Issuu on Google+

Le magazine de la grande planche en bois

#3

OCTOBRE

DECEMBRE


COUVERTURE Modele Rachel Guitton Photographie David Benmussa ROOKY masque Majestic jello Anon polaire Tempest bright white Burton pantalon Elia Element


Edito

A QUOI BON ÊTRE ABATTU ? L’air dépité et les yeux larmoyant, nous nous sommes replongés dans l’univers enfantin de Disney et dans le roman de Sir Mannix, Rox & Rouky. Pour le plus grand plaisir des riders, UDmag a décidé de remasteriser cette histoire tristounette et de l’adapter en un conte de shred. En y réfléchissant, une vie de chien, ça déchire pas des masses. Mou du genou et triste comme un frigo vide, Rox, ce chien à la grise robe ne fait pas trop envie. Mais ses talents de coursier de viande fraîche lui ont valu de chouettes trophées de chasse. Rouky, jeune renard très futé, destiné à la fourrure, est un chouia plus stylé ; mais finir chez un taxidermiste de luxe, non merci ! En les regardant de plus près, nous nous sommes dit que l’un et l’autre se complétaient. N’assimilons pas les drifters de tous bords à ces quadrupèdes un poil guimauve, malgré la relation paradoxale d’amitié et de rivalité qui les lie. En haut du talus, les Rocks, ces durs à cuire du bitume échangent avec les jeunes Rookies, branchés sur un 220 volts qui dépote. Question de complémentarité… Reste à chacun à se renforcer pendant la saison morte pour être, dès le premier jour du printemps sur la zone de slide. Et pour ça, rien de tel qu’une bonne bouffe entre chasseurs de courbes de tous niveaux pour terminer sur un vin aux notes boisées et un peu de repos avant l’ouverture de l’entraînement. Quel que soit le chemin qu’il vous reste à parcourir sur les sentiers de l’excellence, ajoutez deux, trois gouttes de persévérance dans un bouillon de patience, faites mariner votre spot dans un mijoté d’aventures. Succès garanti, juré, craché. A vous d’essayer. Bonne lecture à tous et à toutes. MARVIN


Sommaire

22

13

62

40

30 6

16

50


10 NEWS Retour de chasse 13 PROFIL MARQUE Fluide Longboard 16 DRIFTER Rookies Spoky woky 22 DRIFTER Rocks Patrick Switzer

76

30 PORTFOLIO Wild Hill for Wild Dog 40 ROUTE Osilnica / Slovenie 50 CAHIER MODE Rox & Rooky 62 LONGBOARD & FRANCOPHONIE

Euskal Downhill

La Familia

Politic Longboard Activist

69 NEURONES Denis Meyers 76 ARMURERIE Creepn’ Crawl

69

Redacteur en chef Marvin Thine Directeur Artistique Thomas Dircks Web mastering Alexandre Perreira Armurerie Antoine « babar» Caput Photographies : David Benmussa, Arthur Frois-

#3 OCTOBRE -DECEMBRE sart, Thomas Lodin, Romain Bessière, Blackkross, Gregory Taffe Coatelen, Alvin Sandel Reyes, Fluide Longboards ,Maurizio Busato, Sven Von Schlachta, 3 Heads, Julien Mangogna, Zosha Womack, Louisiane, Laurent et Jean-Michel Perigault, Mihael Zadravec , Dmitri Elson, Pierre Gamby, Benjamin, Boyer, Captain Conso.

Cahier mode : Modèles : Rachel Guitton & Théo Viroton Photos : David Benmussa : www.davidbenmussa.net Maquillage & stylisme : Hsin-yu Tseng  natachafish@gmail.com Assistantes : Julie Guitton & Marine Quéraux Vêtements : Aviatic, Anon, Burton & Element Merci à : Laurent Périgault, Matthieu Perrin-Jenet, Christopher Vallender, Nicolas Roux, Clément Gayraud, Xavier Ethuin, Cédric Scheers, Arthur Froissart & Elodie Loos, Blackmilk Agency & Element Europe.

Illustrateurs Denis Meyers, Kevin Audi Grivetta e-mail : contact@udmag.net site web: www.udmag.net © Copyright UD mag - Tous droits réservés - 2011

7


8


9

Photo - J.DOLHATS rider - Tibs Parise


NeWS

R ET O U R de CHASSE

Photo - Thomas Lodin

Photo - Arthur Froissart

les news fraiches comme la rosée des sous-bois

CISEAU & PLUME EN BELGIQUE

GIRLS ABOARD THE DECK

WOODNOTE BOARDS, une petite marque de longboard qui nous vient de Brugge s’associe à un artiste/longboarder très prolifique. Jetez-y un coup d’œil, ça vaut le détour http://a7ik.net/crossart/Mat/g1/

Fin septembre, découverte sur la toile d’un groupe « Longboard Girls Crew France ». Les rideuses du monde entier écrasent tout sur leur passage et les françaises participent à cette révolution. Aidez les en visitant leur fanpage :

Photo - Gregory Taffe Coatelen

http://www.facebook.com/pages/Longboard-Girls-Crew-France/144511388978742

10

B² OR NOT B²  ?

ROOKIES ON THE ROCKS !

La petite marque toulousaine ne s’arrête plus de monter. D’ores et déjà disponible dans certains shops, elle améliore son line up tant en carving, qu’en DH en insérant de nouveaux matériaux viennent alléger les boards. Découvrez le mystère B²longboards sur http://www.b2longboards.fr/

Les français figurent parmi les meilleurs riders européens. Selon les résultats de l’EURO DOWNHILL SERIES de l’IGSA, notre Spoky Woky aka Marie Bougourd est la seconde mondiale. Chez les juniors, Pierre Conan et l’américain Spencer Smith se battent dans un mouchoir de poche (1er ex-æquo) laissant en 3ème position Gabin Piton. Une question demeure : Ou sont les Séniors ? Hippy Peep  ? Houray !


Photo - romain Bessiere

BLACK IS BACK

Notre tintin skater Made in France a parcouru un fantastique skate trip de 1660 kilomètres. Un voyage d’un mois entre Vancouver et San Francisco réalisé sans accrocs. Avec un top speed de 450 kilomètres en seulement 3 jours Romain, le Guinness book t’attend. http://globeskater.com/.

Blackkross prépare une nouvelle deck – la BLUNT. Moulée sur la base de la BUZZ, elle bénéficie d’un nose & d’un tail pour expérimenter d’autres tricks ! Plus d’infos sur http://www.blackkross.com

Photo - Laurent Perigault

Photo - Alvin Sandel Reyes

LES AVENTURES DE TINTIN SKATER

POUSSE TOUJOURS !

MERCATO

Une pensée pour Giovanni Barbazza qui, parti pour un tour d’Europe à du faire demi tour pour des raisons particulières… Notons quand même une belle performance : 1 grosse gamelle au départ, 15 jours de ride, 750 kilomètres parcourus. quand le prochain challenge  ?

Au rayon du sponsoring, il y a eu quelques mouvements. Le suisse Bruno Fuchs (top 20 world) quitte DTC Wheels pour le géant californien implanté en Europe, Sector9. Le toulousain B² Longboards s’offre une gamme de riders prometteurs – au menu, Loic Marechet, Pierre Conan, Gabin Piton, Jules G blaive & Charles Andrieux.

11


Photo - Pierre Gamby

Photo - Arthur Froissart

NeWS

GRINCHEUX AWARDS

DU LONGBOARD DANS LE CINÉMA FRANÇAIS  ?

Hé oui, ça aurait pu être l’un d’entre vous. Dommage, va falloir faire mieux l’an prochain. Félicitations à nos champions de France de skateboard de descente2011 ! Chez les dames c’est Marie Bougourd et chez les hommes, Olivier Bareaud. Le championnat de France 2012 a déjà commencé avec les étapes de St Ouen sous Bailly et celle du Rigalet. De nombreux riders se bousculent au portillon pour détroner les champions. Who’s next  ? http://descente.fr/

Un longboarder (cf « Wild hills for wild dog ») se paye le luxe du grand écran. Un casting bien de chez nous, avec entre autre Valérie Lemercier et d’autres joyeux lurons qui raviront les cinéphiles français (ou pas). Alors, ce rider, info ou intox  ? Vous n’avez plus qu’à attendre la bande annonce du film « Main dans la main ».

RÉTROSPECTIVE IGSA EURO 2011 Cet été a eu lieu l’EuroTour des courses IGSA. Des courses de haut niveau où se sont affrontés les meilleurs riders mondiaux. Niveau classement, pas de Français, mais un grand bravo à nos compères francophones. L’Extraskater du moment est Mister Switzer qui rafle tout … ou presque.

Dates

Compétitions

Classements

20/23 Juillet

KOZAKOV CHALLENGE Rep Tchèque

1- PATRICK SWITZER 2- JAMES KELLY 3- JACKSON SHAPEIRA

CANADA USA USA

29/31 Juillet

INSUL CUP 2011 Allemagne

1- PATRICK SWITZER 2- STEFAN RUFLI 3- ALEX TONGUE

CANADA SUISSE USA

5/7 Août

PADOVA GRAND PRIX Italie

1- PATRICK SWITZER 2- ALEX TONGUE 3- MAXIM GARANT-ROUSSEAU

CANADA USA CANADA

12/14 Août

VERDICCHIO 2011  EURO CHAMPIONSHIPS Italie

1- MAX BALLESTEROS 2- YVON LABARTHE 3- NICOLAS ROBERT

BRAZIL SUISSE SUISSE

http://igsaworldcup.com/

12

Nationalités


PROFIL MARQUE

FLUIDE

LONGSKATE Sous le lichen, le flex

13


Photo - FLUIDE LONGSKATE

Profil Marque

COMME TOUT SPORT, LE LONGSKATE CONNAIT UNE ÉVOLUTION TECHNOLOGIQUE SANS PRÉCÉDENT. LES PROCESSUS DE FABRICATION DEVENANT DE PLUS EN PLUS TECHNIQUES, LES MARQUES S’ADAPTENT À CES CHANGEMENTS. ALORS QUE CERTAINES FONT DANS L’INDUSTRIEL, D’AUTRES AFFÛTENT UN SAVOIR FAIRE PLUS TRADITIONNEL. PLUTÔT « ROOKIE » DANS LEUR GENRE, ILS NOUS DÉVOILENT SANS COMPLEXE CE QU’ILS FONT DE LEURS PROPRES MAINS.

Un peu de finesse dans ce monde de rustres… Bonjour Manouka rider ses propres modèles. Les premiers, brutes de décoffrage sont sortis en en tant que première dame de Fluide Longskate, l’heure est aux 2007. C’est à ce moment-là que Benj a rejoint notre shapeur pour apporter sa présentations. Dis-nous tout ! touche artistique, si caractéristique à Fluide. C’est ainsi que Fluide vit vraiment Au départ Fluide longskate c’est juste un délire entre potes. Un trip qui nous a rapidement soudé pour devenir la «Fluide Family». Un petit crew composé de 4 riders sur la même longueur d’onde: Steve, Laurent, Benjamin et moi ; Manouka. On a chacun notre spécialité et Fluide nous a permis de rassembler nos compétences. Entre un artiste complètement débridé, un shapeur inspiré et une fine fleur de communication, nous ne pouvons qu’avancer avec le sourire.

Fluide... c’est synonyme d’un run sans accroc  ? une philosophie de ride  ? Y a-t-il un sens derrière le nom de votre marque  ?

Qu’est-ce qui définit l’identité de Fluide  ? Ce qui définit l’identité de Fluide… Je dirais les essences de placage bois, la déco sur mesure, la finition et l’écoute du rider pour créer sa board.

«Laurent et Benj sont menuisiers ébénistes. Autant vous dire que ce qui nous anime, c’est le bois!»

Pour nous un ride Fluide, c’est un ride parfait, où les sensations et l’adrénaline ne font qu’un. Être Fluide, c’est être en osmose avec sa board, sentir ses limites et ne vouloir qu’une seule chose à la fin de chaque run, remonter et reprendre une dose!

14

le jour. Depuis, beaucoup d’évolutions et quelques commandes à la clé.

Bois, carbone, fibre de verre… quel est votre jouet favori dans cet immense terrain de jeu  ?

Laurent et Benj sont menuisiers ébénistes. Autant vous dire que ce qui nous anime, c’est le bois. C’est le matériau parfait pour assurer les finitions de nos boards. Nous travaillons également la fibre de verre qui est le composite principal de la partie technique de nos produits.

Quels évènements vous ont poussé à fabriquer des longskates  ?

On voit fleurir de nombreuses enseignes de longboard en France. Comment vous positionnez vous dans ce dédale de marques  ?

L’une des premières boards de Laurent est passée sous les roues d’un bus. Au lieu de retourner vers notre skateshop local, il a décidé de fabriquer et de

C’est toujours intéressant d’avoir de nouveaux shapeurs qui viennent ajouter leur savoir faire dans le longboard français. Ça nous permet aussi d’évoluer


Photo - FLUIDE LONGSKATE

FLUIDE LONGSKATE

continuellement. Pour ce qui est du positionnement, nous préférons avant tout nous faire plaisir à shaper sans partir dans le jeu de la concurrence tout en apportant satisfaction à nos clients et riders.

Que pensez-vous de l’essor du longboard dans notre beau pays et en Europe  ? Le longskate a beaucoup évolué ces dernières années, les shops achètent de plus en plus de boards et les villes se remplissent de nouveaux longskaters. Espérons que les ventes se tournent plus vers les shapeurs locaux!

Vous participez incontestablement à cet essor. Quelle évolution voyezvous pour Fluide dans les 3 prochaines années  ? Difficile de se projeter aussi loin ! Nous voulons sortir un peu plus de l’ombre et voir ce que ça donne. Pour ce qui est de l’avenir, nous avons d’ores et déjà de nouveaux prototypes en cours. Nous sommes en train de dynamiser notre projet par la création d’un site internet.  Et pour 2012, nous diversifions notre activité avec la création d’une ligne de vêtements.

Notre entretien touche à sa fin. Une phrase choc, des remerciements… Fluide longskate remercie ses riders, Steve, Manouka, PacPac pour avoir fait évoluer la marque, Steph du Cri Du Kangourou pour sa confiance et sa patience, nos familles pour le squat  de leurs caves, le Lyon Longskate Crew (Il fallait absolument que je place le LLC dans cette interview...) et pour finir, tous ceux qui nous soutiennent depuis le début ! Pour ce qui est de la phrase choc : supportez votre shapeur local et portez votre casque !

FLUIDE LONGSKATE http://gobinclongskate.blogspot.com/ fluidelongskate@gmail.com

15


DRIFTER

SPOKY WOKY LES FEMMES DU LONGSKATE SONT DE PLUS EN PLUS CONVOITÉES – SPONSORING, PODIUMS, VIDÉOS À PROFUSION, PRO-MODELS, LA LISTE EST RELATIVEMENT LONGUE. MAIS QUE PENSENT LES PRINCIPALES INTÉRESSÉES DE LA FÉMINISATION DU LONGSKATE  ? AU DÉTOUR D’UN EMAIL, NOUS AVONS BAVASSÉ AVEC UNE RIDEUSE AU NOM CURIEUX. SICK SPOKY WOKY ! Photographies : Maurizio Busato Sven Von Schlatchta


17


Drifters Bonjour Spoky. Pourquoi un tel nom  ? «Spoky» c’est ma grande soeur qui me l’a donné, en référence à la forme d’une de mes oreilles qui lui rappelait celles du Capitaine Spok dans Star Trek. « Woky » c’est pour la rime, ça fait également penser aux ewoks. En vérité, je m’appelle Marie. J’ai 24 ans, je suis aide-soignante et j’habite à Lyon dans une colloc’ d’enfer. J’ai un chat «Mirou», une clio bleue et j’aime le skate!

Tes premiers pas dans le longboard ont été difficiles, douloureux, chanceux ? J’ai commencé le longskate dans les terres reculées et humides de Normandie. J’avais 16 ans quand j’ai découvert la descente. J’allais souvent en vacances chez mon cousin à Dampierre St Nicolas quand un jour il a rencontré une troupe de riders (les ReB’s). J’ai essayé et ça m’a beaucoup plu. À l’époque, je n’avais pas vraiment conscience du danger, je me lançais sur n’importe quelle descente sans savoir freiner. Je finissais toujours les quatre fers en l’air. Et aujourd’hui, je fais des podiums.

Ça te fais quoi d’être une femme dans un sport prétendu comme masculin  ? J’ai toujours été garçon manqué dans mes hobbies. Quand j’étais petite, je trainais plus souvent avec des garçons qu’avec des filles. Alors quand je suis arrivée dans ce milieu transpirant de testostérone, je n’ai pas vraiment été dépaysée. Ayant commencé jeune je n’ai pas vraiment eu de problème pour trouver ma place, les ReB’s m’ont toujours considéré comme leur petite sœur, même si parfois, je n’étais pas vraiment un cadeau...

«... l’aspect girly est incontournable. Dans le milieu de la descente, nous avons l’opportunité de commander des cuirs personnalisés et sur-mesure.»

Paraît-il que tu cours sur des circuits internationaux (IGSA). Quel est ton palmarès  ? Depuis l’année dernière je participe à l’Euro Tour IGSA ainsi qu’à la plupart des étapes du championnat de France. Mes ambitions sont de progresser et observer. Et j’ai constaté que c’était tout autre chose. Ça m’a tellement motivé que j’ai remis ça cette année. C’était une superbe expérience que j’ai voulu remettre à profit dans mes courses. Côté palmarès, je suis classée 3ème mondiale IGSA et 2nd eeuropéenne. Et en parallèle j’ai décroché le titre de championne de France. Fervente défenseuse des freerides, j’ai enfin renoué avec la compétition que je détestais tant.

Ton meilleur souvenir  ? Il y’en a tellement, mais si je devais choisir je remonterai en 2004 à Chamrousse, mon premier road-trip avec la Chaostribe. J’y ai découvert la vraie descente ainsi que la scène française de l’époque. Un grand moment de ride et de rencontre avec les meilleurs.

18


SPOKY WOKY

Sur les spots, l’heure est à la « girl attitude » - les vidéos de filles longskate fleurissent sur le net. Explosion sportive ou bulle marketing ? Pour ce qui est de la tendance «longboard girls crew» si on fait référence au club facebook je ne saurai pas vraiment affirmer s’il s’agit d’un effet de mode. Cependant, je constate que le longskate a évolué dans de multiples disciplines. Le freeride urbain, le freestyle et le dancing séduisent énormément les filles. Ces pratiques sont intéressantes car elles permettent une émulation et une motivation collective, sans parler des chrénos mode et musique qui s’y engouffrent et font aussi leur effet chez les filles. Effet de mode ou pas, il y a beaucoup de raisons pour lesquelles le longskate est plus pratiqué aujourd’hui. C’est plutôt encourageant.

Les grandes scènes mondiales ont leur « girls crew ». Selon toi, que faudrait-il au longboard pour attirer la gente féminine  ? Pour ce qui est d’attirer des femmes il n’y a pas mieux que des femmes! Ça rassure de voir que certaines ont fait leur place dans cet environnement essentiellement masculin. Par exemple, la saison dernière, des filles sont venues me voir pour me dire qu’elles voudraient débuter en longboard. Selon moi, développer l’aspect girly est incontournable. Dans le milieu de la descente, nous avons l’opportunité de commander des cuirs personnalisés et sur-mesure. Et nous savons nous valoriser pour nous démarquer des garçons (Rebbeka Gemperle et sa combi NJK Pink). Il y a

19


Drifters aussi des marques entièrement féminines qui émergent et qui apportent énormément à la scène mondiale, comme par exemple, la marque allemande Hugelherzblut. Je pense aussi qu’il ne faut pas partir dans les travers des sports de masse comme le football qui a tendance à négliger la féminisation de la pratique. Le longboard a tout à faire et c’est maintenant que ça doit se passer. Qu’il s’agisse de média, de business, tout est bon pour nous au même titre que les hommes. Et j’espère que cet article fera entre autre parti d’une promo pour la féminisation du longskate.

Tes sponsors, ton crew  ? C’est le début et ça avance plutôt bien. Avec quatre potes, on a créé Team For Ride. TFR est un team pro composé de buttboarders et de longboarders. Notre but est de développer la pratique et d’amener des riders vers le plaisir et la compétition. On a récemment décroché un contrat avec une fabrique de roulements en UK : SMB bearings. Ils sont aussi motivés que nous ! Plus personnellement, je suis soutenue par le Cri du Kangourou, un des plus vieux shop de glisse à Lyon. Grace à eux, je suis rentrée dans les teams Orangatang wheels et Blood Orange bushings. Puis y a aussi Fibretec et Genghis Raptor Trucks. Je voudrais aussi remercier l’association Lyon rider qui m’aide à financer mes inscriptions aux compétitions. Un bon coup de pousse en plus des fonds propres pour progresser !

SPONSORS http://www.cdk.fr/ http://www.fibretec.ch/ www.genghislongboards.com http://orangatangwheels.com/ http://www.smbbearings.com/ http://www.calibertruckco.com/bloodorange

20


SPOKY WOKY

21


Drifters

PATRICK SWITZER CHEZ LES RIDERS QUI DÉCHIRENT LE PAVÉ, IL Y EN A CERTAINS QUI EXPLOSENT LE COMPTEUR. PARMI EUX, UN JEUNE HOMME DE 24 ANS RETIENT L’ATTENTION DE LA PLANÈTE LONGBOARD. SA VIE, CELLE D’UN SPORTIF QUI CROQUE LA WHEELS ET LA NATURE À PLEINES DENTS. ENTRE GRANDS ESPACES, GROS SLIDES ET PROJETS QUI PÈSENT LOURD, CE GOURMAND QUI ASSURE N’EST JAMAIS RASSASIÉ. Photographies issues de la video GREENER PASTURES par 3HEADS


23


Drifters

Hey Patrick. We have heard a lot of things about you this summer. Salut Patrick. Nous avons beaucoup entendu parler de toi cet été. Many riders would like to know more about Patrick, the man. De nombreux riders aimeraient en savoir plus sur toi en tant que At the moment I am feeling how most people in the industry do. Our invol- personne. vement has exponentially grown to a point we’re overwhelmed with how this passion has developed. In this busy life I strive for solitary moments to reflect and catch up on life. I miss my friends and family most, those bonds I appreciate most through travel. I’m a strong believer in wholesome food (wrapped with bacon), a balanced life and 9 hours of slumber.

As professional longboarder, what are your greatest achievements ? This has been a tremendous season with my greatest racing accomplishments thus far. I feel I am in a comfortable place in my life, my mind is clear and body on the better side of recoup. I believe my greatest challenge is establishing a variety of partnerships with phenomenal sponsors who I have sustained confidence in, we share common goals and who support my endeavors.

Recently, we have discovered your latest video project “Greener pastures”. What’s its aim ? The overall goal of “Greener Pastures” was to develop a vessel for pro riders to do what they love, reach to their potential in the best locations in the world together, non-biased and fun. The project is brought to the people for free, online with a 6 month turnover.

24

En ce moment je me sens comme la plupart des gens dans cette industrie. Notre engagement à grandi de façon exponentielle à tel point que nous sommes dépassés par l’ampleur que prend cette passion. Dans cette vie trépidante, je m’efforce de trouver des moments de solitude pour réfléchir et faire le point sur ma vie. Lors de mes déplacements, ce qui me manque le plus sont mes amis et ma famille. J’apprécie plus que tout le lien que nous avons. Je crois fermement en l’importance d’une nourriture saine (entourée de bacon), d’une vie équilibrée et de mes 9 heures de sommeil.

En tant que longboarder professionnel, parle-nous de tes réussites. Cette saison a été énorme avec ma plus grande réussite sportive jusqu’à présent. Je me sens bien dans ma vie, j’ai l’esprit tranquille et je reprends du poil de la bête. Je pense que mon plus grand défi a été de trouver des partenariats variés avec des sponsors géniaux en qui je peux avoir confiance, qui soutiennent mes efforts et avec qui je partage des objectifs communs.

Récemment, nous avons découvert ton dernier projet vidéo “Greener Pastures”. Quel est son but ? L’objectif général de “Greener Pastures” a été de créer un cadre pour que les pro-riders fassent ce qu’ils aiment, exploitent ensemble tout leur potentiel dans les meilleurs spots au monde de façon ludique et impartiale. Le projet est gratuitement mis à disposition en ligne pendant 6 mois.


PATRICK SWITZER

25


Drifters

Great riders for a great movie. Tell us a little about the riders picking process. I have been told I have a knack for gathering different personalities for a common interest. I have personal relationships with the riders. They were picked for their obvious riding abilities, experience in-front of a camera and their wild contrasting personalities. I am honored to have the chance to roll next to these outstanding people and share this inspiring dream.

What inspired you to record these longboard adventures ? I made an oath to myself at the end of last European season that I would not return if the adventure was not documented as it deserves to be. Greener Pastures is what became of that oath.

You talked about “aesthetic” when you introduced the video series. What is key to the aesthetically pleasing longboarding ? The word that comes to mind is ‘simplicity’. We share a subtle dichotomy between having no engine or brakes, making little noise and having the ability to be an incredibly powerful force at high speeds. We can also use our board as a picnic cutting board. This speaks an aesthetically pleasing environment to me.

Your movie is a way to promote the aesthetics aspect of longboarding. In what ways would you like this to gain momentum ? I can only hope this type of project spurs the gears in motion in the minds of young adventure seeking longboarders around the world to get out and not just skate, but think outside the box about how their actions affect their surroundings, how interactions are perceived or could be perceived by others and what makes what we do unique.

26


PATRICK SWITZER

Des riders hors-pair pour une superbe production. Parles-nous un peu du processus de sélection des riders. On m’a dit que j’avais un don pour réunir des personnalités différentes autour d’un intérêt commun. J’entretiens des relations personnelles avec les riders sélectionnés. Ils ont été choisis pour leur talent de rider, leur expérience face à l’objectif et leurs caractères bien trempés. Je suis honoré d’avoir l’occasion de rouler aux cotés de ces riders d’exception et de partager ce rêve porteur d’inspiration.

Qu’est ce qui t’a amené à enregistrer ces aventures en longboard  ? Je me suis juré à la fin de la dernière saison européenne que je ne reviendrais pas si on ne faisait pas connaître l’aventure comme elle le méritait. Greener Pastures est la concrétisation de ce serment.

Tu parlais «  d’esthétique  » quand tu as introduit la série vidéo. Quelle est la clé pour que le longboard soit un plaisir esthétique ? Le mot qui me vient à l’esprit est « simplicité ». Nous partageons une dichotomie subtile entre le fait que nous n’avons pas de moteur ni de freins, que nous faisons peu de bruit et que nous avons un incroyable potentiel dédié à la haute vitesse. On peut aussi utiliser notre board comme planche à couper lors des pique-niques. C’est cet environnement qui me procure ce plaisir esthétique.

Ton film est une manière de promouvoir le côté esthétique du longboard. Comment aimerais-tu que cela se développe  ? Je ne peux qu’espérer que ce genre de projet aiguille l’esprit des jeunes en quête d’aventure dans le monde entier et les pousse à sortir, mais pas uniquement pour faire du skate, plutôt à leur faire envisager différemment la façon dont leurs actes affectent leur environnement, comment les interactions sont perçues ou peuvent être perçues par les autres, et ce qui fait que ce que nous faisons est unique.

27


What did you gain from your involvement in a video project such Quels bénéfices retires-tu de ta participation dans un projet vidéo as “Greener pastures” ? tel que « Greener Pastures »  ? I think the positive aspects of being involved is the gratification to know such remarkable moments have been captured and can be relived across the globe for years to come.

Je pense que les bénéfices sont le plaisir de savoir que de tels moments ont été capturés et qu’ils pourront être revécus aux quatre coins du globe dans les années à venir.

What advice would you give to riders who wants to get involved in Quels conseils peux-tu donner à des riders qui veulent s’impliquer this kind of project  ? dans un projet de ce type ? Do your research, plan for the worst case scenario (mainly monetary budget and weather), be the leader, the voice, and the fun spoiler, when required. Understand the importance of rest, food and patience.

Fais tes propres recherches, imagine-toi le pire scénario (principalement le budget et la météo), soit le meneur, la voix, et le rabat-joie quand il le faut. Comprends l’importance du repos, de la nourriture et de la patience.

As a pro rider what would you say to all “rookie” riders  ?

En tant que pro que dirais-tu à tous les riders “rookie ?

Skate for yourself, skate with your friends, skate within your abilities, skate everywhere and everything and seek out what drives your passion!

Ride pour toi, ride avec tes amis, ride selon tes capacités, ride partout et sur tout ce que tu peux et cherche ce qui nourri ta passion.

http://patrickswitzer.ca http://www.skategreenerpastures.com

28


PATRICK SWITZER

SPONSORS

Photo - Topher Seguin

http://www.bcit.ca/ http://www.orangatangwheels.com/ http://www.fullbagskates.com/ http://viciousgrip.com/ http://longboardloftnyc.com/ http://www.patagonia.com http://www.skateslate.com/

29


PORTFOLIO LA VERSION TRASH DU ROOKIE, C’EST LAURENT PERIGAULT. DÉJÀ EN COUVERTURE DANS LE PREMIER NUMÉRO UDMAG, LE BONHOMME REVIENT AVEC UN PROJET PHOTO LONGBOARD AU PAYS DU BURGER. C’EST DANS UNE ESTHÉTIQUE FLEURIE ET BÉTONNÉE QUE CE CHIEN FOU DE 23 ANS NOUS PROPOSE SA VISION DE LA GRANDE PLANCHE QUI ROULE. MARQUÉ À VIE PAR CETTE EXPÉRIENCE, IL S’EST PROMIS DE REPARTIR LÀ-BAS TANT LES SPOTS SONT HALLUCINANT. LES VACANCES DE MISTER P, C’EST L.A ! Photographies : L & J.M Perigault Julien Mangogna Zosha Womack


POrtfolio


WILD HILL FOR WILD DOG


POrtfolio


WILD HILL FOR WILD DOG


POrtfolio


WILD HILL FOR WILD DOG


POrtfolio


WILD HILL FOR WILD DOG


Illustration: Kevin Audi Grivetta

Ce nouveau cahier, volontairement minimaliste et un brin artistique est un hommage au sentiment commun de tous les riders. Cette projection mentale, ou ce super pouvoir qui permet aux longboarders de transformer un bout asphalte en un véritable terrain de jeu. Parce que l’essence même du longskate est la route, nous avons choisi de vous proposer des images de spots mis à nu. C’est grâce à vous et à votre imagination que ce spot prendra vie. Déstructuration moléculaire enclenchée, vous vous télé transporté déjà dans le décor.


Route Osilnica / SLOVENIE KNK Freeride

SUR LA TROISIÈME MARCHE DU PODIUM DES PAYS FORESTIERS D’EUROPE, LA SLOVÉNIE S’EST RENDUE CÉLÈBRE DANS LE MONDE DU LONGSKATE PAR SON LONGBOARD CAMP, LE KNK. OSILNICA EST UNE PETITE BOURGADE DES ALPES DINARIQUES, AU SUD DE LA SLOVÉNIE PRÉS DE LA FRONTIÈRE CROATE. CETTE ÉTÉ ELLE A ACCUEILLI PLUS DE 200 RIDERS AMATEURS DE VITESSES SUR ROULETTES. CE PAYS JOUIT D’UN EXCELLENT CADRE MONTAGNEUX OÙ LES ARBRES DÉCOUPENT LE SOLEIL EN MULTIPLES FAISCEAUX LUMINEUX. SA NATURE GÉNÉREUSE, SA FAUNE ET SES SPOTS ONT SÉDUIT LES RIDERS VENUS POUR CE QUI EST DEVENU UN DES PLUS GROS FREERIDE D’EUROPE. Photographies : Mihael Zadravec

41


PARTI EN VACANCES SUR CET EVENT, LA BHM NOUS A ENVOYÉ UNE CARTE POSTALE: «LE KNK LONGBOARD CAMP, C’EST DEUX SPOTS : LE « VIXENT » PARFAIT POUR LES « ROOKIES », AVEC UN GROS SCHUSS QUI ENVOIE FORT, IDÉAL POUR LES PETITS TRAINS INFINIS. POUR LES PLUS TARÉS DES RIDERS, IL Y AVAIT LE « BEAR’S GUTS ». UN MÉLI-MÉLO D’ASPHALTE SUR 4 KILOMÈTRES AVEC 17 ÉPINGLES ET 14% DE PENTU. UNE AMBIANCE DE OUF PENDANT 7 JOURS, PERDU AU MILIEU DE RIEN EN COMMUNION AVEC DAME NATURE ET LES OURS. SOYEZ PRÊTS POUR LE KNK 2012, ÇA VA ENVOYER DU BOIS !»


CAHIER MODE

Concept Thomas Dircks Photographe David Benmussa Coiffures Hsin-yu Tseng Casting Marvin Thine Modèles ROX Theo Viroton ROOKY Rachel Guitton Assistantes Marine Queraux Julie Guitton Remerciements Black Milk agency Element Europe


ROOKY T-shirt Buffalo Element veste Squall down Burton


ROX Perfecto Shaun White Burton


ROX veste Burton X Carhartt Burton pantalon Forester Element


ROOKY veste Justi Element


ROX veste Arctic falcon hunter Burton moufles Lambsbread mitt Burton


ROX chemise Cortes Element


ROX T-shirt Basic V Element bĂŠret Evans Driver Element sac Ă  dos Tansistor johnson woolbag Burton


ROOKY chemise Sigrid Element


ROX veste Hackett bitters ridelow Burton T-shirt Forces Element pantalon Kto nega Aviatic chaussures Bowery mid Element


LONGBOARD &

FRANCOPHONIE Pays Basque

EUSKAL DOWNHILL Grenoble

LA FAMILIA Lyon

P.L.A

62


PAYS BASQUE

EUSKAL DOWNHILL Photographies: Dmitri Elson

63


Longboard & Francophonie

MYSTÉRIEUSES ET PLEINES D’HISTOIRES, LES TERRES D’ARNAUD JOUISSENT D’UNE NATURE LUXURIANTE ET SAUVAGE. SUR LE LITTORAL COMME DANS LES TERRES, LES ROUTES SONT SINUEUSES ET LA PENTE EST RAIDE. A DOS DE POTTOK, LE JEUNE MEMBRE D’EUSKAL DOWNHILL, NOUS GUIDE DANS SON FAR-WEST À LA DÉCOUVERTE DE SA SCÈNE. Divisé en sept provinces entre mers et montagnes, le pays basque est réputé pour sa gastronomie et ses fêtes de villages. À quelques pas des traditions et de l’ambiance du line-up océanien, la glisse basque a vu naitre le team des Popors, passés de la vague au bitume. 4 longskaters et un lugeur, s’élancent dans le pentu, poussés par la célèbre marque Chronic Crew. Motivés par l’adrénaline et les sensations, d’autres passionnés se joindront à la cause pour donner naissance à Euskal Downhill.

(septembre 2010) co-organisé avec une association du pays basque sud. Cette année, Euskal Downhill a organisé son championnat départemental et compte remettre ça l’an prochain. Soyez prêts, vous allez en prendre plein les mirettes !

Notre but est de développer la pratique des sports de descente sous toutes ses formes : roller, butt-board, street-luge sans oublier notre discipline phare, le longboard. Des acteurs locaux comme le shop Bongo’s Megadenda de Zarautz nous soutiennent et nous permettent de réaliser nos projets. Notre objectif, réunir les riders des 7 provinces, créer un réseau local et les inciter à organiser plus d’évènements. Notre association, c’est avant tout des passionnés au service d’une communauté active, mais aussi des spécialistes d’A.G en trilingue.

Arnaud

Les cols de montagnes et le bitume attendent les riders adeptes de sensations fortes ! il est temps de dépoussiérer vos planches et de nous rejoindre. Venez redécouvrir la planche à bonheur sur nos spots, on vous attend. Adio !

En 2010, une vingtaine d’adhérents au compteur. Aujourd’hui, de nouveaux adhérents viennent défier des Popors tel Louch en longskate et notre ancien vice champion du monde de luge, Mikel Echegarray. Ici, la discipline évolue. Du freeride urbain, au downhill du col de St Ignace, sans oublier les slides jam locaux, les montées d’adrénaline sont fortes et on en redemande. Notre pays est truffé de spots à découvrir, sans parler du cadre naturel qui permet de nous surpasser. Nos évènements les plus réussis sont le Freeride de la Pierre (septembre 2009), le A TO P Freeride (octobre 2010), et le Lehen Belagua Freeride en

64

http://www.euskaldownhill.com 


GRENOBLE

LA FAMILIA

Photographies: Pierre Gamby

65


Longboard & Francophonie

APRÈS CETTE EXCURSION CHEZ NOS AMIS BASQUES, LA UDTEAM MET LE CAP À L’EST DESTINATION GRENOBLE. ICI, LA CHARTREUSE COULE À FLOT DANS LES VERRES DES RIDERS BIEN AGITÉS. L’AIR EST FRAIS ET THIBAULT AUSSI. C’EST DANS UNE CABANE EN PLEINE FORÊT QU’IL NOUS PRÉSENTE SA FAMILLE. Ah les grands classiques, il est loin le temps des events comme le Downhill Chamrousse Jamboree, Pipay Diot Classic. À la tête de ces manifestations, la DD38. En perte de vitesse, cette petite institution nous a laissé un chouette héritage. Depuis, notre association, La Familia, assure un come back en développant les différentes disciplines du longskate. Notre groupe de potes partagent des sessions et se retrouvent à l’occasion de vidéos partys ou de soirées vintages. Ici, c ’est la fête du longskate où tout le monde dans la joie et la bonne humeur, a soif de progrès, de dépassement de soi. La tendance grenobloise du longboard est au beau fixe : board tests, conseils sur les roues et les montages, organisations d’évènements et de sessions. Toute l’équipe se mobilise pour entretenir cette dynamique qui roule. Entre reliefs, architectures urbaines et infrastructures couvertes, autant vous dire que nous ne manquons pas de spots. Profitant de la proximité des montagnes et des nombreuses descentes, La FAMILIA n’avait d’autres choix que de créer son team downhill. La DH Made in Grenoble, c’est un style gras dans un esprit nomade et collectif. Entre départ massif et contacts physiques sur la route, nous ne passons pas inaperçus. Tout comme nos events aux noms presque bling-bling (KING OF THE HILL, WINTER CHALLENGE , MIDNIGHT X RACE), mais bon, tant que ça marche... Parfois sauvage et un peut criarde, notre ambiance peut certainement effrayer mais nous savons recevoir ! Notre bande de déglingos reste, chaleureuse, soudée & attachante. De la route fermée rock’n’roll de St Hilaire du Touvet, au pif paf facile de Champs sur Drac ou de La Valette, les spots raviront les skate-trippers de passage. Pour les plus aguerris et les plus fous, rendez vous sur les grosses

66

sessions - Chamrousse, Oz ou l’Alpes du Grand Serres seront vos meilleurs souvenirs. Mais prenez garde, le talus n’est jamais très loin et le cauchemar aussi. Vous l’avez compris, nous aimons le longboard. Vous aussi  ? Alors l’été prochain, destination Gre ! L’ association reconduira peut être Le Familia Challenge. Toutes les informations seront disponibles sur le forum. N’hésitez pas, on vous attend à la Mecque du longskate! Thib38

www.familiagrenoble.forumactif.com


LYON

Politic Longboard Activist Photographie : Yan Dubost

67


Longboard & Francophonie

CONNUE DANS L’HEXAGONE POUR SA SCÈNE LONGBOARD SURVOLTÉE, LYON FIGURE PARMI LES VILLES OÙ LE SKATE DE DESCENTE S’EST LARGEMENT DÉVELOPPÉ. FIN CONNAISSEUR DE LA VIE DOWNHILL LOCALE, EN CHEF DE LA TRIBU « POLITIC LONGBOARD ACTIVIST », POMMY TÉTRASTAR NOUS PRÉSENTE LES ACTEURS LOCAUX DE SA CHASSE GARDÉE. KEEP OUT ! Hey mecton, il parait que tu fais de la grande planche à roulettes  ? Mais attends, ton spot il est foireux, je vais t’expliquer comment ça se passe par chez nous. Pour fêter le week-end, quoi de mieux qu’un réveil aux aurores. Un coup de bus pour rejoindre le spot et nous y voila – la croix rousse et ses quatre itinéraires de mange bitume. Dans nos contrées vallonnées, ce coin de paradis est sacré – cette croix appartient à tous ceux qui la désirent, à tous ceux qui ont eut l’audace de se frotter à ses pentes. Autant vous dire que dans une ville à deux vallées, y’a du spot. Ici, la règle d’or c’est qu’une session n’a de limite que la météo. Lyon, c’est 5 à 79 spots urbains, rien que ça…il y a aussi le Mont Verdun, spot mythique sur lequel beaucoup de riders ont gagné leurs premiers gallons. Réglementé, le spot est frappé d’un arrêté municipal qui interdit la roulette. Veillez à avoir un bon alibi lors de vos remontées si vous croisez les bleus. Niveau associations, beaucoup diront avec le verbe haut que c’est le bordel. Rassurez-vous, c’est un bordel bien rangé ! Nous avons découvert que la cohésion nous siée à merveille, en reconnaissant que nous sommes des identités, des personnes et que l’on trouve dans cette diversité, une richesse. En plus des spots, Lyon c’est 4 associations : Lyon Rider & la DDE 69, organisatrices d’events, POLITIClongboardACTIVIST, polyvalente avant tout et Team For Ride qui fait la promo des riders lyonnais en compétition. En marge de ces institutions, il y a l’irréductible Lyon Longskate Crew. Tu te sens rebelle ? Tu ne veux pas être affilié ? Tu ne veux pas être couvert par aucune assurance ? Alors, rejoins-les! Si tu te reconnais parmi les barjots du film « Easy Rider », alors ce crew est fait pour toi !

68

Du longskate, en veux-tu, en voila ! Des spots, des assos, des shapeurs et un groupe de tarés sur roulettes, qui dit mieux pour faire la fête  ? Quoi qu’on dise de notre scène et de nos riders, il y a chez nous des sportifs hors pairs, dont une fille au nom étrange ( cf : « Drifter Rookie – Spoky Woky » ) Comme vous pouvez le voir, il y en a pour tous les goûts et ici, tout le monde est fier de recevoir les riders de l’hexagone. Si votre week-end est maussade voire chaotique, n’hésitez plus et venez rider nos spots. Vous n’aurez sans doute plus l’envie de rentrer ! Pommy

http://politic.leforum.eu/ http://www.dde69.fr/pink/ http://www.lyonriders.com/


NEURONES

DENIS MEYERS portrait d’un typographe portraitiste

Illustrations : Denis Meyers Photographies : Laurent Perigault

69


NEURONES

LE MONDE DE LA GRANDE PLANCHE À ROULETTES A SES ARTISTES. ENTRE LONGSKATES, BRIC-ÀBRAC ARTISTIQUE, CADRES DE VÉLO ET SCÈNE PERVERSE DE PLAYMOBILE, C’EST À L’INTÉRIEUR D’UN ATELIER AUX ALLURES DE GARAGE QUE DENIS MEYERS NOUS A REÇU. ENTRETIEN AVEC UN DES ARTISTES BELGES LES PLUS EN VUE... Bonjour Denis Meyers. De quelle planète débarquez vous  ? J’ai 31 ans et je débarque d’une planète bien belge. J’ai posé mes valises à Bruxelles il y a quelques années et j’y ai une vie plutôt tranquille.

À première vue, ton atelier laisse l’impression d’un garage de bricoleur des temps modernes. En quoi consiste ton métier  ? À la base, J’ai une formation de typographe (graphisme spécialisé dans le travail de la lettre). Mais c’est vrai que je fais beaucoup de choses différentes: de la gravure, de la sérigraphie, de la peinture, des live-painting etc. En ce moment je travaille entre autre avec Bernard Prestat qui a un concept de customisation de vélos – Unik Bikes.

D’où te vient cette passion pour la typographie  ? À la sortie de mes études secondaires, je suis parti de Tournai pour la capitale. J’y ai fait une prépa artistique générale et mes parents m’ont dit de me présenter à l’examen d’entrée pour La Cambre (École  Nationale Supérieure d’Arts Visuels). J’ai réussi à intégrer l’école dans laquelle j’ai choisi l’atelier typographie. À l’époque, j’étais déjà très attiré par le skateboard, sa culture graphique et typographique. C’est aussi l’intérêt porté à cette culture qui m’a donné l’envie de me lancer.

destinées à des clients. La démarche vient en fonction du contexte et des contraintes. Dans ce cas précis, il s‘agit de visibilité, de choix des couleurs que les clients souhaitent. Pour Blütcher, il nous fallait trouver un moyen de production quasi gratuit, des solutions pratiques, économiques, esthétiques et graphiques. On a finalement opté pour de l’impression sur tissu. Le tissu est intégré dans la presse au moment du pressag. La démarche était cette fois complètement différente, il a fallu trouver un moyen pas cher, pratique et efficace. Le résultat est très satisfaisant.

Toi et le skate c’est une histoire d’amour  ? La première fois que je suis monté sur un skate j’avais 6/7 ans. Aujourd’hui à 31 ans, je me déplace régulièrement en skateboard. Comme je disais, le skate m’a permis de me diriger vers la typographie. C’était aussi l’amour des magazines, des fanzines, des choses faites à la main, le côté récupe, la côté décalé du skateboard. Du temps de ma jeunesse, c’était noir et blanc avec très peu de couleurs et beaucoup de typographie. Cette subtilité me parlait déjà et c’est toujours le cas aujourd’hui. Je dis souvent, que mes rêves d’enfant étaient d’avoir ma propre planche pro-model, éditée et produite en quantité et partir à New York. Pour ce qui est du résultat, j’ai réalisé un, mais l’autre à moitié.

Étant skater, comment perçois-tu le longboard dans un environIci, beaucoup de choses t’inspirent. Mais quelle est ta démarche nement urbain  ? artistique  ? Finalement, même si en-dessous de mes pieds je n’ai pas un longboard mais Ça dépend du contexte. Je travaille à la fois comme typographe professionnel où je réponds à des demandes moins artistiques mais très spécifiques

70

plutôt une planche de street, montée avec des axes sur-élevés et des roues bien molles, la façon que j’ai d’utiliser mon skateboard en ville se rapproche


DENIS MEYERS

«... avoir ma propre planche pro-model, éditée et produite en quantité et partir à NewYork.»

71


NEURONES

72


DENIS MEYERS

73


NEURONES

pas mal du longboard. C’est plus du déplacement, trouver de belles courbes, aller plus ou moins vite et non pas de faire des tricks dans tous les sens. Mon skate n’est pas un longboard mais un skate adapté !

Comment es-tu arrivé dans l’univers du longboard  ? Je suis rentré dans le monde du longboard via Xavier Ethuin de Blütcher pour la réalisation de leur 50 premières planches. On a travaillé uniquement sur des tissus neufs et des récupérations, tous différents les uns des autres, imprimés et gravés au cutter dans du bois (MDF).

La décoration de ces 50 premiers modèles est assez mystérieuse. Les têtes sur les boards, ont elles été choisies  ? Ça dépend. Celles que j’ai utilisée pour les planches Blütcher appartiennent à une série. Je me suis inspiré de personnes existantes. Mes sources d’inspirations varient et se font en fonction des expos, des évènements et du moment pendant lequel je crée ces personnes. Je m’inspire d’un peu de tous, de magazines, de ce qui me passe par la tête, de mes carnets de dessins dans lesquels je dessine tous les jours.

En termes d’esthétique, comment perçois-tu celle du longboard par rapport au skateboard plus globalement  ? Je l’associe plus à de la promenade le long d’une plage californienne, quelque chose de très calme pour ne pas dire cool et relaxant. À l’inverse, depuis que je connais Xavier, je remarque qu’il y a de la vraie descente avec une vraie prise de risque par des vitesses que je ne pense pas atteindre un jour. Il y a un côté sportif très fort, dangereux, voire agressif que j’aime.

Denis & Blütcher, c’est une pure combinaison. Y a-t-il des projets à l’avenir  ? Oui, après cette série faite de manière à la fois sérieuse et rapide, la suite est à envisager différemment. Je vois plus un travail typo que l’utilisation de mes têtes sur tissu. J’ai trouvé ça très intéressant mais j’aimerais focaliser mon travail sur la typographie du nom « Blütcher».

Tes projets pour 2012  ? J’ai plein de projets différents et j’aime bien bosser en fonction des contraintes qu’on me propose ou qu’on m’offre. J’ai la chance d’avoir des projets très différents comme une fresque de 14 mètres de large sur 35 mètres de haut, sur la place Flagey de Bruxelles ou encore une exposition au Musée de l’Image Imprimée de la Gravure de la Louvière. Pas mal de projets en perspective.

Mot de la fin  ? Très content d’avoir pû bosser avec Blütcher, avec Xavier et Donovan. Je suis

74

impatient de pouvoir faire d’autres séries. J’aime bien l’aspect brusselois du projet, le côté belge avec une petite entité de gens motivés. Pour moi c’est intéressant de pouvoir faire des petites séries, à la main pour les rendre uniques. L’authenticité est une caractéristique que je veux imposer à mon métier.


DENIS MEYERS

DENIS MEYERS d6ni5m@gmail.com http://denismeyers.com/

75


ARMURERIE Le bestiaire de L’éléphant

CREEPN'CRAWL, RÉUNI DES PASSIONNÉS DE SKATE NOSTALGIQUES DE L’AGE D’OR DE LA PLANCHE À ROULETTES. CE COLLECTIF REMET AU GOÛT DU JOUR LE SKATE À L’ANCIENNE EN CRÉANT DEUX MODÈLES AUX SHAPES OLD SCHOOL, LA « DEAD FISH » ET LA « EEEERNK ! ». La partie graphique est confiée à deux pointures artistiques de la board culture. Matt French, directeur artistique de Pocket Pistols et designer pour Volcom et Libtech, mais aussi l’espagnol SozyOne Gonzalez, collaborateur de Carhartt. Un retour au source avec une esthétique réalisée à la main dans la plus pure tradition du skateboard. Disponible en édition collector (100 par modèles), elles bénéficient d’un silkscreen-transfert qui garantie une longue durée de vie aux graphismes qui font le charme de ces boards. Idéales pour le park, le bowl et le cruising, les boards CreepN Crawl ont de quoi attirer les afficionados du skate en quête d’exclusivité.

BABAR EEERNK!

DEADFISH

par Matt French:

par SozyOne Gonzalez:

100% érable canadien. Kick & nose, avec un concave medium. 8.5» de largeur, 32» de long et wheelbase de 14».

MONTAGES CONSEILLÉS: «DeadFish»: Trucks indy 149mm, Edyaoner bearings et HazeWheels x Creepn’Crawl 58mm/78a (cruising) «Eeernk!»: Trucks Ace 33, Edyaoner bearings et HazeWheels Matt French 58mm/95a (park & bowl)

76

http://www.hazewheels.com/fr/ http://webringjustice.wordpress.com/


CREEPN’ CRAWL

Photographies : Captain Conso

77


4EME DE COUVERTURE ROX Modele Theo Viroton Photographie David Benmussa veste Hackett bitters ridelow Burton T-shirt Forces Element pantalon Kto nega Aviatic chaussures Bowery mid Element


80


UDmag #3- "Rocks & Rookies "