Page 1

LOI DE  FINANCES  COMPLEMENTAIRE  &   MESURES  DE  REAJUSTEMENT  PRIORITAIRES   DES  PROPOSITIONS  POUR  LE  DIALOGUE  ECONOMIQUE  NATIONAL     Fayçal  DERBEL   Expert  comptable  -­‐  ISG  Tunis   Faycal.derbel@finor.com.tn     Le   dialogue   économique   national   débattra     de   dix   principaux   thèmes   dont   celui   des   équilibres   des   finances   publiques.   Ce   thème   est   d’autant   plus   important   et   dominant,   que   l’on   se   rend   compte   aujourd’hui,   et   à   peine   le   premier   trimestre   clôturé,   que   les   hypothèses   retenues   pour   l’élaboration   du   budget   de   2014   sont   irréalisables   voire   irréalistes,  et  doivent  être  ramenées  à  des  niveaux  plus  raisonnables  pour  tenir  compte   d’une   situation   économique   très   compliquée   et   se   heurtant   à   plusieurs   difficultés   structurelles.   Pour   ne   citer   que   le   taux   de   croissance   estimé   dans   le   budget   initial   à   4%   et   ramené   aujourd’hui   à   2,8%,   nous   déduisons   que   tous   les   indicateurs   macroéconomiques   et   autres  données  relatives  aux  finances  publiques  doivent  être  revus  et  redéfinis  à  travers   une   loi   de   finances   complémentaire.   Celle-­‐ci   doit   apporter   tous   les   ajustements   jugés   nécessaires   eu   égard   à   la   révision   des   hypothèses   de   base   et   arrêter   une   nouvelle   configuration   des   chapitres   budgétaires   conformément   à   l’article   43   nouveau   de   la   loi   organique   du   budget.   Il   va   sans   dire,   que   la   loi   de   finances   complémentaire   devrait   prévoir   des   dispositions   fiscales   introduisant   de   nouvelles   mesures   ou   rectifiant   celles   qui  ont  été  adoptées  dans  les  précédentes  lois  de  finances  et  particulièrement  la  loi  de   finances  initiale  de  2014.      

Cette note   se   propose   de   fournir   des   suggestions   d’aménagement   de   certaines   dispositions   prévues   par   la   loi   de   finances   initiale   et   qui   se   sont   avérées   difficilement   applicables   ou   inappropriées   (1ère   partie),   ainsi   que   des   suggestions   de   nouvelles   mesures  pour  l’amélioration  des  recettes  propres  en  attendant  une  réforme  profonde  de   l’ensemble  du  système  fiscal  (2ème  partie).    

I- AMENAGEMENT DE  CERTAINES  DISPOSITIONS  DE  LA  LOI  DE   FINANCES  INITIALE   La   loi   n°   2013-­‐54   du   30   décembre   2013   portant   loi   de   finances   pour   l’année   2014   a   institué  un  ensemble  de  mesures  touchant  à  toutes  les  branches  de  la  fiscalité.   Certaines  de  ces  mesures  ont  été  suspendues,  par  décision  du  gouvernement,  quelques   jours  après  leur  entrée  en  vigueur  en  attendant  l’amendement  approprié  ou  l’abrogation   par  un  texte  de  loi  en  respect  avec  la  règle  du  parallélisme  des  formes.   1  


D’autres mesures   se   sont   avérées   inapplicables,   parce   qu’elles   sont   marquées   par   l’irrationalité  et  conduisent  à  des  incohérences  manifestes.   Au  nombre  de  cinq,  les  nouvelles  mesures  prévues  par  la  loi  de  finances  initiale  et  qui   gagneraient,  à  mon  avis,  à  être  aménagées  ou  abandonnées  sont  les  suivantes  :   1-­‐ ARTICLES  58  A  61►     MODIFICATION  PROPOSEE  :  ABROGATION  

INTITULE DE  LA  DISPOSITION   Amélioration  du  recouvrement  des  taxes  dues  sur  les  véhicules  destinées  au  transport   de  marchandises  dont  la  charge  utile  ne  dépasse  pas  deux  tonnes.  

ARGUMENTAIRE Après  avoir  été  suspendue  en  janvier  2014,  cette  mesure  est  implicitement  tombée  en   désuétude,  elle  ne  peut  plus  être  maintenue,  ni  faire  l’objet  d’aménagement.     2-­‐ ARTICLE  76►     MODIFICATION   PROPOSEE  :   AMENAGEMENT   DU   CHAMP   D’APPLICATION  

INTITULE DE  LA  MESURE   Renforcement   des   ressources   de   la   caisse   générale   de   compensation-­‐Institution   d’une   redevance  sur  les  voitures  particulières  et  les  véhicules  soumis  à  la  TUC-­‐TR.    

ARGUMENTAIRE Cette  mesure  a  été  fortement  contestée  en  raison  du  fait  qu’elle  s’applique  à  la  petite   cylindrée   qui   est   le   plus   souvent   propriété   de   personnes   à   revenu   moyen,   ce   qui   est   de   nature  à  affecter  davantage  leur  pouvoir  d’achat.   Il  est  alors  proposé  de  :   ü Supprimer   les   redevances   applicables   aux   voitures   d’une   puissance   fiscale   inférieure  à  8  CV   ü Maintenir  les  redevances  sur  les  voitures  d’une  puissance  supérieure  ou  égale  à   8   CV,   selon   les   mêmes   tarifs   que   ceux   prévus   par   l’article   76   de   la   loi   de   finances  tout  en  fixant  comme  date  limite  de  payement  le  31  août  2014.   2  


3-­‐ ARTICLE 55►     MODIFICATION  PROPOSEE  :  ABROGATION  

INTITULE DE  LA  MESURE   Impôt  sur  les  immeubles    ou  «  impôt  foncier  »   L’article  55  de  la  loi  de  finances  énumère  les  immeubles  exonérés  de  cet  impôt,  ceux   qui  en  sont  soumis,  sont  définis  par  «  déduction  ».    Les  tarifs  sont  de    1,5  fois  la  TIB  ou  la  TTNB.  

ARGUMENTAIRE Un   nouvel   impôt   confus,   n’ayant   aucun     similaire   en   droit   comparé,   il   est   d’une   complexité  d’application  et  de  contrôle  affectant  le  rapport  avantage  /  coût.   Lorsqu’il   porte   sur   un   terrain   non   bâti,   cet   impôt   pourrait   (dans   certains   cas    extrême)  conduire  à  un  impôt  dû  dépassant  tout  le  revenu  du  contribuable.  

4- ARTICLE 73► MODIFICATION   PROPOSEE  :   AMENAGEMENT   DU   BAREME   D’IMPOSITION  A  L’I.R  

INTITULE DE  LA  MESURE     Allègement  de  la  charge  fiscale  des  personnes  à  faible  revenu     Les  revenus  salariaux  d’un  montant  annuel  net  ne  dépasse  pas  5.000  DT  sont  exonérés   d’IR.  

3


ARGUMENTAIRE En   apparence   cette   mesure   semble   très   avantageuse   avec   une   portée   sociale   indubitable.   En   réalité,   elle   conduit   à   des   incohérences   de   taille   sur   lesquelles   il   est  inutile  de  revenir.   Comme  elle  ne  peut  plus  être  supprimée,  il  convient  à  notre  avis  d’aménager  les   tranches   du   barème   d’imposition   de   manière   à   ce   que   la   première   tranche   imposée  à  0%  serait  comprise  entre  0  et  5.000  D,  tout  en  récupérant  le  manque   à   gagner   sur   les   autres   tranches   en   augmentant   leur   taux   d’imposition   respectif.  Le  barème  en  vigueur  et  celui  proposé  se  présentent  comme  suit  :  

                                           ANCIEN  BAREME   Montant de la tranche

Tranche

Taux

                   NOUVEAU  BAREME  PROPOSE  

Taux effectif à la limite supérieure

Montant de la tranche

Taux

Taux effectif à la limite supérieure

0 - 1500

1 500

0,00%

0,00%

1 500

0,00%

0,00%

1500 - 5000

3 500

15,00%

10,50%

3 500

0,00%

0,00%

5000 - 10000

5 000

20,00%

15,25%

5 000

26,00%

13,00%

10000 - 20000

10 000

25,00%

20,13%

10 000

28,00%

20,50%

20000 - 50000

30 000

30,00%

26,05%

30 000

30,00%

26,20%

> 50000

35,00%

35,00%

5-­‐ ARTICLE 71  ►   MODIFICATION   PROPOSEE  :   SUPPRESSION   DES   ARTICLES   SCOLAIRES   EN   MATIERES   PLASTIQUES   DE   LA   LISTE   DES   PRODUITS  SOUMIS  A  LA  TPE.  

INTITULE DE  LA  MESURE     Renforcement  des  ressources  du  fonds  de  dépollution   Cette   disposition   a   élargi   le   champ   d’application   de   la   taxe   pour   la   protection   de   l’environnement   (5%   +   0,9%   au   niveau   de   la   TVA)   en   y   ajoutant   un   ensemble   de   produits  dont  :   Ex  :  39.26  :  Articles  de  bureau  et  articles  scolaires  en  matières  plastique.   4  


ARGUMENTAIRE L’imposition   des   articles   scolaires   en   matières   plastiques   à   la   taxe   pour   la   protection   de   l’environnement   implique   une   augmentation   des   prix   de   ces   produits   de   l’ordre   de   6%,   ce   qui   va   à   l’encontre   des   mesures   de   maitrise   de   l’inflation   et   de   la   préservation   du  pouvoir  d’achat  notamment  des  personnes  à  faible  revenu.  

6-­‐ ARTICLE 48  (§3) ►   MODIFICATION   PROPOSEE  :   SUPPRESSION   DE   LA   DEDUCTION   DU  MINIMUM  D’IMPOT  DE  L’IMPOT  SUR  LE  REVENU  OU  DE  L’IMPOT   SUR   LES   SOCIETES   AU   TITRE   DES   EXERCICES   ULTERIEURS   ET   CE   DANS  LA  LIMITE  DE  LA  5EME  ANNEE  INCLUSIVEMENT.  

INTITULE DE  LA  MESURE     Déduction  du  minimum  d’impôt  de  l’I.R  ou  de  l’IS  des  exercices   ultérieurs   Cette  disposition  institue  le  bénéfice  de  la  déduction  du  minimum  d’impôt  exigible  au   titre  d’un  exercice  de  l’IR  ou  de  l’IS  exigible  au  titre  des  exercices  ultérieurs  et  ce  dans   la  limite  de  la  cinquième  année  inclusivement.  

         

ARGUMENTAIRE La   déduction   du   minimum   d’impôt   de   l’impôt   exigible   au   titre   des   exercices   ultérieurs  pourrait  conduire  les  entreprises  dont  l’impôt  dû  est  légèrement  supérieur   au   minimum   d’impôt   à   s’aligner   sur   ce   minimum.   Ces   entreprises     pourraient   constater   des   charges   supplémentaires   pour   payer   un   impôt   qui   constituera   une   créance   sur   l’Etat   déductible   les   années   ultérieurs   au   lieu   de   payer   un   impôt   qui   serait  définitivement  acquis  au  trésor.  Pour  éviter  de  tels  montages  ou  une  iniquité   entre   les   contribuables,   il   convient   de   supprimer   la   mesure   permettant   la   déduction   du   minimum   d’impôt   et   de   considérer   celui-­‐ci   comme   définitivement   acquis   au   trésor.    

5  


NOUVELLES MESURES  PROPOSEES  

II-

La révision  vers  la  baisse  du  taux  de  croissance  prévu  pour  l’année  2014,  la  suspension   des   mesures   instituant   la   redevance   de   compensation   sur   les   voitures   et   véhicules   soums   à   la   TUC   ainsi   que   le   retard   dans   la   mise  en   œuvre   des   mesures   préconisées   pour   réduire  le  déficit  budgétaire,  constituent  autant  d’éléments  qui  accentuent  les  pressions   sur  le  budget  de  l’Etat  et  créent  un  besoin  pressant  de  ressources  additionnelles.   Certaines   mesures   permettant   la   mobilisation   de   ressources   supplémentaires   sont   proposées  dans  ce  qui  suit  :  

1-­‐ LANCEMENT D’UN  EMPRUNT  NATIONAL  AVEC  DES  TITRES  AU  PORTEUR   Alors   que   les   pratiques   étrangères   et   internationales   s’orientent   vers   la   suppression   totale   des   titres   au   porteur   il   serait   permis   compte   tenu   des   circonstances   actuelles   et   d’une   culture   très   particulière,   de   proposer   une   émission   de   titres   au   porteur   dans   le   cadre  de  l’emprunt  national  qu’il  est  envisagé  de  lancer.   Cet  emprunt  serait  alors  composé  de  deux  catégories  :   -

Catégorie A  :  titres  nominatifs  /  administrés   Catégorie  B  :  titres  au  porteur    

Il va   sans   dire   que   les   conditions   et   les   taux   de   rémunérations   seront   différents   pour   chacune  de  ces  deux  catégories.  

2-­‐

REAMENAGEMENT DES   TARIFS   DES   DROITS   DE   CONSOMMATION   APPLICABLES     AUX  BIERES  

Les taux  du  droit  de  consommation  applicables  tels  que  figurant  à  l’annexe  I  prévu  par   l’article  3  du  décret  n°  97-­‐1368  du  24  juillet  1997  modifié  par  le  décret  n°  2013-­‐929  du   4  février  2013,  se  détaillent  comme  suit  :   N°  du  tarif   douanier  

Désignation du  produit  

Droit de   consommation      

22.03  

1-­‐  Bière  classée,  conditionné  dans  des  récipients  

Boite d’une  contenance  inférieure  à  0,250  litre  

0,270 l’unité  

Boite d’une  contenance  comprise  entre  0,250  &  0,320  litre  

0,730 l’unité  

Bouteille d’une  contenance  inférieure  à  0,320  litre  

0,730 l’unité  

Ces tarifs  progressifs  en  fonction  de  la  contenance,  favorisent  des  pratiques  évasives  de   la  part  des  producteurs  et  des  consommateurs,  avec  un  manque  à  gagner  considérable   des   recettes   fiscales   et   une   sortie   de   devises   importantes   pour   l’importation   de   la   matière  première  des  emballages  métalliques.   6  


Afin d’améliorer   le   rendement   de   cette   imposition,   il   est   proposé   d’unifier   les   droits   dus   sur   la   bière   classée   et   conditionnée   dans   des   récipients   (boite   et   bouteille)   dont   la   contenance  est  inférieure  à  0,320  litre,  en  les  fixant  à  0,730  dinars  l’unité.     Les  nouveaux  tarifs  (proposés)  seront  arrêtés  comme  suit  :   N°  du  tarif   douanier   22.03  

Désignation du  produit   1-­‐  Bière  classée,  conditionné  dans  des  récipients  en  boite  ou  en   bouteille  d’une  contenance  ne  dépassant  pas  0,320  litre  

Droit de   consommation     0,730  l’unité  

Il se   pourrait   que   cette   mesure   réduise   la   consommation   des   boites   d’une   contenance   inférieure  à  0,250  litre,  mais  elle  demeurera  sans  effet  sur  la  consommation  totale,  avec   une   autre   répartition   des   récipients   utilisés,   entrainant   une   amélioration   des   recettes   provenant  des  droits  de  consommation.  

3-­‐ INSTITUTION D’UNE   CONTRIBUTION   EXCEPTIONNELLE   DE   SOLIDARITE   A   LA   CHARGE  DES  PERSONNES  PHYSIQUES    A  REVENU  ELEVE.   Cette   contribution   ne   fait   pas   double   emploi   avec   la   redevance   de   compensation   instituée     par   la   loi   de   finances   pour   l’année   2013,   mais   vise   plutôt   à   engager   un   véritable   élan   de   solidarité   et   d’appui   pour   les   mesures   de   redressement   économique   et   la   mobilisation   de   plus   de   ressources   propres   à   même   de   consolider   les   équilibres   macroéconomiques.   Seront    soumis  à  cette  contribution  toutes  les  personnes  physiques  réalisant  des  revenus   inclus  dans  le  champ  d’application  de  l’IRPP.  Avec  :   • •

Un taux  de  5%  de  l’IR  calculé  sur  l’ensemble  des  revenus  (y  compris  les  revenus   exonérés  tels  que  les  dividendes  et  avant    dégrèvements  et  avantages  fiscaux)  ;   Une  franchise  de  20.000  Dinars    

Pour qu’elle  ne  soit  pas  affectée  par  les  éventuelles    minorations  des  revenus  déclarés,  il   est   proposé   de   fixer   un   minimum   de   perception   déterminé   en   fonction   du   nombre   d’années   d’exercice   professionnel,   sauf   pour   les   contribuables   réalisant   exclusivement   des   revenus   provenant   de   salaires,   pensions   et   rentes   viagères.   Ces   minimums   s’établissent  comme  suit  :      

7


Ancienneté (1)  

BIC*

BNC*

BEAP*

Autres

Entre 5  ans  et  7  ans  

1.000 DT  

1.300 DT  

500 DT  

1.200 DT  

8, 9  et  10  ans  

1.200 DT  

1.500 DT  

800 DT  

1.500 DT  

Supérieure à  10  ans  

1.500 DT  

2.200 DT  

1.000 DT  

1.800 DT  

* Lorsque   le   contribuable   réalise   plus   d’un   revenu   catégoriel,   le   minimum   correspond  à  celui  du  revenu  catégoriel  le  plus  élevé  dans  le  revenu  global.   (1) Nombre   d’années   ou   fraction   d’années   depuis   la   date   du   dépôt   de   la   déclaration  d’existence  jusqu’à  la  date  de  clôture  de  l’année  d’imposition.      

4-­‐ INSTITUTION D’UNE  REDEVANCE  DE  COMPENSATION  AU  TITRE  DES  PRODUITS  DE   BASE  A  LA  CHARGE  DES  RESTAURATEURS.       Les   restaurants   classés   ou   non   classés,   profitent   pleinement   de   la   subvention   des   produits  de  base  et  du  carburant  (bouteille  de  gaz)  alors  que  leur  contribution  au  budget   de   l’Etat   à   travers   l’impôt   payé   est   souvent   modeste,   surtout   lorsqu’ils   relèvent   du   régime  forfaitaire  d’imposition.     Il   est   proposé   de   mettre   à   la   charge   des   exploitants   de   restaurants   classés   ou   non   classés,   personnes   physiques   ou   personnes   morales,   une   redevance   indexée   sur   le   nombre  de  salariés  (y  compris  l’exploitant  ou  le  gérant)    comme  suit  :     Nombre  de  salariés  

Zone communale  

Hors zone   communale  

800 DT  

400 DT  

6 et  7  salariés  

1.200 DT  

600 DT  

Supérieure à  7  salariés  

1.500 DT  

750 DT  

Entre 2  et  5  salariés  

 

8


5-­‐ REVISION DU  TAUX  DU  DROIT  DE  CONSOMMATION  SUR  LES  PARFUMS  &  EAUX  DE   TOILETTE.   Il  est  proposé  de  porter  le  taux  du  droit  de  consommation  dû  sur  les  parfums  et  eaux   de  toilette  (n°  du  tarif  33.03)  de  10%  à  30%.     L’objectif   n’étant   pas   uniquement   d’augmenter   les   recettes   fiscales,   mais   aussi   d’éviter  une  incohérence  consistant,  en  l’état  actuel  des  textes,  à  soumettre  les  eaux   minérales  au  droit  de  consommation  au  taux  de  25%    et  les  parfums  au  taux  de  10%.         F.  DERBEL   05  mai  2014  

9

LOI DE FINANCES COMPLEMENTAIRE & MESURES DE REAJUSTEMENT PRIORITAIRES  

DES PROPOSITIONS POUR LE DIALOGUE ECONOMIQUE NATIONAL par Fayçal DERBEL Expert comptable - ISG Tunis

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you