Issuu on Google+

Bulletin de Liaison Section locale de l’UMP Circonscription de Saverne (7ème) - Département du Bas-Rhin (67)) Cantons de Bouxwiller, Drulingen, Hochfelden, La Petite Pierre, Marmoutier, Sarre-Union et Saverne

POUR UNE POLITIQUE RESPONSABLE

L

e jeudi 12 mai, dans la salle polyvalente de Wimmenau, nous avons organisé une réunion pour permettre aux militants UMP de la 7ème circonscription, de dialoguer et d’évoquer les prochaines élections de 2012.

Nous sommes tous d’accord pour dire que Nicolas Sarkozy a su faire face à une crise financière et économique sans précédent, d’autant que la situation budgétaire de la France est difficile. En effet, depuis 30 ans, depuis 1981, depuis l’arrivée des socialistes au pouvoir, la France n’a jamais eu un budget en équilibre. La France emprunte chaque jour ouvrable, un milliard d’euros sur les marchés financiers mondiaux. Ces crédits, nos enfants devrons les rembourser. De déficit en déficit, notre dette nationale augmente pour atteindre actuellement 1600 milliards (déficits cumulés des dettes de l’Etat, des collectivités publiques et notre protection sociale).

tre en perspective d’un coté, 4 années de réformes et de l’autre, 26 années d’une gouvernance conduite au fils des alternances politiques. En effet, ces dernières décennies, nous avons connu l’alternance de gauche, de droite et même la cohabitation. Il est trop facile de critiquer après tant d’années de gestion hasardeuse. Le bilan de Nicolas Sarkozy est bien réel. Aujourd’hui, la maîtrise des dépenses publiques, engagée dès 2007, est poursuivie et amplifiée. Certes, la France a connu une récession en 2009, mais grâce à la politique du gouvernement, elle a pu limiter l’impact de la crise. La croissance française n’est pas aussi vaillante que l’on souhaiterait. Cependant, l’Etat français peut encore facilement emprunter sur les marchés internationaux, car sa gouvernance est crédible. Elle est bien notée par les agences financières (la fameuse note 3 A plus).

La France n’est ni la Grèce, ni l’Irlande. La première est victime d’une gestion publique calamiteuse, le second d’un système bancaire inconséquent. Actuellement, la pression des marchés s’exerce sur le Portugal et l’Espagne. L’Europe est obligée d’intervenir afin que ces pays puissent emprunter à des taux raisonnables pour « couvrir leurs fins de mois ». Ceci a au moins comme vertu de rappeler à l’opinion publique que la rigueur budgétaire n’est pas une option politique, mais bien Nicolas Sarkozy est président de la République depuis seule- une contrainte économique. Ceci pour vous dire encore que ment 4 ans, depuis mai 2007. Pour juger son bilan, il faut met- nos adversaires peuvent beaucoup promettre lors de la prochaine campagne électoral de l’occasion de la réunion organisée le ment pour maîtriser 2012, ils seront contraint par un 12 mai dernier à Wimmenau, la plu- nos dépenses mais budget en déficit. part des militants estimaient notamment pour trouver d'autres que l'Etat français faisait preuve d'injus- ressources, l'acceptaToutefois, un bon bilan n’est pas tice fiscale et suggéraient notamment de tion de cet effort nésuffisant pour se faire réélire. mettre en place plus de tranches d'im- cessaire exige qu'il Mais sans un bon bilan, vous pôts. Lors d’une rencontre le 25 mai, j’ai soit plus justement (Suite page 2) transmis en main propre le compte-rendu partagé. C'est pourde cette réunion à Jean-François COPE, quoi nous proposons Programme des animations Secrétaire Général de l’UMP. la création d'une nouvelle tranche margiVendredi 17 juin : Débat sur la C'est pourquoi, dans le cadre du Projet de nale à l’impôt sur le ruralité, à 20 heures, salle des Loi de Finances Rectificative pour 2011, j'ai revenu d’un taux de fêtes de Bossendorf animé par le cosigné un amendement proposant la créa- 46% (au lieu de 41%) portant sur la fraction député Antoine HERTH. tion d'une nouvelle tranche marginale à l’im- de revenus supérieure à 150.000 euros par pôt sur le revenu. part, seuil au-delà duquel les revenus du Dimanche 3 juillet: Fête de nopatrimoine sont supérieurs à ceux du travail. En effet, la révision de la fiscalité du patritre fédération départementale, moine entend répondre à une double exi- Cette nouvelle tranche, créée en contrepartie autour d’un étang à Brumath gence : celle d'une plus grande justice avec de l’allègement de l’imposition du patrimoine, avec la participation de Jeanla suppression du bouclier fiscal et celle devrait ainsi permettre de répartir de façon François COPE. d'une meilleure efficacité économique avec équilibrée l’effort supplémentaire demandé l'aménagement de l'ISF. Samedi 10 septembre: Fête de aux contribuables les plus aisés entre revela 7ème circonscription à Ingwilnus du travail et revenus du patrimoine. Deux questions demeurent cependant: la ler. Tous les détails notamment première concerne l'équilibre financier pro- Si l'amendement est adopté, il sera applicale lieu et l’horaire vous parvienposé par la réforme entre des dépenses im- ble à compter de l'imposition des revenus de dront en temps utile. médiates et de nouvelles recettes, dont l’inci- l'année 2011. dence sera plus progressive ; la seconde est Samedi 19 ou dimanche 20 liée à l'état général de nos finances publi- Bien cordialement, novembre : Choucroute départeques. Emile BLESSIG mentale et soirée dansante au Parce que le poids de notre endettement Votre Député. foyer St Joseph à Koenigshoffen. appelle un effort collectif accru, non seule-

A


n’êtes pas crédible. Aujourd’hui, Nicolas Sarkozy a une année bâtir un programme pour le prochain quinquennat. Les militants réunis à Wimmenau le jeudi 12 mai, ont exprimés leurs sentiments : Nicolas Sarkozy doit répondre aux aspirations de la classe moyenne française pour être réélu en 2012. Or, selon nos militants, celle-ci s’appauvrit d’autant plus que le coût de la vie augmente. Le sentiment est que la fiscalité est injuste car elle ne cible pas suffisamment les hauts revenus. Le gouvernement légifère trop et surtout, sa communication est brouillonne. Un compte-rendu de cette réunion (voir au verso)

à été communiqué à notre fédération nationale, au siège de l'UMP et remis en main propre par notre député Emile BLESSIG à Jean-François COPE, Secrétaire Général de l’UMP. Toutefois, les militants UMP de la 7ème circonscription souhaitent ardemment la réélection de Nicolas Sarkozy. Les sondages sont mauvais, mais rien n’est encore joué : notre président est pugnace. La campagne électorale lui permettra de lever les malentendus sur son action et son style. Jean-Marie LANSAC Délégué UMP de la 7ème circonscription du Bas-Rhin

SYNTHÈSE DES ÉCHANGES / RÉUNION UMP DU 12 MAI 2011 À WIMMENAU

L

a réunion a débuté avec un rappel sous forme de bilan des actions de la majorité, la récession de 2008/2009 face à laquelle la politique du gouvernement a bien réagi permettant de la freiner, et la situation difficile des finances de l'Etat ainsi que l'a exposé Gilles Carrez dans son intervention à Lingolsheim le 20 avril 2011. Après cet état des lieux, les adhérents UMP de la 7ème circonscription du BasRhin ont été invités à prendre la parole pour s'exprimer sur les dernières élections cantonales et l'actualité politique en général. Très vite, le débat s'est animé, révélant l'inquiétude croissante des participants quant à l'avenir et la confiance écornée dans leur Président Nicolas Sarkozy. Les militants ont pris la parole en précisant que dans un premier temps, le Gouvernement se doit de dire la vérité aux français, en toute honnêteté. L'un des premiers sujet qui a unanimement rassemblé les adhérents est celui du bouclier fiscal. Tous affirment que cette décision est une erreur et qu'elle est à l'origine d'une forme de désamour envers Nicolas Sarkozy, en particulier auprès de la classe moyenne et ouvrière. Celles-ci estiment être les "dindons de la farce", les payeurs et les oubliés du gouvernement actuel. Les adhérents se définissent comme étant le porte-monnaie duquel on ne cesse de retirer mais qu'on ne renfloue jamais à contrario des classes aisées, fort décriées à l'occasion de cette réunion.

naire sur 2 partant en retraite mais bel et bien de réduire sincèrement les avantages couteux dont bénéficie le Gouvernement, les hautsfonctionnaires, les anciens grands élus. L'augmentation du niveau de l'ISF de 780 à 1300 millions est également très mal perçue et renforce le sentiment d'injustice fiscale alors que le coût de la vie ne estiment que ce n'est pas le moment de cesse d'augmenter et que financièrement faire d'erreur psychologique et mettent en avant la nécessité absolue d'améliorer la la situation est de plus en plus difficile. communication du Gouvernement. Les Quant à l'idée de la prime de 1000 euros décisions sont souvent mal expliquées et imposée aux entreprises qui distribuent de fait mal comprises, ce qui fait naitre le des dividendes à leurs salariés, les mili- sentiment de ne pas avoir été entendu… tants constatent qu'elle se réduit comme Pourtant, tous se disent avoir été séduit peau de chagrin, persuadés qu'aucune par le candidat qu'il était alors en 2007 et solution n'aboutira pour relever le niveau ne demande qu'à l'être à nouveau. de vie et le pouvoir d'achat des français. Même s'ils ont bien conscience qu'en 4 Les militants ont également rappelé que ans de mandat avec en prime une crise c'est cette même classe de la population financière (plutôt bien gérée par le gouqui "fait et défait" les élections. vernement d'après eux), tout ne peut pas La réforme des collectivités semble bien être réglé ou transformé, mais le discours perçue mais devrait aller plus loin dans le sur l'injustice fiscale et notamment sur sens d'une réforme au niveau national l'appauvrissement réel de la classe comme la réduction du nombre de dépu- moyenne, n'a cessé de revenir au premier tés (avec en comparaison le système plan du débat.

américain et le rapport nombre d'élus/ population), le nombre trop important de 40 autorités administratives indépendantes ( CSA, la Halde,…) fait également beaucoup grincer des dents compte tenu des budgets importants qu'elles représentent alors qu'elles pourraient être regroupées pour certaines voire fermées pour Même s'ils ont bien conscience que la d'autres. politique de rigueur imposée par le Gouvernement n'est pas simplement une op- L'affaire Wauquiez a également mobilisé tion mais une contrainte, la plupart des les adhérents qui estimaient que le Minismilitants affirment que l'Etat français fait tre aurait dû bénéficier du soutien de ses preuve d'injustice fiscale. Il est suggéré pairs et du Parti pour avoir dit tout haut ce plus de tranches d'impôts, de réduire de que beaucoup pensent tout bas. façon drastique le train de vie de l'Etat (ont été évoqués les retours en avion Enfin, il a aussi été question de la quantidans sa région du 1er Ministre, les attitu- té de lois votées dans l'émotion, suite à des du Président concernant ses débuts à des évènements médiatisés. Les particil'Elysée comme le yacht de Bolloré et son pants de cette réunion sont défavorables augmentation de salaire énorme alors à l'idée de légiférer dans l'urgence ou de que pour la classe moyenne les salaires trop légiférer. Des lois existent, il faut n'augmentent pas, …). Il ne s'agit pas commencer par les appliquer.

Enfin, un débat assez vif s'est enchainé sur la question de la mise en place d'un salaire de parent au foyer, et la crainte autour de l'aide aux personnes âgées, l'APA, en particulier la question des différents paliers (GIR paliers 1 à 4 ; moyenne à forte dépendance) et la rumeur selon laquelle le 4è palier devrait "passer" sur les caisses de retraite. En somme, des échanges intenses de militants parfois déçus mais surtout très inquiets. Document intégral. Copie de ce document transmis à : • Fédération Départementale de l’UMP du Bas-Rhin • Siège de l’UMP, Responsable Grand Est • Jean-François COPE, Secrétaire Général de l’UMP..

juste du non-remplacement d'un fonction- Les militants, à un an des présidentielles, Permanence Parlementaire d’Emile BLESSIG - 9 Rue de la Gare - 67700 SAVERNE Téléphone : 03 88 91 25 88 - Télécopie : 03 88 91 34 05 - Courriel : depute@blessig.org - Site Internet : www.blessig.org


Bulletin de la 7ème circonscription