Page 1

1


2


A

en croire la définition du dictionnaire et les recherches liées à ce thème, il semblerait que l’addiction soit véritablement quelque chose de négatif. Trop largement rapporté aux drogues, au sexe et à d’autres loisirs peu recommandables, le monde l’assimile à la toxicomanie, la dépendance, l’asservissement, rendant le sujet obnubilé par une envie insoutenable, un appétit à la fois déviant et insatiable. Inutile de s’étonner de l’image sombre de ce terme quand les médias s’en emparent… Et le skate là-dedans ? Si UDmag a choisi ce thème ce n’est pas par hasard. Le skate est une pratique sportive complètement addictive qui contrairement aux vices de notre société, contribue à l’équilibre de l’individu. On a donc jugé qu’il y avait du bon dans l’addiction. Car, au-delà du besoin irrépressible de rider, skater c’est tisser des liens. Rencontrer des gens d’horizons différents, s’asseoir autour d’une bière et partager une expérience unique. Skater, c’est se libérer de la pression quotidienne. S’extirper d’une société moderne tourmentée par l’argent et régie par des règles humaines fondées sur une logique entrepreneuriale. Skater, pour se dépasser soi-même, se faire plaisir et trouver satisfaction dans l’accomplissement du geste. Skater, ce n’est pas juste rentrer des tricks ou pire encore, s’inventer une vie de rider sur les réseaux sociaux. Skater, c’est être conscient du milieu dans lequel on évolue, avec ses modes et ses risques. Les effets sont si puissants que certains prennent le temps de s’organiser, de développer des projets au service de la communauté. Et pire encore, skater, c’est aussi faire un magazine sans argent avec comme seul leitmotiv, la passion, le « stoke » comme diraient nos amis américains. Assumer l’omniprésence de l’ordinateur, les délais tardifs, les aléas de la vie, comprendre les acteurs du milieu et cela même au-delà des frontières… Parce que vous exposer toutes les raisons donnant du sens à cette dépendance volontaire et passionnelle est difficile, la petite équipe de votre longboard magazine a choisi de vous faire voyager en Suède, en Australie, en Californie, en France, au Portugal à la rencontre de personnalités qui ont accepté de partager avec vous des tranches de vies et des témoignages, qui illustrent le thème de ce neuvième numéro. Qui que vous soyez, d’où que vous veniez, prenez le temps de vous laisser ensorceler par ces lignes, textes et images, qui à l’unisson célèbrent encore une fois cette folie longboard skate, qui ne cesse de nous rendre heureux. Bonne lecture et bon ride à tous !

3


4


NEWS 6

DRIFTER

Skatejunk Racer - Adam Persson 10

PROFIL MARQUE

Aluminium Injection- Caliber Trucks 18

REVIEW

Precision Trucks – Caliber Trucks 23

EVENT REPORT

Peyragudes Never Dies 2013 - UDmag X ARA Longboard Crew 26

PRO SECTION

No Helmet No skate – Flavio Biehl 30

HOMESPOT

La Paulonie - Paulonais Longskate crew 40

ROUTE

Everything is real… – Thomas Lodin & Adrien Ballanger

52

BPM

Dope ! – Pieral Chemistry Magazine

66

NEURONES

Longboard School Phenomena - LRBX & Cedric Scheers 68

5


FRESH NEWS NOV-2013 TRACES BLANCHES

DTC Wheels rajoute une gamme de roues à son line-up. Après la Concept, la Victory, la Drift et la Gecko, la marque de roues de précision crée la PURE. Côté changement, il semblerait que l’uréthane soit différent des roues connues jusque là. Une nouvelle formule qui rendrait le ride plus agréable et même sur surface rugueuse. Côté slide, une glisse sain et pure serait garantie. A tester d’urgence ! http://anvlboards.com

OTANG STRIKES AGAIN !

http://www.dtc-wheels.com/fr/4-roues-dtc.

SPACE BOARD

Prenez une planche bois/fibre de verre façon drop-through, ajouter y un W concave, avec des gaz-pedals, un empattement variable et un kicktail suspendu dit « Wingtail ». Pour plus de fun, intégrez-y des plis antichocs aux extrémités, des éclairages et un système de batterie autonome à technologie sans-fil. Vous obtenez alors HANZO ou une étape de la board du future créée par ANVL Boards.

6

Connue pour ses roues de freeride aux couleurs flashy, Orangatang s’offre définitivement les gros spots pour du gros speed en mettant au point une vraie roue de descente, la KEGEL. Ses dimensions et caractéristiques en font une roue robuste, rapide et qui sait slider: 80mm de haut, 56mm de large et de profondeur, noyau offset, Happy Thane. Découvrez également la série centerset avec la Cage, la Kilmer et la Keanu. http://www.loadedboards.com/2013/08/orangatang-kegel

GARDE-FOU

Les sessions sous la pluie sont un cauchemar, mais plus pour très longtemps. Wheel Shield vole à votre secours et vous propose des gardeboues conçus pour le longboard. Pratiques et


NEWS I UD9

ergonomiques, les avantages du produit sont nombreux. C’est plutôt bien pensé.

http://www.jesha.fr

http://wheelshields.com/.

NEW STAR FOR HARD TRACKS

Les plus grands ne meurent jamais! Et parmi eux, il y a Kryptonics qui a grandement amélioré le ride depuis les années 75. Krypto is back! La marque revient en compagnie de Duster California avec un nouveau line-up de wheels – les Star-Tac. Un design qui nous rappelle la

grande époque avec une formule mise au goût du jour. http://kryptonicswheels.com/.

JESHA & BIG DADDY

Marre de ressembler à un junkie après vos runs? Pas de problème, Jesha & Big Daddy sont là pour vous refaire le portrait. Jesha, c’est la riding girls attitude qui va à l’encontre du stéréotype de la pin-up à roulettes. Big Daddy, c’est son copain, celui qui s’occupe des mecs. Beurre de karité, huiles essentielles, savons, tous les produits sont 100% naturels. Pour ces messieurs, after-shaves réparateurs, sérums apaisants et cicatrisants soigneront votre image ainsi que vos petits bobos.

LIQUIDE RIDE

Attack, Liquid & Fyre. Non, il ne s’agit pas de nouveaux stupéfiants, quoi que… Sous ses trois modèles de trucks, une marque, Liquid Trucks. Déjà connu dans le passé pour des trucks jamais commercialisé, la marque Chris Chaput (Mister Abec11) revient en force avec ces 3 nouveaux modèles se déclinant respectivement comme classique, speed & race. Site en construction et à surveiller

http://www.liquidtrucks.com

LAZY RIDER

Ne comptez plus sur le bus ou les voitures pour remontez le spot. On est jamais mieux servi que par soi-même…et par Nokicking. Les gars de Nokicking révolutionne radicalement le skate électrique en proposant un système électrique motorisé et adaptable sur n’importe quel skateboard. Une véritable innovation en la matière http://www.nokicking.com/.

7


ainsi qu’est né la marque hongroise, Monarchy Longboards. Du classique, du custom, bref, du 100% local dédié aux riders locaux. Vous avez un souhait? ce roi peut l’exaucer!

VOODOO CHILD

Un esprit tribal a envouté les britanniques de Mindless Skateboards. La gamme Voodoo vient rafraichir le line-up à travers une série complète et surprenante. Boards, roulements, roues, bushings « Mojo Urethane » et autres trucks « Talisman », s’affairent autour du brasier pour enflammer vos sessions. Une série coup de cœur qui vaut le coup d’œil

http://www.monarchy-longboards.com/

ECHOES…

http://www.mindlesslongboards.com.

FLUO

La marque de surfboards Hydroflex se met au skate. Hydroflex Skateboards n’est pas juste une nouveauté mais plutôt des skateboards d’un autre genre. Designs tendances, technicité, matériaux composites, couleurs flashy incrustées dans un nid d’abeille, autant de détails qui éveilleront votre curiosité. De l’originalité, du génie est du rire, voyez par vous-même

Des bruits de couloirs circulent. Une nouvelle édition de la Bhangra est en préparation chez Loaded Boards. De leur côté, Orangatang s’apprête à sortir encore de nouvelles roues, de quoi rafraichir sa gamme. Côté sécurité, GForm travaille sur de nouvelles protections. Chez les frenchies, Seven-suns s’offre une nouveau QG à Toulouse et prépare un modèle DH/FR « lowcost » - plus d’infos sur leur site. Chez B² Longboards, on ne dort pas. Nouveaux sandwichs, nouvelles décoration, mise à jour de la « Greentah », nouvelle planche de bowl, et surtout un nouveau plateau pour cet hiver et des prix plus intéressants pour les riders accrocs aux planches du shaper. MERCATO

Quand Tyler Howell rentre Arbor Skateboards http://www.arborcollective.com/skateboards, Dan Herzog pose ses valises chez Cultwheels http:// www.skatecultwheels.com

http://kck.st/GAKQMD.

WOODEN THRONE

Partout dans le monde, les riders mettent leurs compétences au service de leur passion. C’est

8

Les deux frenchys Laurent Périgault & Lotfi Lamaali obtiennent un ticket pour le team international de Paris Trucks http://www.paristruckco.com/team/. Aaron Hampshire tire un trait sur son ancien team pour celui de Seismic Wheels http:// www.seismicskate.com/.


NEWS I UD9

BOILLING SCENE

La scène mondiale du longboard est en ébullition. Pour ce, rien de plus simple que d’organiser des évents pour booster le développement de la pratique. A cette occasion, aidez les québécois de Team Québec à mettre en place un skateboard festival. Pour ce, répondez à leur questionnaire, ça ne vous prendra que 1 minute. A vos claviers et vos chronos ! https://docs.google.com/forms/d/19YjKW_lXxRGyc0b_ C6fDJPck3eraDhe0-Ud3EjiO0r4/viewform.

ROADKILLAH

Ca vient de tomber! Adam Persson est le vainqueur du championnat du monde de skate de descente IDF. Déterminé, le suédois succède à Douglas Dalua et monté sur la plus haute marche de championnat, laissant derrière lui l’américain James Kelly et le canadien Kevin Reimer. Félicitations à Adam qui s’invite dans UDmag, rubrique Drifter!

http://www.longboardism.com/2013/08/2013-igsa-snakeskeleton-downhill-cancelled-voice-bring-back.html

GIMME MORE !

L ’ancien champion du monde de DH, Douglas Dalua fait son show ! Dalua Downhill, un documentaire sur le longboard de descente partout à travers le monde avec en acteur principal, Douglas Dalua himself. Sélectionné pour participer au Netflix Prize, il aura surement la chance d’être distribué dans le monde entier. UDmag a voté et vous ? http://premionetflixbr.com/movie/8

SECRET PLACES http://www.internationaldownhillfederation.org/open-skateboard-rankings.

BAD TRIP

La célèbre course d’Argentine, le Snake Skeleton labellisée IGSA, n’a pas eu lieu cette année. Les autorités ne veulent plus de cette course dans leur province. Un coup dur pour l’organisation, les riders et la communauté mondiale du longboard. Le site longboardism propose à chaque riders de défendre la cause en envoyant un message à la collectivité castratrice. Soutenons nos amis argentins!

L’ère du numérique bat son plein et le skate n’est pas épargné par cette dynamique. Quand les deux se rencontrent, ça donne Frenchspots. Le nouveau site français qui vous permettra de géo-localiser les spots près de chez vous! Rendez-vous (théoriquement) le 1er décembre pour l’ouverture du site. http://frenchspots.fr.

9


10


SKATE JUNK RACER I UD9

SKATE-JUNK RACER ADAM PERSSON

TRADUCTION PIERRE-YVES MORICE ---------------------------------------------------------------PHOTOS ADRIEN VU VAN, MARVIN THINE & VINCENT MCCLURE ARA LONGBOARD

11


SKATE JUNK RACER I UD9

UD - La Suède est tellement loin de la France… elle ressemble à quoi la scène longboard suédoise ? AP - Ben… on a pas de grosses descentes, vraiment pas. Le run le plus long dure une minute et la vitesse maximale qu’on atteint c’est 60 km/h pendant deux petites secondes. Donc on s’adapte, on s’organise pour faire des runs le plus compact possible et on bosse beaucoup pour acquérir de la vitesse. Au Colorado ou dans les Alpes, tu peux facilement atteindre 80 km/h debout. Ici, c’est inimaginable. Autrement en dehors de la descente il y a beaucoup de cruising, on voit des planches partout dans les rues maintenant.

A

TTENDU AU TOURNANT SUR LA SAISON 2013, LE SUÉDOIS N’A PAS FAIBLIT FACE AUX TRÈS GRANDES POINTURES DU SKATEBOARD DOWNHILL. AFFUTÉ PAR SON GABARIT, IL A MARQUÉ LES ESPRITS ET S’EST CLASSÉ DANS LE TOP DIX MONDIAL DU CLASSEMENT IDF – IGSA. IL A RÉALISÉ SA MEILLEURE SAISON ET N’EST PAS PRÊT DE S’ARRÊTER LÀ. UDMAG A INTERVIEWÉ ADAM PERSSON ET VOUS OFFRE QUELQUES LIGNES D’URÉTHANE À VOUS METTRE SOUS LES YEUX.

UD - Salut Adam, c’est énorme de t’avoir dans ce numéro. Tu peux te présenter en quelques mots? AP - Tjena! (ndlr: “Salut” en suédois) Adam Persson, 23 ans, heureux skieur et skateur de Stockholm en Suède. UD - Ça fait combine de temps que tu pratiques le longboard ? AP - Depuis plusieurs années, cinq, peut-être six. Je ne sais pas vraiment quelle année j’ai commence en fait.

12

UD - Est-ce que tu t’investis personnellement dans le développement du longboard en Suède? AP - J’essaie d’aller au plus d’évènements possible, de m’amuser et de marquer les gens. Je bosse dans un shop qui s’appelle Kahalani ; là-bas, je m’efforce d’aider les personnes grâce à mon expérience et à ma connaissance du milieu. Monter la première planche de quelqu’un c’est toujours un bon moment, une bonne sensation pour moi. Je roule avec les trucks et les planches Kahalani. C’est une équipe de mecs super qui font énormément pour la scène suédoise. Ça signifie beaucoup pour moi qu’ils supportent les gamins locaux ! UD - Comment les gens et les autorités perçoivent le longboard ? AP - La plupart on une attitude positive à notre égard. Plusieurs fois, des policiers m’ont demandé d’essayer mes planches…il nous prennent en photos, c’est très relax !


13


14

LE SPORT DE GRAVITÉ EN LUI MÊME EST UNE ADDICTION !


SKATE JUNK RACER I UD9

15


16


SKATE JUNK RACER I UD9

UD - Est-ce que tu peux passer une journée sans longboard? AP - Oh oui ! Honnêtement je ne skate plus trop chez moi. On a six mois d’hiver durant lesquels c’est impossible de rider. Mais heureusement les voyages me gardent en forme. Il n’y a rien de mieux que de dévaler une nouvelle colline ! UD - Quelle descente t’as rendu accro à la descente ? AP - Une petite colline avec deux tournants et une section plate ici, à Stockholm. Il n’a pas fallu longtemps pour que j’en sois mordu. Rouler à 45 km/h était la meilleure sensation du monde à l’époque !

pers moments chaque année : des paysages magnifiques, des gens géniaux et probablement quelquesunes des meilleurs descentes au monde. UD - Premier européen et 6ème mondial. Quels sont tes objectifs pour la prochaine saison? AP - Skater de nouvelles descentes et m’éclater encore plus que cette année. Explorer notre petite planète et rencontrer de nouvelles personnes. UD - On espère que ça marchera alors. Un dernier mot? AP - Merci ! Mettez un casque de descente et venez à Voss 2013 !

UD - Comment te sens-tu lorsque tu dévales une colline ? AP - Au top ! J’ai un énorme sourire instantanément. Parfois je chante même parce que je sais pas quoi faire d’autre avec toute l’endorphine. DES MOMENTS HEUREUX ! Le vent sur ton visage, l’uréthane qui colle au sol, ta trajectoire parfaite, savoir qu’au final, c’est seulement la gravité qui t’entraîne sur une planche en bois à 100 à l’heure… c’est une expérience vraiment cool ! UD - Une sorte d’addiction ? AP - Je ne dirais pas exactement ça du longboard. J’adore skier autant que j’aime rouler, si ce n’est plus. Mais le sport de gravité en lui même est une addiction ! UD - Tu fais des courses depuis quelques années. Sens-tu la différence entre l’IDF et l’IGSA ?

Get high with : KAHALANI TRUCKS http://kahalanitrucks.com R.A.D WHEELS https://www.facebook.com/RiderApprovedDesigns

AP - L’IDF est vraiment nouveau donc je ne veux pas vraiment en dire plus pour l’instant. Mais j’aime le système de transpondeur*. UD - Quelle est la meilleure course à laquelle tu as participé ? AP - A un évènement : “Ekstremsportveko” à Voss en Norvège. C’est la plus belle course, sans aucun doute ! Pendant 5-6 jours tu fais du freeride sur des descentes de folies, avec deux jours de courses. J’y passé de su-

17


18


ALUMINIUM INJECTION I UD9

ALUMINIUM INJECTION CALIBERTRUCKS

TRADUCTION PIERRE-YVES MORICE ---------------------------------------------------------------PHOTOS CHUBBS

19


Q

UAND ON AIME, ON NE COMPTE PAS ! ON CHERCHE À SE SURPASSER ET À PRENDRE DES RISQUES, QUITTE À Y LAISSER DES PLUMES. PARCE QUE TROP DE RIDERS ONT FINI DANS LE DÉCOR, ON DEVIENT TRÈS VITE EXIGEANT, À LA QUÊTE DU MEILLEUR POUR DES RUNS INFERNAUX. DANS CETTE COURSE FOLLE AUX TRUCKS USINÉS, UDMAG S’EST FAIT UN RIDE, DESTINATION LA CALIFORNIE À LA RENCONTRE DE CHUBBS ( RIDER & MARKETING MANAGER) DE CALIBER TRUCKS..

UD - Salut Chubbs, comment vas-tu ? CH - Très bien, occupé comme d’habitude mais c’est plutôt une bonne chose. UD - Est-ce que le skateboard est une addiction pour toi ? CH - Absolument. C’est très rare qu’une journée passe sans que je monte sur ma planche. Même si c’est juste pour faire un aller-retour au marché. UD - Qu’est-ce que ça t’apportes ? CH - L’exploration, l’aventure...et la vie en elle-même. Pour moi c’est la meilleure façon de voir le monde qui m’entoure. UD - Depuis combien de temps Caliber Trucks existe ? CH - On fait tourner la boutique depuis 2010. UD - Des tas de riders ne jurent que par vos trucks chez Caliber. Qu’est ce qui fait ce succès d’après toi ? CH - La performance. On a commencé par designer un truck qui allait réagir comme on le voulait, et depuis on n’arrête pas d’améliorer ce design. Même si

20


ALUMINIUM INJECTION I UD9

on n’a jamais vraiment sorti de V2, nos trucks sont constamment revisités pour s’adapter aux retours des riders et des clients. Si tu rides nos trucks depuis un moment et que tu mets différents modèles côte à côte, tu pourras noter les différences et les ajustements qui ont opéré au fil du temps. UD - Quatrième meilleure marque de trucks de longboard en 2013 par Longboard Charts & première d’après le Concrete Wave Buyer’s Guide. Surpris ? CH - En se basant sur notre volonté de créer des trucks de haute performance, on a monté une des meilleures équipes de production de média. Tous ceux qui y sont impliqués ont la volonté de montrer comment nos riders repoussent les limites du skateboard, et ils le font avec talent. Que ce soit une image fixe ou mobile, notre équipe à la volonté de trouver des moyens innovants pour capturer le skateboard de la façon la plus stimulante possible. UD - Le marché des trucks est immense. D’après toi, qu’est-ce qu’un truck parfait ? CH - Le truck parfait n’existe pas. Chacun de nous a sa vision et façon de rider. On a une devise chez nous : « Le progrès, pas la perfection ». On n’essaie pas d’être parfaits. On se force à être

meilleurs qu’hier, et ça se voit dans les trucks qu’on produit. UD - Selon toi, pourquoi les riders sont plus attirés par des trucks de précision fabriqués avec des outils contrôlés numériquement par ordinateur (CNC : computer numerical control) ? CH - Je pense que c’est un signe qui montre que partout, les riders essaient de pousser leurs propres limites. Quand tu passes à des trucks de précision, tu élimines tous les défauts qui peuvent exister sur des trucks qui ne le sont pas. Tu t’offres la sensation la plus directe entre la route, les roues et toi. C’est ce qu’on appelle de la translation directe. UD - Pourtant on peut voir des riders avec des trucks moulés dévaler des pentes avec talent. Est-ce que les CNC trucks sont vraiment indispensables ? CH - Je ne dirais pas qu’ils sont indispensables. Nos trucks étaient sur le marché depuis un moment avant que je ne m’en serve. Pour moi, il faut tout d’abord apprivoiser les courbes et les trajectoires avant de passer à des trucks de précision. Il est nécessaire d’avoir une connaissance approfondie de sa planche avec des trucks moulés, de ses réactions et de la simple sensation de glisse. Si tu grilles cette étape,

21


ALUMINIUM INJECTION I UD9

CH - On trace des directions à suivre et on laisse aussi au futur la possibilité d’orienter ces choix. De meilleurs trucks, plus colorés, et de nouveaux produits sont quelques-unes des idées sur lesquelles on va travailler. Mais on va devoir tous attendre un peu et voir ce qu’il advient. UD - La devise de Caliber ? CH - « Le progrès, pas la perfection »

je pense que tu loupes des étapes très importantes. T’invite bien une fille à dîner avant de la ramener chez toi non ? Encore que… UD - Plusieurs marques de trucks focalisent leur boulot sur des trucks innovants, avec de nouveaux design, des technologies innovantes. Qu’en est-il de Caliber ? CH - On recherche constamment à améliorer nos design. Pour ce qui est de l’innovation, il faut qu’on découvre quelque chose de nouveau qui améliore de manière significative les performances des trucks. Certains skateurs ont un style de ride qui découle du design des trucks qu’ils utilisent. Et c’est précisément de là que des améliorations dans les performances du matériel peuvent voir le jour. Caliber est toujours à la recherche d’améliorations et d’innovations. On a la chance de pouvoir s’appuyer sur une fabrication locale et y ajouter de nouvelles techniques de fabrication pour repousser les limites de la conception des trucks Caliber. UD - Pourquoi faire des trucks sobres ? CH - On aime l’esthétique de nos trucks. C’est simple, propre, avec des courbes racées qui représentent bien les fondations solides sur lesquelles on s’améliore en continu. Pourquoi vouloir les changer ? Les autres trucks de précisions tentent tellement de se différencier – et ont l’air d’avoir été dessiné par des entreprises dans l’aérospatial qu’ils en deviennent moches. Nos trucks sont faits pour être défoncés ici, sur Terre, pas envoyés sur Mars. UD - Comment Caliber trace son futur ? Plus de trucks, des roues ?

Plus de précision ? CALIBER TRUCKS www.calibertruckco.com facebook.com/pages/CALIBER-TRUCK-CO Instagram : @calibertruck SKATE BLOOD ORANGE www.skatebloodorange.com facebook.com/pages/Skate-Blood-Orange Instagram : @skatebloodorange


W

R EV IE

CALIBER TRUCKS PRECISION SETUP: Bushings : Blood Orange 89A High Rebound Board : Airflow Brackett Wheels : DTC Victory Grip

A première vue, les Caliber Precision n’ont rien de surprenant. Un design quasi identique aux originaux, une baseplate à angle similaire, un hanger qu’on peut qualifier de classique, à priori rien de très étonnant. Mais derrière ce pseudo copié-collé de la version « Cast  » se cache un produit stimulant ! Un poids léger, des composants mieux étudiés, un ensemble doté d’une finition sobre et épurée, ils sont en réalité très différents et peuvent véritablement concourir dans la prestigieuse catégorie des trucks de précision.

DESIGN & POIDS: Prenons en comparaison un truck « Cast  » et un « Precision », pour ceux qui ne sont pas convaincus, la différence saute aux yeux. Certes, les deux ont une géométrie semblable, le parti pris de la ressemblance peut faire grincer des dents, mais les finitions de la version « Precision » n’ont rien à voir avec les « Cast ». Beaux, il combinent à la fois finesse et robustesse. Les courbes et les angles offrent une véritable grâce pour un truck issu d’un modèle brut et ressemblant. Question poids, les « Precision » remporte la mise avec 928 grammes (la paire) contre 946 grammes pour la version « Cast ». Un gain


W

R EV IE

que l’on peut ressentir à la main et surtout lorsqu’on monte la paire sur une planche.

COMPOSANTS: PIVOT CUP : comparé au « Cast  », le pivot cup des « Precision » est mieux aboutit. Plus étroit et à la fois plus costaud, c’est l’un de ses points forts. Sa gomme haute densité, 95A de duro dit « Riot Thane » fait véritablement la différence. La tête de pivot du truck est juste et s’insère parfaitement dans le pivot cup sans jeu apparent. BUSHING SEAT (TRUCKS) : les inserts de bushings bénéficient également d’une mise à jour. Mieux définis, on voit et on sent qu’une fois les gommes installées, elles ne bougent plus. La pression est donc mieux répartie pour un ride plus serein et précis. BUSHINGS : 89A d’origine, ils permettent de tourner facilement et de revenir aussi sec. KINGPIN : en acier, ils sont l’un des points qui aurait pu être mieux élaboré. Lorsqu’on le secoue un peu, on sent un petit jeu qui surprend (jeu non ressenti sur mes « Cast »). BASEPLATE & HANGER : ils sont identiques aux « Cast ». La différence réside dans le travail de finition qui a une incidence directe sur le poids. Le baseplate est à 44° ; les deux sont fabriqués dans un aluminium de haute densité les rendant très résistant. AXES : issus d’un traitement à chaud, ils sont solides, démontables, et assurent une bonne traction de la roue. Ils sont livrés avec des entretoises en aluminium (10,2mm) et des speed-rings aluminium doré (1,5mm) de précision qui assurent une bonne tenue de la roue. Aucun jeu garanti. Cerise sur le gâteau, Caliber a tout donné dans le packaging. Le tout est fourni dans un coffret noir dans lequel on trouve une série de bushings high-rebound Blood Orange 80a, 83a, 86a, 92a, de quoi customiser votre setup à votre guise. COMPORTEMENT: la planche est stable et réactive à la fois, on sent que les trucks mettent en sécurité. De suite, la confiance en soi gagne des points. Quand on tourne, on sent que le pivot cup fait merveilleusement bien son boulot et que les bushings ont un bon retour. Les courbes se font et se défont, le pilotage dans celles-ci devient alors un jeu d’enfant mais attention à l’excès 24

ALUMINIUM INJECTION I UD9

de confiance qui peut vite se finir dans un talus. Le schuss est un vrai plaisir, la stabilité est là ; les poids lourds se sentiront pousser des ailes avec les 92A. Le ride est confortable, fluide et sans vibrations. Quand on slide, la glisse est très agréable mais attention au retour. Une petite mise à jour sera sans doute nécessaire d’un point de vue technique de ride. VERDICT: Les trucks sont solides, point fort que l’on connaît déjà de Caliber pour avoir mis sur le marché des modèles « Cast » déjà très résistants. Les « Precision » le sont également, on peut donc les emmener loin. Si ressemblants à la version d’origine, Caliber reste fier de ses convictions avec un shape qui a séduit déjà plusieurs milliers de riders. Les différences avec les « Cast » sont la finition et les matériaux utilisés à la fabrication des «  Precision  ». Aluminium traité, à haute densité, anodisé et même bling-bling font des « Precision » des trucks sobres, fins et beaux à regarder – ça sent la Californie ! Tout cela rend le produit plus séduisant, plus technique et bien entendu plus cher. Au final, les « Precision  » sont très largement recommandables et apparaissent comme de bons trucks pour le downhill. Poids lourds et légers y trouveront leur compte. Bon ride !

ON AIME ----------------------------------------------------------------------------- , esse • Sobriété, fin . • robustesse lisés. • Matériaux uti peccable • Pivot Cup im • Axes solides . et bien équipés i claque. • Packaging qu • Bushings es. supplémentair • Design • Aspect » « Bling-Bling  ---------------------------------------

INS ON AIME MO ----------------------------------------------------------------------------u du • Jeu au nivea kingpin place • Axes de rem 10mm ment 8mm & po pas encore dis rd a • Angle stand baseplate dards • Largeur stan hanger & axes • Prix

---------------------------------------


-

25


26


EVENT REPORT I UD9

P

EYRAGUDES NEVER DIES 2013

Du 8 au 11 août, les Pyrénées ont été le théâtre d’un spectacle hallucinant. Spectateurs de tous bords et riders internationaux se sont donnés rendez-vous sur l’un de meilleurs tracés du monde, celui de Peyragudes. Avec une organisation shootée au speed, au drift et dotée d’une piste à faire tourner la tête, pas étonnant que la Peyragudes Never Dies prenne du poids sur la scène mondiale de skateboard de descente. Pour les absents à cette compétition, UDmag en collaboration avec ARA Longboards a réuni quelques-uns des meilleurs clichés pris lors de cette seconde édition. Il parait que la PND 2014 est déjà en cours de préparation, on vous y attend avec impatience!

1

OFFICIEL: http://peyragudesneverdies.com/

Evén ement gratuit



ARA LONGBOARDS: http://www.aralongboard.com/

& Parking

       

SOUTENEZ ARA SUR FACEBOOK: https://fr-fr.facebook.com/pages/ARA-longboard/271086056358382

classic luge



  



Long skate



emilie.mathy@

free.fr



street luge

www.peyr agudesne verdies. com

27


28


EVENT REPORT I UD9

29


NO HELMET NO SKATE FLAVIO BIEHL

TRADUCTION PIERRE-YVES MORICE ---------------------------------------------------------------PHOTOS PATRICK GORBUNOVS, JAMES SCHYMITZEK & STEFAN JOSE

30


NO HELMET NO SKATE I UD9

31


N

NE SOYONS PAS MORALISATEURS MAIS RÉALISTES. QUAND ON VOIT LA MANIÈRE DONT LA TÊTE DU RIDER HEURTE LE SOL, ON SE REND COMPTE QUE LE PORT DU CASQUE EST BIEN PLUS QUE RECOMMANDABLE. LORSQU’ON SE FAIT ASPIRÉ PAR LA SPIRALE DE CET INFERNAL ROULI-ROULANT, GARDONS EN TÊTE QU’IL N’Y A PAS DE RISQUE ZÉRO. POUR LES PLUS SCEPTIQUES D’ENTRE NOUS, REGARDEZ LA VIDÉO http://www.youtube.com/watch?v=vnvglfwuyao ET LISEZ L’HISTOIRE DE FLAVIO BIEHL.

UD - Salut Flavio, je suis certain que 90% des riders français ne te connaissent pas. Alors pour commencer : qui es-tu? FB - Je suis un skateur professionnel sponsorisé par Early Skateboard Australia. J’apprends aussi le skateboard dans des écoles et je fais beaucoup de photos. Cela fait maintenant 9 ans que je suis installé en Australie mais je suis d’origine brésilienne. Je ne connais pas vraiment la scène skate française mais j’ai un pote rider qui est français, Olivier Bareaud, et il est plutôt bon.

32

UD - Depuis combien de temps pratiques-tu le skateboard ? FB - J’ai eu ma première planche en 1985 et je n’ai jamais arrêté depuis. UD - Avais-tu l’habitude de mettre un casque lorsque tu ridais ? FB - Je n’ai jamais mis de casque, tout comme la plupart des skateurs. Je n’ai même jamais eu de casque pendant 20 ans. Mais depuis trois ans je me suis mis


NO HELMET NO SKATE I UD9

PENDANT PLUS DE 6 HEURES JE NE SAVAIS MÊME PLUS QUI J’ÉTAIS

à la descente et là c’est une obligation, surtout après mon accident. UD - Jusqu’a ta chute “perte de mémoire”. Peux-tu nous en parler ? FB - J’ai fais un handplant dans un bowl et mon truck s’est bloqué sur le coping lorsque je redescendais. Je suis tombé à la renverse et l’arrière de ma tête a heurté le sol. C’était le jour le plus fou de ma vie, pendant plus de 6 heures je ne savais même plus qui j’étais. J’avais une mémoire de 5 secondes, mon cerveau effaçait toutes les informations et je continuais de poser les mêmes questions, encore et encore… Heureusement que nous étions en train de filmer parce que je n’ai aucun souvenir de tout ça. UD - Après ton rétablissement, que c’est-il passé ? FB - Ça m’a pris deux semaines pour remonter sur ma planche et je devais refaire ce fameux handplant pour boucler la vidéo. Le bowl dans lequel je devais réessayer était bien plus gros que celui où j’avais eu mon accident. Je me chiais dessus, c’était un challenge énorme à cause du traumatisme et … >

33


34


NO HELMET NO SKATE I UD9

35


36


NO HELMET NO SKATE I UD9

37


je devais vraiment me débarrasser de ce mauvais souvenir pour aller de l’avant.

LE CASQUE NE FAIT PAS VRAIMENT PARTIE DU DRESS CODE D’UN SKATER UD - Quel est ton point de vue à propos de la prudence dans le skate ? FB - J’ai projeté la vidéo dont on parle dans des écoles pour parler aux enfants du matériel de protection. Je leur recommande vraiment d’en mettre, surtout le casque. Je dis toujours aux petits que je ne met pas toujours mon casque mais que je ne peux pas envisager faire une descente sans. UD - Est-ce que les riders australien sont sensibilisés à une pratique de la planche en sécurité ? FB - Carrément. La communauté australienne de longboard est très consciente de l’importance des protections. Vous ne verrez jamais quelqu’un descendre sans casque.

c’est le pur esprit du skate et de ce fait, il n’y a pas vraiment de règles. Tu es libre d’être toi-même. Si tu penses qu’il faut le mettre alors vas-y, sans t’inquiéter de ce que les gens vont penser de toi. Le casque sauve des vies, ce qui est je pense plus important que tout. Et si tu penses ne pas en avoir besoin, alors ne le mets pas. Cela ne tient vraiment qu’à toi mais rappelle-toi qu’il n’y a pas de risques zéro dans le skate. UD - Est-ce que tu portes ton casque dans les bowls et en dehors? FB - Normalement je mets toujours le casque dans les bowls et en descente mais pas lorsque je suis dans un skatepark ou dans la rue.

UD - Et tes amis? FB - Mes potes qui skatent n’ont jamais mis de casque contrairement à ceux qui font de la descente. UD - Un dernier mot sur l’addiction au skate? FB - Le skate a énormément fait pour moi, j’adore tellement ça. Cela a une influence énorme sur ma vie et sur la personne que je suis devenue au fil du temps. Skatez prudemment et longtemps !

UD - Le casque ne fait pas vraiment partie du dresscode d’un skateur. Ton avis là-dessus? Est-ce que tu portes ton casque dans les bowls et en dehors? FB - Quand il s’agit de porter un casque, il y a une énorme différence entre les shortboarders et les longboarders. Les streeteux ne portent jamais de casque, cela ne fait définitivement pas parti de leur dress-code et je ne pense pas que ça le devienne un jour. Quant aux longskaters, ils ne sortent jamais leur board sans mettre un casque. Dans la communauté longboard, l’utilisation du casque est fortement recommandée et cela est bien ancré dans leurs habitudes. Je dis toujours à tout le monde que se munir d’un casque est important, mais tu peux difficilement dire à quelqu’un « qu’il doit porter un casque » parce que chacun est libre de faire comme il veut. La liberté,

38

Préservation : EARLY SKATEBOARDS AUSTRALIA WONKYBOARD AUSTRALIA BROMLEY DENIM http://www.earlyskateboards.com instagram : @flaviobiehl


NO HELMET NO SKATE I UD9

39


FRENCH HOMESPOT POLONAIS LONGSKATE TEXTE / B-ZAG --------------------------------------------------------------PHOTOS / LASSO, BASTIEN MARCELIN, BORIS HORION, DENIS LAMBENG, SAMANTHA LOUSTALOT & JOHAN MORIN --------------------------------------------------------------RIDERS / BASTIEN MARCELIN, DENIS LAMBENG, JOELB-ZAG, TUNIEL, RÉMI & ANTO

40


FRENCH HOMESPOT I UD9

41


L

A DESCENTE AUX ENFERS EST ENFIN TERMINÉE. DU COL DE MARIEBLANQUE AU COL DU MENTÉ, LA LUMIÈRE BRILLE À NOUVEAU SUR LES TERRES ABRUPTES DE CE ROYAUME DE LA JUSTICE SAUVAGE OUBLIÉ DES RIDERS. LES COLLINES ET MONTAGNES DÉCHUES REPRENNENT DU SERVICE, ACCUEILLANT DES INTRÉPIDES TOUJOURS PLUS NOMBREUX. ACCROCS DU SPEED ET DE LA GLISSE, SOURIEZ, VOUS ÊTES EN PAULONIE.

42


FRENCH HOMESPOT I UD9

43


LA DESCENTE AUX ENFERS 44


FRENCH HOMESPOT I UD9

N

é à l’époque dorée des freerides pyrénéens et de la Krypto bleue, le Paulonais Crew se compose à l’origine de riders de tout l’hexagone échoués dans la capitale du Béarn. Tous venus d’horizons différents, Casper, Bigood, Boris, Joël, b.Zag et Denis écument sans décrocher, freerides et routes ouvertes du centre et de l’ouest pyrénéen.

Menté, sans parler du bitume glissant de Luz-Ardiden, des 2 versants de classe mondiale de Peyragudes et j’en passe... A l’instar des stations de ski, les spots pyrénéens n’ont rien à envier aux spots alpins. Réputés pour leur technicité et leurs routes étroites, ils défient sans conteste les spots cousins du sud-est.

L

e manque d’organisation d’évènements surplombé par la grande compétition internationale de Peyragudes ont laissé pour compte ces montagnes. Et pourtant, sessions et autres bons trips sont légion dans cet extraordinaire domaine qui regorge de spots mythiques. Hautacam et ses 12 bornes, les 100km/h du Tourmalet, les 13 épingles du

S 45


46


FRENCH HOMESPOT I UD9

47


48


FRENCH HOMESPOT I UD9

49


I

ci, l’été sert d’asile aux copains de toute la France et plus particulièrement à ceux du grand ouest, qui se joignent aux freerides déjantés et traditionnels road-trips. Mais les associations locales s’effritent, les membres du crew partent pour de nouvelles vies laissant derrière eux les Pyrénées et ses gros spots à sensations.

M

2014 devrait marquer le vrai retour de la vie associative avec des diplômés proposant des cours, un freeride à l’ancienne avec grande tablée, concert et grosse ambiance, sans oublier un sponsor trop RAD qui ne ressemble à aucun autre https://www.facebook.com/lacets.lasso et sans doute quelques évents non officiels.

A

ais après un coma plus ou moins long, le crew laisse la place à l’association Paulonais Longskate. Officiellement créée il y a un an, elle a pour but de redorer le blason de ce royaume oublié. Fédératrice, elle rassemble tous les riders de la région et remet le couvert en organisant de nouveaux freerides. Shapers, pièces rapportées et autres passionnés ont décidé de donner un nouveau souffle à la communauté.

lors si vous voyez un drapeau blanc et rouge avec un aigle royal comme blason, c’est que vous n’êtes pas loin de nous rencontrer. Venez vous faire adouber dans la bouse par b.Zag notre monarque et ses joyeux lurons qui se feront un plaisir de vous payer une (ou plusieurs) bière(s) en vous rabâchant à l’oreille qu’avant c’était bien, mais que maintenant ce n’est pas mal non plus. Viendez rider avec les Paulonais !

Initiations dans le département, roadtrip post-événements, coupe du monde de Freeride Intergalactic du Mourtis, l’association se construit autour de riders aguerris doté d’une franche camaraderie.

Truck yourself ! FACEBOOK DES PAULONAIS : https://www.facebook.com/pages/Paulonaiscrew/313412992688 FREERIDE DES PAULONAIS : Le 7 et 8 juin 2014 spot tenu encore secret. SPONSOR DE OUF : https://www.facebook.com/lacets.lasso

50


FRENCH HOMESPOT I UD9

51


EVERYTHING IS REAL ROUTES

PHOTOS / DAVIDE SPALVIERI & MARVIN THINE --------------------------------------------------------------MONTAGE / THOMAS LODIN & ADRIEN BALLANGER

52


ROUTES I UD9

53


54


B

ROUTES I UD9

ien que la mécanique de l’œil soit intimement liée à celle d’un boitier photo, notre regard sur le monde est bien loin de celui finement proposé par l’objectif. La route, les paysages et les mouvements, immobilisés dans le temps, offrent une vision transformée de ce qui nous entoure. Le temps d’une minute, fermez les yeux et laissez-vous happer par la douceur de ces courbes ainsi que cette nature boisée aux sommets enneigées. Réveillez-vous pour ne pas perdre pied. Tout cela est bien réel. La route est là.

55


56


ROUTES I UD9

57


58


ROUTES I UD9

59


62


ROUTES I UD9

63


64


ROUTES I UD9

65


DOPE

L

BPM

A MUSIQUE, C’EST MIEUX QUE LA DROGUE! ON LA CROISE, ON LA MIXE, ON LA FUSIONNE, C’EST AINSI QUE NAÎT UN DÉLICIEUX MÉLANGE DE SAVEURS AUDITIVES. POUR CETTE 9ÈME PUBLICATION, UDMAG RÉITÈRE SA CONFIANCE À PIERAL DE THE CHEMISTRY MAGAZINE POUR RÉVEILLER VOS SENS ENDORMIS. ENTRE SONORITÉS ÉLECTRONIQUES, ÉLECTRIQUES ET BEATS IMPÉTUEUX, CE DEALER DE SON VOUS A CONCOCTÉ UNE PERFUSION MUSICALE POUR UN VOYAGE SANS CONCESSIONS. A VOS CASQUES !

66

FOCUS MOONCIRLE FOCUS#1 #1– PROJECT PROJECT MOONCIRLE

FOCUS RECORDS FOCUS#2 #2– APHASIA APHASIA RECORDS

Fondé en 2004, Mooncircle est aujourd’hui un des labels phares de la scène underground. Plus que prometteur, ce label s’est fait remarqué dès ses premières sorties avec des artistes venant de tous les coins de la planète. Un objectif: ouvrir les oreilles de l’auditeur à des sons sans limites. Un moyen: offrir une musique différente de tout ce que l’on peut entendre aujourd’hui pour dévoiler un son tout droit venu du futur. Impossible de lister la liste des artistes tant ils sont nombreux. Mais s’il fallait faire un choix, on ne garderait que Gordon, le fondateur, Sieren et un certain Submerse qui vient de sortir un magnifique EP : Melonkoly.

Les années 80 c’était bien. On était tous fous, on tentait tout, on rêvait d’un futur sans égal. Voitures volantes, supers costumes et autres délires liés à une technologie venue d’ailleurs. La musique n’a pas échappé à la folie des 80’s avec des délires à faire baver les fans de SF. Des synthés magiques et autres références culturelles foisonnent chez Aphasia Records. Plus qu’un arrêt sur image 30 ans en arrière, le label propose une nouvelle vision du passé et de son futur dans lequel nos boards ne s’embarrasseraient plus de roues. Une envie de battre un top speed sans quitter le grip de vos semelles ? Les cosmonautes d’Aphasia sont là pour vous.


BPM I UD9

TREE – DEMONS

GOLDROOM – EMBRACE

DUDE ON CARS – MOVE YOUR BUTT !

Jeune californien d’à peine 20 ans, Oliver Nickell arrive petit à petit sous la lumière des projecteurs. Après un passage au Burning Man et un trip sous acid, Oliver trouve sa voix dans une sonorité nouvelle. Tree commence ainsi à explorer une musique aux accents de FlyLo ou encore Bains. C’est avec Lena Kuhn et Beat Culture qu’il développe son univers cosmique. Vous êtes à la recherche d’une nouvelle drogue ? Plongez donc dans l’univers de Tree avec son premier EP : Demons.

Et voilà, il fait moche, il pleut à longueur de journée et les infos tentent de calmer la situation en parlant de l’automne. Ne baissons pas les bras et partons chercher quelques rayons de soleil du côté de Los Angeles avec « Embrace », le dernier opus de Goldroom. La Nu-Disco est à l’honneur avec ces synthés tous droits sortis des 80’s et les voix de Chela, Mereki ou encore Say Loulou. Josh Legg signe là un EP qui revient sur sa carrière avec des morceaux qui l’ont fait connaître ainsi que de nouveaux titres qui indiquent la direction à prendre. Mention doit être faite à cet artwork pour le moins langoureux.

Que serait le skate sans la musique? Après tout, l’un et l’autre vivent une relation sans ambigüités. On aurait pu vous parler du skate-punk, ce genre musical où les musiciens font toutes les prises avec un grip usé sous les shoes mais focus est fait sur « Move Your Butt ! », le dernier opus des Dudes On Cars. Tous les ingrédients sont réunis pour un vous faire sauter dans tous les sens et apprécier cette musique californienne made in France. Gros riffs et paroles tantôt absurdes, tantôt sérieuses, nous laissent penser que ces dudes ont leur place aux côtés de Pennywise, Rancid ou encore Rise Against.

MACHINEDRUM – VAPOR CITY

THE FIELD – CUPID’S HEAD

LORN – DEBRIS EP

Machinedrum, ce nom qui laisse présager une lourdeur musicale et des rythmes millimétrés, revient avec un nouvel opus qui s’annonce bon. Tout le monde s’y retrouvera, une ambiance aussi sombre que nos nuits sans éclairages publics, des rythmes à mi chemin entre la juke, la jungle et peut être la drum & bass. Les frontières sont brisées et on y perd tous repères. Encore une fois, le label Ninja Tune fait preuve de sa supériorité pour ce qui est du recrutement des artistes, pas besoin de gros chèque mais juste d’artistes talentueux.

The Field c’est avant tout un son unique né de la rencontre entre une techno bien rythmée et des accents shoegaze. Axel Willner, de son vrai nom, a construit un style inimitable qui hypnotise dès lapremière écoute. Chaque nouvel album pousse sa quête de perfection musicale un peu plus loin et « Cupid’s Head » montre qu’Axel a encore une fois sorti ses tripes de sa poche. Sonorités dark et recherche du son parfait, on se rend compte que le producteur sait ce qu’il veut obtenir mais aussi comment. Les personnes qui découvriront ce nouvel album seront probablement fascinées tandis que les autres resteront sans doute sous l’influence de ces précédentes galettes.

Lorn fait, lui aussi, partie de l’écurie Ninja Tune qui reste prolifique en tout temps. Il arrive avec un nouvel EP envoûtant. Un véritable calme avant la tempête avec les 6 pistes de « Debris ». Lorn maîtrise une ambiance aussi obscure que féroce, qu’il avait déjà su montrer sur ses précédentes réalisations. On se retrouve à nouveau plongé dans un univers où la musique va plus loin que la syncope. Elle se laisse en effet mourir pour rejaillir sous une forme démoniaque. C’est beau. Véritable course poursuite où la mélancolie, la noirceur et les airs glitchés feront tout pour arriver jusqu’à vos oreilles.

67


NEURONES LONGBOARD SCHOOL PHENOMENA

--------------------------------------------------------------PHOTOS / LRBX & FRIENDS ---------------------------------------------------------------

68


NEURONES I UD9

69


UD - Salut Cédric. T’es connu comme le loup blanc pour faire de la trottinette dans Bruxelles. Info ou intox ? C - Intox, je suis très mauvais avec un guidon en mains. UD - Trêve de plaisanteries, parle nous de LRBX. Pourquoi avoir créé une longboard school? C - LRBX ! Ce projet me tient à cœur depuis quelques années maintenant. Etant éducateur sportif et baignant à la fois dans la culture des sports extrêmes depuis longtemps, j’ai toujours rêvé d’allier ces deux passions qui me caractérisent. Lorsque j’ai commencé le longboard et que j’ai pris part à son développement en Belgique, j’ai compris qu’il y avait une opportunité, celle de créer la première école de longboard de Belgique. Mais, contrairement à ce que l’on pourrait s’imaginer d’une école, au sens classique du terme, LRBX est une vraie association «art of life» avec un groupe qui peut prendre en charge un public néophyte souhaitant s’initier au longboard, développer son niveau quelle que soit la discipline (DH, Dancing, Slide, Freeride...), voyager, participer à des évents et faire partie d’une communauté ouverte et non élitiste. UD - Y avait-il une motivation particulière, un élément déclencheur? C - La passion du longboard et la passion des gens, tout simplement! Je suis quelqu’un de très sensible, de très impliqué. J’ai soif de développer des projets,

70

rassembler les gens et faire quelque chose de beau et de bien en dehors de mon boulot et ma famille. La scène longboard est encore très jeune, contrairement au skate et au surf. Il y a donc beaucoup de choses à faire pour continuer à garder cette discipline belle et «down to the roots», loin de la dimension business du skate (street) et du surf. J’espère que le longboard gardera sa dimension ludique, humaine et proche de la nature. UD - Combien d’apprentis riders y a-t-il dans ton école à ce jour? C - C’est un peu difficile d’évaluer le nombre de riders qui font partie de l’école, car beaucoup de cours sont donnés dans des écoles scolaires et des centres sportifs. L’été, on tourne autour de 200 jeunes et lors des vacances scolaires, autour de 40 personnes… et ce depuis 2 ans déjà. Chaque semaine, on organise des sessions ouvertes où on met à disposition du matériel à titre gratuit. Ces sessions réunissent une vingtaine de riders par semaine. Les débutants sont de plus en plus nombreux, c’est carrément hallucinant. UD - Quelles sont les disciplines enseignées ? C - La discipline principale enseignée est le FUN TO RIDE! C’est la base à donner à tous ces jeunes qui sont fortement influencés par les pros, les sponsors, les victoires et les compétitions. Le plus important est qu’ils découvrent ou redécouvrent les sensations


S

NEURONES I UD9

I LES HOMMES ONT BIEN QUELQUE CHOSE DE PRÉCIEUX EN EUX, C’EST CETTE VOLONTÉ DE TRANSMETTRE UN SAVOIR. EN BELGIQUE, CERTAINS RIDERS SONT TELLEMENT ACCROCS AU LONGBOARD QU’ILS ONT PRIS LE PARTI DE TRANSMETTRE LEUR DÉPENDANCE PAR LE BIAIS DE LA PÉDAGOGIE ET L’ÉDUCATION. LOIN DES RAW RUNS ET AUTRES SAUTERIES, ALEX & CEDRIC D’LRBX LONGBOARD SCHOOL PRÉPARE LA JEUNE GÉNÉRATION AU SENS ET AU PLAISIR DU LONGSKATE

FAIRE PARTIE D’UNE COMMUNAUTÉ OUVERTE ET NON ÉLITISTE.

de la glisse, le bonheur et la liberté que le longboard procure. Ensuite, ils apprennent, en fonction de leur niveau et de leur motivation. Nous sommes convaincus qu’il est important que les riders puissent toucher à tout pour ensuite se spécialiser dans une discipline désirée. Nos riders sont donc des touche à tout! UD - Quels sont les outils utilisés dans l’enseignement du longboard/skateboard auprès des kids? C - Les méthodes utilisées proviennent de mon expérience en tant qu’éducateur sportif. L’approche est très personnalisée en fonction du type de rider. Elle sera bien différente en ayant affaire à un groupe scolaire d’enfants âgés de 8 à 12 ans, que d’un cours particulier pour un jeune de 18 ans qui souhaite se concentrer sur l’apprentissage de la DH, par exemple. Ce sport reste un sport d’expression, donc on donne des pistes, des conseils en laissant les riders s’exprimer à leurs manières, pour créer leur propre dimension, leur propre style. C’est là notre définition du longboard selon LRBX.

71


72


NEURONES I UD9

73


74


NEURONES I UD9

75


76


NEURONES I UD9

77


ETERNAL LIFE TO LONGBOARDING 78


-

NEURONES I UD9

UD - Comment est perçue la pratique du longskate auprès des parents ? C - Tout est une question d’image. Lors des nombreuses sessions organisées à la sauvage dans les beaux quartiers autour de Bruxelles, par exemple, on s’attendait à être chassés rapidement, d’avoir la police sur le dos… La réalité a été toute autre. En étant courtois, respectueux du voisinage et de l’environnement (type déchets) ainsi qu’en promouvant une image positive du longboard, cela nous a permis d’être invités par les parents, d’avoir de nouveaux enfants pour les initiations et même d’avoir des communes/mairies très intéressées pour investir dans le longboard en tant que discipline pour les centres sportifs. Nous visons à nous inscrire dans la politique de développement sportif et culturel des municipalités d’ici 2014-2015. UD - Ces derniers temps, la port du casque a fait du bruit. Quel message leur transmettez vous à ce sujet là ? C - En tant que rider permanent (je ride quasiment tous les jours de l’année), je pense qu’il est très important de rider avec un casque. Car comme en vélo, la chute sur la tête est souvent rare, mais lorsque qu’elle arrive, elle peut avoir des conséquences dramatiques parfois irréversibles. C’est une habitude à prendre et ensuite, tout est réglé. Personnellement, ça m’ai égal que les gars s’éclatent la tronche sur le bitume, mais j’essaye de leur expliquer que c’est pour le respect du sport et d’euxmêmes. Si les gens voient les longboarders avec un casque et des protections, ils auront une image d’un sport sécurisé et cela nous permettra de continuer à développer le longboard et de nous positionner auprès des institutions.

UD - Quels sont les projets de votre école ? C - A court terme, nous voulons continuer à développer les sessions que l’on organise chaque semaine de manière permanente et régulière tout en conservant l’esprit et le fun que l’on a toujours réussi à préserver. A moyen ou long terme, on voudrait créer un lieu sécurisé dédié à une pratique annuelle du longboard à Bruxelles. LRBX souhaite continuer à développer des partenariats avec les marques de manière à mettre à disposition du matos pour faire les initiations, cours, démos, tests… On aimerait également créer plus d’événements (slide, dancing, pushrace & expos) sur Bruxelles pour rassembler des riders et artistes de toute l’Europe afin de pérenniser l’image sportive et culturelle du longskate. UD - Le mot de la fin ? C - Eternal life to longboarding my friend! Je voudrai en profiter pour faire une spéciale dédicace à ma femme Doris Winderickx, qui sans elle tout cela serait impossible. Big up à tous ceux qui contribuent à l’ombre des projecteurs et permettent à LRBX d’être ce qu’elle est aujourd’hui. Restez connectés, on vous tient au courant de nos projets!

UD - Les longboard schools poussent comme des champignons. N’y a-t-il pas matière à créer un réseau ? C - Ce serait en effet une bien belle idée de développer un réseau, pour échanger sur divers points de vue (méthodologies, problèmes rencontrés, dossiers de sponsoring, recherches de financements, sites internet…). Car au final, l’objectif de chaque longboard school est plus ou moins le même: développer le longboard, faire de nouveaux addicts, promouvoir une image positive de notre discipline et permettre à tous de la pouvoir pratiquer en sécurité.

Happy ride ! SITE OFFICIEL : http://lrbx.be FACEBOOK : www.facebook.com/LRBX.LarouletteLongboardClub Micha Margo : http://cargocollective.com/mmpictures Blutcher Longboard Club : http://www.blutcher.com Mata7ik : http://a7ik.com

79


RÉDACTEUR EN CHEF Marvin Thine – http://udmag.net --------------------------------------------------------------------------------------COUVERTURE & 4° DE COUVERTURE Damien Blondeau - http://macadam-identité.com/ GRAPHISME & MAQUETTE Charly Braye - http://22-22-design.tumblr.com/ ••••• RÉDACTEURS Marvin Thine - http://udmag.net Peter C.Hofner - http://www.10tracksperweek.com/ Davide & Fabio Spalvieri - http://davide-spalvieri.blogspot.fr/ ••••• SECRÉTAIRES DE RÉDACTION Damien Rosier, Kai Larson ••••• TRADUCTEURS Damien Rosier, Thine Keevin, Kai Larson, Maxim Garant-Rousseau ••••• PHOTOGRAPHES Marvin Thine, Adrien Vu Van, Vincent McClure / Ara Longboard, Brian Cortright aka Chubbs, Lasso, Bastien Marcelin, Boris Horion, Denis Lambeng, Samantha Loustalot, Johan Morin, Patrick Gorbunovs, James Schymitzek, Stefan José, LRBX & Friends, Davide & Fabio ••••• HYPNOTIC STOKE Adam Persson, Flavio Biehl, LRBX Cedric Scheers & Friends, Sylvain Bezagu aka B-Zag & Paulonais Association, Patrick Switzer, Brian Cortright aka Chubbs & Caliber Trucks team, Kai Larson, Adrien Vu Van, Nicolas Morisot, Pierre-Yves Morice, Damien Blondeau, Charly Brown, Damien Rosier, Benjamin Relat, Vincent McClure & ARA Longboard, Keevin Thine, Julie Guitton & Joackim Thine --------------------------------------------------------------------------------------Site web: http://udmag.net E-mail: contact@udmag.net Le magazine décline toute responsabilité quant aux sujets et photos qui luisont envoyés. Les articles publiés n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs. ©Copyright UDmag – Tous droits réservés - 2013 Rendez-vous au mois de Janvier pour UDmag#10

80


81

UD#9 - ADDICTION (Fr)  

Motivé par ce leitmotiv à 4 roues et animé d'une passion dévorante, nous n'avions d'autres choix que de replonger. Remonter sur cette planch...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you