Issuu on Google+

Nous sommes lĂ  pour vous

Rapport annuel

09


Rapport annuel

09


Table des matières Notre mission et notre domaine d’activités. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 Nos valeurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 Le mot du Président du Conseil d’Administration. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 Le mot du Directeur général. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Etablissements et déchets

10

Interview : Simon Coenen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Evénements classés sur l’échelle INES en Belgique depuis les 12 derniers mois. . . . . . . . . . . . . . . . 14 Quelle est la réaction de l’Agence en cas d’incident en Belgique ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Traitement des demandes d’autorisation pour des établissements nucléaires de base . . . . . . . . . . . 18 Interview : Frederik Van Wonterghem. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Contrôle et suivi de la sûreté des installations nucléaires de base. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 Etablissements de classe I. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

Santé et environnement

28

Interview : An Fremout/sophie léonard . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Dosimétrie et réseau dosimétrique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 Dosimétrie des patients, pédiatrie CT et conversion DAP-E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 Interview : Michel Biernaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Campagne dentistes et accord avec les associations professionnelles de dentistes . . . . . . . . . . . . . 37 Radiothérapie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Table ronde médecine nucléaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Dépouilles radioactives. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Campagne vétérinaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Etablissements et déchets

42

Etablissements de classe IIA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

Interview : Walter Blommaert. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42

Reprise des contrôles par l’AFCN. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

Dépôt en surface à Dessel de déchets de haute et moyenne activité à courte durée de vie (catégorie A) . . 45

Incidents. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

Dépôt géologique de déchets radioactifs (catégories B&C). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

Portiques de détection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

Interventions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

Campagne paratonnerres radioactifs (PARAD). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

Autres activités. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

Conditions d’enlèvement des détecteurs de fumée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

Collaboration avec les autorités régionales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

Concertation et collaboration. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Collaboration avec Bel V. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

Santé et environnement

48

Echange international d’expériences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

Interview : François Menneson. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48

Directives/Notes stratégiques AFCN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

Concrétisation du projet de loi interventions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52


Données dosimétriques du personnel navigant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52

Regulation, international affairs & development

Projet Résidus NORM. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52

Interview : Lodewijk Van Bladel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68

Exercices du plan d’urgence. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Exercice de grande ampleur à Doel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 Plan d’action Radon. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Groupe d’Encadrement Permanent pour l’Élaboration des Tâches et l’Organisation (GEPETO-CELMES). 54

68

Directive européenne sur la sûreté nucléaire et travaux internationaux des autorités de sûreté. . . . 71 La réforme du contrôle physique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 3ème réunion d’examen de la Convention Commune . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73

Vérification des articles 35-36. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54

Interview : Jan Michiels. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74

Découverte de taux d’uranium anormalement élevés à Uccle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

L’organisation de l’AFCN

Sécurité et transport

56

Interview : Jens De Braekeleer. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78

Interview : Mireille Claeys . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56

Jurion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81

Non-prolifération nucléaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59

Records Management. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82

Protection physique des sources radioactives scellées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

Transparence de la communication. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83

Protection physique des matières et installations nucléaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

Certificat ISO 9001-2000 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83

Workshop . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

Ressources humaines. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84

Évaluation de la menace de référence. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

Communities of Practices (COP) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85

Exercice de sécurité au SCK-CEN. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61

Conseil d’administration. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85

Zone sécurisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61

Bilan au 31 décembre 2009. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86

Attestations de sécurité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61

Compte de résultats au 31 décembre 2009 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87

Perspectives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61

Compte de résultats : complément d’informations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88

Interview : Arlette Etienne / Chris Dams . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62

Acronymes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90

Integrated Safeguards. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

Organigramme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91

Importation et transport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66

Colophon. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92

78


Notre mission et notre domaine d’activités L’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN) a pour mission de protéger la population, les travailleurs et l’environnement contre les incidences négatives des rayonnements ionisants. L’AFCN est active dans un large domaine d’activités qui inclut le contrôle des centrales et installations nucléaires, l’utilisation d’isotopes dans les secteurs médical et industriel ou encore la surveillance du rayonnement naturel et cosmique dans notre pays. La sûreté et la sécurité des transports de sources nucléaires constituent également une de ses préoccupations permanentes.

Nos valeurs • Nous souhaitons nous ériger en une organisation intègre, impartiale et fiable. • Dans un souci de crédibilité, nous nous efforçons de rendre nos actions visibles et com-

préhensibles par tous. • Nous tendons vers une expertise indépendante, qualifiée et multidisciplinaire. • Nous communiquons de manière transparente, neutre et objective. • Nous agissons de manière proactive. • Nous recherchons l’amélioration en continu. • Nous entretenons des relations franches et constructives avec nos parties prenantes. • Nous favorisons le dialogue basé sur le respect mutuel, l’écoute active et le dialogue.

Précisons encore que l’AFCN est un parastatal de type C qui relève de la tutelle du Ministre de l’Intérieur. Le RGPRI, en vigueur depuis 2001, constitue sa législation de base.

Notre mission

En sa qualité d’organisation fédérale, l’AFCN mène ses actions sur tout le territoire belge, là où les circonstances l’exigent. Le rapport annuel 2009 comporte une sélection de projets qui permettent d’avoir un aperçu des activités effectuées par l’AFCN au cours de l’année écoulée.




Le mot du Président du Conseil d’Administration Philippe

De Sadeleer

AFCN / rapport annuel 09

Lorsque nous passons en revue l’année 2009, nous constatons qu’elle fut positive pour le secteur nucléaire et qu’elle s’est traduite par de nombreuses initiatives destinées à consolider la sûreté nucléaire.



Royal (AR) accordant la nouvelle autorisation fut signé par le Roi en fin d’année. Cet arrêté d’autorisation comporte une série de conditions concrètes d’exploitation. L’IRE s’était montré proactif en mettant en œuvre dès 2009 les mesures préconisées au sein de ses installations et en suivant minutieusement les processus d’amélioration. Grâce à ces mesures, l’IRE a pu reprendre la production de radioisotopes qui font l’objet d’une très forte demande au niveau mondial.

Nous avons relevé 20 événements qui ont été classés au niveau 1 de l’échelle INES. Il fut notamment question d’écarts par rapport à la procédure normale. Ceux-ci doivent assurément faire l’objet d’un suivi. Ces événements n’ont toutefois pas eu le moindre impact sur l’homme ou l’environnement.

Nous avons franchi en 2009 une étape importante dans le contrôle de la sûreté nucléaire. Les préparatifs du remplacement de l’intégralité du réseau de mesure TELERAD ont en effet commencé. TELERAD mesure en permanence la radioactivité ambiante sur l’ensemble du territoire belge. Le réseau a été mis en service entre 1995 et 1998 et il subira en 2010 une profonde modernisation de la partie « communication de données ». De surcroît, ces balises seront remplacées par des appareils de nouvelle génération. Ce projet ambitieux représente un investissement d’environ 10 millions d’euros. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet à la page 50.

L’année 2009 fut marquée par la nouvelle autorisation délivrée à l’IRE. En effet, l’Arrêté

La décision gouvernementale de postposer de dix ans la première phase de la sortie

Un seul incident classé au niveau 2 de l’échelle INES est à déplorer. L’AFCN a assuré le suivi de cet incident et elle a imposé les mesures nécessaires afin d’éviter qu’il ne se reproduise à l’avenir. Vous apprendrez à la page 17 les mesures qui ont été prises.


Cette note aborde les incidences, en termes de sûreté, de cette prolongation de la durée de vie sur le plan réglementaire et technique. Dans le cadre de cette prolongation, l’AFCN a en outre suggéré de commander à l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) une analyse de sûreté complémentaire qui prendrait les traits d’une mission SALTO (SAfe Long Term Operation). Cette mission consisterait en une évaluation de l’analyse et du suivi du vieillissement des systèmes, structures et composants liés à la sûreté d’une centrale nucléaire. Le thème du nucléaire bénéficie presque en permanence de l’intérêt du monde politique. Le regain d’intérêt pour la technologie nucléaire laisse supposer que l’AFCN aura à l’avenir d’autres défis à relever, comme le projet MYRRHA ou les plans du nouveau réacteur de recherche et de la nouvelle centrale nucléaire chez nos voisins néerlandais, auxquels l’Agence accorde l’attention requise. Les événements du 11 septembre 2001 ont mis en lumière l’importance de la sécurité nucléaire et le besoin de règlements et d’instruments internationaux garantissant la protection physique des installations contre tout détournement malveillant de sources radioactives par des terroristes. A cet égard, l’AFCN a développé le cadre réglementaire de la protection physique des matières et installations nucléaires et de leur transport. A ce titre, un groupe de travail a été créé en regroupant des représentants de l’Autorité Nationale de Sécurité, de la Sûreté de l’Etat, de la Police fédérale, du Centre de Crise et de l’AFCN.

Le dossier a été approuvé lors du Conseil des Ministres du 17 juillet 2009 et a ensuite été soumis au Conseil d’Etat et à la Commission sur la Protection de la Vie privée. Le dossier sera introduit à la Chambre au début de l’année 2010. Le groupe de réflexion stratégique de l’AFCN a procédé à une analyse approfondie qui avait pour but d’anticiper le contexte dans lequel nous évoluons aujourd’hui. Cette analyse comportait deux volets : d’une part, une évaluation stratégique globale qui tenait compte de l’évolution de la situation depuis la mise en place du plan stratégique en 2002 et son évaluation en 2005 et, d’autre part, une évaluation détaillée de l’exécution du plan triennal 2008-2010. En 2009, les contacts de l’Agence avec ses instances de tutelle et le Parlement ont surtout été placés sous le signe du suivi des résolutions de la Chambre visant à améliorer le fonctionnement de l’Agence. La création de la sous-commission parlementaire « sécurité nucléaire » doit permettre un meilleur contrôle parlementaire. En avril 2009, une mise à jour des initiatives entreprises par l’AFCN en réponse à la résolution a été publiée et transmise aux députés parlementaires. L’AFCN est consciente de l’importance des tâches qui lui sont dévolues et elle continuera à tout mettre en œuvre pour mener à bien sa mission de « protection de la population, des travailleurs et de l’environnement contre le danger des rayonnements ionisants ».

Le mot du Président du Conseil d’Administration

du nucléaire signifie que les trois plus anciennes centrales nucléaires belges de Doel 1 et 2 et de Tihange 1 pourront en principe être exploitées jusqu’en 2025. Suite à cette décision, l’AFCN et Bel V ont rédigé une note technique commune sur la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires.




Le mot du Directeur général Willy

De roovere En ce qui concerne les centrales nucléaires belges, l’année 2009 a été marquée par l’audit international de la sûreté OSART (Operational SAfety Review Team). Cet audit est organisé par l’AIEA et mené par une équipe d’experts internationaux dont l’objectif est l’amélioration continue de la sûreté de l’exploitation des centrales. En janvier 2009, une AFCN / rapport annuel 09

équipe OSART a visité la centrale nucléaire de Tihange pour procéder à une inspection



de vérification. Cette mission visait à contrôler l’état d’avancement des actions mises en œuvre suite à l’audit OSART réalisé en 2007. Les améliorations présentées ont été approuvées. Le rapport intégral de cette mission est disponible sur le site web de l’AFCN. La centrale nucléaire de Doel a entamé un plan d’action baptisé ENERGIA afin de préparer la mission OSART planifiée en 2010. L’objectif de ce plan d’action consiste à mettre à niveau la culture de sûreté interne afin de se préparer à l’audit de 2010.

En vue de stimuler davantage encore la culture de sûreté chez les exploitants, l’utilisation de l’échelle INES a été étendue aux établissements de classe IIA. Comme pour les établissements nucléaires lourds de classe I, l’AFCN entend imposer aux exploitants des installations de classe II l’obligation de déclarer tout événement significatif qui survient au sein de leur installation. Cette extension ne s’arrêtera pas là. A partir d’avril 2010, les installations médicales qui produisent des isotopes devront également respecter la procédure INES et, à partir du 1er mai 2010, la classification INES s’appliquera également à toutes les activités industrielles qui ont recours aux sources de rayonnements ionisants. L’objectif de cette évolution consiste, sur base des informations échangées au sujet des événements classés sur l’échelle INES, à tirer les leçons qui s’imposent et à faire en sorte que ces événements ne se reproduisent plus. Il s’agit d’une condition sine qua non pour poursuivre l’amélioration continue de la sûreté nucléaire et de la radioprotection. Chaque déclaration d’événement est publiée sur notre site web dans un souci de transparence à l’égard du grand public. L’AFCN tient à s’assurer que chaque exploitant mène une politique ALARA, ce qui signifie qu’il tente de maintenir aussi bas que raisonnablement possible l’impact des substances radioactives sur l’homme et l’environnement.


Dans le cadre du plan d’action radon, des campagnes de mesures ont de nouveau été organisées en 2009 dans quatre communes de zones à risque. Le taux de gaz radon a été mesuré aussi bien dans des habitations privées que dans des écoles ou sur des lieux de travail. Une nouvelle approche a été lancée au niveau des provinces et des administrations régionales. La détection d’un taux de radon égal ou supérieur à 400 Bq/m3 doit impérativement être suivie de mesures d’assainissement. L’AFCN apporte son aide aux autorités locales et régionales. Des formations, organisées avec la collaboration de la confédération de la construction, servent également à informer les entrepreneurs et les architectes sur les effets du radon de telle sorte que ceux-ci prennent en compte cette problématique lors de tout projet de rénovation ou de nouvelle construction en zone à risque.

La compétence et l’implication des collaborateurs de l’AFCN permettent à cette dernière d’assumer le rôle qui lui a été confié. Grâce à leur expertise, l’AFCN est en mesure de mener à bien sa mission de protection de la population, des travailleurs et de l’environnement contre le danger des rayonnements ionisants. Ce rapport annuel donne la parole à plusieurs collaborateurs qui présentent les projets auxquels ils participent avec un grand sens des responsabilités et en suivant la devise : « nous sommes là pour vous ».

L’AFCN est particulièrement attentive aux évolutions internationales et elle envisage également de suivre la proposition de l’OMS visant à abaisser le niveau d’intervention de 400 Bq/m3 à 300 Bq/m3.

Citons entre autres l’instauration d’audits cliniques, le réseau dosimétrique, la notification systématique d’incidents ou l’accord conclu avec les associations professionnelles en vue d’assurer une meilleure radioprotection des patients en médecine dentaire. Le présent rapport aborde plus en détail ces avancées. En fait, toutes ces initiatives poursuivent les mêmes objectifs, à savoir sensibiliser tous les acteurs au problème réel que constitue l’imagerie diagnostique en termes de dose individuelle et collective, mieux connaître les critères de prescription et conscientiser à la nécessité d’optimiser la qualité des méthodes utilisées.

Le mot du Directeur général

Au cours de l’année écoulée, de nombreuses initiatives se sont concrétisées dans le secteur médical, grâce notamment à l’organisation de tables rondes qui ont été le théâtre de discussions constructives avec les acteurs concernés.




Etablissements et déchets

Etablissements nucléaires de base

Simon Coenen Hobby : Retourner à l’époque des châtelains et des chevaliers.

AFCN / rapport annuel 09

Devise : Délaisser notre époque moderne du digital et tous ses moyens de communication pour revenir au calme avec des amis dans un environnement où le mot “temps” prend une autre signification.

10

pour l’organigramme complet, voir page 91


11

Etablissements et dĂŠchets


Interview Simon

Coenen Ines national officer La fonction

AFCN / rapport annuel 09

Simon : L’INES (International Nuclear Event Scale) National Officer remplit plusieurs tâches. Tout d’abord, il assure la liaison entre l’AIEA et l’Etat membre pour tout ce qui touche à INES. Si un événement est classé à un niveau égal ou supérieur à 2 sur l’échelle INES ou s’il est largement relayé par les médias, le rôle de l’Officer consiste à en informer l’AIEA.

12

Je dois également promouvoir la pratique INES tant en Belgique qu’au niveau international. Les INES National Officers se réunissent tous les deux ans à Vienne pour échanger leur expérience. Enfin, nous devons veiller à l’amélioration continue de la procédure. Ainsi, nous tentons en permanence d’améliorer le manuel INES. En marge de cette mission, j’exerce une autre fonction puisque je suis membre de l’INES Advisory Committee. Ce comité ne se préoccupe pas uniquement de matières purement techniques, mais également d’autres aspects comme la communication. Nous nous

penchons sur des questions fondamentales. Nous discutons par exemple du nouveau manuel INES. Nous reconsidérons toutes les classifications. Nous abordons le transport et l’utilisation des sources radioactives. J’effectue ce travail intéressant depuis 3 ans et j’aime la variété qu’il propose.

à quoi sert INES ? INES est une échelle qui facilite la communication de l’exploitant en cas d’événement anormal au sein de son installation nucléaire, en lui permettant de situer plus facilement le degré de gravité de cet événement. Tous les événements ayant un impact réel ou potentiel sur la sûreté des installations nucléaires et des transports de matières radioactives peuvent être classés sur l’échelle INES selon 7 niveaux de gravité (de 1 à 7). Conçue comme l’échelle de Richter qui exprime la gravité des tremblements de terre, l’échelle INES vous permet de situer rapidement le niveau de gravité d’un événement nucléaire. Lorsqu’il se passe quelque chose au sein d’une centrale, il n’est pas toujours facile d’expliquer au monde extérieur si c’est grave ou non. Aux yeux du public, le secteur nucléaire s’apparente souvent à un monde hermétique. L’accident de Tchernobyl fut classé au niveau 7 puisqu’il est considéré comme le pire accident qui puisse se produire. A partir du niveau 2, un événement est qualifié d’incident, à partir du niveau 4, on parle d’accident. Un accident s’accompagne presque toujours de conséquences physiques pour l’homme et l’environnement. Un événement de niveau 1 signifie en fait un écart par rapport au fonctionnement normal d’une installation sans toutefois la moindre conséquence pour l’homme et l’environnement. Pourquoi dès lors lui attribuer le niveau 1 ? Et bien, dans un souci de promouvoir la culture de sûreté, ce type d’événement ne doit pas passer inaperçu. Bien que les conséquences d’un tel événement soient nulles, nous estimons que nous devons examiner cet écart, aussi minime soit-il. Nous devons en tirer les leçons et éviter qu’il ne se reproduise à l’avenir.


Attention, l’échelle INES est uniquement un outil de communication. Elle ne constitue pas un outil d’évaluation de la sûreté des installations et ne peut en aucun cas servir de base pour comparer plusieurs centrales.

Comment se déroule une procédure INES ? L’exploitant d’un établissement de classe I doit lui-même effectuer une évaluation INES et proposer un niveau INES à l’AFCN et à sa filiale Bel V. Sur base des données en notre possession, nous approuvons ou non ce niveau. La transparence est importante et, dans cet ordre d’idées, l’exploitant doit publier un communiqué de presse pour tout événement de niveau 2 ou plus. L’AFCN communique sur son site web tout événement à partir du niveau 1. En 2009, un incident de niveau 2 et 20 anomalies de niveau 1 ont été recensés et notifiés.

Dès le 1er avril 2010, les règles du jeu de la réglementation INES changeront. Outre les installations nucléaires lourdes, les installations de classe II qui présentent le plus de risques devront désormais se soumettre aux règles INES. Il s’agit notamment des installations qui ont recours à des sources radioactives d’une activité égale ou supérieure à 100 TBq, des installations équipées d’un accélérateur destiné à la recherche et au développement ou encore à la production d’isotopes et des installations qui produisent des isotopes en grandes quantités. A partir du 1er mai, la classification INES s’appliquera également à toutes les activités industrielles qui impliquent des sources de rayonnements ionisants. Ces nouvelles règles constituent un grand pas en avant vers plus de transparence au sein de toutes les installations où sont mis en œuvre les rayonnements ionisants.

Etablissements et déchets

Nouvelles règles du jeu en 2010

13


Evénements classés sur l’échelle INES en Belgique depuis les 12 derniers mois Au cours d’une opération de routine, un technicien était présent à l’intérieur d’une des cellules d’irradiation lorsqu’un opérateur a démarré le processus d’irradiation. Le technicien a immédiatement actionné l’un des systèmes d’arrêt d’urgence à l’intérieur de la cellule et a ainsi stoppé le processus de démarrage. Il n’a pas eu de conséquences radiologiques pour un membre du personnel ou sur l’environnement. Cet événement n’a pas eu de conséquences radiologiques.

Lors d’une inspection visuelle programmée d’un élément de combustible, le grappin de l’outil de manutention s’est ouvert lors du replacement d’un élément dans son râtelier de stockage, ceci a provoqué la chute de l’élément qui a glissé verticalement d’environ 1 mètre jusqu’à sa position normale de stockage.

Au cours d’un test des diesels de secours, il a été constaté un défaut technique au raccord de câble. Ce défaut a été réparé immédiatement et le diesel de secours a été requalifié. Suite à ce défaut et lors de l’inspection d’un autre diesel de secours, une défaillance similaire a été constatée. Par précaution, tous les raccords de câble des diesels de secours semblables seront remplacés et les diesels concernés feront l’objet de tests complémentaires. Cet événement n’a pas eu de conséquences radiologiques.

AFCN / rapport annuel 09

Le bâtiment concerné a été temporairement évacué. Aucune augmentation du niveau de rayonnement ou de contamination n’a été mesurée. L’élément de combustible n’a pas été endommagé.

14

Dans le cadre d’études liées à la réévaluation décennale de sûreté, il est apparu que le fonctionnement de deux pompes du système d’injection de sécurité du circuit primaire de Tihange 1, pourrait ne pas être optimal dans certaines situations spécifiques. Après analyse en profondeur, il est confirmé que ces équipements sont à même de remplir les fonctions attendues en intégrant, au niveau du pilotage de la centrale, des actions supplémentaires. Ces nouveaux compléments opérationnels ont été validés, inclus dans les procédures de conduite et expliqués aux opérateurs. Cet événement n’a pas eu de conséquences radiologiques.

Cet événement n’a pas eu de conséquences radiologiques.

Durant une inspection lors de l’arrêt annuel de la centrale de Doel 3, une anomalie sur une vanne située dans le circuit de l’eau alimentaire vers un générateur de vapeur a été constatée. Cette anomalie a immédiatement été corrigée. Cet événement n’a pas eu de conséquences radiologiques.

Le 12 juin dernier, il a été constaté qu’une intervention en cours sur un compresseur dépassait le délai de 7 jours d’indisponibilité autorisée pour ce type d’équipement. Le compresseur d’air, qui est destiné à intervenir en secours d’autres alimentations en air comprimé, a été remis en service le jour même avec un retard d’un peu moins de deux jours. Celui-ci aurait pu être évité par une meilleure préparation du déroulement des différents travaux.

Lors des activités de préparation du démarrage du réacteur BR2, un nouvel élément de combustible expérimental a été chargé et déchargé afin d’effectuer quelques mesures. La procédure prévue pour ces manipulations n’a pas été suivie de manière stricte. En conséquence, l’opérateur a reçu une dose négligeable qui est largement en-dessous des limites de dose. Cet événement n’a pas eu de conséquences radiologiques.

05.03.2009

07.05.2009

08.05.2009

14.05.2009

04.06.2009

11.06.2009

12.06.2009

Doel 1/2

Sterigenics

Doel 3

Tihange 1

SCK-CEN

Doel 3

Tihange 2

Niveau 1

Niveau 2

Niveau 1

Niveau 1

Niveau 1

Niveau 1

Niveau 1


Durant une inspection de la centrale de Doel 3, une anomalie sur une mesure de débit dans le circuit d’injection de sécurité a été constatée. Les actions nécessaires ont été immédiatement entreprises pour corriger cette anomalie. Cet événement n’a pas eu de conséquences radiologiques.

Le 1er août dernier, lors des opérations liées au redémarrage de la centrale de Tihange 2, qui est actuellement en arrêt programmé pour entretien et rechargement en combustible, une pompe a été indisponible durant quelques heures. Cette pompe fait partie d’un ensemble de trois pompes de sauvegarde destinées à alimenter en eau les générateurs de vapeur dans la partie secondaire. L’indisponibilité constatée a été directement rectifiée.

Lors d’une opération de distribution de Xe-133, un rejet de xénon 133 équivalent à moins de 1% de la limite mensuelle du site a été constaté. Ce rejet dû à une défaillance d’un joint d’étanchéité n’a pas eu de conséquences radiologiques.

Anomalie du pont polaire de la centrale nucléaire de Doel 4 : Durant l’entretien annuel de l’unité de Doel 4, un contrôle a permis de constater que le pont polaire ne répondait pas à toutes les prescriptions administratives. Actuellement, l’exploitant fait le nécessaire pour éliminer cette anomalie. Cet événement n’a pas eu de conséquences radiologiques.

15.06.2009

18.06.2009

16.07.2009

01.08.2009

25.08.2009

18.09.2009

08.10.2009

SCK-CEN

MDS-Nordion

Doel 3

Tihange 2

IRE

Doel 4

IRE

Niveau 1

Niveau 1

Niveau 1

Niveau 1

Niveau 1

Niveau 1

Niveau 1

Etablissements et déchets

Lors de manipulations en piscine du réacteur BR2, l’eau a débordé de la piscine suite à une mauvaise manipulation des vannes à utiliser. De ce fait, l’eau légèrement contaminée s’est répandue sur les sols sous-jacents. La contamination n’a pas conduit à une dose plus élevée pour le personnel. Les sols contaminés ont été immédiatement nettoyés. Après nettoyage, la contamination avait totalement disparu. Cet événement n’a pas eu de conséquences radiologiques.

Durant une opération de distillation d’iode, faisant partie du processus de purification de l’iode, l’opérateur a constaté une perte d’étanchéité au niveau du circuit processus. Le test d’étanchéité, effectué à température ambiante et préalable au démarrage des opérations avait été correctement réalisé et n’avait révélé aucune fuite. La fuite est apparue en cours de processus de chauffe suite à une défaillance au niveau d’un raccord en verre entre 2 éléments du circuit de distillation. Plusieurs barrières de confinement redondantes étaient opérationnelles de telle manière que cet événement n’a pas eu de conséquences radiologiques.

L’IRE produit des éléments radioactifs utilisés en médecine nucléaire, à partir d’uranium irradié. L’uranium résiduel est stocké dans des boites métalliques. Un contrôle de routine de la masse d’uranium, a montré que deux des dernières boîtes conditionnées contenaient un excès de masse de respectivement 1 et 3 %. La procédure de conditionnement de l’uranium a été revue pour assurer le respect d’une marge de sécurité par rapport à la limite fixée. Cet événement n’a pas eu de conséquences radiologiques.

15


AFCN / rapport annuel 09

Un flacon contenant de l’iode radioactif (I-131) en solution aqueuse a été endommagé lors d’un transfert entre une cellule blindée et un sas. De ce fait, une partie du contenu a été relâchée dans le sas et dans le couloir adjacent. Deux employés qui travaillaient dans ce couloir ont été légèrement contaminés. Les doses reçues en raison de cette contamination sont très faibles et largement en dessous des limites légales. Cet événement n’a pas eu de conséquences radiologiques.

16

Lors d’un transport interne de matériaux radioactifs sur le site, la concertation et la préparation des opérations prévues n’ont pas été effectuées en profondeur. Ceci a eu pour conséquence que le blindage n’était pas optimal et qu’une balise de TELERAD proche du site a mesuré une augmentation de 50% de la radiation. La dose de radiation reçue par les travailleurs qui ont effectué le transport, est restée largement en dessous des limites légales. Vu les caractéristiques du matériel et de son emballage, il n’y a pas eu de risques de contamination de l’environnement. Cet événement n’a pas eu de conséquences radiologiques.

Lors de leurs contrôles permanents, les contrôleurs de Bel V ont constaté que des murs, séparant des locaux techniques situés dans la partie non nucléaire des installations, comportaient des trous et ne pourraient dès lors pas assurer complètement leur fonction coupe feu en cas d’incendie. Un cas a été relevé à Tihange 1 et un autre à Tihange 3 au cours des derniers jours. Les remédiations ont été directement entreprises. Cet événement n’a pas eu de conséquences radiologiques.

Dans ses installations à Fleurus, MDS Nordion fabrique des sources scellées d’Ir-192, isotope utilisé en gammagraphie industrielle. Le vendredi 11 décembre dernier, lors d’une intervention de maintenance, 4 employés ont reçu une faible quantité de contamination radioactive, qui ne porte pas préjudice à leur santé. Cet événement n’a pas eu de conséquences radiologiques.

Suite à une pression trop basse dans le bâtiment réacteur (BR), la décision fût prise de démarrer les compresseurs situés dans l’espace entre le BR et l’environnement afin d’augmenter la pression dans le BR. Ceci est resté sans effet. Après examen rapide il apparût que la prise d’air des compresseurs était fermée. La fermeture fut immédiatement ouverte de façon à permettre aux compresseurs de faire leur travail. La situation s’est ensuite normalisée. Les compresseurs dans cet espace intermédiaire ont une fonction de sûreté en cas d’accident. Ils doivent alors maintenir la pression dans cet espace en dessous de la pression atmosphérique afin d’éviter les rejets éventuels vers l’environnement. Cet événement n’a pas eu de conséquences radiologiques.

Lors de travaux d’entretien, il a été constaté qu’un circuit de filtration de la ventilation des bâtiments était indisponible. Les mesures pour y remédier ont été prises immédiatement. La centrale dispose aussi d’un autre circuit de filtration remplissant la même fonction que le premier, et qui était en état de fonctionner normalement. Cet événement n’a pas eu de conséquences radiologiques.

Anomalie relative aux chaînes de mesure de Doel 3 & 4 : lors d’un contrôle, il a été constaté que des chaînes de mesure de débit et de pression dans les centrales de Doel 3 & 4, n’étaient pas conformes aux prescriptions. Les actions nécessaires ont été prises afin de compenser cette anomalie. Cet événement n’a pas eu de conséquences radiologiques.

16.11.2009

04.12.2009

11.12.2009

11-14.12.2009

16.12.2009

25.12.2009

26.12.2009

BP

Nordion

MDS-Nordion

Tihange 1 / Tihange 3

Doel 3 / Doel 4

Doel 2

Tihange 1

Niveau 1

Niveau 1

Niveau 1

Niveau 1

Niveau 1

Niveau 1

Niveau 1


Quelle est la réaction de l’Agence en cas d’incident en Belgique ?

Nous avons demandé à Virginie Schrayen, ingénieur en nucléaire, quelles mesures ont été prises par l’AFCN pour éviter toute répétition de ce genre d’incident :

• ...

En mai 2009, un incident de niveau INES 2 s’est produit chez Sterigenics, une installation d’irradiation de Fleurus. Cette installation emploie des sources de Cobalt-60 pour la stérilisation de denrées alimentaires et de produits médicaux. Ces sources sont placées dans une cellule isolée protégée par d’épais murs en béton qui doivent assurer la protection des opérateurs contre le rayonnement lorsque l’installation est mise en marche.

Distinguons, d’une part, les mesures immédiates destinées à prévenir la répétition de tout nouvel incident et, d’autre part, les mesures visant à améliorer la sûreté générale de la cellule. Cette amélioration sera effective après une analyse en profondeur de la sûreté.

D’autres mesures administratives ont également été prises comme l’amélioration des procédures ou l’apposition d’affiches rappelant les règles de sécurité à respecter. Il convient de réduire la probabilité qu’une personne se trouve dans la cellule lors de la séquence de démarrage...

Notre première priorité consistait évidemment à éviter à tout prix qu’une personne puisse se trouver dans la cellule au moment du démarrage de la séquence d’irradiation. Le problème auquel nous fûmes confrontés est qu’il existait en principe déjà un système de sécurité. Ce système a bel et bien fonctionné (l’arrêt d’urgence a été utilisé par le technicien piégé). La difficulté réside dans la mise au point de mesures techniques et administratives permettant de compenser une erreur humaine.

A plus long terme, des conditions complémentaires d’exploitation (article 13 du RGPRI) seront imposées selon un calendrier à respecter. Si l’entreprise ne le respecte pas, des mesures radicales seront prises. Bel V et l’AFCN vérifient le respect de toutes ces conditions.

Lors du fonctionnement de routine de la cellule (le chargement des produits à traiter), un technicien avertit l’opérateur qu’il pénétrait dans la cellule pour y effectuer des travaux d’entretien. Lorsque l’opérateur eut terminé le chargement de la cellule, il initia la séquence de démarrage de l’irradiation sans vérifier l’absence de toute personne dans la cellule. Le technicien ne put s’échapper qu’en actionnant in extremis un des dispositifs d’urgence. L’incident a été notifié le 11 mai au General Manager de Sterigenics qui en a informé l’AFCN et sa filiale Bel V. L’AFCN a dépêché sur le champ un inspecteur nucléaire et un expert de Bel V afin de déterminer les causes de cet incident.

Quelle a été la réaction de Sterigenics ? Sterigenics a ensuite ajouté une série de suppléments techniques comme : • l’installation d’un tapis d’enregistrement des entrées dans

la cellule. Le système bloque la séquence de démarrage tant que toutes les personnes ne sont pas sorties de la cellule ; • l’installation d’un détecteur couplé au tapis et chargé de

bloquer la séquence de démarrage ; • L’apposition de cadenas sur le piston hydraulique qui sert à

Un autre aspect important concerne la formation. En effet, les instructions sur des aspects techniques doivent s’accompagner d’une prise de conscience quant aux risques inhérents aux sources de rayonnement. Les collaborateurs sont tenus de passer un examen. Enfin, l’entreprise a engagé un ingénieur en sécurité rompu au secteur industriel. Il suit une formation spécifique au secteur nucléaire. A terme, Sterigenics doit créer son propre service interne de contrôle physique. Jusqu’à présent, la somme de toutes ces mesures a permis d’obtenir des résultats positifs. L’AFCN continue de suivre de près l’exécution de ces mesures.

Etablissements et déchets

Quand l’installation est à l’arrêt, les sources sont entreposées dans un bassin d’eau. Un système hydraulique sécurisé permet de sortir ces sources de leur bassin pour les placer dans la cellule où elles servent au traitement de produits par ionisation.

extraire les sources du bassin. Chaque opérateur désireux de pénétrer dans la cellule doit apposer un cadenas sur le piston ;

17


Etablissements nucléaires de base Traitement des demandes d’autorisation pour des établissements nucléaires de base En 2009, les demandes d’autorisation suivantes ont été traitées pour les centrales nucléaires de Doel : • Demande d’autorisation pour le remplacement des généra-

teurs de vapeur de Doel 1 : le remplacement des anciens générateurs de vapeur ainsi que l’augmentation de capacité de Doel 1 ont été accordés par AR le 20 octobre 2009. Ce remplacement préventif est appliqué partout dans le monde par les exploitants de centrales nucléaires. Aux Etats-Unis, en France, en Suède ou en Espagne, de nombreuses centrales ont subi une telle « cure de rajeunissement ». En Belgique, Doel 2, 3 et 4 ainsi que Tihange 1, 2 et 3 ont accueilli de nouveaux générateurs de vapeur entre 1993 et 2004. Les générateurs de vapeur de la centrale nucléaire de Doel 1 ont été remplacés à la fin de l’année 2009. • Demande d’autorisation pour la prolongation du cycle de Doel 4 : L’autorisation de

porter le cycle de Doel 4 de 16 mois à 18 mois a été délivrée le 28 septembre 2009 par AR. Le premier cycle de 18 mois (cycle 24) de Doel 4 a débuté au terme de la révision de fin 2009. Au cours de 2009, la demande d’autorisation pour l’installation de Guinevere du SCKCEN a été traitée. En vue de la mise sur pied de ce système piloté par accélérateur, le réacteur VENUS a en fait été transformé et associé à un accélérateur. Un projet d’AR a été soumis au ministre de tutelle en décembre 2009 et signé en janvier 2010.

AFCN / rapport annuel 09

La surveillance et le suivi de la sûreté dans les installations nucléaires de base est une des importantes tâches de l’AFCN.

18

Par ailleurs, la poursuite du démantèlement du réacteur BR3 du SCK-CEN a été autorisée le 26 avril 2009 par AR. Le service a préparé la nouvelle autorisation de l’IRE et de NORDION sur le site de Fleurus. Une nouveauté de cette nouvelle autorisation est qu’elle précise les responsabilités de chaque exploitant et donc qu’elle établit une séparation entre les autorisations d’exploitation. Le projet d’AR portant la nouvelle autorisation de l’IRE a été signé par le ministre et par le Roi en décembre 2009. Cette autorisation permet davantage de flexibilité au niveau du planning de production sans pour autant rogner sur la sûreté. Elle permet de répondre à l’inquiétude entourant la production de ces radioisotopes médicaux dans la mesure où, en cas de pénurie mondiale, l’IRE peut augmenter sa production sur décision de l’AFCN.


Les autorisations de production de fluor-18 chez MDS NORDION et chez IBA RI ont été accordées en 2009. La réception de l’installation a eu lieu et l’installation a donc pu être mise en exploitation. Fin 2008, l’AFCN avait reçu une demande d’autorisation pour l’augmentation de la capacité de l’installation Gammir-I de Sterigenics à Fleurus. Des informations complémentaires à l’étude sur les « accidents les plus graves et leurs conséquences » avaient été demandées à l’exploitant et l’autorisation a été délivrée à Sterigenics le 28 octobre. D’autre part, l’AFCN a pris l’initiative d’imposer certaines conditions d’exploitation complémentaires à l’entreprise à la suite de plusieurs incidents. Une proposition de l’AFCN visant à uniformiser les conditions d’autorisations actuelles des différents établissements de classe I en matière d’évaluation périodique de leur sûreté a été soumise et approuvée par le Conseil Scientifique.

Etablissements et déchets

Le processus d’autorisation des autres établissements industriels des classes II et III a été retravaillé et rationalisé. L’AFCN se penchera maintenant sur la question de la réception correcte de ces autorisations par les organismes agréés.

19


Etablissements et déchets

Etablissements nucléaires de base

Frederik Van Wonterghem Hobby : Voyager, de préférence en Italie, ou un city-trip sympa. Mon travail me permet d’avoir de nombreux contacts à l’étranger et j’aime découvrir ou approfondir la culture d’un autre pays.

AFCN / rapport annuel 09

Devise : Speak only if you can improve the silence.

20

pour l’organigramme complet, voir page 91


21

Etablissements et dĂŠchets


Interview Frederik

Van WoNterghem Inspecteur-Expert Classe I

En vertu d’une loi adoptée en 2003, la durée de vie des centrales nucléaires belges

ne pouvait dépasser 40 années. La déclaration gouvernementale du 13 octobre 2009 a toutefois postposé de 10 ans la première phase de la sortie du nucléaire dans un souci de garantir l’approvisionnement de notre pays en électricité.

AFCN / rapport annuel 09

Suite à cette décision gouvernementale, les centrales nucléaires les plus anciennes, à savoir Doel 1 et 2 et Tihange 1 pourront en principe poursuivre leur exploitation jusqu’en 2025.

22

Réaction de l’AFCN  Frederik : Des études de nos confrères américains de l’US-Nuclear Regulatory Commission (US-NRC) ont démontré qu’une prolongation de la durée de vie de 40 à 60 ans constitue une option réelle. Aux Etats-Unis, une trentaine de centrales nucléaires ont déjà reçu l’accord de l’autorité de réglementation pour poursuivre leur exploitation jusqu’à leur 60ème année. Il n’existe effectivement aucune raison technique de fermer une centrale après 40 ans si celle-ci est correctement entretenue et constamment modernisée. L’AFCN et sa filiale Bel V

ont donc commencé à préparer les conditions à réunir pour pouvoir prolonger en toute sûreté la durée de vie d’une centrale conformément à la décision du gouvernement.

Benchmarking Nous avions anticipé cette possibilité au cours des deux dernières années en menant les études nécessaires et en nouant des contacts. Nous avons par exemple regardé ce qui se passait à l’étranger pour avoir un point de référence. Nous avons constaté, sur le plan de l’exploitation à long terme, une grande variété de lois et de dispositions réglementaires dans les différents pays. Des pays comme les Etats-Unis ou le Royaume-Uni imposent l’obtention d’une nouvelle autorisation officielle. D’autres, comme la France, optent pour une révision périodique de la sûreté. Les normes et règles prescrites par l’AIEA ont également été examinées. Toutes ces informations nous permettent de définir concrètement les exigences que nous devons imposer à l’exploitant qui, de son côté, doit avoir une idée précise des critères auxquels il devra satisfaire dans le cadre d’une éventuelle exploitation à long terme.

Note stratégique : Exploitation à long terme En 2009, nous avons rédigé avec la collaboration de Bel V une note stratégique dans laquelle nous avons transposé l’approche internationale au contexte belge. Cette note propose notamment d’évaluer la prolongation de l’exploitation des centrales nucléaires belges dans le cadre de la quatrième révision périodique prévue de la sûreté de Doel 1 et 2 et de Tihange 1. Soulignons qu’en vertu de la nouvelle approche de l’AFCN en matière de révision de sûreté, il convient de réaliser une évaluation globale de la sûreté qui se concentre sur deux aspects importants en prévision d’une exploitation à long terme : la gestion du vieillissement et la réévaluation de la conception. Cette note stratégique a été soumise au Conseil scientifique qui l’a approuvée.


Etablissements et déchets Contrôle et suivi de la sûreté des installations nucléaires de base

En ce qui concerne la réévaluation de la conception, nous demandons à l’exploitant qu’il nous soumette un projet indiquant les modernisations à apporter aux installations et la procédure à suivre pour mettre à niveau la sûreté de ces installations. Nous examinons alors si nous pouvons approuver cette proposition. Le cas échéant, un calendrier, couplé à des actions d’amélioration, est établi.

En application de la « Stratégie de contrôle et d’inspection intégrée », les inspecteurs de l’AFCN ont effectué en 2009 une série d’inspections au sein des établissements nucléaires de base. Les campagnes d’inspections avaient pour objets :

L’objectif est de disposer d’un programme complet pour ces deux aspects, à savoir la gestion du vieillissement des installations conformément aux normes et dispositions de l’AIEA et la réévaluation de la conception. Ce programme doit alors évoluer en un programme de modernisation ou de mise à jour des installations. L’Agence espère, dans la mesure du possible, avoir mis en œuvre ces programmes pour 2015.

• la gestion des modifications des installations ;

Mission SALTO Afin de corroborer l’évaluation indépendante qu’effectueront l’AFCN et Bel V, l’Agence commandera à l’AIEA une mission SALTO (SAfe Long Term Operation). Une mission SALTO consiste à auditer l’analyse et le suivi du vieillissement des systèmes, structures et composants liés à la sûreté d’une centrale nucléaire. A l’heure actuelle, on ne connaît encore ni le réacteur qui fera l’objet de la mission (Doel 1, Doel 2 ou Tihange 1), ni la date exacte de cette mission SALTO.

• la vérification des arrêts annuels des centrales nucléaires ;

• la gestion des rejets pour les cyclotrons.

Durant l’arrêt annuel de la centrale nucléaire, la tour de refroidissement est méticuleusement inspectée.

Etablissements et déchets

La gestion du vieillissement consiste à analyser les mécanismes de vieillissement. L’exploitant de la centrale nucléaire vérifiera composant par composant si les matériaux peuvent, par exemple, se détériorer, se corroder ou tout simplement vieillir. En fait, tous les systèmes, structures et composants susceptibles d’avoir un impact sur la sûreté de l’installation sont passés en revue dans le cadre de cette gestion du vieillissement.

23


Etablissements de classe I

Etablissements de classe IIA

Reprise des contrôles par l’AFCN

L’AFCN assure le suivi des révisions décennales de la sûreté des centrales nucléaires, qui sont en cours. En parallèle, la troisième révision décennale de Doel 3 a démarré. Conformément aux directives de l’AFCN, l’exploitant lui a soumis début 2009 un document détaillant une méthodologie. Cette méthodologie a été approuvée au terme d’entretiens entre l’exploitant, l’AFCN et Bel V.

Comme le réclamait la sous-commission parlementaire qui se penchait sur le fonctionnement de l’AFCN, celle-ci a créé une catégorie «  classe IIA  » (regroupant les établissements de la classe II présentant le plus de risques) qui suit la même philosophie rigoureuse en termes de sûreté que les établissements de classe I. Lors d’une réunion rassemblant les stakeholders au cours du dernier trimestre de 2009, l’AFCN a imposé à ces établissements de classe IIA une série de conditions supplémentaires  : un dossier de sûreté détaillé et à jour, une procédure de gestion des modifications, des obligations en matière de notification d’événements (associées à une procédure de retour d’expériences), l’application de l’échelle INES pour la classification d’événements.

Le 1er juin 2009, l’AFCN a repris en main le contrôle de l’exécution des missions des services de contrôle physique de certaines installations qui étaient jusque là contrôlées par l’organisme agréé AIB Vinçotte Controlatom. Il s’agissait de quelques établissements de classe I et de certains établissements lourds de classe II.

Pour ce qui est de Tihange, le suivi de la mission OSART a eu lieu en janvier 2009. Les conclusions se sont avérées très satisfaisantes eu égard à l’envergure des plans d’action mis en œuvre. L’AFCN a reçu le rapport de cette mission de suivi et l’a publié sur son site web.

AFCN / rapport annuel 09

Dans le cadre de l’évacuation du combustible et du démantèlement du réacteur Thetis, l’AFCN a organisé une réunion de concertation avec l’Université de Gand. A cette occasion, les différentes solutions possibles pour l’évacuation du combustible vers Belgoprocess ont été passées en revue.

24

Dans le cadre de la nouvelle autorisation des installations du site INW et du démantèlement du réacteur Thetis, l’Université de Gand a souscrit un engagement et un calendrier a été fixé pour le démantèlement du réacteur Thetis et l’assainissement du site INW. La demande d’autorisation a été transmise aux communes concernées qui doivent organiser une enquête publique et rendre un avis.

Dans plusieurs établissements de classes II et III, l’AFCN a dû mener diverses inspections réactives à la suite d’incidents, de faillites ou de plaintes.

Afin de préparer cette reprise, une réunion de prise de contact a été organisée fin mai-début juin avec chacun des services de contrôle physique concernés, afin de repréciser l’action de l’AFCN et de mieux délimiter les installations concernées. Un calendrier des contrôles a été fixé et les premiers d’entre eux ont commencé début juin. Par la suite, l’accent a été mis sur les systèmes de sécurité et sur la maîtrise et le monitoring des rejets. Au cours de ces contrôles en classe IIA, l’AFCN a constaté que  : • La documentation technique n’est parfois pas à jour (plus

particulièrement pour les installations plus anciennes) et les exploitants ont été informés qu’une mise à jour progressive serait demandée lors des prochains contrôles. Cela confirme la nécessité d’un rapport de sûreté pour ce type d’installation. • Une différence notable entre les systèmes de sécurité des

installations récentes et anciennes a été observée. Afin de tendre vers une amélioration continue de la sûreté des installations, l’AFCN veillera, au travers des contrôles (y compris


• La maîtrise des rejets radioactifs gazeux générés lors de la

synthèse des radio-traceurs doit être améliorée dans certains établissements. Cette constatation a abouti à la mise en place d’un programme d’évaluation de la maîtrise des rejets radioactifs gazeux pour tous les exploitants qui utilisent un cyclotron pour la production de radio-traceurs. Ce programme d’évaluation des rejets va se dérouler au cours de l’année 2010. L’objectif de cette campagne d’évaluation est de déterminer : - quelle est l’activité annuelle potentiellement rejetée par ce type d’établissement avec et sans traitement des effluents - les performances des différents systèmes de traitement - les performances des systèmes de monitoring - des limites de rejets applicables (basées sur les performances des systèmes de traitement, l’infrastructure des installations et le principe ALARA) pour les établissements existants - les règles de bonne pratique pour la maîtrise des rejets - les critères auxquels devront répondre les futures installations

Incidents Un incident classé au niveau 2 de l’échelle INES est survenu en 2009 (Sterigenics). 20 événements ont également été classés au niveau 1 sur l’échelle INES. Une brève description de ces événements est disponible à la page 14 . Le 18 juin 2009, un rejet de Xe-133 pur a été constaté chez MDS Nordion au niveau de l’installation de purification de cet isotope. Après enquête, l’AFCN a ordonné l’arrêt immédiat de l’exploitation de cette installation de purification du xénon. L’origine de l’incident a rapidement pu être identifiée  : une défaillance d’un joint d’étanchéité utilisé pour un raccord à l’installation. L’AFCN a défini les conditions du redémarrage de cette installation. MDS Nordion a transmis un plan d’action pour la mise en œuvre des adaptations techniques et administratives en rapport avec la sûreté de l’installation concernée. Ce plan d’action comprend entre autres des mesures concrètes pour la gestion des modifications des installations, mais également des mesures de monitoring. L’incident a été classé au niveau 1 de l’échelle INES. Chez Sterigenics, l’AFCN a également été amenée à traiter un incident classé au niveau 2 de l’échelle INES  : lors de la mise en marche de l’installation en vue du démarrage du processus d’irradiation, un technicien était présent à l’intérieur de la cellule d’irradiation GAMMIR II. Les systèmes d’arrêt d’urgence ont immédiatement été actionnés. L’incident n’a pas eu d’incidence sur le travailleur. L’AFCN a ensuite renforcé les conditions d’exploitation de Sterigenics pour éviter que ce type d’incident ne se répète.

Etablissements et déchets

ceux déjà effectués par Bel V), à « upgrader », si nécessaire, et uniformiser le niveau de sûreté dans l’ensemble des installations.

25


Portiques de détection En ce qui concerne le projet relatif aux portiques de détection, l’année 2009 a surtout été marquée par les nombreuses séances d’information organisées sur le terrain par l’AFCN (ex.: pour le personnel des parcs à conteneurs, pour les ferrailleurs, etc.). Ces séances ont été mises sur pied par l’AFCN et les fédérations professionnelles concernées. Le projet d’AR imposant des obligations au secteur non nucléaire (secteurs du recyclage et des déchets) dans le cadre de la problématique des sources orphelines a été soumis aux organes d’avis et transmis au cabinet de la ministre de tutelle. L’approche globale belge en matière de sources orphelines a été présentée lors de forums internationaux et l’accueil qui lui a été réservé était positif.

AFCN / rapport annuel 09

Campagne paratonnerres radioactifs (PARAD)

26

La campagne d’élimination des paratonnerres radioactifs touche à sa fin. Certains PARAD n’ont toujours pas été enlevés des toits belges en dépit des instructions répétées de l’AFCN. Cette obstination donne lieu à des amendes administratives ou bien les dossiers concernés sont transmis au parquet.

Conditions d’enlèvement des détecteurs de fumée L’arrêté de l’AFCN fixant les conditions d’élimination des détecteurs de fumée ionisants mis hors service après usage non domestique a été publié au Moniteur belge du 21 septembre 2009. Il est entré en vigueur le 1er octobre 2009.

Concertation et collaboration En fin d’année 2009, l’AFCN et Bel V ont organisé des cours intensifs sur l’utilisation du manuel INES qui explique comment classer les événements sur l’échelle. Les représentants des exploitants ont assisté en masse à ces cours.

Collaboration avec Bel V Au cours de 2009, l’AFCN et Bel V ont approfondi leur récente collaboration. Divers groupes de travail ont été chargés de mieux définir cette collaboration en se concentrant sur des thèmes spécifiques (ex.: contrôles et inspections, agréments des experts, études de sûreté, KPI pour le fonctionnement de Bel V…). Le 2 octobre, une journée d’information a rassemblé tous les experts concernés de l’AFCN et de Bel V, ce qui a permis l’échange d’informations sur différents thèmes stratégiques importants.


Echange international d’expériences

Directives/notes stratégiques AFCN

En ce qui concerne l’échange international d’expériences, citons surtout l’excellente coopération avec l’Autorité française de Sûreté Nucléaire (ASN). L’AFCN et l’ASN ont échangé leurs programmes d’inspection respectifs pour 2009 et des inspections croisées ont été effectuées durant toute l’année tant en Belgique qu’en France. D’autre part, les experts des deux autorités ont échangé des informations sur 3 thèmes communs : l’exploitation à long terme des centrales nucléaires, la problématique des sources orphelines et la politique de mise en exécution.

En ce qui concerne les dispositions réglementaires (directives de l’AFCN, notes stratégiques, etc.) en rapport direct avec les responsabilités de l’AFCN, mentionnons les points suivants  : libération de déchets radioactifs a été finalisé. Ce projet a été transmis à l’ensemble des stakeholders concernés pour commentaire et des séances spécifiques d’information ont été organisées tout au long de l’année 2009.

complémentaires ont été préparées sur les thèmes suivants  : exigences minimales d’un dossier de sûreté, procédure de gestion des modifications, notification obligatoire d’événements et application de l’échelle INES. • Pour tous les autres établissements industriels des classes II

et III, une directive a été établie pour la notification obligatoire d’incidents et l’utilisation de l’échelle INES.

• Exploitation à long terme  : la concertation entre l’AFCN/Bel V

et Electrabel/Tractebel concernant l’approche possible de l’exploitation à long terme des plus anciennes centrales nucléaires belges (Doel 1, Doel 2, Tihange 1) a été résumée dans une note stratégique commune à l’AFCN et Bel V qui a été officiellement approuvée par le Conseil scientifique de l’AFCN (voir également pages 22 et 23). • Dans l’industrie de la gammagraphie, où des sources hau-

tement radioactives sont utilisées sur chantier, entraînant des risques à ne pas négliger, un processus impliquant les stakeholders a été enclenché afin de renforcer les exigences de sûreté.

Etablissements et déchets

Le groupe de travail WENRA «  Waste and Decommissioning  » prête une attention particulière aux règles de sûreté pour le démantèlement d’installations nucléaires et l’entreposage de déchets radioactifs et de combustible usé. Du 21 au 24 avril 2009, l’AFCN a accueilli la 22ème assemblée de ce groupe de travail à laquelle ont participé 22 experts provenant de 17 pays. Cette rencontre a été l’occasion d’achever une comparaison de la réglementation et des pratiques en matière d’entreposage de déchets radioactifs et de combustible usé entre les différents pays.

• Après concertation interne, un projet de directive relatif à la

• Par rapport aux établissements de classe IIA, des directives

27


Santé et environnement

Protection de la santé

An Fremout Hobby : J’ai de nombreux hobbys, mais ces derniers temps, je fais surtout de la sculpture. Exprimer ma créativité me permet de me détendre. Je n’ai pas d’objectif prédéfini, je me laisse guider par la pierre et sous mes mains naît alors une certaine forme.

AFCN / rapport annuel 09

Devise : Je fais toujours confiance à mon intuition.

28

pour l’organigramme complet, voir page 91


29

SantĂŠ et environnement


exposées. Concrètement, cette application s’assimilera à une base de données accessible sur Internet aux utilisateurs qui devront s’identifier au moyen de leur e-ID. Ce projet comporte donc un important volet ICT qui consiste à développer les applications nécessaires qui supporteront les processus et permettront à chaque utilisateur du système de remplir son rôle spécifique.

Interview An

Sophie

Fremout

Léonard

Chef de service Protection de la santé

experte applications médicales

AFCN / rapport annuel 09

Réseau dosimétrique

30

L’objectif premier du projet « dosimétrie » est la mise en place d’un registre centralisé recensant les expositions reçues par les personnes professionnellement exposées aux rayonnements ionisants. En Belgique, cette tâche relevait jusqu’alors des compétences du SPF Emploi, Travail et Concertation Sociale (ETCS), responsable en matière de bien-être au travail. En raison de la responsabilité de l’AFCN sur le plan de la protection de toute personne exposée aux rayonnements ionisants, les compétences des deux instances se chevauchaient en la matière. Il a dès lors été décidé de transférer du SPF ETCS vers l’AFCN la création et la gestion d’un réseau dosimétrique centralisé ainsi que l’émission des passeports radiologiques. An : Nous tenons à développer un système web-based performant qui garantira et facilitera la surveillance médicale et dosimétrique des personnes professionnellement

Ce transfert de compétence requérait toutefois une modification de la loi relative à l’AFCN. Cette réglementation a été élaborée. Sophie s’est occupée de mener à bien le volet réglementaire, qui se compose d’un avant-projet de loi réglant le transfert de la mission du SPF ETCS vers l’AFCN et d’un arrêté d’exécution qui spécifie les modalités du registre dosimétrique et du passeport radiologique. An : Le système s’articule autour de trois piliers : Le système doit permettre à l’AFCN et au SPF ETCS d’exercer leur rôle en matière de surveillance médicale et dosimétrique des personnes professionnellement exposées. Il doit par ailleurs aider le secteur à assurer cette surveillance et lui apporter le feedback nécessaire pour prendre les mesures adéquates en vue de garantir la radioprotection de ces personnes. Enfin, il doit également sensibiliser les personnes professionnellement exposées des secteurs concernés afin que ceux-ci réduisent, indépendamment des limites de dose légales, leur exposition aux rayonnements ionisants à un niveau aussi bas que raisonnablement possible (principe ALARA). Nous avons également observé ce qui existe en dehors de nos frontières. A l’exception de la France, qui possède également un système web-based, les autres pays européens utilisent encore un système relativement vétuste. Sophie : Les autres pays européens sont effectivement en train de s’activer. Peu d’entre eux disposent d’un passeport radiologique électronique. Des échanges d’informations prennent place dans le cadre de groupes de travail internationaux. En fait, la Belgique fait office de pionnier en ce qui concerne le passeport radiologique électronique.


Comment fonctionne le système ? An : Initialement, les informations étaient dispersées dans une dizaine de services dosimétriques qui procédaient à la lecture des dosimètres. Actuellement les résultats sont attribués aux travailleurs par le service de contrôle physique de l’exploitant. Celui-ci transmet les informations vers la base de données de l’AFCN. Outre l’AFCN et le SPF ETCS, les exploitants, les employeurs, les services de contrôle physique, les services dosimétriques et les médecins du travail utilisent également le système. Chacun de ces utilisateurs joue un rôle spécifique dans le processus. Le médecin du travail (même celui des employés qui travaillent pour des contractants externes) devra par exemple valider les données. Les travailleurs peuvent quant à eux se connecter au système depuis leur domicile afin de consulter leur dossier.

Protection de la santé Dosimétrie et réseau dosimétrique La directive européenne 90/641/Euratom rend obligatoires la mise sur pied et l’exploitation d’un réseau dosimétrique et l’émission de passeports radiologiques pour travailleurs extérieurs. Les concertations entre le SPF ETCS et l’AFCN ont commencé fin 2006 en vue de régler les modalités de ce transfert.

Un des principaux avantages du système est qu’il permet désormais de surveiller les différentes doses reçues par les travailleurs des contractants.

L’AFCN se fixe comme objectif d’optimiser la dose administrée au patient et de pouvoir évaluer chaque dose individuellement.

Santé et environnement

Les personnes sont suivies sur base de différents types de dose en fonction de leur situation au travail. La limite de dose pour l’entièreté du corps est fixée à 20 mSv sur 12 mois consécutifs. En cas de constatation d’une anomalie, les acteurs concernés sont contactés. Le système fait en sorte que chacun dispose des informations utiles et il est conçu pour que chacun remplisse activement son rôle et pour qu’il puisse facilement communiquer avec les autres parties. Il doit permettre d’optimiser la surveillance médicale et dosimétrique.

31


En 2007, l’AFCN a entamé une analyse des besoins et un bench­ marking international. En 2008, une preuve de concept fut dé­veloppée sur le modèle du RAIS (Regulatory Autority Information System) de l’AIEA, et intégrée dans Sharepoint en 2009 sous la forme d’un module d’une application web sur lequel d’autres modules pourraient venir se greffer postérieurement. En parallèle, la réglementation a été élaborée. Celle-ci se compose d’un avant-projet de loi réglant le transfert et d’un arrêté d’exécution, qui apporte les modifications nécessaires au RGPRI et à l’AR du 25 avril 1997 relatif aux travailleurs extérieurs.

AFCN / rapport annuel 09

En mai 2009, une version alpha du système a été présentée à tous le stakeholders lors d’une table ronde sur la surveillance médicale et dosimétrique. Des stakeholders comme le SPF ETCS, le CSPPT ou des représentants des travailleurs avaient également été invités aux côtés des services de dosimétrie, des services de contrôle physique et des médecins du travail. L’application et la réglementation ont été adaptées sur base des réactions reçues. Une phase de test impliquant un groupe restreint d’utilisateurs extérieurs a été lancée fin octobre. Elle s’achèvera fin janvier 2010 et le système devrait être opérationnel début 2011.

32

En ce qui concerne le volet « réglementation », une tentative visant à insérer diverses dispositions dans la législation via un projet de loi a échoué fin octobre 2009. L’Agence tente actuellement de déterminer quelle est la voie la plus rapide pour publier cette loi.

Dosimétrie des patients, pédiatrie CT et conversion DAP-E Historique - rappel L’utilisation des rayonnements ionisants dans la pratique médicale est la source d’exposition d’origine artificielle la plus importante. La Commission Internationale de Protection Radiologique (CIPR) a mis l’accent sur cette problématique dans sa publication 73. L’Europe a suivi avec la Directive européenne « 97/43/Euratom » relative à la protection radiologique des patients en imposant entre autre aux Etats membres l’élaboration et l’utilisation de niveaux de référence diagnostiques (NRD) pour les examens à des fins radiodiagnostiques. Cette directive définit également la notion de dosimétrie du patient en relation avec l’optimisation des procédures radiologiques.

Situation belge - Niveaux de référence diagnostiques (NRD) Pour répondre aux exigences de la directive européenne, certains Etats membres ont pris des dispositions spécifiques pour l’élaboration de leurs NRD. La Belgique se base plus sur le document 109 de la Commission européenne qui précise que la méthode utilisée pour la mise en œuvre des NRD inclut l’estimation des doses délivrées au patient prévue au titre du programme courant d’assurance qualité. Cette approche a conduit à l’élaboration, en collaboration avec le Consilium Radiologicum (organe représentatif de l’Imagerie médicale belge) de la brochure «  Utilisation des rayons X à des fins médicales  » qui comprend les directives de l’Agence relatives à la dosimétrie des patients.


Difficultés rencontrées La mise en route de la dosimétrie des patients et plus particulièrement la première étude triennale de doses a été quelque peu laborieuse.

Résultats Fin 2009, la première étude triennale a été clôturée sur un constat assez positif. En effet, près de la moitié des centres radiologiques belges ont commencé la première étude triennale et les résultats transmis à l’Agence ont permis la détermination des premiers niveaux de référence diagnostiques belges. Ces NRD sont constitués par des niveaux de dose pour des examens types sur des groupes de patients ou des fantômes types pour des catégories larges d’installations en radiologie conventionnelle et en scanographie. Pour les examens radiologiques dynamiques ou à haute dose (comme la radiologie interventionnelle) tout comme pour la pédiatrie, les données sont cependant insuffisantes pour permettre une analyse statistique valable. Néanmoins, deux études financées par l’Agence et terminées en 2009 concernaient deux domaines sensibles comme les examens pédiatriques CT et la radiologie/cardiologie interventionnelle.

Projet CT-pédiatrie

Conversion DAP/Dose effective (E)

Pourquoi un tel projet  ?

L’étude multicentrique sur la radiologie interventionnelle en 2005, financée par l’Agence, avait mis en évidence la grande disparité des doses reçues par les patients en radiologie et cardiologie interventionnelle et l’absence de niveaux seuils pour les effets déterministes.

Les enfants représentent un groupe cible particulièrement radiosensible. De plus, tout comme pour les adultes, le radio diagnostic CT chez les enfants est en constante progression. Cette étude multicentrique, effectuée sur 18 centres (21 scanners, 161 scan protocols), évalue l’exposition CT en pédiatrie en examinant la pratique radiologique et les doses patients pour cinq examens CT courants et a impliqué des radiophysiciens et des radiologues concernés par l’utilisation du CT en pédiatrie. Cette étude a vérifié la disponibilité de protocoles pédiatriques et déterminé les doses délivrées pour ces différents protocoles et parallèlement la qualité radiologique des images a été évaluée par des radiologues pédiatriques suivant une grille de critères bien définis pour les régions anatomiques irradiées. En conclusion de l’étude, on a pu constater qu’il y a une forte conscience de radioprotection chez les utilisateurs de CT en pédiatrie contrairement à il y a quelques années. Du côté des fabricants d’appareils également, on constate une forte propension à développer des outils de radioprotection pour le CT, en particulier pédiatrique.

Par effets déterministes, on entend ceux provoqués par les rayonnements ionisants (rayons X) peu de temps après l’exposition et notamment les brûlures radiologiques. Pour les examens radiologiques à haute dose, comme la radiologie et la cardiologie interventionnelle, la mesure de la dose se fait directement par le DAP. Le but de cette étude est de déterminer pour les différentes caractéristiques d’irradiation (tension du tube, filtration) et les différentes projections (OAD,OAG,…) des facteurs de conversion permettant de convertir la dose DAP en dose effective par organe et pour le corps entier. Les champs et les projections sont définis pour la cardiologie et la radiologie vasculaires. Les simulations de l’irradiation et la détermination des facteurs de conversion sont faites par modélisation Monte Carlo. Ces facteurs de conversion se retrouvent dans différents tableaux utilisables tant par les radiologues que par les radiophysiciens.

Santé et environnement

Cette dernière a pour objectifs l’optimisation de la dose au patient, l’évaluation de la dose individuelle (notamment rétrospective) et les études de doses périodiques (triennales). Ces dernières vont également permettre de déterminer les NRD belges.

33


Santé et environnement

Protection de la santé

Michel Biernaux Hobby : Je suis un vrai bricoleur. J’ai rénové moi-même ma maison.

AFCN / rapport annuel 09

Devise : Appliquer les dictons d’autrefois dans la vie quotidienne.

34

pour l’organigramme complet, voir page 91


35

SantĂŠ et environnement


des doses sensiblement plus élevées. Citons quelques chiffres  : chaque année en Belgique, on recense 2 millions de CT-scans et 12,5 millions d’examens radiologiques.

Interview Michel

Biernaux

AFCN / rapport annuel 09

expert dosimétrie des patients

36

Processus de conscientisation L’objectif de notre projet est triple. L’objectif principal consiste en fin de compte à réduire globalement la dose au patient. Ensuite, des études de doses doivent être réalisées périodiquement par les centres radiologiques et les doses individuelles administrées à un patient doivent être évaluées dans certains cas bien précis. Pour atteindre ce but, les radiologues doivent être conscients des risques inhérents aux examens radiologiques et se demander préalablement si un traitement radiologique spécifique est réellement nécessaire. Ce principe est appelé «  principe de justification  ». Toutefois, les patients devraient également se rendre compte qu’une exposition prolongée aux rayonnements peut nuire à leur santé. Ce sont principalement les enfants qui sont les plus sensibles aux rayonnements, tout comme les embryons ou les fœtus. Un DAP-mètre permet de mesurer la dose au patient.

Augmentation des doses

Niveau de référence

D’un point de vue historique, les travailleurs du secteur médical sont généralement bien protégés contre les rayonnements ionisants dans la mesure où ils portent un dosimètre. Cette remarque ne s’applique toutefois pas aux patients. Dans la pratique médicale, les patients peuvent être exposés aux rayonnements ionisants dans le cadre d’un diagnostic (imagerie médicale) ou d’un traitement (radiothérapie).

La méthode utilisée en Belgique consiste à recueillir les doses de tous les centres radiologiques, à établir un histogramme et à déterminer le 75ème percentile qui correspond au niveau de référence à ne pas dépasser.

En imagerie, les personnes sont principalement exposées aux rayonnements, notamment lors de la prise d’une radio ou d’un CT-scan. Nous constatons d’ailleurs une augmentation des doses au niveau mondial. Ce problème est criant aux Etats-Unis et au Japon, mais l’Europe et la Belgique sont également confrontées à une surconsommation. En cause, les nouvelles techniques utilisées qui émettent

Nous en sommes à un stade où pour la première fois, un niveau de référence a été déterminé. Celui-ci a été communiqué au secteur médical concerné et, sur base de cet input, il peut désormais évaluer les pratiques qui ont cours. Il s’agit d’un net progrès puisqu’il n’existait auparavant pas la moindre référence qui permette une comparaison. L’étape suivante consiste maintenant à ajuster ces niveaux de référence en fonction des diverses technologies et pratiques appliquées dans les centres de radiologie en vue d’optimiser l’utilisation de la dose.


Il n’est pas évident de convaincre tous les centres à participer à ces études parce que le secteur de la radiologie compte de nombreux cabinets privés. On estime ce nombre à 450 en Belgique. Tous ces cabinets ont été contactés par e-mail et environ 240 d’entre eux ont communiqué leurs données. Ils sont répartis géographiquement de manière plus ou moins représentative. Répartition des données dosimétriques reçues

Protection de la santé Campagne dentistes et accord avec les associations professionnelles de dentistes La campagne de régularisation des dentistes, entamée en décembre 2005, a porté ses fruits dans la mesure où plus de 90% d’entre eux sont en ordre sur le plan du contrôle par un organisme agréé, de leur autorisation d’exploitation et de leur autorisation d’utilisateur.

Pourcentage de participation par province

Comme le volume concerné est important, il n’est pas aisé de mettre sur pied un tel projet. Nous y travaillons depuis 3 ou 4 ans. Les débuts furent laborieux et nous avons du gagner la confiance des parties concernées. A présent, il commence à prendre forme. Le principe de justification devrait être le premier réflexe du radiologue. L’optimisation devrait être la seconde étape importante. L’application permanente de ces principes dans la pratique quotidienne de la radiologie réduirait la dose au patient. Nous observons une dynamique positive, mais également une certaine synergie avec d’autres initiatives développées par l’AFCN dans le secteur. Il y a par exemple davantage d’intérêt de la part des fabricants et la dose au patient devient un véritable argument pour améliorer les appareils.

Concernant les dentistes, 2009 a constitué un important pas en avant vers une meilleure protection du patient contre les rayonnements ionisants.

Santé et environnement

< 0,20 0,21 - 0,30 0,31 - 0,40 0,41 - 0,50 0,51 - 0,60 0,61 - 0,70 0,71 - 0,80

37


AFCN / rapport annuel 09

38

Outre ces exigences de base en matière de sûreté, la radioprotection du patient s’avère également cruciale. Les expositions médicales, dont celles en médecine dentaire, représentent actuellement plus de la moitié de la dose de rayonnement reçue par la population. Le fonctionnement optimal des appareils radiologiques, garanti par l’exécution de contrôles de qualité périodiques, constitue dès lors une obligation européenne qui concerne toutes les disciplines médicales depuis le 1er septembre 2001. Toutefois, jusqu’il y a peu, le secteur de la médecine dentaire faisait peu de cas de cette obligation de contrôle par un expert agréé en radiophysique médicale. L’Agence a publié le 30 décembre 2008 les critères d’acceptation pour les appareils utilisés en médecine dentaire. Ces critères remplacent les précédents critères du document RP91, qui n’étaient pas suffisamment précis. En même temps, le secteur fut invité à procéder à un premier contrôle sur base de ces nouveaux critères. A la demande de plusieurs associations professionnelles, l’Agence a opté pour une approche pragmatique en concluant un gentlemen’s agreement avec ces associations professionnelles. Par cet accord, les associations professionnelles se sont engagées à inciter leurs affiliés à subir un contrôle de qualité en radiophysique médicale avant le 31 décembre 2010 tout en échelonnant les contrôles comme suit  : au moins 30% des appareils devaient avoir été contrôlés avant le 30 novembre 2009, au moins 60% d’entre eux avant le 31 mars 2010 et au moins 90% d’entre eux avant le 31 août 2010. De son côté, l’AFCN s’est engagée à entreprendre les démarches nécessaires pour que le contrôle des appareils jugés conformes ait une durée de validité de trois ans. Cet accord a été signé par

la VVT (Verbond der Vlaamse Tandartsen) et la VBT (Vlaamse Beroepsvereniging Tandartsen). Celles-ci entreprendront les démarches nécessaires auprès de leurs affiliés. Cet accord constitue un pas important vers une meilleure radioprotection des patients en médecine dentaire.

Radiothérapie Initiatives en matière d’assurance qualité et prévention des incidents en radiothérapie La table ronde consacrée à la radiothérapie en 2007 a conduit à la création, à l’initiative de l’AFCN, d’un groupe de travail multidisciplinaire baptisé « Assurance Qualité en Radiothérapie » dont l’objectif est d’élaborer des initiatives destinées à améliorer la qualité en insistant sur la prévention des incidents et des accidents. Le groupe de travail a dégagé un consensus sur trois points d’action : 1. l’instauration d’un audit triennal de dosimétrie externe des appareils d’irradiation externe dans tous les centres radiothérapeutiques belges. L’AFCN s’est engagée à financer les premiers audits (2009, 2010, 2011). Le marché a été attribué au projet « BelDARt » (Belgian Dosimetry Audits in Radiotherapy), un partenariat entre le Nucleair Technologisch Centrum (NuTeC) de la XIOS Hogeschool Limburg, le Collège des Médecins en Radiothérapie et la Société Belge des Physiciens d’Hôpitaux (SBPH). Le projet consiste à garantir un contrôle minimum de la qualité mécanique de chaque appareil et à valider les doses mesurées dans l’eau à une profondeur de référence pour une série de situations standard et non standard sur base de la dosimétrie alanine/RPE (résonance paramagnétique électronique). Un tiers des audits ont été réalisés en 2009. 2. L’instauration d’un système interne d’enregistrement et d’analyse des nombreux petits incidents et presqu’incidents


3. La mise en place progressive d’un système de gestion de la qualité (SGQ) adapté à l’environnement de la radiothérapie au sein des services de radiothérapie et, par corollaire, l’organisation par le Collège de Radiothérapie d’audits cliniques sous la forme d’examens par les pairs. Comme l’introduction nécessite certains moyens, une demande de financement a été adressée au Plan National contre le Cancer. Cette demande a été examinée positivement fin 2009 par le cabinet de la Santé Publique. Par ailleurs, le Service Public Fédéral Santé Publique soutiendra financièrement les audits de dosimétrie, ainsi que l’achat et le développement du logiciel destiné à la notification et à l’analyse des incidents.

Notification d’incidents Sur base des directives actuelles fixant les modalités et les critères de la notification à l’AFCN de tout événement significatif dans le domaine de la radioprotection et de la radiothérapie, l’AFCN a enregistré en 2009 cinq incidents significatifs qui lui ont été notifiés. Trois incidents portaient sur une perte de sources radioactives, tandis que les deux autres concernaient

des erreurs de traitements administrés à des patients. Chaque incident a fait l’objet d’un suivi de la part d’une équipe d’inspection multidisciplinaire composée d’un médecin, d’un expert en radiophysique médicale et d’un ingénieur. Cette méthode garantissait un échange d’informations avec le secteur. En outre, l’AFCN a traité en 2009, dans le cadre de la réglementation sur les « dispositifs médicaux » (AR du 18 mars 1999), 25 rapports dits « de vigilance » au sujet d’événements en radiothérapie.

Redémarrage du laboratoire standard de dosimétrie Le Laboratoire de Dosimétrie Standard de l’Université de Gand (LSDG) a redémarré ses activités en 2009 sous la forme d’un accord de collaboration entre le SCK-CEN, l’Université de Gand et l’AFCN. Les activités d’étalonnage sont effectuées par un expert du service « Dosimétrie et Etalonnage » du SCK-CEN. Cette même personne est également chargée de l’entretien et du développement du laboratoire. L’infrastructure du laboratoire est mise à disposition par l’Université de Gand comme auparavant. Santé et environnement

qui se produisent bien plus régulièrement que les accidents graves et qui comportent souvent des indications utiles sur les lacunes que présentent les systèmes de défense et de protection en place. Une plateforme de communication nationale, accessible sur le net, permet de notifier de son propre gré tout incident et d’échanger des informations sur leurs causes et leurs conséquences. Ainsi, grâce à cette plateforme, toute expérience rencontrée localement au sein d’un service peut profiter à toute la communauté radiothérapeutique.

39


Table ronde médecine nucléaire Dans un appel au dialogue constructif et à la collaboration entre tous les acteurs de la médecine nucléaire, l’AFCN a organisé le 27 novembre 2009 une table ronde consacrée à la médecine nucléaire et réunissant notamment le SPF Santé Publique, l’Agence pour les médicaments, l’INAMI, le Conseil supérieur de la Santé, des médecins nucléaires, des radiophysiciens médicaux, des experts du contrôle physique, des radiopharmaciens, des infirmiers, des technologues, des médecins du travail, des organisations de patients et des représentants de l’AIPES. Cette table ronde s’est focalisée sur la recherche d’une stratégie commune permettant de maintenir à niveau et, au besoin, d’améliorer la qualité de la prestation de services en médecine nucléaire belge.

AFCN / rapport annuel 09

Les présentations traitaient de problèmes propres au secteur tels que la pénurie d’isotopes, les nouveaux critères de prescription de l’INAMI, la gestion de la qualité, la radioprotection du personnel et des patients, les déchets liquides des établissements médicaux, la crémation de dépouilles radioactives ou la révision de la réglementation actuelle.

40

Comme annoncé lors de cette table ronde, des groupes de travail multidisciplinaires ont été créés dans le but d’apporter, à court terme, des réponses à une série de problèmes spécifiques. Les thèmes traités sont les suivants  : gestion de la qualité et audits cliniques, notification d’incidents, justification et optimisation, radiophysique médicale, thérapie par radionucléides, formation et simplification administrative.

Chaque groupe de travail doit formuler rapidement des conclusions. Celles-ci seront alors présentées à l’entièreté des stakeholders lors d’une seconde table ronde « Médecine nucléaire » (normalement fin 2010) et elles serviront de base à la révision du chapitre VI du RGPRI.

Dépouilles radioactives La médecine nucléaire et la radiothérapie ont de plus en plus recours à l’administration de produits radioactifs au patient. Il s’agit d’applications sous la forme de médicaments radioactifs ou de l’implantation permanente de petites sources radioactives notamment utilisée dans le cadre du traitement du cancer de la prostate. Lorsqu’un patient décède assez rapidement après l’administration des substances radioactives, subsiste alors sa dépouille radioactive qui présente un risque d’irradiation ou de contamination radioactive pour les personnes en contact avec la dépouille ou les cendres résiduelles : les proches du défunt, le médecin légiste, les employés du crématorium, etc. L’AFCN a mené une étude visant à évaluer l’impact de la crémation des dépouilles radioactives, principalement en termes de risques d’irradiation et de contamination pour le personnel de crématorium qui, d’après certaines estimations théoriques, est le plus exposé aux dangers. Ce programme prévoyait des visites de reconnaissance dans plusieurs crématoriums belges, l’analyse de quelques cas de décès problématiques notifiés à l’Agence et une étude d’observation au sein du crématorium « Westlede » de Lochristi (sous-traitée à AV Controlatom). Ce programme d’évaluation a démontré que la portée de ce


Sur base des résultats de l’étude, l’AFCN a, en collaboration avec le Conseil supérieur de la Santé, élaboré une approche globale pour gérer de manière optimale les risques résiduels. Dans ce cadre, il est capital que tout décès à risque soit systématiquement notifié à l’AFCN. Cette problématique a été présentée lors de la table ronde du 27 novembre 2009 consacrée à la médecine nucléaire et des brochures ont été distribuées dans les deux langues nationales dans les secteurs de la médecine nucléaire et de la radiothérapie. De nouvelles actions de communication et de sensibilisation seront entreprises à l’égard des inspecteurs de la santé, du secteur de la sépulture et de la crémation, des médecins assermentés ressortant de l’Etat civil et du monde médical, plus particulièrement à l’égard des médecins généralistes.

Campagne vétérinaires Début 2008, l’Agence a entamé la première phase d’une campagne à l’adresse des vétérinaires. En vue d’inventorier les cabinets et les utilisateurs des rayons X dans la pratique vétérinaire, un courrier a été envoyé à 5000 praticiens. En parallèle, le développement des outils réglementaires pour la régularisation de ces pratiques a commencé. Une série de textes de loi ont ainsi été élaborés afin d’améliorer le niveau général de la protection chez les vétérinaires, comme les critères minimaux que doivent respecter les appareils RX utilisés en médecine vétérinaire. La conformité à ces critères assure une qualité de fonctionnement pour les appareils RX qui respecte le souci de protection des utilisateurs et des personnes du public accompagnant leur animal. Ce texte a été revu dans le courant de 2009, après un premier retour d’expérience des organismes agréés sur le terrain. Des formations en radioprotection ont été organisées pour les utilisateurs d’appareils RX, en vue d’une mise à niveau rapide pour tous les praticiens qui n’auraient pas dans leur formation initiale reçu des bases minimales en radioprotection définies en concertation avec l’AFCN, les associations professionnelles et les universités. Pendant la deuxième phase de la campagne, l’AFCN a comparé l’inventaire obtenu avec les données reçues de la part des organismes agréés. Elle a régularisé toutes les demandes d’autorisation qu’elle avait déjà reçues, aussi bien pour les cabinets que pour les utilisateurs de sources ionisantes en

médecine vétérinaire. Ainsi, parmi les cabinets identifiés, 60% ont été, conformément au RGPRI, mis en ordre en 2009. En ce qui concerne la formation des utilisateurs, l’évolution réglementaire a été intégrée dans les dossiers. 65% des praticiens sont en ordre. La troisième phase consiste en une campagne d’inspection de l’AFCN, pour gérer le pourcentage restant qui n’avait pas encore introduit une demande. Aussi, à partir de janvier 2010, la campagne de mesure qui déterminera si les appareils sont d’un niveau de protection suffisant, sera réalisée par les organismes agréés selon des directives établies par l’AFCN. La dernière phase de la campagne veillera au niveau de protection suffisant des appareils utilisés en médecine vétérinaire, en établissant des mesures correctrices et/ou éliminatoires.

Santé et environnement

problème radiologique est limitée et que le risque radiologique pour le personnel du crématorium, la population et l’environnement est très faible, à condition de respecter certaines mesures de précaution.

41


Etablissements et déchets

Gestion générale et stockage des déchets

Walter Blommaert Hobby : Football et jardinage. Jusqu’il y a peu, je pratiquais le football. Aujourd’hui, je suis mon fils qui est gardien en équipes de jeunes. Je suis également président d’une équipe de vétérans, « De Brigandvrienden », depuis plus de 20 ans. Tout cela fait que j’ai aujourd’hui bien peu de temps pour m’occuper de mon jardin.

AFCN / rapport annuel 09

Devise : Toujours réfléchir avant d’agir.

42

pour l’organigramme complet, voir page 91


Etablissements et déchets

Le « capitaine » et son équipe.

43


Interview Walter

Blommaert Chef de service Gestion générale & Stockage des Déchets

AFCN / rapport annuel 09

La recherche d’une destination définitive pour les déchets radioactifs, et plus spécifi-

44

quement d’une solution garantissant leur sûreté sur le long terme, n’est pas simplement considérée comme un défi, mais plus encore comme une nécessité à la survie voire au développement de l’industrie nucléaire et de l’approvisionnement énergétique. La problématique de la prolongation de la durée de vie de nos centrales nucléaires les plus anciennes remet à l’avant plan le besoin d’une solution définitive pour la sûreté à long terme des déchets radioactifs.

Dépôt en surface, dépôt en profondeur et plan Déchets La décision gouvernementale de juin 2006 a amorcé une solution, du moins en ce qui concerne les déchets de faible et moyenne activité à courte durée de vie. Il fut en effet

décidé de stocker ces déchets en surface à Dessel. L’ONDRAF fut chargé de développer ce projet, tandis que l’AFCN devait elle se concentrer sur certaines tâches spécifiques comme l’établissement d’une réglementation propre au dépôt final des déchets radioactifs et le suivi du projet élaboré par l’ONDRAF. En 2009, l’ONDRAF a entamé la mise en place d’un plan Déchets, en application de la loi du 13 février 2006. Ce plan expose la vision de l’ONDRAF sur la destination à donner aux types de déchets pour lesquels aucune solution définitive n’a encore été trouvée. On pense ici en premier lieu au dépôt des déchets hautement et moyennement radioactifs et du combustible irradié (catégories B & C) qui sont tous deux actuellement stockés en surface en toute sûreté dans des installations prévues à cet effet. L’AFCN et l’ONDRAF ont ensuite développé un programme de travail sur base de la vision actuelle de l’ONDRAF concernant les prochaines étapes de son programme de gestion à long terme des déchets de catégories B & C. L’Agence a lancé en interne deux projets intitulés « dépôt en surface » et « dépôt en profondeur » afin de suivre de près la problématique de la sûreté de la gestion des déchets nucléaires. Elle a entrepris des initiatives visant à développer une réglementation relative au stockage des déchets radioactifs et à formuler des directives spécifiques en la matière. L’objectif est de finaliser cette réglementation spécifique pour l’été 2011.

Interventions D’autre part, en ce qui concerne les interventions dans des sites non nucléaires réellement ou potentiellement contaminés par la radioactivité, l’AFCN travaille à la mise sur pied d’un projet de réglementation « Interventions » dont l’objectif est de créer un cadre réglementaire


Etablissements et déchets

Multidisciplinarité Le domaine d’action du service couvre toute la problématique de la sûreté de la gestion des déchets radioactifs. Ces déchets sont soit produits par des établissements autorisés, soit ils proviennent d’interventions. Vu la complexité et le caractère multidisciplinaire des projets, une structure spécifique de groupes d’expertise et d’expérience a été mise sur pied pour garantir la conservation et le développement des connaissances et de l’expertise dans les domaines spécifiques. Cette structure assure une continuité dans les divers projets du service, voire en-dehors, notamment grâce à l’implication éventuelle d’experts dans d’autres projets ou dans des matières qui ne font pas l’objet d’un projet.

Dépôt en surface à Dessel de déchets de faible et moyenne activité à courte durée de vie (catégorie A) Dans ce cadre, l’AFCN poursuit la formulation de guidances. En 2009, plusieurs d’entre elles ont fait l’objet d’un examen interne avant d’être soumises pour avis au Conseil Scientifique de l’AFCN.

Les déchets de faible et moyenne activité à courte durée de vie sont stockés à Dessel.

Etablissements et déchets

qui fixera le mode d’intervention adéquat en cas de constatation d’une exposition radiologique prolongée résultant de l’exercice d’activités antérieures. La pollution au radium des terrains d’Umicore situés à Olen constitue l’exemple type. Leur traitement fait l’objet d’une approche projectuelle.

45


Stockage des déchets nucléaires en sous-sol : l’élaboration d’un système cohérent d’exigences de sécurité quant au stockage en profondeur est en cours.

L’Agence et l’ONDRAF se consultent intensivement, notamment sur les commentaires ou suggestions formulés sur les documents transmis par l’ONDRAF à l’AFCN. Le temps nécessaire a été consacré aux remarques apportées par l’AFCN. Deux facteurs s’avèrent cruciaux pour mener à bien les tâches confiées par le Conseil des Ministres (2006) : l’accélération de l’élaboration de la réglementation Déchets, qui doit venir compléter le RGPRI, et une communication univoque et transparente entre les principaux acteurs concernés, à savoir l’AFCN, l’ONDRAF, mais également d’autres parties comme les partenariats Stora et Mona.

AFCN / rapport annuel 09

En juin 2009, une Task Force (un groupe chargé de l’encadrement du projet) a été créée. Elle se compose de représentants des directions de l’AFCN et de l’ONDRAF ainsi que d’experts du service « Gestion générale & Stockage des Déchets ». Ce groupe se concentre sur les aspects administratifs et juridiques de la future procédure d’autorisation dans sa globalité.

46

Dépôt géologique de déchets radioactifs (catégories B&C) Le programme de travail « dépôt en profondeur » a été signé par les directions de l’AFCN et de l’ONDRAF. L’ONDRAF a transmis des documents méthodologiques à l’AFCN pour qu’elle y apporte ses commentaires. Un avis de l’AFCN est donc attendu en 2010. L’AFCN établit des guidances relatives au dépôt géologique, nécessaires à la rédaction du Safety and Feasibility Case 1 Report (une étude de sûreté et de faisabilité), qui constitue la première étape du processus de dépôt géologique. L’Agence travaille à l’élaboration d’un système cohérent d’exigences de sûreté générales et spécifiques en ce qui concerne un stockage en profondeur. Dans le courant du troisième trimestre, les grandes lignes des guidances « stockage en profondeur » et « formation rocheuse » ont été exposées à l’ONDRAF. Ces informations sont considérées comme essentielles par l’ONDRAF dans le cadre de l’élaboration de son plan Déchets et, en particulier, en ce qui concerne une éventuelle destination pour les déchets de la catégorie B&C (catégorie de déchets qui ne peuvent être stockés en surface). L’AFCN sera invitée en 2010 à rendre un avis sur le plan Déchets de l’ONDRAF et sur les études d’incidences environnementales qui l’accompagnent.


Autres activités

Une problématique des sols pollués au radium a été constatée sur le site d’Umicore et dans son environnement. L’AFCN a transmis à Umicore une proposition de méthodologie en ce qui concerne l’intervention/l’assainissement en vue d’apporter une solution durable pour les sols pollués et les décharges existantes. Elle lui a également donné à cette occasion un aperçu des informations dont elle a besoin. Cette méthodologie de l’AFCN a servi de fil conducteur lors des discussions ultérieures. Tant l’AFCN que l’ONDRAF ont insisté sur la nécessité d’une approche et d’une solution globales pour les pollutions/ décharges existantes. L’AFCN poursuit la rédaction du document méthodologique qui précise clairement l’implication et les responsabilités des différents stakeholders. Ce document sera finalisé dans le courant de 2010.

Dans le contexte de l’accord de collaboration entre l’AFCN et l’ONDRAF, un document a été rédigé pour dresser l’historique des règles générales qui servent de base à la définition des critères d’acceptation des déchets radioactifs. Ce document a été transmis à l’ONDRAF pour qu’il y apporte ses commentaires. En ce qui concerne ces règles générales, il entre dans les desseins de l’AFCN d’intensifier la concertation avec l’ONDRAF afin de clarifier, d’une part, le cadre juridique (AFCN et ONDRAF) et d’évaluer, d’autre part, le contenu des règles générales actuelles et, le cas échéant, de les revoir. Au final, l’Agence espère pouvoir publier ces règles générales dans un futur proche.

Un volet de la solution globale concerne l’installation UMTRAP qui héberge une quantité considérable de Radium (notamment sous la forme d’aiguilles). L’AFCN a rendu un avis sur un projet de texte de l’ONDRAF concernant la destination à long terme des déchets et de l’installation, ainsi que sur les études que doit mener Umicore pour respecter ses conditions d’autorisation.

Il a été jugé indispensable et prioritaire de dresser une liste des concepts (terminologie). Une consultation des différentes parties concernées, tant au sein de l’AFCN que de l’ONDRAF, s’avère essentielle. Un document de ce type évolue en permanence et il convient de se montrer attentif pour que celui-ci reste cohérent avec les directives et recommandations internationales.

Collaboration avec les autorités régionales La concertation avec les régions en vue de conclure un accord de coopération en ce qui concerne les études d’incidence sur l’environnement, les autorisations et la politique de mise en exécution se concentre en premier lieu sur la coopération avec la Région flamande, dans la perspective de préparer la procédure d’autorisation du site de stockage de déchets de faible activité à courte durée de vie à Dessel. Les deux parties, l’AFCN et la Région flamande, sont conscientes de la nécessité de coopérer afin d’offrir aux exploitants des établissements nucléaires un maximum de sécurité juridique (notamment en se concertant pour fixer les conditions d’autorisation dans le respect des attributions de chaque autorité concernée). Dans un premier temps, il a été choisi de conclure un protocole de coopération en matière d’études d’incidence sur l’environnement. Les deux instances travaillent en parallèle à la mise en place d’une collaboration sur le plan des autorisations et de la politique de mise en exécution. Elles espèrent pouvoir finaliser ces deux accords en début d’année 2010 pour ensuite pouvoir les soumettre à la signature des instances compétentes. Etablissements et déchets

Interventions

47


Santé et environnement

Surveillance du territoire et rayonnement naturel

François Menneson Hobby : Astronomie, parce que je me suis toujours intéressé à l’infiniment petit comme à l’infiniment grand.

FANC / Jaarverslag 09

Devise : Lorsque je me lance dans un projet, je donne toujours mon maximum tout en veillant à ne pas dépasser mes limites.

48

pour l’organigramme complet, voir page 91


49

SantĂŠ et environnement


Interview François

Menneson Expert TELERAD

Avec ses 214 balises, le réseau TELERAD mesure la radioactivité dans l’air sur l’en-

AFCN / rapport annuel 09

semble du territoire belge. Le réseau TELERAD compte également 5 balises qui mesurent la radioactivité dans l’eau de nos cours d’eau. Outre les balises nationales qui assurent une couverture complète du territoire de la Belgique, des balises supplémentaires ont été installées à proximité des sites nucléaires de Doel, Tihange, Fleurus et Mol. Nous avons aussi des mesures de la direction et de la vitesse du vent sur 13 sites en Belgique.

50

Le réseau a été progressivement mis en service entre 1995 et 1998. En 2010, il subira une modernisation complète de sa partie communication des données et les balises seront remplacées par des appareils de nouvelle génération. Les diverses études nécessaires à cet effet ont été réalisées en 2009. La procédure d’adjudication a été finalisée en août 2009. Deux marchés publics ont été attribués : l’un pour la modernisation des balises et l’autre pour le remplacement du réseau de communication des données. Le coût global est estimé à 10 millions d’euros. François Menneson nous présente la modernisation du réseau de mesure.

François : La modernisation s’opère à différents niveaux. Au niveau national, tout le réseau de communication des données sera remplacé. Chaque station est actuellement équipée d’une seule ligne téléphonique pour la transmission des données. Le nouveau système assurera une redondance, ce qui signifie une possibilité supplémentaire pour la communication des données. La circulation de l’information s’en trouvera donc améliorée. Au niveau local, 40 balises supplémentaires seront installées à proximité des différents sites nucléaires de Doel, Tihange, Fleurus et Mol. Grâce aux nouvelles balises, l’AFCN appliquera une technique basée sur la spectrométrie gamma. Les avantages sont légion : les mesures sont plus sensibles et elles permettent non seulement de mesurer la radioactivité globale, mais également d’identifier certains radioéléments tels que l’iode, le césium ou le cobalt. En cas d’incident, le réseau nous permet d’avoir une idée bien plus précise de la situation puisque nous connaissons avec précision les rejets qui se sont produits.

Cours d’eau Le réseau compte actuellement quatre balises qui mesurent la radioactivité dans les cours d’eau baignant les sites nucléaires ainsi qu’une balise installée le long de la Meuse, à la frontière française, à proximité de la centrale nucléaire de Chooz. L’objectif consiste à placer de nouvelles balises à Tihange et à Doel de manière à pouvoir prélever des mesures en amont et ensuite en aval de la centrale. De nouvelles balises seront également installées à l’extrémité des canalisations de rejet des centrales précitées.

Mâts météorologiques En cas d’incident, ces mâts permettent de déterminer la direction du vent et d’anticiper le déplacement d’un nuage radioactif. Pour cela, nous disposons de 4 stations météo sur les 4 sites nucléaires et de 9 autres stations à des endroits stratégiques.


Balises mobiles Les balises mobiles ont pour fonction de compléter le réseau TELERAD. Il s’agit de détecteurs autonomes qui peuvent être déployées immédiatement et n’importe où lors d’une situation d’urgence radiologique. Nous pensons plus particulièrement à des attentats terroristes susceptibles de se produire à tout moment. Ces balises flexibles peuvent également être utilisées dans d’autres situations en cas de besoin.

Protection de la population, des travailleurs et de l’environnement

Toutes les balises, y compris l’infrastructure de communication de données, seront modernisées dans le courant de 2010. Balises TELERAD

Nous distinguons par ailleurs : - les balises nationales qui couvrent l’ensemble de la Belgique ; - les balises installées autour des sites nucléaires ; - les balises de mesure de la radioactivité des cours d’eau ; - les balises mobiles.

Le réseau TELERAD subira en 2010 une modernisation radicale.

Santé et environnement

Trois sortes de balises mesurent la radioactivité dans l’air : - les balises de mesure de la radioactivité dans l’environnement ; - les balises de mesure de la radioactivité des particules en suspension dans l’air ambiant (aérosols) ; - les balises de spectrométrie gamma.

51


Concrétisation du projet de loi Interventions L’Agence avait mis sur pied en 2007 un groupe de travail chargé de définir l’approche réglementaire de l’AFCN en matière de sites contaminés par des substances radioactives (problématique des « interventions »). Le groupe de travail a déposé son rapport final en 2009 ; ce rapport a été approuvé par la direction de l’Agence et a servi de base à la rédaction d’un projet de loi qui sera transmis au ministre de tutelle en 2010.

Données dosimétriques du personnel navigant

AFCN / rapport annuel 09

Depuis 2007, l’Agence reçoit les données dosimétriques des compagnies aériennes belges. Environ 2/3 du personnel aérien dépasse la limite d’exposition pour les personnes du public de 1 mSv/an. En 2009, l’AFCN a organisé une journée d’information à l’intention des compagnies aériennes, tant commerciales que privées ; elle a également publié sur son site web un dossier d’information.

52

Projet résidus NORM L’Agence a démarré en 2009 un projet de réglementation visant à mieux définir la manière dont doivent être traités les résidus présentant une radioactivité naturelle renforcée (résidus « NORM »). Il s’agit essentiellement de définir des critères d’acceptation pour les différentes filières de traitement de ces résidus. Le groupe de travail chargé du projet a rédigé en 2009 une note de synthèse sur les différents types de résidus NORM produits en Belgique ainsi que sur les approches réglementaires des pays étrangers. Des pistes d’approche pour l’AFCN ont été proposées mais elles nécessitent encore une approbation interne.

Exercices du plan d’urgence En 2009, quatre exercices du plan d’urgence ont été organisés sous la supervision de la Direction Générale Centre de Crise du Service Public Fédéral Intérieur : • En mars, sur le site nucléaire de Belgoprocess : exercice

partiel limité à l’interaction entre la cellule de crise de l’exploitant (on-site) et la cellule d’évaluation CELEVAL (off-site), complété 2 jours plus tard par un workshop au niveau communal pour évaluer la réponse locale. • En mai, à la centrale nucléaire de Tihange : exercice partiel

limité à l’interaction entre la cellule de crise de l’exploitant (on-site) et la cellule d’évaluation CELEVAL (off-site), complété plus tard dans l’année par un exercice local organisé par les services du Gouverneur de la Province de Liège.

• En octobre, à la centrale nucléaire de Doel : exercice à grande

envergure d’une durée de 36 heures avec participation de la plupart des organisations impliquées (aux niveaux fédéral, provincial et communal), déploiement des équipes d’intervention et interaction avec le Centre Incident et Urgence de l’AIEA ainsi qu’avec les autorités communales et nationales hollandaises. Cet exercice de grande envergure était dirigé par des inspecteurs et incluait une simulation à grande échelle de la pression médiatique et populaire, réalisée par des étudiants d’une haute école en communication. • En novembre sur le site nucléaire du SCK-CEN : exercice par-

tiel limité à l’interaction entre la cellule de crise de l’exploitant (on-site) et la cellule d’évaluation CELEVAL (off-site). Tous ces exercices ont été préparés, menés et évalués selon une nouvelle méthodologie spécifique à la Belgique pour la préparation, l’exécution et l’évaluation des exercices du plan d’urgence.

Exercice de grande ampleur à Doel L’article 10.4 de l’annexe de l’AR « portant fixation du plan d’urgence nucléaire et radiologique pour le territoire belge » du 17/10/2003 définit la fréquence et l’étendue des exercices qui doivent assurer l’opérationnalité du plan et de ses acteurs. Outre les exercices annuels, il prévoit qu’un exercice de grande ampleur soit organisé tous les 3 ans selon des modalités pratiques définies par le Ministre de l’Intérieur ou son délégué,


Un exercice de grande ampleur vise à mettre en œuvre et à tester l’ensemble des dispositions du PUN, en ce compris le déploiement sur le terrain d’équipes et de services d’intervention. Une participation de la population ou de groupe(s) particulier(s) de la population (écoles, hôpitaux, …) peut également être envisagée. Compte tenu de son étendue, la durée de ce type d’exercice sera en principe suffisamment longue pour permettre de tester les différents aspects du plan d’urgence (alerte, mobilisation, déploiement …). Après le site de l’IRE en 2006, ce fut au tour du site électronucléaire de Doel de servir de décor pour ce deuxième exercice de grande ampleur. Le scénario de l’exercice était basé sur la succession de deux fuites sur le circuit de refroidissement du réacteur : la première est survenue tôt dans la matinée du 19 octobre sur le circuit primaire avec déversement d’eau dans le bâtiment du réacteur (LOCA) suivie, dans l’après-midi, d’une fuite sur le système d’injection de sécurité (en mode de recirculation) avec déversement d’eau dans le bâtiment des auxiliaires nucléaires (IS-LOCA). Outre ces deux fuites, une succession de défaillances supplémentaires au niveau de l’alimentation électrique externe et dans les systèmes de sauvegarde ont été imaginées et introduites pour aboutir à un rejet dans l’environnement d’une ampleur qui satisfasse aux objectifs définis lors de la préparation de l’exercice. La radioactivité présente dans le circuit primaire suite à l’endommagement d’une fraction des assemblages de combustible est libérée (essentiellement sous forme de gaz nobles et d’iode)

dans l’enceinte de ces deux bâtiments puis rejetée, après filtration, par la cheminée. L’ensemble de la structure de gestion de crise a été mise en place au niveau fédéral, provincial et communal. Les services d’incendie, de police et de la protection civile ont été déployés sur le terrain, de même que les équipes de mesure du SCK-CEN et de l’IRE. Un nombre limité de balises mobiles du réseau TELERAD ont également été déployées à des endroits stratégiques. Enfin, lorsque le rejet a cessé, les systèmes de mesure gammaspectrométrique ont permis de dresser une cartographie rapide des dépôts de radioactivité. Les différents aspects de l’information et de la communication ont été intensivement testés avec la collaboration des étudiants de l’institut supérieur Plantijn d’Anvers. L’exercice s’est étalé sur deux jours de façon à pouvoir tester les relèves d’équipe. Au total pas moins de 300 personnes ont effectivement participé à cet exercice. Pour l’AFCN, ce sont 24 experts qui, durant ces deux jours, se sont répartis les différentes tâches au sein des cellules d’évaluation, de mesure et d’information.

Un système de ventilation efficace peut éviter les problèmes dus aux infiltrations de radon dans les bâtiments.

Plan d’action Radon Dans le cadre du plan d’action Radon, des campagnes de mesure ont été menées en 2009 dans quatre communes des zones à risques de la Province de Namur ainsi que dans deux communes des zones à risques de la Province de Liège. L’Agence a encouragé le mesurage du taux de radon dans des habitations, dans des écoles et sur des lieux de travail et toute détection d’un taux de radon égal ou supérieur à 400 Bq/m3 a entraîné des mesures d’assainissement radon. L’AFCN a aidé les autorités locales et régionales à traiter les cas problématiques et à diffuser une information technique correcte aussi bien générique que spécifique. Des formations portant sur le radon,

Santé et environnement

en concertation avec les acteurs concernés.

53


la prévention et l’assainissement ont été organisées pour les professionnels de la construction avec la collaboration de la confédération de la construction en vue de garantir une prise en compte adéquate de la problématique du radon par des architectes et des entrepreneurs formés. L’AFCN collabore également avec le service Bien-Etre au Travail du SPF ETCS dans l’optique d’inventorier, de sensibiliser et de contrôler les lieux de travail des communes à risques. Une collaboration avec la Communauté germanophone a vu le jour et la collaboration avec les autorités régionales, provinciales et locales s’est intensifiée en matière de mesures du radon. La cartographie du radon en Belgique et dans les communes à risques est de plus en plus détaillée et la Province du Luxembourg dispose désormais de cartes détaillées de certaines communes à risques. L’AFCN suit de près les évolutions internationales concernant l’approche de la problématique du radon telles que la publication du manuel radon de l’OMS, les nouveautés en matière de construction peu énergivores et leur corrélation avec la problématique de la présence de radon dans les habitations.

Groupe d’Encadrement Permanent pour l’Élaboration des Tâches et l’Organisation (GEPETO-CELMES) Le groupe GEPETO-CELMES a démarré ses activités en 2009, année durant laquelle plusieurs réunions ont été organisées. Des représentants du SCK-CEN, de l’IRE et de l’AFCN y ont participé. Un représentant de la protection civile de Brasschaat à aussi assisté à l’une de ces réunions. Le but de ces réunions est de : • maintenir des contacts entre les différents intervenants ; • définir au mieux la stratégie de mesure ; • partager les expériences acquises lors d’exercices du plan

d’urgence ; • prendre connaissance de l’évolution des capacités de mesure

de chaque intervenant.

AFCN / rapport annuel 09

Vérification des articles 35-36

54

Entre le 5 et le 9 janvier 2009 s’est tenu en Belgique un audit réalisé par la Commission européenne. Au cours de cette période, une équipe de 4 experts de la Commission européenne a visité les différentes installations utilisées par la Belgique pour caractériser la radioactivité dans l’environnement. Ces installations incluaient tant celles de l’établissement retenu (le site nucléaire de Fleurus) que celles utilisées par l’AFCN. Ainsi, des vérifications ont été effectuées au sein des instal-


Anticipant le rapport définitif, les experts de la Commission européenne ont déclaré lors de la réunion de clôture du 9 janvier 2009 que la Belgique satisfaisait pleinement aux obligations imposées par l’article 35 du Traité Euratom. En vertu de celui-ci, chaque Etat membre doit établir les installations nécessaires pour effectuer le contrôle permanent du taux de la radioactivité de l’atmosphère des eaux et du sol. Les experts n’ont formulé que quelques suggestions restreintes visant à améliorer la surveillance de la radioactivité dans l’environnement. Ils ont par exemple proposé de mieux isoler certaines conduites d’échantillonnage : deux de ces conduites étaient en effet gelées suite à la vague de froid des jours précédents. En outre, l’équipe d’experts a souligné l’importance de disposer d’un nombre suffisant de laboratoires indépendants chargés de l’analyse des échantillons prélevés en vue de déceler toute contamination éventuelle. L’AFCN s’est engagée à mettre en œuvre les suggestions formulées par les experts de la Commission européenne.

Découverte de taux d’uranium anormalement élevés à UCCLE Lors d’un contrôle de routine d’une eau de citerne (contrôle des puits de captage de la Région de Bruxelles-Capitale) réalisé par VIVAQUA, il a été observé des concentrations anormales en uranium (400 µg/l), en arsenic et en plomb dans les eaux souterraines présentes sous deux écoles situées sur le territoire d’Uccle. Une enquête a été menée par Bruxelles Environnement - IBGE et l’AFCN afin de déterminer les teneurs en substances polluantes. L’eau de la citerne alimentée par de l’eau de pluie d’infiltration et par l’eau souterraine contaminée servait à alimenter les WC et les douches du complexe sportif du Collège Saint-Pierre. Ces eaux n’étaient pas reliées aux canalisations d’eau de distribution. Dans un but didactique, l’École Communale d’Uccle cultive un potager. Le potager est bordé d’un étang où la concentration en uranium dans l’eau atteint 150 µg/l. Ces légumes sont cultivés dans une zone où les métaux lourds ne sont pas présents de manière anormale dans le sol. Ils pourraient être consommés par les élèves. Les légumes sont arrosés avec l’eau souterraine contaminée par les métaux lourds précités. Le 10 juillet 2009, ordre a été donné par l’Échevin de la santé et le Procureur du Roi de ne plus utiliser cette eau de citerne, ni celle de l’étang. Des mesures conservatoires ont été prises. Il a, entre autres, été estimé que cette eau était impropre à la consommation et que les légumes du potager ne pouvaient plus être arrosés avec l’eau contaminée. L’IBGE a également ordonné le 13 juillet 2009 de ne plus utiliser l’eau souterraine et de ne plus consommer les légumes du potager et de garder inacces-

sible la bande de terrain faisant l’objet de prélèvement de sol. L’origine de l’uranium, de l’arsenic et du plomb est encore inconnue. Mais les recherches historiques laissent à supposer qu’une verrerie a déversé des déchets en ce lieu dans le passé. Les métaux lourds présents dans l’eau seraient les résidus des pigments de coloration du verre. L’AFCN a procédé au contrôle de la radioactivité dégagée et la composition en isotope d’uranium présent dans l’eau et dans le sol. Une analyse des dangers et des risques a été réalisée concluant à l’absence de risque radiologique pour la santé humaine si l’eau n’est pas consommée. Les isotopes présents indiquent également qu’il s’agit d’uranium naturel et non d’uranium enrichi ou appauvri. L’uranium dans la nappe souterraine est avant tout chimiquement toxique. Les risques sont limités tant que l’eau n’est pas consommée.

Santé et environnement

lations de Fleurus, mais également dans les installations de TELERAD (notamment à Fleurus, Floriffoux, Mol et Bruxelles). D’autres laboratoires impliqués dans le programme national de surveillance radiologique ont également été visités : le SCK-CEN à Mol, l’ISP à Bruxelles et le FUSA à Gembloux.

55


Sécurité et transport

Sécurité – Orientations & stratégie

Mireille Claeys Hobby : La photographie, les voyages (destination favorite : l’Espagne), le jardinage, l’œnologie, la natation et la randonnée.

AFCN / rapport annuel 09

Devise : Savoir que l’on ne sait jamais. Être et rester curieux de tout. Demeurer fidèle à ses interrogations. 

56

pour l’organigramme complet, voir page 91


57

Sécurité et transport


Interview Mireille

Claeys Chef de service sécurité – orientations & Stratégie

AFCN / rapport annuel 09

Qu’entend-on exactement par « sécurité nucléaire » ?

58

Depuis ses débuts, l’AFCN fait de la prévention du risque nucléaire, qu’il provienne d’une cause accidentelle ou qu’il trouve son origine dans le fait de l’homme, l’une de ses préoccupations majeures. La sécurité nucléaire à l’AFCN a pour objectif de protéger la population, les travailleurs et l’environnement du risque radiologique extrême que pourrait provoquer l’explosion d’un engin nucléaire ou une attaque terroriste dirigée contre une de nos installations. Pour comprendre ce qu’est la sécurité nucléaire aujourd’hui, un bref rappel historique est nécessaire. Au début des années soixante, en plein cœur de la guerre froide, la Communauté internationale s’est émue de la course aux armements à laquelle se livraient les deux superpuissances de l’époque : les USA et l’URSS. Nombre

d’états estimaient en effet qu’il était urgent, d’une part, d’arrêter la prolifération d’armes nucléaires et, d’autre part, d’amener les états concernés à la table de négociation en vue du démantèlement de leurs arsenaux nucléaires. L’Assemblée Générale des Nations Unies fut saisie du problème dès 1965 et elle donna le coup d’envoi de plusieurs années d’intenses discussions qui aboutirent en 1969 à l’adoption du Traité de Non-Prolifération des armes nucléaires, entré en vigueur en 1970. Éviter que l’activité nucléaire ne soit détournée vers des fins non pacifiques, comme la création d’armes nucléaires, était alors la priorité. A telle enseigne que la Convention sur la protection physique des matières nucléaires (CPPMN) de 1980, seul instrument juridiquement contraignant ayant pour objet de protéger les matières nucléaires des actes de malveillance commis par un ou plusieurs individus, ne tenait compte que du risque de prolifération nucléaire. Mais la perception de la sécurité nucléaire a pris un accent plus global ces dernières années. Suite aux attentats du 11 septembre 2001, la conscientisation du fait que les installations nucléaires pouvaient également constituer des cibles attrayantes pour des terroristes, s’est considérablement accrue. De plus, les rumeurs d’utilisation de « bombes sales » ont conduit à la conclusion que toute matière radioactive doit être protégée des actes de malveillance. Cette nouvelle approche a donné naissance à plusieurs instruments juridiques internationaux comme : l’amendement de 2005 à la CPPMN, la Convention internationale pour la répression du terrorisme nucléaire, le Code de conduite sur la sûreté et la sécurité des sources radioactives, etc.

Quel est le rôle de votre service ? Le concept de sécurité nucléaire actuel inclut la non-prolifération nucléaire et la protection physique des matières radioactives. Le service Sécurité – Orientation et Stratégie est en charge plus particulièrement du suivi des développements internationaux en ces matières ; de l’élaboration ou de l’adaptation de la réglementation nationale ; des relations avec les autres entités nationales ou internationales compétentes en matière de sécurité nucléaire ainsi que de la sensibilisation des opérateurs à cette thématique.


Comment s’organise la coopération internationale en matière de sécurité nucléaire ? Dans le domaine de la sécurité nucléaire, l’AIEA occupe une place importante. L’AFCN entretient, en conséquence, une collaboration étroite avec l’AIEA que ce soit pour les garanties ou pour la protection physique. En 2009, l’Agence a, en outre, joué un rôle très actif dans l’élaboration des divers documents appelés à constituer les Nuclear Security Series qui regroupent les recommandations de l’AIEA en matière de protection physique des matières radioactives. A ce propos, il faut noter que ces recommandations ainsi que les conventions internationales pertinentes sont à la base de la stratégie de l’AFCN en matière de protection physique. Le service représente l’AFCN au Conseil des Gouverneurs, organe politique de l’AIEA qui, en septembre 2009, a notamment approuvé le plan de sécurité nucléaire de l’AIEA pour les années 2010 et 2011. En vue du Sommet de Washington sur la sécurité nucléaire d’avril 2010, nous avons participé, dès fin 2009, aux réunions de la task force mise en place par le cabinet du Premier Ministre et par le SPF Affaires Étrangères afin de préparer ce sommet, dont les conclusions auront, selon toute vraisemblance, un rôle prépondérant pour l’avenir de ce secteur.

Sécurité et transport Non-prolifération nucléaire Pour ce qui concerne la non-prolifération, le fait le plus marquant fut la finalisation de la négociation avec l’AIEA et la Commission européenne (Euratom) du plan d’application des garanties intégrées en Belgique. Ce plan, grâce à la mise en place par l’AIEA de mesures de vérification plus performantes, devrait avoir pour effet de diminuer le nombre d’inspections dites de routines dans nos installations nucléaires et dès lors, de réduire la charge qu’impliquent les inspections internationales en termes de ressources tant humaines que financières, pour l’opérateur.

Ces dernières années, la sécurité nucléaire est devenue une priorité au niveau international.

Sécurité et transport

Bien qu’en 2009, l’action du service fut essentiellement concentrée sur la protection physique des matières et installations nucléaires, les autres pôles d’activité n’en furent pas pour autant négligés.

59


AFCN / rapport annuel 09

60

Le service a également représenté l’AFCN à la dernière session du Comité préparatoire de la Conférence d’examen du TNP qui aura lieu à New York en mai 2010.

Protection physique des matières et installations nucléaires

Protection physique des sources radioactives scellées

Comme déjà indiqué, les efforts se sont surtout concentrés en 2009 sur le projet de réglementation portant sur la protection physique des matières et installations nucléaires. Dans ce contexte, il importe que le législateur définisse, d’une part, les niveaux de protection que l’exploitant devra appliquer à son installation et aux matières nucléaires qu’elle renferme , et, d’autre part, les règles qui permettront au dit exploitant de s’assurer de la fiabilité des personnes (trustworthiness) qui ont accès aux matières, installations ou documents nucléaires.

La Belgique, comme de nombreux autres états, a pris l’engagement politique d’assurer la sécurité de ses sources radioactives scellées en tenant compte du code de conduite de l’AIEA dans ce domaine. Bien que nous possédions déjà plusieurs textes légaux à ce propos, un groupe de travail ad hoc institué au sein de l’AFCN est arrivé à la conclusion qu’un vaste travail réglementaire devait être accompli si nous voulons être dans la ligne du Code de conduite en termes de sécurité. Durant 2009, la structure de la nouvelle réglementation a été définie. Celle-ci se basera sur une approche sectorielle. En effet, compte tenu du fait que ces sources sont utilisées dans des secteurs d’activité de nature très différente (entreprises, hôpitaux, universités, etc.), il est quasiment impossible de rencontrer tous les aspects du problème dans un texte global. Afin que la réglementation soit le plus possible en adéquation avec les réalités du terrain, nous avons entrepris de visiter une « entité type » par secteur d’activité, ce qui nous a également permis d’avoir une première prise de contact avec différents utilisateurs.

En Belgique, ce sont les habilitations de sécurité telles que prévues par la loi du 11 décembre 1998 qui constituent la meilleure garantie de fiabilité d’une personne. Malheureusement, en l’état, la loi du 11 décembre 1998 était difficilement applicable au secteur nucléaire. L’AFCN a donc du procéder, en collaboration avec les autorités compétentes, à l’élaboration d’un nouveau projet de loi amendant la loi de 1998 et la loi organique de l’AFCN du 15 avril 1994. Le projet de loi a été examiné par le Conseil interministériel du renseignement et de la sécurité et ensuite approuvé par le Conseil des Ministres du 17 juillet 2009, avant d’être soumis à l’avis du Conseil d’Etat et de la Commission pour le respect de la vie privée. Enfin, une campagne d’information a été organisée pour présenter aux opérateurs concernés le cadre règlementaire et un modèle de demande d’agrément du système de protection physique qu’ils

seront amenés à mettre en place et à soumettre à l’agrément de l’AFCN comme requis par le futur cadre réglementaire.

Workshop Un troisième workshop sur la protection physique a également été organisé en 2009. Celui-ci – qui se tiendra dans les premiers jours de 2010, suite à l’indisponibilité de certains orateurs fin 2009 – sera consacré aux capacités de réponse existantes en Belgique, en cas d’incident ou d’accident de sécurité nucléaire. Le workshop réunira, outre les exploitants d’installations nucléaires, de nombreux représentants de la police fédérale ainsi que des autorités communales et provinciales.

Évaluation de la menace de référence Chaque état partie à la CPPMN révisée en 2005, sera tenu de mettre en place un régime national de protection physique des matières et installations nucléaires dont une des clés de voute est l’évaluation de la menace de référence (DBT) pour le secteur nucléaire. Cette DBT doit également permettre à l’exploitant de définir le système de protection le mieux adapté à son installation. Cette analyse a débuté en 2008 et a été menée tout au long de l’année 2009 en collaboration étroite avec l’Organe de Coordination pour l’Analyse de la Menace (OCAM).


Exercice de sécurité au SCK-CEN

Perspectives

En décembre 2009, le SCK-CEN a organisé un exercice d’urgence impliquant des actions subversives sur le terrain, en présence de services de police fédérale et locale, de l’AFCN et d’un représentant de l’ambassadeur des Etats-Unis en Belgique. En règle générale, les participants ont tous réagi très positivement par rapport aux résultats obtenus.

En 2010, la Conférence d’Examen du Traité de Non-Prolifération (New York en mai 2010) et le Sommet de Washington sur la sécurité nucléaire seront à l’agenda du service Sécurité – Orientation & Stratégie. Son action ne s’arrêtera évidemment pas là car il s’agira d’évaluer les résultats, d’examiner quelles seront leurs conséquences sur l’action future de l’AFCN et de préparer les éventuelles négociations internationales qui en découleront.

L’AFCN a adapté sa sécurité à la nouvelle réglementation qui doit paraître. À cet effet, une zone sécurisée a été aménagée dans le bâtiment de l’AFCN pour y conserver les documents classifiés.

Attestations de sécurité La loi du 3 mai 2005 a élargi le champ d’application de la loi initiale à l’octroi d’attestations de sécurité à toutes les personnes qui, dans le cadre de leur profession, doivent accéder à court terme à une installation nucléaire. Le service se charge de l’établissement, du suivi, des demandes d’informations, des enquêtes sur le terrain, de la gestion, de l’évaluation et finalement de la certification des attestations de sécurité dans le secteur nucléaire. 10.000 attestations ont été délivrées en 2009.

En matière de protection physique des matières et installations nucléaires, il conviendra de continuer à suivre le processus législatif du cadre réglementaire et à préparer son entrée en vigueur. Par ailleurs, l’organisation en mai 2010 d’une table ronde sur la menace de référence qui rassemblera l’OCAM, les exploitants d’installations nucléaires et l’AFCN, est envisagée. Les experts de l’AFCN se rendront ensuite sur chaque site concerné afin d’affiner localement les résultats de l’analyse. Enfin, un quatrième workshop sera consacré à la réponse des autorités judiciaires en cas d’incident ou d’accident de sécurité ainsi qu’aux éventuelles conséquences juridiques de celui-ci sur le plan international. L’AFCN continuera à élaborer le cadre réglementaire pour la sécurité des autres matières radioactives en accordant dans un premier temps, la priorité à la sécurisation des sources radioactives scellées et à celle des déchets radioactifs.

Sécurité et transport

Zone sécurisée

61


Sécurité et transport

sécurité – autorisations & contrôle

Arlette Etienne Hobby : Le jogging, pour entretenir ma condition physique et affûter ma perception des choses.

AFCN / rapport annuel 09

Devise : Notre fonction nous demande de la discrétion. Ma philosophie est donc de ne jamais me placer sur le devant de la scène.

62

pour l’organigramme complet, voir page 91


63

Sécurité et transport


Interview Arlette

Etienne

uniquement pour des usages pacifiques. En d’autres termes, pour s’assurer qu’aucun matériel nucléaire ne sert à la fabrication d’armes nucléaires.

Chris

Dams

Inspectrices sécurité nucléaire

Interview avec deux inspectrices en charge des Safeguards

AFCN / rapport annuel 09

Ces accords ont-ils évolué au fil des années ?

Qu’entend-on exactement par « safeguard » ?

Arlette : Oui, ces accords évoluent et sont adaptés en fonction de la tendance actuelle. J’ai pu suivre cette évolution tout au long de ma carrière. On a commencé avec les safeguards classiques qui donnent aux organisations internationales le droit de contrôler tout matériel nucléaire déclaré. Ce contrôle se fait sous forme d’inspections annoncées dans des installations préalablement définies. Suite à la découverte d’un programme nucléaire clandestin en Irak, un accord complémentaire a vu le jour : le Protocole Additionnel. Celui-ci donne plus de droits aux inspecteurs pour augmenter l’efficacité des inspections. Les exploitants doivent ainsi donner davantage de détails sur leurs implantations et cela vaut également pour les bâtiments dont les activités ne sont pas de nature nucléaire. Les inspecteurs peuvent aussi avoir plus facilement et plus rapidement accès à ces implantations. J’ai suivi de près la mise en pratique de ce Protocole Additionnel en Belgique.

Arlette : derrière la notion de « safeguard », on entend l’ensemble des mesures qui peuvent être utilisées par les instances internationales, à savoir l’AIEA et Euratom, pour vérifier si un pays emploie le matériel nucléaire qu’il détient (matières fissiles)

Chris : Après que l’on ait mis en place ces deux systèmes en Belgique et dans d’autres États, on a envisagé la situation avec un angle de vue élargi. Lorsque j’ai débuté en décembre 2008 à l’AFCN, j’ai pu suivre les négociations pour l’implémentation des

Arlette : je suis inspectrice nucléaire et Officier de la Police Judiciaire depuis 1985. Suite à la création de l’AFCN, j’ai conservé mes fonctions et les ai développées au sein de l’Agence.

64

Des conventions entre les pays et les instances internationales sont à la base de ces mesures. Celles-ci ne sont pas identiques pour tous les pays. Il existe ainsi une différence entre les pays dotés d’armes nucléaires et les pays, comme la Belgique, non dotés d’armes nucléaires. La Belgique a signé le Traité de Non-Prolifération. Suite à cela, des accords avec Euratom et l’AIEA ont été conclus de sorte que tout le matériel nucléaire existant est régi par les safeguards. Cela signifie que les instances internationales, s’appuyant sur ces accords, peuvent vérifier le matériel nucléaire présent en Belgique.

Chris : j’ai commencé à l’AFCN en décembre 2008 comme inspectrice en sécurité nucléaire. Cela signifie que je suis responsable, avec mes collègues, de tout ce qui se fait en Belgique au niveau des safeguards, de la protection physique des installations et des transports ainsi que du suivi des incidents qui peuvent être en lien avec le commerce illégal de matériel nucléaire.


En pratique, comment se déroule une inspection safeguard ? Arlette : En Belgique, on applique les integrated safeguards à la plupart des installations qui étaient sous régime d’inspection classique. Les nouveaux types d’inspections apparus depuis les integrated safeguards sont les inspections SNRI et RII. Celles-ci sont expliquées plus en détails ci-contre. En pratique, ce qui est contrôlé durant une inspection est en grande partie resté inchangé. On vérifie d’abord la comptabilité des matières fissiles. Sur base de cette comptabilité, on effectue ensuite un contrôle physique des matériaux nucléaires présents, par comptage, identification, mesures non destructives ou échantillonnage. Le matériel nucléaire sous scellés est contrôlé par vérification des scellés. On contrôle également les images des locaux sous surveillance par caméra.

Sécurité et transport Integrated Safeguards Depuis 2009, le régime des Integrated Safeguards (IS) est d’application en Belgique. Lors d’une réunion organisée à Luxembourg avec des représentants de l’installation (en l’occurrence FBFC), de l’AFCN, de la Commission européenne et de l’AIEA, le document « Partnership approach under Integrated Safeguards » a été discuté et cette discussion s’est soldée par un accord définitif de l’ensemble des parties concernées. Dans le cadre des inspections Safeguards, l’évacuation de fûts de déchets provenant du démantèlement de Belgonucléaire pose problème, ce qui a un impact sur les inspections Safeguards menées chez Belgoprocess. Cette problématique sera examinée plus en détail avec les acteurs concernés. L’AIEA a officiellement annoncé que les inspections Safeguards au sein des installations nucléaires belges se dérouleraient dans le cadre de l’approche baptisée « Integrated Safeguards Approach » qui démarrera le 1er novembre 2010. Ces inspections ont un impact sur la fréquence et la nature des activités développées dans certaines installations belges. La nouvelle approche implique le maintien du «Complementary Access» et le remplacement de certaines inspections de routine par des «random interim inspections with short notification». Ce dernier type d’inspections s’applique uniquement aux usines de fabrication du combustible comme FBFC. Les inspections RII s’appliquent quant à elles aux centrales nucléaires de Doel et de Tihange. Concrètement, les inspections sont effectuées de manière aléatoire et notifiées 24 heures au préalable. Toutes les autres installations restent soumises à l’approche Safeguards classique.

Sécurité et transport

integrated safeguards en Belgique. Il s’agit d’un nouvel accord qui fait le lien entre les safeguards classiques et le Protocole Additionnel. Ceci dans le but de rendre les inspections plus efficaces et de diminuer leurs coûts. Avec cet accord, on va également uniformiser la stratégie d’inspection dans les différents types d’installations. En Belgique, cette approche par integrated safeguards a été lancée le 1er novembre 2009.

65


Importation et transport Réglementation L’AR du 24 mars 2009 portant règlement de l’importation, du transit et de l’exportation de substances radioactives a été publié le 17 avril 2009. Comme l’indique l’intitulé, cet AR réglemente l’importation, le transit et l’exportation de substances radioactives, y compris les déchets et le combustible usé.

AFCN / rapport annuel 09

Indépendamment de la transposition de la directive européenne 2006/117/Euratom relative à la surveillance et au contrôle des transferts de déchets radioactifs et de combustible irradié, l’AFCN a également choisi de simplifier le système actuel d’autorisations pour la distribution nationale ou transfrontalière de substances radioactives. A l’avenir, les obligations administratives seront plus simples et plus efficaces.

66

Pour soutenir l’entrée en vigueur de cet arrêté significatif, des séances d’information ont été organisées et une brochure a été mise à la disposition des stakeholders. L’AFCN organisera une table ronde sur le sujet en 2011 pour faire le point avec les parties concernées. En ce qui concerne la réglementation du transport de substances radioactives, un projet de texte de la DG TREN a été étudié en 2009. L’objectif de ce projet de règlement européen est de parvenir à un système uniforme d’autorisation UE pour le transport de substances radioactives. Ce projet a été accueilli

de manière négative par le Standing Working Group (SWG), principalement sur le plan technique du contenu. Un expert de l’AFCN, Erik Cottens, et un confrère espagnol, Fernando Zamora, ont été désignés pour faire partie d’un groupe restreint, créé par le groupe d’experts article 31, pour remanier cette proposition initiale.

Perspectives L’entrée en vigueur du règlement européen aurait un impact sur le système actuel d’autorisations, principalement dans le secteur du transport de radioisotopes utilisés pour des applications médicales ou de laboratoire. L’accent sera donc mis davantage sur les audits de conformité et les inspections sur le terrain.

Incidents L’année 2009 a été marquée par plusieurs incidents de transport sans que ceux-ci aient le moindre impact sur l’homme ou l’environnement. Les incidents concernaient surtout le non-respect de procédures administratives et la détérioration d’emballage, ce qui aurait pu entraîner une contamination, notamment lors de la manipulation du colis endommagé à l’aéroport. Enfin, les mesures correctives prises en réponse aux incidents survenus l’année précédente ont continué à être suivies. Par rapport aux constatations faites dans un conteneur à Liège, un audit de qualité a été réalisé avec la collaboration de l’ASN française. Cet audit s’est principalement concentré sur la mise en œuvre des améliorations préconisées. Le suivi des actions

mises en œuvre suite à cet audit est toujours en cours. Dans le dossier du colis abandonné à Wavre, un plan d’action sévère a été discuté avec le transporteur impliqué. Celui-ci a été mis en œuvre et son suivi se poursuivra en 2010.

Audits de conformité Cette action s’inscrit dans le cadre de l’approche préventive du secteur qui se focalise surtout sur les procédures sous-jacentes qui doivent garantir la conversion des exigences légales en instruments fonctionnels au sein des entreprises. Dans cette optique, l’AFCN a commencé en 2009 à effectuer des audits de conformité avec d’importants acteurs du marché. En actualisant les procédures, on parviendra de la sorte à prévenir tout incident. L’AFCN ne vise pas uniquement le transporteur, mais bien l’intégralité de la chaîne, de l’expéditeur au destinataire en passant par les responsables de la qualité et de l’entretien des emballages à utiliser.

Formation En 2009, les traditionnelles formations ADR-chauffeur ont été suivies par une centaine de participants répartis dans différents types de cours. Le premier cycle de formation de conseiller à la sécurité a été achevé tout comme les examens y afférents. Une trentaine d’inscrits ont réussi l’examen. Ils ont maintenant l’agrément de conseiller à la sécurité pour les transports de substances radioactives et ils peuvent les exécuter dans le respect de la réglementation relative au transport.


Réacteur Thetis de l’Université de Gand

European Competent Authorities Association

En vue du démantèlement du réacteur Thetis, à l’arrêt depuis plusieurs années, le service Transport s’est penché en 2009 sur l’autorisation destinée au transport du combustible. Une analyse de sûreté du colis prévu a notamment été effectuée afin de garantir la sûreté du transfert des éléments de combustible de l’Université de Gand vers Belgoprocess.

Certaines autorités européennes compétentes ont coopéré en 2009 en vue de dégager des positions communes en matière de directives et d’approbation de colis. Cette démarche a pour but de faciliter la tâche des stakeholders en uniformisant les directives en matière de transports européens.

En 2009, le service a préparé une nouvelle campagne de transfert de déchets métalliques compressés provenant des structures des éléments de combustible belge retraité à La Hague. Ces transports, dont la destination est située aux Pays-Bas après avoir transité par la Belgique, auront lieu en 2010.

Coopération internationale TSR1 – Réglementation internationale relative au transport Les experts du service Importation & Transport ont activement pris part aux préparatifs de la révision des documents qui doivent servir à l’introduction d’une réglementation efficace en matière de transports internationaux.

Autorisations/approbations délivrées Transport (RGPRI)

Importation (RGPRI en vigueur jusqu’en avril 2009)

Importation (nouvelle législation AR 24 mars 2009)

Autorisation transport général (art. 57)

35

Approbation de modèles de colis

Certificat d’approbation

8

Autorisation transport particulier (art. 57)

4

Validation d’un certificat d’approbation étranger

13

Autorisation transport spécial (art. 57)

98

en ordre

67

infractions

39

2

Inspections ADR de véhicules transportant des substances radioactives

Autorisation importation générale (art. 38)

18

Autorisation importation particulière (art. 38)

29

Autorisation exportation en vue de traitement (art. 44bis) Enregistrement d’importateur (art. 3)

Inspections et audits de conformité chez les expéditeurs et les transporteurs

67

52

Importation de sources scellées (art. 7)

101

Formations

Chauffeur ADR7 (initiation)

73

Chauffeur ADR7 (recyclage)

46

Importation de combustible (art. 9)

13

Transfert de déchets radioactifs (art. 17) Exportation en vue de traitement (art. 18)

2

Conseiller sécurité classe 7 (collaboration avec instituts de formation agréés AIB Vinçotte Controlatom asl et DGT asbl)

33

7

Sécurité et transport

Deuxième phase du rapatriement des déchets retraités à La Hague

Les dossiers circulent correctement. Les autorisations et les approbations ont été délivrées dans les délais prévus ou convenus avec le demandeur.

67


Regulation, international affairs & development Regulation, International affairs & development

Lodewijk Van Bladel Hobby : Sports équestres, ski. Je me rends au travail en vélo et je cours sur le temps de midi. C’est bon pour se vider l’esprit et repartir plein d’énergie avec des idées fraîches.

AFCN / rapport annuel 09

Devise : Celui qui travaille dans le domaine de la santé doit donner l’exemple. Mens sana in corpore sano.

68

pour l’organigramme complet, voir page 91


69

regulation, international affairs & development


de protéger sont de plus en plus traitées en adultes et non plus en non-initiés. Cette tendance se constate d’ailleurs partout dans notre société.

Interview Lodewijk

Van Bladel Expert senior en radioprotection

Je travaille à l’AFCN depuis sa création et avant cela, j’exerçais une fonction similaire

au sein du ministère fédéral de la Santé publique. Ce qui m’a surpris, au cours de ces vingt dernières années, c’est le changement d’attitude de l’AFCN, en tant qu’autorité de réglementation, par rapport à ses stakeholders sur le plan de la radioprotection.

AFCN / rapport annuel 09

Auparavant, on fonctionnait davantage dans une sorte de tour d’ivoire. Les autorités décrétaient ce qui devait se faire : elles déterminaient les autorisations nécessaires et les critères que devaient remplir les installations et les appareils. Mis à part en cas d’incident, elles se souciaient très peu du respect de ces règles sur le terrain et de l’impact qu’elles avaient en termes de radioprotection.

70

Cette attitude a évolué vers une forme de partenariat dans laquelle les stakeholders sont invités à réfléchir et à participer au développement de la radioprotection dans leur secteur : les parties se consultent dans un esprit pragmatique et tentent d’aboutir à une situation de gagnant-gagnant qui profite à chacune d’elles. Les tables rondes récemment organisées avec les acteurs du secteur médical illustrent parfaitement ce propos. A l’instar des professionnels du secteur, les personnes du public que l’Agence se doit

Prise de conscience Lorsqu’on jette un regard sur ces dernières années, on ne peut nier que l’AFCN a provoqué une certaine « prise de conscience » du secteur médical par rapport aux activités ayant recours aux rayonnements ionisants, notamment sur le plan des risques inhérents aux expositions. Les années d’efforts consentis dans le contexte de campagnes de sensibilisation et de formations commencent clairement à porter leurs fruits. Les conséquences de l’utilisation abusive de l’imagerie médicale ne sont plus considérées uniquement dans une perspective financière, mais également en termes d’impact sur la santé. Les patients aussi commencent à s’interroger sur les effets des rayons qui leur sont administrés. Les parents se préoccupent de l’exposition de leurs enfants. Ils sont également bien mieux informés qu’auparavant et veulent connaître les risques que comporte tel examen ou tel traitement. Ces personnes surfent sur Internet et désirent tout vérifier. Ils ne se satisfont plus d’une demi-réponse. Jadis, le monde médical abordait le patient de manière bien différente. On pensait : « En tant que patient, vous n’avez pas à réfléchir, on le fait pour vous ». Cette attitude est à présent tout à fait révolue. Ce constat est confirmé par le nombre croissant de questions que nous recevons par l’intermédiaire de notre site web. Formuler une réponse correcte mais compréhensible à ces questions requiert un degré élevé de compétences de la part de nos collaborateurs, mais également de la part des professionnels de la pratique médicale, des infirmiers, des radiologues, des médecins et des radiophysiciens.

Plateforme radioprotection Dans le cadre d’une plateforme consacrée à la radioprotection, nous collaborons étroitement avec nos principaux stakeholders institutionnels que sont le SPF Santé Publique, l’AFMPS et l’INAMI.


Les applications dites « hybrides » constituent une problématique plus récente. En effet, elles combinent les techniques de la médecine nucléaire et de la radiologie telles que SPECT-CT et PET-CT. Les spécialités et les services existants ne sont en fait pas adaptés à ces applications hybrides et notre système de radioprotection court en quelque sorte après les faits. Il reste donc du pain sur la planche ! En ce qui concerne l’optimisation, nous avons déjà bien avancé dans la bonne voie. L’introduction de radiophysiciens en imagerie et les actions menées dans le cadre de la dosimétrie des patients ont considérablement contribué à cette avancée. Par contre, la route est encore longue au niveau de l’application du principe de justification. Ce principe consiste principalement à se demander si une technique radiologique constitue la méthode la plus indiquée pour un patient bien précis - et si oui, laquelle ? Est-ce nécessaire d’avoir recours à un CT-scan ou une simple radio, impliquant une dose bien moins élevée, est-elle suffisante ? Ou alors peut-on carrément éviter tout rayonnement en procédant par exemple à une échographie ? Mon cheval de bataille reste la grande sensibilité des enfants aux rayonnements ionisants et l’impact de ces rayons en cas de grossesse. On y accorde encore trop peu d’intérêt. Des campagnes de sensibilisation sont actuellement menées pour éviter par exemple l’exposition des enfants au soleil et pour les encourager à s’enduire d’un écran total. Nous devrions également adopter cette attitude en radioprotection. Aux Etats-Unis, il existe une campagne de sensibilisation baptisée « Image Gently ». Le message est simple : les enfants sont plus sensibles et ils méritent donc une radioprotection plus poussée. Si nous parvenions en Belgique à introduire une campagne similaire avec la collaboration des stakeholders, nous renforcerions l’image de l’AFCN comme acteur notoire du domaine de la radioprotection et nous obtiendrions des résultats notables en termes de radioprotection.

Regulation, international affairs & development Directive européenne sur la sûreté nucléaire et travaux internationaux des autorités de sûreté L’année 2009 marque incontestablement un tournant majeur dans le régime international et plus particulièrement européen de la sûreté nucléaire.

Les campagnes de sensibilisation ciblant les enfants véhiculent un message simple : plus ne veut pas toujours dire mieux.

regulation, international affairs & development

Nous y abordons des thèmes tels que le principe de justification, le comportement prescripteur responsable, la qualité ou l’optimisation. Ces thèmes sont tous axés sur le principe ALARA (la dose doit être aussi faible que raisonnablement possible).

71


AFCN / rapport annuel 09

72

Pendant de nombreuses années, la sûreté nucléaire est restée hors du champ du Traité Euratom (1957) qui fonde la communauté européenne de l’énergie atomique. Il a fallu plus de dix ans de travaux intenses de la commission européenne et du Conseil pour progressivement dégager des lignes communes dans ce domaine. Il faut en effet souligner que le régime international de sûreté nucléaire est basé sur plusieurs principes essentiels tels que la responsabilité première de l’exploitant à assurer la sûreté sous le contrôle de l’autorité concernée, l’exigence d’indépendance des autorités de sûreté nationales pour favoriser l’exercice objectif de sa mission, en particulier de contrôle, auprès de l’exploitant, etc. Ces éléments sont des pierres angulaires de la convention sur la sûreté nucléaire adoptée à Vienne en juin 1994 et des standards de sûreté de l’AIEA. Ils ont menés au fait que les autorités de sûreté développent des systèmes nationaux forts et efficaces. Ces mêmes autorités ont compris depuis longtemps la nécessité de joindre leurs forces pour assurer l’amélioration continue de la sûreté nucléaire et pour faire face au caractère éminemment transfrontalier du risque nucléaire. Pour ce faire, dès 1999, ils se sont groupés au sein de l’association WENRA (Western Nuclear Regulator’s Association), en vue de développer des approches communes. Aujourd’hui, on peut dire que cet objectif est atteint dans la mesure où des niveaux de références existent et chaque autorité de sûreté les applique. Ce résultat a été atteint en évitant de tomber dans le piège de la normalisation excessive. En effet, des niveaux équivalents de sûreté peuvent être atteints de manières différentes, chaque installation ayant ses caractéristiques propres et chaque pays ayant sa culture

et ses spécificités. On obtient donc les meilleurs résultats en harmonisant les approches sans mettre en péril les bases nationales spécifiques. Malgré ces bons résultats, il faut constater qu’un déséquilibre existait en matière de législation européenne. Il était difficile de justifier qu’aucune règle contraignante n’existe à ce niveau. Ces dernières années donc, la Commission européenne, répondant à un appel du Conseil, a créé un groupe européen, ENSREG (European Nuclear Safety Regulator Group), réunissant toutes les autorités de sûreté des 27 Etats membres en vue de donner une dimension communautaire à leurs travaux. L’ENSREG a publié son premier rapport d’activités en juillet 2009. On peut estimer que ce groupe a largement contribué à promouvoir un projet de directive bien ciblé qui a pu être négocié utilement au niveau du Conseil avant d’être adopté (25 juin 2009). L’Union européenne dispose donc depuis cette date d’un cadre communautaire contraignant pour la sûreté nucléaire. Il est largement basé sur la convention sur la sûreté nucléaire, les fondamentaux de sûreté de l’AIEA et les travaux de WENRA. Les Etats membres avaient jusqu’au 22 juillet 2009 pour transposer la directive dans leur droit national. L’AFCN a participé activement à tous les niveaux du processus d’établissement de cette directive et a entamé le travail de préparation de sa transposition.

La réforme du contrôle physique L’organisation du régime de contrôle et d’inspection au sein des installations nucléaires acquiert peu à peu son caractère définitif. Ce régime a fait l’objet de nombreuses années de discussions. La question principale consiste à se demander quelles initiatives relèvent, d’une part, de la responsabilité de premier ordre de l’exploitant et, d’autre part, de celle des autorités de sûreté. Ensuite, il convient de s’interroger sur les initiatives que les deux parties peuvent sous-traiter à une instance externe, ainsi que sur la procédure à suivre. Les organismes de contrôle physique, agréés par les pouvoirs publics, exercent depuis des décennies des missions de contrôle pour le compte de l’exploitant avec l’aval des autorités. En créant l’Agence, le législateur a souhaité confier davantage de tâches aux autorités. Il a jugé que l’AFCN devait jouer un rôle crucial dans le segment des établissements nucléaires qui présentent le plus de risques (classe I). Toutefois, la nouvelle loi de 2001 semble avoir poussé un peu trop loin le degré d’immixtion des pouvoirs publics. Bien sûr, le régime de contrôle et d’inspection ne doit pas être identique pour tous les établissements nucléaires et il peut tenir compte du degré de risque. Aujourd’hui, la discussion se limite au rôle éventuel que peuvent jouer les organismes agréés de contrôle physique dans le segment des installations qui présentent les risques les plus faibles (classe III). La scission de la classe II en deux sous-classes IIA et IIB, qui seraient chacune assujetties à un régime de contrôle et d’inspection différent, peut constituer l’amorce d’une solution définitive.


3ème réunion d’examen de la Convention Commune La sûreté de la gestion des déchets radioactifs et du combustible usé a été examinée lors de la 3ème réunion d’examen de la Convention Commune (CC) qui s’est déroulée du 11 au 20 mai 2009 au siège de l’AIEA à Vienne. Au regard de la CC, les parties contractantes sont tenues de soumettre tous les trois ans, un rapport national exposant la façon dont elles mettent en œuvre les différents articles de la CC. Le rapport national belge a été remis officiellement à l’AIEA en octobre 2008. Ces rapports sont ensuite examinés et font l’objet de questions écrites. Lors de la réunion d’examen qui s’en suit, les parties contractantes présentent leurs rapports qui font alors l’objet de questions orales et d’un débat permettant l’échange d’expérience. C’est la revue des pairs qui constitue l’essence de cette convention incitative qui vise à étendre les meilleures stratégies et pratiques de la gestion des déchets radioactifs et du combustible usé.

Au niveau belge, l’AFCN a mené la délégation représentant la Belgique. Celle-ci était également composée de représentants de l’organisme en charge de la gestion des déchets radioactifs, l’ONDRAF et de Bel V. La revue des pairs consacrée à la Belgique a eu lieu le jeudi 14 mai 2009. La présentation belge a consisté en deux parties. La première fut présentée par le Directeur du département Regulation, International Affairs & Development de l’AFCN, et la seconde partie fut présentée par le Directeur général d’ONDRAF. Un débat au cours duquel une quinzaine de points ont été discutés plus en détails a suivi. Le Rapporteur a ensuite consigné les débats/constatations du groupe d’examen dans son rapport, approuvé par celui-ci. Ce rapport a identifié plusieurs bonnes pratiques, des challenges ainsi que des mesures prévues pour améliorer la sûreté. Le rapport des pairs a conclu : « Des progrès continus et une approche pragmatique dans le programme belge de gestion des déchets radioactifs ». Cette réunion d’examen a fait l’objet d’une communication étendue sur le site Internet de l’AFCN : http ://fanc.fgov.be/FR/page/1150.aspx

Durant l’année 2009, la collaboration avec Bel V a encore progressé. Le nombre de collaborateurs était de 51 au début de l’année et atteignait un total de 59 fin 2009. Le tandem AFCN- Bel V se charge des inspections et des contrôles sur les sites nucléaires.

regulation, international affairs & development

Cette réforme semble avoir pris une tournure définitive en 2009. Dans un souci de mettre en œuvre les recommandations de la Chambre des Représentants d’avril 2007 sur la filialisation des activités des organismes de contrôle agréés, l’Agence avait transféré, dès avril 2008, les contrôles effectués jusqu’alors par l’organisme agréé AVN vers Bel V, sa filiale de contrôle créée entretemps. Pour compléter cette opération, l’Agence a ensuite repris en main, en juin 2009, les contrôles effectués par AVC au sein des établissements de classes I et IIA. Suite à cette double intervention, les organismes agréés ne conservent que les contrôles des établissements des classes IIB et III.

73


Regulation, international affairs & development Cellule de gestion & RIAD

Jan Michiels Hobby : J’aime passer mon temps libre dans la nature. La nature obéit à ses propres lois et cela me fascine.

AFCN / rapport annuel 09

Devise : C’est la raison qui nous guide, ce sont les émotions qui nous poussent. 

74

pour l’organigramme complet, voir page 91


75

regulation, international affairs & development


Interview Jan

Michiels Conseiller du directeur général

La réglementation constitue un des principaux outils pour assurer l’uniformité du

contrôle. Mais au fait, comment une nouvelle réglementation voit-elle le jour ?

AFCN / rapport annuel 09

Nous abordons la procédure d’élaboration de la réglementation avec Jan Michiels qui assure cette tâche au sein de l’AFCN.

76

Jan : Tout d’abord, précisons que l’AFCN ne peut elle-même promulguer de réglementation contraignante. Elle peut formuler des propositions, mais le dernier mot revient toujours à la tutelle. C’est une sorte de séparation des pouvoirs.

L’Union européenne joue sans aucun doute le rôle moteur principal. La quasi totalité de la réglementation nationale en matière de radioprotection résulte de l’adhésion de notre pays au Traité Euratom en 1957. Ce traité habilite les instances européennes à promulguer des directives contraignantes pour les Etats membres, parmi lesquels la Belgique. L’Agence suit le parcours des nouveaux projets de directives au sein des institutions européennes jusqu’à leur concrétisation : la Commission, le Comité social et économique, le Parlement, le Conseil des Ministres, etc. Ces directives doivent à leur tour être transposées en droit national dans un délai imparti. Cette mission importante est assurée par l’AFCN. Par ailleurs, des organisations internationales, comme les Nations Unies ou ses organismes spécialisés tels que l’AIEA établie à Vienne, incitent avec force et vigueur à conclure des accords internationaux et à les ancrer dans des traités ou des conventions. La Belgique s’est engagée à respecter divers traités et conventions dans le domaine nucléaire. Citons notamment le traité de non-prolifération des armes nucléaires ou encore la convention pour la répression des actes de terrorisme nucléaire. Le Parlement doit édicter une loi dans laquelle il accepte l’application d’un traité ou d’une convention dans notre pays. Ensuite, il convient de fixer les modalités pour assurer la conformité de la réglementation belge avec le texte du traité ou de la convention. L’Agence est étroitement impliquée dans les négociations qui se déroulent sur le plan européen ou international en vue d’élaborer de nouveaux textes de directives ou de conventions.

Suite à quoi établit-on de nouvelles règles ?

Procédure d’établissement de la réglementation

Les causes peuvent être très diverses : l’évolution de la technologie, des modifications institutionnelles, des lacunes constatées sur le terrain, etc. peuvent entraîner de nouvelles initiatives réglementaires.

Lorsqu’un besoin de compléter ou de modifier la réglementation est signalé, le département RIAD rédige une note dans laquelle il esquisse le problème et évalue son degré de nécessité et d’urgence. En fin de compte, le Directeur général de l’AFCN décide si


Généralement, un groupe de travail est créé au sein de l’Agence pour développer le projet. Un groupe de travail se compose d’experts dans le domaine concerné, mais également d’un collaborateur du service juridique et d’un coordinateur du département RIAD ainsi qu’éventuellement des experts d’autres services de l’Agence. Les personnes qui assurent le suivi des négociations internationales ou européennes apportent évidemment leur contribution puisqu’elles connaissent bien ce qui a été convenu à ce niveau. Ce groupe de travail élabore une première proposition. Pour les projets d’envergure, une Analyse de l’Impact Réglementaire (AIR), est effectuée. Toutes les informations utiles sont regroupées dans ce document et les avantages et inconvénients de toute éventuelle approche alternative sont analysés. Cette analyse est utile pour justifier ultérieurement les choix opérés. L’étape suivante consiste à soumettre cette proposition aux stakeholders et aux éventuels organes d’avis ayant alors leur mot à dire. La proposition est presque toujours soumise au Conseil supérieur de la Santé et au Conseil supérieur pour la Prévention et la Protection au Travail. D’autres organes d’avis ou services publics peuvent également être consultés en fonction du champ d’application de la réglementation considérée. Le groupe de travail ad hoc pèse le pour et le contre des commentaires formulés.

Du projet au Moniteur Finalement, la proposition définitive est soumise au ministre de tutelle. C’est en effet le ministre qui est chargé d’organiser la procédure d’approbation. La procédure à suivre dépend de la forme juridique sous laquelle la réglementation sera publiée : un texte de loi, un AR ou un arrêté ministériel.

Si le ministre accepte le projet que l’Agence lui transmet, il la soumet au Conseil des Ministres, éventuellement après avoir consulté, par exemple, d’autres ministres concernés, le plus souvent dans le giron de groupes de travail intercabinets. Dès que le Conseil des Ministres approuve le projet, le Conseil d’Etat est invité à rendre un avis juridique. Cet avis est pris en compte. Enfin, le texte est soumis à la signature du Roi, qui permet de le publier sous la forme d’un AR ou bien de le soumettre au Parlement dans le cas d’une loi. Dans de nombreux cas, le projet de texte de la nouvelle réglementation est également transmis à la Commission européenne, qui dispose de 90 jours pour formuler un avis. Au bout du compte, la procédure peut durer jusqu’à 2 ans. La boucle est bouclée lorsque le texte paraît au Moniteur belge. Toute nouvelle réglementation peut être consultée dans Jurion. Le département RIAD assure le suivi de l’intégralité du processus d’établissement de la réglementation, depuis la préparation jusqu’à la publication. D’autres services sont eux chargés de vérifier le respect de la réglementation sur le terrain. regulation, international affairs & development

les moyens en temps et en personnel peuvent être affectés à la réalisation du projet. L’initiative est alors intégrée dans l’inventaire des initiatives réglementaires que l’AFCN tient à jour et communique régulièrement au Conseil d’Administration, au Conseil Scientifique et aux instances de tutelle.

77


L’organisation de l’AFCN

Communication

Jens De Braekeleer Hobby : Comme les informations doivent toujours être immédiatement mises en ligne, nous sommes toujours confrontés à des deadlines. Pour évacuer la pression, rien de tel que de se défouler sur un volant de badminton.

AFCN / rapport annuel 09

Devise : Pleasure in the job puts perfection in the work.

78

pour l’organigramme complet, voir page 91


L’organisation de l’AFCN

Le contenu du site web est discuté quotidiennement au sein du service communication avant d’être actualisé.

79


Interview Jens

De Braekeleer WEBMASTER

Citons quelques modifications qui ont été apportées : • Chaque événement significatif survenant dans le secteur nucléaire est publié sur le

site web, quelle que soit son ampleur. • Pour impliquer davantage les citoyens, des applications interactives ont vu le jour. Nous

avons ainsi lancé des sites web interactifs pour TELERAD et la problématique du radon. Le site TELERAD publie les données reçues du réseau qui mesure la radioactivité 24 heures sur 24. Quant au site radon, il permet aux utilisateurs, sur base de leur code postal, d’avoir des informations à jour sur la concentration en radon dans leur région et de connaître les mesures à prendre en cas de dépassement de la moyenne. • Des blogs ont été lancés. Nous avons commencé par un blog destiné à soutenir la

AFCN / rapport annuel 09

J’ai commencé à travailler à l’Agence comme webmaster en mai 2008. Le site web

80

campagne de sensibilisation des femmes enceintes. Une équipe de médecins était chargée de répondre aux questions posées.

qui existait alors était relativement statique et il subissait une modernisation destinée à le rendre plus dynamique et à améliorer sa mise en page.

• L’information a été personnalisée en travaillant par profils. De la sorte, les groupes-

Ma première tâche a consisté à transférer tout le contenu (des centaines de pages) de l’ancien site web vers le nouveau.

La dernière évolution en date concerne la création d’une plateforme d’information qui doit améliorer la circulation de l’information vers le citoyen.

L’ancien site web ressemblait davantage à une bibliothèque principalement utilisée par les collaborateurs et les stakeholders de l’AFCN qui y recherchaient des informations.

Le Point de contact est une rubrique très visitée. Il permet d’y poser des questions avec la garantie de recevoir une réponse dans les 14 jours.

La politique de communication visait à améliorer la communication de l’AFCN sur son site web et surtout à s’adresser à un groupe plus large d’utilisateurs. L’AFCN tient à faire preuve de transparence et, à cet égard, un site web peut jouer un rôle primordial dans la mesure où il atteint de très nombreuses personnes. Les informations publiées doivent donc non seulement être d’actualité, mais également compréhensibles par tous .

Augmentation du nombre de visiteurs

cibles accèdent directement aux informations qui correspondent à leur profil.

La première année, 283.508 pages avaient été consultées. Ce nombre est passé à plus de 330.000 en 2009 et nous enregistrons actuellement chaque mois un millier de visiteurs en plus par rapport à l’an passé.


L’organisation de l’AFCN Augmentation du nombre de visiteurs

Jurion

14000 2008

Jurion est une application web qui informe l’utilisateur sur la réglementation en rapport avec le champ d’action de l’AFCN. Une partie de la réglementation nationale a été transposée de la réglementation européenne et internationale. Les textes européens et internationaux les plus pertinents ont également été repris dans l’application.

2009

12000

10000

8000

6000

4000

2000

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

Il convient d’innover en permanence. Les formulaires mis en ligne sont de plus en plus nombreux de manière à pouvoir aider rapidement et efficacement nos stakeholders. L’ascension des nouveaux réseaux sociaux retient également toute notre attention. Nous regardons comment nous pouvons en tirer profit pour atteindre les publics plus jeunes.

Jurion est une histoire de femmes. Trois d’entre elles y travaillent : deux juristes et une collaboratrice qui assure sa mise à jour.

L’organisation de l’AFCN

0

81


Jurion s’adresse à deux groupes-cibles : le personnel de l’AFCN et le public externe. Dans un premier temps, Jurion constitue un outil important pour les collaborateurs de l’AFCN qui peuvent accéder directement à la réglementation la plus récente. Ensuite, viennent les stakeholders externes, comme les exploitants et les citoyens en général ou encore les instances publiques belges et européennes.

permet d’accéder à un manuel destiné aux utilisateurs qui souhaitent apprendre à connaître l’application. Elle permet également d’effectuer des recherches avancées par mot(s) clé(s), par date, par thème ou en combinant plusieurs de ces possibilités.

Auparavant, l’AFCN ne disposait que d’un site web statique qui reprenait uniquement quelques textes de base de la réglementation relative à notre domaine de travail, à savoir la loi du 15 avril 1994 relative à la création de l’AFCN et une série d’arrêtés d’exécution de cette loi comme le règlement général de la protection de la population, des travailleurs et de l’environnement contre les dangers des rayonnements ionisants.

L’AFCN a pu utiliser le logiciel développé pour le compte du VITO (l’organisme flamand pour la recherche technologique) en vue de la mise sur pied du navigateur relatif à la législation environnementale. Ces frais ont été financés par le gouvernement flamand et grâce à la conclusion d’un accord de coopération avec le département Environnement, Nature et Energie de la Communauté flamande (LNE), l’Agence a pu disposer gratuitement du logiciel.

AFCN / rapport annuel 09

Cette nouvelle application a été mise en ligne le 14 janvier 2009. JURION est la contraction de « JURidique » et de « rayonnements IONisants ».

82

Il offre un éventail bien plus large de la réglementation et de documents connexes. Les documents connexes comportent des informations complémentaires et ils sont associés à la réglementation. Ils renvoient ainsi à des jugements et à des arrêts ou encore à des documents parlementaires, des articles, des revues ou des codes. L’historique des versions d’un texte de loi permet également de comprendre comment la version actuelle a vu le jour. Les versions historiques disponibles sont complètes depuis décembre 2006. En outre, l’application est bien plus conviviale. La page d’accueil

L’AFCN a également fait attention au coût de cet outil et, en collaborant avec les autorités flamandes, elle a pu épargner pas mal d’argent au niveau du développement de l’application.

L’application actuelle constitue donc le résultat d’un projet commun à l’AFCN, au VITO, au LNE et à HEMMIS. Un groupe de coordination composé de représentants de chacune des parties précitées vise à améliorer en permanence cette initiative.

D’où provient l’information ? Un contrat a été conclu avec Kluwer qui fournit les textes. Chaque semaine, Kluwer envoie un récapitulatif des modifications apportées à la réglementation qui concerne l’AFCN. Si les informations touchent bel et bien le domaine de travail de l’AFCN, celles-ci sont intégrées dans la base de données. La même procédure est appliquée pour la doctrine et la jurisprudence. De surcroît, des documents élaborés par l’AFCN, pouvant se

révéler utiles pour l’interprétation d’une réglementation, peuvent être directement ajoutés à la base de données.

Perspectives Le groupe de coordination examine en permanence si des améliorations peuvent être apportées. Ainsi, l’utilisateur pourra prochainement afficher les deux versions (NL et FR) d’un texte côte à côte. Cette possibilité permettra d’éviter toute nuance, aussi minime soit-elle, due aux différences linguistiques. Cette fonction est donc utile d’un point de vue juridique, mais elle est surtout pratique pour les utilisateurs sur le terrain. Une augmentation du nombre de fiches d’information sur la réglementation est également envisagée.

Records Management En 2009, l’AFCN s’est affairée à la finalisation du cahier des charges relatif à l’acquisition de systèmes dans le cadre du projet Records Management afin de pouvoir attribuer le marché au cours de cette année. L’objectif de ce projet consiste à permettre à tous les collaborateurs autorisés de l’AFCN de mettre à disposition et de consulter toutes les informations gérées par l’Agence dans le cadre de ses activités professionnelles. Le marché concernant la gestion intégrée du cycle de vie complet des documents électroniques a été attribué à Getronics. Ipromac, quant à elle, s’est vue adjuger la partie relative à l’accompagnement des changements des processus d’entreprise qui résultent de cette solution intégrée. Ces résultats ont été présentés au comité


d’audit, qui a rendu un avis positif sur le projet, et ensuite au Conseil d’Administration, qui l’a approuvé. Les adjudicataires entameront leurs activités en janvier 2010.

Transparence de la communication Lentement mais sûrement, la transparence de la communication s’est érigée en notion clé dans le secteur nucléaire. Pour cette raison, l’AFCN encourage et, au besoin, soutient une communication ouverte et permanente des exploitants vis-à-vis de leur environnement direct. En sa qualité d’autorité de contrôle, l’AFCN peaufine activement ses instruments de communication afin de mieux faire connaître ses propres activités et les événements importants. Deux de ces instruments s’avèrent primordiaux : son site web et les médias. Pour améliorer son accessibilité, la structure du site web a été optimisée. Deux profils ont ainsi été créés : un pour la population et un pour les professionnels tout en distinguant les informations pertinentes pour les différents groupes-cibles créés. Depuis mars 2009, un point de contact est disponible et 240 questions y ont déjà été postées. Par ailleurs, l’AFCN a entamé la diffusion régulière d’une newsletter externe destinée à ses stakeholders et d’une newsletter interne réservée à son personnel. Elles permettent toutes deux d’informer sur les initiatives de l’AFCN. L’AFCN tente également d’atteindre le grand public et ses parties prenantes par l’intermédiaire des médias, des journaux,

des revues, etc. En 2009, elle a notamment organisé plusieurs conférences de presse sur la campagne radon, le rapport annuel 2008, la commission de suivi OSART à Tihange, l’élimination des détecteurs de fumée, etc. L’AFCN a aussi régulièrement collaboré à divers reportages pour la radio ou la presse écrite spécialisée. Les communiqués diffusés ont chaque fois été largement relayés dans la presse. Bien que l’Agence ait déjà parcouru pas mal de chemin vers la quête de la transparence dans le secteur nucléaire, les défis qui se présentent à elle dans ce domaine restent de taille. Au niveau international, l’AFCN contribue activement aux activités du groupe de travail « Public Communication » de l’OCDE/AEN, et plus particulièrement à celles du groupe de travail « Transparency », mais également à l’initiative de l’AIEA en matière de communication qui vise à rédiger un guide sur l’utilisation de la terminologie et de la communication accessibles au public et relatives au thème de la pollution nucléaire.

Certificat ISO 9001-2000 Suite au premier audit de certification en septembre 2008, le CBC (Centre Belge de Certification) a réalisé un audit de vérification en novembre 2009 dans le cadre de notre certificat ISO 9001-2000. L’audit des 23 et 24 novembre 2009 se concentrait principalement sur : • la vérification des non-conformités et des observations for-

mulées fin 2008 par le CBC. Le résultat de cet audit est po-

L’organisation de l’AFCN

La chef de projet Records Management, Annick Deltenre, veut apporter une solution pour la gestion du cycle de vie complet des documents électroniques.

83


sitif, à l’exception de l’observation relative à l’utilisation des templates qui a été transformée en non-conformité ; • le contrôle du fonctionnement de l’audit interne (évaluation

des procédures et de l’exécution d’enquêtes de satisfaction des clients, de la gestion des plaintes, de la gestion des actions correctives et préventives) ;

Ressources humaines Fin 2009, l’AFCN comptait 147 collaborateurs, dont : 61 femmes (41%) 86 hommes (59%) La répartition par âge est la suivante :

• le fonctionnement des départements S&E et S&T ;

20 - 29

13%

• les projets d’infrastructure comme Fort Knox et la salle de

30 - 39

25%

crise, ainsi que les projets d’envergure comme Record Management, dosimétrie et CIS-2 ;

40 - 49

26%

50 - 54

10%

• les entretiens concernant la vision stratégique, les objectifs

55 - 59

16%

et le suivi des réalisations, l’existence et l’utilisation de KPI, la communication en matière de gestion et de politique qualité.

60 - 65

10%

Total

100%

Au terme de cet audit, une non-conformité et trois observations ont été formulées. • La non-conformité porte sur l’utilisation des templates et

l’identification de documents, qui ne sont pas suffisamment appliquées.

AFCN / rapport annuel 09

• Les observations concernent (i) le besoin d’une approche

84

structurée pour la résorption du retard dans le traitement des autorisations, (ii) la clarification des définitions (audits de conformité, inspections, contrôles,..) et (iii) un suivi plus efficace de la gestion de l’accès aux fichiers communs (ICT). Le prochain audit de vérification, qui doit permettre la conversion de notre certificat ISO 9001-2000 en un certificat ISO 9001-2008, est prévu pour mai/juin 2010.

Recrutement En 2009, le service HRM ne s’est pas croisé les bras puisque 16 experts ont été recrutés. Ces engagements s’inscrivaient aussi bien dans le cadre de l’extension de l’effectif que dans celui du remplacement de collaborateurs (départ ou pension) ou du campus recruitment. Pour être plus précis, les collaborateurs suivants ont été recrutés : - 1x Project Management Officer - 4x Expert Déchets radioactifs - 1x Expert /Inspecteur classe IIa

- 1x Expert /Inspecteur classe II - 3x Expert /Inspecteur classe I - 1x Inspecteur Auditing - 1x Expert Sécurité nucléaire - 1x Inspecteur Sécurité nucléaire - 1x Expert Applications médicales - 1x Médecin - 1x Directeur Santé & Environnement De surcroît, les trois profils suivants ont déjà été recrutés et doivent entrer en fonction en 2010 : - 1x collaborateur technico-administratif Communication - 1x Coordinateur RIAD - 1x Chef de service Importation et Transport

Formations L’Agence investit depuis de nombreuses années dans le développement de ses collaborateurs en leur proposant un assortiment de formations de qualité axées sur les besoins individuels. Les formations doivent permettre au collaborateur de fonctionner plus efficacement dans sa fonction, d’améliorer son expertise ou de le préparer à l’exercice d’une autre fonction dans le cadre de l’évolution de sa carrière. Les formations suivies entre le 1er janvier et le 31 décembre 2009 se répartissent comme suit :


La COP « Radiation and Health »

Expertise 14% Management 8% Compétences relationnelles 8% Efficacité personnelle 6% Langues 51% Bureautique 8% ICT autres 5%

Le groupe « Radiation and Health » est un groupe de travail multidisciplinaire horizontal (interdépartemental) à finalité scientifique qui rassemble depuis plusieurs années, sur une base volontaire, des experts de l’Agence dans le domaine de l’impact des rayonnements ionisants sur la santé et l’environnement. Ce groupe « Radiation and Health » souhaite s’assimiler à un forum qui servirait de cadre aux échanges et aux discussions sur l’évolution des connaissances et sur des analyses dans les domaines concernés. Ce groupe aborde également les implications potentielles de ces évolutions sur la réglementation ou sur le plan stratégique de l’Agence.

drine Lonnoy, Michèle Oléo, Peter Roose, Jean-François Thimus, Sven Vaneycken et Cecilia Vermeulen

Commissaire du gouvernement Nele Roobrouck

Membres du comité d’audit Marc Boeykens (président), Philippe Bouko, Sven Vaneycken et Cecilia Vermeulen

Membres du comité stratégique Antonio Caci (président), Simonne Creyf, Tom Dekeyser et JeanFrançois Thimus L’AFCN est soumise à la loi du 16 mars 1954 relative au contrôle de certains organismes d’intérêt public.

Communities of Practices (COP)

La COP « Security and Safety »

En vue de partager les connaissances en matière de « bonnes pratiques » acquises par les différents départements de l’AFCN, des groupes transversaux, appelés « Communities of Practices » ont vu le jour. L’échange interdépartemental de connaissances s’organisera autour des thèmes « Environnement and Waste » et « Security, Safety & Safeguards » qui viendront s’ajouter au groupe de travail déjà actif dans le domaine « Radiation and Health ».

Les discussions destinées à composer cette COP ont permis la mise en place d’une structure interne.

Le Conseil d’Administration de l’AFCN doit veiller au respect des dispositions de cette loi, ainsi que des dispositions de la loi sur l’AFCN.

Conseil d’Administration

Le ministre de l’Intérieur Annemie Turtelboom est ministre de tutelle de l’AFCN.

La COP « Environment and Waste » La COP « Environment and Waste » a consacré sa première séance de travail aux interventions effectuées dans le cadre du projet d’assainissement Umicore.

Au 31 décembre 2009, le Conseil d’Administration se composait comme suit :

Président Philippe De Sadeleer

Membres Marc Boeykens, Philippe Bouko, Antonio Caci, Simonne Creyf, Tom Dekeyser, Jean-François Fauconnier, Marc Leemans, San-

L’organisation de l’AFCN

Répartition par type de formation

85


Bilan au 31 décembre 2009 (montants en 1.000 €)

Actif

38.594

Passif

38.594

Actifs Immobilisés

12.861

Capitaux propres

32.772

III.

Immobilisations corporelles B. Installations, machines et outillage C. Mobilier et matériel roulant

IV.

2.394

Créances à un an au plus

AFCN / rapport annuel 09

86

B. Autres créances VIII.

Placements de trésorerie

IX.

Valeurs disponibles

X.

Comptes de régularisation

32.772

Provisions et impôts différés

612

Immobilisations financières

A. Créances commerciales

Réserves

1.782

Actifs circulants VII.

IV.

10.467

VII.

25.733

Dettes

390

IX.

357

Provisions pour risques et charges

Dettes à un an au plus

Impôts 25.050

Rémunérations et charges sociales

244 49

Autres dettes X.

1.667

4.155

Dettes commerciales

33

1.667

Comptes de régularisation

4.070 2.613 434 1.021 2 85


Compte de résultats au 31 décembre 2009 (montants en 1.000 €)

2008

2009

Evolution

17.838

19.527

+9%

95

144

+2%

17.933

19.671

9.495

8.748

-8%

10.333

11.611

+12%

1.281

1.213

-5%

-306

-94

-69%

6.442

-5.865

-

116

141

+22%

TOTAL CHARGES D’EXPLOITATION

27.361

15.754

Résultat d’exploitation

-9.428

3.918

1.435

251

-7.993

4.168

Charges exceptionnelles

4

12

Résultat de l’exercice

-7.997

4.156

Chiffre d’affaires Autres produits TOTAL PRODUITS D’EXPLOITATION Services et biens divers Rémunérations et charges sociales Amortissements Reprise de réduction de valeur sur créances commerciales Provisions pour risques et charges Autres charges d’exploitation

Charges et produits financiers Résultat courant

-83%

+200%

87


Compte de résultats : complément d’informations PRODUITS Les revenus de l’Agence se fractionnent comme suit :

Redevances 2%

Taxe ONDRAF 11% Taxes annuelles 86%

Restants 4%

Intérêts 1%

Location Divers

Le chiffre d’affaires a connu une augmentation de +9% par rapport à 2008, suite à l’indexation des taxes et à une taxe supplémentaire à la charge de l’ONDRAF pour le financement du projet « stockage des déchets radioactifs de catégorie B et C ».

CHARGES Les dépenses de l’Agence en 2009 sont fractionnées comme suit (amortissements non-inclus, investissements inclus). Les coûts de personnel représentent la part la plus importante (58%).

Autres produits Les autres produits sont principalement les revenus issus de la location des bureaux temporairement inutilisés. Produits financiers

Personnel core 41%

Le résultat financier englobe en grande partie les intérêts sur réserves et a diminué de 83% par rapport à 2008, principalement à cause de la baisse du taux d’intérêt.

Infrastructure 13%

Personnel support 17% Analyses radiologiques 9% Gestion générale (incl. ICT & Gestion personnel) 9% Projets (incl. modernisation TELERAD) 9% Gestion TELERAD 2%

AFCN / rapport annuel 09

Chiffre d’affaires

88

L’Agence est principalement financée par les taxes et redevances qui sont à charge de ceux qui bénéficient de ses prestations. Il s’agit de toutes les personnes et entreprises qui introduisent auprès de l’Agence une demande d’autorisation (pour laquelle une redevance ponctuelle doit être payée) ou qui sont titulaires d’une autorisation et bénéficient du contrôle permanent de l’Agence (pour lequel une redevance annuelle doit être payée).

Services et biens divers Les services et biens divers ont diminué d’environ 8% par comparaison avec 2008. Cette diminution s’explique en grande partie par une baisse : • des dépenses de recrutement : annonces, assessments • d es honoraires du contrôle de la radiologie (la facture pour le

dernier semestre de 2007 a été reçue juste après la clôture de la comptabilité, ce qui a amené un surcoût en 2008)


• des honoraires juridiques • du personnel interim

Rémunérations et charges sociales L’augmentation de la charge salariale provient de l’augmentation de l’effectif du personnel. Au 31 décembre 2009, 140 collaborateurs opérationnels sont en service avec un contrat à durée indéterminée. Ce nombre englobe deux fonctions qui sont doublement remplies (2 collaborateurs qui approchent l’âge de la pension et qui sont déjà remplacés pour assurer le transfert de connaissances). L’effectif du personnel est presque complet. Un poste seulement est encore vacant, à savoir le poste d’expert en déchets nucléaires. La fonction de chef de département Santé & Environnement est momentanément assurée ad interim. La procédure de sélection pour ces deux fonctions est actuellement en cours. Reprise de réduction de valeur sur créances commerciales

Par le passé, l’Agence actait une réduction de valeur de 50% pour ces créances parce qu’elle craignait de ne pas les récupérer. Le montant de la reprise de réduction de valeur actée s’élevait à 94K fin 2009.

1.000.000

Résultat de l’action de recouvrement des taxes impayées de la période 2002-2006 (évolution du montant de la créance)

900.000 800.000 700.000 600.000 €

500.000 400.000 300.000 200.000 100.000 0 28/02/2007

28/02/2008

28/02/2009

28/02/2010

Durant l’année 2009, la campagne pour la récupération des taxes impayées a progressé. Le tableau ci-dessous montre les résultats de la campagne de perception des taxes impayées de la période 2002-2006. Au total, il s’agit de presque 6000 taxes pour un montant total d’environ 1 million d’euros. 89


AFCN / rapport annuel 09

Acronymes

90

AEN Agence pour l’Énergie Nucléaire

ENSREG European Nuclear Safety Regulator Group

AFCN Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire

ETCS Emploi, Travail et Concertation Sociale

OSART Operational SAfety Review Team

AFSSAPS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (FR)

FUSA

PARAD Paratonnerre Radioactif

Faculté Universitaire des Sciences Agronomiques

matières Fissiles enrichies

GEPETO Groupe d’Encadrement Permanent pour l’Elaboration des Tâches et l’Organisation

PUN Plan d’Urgence Nucléaire

AIEA Agence Internationale de l’Énergie Atomique

QMS

Quality Management System

AIPES Association of Imaging Producers & Equipment Suppliers

IBGE

Institut Bruxellois pour la Gestion de l’Environnement

RAIS

Regulatory Autority Information System

AIR Analyse de l’Impact Règlementaire

ICRP

International Commission on Radiological Protection

ALARA As Low As Reasonably Achievable

INAMI Institut National d’Assurance Maladie-Invalidité

AR Arrêté Royal

INES

International Nuclear Event Scale

RGPRI Règlement Général sur la Protection de la population, des travailleurs et de l’environnement contre les dangers des Rayonnements Ionisants

ASN Autorité de Sûreté Nucléaire (FR)

INW

Instituut voor Nucleaire Wetenschappen

RPE

BEIR

IRE

Institut des Radioéléments

SALTO SAfe Long Term Operation

BelDARt Belgian Dosimetry Audits in Radiotherapy

IRSN

Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (FR)

SBPH

BR

Bâtiment Réacteur

ISP

Institut Scientifique de Santé Publique

SCK-CEN Centre d’Étude de l’Énergie Nucléaire

CC

Convention Commune

KPI Key Performance Indicator

SNRII

Short Notice Random Interim Inspections

CBC

Centre Belge de Certification

SPF

Service Public Fédéral

COP

Communities of Practices

LNE Het Departement Leefmilieu, Natuur en Energie van de Vlaamse Overheid

SWG

Standing Working Group

CPPMN Convention sur la Protection Physique des Matières Nucléaires

LSDG Laboratorium voor Standaarddosimetrie Gent

TNP Traité de Non-Prolifération nucléaire

NRD Niveaux de Référence Diagnostiques

UMTRAP Uranium Mill Trailings Remedial Action Program

CSPPT Conseil Supérieur pour la Prévention et la Protection au Travail

NuTeC Nuclear Technological Center

US-NRC US-Nuclear Regulatory Commission

OCAM Organe de Coordination pour l’Analyse de la Menace

VBT Vlaamse Beroepsvereniging Tandartsen

CSS

Conseil Supérieur de la Santé Dose Area Product

OCDE Organisation de Coopération et de Développement Économique

VITO Vlaamse Instelling voor Technologisch Onderzoek

DAP DBT

Design Basis Threat

OMS Organisation Mondiale de la Santé

WENRA Western European Nuclear Regulators’ Association

Biological Effects of Ionizing Radiation (VS)

DG TREN Direction Générale Énergie et Transport

ONDRAF Organisme National des Déchets Radioactifs et des

Résonance Paramagnétique Électronique Société Belge des Physiciens d’Hôpitaux

VVT Verbond der Vlaamse Tandartsen


Organigramme

AFFAIRES JURIDIQUES & TRADUCTIONS Kristel Geerts Kristel.geerts@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 21 11 Gerda.vanbiesen@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 21 02

DIRECTEUR GÉNÉRAL Willy De Roovere Willy.deroovere@fanc.fgov.be Marion.vinck@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 21 00 Gerda.vanbiesen@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 21 02

PRÉVENTION & PROTECTION AU TRAVAIL Walter Blommaert Walter.blommaert@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 20 72 Jean-pierre.wouters@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 21 90

REGULATION, INTERNATIONAL AFFAIRS & DEVELOPMENT Yvan Pouleur Yvan.pouleur@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 21 11

ETABLISSEMENTS & DÉCHETS Manfred Schrauben Manfred.schrauben@fanc.fgov.be Helga.herman@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 20 37

CELLULE DE GESTION Jan Michiels Jan.michiels@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 21 10 AUDIT INTERNE Laetitia Vereecken Laetitia.vereecken@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 20 22 COMMUNICATION Corinne Souwer Corinne.souwer@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 21 34 Karina De Beule Karina.debeule@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)475 48 05 98

SÉCURITÉ & TRANSPORT Rony Dresselaers Rony.dresselaers@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 21 11 Martine.sleeuwaert@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 20 43

SANTÉ & ENVIRONNEMENT Edward Smit (a.i.) Edward.Smit@fanc.fgov.be Sabine.rousseau@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 21 51

SUPPORT Willy De Roovere

ETABLISSEMENTS NUCLÉAIRES DE BASE An Wertelaers An.wertelaers@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 21 73 Christiane.fieremans@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 21 71

IMPORTATION & TRANSPORT Guy Lourtie Guy.lourtie@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 20 18 Sylvie.toubeau@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 20 66

PROTECTION DE LA SANTÉ An Fremout An.fremout@fanc.fgov.be Marie-claire.meerkens@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 20 70

FINANCES, ICT & LOGISTIQUE Wim Oyen Wim.oyen@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 21 11

GESTION GÉNÉRALE & STOCKAGE DES DÉCHETS Walter Blommaert Walter.blommaert@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 20 72

SÉCURITÉ – ORIENTATIONS & STRATÉGIE Mireille Claeys Mireille.claeys@fanc.fgov.be Martine.sleeuwaert@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 20 43

SURVEILLANCE DU TERRITOIRE & RAYONNEMENT NATUREL Michel Sonck Michel.sonck@fanc.fgov.be Sabine.rousseau@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 21 51

HRM Jean-Maurice Boone Jean-maurice.boone@fanc.fgov.be Isabel.dekesel@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 21 15 Nicole.nelissen@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 20 78

SÉCURITÉ – AUTORISATIONS & CONTRÔLE Ludo Carnas Ludo.carnas@fanc.fgov.be Annick.blomme@fanc.fgov.be Tel.: +32(0)2 289 20 52


Coordination et rédaction finale : Service Communication (AFCN) Redaction : Service Communication et Départements (AFCN) Photos : Jean-Michel Byl Design : Trinome.be Impression : Hayez Nos remerciements pour les photos à : la Clinique Saint-Jean, les centrales nucléaires Electrabel de Tihange et de Doel, l’IRE et Belgoprocess. Editeur responsable : Willy De Roovere Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN) Rue Ravenstein 36, B-1000 Bruxelles Une version électronique de ce rapport est disponible sur le site de l’AFCN à l’adresse : www.afcn.fgov.be/rapportannuel Dit rapport is beschikbaar in het Nederlands. Des exemplaires supplémentaires de ce rapport peuvent être demandés auprès du Service Communication (02/289.20.30). Ce rapport a été imprimé sur papier 50% recyclé et 50% certifié FSC.


Rue Ravenstein 36 B-1000 Bruxelles TĂŠl. : +32 (0)2 289 21 11 Fax : +32 (0)2 289 21 12 www.afcn.fgov.be info@afcn.fgov.be www.afcn.fgov.be/rapportannuel


AFCN - Rapport annuel 2009