Enquête sur la perception de la réconciliation par les populations des Communautés d’origine aux ex

Page 1

PROJET DE STABILISATION REGIONALE INTEGREE DU BASSIN DU LAC-TCHAD

Enquête sur la perception de la réconciliation par les populations des Communautés d’origine aux ex Associés à Boko-Haram

Localités de Blangoua, Fotokol, Kolofata, Mayo Moskota et Mora (Extrême-Nord Cameroun)

Réalisée par : PNUD-CAMEROUN et les organisations locales : ALDEPA, ASDHD, CAPROP, CESOQUAR, SALEHI, ODH, LOYOC et les services du Gouverneur de la Région de l’Extrême-Nord

Juillet 2019 1


Sommaire résume executif ....................................................................................................................6 1. Contexte de l’ETUDE ........................................................................................................9 2. Cadre conceptuel de l’étude ......................................................................................12 3. Méthodologie.................................................................................................................14 3-1.Choix de la zone de l’étude....................................................................................14 3-2.Technique de collecte de données .......................................................................15 3-3.Echantillonnage et population cible ......................................................................16 3-4.Traitement et analyse des données .......................................................................17 4. RESULTAT DES ENQUÊTES ................................................................................................17 4.1. Caractéristiques sociodémographiques des ex-associés ....................................17 4.1.1. Des Ex-associés à majorité de sexe féminin ....................................................17 4.1.2. Tranche d’âge des enquêtés ..........................................................................17 4.1.3. Langue d’expression des ex-associés .................................................................18 4.1.4. Le statut matrimonial des ex-associés .............................................................19 4.1.5. La religion des ex-associés ...............................................................................19 4.1.6. Disposition des pièces officielles ......................................................................20 4.1.7. Mode et année d’entrée et de sortie des ex-associés ..................................20 4.1.8. Fonction exercée dans la secte Boko Haram ................................................22 4-1-9. Motivation de retour des ex-associés de la secte Boko Haram ...................22 4-2-1. Des ex-associés pour la plupart désœuvrés ..................................................24 4-2-2. Les difficultés de réintégration vécues par les ex-associés ...........................24 4-2-3. Des rapports par endroits favorables entre les ex-associés et les populations..................................................................................................................25 4-2-4. Réaction des ex-associés face à la stigmatisation ........................................25 4-2-5. Réaction des ex-associés pour améliorer leur situation socioéconomique 26 4-3. Caractéristiques sociodémographiques des populations rencontrées .............26 4-3-1. Effectif de personnes enquêtées dans le cadre de l’étude .........................26 4-3-2. Répartition des enquêtés par sexe .................................................................27 4-3-3. Répartition des enquêtés par tranche d’âge ................................................27 4-3-5.Obédience religieuse des enquêtés................................................................28 4-3-6. Statut matrimonial des populations enquêtées .............................................29 4-3-7.Disposition des pièces officielles .......................................................................30 4-4. Perception des populations vis-à-vis des ex-associés ..........................................30 4-4-1. Des populations à majorité méfiantes vis-à-vis des ex-associés de la secte Boko Haram .................................................................................................................30 4-3-1-1.Les ex-associés demeurent peu fréquentables ...........................................30 4-3-1-2.Une présence jugée dangereuse par les populations locales ...................31 2


4-4-2. Des raisons du refus de fréquenter les ex-associés ........................................32 4-4-2-1. Des ex-associés considérés comme responsables de l’insécurité ............32 4-4-2-2. La peur, la rancœur, la haine et les frustrations à l’origine du rejet des exassociés........................................................................................................................34 4-4-3. Du rapport entre ex-associés et insécurité dans les villages .........................34 4-4-4. De la reprise d’une vie normale par les ex-associés ......................................35 4-5. Des conditions de succès de la réintégration ......................................................36 4-5-1. La dé-radicalisation comme préalable à la réintégration ...........................36 4-5-2. La réintégration par l’emploi/le travail ...........................................................36 4-6. Des facteurs de l’échec de la réinsertion sociale et professionnelle des exassociés de Boko Haram................................................................................................37 4-6-1. Des facteurs exogènes de l’échec de la réinsertion des ex-associés..........37 4-6-2. Les facteurs endogènes de l’échec de la réinsertion des ex-associés ........38 4-7. Des populations ayant déjà participé aux opérations de réconciliations .........39 4-8. Propositions pour améliorer la réconciliation entre les ex-associés et les populations .....................................................................................................................40 4-9-Des autorités administratives, traditionnelles et religieuses, FMO plutôt conciliantes .....................................................................................................................41 4-10. Recommandations des chercheurs impliqués dans l’enquête ........................42 4-10-1. Pour les communautés .................................................................................42 4-10-2. Pour les ex-associés.......................................................................................42 4-10-3. Pour l’administration .....................................................................................43 3-10-4. Pour les forces de défense et de sécurité ..................................................44 3-10-5. Pour les partenaires humanitaires et partenaires au développement ....44 5- Conclusion générale .....................................................................................................45

3


Table des Figures Figure 1. Localisation de la zone étude ...........................................................................15 Figure 2 : Nombre des ex-associés par Département ....................................................16 Figure 3 : Répartition des ex-associés par sexe ...............................................................17 Figure 4 : Tranche d’âge des enquêtés ...........................................................................18 Figure 5 : Répartition des ex-associés en fonction de leur ethnie..................................18 Figure 6. Répartition des ex-associés par obédience religieuse ....................................19 Figure 7 : Disposition des pièces officielles .......................................................................20 Figure 8 : Répartition des ex-associés selon l’année d’engagement et de démobilisation ....................................................................................................................21 Figure 9 : Mode d’entrée des ex-associés .......................................................................21 Figure 10 : Rôle au sein de la secte ..................................................................................22 Figure 11. Motivations du retour des ex-associés ............................................................23 Figure 12. Situation socioprofessionnelle des ex-associés avant BH Figure 13.Situation socioprofessionnelle des ex-associés après BH ...........................................24 Figure 14. Difficultés rencontrées lors de la réintégration ...............................................25 Figure 15. Réactions des ex-associés face aux difficultés ..............................................25 Figure 16.Répartition des enquêtés par sexe...................................................................27 Figure 17.Répartition des enquêtés par tranche d’âge .................................................27 Figure 18. Répartition des enquêtés par appartenance religieuse ...............................29 Figure 19. Répartition des populations enquêtées selon le statut matrimoniale ..........29 Figure 20. Proportion des enquêtés disposant les pièces officielles (CNI, Acte de Naissance) ..........................................................................................................................30 Figure 21. Proportion de la population encore réticente vis-à-vis des ex-associés ......31 Figure 22. Proportion des populations jugeant la présence des ex-associés dangereuse ........................................................................................................................31 Figure 23.Raison avancée pour justifier la dangerosité de la présence des ex-associés .............................................................................................................................................32 Figure 24. Autres reproches faits aux ex-associés............................................................34 Figure 25.Raison de non collaboration avec les ex combattants .................................34 Figure 26. Proportion des enquêtés trouvant la présence des ex-associés dangereuse .............................................................................................................................................35 Figure 27. Proportion de la population doutant de la reprise d'une vie normale par les ex-associés..........................................................................................................................35 Figure 28. Motifs de la non reprise d'une vie normale selon les enquêtés ....................36 Figure 29. Facteurs de réintégration des ex-associés .....................................................37 Figure 30. Facteurs exogènes responsables de l'échec de la réinsertion des exassociés ...............................................................................................................................38 Figure 31.Facteurs endogènes responsables de l'échec de la réinsertion des exassociés ...............................................................................................................................38 Figure 32. Proportion des personnes ayant déjà participé à une séance de réconciliation et leur point de vue sur son utilité .............................................................39

4


Liste des tableaux Tableau 1 : Répartition des ex-associés selon leur statut matrimonial...........................19 Tableau 2. Répartition des enquêtés selon l'appartenance ethnique .........................28

Liste des encadrés Encadré 1. Témoignage justifiant la réticence à entendre l'appel du gouvernement par les combattants ..........................................................................................................23 Encadré 2.Témoignage d’une informatrice de Limani ..................................................35 Encadré 3.Pratiques autochtones de reconciliation à Moskota (Mayo Tsanaga) ......39

5


RESUME EXECUTIF Le présent rapport est relatif à la mission d’étude sur la perception de la réconciliation par les populations des communes de Blangoua, Fotokol, Kolofata, Mayo Moskota et Mora dans la région de l’Extrême-Nord Cameroun. Cette étude menée par le PNUD et financée par le gouvernement allemand s’inscrit dans le cadre général du projet de stabilisation régional intégrée du bassin du lac Tchad. En effet, le retour des ex-associés du groupe armé terroriste Boko Haram dans les communautés d’origine pose le problème de leur acceptation et de la réconciliation avec les populations locales ; d’où la nécessité de déterminer le degré d’acceptation de la réinsertion des ex-associés de Boko-Haram dans leur communauté d’origine par la population, le niveau d’acceptation et de tolérance au sein des communautés d’accueil particulièrement les victimes directes et collatérales et d’analyser les solutions durables de réconciliation et de tolérance telles que proposées par les populations. Pour ce faire, une méthodologie a été définie qui s’est appuyée sur l’analyse des données issues des enquêtes de terrain à l’aide d’un questionnaire, des entretiens avec les personnes ressources et des focus groups. L’enquêté a concerné 1764 individus parmi lesquelles 537 ex-associés et 1227 membres de leurs communautés d’origine ; les entretiens ont été effectués par 25 personnes ressources (membres de l’administration, autorités traditionnelles et religieuses, ONG, Forces de maintien de l’ordre et de la sécurité). Cinq focus groupes ont complété la collecte des données. Ces données ont fait l’objet d’une analyse statistique essentiellement descriptive et d’une analyse de contenus pour ce qui concerne les informations qualitatives. Des principaux résultats, l’échantillon représente 85% des femmes et 25% jeunes de moins de 20 ans. Ce qui démontre qu’à ce jour les hommes sont plus réticents à la reddition que les femmes. Par ailleurs, plus de 25% de ces femmes sont veuves. En ce qui concerne l’appartenance ethnique, on note une mosaïque constituée des Mafa, des Kanuri et des Mandara qui constituent l’essentiel des effectifs des ex-associés. Ceci peut s’expliquer par la distribution de ces trois groupes ethniques dans les départements du Mayo Tsanaga, du Mayo Sava et du Logone et Chari (Kanuri) où l’enquête a été menée. On relève aussi la présence des Fulbé, des Glavda, des Mouzgoum, des Kapsiki et des Haoussa. Les ex-associés sont en majorité musulmans. Une bonne proportion est constituée d’animistes (17%). On relève aussi la présence de quelques chrétiens catholiques et protestants. En ce qui concerne l’état civil et l’identité de ces ex-associés, on note que plus de 90% d’entre eux d ne disposent pas d’acte de naissance et seulement 17% possèdent la carte nationale d’identité (CNI). Leur engagement dans la secte débute pour certains en 2012 et atteint son pic en 2015, c’est à partir de 2015 qu’on relève les premiers retours dans les communautés d’origine. Leur entrée dans le groupe armé terroriste a été pour la plupart par force 6


pour 84% d’entre eux et pour 14% par alliance. Ils ont été utilisés de diverses façons durant leur séjour dans les territoires occupés par Boko Haram car 39% d’entre eux furent des cuisinières et ont été utilisés comme des femmes esclaves ; 20% ont constitué une main d’œuvre pour la réalisation des travaux agricoles. L’opportunité de fuite est la principale cause de retour. A cela s’ajoute d’autres raisons qui peuvent être les conditions de vie déplorable, la prise de conscience des ex-associés. L’appel du gouvernement n’a été suivi que par 2% des enquêtés car jugée peu sincère. Le Président de la République a lancé l’appel aux combattants de déposer les armes et avoir une opportunité pour la reprise d’une vie normale. Le Comité (CNDDR, N° 2018/719 du 30 Novembre 2018 ) a pour mission d’organiser, d’encadrer et de gérer le désarmement, la démobilisation et la réintégration des ex-combattants du Boko Haram et des groupes armés des Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest désireux de répondre favorablement à l’offre de paix du Chef de l’Etat en déposant les armes. La perception des ex-associés de leurs rapports avec les populations locales est déterminée par leur situation socioprofessionnelle et la réaction de celles-ci vis-à-vis d’eux. Près du ¾ des ex-associés enquêtés est désœuvré. Les principales difficultés relevées par les ex-associés sont relatives au regard et au comportement des populations. Par ailleurs, les besoins alimentaires constituent la principale contrainte à leur réintégration. Les réactions sont pour l’essentiel l’auto-marginalisation ou l’isolement à travers le renfermement sur soi-même, la non fréquentation des lieux publics et le silence permanent. Pour faciliter leur intégration socioéconomique, les ex-associés espèrent une formation, recherchent un emploi ou la reprise d’une activité économique Quant aux populations locales enquêtées, Il ressort que 27% d’entre elles seulement ont des actes de naissance et 85% des cartes nationales. Lorsque les données sont désagrégées par localités étudiées, on se rend compte que la non possession des actes de naissance est plus accentuée à Mora et à Kolofata dans le Mayo Sava. Ce défaut d’acte de naissance ou de carte nationale d’indemnité limitera les activités de réintégration et réinsertion sociale. Les jeunes et les femmes ne pourront pas se déplacer, contractualiser et développer des activités génératrices de revenus. Un peu plus de la moitié (642) des 1227 enquêtés est toujours réticente vis-à-vis des ex-associés et pense que ces ex-associés de la secte Boko Haram ne sont pas du tout fréquentables. Lorsqu’on les interroge sur la présence de ces ex-associés de la secte Boko Haram dans les communautés respectives, près de 70% continuent de considérer leur présence comme un danger. Cette perception justifie la continuité des actions de sensibilisation et des initiatives de réconciliation. Pour elles, ces exassociés sont une source d’insécurité générale qui se traduit sous diverses formes : la violence, les braquages, les incendies des maisons, la détention illégale des armes, le meurtre de leurs proches, le vol de bétail et la radicalisation. De même, les populations sont toujours méfiantes parce que les ex-associés rentrent sans présenter les armes. Elles estiment que ces armes sont cachées à la frontière du Nigéria. Une tranche importante de la population n’a point pardonné aux ex-associés les forfaits commis par le passé (récent). Plus du tiers de la population doute de la 7


sincérité des ex-associés car elles les considèrent comme hypocrites. Des enquêtes ont recueilli le point de vue des populations quant aux préalables à la réussite de la réintégration des ex-associés. Il apparait que les appuis économiques et psychosociaux sont essentiels à la réussite de la réintégration des ex-associés. Les ex-associés doivent selon elles, être regroupés dans des camps de dé-radicalisation où ils doivent bénéficier d’un appui psychologique. Les personnes dé-radicalisées pourraient bénéficier d’une formation professionnelle afin d’exercer une activité économique. L’éventualité d’un échec de la réinsertion pourrait s’expliquer, selon les membres des communautés rencontrés à Blangoua, Fotokol, Kolofata, Mayo Moskota et Mora par l’absence d’accompagnement spécifique et la mauvaise utilisation des fonds alloués aux activités génératrice de revenus (AGR), la corruption des acteurs chargés de l’encadrement des opérations de réinsertion socioprofessionnelles et la formation bâclée des ex-associés, la circulation des armes et l’impunité qui pourraient encourager les ex-associés à retourner vers le groupe armé terroriste Boko Haram ou à s’organiser en bandes armées. Le rejet des ex-associés par les communautés, l’absence d’initiatives locales, l’insécurité et les influences politiques diverses sont aussi considérées comme des facteurs d’échec. Elles pensent aussi que le pardon et la tolérence sont les permières étapes pour arriver à la réconciliation. Des pratiques autochtones et religieuses sont utilisées par les communautés villageoises pour leur reconciliation avec les ex-associés. Des propositions ont été faites par les populations locales pour faciliter la réconciliation avec les ex-associés de la secte Boko Haram . Il s’agit de l’assistance pschologique par des professionnels ; la reconnaissance par les ex-associés de leur culpabilité, le renoncement à la violence et le désarmement volontaire; la sensibilisation à la paix et la cohésion sociale dans les mosqués, les églises, et dans les lieux publics ; l’expérimentation des pratiques de reconciliation dans les communautés ; la lutte contre l’auto marginalisation et l’isolement pour des actions de prise en charge psychosociale ; la diffusion des messages alternatifs dans les écoles coraniques; un travail d’encadrement de la détention de l’arme et un resencement exhaustif des personnes detenant l’arme ; la création des centres d’alphabétisation pour les exassociés et les éleves des écoles coraniques qui ont dépassé l’âge scolaire ; l’établissement des actes de naissance et de la carte nationale d’identité ; Les autorités administratives, traditionnelles et religieuses et les forces de défense et de sécurité sont pensent qu’il est possible de réaliser la réconciliation entre les exassociés à Boko Haram et les populations. Elles proposent que des comportements de tolérance, de pardon et des attitudes d’acceptation à adopter vis-à-vis des exassociés. Pour elles, les ex-associés sont des personnes fréquentables, même s’ils ont commis des actes et ont intervenu aux cotés des combattants. En termes de recommandations, il est opportun pour les ex-associés de développer des stratégies de résilience et d’autonomisation dans les communautés d’accueil. Certaines organisations interviennent déjà, mais l’aide qui demeure insuffisante ne 8


peut pas couvrir tous leurs besoins. Il est recommandé à l’administration de clarifier le processus de réhabilitation de tous les ex-associés, hommes et femmes, en définissant le cadre opérationnel du processus en question et en le communicant aux populations afin que les éventuels candidats à la démobilisation soient sensibilisés. Le fait que la religion est un aspect important de la vie de 83% des ex-associés musulmans, catholiques et protestants amène à insister sur le rôle des autorités religieuses dans les activités de réconciliation et de réintégration . Les interventions en faveur de la réconciliation et de la réintégration doivent tenir compte des particularités socioculturelles et contextuelles. Des appuis psychosociaux devraient être apportés pour diminuer les effets des traumatismes et viols subis par les femmes ex-associées. Cela implique la prise en charge des femmes qui ont subi les viols les violences physiques. Les partenaires de développement doivent investir sur l’alphabétisation des ex-associés car cela est fondamental pour leur vie civique et professionnelle. Des échanges avec les populations concernées par cette étude devraient être réalisés en vue de les sensibiliser sur les réalités qui entravent le bon déroulement de des processus de réconciliation. Il s’agit notamment des pratiques socioculturelles déshumanisantes et ne respectant pas les droits de l’homme.

1. CONTEXTE DE L’ETUDE La crise issue des actions de Boko-Haram dans les pays du bassin du Lac Tchad (NordEst du Nigeria, Extrême-Nord du Cameroun, région du Lac au Tchad et région de Diffa au Niger) a eu des effets sur la dynamique socioéconomique et politique de cette partie du continent africain. On observe depuis 2017 le retour des ex-associés et plusieurs procédures d’accueil qui diffèrent selon la localité et le contexte. Des personnes suspectées d’appartenance à Boko Haram ont été arrêtées et gardées dans les prisons de Maroua, Mora, Kousseri. Des expériences de retour, interpelle les pouvoirs publics, les forces de défense et de sécurité et la Force Multinationale Mixte à une cohérence : -

-

Première vague de retour des ex-associés via Mozogo en février 2017, puis installés au camp de de Zamay (964 personnes en Novembre 2018); Deuxième vague par Kolofata et Mora, accueillis à la Force Multinationale Mixte, catégorisés « ex-associés à risque » et gardés dans les locaux de la Force Multinationale Mixte (117 le 4 Juillet 2019); ex-associés à moindre risque (enfants, femmes et ex-otages) rendus aux communautés. Création du Comité National Désarmement, Démobilisation Réintégration en Novembre 2018 et d’une antenne a Mora (mais toujours pas opérationnelle en juillet 2018): volonté politique du Président de la République d’offrir des facilités d’accueil et de réintégration aux ex-associés de Boko Haram.

9


La première vague de retours des ex-associés et associés au Cameroun a été enregistré en janvier 2017 dans l’arrondissement de Mozogo sis dans le département du Mayo Tsanaga dans l’Extrême-Nord. Ces personnes sont restées dans un camp à Mozogo sous la supervision des forces de défense et de sécurité et avec l’assistance de la Mairie et de quelques ONG partenaires. Après neuf mois de séjour à Mozogo, la commission d’enquête a conclu qu’ils sont tous camerounais et sont tous considérés comme ex-otages. Ils ont été réinstallés dans un camp de personnes déplacés internes à Zamay à partir de décembre 2017, soit 410 personnes au total. Depuis cette date, de nouveaux ex-associés ont continué de se rendre aux autorités de l’arrondissement de Mayo-Moskota (sous-préfets, gendarmerie, police), et après enquête, certains que les autorités ont estimé à risque élevé ont été envoyés en prison à Maroua notamment, et d’autres considérés à risque moins élevé (femmes, enfants et autres) sont envoyés au camp de personnes déplacés internes de Zamay, en passant par la brigade de gendarmerie de Zamay. C’est ainsi que l’effectif des ex-otages présents à Zamay a augmenté pour atteindre 964 personnes au début du mois de novembre 2018, d’après le résultat des enquêtes d’identification de leurs besoins de réintégration réalisées par des ONG (ALDEPA, CAPROD, Caritas Maroua-Mokolo, CLIRA, COSC-CRT et SAHELI) avec l’appui du PNUD et sous l’encadrement des autorités administratives. La deuxième vague de retour a été enregistré en novembre 2017 dans le département de Mayo Sava. Les premiers répondants à cet appel à la reddition étaient principalement composés d'anciens combattants rentrant avec leurs familles. Ces personnes ont été soumises à un sermon public sur le Coran, destiné à attester de leur repentir. Ils ont ensuite été transférés au siège de la Force Multinationale Mixte à Mora. , Les hommes jugés à risque ont été gardés dans l’enceinte de la force multinationale mixte. Ils étaient 117 le 4 Juillet 2019. Pour la FORCE MULTINATIONALE MIXTE, les personnes soupçonnées d’être associées à Boko Haram ont été classées dans l’une des trois catégories : les combattants, les croyants, les anciens otages, les ex combattants, les ex otages. Ces différents efforts de triage des ex-combattants et ex-associés de Boko Haram dans l’Extrême-Nord du Cameroun connait cependant de nombreuses difficultés sur le terrain. Les principales entraves à cette initiative de triage sont notamment la non harmonisation des stratégies de triage dans la région, les difficultés qu’éprouvent les différentes parties prenantes à s’imprégner des différents processus (DDR, SPRR), des politiques y afférentes et l’inadéquation réelle entre les principes, les politiques et les outils utilisés pour ces triages. On observe aussi des personnes soupçonnées d’être des ex-associés à BokoHaram rentrées dans les communautés sans passer par les autorités (Moskota, Zeleved, Kolofata). Leur recensement demeure un défi autant sécuritaire et stratégique pour les autorités camerounaises. 10


On observe une phase d’accalmie et le retour des ex-associés (otages et exassociés) à Boko-Haram qui posent la problématique de leur réinsertion et de la réconciliation dans les communautés. Les rapports entre ces ex-associés et les populations locales ne sont pas des plus agréables, les problèmes de sécurité et de gestion des ressources se posent avec acuité (sécurité des personnes, des biens, troubles psychologiques aigues, suspicions entres les personnes et les communautés, stigmatisations, difficultés de gestion des redditions avec la problématique de la réintégration des ex- otages et ex-combattants et ex-associés à Boko-Haram, l’avenir des membres des comités de vigilance, l’urgence de la réconciliation communautaire). Il est important de réaliser une étude de perception de la réconciliation et de la réintégration des ex-associés dans les communautés pour mieux cibler les prochaines actions pour la réconciliation et la prévention de l’extrémisme violent dans les communautés. C’est dans ce cadre qu’une mission d’évaluation de la perception de la réconciliation par les populations dans les communautés d’origine des exassociés a mené des enquêtes de terrain et des entretiens dans les communes concernées. Plusieurs activités de réconciliation et de réintégration ont été réalisées par le PNUD - Des besoins de réintégration des ex-associés rendus dans les communautés et ceux des « ex-otages » de Moskota installés à Zamay ont été identifiés et analysés ; - 60 leaders religieux, représentants des jeunes, représentants des femmes ont été formés sur le pardon et la réconciliation ; - 1250 personnes ont été sensibilisées sur le pardon et la réconciliation ; - des activités de cohésion sociale et de réconciliation ont été conduites entre le Nigéria, Tchad et le Cameroun (Gambaru, Mahada, Fotokol) ; - des pratiques endogènes de réconciliation ont été identifiées et documentées. Les objectifs de l’étude Cette étude de perception permettra de mesurer le degré d’acceptation des exassociés dans leur communauté d’origine et leurs lieux de réinsertion. Les communautés seront préparées à la pratique de réconciliation et de pardon, fondamentale pour une reprise du vivre ensemble. Des anciens conflits mal gérés pourront être résolus lors des séances de réconciliation entre les membres des communautés, les comités de vigilance les regroupements inter-ethniques. L’objectif global de l’étude est d’évaluer la perception des communautés sur la réconciliation en vue de supporter leur processus de réconciliation et réintégration des ex-associés Les objectifs spécifiques

11


 Le degré d’acceptation de la réinsertion des ex-associés de Boko-Haram dans leur communauté d’origine par la population est accru  Le niveau d’acceptation et de tolérance au sein des communautés d’accueil en particulièrement les victimes directes et collatéraux a augmenté  Les solutions durables de réconciliation et de tolérance telles que proposées par les populations sont documentées;  Les résultats de l’étude permettront de sensibiliser et former les ex-associés en vue de leur réintégration et conscientiser les membres des communautés à accepter les ex-associés retournés en communautés.

3. CADRE CONCEPTUEL DE L’ETUDE Il est important de préciser la compréhension de certains concepts qui sont contextualisés aux éléments de l’environnement et phénomènes sociaux. Le screening ou filtrage ou encore triage Le terme «filtrage» désigne le processus qui consiste à déterminer le profil principal d'une personne placée en garde à vue ou placée sous la responsabilité des autorités ou en détention, afin de recommander un traitement particulier, y compris une enquête, des poursuites ultérieures et une participation directe à un programme de réhabilitation qui peut ouvrir la voie à la réintégration. Dans la pratique, les critères définis pour le filtrage doivent être conformes aux normes internationales des droits de l'homme et à d'autres régimes applicables, tels que le droit international humanitaire et le cadre international de lutte contre le terrorisme. Les résolutions 1325 visant les femmes et la Convention relative aux droits de l'enfant offrent un cadre juridique fiable à l’application de cet objectif. Réhabilitation La réhabilitation est l’ensemble de mesures qui visent à faciliter la transition de l’association avec Boko-Haram vers la citoyenneté normale en communauté. Ce qui nécessite d’abandonner le recours à des moyens violents pour réaliser le changement et de se préparer à la réconciliation avec la communauté. La réhabilitation se fait très souvent dans des centres résidentiels aménagés pour la circonstance et comprend un processus de déradicalisation, un soutien psychosocial et des conseils en santé mentale. En outre, elle peut également inclure un soutien aux personnes ayant un handicap physique. Désarmement Le désarmement est une approche consiste à rassembler, enregistrer, contrôler et éliminer les armes de petit calibre, les munitions, explosifs, les armes légères et lourdes détenues par les combattants, mais souvent aussi par la population civile. Vu sous cet angle, le désarmement suppose la présence des groupes armées de part et d’autres des différentes parties prenantes d’un conflit. Le processus de désarmement vise à faire des anciens combattants des acteurs actifs dans le processus de paix : - Récupérant les armes se trouvant aux mains des combattants; 12


- Retirant les combattants des structures militaires ; - Intégrant les combattants à la société sur les plans social et économique. Ce qui est tout autre pour la région de l’Extrême-Nord où les principaux concernés par cette question ne sont pas toujours porteurs d’armes conventionnelles. Il en est ainsi des membres des comités de vigilance qui n’ont pas recours aux armes de petits calibres, aux munitions, aux explosifs, aux armes légères et lourdes dans l’exercice de leurs missions. L’implémentation de cette politique sur le terrain sera d’autant plus difficile que mêmes les ex-associés et autres associés à Boko-Haram ne possèdent pas ou plus d’armes lorsqu’ils se rendent aux autorités camerounaises. Justice transitionnelle La justice transitionnelle est un ensemble de mécanismes qui visent à rétablir la justice dans un État qui a vécu une crise profonde et de graves violations des droits de l’Homme. La crise peut, par exemple, avoir été causée par un conflit armé, un soulèvement populaire, une période d’oppression politique ou une catastrophe naturelle. On dit que cette justice est « transitionnelle » parce qu’elle s’inscrit généralement dans un contexte de transition par exemple, d’une dictature vers un système démocratique ou d’un coup d’État vers l’ordre constitutionnel. Il s’agit pour le cas de l’Extrême-Nord, d’organiser le passage de la période d’instabilité ayant été marqué par les exactions commises par Boko Haram depuis 2013 vers une paix durable. La justice transitionnelle implique ici la mise en place de plusieurs mécanismes innovants à côté des institutions classiques afin de poursuivre pénalement les auteurs des actes terroristes, de favoriser leurs réconciliations avec les victimes et d’assurer une réparation juste et consensuelle à toutes les parties. Ces mécanismes peuvent être tant judiciaires que non judiciaires. Les chefferies traditionnelles peuvent constituer un acteur important dans le développement des approches de la justice transitionnelle. Réconciliation La réconciliation désigne simplement l’action de réconcilier des personnes brouillées à la suite d’un conflit ou d’une action. Sur le plan socio-politique, la réconciliation consiste à élaborer des politiques et des programmes qui visent à promouvoir la tolérance, le pardon et la réconciliation entre les différents membres d'une société divisée et troublée par des conflits. Condition préalable pour la stabilité et la paix entre les ex-associés de Boko Haram et la société, celle-ci ne peut se faire sans l’établissement de la vérité et après avoir puni les responsables des exactions terroristes dans l’Extrême-Nord du Cameroun. Réintégration La réintégration est considérée comme le processus par lequel les ex-associés acquièrent le statut de civil et gagnent un emploi et un revenu durables. Cependant, dans le contexte d’association à Boko-Haram dans le Bassin du Lac-Tchad, la réintégration ne concerne pas seulement les ex-associés mais aussi les différentes catégories de personnes victimes de Boko-Haram, notamment les femmes et les enfants des combattants, les ex-otages, les retournés ou les personnes encore

13


déplacées, les jeunes à risque, les anciens prisonniers et les membres des comités de vigilance. Réinsertion La réinsertion est le processus qui consiste à réintroduire les détenus et ou ex-associés de Boko-Haram dans la société civile après leurs redditions ou à la fin de sa peine carcérale. Elle est à la fois psychologique et sociale. La réinsertion revêt également une composante professionnelle et sociale.

3. METHODOLOGIE 3-1.Choix de la zone de l’étude La mission qui visait à enquêter les ex-associés s’est déployée dans les départements du Mayo Sava, du Mayo Tsanaga et du Logone et Chari. Ce choix se justifie par la problématique de retour des ex-associés dans les localités transfrontalières où il y a eu le phénomène de l'enrôlement. Depuis 2017, on remarque la reddition des membres de la secte Boko Haram et leur retour à Mayo-Moskota, Kolofata, Amchidé et de Fotokol. Il est important de rappeler que le choix de cette zone d’étude obéit à la cartographie de la zone d’intervention camerounaise du projet de stabilisation du bassin du lac Tchad et la plus touchée par la crise sécuritaire Boko-Haram.

14


Figure 1. Localisation de la zone étude

3-2.Technique de collecte de données Deux types de données ont été collectés, des données quantitatives issues des questionnaires fermées et des données qualitatives issues des d’entretiens et des focus groups. Ces entretiens ont été administrés à des personnes ressources (autorités 15


administratives, traditionnelles, religieuses, sectorielles, Forces de maintien de l’ordre). Les focus group se sont déroulés avec les populations locales, les leaders des jeunes, des femmes. Quatre outils de collecte des données ont été conçus : -

-

-

Le questionnaire Ex-associé pour renseigner la perception des ex-associés qui vivent en communauté (537 ex-associés) ; Le questionnaire Population pour renseigner la perception des populations dans les communautés d’origine vis-à-vis des ex-associés et de connaitre leur niveau de tolérance et d’acceptation de celle-ci (1227 populations); Le guide d’entretien (25 informateurs) avec les leaders religieux, les leaders traditionnels, les autorités administratives et les forces de défense et de sécurité ; Le guide de discussion communautaire (5 focus group) avec les ex-associés qui vivent en communauté pour apprécier leur niveau d’acceptation dans les communautés et identifier les facteurs d’échecs et de succès des mécanismes de réintégration et de réconciliation des ex-associés dans les communautés.

3-3.Echantillonnage et population cible La méthode d’échantillonnage aléatoire raisonnée a été utilisée. Selon la base des données accessible, l’enquête a touché 537 ex-associés regroupés dans trois départements, à savoir : le Mayo Sava, le Mayo Tsanaga et le Logone et Chari. Le choix des sites d’enquêtes (villages) a été fait avec l’aide des autorités administratives et traditionnelles.

2%

49% 49%

Mayo-Sava Mayo-Tsanaga Logone-et-Chari

Figure 2 : Nombre des ex-associés par Département

Le Mayo Sava et le Mayo Tsanaga abritent l’essentiel des ex-associés enquêtés. Leur identification s’est faite avec l’aide des autorités administratives et traditionnelles qui confirment l’effectif des ex-associés enquêtés dans le Logone et Chari notamment à Blangoua et à Fotokol. Ceci peut s’expliquer par le fait qu’une bonne partie des exassociés revenus sont en transit dans les camps de démobilisation et de réhabilitation mis en place par les autorités publiques camerounaises.

16


3-4.Traitement et analyse des données Afin de procéder au traitement et à l’analyse des données, un travail a été fait au préalable à savoir la conception du masque de saisie avec le logiciel SPSS.20 par le superviseur des agents de saisie. Ce fichier a ainsi été mis à la disposition des 5 agents de saisies des données. Les données introduites ont été épurées et analysées par le superviseur qui a fait des analyses descriptives et a procédé à la génération des graphiques à l’aide du Pack Microsoft Excel. Les données qualitatives ont fait l’objet d’une analyse de contenue en insistant sur les principales questions justifiant cette étude.

4. RESULTAT DES ENQUÊTES 4.1. Caractéristiques sociodémographiques des ex-associés 4.1.1. Des Ex-associés à majorité de sexe féminin Les femmes représentent 85% des ex-associés enquêtés (Figure 3). Seulement 81 hommes se sont rendus et ont rejoint la communauté d’origine contre 456 femmes.

15% Féminin Masculin 85%

Figure 3 : Répartition des ex-associés par sexe

Cette réticence à la reddition peut s’expliquer par l’incertitude qui demeure quant à l’avenir des ex-associés un fois qu’ils rentrent au Cameroun. En effet, selon les témoignages des femmes ex-associées et de certaines ONG, les hommes redoutent le traitement que leur réserve les forces de maintien de l’ordre. Ils estiment que cellesci seraient plus clémentes vis-à-vis des femmes et des mères d’enfant. Par ailleurs le décès de leurs époux constitue aussi un autre facteur justifiant le retour massif des personnes de sexe féminin. 4.1.2. Tranche d’âge des enquêtés Il ressort des enquêtes que 25% des ex-associés sont constitués de jeunes de moins de 20 ans, 50% des ex-associés interrogés ont moins de 25 ans et 77% en ont moins de 36. Cela témoigne du caractère jeune des ex-associés. On constate de ce fait que près du quart de ces ex-associés a été recruté pendant qu’il était encore mineur.

17


30% 25% 20% 15% 10% 5% 0%

25%

25% 13%

14%

10% 4%

6%

3%

18-20 21-25 26-30 31-35 36-45 46-55 56-65 Plus ans ans ans ans ans ans ans de 66 ans Figure 4 : Tranche d’âge des enquêtés

Par ailleurs, en prenant en compte le fait que l’essentiel (85%) de ces ex-associés est féminin, il se pourrait qu’un nombre important de femmes, victimes pour la plupart d’enlèvement, aient eu des enfants pendant leur séjour au sein du groupe armé terroriste Boko Haram. Les femmes méritent une attention particulière de la part des pouvoirs publics et des partenaires de développement. La proportion des personnes âgées n’est pas négligeable, elle représente 9% des ex-associés touchés par l’enquête. Cette proportion représente les personnes qui ont été enlevées et les personnes qui ont été abandonnées par leurs proches lors de la fuite.

4.1.3. Langue d’expression des ex-associés Les Mafa (58%), les Kanuri (13%) et les Mandara (9%) constituent l’essentiel des effectifs des ex-associés. Ceci peut s’expliquer par la distribution de ces trois groupes ethniques dans les départements du Mayo Tsanaga, du Mayo Sava et du Logone et Chari (Kanuri). Il s’agit des peuples vivant dans les territoires ayant subi régulièrement les assauts de la secte Boko Haram.

60%

58%

50% 40% 30%

20% 10%

2%

1%

2%

6%

9%

13% 7% 1%

1%

0%

0%

Figure 5 : Répartition des ex-associés en fonction de leur ethnie

18


Une dizaine de groupes ethniques est représentée dans l’échantillon. En plus des trois communautés sus-citées, on relève la présence des Fulbé, des Glavda, des Mouzgoum, des Kapsiki et des Haoussa. 4.1.4. Le statut matrimonial des ex-associés L’essentiel des ex-associés est constitué de personnes vivant maritalement1, des veuves et on relève une proportion non négligeable de célibataires. En effet, plus de 25% de la population enquêtée est veuve, 48% sont mariés. Tableau 1 : Répartition des ex-associés selon leur statut matrimonial Statut matrimonial

Nombre

Marié(e)

261

Célibataire

121

Veuf (ve)

135

Divorcé(e)

20

Total

537

La proportion importante des veuves est révélatrice du nombre important des veuves qui sont en communauté. Elles représentent aussi une catégorie de chefs de ménages vulnérables. Par ailleurs, parmi les femmes mariées, certaines vivent seules, leurs maris n’étant pas toujours revenus des territoires contrôlés par Boko Haram. D’autres ne savent pas où se trouvent leurs maris (mort, en prison, déplacés, front). 57.35% des femmes ex associés ont moins de 30 ans, elles constituent la tranche qui est entrée dans le groupe terroriste toute jeune. 4.1.5. La religion des ex-associés Les ex-associés sont à majorité de religion musulmane (74%). Une bonne proportion (17%) est constituée d’animistes. On relève aussi la présence de quelques chrétiens catholiques et protestants.

17% Musulmane

3% 6%

Catholique

Protestante

74%

Animiste

Figure 6. Répartition des ex-associés par obédience religieuse

1

Mariage coutumier

19


Le fait que la religion est un aspect important de la vie de 83% des ex-associés musulmans, catholiques et protestants amène à insister sur le rôle des autorités religieuses dans les opérations de réconciliation et de réinsertion. 4.1.6. Disposition des pièces officielles Les pièces officielles que sont l’acte de naissance, la carte nationale d’identité et dans une certaine mesure l’acte de mariage sont des documents essentiels pour la reconnaissance de la citoyenneté des ex-associés. Malheureusement, très peu d’entre eux en disposent.

90%

100% 50%

10%

17%

0% Oui

100%

83%

0% Non

Acte de naissance

Oui

Non

Carte nationale

Oui

Non

Passeport

Figure 7 : Disposition des pièces officielles

Plus de 90% des ex-associés ne disposent pas d’acte de naissance et seulement 17% possèdent la carte nationale d’identité (CNI). Ils ont été reconnus par les chefs traditionnels qui identifient leurs sujets et leurs familles. La question de l’acte de naissance est préoccupante dans la mesure où il est nécessaire pour l’établissement de la CNI. De ce fait, 90% des ex-associés ne pourraient pas se faire établir une CNI. Les conséquences sur la vie quotidienne et civique sont entre autres les difficultés de mobilité, d’emploi, d’inscription sur les listes électorales, d’accès aux crédits et appuis divers. 4.1.7. Mode et année d’entrée et de sortie des ex-associés Les deux courbes représentées dans cette figure nous montrent l’évolution des effectifs des personnes interviewées entrées dans la secte Boko Haram.

20


200 180 160

140 120 100

Entrée

80

Sortie

60 40 20 0 1

2

3

4

5

6

7

8

Année 2012 à 2019

Figure 8 : Répartition des ex-associés selon l’année d’engagement et de démobilisation

C’est à partir de 2012 que les ex-associés ont commencé à rejoindre le groupe armé terroriste Boko Haram. Leur nombre a évolué jusqu’en 2015, année durant laquelle, ils ont atteint leur pic. A partir de cette date, plusieurs membres de la secte Boko-Haram ont commencé à quitter le groupe et plusieurs ont abandonné le groupe en 2017. Le retour des ex-associés diminue de manière évolutive. Cette tendance nous amène à analyser les facteurs influençant négativement la tendance à la reddition. Des témoignages révèlent que Boko Haram a renforcé le dispositif limitant les évasions et les ex-associés doutent de la garantie de leur sécurité et de leur liberté par les autorités publiques camerounaises. Les expériences vécues par les premiers démobilisés de Kolofata, de Mozogo ne rassurent pas les éventuels candidats au retour malgré les conditions de vie déplorables dans les camps contrôlés par Boko Haram. Des informateurs déclarent que les ex combattants perçoivent mal le fait que plusieurs d’entre eux sont emprisonnés; certains sont tués à l’entrée. Leur entrée dans la secte a été pour la plupart par force pour 84% d’entre eux et pour 14% par alliance comme l’illustre la figure 9.

2% 14% Volontaire Par force

84%

Par alliance

Figure 9 : Mode d’entrée des ex-associés

21


Les ex-associés qui vivent en communauté sont beaucoup plus des ex-otages et non des ex-combattants. La proportion des femmes montrent bien qu’elles ont été enlevées ou enrôlés par leurs maris. Elles sont des victimes et ne devraient pas constituer un danger pour la communauté. Plutôt des appuis psychosociaux devraient être apportés pour diminuer les effets des traumatismes et viols subis. Des séances de sensibilisation sont nécessaires pour faire accepter ces ex-otages par les communautés. 4.1.8. Fonction exercée dans la secte Boko Haram Les ex-associés de Boko Haram ont occupé des fonctions différentes au sein du groupe (figure 10) ; 39% d’entre eux furent des cuisinières et ont été utilisés comme des femmes esclaves ; 20% constituent une main d’œuvre pour la réalisation des travaux agricoles. 39%

39%

40%

35% 30% 25%

20%

20% 15% 10%

5%

1%

1%

0% Eclaireur

Courier

Cusiniere

Femme esclave

Travaux agricoles

Figure 10 : Rôle au sein de la secte

Cette distribution des rôles joués par ces ex-associés renforce l’idée selon laquelle ils ont joué un rôle secondaire. Cela devrait amener à orienter les interventions futures dans la prise en charge des femmes qui ont subi les viols les violences physiques. Plusieurs d’entre elles sont toujours menacées par leurs maris demeurés dans les camps de Boko Haram. C’est le cas d’un groupe de 23 femmes à (veulent se rendre à Poulka au Nigéria) qui sont menacées par leurs maris et souhaitent se déplacer vers l’intérieur du territoire camerounais où elles se sentiront en sécurité (informateur). 4-1-9. Motivation de retour des ex-associés de la secte Boko Haram Le retour est essentiellement l’aboutissement de la fuite suite à une opportunité qui s’est présentée (combats, baisse de vigilance des combattants, etc.) C’est le cas pour plus de 60% des ex-associés. Il s’agit à majorité des femmes occupant des rôles moins violents (cuisinières, esclaves, ouvrières). 22


Les conditions de vie difficile pour 24% des ex-associés, la prise de conscience pour 5% des ex-associés, les rafles de l’armée pour 4% d’entre eux, la quête d’emploi, l’appel du gouvernement (2%) sont les principales motivations de retour des exassociés.

70% 60% 50% 40% 30%

64%

20% 24%

10% 0%

5% Opportunité de fuite

Condition de vie déplorable

Prise de conscience

2%

2%

Opportunités Appel du d'emploi gouvernement

4% Rafle de l'armée

Figure 11. Motivations du retour des ex-associés

L’opportunité de fuite est la principale cause de retour. Cette modalité cache plutôt d’autres raisons qui peuvent être les conditions de vie déplorable, la prise de conscience des ex-associés. Il y a cette volonté de quitter le groupe et de se repentir. L’appel du gouvernement n’a été suivi que par 2% des enquêtés car jugée peu sincère. Ceux-ci reprochent au gouvernement l’absence d’une garantie de sécurité et de liberté aux ex-associés (Encadré 1). «Plusieurs ex-associés veulent rentrer, mais les militaires qui sont à la frontière abattent systématiquement ceux qui se rendent.» déclare un chef traditionnel. Heureusement, depuis que le BIR s’est installé, le nombre des ex-associés a augmenté, parce qu’ils les accueillent et les traite relativement bien. Encadré 1. Témoignage justifiant la réticence à entendre l'appel du gouvernement par les combattants

4-2. Perception par les ex-associés des rapports avec les populations La perception des ex-associés de leurs rapports avec les populations locales est déterminée par leur situation socioprofessionnelle et la réaction de celles-ci.

23


4-2-1. Des ex-associés pour la plupart désœuvrés (je suggère de déplacer ceci dans les caractéristiques socio-démographique, et peut-être ajouter économique, car ne relève pas vraiment de la perception. Près du ¾ des ex-associés enquêtés est désœuvré. Ce qui n’était pas le cas avant la guerre et leur association à Boko Haram. En effet, 78% d’entre eux avaient une occupation socioéconomique au sein de leurs communautés respectives avant de rejoindre la secte Boko Haram (Figures 12 et 13). 44%

45%

80%

40%

70%

35%

60%

30% 25%

22%

50%

22%

40%

20%

30%

15%

8%

10% 5% 0%

72%

20%

0%

3%

1%

10% 0%

Sans emploi Ménagère

Elevage

Pécheur

Moto taxi

Agriculteur

Artisans

Figure 12. Situation socioprofessionnelle des ex-associés avant BH BH

14%

11%

Sans emploi

Ménagère

1%

0%

Elevage

Pécheur

1%

0% Moto taxi

Agriculteur

Artisans

Figure 13.Situation socioprofessionnelle des ex-associés après

La proportion des agriculteurs a baissé de façon considérable ; de 44% avant leur engagement, elle n’est plus que de 14% après leur retour. La part des sans-emplois a triplé. Elle est passée de 22% à 72% aujourd’hui. Par ailleurs, les femmes pour la plupart ménagères avant leur départ ont perdu leur place au sein des ménages. L’élevage, le taxi (moto) sont des professions inaccessibles pour les ex-associés car la recapitalisation de ces deux activités nécessite des moyens conséquents. On remarque une faible représentativité des pêcheurs à cause de leur mode de fonctionnement durant toute cette période de guerre. En effet, selon les témoignages d’un informateur à Blangoua, plusieurs pêcheurs ont été enrôlés dans la zone du Lac Tchad. Il affirme que « Certains pêcheurs à Blangoua (Kofia et environs, Lac Tchad) se sont fait enrôlés dans le groupe et ont installé des barrières. Les pêcheurs qui entrent dans le Lac doivent payer quelques kg de riz ou de carburant avant de passer. ». 4-2-2. Les difficultés de réintégration vécues par les ex-associés Les principales difficultés relevées par les ex-associés sont relatives au regard et au comportement des populations. Il s’agit pour la plupart d’entre elles, de la méfiance, le rejet, la stigmatisation, les insultes, la suspicion et pour 1% de femmes, la menace du mari resté au front. Par ailleurs, les besoins alimentaires constituent la principale contrainte à leur réintégration.

24


50%

44%

40% 30% 17%

20%

12%

9%

10% 0%

Rejet des populations

Méfiance

Stigmatisation

11% 5% Suspicion

2% Exclusion dans les lieux publics

1% Insulte

Besions alimentaires

Menace du mari au front

Figure 14. Difficultés rencontrées lors de la réintégration

La stigmatisation des ex-associés dans les communautés est importante (55%), elle se caractérise le rejet des populations, la méfiance la suspicion et les insultes. Les besoins alimentaires sont le premier déterminant qui rend difficile la vie dans la communauté. Les ex-associés doivent développer des stratégies de résilience et d’autonomisation dans les communautés d’accueil. Certaines organisations interviennent déjà, mais l’aide demeure insuffisante. Les populations doivent aussi manifester leur solidarité en développant des mécanismes d’entraide communautaire qui existent. 4-2-3. Des rapports par endroits favorables entre les ex-associés et les populations Certains ex-associées témoignent leur reconnaissance vis-à-vis des populations locales qui malgré leur passé, acceptent de les fréquenter et de les venir en aide. C’est le cas des femmes ex-associées dans l’arrondissement de Mora qui « trouvent que la population d’accueil les considère comme des sœurs et leur donne beaucoup d’affection ». Des cas de mariages ont été signalés notamment à Doublé dans l’arrondissement de Mora (Mayo Sava). 4-2-4. Réaction des ex-associés face à la stigmatisation Les réactions sont pour l’essentiel l’auto-marginalisation ou l’isolement à travers le renfermement sur soi-même, la non fréquentation des lieux publics et le silence permanent.

Fermeture sur soimême

6% 17%

Ne fréquente pas les lieux publics Ne parle pas en public

10% 67%

Ne se déplace pas

Figure 15. Réactions des ex-associés face aux difficultés

La fermeture sur soi est le principal moyen utilisé par 67% des ex-associés pour éviter le regard et le jugement des autres. Une proportion de 30% évite de fréquenter les lieux publics ou évite de prendre la parole publiquement. On note tout de même 25


que 6% ne se déplacent plus pour éviter de rencontrer les populations. Les ex-associés qui vivent dans les communautés ont développé des attitudes d’auto marginalisation et l’isolement qui se manifestent par la fermeture sur soi et le silence permanent. Ceci nous amène à proposer des actions de sensibilisation et de prise de conscience, d’appui psychologique des ex-associés pour arriver à retrouver la confiance et la quiétude dans les communautés. 4-2-5. Réaction des ex-associés pour améliorer leur situation socioéconomique Pour faciliter leur intégration socioéconomique, les ex-associés ont pris des initiatives allant de la formation à la recherche d’un emploi ou de la reprise d’une activité économique. Une proportion de près de 35% demeure passive car envisage comme solution de trouver de l’aide chez un mari ou auprès d’un tiers.

Je ne sais pas

3%

Trouver un mari qui va m'aide

2%

Demander de l'aide

29%

Reprendre les activités économiques

30% 14%

Me former

22%

Chercher un emploi 0%

5% 10% 15% 20% 25% 30% 35%

Figure N°16 : possibilité d’insertion socioéconomique des ex-associés La volonté de suivre une formation, de trouver un emploi ou de pratiquer une activité économique est à saluer et à soutenir à travers les appuis divers par les pouvoirs publics, leurs partenaires et les populations locales. Lesquelles populations ont été aussi interrogées sur la perception qu’elles ont des ex-associés et du processus de réconciliation. Les ex associés souhaitent avoir une attention des autorités sur leurs conditions de vie très précaire : abris, alimentation et éducation. Un encadrement de proximité devrait permettre la reprise de la confiance et améliorer leurs relations avec les populations.

4-3. Caractéristiques sociodémographiques des populations rencontrées 4-3-1. Effectif de personnes enquêtées dans le cadre de l’étude Mille deux cent vingt-sept (1227) personnes réparties dans cinq communes ont été touchées par cette étude. Le plus grand nombre de personnes enquêtées se trouve dans les arrondissements de Mayo Moskota et de Kolofata (Tableau 2). 26


Tableau 2.Répartition des enquêtés par arrondissement Arrondissement BLANGOUA FOTOKOL KOLOFATA MAYO MOSKOTA MORA Total

Nombre 175 184 350 310 208 1227

4-3-2. Répartition des enquêtés par sexe Dans le cadre de cette étude, 60% des personnes enquêtées sont de sexe masculin. La figue suivante présente la répartition des populations enquêtées par sexe.

40%

Féminin Masculin

60%

Figure 16.Répartition des enquêtés par sexe

4-3-3. Répartition des enquêtés par tranche d’âge La figure suivante présente les populations enquêtées dans cette étude en fonction de la tranche d’âge à laquelle elles appartiennent.

25%

23% 19%

20%

15% 15% 10%

11%

10%

8%

8% 6%

5% 0% 18-20 ans

21-25 ans

26-30 ans

31-35 ans

36-45 ans

46-55 ans

56-65 ans

Plus de 66 ans

Figure 17.Répartition des enquêtés par tranche d’âge

27


Il en ressort que 23% des personnes enquêtées dans le cadre de cette étude sont des personnes dont l’âge se situent entre 31 et 35 ans et celles âgés de plus de 35 représentent environ 48%. Ils ont une meilleure connaissance de la situation sécuritaire qui sévit dans la région et de ses conséquences. Il s’agit pour la plupart des chefs de famille qui ont pour la plupart perdu des proches et des biens au cours de la guerre. 4-3-4. Groupes ethniques touchés par l’étude Le tableau suivant présente les groupes ethniques touchés par l’enquête. Ils correspondent bien aux différents groupes auxquels appartiennent les ex-associés. Tableau 3. Répartition des enquêtés selon l'appartenance ethnique Langue maternelle Mafa Glavda Mandara Foulfouldé Kanouri Kapsiki Podoko Arabe Choas Kotoko Mouzgoum Haoussa Autres Total

Pourcentage 20% 11% 14% 8% 15% 3% 2% 11% 6% 5% 4% 2% 100%

Les populations Mafa, Kanuri, Mandara, Glavda sont parmi les groupes ethniques les plus touchés par la crise Boko haram. Elles constituent aussi les principales communautés sensées accueillir les ex-associés de même culture. 4-3-5.Obédience religieuse des enquêtés L’essentiel des populations de l’étude est musulman (69%). On dénombre aussi des chrétiens et des animistes avec respectivement 26% et 5%. La figure ci-dessous présente la représentation des populations par obédience religieuse.

28


5% 15% Musulmane Catholique 11%

Protestante 69%

Animiste

Figure 18. Répartition des enquêtés par appartenance religieuse

En effet, la distribution des ex-associés par religion obéit à la même tendance. Ce qui est un atout pour la compréhension et éventuellement l’acceptation de ces derniers. 4-3-6. Statut matrimonial des populations enquêtées Les populations enquêtées sont pour la plupart mariées (mariage coutumier, sans acte de mariage civil). Il s’agit de 80% de l’effectif total. On dénombre aussi des célibataires et des veuves.

14%

6%

Marié(e) Célibataire 80%

Veuf(ve)

Figure 19. Répartition des populations enquêtées selon le statut matrimoniale

L’étude a privilégié les responsables des ménages d’où la forte proportion des personnes mariées. Les célibataires occupent la deuxième place avec 14% et les veuf 6%. Ces résultats nous amènent à dire que les populations ont été touchées aussi par les pertes en vie humaine. 29


4-3-7.Disposition des pièces officielles Il ressort de cette étude que 27% des populations ont des actes de naissance et 85% des cartes nationales. Normalement, on devrait être dans la situation inverse, mais on se rend compte que c’est le contraire. Ce qui nous amène à nous interroger sur le processus d’établissement de ces CNI. Toutefois, dans les années 2011, l’état (et l’élite politique (facilitatrice)) a facilité la gratuité des CNI aux populations, ce qui justifierait ce paradoxe. Cela peut constituer un obstacle réel pour le renouvellement des CNI ayant atteint la date d’expiration et pour ceux qui n’ont pas d’acte de naissance. 98% 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0%

85% 73%

27%

15% 2% oui

non

Acte de naissance

oui

non

Carte nationale d'identite

oui

non

Passeport

Figure 20. Proportion des enquêtés disposant les pièces officielles (CNI, Acte de Naissance)

Lorsque les données sont désagrégées par localité étudiée, on se rend compte que la non possession des actes de naissance est plus accentuée à Mora et à Kolofata dans le Mayo Sava avec respectivement 40% et 37%. Ces localités sont celles qui ont subi les incendies des maisons (Amchidé, Limani, Djakana, Magdémé, Doublé, Tchakramari, Boundéri, Talkoumari, Gouzoudou) et des grands déplacements des populations vers l’intérieur du pays. Une opération spécifique doit être faite pour résoudre ce problème assez préoccupant. L’ignorance de la réglementation en matière d’établissement des pièces officielles par les populations locales, les tracasseries diverses, le manque de volonté des agents publics en charge de la question, et l’insuffisance des moyens constituent des obstacles à surmonter.

4-4. Perception des populations vis-à-vis des ex-associés 4-4-1. Des populations à majorité méfiantes vis-à-vis des ex-associés de la secte Boko Haram 4-3-1-1.Les ex-associés demeurent peu fréquentables Un peu plus de la moitié (642) des 1227 enquêtés est toujours réticente vis-à-vis des ex-associés et pense que ces ex-associés de la secte Boko Haram ne sont pas du 30


tout fréquentables. « Il est inadmissible, selon elle, de vivre avec quelqu’un qui a commis des forfaits et souvent sur des proches parents ou des connaissances. Ils disent qu’ils ne peuvent pas avoir confiance en eux car ils risquent jouer le double jeu et repartir d’où ils sont venus». Une opération spécifique doit être faite pour résoudre ce problème assez préoccupant. Il me semble manqué de transition qui peut être recherchée dans « En quoi l’absence des pièces officielles renforcent l’idée avancée que les ex-associés sont peu fréquentables ». L’ignorance de la réglementation en matière d’établissement des pièces officielles par les populations locales, les tracasseries diverses, le manque de volonté des agents publics en charge de la question, et l’insuffisance des moyens constituent des obstacles à surmonter. Ex associés, personnes fréquentables?

Oui

48% 52%

Non

Figure 21. Proportion de la population encore réticente vis-à-vis des ex-associés

Quoi qu’il en soit, on souligne que la proportion des personnes prêtes à fréquenter les ex-associés n’est pas négligeable car elle atteint 48%, soit 585 personnes sur les 1227 enquêtées. Ce qui est plutôt encourageant pour la réconciliation. Il faut encore travailler pour arriver à changer la position de ceux qui sont encore réticents. 4-3-1-2. Une présence jugée dangereuse par les populations locales Lorsqu’on interroge les populations sur la dangerosité de la présence de ces exassociés de la secte Boko-Haram dans les communautés respectives, 68% continuent de considérer leur présence comme un danger (Figure 21). Présence des ex combattants dangereuse ?

32% Oui

68%

Non

Figure 22. Proportion des populations jugeant la présence des ex-associés dangereuse

La méfiance vis-à-vis des ex-associés est très grande et caractérise la quasitotalité des habitants enquêtés (839 sur 1227). Ceci s’explique par les risques (supposés ou réels) permanents de vols, d’agression et d’autres crimes (Figure 23). Des vols de 31


bétail et des denrées alimentaires continuent dans les communautés, surtout les cas récents à Tourou et Zheleved où 1500 personnes ont été contraintes à se déplacer vers le centre de Moskota.

Raison de la dangerosité des ex-associés

33%

27%

40%

Crime

Vols Agressions

Figure 23.Raison avancée pour justifier la dangerosité de la présence des exassociés Pour près de la moitié des enquêtés, des agressions et des vols peuvent être commis à tout moment par les ex-associés. Les raisons du refus de fréquenter ces ex-associés renforcent ce point de vue. 4-4-2. Des raisons du refus de fréquenter les ex-associés Plusieurs motifs justifient la position de 52% de la population pour qui il ne leur est point possible de fréquenter ou de collaborer (travailler) avec ces ex-associés de la secte Boko Haram. Deux types de raisons justifient cette opposition. Celles liées au caractère attribué aux ex-associés et celles liées à l’état d’esprit des populations ellesmêmes. 4-4-2-1. Des ex-associés considérés comme responsables de l’insécurité Pour elles, ces ex-associés sont une source d’insécurité générale qui se traduit sous diverses formes : la violence, des braquages, des incendies des maisons, la détention illégale des armes, le meurtre de leurs proches, le vol de bétail et la radicalisation (figure 22).

32


20% 18% 16% 14% 12% 10% 8% 6% 4% 2% 0%

19% 17% 13%

14% 12%

11%

Violent

Detention d'arme

Braquage

Incendie maison

Tue les plus proches

Vol des bétails

13%

Radicalisé

Figure 22. Motifs du refus de fréquentation des ex-associés par les populations

Ils demeurent violents selon 19% des enquêtés, détiennent encore des armes pour 17% d’enquêtés, sont des radicalisés selon 13% d’enquêtés. Les informateurs reconnaissent la circulation des armes dans les communautés. Plusieurs cas d’agression armés ont été signalés. Ils déclarent que les armes circulent parce que lors des combats, des armes sont abandonnées dans la brousse ou jetées dans le Lac (le cas des récents combats dans le Lac au cours desquels, des Boko-Haram ont jeté des armes dans le Lac ; lesquelles armes ont été récupérées quelques jours après, par les pécheurs Toukouns, grâce à leurs filets de pêche). De même, les populations sont toujours méfiantes parce que les ex-associés rentrent sans présenter les armes. Elles estiment que ces armes sont cachées à la frontière du Nigéria. Elles souhaitent que les pouvoirs publics et les forces de défense et de sécurité organisent des fouilles dans les villages et les brousses à la frontière. Des leaders traditionnels et religieux ne sont pas rassurés à cause des hélicoptères qui circulent et ravitailleraient les groupes terroristes en munitions (cas de la Montagne de Gogali, de Kofia ou de la Frontière avec le Nigéria à quelques encablures de Fotokol). Ces leaders pensent qu’il est encore difficile de songer à la réconciliation pendant que les populations vivent les récurrentes incursions des groupes terroristes. Ils demandent à l’Etat de renforcer les équipes dans les postes militaires à la frontière et d’améliorer les équipements et armements dont ils disposent. Les populations pensent que les ex-associés vont récidiver et ne pourront jamais changer. (Figure 24).

33


Recidive

19%

21%

Radicalisé Détention d'arme

31%

29% Ne peuvent plus changer

Figure 24. Autres reproches faits aux ex-associés

4-4-2-2. La peur, la rancœur, la haine et les frustrations à l’origine du rejet des exassociés Une tranche importante de la population n’a point pardonné aux ex-associés les forfaits commis par le passé (récent). En effet, pour 38% d’entre elles la haine et la rancœur ne leur permettent pas de tendre la main aux ex-associés de la secte Boko Haram. On relève aussi que 43% d’entre elles ont peur et ont des préjugés négatifs. La frustration (19% de personnes interrogées sont frustrées) constitue aussi un facteur qui empêche la collaboration. Cette frustration peut être liée au sentiment de marginalisation des victimes au profit des ex-associés.

16%

Préjugés négatifs

20%

Rancœur

18%

Haine

19%

Frustration

27%

Peur 0%

5%

10%

15%

20%

25%

30%

Figure 25.Raison de non collaboration avec les ex combattants

4-4-3. Du rapport entre ex-associés et insécurité dans les villages Le lien entre l’insécurité et la présence des ex-associés dans les différentes communautés est perçue comme réel par les populations. C’est le point de vue de plus de 60% des personnes enquêtées (Figure 26).

34


L'insécurité est-elle due aux exassociés? 33% Oui 67%

Non

Figure 26. Proportion des enquêtés trouvant la présence des ex-associés dangereuse

Cette responsabilité peut être directe car pour les populations, ces ex-associés détiennent encore des armes et sont très actifs ; elle peut être indirecte à travers les renseignements fournies aux autres combattants encore en opération. A travers les frontières, les membres de la communauté observent encore des interactions entre les femmes rentrées en communautés et leurs maris qui sont encore avec les groupes terroristes. Le témoignage d’une informatrice rencontrée à Limani est assez illustratif de ce point de vue (Encadré 2). Les femmes de Kafak (kafak est le nom donné au mouvement Boko-Haram dans la zone de Limani Amchidé afin d’éviter toute répression de la secte) retournent le soir dans les zones sous contôle de Boko Haram pour ravitailler leur maris au front. Depuis qu’IMC et le PAIC ont fourni les denrées alimentaires et les NFI, ces femmes de Kafak ont demandé à leurs maris de rentrer ; car elles sont heureuses aujourd’hui après avoir bénéficié de l’appui des ONGs. Elles sont de plus en plus autonomes : vendeuses de beignets, de tourteaux d’arachides, couturières, commerçantes.

Encadré 2.Témoignage d’une informatrice de Limani 4-4-4. De la reprise d’une vie normale par les ex-associés Seulement 46% de la population pense que ces ex-associés pourraient reprendre une vie normale. Ce qui n’est pas le point de vue de la majorité enquêtée (Figure 27).

46% 54%

Oui Non

Figure 27. Proportion de la population doutant de la reprise d'une vie normale par les ex-associés

35


Pour les 54% de la population, plusieurs facteurs justifient l’incapacité des ex-associés de la secte Boko Haram à reprendre une vie normale (Figure 28). Il s’agit de leur hypocrisie, leur radicalisation et leur caractère violent. Raison de la non reprise d'une vie normale 28%

37%

Hypocrite Radicalisé

35%

Violent

Figure 28. Motifs de la non reprise d'une vie normale selon les enquêtés

Plus du tiers de la population doute de la sincérité des ex-associés de Boko Haram car elles les considèrent comme hypocrites. Trente-cinq pour cent (35%) ne croient pas en leur dé-radicalisation. Il est important d’envisager des activités de cohésion sociale entre les populations et les ex-associés, des propositions des rites de réconciliation pour apaiser les tensions et renforcer la confiance entre les deux parties.

4-5. Des conditions de succès de la réintégration Des enquêtes ont recueilli le point de vue des populations quant aux préalables à la réussite de la réintégration des ex-associés de Boko Haram. Il apparait que les pratiques économiques et psychosociales sont essentielles à la réussite de la réintégration des ex-associés. 4-5-1. La dé-radicalisation comme préalable à la réintégration Il s’agit de la principale opération présentée par les populations comme étant nécessaire avant toute réintégration des ex-associés. Selon 42% des enquêtés, les exassociés doivent être regroupés dans des camps de dé-radicalisation où ils doivent bénéficier d’un appui psychologique (Figure 29). 4-5-2. La réintégration par l’emploi/le travail Les personnes dé-radicalisées peuvent bénéficier d’une formation professionnelle afin d’exercer une activité économique (AGR) sous la supervision des acteurs de développement. C’est le point de vue de 58% des personnes enquêtées (Figure). L’enquête révèle que 72% des ex-associés sont sans emplois et 44% ont des difficultés d’intégration en termes de besoins alimentaires. Cette situation démontre la vulnérabilité des ex-associés et donc des efforts de réintégration et de réhabilitation sont indispensables.

36


15%

Suivi des AGR

23%

Financement des AGR

19%

Formation métier court terme

Appui pyschologique

21%

Construction centre dé-radicalisation

21% 0%

5%

10%

15%

20%

25%

Figure 29. Facteurs de réintégration des ex-associés

4-6. Des facteurs de l’échec de la réinsertion sociale et professionnelle des ex-associés de Boko Haram L’éventualité d’un échec de la réinsertion pourrait s’expliquer, selon les populations de Blangoua, de Fotokol, de Kolofata, de Mayo Moskota et de Mora par des facteurs exogènes et endogènes. 4-6-1. Des facteurs exogènes de l’échec de la réinsertion des ex-associés

Ce sont ceux qui sont liés aux actions des intervenants externes : -l’absence d’accompagnement spécifique et la mauvaise utilisation des fonds alloués aux AGR : il s’agirait alors de la conséquence du laxisme et de l’amateurisme de la part des acteurs chargés de mener les opérations de réinsertion ; - Nécessaire d’élaborer sur « absence d’accompagnement spécifique » qui a obtenu le plus grand score ; les efforts déployés aujourd’hui par les sectoriels sont limités par l’absence des infrastructures d’encadrement et des matériels inexistants. -la corruption des acteurs chargés de l’encadrement des opérations de réinsertion socioprofessionnelles et la formation bâclée des ex-associés. En effet, on note par endroits, un manque de confiance des populations vis-à-vis des pouvoirs publics quant à la gestion des opérations liées à la réinsertion des populations. Elles affirment par exemple que « Ce qui peut faire échouer l’insertion de ces ex-associés, ce sont les détournements par les autorités administratives, la mauvaise gestion, l’insuffisance de formation. (…)Pour que les financements soit efficaces, il faudra mettre sur pieds un comité de gestion et de distribution officiel aux yeux de tous ». Les forces de défense et de sécurité qui sont à la frontière réclament souvent de l’argent aux exassociés qui rentrent.

37


-la circulation des armes et l’impunité qui pourraient encourager les ex-associés à retourner vers la secte Boko Haram ou à s’organiser en bandes armées. Les comités de vigilance devront aussi être encadrés pour éviter les dérapages. 25% 22% 20%

20%

19%

18%

15% 12%

11%

10% 5% 0%

Mauvaise utilisation des fonds alloués aux AGR

Circulation des armes

Formation baclée

Corruption

Impunité

Absence d'accompagnement spécifique

Figure 30. Facteurs exogènes responsables de l'échec de la réinsertion des ex-associés

A ces différents facteurs exogènes, d’autres facteurs sont plutôt liés au comportement et aux actions des populations et autres acteurs locaux. 4-6-2. Les facteurs endogènes de l’échec de la réinsertion des ex-associés Les principaux facteurs énumérés par les populations sont le rejet des ex-associés par les communautés, l’absence d’initiatives locales, l’insécurité et les influences politiques diverses. Le rejet des ex-associés par la communauté constitue pour 32% des enquêtés la principale difficulté à surmonter et l’insécurité peut être le second facteur d’échec selon 29% d’entre eux (Figure 31). C’est pourquoi, il est important pour les leaders religieux et traditionnels de continuer la sensibilisation dans les communautés pour diminuer le phénomène du rejet systématique des ex-associés.

Facteurs d'échecs 19%

32%

20%

Rejet des communautés Insecurité

29% Figure 31.Facteurs endogènes responsables de l'échec de la réinsertion des ex-associés

Les populations proposent quelques précautions à prendre pour que les exassociés une fois installés ne retournent plus dans la violence armée. 38


4-7. Des populations ayant déjà participé aux opérations de réconciliations L’essentiel des populations enquêtées a déjà participé à une séance de réconciliation, soit 61 % s’entre elles. Pour elles, ces séances sont utiles et efficaces.

Participation reconcialiation

5%

Utilité et efficacité

39% 61%

Oui

Oui Non

95%

Non

Figure 32. Proportion des personnes ayant déjà participé à une séance de réconciliation et leur point de vue sur son utilité

Elles pensent aussi que le pardon et la tolérance sont les principaux atouts pour y arriver. Plusieurs pratiques de reconciliation existent et utilisées par les leaders dans les communautés. Les populations adhèrent aux séances de reconciliation qui sont importantes pour appaiser les tensions et améliorer le niveau de confiance entre les ex-associés et les populations. Des pratiques autochtones et religieuses sont utilisées par les communautés villageoises pour leur reconciliation avec les ex-associés. Le « Pour les ex-associés qui sont rentrés chez nous, des rites de reconciliation ont été pratiqués. Quand les ex-associés témoignage dudeLamido/Chef deexploitation Moskota pour dansmesurer le Mayo sont arrivés, les forces défenses ont faittraditionnel des enquetes et leurTsanaga niveau deillustre dangérosité. bien ces faits (Encadré 3). Apres quelques jours, elles les ont confié à l’administration pour leur accueil en communauté. Cependant, les populations ont refusé de les accuillir tant que le rite de reconciliation n’est pas célébré. En concertation avec l’administration et les forces de défenses et de sécurité, il a été demandé au Lamido de faire prêtre serment (jurer) sur le coran pour les ex-associés musulmans et sur les fétiches mafa ( Kuli) pour les ex-associés pratiquant la réligion traditionnelle mafa. Ces rites se sont déroulés en présence des forces de défense et de sécurité et de l’administration. Aujourdhui, ces ex-associés ont intégrés dans les communautés et vivent en harmonie avec les populations. Depuis quelques temps, nous recevons de plus en plus des ex-associés qui rentrent et les populations sont pretes à les accuillir. Plusieurs femmes qui sont rentrées en communauté ont d’ailleurs demander l’autorisation de se marier ; aujourdhui, elles vivent bien dans leurs nouvelles familles.» Encadré 3.Pratiques autochtones de reconciliation à Moskota (Mayo Tsanaga)

L’efficacité des séances de reconciliation est prouvée dans les communautés. Il s’agit d’un outil important pouvant faciliter la reconciliation et le pardon. A cela, nous proposons aussi l’application d’une justice transitionnelle qui serait pratiqué au niveau des chefferies traditionnelles selon les usages traditionnelles et encadrée par les forces de défense et de sécurité et l’administration locale. Les leaders religieux peuvent constitués un acteur important dans la préparation des ex associés et subir ces pratiques. Plusieurs pratiques endogènes de reconciliation ont été identifiées dans les communautés : Ces expériences ont été identifiées leur niveau de replicaquabilité a été appréciée : Les prières chrétienne et musulmane « organiser un à trois jours ou une semaine de prière pour implorer la paix » Mozogo, krawa-mafa 39


Le partage de la bière de mil (zom) et de la nourriture (mavar), krawa-mafa La pratique du n’zlikeda, « Vin de sang » et le sacrifice d’un bouc ; La pratique du M’pil dimblom ou « rite de purification du village » krawamafa ; Le dialogue entre les victimes et les terroristes La repentance chez les chrétiens catholiques et les protestants ; La pratique du Barafowke chez les Glavda ou « rite du lavage de la face ou de purification » ; La pratique du M’mpre maliy ou « rite de réconciliation » chez les Mafa, Mozogo Le jeûne de trois jours chez les chrétiens ; La « TOUBA » ou la « Taoba » « est une pratique de la religion islamique qui consiste à jurer sur le coran » ; « C’est un acte fondamental que tout musulman doit reconnaitre et pratiquer en cas de pécher grave : Crime, Trahison, adultère… pour sa repentance » Le « DIA : est une pratique de la loi ancienne chez les arabes. C’est une indemnité ou un dédommagement qu’un présumé criminel (forfaitaire) donne ou paye à une famille victime ». Le Kuli est un rite de pardon pratique dans la communauté Mafa et Mofou ; cette cérémonie se fait par la repentance de l’accusé et l’acceptation du pardon par le plaignant ; le bil-bil, l’eau, la branche et la chèvre sont utilisé pour la célébration de ce rit.

4-8. Propositions pour améliorer la réconciliation entre les ex-associés et les populations Des propositions ont été faites par les populations locales pour faciliter la réconciliation avec les ex-associés de la secte Boko Haram . Il s’agit de -

l’Assistance psychologique par des professionnels ; l’importance de former des professionnels en santé mentale et gestion des traumatismes ;

-

la reconnaissance par les ex-associés de leur culpabilité, le renoncement à la violence et le désarmement volontaire; l’encadrement du port d’armes par les autorités administratives ;

-

la sensibilisation à la paix et la cohésion sociale dans les mosqués, les églises, tous les lieux publics) ; les autorités doivent continuer la sensibilisation sur l’appel du gouvernement et les coulors de réddition identifiées ; la manifestation d’une volonté politique réelle pour le début du processus de prise en charge des ex associés.

-

l’expérimentation des pratiques de reconciliation dans les communautés ; il s’agit d’engager des actions pour améliorer les relations entre les ex associés qui sont en communauté et les populations ;

-

Eviter de leur faire revivre les évènements qu’ils ont vécu ; 40


-

sensibiliser les populations à ne pas stigmatiser les ex-associés en leur rappelant leur passé et en les appelant des Boko Haram ;

-

sensibiliser les ex associés et organiser des activités de groupe pour diminuer l’auto marginalisation et l’isolement ;

-

encourager les organisations locales à faire des activités d’accompagnement spécifique des groupes (prise en charge spychosociale, gestion des traumatismes, activités socioculturelles et ludiques, activités civilomilitaires) ;

-

Accompagnement spécifique des écoles coraniques ; diffuser les messages alternatifs dans les écoles et sensibiliser les éleves des écoles coraniques à s’orienter vers l’école formelle ;

-

Créer des centres d’alphabétisation fonctionnels pour les ex-associés et les éleves des écoles coraniques qui ont dépassé l’âge scolaire ;

-

Faciliter l’établissement des actes de naissance et de la carte nationale d’identité .

4-9-Des autorités administratives, traditionnelles et religieuses, FMO plutôt conciliantes Elles insistent plus sur le comportement à adopter vis-à-vis des ex-associés. Pour elles, - les ex-associés sont des personnes fréquentables même s’ils sont responsables de la guerre. Maintenant, ils sont disposés à mener une vie normale ; - elles sont prêtes à collaborer avec eux à condition qu’ils soient sincères et qu’ils ne jouent pas le double jeu ; -Ce qu’il faut faire pour qu’ils rendent les armes c’est la sensibilisation et leur rassurer qu’ils ne seront pas poursuivis (procédure de triage) -les FMO défendent la position du gouvernement à savoir « tendre la main à ces exassociés ». - Pour les autorités religieuses, quel que soit le degré de forfaits commis par ces exassociés, il faudra toujours « leur tendre la main » s’ils sont sincères car pour elles, « il n’y a pas de raison de rejeter une personne qui cherche à revenir vers la communauté». -faciliter et impliquer les organisations de la société civile dans le suivi des projets et le contrôle citoyen de l’action publique ; -formation professionnelle aux petits métiers et orientations des comités de vigilance à développer des activités génératrice de revenus ;

41


-renforcement des capacités organisationnelles, institutionnelles et matérielles des services d’encadrement (recrutement, formation du personnel existant, équipements en matériels roulant pour l’accompagnement des populations vulnérables dans leurs communautés) -formation des acteurs et encadreurs sur la gestion des traumatismes et la prise en charge psychosociale ; - Création des centres sociaux et centres de dé-radicalisation dans les communautés en situation de crise dans les communautés à travers les frontières (Zelevet, Kolofata, Amchidé, Fotokol, Tourou, Mozogo, Waza, Limani).

4-10. Recommandations des chercheurs impliqués dans l’enquête Les recommandations sont relatives aux actions des communautés locales, des exassociés, de l’administration, des FMO et de sécurité et des acteurs de développement. 3-10-1.

Pour les communautés

- Les communautés devraient une fois que l’ex-associé est qualifié de peu dangereux par les autorités publiques, éviter la stigmatisation qui se caractérise par le rejet, la méfiance, la suspicion et les insultes. - Les populations doivent aussi manifester leur solidarité en développant des mécanismes d’entraide communautaire qui existent. -Les leaders religieux et traditionnels doivent continuer la sensibilisation dans les communautés pour diminuer le phénomène du rejet systématique des ex-associés. 3-10-2.

Pour les ex-associés

-Les ex-associés doivent développer des stratégies de résilience et d’autonomisation dans les communautés d’accueil. Certaines organisations interviennent déjà, mais l’aide qui demeure insuffisante ne peut pas couvrir tous leurs besoins. -Ils doivent reconnaître leur culpabilité et demander pardon aux membres de leurs communautés d’origine ; ceux qui ont été enlevés, il est important pour ceux –ci de décrire leur vie pour apaiser les populations qui restent méfiantes. -Les ex-associés doivent s’ouvrir aux dialogues et participer aux activités de réconciliation ; -Les ex-associés doivent accueillir favorablement les actions initiées par les pouvoirs publics, les humanitaires et les autres partenaires de développement afin de faciliter leur intégration ; -Les ex-associés doivent impérativement cesser d’entretenir des liens suspects avec les combattants de Boko Haram.

42


-Les ex-associés doivent entreprendre des démarches auprès des autorités traditionnelles et administratives afin d’établir les pièces officielles. 3-10-3.

Pour l’administration

- Il est nécessaire que l’administration clarifie le processus de prise en charge de tous les ex-associés hommes, femmes et enfants en définissant le cadre opérationnel du processus en question et en le communicant aux populations afin que les éventuels candidats à la reddition soient sensibilisés. Car l’appel du gouvernement n’a été suivi que par 2% des enquêtés qui le juge peu sincère. Ceux-ci reprochent au gouvernement l’absence d’une garantie de sécurité et de liberté aux ex-associés. Cela peut passer aussi par l’intégration et l’autonomisation des femmes ex-associés afin qu’elles témoignent auprès de leurs maris encore réticents de l’effectivité et des avantages du processus. - Les interventions en faveur de la réconciliation et de la réintégration doivent tenir compte des aspects genre (veuves, filles-mères, femmes dont les maris sont encore au front, enfants Boko-Haram qui sont rejetés par leurs mères) et veiller à inclure les femmes dans ces processus. - Le fait que la religion est un aspect important de la vie de 83% des ex-associés musulmans, catholiques et protestants amène à insister sur le rôle des autorités religieuses dans les processus de réconciliation et de réintégration. Les messages alternatifs qui seront diffusés doivent intégrer la dimension interreligieuse pour assoir une connaissance mutuelle et prévenir contre les messages de boko-haram. -Il est important de faciliter le processus d’accès aux pièces d’état civil et d’identification car 90% des ex-associés ne pourraient pas se faire établir une CNI. La possession faciliterait les démarches de réintégration socioéconomique ; - La volonté de suivre une formation, de trouver un emploi ou de pratiquer une activité économique est à saluer et à soutenir à travers les appuis (infrastructures, formation, capitalisation) divers par les pouvoirs publics, leurs partenaires et les populations locales. - L’efficacité des séances de reconciliation à travers des pratiques autochtones (religion et rites traditionnels) est prouvée dans les communautés. Il s’agit d’un outil important pouvant faciliter la reconciliation et le pardon. A cela, nous proposons aussi l’application d’une justice transitionnelle. - La corruption des acteurs chargés de l’encadrement des opérations de réinsertion socioprofessionnelles et la formation bâclée des ex-associés constitue une entrave au déroulement des activités de réconciliation. L’administration doit faire preuve de transparence dans la gestion de tout fonds d’appui à la réintégration et à la réconciliation en intégrant les populations locales dans les comités de gestion qui pourraient être créées à cet effet.

43


- La circulation des armes et l’impunité doivent être bannies car pourraient encourager les ex-associés à retourner vers la secte Boko Haram ou à s’organiser en bandes armées.

3-10-4.

Pour les forces de défense et de sécurité

-Les populations sont toujours méfiantes parce que les ex combattants rentrent sans présenter les armes. Elles estiment que ces armes sont cachées à la frontière du Nigéria. Elles souhaitent que les forces de défense et de sécurité organisent des fouilles dans les villages et les brousses à la Frontière. -Les Forces de défense et de sécurité devraient communiquer sur le désarmement qui apparaît comme le maillon faible du DDR (début effectif pour les 117 ex associés donnera un déclic pour une forte réddition). Cela pourrait redonner confiance aux communautés vis à vis de la stratégie gouvernementale. - Plusieurs ex-associées sont toujours menacées par leurs maris demeurés dans les camps de Boko Haram. Il est nécessaire d’assurer leur protection. 3-10-5. Pour les partenaires humanitaires et partenaires au développement - Des appuis psychosociaux devraient être apportés pour diminuer les effets des traumatismes et viols subis par les ex-associées. Cela implique la prise en charge des femmes qui ont subi les viols les violences physiques. - Les ex-associés qui vivent dans les communautés ont développé des attitudes d’auto marginalisation et l’isolement qui se manifestent par la fermeture sur soi et le silence permanent. Ceci nous amène à proposer des actions de sensibilisation et de prise de conscience, d’appui psychologique des ex-associés pour arriver à retrouver la confiance et la quiétude dans les communautés. - La proportion des personnes âgées n’est pas négligeable, elle représente 9% des exassociés touchés par l’enquête, d’où la nécessité de mener des actions spécifiques pour cette catégorie sociale. -Les partenaires de développement doivent investir sur l’alphabétisation des exassociés car cela est fondamental pour leur vie civique et professionnelle -Il est important d’envisager des activités de cohésion sociale entre les populations et les ex-associés, des propositions des rites de réconciliation pour apaiser les tensions et renforcer la confiance entre les deux parties.

44


5- CONCLUSION GENERALE L’étude sur la perception de la réconciliation par les populations des communes de Blangoua, Fotokol, Kolofata, Mayo Moskota et Mora dans la région de l’Extrême-Nord Cameroun a le mérite d’avoir couvert un échantillon assez large et représentatif de la population cible (ex-associés, membres des communautés d’accueil). Il s’est agi de mener des enquêtes auprès des ex-associés, des membres des communautés d’origine de ces ex-associés ; de mener les entretiens avec les personnes ressources, d’effectuer des échanges groupés à travers les focus groups. La combinaison des données quantitatives et qualitatives analysées avec rigueur permet d’obtenir des résultats qui renseignent sur les caractéristiques sociodémographiques des principaux acteurs de la réconciliation, leur état d’esprit et leur perception vis-à-vis de ce processus. Cette étude permet aussi de recueillir les propositions locales visant à favoriser le succès de la réconciliation. Les caractéristiques sociodémographiques des ex-associés et des populations locales permettent d’établir une situation socioéconomique difficile pour tous qui se caractérise par le chômage des jeunes, la forte proportion des femmes et filles victimes et la non possession généralisée des actes de naissances et cartes nationales d’identité. On note de façon générale une disposition à aller vers la réconciliation par les populations locales, les ex-associés, les autorités traditionnelles, religieuses et administratives car 61 % des populations ont déjà participé à une séance de réconciliation et 95% pensent qu’elles sont utiles et efficaces. Nous pouvons dire les ex associés qui sont en communauté sont des personnes qui ont été enlevées et associés à une proche. Ils ne constituent pas un danger pour la sécurité communautaire et la cohésion sociale. Il est important de développer des actions de réintégration socioéconomique cette catégorie et développer un appui en subsistance pour garder le minimum vital. La principale question demeure celle relative au rythme et à la démarche appropriée. Plus de la moitié des populations estime la présence des ex-associés dangereuse et responsable de l’insécurité. Le climat d’insécurité générale qui perdure dans la zone d’étude ne contribue pas à les rassurer. Le niveau d’acceptation et de tolérance au sein des communautés d’accueil est fortement influencé par la peur, la rancœur et la haine. Les ex-associés toujours considérés comme dangereux s’auto-marginalisent et évitent les lieux publics. En plus les besoins alimentaires constituent une contrainte à laquelle fait face la quasi-totalité des ex-associés. Les principales solutions proposées par les différents acteurs directement concernés par la réconciliation s’articulent autour de l’assistance phychologique des ex-associés et des victimes, leur renoncement à la violence et la sensibilisation à la paix à la cohésion sociale dans les mosqués, les églises, tous les lieux publics. Les pratiques de réconciliations autochtones sont acceptées par les différents membres de la communauté. Elles pourraient être renforcées par la justice transitionnelle. Il est nécessaire de lutter contre la stigmatisation des ex-associés qui est à l’origine de l’auto 45


marginalisation et de l’isolement. Du point de vue socioéconomique, la création des centres d’alphabétisation pour les ex-associés et les éleves des écoles coraniques qui ont dépassé l’âge scolaire, l’établissement des actes de naissance et de la carte nationale d’identité, les appuis divers en vue de la réintégration professionnelle (formation, infrastructure, capitaux) des ex-associés peuvent constituer solutions durables de réconciliation.

46