale –GACO), soit dans le choix des options « agronomie » et « génie de l’environnement » en DUT génie biologique (GB), soit dans la création de nos licences pro qui ont toutes les trois une spécialité DD. Nous avons toujours le projet de créer une 4ème licence pro « écologistique » qui concernerait les écodémarches industrielles. À l’IUT, l’habitude est prise de penser « DD » et les étudiants, encouragés par leurs enseignants, organisent et participent à des applications professionnelles dédiées : par exemple, un projet tuteuré sur l’implantation d’une épicerie solidaire, un stage sur une étude d’impact environnemental ou encore des conférences DD mutualisées à plusieurs formations, chaque lundi après-midi. Les récents locaux de l’IUT répondent aux normes environnementales en vigueur et nous avons la chance (et le confort !) d’être chauffés avec une chaudière à plaquettes forestières, alimentée par un producteur local. C’est doublement positif pour l’environnement ! Enfin, les résidences étudiantes favorisent les transports alternatifs en prêtant gratuitement un vélo pour un studio loué. De manière générale, je dirais que la communauté des usagers de l’IUT (site de Digne) reconnaît un intérêt majeur à la vie dans un environnement si privilégié, intérêt qui supplante son éloignement des grands centres urbains...

La lettre d’AMU n°14

13


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

• En communication, la « Com com » propose une veille médias, des événements conjoints et des journées de formation à l’attention des responsables de communication. Les IUT ont leur magazine, le trimestriel « Esprit IUT » tiré nationalement à 80 000 exemplaires et diffusé dans la France entière • En formation continue – alternance, la « commission ADIUT FCA » organise une veille réglementaire, produit des outils (guide du responsable de l’alternance, plaquettes d’offre de formation) et mène des actions de promotion.

Enfin, l’ADIUT joue un rôle politique essentiel et constitue une force de proposition auprès du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Aujourd’hui comme à l’époque de sa création, c’est grâce à l’investissement de ses équipes pédagogiques, à sa proximité avec le monde socio-professionnel, à l’enracinement de ses enseignants-chercheurs dans leur laboratoire de recherche et au professionnalisme de ses personnels administratifs que l’IUT d’AMU continue à rayonner au sein de son université et dans sa région.

Une organisation en équipes À l’IUT, la notion d’équipe est centrale dans l’organisation et le management. L’équipe associe personnel enseignant et personnel administratif et s’entend aussi bien au niveau de la Direction de l’établissement (Comité de direction) qu’au niveau des binômes affectés à chaque grande mission. Cette organisation se retrouve dans les départements qui associent enseignants-chercheurs, enseignants, vacataires professionnels et personnel administratif. La répartition des rôles et des tâches, la coopération dans l’action et le partage des bonnes pratiques développent une compétence collective permettant d’atteindre les objectifs fixés par la direction.

23 départements • • • • • • • •

14

• • • • • • • • • • •

Carrières sociales Chimie Génie biologique Génie chimique génie des procédés Génie électrique et informatique industrielle (2 sites) Génie mécanique et productique Génie thermique et énergie Gestion administrative et commerciale des organisations Gestion des entreprises et des administrations (3 sites) Gestion logistique et transport Informatique Informatique, Imagerie numérique Hygiène, sécurité, environnement Mesures physiques Métiers du livre et du patrimoine Métiers du multimédia et de l'internet Qualité, logistique industrielle et organisation Réseaux et télécommunications Techniques de commercialisation (2 sites)

La lettre d’AMU n°14


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

Retrouvez les procès-verbaux des conseils dans leur intégralité sur : www.univ-amu.fr (Rubrique Université/Instances)

Conseil d'Administration 13 mai 2013 Ordre du jour

Relevé de décisions

• • • •

Approbations : • Le bilan de la phase 2 du projet d’organisation administrative et technique cible de l’université d’Aix-Marseille (ORIGAMU) portant sur la répartition des activités

Actualités Bilan de la Phase 2 Lancement de la Phase 3 Questions diverses

par niveaux de structure (centre/ campus/composantes). • Le lancement de la troisième phase du projet ORIGAMU portant sur la répartition des moyens humains.

28 mai 2013 Ordre du jour • Approbation du procès-verbal du Conseil d’Administration du 23 avril 2013 • Actualités • Dossier : « Partenariat entre l’université d’Aix-Marseille et l’Association MP 2013 » présenté par M. Fouchet • Compte financier de l’université d’Aix-Marseille pour l’année 2012 • Présentation du compte financier • Intervention des commissaires aux comptes • Approbation du compte financier • Sortie d’inventaire d’un bien matériel • Présentation du rapport d'audit de la DRFIP sur la masse salariale de l’université d’Aix-Marseille • Proposition de taux de rémunération pour les intervenants participant à titre accessoire à des activités de formation et de fonctionnement de jurys de validation des acquis de l’expérience (VAE) organisées par le SUFA • Dossier d'accréditation de l’école supérieure du professorat et de l'éducation (ESPE) d’Aix-Marseille • Formation continue : tarifs pour l’année 2013-2014

La lettre d’AMU n°14

Relevé de décisions • Tarifs du SUFLE : formations non diplômantes de l’ex-IEFEE • Bornage de l'année universitaire 2013/2014 • Montant de la subvention attribuée aux associations étudiantes ayant des élus aux trois conseils centraux pour l’année 2013 • Avis de la commission FSDIE-Projets du 29 avril 2013 • Désignation du Vice-président chargé des relations internationales • Charte nationale de la CPU pour l’égalité entre les femmes et les hommes • Désignation des membres du conseil de gestion des presses universitaires • Modification des statuts de l’UFR ALLSH • Convention entre la fondation de coopération scientifique « Méditerranée Infection » et l’université d’Aix-Marseille • Présentation des expertises des projets immobiliers du CPER 20072013 : 5 expertises modificatives et 4 expertises nouvelles • Accompagnement financier des chaires mixtes université/EPST • Questions diverses

Approbations : • Le compte financier de l’université d’Aix-Marseille pour l’année 2012, l’intégration du report à nouveau dans les réserves et l’affectation du résultat au compte 1068 « Réserves ». • La sortie d’inventaire du « Robot Spotteur Microgrid 2 » détenu par l’unité de recherche TAGC. • Les taux de rémunération des intervenants participant à titre accessoire à des activités de formation et de fonctionnement de jurys de VAE organisées par le SUFA. • La transmission au Ministère de l’Enseignement et de la Recherche du dossier d’accréditation de l’École supérieure du professorat et de l'éducation (ESPE) d’Aix-Marseille. • Les tarifs de la formation continue pour l’année 2013-2014. • La grille tarifaire correspondant aux formations non diplômantes du périmètre ex-IEFEE du SUFLE. • Le bornage de l'année universitaire 2013/2014 du 1er septembre 2013 au 30 septembre 2014. • Les dispositions relatives à l’attribution des subventions aux associa-

15


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

tions étudiantes ayant des élus au sein des conseils centraux de l’université pour l’année 2013. • Les avis de la commission FSDIE du 29 avril 2013. • La charte interministérielle pour l’égalité entre les femmes et les hommes. • La désignation des membres du conseil de gestion des presses universitaires répartie selon les différents secteurs de l’université d’Aix-Marseille.

• Les modifications apportées aux statuts de la faculté ALLSH. • La convention entre la fondation de coopération scientifique « Méditerranée Infection » et l’université d’Aix-Marseille impliquant le versement d’une subvention à la fondation. • L’attribution d’une dotation annuelle de 10 000 € aux unités d’accueil de lauréats de chaires mixtes EPST/université pendant la période définie dans le cadre de la convention établissant le

• •

• •

partenariat entre l’organisme et l’université. Le dossier d’expertise présentant le programme « Maison de la recherche – site Pauliane ». Le dossier d’expertise présentant le programme « Projet Arts ». Le dossier d’expertise présentant le programme « Installation du siège d’Aix-Marseille Université ». Le dossier d’expertise présentant le programme « CERIMED ». Le dossier d’expertise présentant le programme « Neurosciences ».

25 juin 2013 Ordre du jour

16

• Approbation des procès-verbaux des Conseils d’Administration des 13 et 28 mai 2013 • Actualités • Dossier : > Présentation des missions de Mme Marie Masclet, chargée de mission documentation, bibliothèques et publications > Projet de création d'archives ouvertes, présenté par Mme Masclet > Présentation du rapport d’activité du SCD pour l’année 2012 par Mme Anne Dujol • Présentation de l'activité du comité d'audit par son président Bernard Dizambourg • Organisation du dispositif de contrôle interne, présentée par M. Philippe Djambazian • Compte financier consolidé pour l’année 2012 (et intervention des commissaires aux comptes) • Nomination de deux chargés de mission auprès du Vice-président du Conseil Scientifique : > Recherche et relations internationales > Investissement d'avenir hors IDEX • Récapitulatif trimestriel (2ème trimestre 2013) des décisions prises et des contrats et conventions approuvés par le Président en vertu de la délégation de pouvoir du Conseil d’Administration

• Présentation des expertises des projets immobiliers du CPER 20072013 (Suite) • Plan de sécurité relatif au site de Saint-Charles • Guide de l'Évaluation des Formations et des Enseignements par les Étudiants (EFEE) • Tarifs de formation continue pour les diplômes nationaux • Diplômes d'Université • Capacités de médecine • Conditions générales de recevabilité des demandes d’exonération des droits d’inscription • Complément grille tarifaire SUFLE (ex-SCEFEE) • Avis de la Commission FSDIEProjets du 30 mai 2013 • Questions diverses

Relevé de décisions Approbations : • Le compte financier consolidé de l’université d’Aix-Marseille pour l’année 2012 et l’affectation du report à nouveau au compte 106822 « Réserves ». • Le dossier d’expertise présentant le programme « Cafétéria Montperrin ».

• Le dossier d’expertise modificative présentant le programme « OCEANOMED ». • Le dossier d’expertise modificative présentant le programme « Développement de la Formation et de la Recherche Saint-Jérôme ». • Le dossier d’expertise modificative présentant le programme « Infectiopôle ». • Le Guide de l'Évaluation des Formations et des Enseignements par les Étudiants (EFEE). • Les tarifs de la formation continue pour l’année 2013-2014 (vague 2). • La liste des Diplômes d’Université proposés par l’université d’AixMarseille pour la rentrée 2013-2014 (vague 1). • La transmission aux instances ministérielles des dossiers correspondant à deux capacités dispensées par l’UFR de médecine (capacités d’allergologie et de médecine d’urgence). • Les conditions générales de recevabilité des demandes d’exonération des droits d’inscription. • Le complément apporté à la grille tarifaire correspondant aux formations non diplômantes du périmètre ex-SCEFEE du SUFLE, dont la première partie a été approuvée par le CA du 23 avril. • Les avis de la Commission FSDIE du 30 mai 2013 sur les projets soumis par les étudiants.

La lettre d’AMU n°14


Conseil Scientifique 21 mai 2013 Ordre du jour • Informations générales • Présentation du pôle de compétitivité Optitec Pop Sud • Aspects financiers • Contrats doctoraux interdisciplinaires • Dotation de fonctionnement des chaires mixtes AMU/CNRS • Cotutelles internationales de thèses • Dispenses de master 2

Relevé de décisions Informations générales • Délégations CNRS Le VPCS a annoncé une sélection de trente-neuf candidats accueillis en délégation au titre de 2013/2014 auprès du CNRS, correspondant à 15 délégations d'un an et 24 délégations de 6 mois. • Archivage électronique Suite au travail effectué par Marie Masclet autour de la construction de la politique éditoriale d’AMU et aux différents échanges au sein du CS qui s’est prononcé favorablement pour proposer à la gouvernance une action d’archivage électronique, un groupe de travail va se mettre en place dans le but de favoriser le dépôt de la production scientifique de l’université en archivage ouvert le plus rapidement possible. • Programme opérationnel FEDER Pour répondre à la demande de la DRRT (Délégation régionale de la recherche et de la technologie) concernant la préparation du futur programme opérationnel FEDER, l’université a diffusé des fiches d’intention auprès des unités de recherche pour identifier les besoins en termes d’équipement et d’infrastructures. Ce travail est conduit en concertation avec ses partenaires (CNRS, INSERM, IRD, ECM...).

La lettre d’AMU n°14

Présentation du pôle de compétitivité Optitec - Pop Sud Par Katia Mirochnitchenko, Directrice du pôle de compétitivité Optitec. Il s’agit d’un pôle bi-régional puisqu’il implique les régions Provence AlpesCôte d’Azur et Languedoc-Roussillon. Son objectif est de promouvoir la photonique dans le sud-est de la France à travers la R&D (recherche et développement) afin d’aider les TPE/PME à se développer, mais sans exclure la collaboration avec de grands groupes. Sa communauté de plus de deux cents membres est composée d’une vingtaine de partenaires industriels, de quatre universités et d’une quinzaine de structures d’enseignement supérieur impliquant un peu plus d’une vingtaine de laboratoires de recherche dont la plupart sont des UMR. Le Pôle Optitec qui se positionne comme un cluster de référence au niveau national et international génère une masse salariale importante et le domaine de la photonique reste créateur d’emplois. Un partenariat avec Boston se concrétise actuellement à partir duquel une collaboration avec AMU pourrait être envisagée. Les points forts du pôle Optitec s’intègrent dans quatre secteurs d’activités stratégiques en lien avec d’autres pôles : le Green Photonics (photovoltaïque) avec le pôle Capenergies, l’industrie agro-alimentaire PEIFL (pôle européen d´innovation fruits et légumes), la sécurité et la surveillance avec les pôles Pégase, Mer, SCS et Risques, l’instrumentation scientifique médicale avec le pôle Eurobiomed. La stratégie du pôle réside dans la détection de projets et une démarche de labellisation et d’accompagnement basé sur un système d’expertise adapté. Cent soixante-dix projets ont été labellisés, dont quatre-vingt-cinq ont été financés dans le cadre des programmes FUI, ANR (agence nationale de la recherche) et ISI (innovation straté-

gique industrielle), amenant le taux de succès à 50 %. Le pôle souhaite être un soutien dans la mise en place de formations initiales, apporter une contribution aux projets de culture scientifique ou aider à l’obtention de bourses de thèse CIFRE (exemple des LSH). De nombreuses actions impliquent les membres du pôle dans de grands projets comme ITER, la plateforme CERIMED ou encore dans le domaine de l’astronomie. Les liens avec la recherche se concrétisent par le transfert de technologies : création de start-up ; soutien à des conférences scientifiques ; organisation de journées recherche/industrie... Aspects financiers Le Conseil Scientifique a émis un avis favorable à la transmission des demandes de subvention : • de l’unité DICE UMR 7318 auprès de la CPA (2 500 €) pour le colloque « Participation créative, paysage et urbanisme durable : vers une évolution des pratiques professionnelles et de la gouvernance », • du CERGAM EA 4225 auprès de la CPA (5 000 €) pour la « XXXIIème conférence internationale du RESER », • de la cellule de diffusion de la culture scientifique (DRV d’AMU) pour la manifestation « Reporters de sciences » (appel à projets État-Région APERLA) auprès de la Région (10 000 €) et « Échos des labos, voyages insolites » de la fête de la science 2013, auprès de la Région (4 000 €) et du CG 13 (3 000 €). • du « Laboratoire de psychologie sociale » (LPS EA 849) pour le projet « GD6D » présenté dans le cadre du programme Pacalabs. Ce projet qui implique quatre autres partenaires vise à accompagner chaque citoyen dans ses choix de gestes pour réduire sa production de déchets sur le territoire du Pays d'Aix (48 000 €).

17


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

Contrats doctoraux Le Conseil Scientifique a émis un avis favorable à la proposition de répartition des contrats doctoraux (CD), 145 CD, aux 12 écoles doctorales qui vont toutes bénéficier d’un CD supplémentaire, et sur le principe d’accorder au Collège Doctoral un support de six CD qui seront attribuées dans le cadre d’un appel à projets inter-ED et interdisciplinaire. Dotation de fonctionnement « chaire mixte » Le Conseil Scientifique a approuvé le principe de versement d'une dotation annuelle de fonctionnement de 10 K€ aux unités de recherche d’accueil de chaires mixtes. Demandes de cotutelles de thèses Le Conseil Scientifique a approuvé le démarrage de nouvelles cotutelles internationales de thèses entre AMU et :

l’Universite Tor Vergata Rome et Wirla Branca (CAER, EA 854- ED 355), l’Universitat Duisburg Allemagne (UMR 6127 LAMES- ED 355), l’Université de Montréal (EA 4671 ADEF-ED 356), l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (EA 4235 CIELAM-ED 354), l’Université de Porto (UMR 7309 LPL-ED 356), l’Université de Brasilia (CERGAM EA 4225 2 doctorants- ED 372), l’Université de Bâle (UMR 7268 ADES-ED 67), l’Université Technique de Munich, TUM (CINaM - UMR 7325- ED 352), l’Université Cheikh Anta Diop – Dakar (URMITE UMR 7278 – ED 62), Bogomoletz Institut de Physiologie - Kiev (INS - UMR_S 1106-ED 62) sous réserves de compléments sur le financement, l’Universiteit van Amsterdam (IML – FRE3529,ED 184) et l’Université de Carthage (GREQAM - UMR 7316- ED 372). Demandes de dispenses de master Le Conseil Scientifique a émis un avis favorable aux demandes de dis-

penses de master 2 formulées par l’École Doctorale (ED) 62 (URMITE UM 63 et CRCM UMR_S 1068), l’ED 184 (IML FRE 3529) et l’ED 372 (GREQAM UMR 7316). Création de comités de sélection Le Conseil Scientifique a émis un avis favorable à la création des comités de sélection mis en place pour les recrutements d’enseignants (CDI) en ergothérapie pour la faculté de médecine - Institut de formation en ergothérapie (IFE). Questions diverses • Le Conseil Scientifique a émis un avis favorable au projet APOG définitif (Région PACA) GYPROMARS « Gyptis et Protis à la campagne. L’occupation du massif Marseilleveyre lors de la fondation de Massalia » présenté par le Centre Camille Jullian et porté par le CNRS.

18 juin 2013

18

Ordre du jour

Relevé de décisions

• Informations générales • Présentation de la fondation « maladies rares » • Présentation des pôles de recherche interdisciplinaires et intersectoriels d’AMU • Aspects financiers • Règlement sur le séjour de recherche des chercheurs étrangers au sein de la FDSP • Cotutelles de thèses • Dispenses de master • Création d’un comité de sélection • Questions diverses

Informations générales • Présentation d’un nouveau membre du Conseil Scientifique en remplacement de Pascale Brandt-Pomares : Hélène Cheneval-Armand, maître de conférences en sciences de l’éducation, élue pour siéger en qualité de représentante du collège C du secteur « Autres », pour la durée du mandat en cours. • Résultats d’attribution des bourses doctorales régionales 2013 à AMU : Pour le « volet excellence » : une seule candidature a été retenue sur les cinq présentées, « volet général » : huit projets retenus « volet DAS » (domaine d’activités stratégiques) : sept projets retenus.

• Contrats doctoraux d’AMU attribués au Collège doctoral : Le Conseil Scientifique a octroyé six supports de contrats doctoraux au Collège doctoral pour la rentrée 2013/2014, liés à des projets interÉcoles doctorales/interdisciplinaires. Présentation de la fondation « maladies rares » Nicolas Lévy, directeur du laboratoire « Génétique médicale et génomique fonctionnelle » (GMGF UMR AMU/ Inserm), Professeur en génétique à l’université d’Aix-Marseille et Praticien hospitalier à la Timone, a présenté la fondation de coopération scientifique sur les maladies rares. L’objectif de cette initiative est de favoriser la conduite de projets de

La lettre d’AMU n°14


recherche et d’excellence scientifique ainsi que le partage de la diffusion des connaissances dans ce domaine. Cette entité a été lancée en février 2012 par les cinq membres fondateurs : l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), l’Association française contre la myopathie (AFM), l’Alliance maladies rares (AMR), la Conférence des directeurs généraux de Centres hospitalo-universitaires (CHU), la Conférence des présidents d’universités (CPU). Un plan national accompagné de quarante-sept mesures regroupées en 3 axes ont été déterminées pour renforcer la qualité de la prise en charge des patients, développer la recherche sur les maladies rares et amplifier la coopération européenne et internationale afin de partager l’expertise, les expériences et les ressources disponibles sur les 7 000 maladies rares recensées. La Fondation est organisée en neuf centres répartis sur toute la France, elle est administrée par un conseil d’administration composé de quatorze membres et s’appuie sur un conseil scientifique multidisciplinaire. Pour promouvoir la recherche, la Fondation finance des projets sur la base d'appels d’offres lancés auprès de la communauté médicale et scientifique, afin d’être le trait d’union entre les acteurs de la recherche et de la prise en charge des maladies rares en France. Sa mission consiste à favoriser l’accès aux ressources existantes (technologiques, humaines, financières) et à faciliter l’accès à l’information pour une meilleure prise en charge des malades et le développement de molécules à potentiel thérapeutique. L’équipe se compose de Nicolas Lévy, directeur de la Fondation et de Céline Hubert, Directrice opérationnelle, de sept responsables régionaux et de quatre personnes au siège de la Fondation.

La lettre d’AMU n°14

Présentation des pôles de recherche interdisciplinaires et intersectoriels d’AMU Jean-Paul Moatti, Professeur en économie de la santé à l’université d’Aix-Marseille, a conduit, en collaboration avec le Vice-président du Conseil Scientifique, Denis Bertin et la DRV, à la demande du Président, une réflexion sur les pôles de recherche dont la création était prévue dans les statuts d’AMU dont il a présenté les résultats. Les pôles de recherche visent à fédérer des unités de recherche sur un même thème de recherche générique en accord avec les axes stratégiques définis par le contrat d’établissement de l’université. Ils sont coordonnés par un conseil de pôle qui rassemble les directeurs des différentes unités constitutives et il est animé par un responsable de pôle nommé par le Président de l’université, après avis du Conseil Scientifique et du Conseil d’Administration. Cinq réunions de concertation basées sur cinq domaines de compétences (Énergie ; Environnement planète et univers ; Santé et sciences de la vie ; Sciences et technologies avancées ; Sociétés, cultures et échanges) ont permis d’aboutir à un consensus basé sur un triple rôle des pôles : l’animation scientifique, l’affichage des points forts d’AMU vers l’extérieur et un rôle consultatif pour la prise en compte de l’interdisciplinarité et l’intersectoriel par les instances. 5 pôles ont été définis : • Échanges et dynamiques transculturelles (diversité des langues, des cultures, des économies et des sociétés) • Énergies (sources, usages, territoires, politique et sécurité énergétiques) • Environnement (hommes, milieux, sociétés) • Santé & sciences de la vie (innovations biologiques & biomédicales, enjeux sanitaires et sociaux)

• Sciences, technologies avancées, ingénierie et sociétés Le Conseil Scientifique a approuvé majoritairement, le cadre général et le calendrier de mise en place des cinq Pôles de recherche interdisciplinaires et intersectoriels d’AMU (PR2I) ainsi que leur intitulé. Aspects financiers Le CS a émis un avis favorable aux demandes de subvention : • De l’Institut Carnot auprès de la Ville de Marseille (20 K€) pour l’organisation de l'« international RFID Congress 2013 », • De l’université (DRV/Culture scientifique) pour l’organisation des « Échos des labos, voyages insolites » de la fête de la science 2013 auprès du CR PACA (3 500 €) et du CG 13 (3 500 €), • De l’unité de recherche URMITE UM 63 pour le projet « MEDI-HANDTRACE », auprès du FEDER (57 124 € HT). Règlement sur le séjour de recherche des chercheurs étrangers au sein de la FDSP Les membres du Conseil Scientifique ont approuvé à la majorité des voix à titre expérimental, le règlement relatif aux séjours de recherches des chercheurs étrangers hors Union européenne, applicable au sein de la FDSP. Ce règlement est proposé pour faire face au nombre de plus en plus important de demandes et ainsi mieux encadrer et maîtriser ces demandes, il prévoit les différentes formalités et modalités d’accueil des chercheurs étrangers, le dossier à constituer et la procédure à suivre tout en respectant les formalités préalables d’accueil. Cotutelles de thèses Le Conseil Scientifique a approuvé le démarrage de nouvelles cotutelles internationales de thèses entre AMU et : l’Université La Sapienza Rome et Universidad Autónoma de Coahuila (Mexique) (IMBE UMR 7263), Technical University of Eindhoven (PIIM), l’université de N’Djaména, faculté

19


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

des sciences de la santé (ADEF), Universidade do Estado do Rio de Janeiro (IRSIC), l’université de Laval (Canada) (TELEMME), Freie Universität Berlin (DICE). Dispenses de master Le Conseil Scientifique a émis un avis favorable à la demande de dispense de Master2 formulée par l’École doctorale 62 et présentée par l’URMITE - UM 63. Création d’un comité de sélection Le Conseil Scientifique a approuvé la création d’un comité de sélection pour le recrutement d’une sagefemme enseignante à l’École uni-

versitaire de maïeutique Marseille Méditerranée (EU3M), financé par la Région PACA. Questions diverses • Le Conseil Scientifique a approuvé à l’unanimité l’intégration de l’ECM comme partie signataire de la convention relative à la constitution de la Fédération de recherche des unités de mathématiques de Marseille (FR CNRS 2291 FRUMAM) en sa qualité de tutelle du Laboratoire d’analyse topologie et probabilités (LATP UMR 7353), unité constitutive de la FRUMAM.

• Le Conseil Scientifique a approuvé la nomination de Pierre-Xavier Meschi en tant que directeur du CERGAM. • Le Conseil Scientifique a donné un avis favorable à l’unanimité à la nouvelle composition du Conseil de l’ED 67 correspondant au renouvellement de huit membres extérieurs choisis parmi les représentants du monde socio-économique en lien avec les sciences juridiques et politiques ; à l’élection des cinq représentants des doctorants ; et à la nomination de deux nouveaux directeurs d’unité de recherche.

Conseil des Études et de la Vie Universitaire 2 mai 2013

20

Ordre du jour

Relevé de décisions

• Évaluation : aspects opérationnels • Formation continue : fourchettes et tarifs • Diplômes d’Université 2013/2014 • Tarifs du SUFLE : formations non diplômantes du périmètre ex-IEFEE • Point ESPE (École supérieure de professorat et d’éducation) • Tandem : convention et grille d’évaluation • Bornage de l’année universitaire 2013/2014 • Projets FSDIE

Évaluation : aspects opérationnels Le CEVU approuve le schéma directeur qui fondera la mise en œuvre opérationnelle du dispositif d’évaluation des formations et des enseignements par les étudiants au sein de l’université d’Aix-Marseille. Les rôles respectifs des instances et des acteurs impliqués sont précisés, en vue d’assurer une large concertation dans la conduite du processus. Le mode opératoire proposé garantit un périmètre de confidentialité des retours d’enquête pour les enseignants comme pour les étudiants, tout en permettant une exploitation des données propre à alimenter la démarche qualité globale de l’établissement. L’ensemble des principes adoptés lors de cette séance a vocation à être compilé dans un guide opérationnel. Formation continue : fourchettes et tarifs Le CEVU approuve la définition des fourchettes relatives à la tarification

des frais de formation professionnelle continue pour l’année 2013/2014, hors Diplômes d’Université. Les montants par formation sont ensuite votés pour cette même période pour les composantes suivantes : ALLSH, CFMI, EJCAM, FDSP, FEG, IAE, IMPGT, IUFM, OSU, Pharmacie, Sciences, FSS, IUT (sites d’Aix-en-Provence, Arles, Digne, Marseille) ; les tarifs sont également adoptés pour le pôle universitaire de Gap ainsi que pour le SUFA. Diplômes d’Université 2013/2014 Des échanges sont menés en CEVU, sur la base des nouvelles demandes adressées aux rapporteurs dans le cadre de la campagne d’habilitation des DU 2013/2014. Ces discussions permettent d’affiner les orientations de la politique d’établissement relativement à l’offre de formation ouverte sous forme de diplômes d’université. Le cadrage du processus d’expertise est également précisé.

La lettre d’AMU n°14


Tarifs du SUFLE : formations non diplômantes du périmètre ex-IEFEE La grille tarifaire des formations non diplômantes proposées par le SUFLE (service universitaire de français langue étrangère) au titre du périmètre de l’ex-IEFEE est approuvée par le CEVU. Point ESPE (école supérieure de professorat et d’éducation) Un point informatif est réalisé en séance, précisant l’état d’avancement des travaux dans le cadre de la constitution de l’ESPE d’Aix-Marseille. Sont plus particulièrement développés les aménagements pédago-

giques de pré-professionnalisation organisés au cours du niveau licence, préparant l’étudiant à intégrer un master Enseignement et Formation. Tandem : convention et grille d’évaluation Le dispositif Tandem est présenté. Ce dispositif permet de valoriser, sous forme de bonifications dans les formations, l’engagement d’étudiants auprès d’élèves du niveau secondaire : un partenariat est ainsi formalisé au moyen d’un conventionnement entre le Rectorat de l’académie d’Aix-Marseille et AMU.

Les modalités de l’évaluation des étudiants dans ce cadre, ainsi que l’harmonisation de ces modalités, font également l’objet de discussions en CEVU. Bornage de l’année universitaire 2013/2014 Le CEVU propose une année universitaire 2013/2014 comprise entre le 01/09/2013 et le 30/09/2014. Projets FSDIE Le CEVU approuve les propositions de financement de la commission FSDIE du 29/04/2013.

23 mai 2013 (CEVU exceptionnel) Le projet de demande d’accréditation de l’École Supérieure de Professorat et d’Éducation (ESPE) est présenté au CEVU. Les éléments exposés donnent lieu à des débats nourris, en lien notamment avec l’équilibrage des savoir-faire disciplinaires et des compétences professionnelles au sein des formations dispensées par l’ESPE. La discussion porte également sur les modalités de l’organisation des stages, processus qui nécessitera une importante

coordination entre le Rectorat et l’établissement. De nombreuses réflexions sont par ailleurs échangées sur l’articulation de la phase transitoire qui devrait conduire des anciennes maquettes de formation vers la nouvelle architecture induite par la création de l’ESPE.

d’Aix-Marseille, sur la base des éléments présentés en séance, et sous les deux conditions suivantes : • les parcours de formation proposés seront susceptibles de subir des ajustements à l’issue de l’année 2013/2014 ; • la mise en place des parcours de licence préparatoires aux métiers de l’enseignement sera opérée de façon progressive.

Le CEVU approuve la remontée aux instances ministérielles du projet d’accréditation de l’ESPE de l’académie

21

La lettre d’AMU n°14


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

6 juin 2013 Ordre du jour

Relevé de décisions

• Évaluation des Formations et des Enseignements par les Étudiants (EFEE) : guide opérationnel • Formation continue : tarifs diplômes nationaux • Diplômes d’Université • Capacités de médecine • Critères d’exonération • Complément grille tarifaire SUFLE (ex-SCEFEE) • Prise en compte des absences / dispenses / validations d’acquis • Projets FSDIE

Évaluation des Formations et des Enseignements par les Étudiants (EFEE) : guide opérationnel Une réflexion d’établissement approfondie a été conduite dans la perspective d’élaborer un dispositif AMU performant pour l’Évaluation des Formations et des Enseignements par les Étudiants (EFEE). Le CEVU a ainsi approuvé le guide de référence EFEE. Dans la continuité de ce processus, le CEVU valide le guide opérationnel de l’EFEE : les différents niveaux de mise en œuvre de l’évaluation y sont précisés. Le mode d’organisation retenu répond aux exigences de concertation et de confidentialité formulées dans le guide référence. Emanation du CEVU, une commission de suivi EFEE est instituée en vue de garantir l’harmonisation du dispositif à l’échelle de l’établissement : sa composition permet une représentation de tous les secteurs de formation, ainsi que le maintien d’un lien constant avec les services d’appui à l’évaluation (CIPE et OVE). Formation continue : tarifs diplômes nationaux Le CEVU approuve les montants des frais de formation pour les diplômes nationaux de la composante Polytech Marseille ouverts au titre de la formation professionnelle continue. Diplômes d’Université Dans le cadre de la campagne d’habilitation des Diplômes d’Université de l’établissement, le CEVU émet un avis favorable pour 59 formations.

22

Capacités de médecine Le CEVU approuve la transmission aux instances ministérielles des dossiers correspondant à deux capacités dispensées par l’UFR de médecine

(capacités d’allergologie médecine d’urgence).

et

de

Critères d’exonération Le CEVU approuve les conditions générales de recevabilité des demandes d’exonération des droits d’inscription, le critère pris en considération dans l’examen des demandes étant la survenue de difficultés financières avérées compromettant la poursuite d’études. Complément grille tarifaire SUFLE (ex-SCEFEE) Le CEVU approuve les tarifs de trois formations non diplômantes proposées par le SUFLE au titre du périmètre de l’ex-SCEFEE. Prise en compte des absences / dispenses / validations d’acquis Le CEVU discute les modalités de prise en compte des absences justifiées et injustifiées dans les calculs de notes et de résultats. Les possibles incidences pédagogiques et administratives de cet arbitrage font l’objet de la plus grande attention, qu’il s’agisse des conditions de validation des enseignements, ou du maintien de la bourse sur critères sociaux, par nature lié au contrôle d’assiduité aux examens. Par ailleurs, le CEVU se prononce en faveur d’une non prise en compte, dans le calcul des moyennes numériques, des enseignements affectés : • d’une dispense d’examen ; • d’une validation d’acquis. Cette proposition vaut pour l’ensemble des formations LMD de l’établissement. Projets FSDIE Le CEVU approuve les propositions de financement de la commission FSDIE du 30/05/2013.

La lettre d’AMU n°14


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

Opération campus

Extension Schuman

Cet ensemble universitaire est réparti sur environ 6 120 m² de surface. Les bâtiments de l’extension forment un sous-ensemble, séparés par deux axes de cheminement, l’un s'orientant en direction du campus Schuman, l’autre vers le restaurant, la cité universitaire et la future médiathèque. Au centre de ce complexe, un forum convivial valorise l’activité universitaire et les lieux d’échanges. Ces réalisations se caractérisent par un système de façades modernes constituées de lamelles en verre. Il confère aux bâtiments une architecture unique. De plus, une zone de stationnement pouvant accueillir jusqu’à 82 véhicules a été créée sur une zone adjacente à l’extension afin de libérer le site de la contrainte de la circulation. Le premier ensemble nommé « pôle multimédia » est principalement ouvert aux nouvelles technologies informatiques et destiné à de l’enseignement pour le CILSH (centre informatique pour les lettres et sciences humaines) comprenant six salles informatiques et deux salles de

La lettre d’AMU n°14

cours. Deux salles de colloques complètent cet ensemble, l’une d’elle est équipée de cabines de traduction pouvant ainsi accueillir des conférences internationales.

Façade en lamelles de verre du bâtiment de la « Maison de la Recherche » sur le campus d'Aix-en-Provence

Le second pôle, intitulé « Maison de la Recherche » répond aux besoins d’AMU en termes de recherche et d’expérimentation en arts, lettres, langues et sciences humaines. Onze laboratoires de recherche sont implantés dans le bâtiment, bénéficiant de plusieurs salles équipées tel qu’un studio d’enregistrement, plusieurs box d’expérimentations (petites salles fermées où sont placées des caméras permettant d'observer le comportement des sujets), un babylab (laboratoire pour enfants équipé d’un miroir sans tain) ainsi qu’un userlab1. Une bibliothèque est également mise à disposition des doctorants et des locaux de publication destinés aux presses universitaires. Cet ensemble architectural sera complété par un troisième bâtiment dit « bâtiment Porte », réalisé dans le cadre du Plan Campus et dont le chantier est en cours de démarrage.

Crédit photo : Elsa Benichou

Dans le cadre des opérations du Contrat de Projet État Région 2007-2013, l’extension de la faculté ALLSH (arts, lettres, langues, sciences humaines), comprenant les deux bâtiments d’enseignement et de recherche, vient de s’achever.

1 Il s'agit d'un projet de création d'un laboratoire d'usage et d'utilisabilité (ou "user lab"). Ce projet vise à réaliser des recherches de pointe en psychologie et notamment en psychologie ergonomique. De telles recherches peuvent être conduites aussi bien dans le cadre d'expérimentations réalisées au sein de la Maison de la Recherche du Centre Schuman que lors d'études sur le terrain, particulièrement fréquentes en ergonomie.*

23


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

École supérieure du professorat et de l’éducation

L’IUFM devient l’ESPE : une nouvelle page à écrire

Les personnels de l'institut universitaire de formation des maîtres se sont réunis le 9 juillet pour fêter la fin de l'IUFM, mettant un terme à vingt-deux années de succès, d’ambitions et d’inquiétudes parfois lorsque la formation des futurs enseignants semblait menacée. Son directeur Jacques Ginestié a remercié tous les personnels qui ont contribué à la vie de l’institut et se sont investis tout au long de ces années. « Pas de nostalgie, pas de tristesse » selon lui, « mais une nouvelle page à écrire ». À l'heure où l'IUFM était devenu une référence pour la formation et la recherche en éducation en France, des perspectives se sont ouvertes grâce au projet de refondation de l’école de la République. Avec les autres composantes d’AMU concernées par l’éducation et l’enseignement, avec l’université d’Avignon et l’académie d’Aix-Marseille, l’IUFM a relevé le défi d’élaborer, ces derniers mois, une nouvelle formation des enseignants. Un

"Un projet cohérent, bien cadré, équilibré et remarquable"

24

projet « cohérent, bien cadré, équilibré et remarquable par son articulation recherche-formation », selon les experts des Ministères de l’Éducation et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, qui crée l’école supérieure du professorat et de l’éducation (ESPE) de l’académie d'Aix-Marseille. L'université d'Aix-Marseille avait fait à sa composante IUFM une large place, reconnue et respectée par tous. Le Président Yvon Berland a rendu hommage également à la qualité du travail accompli sur l’élaboration du projet ESPE et à l’engagement de Jacques Ginestié.

L'ESPE est présente en Avignon, à Digne-les-Bains, Aix-enProvence et Marseille et représente environ 2 700 étudiants. Jacques Ginestié sera dès la rentrée l’administrateur provisoire de l'ESPE.

L’ESPE de l'académie d'Aix-Marseille, composante d'AMU sera présentée dans le dossier de la Lettre d’AMU d’octobre.

CONTACT

Jacques Ginestié jacques.ginestie@univ-amu.fr Site internet : http://iufm.univ-amu.fr/

La lettre d’AMU n°14


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

Nominations au Pharo :

Bienvenue à deux nouveaux directeurs

Pascal Figueiredo Responsable du service achat

Pascal Figueiredo est responsable du service achat depuis le 2 septembre à la direction déléguée à la commande publique à la DAG, au Pharo. Spécialiste des achats, de formation technique, Pascal Figueiredo en a fait sa spécialité depuis 1994. Il a exercé dans les secteurs privés et publics, dans divers domaines : les aciers, l'informatique, la micromécanique, les télécoms et la fonction publique territoriale. Il a l’expérience de la création, de la structuration et du développement d’un service achats.

Cartographier, définir des stratégies d’acquisition, participer à la démarche globale d’optimisation des coûts, développer les achats durables, mesurer la performance achats, informer régulièrement, former, conseiller les différents acteurs aux achats, développer le service et améliorer sa visibilité, telles sont ses principales missions. « N’hésitez pas à nous contacter pour toute démarche liée aux achats, le service est à votre écoute », livre-t-il.

CONTACT :

04 86 13 61 76 pascal.figueiredo@univ-amu.fr

Élisabeth Pélestor a pris ses fonctions de directrice du pilotage et du contrôle de gestion le 2 septembre, succédant à Julie Atlan. Sa mission consiste à définir les indicateurs nécessaires au suivi et au pilotage de l’activité de l’établissement, élaborer des tableaux de bord, renforcer le dialogue de gestion avec les directions métiers et les composantes par la mise à disposition d’outils et de reportings. Son équipe, basée à la direction centrale au Pharo, se compose de deux contrôleurs de gestion et d’une assistante.

La lettre d’AMU n°14

Élisabeth Pélestor a un parcours professionnel centré sur le contrôle de gestion, exercé au sein de diverses structures et secteurs d’activité. Elle a notamment travaillé plusieurs années dans le secteur de l’immobilier social à Bordeaux au sein d’un organisme HLM, cette expérience lui ayant permis de maîtriser les modes de fonctionnements publics en matière de gestion et de pilotage.

CONTACT :

04 86 13 61 67 elisabeth.pelestor@univ-amu.fr

25 Élisabeth Pélestor Directrice du pilotage et contrôle de gestion


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

Université du temps libre

Prendre du temps pour soi

cursus, ce sont près de 3 500 personnes qui ont fréquenté les cours cette année. Ce chiffre est en constante augmentation : près de 4 000 personnes sont attendues à la prochaine rentrée.

Les activités se déclinent en 4 volets :

Robert Fouchet, directeur de l’UTL

26

L’université du temps libre, créée en 1974, est un service commun d’Aix-Marseille Université, ouvert à tous sans condition d’âge ni de diplôme, qui propose tout au long de l’année un programme riche et varié. Retraités, personnes disposant d’un peu de temps pour leurs loisirs, composent ce public très large, venu pour acquérir des connaissances, pratiquer des activités physiques ou artistiques, dans un esprit d’ouverture et de convivialité. Seule une dizaine d’universités françaises compte en leur sein une UTL : Aix-Marseille Université est très attachée à ce service

qui, depuis 40 ans bientôt, est un créateur de lien social. Le public de l’UTL, souvent investi dans le champ associatif, découvre dans cette immersion culturelle à l’université, un outil de transmission des savoirs, des connaissances et des valeurs. Lieu de culture, lieu de vie et d’échanges, l’UTL bénéficie de l’expertise d’enseignants universitaires, avocats, écrivains, artistes... Plus de 150 intervenants de qualité qui contribuent à son succès auprès d’un public exigeant et surtout passionné. Pour le seul plaisir d’apprendre, sans passage d’examen en fin de

• Les activités hebdomadaires et les stages : l’UTL propose une cinquantaine d’activités chaque année comme l’apprentissage des langues étrangères, des nouvelles technologies de l’information et la pratique d’activités physiques et sportives... • Les séminaires : l’UTL propose une soixantaine de séminaires par an. Cultures du monde, histoire de l’art, musique, cinéma, œnologie, anthropologie, psy-

L’UTL compte • 3 500 inscrits pour l’année 2012-2013

• 240 conférences par an • Une dizaine de personnels • 150 intervenants répartis sur 2 sites : Aix-en-Provence et Marseille

La lettre d’AMU n°14


L’UTL propose plus de 50 activités : arts, langues étrangères, apprentissage des nouvelles technologies, sports...

chologie, les thématiques nombreuses sont variées et suivent, pour certaines, l’actualité culturelle du monde (les expositions de MP2013 Capitale de la culture, la Grèce antique, les grandes crise en Méditerranée, l’art inca...). • Les conférences : il y a deux cycles de conférences par an sur chacun des deux semestres. Des grandes conférences ponctuelles, d’une durée de 3 heures, permettent de mettre le focus sur des sujets de l’ac-

La lettre d’AMU n°14

tualité brûlante, comme les grandes questions politiques dans le monde, le conflit au Moyen-Orient, les questionnements religieux... • Les voyages culturels : excursions à la journée, voyages culturels thématiques.

Avec un public et des intervenants variés, l’UTL est devenue une des références de l’université d’Aix-Marseille offrant à chacun la possibilité de s’ouvrir au monde.

CONTACT :

UTL Marseille 11, rue Edmond Rostand 13006 Marseille Tél : 04 91 36 57 20 / 22 UTL Aix-en-Provence Espace René Cassin 5, avenue Robert Schuman 13100 Aix-en-Provence Tél : 04 86 91 42 60 (ou 61) http://utl.univ-amu.fr

27


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

Service universitaire des activités physiques et sportives

Un des acteurs essentiels du sport universitaire Le sport à AMU, il y en a pour tous les goûts et tous les niveaux. Le SUAPS (service universitaire des activités physiques et sportives) propose 60 activiJean-Dominique Visioli tés, soit plus de 400 séances hebdomadaires, aux étudiants et personnels de l’université, animées par 65 enseignants (professeurs et vacataires). Le SUAPS travaille en étroite collaboration avec le Comité régional du sport universitaire (CRSU), autre acteur essentiel du sport universitaire, pour faire participer les 2 000 étudiants sportifs aux compétitions de la

Fédération française du sport universitaire (FFSU), tant au niveau régional que national. Actuellement, 15 000 étudiants pratiquent un sport, c’est beaucoup mais pas encore assez pour Jean-Dominique Visioli, directeur du SUAPS : « Parmi nos objectifs : augmenter le nombre de pratiquants et atteindre 25 % (18 000) des étudiants, la moyenne nationale. Pour cela, il est nécessaire d’augmenter le nombre de professeurs et de cours ». Le SUAPS offre sur chacun des sites de l’université des équipements pour pratiquer au moins une des activités aussi nombreuses que variées : tennis, aquagym, aviron, musculation, golf, natation... D’autres projets sont à l’étude : développer les activités nautiques (voile, kayak,

plongée), ouvrir une activité golf à Marseille, une activité aviron à Aix. La direction du SUAPS se trouve à Aix et son centre sportif universitaire propose de larges plages horaires afin que les étudiants et les personnels puissent accéder aux activités. Grâce au Plan Campus, de nouveaux locaux (gymnase, mur d’escalade) sont prévus sur le site de Luminy. Cinq sites de pratique sont répartis entre Aix et Marseille, mais le sport ne manque pas de les réunir lors d’événements fédérateurs comme Sentez-vous sport, Sportfac, le championnat de France de danse, ou encore lors de stages et sorties communes (régates de voile).

Chiffres-clés du SUAPS • 15 000 étudiants pratiquants • 60 activités sportives • 400 séances hebdomadaires

28

Développer les activités nautiques telles que la voile est à l'étude.

La lettre d’AMU n°14


La mission sport assure un fonctionnement synergique entre les différents acteurs du sport universitaire Pour renforcer la politique sportive de l’université, la mission sport a été créée lors de la fusion des trois universités. Elle a pour but de développer le sport pour tous, renforcer les pratiques compétitives et organiser ou promouvoir des événements sportifs. Pour mettre en œuvre cette politique, un comité de pilotage placé sous l’autorité du chargé de mission sport se réunit deux fois par an, composé des représentants d’étudiants et des différents acteurs du sport universitaire : le SUAPS, les associations sportives des composantes et d’AMU, le Comité régional du sport universitaire (CRSU). « Il est indispensable d’entretenir et d’exploiter les complémentarités des différents acteurs du sport universitaire pour développer ce dernier » affirme Gilles Montagne, chargé de mission sport. Gilles Montagne

La mission sport s’implique dans différents projets afin d’augmenter la visibilité de l’établissement aux niveaux national et international, renforcer la cohésion au sein de l’université et participer à l’animation des campus. Parmi eux, la convention de partenariat pour les étudiants sportifs de haut niveau, signée le 10 juillet dernier qui prendra effet dès la rentrée de septembre 2013. Alors que ce dispositif d’aide à la performance existait à la faculté des sciences du sport, il sera désormais étendu à l’ensemble de l’établissement. Cette convention va permettre aux étudiants sportifs de haut niveau de combiner projet sportif et études. Le cursus universitaire sera aménagé via la mise en place d’un tutorat académique (un enseignant guide l’étudiant), de règles d’assiduité différentes et des sessions d’examen décalées. Un cadre unique mais suffisamment souple pour être adapté à chaque composante. Toujours dans un esprit compétiteur et fédérateur, un nouveau projet, les Olympiades, est en cours de préparation pour les étudiants et les personnels, organisé conjointement par les associations étudiantes, le CRSU et le SUAPS. Des équipes représentant les différentes composantes d’AMU pourront ainsi s’affronter dans un cadre convivial autour d’épreuves sportives individuelles et collectives. Enfin, ambitieuse et compétente, AMU participe à la candidature de Marseille pour être la capitale européenne du sport en 2017. Auprès de la ville, la métropole et la chambre de commerce et d’industrie, AMU possède de nombreux atouts pour remporter la course : unités de recherche liées au sport (Institut des sciences du mouvement E.-J. Marey, Laboratoire sport management gouvernance et performance), chaire avec Décathlon, Technosport (gymnase expérimental dédié à l’enseignement et la recherche sur les déterminants de la haute performance). La relation entre le sport et l’entreprise est centrale et l’université l’a bien compris.

29 Contacts :

Jean-Dominique Visioli Directeur du SUAPS jd.visioli@univ-amu.fr

La lettre d’AMU n°14

Gilles Montagne Chargé de mission sport gilles.montagne@univ-amu.fr


n o u ve l le r u briq ue ! Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

Gestionnaire financier :

le goût du chiffre, l’esprit d’équipe Quotidiennement, quelques 500 gestionnaires financiers (GF) réalisent des opérations financières et comptables pour l’établissement. Le GF a pour missions principales de procéder aux opérations de commandes, missions et recettes et d’assurer un rôle de conseil, dans le respect de la règlementation, sur son périmètre d’intervention (services, directions, unités de recherche). Selon l’organisation mise en place dans les directions, composantes et unités de recherche, le GF peut soit utiliser SIFAC (logiciel financier et comptable), soit effectuer ses demandes via les DAF campus au travers d’un outil dédié sur l’ENT. Depuis 2013, Sifacweb, une version simplifiée et plus ergonomique que Sifac, est en cours de déploiement. Grâce à cet outil, les gestionnaires polyvalents saisissent leurs demandes dans Sifacweb et non plus via l’ENT, et les gestionnaires des plateformes contrôlent voire modifient

si besoin les données saisies et n’ont ainsi plus à effectuer une double saisie. Il existe 4 types de gestionnaires : • Le gestionnaire Sifac, dit « qualifié » : il utilise directement le logiciel, son activité financière est prédominante (plus de 50 % de son temps de travail), • Le gestionnaire dit « polyvalent » : son activité principale n’est pas de faire de la finance (les secrétaires de département par exemple), il envoie ses demandes de commandes via l’ENT aux DAF campus qui les saisissent dans Sifac, son activité financière est faible, • Le gestionnaire Sifacweb : depuis la mise en place de l’outil, certains gestionnaires polyvalents utilisent cette version simplifiée de Sifac. Les gestionnaires qualifiés des plateformes DAF contrôlent les données saisies, tout en assurant un rôle de conseil de proximité. • Le gestionnaire DAF campus : il

analyse et saisit les demandes du gestionnaire polyvalent. Il a également un rôle de contrôle, conseil, expertise et propose des reportings. Il assure également le bon déroulement des opérations de clôture. Rattachés à leur service, les gestionnaires sont animés fonctionnellement par la Direction des affaires financières, dirigée par Brigitte Carpentier. Le pôle pilotage des DAF campus et assistance-formation SIFAC, avec la cellule contrôle interne, les assiste et les conseille sur les procédures, et l’utilisation de l’outil qui requiert une certaine technicité. « Nous apportons le soutien nécessaire (réunions, ateliers, formations) aux gestionnaires pour leur tâches quotidiennes afin de réussir une clôture de qualité » affirme Claude Renier, responsable du pôle pilotage des DAF campus et assistance-formation SIFAC. Ce réseau de gestionnaires a passé sur l’exercice 2012 plus de 50 000 commandes, 17 000 missions et près de 9 500 titres de recettes.

30

Une profession variée qui requiert une véritable expertise métier et qui comporte beaucoup de relationnel. Capture d'écran de Sifacweb

La lettre d’AMU n°14


Recettes, missions, commandes… quelques exemples concrets : Commandes : matériel scientifique, fournitures de bureau... Mission : frais de déplacement, hôtel, train... Recettes : formation continue, attribution de subvention, coopération scientifique, location de salle...

4 témoignages Annie Gibert gestionnaire qualifiée à la DAF sur le campus Luminy

« Dans mon métier, j'apprécie énormément l'aspect relationnel tant avec l’environnement professionnel que public. Je suis autonome dans la gestion de mes tâches, référente auprès des gestionnaires polyvalents, j’assure également des actions de formation. C'est un poste où il faut posséder rigueur et esprit d’équipe pour assurer le bon fonctionnement de la plateforme financière, et surtout mettre à jour régulièrement ses connaissances sur les règles comptables. »

La lettre d’AMU n°14

Stéphane Nigel Sam Gestionnaire qualifié à la DAF au Pharo

Il travaille quotidiennement sur Sifac en interface avec les gestionnaires polyvalents du siège et avec les comptables des services facturiers. Il reçoit les demandes d’achat, les ordres de missions, de recettes via l’ENT, qu’il prend en charge, analyse, traite puis renvoie sur l’ENT. Disponible, motivé par son rôle de conseiller, il apprécie dans son poste l’aspect audit, contrôle. « Ce qui me plaît dans le fait de contrôler, vérifier les demandes des autres gestionnaires, c’est de pouvoir ensuite leur apporter un meilleur soutien. »

Kaïna Tighilt gestionnaire qualifiée à la faculté des sciences à St-Charles

Malgré une charge de travail qui peut s’avérer importante, surtout en période de clôture, Kaïna aime particulièrement la diversité de son poste et l’exclusivité de la tâche : « J’accomplis mes missions de A à Z, cela permet d’assurer un suivi optimal. Il est indispensable d’être informé sur la réglementation et heureusement, nous le sommes régulièrement par e-mails, réunions, formation, ateliers ».

Michèle Brunier Assistante de gestion à la faculté des sciences à St-Charles

Entrée à l’université en 1998, elle a occupé différents postes avant d’obtenir celui qui lui correspondait : assistante de gestion. Elle assiste la responsable administrative dans les domaines financier, budgétaire et contrôle de gestion, coordonne les activités budgétaires de sa composante. Elle utilise Sifac principalement pour effectuer des restitutions (état des dépenses, des recettes, suivi budgétaire). Elle peut ainsi suivre l’exécution du budget. « J’aime mon métier qui exige beaucoup de rigueur mais qui apporte tant au niveau relationnel. Je peux transmettre mes connaissances, former mes collègues dans mon domaine de compétences, c’est très enrichissant et satisfaisant » assure-t-elle.

31


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

Le DGS d'AMU élu Président de l’association des DGS

Damien Verhaeghe

Directeur Général des Services d’Aix-Marseille Université depuis janvier 2012, Damien Verhaeghe a été élu Président de l’association des Directeurs Généraux des Services d’Établissements Publics d’Enseignement Supérieur, le 30 mai dernier lors du conseil d’administration de l’association à Besançon. Il succède à François Paquis, DGS de l’université Paris Descartes. Damien Verhaeghe était déjà Président par intérim de l’association depuis avril, date de la nomination de François Paquis à l’inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR).

Quelles sont les missions de l’association des DGS ?

32

Cette association nationale a plusieurs objectifs : • l’étude de l’administration et de la gestion de l’enseignement

• •

supérieur et de la recherche en France et à l’étranger, et de son développement, la définition et la mise en œuvre d’une formation professionnelle initiale et continue adaptée à l’évolution de l’enseignement supérieur et de la recherche, la définition et la mise en œuvre d’une politique d’échanges et de communication entre les établissements d’enseignement supérieur et de recherche et le MESR, une coopération avec les universités et écoles étrangères, la défense des intérêts collectifs et individuels des DGS.

Les membres de cette association professionnelle participent à de nombreux groupes de travail avec les acteurs de l’enseignement supérieur (Ministère, CPU, AMUE…). Ils jouent un rôle important dans la politique menée sur l’enseignement supérieur et la recherche. Parmi les 125 DGS de France, environ 80 adhèrent à l’association.

La lettre d’AMU n°14


Comment fonctionne-t-elle ? L’association est divisée en deux «  sous-organisations  » : les groupes régionaux (il y en a 7), j’étais responsable du groupe « sud-est » avant d’être élu Président. Cette proximité permet d’animer un réseau de DGS localement. Il y a aussi des « groupes de travail thématiques » (RH, systèmes d’informations, relations internationales, affaires statutaires, gestion de la recherche et valorisation...) qui permettent de mener des réflexions nationales spécifiques à l'image de la contribution produite aux assises de l’enseignement supérieur. Nous gérons également les situations individuelles difficiles qui peuvent être vécues par nos collègues dans des cas de fin de fonction, à la demande

Biographie • Depuis février 2012 : DGS d’AMU • 2001-2012 : DGS de l’ex-université de la Méditerranée, • 1998-2001 : Secrétaire général de l’université de Perpignan, • Co-auteur de l’ouvrage « l’université française : une nouvelle autonomie, un nouveau management » publié aux presses universitaires de Grenoble en avril 2012.

La lettre d’AMU n°14

de leur Président (dialogue avec le Ministère, accompagnement vers un autre emploi…).

Quel va être votre rôle de Président ? Quels sont vos objectifs ? Avant d’être élu Président, j’ai exercé plusieurs fonctions au sein de l’association des DGS. J’ai d’abord été membre du CA, secrétaire au sein du bureau de l’association puis 1er Viceprésident de François Paquis. Je m’investis depuis des années dans cette structure et je prends mes nouvelles fonctions avec beaucoup d’engagement bien que ma charge de travail soit déjà conséquente au sein d’AMU. Il s’agit d’une certaine continuité au sein de l’association. Mes objectifs seront de travailler sur les impacts de la future loi sur les fonctions de DGS ainsi que poursuivre le dialogue avec le Ministère sur le statut de DGS.

Votre expérience de DGS d’Aix-Marseille Université a-t-elle été bénéfique pour votre élection ? Être DGS d’une grande université comme AMU est une véritable plusvalue dans cette nouvelle fonction de Président de l’association des DGS. Les anciens présidents ont souvent été des DGS à la tête de grands

établissements parisiens, cela n’est pas neutre car le DGS a un rôle stratégique dans le pilotage de l’université, il contribue à l’élaboration de la politique d’établissement définie par le Président. Les deux doivent travailler en binôme, c’est une clé de la réussite, le DGS étant au service de la politique de l’établissement.

Quelques mots pour terminer sur le contexte universitaire actuel Fusion, communauté d’universités ou associations d’établissements... Les universités sont de plus en plus incitées à se regrouper et de nombreux sites s’interrogent à ce sujet. Avec Strasbourg et la Lorraine, nous sommes à ce jour trois universités à avoir fusionné, ce qui nous donne déjà un certain recul. Beaucoup de travail a été accompli entre 2007 et 2012 pour préparer la fusion et donner naissance à AMU. Si le plus dur a été fait, il faut continuer à travailler et rester attentif aux modèles d’enseignement supérieurs en Europe comme à l’étranger afin de prendre exemple sur de grandes universités comme l’université de Manchester (qui a fusionné aussi, il y a quelques années) ou l’EPFL (école polytechnique fédérale de Lausanne) en Suisse.

33


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

Nominations à l'IUF

L’Institut Universitaire de France, réseau continuellement renouvelé de l’excellence universitaire française, a honoré trois professeurs d’Aix-Marseille Université en les nommant « membres seniors ».

Membre senior de l'IUF

Reinoud Jan Bootsma

Reinoud Bootsma a effectué l’ensemble de ses études, jusqu’au doctorat en 1988, à la vrije universiteit à Amsterdam aux Pays-Bas, seule université néerlandaise habilitée à l’époque à délivrer des diplômes dans la thématique émergente des sciences du mouvement humain. Il a ensuite bénéficié du fellowship (équivalent d’un post-doc d'excellence de trois ans) de l’académie royale néerlandaise des sciences, comprenant un séjour d’un an à l’université de Waterloo au Canada en tant que professeur associé. Lors de son retour en Europe, il été accueilli à Marseille en 1992, d’abord par Jean Requin

directeur de recherche au CNRS au laboratoire de neurosciences cognitives, avant d’intégrer la faculté des sciences du sport de l’ex-université de la Méditerranée, sous l’impulsion du Professeur Michel Laurent. Professeur des Universités depuis 1995, Reinoud Jan Bootsma a été membre junior de l’institut universitaire de France de 1998 à 2003. Ses travaux portent sur l’organisation perceptivo-motrice du comportement (posture, saisie, interception, conduite automobile, pilotage d’aéronefs...). Il est l’auteur de plus de 180 publications dont 80 dans des revues internationales de haut niveau.

34

La lettre d’AMU n°14


Membre senior de l'IUF

Jean-Paul Borg est directeur du centre de recherche en cancérologie de Marseille (CRCM) depuis janvier 2012, directeur scientifique de l’Institut Paoli-Calmettes depuis 2006, et Vice-doyen de la faculté de pharmacie depuis 2013. Jean-Paul Borg est professeur des universités à la faculté de pharmacie (biologie cellulaire), praticien hospitalier de classe exceptionnelle et responsable du département de biologie du cancer à l’Institut Paoli-Calmettes. Il est également co-coordinateur de la plateforme protéomique reconnue comme infrastructure nationale par IBiSA1 depuis 2008. Après un doctorat en pharmacie et un internat en biologie médicale suivi d’une thèse de sciences en immunologie (faculté des sciences de Luminy, 1995) sur l’activation de récepteurs à activité tyrosine kinase sous la direction de Daniel

Birnbaum au CRCM, il a effectué un post-doctorat dans le laboratoire « Howard Hughes Medical Institute » du docteur Benjamin Margolis à Ann Arbor (Michigan, États-Unis). Il a ensuite intégré l’Inserm en 1998 en tant que chargé de recherche 1ère classe et a été nommé directeur de recherche 1ère classe en 2006. Il est chef de l’équipe « Polarité cellulaire, signalisation et cancer » au CRCM depuis 2004. Son activité de recherche est internationalement reconnue (plus de 80 publications, 3 brevets) pour ses travaux sur l’élucidation des réseaux de signalisation impliquant des protéines de la polarité cellulaire et leur retentissement sur le processus tumoral. JeanPaul Borg a été coordonnateur du Canceropôle PACA (2007-2010) et entre autres membre du Conseil Scientifique de l’ANSM2 et de la ligue nationale contre le cancer.

IBiSA : Infrastructures biologie santé et agronomie, coordonne la politique nationale de labellisation et de soutien aux plates-formes et infrastructures en sciences du vivant. 1

2

ANSM : Agence nationale de sécurité du médicament

La lettre d’AMU n°14

Jean-Paul Borg

35


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

Membre senior de l'IUF

Richard Saurel est professeur des universités de classe exceptionnelle dans les disciplines des sciences pour l’ingénieur – mécanique – énergétique à Polytech Marseille. Il a effectué l’ensemble de sa carrière à Aix-Marseille Université.

Richard Saurel

Il est co-auteur d’une nouvelle approche de modélisation, baptisée « Interfaces Diffuses », pour la simulation de problèmes à interfaces en mécanique-énergétique, en présence de fronts d’évaporation, de détonation, d’ondes de choc, d’effets capillaires et de zones de mélange. Sa principale préoccupation porte sur la construction de modèles théoriques « bien posés » et les plus généraux possible, permettant de résoudre de façon routinière, robuste et précise toutes les zones d’un écoulement : liquide pur, gaz

pur, interfaces et discontinuités. Ces modèles se présentent sous la forme de systèmes étendus d’équations aux dérivées partielles hyperboliques et sont résolus en tout point par un unique schéma numérique. Son approche s’inscrit dans la philosophie des méthodes de « capture de discontinuités » et trouve de nombreuses applications dans des domaines variés allant de l’espace à la défense, en passant par les transports et l’énergie. Richard Saurel est auteur de 70 publications dans des revues internationales et a été invité dans 30 conférences et workshops internationaux. Il est lauréat du Prix Science et Défense en 2006 et du Prix Edmond Brun de l’Académie des Sciences en 2010.

36

La lettre d’AMU n°14


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

Performance

des acquisitions internationales : quel impact de l’historique d’expériences ? Les recherches sur les acquisitions transfrontalières soulignent le caractère risqué de ces opérations de croissance internationale : nombre d’entre-elles posent des problèmes d’intégration mal anticipés, ne réalisent pas les objectifs espérés et Pierre-Xavier Meschi conduisent les acquéreurs à se désengager dans des conditions défavorables. Pour limiter ces risques d’échec, la théorie de l’apprentissage organisationnel recommande aux firmes désireuses de s’engager dans de telles opérations : d’avoir réalisé plusieurs acquisitions de ce type dans le passé, ce qui permet, via une accumulation d’expériences et d’essais-erreurs, de développer une véritable expertise dans la sélection des cibles, leur évaluation et leur intégration post-acquisition ; de posséder un historique ancien de ces expériences, ce qui laisse le temps aux firmes d’en tirer toutes les leçons pour de futures opérations. À partir d’une analyse de plus de 700 acquisitions françaises aux USA sur les 20 dernières années, nous approfondissons les recommandations précédentes et revenons sur certaines idées reçues. Il ressort tout d’abord que l’accumulation systématique d’expériences ne prémunit pas les acquéreurs d’un échec futur. Ensuite, une analyse temporelle de ces expériences montre qu’un « stock » trop ancien ou trop récent ne diminue pas le risque d’échec des prochaines acquisitions. Do Firms Forget About Their Past Acquisitions? Evidence from French Acquisitions in the United States (1988–2006) P.X. Meschi et E. Métais Journal of Management, 2013, 39 (2), 469-495.

CONTACT

Pierre-Xavier Meschi - Professeur des universités en sciences de gestion - Directeur du centre d’études et de recherche en gestion d’Aix-Marseille (CERGAM, EA 4225) IAE Aix-en-Provence, Aix-Marseille Université pierre-xavier.meschi@univ-amu.fr

La lettre d’AMU n°14

Gestion des collectivités locales et montage de projets

Dans le cadre d’une décentralisation jamais achevée et d’une forte remise en cause de la place de l’État dans la gestion des territoires pour cause de déficit public, cet ouvrage vient faire le point sur la gestion des collectivités locales et le montage de projets, Jérôme Dubois notamment en matière d’aménagement et de développement. Né d’un constat de carence entre le droit et la pratique, ce livre a pour ambition de servir de guide pour la prise de décision. Son ambition est de dépasser les approches disciplinaires pour embrasser l’ensemble des savoirs et des enjeux liés à la gestion des collectivités et à l’aménagement du territoire. Il offre une mise en perspective des enjeux de l’administration territoriale de la République au moment où est discuté l’acte 3 de la décentralisation. Il s’attache à mettre en synergie les approches juridiques, techniques, financières et politiques qui rendent possible l’élaboration partagée d’un projet territorial, d’un boulevard urbain à la gestion d’une cantine bio. Il est le fruit d’un double regard. Jérôme Dubois est professeur à la FDSP où il dirige le département d’urbanisme et le laboratoire interdisciplinaire en urbanisme (LIEU, EA 889). Praticien de l’action publique territoriale, il est également titulaire de plusieurs mandats d’élu local. J. Dubois Gestion des collectivités locales et financement des projets territoriaux, Lavoisier, 2013, 264 p

CONTACT

Jérôme Dubois - Directeur de l'institut d'urbanisme et d'aménagement régional, AMU jerome.dubois@univ-amu.fr

37


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

La flûte à bec et le physicien

Si les musiciens et facteurs d'instruments sont capables, au prix de nombreuses années d'apprentissage, de contrôler le jeu et de Soizic Terrien Christophe Vergez maîtriser la fabrication des instruments de musique, de nombreux aspects de leur fonctionnement restent à ce jour incompris. Par la combinaison d'approches expérimentales (mesures sur musicien et reproduction du jeu de l'instrument grâce à des « bouches artificielles »), théoriques, et numériques (modélisation des mécanismes de production du son), la physique des instruments de musique vise à mieux comprendre le comportement des instruments, et en particulier l'influence sur le son produit des différents paramètres « de facture » (fixés au moment de la fabrication de l'instrument) et « de contrôle » (ajustés en temps réel par le musicien). Dans cet article, l'utilisation de méthodes de continuation numérique sur un modèle simplifié d'instrument de type flûte a permis de mieux comprendre différents phénomènes observés expérimentalement : les « sauts d'octave » (ou changement de registre) observés lorsque le musicien souffle de plus en plus fort d'une part, et l'effet de l'inharmonicité -paramètre clé pour le facteur- sur le type de régime d'oscillation obtenu d'autre part (périodique ou non périodique). S. Terrien, C. Vergez Flute-like musical instruments: A toy model investigated through numerical continuation Journal of sound and vibration, 2013, 332 (15), 3833-3848

38

CONTACT

Christophe Vergez - chercheur au laboratoire de mécanique et acoustique, UPR7051 christophe.vergez@univ-amu.fr

Visualisation des protéines

membranaires individuelles non-marquées sur cellules

Ignacio Casuso

Felix Rico

Simon Scheuring

La microscopie à force atomique (atomic force microscope, AFM) est devenue un outil puissant pour l'étude structurale et dynamique des biomolécules. Elle permet l'imagerie à haute résolution, à l’échelle du nanomètre, dans des conditions physiologiques. Depuis 2001, on a vu émerger le microscope à force atomique à grande vitesse (high-speed atomic force microscope, HS-AFM), technique unique qui permet de « filmer » des molécules biologiques individuelles en action. Cette technique restait jusqu’à ce jour limitée à l’imagerie des molécules isolées. Il était tentant d'utiliser les performances du HS-AFM pour l'étude des processus cellulaires tels que la signalisation et le transport. C'est pour cette raison que nous avons conçu et développé le couplage du microscope à force atomique à grande vitesse avec la microscopie optique qui permet l'étude directe de la membrane sur les cellules vivantes avec une haute résolution spatiale et temporelle. Guidé par le signal optique, notre nouveau microscope hybride permet une imagerie par HS-AFM sur les cellules environ 1 000 fois plus rapide que les appareils conventionnels, permettant la première visualisation directe de protéines membranaires non marquées sur des cellules vivantes. I. Casuso, F. Rico et S. Scheuring Single membrane proteins on eukaryotic cells visualized with a hybrid high-speed AFM optical microscope Nature Communications, 2013, 4:2155 | DOI: 10.1038/ncomms3155

CONTACT

Simon Scheuring, directeur de recherche, INSERM simon.scheuring@inserm.fr

La lettre d’AMU n°14


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

Le projet LEB’IN

ou comment renforcer la recherche et l’innovation dans le domaine de la santé au Liban

Le projet LEB’IN est un projet européen de type ERA-WIDE du 7ème PCRD (programme cadre de recherche et développement), qui associe deux pays : la France via Aix-Marseille Université et le Liban via l’université Saint-Joseph (USJ). L’activité ERAWIDE s’inscrit dans le cadre de l’appel 2011 du thème « INCO » du programme spécifique capacités du 7ème PCRD (FP7-INCO-2011-6). Elle s’inspire directement des recommandations du forum stratégique pour le renforcement de la coopération avec les pays voisins de l’Europe. Un projet ERA-WIDE a pour objectif de renforcer les capacités de partenariat scientifique des pays de la politique européenne de voisinage (15 pays riverains de la Méditerranée ou pays d’Europe de l’Est et Asie Centrale) avec les états membres et pays associés de l’Union Européenne. Le projet LEB’IN, d’une durée de 30 mois, a débuté en mars 2012, et donne au Liban la possibilité

La lettre d’AMU n°14

d’augmenter et d’améliorer ses capacités de recherche sur la thématique « santé », par le biais du jumelage entre l’université Saint-Joseph (USJ), une des plus grandes universités libanaises, et

AMU, avec qui l’USJ entretient, depuis longtemps, des partenariats importants. L’activité de jumelage s’est organisée sur le thème de la génétique humaine, autour de l’unité de génétique médicale (UGM) à l’USJ et l’unité mixte de recherche UMR_S 910 (directeur : Pr Nicolas Lévy), localisée sur le site de la faculté de médecine de la Timone. L’entreprise de consultance Inno TSD, basée à Sophia Antipolis, et spécialisée dans le management de projets européens, assure la gestion méthodologique du projet et un support managérial pour

l’unité de génétique médicale, leader du projet. Un quatrième partenaire « Berytech », spin-off de l’USJ et pépinière d’entreprises pour les technologies innovantes, a pour rôle d’organiser des séminaires de travail en lien avec la santé au Liban. L’objectif du projet est d’établir un cadre pour la coopération entre l’USJ et AMU, permettant de formaliser les relations existantes et de les enrichir. Il donne la possibilité aux étudiants, enseignants, chercheurs de l’USJ, de mettre en place des travaux de recherche en génétique humaine et génomique dans des conditions adéquates à un niveau international. Autre objectif du projet : renforcer la coopération et les capacités de recherche de l’unité de génétique médicale, laboratoire de recherche phare pour l’USJ, pour se porter à un plus haut niveau de la recherche européenne et internationale.

39


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

Plusieurs réalisations sont attendues : • Renforcement du processus d’intégration de la recherche libanaise dans l’espace européen ERA ; • Renforcement des activités de jumelage entre USJ et AMU (en particulier pour ce qui concerne la génétique humaine) ;

• Développement de nouvelles opportunités de coopération par le biais d’échanges de chercheurs et la mise en place de réseau ; • Promotion et support de jeunes chercheurs par l’organisation d’événements scientifiques (écoles d’été ou conférences internationales). • Amélioration de la connais-

sance des projets européens et de leur management, au Liban, par le biais de formations et de suivi.

CONTACT : Valérie Delague 04.91.32.49.02 valerie.delague@univ-amu.fr

Projet européen du 7e PCRD, Leb'in associe la France et le Liban depuis mars 2012 dans le domaine de la santé.

FRANCE

AIX-MARSEILLE UNIVERSITÉ LIBAN UNIVERSITÉ SAINT-JOSEPH 40

La lettre d’AMU n°14


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

Antenna-in-box,

grande avancée dans le monde de l’infiniment petit Des antennes optiques, électromagnétiques, semblables à des billes, 1 000 fois plus petites que le diamètre d’un cheveu, qui émettent une fréquence un million de fois plus élevée que celle d’un téléphone mobile, capables de détecter une biomolécule individuelle parmi des millions d’autres... Cette prouesse technique, baptisée Antenna-inbox, a été mise au point après dix années de travail assidu par l’équipe Mosaïc composée de 28 personnes, de l’institut Fresnel (UMR AMU, CNRS, École centrale Marseille), en collaboration avec l’ICFO (institut de ciències fotòniques, en Espagne). L’équipe, spécialisée en biophotonique (utilisation de la lumière pour analyser les sciences du vivant) a conçu ce dispositif, composé d’une antenne constituée de deux hémisphères en or de dimension nanométrique. Leur objectif : observer l’évolution, l’architecture des molécules qui collaborent entre elles, dans des concentrations élevées, séparées de quelques nanomètres seulement, avec un minimum d’action sur leur tissu. Il était jusque-là impossible de les observer individuellement avec la microscopie classique. « Il y a une limite absolue de résolution du plus petit objet observable par

La lettre d’AMU n°14

la lumière. Nous avons cherché à contourner cette limite avec de nouvelles techniques, à « repenser » le microscope optique, pour voir toujours mieux, plus petit » soutient Jérôme Wenger un des chercheurs de l’équipe. La solution pour voir et isoler une molécule dans une solution très fortement concentrée, l’éclairer elle (et non celles qui l’entourent), est de confiner la lumière dans l’interstice entre les antennes, grâce à un film métallique d’or. Avec ce dispositif, les chercheurs ont réussi à confiner la lumière dans un volume 10 000 fois plus petit que dans un microscope classique. Ceci, dans le but de se rapprocher des conditions physiologiques pour travailler sur des cellules vivantes avec la résolution ultime, molécule par molécule. Car, même si une cellule de notre corps est composée de millions de biomolécules qui travaillent harmonieusement ensemble, elles ne le font pas de manière synchronisée. Maintenant qu’ils ont démontré la faisabilité du dispositif, les recherches vont emprunter deux directions : d’une part, la poursuite de l’étude de la réaction chimique à forte concentration, avec la résolution de la molécule unique, d’autre part, l’étude

Antenna-in-box pour l’analyse de biomolécules individuelles dans des solutions de fortes concentrations

de la structure de la membrane des cellules vivantes. Ils vont ainsi tenter de comprendre comment les enzymes interagissent pour développer la recherche pharmaceutique. Une boîte qui fera travailler les chercheurs pour quelques années encore.

CONTACT :

Jérôme Wenger, chargé de recherche AMU/CNRS/École centrale Marseille Institut Fresnel jerome.wenger@univ-amu.fr

41


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

ORIGAMU :

La phase de positionnement des agents démarre Le Conseil d’Administration a approuvé cet été les phases 2 et 3 du projet Origamu (phase 2 : répartition des activités entre directions centrales, campus et composantes ; phase 3 : dimensionnement des services et définition des organigrammes). Le projet entre désormais dans sa phase opérationnelle : la gestion des vœux des agents qui permettra, à l’horizon de septembre 2014, de mettre en place les services administratifs et techniques d’AMU. Nous avons rencontré le Président Yvon Berland afin de lui poser quelques questions sur la manière dont va se dérouler cette vaste opération.

42

recherche avec qualité et continuité du service rendu. En effet, depuis le 1er janvier 2012, les services administratifs et techniques sont restés organisés de la même manière qu’ils l’étaient avant la fusion. Globalement, cela fait maintenant un an et demi qu’il y a eu juxtaposition, avec mise en œuvre de procédures très complexes pour assurer les différents processus de gestion. Cela n’est pas satisfaisant et il fallait donc définir, via les différentes étapes du projet Origamu, la future organisation. C'est la recherche de la qualité du service public d’enseignement supérieur qui a sous tendu la réflexion des groupes de travail.

Pourriez-vous nous rappeler le cadre général du projet et ses objectifs ?

Quelles sont les principales caractéristiques de cette nouvelle étape et quel en sera le calendrier ?

Le projet d’organisation des services administratifs et techniques de l’université d’Aix-Marseille, Origamu, a défini la structure et l’implantation géographique des services, dont le déploiement est prévu au 1er septembre 2014. Cette organisation vise à donner à notre établissement le cadre nécessaire à l’exercice de nos missions d’enseignement et de

La nouvelle étape qui commence concerne le nouveau positionnement des agents, étape durant laquelle ils pourront exprimer leurs vœux individuels. En effet, j’ai souhaité que l’agent soit placé au centre du dispositif. Il faut que chacun puisse définir son projet professionnel pour les années à venir, tenant compte à la fois de ses aspirations en termes

d’activités et de carrière et de ses obligations personnelles. C'est pour mieux apprécier moi-même les différentes situations que j'ai souhaité rencontrer, au cours d'une cinquantaine de réunions, les personnels des différents services concernés. D’une manière générale, la répartition des activités entre le niveau central, celui des campus et les composantes, conduit à une évolution très sensible des fiches de postes, qui se conjugue d'une part à un rassemblement des équipes au niveau central (les directions se répartissant entre Aix-enProvence et Marseille), et d’autre part à la création des directions de campus, qui permettront d’assurer l’indispensable lien de proximité avec la communauté universitaire. Il est nécessaire que tous les agents exerçant actuellement dans les services concernés expriment leurs vœux quant aux fonctions qu’ils souhaitent assurer à l’avenir et le site où ils le feront. Le calendrier de l’opération s’étalera sur la fin de cette année 2013 : • Publication des fiches de postes : elle a été réalisée durant la première semaine de septembre • Positionnement des agents : la date limite est le 30 septembre • Dialogues individuels : octobre

La lettre d’AMU n°14


et novembre • CPE et décisions d’affectation : décembre 2013. Pour autant, tout ne sera pas nécessairement finalisé fin décembre. Dans un établissement de la taille d’AMU, des postes deviennent régulièrement vacants. Cette année, les agents concernés par la mobilité Origamu seront prioritaires dans tous les cas.

Quels sont les principes politiques que vous avez retenus pour la gestion de ce processus ? J’ai placé comme principe central de cette opération le fait qu’il n’y aura pas de mobilité géographique obligatoire. Les agents auront donc le choix entre : • Assurer des fonctions proches de celles qu’ils exercent actuellement en suivant la localisation du service ; • Assurer des fonctions de campus dans le même domaine que celui où ils travaillent actuellement ;

La lettre d’AMU n°14

• Rester sur le même site avec un changement de domaine ; • Et même, si certains le souhaitent, changer à la fois de site et de domaine.

Quels sont les agents concernés ? Ceux qui exercent dans les services dont l’organisation sera revue : regroupement en direction centrale, création des structures de campus et ceux dont les services modifieront de manière significative le contenu des fiches de postes. A contrario, les agents qui continueront à exercer des missions identiques sur les mêmes sites et dont seuls les responsables hiérarchiques changeront n’auront aucune démarche à faire.

Comment les agents seront-ils prévenus, et que doivent-ils faire ? Les agents seront prévenus de deux façons : par leur chef de

service d’une part, par un courrier individuel que je vais leur adresser, d'autre part. D’ici le 30 septembre, ils doivent exprimer leurs vœux parmi les fiches de postes qui sont publiées : ils pourront faire des choix multiples, jusqu’à 4, dont 2 obligatoires.

Est-ce que cette opération de mobilité est limitée aux seuls agents exerçant actuellement dans les services concernés ? Non, bien sûr. Tous les agents de l’établissement pourront, s’ils le souhaitent, exprimer un ou plusieurs vœux de positionnement. Lorsqu’un agent qui exerce actuellement dans un service en dehors du périmètre de l’opération se positionnera, son poste sera également publié comme susceptible d’être vacant. Cela augmentera le nombre des possibilités ouvertes aux agents, notamment lorsqu’ils ne désirent pas changer de site. Ce sera

43


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

donc une opération gérée en dynamique.

La mobilité Origamu bénéficie-t-elle de modalités de gestion particulières ? Oui, en effet. L’opération nécessite des adaptations par rapport à nos pratiques habituelles. Ainsi : • Les responsables hiérarchiques n’auront pas d’avis à émettre sur les demandes exprimées par les agents ; • Tous les agents, titulaires ou contractuels, pourront se positionner sur toutes les fonctions correspondant à leur niveau d’emploi.

Quels seront les critères pris en compte dans les décisions d’affectation ?

44

Des principes de priorité ont été définis : • Un agent qui se positionnera sur des fonctions identiques ou très proches à celles qu’il exerce actuellement et dans le même service sera prioritaire ; • Ensuite, un agent qui souhaite rester dans le même service sur des fonctions nouvelles ; • Les agents qui souhaiteront rester sur leur site actuel d’exercice alors que leur fonction aura été déplacée seront prioritaires sur tous les emplois vacants de ce site. Enfin, lorsqu’il y aura plusieurs agents positionnés sur une même

fonction, avec le même niveau de priorité fonctionnelle, c’est la proximité entre les compétences nécessaires sur le poste et celles détenues par l’agent en fonction de son expérience professionnelle qui prévaudra. Toutes les propositions d’affectation seront motivées et toutes seront présentées en CPE.

Que se passera-t-il si des agents impactés par l’évolution des services ne se positionnent pas sur un poste dans les délais voulus ? Ils seront bien entendu invités néanmoins à participer à l’entretien prévu dans le dispositif. Lors de cet entretien, deux postes leur seront proposés et présentés : • L’un dans le même domaine d’activité que celui où ils exercent actuellement, même avec une éventuelle mobilité géographique ; • L’autre sur le même site que celui où ils sont actuellement, avec une éventuelle mobilité fonctionnelle. Ces entretiens se dérouleront dans la seconde quinzaine de novembre et les postes proposés seront ceux sur lesquels il n’y aura pas encore eu d’agent pressenti. In fine, tous les agents auront un poste au 1er septembre 2014, mais il vaut mieux que les agents soient acteurs de leur devenir professionnel : l’établissement leur offre la possibilité de choisir, de définir pour les années à venir un véritable projet professionnel,

grâce à des dispositifs d’accompagnement importants.

Quels sont ces dispositifs d’accompagnement ? • En premier lieu, bien entendu, une large information : elle se fait par le biais de réunions des services sur site, auxquelles je participe moi-même. Cela représentera une cinquantaine de rencontres avec les agents. • Des ateliers sont mis en place à Marseille et à Aix-en-Provence : > Ateliers d’aide au positionnement : réflexion sur le projet professionnel et sur les compétences ; > Ateliers d’aide à la rédaction du CV (il sera demandé dans quelques rares cas) ; > Ateliers de préparation à l’entretien. • Pour les agents qui souhaiteront rester sur leur site et changer de fonction, une recherche active de postes à leur proposer sera opérée et ils seront suivis, sous forme d’ateliers spécifiques, jusqu’à ce qu’un poste en adéquation avec leur souhait ait été trouvé.

"Il vaut mieux que les agents soient acteurs de leur devenir professionnel : l’établissement leur offre la possibilité de choisir."

La lettre d’AMU n°14


• De janvier à juin 2014, les formations nécessaires qui auront été identifiées durant l’entretien seront mises en œuvre, de manière à ce que les personnels disposent de toutes les compétences nécessaires pour réussir leur prise de poste en septembre suivant. • Enfin, après le déploiement des nouvelles organisations, la DRH assurera le suivi de la prise de poste des agents pour s’assurer qu'il y a une bonne adéquation entre l’agent et le poste, et détecter des besoins complémentaires en formation si nécessaire. • Enfin, les services étudient actuellement l’opportunité de définir un tutorat pour que les agents expérimentés puissent accompagner les agents nouveaux dans les fonctions durant les premières semaines.

Pourriez-vous nous préciser qui assure la gestion de cette mobilité ? C’est un groupe de travail spécifique qui a été créé pour cette opération particulière : il compte à ce jour 42 personnes, directeurs de services centraux ou communs, cadres des services, responsables administratifs d’UFR, personnels de la DRH, psychologue du travail, équipe Origamu. Comme vous pouvez le constater, il y a donc une forte mobilisation afin de pouvoir disposer des compétences nécessaires d’une part et d’être en capacité d'assurer une gestion qualitative du processus d’autre part.

La lettre d’AMU n°14

Comment sera assuré le dialogue avec les représentants des personnels ? Je souhaite que les échanges avec les représentants du personnel soient réguliers. L’information des membres du Comité Technique sera continue tout au long du processus puisqu’elle se fera mensuellement. En outre, des réunions à un rythme très soutenu, tous les dix jours, seront organisées avec les membres élus de la CPE (groupes 1 et 2) sur les questions individuelles. Ainsi, le dialogue sera permanent avec l’ensemble des acteurs.

Avez-vous prévu des dispositifs incitatifs ? Je sais qu’une des difficultés majeures de l’opération sera liée au transport. De ce fait, j’ai pris des engagements en la matière : • Les frais de parking des agents qui exerceront au Pharo seront pris en charge systématiquement par l’établissement ; • Des navettes par bus seront proposées aux agents entre Aix-en-Provence et Marseille et entre Saint-Charles et le Pharo (les agents intéressés l’indiqueront sur la fiche de positionnement qu’ils auront à compléter en septembre). Par ailleurs, afin que les agents qui exerceront au Pharo disposent des mêmes facilités que ceux qui sont sur les différents sites, une offre de restauration collective sera faite avec le

CROUS. Les locaux ont d’ores et déjà été identifiés et l’étude va être lancée.

Comment envisagez-vous la suite du processus ? Aucun établissement en France n’a encore géré une opération de mobilité aussi importante. Néanmoins, je suis confiant : la mobilisation des personnels qui participent au groupe de travail, leur expérience et la conscience qu’ils ont de l’importance du travail à conduire sont des atouts pour la conduite de cette opération. Enfin, je suis certain de pouvoir compter sur l’appui et l’aide de tous les personnels qui ne manqueront pas d’être sollicités. En septembre 2014, l’organisation administrative et technique d’AMU sera complètement en place. Nous aurons pris deux ans et demi pour y réfléchir et pour la déployer opérationnellement. Le travail que nous allons conduire collectivement dans les prochains mois contribuera à la construction de notre Université, à l’accompagnement de ses missions de service public d’enseignement et de recherche. Il nous faut y parvenir en conciliant cet enjeu majeur et les vœux individuels, qui sont pleinement légitimes.

45


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

Un bébé électronique

pour simuler une réanimation néonatale

Quels sont les intérêts de ce simulateur ?

QUESTIONS à Carole Zakarian Sage-femme enseignante et co-responsable des étudiants en Master 1 à l’école universitaire de Maïeutique Marseille Méditerranée (EU3M).

46

Carole Zakarian est, avec Florence Comte, une des enseignantes de l’EU3M en charge de la simulation en réanimation néonatale sur le mannequin hautefidélité (Simnew B).

La réanimation néonatale fait partie des compétences des sages-femmes. Cette compétence reste cependant peu accessible en formation pour nos étudiants, d’une part parce qu’il s’agit d’une situation d’urgence au cours de laquelle il est difficile pour les professionnels de « laisser la main », d’autre part car ils ont beaucoup d’appréhension face à la technicité des gestes et aux enjeux. Ceux qui travailleront dans des maternités hors CHU seront fréquemment amenés à « diriger » la réanimation eux-même, dans l’attente du pédiatre qui n’est pas obligatoirement sur place, et je rappelle que 50 % des réanimations à la naissance surviennent dans un contexte physiologique et sont donc imprévues.

L’équipe pédagogique de l’EU3M a donc fait le choix d’investir l’an dernier dans un simulateur interactif haute-fidélité afin de former ses étudiants de manière optimale. Cet achat a précédé la signature d’une convention entre le centre d’enseignement des soins d’urgence (CESU) de l’AP-HM et notre école. L’objectif des séances de simulation est d’apprendre et d’acquérir les compétences diagnostiques et thérapeutiques en réanimation néonatale avant d’intégrer la vie professionnelle.

Comment se déroule une séance de simulation ? Le simulateur nouveau-né est interactif. Il vient compléter la formation actuelle où les étudiants s’exercent sur des mannequins classiques dès la quatrième

La lettre d’AMU n°14


Mieux préparer les étudiants aux situations d'urgence de réanimations néonatales, tel est l'objectif de ce bébé-simulateur, mannequin haute-fidélité interactif.

année et sont confrontés, sur les terrains de stage, aux situations réelles. Il permet une mise en situation authentique et réaliste. Nous organisons une séance de simulation en trois temps : • La matinée est dédiée aux rappels théoriques et pratiques sur le script de la réanimation néonatale et les gestes techniques (ventilation, intubation, massage cardiaque externe). Nous en profitons pour introduire le mannequin en formant les étudiants à l’auscultation des bruits du cœur normaux et pathologiques. • L’après-midi est consacrée à la simulation : les étudiants sont confrontés par groupe de deux ou trois à une situation de réanimation néonatale. Pendant que les uns agissent et sont filmés, les autres sont spectateurs et visionnent l’action en temps réel. • S’en suit le temps de « débriefing » que nous animons en collaboration avec l’équipe du CESU et un pédiatre. Ce feed back permet une critique constructive des gestes et attitudes dans la situation. La confrontation aux images et au reste du groupe permet aux étudiants de prendre conscience que, malgré le manque de pratique, ils ont déjà beaucoup appris en observant les profes-

La lettre d’AMU n°14

sionnels sur le terrain. Cela renforce leur confiance en eux.

À qui s’adresse la simulation en réanimation néonatale ? Ce simulateur a été conçu pour les formations en réanimation et l’acquisition des soins d’urgence sur les nouveau-nés. Sa fonction interactive permet de mesurer en temps réel l’effet de chacun des gestes entrepris pour traiter le cas.

Au-delà du savoir-faire, qui était jusque-là enseigné sur des mannequins classiques, la simulation haute-fidélité met en évidence l’essentialité du « savoir être » au déroulement optimal d’une situation telle que la réanimation du nouveau-né en salle de naissance. Jusqu’ici, les séances de simulation étaient programmées seulement en dernière année mais le taux de satisfaction des étudiants nous a amené à prévoir dès la rentrée 2013, une session pour les 4ème années.

47


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

Classement de Shanghaï 2013 : AMU parmi les 200 meilleures universités mondiales Sur les 500 universités du monde classées par le « Center for world class universities » de l'université Jiao Tongselon des critères très précis, AMU figure à la 152e place. Notre université apparaît pour la première fois dans le secteur médecine et pharmacie (151e), en physique et en sciences. À noter également que le nombre de publications du site d'Aix-Marseille (source isi) est passé de 5 066 en 2009 à 5 832 en 2012 (soit une hausse de plus de 15 %).

Cérémonie de départ de l’IMTSSA C’est avec émotion que les personnels de l’institut de médecine tropicale du service de santé des armées (IMTSSA) ont rendu les clés du bâtiment en juin dernier au jardin du Pharo. L'IMTSSA, comptant 68 militaires et 44 civils, a intégré le pôle de recherche militaire de Brétigny-sur-Orge, en région parisienne depuis le 14 juillet. Depuis sa création en 1905, « l'école du Pharo » a formé plus de 8 000 médecins et 1 000 paramédicaux, français et étrangers, civils et militaires. Le médecin général des armées Jean-Marc Debonne très ému et le Président de l’université Yvon Berland, ont réalisé la passation des lieux en découvrant ensemble la plaque commémorative indiquant les dates de l’existence de l’institut sur Marseille. Les bâtiments, une fois réhabilités, accueilleront un nombre conséquent de personnels AMU.

Les meilleures universités mondiales demeurent, dans ce classement, les universités anglo-saxonnes.

48

L'un des trois nouveaux bâtiments qui composeront le siège d'AMU. La lettre d’AMU n°14


Campus franco-chinois : une délégation chinoise à l'université Les 8, 9 et 10 juillet, une délégation chinoise composée de personnalités politiques, académiques et de décideurs économiques a été reçue au Pharo par les acteurs locaux d'Aix-Marseille : universitaires, personnalités politiques et responsables du secteur économique, pour poursuivre le projet d’installation en Chine du futur campus universitaire « Aix-Marseille Université-Wuhan Liqong ». Au-delà des collaborations en matière de formation et recherche issues du savoir-faire français et de nouvelles mobilités étudiantes, ce partenariat ouvre des axes de développement pour de nombreux acteurs du territoire d’Aix-Marseille sur le futur campus franco-chinois qui devrait compter, à terme, près de 10 000 étudiants. Cette visite fait suite à la convention de partenariat signée à Pékin, le 26 avril dernier, entre Yvon Berland, Président d'Aix-Marseille Université, le Président de Wuhan University of technology et la représentante politique de la ville de Wuhan, en présence de la Ministre française de l'enseignement supérieur et de la recherche et du Ministre chinois de l'éducation. Ces trois jours de séances de travail ont été ponctués par des visites des campus d'Aix-en-Provence, Luminy et Timone.

La lettre d’AMU n°14

Banc RASCASSE en cours d'alignement. RASCASSE est un banc de test d'analyseur de surface d'onde pour l'optique active spatiale.

Coaching des doctorants du laboratoire d'astrophysique de Marseille (LAM) Soucieux d’offrir à ses étudiants dès le début de leur thèse, une réflexion sur la valorisation de leurs travaux de recherche sur le marché du travail, le LAM a lancé une opération pilote de « coaching » de ses doctorants par des entrepreneurs. La première réunion s'est déroulée le 1er juillet au LAM. Quatre doctorants (G. Bruno, C. Escolle, T. Moutard, A. Zurlo) ont présenté leurs travaux devant Guillaume Bonello d'OPTITEC (sponsor de l'opération) et deux entrepreneurs ayant accepté de jouer le rôle de coach : Sébastien Carre (MERMEC France) et Gilles Borsoni (AKA optics). Ceux-ci ont grandement apprécié les compétences des jeunes chercheurs : travail en équipe et logique de projet, respect du calendrier, produits délivrés aux « commanditaires » (agences), environnement multi-culturel, maîtrise de l'anglais et capacités techniques (traitement de données, programmation). Ils ont donné des conseils pratiques aux doctorants sur la manière de présenter leur parcours hors du monde académique et notamment insisté sur la nécessité de toujours mettre en avant la valeur ajoutée des étudiants... Une manière pour chaque doctorant de mettre l’accent sur ses compétences spécifiques. L'échange, apprécié de tous, contribue à une meilleure connaissance mutuelle entre docteurs et entreprises. Il va se poursuivre avec un suivi des thèses et de nouvelles rencontres organisées chaque année.

49


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

Trouver sa nouvelle orientation après une 1ère année d’études de santé

Pharmacie, les journées du microtubule

Après la publication des résultats des concours de la PACES (Première Année Commune aux Études de Santé), un forum "réorientation" a accueilli les étudiants non admis souhaitant changer d’orientation (ou y étant contraints après les deux tentatives maximum autorisées dans ce cursus). Une équipe de 35 enseignants-chercheurs et personnels d’orientation du SUIO des universités d’AixMarseille et de Toulon intervenait dans le grand hall de la faculté de médecine.

Les microtubules, principaux constituants du cytosquelette, jouent un rôle central dans de nombreux processus cellulaires tels que la division, la migration des cellules ainsi que la stabilité des neurones.

L’objectif principal : renseigner les étudiants sur toutes les opportunités de réorientation et de passerelles offertes dès la rentrée.

Les 1er et 2 juillet, se sont tenues à la faculté de pharmacie, les premières journées du réseau français du microtubule (french microtubule network) à l'initiative des Docteurs Francois Devred et Stéphane Honoré du centre de recherche en oncologie biologique et oncopharmacologie (CRO2). Plus de 100 chercheurs issus d'une trentaine de laboratoires français (Inserm, CNRS, INRA, ENS...) ont analysé diverses approches et stratégies.

Toutes les composantes universitaires étaient représentées, ainsi que les deux instituts paramédicaux de la faculté de médecine (psychomotricité et ergothérapie). Animés par une volonté commune de privilégier l’échange, le contact humain, les conseils personnalisés, les intervenants ont tout fait pour redonner confiance aux nombreux étudiants accueillis et leur permettre d’envisager sereinement un nouveau départ. http://suio.univ-amu.fr/reorientation-etudiants-l1-paces).

De ce fait, de très nombreuses équipes consacrent leurs forces à l'étude de ces structures dynamiques dont les retombées thérapeutiques/cliniques sont nombreuses notamment en cancérologie et en neurologie.

Ces échanges fructueux ont permis de faire le point sur les avancées, forces et synergies potentielles entre les équipes. À l'issue, un annuaire des équipes travaillant sur le microtubule et la tubuline a été publié, ainsi qu'un catalogue des thématiques et techniques de chacun des laboratoires du réseau.

50

La lettre d’AMU n°14


Marseille Provence 2013 / AMU suite...

L’Exposition Lumières

L’inauguration du projet « Prôtis » a eu lieu en juin dernier à l’anse du Pharo, en présence des membres du centre Camille Jullian, de la maison méditerranéenne des sciences de l’homme et du CNRS, acteurs de ce projet. Il s’agit de la réplique navigante « Gyptis », navire grec datant du 6ème siècle avant Jésus-Christ, découverte à Marseille, réalisée selon les techniques de construction de l’époque. Cette barque, mesurant près de 10 mètres de long et 1,88 mètre de large, est construite « sur bordé » et assemblée par ligaturage – techniques archaïques de coutures.

a ouvert ses portes le 28 juin et vous accueille jusqu’au 5 janvier 2014 au Muséum d’histoire naturelle de Longchamp à Marseille. Lumières, réalisée en partenariat avec l'institut Pythéas et le pôle de compétitivité POPSUD, donne des clés pour répondre à ces questions et mieux comprendre son rôle dans notre quotidien ou dans les nouvelles technologies qui l’utilisent : d’où vient-elle ? Quel rôle joue-t-elle dans l’aventure du vivant ? Dans notre vie quotidienne ? Le parcours et la proposition muséographique sont d’une qualité exceptionnelle et abordables pour tous les publics, des petits comme des grands. Un pur bonheur !

Le soutien financier a été assuré par le Conseil régional PACA et la Communauté urbaine Marseille Provence Métropole. La maîtrise d’ouvrage de ce projet labellisé MP2013 est assurée par AMU. Durant l’automne, des navigations sont prévues dans la rade de Marseille ainsi que vers Hyères et Antibes, les comptoirs massaliotes fondés par Marseille.

L’exposition Luminy Capital Erasmus est un projet réalisé avec les étudiants internationaux du campus de Luminy et la direction des relations internationales du site. Elle a eu lieu du 1er au 12 juillet avec pour thématique de refléter le souvenir des étudiants étrangers qui, un jour dans le cadre du programme d’échanges Erasmus, ont posé leurs bagages à Marseille. Ils sont revenus pour revivre toutes ces heures de bonheur célébrées dans le grand hall de la faculté des sciences du campus Luminy à Marseille.

La lettre d’AMU n°14

51 Exposition Lumières


Le dossier > La vie des Conseils > Au cœur des campus > Les directions > Métiers > À l’honneur > La vie des labos > La science pour tous > Innovation > Ensemble > Paroles d’experts > Brèves >

Publications des presses universitaires

L’indifférence créatrice de Raoul Hausmann Aux sources du dadaïsme Patrick Lhot

ARTS

ART L’indifférence créatrice de Raoul Hausmann Aux sources du dadaïsme Patrick Lhot

Raoul Hausmann est un artiste incontournable du dadaïsme allemand et des avant-gardes. Jusqu’à la fin de sa vie, il fera référence à trois grandes sources qui ont en commun d’approcher la complexité de la « machine » humaine. Ces théories ont aujourd’hui l’attrait des choses oubliées. Elles n’en sont pas moins nécessaires pour comprendre le contexte d’émergence de pratiques « hors-limites », comme le photomontage, la poésie sonore ou bien les actions scéniques, qui bouleverseront le paysage de l’art jusqu’à nos jours.

Les Arts et les Lettres en Provence au temps du roi René sous la direction de

Chantal Connochie-Bourgne Valérie Gontero-Lauze et

SENEFIANCE

MOYEN ÂGE Les Arts et les Lettres en Provence au temps du roi René Chantal Connochie-Bourgne et Valérie Gontero-Lauze

Figure contrastée, le roi René, ses écrits, les fêtes qu’il a fait organiser, les artistes qu’il a connus, qu’il a parfois engagés à son service, les œuvres d’art qu’il a commandées suscitent encore un questionnement auquel cet ouvrage apporte une réponse, renouvelant ainsi le regard que la critique a porté tant sur l’œuvre poétique de René d’Anjou que sur les productions de son entourage artistique et sur son rôle de mécène. ISBN : 978-2-85399-889-5 PUP – Senefiance 59 – 292 p. – 29 €

ISBN : 978-2-85399-886-4 PUP – Arts – 350 p. – 29 € portiques de

grammaire hébraïque Philippe Cassuto

Éloquence de la peinture Figures seules et en couple

PÉDAGOGIE

ART

Jean Arrouye

ARTS

Éloquence de la peinture Figures seules et en couple Jean Arrouye

Ce volume richement illustré contient des commentaires d’œuvres datant du XVe siècle à l’époque contemporaine : Le Mariage des Arnolfini de Jean van Eyck, Le Verrou de Jean-Honoré Fragonard et L.H.O.O.Q. de Marcel Duchamp, l’Autoportrait de Francis Bacon, Fil d’Hervé Télémaque, Songe triangulaire de Carmen Calvo, Tactus d'Abraham Bosse, le Portrait de LouisAuguste Cézanne de Paul Cézanne... ISBN : 978-2-85399-887-1 PUP – Arts – 214 p. – 20 €

MANUELS

Portiques de grammaire hébraïque Philippe Cassuto

Au Moyen Âge, Portique est la traduction de l’hébreu Sha’ar qui désigne les chapitres d’un ouvrage. Ces Portiques veulent servir de guide pour pénétrer les grandes grammaires souvent ardues. Ils renvoient à quatre grammaires et donnent des comparaisons avec l’arabe. Nous espérons ainsi apporter à ceux qui s’intéressent à l’hébreu, les bases nécessaires pour appréhender cette langue. Manuels ISBN : 978-2-85399-890-1 PUP – Manuels – 400 p. – 29 €

52

La lettre d’AMU n°14


BLOC NOTES 25 et 26 septembre 2013 à 18h Accueil des étudiants étrangers par le Président Y. Berland et S. Daviet, VP chargée des relations internationales. 25/09 : grand hall, site 3 Schuman, Aix, 26/09 : salle de conférence, site St-Charles, Marseille 27 septembre 2013 à 14h Signature de la convention-cadre entre AMU et la Caisse d’Épargne. Siège de l’université, jardin du Pharo, Marseille du 27 septembre au 7 octobre 2013 La recherche d’AMU s’expose. RTM et AMU partenaires pour contribuer au développement durable du territoire. Foire internationale de Marseille, stand de la RTM, parc Chanot, Marseille 9 octobre 2013 à 11h AMU – association « Nos quartiers ont du talent ». Signature de convention au bénéfice de l’insertion professionnelle. Siège de l’université, jardin du Pharo, Marseille du 8 au 11 octobre 2013 5e assises de l’École doctorale des juristes méditerranéens La Méditerranée, espace démocratique ? Aix-en-Provence - Entrée libre + D’INFOS : http://www.mp2013.fr/evenements/2013/10/5e-assises-de-lecoledoctorale-des-juristes-mediterraneens-la-mediterranee-espace-democratique/

14 octobre 2013 Accueil des nouveaux personnels enseignants-chercheurs siège d’AMU, jardin du Pharo, Marseille CONTACT : elisabeth.bernard@univ-amu.fr

du 14 au 21 octobre 2013 « 7 trésors de la recherche ». AMU, le CNRS et l'Inserm s'associent pour promouvoir auprès du public marseillais, et de la région, des recherches menées par les laboratoires et institutions locales. Pavillon M, Marseille 24 octobre 2013 à 17h Remise des masters sciences Faculté des sciences, site St Charles, Marseille de septembre à décembre 2013 L'empreinte des ressources ou le patrimoine oublié : Marseille/ Provence, rivages des produits et des ouvriers du monde. Exposition, débats, rencontres, colloques, aux Archives départementales : 25 allée de Philadelphie, 13100 Aix-en-Provence et 18 rue Mirès, 13003 Marseille CONTACT : raveux@mmsh.univ-aix.fr - tél : 04 42 52 42 40

du 7 au 9 octobre 2013 6e dialogue euro méditerranéen de management public - Marseille Initiés en 2008, par l’IMPGT en partenariat avec le Groupe Européen pour l’administration publique, et l’ENA France, ces dialogues sont devenus un lieu incontournable d’échange des pratiques, réflexions et analyses en management public. + D’INFOS : http://www.mp2013.fr/evenements/2013/10/6e-dialogue-euromediterraneen-de-management-public/

de septembre à novembre 2013 Leds Chat - Installation Faire « parler » la lumière ? Installés à la Maison de la Région, des modules intelligents invitent le visiteur à créer, jouer avec la lumière et s’immerger dans un concert visuel de milliers de Leds. + D’INFOS : http://www.mp2013.fr/evenements/2013/09/leds-chat/

53

du 9 au 13 octobre 2013 Fête de la science : de l'infiniment grand à l'infiniment petit + D’INFOS : http://www.fetedelascience.fr/ - CONTACT : isabelle.galvez@univ-amu.fr

La lettre d’AMU n°14

du 23 au 25 octobre 2013 Colloque Marseille Porte de l’extrême Orient (CIELAM) accompagné d’une exposition virtuelle inaugurée l’un des soirs du colloque, sur le théâtre français joué en Indochine, le théâtre annamite et sur les expositions coloniales à Marseille de 1906 et 1922. Bibliothèque de l’Alcazar, cours Belsunce, Marseille


du 15 au 20 oct.

2013

7 trĂŠsors de la recherche 7tresors.sciencesconf.org


Lettre amu14