Page 1

ion

t

rai eT

n d’U

L

Union des Chirurgiens Dentistes Retraités

Le trait d’union des Chirurgiens-Dentistes retraités

Caisse de retraite Vers une dérive ?

p4

Liste de diffusion ? mais encore...

p5

Balade en Afrique dentiste au Tchad

p7

Juin 2016

N° 111


Actualité 3 4 5 6

Editorial par Jean Marie Massy La Caisse de retraite par Guy Morel Liste de diffusion Et si l’on causait un peu par Pierre Grard

Reportage 7 et 8

Mission au Tchad par Marianne Petit Première partie

Arts loisirs et jeux 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18

Quelques livres par Dominique Picard Voltaire… et les femmes par Gérard Cuvelier Les noces de Figaro par Alain Zatti Recette quenelles de brochet par C. Cordonnier Mots...en grilles Bridge par Yves Desporte Solutions des jeux ... en grille La vie en région Midi-Pyrénées Maurice Sergent s’en est allé Solutions pour le bridge

L’UCDR 19 20

Ils sont partis... Notre organisation

Retenez dès à présent la date du mercredi 23 novembre 2016. Ce jour- là aura lieu durant la matinée la tenue de notre Assemblée Générale Nationale à Paris au Palais des Congrès au cours du Congrès de l’ADF. À l’issue de cette AG un déjeuner convivial réunira tous les participants. Bulletins d’inscriptions et renseignements vous seront adressés en temps utile.

Le Trait d’Union est une publication de l’Union des Chirurgiens Dentistes Retraités 54 rue Ampère 75849 Paris cedex 17

Directeur de la publication: Jean Marie Massy Rédacteur en chef: Pierre Grard Maquettiste / Graphiste: Chantal Cordonnier Impression: Imprimédia, 85607 Montaigu cedex

2

TU n°111 juin 2016


éditorial

« Rien n’est permanent, sauf le changement ». Vous pouvez avec ce numéro 111 du Trait d’Union vérifier cette citation d’Héraclite d’Éphèse. Nouvelle couverture, nouvelle présentation, nouvelles rubriques. Des nouveautés certes, grâce à l’investissement de nouveaux concepteurs et réalisateurs venus prêter main-forte aux anciens responsables de cette revue, mais toujours dans le souci de vous informer, de vous divertir, tout au moins nous l’espérons. N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques, critiques, observations sur cette nouvelle formule. Et vous pouvez le faire en utilisant le forum mis en place récemment avec la Lettre d’Information « Info-Flash», par voie électronique dont vous avez été le destinataire et qui vous apportera régulièrement des informations d’ordre général ou régional. Vous trouverez à ce propos dans les pages suivantes un article de Pierre GRARD, à l’origine de la mise en place de ce service explicitant l’intérêt et le fonctionnement de ce nouveau service. Les mois à venir seront importants pour notre profession. En effet, les négociations concernant la Convention avec l’Assurance Maladie vont débuter. Cela nous intéresse directement, nous retraités, car l’avenir du Régime PCV, presque 30 % du montant de nos prestations, dépendra du résultat de ces négociations. Guy MOREL, vice-président de L’UCDR et également premier vice-président de la CARCDSF vous exposera dans son ar-

ticle consacré à notre Caisse de Retraite, son état actuel, rassurant en dépit de certains articles alarmistes récents, et également les défis auxquels nous, allocataires seront très probablement confrontés dans un avenir proche. La nouvelle « Gouvernance », envisageant entre autres mesures la réduction du nombre d’élus allocataires au sein du Conseil d’Administration de la CARCDSF, est à l’ordre du jour avec toutes les conséquences que cela pourrait entraîner. Nous vous tiendrons bien entendu au courant des résultats de toutes ces réformes envisagées au fur et à mesure de leur avancement (ou de leur stagnation), ainsi que de l’ensemble des dossiers intéressant notre Caisse de Retraite, et soyez assurés de l’investissement total de vos dirigeants pour défendre votre retraite. Je ne voudrais pas terminer cet éditorial sur une note pessimiste, même si les évènements récents ne portent pas toujours à l’optimisme, mais les beaux jours étant maintenant là, je souhaite à chacun d’entre vous de profiter pleinement de cette période de vacances qui s’annonce apportant à chacun ressourcement, joies familiales, voyages ou rencontres de tout ordre.

Le Président Dr JM. MASSY

TU n°111 juin 2016

3


Nos retraites Le siège de la CARCDSF Notre caisse de retraite 50 avenue Hoche 75008 Paris

« Je ne vois décidément pas de tâche plus fondamentale pour l’avenir de la société française que celle qui consiste à traiter de manière exemplaire la question des retraites, c’est-à-dire renouveler le contrat entre les générations ». Extrait du « Livre blanc sur les Retraites » de Michel ROCARD

Juin 1974 déjà… Juin 2015. Les élections triennales installent l’UCDR aux trois sièges proposés aux allocataires. Comme vous le savez, une très belle victoire à l’arraché à Paris pour Michel Bourgoin et Brigitte Bullier, le résultat d’une action de terrain tenace et systématique pour le grand sud pour Guy Cerf et Georges Etienne et une implantation consolidée entre Nantes et Genève pour Guy Morel et Michel Prolhac, tout ceci étant la conséquence de la gestion pugnace de notre section allocataires, alliée à une constante information, une communication intense et une présence régulière sur le terrain. Aussi l’UCDR se doit, de se faire et d’être respectée par tous les partenaires, professionnels, sociaux, tutélaires, institutionnels. Le Conseil d’Administration de la Caisse issu des dernières élections, dans le cadre légal qui est le sien, détermine la politique en matière de retraite et charge l’administratif de la mettre en application. Il doit rester, en dépit des vicissitudes, le cœur de notre institution. Son Bureau veille à la réalisation des objectifs. Ce dernier a mis en place une « politique de concertation ». N’oublions pas toutefois que La CARCDSF se doit d’être une institution au service de tous ses adhérents.

4

TU n°111 juin 2016

Cependant, le relationnel avec les tutelles nous inspire quelques inquiétudes, le dialogue véritable ne semble pas dans la culture gouvernementale ! La loi Retraite de 2014, les contrôles (Cour des Comptes, Inspection Générale des Affaires Sociales) bouleversent le paysage, recréent de nouvelles mentalités mettant à profit les mouvements des dirigeants élus ou celui des administratifs dans les sections des Professions Libérales. Ainsi la CNAVPL prend-elle une importance peut-être respectable mais inquiétante. La réforme engagée a d’autre part repris complètement le chapitre « Gouvernance », autrement dit la manière de gérer notre Caisse. Cette « Gouvernance » new -look prévoit par exemple un nombre réduit de Commissions, une durée limitée des mandats, un rôle limité pour le Bureau, au bénéfice de l’Administration, et bien d’autres mesures encore. Mais la « Gouvernance » régit aussi le Conseil d’Administration en fixant le nombre d’administrateurs en fonction de l’importance de la section (CARCDSF : 60.736 C.D. et 5749 S.F.) et du rapport allocataires-cotisants (1/3 - 2/3). Ainsi pour notre Caisse le CA ne pourra désormais plus compter que 20 membres au maximum contre 28 actuellement: 3 sages-femmes, 2 membres du Conseil National de l’Ordre (rappelons- nous d’ailleurs

que ce dernier a été le membre fondateur de notre caisse de retraite), 6 allocataires C.D., et 17 cotisants C.D. Alors, réduction drastique du nombre des administrateurs allocataires ?? Une négociation serrée se prépare, chacun, défendant son pré carré. Mais tout n’est pas entre incertitude et inquiétude. La gestion de la CARCDSF, menée avec rigueur, efficacité et réalisme nous apporte des éléments encourageants. La démographie continue de s’améliorer puisque nous passons d’un rapport (proportion entre cotisants et allocataires) de 2, 42 en 2013 à 2,44 en 2014 pour atteindre 2,63 en 2015, grâce à des affiliations en progression et à une baisse des liquidations. - Les résultats 2015 sont sur 5 ans les 2èmes meilleurs avec 164,8 M € de résultat technique (différence entre les encaissements et les décaissements) malgré une stagnation des revenus. Le départ en retraite se situe à 64,8 ans pour les hommes et à 64,1 pour les femmes, en hausse depuis 2013. Montant des retraites en 2015 : retraite moyenne servie:28.966,48 € réversion moyenne servie: 15.262,78 € Pourcentage de chaque Régime dans le montant de la retraite: Régime de Base : 24 %, Régime Complémentaire : 48 % Prestations Complémentaires Vieillesse :28 %


Actualité Réserves totales au 31/12/2015 : 4.024.487.000 €. Réserves du RC : 8 ans et 10,5 mois. Réserves du PCV : 2 ans et 6 mois. 2015 a donc enregistré en terme de gestion un bon résultat avec une stabilisation à un niveau élevé des réserves constituées. 2016 va voir s’instaurer de nouvelles contraintes. La focalisation des réflexions sur les « réformes » des Régimes et des Statuts en fonction des desiderata politiques doit inciter notre Association à conforter son poids dans les propositions à promouvoir. Face à la baisse d’audience des formations professionnelles, l’UCDR doit se montrer de plus en plus présente dans les organismes de décision. L’augmentation régulière des adhésions, l’esprit d’initiative, l’analyse pragmatique des dossiers pour le futur, la qualité des contacts mettent l’UCDR en position d’associé incontournable. La défense de tous les allocataires se conjugue avec une indispensable communication, une information régulière, une réflexion et des échanges à travers notre revue et surtout les moyens nouveaux tels les flash-infos par exemple ainsi que la présence de vos dirigeants dans vos réunions et Assemblées Générales. À bientôt pour de nouvelles informations.

Une liste de diffusion… ou de discussion… mode d’emploi Vous avez reçu un ou plusieurs messages de l’UCDR dans votre boite de messages sur internet

Dr Guy MOREL

Pourquoi ? : tous les adhérents ayant communiqué leur adresse mail sont abonnés aux listes nouvellement créées. A quoi ça sert ? : d’abord à recevoir de l’information émanant du niveau national ou du niveau local. Mais c’est aussi un moyen d’échange entre tous, responsables et adhérents. Est-ce que je peux l’utiliser ? : oui, en répondant à une information, un message, ou en créant un vous-même, lançant ainsi une discussion. Autrement dit, cette liste est aussi un forum et celui-ci est le vôtre. Il ne vivra que par vous. Alors, n’hésitez pas, lancez-vous ! Il n’y a pas de question idiote, seules des réponses pourraient l’être (mais pas toujours, heureusement !!). Comment faire, pour l’utiliser ? : rien de plus simple, vous écrivez votre message comme vous le faites habituellement, simplement adressé à : ucdr-nom de votre région d’affilition@googlegroups.com par exemple : « ucdr-lorraine@googlegroups.com » L’adresse exacte de la région a été indiquée par le message envoyé annonçant la création de ces listes.

Vice-président UCDR. Vice-président CARCDSF

Livret du conjoint Certains d’entre vous n’auraient pas reçu le « Livret du Conjoint du Titulaire Allocataire » paru au tout début de cette année, ouvrage très utile et unanimement apprécié par nos adhérents à garder précieusement, et à remplir dès à présent. Des erreurs d’adresse ou une défaillance des services postaux sont peut-être à l’origine de la non distribution de cet ouvrage. Si vous vous trouvez dans ce cas, prenez contact dès à présent avec votre Président Régional qui fera le nécessaire pour vous faire parvenir un nouvel exemplaire.

TU n°111 juin 2016

5


Actualité

La fin de notre activité professionnelle est ressentie souvent, dans un premier temps, comme un soulagement voire une libération. Il faut dire qu’après plus de quarante années passées près de son fauteuil à essayer de venir en aide à ses patients et à se battre contre les embuches semées sur notre chemin par, entre autres, l’Assurance maladie et les complémentaires, cela peut se comprendre. On se retrouve alors avec sa famille, enfants et surtout petits-enfants, ses amis, on voyage, le monde est à nous, voire ! Peu à peu s’insinue dans nos rêveries l’idée que l’on n’arrive pas à effacer ces dizaines d’années, certes parfois difficiles, mais dont on ne retient souvent plus volontiers que des épisodes légers et souriants. On se dit aussi que finalement on a eu beaucoup de chance, surtout en ces années difficiles que nous traversons aujourd’hui, d’avoir pu exercer ce métier. Je n’ai pas connaissance de confrères qui aient déserté, pour se consacrer à une autre activité, dans leurs premières années d’exercice. C’est en partie pour pallier à ce petit bout de solitude qu’a été créée, il y a longtemps, l’association des chirurgiens-dentistes retraités, devenue l’UCDR d’aujourd’hui. Mais évidemment son but n’était pas uniquement celui-là, il était aussi d’apporter de l’aide à celles ou ceux d’entre nous qui pourraient en avoir besoin. C’est peut être encore plus vrai de nos jours, le temps qui passe étant devenu parfois un long fleuve tumultueux. Pour satisfaire ces objectifs ont été mis en place, au plan national, une publication, le Trait d’union dont nous signons avec ce numéro la 111iéme édition ainsi qu’un site internet. Des envois postaux ont également lieu, le plus souvent sous l’égide de nos associations régionales. Il est évident que ce type de communications, papier, est à sens unique, si vous souhaitez avoir de l’aide ou si plus simplement vous voulez poser une question, la tâche n’est pas forcément évidente. Nous en sommes parfaitement conscients, et ceci nous a tout naturellement amené à mettre en place un moyen très simple de

6

TU n°111 juin 2016

communication entre nous : « la liste de diffusion ». Les moyens de communication modernes, smartphones, tablettes et bien sûr ordinateurs, même les plus simples, permettent facilement l’accès à ce type de relations, qui, si nous le souhaitons, nous rapprochent, sans pour autant nous envahir. Nous avons donc à cet effet, mis en place une liste de diffusion pour chacune des dix-sept associations régionales qui constituent l’UCDR. Chaque adhérent est ainsi abonné à cette liste ce qui lui permet d’y intervenir sans autre manipulation que d’adresser son message à l’adresse de la liste, toutes les adresses sont libellées sur le même modèle : ucdr-région@googlegroups.com Le président national Jean Marie Massy est abonné à toutes les listes, vous pourrez lui soumettre un éventuel problème. Mais un des objectifs majeur de notre association est aussi désormais, de suivre l’actualité qui nous concerne, aussi bien sur un plan politique, que plus ciblé encore en suivant de près l’évolution que certains voudraient imposer dans la gestion de notre caisse de retraite. Grace à ces listes de diffusion la vigilance de nos experts vous sera répercutée rapidement. De même, la convivialité, l’un des points forts de notre association depuis toujours trouvera dans ces listes de diffusion une aide importante dans la mesure où il sera possible d’adresser facilement des comptes rendus et des photos de réunions et de sorties. Nos listes de diffusion pourront ainsi très facilement et rapidement diffuser des informations grandes ou petites, de même que des documents plus importants qu’il sera possible d’adjoindre aux messages. Vous l’avez compris, ces listes sont également de fait des forums de discussion, qui nous permettrons de plus en plus, nous l’espérons, de causer entre nous. Pierre Grard Rédacteur en chef


Evasion... Une consœur nous fait part de son dernier séjour en Afrique

par Marianne Petit

On nous l’aura souvent répété, le parcours du combattant c’est l’avant OPEX ! A quelques semaines du départ ‘’ pressenti ‘’, 2 feuilles de formalités et formations diverses et variées m’ont fait traverser de long en large l’Ile de France. A cela s’ajoute toute la préparation d’une mise entre parenthèses professionnelles mais aussi familiales. Mais à 51 ans, après 3 ans d’humanitaire en Inde, 5 ans de collaboration et plus de 20 ans de cabinet libéral à Melun (77)… cette parenthèse était une aubaine. Le 3 janvier 2015, je débarque donc pour 2,5 mois de mission à N’Djamena au Tchad comme chirurgien-dentiste réserviste de l’opération Barkhane. Le camarade que je relève m’y accueille, et durant nos quelques jours en binôme il m’aidera à prendre mes repères dans le camp Kosseï, me présentera à l’équipe médicale mais aussi à notre précieuse assistante dentaire tchadienne Yvonne. Ce temps de relève est très important, car il permet de s’intégrer rapidement dans l’équipe déjà constituée et soudée des 40 personnes présentent au Groupement Médico Chirurgical.

pace pour la stérilisation. Yvonne y règne depuis plus de 15 ans, et a la formidable faculté de s’adapter avec tact et gentillesse à la parade des différents praticiens missionnés. Elle remplit également un rôle majeur en tant que traductrice, tout particulièrement durant les soins dispensés à la population locale. Sous l’autorité directe du Directeur Médical, le chirurgiendentiste est seul gestionnaire du cabinet dentaire et de son activité, ayant d’une certaine manière un statut d’indépendant. Kosseï est une base aérienne permanente depuis 1986, divisée en une zone de vie et une zone technique, offrant principalement des installations en dur. Environ 1280 personnels y séjournent. Le cabinet dentaire, installé dans un shelter(*) climatisé d’environ 10m2, est exigu mais très bien équipé, disposant d’un fauteuil récent, d’une radio RVG, d’un es-

A N’Djamena, les matinées sont consacrées aux soins des populations locales, soins se résumant principalement à des extractions (avec une moyenne de 500/ mois !). Cependant, si notre mission première est bien sûr la prise en charge des militaires de la Force, nous soignons aussi des militaires d’armées alliées, des expatriés ainsi que les personnels d’ambassades de toutes nationalités. Nous sommes amenés également à aider par téléphone les médecins de certaines bases isolées confrontés aux urgences dentaires, et décider de la pertinence d’une évacuation sanitaire. Mais notre travail TU n°111 juin 2016

7


Evasion... Suite de la page 7

ne se limite pas aux soins dentaires, et nous devons gérer l’inventaire des stocks, les commandes, le matériel et son entretien. Les commandes s’avèrent très délicates à établir car elles se font au profit du praticien nous succédant (voire même de celui lui succédant !), praticien qui n’aura peutêtre pas les mêmes besoins que nous. Une journée type à N’Djamena commence en général par du sport, au petit matin, mais surtout à la fraîche ! De 6hà7h c’est footing ou piscine. A 7h30 arrive le non moins sportif triage des patients locaux à la grille du camp, sous l’escorte d’Yvonne. Environ 15 patients sont choisis parmi tant d’autres sur des critères quelques fois subjectifs, mais priorité est faite aux enfants… et aux ‘’gonflés’’. L’après-midi sera consacrée aux soins des personnels militaires et des expatriés.

8

TU n°111 juin 2016

Lorsque le timing le permet, un nouveau moment est dédié au sport avec volley, cross fit, salle de musculation, ou rattrapage footing ! Vient ensuite le temps de la

‘’popotte’’, moment privilégié pour retrouver toute l’équipe du Groupement Médico Chirurgical autour d’un verre ou pour rencontrer d’autres têtes, d’autres unités. Les soirées sont diverses et variées, allant de parties de cartes endiablées, de répétitions de chants de messes, en passant par des cours de salsa, des concerts ou des virées karaokés. Bref vous l’aurez compris… les journées sont bien remplies. Durant ce mandat, il m’aura été

demandé de me rendre par 3 fois au Mali, sur le camp de Gao. Ces départs s’organisent en fonction des listes de patients en souffrance mais surtout des moyens aériens disponibles, à savoir rares…il nous faut alors survoler un territoire grand comme l’Europe à bord d’un CASA ou d’un Beechcraft pour une durée théorique de 5h30 qui s’est muée pour ma part en une expédition de 15 h passant par le Niger, le Burkina Faso et le nord Mali. À suivre… dans le prochain numéro Docteur Marianne PETIT Chirurgien Dentiste Principal de réserve du Service de Santé des Armées (*) shelter: container, abri ,guérite


Les livres Quelques livres ...

Par Dominique Picard

Les beaux jours reviennent , nos promenades peuvent s’agrémenter de lectures. Le format « poche » est bien adapté à cela. Retenons parmi une production surabondante :

Un roman de Dominique FERNANDEZ, « On a sauvé le monde » où un triangle amoureux dans la Rome des années 30 se déchire entre les idéologies de Moscou et de Berlin sous l’invocation de Nicolas Poussin (Le Livre de Poche ; n° 33796 ; décembre 2015 ; 672 pages ; 8,10 euros). Deux témoignages, l’un de Frédéric MITTERRAND « Une adolescence » (Pocket ; n°16512 ; mars 2016 ; 158 pages), somme toute décevant au regard de ses précédents écrits, ce qui est dommage,

à la différence de l’autre, « Ça s’est fait comme ça » (Le Livre de Poche ; n° 34049 ; mars 2016 ; 192 pages) de Gérard DEPARDIEU, qui présente sa vie sans forfanterie et justifie ses choix passés et actuels. Qu’on le veuille ou non, c’est un très grand acteur et il mérite qu’on lise sa vérité.

Signalons également et chaleureusement deux livres forts :

« D’après une histoire vraie » de Delphine de VIGAN chez JC Lattes (août 2015 ; 486 pages ; 20 euros), roman ( ?) glaçant et troublant qui se lit d’une traite et qui a obtenu, avec raison, le prix Renaudot, cet automne ainsi que le prix Goncourt des lycéens. Vous ne regretterez pas cette lecture dont l’addiction est garantie !

Enfin, avec « Comédie française », sous-titré « Ça a débuté comme ça… », Fabrice LUCHINI nous livre 256 pages éblouissantes, cultivées et, elles aussi, profondément attachantes. Ce livre nous est présenté comme son autobiographie. Certes, mais c’est surtout une nouvelle « Défense et illustration de la langue française ». Au delà du parcours atypique de l’auteur, c’est aussi l’occasion de lire ou de relire Céline, La Fontaine, Rimbaud et d’autres.

TU n°111 juin 2016

9


Voltaire… en privé Voltaire et les femmes… tout au moins l’une d’entre elles. Des grands hommes qui ont laissé leur empreinte dans l’histoire, la littérature, la science ou la musique on ne retient toujours que ce qui les distingue et on oublie souvent la face intime ou cachée de l’Individu ou, tout simplement, leur vie d’homme. Ainsi Voltaire. Il aimait follement les femmes, mais, particularité, elles étaient peu attirantes ou bizarres. La plus célèbre de celles-ci fut Madame Du Chatelet avec qui il forma ainsi qu’avec le mari de la « belle » un ménage à trois…. Tout commence en 1733. Ce jourlà, Voltaire est assis confortablement dans le fauteuil d’un salon parisien. Une jeune femme entre, le voit et, bondissant sur ses genoux, l’embrasse fougueusement. « Voilà comme les femmes m’aiment » se réjouit-il, se rengorgeant comme un paon. Or ce qu’il oublie de dire c’est qu’il a connu cette dame il y a vingt ans (elle était alors âgée de 7 ans) et que le baiser est une embrassade de retrouvailles. Voilà notre Voltaire amoureux, follement épris de la Marquise Du Chatelet qui est l’épouse d’un gentilhomme connu comme un des plus magnifiques « cocus » de cette époque. Voltaire est d’autant plus attiré par Madame Du Chatelet que celle-ci est une intellectuelle, férue d’astronomie, elle traduit Newton et observe la lune avec une longue vue. Le lendemain Voltaire devient son amant et envoie de nombreux poèmes à son

10

TU n°111 juin 2016

« ange ». Mais à en croire Madame de Grigny et Madame Du Deffand, la marquise n’a rien d’une beauté. « Émilie était un colosse en toutes proportions. Elle avait des mains et des pieds formidables et la peau comme une râpe ». De plus comme le dit une de ces dames « Émilie était grande, sèche, sans fesses, sans hanches, la poitrine étroite avec deux petits tétons arrivant de fort loin, et tout ceci dominé par une tête d’insecte de nuit au visage aigu, un nez pointu, deux petits yeux ver de terre, le teint noir, une bouche plate aux dents clairsemés ». Description de jalouses ? Allez savoir. En tout cas voilà pour elles l’objet de pensées et de désir de notre homme. La liaison dura 16 ans. Or, sur ce temps, le « physique » de la Marquise ne s’arrangea guère et de temps en temps Monsieur de Voltaire s’accordait d’autres parenthèses amoureuses. Le Marquis Du Chatelet consolait sa coquine d’épouse « Émilie, Monsieur de Voltaire vous trompe, mais ne désespérez pas, il va vous revenir ». Et Voltaire recevait le « pardon » du couple avec de grands transports. Et ça repartait à trois… Mais Voltaire avait vingt ans de plus qu’elle et souffrait de plus en plus de défaillances dues à l’âge. Madame Du Chatelet cherchait alors quelques compensations plus solides. Voltaire l’apprend et se met au lit en pleurant « Je suis mort … ». Monsieur Du Chatelet, un vrai personnage de vaudeville, vient alors le réconforter : « Ah, je sais, ma femme vous trompe, nous sommes bien malheureux.. » Et Voltaire se jette dans les bras du mari, ils pleurent tous deux. Tendre scène. Mais, ce n’est pas fini. En 1748, Voltaire est à la cour du roi Stanislas à Lunéville. Madame Du Chatelet s’ennuie et comble ses instants de vague à l’âme avec un beau gentilhomme, Saint Lambert, très honoré de partager avec Voltaire les charmes de la dame. Un jour Voltaire entrant dans sa chambre trouve Émilie

par Gérard Cuvelier

et Saint Lambert en pleins ébats. « Je suis mort… » Madame Du Chatelet remise brusquement de ses transports accourt auprès de lui. « Il faut comprendre, vous êtes fatigué et si je n’ai point ma ration de caresses, je tombe malade ». Notre homme de lui répondre « C’est fort bien, mais il fallait vous arranger pour que je ne vous voie pas prendre votre médication ». Et il pardonne. Quelque temps après, Madame Du Chatelet lui avoue qu’elle attend un heureux événement, suite aux ébats avec Saint Lambert. Voltaire : « Dites que Monsieur Du Chatelet est le père de l’enfant ». Elle : « Mais c’est impossible, voilà plus de quinze ans que je ne couche plus avec lui ». Que faire ? Monsieur Du Chatelet était vieux, on le rappelle en urgence, on lui fait fête, on débouche force bouteilles, et … on le colle dans le lit de Madame. Au réveil, son épouse lui dit « Oh, le coquin, il m’a mignoté toute la nuit ! » Monsieur s’en trouve tout ragaillardi. Et quelques semaines après il apprend sa paternité … Six jours après avoir accouché, Madame Du Chatelet quitte brutalement ce monde. Le Marquis, avant la mise en bière, lui retire ses bijoux. La disparue avait une montre dans le boitier de laquelle Voltaire avait placé son portrait. On ouvre le boitier et on y trouve le portrait de Saint Lambert. Stupéfaction de Voltaire et du mari. Le moment de découverte passé, les deux hommes se font un clin d’œil et Voltaire dit dans une grimace « Cher ami, ne nous vantons de cela ni l’un ni l’autre ». Pour oublier Émilie, Voltaire devint l’amant de Madame Denis qui était sa nièce, encore plus laide que Madame Du Chatelet et qui en plus louchait atrocement. Mais ceci est une autre histoire. Pardon de vous laisser sur votre soif...


Mozart Les noces de Figaro le premier opéra moderne Mozart formule ainsi l’idéal de la collaboration artistique : « Dans un opéra, il faut absolument que la poésie soit la fille obéissante de la musique. Ce qu’il y a de mieux est la rencontre d’un bon compositeur qui comprend le théâtre en étant capable de donner des indications, et d’un poète intelligent, ce qui est un véritable phénix ». En 1786 Mozart connaît cet accomplissement en proposant au librettiste vénitien Lorenzo Da Ponte de mettre en scène Le Mariage de Figaro. Sulfureux personnage que cet italien nommé au poste prestigieux de Poète de la Cour Impériale à Vienne! Prêtre défroqué d’origine juive, coureur des bas-fonds de la Sérénissime, joueur et tricheur, il fut, un temps même, proxénète. Mais c’est aussi un latiniste universitaire et un dramaturge exceptionnel qui ne donnera pleinement la mesure de son talent qu’en collaborant avec Mozart. L’intérêt du compositeur allemand ne se porte pas tant sur la charge politique ou sociale que sur les ressorts dramatiques inhérents à l’œuvre de Beaumarchais. Allemand de naissance et de culture, en effet, parce que la Principauté de Salzbourg n’est devenue ville autrichienne qu’en 1805, soit quatorze ans après la mort du génial musicien. Mais italien de cœur et d’expression artistique par la passion inextinguible qu’il porte à l’opéra, cette forme d’art total né dans la péninsule. La musique des Noces de Figaro combine l’évolution dramatique et l’expression des sentiments avec peu d’airs de solistes mais tous sublimes. Le tout en quatre actes dont les étourdissants finales du 2ème et du 4ème n’ont d’équivalents dans aucun autre ouvrage. Théâtre en musique, Les Noces de Figaro représentent l’opéra des ensembles par excellence. Le critique d’art Jacques Bourgeois juge que cette œuvre, d’extrême avant -garde au 18ème siècle, prouve la supériorité du théâtre lyrique sur le théâtre parlé, dans la mesure où seule l’expression musicale permet de mener de front plusieurs actions ou discours simultanés, en les rendant intelligibles. Pour John Gardiner, un très grand chef mozartien actuel, la scène finale du pardon de la Comtesse n’est rien moins que la plus belle musique religieuse jamais écrite ! Et ce dans le plus abouti des opéras buffas !

En DVD ou Blue Ray laissez-vous tenter par les versions de :

Karl Böhm et la mise en scène de J.P.Ponnelle, « la référence classique» avec une distribution légendaire (Frei. Freni. Fischer-Dieskau. Te Kanawa. Ewing). Deutsche Grammophon 1976. ou de Nikolaus Harnoncourt, un autre très grand chef mozartien récemment disparu, dans une représentation donnée au Festival de Salzbourg en 2006, avec un casting de grandes stars actuelles, Netrebko, D’Arcangelo, Röschmann, Skovhus et Schäfer. Deutsche Grammophon.

Pour les amateurs d’opéras en C.D je vous recommande : La référence absolue, hélas sans les récitatifs mais avec l’intégralité des 2ème et 4ème actes, dans une interprétation brillantissime sous la direction idéale de Karajan, EMI, qui n’est pas né à Salzbourg pour rien ! et avec le London Philharmonic, sous la battue énergique de Solti, DECCA, une merveille de distribution des années 80.

ALAIN ZATTI

TU n°111 juin 2016

11


Recette GRATIN DE QUENELLES DE BROCHET Par Chantal Cordonnier Passer le mélange au mixeur en plusieurs petites quantités. Passer au chinois, et faire réduire de moitié, jusqu’à obtenir 0,5l

1 Kg de langoustines vivantes 1 Faitout assez haut 1 minuteur réglé sur 3 minutes 1 cuiller à soupe de gros sel 1 passoire Dans le faitout qui doit avoir un contenant du double ou mieux du triple du volume des langoustine (Les demoiselles doivent être au large) portez l’eau à ébullition. Plongez les langoustines ensembles dans cette eau, remuez avec une cuiller en bois, remettre le couvercle. Laissez l’énergie au maximum. Faire démarrer le minuteur. A 2 minutes , ou quand les premières langoustines remontent à la surface, au moment de l’arrivée de l’écume, soulevez le couvercle, coupez l’énergie, remettre le couvercle. Quand le minuteur sonnera , égoutter les langoustines rapidement. Laissez refroidir dans un plat large.

Pendant la réduction : Si les quenelles de brochet sont fraiches, les faire pocher 5 minutes (elles doivent gonfler et doubler de volume). Les sortir avec l’écumoire et les mettre dans un plat à gratin. NB : Congelées les sortir la veille, les laisser sous vide, ne pas les pocher. La bisque peut être faite à l’avance et congelée dans de petites bouteilles d’eau, qui seront sortie la veille. La bisque peut être faite avec les carapaces de homard, les carapaces de crevettes, ou d’écrevisses. Préparer une sauce béchamel avec seulement 0,25 l de lait et 0,5l de bisque. La sauce ne sera pas trop épaisse, pour permettre aux quenelles de gonfler pendant la cuisson.

NB : Ne jamais mettre au frigo, elles perdraient 50% de leur goût. Conservation dans un placard sous un torchon ou dans un endroit ventilé, à l’abri de l’humidité. Préchauffer le four à 200°

Dans un plat allant au four, disposer les quenelles espacées, répartir les queues des demoiselles, placer la crème obtenue (sauce de couleur rose) dessus

Sortir quand les quenelles ont doublé de volume . Décortiquer les demoiselles et réserver les queues (elles seront installées dans le plat autour de quenelles.)

Faire revenir à feu modéré les pinces, les carapaces et les têtes dans un peu d’huile d’olive. Ajouter une branche de céleri cisaillée, une feuille de laurier, du thym, 2 carottes et 2 tomates découpées en petits dés, poivrer, ajouter 1 litre de vin blanc et ½ litre d’eau. (On peut écraser avec un pilon l’ensemble) Porter à ébullition et laisser bouillir doucement pendant une heure.

12

TU n°111 juin 2016

NB : On peut ajouter des champignons dans la sauce. Du fromage rapé pour faire dorer.

Servir avec du vin blanc « Quincy » ou « Chorey les Beaunes ».


Jeux

Solutions page:15

TU n°111 juin 2016

13


1C

2C

Petit supplément

Solution 6 de K

14

Par élimination : pas Pique dans la couleur du mort, pas Trèfle sous l'As quatrième. Donc la quatrième meilleure à Carreau

TU n°111 juin 2016


Jeux Les solutions...

Sudoku

Mots croisés

Wordoku Confiez ce bulletin à vos confrères qui ne sont pas encore adhérents.

Dr, Dr & Mme , Dr & M, Drs ………………………………………………………………………... Adresse :………………………………………………………………………………………………. ………………………………………………………………………………………………. e-mail : ……………………………………… N° tél :…………………………………………... Année de naissance :………………………… Année de diplôme :……………………………… Cotisation Statutaire : (CD retraité, et tous allocataires inscrits à la CARCDSF ……..: 65 euros Cotisation couple : (deux praticiens retraités)…………………………….………….... : 84 euros Cotisation Membres associés : (CD en exercice et sympathisants)………………….... : 65 euros Cotisation réduite : (Membres statutaires à très bas revenus)…………...…………..… : 42 euros Les chèques doivent être libellés au nom de l’UCDR et adressés au trésorier de votre région.

TU n°111 juin 2016

15


La vie des régions

UCDR MIDI-PYRENEES et LANGUEDOC-ROUSSILLON ASSEMBLEE GENERALE du 4 mai 2016 au Lac de SAINT- FERREOL

C’est sous un soleil radieux inondant la Montagne Noire et le Lac de St-Ferréol que débuta cette AG 2016 co-présidée par Michel PROLHAC, André LUBESPER et Jean-Louis GRAS, en présence du Président CNSD Haute-Garonne Pierre VINCHON. Il ne manquait que les 10 défections des derniers jours précédant l’évènement, sinon tout fut parfait, d’autant que plusieurs jeunes retraités comptaient parmi les présents. Jean-Louis GRAS fut très succinct et regretta le peu de présents de sa région. Il nous annonça l’éventualité de son départ de la Présidence. Il présenta également le compte rendu financier à la place de son Trésorier absent. André LUBESPERE remercia les présents et fit ensuite part à l’Assemblée du nom des confrères récemment disparus : Arlette BOUSQUIERE et Jean BEC ; il rappela la disparition subite de la fille du Secrétaire National, Yves ROUSSEL, laissant hélas deux enfants en bas âge sans leur maman. Un moment de recueillement suivit ses paroles. Son compte rendu moral porta d’abord sur le travail

16

TU n°111 juin 2016

effectué par le Bureau National avec une mention particulière concernant la sortie du « Livret du Conjoint » et la création « d’UCDR Infos ». Il émit toutefois des regrets qu’à travers 2 ou 3 commissions nationales on ne se penche pas davantage sur la défense de nos retraités, notamment en se référant aux travaux menés par la Confédération Française des Retraités (CFR). Il parla ensuite des actions menées au niveau de sa région, lesquelles conjuguées avec celles du Bureau National favorisèrent notamment l’élection de Guy CERF et Georges ETIENNE à la CARCDSF. Il évoqua également son action menée auprès des Parlementaires qui aboutit à une question écrite d’une Députée du GERS. Il regretta le peu de retraités concernés par l’action de l’UCDR mais se félicita d’avoir légèrement accru le nombre d’adhérents de sa région. Le Trésorier Louis GUIGUE lui succéda pour présenter les comptes de l’année dont le bilan est positif. Michel PROLHAC conclut cette AG en félicitant les organisateurs et en rappelant les actions passées et à venir du Bureau National. Deux conférenciers de talent, Monsieur Michel AMARY de la CFR et un ostéopathe, spécifique des lésions concernant les personnes âgées, terminèrent cette matinée studieuse. À l’issue d’un excellent repas servi à l’hôtel de Lac de Saint-Ferréol toute l’Assemblée partit vers l’Abbaye École de SOREZE et le Musée Dom Robert où elle put admirer les magnifiques tapisseries, œuvres du moine bénédictin suscité. Au final, une belle journée pour des retraités plein d’entrain. André Lubespère


Maurice Sergent nous a quittés

Maurice Sergent nous a quittés, à la fin de l'année 2015, et avec lui disparaît non seulement un grand serviteur de la Profession, mais surtout un homme de qualité, un humaniste, un ami. J 'ai eu le privilège de le côtoyer pendant une dizaine d'année au sein de l'UCDR d'abord, puis lors de rencontres amicales, lorsque, avec son épouse Colette, ils nous invitaient à Lavardin, village cher à leur cœur, dans leur moulin au bord du Loir. Très attachés à cette région du Vendômois, Maurice et Colette savaient nous la faire aimer, et découvrir ses richesses dès les premiers instants. Dans le petit village de Lavardin, dominé par son château, Maurice a sans doute vu naître son goût pour l'archéologie et la restauration de château fort; il s'est aussi passionné pour les fresques peintes sur les murs de l'église St Genest, et la curiosité aidant, s'intéresser aux nombreuses églises romanes situées dans la région, au point de devenir , avec Colette, de véritables experts , ravis de nous faire partager leur passion. Il en était de même lors de la visite de l'Abbatiale de la Trinité à

Vendôme , au cours de laquelle il était capable de commenter les miséricordes figurant sur les 32 stalles. Erudit, Maurice l'était assurément, mais aussi créateur , doué de multiples talents: peintre, sculpteur , musicien, chanteur, et même ferronnier; c'est ainsi qu'il a façonné une enseigne en fer forgé, qui figurait au dessus de la devanture du boulanger de Lavardin .

Photo J. Gounant Musicien , il jouait de l'harmonica, de la trompette, de l'accordéon, et surtout il était un sonneur de trompe de chasse émérite, dirigeant du Bien Aller Sarthois. S'il n'avait pas sous la main un de ces instruments, il entonnait des chants basques, accompagné de Colette, et sa voix de stentor ,en imposait à toute l'assistance qui l'écoutait avec admiration et enchantement. Il en était de même lorsqu'il chantait l'hymne de l' UCDR, (qu'il a créé) à St Malo lors de l'Assemblée Générale Nationale. (voir le site)

Quand nous avons fait sa connaissance il n'exerçait plus d'activités au sein du scoutisme, mais il nous en parlait parfois quand nous passions devant le château de Lavardin, nous rappelant qu'il avait créé "Robert le Diable" dans les ruines du château dans les années 60. A cette liste non exhaustive il faut ajouter le verbicruciste, qui, pendant des années envoyait ses grilles à notre journal, Le Trait d'Union, tandis que Colette, "abuelita", proposait aux lecteurs du TU ses recettes de cuisine. Quand Colette n'était pas au "fourneau" nous nous retrouvions dans une cave en tuffeau, pour déguster un "gigot à la ficelle" , accompagné d'un vin des coteaux du Vendômois, provenant d' un viticulteur ami situé au Four à Chaux. Rendre hommage à un homme d'une telle qualité et d'un tel rayonnement n'est pas une tâche facile, tant il possédait de facettes différentes et riches; j'aurais pu parler aussi " du joueur de chouine", du dessinateur caricaturiste, de l'organisateur de "rallyes odontomobiles", et de bien d'autres choses encore, mais je n'ai évoqué ici que les moments que nous avons eu la chance de partager avec lui et son épouse, des moments authentiques, chaleureux que nous n’oublierons pas. Yves Roussel

TU n°111 juin 2016

17


BRIDGE Corrections de la page 14 Perfectionnement En dehors des atouts, vous n'avez que 4 levées d'honneurs et, par manque de communication, peu de chance d'arriver à affranchir les Cœurs du mort. Votre seule chance est d'arriver à faire 8 levées d'atout en coupe. C'est tout à fait possible puisque vous pouvez couper 4 Cœurs en main et 3 Trèfles au mort.

Compétition Le Coup du ciseau ! Le début du coup montre qu'Ouest possède un singleton à Carreau et qu'il pense passer la main à son partenaire au Valet de Cœur pour obtenir une coupe. Si Est a l'As de Pique, vous ne pourrez y échapper. Votre seule chance : trouver l'As de Pique et l'As de Trèfle chez Ouest. Prenez le retour Carreau au mort et jouez le Roi de Trèfle en défaussant votre deuxième Cœur (coup du Ciseau). Ouest ne peut plus communiquer avec son partenaire.

N’hésitez pas à y flâner

de temps en temps… c’est une magnifique réalisation !

Ce musée virtuel est né de la volonté de

l’Association du Musée virtuel de l’Art dentaire

dont le Président est notre ami Guy Robert.

Il est aidé par : Micheline Ruel-Kellermann et Pierre Baron

Adresse internet:

18

TU n°111 juin 2016

www.biusante.parisdescartes.fr/mvad


Adieu... JEAN PIERRE BOITEUX N’EST PLUS Jean Pierre n’est plus, c’est un choc brutal qui atteint notre région. Nous le savions malade depuis quelques mois, avec un sombre pronostic, mais sa force de caractère, sa volonté de vivre, pouvaient peut être retarder l’échéance. Cela n’a pas été le cas. Jean Pierre, diplômé en 1969, titulaire de deux certificats d’études spéciales, s’est installé à Pont-Labbé (29), où il a fait sa carrière professionnelle, apprécié de tous ses patients, de tous les confrères environnants qui n’hésitaient pas à lui demander conseil. Très vite il s’est inscrit au syndicat départemental Cnsd du finistère dont à la fin de ses mandats il fut membre d’honneur. Il fut président de l’Andega Bretagne en fut le Président national. Il a siégé à l’ADF dans plusieurs commissions et était Vice-Président du Congrès 2015 auquel il n’a pas pu participer.Il était membre de la SSOP et avait été assistant à la Faculté d’Odontologie de Brest.

ANDRE GIRRE André GIRRE est décédé en avril 2015. Diplômé en 1962 il a exercé à Mayenne jusqu’en 2000. Retraité à Vannes, il avait retrouvé ainsi son département d’origine. Ses fonctions ordinales d’abord comme membre puis comme président du Conseil départemental ainsi que comme membre du Conseil de l’Ordre ré-

Il s’est énormément dévoué pour notre profession par ses activités, mais il se dévouait aussi à l’assistance aux retraités membres de l’Ucdr dont il était le secrétaire pour la région Bretagne depuis cinq ans. Un très large cœur, toujours modeste, toujours inquiet de ne pas tout faire, il adorait la mer et son voilier, il « régatait » souvent. Il aimait, de sa fenêtre voir la mer se briser sur les rochers au bout de son jardin, à Lesconil. C’est un collaborateur mais surtout un ami de confiance, calme juste et précis dans ses raisonnements et avis. C’est une très grosse perte pour nous tous, mais surtout pour sa famille avec qui nous partageons sa douleur et sa peine. Nous garderons longtemps le souvenir de l’ami, le très bon confrère, et de l’homme sincère et honnête qu’il fut. Adieu Jean Pierre

Le Bureau UCDR de Bretagne

gional des Pays de la Loire démontrent sa constante disponibilité pour la profession. De plus après l’obtention d’un CES de déontologie légale en 1972 il a été inscrit sur la liste des experts judiciaires en odontologie-stomatologie à la Cour d’Appel d’Angers de 1977 à 2000. Tous les confrères partagent avec sa famille une profonde tristesse et lui présentent leurs sincères condoléances.

Eux aussi s’en sont allés... Bain Yves Crapet Henri Danan Joseph Royer Huguette Vannier Jacques Vuillermoz Geneviève

21 Longvic 37 Tours 33 Bordeaux 21 Dijon 80 Amiens 91 Verrières le Buisson

TU n°111 juin 2016

19


Les Présidents des unions régionales de l’UCDR

Bureau national Présidents d’honneur: Dr J. Templier Dr Y. Roussel Président:

Dr JM Massy

Vice-Présidents: Dr G. Cerf Dr A. Lubespère Dr G. Morel Dr G. Robert Secrétaire. général: Dr Y. Roussel Secrétaire général adjoint: Dr J. Massonnaud Trésorier:

Dr M. Prolhac

L’UCDR c’est aussi:

www.ucdr.fr

Alsace: Dr Albert Klein 67 Bischwiller 06 80 00 51 04

Aquitaine: Dr Guy Cerf 33 Médard en Jalles 05 56 05 72 21

Auvergne: Dr Pierre Giraudat 03 Yzeure 04 70 46 08 02

Bourgogne: Dr Guy Robert 21 Dijon 06 16 96 41 78

Bretagne: Dr Jacques Cousin 22 Saint Brieuc 02 96 61 43 57

Centre: Dr Victor Guez 37 Chambray les Tours 06 62 96 19 21

03 26 47 04 88

Languedoc-Roussillon: Dr Jean Louis Gras 11 Castelnaudary 04 68 23 35 52

Lorraine: Dr Gérald Marot 54 Nancy 03 83 48 53 25

Midi-Pyrénées: Dr André Lubespère 32 Auch 05 62 05 61 65

Nord-Pas de Calais: Dr Alain Zatti 62 Lens 03 21 78 95 25

Normandie: Dr Jacques Boigey 76 Rouen 02 35 70 86 48

Paris-Ile de France: Dr Jean Gounant 75 Paris 01 45 85 07 02

Pays de la Loire: Dr Michel Prolhac 44 Nantes 02 72 01 18 58

Picardie: (temporairement) Dr Jean Claude Asfaux 51 Reims 03 26 47 04 88

Poitou-Charentes: Dr Jacques Massonnaud 86 Poitiers 05 49 58 60 29

Rhône-Alpes: Dr Yves Desporte 69 Lyon 06 03 06 16 74

Trésorier adjoint: Dr J. Boigey

Conseiller auprès du Président: Dr A. Zatti

Conseil d’administration: membres élus: Dr M. Graindorge Dr JP. Grandclaudon Champagne-Ardenne: Dr A. Soulié Dr Jean Claude Asfaux Dr B. Texier 51 Reims

20

TU n°111 juin 2016

trait d'union 111  
trait d'union 111  
Advertisement