Page 1

UNION FRANÇAISE DU FILM POUR L’ENFANCE ET LA JEUNESSE

1 place Marc Sangnier 95500 Gonesse Tél / 01 39 85 81 80 Fax / 01 39 87 30 90 Courriel / contact@uffej.net Site / www.uffej.net EN BRETAGNE 18, rue Abbé Vallée 22000 Saint-Brieuc Tél/Fax : 02 96 61 11 76 Courriel / uffejbretagne@free.fr Site /www.uffej.net/bretagne

e s s e r p e revue d Un transport en commun France-Sénégal / 2009 / 48 min 35 mm / couleur

������������������������������� ���������������������������������

���������������������� �����������

���������������������� ���������������������������

����������������������������� ����������������

��������������������������������� �����������������������

Réalisation et scénario original Dyana Gaye Musique originale Baptiste Bouquin Chansons originales Dyana Gaye, Alexa Gutowski Chorégraphies Naïma Gaye

Dyana Gaye a étudié le cinéma à l’Université Paris 8 St Denis où elle obtient en 1998 une Maîtrise d’études cinématographiques. Lauréate de la Bourse Louis Lumière - Villa Médicis Hors-les-murs en 1999, elle réalise l’année suivante Une femme pour Souleymane qui sera distingué dans plusieurs festivals. En 2004, elle réalise J’ai deux amours pour la série Paris la métisse. En 2006, son film Deweneti, Prix spécial du jury au Festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand, fera partie des cinq films nominés aux César 2008 du court-métrage. Son moyen métrage Un Transport en commun à été présenté en première mondiale au Festival de Locarno - 2009. FILMOGRAPHIE Un transport en commun - 2009 Deweneti - 2006 J’ai deux amours - 2004 Une femme pour Souleymane - 2000

Image Irina Lubtchansky Son Dimitri Haulet Montage Gwen Mallauran Production Andolfi Distribution Shellac

�� ��������� �� �� ���� ����������������

����������������������������������

������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ ��������������������������������������������������������������������� ����������������������������������������������������������������������������������������������������

���������������������������������������������������������������������

DYANA GAYE

Interprétation Umban U Ksët, Anne Jeanine Barboza, Bigué N’Doye, Antoine Diandy, Naïma Gaye, Marième Diop, Adja Fall, Gaspard Manesse, Bakary “Vieux” Cissé, Yakhoub Ba, Abdoulaye Diakhaté, Mbègne Kassé

������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ ����������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ �� ���������� ��������� ���� ��������� ����������� ��� ������������ �� ��������� ���� �� ����������� ��� �������� ����� ��� �������� ��� ������ ������������ ��� ����������� �������������� ��� ����� ��� ��� �������������������������������� �������������������������������������������������������������������������������������������������������������

����������������������

Dakar, Sénégal. C’est la fin de l’été. Le temps d’un voyage de Dakar à Saint-Louis, les passagers d’un taxi-brousse croisent leurs destins et se racontent en chansons.


Site de Shellac, distributeur du film

Entretien avec Dyana Gaye

Un transport en commun, road trip musical au Sénégal Puisant son inspiration dans l’héritage de sa double nationalité franco-sénégalaise, Dyana Gaye nous embarque en taxi brousse sur les routes accidentées de Dakar à Saint Louis. Plébiscitée aux festivals de Locarno, Toronto ou Sundance, sa comédie musicale sort en salles le 16 juin. Comment le film est-il né ? L’idée de départ du film était de raconter l’histoire de gens qui se rencontrent dans l’habitacle d’un taxi brousse. Cela pourrait être un train, un métro, n’importe quel lieu où les gens sont rassemblés par hasard, juste parce qu’ils ont une destination commune. Comment déclencher la rencontre entre eux, instaurer un dialogue ? C’est ce que permettent la musique, la chanson et la danse. Quelle place votre double nationalité francosénégalaise occupe-t-elle dans votre cinéma ? Mon histoire de cinéma au Sénégal est liée à ma double identité franco-sénégalaise. Mon envie est vraiment de questionner à la fois le « ici » et le « là-bas », et les points de rencontre entre les deux. En inscrivant mon travail au Sénégal, j’apprends aussi beaucoup sur cette autre culture qui fait partie de moi mais que je ne connais pas si bien : je suis née en France, ma langue maternelle est l’italien... Vous avez tourné en décors naturels, entre Dakar et Saint Louis. Le tournage a-t-il été compliqué ? C’était l’enfer ! Il a fallu oublier l’idée d’un tournage très organisé, figé, ça ne marche pas comme ça là-bas… Ma volonté était vraiment de filmer le quotidien, le réel et d’en faire émerger la partie enchantée, musicale. J’avais envie de tourner dans les lieux les plus vivants possibles comme la gare routière qui est au début du film. Je ne fais jamais de casting de figurants, j’ai compris assez vite qu’il faut impliquer les gens qui sont sur place. C’est ce qui donne cette impression de vie : une fois que vous dites «action», il se passe des tas de choses à l’arrière plan, la vie continue. Dans la scène de la gare routière par exemple, il y a un type qui passe en chantant. Plus tard dans le film, dans une séquence musicale, on le reconnait au fond du cadre qui fait les mouvements de danse avec les danseurs : à force de les regarder répéter, il avait appris la chorégraphie.

2

Vous travaillez avec des acteurs amateurs. Avez-vous fait des castings ? Beaucoup n’avaient jamais joué. Pour les comédiens français, j’avais écrit en pensant à des gens, chose que j’aime bien faire car cela nourrit vraiment l’écriture. Il y a ma sœur, ma cousine, l’homme qui joue le chauffeur

de taxi est un ami de mon père… C’est assez familial finalement ! C’était beaucoup plus compliqué pour les acteurs sénégalais, il fallait trouver des gens qui soient capables de chanter, de s’exprimer avec leur corps, de jouer… Au Sénégal il n’y a pas d’école de cinéma, pas non plus de directeur de casting : on est vraiment parti de zéro. Je voulais aussi garder les imperfections dans les voix, les gestes. Cette fragilité me touche beaucoup, l’énergie est là est c’est avec elle qu’on communique. De quelle manière avez-vous abordé la musique du film ? J’avais envie d’aborder la musique de manière assez classique, avec un grand orchestre, parce que mes influences sont du côté de la comédie musicale hollywoodienne. Chaque chanson correspond à un personnage et à un style très différent. Pour moi, la musique doit raconter et prolonger les émotions des personnages. Ce n’est pas parce qu’on est en Afrique que la bande-son doit être composée de tamtams et de koras. L’Afrique est d’ailleurs rarement filmée avec tant de modernité… Oui, ça vient aussi des politiques de financement des cinémas d’Afrique. Dans le cas de l’Afrique de l’ouest, ils sont financés principalement par la France et la Belgique, des pays qui ont forcément alimenté pendant des années une représentation folklorique de l’Afrique : les griots, les mariages forcés, les poules qu’on égorge... Cela ne me semble pas refléter l’Afrique. Il y avait une évidence pour moi à ne pas souligner les poncifs sur l’identité culturelle africaine. Le film est un road trip, chaque personnage est défini dans son rapport à un ailleurs. Le thème du départ est-il important pour vous ? L’envie d’aller de l’avant me fascine toujours au Sénégal. Malgré les difficultés, il y a une vraie rage de vivre qu’on oublie parfois ici… Pourquoi cette jeunesse n’aurait-elle pas le droit de rêver d’un ailleurs, de voyager ? C’est une question d’émancipation, pas d’immigration : comme nous, qui pouvons tous un jour ou l’autre éprouver le besoin de voyager à l’étranger pour découvrir autre chose. Il y a aussi cet aspect très propre au Sénégal de la migration interne, du nomadisme : les gens sont toujours en déplacement. Le film est dominé par des personnages féminins très forts… C’est drôle parce que tous mes précédents films étaient centrés sur des personnages masculins, avec très peu de figures féminines. C’est le premier film où je parle vraiment de femmes. Peut être que je me cachais un peu derrière des paravents jusque là. D’ailleurs mon prochain film sera construit autour de deux personnages principaux féminins.


www.chronicart.com

Un Transport en commun Vu l’état de plus en plus délabré des chemins de la distribution, cette sortie est un petit miracle : avec Deweneti, le court-métrage qui a révélé Dyana Gaye au grand public, Un Transport en commun débarque sur les écrans malgré un format improbable (45 minutes) auquel l’horloge ronronnante des sorties ne nous a pas vraiment habitués. Pourquoi s’attarder sur ces deux films ? Parce qu’ils révèlent une cinéaste dont

sur une mobylette à travers Colobane à un travelling sur la route de Saint-Louis rythmé par l’ombre de baobabs centenaires, réactivent la musicalité enfouie, comme une sorte de parfum proustien. C’est à l’évidence la grande force d’Un Transport en commun : remémorer à travers des fragments de récit (quelques destins croisés à l’occasion d’un voyage de quelques heures) la multiplicité des lieux et des visages jadis filmés par Mambéty. En cela, le projet est à la fois modeste et passionnant, loin, très loin de toute ambition folklorique.

on n’a sûrement pas fini d’entendre parler. Parce que,

Il va sans dire que cette figure légendaire qui hante

surtout, la simplicité dont ils témoignent, à des années-

aussi bien le récit-taxi-brousse d’Un Transport en

lumière de la tradition du court-métrage à la Française,

commun que l’errance du petit talibé de Deweneti n’a

est une parfaite occasion de rafraîchir ce début d’été.

pas suffisamment d’occasions d’être convoquée pour

Deweneti (qui accompagne cette sortie) est un récit de

qu’on la prenne à la légère. Le cinéma populaire africain

rue présentant un petit talibé de Dakar à la recherche

se trouve dans une situation si désastreuse – entre les

d’un écrivain public qui lui permettrait d’écrire au Père

comédies vulgaires ou le choix de la sitcom numérique

Noël. Un Transport en commun est un road-movie

reconfiguré par le Burkinabé Boubacar Diallo depuis

musical suivant le trajet d’un petit groupe tentant de

quelques années – le choix est vite fait : la proposition

rallier Saint-Louis en taxi-brousse. Les deux films valent

de Dyana Gaye est l’une des rares à tenir l’équilibre entre

comme pures échappées, lancés comme deux objets

vieilles recettes (la référence aux comédies musicales

bohèmes sur des chemins de traverse à l’horizon encore

qui firent les beaux jours des cinémas dakarois) et

largement indécidable.

ambition artistique. Malgré l’humilité de la forme et les

On voit bien sous quel patronage s’inscrit Un Transport en commun : par son format inhabituel autant que son cadre (le Dakar des quartiers pauvres), le film se rêve visiblement en continuation de la trilogie des petites gens entamée par Djibril Diop Mambéty, génie disparu du cinéma africain dont les dernières œuvres (les moyens-métrages Le Franc et La Petite vendeuse de soleil) s’ancraient dans la réalité populaire de la capitale sénégalaise. Deweneti pouvait être vu comme le petit frère de ces films héroïques, et Un Transport en commun, de son ouverture dans la gare routière de Dakar à ses tribulations cahin-caha au fil de la grand-route, ne manque pas de convoquer le même imaginaire enchanté de figures néoréalistes prises dans le cours d’un quotidien feignant d’être capté dans son mouvement même. Sans prétendre à l’égaler, Dyana Gaye se contente de repartir de là, et cette idée n’est pas sans donner aux films un panache que leur aspect bricolé et une mise en scène un peu rudimentaire (les chorégraphies brinquebalantes, les chansons exécutées sans grande conviction) aurait pu leur dénier. Le génie de Mambéty est loin, mais il faut voir dans cette évidence un patronage d’autant plus stimulant qu’il n’a rien d’un hommage étouffant et sait éviter toute poussée obséquieuse. Le cinéma terriblement orphelin de Mambéty trouve ici une forme d’écho dont l’énergie et la fraîcheur, d’une séquence en caméra embarquée

limites de la mise en scène, les deux films constituent un geste fort et déterminent une personnalité de cinéaste bien trempée. La réalité de production très française dans laquelle s’ancrent les films de Dyana Gaye n’a à l’évidence aucune importance : accrochés à leurs sujets, rivés à leur petite réalité dakaroise, Deweneti et Un Transport en commun ne semblent respirer qu’à la lumière (éclatante) des conditions immédiates de leur tournage. Récits de rue, films un peu sauvages, sortie inespérée en salle : cette réalité-là n’est pas si fréquente et trouve avec Un Transport en commun, jusque dans ses incorrections (du Jacques Demy se refusant à toute grâce) une forme de plénitude revigorante. Ces voix qui chantent sans peur du ridicule (malgré un concert de canards), ces corps du quotidien qui s’emballent à chaque détour de séquence, cet enchevêtrement de romances faites de bric et de broc servent moins la féerie des films que celle de leurs conditions mêmes d’existence. Il faut repartir de la simplicité de la mise en scène d’Un Transport en commun, où la fraîcheur et l’énergie remplaceraient toute prétention à la sophistication, pour mieux comprendre ce qui se joue probablement dans cette oeuvre naissante : la réactivation d’un rêve de cinéma africain qu’on a peut-être un peu trop tôt cru disparu. Vincent Malausa

3


Télérama Samedi 19 juin 2010 Petit film (48 mn) délectable d’une jeune cinéaste, déjà remarquée pour le court métrage Deweneti... Le temps d’un trajet Dakar-SaintLouis, les sept passagers d’un taxibrousse se racontent en chansons. Chacune un style en accord avec leurs confidences : variété pimpante avec une jeune coiffeuse qui exprime son ras-le-bol du traintrain capillaire, opérette pour le jeune passager qui se réjouit d’un futur voyage en Italie, rythme afro quand le vieux chauffeur exhorte son pays à se prendre en main, blues d’une business woman en boubou... Dans chaque numéro, les thèmes les plus graves (le deuil, le choix d’une vie, le devenir d’un pays) affleurent sous les conventions légères de la comédie musicale. Devant ce mini-roadmovie, solidement ancré dans la réalité quotidienne sénégalaise (la débrouille, les embouteillages et les multinationales qui défigurent le paysage), on se demande si on n’aurait pas trouvé en Dyana Gaye une héritière franco-sénégalaise de Jacques Demy. Guillemette Odicino

Les inrocks.com 11 juin 2010

Entre Demy, Rouch et Rozier, un film qui affirme une fraîcheur et une foi dans le cinéma émouvantes. Un parking à Dakar, au Sénégal. Gros problème : on attend un septième passager pour remplir le taxi-brousse de Saint-Louis, sans lequel la course serait sans gain pour le chauffeur ! Alors comme il n’arrive pas, on va se cotiser pour payer sa place. Et vogue le taxi-brousse… Sujet mince ? Certes. Mais voici que, dès les premières minutes, tous les passagers se mettent à danser et chanter ensemble, sur le mode Demy-Legrand (hommage amusant), et que tout soudain devient plus beau, magique, que les couleurs de Dakar et de Saint-Louis (boubous, taxis jaunes, pastèques, boutiques de rues aux murs décorés, ciel bleu, salon de coiffure fluo) se mettent à bouger et à vibrer à l’unisson. Tout cela est assez foutraque, pas toujours très bien raconté, mais qu’importe : ça bouge, ça vit, ça s’exprime, à l’image de cet embouteillage qui donne l’occasion au vieux chauffeur de se plaindre du sort malheureux de son pays tandis que les danseurs bondissent sur le toit des voitures rouillées. C’est bricolé, ça manque de sous et de temps, ça part un peu dans tous les sens, mais quand tout semble s’éparpiller, la musique crée soudain l’harmonie, réunit les morceaux disparates l’espace de quelques minutes, et l’humour soude le tout de ses fondations facétieuses mais solides. Sans prétention. On roule dans la poussière rouge, on rêve d’Italie ou de victoire à la Coupe d’Afrique, on se prend des pastèques sur le coin de la voiture, on est en deuil de son père ou l’on fuit sa tante effrayante : les passagers apprendront très vite à se connaître, à se raconter leur vie… Entre Demy, Rouch, Rozier, le film de Dyana Gaye visait haut. La jeune réalisatrice (déjà auteur de trois courts métrages) y parvient grâce à un entrain, une fraîcheur et une foi dans le cinéma de divertissement très émouvante. Mieux encore : derrière les personnages de fiction, toujours en arrièreplan, on sent et voit vivre le Sénégal quotidien, tellement pris par son activité qu’il ne semble même pas prêter attention au tournage de Dyana Gaye. C’est dans ce contraste, cette superposition très visible de la fiction et de la réalité, comme ces décors de théâtre qui créent de la profondeur en truquant les perspectives, que se situe la beauté simple, directe, allègre de ce transport en commun.

4


www.critikat.com 15 juin 2010

LE TEMPS D’UN TRAJET : EN CHANTANT

Un transport en commun réalisé par Dyana Gaye

Les douleurs et espoirs, aspirations et difficultés africaines, oui ça va, on sait, on est au courant. Mais pourquoi ne pas les chanter ? Une belle idée émane d’Un transport en commun, celle de l’appropriation d’un imaginaire, étape salutaire vers l’émancipation. Faire émerger musique et chant dans l’espace de la fiction, les films de Christophe Honoré viennent immédiatement à l’esprit, puis d’autres, moins emblématiques et connus, comme Nice de Maud Alpi, Grand Prix du festival Côté court en 2009. Sans convaincre tout à fait, ce dernier intégrait ces éléments à une chronique sociale réaliste, dans laquelle le non-dit était chanté. C’est précisément dans le réel que débute Un transport en commun ; quelques plans, captivants, que l’on considèrera comme documentaires dévoilent la gare routière de Dakar. Sauf que l’espace filmique va très vite devenir une scène de jeu, autour de laquelle on sentira, délicatement en tension, très souvent le souffle du réel. Mais il faut écarter la comparaison avec les exemples ci-dessus ; on est ici en présence d’une franche comédie musicale, de tableaux chantés et chorégraphiés. Pas d’essaimage, loin de là, d’un Christophe Honoré, mais difficile de ne pas céder au fait de mentionner Jacques Demy, notamment dans cette manière de (se) jouer du réel, ainsi que le talent de coloriste. Pour filer la métaphore musicale, Un transport en commun est un film choral abritant une multitude de personnages dont le point de ralliement est d’accomplir le trajet de Dakar à Saint-Louis. La narration par le chant et la danse permet, malgré le format moyen du film (48 minutes), de faire exister avec une belle efficacité des protagonistes qui ainsi se racontent par les mots, mais aussi les corps ; on est très loin de la comédie musicale-gadget pour faire chouette et original. Chacun des personnages est situé à un palier, petit ou grand, de son existence, parfois avec le recoupement de trajectoires inversées, où la pesanteur centripète – qu’il est difficile de « décoller » de la capitale (attente du 7e passager pour remplir le taxi brousse, embouteillages…) ! – côtoie la tentation centrifuge, celle du départ. Madame Barry, superbe femme mûre dodue en boubou, retourne voir ses enfants qu’elle avait délaissés pour s’accomplir professionnellement à Dakar, tandis que Souki est en route pour l’enterrement d’un père qu’elle n’a pas connu. Alors qu’Antoine, le toubab de la troupe, est venu chercher quelque chose au Sénégal, il ne sait pas encore très bien quoi, Malick s’apprête à partir pour l’Italie : « ce n’est qu’un arrivederci » entonne-t-il, « je la connais ta chanson » lui rétorque sa voisine. Et, dans le même morceau, pointe un réel inquiet et tragique : « L’Atlantique ne cesse de nous avaler. » L’ensemble est baigné par une musique allant de notes authentiquement africaines (le Sabakh, genre traditionnel sénégalais fait de percussions) aux accents soul, funk, blues et jazz, tout en passant par les très belles lignes d’une formation de cordes. Le flux est ainsi basé sur le métissage – y compris du wolof et du français, autre belle musique que celle des langues – et la rencontre. Cette dernière donnée constitue l’axe d’Un transport en commun ; rencontre entre des personnages, des générations, des destins, et bien sûr entre la réalité sénégalaise et l’expression d’un imaginaire, que la réalisatrice désigne comme des « élans musicaux et chorégraphiques ». Ces derniers sont pris en charge par une mise en scène vive et pleine de respiration, qui fait intervenir notamment l’usage dynamique des mouvements ascendants de la grue ; les belles trouvailles du montage imposent à l’ensemble une fluidité certaine dans la circulation entre les personnages, leurs liens, mais aussi les passés et devenir potentiels. Un transport en commun est également une prise de parole dotée d’une certaine force, à propos de laquelle on pourrait parler de revendication. Le cinéma semble condamner les terres de douleur à un geste documentaire, au moins réaliste et naturaliste. En intégrant l’imaginaire [1], l’artifice et la fantaisie, Dyana Gaye ne refuse pas la réalité, elle la fixe au contraire dans le blanc des yeux, avec beaucoup d’acuité, pour nous parler d’émancipation. Arnaud Hée [1] Signalons que Teza de l’Éthiopien Hailé Guerima sorti en avril en France, dans une tonalité très différente, s’inscrivait d’une certaine manière, par le truchement de la mémoire, dans cette optique.

5


Le Monde 16 juin 2010

��������� ���������    

      

                

   

                ! "#  $     $  %&                            ' (  ) $ *  + $ +    ,          -  $    # #      !       #-.#  ! $  !     (/ $  0 %  $            % "1  "      $  )!"  2 &         3        2     3    3 $ *   &        #         #           4   2  2  $3  $     

    $       #                      )$ $         "           3  355     6  7 *                    $ ,  #   3            8        $      3   2     $#           #                           

           

6


AFP ���� ���� 27 décembre 2009 De Laurence BOUTREUX (AFP) – 27 déc. 2009 Un taxi-brousse sénégalais, sept passagers: une comédie musicale est lancée DAKAR — Sa caméra embarquée à bord d'un taxi-brousse, Dyana Gaye aurait pu se contenter d'un carnet de voyage, entre Dakar et Saint-Louis (Sénégal). Mais cette cinéaste franco-sénégalaise a eu l'audace de se lancer dans une comédie musicale, laissant les passagers se raconter en chansons. Vue aérienne sur la gare routière des Pompiers, à Dakar. Des bagages sont ficelés sur le toit d'une voiture Peugeot 504 affaissée. Chacun s'impatiente - "mais où est passé le septième passager?" - quand, soudain, la musique d'un big band résonne et tout le monde se met à danser et chanter. A chaque personnage sa musicalité, dans ce moyen métrage de 48 minutes. Pour la patronne d'un salon de coiffure qui dit "regretter de n'avoir aimé que gloire et beauté" et "que sa liberté", un blues. Mais c'est un twist italien des années 60 qui retentit quand un jeune homme, à l'arrière du taxi, dit son désir ardent d'émigrer vers l'Italie. Sur la route vers Saint-Louis, quelques baobabs défilent. A la pause, sur un terrain vague, une passagère chante doucement, en ouolof (langue la plus parlée au Sénégal), le père qu'elle n'a jamais connu et qu'elle part enterrer... On pense d'emblée au film musical Les Parapluies de Cherbourg, de Jacques Demy (1964). Et Dyana Gaye admet être "une admiratrice". Mais cette jeune réalisatrice, née en 1975 à Paris d'un père sénégalais et d'une mère française d'origine italo-malienne, dit qu'elle s'est surtout nourrie "des comédies musicales classiques des années 1930 à 60, du duo Fred Astaire-Ginger Rogers jusqu'à West side story". La musique originale, composée par le saxophoniste français Baptiste Bouquin, est interprétée par le Surnatural Orchestra (fanfare parisienne) et l'ensemble Les Cordes. Quant au scénario de cette oeuvre, empreinte de candeur, il assume très bien son final romantique. "Nous avons tous besoin de cette innocence mature!", s'est enthousiasmé le musicien et compositeur sénégalais Wasis Diop, vantant "un film sur l'énergie, surprenant, amical", à l'issue de la première à Dakar, fin décembre. Le casting, une réussite, s'était fait entre Dakar et Paris. Chacun des comédiens a d'abord chanté son propre rôle, en studio, avant de l'interpétrer en play-back, sur la route. "Pour la plupart d'entre eux, c'était une première expérience de chant, de danse, de jeu", souligne la réalisatrice. Dans le rôle de la patronne de salon de coiffure, une femme de 59 ans, Bigué N'Doye, qui tient habituellement "une boutique d'artisanat" sur l'île de Gorée. A la ville comme à l'écran, elle apparaît, pomponnée, dans un grand boubou brodé, le portable collé à l'oreille. "Chez moi, même les moutons connaissaient la chanson par coeur, parce que je me levais à 05H00 pour répéter", a-t-elle assuré après la projection. Quand des spectateurs dakarois demandent à Dyana Gaye pourquoi les musiques de son film tourné au Sénégal sont plutôt d'inspiration occidentale, elle explique simplement: "Je suis musicienne amateur et je trouve que c'est intéressant de ne pas forcément associer une musique sénégalaise à des images sénégalaises". "Un transport en commun", récemment diffusé par la chaîne de télévision Arte, a été présenté au festival international du film de Locarno, à Toronto et à Namur. Après avoir décroché le prix du public à Belfort et le grand prix du jury court métrage à Dubaï, il partira bientôt à Sundance, Rotterdam et Clermont-Ferrand. En attendant, "peut-être", glisse la jeune réalisatrice, "une sortie en salles, en juin, en France".

7


8


Un transport en commun - Dyana Gaye  

Revue de presse réalisée par l'UFFEJ du film "Un transport en commun" de Dyana Gaye (2009)

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you