Issuu on Google+

Saint-Marc-sur-Richelieu


Historique La municipalité a été fondée en 1792. Le village borde la rivière Richelieu. Cette région se nomme la Vallée du Richelieu. Pays des Iroquois il y a 1000 ans, elle devient une voie de communication entre les XVIe et XVIIe siècles. Le fondateur de la première ville d’Amérique du Nord, Samuel de Champlain, est aussi le premier Français à explorer la Vallée du Richelieu en 1609. Jacques Hertel de Cournoyer va se voir attribuer la seigneurie qui deviendra plus tard Saint-Marc. La Seigneurie de Cournoyer se développe tardivement, car le Seigneur commence à concéder ses fiefs seulement après la guerre.

http://terranostraquebec.net/visionneuse.php?photo=129


La Paroisse

http://www.shcournoyer.com/eglise/Page1/eglise_st_marc.htm

L’église de la paroisse s’érige au centre du village. Héritage de sources judéo-chrétiennes, le plan de l’église de Saint-Marc reproduit une croix latine de 42 pieds de large par 100 pieds de long.


La construction de l’église commence en 1798 et se termine en 1801. Elle sera rénovée en 1908. Nous retrouvons plusieurs objets de valeur entre ses murs.

L’orgue Casavant avec deux claviers et soufflerie manuelle et électrique.

Le coq du sommet de l’église a été installé vers 1976.

La prédiction de saint Pierre transcrite par saint Marc. Oeuvre de Franchère 1908. (lion à tête humaine)


Histoire scolaire L’école modèle est construite par la commission scolaire en 1871. Nous y retrouvions aussi des écoles de rang qui rassemblaient tous les niveaux scolaires d’un même rang. Celle en bas de la page est celle du rang des soixante. Construite pour la première fois en 1842, elle sera rebâtie à deux reprises après avoir été détruite par des incendies. Cette école sera fermée en 1965. Jean-Paul Beaudry achète cette école pour la transformer en logement familial pour ses employés qui travaillent sur sa ferme.


Le tourisme

Un des attraits touristiques d’importance à Saint-Marc est l’hôtellerie Les Trois Tilleuls . Le client peut retrouver sous le même toit un hôtel, un restaurant gastronomique et un spa Givenchy. Sa vue est magnifique et elle est située à 30 minutes de Montréal.

Pour sa part, l’Auberge Handfield, issue de la passion d’une famille de Saint-Marc, offre des espaces champêtres, une table gastronomique et des salles de réception. L’Auberge Handfield a fortement contribué à la fierté du village. Autrefois, le Bateau théâtre l’Escale , propriété de la famille Handfield, proposait des pièces de théâtre tous les étés.


Érablières

À Saint-Marc-sur-Richelieu, nous pouvons accueillir le printemps en se sucrant le bec. Nombre d’érablières ouvrent leur porte aux visiteurs.


Faits importants La crise du verglas

Janvier 1998, mon frère regarde les arbres se glacer en répétant sans cesse “Il va y avoir une catastrophe, il va y avoir une catastrophe”…Il avait raison. SaintMarc fait partie du “triangle noir”. Privée d’électricité, la population de SaintMarc peut se rendre à l’érabilière “La feuille d’érable”. Le nouveau maire de l’époque, Robert Beaudry, s’assure que sa municipalité est en sécurité. Ce caprice de la nature devient un problème particulier en milieu agricole. Les grands élevages sont sévèrement touchés, la ferme du maire ne fait pas exception. Alors qu’il est aux prises avec un village à sécuriser, il doit aussi s’assurer que son entreprise peut surmonter les pannes. Les agriculteurs n’hésitent pas à s’entraider échangeant machinerie et les génératrices.


Le tremblement de terre

Le séisme de 4,5 du 10 octobre 2012 avait son épicentre à Saint-Marc-surRichelieu.

Disparition de Francis Albert-Cloutier

Le jeune homme de 17 ans a été vu pour la dernière fois le 15 avril 2006 à son domicile de la rue Val-d’or à Saint-Marc-sur-Richelieu. Sa voiture avait été retrouvée dans un sentier de VTT à Saint-Amable, ville voisine de Saint-Marc. Ses portières étaient barrées et le toit du véhicule était ouvert. Il n’a jamais été retrouvé.

http://www.fm1017.ca/les_actualites/1638


De père en fille

Évolution oblige. De plus en plus de femmes prennent la relève des entreprises agricoles familiales. C’est notamment le cas de la ferme Clerjoye à Saint-Marcsur-Richelieu. Sylviane Beaudry, fille de Robert Beaudry, a décidé de reprendre la ferme familiale en démontrant aux septiques que c’est un défi tout à fait à sa mesure.

http://www.lait.org/fichiers/revues/PLQ-2009-07/reportage.


Le père de Sylviane avait lui-même fait ce choix , succédant à son père Jean-Paul Beaudry. Monsieur Beaudry père était aussi le propriétaire de l’entreprise Silos Beaudry, entreprise établie à Saint-Marc pendant plusieurs années.


Sylviane a réussi à faire plusieurs changements en ce qui a trait à la gestion du troupeau. Bachelière en éducation (orthopédagogie), elle a les aptitudes pour créer un environnement basé sur l’éducation et la communication. Non seulement brille-t-elle comme gestionnaire, elle se sert de ses connaissances pour évoluer dans le domaine sous le signe du partage et de la discussion.

De plus, elle s’occupe de ses trois enfants: Zoée, Zackary et Zabella.

http://www.lait.org/fichiers/revues/PLQ-2009-07/reportage


Elle est un exemple à suivre….


Le cercle des fermières C’est la plus grande association de femmes du Québec. Autrefois, elles avaient une vocation agricole ,mais le mouvement est devenu un lieu de socialisation pour toutes les femmes. «La philosophie des Fermières a toujours été, dès le début, d'aider les femmes à améliorer leurs conditions de vie. À l'époque, ça passait beaucoup par la transmission du patrimoine culturel et artisanal. On voulait permettre aux femmes de parfaire leurs connaissances en tissage, en tricot, en cuisine, etc. Au début, en 1915, une majorité de femmes habitaient en campagne et avaient un accès restreint aux écoles. Les premiers cercles ont été fondés par le ministère de l'Agriculture, et des techniciennes se rendaient dans les régions pour transmettre le savoir aux femmes», explique Yolande Labrie, l'actuelle présidente des CFQ.

Un membre honorifique masculin, Marcel Belleau, est accepté dans Les Fermières de Saint-Marc (preuve que cette municipalité ne fait rien comme les autres).


Le Cercle des Fermières publie des livres de reecettes de leurs membres.

Parmi ses cuisinières, Madame Cécile Blanchard est une de mes préférées. Aujourd’hui décédée, j’ai quelques recettes qui portent son nom dans mon cartable personnel de recettes.


Les carrés divins de Cécille Ingrédients: • 1/2 tasse de farine • 3/4 tasse tice krispies • 1/4 c. à thé bicarbonate de sodium • une poncée de sel • 1/3 tasse de cassonade bien tassée • 1/3 tasse de beurre fondu • 1 boite de lait eagle brand • 1/2 tasse de beurre • 1/2 tasse de cassonade bien tassée • 1/2 tasse de brisures chocolat • 1 1/4 tasse rice krispies PRÉPARATION Dans un bol, mélanger les 6 premiers ingrédients. Presser dans un moule carré graissé de 8 pouces. Cuire au four à 350" F environ 10 minutes ou jusqu'à ce que ça brunisse. Dans une casserole épaisse, combiner le lait, le beurre et la cassonade. Amener à ébullition complète à feu mi-doux et laisser bouillir 5 minutes en remuant sans arrêt. Retirer du feu et verser dans la croûte cuite. Faire fondre les brisures de chocolat à feu doux. Y incorporer le reste des céréales en remuant pour bien les enrober. A l'aide de 2 fourchettes, étendre ce mélange sur couche de caramel. Réfrigérés jusqu'au moment de servir. Donne environ 8 - 10 portions


Belo Artiste multidisciplinaire né à Saint-Marc-sur-Richelieu. L’artiste Belo dira, lors d’une entrevue dans Rats de ville, : “Pour ce qui des influences, il est certain qu'elles viennent en partie de ma jeunesse à observer mon père sur son métier à tisser. Le petit enfant en moi continue de jouer au milieu de ces kilomètres de fils de couleurs.  (…) Je suis né dans un tout petit village de la Vallée du Richelieu et élevé dans le milieu agricole. Quand tu côtoies la terre et les gens qui la cultivent, tu comprends vite que ça prend plus que des couleurs et un talent pour faire vibrer la sensibilité artistique du monde rural. Avec ma technique de peinture sur fils, je crois avoir atteint le moyen de me faire respecter par tous ces grands artisans qui m'ont vu grandir. »

See more at: http://ratsdeville.typepad.com/ratsdeville/2011/03/entretien-avecbelo.html#sthash.GTT4cpq0.dpuf


Il a été élu « Grand gagnant des prix du jury » lors de la 11e édition du Festival international Montréal en arts (FIMA) en 2010. En 2013, il effectue une immense mosaïque de 66 000 verres d’eau colorés pour sensibiliser l’importance de l’eau potable dans le monde.

http://belostudio.com/


Éditorial Gaz de schiste

Le gaz de schiste est une ressource enfermée dans le sous-sol québécois qui était à peu près inconnue de la majorité de la population au début 2010. Mais depuis l'été et l'automne 2010 elle a fait l'objet d'un débat public considérable, alors que le gouvernement avait accordé à différentes entreprises des permis de forage. La mobilisation citoyenne est de plus en plus forte contre l'exploitation de cette ressource, exploitation qui soulève également de nombreuses interrogations dans d'autres pays. (Photo Jacques Nadeau - Le Devoir)

Saint-Marc-sur-Richelieu se retrouve au coeur de cette controverse puisque l’extraction du gaz de schiste se fait dans la Vallée du Richelieu. Trouvant la menace plus qu’évidente, certains habitants de la municipalité se battent pour faire reculer le projet.


Tout le bruit autour de ce gaz en vaut-il la peine?…En en croire les reportages et les différentes études sur le sujet, il semble que l’acceptation de l’exploitation de ce gaz ouvre la porte à de potentielles catastrophes. En fouillant les sources webographiques sur le sujet, force est de reconnaître que leur argumentation est très convaincante. Un langage scientifique, des graphiques, des citations d’études sérieuses sur le sujet et…une touche de drame. À les entendre, la terre se fait littéralement violer et nous, spectateurs insensibles, nous sommes les témoins de la fin d’un monde. Ainsi exploité, l’environnement rural deviendrait un terrain de verdure parsemé de cratères, agrémenté de machinerie lourde et disgracieuse, pollué du bruit des camions qui transportent la matière jour et nuit et envahi de matières toxiques qui feront mourir les espaces agricoles par la nappe phréatique ou par le sol. Réalité ou fantasme? Le rêve québécois est clamé depuis la fin du XIXe siècle, mais n’a pourtant jamais donné les résultats attendus. Crions puisqu’il faut crier; montons aux barricades puisqu’il faut se battre. Ces actions auront plus de poids que le gaz lui-même.

Photo : Musée de la Gaspésie, Fonds Paul Payette Des travailleurs s’affairent près de la mèche de forage d’un puits de la compagnie Gaspe Oil Ventures, à Rivière-Saint-Jean, près de Gaspé, en 1948. L’entreprise y a découvert des « indices » de pétrole.


WEBOGRAPHIE http:// www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/ http://ville.saint-marc-sur-richelieu.qc.ca/ http://www.lestroistilleuls.com/ http://www.aubergehandfield.com/ http://jeannotte.ca/erabliere-reception-monteregie.html http://www.lafeuillederable.com/ http:// tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/montreal/archives/2012/10/201 http:// www.hebdosregionaux.ca/monteregie/2012/03/14/disparition-den http://belostudio.com/fr/ http://www.cfq.qc.ca Photos sans les références Archives personnelles de France Beaudry Archives personnelles de Zoée Zelmer Archives personnelles de Serge Belleau


St marc copie