Issuu on Google+

LE POGO

AUX YEUX ROUGES SARBACANE

JeanVautrin /EugénieLavenant


Qui était-il ? D’ou venait-il ? Pourquoi m’avoir choisi plutôt qu’un autre ?

UN MATIN, À L’HEURE OÙ LES BOUCHES SENTENT LE CAFÉ NOIR, IL S’EST APPROCHÉ DE MOI DANS LA RUE.

Paye-moi un coup, môme La Fayette. Tu ne le regretteras pas.

7


IL ÉTAIT EN SMOKING, UN HABIT DONT LA JAQUETTE ÉTAIT LUSTRÉE PAR L’USURE. LE PANTALON GANCÉ ÉTAIT RENTRÉ DANS UNE PAIRE DE BOTTES EN CAOUTCHOUC. DES BOTTES À L’AIGLE, IL A PRÉCISÉ. INUSABLES.

ON S’EST DÉVISAGÉS.

8

PARIS AU MOIS D’AOÛT, IL FAISAIT UNE CHALEUR D’ENFER.


NOUS, AU BORD DU TROTTOIR.

LUI, LES MAINS PENDANTES. LE SANG AU BOUT DES DOIGTS. ÇA AURAIT PU DURER DES HEURES. IL NE BOUGEAIT PAS. UNE PATIENTE MÉLANCOLIE S’ÉTAIT MISE À SUINTER DE SON REGARD D’ALCOOLIQUE. IL ATTENDAIT QUE JE ME DÉCIDE. IL SOURIAIT PRESQUE.

Je sais que les cargos qui traversent l’Atlantique transportent aussi des mouches, mais moi, ce que je trimballe est autrement plus lourd. Je te jure que c’est énorme ! Énorme ! Et t’as drôlement intérêt à m’écouter.

9


10


À CETTE ÉPOQUE-LÀ, VINGT-TROIS HIVERS À PEINE SOUFFLÉS, J’ÉTAIS JEUNE JOURNALISTE.

J’AURAIS DONNÉ N’IMPORTE QUOI POUR ÊTRE UN GLAÏEUL. GAGNER L’ÉTAPE. AVOIR UNE PEAU À NEUF VIES. ÊTRE JACK LONDON. SUCER DU PULITZER. OU FAIRE LA PIGE À RING LARDNER. J’ÉTAIS DOUÉ D’UNE PERSONNALITÉ ASSEZ ENTREPRENANTE EN SOMME. J’ÉTAIS PLUTÔT TEIGNEUX SUR LE MÉTIER. RIEN NE ME REBUTAIT.

11


J’AI BAISSÉ LES YEUX SUR SES BOTTES. CE TYPE-LÀ, JE SENTAIS BIEN, MALGRÉ LA MERDE QUI PUAIT À LA CHALEUR, AVAIT LA BLANCHEUR SUCRÉE DU LAIT MATERNEL. PAROLE, J’AVAIS CONFIANCE EN LUI. IL CONTENAIT QUELQUE CHOSE.

D’accord. Je veux bien m’asseoir à la même table que vous. Mais ne me demandez pas de boire dans votre verre.

12

Bien vu môme La Fayette, je porte sûrement en moi assez de microbes pour couler un porteavions, mais ça n’est pas ça qui doit arrêter ta gourmandise.


IL A ÉMIS UNE SORTE DE RICANEMENT DÉSACCORDÉ. CHEZ LUI, LA GAIETÉ N’AVAIT PAS DE RÉSONANCE INTÉRIEURE. ELLE AFFICHAIT JUSTE UN ASPECT PHYSIQUE. ELLE RETROUSSAIT LES JOUES, COMME C’EST L’HABITUDE POUR EXPRIMER LA JOIE ET D’AUTRES SENTIMENTS DU MÊME ACABIT, MAIS ELLE S’ASSORTISSAIT D’UN PEU D’ÉCUME BLANCHE AU COIN DES LÈVRES.

Tu verras, journaliste, quand je t’aurai raconté ma merde, tu penseras plus à t’essuyer.

13


IL A RAMASSÉ BRUSQUEMENT LE SAC DE VOYAGE QU’IL AVAIT POSÉ PRÈS DE LUI. IL A FAIT FLOC DANS SES BOTTES DE CAOUTCHOUC ET S’EST APPRÊTÉ À TRAVERSER LA CHAUSSÉE AU MILIEU DES BAGNOLES.

Eh bien ! Je t’attends, mother fucker !

ET IL S’EST TENDU COMME UN ATHLÈTE QUI PREND SES MARQUES. 14


DEVANT LUI, LE MACADAM FONDAIT. DÉJÀ MÉLASSE, MALGRÉ L’HEURE MATINALE. C’ÉTAIT L’HEURE DES BUREAUX. LES RUES ÉTAIENT EN CRUE. ÇA DÉFERLAIT SUR LE TROTTOIR D’EN FACE. RIEN QUE DES SECRÉTAIRES.

Je t’attends de l’autre côté. Et si t’es pas là dans un quart d’heure, je ne te parlerai plus jamais.

IL S’EST JETÉ DANS LE COURANT DE LA CIRCULATION. ET ALORS LÀ, LES AUTOMOBILISTES, ÇA N’A PAS TRAÎNÉ. ÇA BITONNAIT DANS TOUS LES SENS. MAIS C’ÉTAIT À CES GARS-LÀ QUI FAISAIENT DE LA VITESSE ET QUI AVAIENT DES SITUATIONS DE SE FAIRE DE LA BILE. PAS À LUI. PARCE QU’IL ÉTAIT JUSTE UN PUTAIN DE POGO AUX YEUX ROUGES, IL NE CHERCHAIT PAS À LES ÉVITER. 15


UNE FOIS À PIED SEC DE L’AUTRE CÔTÉ, IL S’EST POSÉ DEVANT UN SNACK-BAR QUI AFFICHAIT FILET O’FISH, CHEESEBURGER, ET BIG MAC À TOUTE HEURE. IL M’A REGARDÉ PRENDRE LE PASSAGE CLOUTÉ.

IL A HAUSSÉ LES ÉPAULES AVEC UN RÉEL SENTIMENT DE COMMISÉRATION ET IL EST ENTRÉ DANS LE RADE SANS M’ATTENDRE.

JE L’AI RETROUVÉ EN HAUT D’UN TABOURET. IL ÉTAIT DÉJÀ COMME CHEZ LUI. LE NEZ PATATE, MOUILLÉ DE SUEUR DANS SES FRIPES, IL A FAIT UN CLIN D’ŒIL MORTEL AU GARÇON.

Vivons un peu au-dessus de nos moyens, Mac. Sers-moi donc une grande bière belge et verses-y un verre de schnaps.

16


PENDANT QUE LE LOUFIAT S’ESCRIMAIT DEVANT SA GLACIÈRE, IL S’EST TOURNÉ VERS MOI. C’ÉTAIT COMME S’IL M’ÉVALUAIT POUR LA PREMIÈRE FOIS À MA JUSTE VALEUR.

Trois jours que je te suis. Et c’est toi que j’ai choisi. Ne me déçois pas.

LE HAUT, LA CHEMISE LACOSTE ET LA VESTE LUI ONT PARU PASSABLES. PAR CONTRE, MES PANTALONS DE TOILE POCHAIENT UN PEU AUX GENOUX. ÇA N’A PAS EU L’AIR DE LUI FAIRE TELLEMENT PLAISIR.

Est-ce que tu as de l’argent au moins ? Parce que nous allons en dépenser un peu.

17


SANS ME DEMANDER MON AVIS, IL A PLONGÉ SA MAIN DANS MA POCHE INTÉRIEURE. IL EN A SORTI MON PORTEFEUILLE ET IL L’A OUVERT AVEC DEXTÉRITÉ. IL EN A EXTRAIT QUELQUES BILLETS DE CENT ET LES A TRANSFUSÉS DANS SA POCHE. À PART LES ONGLES NOIRS, IL AVAIT DES MAINS DE HARPISTE.

Je te taxe. C’est pour ton bien. Parce que je ne voudrais pas commencer à te déballer mon histoire et que tu m’interrompes au beau milieu en disant que tu n’as plus les moyens de me payer la moindre bière.

IL A ENGLOUTI LA MOITIÉ DE SON DEMI SANS FERMER SES YEUX ROUGES, POUR BIEN ME MONTRER DE QUOI IL ÉTAIT CAPABLE. IL M’A SOURI DÉLICIEUSEMENT POUR SA LAIDEUR. IL N’A RIEN FAIT AUTOUR DE SES LÈVRES POUR QUE LA MOUSSE CESSE DE LUI FAIRE LA GUEULE D’AL JOHNSON. IL S’EST REGARDÉ FURTIVEMENT DANS UNE GLACE, et, comme s’il perçait ma pensée, il a demandé.

Sais-tu seulement où est né le jazz ?

18


IL TOMBAIT MAL. JIMMY NOONE, ALBERT NICHOLAS ET JOHNNY DODDS SONT MES COPAINS DE LA LOUISIANE.

À Storyville. 1208 Bienville street. Dans le quartier des maisons closes.

19


IL N’A RIEN REMUÉ SUR SON VISAGE. MAIS J’AI VU DANS SA FAÇON DE FINIR SA BIÈRE QU’IL ÉTAIT TOUCHÉ EN DESSOUS DE LA LIGNE DE FLOTTAISON.

Dis-moi qui est Buddy Bolden, et je reprends une bibine sur-le-champ.

Le roi des cornettistes. Et après lui, la couronne est passée à Joe Oliver.

Ah !

20


IL A REFAIT AH ! EN METTANT LA MAIN SUR SON CœUR.

Ah ! Merci, fils ! Tu me rayes la tête de bonheur ! Dis à la lune qu’elle vienne ! Je crois que je vais aboyer !

J’ai prié le ciel pour qu’il ne le fasse pas.

Tu verras, La Fayette, le schnaps, c’est un investissement. ça ne se voit pas dans ton verre de manière objective, ça dénature à peine la couleur, mais ça essore bien tout ce que tu as de vital à l’intérieur. Le foie, tu vois, ça le tord proprement. Et si tu as la patience pour encore une bibine, je vais sûrement te donner toute satisfaction et étaler toute ma merde au grand jour avant qu’il soit longtemps.

IL A BU ENCORE UN DEMI-LITRE DE DYNAMITE ET IL A TENU PAROLE. IL EST ALLÉ TOUT DE SUITE À L’ESSENTIEL.

Pour l’état civil, je suis un type mort depuis bientôt dix ans.

21


HG : ;N >G<HK> MK>BS> <HGLHF& F:MBHGL >G <A:G@>:GM MKHBL ?HBL =>;:K'BE:<:LL¡E:@N>NE>=N@¡& K:GM =NG> LM:MBHG&L>KOB<> Hæ C:B =å :;:G=HGG>K F: OHBMNK> IHNK ¡<A:II>K˜NG<AB>G&EHNI'

>MNG>A>NK>:IK L%HGL>LMK>MKHNO¡L=>O:GML:MHF;>'

HG:O:BMIKBLNGM:QB˜F>L?K:BL'<¡M:BMIENL¡<HGHFBJN>'BE:MKHNO¡E><BF>MB K>:LL>S@:B IHNK E: L:BLHG' E>L :K;K>L% BE ?:NM =BK>' I:BLB;E>L HF;K:@>L' =>L F>KE>L JNB KHNL<:BEE:B>GM ˜ MHNLE>L<:KK>?HNKLI:K<>JNHGE>L=¡K:G@>:BM'=>L:EE¡>L'=>L=BOBLBHGL'

++


SORTIE LE 2 JANVIER 2013

LE POGO

AUX YEUX ROUGES JeanVautrin /EugénieLavenant © éditions sarbacane 2013 www.editions-sarbacane.com

Format 221 x 285 mm, 80 pages, noir et blanc. Couverture cartonnée. Prix : 19,90 € http://www.eugenielavenant.fr


Le pogo aux yeux rouges