Page 1

DISPONIBLE EN TÉLÉCHARGEMENT SUR

Le magazine universitaire au cœur de science

www.univ-montp2.fr

Numéro 3 Juillet 2012

Michel Robert élu Président de l'Université Montpellier 2 Vie culturelle, projets pédagogiques, insertion professionnelle...

Projet RIDER à la pointe de la gestion de l'énergie L’herbier de l’UM2 passe au numérique

Nos étudiants ont du talent 1 Université Montpellier 2 SCIENCES ET TECHNIQUES N°3 - 07.2012

MONTPELLIER | LANGUEDOC-ROUSSILLON | SUD DE FRANCE


Sommaire 4

Dossier

18

 L'IAE Montpellier ouvert sur le monde

Nos étudiants ont du talent

10

Au cœur du campus

19

20

Vie des labos

À l’honneur à l’UM2

22

23

UM2 N°3 - JUILLET 2012

IMPRESSION Offset Deux Mille (France)

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Michel Robert

UNIVERSITÉ MONTPELLIER 2 Sciences et Techniques Place Eugène Bataillon 34095 Montpellier CEDEX 5 Tél. +33 (0)4 67 14 30 30 communication@univ-montp2.fr www.univ-montp2.fr

ONT COLLABORÉ À CE NUMÉRO Thierry Brassac, Marjolaine Casteigt, Anne Delplanque, Maeva Emsellem, Philippe Raymond CONCEPTION & MISE EN PAGE Olivier Piau, Agropolis Productions

2 N°3 - 07.2012

Composantes  L’IUT de Nîmes à la pointe de la domotique

 Lev Pitaevskii  Albert Fert  David Mainprice  Jacques Malavieille

RÉDACTRICE EN CHEF Aline Périault, aline.periault@univ-montp2.fr Tél. +33 (0)4 67 14 92 87

Formation  Deux jours pour créer une startup  Favoriser le contact entre les doctorants et l’entreprise

 L’UM2 à la pointe de la recherche sur la gestion de l’énergie  Mieux comprendre la Terre grâce au réseau CRYSTAL2PLATE

16

Innovation  L’herbier de l’Université Montpellier 2 passe au numérique

 Quand le théâtre s’invite sur le campus  L'UM2 fait pousser des graines de scientifiques  L'astronomie pour les tout petits  Focus sur la culture scientifique

14

International

Tirage : 2.500 ex. Dépôt légal : juillet 2012 ISSN : en cours Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses représentants est illicite (art. A du Code de la Propriété Intellectuelle).

Publications


Édito

J’ 1, 2, 3... taguez ! Le QR code, vous connaissez ? Ce drôle de carré permet, à partir de votre téléphone, d'accéder directement à du contenu électronique (page Internet, vidéo, contenu multimédia...) sans avoir besoin de saisir l'adresse correspondante. Muni de votre téléphone équipé d’un appareil photo et d’une application (gratuite) de lecture (QR Reader en anglais), Qrafter (iPhone), Goggles (Android), QR Code Scanner Pro (Blackberry), Bing (Windows Phone), trois étapes suffisent : 1. lancer l'application, 2. photographier le Qrcode, 3. lire le contenu. 

AI été élu, le 31 mai dernier, Président de l’Université Montpellier 2, et c’est avec fierté que j’assume cette nouvelle responsabilité.

Notre université vit un moment important de son existence avec, au niveau national, un changement de gouvernement et de nouvelles orientations dans le paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche et, au niveau régional, la volonté de mieux fédérer les universités, écoles et organismes. Dans ce contexte, le socle de mon action restera toujours mon attachement profond au service public universitaire et à ses missions fondamentales que sont l’élaboration des connaissances, leur transmission et leur valorisation. Nous avons la chance d’appartenir à une université au rayonnement scientifique exceptionnel, il est essentiel de continuer à en développer les atouts. La première richesse de notre établissement est sa matière grise, et en particulier celle de ses étudiants. Ne sont-ils pas des acteurs essentiels au succès de notre université ? Nous avons comme mission de les initier à la curiosité scientifique, de les éveiller au goût de la Science, de leur faire découvrir l’aventure de la recherche au-delà des techniques à acquérir, de leur montrer que la Science est la clef de l’innovation, pour qu’ils puissent agir sur leur propre avenir. Le dossier qui leur est consacré illustre leur implication et leurs réussites. Vous découvrirez également, à la lecture de ce numéro, une actualité très variée qui représente parfaitement la diversité des talents de tous les personnels de l’UM2 : projets artistiques et pédagogiques, innovation et technologies de pointe, exploration, création d’entreprises, internationalisation… autant d’occasions de vous faire partager notre passion pour l’université. Je vous donne rendez-vous pour le numéro de rentrée d’UM2, Le magazine universitaire au cœur de science, afin de vous faire connaitre l’équipe qui m’entoure, la dynamique qui nous anime, le projet que nous portons.

Michel Robert, Président de l’Université Montpellier 2 - Sciences et Techniques

3 N°3 - 07.2012


Dossier

Nos étudiants ont du talent

Ils réalisent des films, organisent des salons, font de la radio, participent à des concours dont ils reviennent bardés de récompenses : les 15.000 étudiants de l’Université Montpellier 2 font preuve d’un dynamisme hors du commun. Vie culturelle, projets pédagogiques, insertion professionnelle, ils sont sur tous les fronts. Focus sur six projets innovants et créatifs impulsés par les étudiants.

Les étudiants font rimer technologie et développement durable

A

VEC leur projet « Climat Drone », les étudiants de l’Université Montpellier 2 remportent 3 prix au challenge Green Tic Campus qui récompense les initiatives innovantes en développement durable.

Ils s’appellent Gwénaël Duclos, Lucas Gleizes, Anh N’Guyen et Patrick Pierquet. Ils sont étudiants en master Ingénierie en Écologie et en Gestion de la Biodiversité (IEGB) à l’Université Montpellier 2. Et ils sont les grands vainqueurs de la dernière édition du challenge Green Tic Campus. Ce concours organisé par SFR et Fondaterra propose aux étudiants d’innover pour un campus plus durable en s’appuyant sur les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). Plus de 60 équipes et 150 étudiants ont répondu présent et 6 équipes se sont qualifiées pour défendre leur projet lors de la finale de cette troisième édition du Challenge Green Tic Campus qui a eu lieu le 4 mai.

 Les grands gagnants du Challenge Greentic Campus : Lucas Gleizes, Guillaume Boguszewski (DronéA), Michel Qvistgaard, Patrick Pierquet

4 N°3 - 07.2012

Les candidats montpelliérains ont misé sur la thermographie grâce au projet « Climat drone ». Principe : utiliser un drone équipé d’un capteur infrarouge pour mesurer les déperditions de chaleur en hiver et de froid en été dans les bâtiments climatisés. Cette technologie innovante, moins coûteuse, plus efficace et plus flexible que celles habituellement utilisées en thermographie, permettrait de cibler précisément les fuites énergétiques des infrastructures et d’économiser de l’énergie.

Un drone pour détecter les déperditions de chaleur Un projet innovant qui a séduit le jury et le public : « Climat drone » a reçu le Grand prix 2012 mais également le Prix coup de cœur du public et le premier prix dans la catégorie Gestion environnement du campus. Les vainqueurs repartent avec la somme de 10.000 euros destinés à financer leur projet. « Cette victoire est le résultat d’un beau partenariat entre les étudiants, leur université et la startup DronéA », se réjouit Michel Qvistgaard, enseignant en master IEGB et responsable pédagogique du projet. La solution technologique a en effet été fournie par une startup hébergée à l’Institut d’Électronique du Sud sur le campus de l’UM2. Les vainqueurs souhaitent désormais pérenniser leur projet, par la création d’une association qui permettra le passage de relais d’une année à l’autre entre les étudiants montpelliérains avec le soutien de l’équipe enseignante. Soutenue par la ville de Montpellier, l’équipe de « Climat drone » espère rendre le projet opérationnel d’ici un an. 


Le salon des métiers de l’écologie pousse bien LEIN succès pour la 4e édition du Salon des Métiers et des Professionnels de l’Écologie, organisé les 7, 8 et 9 février 2012 par les étudiants de 3 masters de l’Université Montpellier 2. Un salon qui s’internationalise et attire désormais le grand public. © Mare Nostrum

P

Près de 1.700 visiteurs, professionnels, étudiants, collégiens et simples amoureux de la nature ; des intervenants venus de Mayotte, du Gabon, du Liban, du Parc de Yellowstone aux États-Unis… Mais aussi des soirées exceptionnelles qui attirent un public nombreux, et témoignent de l’intérêt grandissant pour les enjeux et les métiers de l’écologie. Le 8 février, en présence de Laurent Ballesta, photographe-plongeur et de Gilles Bœuf, Président du Museum National d’Histoire Naturelle, le film Ushuaia Coelacanthe était ainsi joué devant une salle comble à l’aquarium Mare Nostrum et retransmis en direct à l’UM2 dans un amphi bondé.

Les étudiants en deuxième année de trois masters dispensés à l’UM2 se sont en effet partagé le travail en plusieurs groupes : communication, logistique, intervenants…

Un salon professionnel organisé par les étudiants

Il s’agissait aussi d’ouvrir aux étudiants et aux lycéens de la région une fenêtre sur la réalité concrète des métiers de l’écologie. Et d’offrir à tous les acteurs de la filière « un espace de rencontre et d’échanges pour tisser des liens, et pour qu’entreprises et labos de recherche développent des projets communs » conclut Zoé Clin. Pari tenu pour cette édition. Les masters première année planchent déjà sur la prochaine… 

« Avec l’expérience des 3 éditions précédentes, le salon est entré dans une toute autre dimension », analyse Zoé Clin. Étudiante en master IEGB (voir encadré), Zoé est l’une des responsables de cet événement entièrement organisé par les étudiants avec le soutien des responsables pédagogiques.

Responsable du groupe de travail « éco-responsable », qui veille à limiter l’impact de l’événement sur l’environnement, Charlotte Foulon résume son expérience : « enrichissante, formatrice et professionnalisante ». C’est l’un des trois principaux objectifs du salon : permettre aux étudiants impliqués de vivre une expérience professionnelle grandeur nature.

TROIS MASTERS UM2 MIS EN RELIEF Le master BAEMT (Bioressources Aquatiques en Environnement Méditerranéen et Tropical) forme ses étudiants à la gestion des écosystèmes aquatiques marins et côtiers.  Le master IEGB (Ingénierie en Écologie et en Gestion de la Biodiversité) est une formation professionnelle préparant de futurs ingénieurs écologues généralistes aux métiers de l’environnement.  Le master DAIT (Développement et Aménagement Intégré des Territoires), ouvert aux étudiants du monde entier, bénéficie du label Chaire UNESCO du Développement Durable. 

5 N°3 - 07.2012


Dossier

Les futurs managers de l’IAE déjà en action

L

ES étudiants de l'IAE Montpellier mettent à profit leurs talents en s’investissant dans des projets associatifs et parfois très créatifs. Deux nouveautés cette année : la naissance de l’association Action IAE et la réalisation d’un court-métrage.

Les associations étudiantes animent la vie de l’IAE tout au long de l’année grâce à leur dynamisme et leur créativité. Le traditionnel BDE (Bureau des Élèves) et son équipe organisent des soirées à thèmes, des week-ends à l’étranger, des rencontres sportives et le gala de l’école qui rassemble chaque année les diplômés, les étudiants et les enseignants. L’équipe contribue également à promouvoir les formations de l’IAE dans les salons ou lors des journées portes ouvertes. En 2012, coup de projecteur sur l’IAE : les étudiants se lancent dans un projet de film avec le soutien de la WebTV de l’UM2. Le premier court-métrage de l’école est ainsi réalisé sur la base d’un scénario déjanté. I had a dream est un

POUR RESTER INFORMÉS SUR L'IAE Informez-vous sur Action IAE : … http://actioniae.wordpress.com

Suivez l'actualité du BDE de l'IAE sur Facebook et retrouvez le film I had a dream sur le site de la WebTV de l'UM2. … http://tinyurl.com/dream-iae

6 N°3 - 07.2012

film pétillant et humoristique mettant en scène les aventures d'un jeune homme très particulier, mi-étudiant, mi-héros… Cette année, l'IAE de Montpellier a vu naître une association pleine d'avenir à l'initiative de ses étudiants : Action IAE, Intervention pour l'Aide et l'Éducation. Action IAE est l’association à vocation humanitaire et culturelle de l’IAE Montpellier. Action n°1 : organiser le 4L Trophy en 2013, un challenge sportif et éducatif dont l’objectif est la collecte de fournitures scolaires pour les enfants les plus démunis du Maroc. Action n°2 : organiser des sessions de révision avant les examens en mode co-working. Action n°3 : organiser des sorties culturelles et l’accueil des étudiants Erasmus de l’IAE Montpellier. Ces projets développés par les étudiants sont soutenus par la direction et le service communication de l’établissement. Ils constituent des expériences valorisantes et très enrichissantes sur le plan profesionnel et personnel. À l’IAE Montpellier, les graines de managers sont déjà en action ! 


4

étudiants en cosmétique de l’UM2 récompensés

L

ES étudiants de la Licence professionnelle Parfums, Arômes et Cosmétiques de l’UM2 ont été primés pour la troisième année consécutive au concours U’Cosmetic.

 Les vainqueurs Julie Bègue, Claire Millereux, Priscilla Humbert et Florian Salles

C’est la troisième fois que les étudiants en filière Parfum, Arômes et Cosmétiques de l’Université Montpellier 2 reçoivent un prix au concours étudiant U’Cosmetic. Le 22 mars 2012, Priscilla Humbert, Julie Bègue, Claire Millereux et Florian Salles, étudiants en licence proPAC, ont reçu le Prix innovant « Cosmétique naturelle ou marine » pour leur assortiment de quatre gommages solides, composés exclusivement de matières premières naturelles. Le concept innovant repose sur la forme solide, en pot, à prélever à l’aide d’une spatule, la texture compacte fond alors sur la peau lors de l’application, libérant ainsi les exfoliants. La formule généreuse procure une extrême douceur à la peau, qui est également délicatement parfumée par les huiles essentielles des quatre coins du globe.

Un concept innovant pour un concours unique

Nord. Il récompense les idées les plus créatives autour de trois prix : le prix innovation « Cosmétique sans », le prix innovation « Cosmétique naturelle ou marine » et le prix spécial « Concept innovant ». Ce concours étudiant unique sur la thématique de la cosmétique est ouvert à tous les étudiants de filières d'innovation et de cosmétologie de France.

Le concours étudiant U'Cosmetic a été créé à l’initiative du master 2 de l’Université Catholique de l’Ouest Bretagne

La participation des étudiants a pu se faire grâce à une co-habilitation de la licence proPAC avec la faculté de phar-

macie de Montpellier dont les professeurs ont encadré l’option cosmétique. « Grâce à une équipe pédagogique dynamique, les étudiants de la filière proPAC s'investissent, utilisent leur savoir-faire scientifique et leur créativité pour décrocher chaque année cette récompense, un solide bagage pour ces jeunes qui rentrent rapidement dans la vie professionnelle », conclut Isabelle Parrot, responsable de la licence professionnelle PAC à l’Université Montpellier 2. 

7 N°3 - 0 N° 07 7..2 20 01 12 N°3 07.2012


Dossier

Valoriser les stages en entreprise des étudiants

T

ROIS étudiantes de la région Languedoc-Roussillon ont reçu le prix URIS – UM2 – CODIGE qui récompense les meilleurs stages en entreprise. Il vient souvent couronner plusieurs années d’études et permet aux étudiants un premier contact avec l’univers professionnel : le stage en entreprise. Les étudiants des écoles d'ingénieurs de la région ou en master 2 professionnel à l'université accomplissent généralement un stage d'au moins six mois au cours de leur dernière année d'études. Pour valoriser cette expérience qui met en étroite relation la formation et la profession, l’Union Régionale des Ingénieurs et Scientifiques de France (URIS) attribue chaque année des prix destinés à récompenser des rapports de stage en entreprise de qualité remarquable. Ce prix, créé par l’URIS en 1985, bénéficie de la participation du Collegium d’Ingénierie des Grandes Écoles du Languedoc-Roussillon (CODIGE) et de l’Université Montpellier 2.

Un tremplin vers l’emploi À l’issue de leur stage, les étudiants candidats soumettent leur rapport à un jury de douze à treize membres com-

8 N°3 - 07.2012

 Les lauréates 2012 : Élisa Valette, Anaïs Vernillet et Marie Serre

posé de professionnels (URIS-LR) et de formateurs (UM2 et CODIGE). Le jury, tout en appréciant la qualité du stage, porte une attention particulière à la rédaction du rapport, aux qualités d'insertion, de motivation et d'intérêt du stagiaire pour l'entreprise et aux qualités humaines et professionnelles révélées par le stage et son compte-rendu. « Les appréciations des deux tuteurs, pédagogique et entrepreneurial, constituent une information très importante, ainsi que l'avis motivé du directeur d'établissement ayant transmis le rapport »,

souligne Claude Drogue, président de l’Union Régionale Languedoc-Roussillon des Ingénieurs et Scientifiques de France. Pour l’année 2012, trois étudiantes ont été récompensées et se partageront un montant de 3.000 euros : Élisa Valette de l’École des Mines d’Alès reçoit le premier prix, Anaïs Vernillet de Montpellier SupAgro reçoit le deuxième prix et Marie Serre, étudiante à l’Université Montpellier 2 s’est vu remettre le prix du jury. Transition réussie pour les trois lauréates qui ont déjà décroché un emploi après avoir décroché leur diplôme. 


Radio

Campus Montpellier Un laboratoire d’expériences sonores ouvert à tous

R

ADIO Campus Montpellier a soufflé ses deux bougies en juin 2012. Ce jeune média étudiant sévit sur les ondes du 102.2 FM et en streaming. Au programme : information locale et culturelle, vie des campus, culture scientifique, vie associative et scène émergente. Le projet Radio Campus Montpellier a été impulsé en 2009 par les services culturels de l’Université Montpellier 2, de l’Université Montpellier 3 et de SupAgro Montpellier. Grâce à l’énergie d’une poignée d’étudiants et de personnels passionnés, soutenus par le réseau Radio Campus France, RCM obtient rapidement une fréquence hertzienne couvrant Montpellier et ses alentours. C’est en juin 2010 que les ondes du 102.2 émettent pour la première fois sur la bande FM depuis les studios de la Maison de Quartier Emma Calvé.

Aujourd’hui, la radio associative compte plus de quatre-vingt bénévoles et trois salariés chapeautés par le Conseil d’Administration composé d’étudiants et de professionnels. Le projet éditorial se veut ouvert aux étudiants, aux enseignants, aux journalistes en herbe, aux musiciens et artistes, ainsi qu’aux membres des associations et acteurs culturels locaux. L’équipe accueille les projets d’émissions et de partenariats tout au long de l’année. Elle recrute et accompagne les bénévoles dans leurs premiers pas sonores.

Rendez-vous sur le 102.2 FM et sur radiocampusmonpellier.fr. Pour la saison qui s’annonce, RCM prépare une grille de programmation ensoleillée : un agenda culturel quotidien, des places à gagner, des reportages et des invités, une playlist fraîche et éclectique. Radio campus accueille vos projets d’émission et vous invite à rejoindre l’équipe bénévole des techniciens, animateurs, reporters, programmateurs musicaux et gestionnaires. 

Rejoignez l'équipe des bénévoles Véritable laboratoire d’expériences radiophoniques, Radio Campus Montpellier constitue un espace d’expression exceptionnel pour les bénévoles qui souhaitent partager avec les auditeurs la richesse de l’actualité culturelle, scientifique et universitaire montpelliéraine.

… radiocampusmontpellier.fr Où : Radio Campus Montpellier Maison pour Tous Emma Calvé Impasse des Acacias. Montpellier Tél. +33 (0)4 67 52 78 41 contact@radiocampusmontpellier.fr Quand : accueil des bénévoles tous les mercredis de 14h à 18h.

9 N°3 - 07.2012


Au cœur du campus

Quand le

théâtre

s'invite sur le campus

L’

UNIVERSITÉ Montpellier 2 a accueilli pendant 6 mois la compagnie Primesautier Théâtre venue s’immerger sur le campus. Un beau moyen de créer des liens entre la recherche artistique et la recherche scientifique. Comment sensibiliser les étudiants et les personnels de l’université à la culture ? Une vaste question à laquelle le pôle culture de l’Université Montpellier 2 a apporté une belle réponse : faisons rentrer les artistes sur le campus. « Nous avons souhaité travailler avec des artistes qui pourraient créer des liens entre la recherche scientifique et la recherche artistique », explique Eléonore Mercier du pôle culture de l’UM2. C’est là que Primesautier Théâtre entre en scène. La compagnie relève le défi pour « faire connaître un peu mieux le monde de l’université et de la recherche au grand public », explique Hélène Sorin, administratrice de Primesautier. Pour les artistes l’objectif est double : travailler avec les étudiants en

10 N°3 - 07.2012

pratique amateur mais aussi travailler avec des professionnels pour diffuser le projet hors les murs.

« Montrer le monde et l’œil qui le regarde » Pour « créer des passerelles entre l’art et la science », les 6 comédiens vont s’immerger au contact des chercheurs pour se nourrir de leur matière première brute : la recherche scientifique. Puis la digérer, la synthétiser, l’élaguer pour mieux se l’approprier et la restituer au public. De ces multiples rencontres est née la production « L’art (n’)e(s)t (pas) la science » où chaque comédien aborde un thème scientifique de son choix allant de la politique de financement de la recherche aux nanotechnologies en passant par l’épineuse question de la science et de la religion. Une œuvre de

théâtre documentaire avec laquelle les artistes souhaitent « montrer le monde et l’œil qui le regarde », souligne la dramaturge Mary Reverdy. Défi réussi pour Primesautier théâtre qui se réjouit d’avoir trouvé dans cette démarche un public nouveau bien au-delà du milieu artistique. « Nous avons joué la présentation à l’UM2 devant une centaine de personnes ». Des scientifiques dans le public ? « Oui, répondent les comédiens. D’ailleurs les chercheurs qui ont assisté aux représentations se sont dits très satisfaits de voir leurs paroles ainsi portées sur scène. » Des paroles qui seront portées de théâtre en festivals dès l’automne par la compagnie Primesautier qui, en faisant rentrer l’art à l’université, a fait sortir la science vers le grand public.  Où : Pôle Culture, Bâtiment 34 04 67 14 48 34 culture@univmontp2.fr


L'UM2

fait pousser

des graines de scientifiques

C

OLLÉGIENS et lycéens férus de sciences se sont donnés rendez-vous à l’Université Montpellier 2 pour les finales régionales des concours « Faites de la science » et « C. Génial ». Comment éveiller des vocations scientifiques chez les plus jeunes ? Grâce à deux concours, « Faites de la science » et « C. Génial », dont les finales régionales se sont déroulées à l’Université Montpellier 2 le 2 mai dernier. Seize équipes de collégiens et lycéens se sont affrontées à coup de projets scientifiques. Au programme de cette année, beaucoup de projets tournés vers l’écologie. Ainsi les jeunes graines de chercheur du collège Condorcet à Nîmes se sont penchées sur les meilleurs moyens de remédier à la pollution de l’eau quand leurs concurrents du collège Lo Trentarel de Gignac ont exploré les possibilités de cuisiner sans électricité. Un vrai investissement pour ces collégiens et lycéens qui présentent leur projet sous l’œil critique d’un jury où officient des chercheurs. Deux projets

ont été récompensés. Le premier prix du concours « Faites de la Science » a été décerné au projet « sucre et soleil » pour lequel les jeunes du collège François Mitterrand de Toulouges s’intéressent à la cuisson de meringues grâce à l’énergie solaire.

Éveiller des vocations Pour le concours « C. Génial », le jury a récompensé le collège Joseph Delteil de Limoux pour son projet sur la police scientifique « De Sherlock Holmes à NCIS ». Une belle récompense pour ces scientifiques en herbe qui remportent un prix d’un montant de 500 euros et se qualifient ainsi pour les finales nationales. Objectif de ces concours : sensibiliser les élèves des collèges et des lycées à la démarche scientifique en leur faisant réaliser un projet en partenariat avec les universités. Et susciter des vocations scientifiques en éveillant leur goût pour les défis technologiques, la communica-

tion orale, le partage des connaissances, le travail en équipe et la parité filles/ garçons. Mission accomplie grâce au travail des chercheurs mais aussi des enseignants des lycées et des collèges. Sans oublier celui des scientifiques en herbe dont certains viendront peut-être grossir les rangs des étudiants en sciences après cette première expérience. 

11 N°3 - 07.2012


Au cœur du campus

L'

astronomie

pour les tout petits

Comment sensibiliser les tout petits aux secrets de l’astronomie ? C’est la question que s’est posée Denis Puy, chercheur au laboratoire Univers et Particules de l’Université Montpellier 2. Réponse : grâce à l’art. Le professeur d’astrophysique a créé un projet artistique et pédagogique autour du thème de l’astrophysique avec les enfants de l’école maternelle de La Rompude à Saint-Gély-du-Fesc et leurs instituteurs. « L’astronomie est d’une grande richesse de travail au niveau pédagogique, scientifique, artistique, plastique et langagier  », souligne l’astrophysicien. Le projet d’utiliser l’astronomie comme vecteur pédagogique a d’ailleurs séduit les professionnels de la société française d’astronomie et d’astrophysique qui ont financé ce projet.

12 N°3 - 07.2012

L’astronomie comme vecteur pédagogique Avec l’aide de 5 collègues et de ses étudiants en master, Denis Puy a commencé par initier les petits de 3 à 5 ans aux premiers éléments de l’astrophysique en leur expliquant les planètes, les étoiles et les constellations. Les astronomes en herbe ont ensuite eu droit à une visite au planétarium suivie d’une séance d’observation astronomique du soleil et de la lune à l’école maternelle. « Cette première approche de l’astronomie a permis aux élèves de poser les bases scientifiques du projet artistique de toiles de peinture », explique Denis Puy. Dans la deuxième phase du projet, les scientifiques et les instituteurs de l’école maternelle ont en effet demandé à l’artiste montpelliéraine Ch’ko d’aider les plus jeunes à exprimer leurs jeunes talents artistiques. Résultat  : plus de 150 toiles d’étoiles qui ont fait l’objet d’une exposition haute en couleur à l’Université Montpellier 2. 

© Christophe Mercier

L

ES chercheurs du laboratoire Univers et Particules de Montpellier font découvrir l’astronomie aux plus petits grâce à un projet artistique et pédagogique original.


Slurp Pôle Culture Scientifiq ue Institut de Botanique 163, rue Auguste Br oussonnet 34090 Montpellier

cs@

um

2.f

r

Chers curieux de sc iences, Mon nom est Myrm ecophaga tridacty la, mais vous pouv journal de l’UM2 po ez m’appeler Slurp * ur me présenter : . Je profite de cette je suis le nouveau rêve pour moi ! édition du médiateur du pôle culture scientifiqu e. Un job de Imaginez, nous pa ssons notre temps à enquêter sur des la relativité restrein sujets scientifiques te, les tardigrades, passionnants comm les régressions lin livermorium, Dmitr e : éaires, les gneiss i Mendeleiev ou Al lépidoblastiques, an Turing, les glypt le od on s ou le pin Wollem Mon surnom vient i… du fait que je suis terriblement effica coups par minute ce pour « slurper » les d’une langue qui me fourmis (jusqu’à 16 sure… 60 cm de lon forme) d’avaler jus 0 g !). Cela me perm qu’à 30.000 fourmi et (quand je suis en s ou termites par jou questions scientifi r… Je crois bien qu ques que les fourmi e j’aime autant les s ! Miam-slurp ! Mon travail au pôle culture scientifiqu e consiste à aider et les valeureux sta Amélie Bugel, Thier giaires à organiser ry Brassac, Eléonor des projets de cultu e Mercier re scientifique. En ce moment, la peluchologie a le ve nt en poupe (invitati science, un film sé on à Universcience lectionné par le fes -Paris pour la fête tival du film de ch thèques et des mu de la ercheurs de Nanc nicipalités en Fran y, des projets avec ce). Nous en somm riées, n’hésitez pa des médiaes à plus de 900 es s à contribuer à ce pères de peluches tte science en ple inventoin essor ! Ensuite, les bars de s sciences (avec le Pres-UMSF) et no le comité scientifiqu tre action de colla e de l’Agora des sa boration avec voirs nous permett rencontres humaine ent de réaliser de s. N’oubliez pas le belles ba r des sciences exce méditerranée à la maison des étudia ptionnel sur l’eau nts de l’UM2 le 18 en l’Institut Français octobre, en visioc de Marrakech (en onférre en partenariat avec l’IR nc ce e avec ec D). Nous travaillons au ssi (en collaboratio n avec la webTV) su d’éléments chimiqu r le Projet ATOME es par les chercheu TV V d’a ad rs, les scolaires, les do optio on on artistes et le grand Et enfin, ma mission publi b c. c. spéciale qui consist e à recueillir les no menées par les ch uvelles des mission ercheurs de l’UM2 s sc . cie ien en nttifi ifiq q qu ue ess Pour cela, vous qu i allez en mission sur le terrain (de Gi nie, du Vanuatu à gnac à la Papouasie Palavas), pourriez, de ess Cé vous m’adresser un évve en et tout et tout…) ra nn ne ess à la Patagoe vraie carte posta contant un peu de le (av av vec vo e le tre expérience sur e une précieuse ma tim mb bre, manuscrite b le terrain ? Cela no tière pour valorise uss p r les projets de rech pe erm er met ett ttr ra ait a it d’accumuler er ch e de l’Université. En vous remercian t par avance de ne pas m’oublier pend ant vos missions…

•e

…www.barsciences.fr …ww w.peluche.um2.fr …ww w.atome.um2.fr (Société Française

Pôle culture scientifi que : www.ecs.um2 .fr

99

23

21

(Projet ATOME TV)

uchologie ) * Mon créateur est l’illustrateur Gilles Macagno, qui a éga du pôle culture scie lement mis en scè ntifique et anime le ne le site internet site de vulgarisatio n : www.drosophile. net

04

de Pel

83

(Bar des sciences)

13 N°3 - 07.2012


Vie des labos

L'

UM2

à la pointe de la recherche sur la gestion de l’énergie

L’

UNIVERSITÉ Montpellier 2 s’associe au groupe IBM pour mettre ses compétences au service du projet RIDER. Objectif : optimiser l’usage de l’énergie dans les bâtiments en combinant énergies classiques et renouvelables en fonction des conditions de production et d’utilisation. Comment réduire les dépenses énergétiques ? C’est le défi relevé par le projet RIDER, Réseau et Inter connectivités des Energies Renouvelables. L’UM2 participe à ce grand projet porté par IBM et le pôle de compétitivité DERBI. Son but : développer un système d’information innovant permettant d’optimiser l’efficacité énergétique des bâtiments. Un réseau qui associe également l’université de Perpignan et de grands groupes industriels comme EDF, Cofely, Pyrescom et Coronis. À l’Université Montpellier 2, au

travers de son Co-laboratoire UM2-IBM, deux laboratoires mettent leur savoir et leur savoir-faire au service des économies d’énergies : l’IES (Institut d’Électronique du Sud) et le LIRMM (Laboratoire d'Informatique, de Robotique et de Microélectronique de Montpellier). « L’idée, c’est d’utiliser une sorte d’intelligence artificielle capable d’analyser une perte d’énergie anormale et de trouver une solution pour la réduire, en fait il s’agit de mettre en place une sorte de “web de l’énergie” », expliquent Alain Foucaran, professeur à l’UM2 et directeur de l’IES et François Briant, directeur scientifique IBM Montpellier, les deux « papas » du projet RIDER.

Une économie d’énergie de 30 % à 40 % par an De nouvelles méthodes de gestion dynamique des énergies et de traitement des données ont été réunies au sein d’un système intégrant plusieurs modules permettant de capturer et traiter les informations

UN PROJET PRIMÉ En 2010, le projet Rider était en finale du Prix de la croissance verte numérique et recevait le 1er prix dans la catégorie Recherche. Ce prix honorifique est remis à 5 acteurs qui développent des projets au service du développement durable. 14 N°3 - 07.2012

en temps réel, de récupérer et aiguiller les bonnes quantités d’énergies au bon endroit et au bon moment, d’effectuer les échanges énergétiques entre sources et consommateurs d’énergies et de prendre en compte l’influence des comportements humains sur les consommations énergétiques. Le système est testé depuis 1 an sur le centre informatique d’IBM Montpellier, l’un des plus importants d’Europe, mais aussi dans un bâtiment de la Région Languedoc-Roussillon et au théâtre Archipel de Perpignan. Et les premiers résultats sont largement à la hauteur des objectifs : « le système permet d’économiser entre 30 % et 40 % d’énergie par an », assurent Alain Foucaran et François Briant. Un pari réussi pour RIDER qui intéresse d’ores et déjà les collectivités et pourrait être installé à terme dans les éco-quartiers et notamment dans les villes retenues dans l’appel d’offres des éco-cités. 


Mieux comprendre la Terre grâce au réseau

CRYSTAL2PLATE

U

NE chercheuse du laboratoire Géosciences Montpellier est à la tête d’un réseau universitaire européen destiné à mieux comprendre les rouages de la tectonique des plaques. La Terre, ça marche comment ? Pour aider à décrypter les mécanismes qui régissent la surface de la planète et mieux comprendre la tectonique des plaques, l’Université Montpellier 2 participe à un réseau de formation et de recherche européen. Son nom : CRYSTAL2PLATE, du cristal à la plaque. À sa tête : Andrea Tommasi, chercheuse au laboratoire Géosciences Montpellier. Depuis une quarantaine d’année les chercheurs savent que la surface de la Terre est recouverte de plaques lithosphériques rigides mais mobiles. Pourquoi ces plaques bougent-elles ? À cause de la convection qui se produit dans le manteau terrestre. Un phénomène désormais bien compris par les scientifiques mais qui recèle encore quelques mystères. Comment expliquer notamment que sur Vénus où règnent également les phénomènes de convection et de volcanisme la surface

de la planète reste immobile ? Cette situation où les plaques lithosphériques participent à la convection semble propre à la planète Terre…

Mieux comprendre les rouages de la tectonique des plaques Où est donc ce moteur qui fait naître les plaques aux dorsales pour les avaler 100 millions d’années plus tard dans les zones de subduction ? Comment un continent peut-il se casser et former une dorsale  ? Comment s’amorce une zone de subduction ? Ce sont autant de questions auxquelles les chercheurs qui participent au réseau CRYSTAL2PLATE vont tenter de répondre. Ce réseau de formation initial financé dans le cadre des « Actions Marie Curie  » de la communauté européenne à hauteur de 2,7 millions d’euros met en jeu 7 universités européennes ainsi que 4 groupes industriels. « Ce projet permet le partage des savoirs au travers de projets pluridisciplinaires menés par 10 thésards et 2 jeunes chercheurs post-doctoraux, des enseignements et des ateliers spécialisés  », explique Andrea Tommasi. Le laboratoire Géosciences Montpellier

1600

0

1400

100

1200

1000 300 800 400 600 500 400 600 200

700 1000

1500

2000

2500 longueur (km)

3000

3500

0

température (°C)

profondeur (km)

200

a c cueille 3 thésards dont un en co-tutelle avec Grenade.

© NASA

Les géologues espèrent ainsi mieux cerner la multitude d’interactions qui déterminent les phénomènes tectoniques. L’interaction à grande échelle entre manteau animé par une convection thermique et plaques lithosphériques confronte en effet les chercheurs à des interactions à plus petite échelle entre processus chimiques et processus physiques. Ces dernières ont souvent lieu à l’échelle du cristal d’olivine, la « brique élémentaire » dont les propriétés vont déterminer tous les phénomènes tectoniques et la dynamique à grande échelle. Une gigantesque partie de mécano planétaire dont les géologues comprennent de mieux en mieux les règles du jeu.   Simulation numérique d'un panache mantellique initié à 700 km de profondeur (base de la boîte) sous la forme d’une anomalie de température de 250°C. Le panache s’élève verticalement jusqu’a la base de la plaque tectonique (bleu) puis est entrainé par celle-ci à une vitesse de 7,5 cm par an. © Roberto Agrusta

15 N°3 - 07.2012


À l’honneur à l’UM2

Lev Pitaevskii,

Albert Fert,

Docteur Honoris Causa de l’UM2

Commandeur de la Légion d'Honneur

La cérémonie solennelle de remise des insignes de Docteur Honoris Causa de l’Université Montpellier 2 au professeur Lev Petrovic Pitaevskii a eu lieu le 3 mai 2012. Le professeur Lev Petrovic Pitaevskii, est chercheur au Centre d’Excellence sur la Condensation de Bose-Einstein, INOCNR et Université de Trento (Italie). C’est un célèbre scientifique Italo-Russe dont le rayonnement scientifique est mondial. Durant sa carrière, Lev Pitaevskii a contribué aux développements les plus majeurs de la science physique du 20e siècle et il a marqué, avec la même profondeur d’esprit, l’histoire même de l’enseignement avec la rédaction de plusieurs volumes de la célèbre série de livres de physique théorique « Landau et Lifshitz ». Ouvrages qui ont formé, à partir des années 50, tous les physiciens théoriciens. L’étendue des contributions du professeur Pitaevskiii fait de lui une figure culturelle majeure sur la scène internationale. Le nom de Lev Pitaevskii est passé à la postérité dans l’histoire de la physique pour ses recherches sur les forces de Van der Waals-Casimir, l’étude de la superfluidité de l’hélium liquide, et en particulier pour l’établissement de la célèbre équation de Gross-Pitaevskii (1961) qui a permis de décrire les phénomènes fondamentaux des gaz quantiques. Cette équation nonlinéaire est un véritable paradigme qui a donné lieu à des dizaines de milliers de publications en physique expérimentale, en physique théorique et en mathématiques.  16 N°3 - 07.2012

Albert Fert, membre du Conseil d'administration de l'UM2, prix Nobel de physique, professeur émérite des Universités, membre de l'Institut et de l'Académie des Sciences, a été élevé à la dignité de Commandeur de la Légion d'Honneur. Albert Fert a reçu le prix Nobel de physique en 2007 pour sa découverte de la magnétorésistance géante dans des multicouches magnétiques métalliques (Fe/ Cr) qui est à l’origine du développement d’une nouvelle électronique : l’électronique de spin ou spintronique. Cette découverte majeure a ouvert la voie à des applications dans l’acquisition, le stockage et le traitement de l’information comme les têtes de lecture à magnétorésistance géante des disques durs magnétiques qui équipent de nos jours tous les ordinateurs. Le groupe d’Albert Fert joue actuellement un rôle majeur dans les recherches sur la magnétorésistance tunnel et la commutation magnétique par transfert de spin qui peuvent avoir un impact significatif dans la technologie des ordinateurs du futur. 


David Mainprice,

Jacques Malavieille,

élu « AGU Fellow 2012 »

reçoit la médaille Stephan Mueller

David Mainprice, directeur de recherche CNRS au laboratoire Géosciences Montpellier a été élu « AGU Fellow 2012 » par ses pairs pour sa contribution scientifique exceptionnelle dans le cadre de ses travaux sur la physique des roches et minéraux liés aux problèmes de sismologie et de géophysique. David Mainprice, pétrophysicien, a vu bien des horizons avant de se poser à Montpellier en 1986 avec l’équipe d’Adolphe Nicolas dédiée à l’étude de la dynamique du manteau. D’origine britannique il a fait ses études à Londres avant de s’envoler pour Canberra en Australie et d’y préparer une thèse sur la mécanique des roches. C’est alors l’époque des grands profils sismiques ECORS qu’il faut interpréter. De la déformation à l’orientation préférentielle des minéraux et aux propriétés sismiques qui en découlent, il n’y a qu’un pas. Dave écrit alors un programme qui traduit l’orientation des minéraux en propriétés sismiques et ouvre un immense champ d’exploration à la sismologie. La rencontre avec Paul Silver qui utilise les ondes sismiques SKS pour explorer la géodynamique du manteau va faire exploser cette nouvelle discipline, d’autant que grâce à l’EBSD, mode d’imagerie en diffraction d’électrons rétrodiffusés (dont Dave met au point la technique à Montpellier en 1998) les mesures d’orientations préférentielles peuvent s’effectuer à des vitesses jamais vues auparavant et depuis peu, in situ. David Mainprice a par ailleurs encadré 10 thèses et est l’auteur de 120 publications de rang A. 

Ce 26 avril, à Vienne en Autriche, Jacques Malavieille, directeur de recherche CNRS, a reçu la médaille Stephan Mueller décernée par l'Union Européenne des Géosciences (EGU). Cette médaille lui a été attribuée en considération de sa remarquable contribution scientifique dans le domaine de la tectonique, en particulier pour ses travaux sur les processus de déformation lithosphérique dans les chaînes de montagnes. Initialement formé à la géologie des chaînes de montagnes par Maurice Mattauer, Jacques Malavieille a très rapidement développé une approche originale et complémentaire qui s'appuie sur la modélisation expérimentale en laboratoire. Grâce à ses modèles il a mis en évidence les processus majeurs qui contrôlent l'évolution des chaînes de montagne, de leur naissance jusqu'à leur totale disparition. Il a ainsi grandement contribué à ce que Montpellier devienne un des centres mondiaux de la modélisation analogique. Mais pour comprendre le fonctionnement des chaînes de montagne de régions aussi différentes que le Tibet, Taiwan ou la Corse, Jacques a toujours pris le temps nécessaire à l'étude de ces objets géologiques sur le terrain. Il a par ailleurs encadré plus d'une dizaine de thèses et est auteur de plus de 100 publications dans des revues internationales. 

17 N°3 - 07.2012


International

L'

IAE Montpellier ouvert sur le monde

D

OUBLES-DIPLÔMES à l’étranger, formations en anglais et développement des partenariats en Asie : l’école universitaire de management marque des points sur l’échiquier international. L’IAE Montpellier accueille des étudiants du monde entier et propose plus de cinquante destinations à ses futurs managers globe-trotters. En 2012, de nouveaux projets font rayonner l’Institut au plan international. Aux accords d’échanges s’ajoute maintenant la mise en place de doubles diplômes avec des universités étrangères.

L’IAE ne s’arrête pas là et poursuit son développement en Asie. Le lancement d’un double master en Banque et Assurances avec Burapha est prévu pour 2013. Autre projet en vue : un double master en Systèmes d’Information et Ressources Humaines (SIRH) avec l’Université Nationale du Vietnam à Hanoï. Le Groupe Sup de Co reste un partenaire privilégié. Les deux écoles mettent en place un triple diplôme en Management Européen avec la Corée du Sud. In situ aussi, l’IAE s’internationalise. L’objectif est de passer progressivement tous

les masters dans la langue de Shakespeare. Le BIMB (Bachelor of International Management and Business) permet à des étudiants étrangers de suivre un bachelor totalement enseigné en anglais. Le GIB (Graduate International Business) est un diplôme d’université positionné à un niveau master 2 complètement dispensé en anglais. Depuis la rentrée 2011, le master CAI est également enseigné en anglais. Les enjeux à l’international sont clairs : reconnaissance et valorisation des diplômes et de la recherche en management, attractivité et insertion professionnelle des étudiants. Les initiatives de l’Institut démontrent une véritable volonté d’offrir un monde d’opportunités à ses étudiants. L’IAE Montpellier bientôt accrédité à l’échelle internationale ?   Les relations internationales de l'UM2, l'IAE et la National Taïwan University.

© Jess es ie Eveillard

Dans le cadre du double diplôme avec l’Université de Burapha en Thaïlande, le master Chargé d’Affaires International parcours « marchés asiatiques » a accueilli quatre thaïlandais, deux cambodgiens et une laotienne au second semestre. En

juin, l’IAE et le Groupe Sup de Co Montpellier verront se concrétiser un deuxième projet avec Burapha : un double master en Management Européen. Grâce à ces doubles-diplômes, les étudiants étrangers sont inscrits à l’IAE dans des diplômes nationaux.

18 1 8 N°°3 - 07.2 N 07 0 7.2 20 01 12 N°3 07.2012


Innovation

L'

herbier de l’Université Montpellier 2

passe au numérique

G

RÂCE au succès du projet E-ReColNat retenu par l’appel d’offre Investissements d’Avenir, l’Université Montpellier 2 recevra 7,5 millions d’euros pour numériser des échantillons d’herbier. Il y a un trésor caché derrière les murs de pierre de l’Institut de botanique de Montpellier. 3,5 millions d’échantillons de végétaux en tout genre entassés sur 5 kilomètres de rayonnage : l’herbier de l’Université Montpellier 2. Cette collection inestimable, troisième herbier de France, sera prochainement numérisée dans le cadre du projet E-RecolNat, lauréat des Investissements d’Avenir. « L’ensemble du projet E-RecolNat a été doté de 16 millions d’euros dont 7,5 millions sont attribués à l’Université Montpellier 2 qui se chargera de numériser des échantillons d’herbier du sud de la France, explique Véronique Bourgade, conservatrice de l’herbier. Ce projet permettra de numériser plus d’un million d’échantillons appartenant à l’herbier de Montpellier ».

Un projet scientifique et citoyen Un travail de fourmi qui attend les botanistes : chaque échantillon devra être soigneusement attaché sur les planches avant d’être transporté vers la plate-forme de numérisation. Étape suivante : constituer, à partir des images

numériques, une base de données qui offrira un accès libre aux collections par Internet. Pour cette phase du projet, les passionnés de botanique professionnels comme amateurs seront appelés à amener leur pierre à l’édifice. « Un programme de reconnaissance d’écriture va décrypter les étiquettes apposées sur les planches, mais en parallèle les citoyens seront mobilisés pour participer à l’élaboration de la base de données », explique Véronique Bourgade.

dans des conditions plus adaptées. « Car si la numérisation permet de créer un double numérique, ça ne remplace pas la planche originale », rappelle le directeur du Pôle patrimoine. 

net

2-Son

© UM

L’herbier, un outil moderne de recherche « Cette reconnaissance vient confirmer que l'herbier est un outil majeur de la recherche moderne en botanique » souligne Luc Gomel, directeur du Pôle Patrimoine scientifique de l’Université Montpellier 2. Prochaine étape pour préserver ce patrimoine scientifique, historique et culturel : relocaliser l’herbier dans des locaux permettant de conserver les échantillons  Planche d’Eupatorium de l’« herbier Chirac », XVIIe siècle, inscrit au titre des Monuments Historiques.

19 N°3 - 07.2012


Formation

Deux jours pour créer une startup L

Ils sont designers, développeurs, marqueteurs, ingénieurs ou porteurs de projet. Étudiants, professionnels ou simplement intéressés par l’entreprenariat. Ils viennent de la France entière. Et ils ont 54 heures devant eux. 54 heures pour transformer en un temps record une idée abstraite en un projet concret de réalisation d’entreprise. Pour la centaine de participants réunis du 11 au 13 mai à POLYTECH Montpellier dans le cadre de ce « startup week-end », le défi est de taille. Et les entrepreneurs en herbe se donnent les moyens de leurs ambitions  : « Certains dorment à peine trois petites heures en trois jours  », explique Anthony Astoul, étudiant en informatique à POLYTECH Montpellier et co-organisateur de l’évènement.

Pendant ces 3 jours de travail acharné, 15 équipes composées de 5 à 10 personnes défendent leur projet de création d’entreprise. Des chefs d’entreprise, des juristes, des consultants se transforment pour l’occasion en véritables coaches qui aident les futurs entrepreneurs à mûrir leur projet. « Le but est d’arriver à éclaircir l’idée du porteur de projet pour la rendre innovante et surtout rentable et d’établir un business plan », explique Thibaut Rouquette, étudiant à POLYTECH Montpellier et aux manettes de l’organisation de ce week-end. Au terme de ce marathon de l’innovation, les équipes présentent leur projet à un jury composé de six experts en entreprenariat, de directeurs d’incubateur et de business angels. Cinq projets ont été récompensés et le grand vainqueur de cette édition 2012, plébiscité à l’unanimité par le jury, est un projet intitulé « Pick a talent ». Objectif : développer un logiciel permettant aux recruteurs de détecter les professionnels potentiellement débauchables. Les gagnants verront leur projet accompagné

par le Business Innovation Center (BIC) de Montpellier. Une victoire de bon augure pour les porteurs du projet puisque la précédente édition du startup week-end à Montpellier avait donné lieu à la création de trois entreprises. Et un bilan excellent pour les jeunes organisateurs qui se félicitent d’un succès qui est allé bien au-delà de leurs espérances. 

STARTUP WEEK-END Depuis la naissance du concept aux EtatsUnis en 2007, les startup week-end ont été à l’origine de la création de centaines d’entreprises. Cette association est devenue le plus gros incubateur de projets innovants au monde avec plus de 300 événements dans 40 pays, 35 000 participants et plus de 560 entreprises créées.

… http://montpellier.startupweekend.org

20 2 0 N° N °3 - 07 0 7.20 .2 201 012 N°3 07.2012

© Julien Rouquette

E temps d’un week-end, une centaine d’étudiants et de professionnels de l’entreprenariat se sont retrouvés à POLYTECH Montpellier sur le campus de l’Université Montpellier 2. Objectif : tenter de créer une startup.


Favoriser le contact tact entre les doctorants nts et l’entreprise L A Maison des Écoles Doctorales multiplie les initiatives pour favoriser les relations entre les doctorants de l’Université Montpellier 2 et le monde de l’entreprise.

Si le doctorat reste la voie royale pour un poste dans le secteur public, de plus en plus de docteurs s’insèrent dans le privé. À l’UM2, 77 % des docteurs diplômés en 2008 ont trouvé un emploi dans la recherche publique et l’enseignement supérieur. Et près de 15 % dans le privé. Pour aider les jeunes doctorants à tisser des liens avec le monde économique, la Maison des Écoles Doctorales (MED) met en place des actions originales et efficaces. La 7e édition des « Rencontres Docteurs & Entreprises » a été organisée le 21 juin 2012 sur le campus de l’UM2. Objectif : présenter aux entreprises le profil de compétences des doctorants et docteurs. Au programme, des rencontres individualisées mais également des initiatives originales comme le concours de CV-posters, une façon pertinente de présenter les parcours et compétences des doctorants. Une opportunité pour les futurs docteurs de valoriser leurs

compétences mais une aubaine également pour les entrepreneurs. Innovants et créatifs, les docteurs constituent en effet un atout majeur pour les entreprises dans un monde économique en perpétuel changement.

Des rendez-vous qui créent de l’emploi Autre initiative destinée à favoriser les contacts doctorants – entreprise : les Doctoriales. Une semaine de rencontres organisée au mois de mars à Mèze, au bord du bassin de Thau. Objectif : induire une démarche personnelle du doctorant et lui donner une attitude entreprenante. La 16e édition de cet évènement organisé par la MED en partenariat avec les écoles doctorales et les établissements d'enseignement supérieur a réuni des doctorants de toutes disciplines confondues pour les sensibiliser au monde de l'entreprise par la mise en place d'ateliers divers favorisant les échanges entre jeunes chercheurs et chefs d'entreprise.

LES DOCTORANTS DE L’UM2 EN CHIFFRES L’Université Montpellier 2 accueille plus de 1000 doctorants dans 6 écoles doctorales couvrant l’ensemble des domaines du savoir.  Les doctorants représentent un tiers de la « force de recherche de l’établissement ».  L’UM2 investit chaque année plus de 6,3 millions d’euros dans la formation de ses doctorants. 

Des professionnels expérimentés (DRH, consultants...) ont apporté des conseils aux doctorants dans l'élaboration de leur projet professionnel et leurs perspectives d'avenir « après-thèse ». Répartis en groupe de travail et encadrés, les jeunes chercheurs ont vécu des mises en situation tout au long de la semaine. Au programme : communication, contexte de l'emploi, découverte de l'entreprise et innovation. Ces rendez-vous qui facilitent la communication entre les jeunes chercheurs et les entreprises ont contribué à ce jour à de nombreux recrutements et à la création de réseaux professionnels. Ils représentent un espace de rencontre et d’échange d’autant plus incontournable qu’à terme près d’un docteur sur deux poursuit sa carrière dans le secteur privé. 

21 N°3 - 07.2012


Composantes

L'

IUT de Nîmes à la pointe de la domotique L’

INSTITUT Universitaire de Technologie de Nîmes fête cette année ses 20 ans d’autonomie. Deux décennies qui ont permis à l’IUT de devenir une référence en matière de domotique, la science de la maison intelligente.

L’IUT de Nîmes a fêté le 24 mai ses 20 ans d’autonomie. L’Institut qui a vu le jour en 1968 a en effet élu son premier directeur en 1992. En deux décennies, l’IUT de Nîmes est devenu un acteur incontournable de la recherche et de l’enseignement en Languedoc-Roussillon. « L’IUT constitue un espace privilégié d’échanges d’expériences et d’expertise entre les professionnels de l’enseignement, de la recherche fondamentale, les acteurs socio-économiques et les organismes de recherche », souligne Salam Charar, directeur de l’IUT. Autant de spécificités qui permettent à l’IUT de « favoriser le lien enseignement – recherche – entreprise ». Une dynamique qui a notamment permis à l’IUT de se positionner comme une référence en matière de domotique, l’ensemble des techniques du Génie Civil à l’informatique en passant par l’électrique qui permettent de rendre une maison intelligente. Objectif : optimiser la maîtrise de l’énergie, améliorer le confort, favoriser la sécurité.

20 m² de technologie de pointe

L’IUT a inauguré en 2011 sa maison intelligente : une maisonnette de 20 m², fruit de 2 ans de travail pour les étudiants de l’IUT et leurs enseignants en partenariat avec de grands groupes industriels. La première année universitaire, le département Génie Civil a réalisé une maison à ossature bois isolée par des bottes de paille, un procédé original inspiré de techniques anciennes. La deuxième année, le département Génie Électrique et Informatique Industrielle a procédé à l’équipement technique de la construction en y intégrant un pilotage à distance des différents éléments.

Résultat : un véritable concentré de technologie dédié à l’économie et à la parfaite maîtrise de l’énergie. Des planchers chauffants, un niveau d’éclairage qui tient compte des apports extérieurs, des détecteurs de présence pour éviter de laisser une pièce inoccupée éclairée, une mini-station météo qui délivre des informations sur la vitesse du vent et la température aux appareils de chauffage, un capteur de teneur en CO2 qui régule la ventilation. Autant d’innovations technologiques qui permettent de réduire les dépenses énergétiques.

L’IUT EN CHIFFRES 1200 étudiants 45 enseignants-chercheurs répartis dans 12 UMR  43 enseignants du second degré  45 BIATOSS  280 intervenants extérieurs  

22 N°3 - 07.2012

La maison intelligente qui servira de support pédagogique pour les étudiants de l’IUT de Nîmes représente également une passerelle vers l’entreprise : elle pourra être utilisée par des professionnels qui désirent se spécialiser en système de gestion technique du bâtiment.

Modernité et tradition L’IUT de Nîmes met également son savoir et son savoir-faire en matière d’habitat au service du développement durable. Le département Génie Civil s’est frotté aux contraintes de ce mode de construction pour bâtir la cabane du gardian, une maison à ossature en bois des Cévennes associée à un dallage sur un puits provençal. L’isolation de la maison est assurée par du « Métisse », un isolant réalisé à partir du recyclage de jean et de pull-overs arrivés en fin de vie. La toiture est assurée par une couverture en paille de riz. « Cette cabane de gardian sera à terme une vitrine du savoir-faire technologique de l’IUT dans le respect de la tradition », précise Claude Campagne le directeur adjoint de l’IUT. Des projets innovants et porteurs qui sont le fruit d’une collaboration entre toutes les filières de l’IUT et qui reflètent l’importance de la recherche pour la promotion de la pédagogie technologique et professionnalisante à l’IUT de Nîmes. Des réussites qui mettent également en lumière le travail réalisé en partenariat avec les professionnels : « l’ensemble des projets développés par l’IUT de Nîmes le sont en étroite collaboration avec le monde professionnel, des fournisseurs de produits et d’équipements aux entreprises de mise en œuvre », conclut Salam Charar. 


Publications

Publications Pourquoi je n’ai pas inventé la roue L'évolution des espèces vivantes repose sur un outil d'une extraordinaire efficacité : la sélection naturelle qui « choisit » les meilleures possibilités et en assure la survie au fil des générations. Les chercheurs en évolution humaine se demandent si l'homme, animal culturel par excellence, subit lui aussi les effets de la sélection. La politique, la morale, voire la religion, auraient-elles des racines biologiques ? Avec le livre Pourquoi je n’ai pas inventé la roue et autres surprises de la sélection naturelle publié aux éditions Odile Jacob, Michel Raymond, chercheur à l'Institut des sciences de l'évolution de Montpellier, apporte de surprenants éléments de réponse, qui viennent brouiller la frontière trop commodément tracée entre nature et culture.

La solidarité écologique Notre époque connaît une phase d’épuisement des ressources naturelles, de révolution technologique, d’érosion de la biodiversité, d’altération de nos liens à la nature, de déficit de relations sociales, de perte de sens au sujet de notre « être au monde ». Comment convertir cet abattement ordinaire en une reconquête de l’avenir ? Avec le livre La solidarité écologique, ce lien qui nous oblige, publié chez Actes Sud, Raphaël Mathevet, chercheur au Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive de Montpellier, met en lumière une écologie de la réconciliation.

L'eau au cœur de la science Changement climatique, surexploitation des ressources, impacts anthropiques sur l'environnement : la question de l'eau s'impose comme l'un des défis majeurs du 21e siècle. La répartition et la disponibilité de l'eau, ses usages et sa qualité sont également au cœur de la recherche scientifique, comme en témoigne l’ouvrage L’eau au cœur de la science publié aux éditions IRD à l’occasion du Forum mondial de l’eau et coordonnée par les hydrologues Bernard Pouyaud, directeur de recherche à l’IRD, Éric Servat, directeur du laboratoire Hydrosciences Montpellier et Pierre Chevallier, directeur de recherche à l'IRD.

Le bruit silencieux des gènes bactériens En collaboration avec des chercheurs du laboratoire CBS et de l’INRA, les chercheurs de l’équipe « Biophysique théorique et biologie des systèmes » ont montré que les fluctuations d’expression des gènes bactériens peuvent être quantifiées avec une précision inégalée. La compréhension de la relation entre les mécanismes moléculaires et le bruit dans l’expression génétique ouvre des perspectives intéressantes pour la maîtrise de la part aléatoire de l’expression dans les constructions en biologie de synthèse. Ces résultats sont publiés dans le numéro du 3 janvier 2012 de la revue PNAS. …Ferguson, M., Le Coq, D., Jules, M., Aymerich, S., Radulescu, O., Declerck, N., and Royer, C. Reconciling molecular regulatory mechanisms with noise patterns of bacterial metabolic promoters in induced and repressed states. Proceedings of the National Academy of Sciences USA 109, 1 (2012), 155-160. 23 N°3 - 07.2012


@UMONTP2

Université Montpellier 2 SCIENCES ET TECHNIQUES MONTPELLIER | LANGUEDOC-ROUSSILLON | SUD DE FRANCE PLACE EUGÈNE BATAILLON - 34095 MONTPELLIER CEDEX 5 - FRANCE

www.univ-montp2.fr

UM2 Magazine n°3 Juillet 2012  

Le troisième numéro dévoile les projets innovants et créatifs des étudiants de l'UM2. Le magazine universitaire au cœur de science vous invi...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you