Page 1

Texte d’introduction et de présentation du collectif de soutien à Emmanuel Maurel dans le Bas-Rhin – Motion 4 « L’Union & l’espoir » Congrès d’Aubervilliers 7 & 8 avril 2018 Pour beaucoup, nous avons des parcours, des sensibilités et des histoires différentes dans notre engagement au Parti socialiste. Pour certains, nous y sommes depuis de nombreuses année, pour d’autres, cet engagement est plus récent mais pour tous nous y sommes entré.e.s avec les mêmes convictions chevillées au corps : celles du refus des inégalités et de construction d’une société plus juste et plus durable. Aujourd’hui, nous nous rejoignons dans une démarche commune, à un moment où notre parti est très abîmé et à un tournant de son histoire. Nous pensons que reconstruction et reconquête ne seront possibles qu’à travers un nécessaire point sur notre relation au pouvoir et notamment un retour sur notre exercice du pouvoir ces dernières années. Un travail sur une modernisation de notre parti et de son fonctionnement ainsi que la clarification de notre ligne politique sont incontournables. Cette clarification est l’indispensable clé de voûte de l’avenir et de la survie de notre parti. Le flou idéologique persistant de ces dernières décennies a détourné de nous d’abord beaucoup de Français puis un certain nombre de nos camarades qui ne savent plus qui nous sommes, où nous sommes et où nous voulons aller. Militant.e.s pénétré.e.s d’idéal, comme disait François Mitterrand, militant.e.s de terrain, militant.e.s de toujours, nous avons constamment été au service de notre parti, dans les bons, comme dans les moments les plus difficiles, parce que nous sommes avant tout fier.e.s et attaché.e.s à ce qu’il a incarné dans l’histoire des conquêtes sociales de notre pays. Oui, nous avons pour certains difficilement vécu la période qui précède et plus précisément le quinquennat qui vient de s’écouler. Nombreux ont été celles et ceux qui ont été déboussolés par une gauche de gouvernement en perte de repères, s’éloignant petit à petit des valeurs de gauche et de nos engagements de 2012. Comment oublier voire méconnaître l’abandon par notre propre parti de notre candidat, légitimement et démocratiquement désignés par des primaires ? Un constat clair s’impose : nous avons échoué alors qu’au début de ce quinquennat, nous avions tous les pouvoirs. Il nous incombe désormais de tourner la page du quinquennat et des errements qui ont conduit à cette perte de confiance de notre électorat. Reconnaître les nombreuses avancées que nous avons pu permettre pour notre pays, bien sûr, et dont nous sommes fiers, mais aussi la dérive d’inspiration néolibérale de certains de nos choix. Nous avons l’intime conviction qu’un devoir d’inventaire s’avère indispensable pour comprendre et analyser les raisons de cet échec. Nous avons vu avec Jeremy Corbyn en Angleterre et Bernie Sanders aux Etats-Unis, que c'est quand la gauche est fidèle à ses origines et ses idéaux qu'elle renoue avec toutes celles et tous ceux qui croient en ces valeurs. Pour nous, ce congrès doit être avant tout le congrès de la clarté, clarté vis-à-vis du macronisme, et clarté sur notre bilan. C’est à ce prix que nous parviendrons à incarner un parti d’opposition et de gauche crédible, mais aussi lisible dans son positionnement. Comprendre la société d’aujourd’hui, ses mutations, sans renier nos fondamentaux, sera notre défi. C’est renouer avec les ouvrier.e.s, la jeunesse mais aussi les fonctionnaires qui se sont détournés de nous. Aujourd’hui, Emmanuel Maurel est celui qui pour nous incarne le mieux ces idées et cette ambition pour notre parti. Redonner toute la place à notre parti à gauche, rassembler et


renouer le dialogue avec la gauche et toutes les forces qui la compose, proposer des idées nouvelles compatibles avec notre temps sans oublier nos fondamentaux qui doivent être notre boussole et qui doivent être le liant pour construire une société dans laquelle l’être humain respire, aspire à quelque chose de mieux, dans laquelle le rêve est encore permis, une société dans laquelle l’ascenseur social n’est plus cloué au sol. Ce qui requiert d’accepter et d’encadrer l’économie de marché sans emprunter le chemin du néolibéralisme ni celui d’un socialisme de gestion et de compromission. Voilà ce que nous souhaitons. L’écosocialisme, la république, la laïcité, l’incarnation d’un socialisme de transformation écologique et sociale et non d’adaptation au système néolibéral sont des orientations structurantes de notre motion « l’Union & l’espoir », déposée dans le cadre de ce 78e congrès du Parti socialiste. Notre responsabilité est immense et historique. Une ligne claire et assumée s’impose, sans quoi nous sommes condamnés à devenir un supplétif ou une force d’appoint à gauche pour de nombreuses décennies.

Texte d'introduction collectif de soutien à emmanuel maurel bas rhin version finale  
Texte d'introduction collectif de soutien à emmanuel maurel bas rhin version finale  
Advertisement