Page 2

édito

Pour tous, l’Agence nationale du sport ?

Philippe Brenot

Par Philippe Machu, vice-président de l’Ufolep

Q

u’il s’agisse d’éducation, de santé et bien entendu de sport, l’Ufolep est attachée au rôle de l’État dans les politiques garantissant les droits des citoyens. Or, aujourd’hui, dans un étrange dialogue entre le ministère des Sports et le Comité national olympique et sportif français (CNOSF), émerge cahin-caha l’idée d’une « nouvelle gouvernance du sport ». Une nouvelle gouvernance traduite par la création, confirmée pour le 1er mars 2019, d’une Agence nationale du sport associant le CNOSF, le ministère, les collectivités territoriales et, dans une moindre mesure, le monde économique. Pour valider ce scénario, et au prix de moments d’échange à géométrie variable (ateliers, congrès ordinaires et extraordinaires), le CNOSF s’est efforcé de mobiliser les fédérations sportives, en montrant une écoute attentive des fédérations olympiques et une prudente surdité à l’égard des propositions formulées par les fédérations affinitaires et multisport. Pourtant, à côté de la haute performance sportive, la future agence sera également compétente en matière de développement des pratiques. C’est pourquoi l’Ufolep et les fédérations affinitaires et multisport réclament d’avoir voix au chapitre. Certes, nous n’entraînons pas de champions et n’apportons pas de médailles au pays. Mais nous proposons des activités physiques et sportives accessibles à tous, en lien avec des parcours d’éducation, de santé, d’engagement citoyen et d’insertion sociale et professionnelle. Les concertations sur la « gouvernance » vont se poursuivre ces prochains mois : d’une part avec l’État et le CNOSF, et d’autre part dans le cadre de nouvelles « conférences régionales du sport ». Nous demandons que soit garantie, à cette occasion, la participation des affinitaires et multisports à la définition des politiques sportives et à la répartition des moyens, dans le cadre de la future Agence nationale du sport. Par la voix de l’Ufolep, les fédérations du sport pour tous demandent également une délégation de service public, similaire à celle dont bénéficient les fédérations délégataires pour le haut niveau. Celle-ci leur donnerait plus de poids et leur permettrait de mieux répondre à l’ambition gouvernementale, exprimée dans la perspective des Jeux olympiques de 2024, d’élargir la pratique sportive au plus grand nombre. ●

coup de crayon par Jean-Paul Thebault

2

Décembre 2018

en jeu une autre idée du sport ufolep n°34

Profile for UFOLEP

En Jeu Ufolep 34 décembre 2018  

DOSSIER : Vers un sport toujours plus artificiel ; INVITEE : Sylvie Banoun, tout sur le Plan vélo ; REPORTAGE : Rugby des copains dans la M...

En Jeu Ufolep 34 décembre 2018  

DOSSIER : Vers un sport toujours plus artificiel ; INVITEE : Sylvie Banoun, tout sur le Plan vélo ; REPORTAGE : Rugby des copains dans la M...

Profile for ufolep
Advertisement