Issuu on Google+

/// Un syndicat pour gagner Le projet de l’UNEF est un projet ambitieux qui part de la réalité vécue par chacun d’entre nous pour garantir l’accès de tous à l’autonomie, plutôt que se contenter de changer à la marge le système d’aides. Mobilisation, élections, négociations : voilà la démarche syndicale que propose l’UNEF pour gagner l’allocation d’autonomie !

Avec un syndicat capable de mettre une pression permanente pour faire bouger un gouvernement et de rassembler un maximum d’étudiants dans les batailles qui nous concerne, nous pouvons obtenir le changement radical auquel nous avons droit.

Les élections vont marquer une nouvelle étape dans notre démarche. Seule une mobilisation de l’ensemble des étudiants peut faire basculer les projets gouvernementaux. Les élections étudiantes sont une opportunité unique. Saisissons-la !

Un syndicat étudiant c’est aussi avoir des élus capables de concrétiser ce rapport de force en nouveaux droits pour les étudiants. Nous nous fixons un cap, l’allocation d’autonomie. Chaque droit que nous gagnerons dans les négociations ira dans le sens de notre projet. Ainsi nous nous battrons pour que nous soyons plus nombreux à accéder à une aide, que nous soyons aidés suffisamment pour ne plus dépendre du salariat, que nous soyons aidés en fonction de notre situation et non celle de nos parents.

Le projet de l’UNEF ne peut pas se concrétiser sans mobilisation d’un maximum d’étudiants. Le chemin parcouru est important. Dès l’élection présidentielle, l’UNEF a mis la pression pour obtenir des mesures d’urgences (revalorisation de 2,1% des bourses, remboursement des frais d’inscriptions, retrait de la circulaire Guéant…). Forts de ces avancées, nous avons lancé une large campagne de pétitions pour ne pas laisser retomber la pression. Nous avons réussi à bousculer l’agenda de la ministre en la contraignant à ouvrir en décembre des négociations sur la réforme du système d’aides.

Les élections... ... et après ?

Mettre en place un rapport de force étudiant

Tous les étudiants des établissements affiliés au régime étudiant de sécurité sociale.

L’Union Nationale des Etudiants de France, syndicat étudiant et première organisation de jeunesse, est la seule présente dans tous les établissements d’enseignement supérieur. Indépendante des partis politiques, des administrations comme des gouvernements, elle intervient pour informer, défendre, organiser la solidarité et représenter les étudiants quelle que soit leurs filières ou leurs origines. L’UNEF a aussi vocation à intervenir sur les sujets de société comme la lutte contre l’extrême droite ou les discriminations.

Qui vote ?

Dans son établissement, son restaurant universitaire ou sa cité universitaire.

Où vote-t-on ?

Avec ma carte d’étudiant, je choisis mes représentants au CROUS.

Comment ?

C’est possible ! Toutes les infos sur www.unef.fr/procuration

Par procuration ?

DU 19 AU 30 NOVEMBRE JE Vote : MODE D’EMPLOI

La mise en place d’un 10ème mois de bourse La revalorisation de 2,1% des bourses à partir de septembre 2012 La création d’un 6ème échelon de bourse 50 000 boursiers échelon 0 supplémentaires Le maintien de la bourse en cas de redoublement L’ouverture du système de bourses aux Master 2 La rémunération de l’année de M2 pour les futurs enseignants à partir de 2013

Le retrait de la circulaire Guéant Le titre de séjour pluriannuel pour les étudiants en masters et doctorats L’accès au régime étudiant de sécurité sociale pour les étudiants étrangers L’ouverture du système d’aides sociales du CROUS pour les étudiants dépendants du ministère de la culture La mise en place de chèques santé régionaux

nous avons obtenu ces dernières années :

/// UN syndicat qui gagne des droits ! Nous sommes maintenant à quelques jours des élections au CROUS. Ces élections sont une occasion unique d’obtenir une réforme de notre système de bourse, et donc une amélioration de nos conditions de vie. Nous ne partons pas de rien ! En étant plus de 70 000 à signer la pétition de l’UNEF, nous avons obligé le gouvernement a annoncer publiquement qu’il réformerait le système de bourses, selon le résultat des élections au CROUS. Alors qu’il voulait remettre cette question à plus tard, nous avons réussi à le mettre au pied du mur. Il faut maintenant transformer l’essai !

Retrouve le programme des candidats UNEF & associations étudiantes sur unef.fr

Car changer un système injuste, c’est bien, mais ça ne suffit pas : le nouveau système doit prendre réellement en compte nos besoins. Concerner plus d’étudiants, être d’un montant suffisant pour couvrir nos dépenses courantes, être calculé en fonction de notre situation et plus celle de nos parents : voilà les ruptures que l’UNEF porte à travers son projet d’allocation d’autonomie ! Rien n’est acquis d’avance tant les changements à apporter sont nombreux et profonds. Mais tout est possible, car si des milliers d’étudiants soutiennent le projet de l’UNEF, le gouvernement ne pourra plus reculer. La mobilisation de chacun pour les élections sera déterminante !


/// Un vote pour se mobiliser Un vote observé attentivement par le gouvernement Les élections au CROUS ont lieu en même temps partout en France. 2,3 millions d’étudiants vont pouvoir s’exprimer sur les mesures qu’ils jugent nécessaires pour améliorer leurs conditions de vie. Cela pèse plus sur un gouvernement que n’importe quel sondage. On veut nous faire croire que les étudiants n’ont pas de problèmes parce qu’ils ne se manifestent pas, prouvons le contraire !

Un vote qui débouchera directement sur des négociations Pour la première fois, les élections aux CROUS vont déboucher directement sur des négociations autour de nos conditions de vie. C’est une occasion unique de se mobiliser pour que la nouvelle réforme aille dans le sens de notre autonomie : plus d’étudiants aidés, mieux aidés et selon notre propre situation. Avec 70 000 pétitions nous avons fait bouger le gouvernement pour qu’il s’engage à des négociations. Si 2,3 millions d’étudiants se déplacent pour voter, nos possibilités de faire changer radicalement le système d’aides seront plus fortes.

Un vote qui touche concrètement notre quotidien Le CROUS est le service public de la vie étudiante. Le fait qu’il existe nous permet d’avoir accès à des restaurants universitaires et des logements étudiants, moins chers que dans le privé. Pourtant, il subit aujourd’hui de fortes difficultés dû à un désengagement financier de l’Etat et à la concurrence d’entreprises privées qui voient chez les étudiants un marché fructueux auquel ils n’ont pas suffisamment accès. Une forte mobilisation étudiante lors du vote c’est aussi exprimer notre volonté de défendre un service public dont la vocation doit être de protéger les étudiants et leur donner les moyens de réussir.

/// Un vote pour notre autonomie Le projet que propose l’UNEF c’est un projet de rupture avec l’actuel système d’aides aux étudiants pour en finir avec les injustices. Pour cela nous pensons qu’il faut changer radicalement la manière dont on voit les étudiants en France. Bien que nous soyons majeurs socialement nous restons des mineurs à la charge de nos parents. Nos besoins ne sont pas pris en compte car ce n’est pas à nos galères que répond le système d’aides. Pour sortir de cette injustice, l’UNEF propose la mise en place d’un statut social pour les étudiants.

Un statut social pour mettre fin aux inégalités Que l’on soit étudiant à l’université, en école, en IFSI ou que l’on soit étudiant français ou étrangers, nous sommes tous étudiants avant tout. Pourtant nous n’avons pas accès aux mêmes droits. Quand on est étranger, on a pas droit aux aides du CROUS. Quand on est étudiant en IFSI, on peut bénéficier des bourses régionales, mais elles sont souvent moins avantageuses que celle du CROUS. Quand on est indépendant fiscalement de nos parents et étudiant à l’université, on a pas droit aux aides. Un statut social, doit garantir l’égalité des droits, en permettant à tous d’être protégé pour faire des études.

Un statut social pour en finir avec la dépendance familiale et la précarité des petits boulots Le système d’aide sociale n’est pas adapté à nos besoins. La seule possibilité d’être autonome et de faire ses propres choix de vie c’est de travailler à côté des cours au risque d’échouer aux examens. Il faut repenser le système d’aides sociales. Nous voulons que soit créée une aide unique, l’allocation d’autonomie, basée sur la refonte des aides existantes mais également des exonérations d’impôts faites aux familles les plus riches via la demi-part fiscale.

La réponse : une allocation d’autonomie

La situation actuelle 80% des étudiants n'ont pas accès au système d'aides sociales Les étudiants étrangers n'ont pas accès aux aides du CROUS

Une aide universelle, chaque étudiant y aura droit

Selon notre établissement nous n'avons pas les mêmes droits

La bourse du CROUS est d’un montant compris entre 164 et 470 euros par mois (en dessous du seuil de pauvreté) 30% des étudiants boursiers sont contraint de trouver un travail pour financer leurs études

Le calcul des bourses se fait en fonction du revenu de nos parents et non de notre situation propre Un étudiant indépendant fiscalement de ses parents n’a pas le droit aux bourses Un étudiant en situation de rupture familiale doit demander la fiche de paye de ses parents pour bénéficier d’une bourse

Une aide suffisante pour étudier sans dépendre de ses parents ou de la précarité des petits boulots

Une aide calculée selon la situation propre des étudiants et non celle de leurs parents

Un statut social pour ouvrir des droits fondamentaux à notre autonomie Un plan de constructions de logements étudiants du CROUS. Il doit pouvoir garantir l’ouverture de 8000 chambres par an. L’accès à un logement est déterminant pour son autonomie et, pour certains, indispensables pour aller à l’université. Le niveau du loyer et le manque de places sont les principaux obstacles. Ce plan de constructions doit donc s’accompagner d’une revalorisation des aides au logement et de la mise en place d’un cautionnement solidaire national.

Un droit au logement

L’accès à un système de soin de qualité. Un tiers des étudiants ne se soignent pas faute de moyens financiers. 1 étudiant sur 5 n’a pas de complémentaire santé. La santé n’est pas un business. C’est un droit fondamental et chacun doit pouvoir y avoir accès. Nous exigerons la mise en place d’un chèque santé national mais également l’ouverture de Centre de Santé permettant de se soigner gratuitement.

Un droit à la santé

Un service public fort de la vie étudiante. Quand on est étudiant, on a besoin d’un service public fort qui permette à chacun, quel que soit son origine sociale, de bénéficier de services indispensables. Le CROUS qui doit aujourd’hui jouer ce rôle n’a pas les financements nécessaires. Nous exigeons un investissement dans les CROUS qui permette la baisse des tarifs en cafétérias et des loyers, la prise en charge d’un demi-tarif étudiant dans les transports partout en France, la mise en place d’un pass’culture, ou encore le soutien à la mobilité internationale

Un droit à la vie étudiante


Tract Synthese