Issuu on Google+

disponible en téléchargement sur

Le magazine universitaire au cœur de science

www.univ-montp2.fr

Numéro 2 Avril 2012

Collections des trésors cachés à l'UM2 Programme Averroès l’UM2 au cœur de l’Euroméditerranée Un laboratoire de Montpellier traque les rayons cosmiques

Investissements d'Avenir

un succès pour l'UM2 1 Université Montpellier 2 sciences et techniques N°2 - 04.2012

Montpellier | Languedoc-Roussillon | Sud de France


Sommaire 4

Dossier Investissements d’Avenir : un succès pour l’Université Montpellier 2

8

Au cœur du campus

20

 Conjuguer apprentissage et enseignement supérieur  Le master Eau, une offre unique en France  Félicitations aux 302 nouveaux docteurs de l'UM2

24

à l’honneur à l’UM2

26 27

Vie des labos

Dossiers des conseils  Conseil d'Administration  Conseil des Études et de la Vie Universitaire  Conseil Scientifique

 7 chercheurs d’avenir à l’UM2  Une pluie de récompenses prestigieuses pour les chercheurs de l’UM2

14

Directions  La Direction des partenariats, moteur des échanges  L’Université Montpellier 2 côté jardin

 Les collections scientifiques : des trésors cachés à l’UM2  L'IAE lance sa communauté sur VIADEO  Un champion du décathlon à l'UM2

12

Formation

Publications

 Le laboratoire Univers et Particules de Montpellier traque les rayons cosmiques  Des robots humanoïdes contrôlés par la pensée : une fiction devenue réalité  L'Institut Européen des Membranes s'agrandit

18

International  Programme Averroès, l’UM2 au cœur de l’Euroméditerranée

UM2 N°2 - AVRIL 2012

IMPRESSION Offset Deux Mille (France)

DIRECTRICE DE LA PUBLICATION Danièle Hérin

UNIVERSITÉ MONTPELLIER 2 Sciences et Techniques Place Eugène Bataillon 34095 Montpellier cedex 5 Tél. +33 (0)4 67 14 30 30 communication@univ-montp2.fr www.univ-montp2.fr

RÉDACTRICE EN CHEF Aline Périault Ont collaboré à ce numéro Marjolaine Casteigt, Ambar Gonzalez Bouab, Marie Jasselin, Justine Landais, Philippe Raymond CONCEPTION & MISE EN PAGE Olivier Piau, Agropolis Productions

2 N°2 - 04.2012

Tirage : 2.500 ex. Dépôt légal : avril 2012 ISSN : en cours Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses représentants est illicite (art. A du Code de la Propriété Intellectuelle).

Photo à la une : Mise en évidence du faisceau émis par un laser à semiconducteurs. Le faisceau se réfléchit sur un miroir (à droite) avant de pénétrer dans un spectromètre pour analyse (à gauche). L'IES est leader dans le développement de lasers et photodétecteurs fonctionnant dans l'infra-rouge. L'EquipEx EXTRA permettra d'acquérir de nouveaux équipements dédiés à la fabrication de ces composants.


édito

P

our son deuxième numéro, l’équipe de rédaction d’UM2, le magazine universitaire au cœur de science a choisi de consacrer son dossier principal aux projets des Investissements d’Avenir qui impliquent notre université.

1, 2, 3... taguez ! Le QR code, vous connaissez ? Ce drôle de carré permet, à partir de votre téléphone, d'accéder directement à du contenu électronique (page Internet, vidéo, contenu multimédia...) sans avoir besoin de saisir l'adresse correspondante. Muni de votre téléphone équipé d’un appareil photo et d’une application (gratuite) de lecture (QR Reader en anglais), Qrafter (iPhone), Goggles (Android), QR Code Scanner Pro (Blackberry), Bing (Windows Phone), trois étapes suffisent : 1. lancer l'application, 2. photographier le Qrcode, 3. lire le contenu. 

De la recherche à la valorisation de notre patrimoine, en passant par les événements et les découvertes récentes, cette publication trimestrielle retrace la globalité des actualités structurelles et conjoncturelles de l’UM2. Les manifestations, tout autant que les inaugurations ou les symposiums, attestent du dynamisme de notre établissement et de son personnel ainsi que de la grande vitalité de la recherche et de l’efficacité de nos chercheurs. C’est bien grâce à l’effort conjugué de tous que l’Université Montpellier 2 obtient sa reconnaissance nationale et internationale. Je profite de cette occasion pour remercier l’ensemble des personnels enseignants – chercheurs, chercheurs et Biatoss du travail fourni. Les représentants de notre université sont sur tous les fronts, et pas seulement dans le champ international de la recherche scientifique ou des échanges transnationaux, comme l’atteste le portrait de Kévin Mayer, étudiant de l’UM2 participant aux Jeux Olympiques de Londres cet été. Tous nos vœux de succès l’accompagnent. Je souhaite que grâce à cette publication vous soyez comme moi convaincus de l’efficience de notre université.

Danièle Hérin,

Présidente de l’Université Montpellier 2 - Sciences et Techniques

3 N°2 - 04.2012


Dossier

 De gauche à droite, de haut en bas  LabEx CeMEB  Anne-Yvonne Ledain (VicePrésidente de la Région LanguedocRoussillon) et Danièle Hérin (Présidente de l’UM2) accompagnées des acteurs du LabEx Chemisyst  LabEx EXTRA  LabEx NuMEV

4 N°2 - 04.2012

Investissements d’Avenir un succès pour l’Université Montpellier 2


Un succès pour l'Université Montpellier 2 Le programme Investissements d'Avenir, ce sont 35 milliards d'euros, dont 22 milliards destinés à l'enseignement supérieur et à la recherche pour renforcer la compétitivité française sur la scène mondiale. Sur ces 22 milliards d’euros, près de 18 milliards prennent la forme d’appels à projets compétitifs. L’Université Montpellier 2 est impliquée dans 33 appels à projets lauréats.

Focus sur 10 grands projets impliquant l’UM2   Le

laboratoire d’excellence CeMEB (Centre Méditerranéen de l’Environnement et de la Biodiversité), porté par l’UM2, pluri-partenarial (UM1, UM3, Montpellier SupAgro, EPHE, CNRS, Cirad, IRD, Inra) fédère les compétences du site de Montpellier dans le domaine de la biodiversité. Il s’articule autour de 3 axes : comprendre la dynamique et le fonctionnement de la biodiversité en combinant observation, expérimentation et modélisation, prévoir les conséquences biologiques des changements planétaires à l'aide de scénarios et anticiper l'évolution des services écologiques et des sociétés humaines. Il propose des réponses aux problèmes d’environnement induits par l’érosion de la biodiversité et les changements planétaires sur les systèmes écologiques et les sociétés humaines. Le projet a été doté de 6,3 millions d’euros.   Le laboratoire d’excellence CheMISyst (Chimie des Systèmes moléculaires et interfaciaux) porté par l’UM2, pluripartenarial (CNRS, CEA, UM1, ENSCM, école des Mines d'Alès) a pour objectif de développer le concept de "chimie de système", offrant de nouvelles perspectives sur la connaissance de nouveaux matériaux pour des applications dans les domaines de l'énergie, du recyclage, de la cosmétique, de la biologie et de la santé. Le projet a été doté de 8 millions d’euros.   Le laboratoire d’excellence NuMEV (Solutions Numériques, Matérielles et modélisation pour l’Environnement et le Vivant), porté par l’UM2, pluri-partenarial (CNRS, Inria, Inra, Montpellier

SupAgro), développe des technologies de l'information et de la communication pour les domaines de l'environnement et du vivant à partir de plusieurs axes (modélisation, algorithmes et calculs, données scientifiques et systèmes, modèles et mesures). Il s’agit de mettre en interaction les sciences dures avec les sciences du vivant. Le projet a été doté de 8 millions d’euros.   L’équipement d’excellence EXTRA (EXcellence cenTeR on Antimonides), porté par l’UM2, a pour objectif de créer un centre mondial de référence sur la recherche en photonique. Cette technologie est considérée comme clé pour les futures applications dans les domaines de l'énergie (cellules solaires), de l'imagerie (pour la santé) et des communications (multimédia). Ainsi le projet EXTRA permettra aux citoyens de pouvoir disposer de technologies plus performantes qui vont participer à la protection de l'environnement, à une meilleure prédiction des diagnostics médicaux et à une plus grande connectivité à Internet. Le projet a été doté de 4,2 millions d’euros.   L’équipement

d’excellence GEOSUD, en partenariat avec le LIRMM, HPC@LR et l’OSU-OREME, porte sur l’acquisition et la mise à disposition d'une couverture satellitaire de l'ensemble du territoire français, avec une attention particulière aux milieux urbains. Il permettra la mise à disposition d'images de la France en haute définition et de logiciels d'analyse qui pourront être utilisés pour la gestion des territoires, la surveillance de l'environnement et la prévention des risques naturels (inondations, incendies). L’ensemble du projet a été doté de 11,5 millions d’euros dont 352 500 euros pour l’UM2.  5 N°2 - 04.2012


Dossier

 L’équipement d’excellence ROBOTEX propose la création d’un réseau national composé de 15 laboratoires (dont le LIRMM pour l’UM2) structurant trois grands domaines de la robotique aux impacts concrets : la robotique humanoïde qui va apporter des soutiens aux personnes à l’autonomie réduite, la robotique médicale et les micros et nanorobotiques qui vont permettre des avancées considérables dans le domaine de la santé. L’ensemble du projet a été doté de 11,5 millions d’euros dont 1,4 millions pour l’UM2.

chimie verte et traitement des gaz, des eaux usées et des déchets. Le projet a été doté de 23,8 millions d’euros.  Le

projet biofinformatique IBC (Institut de Biologie Computationnelle), porté par l’UM2, a pour objectif la création d'un nouveau centre de bioinformatique pluridisciplinaire qui va développer de nouvelles méthodes et logiciels pour le traitement des grandes masses de données biologiques avec des applications dans les domaines de la santé, l'agronomie et l'environnement. Le projet a été doté de 2 millions d’euros.

 L’institut

d'excellence dans le domaine des énergies décarbonées GREEN STARS, institut de l’innovation et du transfert industriel des technologies de production de biocarburants à partir d’algues, a pour ambition d’élaborer, construire, structurer et optimiser une filière d’avenir dans le domaine des énergies décarbonées : la bioraffinerie environnementale des microalgues. Pour ce faire, Green Stars met en synergie les meilleures équipes françaises du domaine, des PME innovantes et des grands groupes afin de placer la France parmi les leaders mondiaux sur cette thématique. Des résultats sont également prévus en alimentation animale,

 Le projet E-RECOLNAT a pour objectif de réunir l’ensemble des données des collections françaises d’histoire naturelle sur une même plateforme informatique. Depuis trois siècles, les collections publiques constituées en France, qui conservent une centaine de millions de spécimens au moins, sont parmi les plus importantes du monde quantitativement et scientifiquement, mais sont restées négligées pendant des décennies. L’information gérée par E-RECOLNAT est accessible librement et gratuitement. La plupart des informations procurées par les spécimens anciens demandent à être actualisées, et notamment les noms

scientifiques des espèces. L’herbier de l’Université Montpellier 2 qui fait partie des trois plus grands herbiers de France avec ses 3,5 millions d’échantillons bénéficiera de ce projet. L’ensemble du projet a été doté de 16 millions d’euros dont 9 millions pour l’UM2.   Le

projet de Société d’Accélération de Transfert de Technologie (SATT) dénommée AxLR a pour objectif de dynamiser la maturation économique des projets de recherche les plus prometteurs, d’améliorer significativement l’efficacité du transfert de technologies, et de créer plus de valeur économique. La SATT AxLR a comme périmètre la Région et comprend onze actionnaires : les cinq universités (UM1, UM2, UM3, UPVD, UNîmes), deux grandes écoles (Montpellier SupAgro, ENSCM) et quatre organismes de recherche (CNRS, Inserm, IRSTEA, IRD). Le périmètre d’activité de la SATT couvre une centaine d’unités de recherche représentant 4 750 chercheurs, enseignants chercheurs et personnels de recherche (ingénieurs, doctorants, post-doctorants). L’ensemble du projet a été doté de 45 millions d’euros pour 10 ans. 

Que sont les LabEx et les EquipEx ? Les Laboratoires d’Excellence (LabEx) ont pour but d’encourager les meilleurs laboratoires français à renforcer leur potentiel scientifique en recrutant des chercheurs et en investissant dans des équipements innovants. 18 LabEx impliquant l’Université Montpellier 2 ont été retenus dont 3 portés par l’établissement.

L'appel à projets équipements d’Excellence (EquipEx) a pour but le financement d'équipements scientifiques de pointe dont le coût doit être compris entre 1 et 20 millions d'euros. 7 EquipEx impliquant l'Université Montpellier 2 ont été retenus dont 1 porté par l’établissement.

… http://tinyurl.com/labex-equipex 6 N°2 - 04.2012


Les Investissements d’Avenir à l’Université Montpellier 2

A

u total l’Université Montpellier 2 est impliquée dans 33 projets d’Investissements d’Avenir lauréats.

En mathématique, informatique, physique, systèmes   Le LabEx SOLSTICE vise à développer des procédés solaires de valorisation de la chaleur basse température pour la climatisation de l'habitat, des procédés d'élaboration de couches minces pour les systèmes photovoltaïque et des procédés photochimiques de dépollution de l'eau.   Le LabEx CAMI se propose d'explorer de nouvelles approches pour les interventions médicales assistées par ordinateur.  Le LabEx OCEVU a pour but de mettre en place un pôle d'excellence scientifique dans le Sud de la France dans les domaines de la cosmologie, de la physique des particules et des astroparticules.   Le LabEx GANEX vise à créer un réseau national public-privé sur la fabrication de composants électroniques à base de Nitrure de Gallium qui interviennent dans de nombreux dispositifs.

reux et anti-inflammatoires plus efficaces et mieux tolérés.   Le projet CALYM a pour but d’accélérer l’innovation et son transfert dans le domaine des lymphomes.   Le LabEx PARAFRAP vise à créer un réseau national pour coordonner les activités de recherches et cliniques sur les infections parasitaires.   Le LabEx ICST est un réseau national dédié à la compréhension des processus de propagation des ions au travers des membranes cellulaires, afin de développer des nouvelles cibles thérapeutiques et des nouvelles générations de médicaments.   Le LabEx GR-EX étudie les propriétés des globules rouges et en particulier leurs interactions avec les parois des vaisseaux sanguins pour mieux comprendre les pathologies associées comme l'anémie ou encore la malaria.   L’EquipEx Morphoscope 2 va poser les fondements d’une médecine personnalisée et de thérapies intelligentes qui se traduiront par des diagnostics précoces plus fiables et par le développement de protocoles thérapeutiques plus efficaces.

En biologie - santé   Le

LabEx EpiGenMed a pour objectif de contribuer à découvrir comment des complexes moléculaires et macromoléculaires peuvent piloter des fonctions cellulaires qui à leur tour vont réguler la physiologie et le développement des tissus et des organes.  Le LabEx Mabimprove a pour objectif l’optimisation du développement d’anticorps monoclonaux thérapeutiques.  Le LabEx LipSTIC cherche à développer de nouveaux traitements anti-cancé-

En chimie   Le

En agroenvironnement

  Le

  L’EquipEx RESIF-CORE a pour projet de mettre en place en France un nouveau système d'instrumentation d'observation des déformations terrestres lentes.   L’EquipEx MIGA est un interferomètre pour l'observation du champ gravitationnel de la Terre et étudie les déformations de l'espace-temps et de la gravitation.   L’EquipEx CRITEX permettra de comprendre comment les activités humaines et le changement climatique altèrent la qualité des eaux de surface et souterraines et contribuera par conséquent à une meilleure gestion de la ressource en eau dans des contextes variés.   L’Institut Carnot 3BCAR a pour ambition de dynamiser l’innovation par la création de valeur en produits et services « décarbonés ».   Le projet ANCESTROME vise à retracer les évènements expliquant les forces gouvernant l'évolution du monde vivant, ainsi que les conséquences fonctionnelles des changements moléculaires ou écologiques.

LabEx Agro a pour objectif de devenir le premier pôle mondial de recherche finalisée sur la plante d'intérêt agronomique.   Le LabEx CEBA a pour objet l'étude de la biodiversité terrestre en Guyane Française.   Le LabEx SERENADE concerne l'écoconception des nanomatériaux en vue de préserver l'environnement lors de leur fin de vie ou de leur recyclage, et de protéger la santé des professionnels et des utilisateurs.

LabEx STORE-EX a pour objectif de relever les défis scientifiques limitant actuellement l'état d'avancement du stockage de l'énergie électrochimique.   L’Institut Carnot CED2 Chimie, Environnement et Développement Durable est composé de neuf équipes de recherche. En Sciences Humaines et Sociales   Le

LabEx Entreprendre vise la création d'un pôle montpelliérain en articulant autour des questions liées à l'entrepreneuriat plusieurs équipes dédiées au droit, à l'économie et au management.  7 N°2 - 04.2012


Au cœur du campus

collections scientifiques : Les

des trésors cachés à l’UM2

L

e Pôle Patrimoine scientifique assure la conservation, la gestion et la valorisation des collections anciennes et contemporaines de l’Université Montpellier 2.

 Toucanet à bec tâcheté, vers 1840.

Où peut-on trouver réunis dans un même endroit un oiseau de paradis naturalisé, un téléscope du 18e siècle, une sculpture maori, le tableau d’un éminent professeur et le quartz piézoélectrique des frères Curie ? Réponse : à l’Université Montpellier 2, collections gérées par le Pôle Patrimoine scientifique. Depuis sa naissance en 1810, l’université acquiert de nombreux objets et échantillons utilisés pour l’enseignement et la recherche. Un patrimoine scientifique hors du commun qui témoigne du passé de l’université et illustre l’histoire des sciences et des techniques.

Les gardiens de la mémoire de l’université Au Pôle Patrimoine scientifique, 5 personnes s’attachent à la préservation et à la valorisation de ces trésors cachés. « Nous menons trois actions principales :

Des millions d’échantillons... ...pour une douzaine de collections  Botanique : herbier de 3,5 millions d’échantillons  Paléontologie : entre 1 et 1,5 million de spécimens  Palynologie : 55 000 lames de pollen  Zoologie : 40 000 spécimens environ  Préparations chromosomiques : 4 000 pièces  Tissus morts et ADN : 3 500 échantillons 8 N°2 - 04.2012

Minéralogie : 3 000 échantillons Patrimoine scientifique et technique contemporain : 1000 objets inventoriés  Astronomie : 150 objets  Physique : 200 instruments  Ethnologie : 120 objets  Mobiliers : vélins de botanique (environ un millier), tableaux (une cinquantaine), meubles, bustes, objets d’art, etc.

la conservation, la valorisation et la recherche historique », explique Noémie Aumasson, chargée de mission patrimoine historique. Au-delà de la richesse culturelle, les collections sont de vrais outils utilisés par les chercheurs pour accompagner leurs recherches et leurs travaux pratiques. « Nous accueillons régulièrement des chercheurs du monde entier. Actuellement, un chercheur américain consulte nos collections à l’herbier  », précise Véronique Bourgade, directrice adjointe. Avec ses 3,5 millions d’échantillons, l’herbier est un des fleurons des collections de l’UM2 et fait partie des 3 plus grands herbiers de France. Le service réalise ou s’associe à des expositions et participe à des manifestations scientifiques et culturelles pour partager ce patrimoine unique avec un large public. L’occasion de découvrir des objets singuliers comme par exemple la masse d’université en argent sur laquelle figurent les sept chaires de la faculté des sciences de Montpellier lors de sa création. 

 

… www.collections.univ-montp2.fr Où : Pôle Patrimoine scientifique de l’Université Montpellier 2 / Institut de botanique 163, rue Auguste Broussonnet. Montpellier Tél: 04.99.23.21.88 / collections@univ-montp2.fr


 Masque apouema de Nouvelle-Calédonie, vers 1840, inscrit au titre des Monuments Historiques.  Paradisier, milieu du XIXe siècle.

 Appareil à quartz piézoélectrique des frères Curie, fin du XIXe siècle.

 Portrait de Daniel Encontre par Charles Matet, 1837, huile sur toile, inscrit au titre des Monuments Historiques.  Microscope, milieu du XIXe siècle.  Masse d'université de la faculté des sciences de Montpellier sur laquelle figurent les sept chaires primitives, vers 1810.

 Planche d’Eupatorium de l’« herbier Chirac », XVIIe siècle, classé au titre des Monuments Historiques. Crédits (double-page) : © UM2-Sonnet

9 N°2 - 04.2012


Au cœur du campus

L'

IAE

lance sa communauté sur

VIADEO

L’

Institut d’Administration des Entreprises a choisi VIADEO pour lancer sa communauté sur le web. Ce projet réalisé avec le soutien de l’Université Montpellier 2 est le fruit d’un véritable travail d’équipe en Community Management. 30.000 nouveaux membres rejoignent chaque jour VIADEO, le premier réseau social professionnel français qui compte 40 millions d’internautes dans le monde. Objectif : tisser et animer un réseau de partenaires professionnels grâce à un CV en ligne. L’IAE vient de lancer sa communauté qui regroupe l’ensemble des diplômés et les étudiants actuels à la recherche d’un stage. Cette initiative fait de l’IAE un pionnier à l’université et constitue une première nationale dans le réseau des IAE. Les IAEtiens peuvent rejoindre gratuitement leur groupe officiel, un espace d’échanges privilégié et plus spécifique qui présente des avantages exceptionnels

comme l’absence de restriction d’échanges entre les membres. Les étudiants développent leur réseau pour décrocher un stage ou un emploi. Les anciens recrutent leurs futurs stagiaires ou apprentis dans leurs entreprises. Les membres ont accès aux actualités de l’école et des secteurs du management des nouvelles technologies. Les étudiants et les diplômés ont accès aux offres de stages et d’emplois. Et surtout, les membres ont l’opportunité d’interagir et de s’entraider. Depuis février 2012, les membres de la communauté peuvent surfer à volonté et booster leur réseau. Des articles et des informations sont régulièrement publiés et les étudiants peuvent exprimer leur créativité et valoriser leurs compétences en participant à des challenges.

L'iae montpellier en bref L'IAE Montpellier est une école universitaire de management située au cœur de l'Université Montpellier 2, Sciences et Techniques. La spécificité de l'IAE Montpellier ? Des masters de haut niveau en management des technologies pour des étudiants ou des professionnels issus de cursus techniques et scientifiques ; une pédagogie centrée sur "la double compétence scientifique et managériale" accessible par la voie de l'apprentissage mais aussi en formation continue.

10 N°2 - 04.2012

La mise en œuvre du projet a nécessité plusieurs mois de travail. Alain Bataille, étudiant en Master 2 MTIC – Management des Technologies de l’Information et de la Communication – a d’abord réalisé une étude qui a conduit au choix de VIADEO. Ce community manager en herbe a porté le projet jusqu’à son lancement, entouré d’une équipe d’enseignants et de professionnels. L’ambition de l’IAE Montpellier est maintenant d’assurer une présence plus large sur les réseaux sociaux. Le community management a le vent en poupe et l’IAE l’a bien compris. 

… tinyurl.com/iaemontp


champion décathlon

Un

du

à l’UM2

I

l est jeune et déborde d'énergie. Il se nomme Kévin Mayer et est à la fois athlète et étudiant à l'IUT de Montpellier-Sète. Portrait d'un sportif à la double casquette. Retenez ce nom. Kévin Mayer, tout juste 20 ans, est spécialiste du décathlon et des épreuves combinées. Originaire de la Drôme, il s'entraîne désormais au Montpellier Décathlon Élite et son palmarès pourrait faire de lui le grand espoir de l'athlétisme tricolore. Il a entre autres fini premier des championnats du monde juniors de Moncton au Canada en 2010 et premier encore aux championnats d'Europe juniors de Tallin en 2011. Actuellement en préparation des Jeux Olympiques de Londres, ce jeune athlète est un brillant étudiant du département de Génie Biologique de l'IUT de Montpellier-Sète. Studieux et attentif, Kévin aime comme tous les gens de son âge sortir et passer du temps avec ses amis et lorsqu'on lui demande comment il se voit dans dix ans, il répond : « Sur un plan sportif, le rêve ultime serait d'être champion olympique... Sur le plan professionnel, les sciences me plaisent, alors pourquoi pas scientifique ou chercheur ? ».

Accueil et soutien à l'IUT de MontpellierSète Kévin est accueilli et accompagné à la fois par le CREPS (Centre de Ressources, d'Expertise et de Performances Sportives) de Montpellier et par l'équipe pédagogique de son département d'études. « L'IUT et le CREPS mènent une étroite collaboration, dont l'objectif est d'offrir aux étudiants sportifs les meilleures conditions de réussite pour leur double projet sportif et universitaire  », déclare Jacqueline Papet, directrice adjointe en charge de la pédagogie et de la vie de campus. Une coopération qui permet à ces jeunes de cumuler sport et études plus simplement. « Pour cela, nous aménageons leur emploi du temps et organisons régulièrement des rencontres entre la direction de l'IUT, les responsables pédagogiques de départements ainsi que les sportifs et leurs entraineurs, afin de construire ensemble un parcours adapté prenant en compte les besoins de nos étudiantssportifs de haut niveau  », ajoute-t-elle. Une aubaine pour les jeunes comme Kévin qui ont besoin du sport et des études pour s'épanouir totalement.

Graines de champions Kévin n'est pas le seul à bénéficier de cet accompagnement. Plusieurs étudiants sportifs de la liste ministérielle sont inscrits à l'IUT de Montpellier-Nîmes. Parmi eux, Guillaume Victorin, médaillé de bronze en 2011 en saut en longueur lors des championnats d'Europe Espoirs d'Ostrava en République Tchèque. Dans son département d'études Techniques de Commercialisation, on retrouve Merryl M'Beng, qui a remporté fin février dernier le titre de vice-championne de France en salle de pentathlon. « Le projet vient de démarrer, nous espérons vivement le poursuivre et voir d'autres sportifs rejoindre l'IUT », conclut Jacqueline Papet. 

11 N°2 - 04.2012


à l’honneur à l’UM2

7

chercheurs d’avenir à l’UM2

L

e 6 février 2012, la Région Languedoc-Roussillon a récompensé 38 « chercheurs d’avenir » dont 7 jeunes chercheurs de l’Université Montpelier 2. En 2009, la Région Languedoc-Roussillon avait lancé le premier appel à projets « Chercheur(se)s d’avenir » : 32 lauréats avaient été soutenus pour un montant total de 2,6 M€. Face à ce succès, elle a décidé de lancer un nouvel appel à projets en 2011.

Objectifs  Soutenir des jeunes scientifiques talentueux et leur équipe de recherche pour qu’ils puissent s’affirmer plus rapidement dans leur secteur   Soutenir leur créativité et stimuler la prise de risque   Accélérer l’émergence de nouvelles voies de recherche innovantes et favoriser la valorisation économique des résultats de la recherche   Attirer des chercheur(se)s extérieur(e)s au Languedoc-Roussillon qui seront accueilli(e)s dans un laboratoire de recherche régional seuls ou avec leur propre équipe.

Sur un total de 112 candidatures, 38 lauréats ont été retenus dont 7 chercheurs de l’Université Montpellier 2. Ils recevront une aide financière de la Région de 20.000  € à 100.000 € sur une durée de trois ans. Ce financement leur permettra de mener à bien leur projet de recherche dans la plus grande liberté, gage de créativité. 12 N°2 - 04.2012

Les lauréats de l’Université Montpellier 2   Corinne LAUTIER Laboratoire Mécanismes Moléculaires dans les Démences Neurodégénératives

équipe : Vieillissement et maladies neurodégénératives

Projet : « Développement d’un nouveau modèle animal primate d’étude de la maladie d’Alzheimer : recherche des déterminants génétiques ancestraux »  Michael SMIETANA Pôle Chimie Balard - Institut des Biomolécules Max Mousseron 

équipe : Oligonucléotides modifiés

Projet : « Le Bore, J’adore : Génération spontanée d’ADN modifiés par du Bore »  Guillaume CASSABOIS Laboratoire Charles Coulomb équipe : Physique de l’Exciton, du Photon et du Spin (PEPS)

Projet : « Les métamatériaux quantiques : la physique quantique de l'autre côté du miroir... »  Anne LAURENT Laboratoire d'Informatique, de Robotique et de Microélectronique de Montpellier équipe : Extraction de connaissances dans les bases de données (TATOO)

Projet : « Les supercalculateurs et le déluge de données »

 Frédéric WROBEL Institut d’Electronique du Sud équipe : RADIAC (RADIAtions et Composants)

Projet : « Détection des rayons cosmiques à bord des avions de l’ENAC de Montpellier »  Philippe VERNANT Laboratoire Géosciences 

équipe : Risques

Projet : « Mesure du taux de croissance actuel des Pyrénées par GPS et implications en termes de séismes »  Frédéric BOUCHETTE Laboratoire Géosciences / OSU OREME équipe : Groupe d'étude de la dynamique sédimentaire littorale dans le Grand Sud (GLADYS)

Projet : « COAST_FOR_ALL : analyse des interactions entre les vagues, le vent, la marée, les objets sableux littoraux et le trait de côte » 


Une pluie de

récompenses prestigieuses pour les chercheurs de l’UM2 François PIERROT

Directeur de Recherche CNRS (Médaille de l’Innovation- CNRS) Laboratoire d'Informatique, de Robotique et de Microélectronique de Montpellier Travaux : le robot, le plus rapide du monde, pour l’industrie (chaînes de montage de panneaux solaires ou agroalimentaires), mais aussi pour la médecine (échographies en trois dimensions, prélèvements de peaux pour greffes…).

Yves LAGABRIELLE

Directeur de Recherche CNRS (Prix Dolomieu, Grand prix de l’Académie des sciences) Géosciences Montpellier – BRGM Travaux : recherches dans le domaine des sciences de la terre alternativement appliquées ou fondamentales.

Lluis FAJAS

Directeur de Recherche INSERM (Prix Henry et Maryjane Mitjavile de l’Académie Nationale de Médecine)

Anne CHARMENTIER

 Institut

Centre d’écologie Fonctionnelle et évolutive de Montpellier Travaux : adaptation au climat des "Mésanges méditerranéennes françaises".

Claude GRISON

Walter KOB

Département de Physique Travaux : systèmes vitreux au sens large (liquides surfondus, verres silicatés, gels et verres colloïdaux).

Patrick LEMAIRE

Didier COT

Institut Européen des Membranes Cette distinction récompense son expertise technique et sa créativité, qui contribuent, aux côtés des chercheurs, au rayonnement de l’IEM et du CNRS.

* L’EMBO regroupe les meilleurs chercheurs mondiaux en biologie moléculaire

Chargée de Recherche CNRS (Médaille de Bronze-CNRS) 

Professeur Université Montpellier 2 (Prix Ivan Peyches, Grand prix de l’Académie des Sciences) 

Ingénieur d���étude CNRS (Prix Cristal 2012 du CNRS) 

de Génétique Moléculaire de Montpellier Travaux : métabolisme des cellules cancéreuses.

Prix du magazine « La Recherche » pour l’Environnement Centre d’écologie Fonctionnelle et évolutive de Montpellier Travaux : phyto-extraction et chimie écologique—une synergie d'innovations au service de l'environnement.

Directeur de recherche au CRBM (élu Membre de l’EMBO*) Centre de Recherche en Biochimie Macromoléculaire Travaux : comment la variabilité génétique peut-elle être compatible avec la formation d’embryons morphologiquement identiques ? 

13 N°2 - 04.2012


Vie des labos

Le laboratoire Univers et Particules de Montpellier traque les rayons cosmiques

L

es astrophysiciens fêtent cette année le centième anniversaire de la découverte des rayons cosmiques. à l’Université Montpellier 2, les chercheurs du Laboratoire Univers et Particules continuent de traquer les sources de ce mystérieux rayonnement…

La grande aventure des rayons cosmiques a commencé au début du 20e siècle. Les physiciens de l’époque constatent que leurs électroscopes se déchargent spontanément, même rangés à l’abri de la lumière. Seule explication possible : il doit exister une sorte de rayonnement ionisant, provoquant cette décharge… Mais d’où provient ce fameux rayonnement : de la Terre ou de l’espace ? C’est le physicien autrichien Viktor Hess qui répondra à cette question, et qui se verra récompenser par le prix Nobel de Physique en 1936. Comment ? Le chercheur grimpe dans un ballon pour aller mesurer le taux de décharge à plus de 5000 mètres d’altitude. Résultat : ce taux est bien supérieur à la référence au sol. « La seule manière d'interpréter mes résultats expérimentaux est d'admettre l'existence d'un rayonnement très pénétrant, d'une nature encore inconnue, venant principalement d'en haut, et étant très probablement d'origine extraterrestre » conclut le physicien en cette année 1912. Cent ans plus tard, les chercheurs de l’Université Montpellier 2 continuent à faire avancer la science des rayons cosmiques.

14 N°2 - 04.2012

Des rayons qui n’en sont pas Mais que sont exactement ces rayons cosmiques ? « Ce sont tout sauf des rayons », nous répond Matthieu Renaud, chercheur au LUPM. Leur nature a été débattue jusqu'en 1930, mais on sait désormais que les rayons cosmiques, baptisés à tort par le physicien américain Robert Millikan, sont en réalité des particules, essentiellement des protons, mais aussi des noyaux (He, C, Fe...) et électrons. Et d’où proviennent-ils ? « On admet que les rayons cosmiques galactiques sont produits par les vestiges de supernova puis relâchés dans le milieu interstellaire, répond Matthieu Renaud, mais la nature exacte des sources à l'origine du rayonnement cosmique reste encore aujourd'hui un mystère ». Pourquoi est-ce si difficile de remonter à la naissance de ces rayons ? « Parce qu’ils dérivent dans le milieu interstellaire au gré des champs magnétiques aléatoires qui baignent notre galaxie, oubliant ainsi leurs lieu et date de naissance », répond le chercheur.


Un domaine d'investigation : l'Astrophysique des Hautes énergies Pour aider à lever le voile sur ces origines mystérieuses, les astrophysiciens du LUPM essayent de remonter la piste des rayons cosmiques en utilisant d’autres indices. En effet tout au long de leur parcours, les protons, noyaux et électrons cosmiques vont interagir avec la matière, les photons et le champ magnétique interstellaires et générer des photons et des particules secondaires. « Ce sont autant de messagers électriquement neutres que l’on peut utiliser pour remonter aux sources », précise Matthieu Renaud, « et en particulier les photons gamma dits de haute et très haute énergies ». En effet, ces messagers neutres ne sont pas déviés par les champs magnétiques, et se propagent en ligne droite depuis leur lieu d'origine. Pour les aider dans cette enquête cosmique, les chercheurs de l’Université Montpellier 2 disposent de deux instruments d'observation dans le domaine gamma appelés H.E.S.S. et Fermi. Le premier se compose

de quatre télescopes identiques de treize mètres de diamètre, en fonction depuis fin 2003 et installés dans la savane namibienne à 1800 m d'altitude, situation idéale pour observer les régions centrales de la galaxie. Le deuxième est un satellite lancé en 2008, dont l'instrument principal à bord, le LAT, balaye le ciel toutes les trois heures. Grâce à ces deux instruments, les chercheurs ont pu détecter plusieurs vestiges de supernova dans la Voie Lactée, qui pourraient être à l’origine des rayons cosmiques.

Quelles influences sur la Terre et au-delà ? à l’issue de leur périple dans le milieu interstellaire, les rayons cosmiques arrivent sur Terre. Ont-ils un impact sur notre planète ou se contentent-ils de décharger les électroscopes des physiciens ? « L’ionisation par les rayons cosmiques n’est pas sans conséquences, et se retrouve ainsi au centre de nombreux champs de recherche », répond Matthieu Renaud. L'interaction des rayons cosmiques avec l'atmosphère terrestre produit le carbone

14, marqueur irremplaçable pour la datation des fossiles. Des questions à propos de l'influence des rayons cosmiques sur le climat (couverture nuageuse et transparence atmosphérique) ont été récemment soulevées, et restent encore aujourd'hui débattues. De même, ces particules sont considérées comme un agent principal de la chimie dans le milieu interstellaire. Cent ans après leur découverte, l'étude des rayons cosmiques revêt donc un aspect inter-disciplinaire. Au Laboratoire Univers et Particules de Montpellier, les scientifiques tentent de répondre à l'une des questions les plus fondamentales de l'Astrophysique des Hautes énergies, en poursuivant la recherche des sources de ces fameux rayons cosmiques, une composante essentielle de notre galaxie. 

… www.mpi-hd.mpg.de/hfm/HESS … http://fermi.gsfc.nasa.gov

 Photo-montage du ciel étoilé depuis la Namibie avec la Voie Lactée vue en rayonnement gamma avec H.E.S.S. © F. Acero & H. Gast

15 N°2 - 04.2012


Vie des labos

Des robots humanoïdes contrôlés par la pensée : une fiction devenue réalité

N

e se limitant plus à la sciencefiction comme leur « grand frère » R2-D2 du film Star Wars, les robots humanoïdes franco-japonais HRP-2 et HOAP-3 sont en passe de devenir de véritables héros d’un monde bien réel ! Dans le cadre du projet de recherche européen FP7 VERE, l’équipe « Interactive Digital Humans » (IDH) du LIRMM (Université Montpellier 2, CNRS) travaille à piloter ces deux robots humanoïdes par la pensée, avec des indications de mouvement simples (« avance », « recule », « tourne à droite » et « tourne à gauche »), de manière équivalente à l’usage d’un joystick. Au début du projet, les enseignants-chercheurs du LIRMM et du Joint Robotics Laboratory du Japon ont réussi à réincarner une personne dans le corps d’HRP-2 grâce à des interfaces homme/cerveau « classiques », basées sur l’analyse de l’électro-encéphalogramme. Comment les chercheurs ont-ils procédé ? Placée devant un écran, la personne volontaire voit le même environnement que son avatar HRP-2 grâce à des caméras embarquées derrière les orbites du robot humanoïde. Sur l’écran face à elle sont superposées des icônes en image de synthèse, chacune associée à une tâche particulière à exécuter par le robot. Ces icônes stimulent le cerveau. Lorsque l’attention de l’opérateur se porte sur l’une d’elles, un algorithme de classification la distingue et ordonne au robot l’exécution de la tâche qui lui est associée. Ces 16 N°2 - 04.2012

approches auxquelles se consacre Pierre Gargondet, doctorant à l’UM2, sont intéressantes et peuvent potentiellement être utilisées pour des tâches plus complexes comme les manipulations d’objets. Une technique différente a été nouvellement mise au point par l’équipe IDH, en collaboration avec l’InterDisciplinary Center et l'Institut Weizmann d’Israël. Contrairement à la première approche basée sur des stimuli visuels et une analyse de l’électroencéphalogramme, cette nouvelle technique permet à un opérateur confortablement installé dans un caisson d’Imagerie par Résonance Magnétique de commander à distance un robot humanoïde de petite taille, en l’occurrence le robot humanoïde franco-japonais HOAP-3 du LIRMM. Le caisson d’IRM permet d’interpréter l’activité des zones du cerveau liées au mouvement, sans autre effort de la part de l'opérateur que celui de penser à sa main droite, à sa main gauche ou à ses pieds.

Avec cette nouvelle expérience inédite, l’opérateur peut faire évoluer son avatar par la seule force de la pensée, dans un environnement qui peut être distant de plusieurs centaines de kilomètres. Dans l’expérience réalisée par Sébastien Druon, maître de conférence à l’IUT de Béziers, l’opérateur se situait à Réhovot, en Israël, et le robot HOAP-3 se situait à Béziers, en France : c’est une première mondiale ! Si les ordres sont encore simples pour le moment (« devant », « à droite », « à gauche »), les équipes de recherche travaillent actuellement à améliorer cette expérience et aller plus loin encore dans l'immersion… à suivre donc ! 

… www.vereproject.eu


L'Institut

Européen des Membranes s'agrandit

M

ontpellier est à la pointe de la recherche sur les matériaux et techniques membranaires grâce à l’IEM qui vient de s’agrandir.

core de transformer l'énergie chimique en courant électrique... Ces techniques sont également à l'origine des dialyses rénales et d’emballages alimentaires innovants », précise Philippe Miele.

Considéré comme l'un des laboratoires les plus reconnus en Europe dans le domaine des membranes et des procédés membranaires, l'IEM développe dans ce cadre des recherches multidisciplinaires allant d’approches moléculaires jusqu’au développement des procédés de séparation. « En clair, nos travaux sont essentiellement basés sur la séparation simple, économique et efficace des molécules et sont exploités dans de multiples domaines tels que la santé, l'énergie ou bien encore la protection de l'environnement  » explique Philippe Miele, directeur de l’IEM. Les perspectives d'application sont en constante évolution et concernent des préoccupations sociétales majeures dans tous les domaines : énergie, protection de l’environnement, agro-alimentaire, eau, chimie fine, santé…

Un tout nouveau bâtiment pour la recherche Pour remplir ses missions et atteindre ses objectifs, l'IEM s'est doté dernièrement d'un nouveau bâtiment pour accueillir ses recherches, inauguré le 2 février 2012. D'une superficie totale de 4060 m² grâce à cette extension de 965 m², l'IEM verra désormais tous ses moyens humains et matériels, auparavant dispersés, regroupés au même endroit. À l'interface entre le campus de l'UM2 et du CNRS, l'IEM représente une équipe de 150 personnes, composée de chercheurs et d'enseignants-chercheurs, de doctorants et de post-doctorants, en majeure partie. L'institut est aussi très impliqué dans la formation, notamment en master et doctorat.

Il coordonne en particulier un master européen Erasmus Mundus en « Membrane Engineering » et participe au doctorat européen du même label. Il est aussi très actif dans de nombreuses opérations structurantes au niveau local, national et international. Les relations qui lient l'IEM à de nombreuses entreprises permettent la mise en place de contrats de recherche et de formation de cadres de haut niveau, mais aussi le développement d'actions de conseil. L'IEM est un des quatre instituts de recherche du Pôle chimie Balard, acteur fondamental en matière d'innovation, mais aussi de développement économique : création de start-ups, dépôt de brevets internationaux, découverte de nouveaux composés, mise en place de partenariats nationaux et internationaux... Le Pôle chimie Balard se positionne comme un pôle d’excellence, visible et attractif au niveau européen et mondial, sur les domaines actuels de la chimie, dans les grands enjeux du développement économique et durable et des questions sociétales. 

« Par exemple, les techniques à membranes permettent déjà entre autres de dessaler de l'eau de mer, d'ôter les ions nitrate afin de rendre l'eau potable ou en-

17 N°2 - 04.2012


International

Programme Averroès

l’UM2 au cœur de l’Euroméditerranée

D

évelopper les échanges entre l’Europe et le Maghreb : c’est la mission du programme Averroès, piloté par l’Université Montpellier 2. Des échanges dans les deux sens, qui en trois années d’existence ont permis à 1.000 personnes de vivre un séjour universitaire ou scientifique à l’étranger, d’une rive à l’autre de la Méditerranée.

Le succès d’Erasmus dépasse les frontières européennes : si plus de deux millions d’étudiants ont déjà bénéficié d’un séjour Erasmus en Europe, avec le Programme Averroès – financé par l’Europe dans le cadre des programmes Erasmus Mundus – c’est la rive Sud de la Méditerranée qui est désormais touchée par la vague des mobilités universitaires…

Des bourses pour les étudiants, les enseignants et les personnels Depuis 2008, le programme Averroès organise des échanges universitaires et scientifiques entre l’Europe (France, Espagne, Italie, Belgique, Irlande) et le Maghreb (Algérie, Maroc et Tunisie). Bénéficiaires de ces bourses ? Les étudiants en licence, en master et en doctorat. Mais pas uniquement : le programme Averroès s’adresse aussi aux post-doctorants, ainsi qu’aux enseignants chercheurs et aux personnels d’encadrement des universités. Les étudiants sont sélectionnés sur critères d’excellence ; le séjour entièrement

Le Programme Averroès en chiffres Le réseau Averroès réunit 65 universités, 5 collectivités territoriales, 16 entreprises et 7 réseaux internationaux  Plus de 300 personnes bénéficient chaque année des bourses Averroès  Il y a actuellement sur le site de Montpellier 101 boursiers Averroès  13 boursiers montpelliérains vivent une mobilité au Maghreb  Depuis 2008, le programme a bénéficié d’environ 18 M € de subventions européennes. 

18 N°2 - 04.2012

financé de 6 à 18 mois à l’étranger leur donne l’opportunité de traverser la Méditerranée pour compléter leur parcours universitaire et vivre une expérience enrichissante. Quant aux enseignants chercheurs et aux personnels des universités, un séjour court d’un mois leur permet de développer des projets entre deux ou plusieurs établissements : nouvelles filières, doubles diplômes, programmes de recherche ou de valorisation, qualité de la gouvernance…

Un programme tourné vers le Sud Ces projets de mobilité doivent répondre aux enjeux stratégiques des pays du Maghreb. « Les objectifs du programme Averroès ont été définis par les universités maghrébines, en cohérence avec leurs ministères » rappelle Maggy Pézeril, coordinatrice du programme Averroès. Principaux objectifs désignés : contribuer au développement économique du pays, développer la recherche et l’innovation, mais aussi éviter la fuite des cerveaux et voir revenir au pays les jeunes élites formées dans le cadre du programme. Dès la première année du programme, la Région a choisi de le soutenir financièrement. « Le Languedoc-Roussillon se tourne résolument vers la Méditerranée, dit Anne-Yvonne Le Dain. Notre soutien est incitatif : c’est aujourd’hui à l’université de développer une politique structurelle de développement de ces réseaux » conclut la Vice-présidente du Conseil Régional. 


Averroès 5 : un nouvel horizon Chaque année, l’équipe Averroès doit déposer un nouveau projet, et obtenir à nouveau la confiance de Bruxelles. Mais rien n’est gagné quand on candidate pour un projet européen. Maggy Pézeril s’estime « très fière » des résultats : «  c’est le seul consortium français à avoir été reconduit quatre fois consécutives par la Commission Européenne dans le cadre des appels à projets Erasmus-Mundus ». Grande nouveauté de l’appel à projets 2012 : Averroès 5 étend son réseau à deux nouveaux pays du Sud, la Lybie et l’Egypte. Par ailleurs, le consortium renforce la part des universités anglophones. Sur le fond, le projet Averroès 5 vise à accroître l’effort engagé auparavant sur l’employabilité des jeunes diplômés. Un enjeu crucial sur fond de printemps arabe. « Un des plus forts taux de croissance de la population étudiante, mais des difficultés à trouver un emploi pour

les jeunes diplômés : c’est l’équation difficile que doivent résoudre les pays du Maghreb  », dit Mustapha Djafour, Vice-président de l’Université de Tlemcen (Algérie). Une université qui aura désormais en charge la coordination du programme aux côtés de l’UM2 : c’est une autre nouveauté d’Averroès 5. « Partager le travail, les responsabilités, et transférer notre expertise dans le pilotage de projets : ce sont des atouts supplémentaires, note Maggy Pézeril. Le programme Averroès, c’est un pont vers la Méditerranée mais c’est, avant tout, un projet pour les universités du Maghreb, un projet pour leur avenir ». 

… www.averroes.fr

 Pont du Gard 2011. Le programme Averroès organise toute l’année des sorties gratuites pour les boursiers de Montpellier

Le projet DEFI Averroès, « meilleur projet européen 2011 » Lancé en janvier 2011 en parallèle avec le programme Averroès, le projet Tempus DEFI Averroès, piloté par Polytech - Université Montpellier 2, s’attache à développer l’employabilité des jeunes diplômés sur le pourtour méditerranéen. Mené avec l’Algérie, le Liban, le Maroc, la Tunisie, la Belgique, l’Espagne et la France, il a obtenu en décembre 2011 le « Prix du meilleur projet européen 2011 », décerné par l’Agence Europe Education Formation France (2e2f).

… www.defi-averroes.fr

19 N°2 - 04.2012


Formation

Conjuguer

apprentissage et enseignement supérieur à

l’Université Montpellier 2, l’apprentissage est en plein essor. Appuyés par le Centre de Formation d’Apprentis créé en 2000 avec le soutien de la Région Languedoc-Roussillon et du Rectorat, les IUT de Béziers, Montpellier et Nîmes, Polytech, l’IAE et la Faculté des Sciences proposent désormais 25 formations de tous niveaux, qui s’attachent à allier excellence académique et employabilité.

L’apprentissage ? Selon Hélène Durand, directrice du Centre de Formation des Apprentis (CFA) de l’Université Montpellier 2, c’est aujourd’hui une voie particulièrement valorisée. « De l’état aux régions en passant par les employeurs, les formateurs et les jeunes, tout le monde est d’accord : il faut développer ces formations, qui offrent un taux d’insertion professionnelle très au-dessus de la moyenne ». Pourtant, l’apprentissage revient de loin. Longtemps lié à l’échec scolaire, synonyme de formations au rabais, c’est la loi de 1987 qui l’a « consacré comme un système de formation à part entière. Mais il aura fallu deux décennies pour que les mentalités évoluent ! ». Pour les employeurs, l’apprentissage, c’est du sur-mesure : des contrats calibrés sur leurs besoins réels, qui remplissent très souvent une fonction de pré-recrutement. Une solution particulièrement appréciée en région Languedoc-Roussillon, qui compte une majorité de petites entreprises.

L’apprentissage à l’UM2 en chiffres 25 diplômes de niveaux DUT, licence professionnelle, master et ingénieur, soit près de 500 apprentis  Taux moyen de réussite au diplôme : 92% (2011)  Dans 66% des cas, les apprentis sont recrutés à la fin de leur formation  Taux d’embauche six mois après l'obtention du diplôme : 91% (2010 et 2011)  8 projets d’ouverture à la rentrée 2012 

20 N°2 - 04.2012

92% de réussite aux diplômes

Chez les jeunes, l’apprentissage n’est plus une option par défaut, mais bien un choix à part entière. Il faut dire que cette voie offre tout à la fois : une première expérience, un diplôme, un salaire et une bonne assurance de décrocher un emploi. Et le taux d’insertion professionnelle n’en serait pas la seule vertu… Hélène Durand se réjouit en effet d’une réussite aux diplômes bien supérieure à la moyenne : 92% chez les apprentis de l’UM2. Les raisons de cette réussite académique ? Au premier rang d’entre elles, la motivation à décrocher son diplôme. Une motivation qui « s’accroît en proportion de l’intérêt rencontré dans sa pratique professionnelle. Ces deux activités se nourrissent l’une de l’autre, poursuit Hélène Durand : appliquer immédiatement sur le terrain ce que l’on apprend à l’université, c’est très stimulant ». Motivés, les apprentis ? Pour Marc Doleson, la réponse ne fait aucun doute. « Ce sont les entreprises qui les recrutent, et c’est un profil qui est recherché. Mais ce n’est pas le seul paramètre qui explique le bon taux de réussite aux diplômes, poursuit cet inspecteur chargé de l'apprentissage au Rectorat de l’Académie de Montpellier. Rechercher et signer un contrat, ça n’est pas une simple inscription académique… et ça vous forge une détermination ».


« Apprendre un métier » « Ma formation est unique en France  » annonce d’emblée Samuel, 23 ans. «  Les débouchés sont nombreux : ingénieur soudeur, bureau d'étude, méthode, maintenance, recherche et développement, qualité, chargé d'affaires... » Apprenti ingénieur de dernière année chez Entrepose Projets à St Martin de Crau, société d'ingénierie pour la pétrochimie, Samuel suit à Polytech la formation d'Ingénieur Mécanique - Fabrication et Qualité des Structures Chaudronnées. Et se félicite avant tout « d’apprendre un métier ». Un métier d’avenir, dans un domaine porteur. D’autant que Samuel compte sur une embauche au sein d’Entrepose Projets : « en très grande majorité, les apprentis sont embauchés dans leur entreprise à la fin de leur formation ».

Selon lui, la voie de l’apprentissage apporte indéniablement autre chose : en combinant théorie et pratique, elle offre une approche différente de la formation, et donc d’autres chances de réussite. Il ne faut pourtant pas l’opposer à l’enseignement traditionnel, chaque voie ayant ses vertus et surtout ses publics privilégiés. Ainsi, « l’apprentissage convient à ceux qui ont déjà un projet, voire un plan de carrière. D’autres auront besoin d’un temps de maturation plus long… »

Les deux systèmes ne doivent donc pas être perçus en concurrence, mais en complémentarité. « L’apprentissage ne peut en aucun cas se substituer de façon systématique au cursus traditionnel, comme on l’entend parfois affirmer ; ne serait-ce que parce que le marché du travail ne pourrait absorber toute la population étudiante » conclut Marc Doleson. 

Les acteurs de l’apprentissage à l’UM2 3 CFA : le CFA de l'UM2 (21 formations), le CFA des métiers de la banque et de l'assurance DIFCAM (2 formations) et le CFA des métiers de La Poste Formaposte (2 formations)  3 IUT : Montpellier, Nîmes et Béziers  l'IAE  la Faculté des Sciences  Polytech Montpellier 

« La voie la plus rapide vers l’emploi » « 1 semaine de cours, 3 semaines pour appliquer ce qu’on a appris » : pour Lamine (en photo), 25 ans, c’est l’équation idéale. Son année d’apprentissage, il la décrit comme « la voie la plus rapide vers l’emploi, avec une sérieuse perspective d’embauche dès la fin de la formation ». Une année qui s’avère particulièrement stimulante, avec un contrat signé avec la Direction des études de l’UM2, et une inscription en Master MUTI (Management des Universités et Technologies de l’Information), délivré par l’Institut d'Administration des Entreprises (IAE). Côté cours ? « Le prestige de la formation dispensé à l’IAE, avec des intervenants de marque : le Vice-Président du Conseil d’Administration, ou encore le Directeur Général des Services de l’université ». Côté pratique ? « Du très concret, avec à la fois un encadrement de qualité et une vraie autonomie. De quoi se former vraiment à la gestion de projet ».

21 N°2 - 04.2012


Formation

Le

master Eau une offre unique en France

A

vec le master eau et ses 5 spécialités, Montpellier se positionne comme un acteur de référence dans le domaine de l’eau et ses enjeux humains et environnementaux majeurs.

Les ressources en eau disponibles pour l'utilisation humaine et nécessaires à l'équilibre écologique de notre planète sont menacées. Va-t-on manquer d’eau ? Comment s’assurer de la qualité de cette ressource ? Une meilleure gestion de l'eau, fondamentale pour la préservation de l'environnement et pour le développement économique des sociétés, représente un enjeu majeur du 21e siècle. Les futurs professionnels de ce secteur sont formés à Montpellier grâce au master Eau qui a vu le jour à la rentrée 2011 et qui vient compléter l’offre de formation proposée depuis 40 ans notamment par Polytech’Montpellier dans ce secteur. Ce diplôme qui associe l’Université Montpellier 2 à d’autres établissements montpelliérains (Universités Montpellier 1 et 3, Montpellier SupAgro, AgroParisTech) reste unique en Europe par son organisation et sa pluridisciplinarité. « Montpellier dispose d’un potentiel de recherche et d’enseignement supérieur dans le domaine de l’eau de premier plan au niveau européen avec une diversité disciplinaire unique », souligne Séverin Pistre, directeur du master Eau.

Une formation unique déclinée en cinq spécialités Eau et agriculture Contaminants eau santé  Eau et société  Eau et littoral  Eau et ressource  

22 N°2 - 04.2012

Cette formation s’appuie en effet sur une communauté scientifique régionale qui comprend 200 chercheurs impliqués dans 10 unités de recherche. Elle bénéficie par ailleurs d’un lien avec le tissu économique régional et les collectivités locales à travers le Pôle de compétitivité à vocation mondiale « Eau ».

Un lien dynamique avec le milieu professionnel Ambition affichée du master : atteindre un taux élevé d’insertion des diplômés en proposant une formation adaptable au marché de l’emploi, en lien étroit avec le milieu professionnel et reconnue par les étudiants comme par les employeurs. « Le master Eau alterne enseignement théorique et stages en entreprise ou en laboratoire et fait la part belle à la participation des professionnels dans son cursus de formation », précise Séverin Pistre. L’implantation sur Montpellier de grandes sociétés comme Véolia, Suez-Environnement, BRL, EGIS mais aussi de nombreuses PME du secteur de l’eau regroupées dans le groupement d’entreprises Swelia est un atout supplémentaire. Les professions liées à l’eau sont en progression constante depuis 10 ans et grâce à l’évolution de ce secteur de nouveaux métiers font leur apparition. Grâce à ce diplôme en phase avec la demande sociale, économique et de développement, les étudiants issus du master Eau sont particulièrement préparés à ces métiers.  … http://master-eau.um2.fr


Félicitations 302 nouveaux aux

L

es nouveaux docteurs de l’Université Montpellier 2 qui participent activement au rayonnement de la recherche montpelliéraine étaient réunis le 26 janvier 2012 pour recevoir leur diplôme. Ils sont chimistes, biologistes, géologues ou encore physiciens et ils sont le présent et l’avenir de la recherche française. Les 302 nouveaux docteurs de l’Université Montpellier 2 étaient à l’honneur en ce début d’année et une belle cérémonie de remise des diplômes consacrant un minimum de 8 ans d’études et de travaux de recherche leur a été dédiée. Les études doctorales constituent un point majeur de la formation sur le site montpelliérain. Le rôle des doctorants est essentiel dans la production scientifique des laboratoires et équipes de recherche et cette formation « à et par la recherche  » confère un rayonnement international au site de Montpellier.

 école doctorale Sibaghe

docteurs de l’UM2

L’Université Montpellier 2 accueille plus de 1000 doctorants dans 6 écoles doctorales couvrant l’ensemble des domaines du savoir. Un tiers de la « force de recherche » de l’établissement est ainsi représentée par les doctorants. Quel investissement cela représente-t-il pour l’établissement ? « Sur les un peu plus de 12 millions d'euros dédiés à la recherche chaque année, l'UM2 investit plus de 6,3 millions d'euros dans la formation de ses doctorants », répond Ingrid Chanefo, directrice de la recherche et des études doctorales.

Un vecteur d’enrichissement interculturel Une politique particulièrement attractive pour les doctorants étrangers : ils sont plus de 400 à l’Université Montpellier 2 et viennent de 70 pays différents. « L'accueil de doctorants étrangers est un vecteur de rayonnement international, souligne Ingrid Chanefo. Un doctorant étranger qui

s'épanouit en thèse à l'UM2, personnellement et professionnellement, sera un des ambassadeurs de notre recherche, de notre formation et de notre région où qu'il soit dans le monde ». Comment se passe la poursuite de carrière de ces jeunes docteurs ? Plutôt bien si l’on en croit une récente étude. L’UM2 a interrogé 158 docteurs ayant soutenu leur thèse en 2008. Résultat : 3 ans après l’obtention de leur doctorat, plus de 90% des jeunes diplômés ont trouvé un emploi. Essentiellement dans la recherche publique et l’enseignement supérieur pour 77% d’entre eux mais aussi dans le privé pour 15 % des doctorants. 30 % des actifs interrogés travaillent à l’étranger et 20% exercent en Languedoc-Roussillon. à la question « comment avez-vous obtenu votre emploi », la grande majorité des diplômés répondent « grâce aux contacts noués pendant le doctorat ». Côté salaire le revenu net moyen déclaré s’établit à 2.032 euros. 

23 N°2 - 04.2012


Directions

La Direction des partenariats, moteur des échanges

L

a Direction des partenariats, baptisée IRIS (Innovation, Relations extérieures, International, Stratégie) lors de sa création en 2010, représente une véritable interface entre l’UM2 et le monde socio-économique et institutionnel. Pionnière parmi les universités françaises, la Direction des partenariats IRIS gère la promotion de l'UM2 et de ses partenariats, ainsi que les activités industrielles et commerciales qui y sont rattachées. Organisée autour de trois pôles et trois cellules, elle compte 25 agents agissant pour formaliser et faciliter le développement de partenariats de toute nature. Concrètement, juristes, ingénieurs de projets ou encore chargés d’affaires et gestionnaires mettent leurs compétences au service des enseignants chercheurs et des étudiants pour les accompagner dans la réalisation de leurs projets.

Pôle Relations Internationales et Mobilité (PRIM) La promotion des activités internationales de l'UM2 repose sur ce pôle. Des partenariats y sont développés avec des universités étrangères du monde entier afin de favoriser les échanges d’étudiants ou des personnels ou la mise en place de projets de recherche. Le PRIM coordonne les programmes d’échanges tels qu’Erasmus ou CREPUQ et assure le paiement des bourses de mobilité. C’est aussi le guichet d'entrée, en collaboration avec le PRES, des doctorants et chercheurs internationaux.

Pôle ingénierie de projets (IP) Son rôle principal se caractérise par l'accompagnement au montage de projets nationaux, européens et internationaux de formation et de recherche. Pour cela, une aide administrative est apportée aux étudiants, enseignants et chercheurs pour le lancement ou les réponses d'appels à projets. Le pôle assure de plus une veille quotidienne pour les informer des appels à projets et opportunités de financements et de partenariats.

Pôle Contrats et Valorisation (PCV) Le PCV soutient le développement de la participation de l'UM2 dans les partenariats industriels et institutionnels et la mise en réseau des différents acteurs. Il aide à la négociation et à la rédaction des contrats de partenariat, assure leur suivi 24 N°2 - 04.2012

technique et juridique. Enfin, il valorise les résultats de la recherche par différentes actions.

Cellule gestion de projets Erasmus Mundus Elle assure la gestion de projets d’excellence Erasmus Mundus financés par l'Union Européenne :  Les Erasmus Mundus Partenariats, programmes d’échanges universitaires et scientifiques entre l’UE et les pays tiers (Maghreb, Europe de l’Est, Asie du Sud Est, Jordanie, Syrie) ;  Les Erasmus Mundus pour la promotion de l’enseignement supérieur européen (SCEE avec la Sibérie) ;  Le Master et le Doctorat Erasmus Mundus en Ingénierie des Membranes.

Cellule Ingénierie des Membranes La Cellule s’inscrit dans la thématique Ingénierie des Membranes et des Milieux Poreux avec pour mission la promotion des partenariats entreprises/laboratoires ainsi que l’aide au développement de projets de recherche et développement et de formation. Elle travaille en étroite synergie avec la "European Membrane House".

Cellule prospectives et stratégies En cours de développement, cette cellule aura pour mission d’aider la direction dans son analyse prospective et stratégique des positionnements de l'établissement vis-à-vis de ses partenaires. 


L’Université Montpellier 2

côté jardin

C

ouper, tailler, faucher... la petite équipe des espaces verts œuvre chaque jour pour améliorer le cadre de vie de l'UM2.

Le travail du service des Espaces Verts est permanent... Il y a toujours quelque chose à faire !

La Direction de l'Environnement, l'Accueil et du Cadre de Vie (DEAC) assure des missions de service intérieur dans les domaines suivants : entretien, gardiennage, courrier, reprographie, transport, appuis logistiques divers... mais aussi l'entretien des espaces verts. Sous la direction de Stéphane Mestre, adjoint technique aux espaces verts, s’affaire une petite équipe de cinq personnes, « efficaces et passionnées par leur travail », souligne Alain Iberti, directeur de la DEAC.

Des journées bien remplies « L'équipe agit essentiellement pour la propreté des espaces verts et l'entretien de l'existant. Compte tenu des moyens humains et financiers, ainsi que de la masse de travail au regard de la superficie des espaces à gérer, il reste peu de temps à l'équipe des Espaces Verts pour entreprendre des travaux de création et d'aménagement », constate Alain Iberti. La priorité est à la maintenance. « Le travail est permanent et les tâches variées : entretien

Les espaces verts de l’UM2 en chiffres Campus du Triolet : 840 arbres dont 332 pins et 134 oliviers Superficie : 14 hectares d'espaces verts à entretenir  Budget annuel : 25 000 €  

du matériel, interventions urgentes provoquées par les événements climatiques de chaque saison, remise en état à la fin de chantiers de maintenance assurés par la direction du patrimoine... Il y a toujours quelque chose à faire ! », poursuit-il. Voilà de quoi bien remplir les journées. à ces actions ponctuelles s'ajoutent des actions majoritairement planifiées par la météo et les saisons comme l’élagage avant l'arrivée de l'hiver ou la tonte des pelouses méditerranéennes, appelées ainsi depuis que le service a cessé de les arroser, il y a quelques années, « par souci d'économie et d'écologie », précise le directeur de la DEAC. Lorsque des événements spéciaux ont lieu à l'UM2, le service des espaces verts est également sollicité, notamment pour la fourniture de décorations florales. Il arrive aussi parfois que des organisations extérieures à l’université s'en procurent auprès de la DEAC. « Tous les 2 ans nous en achetons de nouvelles pour remplacer les plantes devenues trop encombrantes que l'équipe des Espaces Verts s'empresse de planter sur le campus », ajoute Alain Iberti.

Ambiance zen pour le nouveau patio Dernière mission quelque peu « extraordinaire » en date : la transformation du patio, situé au rez-de-chaussée du bâtiment administratif. L'équipe a apporté de la couleur et a réorganisé cet espace pour créer une ambiance de fraîcheur et de calme.  25 N°2 - 04.2012


Dossiers des Conseils

Conseil d’Administration

Conseil Scientifique

L’Université Montpellier 2 est dotée depuis janvier 2010 des responsabilités et compétences élargies, elle assure donc la gestion financière et la rémunération de l’ensemble de son personnel. Le budget de l'université a été adopté par le Conseil d’Administration le 13 décembre 2011. Il s'élève en 2012 à 209,6 M€, dont 22 M€ d'investissements.

Le 17 janvier dernier, le Conseil Scientifique a voté son budget prévisionnel 2012. Dans un contexte budgétaire contraint, le CS a ainsi décidé de renouveler son soutien à des projets innovants et à forte prise de risque notamment à travers le financement de programmes pluridisciplinaires ou encore de projets structurants autour des grands équipements de recherche. Le CS apportera par ailleurs son concours à certaines actions internationales ciblées.

Lors de cette même séance, le projet ARIANE a été présenté aux administrateurs. Il vise l’amélioration de la qualité des services numériques par un développement de la fiabilité des informations et de l’équité de traitement des usagers

vis-à-vis de l’accès à ces services et des bénéfices à en retirer. Le Conseil d’Administration du 27 février 2012 a adopté la charte pour la création de l’Université Montpellier – Sud de France. Le projet, issu des discussions des équipes de direction des Universités Montpellier 1 et 2, engage ces universités dans une démarche de fusion. Il décline les objectifs stratégiques de l’Université Montpellier Sud de France, la gouvernance et la structuration qu’il est proposé de mettre en place pour les atteindre ainsi que la méthodologie choisie en groupe de travail et le calendrier associé. 

Conseil des Études et de la Vie Universitaire L’UM2 a décidé en 2008 de rétablir que 30% du FSDIE (Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Etudiantes) soit réservés aux actions d’aide d’urgence des étudiants. à la suite de la circulaire parue en 2011, le CEVU de l’UM2 a réaffirmé sa volonté d’affecter 30% du FSDIE à l’aide d’urgence des étudiants. Le bilan effectué par les assistantes sociales du CROUS confirme la nécessité absolue de cette affectation. Validation du DU « C2I2E ». Avant de donner un avis favorable à ce DU, le CEVU a apporté son total soutien à la motion votée par le conseil de l’IUFM : « Le Conseil d’Ecole de l’IUFM réuni le mercredi 8 février dénonce l’exigence ministérielle de certification c2i2e au moment

26 N°2 - 04.2012

de l’affectation en tant que professeursstagiaires des lauréats aux concours de l’enseignement. Il en dénonce également les conséquences financières : pour les universités qui ne reçoivent aucune dotation spécifique pour la préparation et la passation de cette certification par les étudiants inscrits dans les Masters enseignement et pour les étudiants hors Masters enseignement contraints de s’inscrire à titre payant à un DU C2I2E. Il demande que la certification C2I2E soit requise au moment de la titularisation des professeurs stagiaires et qu’elle soit prise en charge financièrement par le MEN. » De plus, le CEVU estime que les professeurs stagiaires doivent bénéficier d’un temps sur leur temps de travail pour suivre cette formation et obtenir la certification. 

Première réunion des Conseils Scientifiques UM1-UM2 Le premier Conseil Scientifique de l’année a été l’occasion de réunir les assemblées de nos deux établissements. Les vice-présidents ont évoqué un certain nombre de sujets sur lesquels les conseils auront à travailler dans la perspective d’une fusion de nos deux établissements. Cette première réunion fut l’occasion pour chaque directeur d’école Doctorale de venir présenter son bilan et son projet, dans le cadre d’un contrat annualisé d’objectifs et de moyens. Cette démarche, mise en place l’année dernière, permet de développer à l’échelle du site une politique commune devant aboutir prochainement à la création d’un collège doctoral. 


Publications

Publications Sida : mieux comprendre l’infection Un nouveau mécanisme de contrôle de l’infection et de la propagation du VIH dans les lymphocytes T vient d’être identifié par des chercheurs de l’Institut de Génétique Moléculaire de Montpellier (IGMM). Cette découverte publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences met en jeu la molécule Glut-1 qui a un rôle de transporteur du glucose à l’intérieur des cellules. Elle ouvre de nouvelles perspectives dans la lutte contre le VIH car en contrôlant l’expression de Glut-1, il devient possible d’empêcher la propagation du VIH aux cellules non infectées. …Proc Natl Acad Sci U S A. 2012 Feb 14;109(7):2549-54. Epub 2012 Jan 30. Glut1-mediated glucose transport regulates HIV infection. Taylor N et al.

Laisser du poisson pour les oiseaux La surpêche menace la survie des oiseaux marins : quand les stocks de poissons baissent en deçà d’un tiers de leur capacité maximale, le nombre de poussins chute. C’est ce que révèle une étude sur la relation proie-prédateur publiée dans Science et coordonnée par Philippe Cury du laboratoire Écosystèmes marins exploités. Ces travaux suggèrent que le principe de garder « un tiers pour les oiseaux » pourrait être utile dans la gestion future des écosystèmes marins. …Science. 2011 Dec 23;334(6063):1703-6. Global seabird response to forage fish depletion-onethird for the birds. Cury PM et al.

La mémoire de l’allaitement Le système endocrinien a-t-il une mémoire ? Une équipe de chercheurs de l'Institut de Génomique Fonctionnelle de Montpellier (IGF) a publié dans la revue en ligne Nature communications les résultats d’une étude qui montre que, chez la souris, les cellules endocrines hypophysaires qui régulent la lactation s'organisent en réseau lors d'un premier allaitement. Ce réseau est alors « mémorisé » afin d'être encore plus opérationnel lors de l'allaitement d'une seconde portée. Un même stimulus, en l’occurrence le tétée, effectué par la suite entraînera une réponse plus coordonnée et plus efficace.

…PDF : tin

yurl.c

e3 om/7hq8n

…Nat Commun. 2012 Jan 3;3:605. doi: 10.1038/ncomms1612. Existence of long-lasting experience-dependent plasticity in endocrine cell networks. Mollard P et al.

L’ouvrage incontournable des géosciences remis à jour Le géologue Yves Lagabrielle co-signe chez l’éditeur Dunod, la 14e édition du best-seller « Éléments de géologie » qui offre un panorama complet des Sciences de la Terre et de l’Univers, du Big Bang à l'origine de l'Homme en passant par toutes les disciplines des Sciences de la Terre (tectonique des plaques, géologie structurale, géophysique, minéralogie, pétrographie, géochimie, géomorphologie, sédimentologie…). Un incontournable pour les géologues et futurs géologues. 27 N°2 - 04.2012


@UMontp2

UniversitÊ Montpellier 2 sciences et techniques Montpellier | Languedoc-Roussillon | Sud de France Place Eugène Bataillon - 34095 Montpellier cedex 5 - France

www.univ-montp2.fr


UM2 Magazine n°2 Avril 2012