Page 1

UNION NATIONALE DES COMBATTANTS ET SOLDATS DE FRANCE DE CARROS

Édition : OCTOBRE 2010 - N°17

Le mot du Président Claude GUIRAUD

Sommaire :

- Edito -

Afghanistan :

L

a liste des victimes dans cette aventure afghane aux côtés des Américains s’allonge graduellement. 11 victimes depuis janvier 2010, au total 47 depuis le début de cet accord d’intervention. Annoncée comme une sorte de croisade sécuritaire anti-terroriste, c’est un leurre total, car il faut savoir : 

Qu’en l’occurrence nous fichons une paix royale aux réels coupables, l’entreprise islamique terroriste internationale, c’est-à-dire Ben Laden et sa filiale Al-Qaïda. Il y a belle lurette que les Américains ont abandonné la cible Ben Laden ; après avoir lamentablement échoué et avoir au contraire réussit à dresser la population afghane toute entière contre la présence de tout étranger sur leur sol, à la suite de ces frappes aveugles sur la population, dans ces combats qui s’avérèrent absolument inutiles !

Editorial

P1 à P3

Bienvenue

P3

Remerciements

P3

Réunions et sorties

P3

Mémorial

P4

Faits divers

P5

Carnet de deuil

P5

Cérémonies

P6

Notons que par ailleurs nous fichons une paix royale au Pakistan qui héberge sans restriction les centres de formation de terroristes internationaux !

Autre centre d’activité terroriste islamique ignoré, pourtant tout proche de nous, c’est Al-Qaïda au Maghreb Islamique ! Aux confins frontaliers sahariens du Mali, de l’Algérie, de la Mauritanie, du Niger, c’est là que se trouve installée cette mouvance proche de Ben Laden, pour orienter leurs prédations sur l’Europe. Formellement et très précisément dénoncé par notre précédent ambassadeur au Sénégal, qui amenait la preuve du laxisme de ces pays frontaliers (notamment le Mali, qui abrite des centres de formation de terroristes). Ce diplomate français s’était montré très direct, aussi vient-il d’être relevé, étant officiellement en fin de mission… Se non è vero, è bene trovato…

En Afghanistan, nous luttons plus exactement en permanence contre les Talibans. Cependant est-il formellement reconnu par les analystes internationaux spécialistes de l’Afghanistan, que les Talibans, certes ont hébergé Ben Laden dans un pur esprit coreligionnaire, mais parallèlement force est de reconnaître qu’ils n’ont rien à voir de prés ou de loin avec les entreprises de terrorisme international menées par la filière AlQaïda et consorts. Les Talibans n’ont jamais participé de prés ou de loin à la pose de bombes à Madrid, Paris, Londres, etc… Ils n’ont rien à voir dans cette affaire des avions suicides de New-York et autres.

Par ailleurs avance-t-on le prétexte (une excuse de plus pour tenter de justifier…) d’aider au rétablissement d’un Pouvoir central ? Alors se heurte-t-on à deux problèmes essentiels et difficilement résolubles :

.. /..

NOUS CONTACTER : Tél local : 04.89.08.17.76 .85.46 (après-midi) Coordonnées Perso : 06.21.55.70.11 (Claude) - 06.26.56.85.72 (Georges) E-mail : unc.cca@club-internet.fr / unc.carros@sfr.fr Site U.N.C. 06 : http://unc06.chez-alice.fr

Le Blog UNCCCA : http://unc-cca.skyblog.com

U.N.C.C.C.A. 5 rue du bosquet - entrée coté parc forestier 06510 Carros Du lundi au Vendredi de 14h30 à 17H30


Éditorial (suite...) .. \ ..

2

Historiquement, l’Afghanistan n’a jamais été une nation ! Tout au contraire un simple territoire où vivaient des ethnies, des tribus, des clans, d’origines totalement diverses et opposées, ne serait-ce par leurs coutumes. Certes la religion musulmane prédominait, mais encore était-elle observée différemment d’une tribu ou d’une ethnie à l’autre. Ainsi de toujours se côtoient les Pachtouns représentant 40 % de l’ensemble, ceux-ci déjà divisés en Durrani et en Ghilzaïs (opposés…), les Tadjiks pour 25 % (parmi eux les gens du défunt Cdt Massoud), les Hazaras d’origine mongole pour 1.000.000, les Ouzbeks pour 1.000.000 eux aussi (parmi eux l’inconstant et filou Dostom…), et puis de minorités Turkmènes, Brahouis, Baloutchis, Nouristani, Kirguizes, Aimags. Voici un bel ensemble cosmopolite qui illustre la densité de problèmes qui se présentent pour tenter de les rapprocher et de les faire vivre ensemble ! Les Talibans, qui sont des Pachtouns, ont le vibrant désir de régner sur Kaboul et sur l’Afghanistan tout entier. En somme de reprendre le pouvoir qu’ils avaient conquis en 1991 après le départ des Russes et d’où ils furent difficilement chassés par les coalitions organisées autour des troupes américaines.

Au plan historique il faut se remémorer les échecs subis par les Anglais dont la 1 ère intervention remonte à 1839, avec un cuisant échec le 6 janvier 1842 (perte de 700 soldats et 3.500 supplétifs de l’armée des Indes). Les Anglais feront encore une tentative en 1878, d’installer un pouvoir, nouvel échec cuisant. Puis ce seront les Russes entre 1980 et 1991, qui tentent d’imposer un dirigeant communiste. Ils le suppriment et le remplacent par un autre plus docile. Finalement les Soviétiques constatent l’échec et se retirent prudemment ! Les Américains et d’aléatoires alliés tribaux vont les chasser. Apparaît-il donc à l’évidence qu’il est tout à fait illusoire de vouloir venir imposer une nation, imaginer installer un pouvoir central fort ! D’autant plus que pour ce faire les Américains ne trouvent pas mieux que de propulser au pouvoir un phénomène d’individu hyper contesté et totalement rejeté, de plus est-il associé à un gouvernement totalement corrompu !

Il faut enfin savoir que les Talibans n’ont absolument aucun désir d’expansion internationale, ils ne désirent même pas ouvrir de représentation diplomatique hors de chez eux (ils en ont déjà donné la preuve lorsqu’ils régnèrent sur Kaboul). Ils ont le profond désir de gouverner le pays, de vivre en autarcie et dans la plus totale observance et gouvernance de la religion islamique chiite …! A quoi bon aller brandir ce valeureux étendard de la Démocratie dans un tel milieu cosmopolite, dont la préoccupation première n’est que la permanente rivalité inter ethnique ou inter tribale ?

Par ailleurs autre chose, quel type de combat menons-nous là-bas ? Quelque chose de très incertain, au coup par coup, un combat qui semble très loin de notre riche expérience des luttes contre de furtives bandes armées en territoire difficile. Une maîtrise telle que nous l’avions acquise en Indochine (avec nos commandos GCMA) ou en Algérie. Le terrain n’y était pas plus commode là-bas qu’en Afghanistan ! La rizière, les arroyos, la forêt de brousse, la montagne escarpée, tout çà était tout autant hostile et le combat y était tout autant difficile ! Les pièges et grenades ou bombes artisanales étaient bien connues des viets ! Ce qui paraît stupéfiant c’est qu’en Afghanistan nous semblons soudain découvrir ce type de combat et le mener d’une manière souvent incertaine, comme totalement inexpérimentée, avec l’utilisation des moyens trop lourds et absents de cette furtive discrétion nécessaire pour surprendre cet adversaire mobile et habile (…). Nous ne parvenons manifestement pas à nous adapter à ce type de combat asymétrique que nous imposent les Talibans. Nous subissons au contraire une casse fréquente, associée à des résultats très aléatoires. La population est très peu acquise à notre présence, proclamer le contraire est un leurre, que dis-je un leurre, une contre-vérité ! On désire ainsi faire croire, à distance en notre France profonde, que nos soldats ne meurent pas pour rien ! Voilà qui est bien dit et permet à la fois de sauver la mise… !

Quelques jours après avoir rédigé le présent article, j’apprenais, comme nous tous, la nouvelle du récent enlèvement de nos compatriotes au Niger ! Quelle triste coïncidence, je n’en espérais pas autant, mais la preuve était ainsi encore une fois donnée de la dangerosité de cette région si proche de nous. Là est la réelle nécessité de concertation avec ces pays limitrophes pour les amener à prendre cette situation en sérieuse considération et intervenir fermement dans la lutte contre ces malfaiteurs ! Car il n’y va pas seulement de lutte conduite sous l’impulsion d’un extrémisme religieux, mais bien souvent c’est l’affaire de véritables bandes de crapules prêtes à tout pour soutirer d’importantes sommes d’argent en échange d’otages. C’est un peu comme la récidive des attaques de pirates barbaresques d’autrefois ! .. \ ..

Le relais - n°17 - Octobre 2010


Éditorial (suite...) .. \ .. 

Est-il donc raisonnable de poursuivre cette aventure afghane ? Car est-il bon de savoir qu’Allemands, Hollandais, Anglais, Canadiens et autres émettent le projet de leur prochain retrait courant 2011. Les pertes subies et la totale incertitude de ces combats, leur rendent la tâche difficile pour faire valoir politiquement à leurs peuples respectifs une pareille aventure… !

Claude GUIRAUD

Bienvenue :

N

ous avons le plaisir d’accueillir parmi nous de nouveaux adhérents : M. & Mme Claude Dalbéra, des Plans de Carros et M. Maurice Bellini (un ancien de l’ALAT), du Broc.

Remerciements :

J

e ne veux pas manquer l’occasion pour adresser ici tous nos vifs remerciements à l’ami Nelson Ferrière, qui assure des reportages photographiques complets lors de nos cérémonies officielles et qui nous offre de profiter de ces chefs d’œuvre pour illustrer nos revues mensuelles Le Relais !

Réunions & Sorties : La reprise de nos activités : 

Veuillez noter les dates des Lotos du dernier trimestre 2010 :  samedi 30 octobre  samedi 24 novembre  samedi 19 décembre

Enfin nous vous communiquons de la part de nos amis du Don de Sang, que leur loto se tiendra le 23 octobre à 19h30 à la Salle ECOVIE.

Le relais - n°17 - Octobre 2010

3


Mémorial :

J

e viens d’apprendre avec grande tristesse le décès de Marcel ALBERT, l’un de nos valeureux tout premiers pilotes du Groupe de Chasse « Normandie », qui combattit sur le Front de l’Est entre 1943 et 1945. Marcel ALBERT fut le premier As de cette brillante unité, totalisant 24 victoires aériennes, qui s’ajoutaient à celles déjà obtenues de 1939 à 1942 sur le Front de l’Ouest dans des unités franco-anglaises. Le parcours de Marcel ALBERT fut le suivant : ouvrier chez Renault en 1935, il s’engage en 1937 dans l’Armée de l’Air, sergent pilote en 1937, il participe à la guerre de 39/40 où il abat deux avions allemands. L’Armistice déclaré, son unité est repliée sur Oran. C’est alors que désirant reprendre le combat contre les Allemands, il va réussir un exploit avec deux de ses camarades pilotes : Marcel Lefèvre et Albert Durand. Ils dérobent chacun un appareil de chasse Dewoitine 520 (le fer de lance de l’époque…) et prennent la fuite vers Gibraltar, pour rejoindre la France Libre ! Marcel ALBERT sera admis dans un squadron de chasse anglais pour reprendre le combat, puis rejoindra le Groupe de chasse N° 3 Normandie (avec les mêmes Lefèvre et Durand), à sa création à Rayack au Liban, par le général de Gaulle en septembre 1942. Cette unité rejoindra le Front de l’Est pour aller y combattre aux côtés des forces soviétiques. C’est plus tard qu’elle prit le nom définitif de Normandie-Niemen en novembre 1944, par ukase de Joseph Staline et à titre de récompense pour avoir été la première unité à franchir la frontière du Niémen. Marcel ALBERT terminera la guerre avec le grade de capitaine. Il était détenteur des distinctions suivantes : Grand Croix de la Légion d’honneur, Compagnon de la Libération, croix de guerre 39/45 avec 15 palmes et 3 étoiles de vermeil (…), Médaille de la Résistance avec rosette, Héros de l’Union Soviétique, Médaille d’Or, Ordre de Lénine, Ordre du Drapeau Rouge, Ordre de la Guerre pour le Salut de la Patrie, Croix de Guerre Tchécoslovaque. Après la fin de la guerre, Marcel ALBERT quittera le service actif et partit s’installer aux USA, où il créa une chaîne d’hostellerie restauration. Il décèdera à Harlingen (Texas) le 23 août 2010. Je rappellerai que le Groupe Normandie Niemen avait débuté ses combats sur le Front de l’Est le 23 mars 1943 et qu’en septembre 1943 il ne restait plus que cinq pilotes survivants sur le groupe des 14 premiers à sa création. Le Groupe de Chasse avait perdu en combat aérien, les 15 et 16 juillet 1943, son commandant d’unité (le Cdt Jean Tulasne) et son officier commandant en second (le Cne Albert Littolf). Après la disparition de Marcel ALBERT le seul survivant actuel se trouve être le Comte Roland Paulx d’Ivoye de La Poype, qui accepta en juin 2000 l’invitation qui lui était faite pour venir visiter notre exposition en Mairie de Carros, où il fut reçu par M. Antoine Damiani, Maire de Carros et M. Tony Rayé adjoint aux anciens combattants. Ajoutons que nous sommes stupéfaits de constater que le décès de notre valeureux As Marcel ALBERT, le 22 août 2010, est passé tout à fait inaperçu… ! Le ministère de la Défense n’en fait aucun état… ? Est -il vrai que dans ces Hautes Sphères l’attention pourrait être retenue ces temps-ci par d’autres affaires gênantes... ? Nous retrouvons là un cas de figure de négligence tout semblable à celui qui prévalut lors du récent décès du Général Marcel BIGEARD ! Force est de constater qu’il est des décès de combattants à honorer d’une autre manière et avec moins d’éclat et de fanfare que d’autres… !

Marcel ALBERT en 1944 et en 1997

4

Le relais - n°17 - Octobre 2010


Faits divers : La poursuite de notre installation :

J

e ne voulais pas manquer cette occasion pour venir adresser tous nos vifs remerciements à notre équipe de dévoués bricoleurs (ceci dit sans connotation péjorative !), Claude Dalbéra et comme toujours René Villeval, ont installé un lavabo, ajoutant ainsi à la commodité de jouissance de notre local d’association.

Carnet de deuil : In memoriam

N

ous déplorons le décès d’Ursula BIACHE, l’épouse de notre ami Jean-Claude et la maman de Jeanine et d’André. Après avoir longuement lutté contre cette affection cardiaque et avoir subi de multiples interventions et soins en urgence, Ursula, malgré tout son courage a été rattrapé par le mal. Nous renouvelons toutes nos sincères condoléances à Jean-Claude et à ses enfants. Je regrette personnellement de ne pas avoir été présent en ces moments douloureux auprès de mes amis, mais je prenais l’avion au moment-même où l’annonce du décès d’Ursule était déclarée. J’ai aussi pensé à la douleur qu’a dû ressentir la mignonne petite-fille d’Ursula, qui passait de si longs moments d’affection avec elle !

Protocole lors du décès d’un ancien combattant :

U

ne question se pose de savoir quels sont les droits ouverts pour qu’un défunt bénéficie du privilège du drapeau tricolore pour recouvrir son cercueil durant la cérémonie des obsèques ? Le J.O. du 10 mars 2009, page 2315, précise en l’occurrence ce droit ouvert aux titulaires des catégories suivantes :

Croix du combattant – Croix de combattant volontaire de la résistance – Titre de Reconnaissance de la Nation – Réfractaire au STO ayant obtenu la Médaille commémorative de la guerre 39/45 – les civils et fonctionnaires de la Police nationale et des sapeurs pompiers, tués dans l’accomplissement de leur devoir ou au cours de circonstances exceptionnelles. 

Cependant, les titulaires de la Légion d’honneur ou de l’ordre national du mérite ne peuvent prévaloir de ce privilège qu’au titre d’une des catégories ci-dessus ! 

Ajoutons qu’outre ces catégories bien définies, et concernant nos adhérents Soldats de France, c’est-àdire ceux qui ont servi de toute manière notre Patrie, durant leur séjour plus ou moins long sous l’uniforme militaire, par respect et amitié, nous tenons à être présents avec notre drapeau de section UNC, à leurs obsèques pour leur rendre ainsi un dernier hommage et accompagner leurs familles dans la douleur.

Le relais - n°17 - Octobre 2010

5


Cérémonies :

L

e 25 septembre aura été marqué par les cérémonies en hommage au Martyr des Harkis et de leurs familles. Notre section UNC a participé avec ses drapeaux, portés par Michel Baldocchi et Thibault Lacassagne. Alain Galot portant le drapeau des Harkis de Carros. Le président des Harkis, Georges Messaoud, conduisait cette cérémonie, à la laquelle se joignirent toutes nos associations d’anciens combattants. Un public nombreux était venu pour s’associer à cet hommage à nos valeureux compagnons de combats.

N

ous vous communiquons que le 40ème Séminaire des Cadres de l’U.N.C./06 se tiendra cette année à La Colle/Loup, au VVF BELAMBRA – Club de la Bergerie – le Dimanche 17 octobre. Accueil à 08h30. Ce grand séminaire est ouvert à tout adhérent de notre association, il est riche d’informations et de projets de l’U.N.C. au plan régional et national, il est surtout largement ouvert aux questions des participants. Il est possible participer au déjeuner sur place à 13h00 (30€/pers.). Inscriptions avec nom prénom et chèque de règlement (avant le 13/10/2010) à U.N.C. Département – 34 rue Trachel - 06000 Nice

Afin de préserver notre environnement Ne me jetez pas sur la voie publique MERCI !! DIRECTEUR DE PUBLICATION : Claude GUIRAUD - Président de l’association U.N.C.C.C.A COMITÉ DE RÉDACTION : Claude GUIRAUD, Georges GIACONIA, Michel BALDOCCHI, Marc EUVRARD CONCEPTION MAQUETTE-INFOGRAPHIE : Marc EUVRARD

Le relais de l’U.N.C.C.C.A est une publication de l’Union Nationale des Combattants & Soldats de France, de Carros Coteaux d'Azur (association loi 1901)

Le relais - n°17 - Octobre 2010

6

17. Octobre 2010  

Edition du mois d'Octobre 2010

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you