Issuu on Google+

                   

 

 

                 

                   Communiqué  de  presse  

 

Rapport  de  la  Cour  des  comptes  sur  Sciences  Po  :   vrais  constats  et  mauvaises  solutions         Le   rapport   d’observation   provisoire   de   la   Cour   des   comptes   sur   Sciences   Po,   dont   les   principaux   éléments   viennent   d’être   rendus   publics   par   voie   de   presse,   pose   certains   constats  que  nous  avons  déjà  souligné  ces  dernières  années.       La   rémunération   excessive   des   dirigeants   et   le   déficit   démocratique   —   notamment   l’absence   totale   de   contrôle   des   élu-­‐e-­‐s   étudiant-­‐e-­‐s   sur   le   budget   de   la   Fondation   nationale   des   sciences   politiques   (FNSP)   —   sont   inacceptables.   L’UNEF,   première   organisation   syndicale   à   Sciences   Po   avec   plus   de   60%   aux   élections   étudiantes,   exige   qu’il   soit  mis  fin  à  cette  situation  de  toute  urgence.     Cependant,   certaines   préconisations   de   la   Cour   des   comptes   mettent   en   danger   la   démocratisation   de   l’établissement.     L’idée   qu’un   désengagement   de   l’État   serait   une   solution   est   injuste   et   dangereuse  pour   les   étudiants   :   au   contraire,   il   rendrait   Sciences   Po   encore  plus  dépendant  des  frais  de  scolarité  et  donc  de  la  part  d’étudiants  aux  familles  les   plus  fortunées.  Aujourd’hui,  20%  d’entre  eux  paient  la  tranche  maximum  de  frais,  soit  9  600   ou   13   500   euros   annuels   selon   la   formation.   Le   choix   serait   donc   entre   démocratisation   sociale  et  pérénnité  financière  :  c’est  pour  nous  un  choix  inacceptable.     À   la   lecture   des   informations   publiées,   nous   regrettons   que   la   Cour   n’ait   pas   souligné   les   dangers   attachés   à   ce   système   de   frais   de   scolarité,   et   le   frein   à   la   démocratisation   qu’il   constitue.  Plutôt  qu’une  baisse  de  la  subvention  de  l’État,  il  s’agit  avant  tout  d’exiger  que  les   dépenses   de   Sciences   Po   servent   à   la   qualité   de   la   formation   et   à   la   démocratisation   de   l’accès  à  l’établissement.     Alors  qu’est  en  ce  moment  discuté  le  nom  du  futur  directeur  de  Sciences  Po,  l’UNEF  reste   vigilante  pour  que  les  étudiant-­‐e-­‐s  ne  soient  pas  les  oublié-­‐e-­‐s  des  débats  et  que  l’enjeu  de   la  démocratisation  et  de  l’ouverture  sociale  soit  au  cœur  des  discussions.      

Contacts  :       -­‐ -­‐

Nicolas  ROBIN,  Président  de  l’UNEF  Sciences  Po  :  06  70  49  45  12   nicolas.robin@sciences-­‐po.org   Sarah  PIBAROT,  Vice-­‐Présidente  de  l’UNEF  Sciences  Po  :  06  60  83  54  61   sarah.pibarot@sciences-­‐po.org  


Sciences Po et la Cour des Comptes !