Page 1

BILAN D’ACTIVITE. Avril 2011 à Avril 2014 Sommaire : 12345-

Introduction. Le contexte social et économique. Bilan de l’Activité Revendicative. Bilan de l’Activité Vie Syndicale. Conclusion.

1-Introduction : Nous voici rendus au terme de notre mandature. Ce rapport d’activité met en lumière les événements et les activités les plus marquantes, qui se sont déroulées dans notre département et il dresse aussi un bilan de la mise en œuvre des orientations décidées lors du congrès tenu en 2011. Les syndicats s’étaient engagés avec leur Union Départementale sur 25 décisions lors du précédent congrès. Ces décisions, qui étaient autant d’objectifs de travail collectif, étaient toutes tournées vers deux enjeux complémentaires : le développement de l’activité revendicative et celui de la syndicalisation Il nous appartient de vérifier si la feuille de route a été respectée. Les informations fournies sont des repères pour que vous puissiez apprécier et juger de l’efficacité de l'activité CGT et de la mise en œuvre de nos décisions. La Direction de l’UD, sa Commission Exécutive, les différents collectifs ont cherché à accomplir leurs responsabilités d’impulsion et de coordination de l’activité CGT sur les Hauts de Seine tout au long de ces 3 années, dans toute la mesure de leurs forces militantes. Cela nous a conduit, d’une part, à prendre un certain nombre d’initiatives dans le département et d’autre part à contribuer à la réussite d’initiatives décidées par d’autres organisations CGT (Confédération, fédérations, URIF ou UGICT) Les Hauts de Seine ont en effet, cette particularité d’être une caisse de résonance de nombreux conflits étant donné le nombre important de sièges sociaux implantés sur le territoire national qui en font un lieu de rendez-vous fréquents pour beaucoup de salariés d’entreprises en lutte. (Fonderies du Poitou ; Arkéma ; Technicolor, Pétroplus, Goodyear,…etc.). Le département des Hauts de Seine totalise à lui seul la concentration la plus importante de sièges sociaux, 18 sur les 40 entreprises du CAC.40. Ces sièges sociaux, mais aussi des directions stratégiques d’entreprise ou Ministères, ne sont pas seulement un lieu de travail, mais des lieux politiques, où se prennent des décisions qui se déclinent partout sur le territoire national, en Europe ou au niveau mondial (TOTAL, GDF-SUEZ, AXA, SOCIETE GENERAL, …etc.)


Pourquoi tirer un bilan d’activités et à quoi ça sert ? - Un bilan d’activités, c’est un compte rendu du mandat que nous devons aux syndicats qui ont choisi des orientations au congrès en 2011. Il nous faut examiner ensemble comment cela s’est accompli, en tout ou partie, pourquoi des blocages ici, et là des avancées ? Quels enseignements tirons-nous des expériences vécues pendant ces trois ans écoulés ? Comment cela peut-il nous aider à décider ensemble de nos orientations pour les trois ans à venir ?

2-Le contexte social et économique : Notre dernier congrès s’est déroulé au milieu d’une crise économique à la fois mondiale, nationale et qui n’a pas épargné notre département. Cette crise s’est encore aggravée avec les politiques violentes de rigueur et d’austérité et cela confirme que nous sommes bien dans la crise d’un système : celui du mode de production capitaliste. En effet ce n’est pas en appliquant les recettes qui ont généré la crise, dont la principale s’appelle baisse du « coût du travail » qu’on s’en sortira. Cette aggravation de la crise vient donc logiquement sanctionner les politiques visant à poursuivre cette politique de baisse du « coût du travail », en réduisant les déficits publics, en portant des coups très graves aux systèmes nationaux de solidarité et en dérégulant leurs services publics. Mesurons-nous suffisamment l’impact du climat politique et social qui caractérise la situation dans notre pays, dans notre département et sur la capacité de notre syndicalisme à déployer son activité dans un contexte si particulier que nous n’avons pas connu depuis les années 30 ? Cette crise du capitalisme frappe toujours et de plus en plus de largement tous les secteurs et tous les salariés, et les choix politiques qui nous sont imposés sont totalement dans la continuité de ceux du gouvernement précédent. Des choix qui se plient sans grandes résistances aux injonctions européennes, celles des dogmes de l’austérité et de la baisse des coûts du travail. Des choix qui ne visent évidemment pas à trouver immédiatement des solutions à la situation économique et sociale de notre pays. Leurs objectifs étant clairement d’imposer aux pays qui composent la zone euro ce que chaque gouvernement n’avait jusque-là pas réussi seul à leur imposer. Concrètement, ils entendent profiter de cette crise pour obliger les pays à accélérer la restructuration de leur économie, à aligner les conditions de vie et de travail des salariés aux conditions voulues par le patronat européen et le monde de la finance. N’hésitant pas pour cela à prendre le risque de réveiller les vieux démons du nationalisme dans les pays européens en mettant en concurrence les salariés entre eux.

2


3 - Le Bilan de l’Activité Revendicative. L’UD a participé aux différentes journées d’action interprofessionnelles sur de nombreux sujets et à ainsi contribué à la réussite de nombreuses mobilisations revendicatives. Pour gagner toutes ces luttes, nous devrons élargir et faire grandir les mobilisations, pour une alternative politique crédible aux politiques d’austérité, il faudra travailler à des grandes mobilisations du monde du travail au niveau européen, national ou départemental. a- Au niveau européen. - Les manifestations européennes, le 14 novembre 2012, le 29 février 2012 et le 4 avril 2014. b- Au niveau national. -

Le TSCG (traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance). 29 Février et 30 Septembre 2012) L’ANI (l’accord national interprofessionnel) sur la « sécurisation de l’emploi ». le 5 mars, le 9 Avril 2013 La réforme des retraites (le 10 septembre, 15 octobre, 30 octobre, 26 novembre, 18 décembre 2013) Le pacte de responsabilité et les politiques d’austérité (6 Février et 18 Mars 2014) Les Libertés syndicales (rassemblement le 11 mai 2013 pour l’amnistie syndicale et le 5 novembre 2013 en soutien des 5 de Roanne…)

Nous avons encore besoin d’amplifier ces luttes dans chacune de nos entreprises, collectivités ou établissements car nous sommes confrontés à une politique globale de destruction des droits du travail et il faut organiser ensemble la riposte. c- Au niveau départemental. Nous avons cherché à impulser et à coordonner l’action revendicative sur des enjeux revendicatifs qui se posent de manière particulière et dans un contexte propre au département. Il en est ainsi notamment des mobilisations : -

Pour la titularisation des précaires dans la Fonction Publique ; organisation de journées d’études avec la CSD (Coordination Syndicale Départementale),

-

Pour la défense de l’hôpital public : au CASH Nanterre (participation au Comité de Défense de l’hôpital), pour les hôpitaux de l’AP-HP (Béclère, Beaujon, Mourier, Paré, …etc.). Participation active à l’organisation des élections du 20 Octobre 2011 dans la Fonction Publique Hospitalière et à la campagne électorale sur le terrain dans les établissements concernés,

-

Pour le maintien des centres de Sécurité Sociale de la CPAM. Impulsion de la mobilisation CGT contre la fermeture et la vente par la CPAM des centres de Sécurité Sociale. Construction d’initiatives unitaire avec FO (Conférence de presse + Tract + pétition + lette aux Maires), 3


-

Pour participer au débat lancé en interne à la CGT sur le financement de la Sécurité Sociale. Mise au point par le collectif UD d’une contribution au débat. Diffusion d’argumentaires et de nombreuses informations.

-

Pour contribuer à diverses luttes, notamment par la diffusion d’informations et la mise à disposition du ballon UD : pour l’augmentation des salaires et l’application du SMIC à l’hôtel Campanile (Suresnes), l’augmentation des salaires au SIAPP à Colombes, la défense des libertés syndicales à la SNECMA et à La Poste, la réintégration, gagnée de délégués CGT dans leur poste de travail ou dans leur formation professionnelle (Maison de Retraite Lasserre à Issy, EDF Bagneux, MDR des Abondances à Boulogne, ..), etc.

-

Pour refuser l’austérité, coordonner la riposte en travaillant à la convergence des initiatives et des luttes revendicatives en portant à la Préfecture un « cahier revendicatif départemental » (Juillet 2012) et en interpellant l’ensemble des députés et sénateurs des Hauts de Seine pour exiger que le Traité européen d’austérité (TSCG) ne soit pas ratifié.

- Egalité professionnelle : L’égalité au travail est fondamentale car elle permet l’émancipation et l’autonomie économique des femmes. L’histoire le montre, les grandes avancées pour les femmes, obtenues par la mobilisation, ne se sont pas faites au détriment des hommes, mais permettent au contraire l’émancipation de tous et de toutes. En 2011, le comité départemental pour l’égalité avec la chargée de mission à la Préfecture a initié 3 rencontres intersyndicales sur les thèmes suivants : - le 22 septembre 2011 à la Défense sur l’articulation des temps de vie et l’égalité professionnelle - le 22 novembre 2012 à Puteaux sur les comportements sexistes et violences sexuelles à l’encontre des femmes au travail (à l’occasion de la journée internationale sur les violences du 25 novembre) - En septembre 2013 sur le parvis de la Défense, une rencontre sur l’égalité salariale La CGT a participé assidûment à l’organisation de ces débats ce qui a permis une mobilisation de plusieurs camarades (siégeant en Prud’hommes) notamment lors de la conférence à la préfecture en novembre 2013 initiée par la déléguée départementale aux droits des femmes pour la restitution de l’enquête sur les violences au travail en novembre 2013. -

Luttes pour les libertés syndicales.

Durant les trois ans écoulés, nous avons constaté une intensification des atteintes aux libertés syndicales. Nous avons multiplié les actions contre toutes les formes de discrimination et les libertés syndicales. Les organisations de la CGT dans le département ont dû faire face à de nombreuses attaques contre les droits syndicaux et l'action revendicative : – recrudescence des pressions et sanctions à l'encontre des militants dans les entreprises. – engagement de poursuites judiciaires pour cause de participation à des actions au sein de leur entreprise. 4


Cela a conduit à ce que notre UD tienne une Conférence de presse sur les libertés syndicales le 29 octobre 2013 pour alerter sur les situations de nos camarades dans le département: -Dans la métallurgie. Toshiba à Puteaux, Bruno TROULET. Dassault à Saint-Cloud : Claudio CALFUQUIR. SNECMA Gennevilliers : Olivier TOMMET. IBM Bois Colombes : Christian AGON. -Les services publics. GPSO (Communauté d'agglomeration) : Stéphane FAISY; OPH arc Seine : Abdel NASSER KHALED -Santé/Action Sociale. EHPAD Chatillon, Fatima boudol. -Commerce. Carrefour Gennevilliers: Mohamed Setta. - Banques et Assurances. AXA assistance Chatillon : Ibrahim ZEID. … etc. Nous avons rappelé lors de cette conférence, nos 3 exigences, premièrement pour une loi d'amnistie "Des délits commis lors des mouvements sociaux", deuxièmement pour une loi portant sur les droits nouveaux et enfin pour obtenir le retrait de la liste des délits susceptibles d’être inscrits aux fichiers des empreintes génétiques (ADN) toutes condamnations qui touchent les militants syndicalistes qui dans le cadre de leur mandat agissent dans une action collective. Participaton au rassemblement de Roanne, le 5 novembre pour apporter notre soutien aux 5 camarades qui ont refusé de se soumettre à un prélèvement ADN. Egalité des droits des LGBT dans le monde du travail et lutte contre l'homophobie. Organistion d'une réunion avec les membres de la CE sur la question de l'égalité des droits pour les LGBT dans le monde du travail. Nous avons aussi à disposition dans le département une étude sur les discriminations, les actes homophobes, sur les politiques de diversité dans le milieu professionnel. (Etude. Essec Business school.2013) - « On bosse ici, on vit ici, on reste ici », La lutte des travailleurs sans-papiers dans le 92. En appui sur la grève déclenchée concomitamment (en Juin 2013) par les salariés dans une quinzaine d’entreprises employant des travailleurs sans papiers, le forces militantes CGT sur le département, avec leur UD et en coordination avec le collectif migrants confédéral, se sont mobilisées afin d’obliger leurs patrons, quelquefois récalcitrants ou souvent peu coopératifs, à établir le « contrat de travail simplifié » (dit « Cerfa »). Cette lutte menée en Juin 2013 a permis la régularisation de 45 travailleurs sans papiers, résidant au foyer de Courbevoie. Le suivi des dossiers dans des permanences tenues dans certaines UL (Colombes, Rueil) ou à l'UD par une camarade retraitée, permet de constater, au vu du nombre de plus en plus important de dossiers, que cela reste un sujet revendicatif majeur, que seule la Cgt porte à bout de bras avec quelques militants de notre Union départementale. Une initiative qui fera date : L’étude réalisée sur les conditions de travail des salariés des sociétés de nettoyage à la Défense, qui a permis de créer du lien entre élus, représentants Cgt, mais aussi médecins du travail. Une plaquette a été éditée, avec la contribution de l’ARACT ; Des réunions se tiennent régulièrement pour examiner le suivi des préconisations. 5


4 -Bilan de l’Activité Vie Syndicale. A -Coopération avec les Unions Locales. Activité territoriale interprofessionnelle. Organisation de réunions mensuelles pour les Unions Locales qui ont permis de travailler sur l'appropriation des outils ou enjeux suivants : - Dispositif transitoire d’adhésion. - Rattachement d’un syndiqué à un syndicat. Identification des syndiqués « isolés » - Tenue de congrès ou d’assemblée générale dans les syndicats. - Utilisation et maîtrise de COGITIEL. - Prise en compte des nouvelles règles comptables applicables aux syndicats. - Vérification des résultats des élections professionnelles, enjeux pour la représentativité. - Préparation et organisation militante des élections dans les TPE. - Présentation de la représentativité syndicale dans le département. Ces réunions nous ont permis d’avoir une meilleure connaissance sur plusieurs thématiques et d’échanger entre militants. Contribution de l’UD à la tenue de plusieurs congrès d’UL, ou Comité Général. Congrès. Suresnes (Novembre 2011); La Défense (Décembre 2011); Nanterre (Février 2012); Colombes (Juin 2012) ; Gennevilliers (avril 2013), Issy (mars 2014), Courbevoie (mars 2014) Comité Général. Bagneux

et Boulogne (Juin 2012)

Etat des lieux Unions Locales. Dès le début du mandat, au 2ème trimestre 2011, l'UD s'est engagé dans un état des lieux des UL afin de pouvoir fournir aux syndicats du département une vision concrète et précise de notre organisation sur le plan territorial. Cette étude, nous a permis de commencer à réfléchir aux évolutions possibles que nous allons débattre ensemble lors de ce congrès. L'objectif est de déployer au mieux notre potentiel militant, et reconquérir ainsi une capacité d'action à la hauteur des enjeux de luttes revendicatives. Sur 19 Unions Locales, 7 n'ont pas tenu, ou pu tenir, de congrès depuis très longtemps et ne disposent donc pas de collectif de direction militante, capable d'animer la vie syndicale avec les syndicats présents sur le territoire, d'organiser des diffusions régulières de tracts, d'aller au contact des salariés des entreprises pour renforcer la CGT, nous implanter dans les déerts syndicaux. B -Droits et Libertés, Activité Juridique : une dimension de l’activité revendicative. L'UD s'est inscrit dans la mobilisation nationale pour l'abrogation de la taxe de 35 € mise en place sous Sarkozy. Cette taxe sera finalement supprimée en 2013. A la suite des élections de 2008, la CGT qui avait recueilli près de 26% des voix, a obtenu 58 élus Prud'hommes (36 à Nanterre et 22 à Boulogne). 6


Ces élus CGT assument leurs responsabilités dans des conditions difficiles, marquées notamment par des crédits d'heures restrictifs pour pouvoir travailler à la rédaction des jugements, et aussi par le manque de moyens en personnels de greffe qui se répercute sur l'ensemble du fonctionnement des Conseils et qui aboutit à allonger considérablement les délais d'attente pour obtenir un jugement. L'UD a impulsé la mobilisation sur cet enjeu de la question des moyens de fonctionnement et a pu obtenir la réalisation de plusieurs tracts unitaires (CGT; CFDT; CFTC; UNSA) diffusés à l'occasion des assemblées générales de début d'année dans les conseils. L'UD s'est inscrite dans la campagne confédérale engagée dès la fin 2013 contre la suppression des élections Prud'homales, et pour qu'elles soient organisées en 2015. La pétition confédérale doit être mieux prise en compte dans chaque syndicat et chaque UL. En coordination avec les élus CGT Prud'hommes, l'UD a organisé plusieurs réunions, pour un meilleur suivi de notre activité dans les Conseils de Prud'hommes et pour redynamiser un collectif DLAJ départemental articulé autour des syndicats et des UL afin d'aider les syndicats à se réapproprier pleinement cette activité. Cet effort reste à poursuivre. Globalement l'activité juridique, notamment celle vers les Prud'hommes reste encore trop l'affaire de "spécialistes". Pour arriver à mieux coordonner l'activité DLAJ sur le département, entre les élus des 2 Conseils, entre ces élus et leurs syndicats, leurs UL respectives et leur UD, assurer davantage de permanences juridiques notamment et investir le terrain du droit public, il reste en effet à répondre à ce besoin de construire un collectif d'animation départementale, avec un, ou une responsable identifié-e qui pourra impulser toutes les initiatives de mobilisation nécessaires. Conseillers du Salarié : après appels à candidatures auprès des syndicats, réunions et débats, l'UD, en Septembre 2011, a mis à jour la liste départementale des Conseillers du Salarié et a organisé une Assemblée générale des conseillers en Septembre 2012 et avril 2013. C-Vie syndicale et organisation de nos forces CGT Organisation du travail de la Commission Exécutive de l’UD La CE de l'UD a organisé son activité. Mise en place de collectifs de travail. Election d'un Bureau de 8 membres (à parité hommes / femmes et renouvelé à 50%). Formation de la direction de l'UD durant 3 jours (Septembre 2011). Réunions mensuelles régulières + tenues d'AG militantes exceptionnelles (en périodes de rentrée, Janvier et Septembre, et ponctuellement). Le besoin est apparu plus nettement de réfléchir sur le dimensionnement de notre CE d'UD et de son Bureau, sur la conception du travail collectif en leur sein afin que ceux-ci soient mieux en capacité d'assumer l'importance de la charge de travail syndical départemental. Activité Retraités. Coopération régulière avec l’USR. Participation aux réunions départementales. Elaboration commune de formations destinées aux retraités et futurs retraités.

7


D-Formation Syndicale. La construction du plan de formation départementale a été régulièrement impulsée par la consultation des UL, le collectif formation départementale en lien avec l’UD et la coopération avec la confédération. Diffusion régulière d'un calendrier des stages de formations, avec mises à jour au fur et à mesure des enrichissements proposés. Des efforts particuliers et soutenus ont été produits, notamment pour les formations : - sur la politique financière / trésorerie en lien avec les nouvelles règles comptables, et sur la maîtrise de Cogitiel, - Assurer la transition des formateurs pour le stage, élus Comité d’Entreprise (ECO/CE) et des élus Prud’hommes, - de Niveau 2 et CHSCT. - de Niveau.1 UGICT. - Pour les retraités et futurs retraités, en lien avec l’USR. - répondant à des enjeux d’actualité, par des ½ journées ou journées d’études sur la crise du capitalisme (Janvier 2012), le financement de la Sécurité Sociale, la réforme des retraites …etc. Nous sommes encore loin de répondre à tous les besoins exprimés, c’est pour cette raison que l’UD a entrepris de recenser le potentiel d’intervenants dans les stages, d’orienter nos intervenants vers des formations « de formateurs » et de multiplier les sollicitations des camarades déjà formés. Nous avons aussi travaillé à une plus grande anticipation des besoins en formation, à une meilleure planification et coordination dans la mise en œuvre de nos stages. A être plus réactif pour répondre aux besoins spécifiques des syndicats. L’organisation de ½ journées d’études pour l’appropriation dans nos démarches revendicatives de notre objectif de conquête d’un nouveau statut du travail salarié et d’une sécurité sociale professionnelle est encore à réaliser. E-Communication. Envoi régulier, via Internet,

de « Flash infos » aux syndicats.

Mise à disposition d'éléments d'information sur la syndicalisation et son évolution (2011 à 2013 ») à chaque réunion de la Commission Exécutive UD. Fourniture de tracts (tirages) ou de maquettes de tracts (à tirer) Achat d’un ballon UD (gonflable sans hélium) permettant plus d’autonomie pour organiser des manifestations et rassemblements sur le département. Mise en route d’un site Internet UD : toujours à l’état de projet. 8


F - Des efforts à poursuivre et à amplifier Le Collectif UGICT départemental. Nous avons à notre actif et ce n'est pas rien, réussi en un plus d'une année, suite à la conférence départementale des Ingénieurs, Cadres et Techniciens qui s'est tenue en Avril 2013 à faire vivre ce Collectif et à faire décoller son activité. Par la tenue de réunions mensuelles, la publication d'une lettre bimensuelle, la diffusion du matériel UGICT (charte des cadres, signature de la pétition pour une loi sur les stages, campagne pour la reconnaissance des qualifications) nous voulons contribuer à l'implantation d'une activité UGICT plus régulière sur trois bassins d'emploi à forte concentration d'ICT dans le département. Le Collectif de vie syndicale. Après plusieurs tentatives de lancement, le Collectif s’est mis en marche, a beaucoup travaillé et nous a tenus informés régulièrement des états d’organisation durant nos C.E d’UD. Il a collecté ces données et les a analysé (élections de représentativité, syndicalisation, … etc.) La CSD. Coordination Syndicale départementale. A la suite de la conférence de la CSD en Janvier 2013, un Collectif a été mis en place qui impulse l’activité de manière offensive, par un travail efficace avec la Fédération des services publics et l’UD. La CSD est chargée de coordonner et d’impulser l’activité dans les syndicats des territoriaux (Mairies, Communauté d’agglomérations, Conseil Général et Offices de l’habitat). L'USD Santé : Tenue du congrès les 3 et 4 avril 2014. Pour mettre en place un collectif de direction et d’animation départemental. G -Des efforts à engager plus résolument et méthodiquement Sur d'autres enjeux, nous avons besoin d’amplifier les efforts, les ambitions que nous avons définies lors de notre congrès en 2011 eu égard aux nécessités d'une CGT proche, efficace et solidaire, en phase avec le salariat du département, ses aspirations et revendications. La syndicalisation : Des jeunes embauchés, des Ingénieurs, Cadres et Techniciens, des retraités (continuité syndicale) et celle des privés d'emplois. La construction et la mise en oeuvre des plans de syndicalisation sur les réalités locales et départementales du salariat et notamment en direction des salariés du Commerce et des Services, des bureaux d'étude. Les syndiqués isolés : pour avancer dans leur identification dans chaque UL et sur tout le département afin de définir un plan opérationnel de rattachement des syndiqués à un syndicat La conquête de nouvelles forces à partir des élections professionnelles, pour gagner en représentativité CGT et capacité d'interventions et d'actions, Les liens avec les élus, délégués syndicaux et représentants CGT.

9


5 - Conclusion. Les défis que nous avons eu à relever, tout au long de ces 3 années ont été lourds d'enjeux pour les salariés de notre département, pour le maintien de l'emploi, des entreprises et des services publics, pour l’avenir de la Cgt dans les Hauts de Seine, avec le défi du déploiement et de la syndicalisation. Le mandat délivré par les syndicats réunis en congrès, il y a 3 ans, a été accompli avec beaucoup d'investissement militant, d'énergie et de ténacité mises en oeuvre par l'équipe élue au congrès. Nous avons engrangé de nombreux points positifs dans le domaine revendicatif et une meilleure connaissance de nos forces militantes et de nos des syndiqués, remis en place de nombreux collectifs. Les limites atteintes par ces efforts sont celles de nos forces militantes à tous, d’où notre appel à une meilleure coopération, à des plans de travail et de déploiement communs, avec les Fédérations, l’URIF, l’UGICT et les syndicats du département. Nous avons à relever collectivement les défis du renforcement et de l'implantion CGT pour conquérir de nouvelles forces, le défi aussi de construire une Cgt plus efficace, couvrant l’ensemble des bassins d’emplois et dans laquelle l’ensemble des salariés de ce département se reconnaitront. La « clé du succès » pour réussir sur l'ensemble de nos décisions passe obligatoirement par l'investissement de toutes les structures de la Cgt. Par une coopération active entre les syndicats du département et leurs Unions Locales, leur Union Départementale et ses collectifs de travail. C'est l'affaire de toute la Cgt. Notre Union Départementale, nos Unions Locales, les syndicats du département sont confrontés à la nécessité de réfléchir à nos formes d'organisation et de fonctionnement pour être en phase, à la fois avec les évolutions du monde du travail, mais aussi pour une CGT plus réactive, riposter encore plus fermement, et enfin passer à la contre-offensive partout ou nous sommes en capacité de le faire.

10

Bilan activité ud cgt 92  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you