__MAIN_TEXT__

Page 1

French Edition 2016 - ISSN: 2501-9945

Quality Business

Cluj-Napoca, , la capitale de l innovation


Un projet de : Transylvania Today et Cluj Today Associations avec le soutien de la Mairie et du Conseil Local de Cluj-Napoca Chef de projet : Rada Morar Responsable éditorial : Bianca Pădurean Rédacteur en chef : Claudiu Pădurean Traducteurs : Andreea Bianca Urs et Alexandra Gabor (L’Institut Français à Cluj-Napoca) Relecture en anglais : Elizabeth Dilts Imprimé par:

ISSN: 2501-9945


Éditorial

La ville de l’innovation

C

luj est devenu, ces dernières années, l’une des plus dynamiques

communautés de l’Europe Centrale et de l’Est.

CLUJ

Cluj est devenu un pôle national d’augmentation dans l’industrie IT, et les estimations des spécialistes consultés par Paris Match montrent que 20,000 personnes travaillent ou se préparent pour travailler dans ce domaine. De même, Cluj est une ville des jeunes. Dans les universités de Cluj, il y a environ 100,000 étudiants Licence, Master et PhD, outre qu’il y a les élèves des lycées et écoles professionnelles. Les jeunes représentent environ un tiers des 500,000 gens qui habitent à Cluj. En 2015, Cluj a été Capitale européenne de la Jeunesse, projet qui a eu un grand succès. Grâce aux jeunes, à Cluj sont organisés les plus grands festivals de musique moderne de la Roumanie : Untold, Electric Castle, Jazz in the Park, TIFF ou Comedy Cluj. De même, à Cluj, il y a les unes des meilleures universités de cette partie de l’Europe, capables de réaliser de projets de recherche scientifique très importants. Tout ça esquisse le profil d’une ville jeune, dynamique et novatrice. C’est un profil conforme à une future Capitale Européenne de l’Innovation qui fait de Cluj-Napoca un concurrent sérieux pour ce titre européen. 3

Transylvania Today


Interview

COSTIN BORC: “La Roumanie est plus interessante que jamais pour les investissements étrangers!” Costin Borc, ingénieur et économiste roumain, vicepremier ministre et ministre de l’Economie, du Commerce et du Tourisme du cabinet Ciolos, déclare que la Roumanie est favorable aux investissements étrangers. Monsieur Costin Borc, la Roumanie est-elle de nouveau attractive pour les investisseurs étrangers ? “Non seulement que la Roumanie est toujours attractive, mais elle l’est plus que jamais! Je ne voyage pas beaucoup à l’étranger, mais pourtant j’ai eu l’occasion de me retrouver à plusieurs reprises en Allemagne, dans le land Wurttemberg, par exemple, à Dusseldorf ou à Berlin ou j’ai rencontré des investissseurs européens et ils étaient tous d’accord que la Roumanie est une destination très attractive grace à la qualité de la main-d’oeuvre,ainsi qu’ à l’état général de notre économie.” Pourquoi les investisseurs français tout comme les Hollandais ou les Allemends choisissent-ils la Transylvanie et non la Moldavie ou la Dobroudja ? Qu’en pensez-vous ? “L’une des raisons est –il ne faut pas hésiter de l’avouer- l’infrastructure et la logistique !Vous n’ignorez pas que parmi les compagnies établies enTransylvanie, il y en a beaucoup qui sont liées à l’industrie de l’automobile ou à d’autres industries qui ont des chaines de livraison, des logistiques très strictes.Par conséquent, il est préférable d’etre le plus près possible de l’endroit ou il faut livrer ses produits. Mais cela ne veut pas dire que la Transylvanie soit la seule région qui attirre des investisseurs étrangers. Le gouvernement roumain fait de son mieux pour aider,pour épauler les investissements dans les autres régions; et cela se fait en appliquant divers schémas de politiques publiques , comme l’aide de la part de l’Etat, ou des schémas du domaine du développement régional. ” Est-ce que vous avez un conseil pour Auriez-vous quelques conseils pous les gens d’affaires qui cherchent des endroits favorables aux investissements, dans l’Europe centrale ou orientale ? Transylvania Today

4

les normes,traités, partenariats commerciaux, etc. Une autre activité envisagée consiste à organiser des rencontres régionales auxquelles participent les attachés commerciaux des ambassades étrangères à Bucarest , les attachés roumais auprès de ambassades des pays que nous visitons,les autotités “Je pense que de nos jours, la Roumanie locales,les représentants du département est l’un des pays les plus propices aux investissements de toute l’Europe Centrale de Bussines Romania, les agents de développement régional ainsi que les et de l’Est. Je l’affirme en ayant en vue la investisseurs et les exportateurs locaux. disponibilité de la main d’oeuvre qualifiée Les autorités locales y pourraient tout comme le fait que la Roumanie est faire connaitre leurs opportunités, très ouverte aux investissements directs. promouvoir leurs parcs industriels, les Ce que nous voulons, c’est de promouvoir exportateurs apprendront les nouveautés, des investissemens durables à long terme. etc. Les attachés commerciaux roumains Si quelqu’un vient dans le but de trouver y pourront faire connaitre leur message, une destination bon marché ou il puisse produire deux ou trois années, je ne pourrais d’une manière claire, ainsi que la liste .” pas le décourager mais l’y encourager, non Quel serait le domaine ou les entreprises plus.C’est sa décision d’affaires. Mais ce roumaines pourraient exceller à niveau global? que nous voulons particulièrement , c’est d’encourager les gens d’affaires qui envisagent “De nos jours on travaille dans un monde d’investir à long terme, qui veulent s’établir globalisé. Par conséquant, meme quand on à long terme en Roumanie, qui désirent parle de IT, on n’envisage qu’une partie du construire une relation à long terme avec problème.Ce que la Roumanie devrait faire, la main d’oeuvre, qui aient déjà un projet à mon avis, serait d’utiliser son immense d’affaires qui leur permette de s’étendre en potentiel de développement - comme celui réinvestissant tous les ans leur profit.” de l’industrie de l’automobile – et l’allier à l’IT. On devrait avoir des grappes qui incluent les universités,les entreprises petites “... la Roumanie est et moyennes, les producteurs industriels, les start-up ainsi que les compagnies novatrices. une destination très Il y a le Projet Junker, les fons européens pour attractive grâce à la les investissements stratégiques qui peuvent aider le développement. En voila un aspect qualité de la mainque je considère comme très important:IT d’œuvre, ainsi qu’à pour l’industrie de l’automobile afin de créer des voitures connectés, autonomes. l’état général de Un autre domaine qui serait interessant est cellui de l’énergie: des sollutions intelligentes, notre économie. novatrices, l’énergie verte. Un troisième domaine serait celui lié à l’ouverture de la fabrique d’hélicoptères de Brasov, ou le Comment envisagez-vous à aider les président François hollande a participé.C’est exportateurs roumains ? une idée en herbe qui nou fait penser aux usines Renault – Dacia d’il y a quinze ans. “Nous avons déja lancé un site appelé Il y s’agit de réaliser un produit made in InvestRomania.gov.ro et nous sommes Roumania et pas d’une chaines de production en train de lancer un autre,Trade Romania.ro.gov, dédiés aux exportations pour les composants des héllicoptères Airbus. En voila pouquoi ce développement rend et ou toutes les compagnies trouveront interessante toute l’industrie aéronautique.” T des informations sur les destinations,


Interview

COSTIN BORC: “Romania is More Interesting for Foreign Investment than Ever!” Mr. Deputy Prime Minister, is Romania still attractive to foreign investors ?

want is to promote sustainable investments over the long term. If someone comes up with the idea of finding a cheap destination “Not only is Romania still attractive for where they can produce for two or three foreign investors, but it is also more attractive years and then move to another cheaper than ever! I don’t travel abroad a lot, but destination, I will neither discourage nor I’ve had the opportunity to be in Germany encourage them to do so. It is a business several times, for example in the Land decision. It’s just as simple as that. But Wurttemberg in Dusseldorf, at an economic certainly we want to encourage people who mission to Berlin where I met with other want to invest in the long term, who want investors in Europe and what they told me is to remain in Romania for a long time and that Romania is a very attractive destination build a long term relationship with the due to the quality jobs and because of the workforce. We encourage those who have a general state of the economy.” good business plan and want to expand by reinvesting profits year after year.” Why do you think French investors, but also those from Germany and the How do you intend to support Netherlands, are choosing Transylvania Romanian exporters ? instead of Moldova or Dobrogea ? “We launched a site called InvestRomania. “One reason is - and we should not be gov.ro and we are preparing the launch afraid to talk about it - represented by the of another site called TradeRomania. infrastructure and logistics. You know gov.ro dedicated to export, where all that many of the companies established in companies that want to export will find Transylvania are related to the automotive information including export destinations industry or other industries that have very rules, treaties, trade partnerships and other strict supply chains and logistics. So it is useful information. Another thing we do better to be as close to the factory where is to organise regional meetings which will you have to deliver the goods. But this does bring together commercial attaches from not mean that Transylvania is the only the foreign embassies in Bucharest, our place that attracts network of commercial foreign investors. The attaches from the Romanian Government “... Romania is a very countries they target is doing everything the local authorities, attractive destination with it can to support this people from the Business through various schemes due to the quality Romania Department, of public policies, such jobs and because of covering trade and as state aid or other foreign investment, the general state of schemes in regional regional development development to support the economy. agencies, local investors investment in other and local exporters. Local regions of Romania.” authorities will be able to promote things like industrial parks which Do you have any advice for foreign we have, exporters will learn new things, businessmen seeking to invest in Central and Romanian commercial attaches will and Eastern Europe ? have a clear message and a list of companies which they can promote when they return “I think that today Romania is one of to the countries they work in.” the most interesting places in Central and Eastern Europe to invest. I say this How would you characterize the because of the availability of a well-qualified meetings you have had in Germany ? workforce, but also because Romania is very open to direct foreign investment. What we “For me, the meetings were successful. I am

Costin Borc, Romanian engineer and economist, is the Deputy Prime Minister and Minister of Economy, Trade and Tourism in the Ciolos Cabinet.

not a marketing specialist, but it is important that I participated in events where I could present Romania to people who want to invest in our country. From my point of view, such meetings should continue.” In what areas could the Romanian companies be very good players globally ? “Today we work in a globalized world. So even when talking about IT, we are just talking about only part of the problem. I think what Romania should exploit is its huge potential for development in areas such as automotive combined with IT. We must have clusters in which there should be universities, small and medium local suppliers, large industrial manufacturers, start-ups and innovative companies. Then, with this medium we should connect with the financial platform. There is the Juncker Plan; also there are the European funds for strategic investments that can help development. Here is a subject that I consider very important: IT for the automotive industry, to create connected autonomous cars. Then, another area that could be interesting is energy: smart solutions, innovative, green energy.” T 5

Transylvania Today


Interview

Cluj-Napoca, de Capitale économique de la Transylvanie à la de Capitale de l’innovation Emil Boc, le maire de Cluj-Napoca, parle dans l’entretien suivant de nombreux avantages de vivre, d’apprendre et d’investir dans la ville. La ville a attiré ces dernières années des investisseurs de très haut niveau. Pourquoi pensez-vous qu’ils ont choisi cette destination d’affaires? Quelles sont les principaux atouts de la ville ?

recherchée par de nombreux touristes. Les atouts de la ville sont géographiques, des atouts liés à l’administration et l’infrastructure, mais tout d’abord par les qualités humaine - nos concitadins sont dynamiques et instruits et la Marie “Cluj-Napoca est une ville qui offre de investit chaque année dans l’éducation, nombreuses opportunités, non seulement un quart des taxes et des impôts perçus. pour les hommes d’affaires ou les L’aéroport de Cluj-Napoca est devenu un investisseurs, mais pour tous ses habitants. important carrefour aérien qui fournit des La ville de Cluj-Napoca est devenue ces dizaines de routes internationales pour dernières années non seulement l’une plus d’un million et demi de passagers par des destinations préférées d’affaires, de an. L’administration locale est également la Roumanie mais aussi une destination constamment préoccupée d’assurer une recherchée par les jeunes pour les études, une infrastructure routière de qualité et le destination pour les services médicaux de principal objectif a été de positionner qualité et même une destination touristique la future ceinture métropolitaine, de 38

kilomètres, parmi les priorités nationales du gouvernement roumain. Offrir des services publics de qualité, efficients, y compris dans la relation avec les investisseurs, représente une autre préoccupation constante de l’administration. Dans cette relation avec les investisseurs, la Mairie veut apporter plus d’ouverture, de soutien et de transparence et d’éviter la bureaucratie inutile. La confiance des hommes d’affaires dans notre ville, dans les compétences et le talent des gens de Cluj, vaut notre ouverture et notre entière disponibilité. Pour une correcte information, nous avons offert aux investisseurs des informations de qualité, officielles, concernant le milieu d’affaires de la ville de Cluj-Napoca, de sa région métropolitaine et même de la région nord-ouest, sur la nouvelle plate-forme www. clujbusiness.ro. Nous avons un dialogue permanent avec les investisseurs dans le

Le mairie de Cluj-Napoca Transylvania Today

6


Interview

cadre des nos relations avec les 10 clubs d’affaires étrangers présentes en ville, dans le cadre des visites diplomatiques que nous recevons à la Mairie de la ville de ClujNapoca, mais aussi nous essayons de garder la porte ouverte à tous ceux qui ont besoin de notre soutien. Nous souhaitons que les investisseurs soient non seulement nos partenaires dans le développement de la ville, mais surtout des membres respectés et impliqués de notre communauté. Les investisseurs ne sont pas seulement nos visiteurs, nous voulons les avoir parmi nous, longtemps. Nous souhaitons pour les étrangers de se sentir à Cluj-Napoca comme chez eux - en fait, la ville de Cluj-Napoca a été désignée comme la ville de l’Europe la plus conviviale envers les étrangers : 91% des habitants ont une perception positive à l’égard des étrangers.”

stimulation de l’économie locale sera apportée par Cluj Innovation City, une plate-forme de recherche et des affaires qui créera à moyen et long terme plus de 20.000 emplois dans les domaines de la technologie, l’éducation et des services. Notre objectif pour Cluj Innovation Ville est de devenir le plus moderne parc technologique d’Europe centrale et de l’est. Un autre important atout de la ville de ClujNapoca est le partenariat entre la Mairie de la ville et le Conseil du département de Cluj, qui essaient de se compléter mutuellement, de valoriser d’une manière coordonnée leurs ressources. Un exemple récent de partenariat entre les deux institutions est de réaliser le projet du plus grand Centre international des congrès, des conférences et des expositions de la Roumanie.” Quelles politiques publiques promouvoir dans les années à venir pour maintenir l’attractivité de Cluj ?

Quelles sont les atouts de la ville dans la compétition globale d’attirer de nouvelles ressources pour le développement ? “Nous croyons que la prédictibilité est particulièrement importante pour les “Il y a deux ans, Cluj-Napoca a remporté le investisseurs et nous garantissons le prix Capitale économique de la Transylvanie, maintien des mêmes politiques, basées sur décerné lors du Gala Forbes Romania la transparence et l’ouverture totale. Nous Best Cities for Business 2014”. Les raisons continuerons à investir dans la modernisation significatifs de la ville de Cluj-Napoca pour de l’infrastructure, à maintenir les taxes cette distinction ont été notamment le milieu et les impôts locaux au niveau minimum universitaire exceptionnel, les programmes autorisé par la loi, nous n’introduisons pas de spécialisation d’un haut niveau, la mainde nouvelles taxes et nous maintiendrons les d’œuvre qualifiée, le développement de facilités pour la construction des bâtiments l’infrastructure, une administration locale verts. La Mairie de la ville de Cluj-Napoca ouverte, transparente et responsable, qui offre continuera à investir dans l’éducation et des facilités pour les investisseurs. Le plus continuera le partenariat avec les universités, important des nos atouts est certainement afin d’offrir aux investisseurs la main-d’œuvre le facteur humain, les compétences, le qualifiée dont ils ont besoin. talent et l’éducation des habitants de Cluj, en particulier des jeunes - dont beaucoup La Mairie de la ville de Cluj-Napoca ont une expérience de stages ou emplois poursuivra le dialogue avec les investisseurs internationaux dans les grandes entreprises étrangers dans le cadre des conseils de l’Europe occidentale ou des États-Unis. La d’affaires et lors des réunions consultatives Mairie de la ville de Cluj-Napoca a toujours organisées à diverses occasions. mis en valeur et continue de soutenir un Nous continuons surtout à investir dans partenariat réel, ouvert avec les universités, le l’augmentation de la qualité de vie à moteur de développement de la ville de Cluj- Cluj-Napoca qui permettra d’attirer plus Napoca. Les diplômés issus des 10 meilleures de personnes qualifiées et bien formées universités de la ville avec plus de 300 de dans notre ville d’une part et de fournir de spécialisations, construiront la ville de demain. bonnes conditions pour ceux qui veulent Afin d’assurer la corrélation entre la demande venir investir et vivre à Cluj-Napoca de du marché du travail et l’offre du système l’autre part.” d’enseignement supérieur, la Mairie de la ville a établi un accord de collaboration avec Pourquoi les hommes d’affaires allemands l’Université Babeș-Bolyai, essayant de fournir et français investiraient à Cluj ? aux investisseurs le soutien dont ils ont besoin dans leur travail. “Pour les mêmes raisons que tout investisseur étranger doit être au courant Une importante contribution pour la des possibilités offertes par Cluj-Napoca

Emil Boc, le maire de Cluj-Napoca

“Notre objectif pour

Cluj Innovation City est de devenir le plus moderne parc technologique d’Europe centrale et de l’est.” : une administration ouverte, la maind’œuvre qualifiée dans divers domaines, une extraordinaire pépinière des spécialistes en IT - chaque année mieux préparés et plus orientés vers la performance, l’appui économique pour toute la région généré par les fonds européens à l’utilisation desquelles nous sommes particulièrement attentifs. Dans le domaine de la culture, les clujois sont très proches du monde culturel allemand que de celui français. Notre rapprochement avec la langue et la discipline allemande est du à notre histoire commune que nous partageons en tant qu’habitants de la Transylvanie, avec Mitteleuropa. Nous sommes liés à la France par l’éducation, par nos langues avec une origine latine commune. Les investisseurs allemands et français, ont donc une raison en plus de se sentir chez eux à Cluj-Napoca. L’ invitation ne peut pas être refusée.” T 7 Transylvania Today


Interview

Cluj-Napoca, between Economic Capital of Transylvania and Capital of Innovation

Emil Boc, the mayor of Cluj-Napoca, talks in the following interview about the many benefits of living, learning and investing in the city.

The city has been attracting high-profile investors over the past few years. Why do you think they chose this business destination? What made them stay? “Cluj-Napoca is a city that offers many opportunities, not just to businessmen or investors, but to all its inhabitants. Over the past few years, the Municipality has become not only one of the favourite destinations for business in Romania, but also a highly desirable destination for young people for their studies, a destination for quality healthcare and even an interesting tourist destination for many people. The city’s strengths are geographical, administrative, infrastructure, but first of all human – Cluj people are hardworking and well prepared, and the City Hall invests a quarter of the taxes collected each year in education. Cluj-Napoca Airport has become an important hub, which provides dozens of international routes for over one and a half million passengers per year. The local administration is also constantly concerned to ensure a high quality road infrastructure and the main objective has been to make a national priority out of the future 38-kilometer long metropolitan belt. Providing quality, efficient public services, including investor relations, is another ongoing concern of the administration. In this relationship with investors, the City Council wants to bring more openness, support and transparency and avoid unnecessary bureaucracy. The confidence of businessmen in our city, in the skills and talent of the locals, deserves our openness and our full availability.

Cluj-Napoca City Hall

Transylvania Today

8

For correct information, we have provided investors with high-quality, official data concerning the business community of the city of Cluj-Napoca, its metropolitan region and even the northwest region, on the new platform www.clujbusiness.ro.


Interview

We have a permanent dialogue with investors as part of our relations with the 10 foreign business clubs present in the city, as part of diplomatic visits that we receive at the City hall of Cluj-Napoca, but also we try to keep the door open to all those who need our support. We want investors to be not only our partners in the development of the city, but above all to be respected and involved members of our community. Investors are not only our visitors, we want to have them among us, for a long time. We wish for foreigners to feel at home in Cluj-Napoca - in fact, the city of Cluj-Napoca has been designated as the most friendly city to foreigners: 91% of the population have a positive perception with regard to foreigners.”

with more than 300 specializations their graduates are those who will build tomorrow’s Cluj. The City Hall entered into a collaboration agreement with BabeşBolyai University in order to ensure the correlation between the labour market requirements and the offers of the higher education system, so that investors benefit from the support they need in their work.

“At Cluj Innovation City we aim to become the most modern technology park in Central and Eastern Europe.”

Cluj Innovation City will have an important Emil Boc, contribution to the local economy, a mayor of Cluj-Napoca research and business platform that will create over 20,000 jobs in technology, education and services over the medium and long term. At Cluj Innovation City we The City Hall will also continue the aim to become the most modern technology dialogue with foreign investors within business committees and consultative park in Central and Eastern Europe. meetings organized on various occasions. I think that another important advantage What are the city’s advantages in the of Cluj is the partnership between the City We are continuing to invest in improving global competition to attract new Hall and Cluj County Council, which try to the quality of life in Cluj-Napoca, which resources for development? complement each other, to use their resources will attract more qualified and well-trained people to our city on the one hand and at the best in a coordinated manner. A provide good conditions for those who “Cluj-Napoca was awarded the ‘Economic recent example is the project of the largest Capital of Transylvania” Prize two years International Centre of Congress, Exhibition want to invest and live in Cluj-Napoca.” ago, at the “Forbes Romania - Best Cities and Conference in Romania, which Cluj for Business in 2014” Gala. Cluj’s important County Council and Cluj-Napoca City Hall Why should French businessmen invest in Cluj? strengths, underpinning this distinction, aim to establish in partnership.” were particularly the exceptional academic “For the same reasons that any foreign environment, specialization programs at the What kind of public policies will you highest level - the highly skilled workforce, promote in the coming years to maintain inFor the same reasons that any foreign investor should acknowledge the improved infrastructure, open, transparent Cluj’s attractiveness? opportunities offered by Cluj-Napoca: and accountable local administration, open administration, a workforce skilled providing facilities for investors. I have “We believe that predictability is in various fields, a great nursery of IT no hesitation in stating that our most particularly important to investors, specialists - better trained and performanceimportant advantage is the human factor, therefore we guarantee to maintain the the skill, talent and education of Cluj same policies based on total transparency oriented every year, economic momentum people, especially the young - many of and openness. We shall continue investing for the entire region as a result of the particularly careful use of EU funds. whom enjoy the experience of international in infrastructure modernization, we shall internships or work in major companies maintain the local taxes to the minimum from Western Europe or the United States. level allowed by law, we shall not introduce In the field of culture, the Romanians and particularly the Cluj inhabitants are very new taxes and we shall maintain facilities close both to the German and French cultural Cluj-Napoca City Hall has always for the construction of green buildings. world. We are bound to France by education, campaigned for and still maintains a City Hall will continue to invest in real, substantial partnership with the education and will preserve the partnership by our languages with a common Latin origin. universities, which are the engine of Cluj with the universities to offer investors the This is one on the many reasons French investors feel at home in Cluj-Napoca.” T development. Cluj has 10 top universities, highly skilled workforce they need.

9

Transylvania Today


Interview

Luca Niculescu : “Nous souhaitons plus de PME françaises en Roumanie mais également plus de PME roumaines en France” lancer, une saison culturelle commune roumaine-française. Cela signifie que, pendant plusieurs mois, la Roumanie <<brillera>> en France (et la France en Roumanie). Des spectacles, des expositions, des livres, des événements de toute sorte, célébrant les Le partenariat stratégique françaisvisite que le président François Hollande a 100 ans depuis la création de la Roumanie roumain, a reçu une nouvelle feuille de fait à Ghimbav où Airbus a des importants moderne. Il s’agit de l’histoire mais aussi du futur - nous voulons présenter une image route et une nouvelle dimension. Quels sont investissements. Au fait, il faut souligner les éléments qui concernent la coopération que toutes les grandes entreprises françaises de la Roumanie d’aujourd’hui, nous nous concentrons sur la création contemporaine économique, scientifique et culturelle? présentes en Roumanie y sont restées mais aussi sur la recherche et l’innovation.” en dépit de la crise économique d’il y a “Tout d’abord, l’année 2016 a été une année quelques années. En parallèle aux grandes Pendant les dernières années, le volume des remarquable en ce qui concerne la relation entreprises implantées en Roumanie, relations bilatérales est augmenté. Quelles bilatérale: deux visites en France du premier on souhaiterait aussi une présence plus ministre roumain, Dacian Cioloș, la visite dynamique des PME françaises et surtout sont les fait essentielles que les hommes d’affaires roumains doivent connaître pour d’état - la première à ce niveau dans les vingt des PME roumaines en France. exporter en France? Et aussi les français qui dernières années - du président François Hollande en Roumanie, la signature d’une Sur le plan scientifique, vous avez remarqué veulent exporter en Roumanie? feuille de route, comme vous le disiez, du la visite effectuée par les deux présidents à Partenariat Stratégique, des multiples visites Mãgurele. Le partenariat dans le domaine des “Les échanges commerciaux continuent à croître et c’est une bonne chose. En 2015 les bilatérales des ministres et des parlementaires. lasers de grande intensité, le projet ELI est échanges commerciaux ont augmenté, de Du point de vue économique, on désire une priorité évidente. En ce qui concerne la également étendre dans d’autres domaines les culture, il nous attend « la Saison », comme 5,20% par rapport à l’année précédente et en 2014 ils avaient déjà augmenté de 5% par coopérations de succès comme celle de Dacia on l’appelle dans le jargon. rapport à 2013. Pour l’année en cours, je Renault. Dans ce sens, je me souviens, de la Le premier Décembre 2018 nous allons peux vous dire que la tendance à la croissance continue. De plus, il s’agit d’une balance équilibrée avec un léger excédent en faveur de la Roumanie, concrètement, nous exporterons vers la France plus que nous importerons. Nous prévoyons pour cette année des échanges s’élevant à un montant d’environ 8 millions d’euros.

L’Ambassadeur de la Roumanie à Paris parle de bonnes relations économiques entre la Roumanie et la France : les produits roumains, populaires en France.

L’ambassadeur Luca Niculescu a présenté ses lettres de créance au président François Hollande Transylvania Today

10

Les hommes d’affaires roumains intéressés par la France, doivent savoir que c’est un grand marché, de plus de 60 millions d’habitants, un pays avec un PIB de plus de 2 billions d’euros. Dans un pays où beaucoup de monde veut être présent, la compétition est grande. Au-delà des aspects purement commerciaux et économiques il y a aussi un aspect culturel. Je crois que c’est très important qu’une entreprise qui veut faire des affaires en France envoie des représentants qui parlent la


Interview

Luca Niculescu L’Ambassadeur de Roumanie à Paris

langue française. Il est possible que dans une aux autorités de Cluj dans ce sens? compétition difficile, la francophonie soit l’avantage pour gagner. “ “En général, je crois qu’il est bien de communiquer sur les points forts que l’on Quels sont les avantages avec lesquels a, parce qu’il y a une grande concurrence! la Roumanie réussit à attirer toujours Cluj est une ville connue en France pour des investissements de capitaux l’innovation, premièrement grâce à l’IT. Il y français si consistants? a de nombreux articles que j’ai eu l’occasion de voir dans des publications importantes “La Roumanie est le pays avec la plus forte comme: Paris Match, Les Échos, State fr. croissance économique en Europe cette sur la ville de Cluj, présentée comme un année et a eu aussi 5 années consécutives <<Silicon Valey d’Europe>>. Le début de croissance. Il existe toutes les prémisses est donc fait, on devrait continuer sur la que l’économie marche bien. Il y a la stabilité même route. En ce qui concerne la relation législative, la stabilité fiscale, une fiscalité avec la France, une bonne chose serait si avantageuse par rapport aux autres pays. le jumelage entre Cluj et Nantes était plus Le coût du travail est encore plus petit utilisé, une ville très dynamique, d’où sont en Roumanie qu’ailleurs; bien entendu, venus beaucoup d’investisseurs étrangers nous souhaitons la hausse des salaires et la en Roumanie. Depuis peu de temps nous diminution le plus rapidement des décalages avons un consul honoraire à Nantes, par rapport à l’Europe Occidentale. La madame Dauphin-Lazar, qui est très active Roumanie n’est pas un pays dans lequel on et enthousiaste. “ vient seulement à cause des salaires bas. La compétence et l’intelligence roumaine “La Roumanie est représente une forte valeur ajoutée, et les le pays avec la plus investisseurs s’en rendent compte. De plus, il y a beaucoup de francophonie et de forte croissance francophilie en Roumanie. “ En 2015, Cluj a été la Capitale Européenne de la Jeunesse et actuellement c’est la seule ville de Roumanie qui a déposé sa candidature pour le titre de Capitale Européenne de l’Innovation. Quels sont les conseils que vous donnez

économique en Europe cette année et a eu aussi 5 années consécutives de croissance”

Vous avez une très riche expérience comme journaliste. Dans ce contexte, quels sont les éléments qui définissent l’image de la Roumanie dans l’opinion publique? Comment est-ce qu’on peut améliorer cette image? “Je pourrais dire qu’il n’existe pas une seule image, comme il n’existe pas une seule opinion publique. La Roumanie est un pays qui <<est connu>> en France. J’ai des collègues ambassadeurs qui m’ont dit qu’ils voudraient que leurs pays soit aussi connus en France comme la Roumanie l’est. La cinématographie roumaine est très applaudie de beaucoup de français, les films roumains apportent plus de spectateurs dans les salles en France que dans les salles en Roumanie. Les médecins roumains, qui sont très nombreux, sont très appréciés. Il y a des milliers de médecins roumains qui sauventv des vies et qui traitent chaque jour des milliers de patients français - et en même temps ils représentent un élément important pour véhiculer une image positive. Il est sûr que parfois il existe des clichés et des stéréotypes, mais nous essayons par tout ce que nous faisons à l’ambassade, de montrer que la Roumanie est un pays dynamique, un pays avec une forte croissance économique où le sentiment européen est fort. Honnêtement, je compte beaucoup sur la saison culturelle commune de 2018-2019 pour que la Roumanie soit encore plus connue en France.” T 11

Transylvania Today


Interview

Credit foto : Arnaud Chicurel

Luca Niculescu: “We Want More French SMEs in Romania but also More Romanian SMEs in France” The Romanian Ambassador in Paris talks about the prodigious economic relations between Romania and France: Romanian products are in great demand in France.

areas of successful cooperation such as Dacia Renault. I recall, in this regard, the visit made by President Francois Hollande to Ghimbav where Airbus has an important investment.

In fact, it should be stressed that all major French companies are present in Romania, and that none has left our country despite the crisis a few years ago. But beyond the large companies rooted in Romania, we would like to have a more dynamic presence of the French SMEs and, The French-Romanian strategic partnership has received a new roadmap especially, the Romanian SMEs in France. and a new dimension. What are the elements relating to economic, scientific At the scientific level, you noticed the visit of the two presidents to Măgurele. Regarding and cultural cooperation? the partnership in the field of high intensity “First of all, I’d like to point out how good lasers, ELI project is clearly a priority. And in terms of culture, the ‘Season’ awaits us, as it is 2016 was for this bilateral relationship: two visits of the Romanian Prime Minister, already called in the jargon. On December 1st, 2018 we will launch a joint Romanian-French Dacian Ciolos, to France (the first at this level in the last 20 years) and the visit of the cultural season. This means that, for several President Francois Hollande in Romania, months, Romania will “shine” in France (and France in Romania). Shows, exhibitions, books, signing a new roadmap for the Strategic events of all kinds, celebrating 100 years from Partnership, multiple bilateral visits of ministers and MPs etc. From the economic the creation of modern Romania. History will be under discussion, but the future as well - we point of view, we want to expand to other Transylvania Today

12

want to present an image of today’s Romania, we will focus on contemporary creation, research and innovation. “ The volume of bilateral trade relationships has increased over recent years. What are the essential things that Romanian businessmen who want to export to France need to know? Also those French who want to export to Romania? “Trade is growing and that’s a good thing. In 2015, it was 5.20% higher than the previous year, and in 2014 it had already been 5% higher than in 2013. For this year, I can say that the growth trend continues. In addition, it is a steady balance, even with a slight surplus in favour of Romania, i.e. we export to France more than we import. We expect this year’s trade to account for about eight billion EUR. Romanian businessmen interested in France should know that it is a large market of over 60 million inhabitants, a country with a GDP of over two trillion EUR. It’s a country where many people want to be present, and the competition is fierce. Apart from the purely commercial and economic


Interview

issues, there are the cultural ones. I think it’s quite important that a company that wants to do business in France should send representatives there who can speak French. In a difficult competition, the Francophonie may be the winning advantage!” What are the advantages with which Romania manages to attract further French investments? “Romania is the country with the highest economic growth in Europe this year and has had 5 consecutive years of growth. These are all the signs needed to show that the economy continues to go well. There is the legislative stability, fiscal stability and a tax advantage in relation to other countries. Labour costs are still lower in Romania than elsewhere, although we aim at increased salaries for everybody and to recover as quickly as possible the gaps against Western Europe. Romania is not an appealing country only on behalf of its low wages. Romanian expertise and Romanian intelligence represents a strong added value and investors realise this. In addition, there is still plenty of Francophonie and Francophile in Romania.”

Les Echos, Slate.fr about Cluj presented as “Europe’s Silicon Valley“. Things are in motion, they should continue on the same path. I believe that a good aspect in the relationship with France would be the intensive use of twinning between Cluj and Nantes, a very dynamic city, from where many foreign investors came to Romania. For a little while we have an Honorary Consul in Nantes, Ms. Dauphin-Lazar, who is extremely active and enthusiastic.” You have a very rich experience as journalist. In this context, what are the elements that define the image of Romania in French public opinion? How can this image be improved?

“I would say that there is no single image, as there is no single public opinion. Romania is a country “known” in France. I have fellow ambassadors who have told me that they would like their country to be as popular in France as Romania. Romanian cinema is highly applauded by many French people; Romanian films bring more viewers into theatres in France than in the halls of Romania. Romanian doctors, who are very numerous, are highly appreciated. There are thousands of Romanian doctors who Cluj was the European Youth Capital save lives and treat thousands of French in 2015 and is the only city in Romania patients every day - and at the same time running for the title of European Capital they represent an important element in of Innovation. What is your advice for shaping a positive image. There are, however, Cluj authorities in this regard? clichés and stereotypes sometimes, but by everything we do at the Embassy we’re trying “I think that in general it is better to to show that Romania is a dynamic country, talk about your advantage because the a country with good economic growth, competition is fierce! Cluj is a city known where the European feeling is strong. in France for innovation, primarily thanks Frankly, I am counting on the common to IT. There are many articles I’ve seen cultural season in 2018-2019 for Romania in major publications like Paris Match, to become more famous in France.” T

“Romania is the

country with the highest economic growth in Europe this year and has had 5 consecutive years of growth.

Romanian Embassy in Paris

13

Transylvania Today


Interview

Pascal Fesneau : Qui parle la langue du client, a 60% chances de concrétiser un projet Pascal Fesneau: Who Speaks the Client’s Language, Has a 60% Chance of Materializing a Project Le Consul Honoraire de France à Cluj, Pascal Fesneau, croit que Cluj est l’endroit idéal pour les français. Comment se développent-elles, les entreprises francophones dans le domaine économique de Cluj ?

qu’on a à Cluj. C’est pourquoi Cluj est en Top 10 des villes du monde en ce qui concerne l’art contemporain.”

“Je ne connais pas les entreprises francophones, mais celles françaises sont certainement en expansion. Certaines ont une augmentation de 5 ou 10 par rapport à l’année dernière, et les autres presque 80. Cette augmentation est connue à Cluj, et en toute la Roumanie. On sent même un démarrage de l’activité des placements, surtout sur le marché français, depuis le début de l’année.”

Comme consul, qu’est-ce que vous dites aux français qui veulent votre aide dans différentes situations ? Quel est le message que vous leur transmettez ?

Monsieur le consul, vous êtes en Roumanie de plus de 17 ans. Comment caractériserais-vous l’environnement roumain, tant celui d’affaires, que celui social. Est-il convenant pour les sociétés françaises d’investir ici ? “On doit regarder le problème d’une autre façon. Pourquoi ne pas venir à Cluj? C’est-àdire, on ne pense pas seulement à une maind’oeuvre pas cher. C’est une pensée du passé. Maintenant, les investisseurs analysent, par exemple, la sécurité des informations, le risque du tremblement de terre ou du terrorisme. Un autre exemple serait l’infrastructure, en général. L’aéroport est la meilleure porte de Cluj, mais, malheureusement, l’infrastructure des chemins de fer ou celle des routes ne sont pas assez développées. Toutefois, Cluj a les avantages nécessaires. Il y a aussi les arguments concernant les ressources humaines, la compétence, l’intelligence et la capacité créative des gens. Les investisseurs cherchent à présent des endroits où il y a une certaine qualité de la vie, une diversité culturelle et linguistique. C’est pourquoi ils s’adressent aux beaucoup de marchés du monde et ils cherchent l’intelligence. L’expérience aussi, mais la créativité est le principal avantage Transylvania Today

14

“Je veux leur dire d’apprendre le roumain. Je trouve qu’il est très important de l’apprendre, en étant étudiant à Cluj pour cinq, six, sept ans. Il n’est pas nécessaire un niveau cursif, mais pour résoudre les problèmes quotidiens. Cluj a une qualité de vie extraordinaire. Pour un français, il est très facile de s’adapter.

autres fiscalités européennes et elle attire les investisseurs en Roumanie. Il est important d’avoir un impôt justifié. Les Roumains sont prêts pour payer à condition que l’argent soit bien utilisé et reparti. Au-delà de la fiscalité, il est aussi important de parler des gens, parc qu’en fin, une entreprise est formée par eux. Je souhaiterais que notre systèmes économiques pensent moins aux actionnaires et fonds des placements ou des pensions qui investissent en Bahamas ou Panama et pensent plus à l’argent qui circule dans l’économie locale et réelle.”

“Pour les français qui étudient ou font des affaires en Roumanie je veux leur dire d’apprendre le roumain.”

Il est facile aussi d’investir et de commencer un projet, les seuls désavantages pour notre développement étant les ressources humaines, l’éducation qui est déficitaire, surtout dans le domaine technique. Du point de vue législatif, l’alternance entre les études et la pratique dans des entreprises est déficitaire, surtout dans les activités de production.

On peut faire les affaires en français, dans un monde où l’anglais est partout ?

“Il est vraiment clair que la fiscalité de Roumanie est meilleure, elle est plus intéressante. Mais, d’autre part, l’infrastructure des routes et les services des routes, les services de médecine et les écoles ne bénéficient pas d’argent et les salaires ne sont pas assez valorisés pour certains métiers. Pour un businessman, la fiscalité roumaine est très intéressante, en la comparant avec les

En conclusion, le français est, surement, une langue d’élite, qui fait la différence entre deux personnes qui luttent pour la même position. Elle est la langue de la diplomatie, de la culture, du sport, mais elle est aussi la deuxième langue scientifique, du point de vue du niveau de production écrite dans ce domaine. De même, elle est la deuxième langue dans le domaine d’affaires.” T

“On ne regarde pas le problème de cette façon. Le français est la deuxième langue, après l’anglais, comme langue de circulation Le deuxième désavantage, j’en ai parlé avant, internationale. Le chinois est parlé presque seulement par les Chinois, mais le français est l’infrastructure, surtout entre les villes est parlé dans le domaine d’affaires dans qui sont dans la proximité de Cluj. Mais tout s’améliore, même si le déroulement est beaucoup de pays et régions: le Canada, l’Afrique, la France, la Belgique, pays avec très lent de notre point de vue.” une très bonne augmentation économique. Mais la fiscalité en France, comment est- Si vous parlez la langue du client, vous avez 60% chances de concrétiser une commande. elle, comparatif à la Roumanie ?


Interview

The Honorary Consul of France in Cluj believes Cluj is the place to be for French students and businessmen. How do francophone companies develop in the economic environment in Cluj?

“For the French studying or doing business in Romania I would advise them to learn Romanian”

“I am not acquainted with all francophone companies, but the French companies are clearly expanding. Some have a 5-10% increase compared to last year, others up to an 80% increase over the last year. This increase is felt both in Cluj and all over Romania. We have been feeling, indeed, a revival of the investment activity, particularly on the French market, since the beginning of the year.” Mr. Consul, you have been living in Romania for over 17 years. How would you characterise the environment here, both the business and social? It is worth it for French companies to invest here? “The issue should be tackled the other way around: why not come to Cluj? Many criteria followed by us, the investors, are satisfied in Cluj. I mean, our mind is not set only to cheap labour. That is the thinking of the past. Nowadays the investors are reviewing, for example, data safety, the risk of earthquake or terrorism. Another example would be the overall infrastructure. The airport is the best gateway to Cluj, but unfortunately, the railway and the road systems are not as developed in this area. However, Cluj possessesthe necessary tools. There are also the arguments related to human resources: people’s proficiency, intelligence, and creative capacity. Investors are now looking for areas with a certain quality of life, cultural, linguistic diversity, as they address numerous markets in the world and seek intelligence. Of course, the experience as well, but creativity is Cluj’s advantage. The simple proof is that Cluj is listed among the top 10 cities in the world, in terms of contemporary art.” As Consul, what do you tell the French people approaching you for various issues? What message do you convey? “To learn Romanian. The first time someone addresses me, for example a medical student, who has lived and studied in Cluj for five, six or seven years, it seems very important to me that he or she should learn Romanian. Not

Pascal Fesneau Honorary Consul of France in Cluj very fluently, but they should be able to speak and solve everyday problems. Cluj has an extraordinary quality of life. For a Frenchman, it is actually very easy to adapt, it is quite easy to invest and start a project.

investors in Romania. It is important to have a justifiable tax system. Romanians are prepared to pay as long as it is reasonable and as long as one knows what the money is used for and that it is well assigned.

The only issues that are an impediment to our growth and development, including from the Romanian investor’s point of view, are the human resources, the weak educational environment, especially in technical fields, such as, for example, the field of associate engineers which no longer exits. There is also the limited legal matter concerning the alternation between school and practice (internship) in companies, particularly in production activities.

Apart from the taxation it is important to talk about people, as, ultimately, a company is made up of people. I would like our economic systems to care less about shareholders and investment funds or pension funds that invest in Bahamas or Panama, and more about money to spend in the local economy and the real economy.”

The second poorly developed field, which I mentioned earlier, is the infrastructure, especially between the towns near Cluj, for example. But everything aims for improvement, even if it is at too slow a pace from our point of view.” How about the taxation in Romania, in comparison to the taxation in France? “It is clear that taxation is better, more appealing in Romania. But on the other hand, the road services and infrastructure, public health services, schools do not receive money; wages are not valued fairly in certain professions, such as teaching. For a businessman, it is a very interesting taxation system as compared to many parts of Europe and this allows attracting

Can one still do business in French in a world where English is ubiquitous? “This is not the correct approach. French is the second language after English as an international language. Chinese speak Chinese only among themselves, but French is one business language with many countries and areas: Canada, Africa, France, Belgium, a lot of countries, some of which have very good economic growth. If one speaks the customer’s language, there’s a 60% chance of making a deal. In conclusion, French is, of course, the language of intellectual elite, which distinguishes between two people running for the same position, it is the language of diplomacy, culture, sports, but the second scientific language in terms of written production levels in the scientific area, and it is the second business language. T 15

Transylvania Today


Économie

Maison Royale de Roumanie, le catalyseur de l’économie Royal House of Romania, the Economic Catalyst

D

epuis 150 ans, la Maison Royale de Roumanie est l’un des meilleurs catalyseurs du développement économique. Les rois et les reines étaient directement impliqués au développement des industries qui avaient été, en leur temps, parmi les plus performants du monde. Peu de gens savent que la première raffinerie de pétrole du monde a été construite en 1857, à Ploiesti. Neuf années plus tard, lorsque sur le trône de la Roumanie est monté le Prince Charles I, qui plus tard deviendra le Roi Charles I, pour l‘industrie pétrolière roumaine commençait la période maximale de développement.

officielles de Son Altesse Royale en Moldavie et en Allemagne. L’automne 2016 a apporté une visite à caractère culturel, diplomatique, économique et culturelle. Avec Son Altesse Royale le Prince Radu de Roumanie, au milieu de la communauté roumaine en Allemagne occidentale est le vice-premier ministre de la Roumanie, Costin Borc, Ministère des Affaires étrangères, Lazăr Comănescu, secrétaires d’Etat Manuel Costescu et Daniel Şandru ; et

La visite en Allemagne a été précédée d’une autre action organisée en Moldavie, en avril. Deux entreprises roumaines ont déjà décidé d’investir en villes comme Chisinau et Balti, dans les domaines comme IT et infrastructure, et une entreprise de Chişinău a choisi de s’étendre à Cluj.

Pendant le règne du Roi Charles I, la Roumanie devenait l’un des principaux producteurs et processeurs de pétrole dans le monde. Pendant le Roi Ferdinand I, y compris avec l’aide royale, la Roumanie était l’un des principaux producteurs européens de l’or, du mica et de l’aluminium. Pendant le règne du Roi Charles II, l’industrie aéronautique roumaine a augmenté considérablement aussi que la production d’automobiles. Le Roi Mihai a régné pendant la Deuxième Guerre Mondiale et puis il était contre la soviétisation de la Roumanie. Après la chute du communisme, Sa Majesté a été impliqué dans le raccordement de la Roumanie à l’Europe Occidentale, en utilisant l’intégration dans l’OTAN et l’Union européenne. Maintenant, la cinquième génération royale s’implique dans la promotion des affaires roumaines, dans le soutien des exports et dans la promotion des entreprises. Un bon exemple sont les missions commerciales et les visites officielles organisées à l’initiative de Son Altesse Royale Le Prince Radu de Roumanie. Les homes d’affaire de Transylvanie, des représentants des universités de Cluj, journalistes et représentants des pouvoirs publics et de la société civile ont pris part aux visites Transylvania Today 16

coopérer avec les Allemands: l’industrie chimique, IT, l’énergie ou l’agriculture. Dans la période à venir, Cluj recevra la visite d’une délégation économique de l’Allemagne, formé par les entreprises membres de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Neuss et Duisburg, ainsi que des représentants de la Bourse de Düsseldorf. Les hommes d’affaires allemandes étudient la possibilité d’investir dans l’industrie chimique, IT et dans la production des composants pour l’industrie. Aussi la Bourse de Düsseldorf recherche des entreprises de Roumanie.

l’ambassadeur de Roumanie à Berlin, Emil Hurezeanu. Des nombreux hommes d’affaire de Roumanie ont connu aussi les représentants de Chambre de Commerce et d’Industrie à Düsseldorf. Il a suivi des réunions avec des représentants de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Neuss, ainsi avec ceux de la Bourse de Düsseldorf. À la suite de ces réunions, les hommes d’affaires roumains ont identifié des nombreux domaines qui pourraient

La visite en Moldavie a inclus de réunions avec le Ministère de l’Agriculture et de l’Industrie Alimentaire, Eduard Grama, le maire de Chisinau, Dorin Chirtoacă, la direction de l’Agence de Développement Régional du Nord de Balti, avec des représentants de l’Université Alecu Russo de Bălţi, maire de Regina Maria, avec des représentants de la vigne de Purcari mais aussi avec le vice-premier, Octavian Calmîc. Les hommes d’affaires de Cluj ont identifié la possibilité de travailler avec les Moldaves dans des domaines tels que la nourriture, la production de vin, les fruits et légumes, le transport, l’informatique, le tourisme et les travaux d’infrastructure. Une délégation des autorités et des hommes d’affaires de la République de Moldavie se rendra Cluj pour développer de nouveaux contacts et de nouveaux projets qui sont la suite de l’initiative de Son Altesse Royale le Prince Radu de Roumanie. T


Économie

F

or nearly 150 years, the Royal House of Romania has been one of the most important catalysts for economic development. Kings and Queens of Romania have been directly involved in the development of industries that were, in their time, among the best performing in the world. Few people know that the world’s first oil refinery was built in 1857, in Ploiești. Nine years later, when Prince Carol I, who subsequently became King Carol I, ascending the Romanian throne, began the period of maximum development for the Romanian oil industry.

After the fall of communism, His Majesty engaged in connecting Romania to Western Europe, with the help of integration into NATO and the European Union. At present, the fifth royal generation engages in promoting Romanian business, in support of exports and promoting companies. A good example are the trade missions and official visits organized at the initiative of His Royal Highness Prince Radu of Romania. Businessmen in Transylvania, representatives of Cluj universities, journalists and representatives of public authorities and civil society took part in the official visits of HRH in Moldova and Germany. The autumn of 2016 brought a diplomatic, economic and cultural visit. HRH Prince Radu of Romania was accompanied, within the Romanian community in western Germany, by the Deputy Prime Minister of Romania, Costin Borc, the Minister of Foreign Affairs Lazar Comănescu, the state secretaries Manole Costescu and Daniel Șandru, and the Romanian Ambassador in Berlin, Emil Hurezeanu. Many businessmen from Romania had the opportunity to meet with representatives of the Chamber of Commerce and Industry in Dusseldorf. These were followed by meetings with representatives of the Chamber of Commerce and Industry in Neuss, as well as those of the Dusseldorf Stock Exchange. Following these meetings, the

Credit Photo: Daniel Angelescu

Under the reign of King Carol I, Romania became one of the leading producers and processors of crude oil in the world. Under the rule of King Ferdinand I, Romania was, including through royal support, one of the major European producers of gold, mica and aluminium. During the reign of King Carol II, the Romanian aviation and car manufacturing industries took a great swing. King Michael I reigned in the difficult years of the Second World War and strongly opposed the Sovietization of Romania.

HRH Crown Princesse Margareta and HRH Prince Radu of Romania

Romanian businessmen identified various areas in which they could cooperate with Germany. For example; the chemical industry, IT, energy or agriculture. Over the next period Cluj is to receive a German economic delegation composed of companies that are members of the Chambers of Commerce and Industry in Neuss and Duisburg, as well as representatives of Dusseldorf Stock Exchange. German businessmen are considering the possibility of investing in the chemical industry, IT and production of components for the industry. The Dusseldorf Stock Exchange is interested in listing companies from Romania. The visit to Germany was preceded by another action, organized in the Republic of Moldova in April. Following this visit, two Romanian companies already decided to invest in Chișinău and Bălți, in areas such as IT infrastructure and an IT & C company in

Chișinău decided to expand in Cluj. The visit to the Republic of Moldova included meetings with the Minister of Agriculture and Industrial Food, Eduard Grama, the Mayor of Chișinău, Dorin Chirtoacă, the leadership of the North Regional Development Agency in Bălți, with representatives of the Alecu Russo University from Bălți, Mayor of Regina Maria, representatives of the vineyard in Purcari, but also with the Moldovan Deputy Prime Minister, Octavian Calmîc. Cluj businessmen identified the opportunity to cooperate with the Moldovan businessmen in areas such as food industry, wine production, fruit and vegetable trade, transport, IT, tourism and infrastructure works. A delegation of authorities and businessmen from Moldova will visit Cluj to develop new contacts and new projects as a result of the initiative of His Royal Highness Prince Radu of Romania. T 17

Transylvania Today


Histoire

Un siècle d’Union

P

endant la plupart de leur histoire, les Roumains ont vécu dans des différents états. Les premiers états roumains ont été formés, dans le Moyen Age premature, dans les Balkans. Les Aroumains, l’une des branches du peuple roumain, ont établi des états comme la Grande Valachie ou la Petite Valachie. Ensuite, d’autres Roumains du sud du Danube ont formé l’empire roumainbulgare. C’était un roi roumain celui qui a pris comme prisonnier le premier empereur de l’Empire Latin du Constantinople, en 1205. Baudouin Ier a passé ses derniers jours comme captif du roi roumain Ioniță Caloian. De même, dans le Sud du Danube, les Roumains ont fondé sous la suzeraineté byzantine le despotat de la Dobroudja.

Ottoman. Les états médiévaux établis par des Roumains dans le Nord du Danube ont réussi, toutefois, à garder l’autonomie. Il s’agit principalement des voïvodats comme la Valachie et la Moldavie. De même, les Roumains représentaient la majorité de la population dans le voïvodat de Transylvanie, inclus dans le Royaume d’Hongrie comme une entité autonome jusqu’à 1526, puis transformé en principauté, sous la suzeraineté ottomane. Quelques roumains de la Transylvanie sont devenus soit voïvodes de la Valachie et de la Moldavie, soit de la Transylvanie. Un très bon exemple serait Jean Hunyadi, qui a prêché la dernière croisade, celle de Varna. Il était de même celui qui a vaincu le sultan Mehmed, le Conquérant du Constantinople, dans la bataille du Tous ces états sont disparus dans le Moyen Belgrade en 1456. Jean est devenu le Age. Leur territoire a été volé par l’Empire gouverneur d’Hongrie, mais son fils, Transylvania Today

18

Mathias Ier, est devenu le roi d’Hongrie, de Croatie et de Bohême, ainsi qu’archiduc de l’Autriche. L’Archevêque romano-catholique roumain, Miklós Olàh, est devenu le chancelier de la principauté de Transylvanie. Pendant le Moyen Age il y avait plusieurs essais d’unir la Transylvanie, la Valachie et la Moldavie sous la même Couronne, mais les épreuves de Sigismond Báthory ou Michel le Brave ont resté éphémères. Néanmoins, la Moldavie et la Valachie ont réussi de s’unir en 1859, sous le pouvoir d’Alexandre Jean Cuza, en avant le soutien de l’empereur français Napoléon III qui, grâce à ce fait, est une figure historique très apprécié en Roumanie. Napoléon aussi a soutenu le suivant prince de Roumanie, Carol Ier, qui était allemand et français aux origines et qui venait de la


Histoire

famille Hohenzollern-Sigmaringen. Carol Ier a été celui qui a obtenu l’indépendance de la Roumanie, à la suite de la guerre contre l’Empire Ottoman entre 1877 et 1878. Il a réussi à unir la Roumanie et le territoire dobrogien, en 1878, puis, après la deuxième guerre balkanique, il a annexé

le quadrilatère ou la Dobroudja du Sud, territoire qui aujourd’hui est bulgare.

étant un état petit, pauvre et sous-développé.

Carol Ier a régné en Roumanie 48 ans. Pendant son règne, la Roumanie s’est transformée en un moyen état, qui a été un vrai arbitre dans les Balkans, initialement

Les plus importants réalisations sur le plan national ont été obtenues par son neveu et successeur, le roi Ferdinand Ier, qui a fait l’Union avec la Transylvanie, la Crișana, le Maramureș, le Banat,

‘Piata Unirii’ - Le Carré d’Union, Cluj-Napoca

la Bucovine et la Bessarabie, après la Première Guerre Mondiale. Celles-ci ont été possibles avec le soutien des alliés de la Roumanie la France, la Grande Bretagne, l’Italie et la Belgique. Toutefois, l’alliance avec la France était la fondation pour la politique externe de la Roumanie pendant la Première Guerre Mondiale et l’après-guerre.

neutre. La neutralité a duré seulement deux ans. Tout ce temps, il y avait une bataille entre les hommes qui souhaitaient lutter contre l’Autriche-Hongrie pour libérer la Transylvanie et les hommes qui étaient pour la lutte contre la Russie, le but étant de libérer la Bessarabie.

L’été de 1916, le roi Ferdinand Ier a décidé de lutter contre son pays natale, l’Allemagne. La Roumanie a signé un Au début de la Première Guerre Mondiale, traité d’alliance avec la France, la Grande la Roumanie était lié par un traité d’alliance Bretagne, la Russie et l’Italie et puis, avec l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie elle a débuté l’offensive en Transylvanie, et l’Italie. Le vieux roi Carol Ier aurait contre l’Autriche-Hongrie. Mais, contre voulu entrer en guerre en alliance avec la Roumanie, sont entrées en guerre son pays natale, l’Allemagne. Pourtant, l’Allemagne et puis la Bulgarie. Leurs l’opinion publique était, avec la majorité, armées ont occupé une grande partie sur la partie de la France. Le Conseil de la du territoire roumain, même la capitale Couronne, convoqué par le roi en 1914, Bucarest. Le roi, le gouvernement, le a décidé que la Roumanie devait rester parlement et l’armée se sont réfugiés

en Moldavie, pour continuer à lutter, la seule province roumaine libre. L’armée roumaine a été réorganisée et réarmée avec le soutien de la France. Le dirigeant de la mission militaire française, le général Henri Matthias Berthelot, est devenu depuis un héro roumain. Grâce à la résistance de l’armée, la Roumanie s’est recherchée, à la fin de la guerre, dans le campement des puissances victorieuses. Dans l’année 1918, tant les provinces roumaines d’AutricheHongrie, que celles occupées par la Russie se sont unies avec le royaume. Même si la Bessarabie a été réoccupée par la Russie dans la deuxième guerre mondiale et à présent elle est un deuxième état roumain, la République de Moldavie, les Roumains sont prêts à célébrer le moment d’Union de 1918, en avant l’espoir que la Roumanie et la République de Moldavie s’uniront bientôt, après la façon allemande. T 19

Transylvania Today


Histoire

A Century of Unification

R

Romanians have lived in different States throughout most of their history. The first Romanian States were set up in the Balkans in medieval times. The Aromanians, one of the branches of the Romanian people, established States such as the Great Wallachia or the Wallachia Minor. Other Romanians in the south of the Danube founded the RomanianBulgarian Empire thereafter. A Romanian king was the one who took prisoner of the first emperor of the Latin Empire of Constantinople, Baldwin I, during the Battle of Adrianople in 1205. Baldwin

I spent his last days as a prisoner of the Romanian King Ioniță Kaloyan. The south of the Danube was the place where Romanians established the Despotate of Dobruja under the Byzantine suzerainty. All of these States ceased to exist in the Middle Ages. Their territory was incorporated into the Ottoman Empire. Romanian medieval States built by the Romanians in the north of the Danube succeeded, however, to maintain their autonomy. They are mainly the principalities of Wallachia and Moldavia. Moreover, the Romanians represented the

majority population in the Transylvania Voivodship, included as an autonomous entity within the Kingdom of Hungary until 1526, and afterwards turned into the Principality of Transylvania, under Ottoman suzerainty. Some of the Transylvanian Romanians became either voivodes of Wallachia and Moldavia, or voivodes of Transylvania. This is the case of John Hunyadi, leader of the last crusade in Varna and the defeater of the Muhammad Sultan, the Conqueror of Constantinople, in the battle of Belgrade in 1456. John Hunyadi became governor of Hungary and his son, Mathias Corvinus, became King of Hungary, Croatia and Bohemia, and Archduke of Austria. The Romanian Roman Catholic Archbishop, Nicholaus Olahus, became Chancellor of Hungary, and Baron Ștefan Iojica became Chancellor of the Principality of Transylvania. There were several attempts to unite Transylvania, Wallachia and Moldavia under the same crown throughout the Middle Ages, but the endeavours of Sigismund Bathory or Michael the Brave remained ephemeral. Nevertheless, Moldova and Wallachia managed to unite, in 1859, under the reign of Prince Alexandru Ioan I Cuza, with the support of the French emperor Napoleon III, a historical figure enjoying great sympathy in Romania. It was Napoleon III who supported the next prince of Romania, Carol I, who had German and French origins and originated from the Hohenzollern-Sigmaringen family. Carol I gained independence for Romania after the war against the Ottoman Empire in 1877-1878. He managed to unite Dobrogea to Romania in 1878, and annexed the Quadrilateral or South Dobrogea after the Second Balkan War, nowadays in Bulgaria.

The King of Roumania, Carol I

Transylvania Today

20


Histoire

Somesul Mic river, Cluj-Napoca

Carol I ruled Romania for 48 years. During his reign, Romania was transformed from a small, poor and backward country to a medium-sized State, a real arbiter of the Balkans. But the most important national achievements were to be obtained by his nephew and successor to the throne, King Ferdinand I, who would achieve the Unification of Transylvania, Crișana, Maramureș,

Banat, Bukovina and Bessarabia with the Kingdom of Romania at the end of World War I. These were all made possible with the support of Romania’s allies: France, Britain, Italy and Belgium. But the alliance with France was the foundation on which Romania built its foreign policy during the World War I and the interwar period. At the beginning of the World War I, Romania was bound by a treaty of alliance with Germany, Austria-Hungary and Italy. The old King Carol I would have wanted to enter the war on the side of his native Germany. But the vast majority of public opinion took France’s side. Under these conditions, the Crown Council, convened by the king in August 1914, decided that Romania was to remain neutral. Neutrality lasted two years, during which time the public opinion was divided amongst those who wanted to fight against AustriaHungary to free Transylvania, and those who wanted to fight against Russia to release Bessarabia. In the summer of 1916, King Ferdinand I decided to fight against his native Germany. Romania signed a treaty of

alliance with France, Britain, Russia and Italy, and then went on the offensive against Austria-Hungary in Transylvania. But Germany and Bulgaria joined the war against Romania. Their armies occupied two thirds of Romania, including the capital-city, Bucharest. The king, government, parliament and army took refuge in Moldova, the only Romanian province still free, and continued to fight. The Romanian army was reorganized and rearmed with French support. The head of the French military mission, General Henri Matthias Berthelot has been a Romanian hero ever since. Due to the army’s resistance, Romania was in the victor’s camp at the end of the war, and the Romanian provinces in Austria-Hungary and those occupied by Russia joined the Kingdom in 1918. Even if Bessarabia was occupied again by Russia in the Second World War and is currently a second Romanian State, the Republic of Moldova, Romanians are preparing to celebrate the 1918 Unification, hoping that Romania and the Republic of Moldova will reunite soon, following the example of Germany. T

Henri Mathias Berthelot

21

Transylvania Today


Histoire

Les trois roumains qui ont révolutionné l’industrie de l’aviation

Aurel Vlaicu est né dans l’année 1882, dans le village Bitinti, département d’état Hunedoara. Il a fait ses premières études en Orastie, et puis, il avait obtenu le baccalauréat en Sibiu. Il a continué ses etudes en Allemagne et il a obtenu le diplôme d’ingénieur a l’Ecole Technique Superieure de Munchen. Pendant un an, il a travaillé dans les usines Opel, en puis en 1908 il est rentré chez lui à Bitinti, où il a bâti un planeur avec qui a effectué une série de vols en 1909. En l’automne de l’ année 1909 , il s’est déplacé à Bucharest et il avait commencé à travailler à son premier avion avec lequel il a vole en 1910. En 1911, Aurel Vlaicu a bâti un autre appareil de vole avec lequel il a gagné cinq prix internationaux dans un compétition organisée par l’Autriche-Hongrie. Parmi les participants était aussi le célèbre pilot français Roland Garros. Dans le mois de septembre 1913, cours d’un essai de traverser en vol les Carpathes, près de Campina, Aurel Vlaicu est affaissé et est mort. Il y a l’opinion qu’il etait la victime d’un attaque cardiaque.

Aurel Vlaicu

Les roumains ont eu une remarquable contribution dans le développement de l’industrie aéronautique, en particulier à son début. Peut- être que l’industrie aéronautique et aérospatiale aurait été totalement differente sans la contribuition des troix inventeurs roumains: Aurel Vlaicu, Traian Vuia et Henri Coanda.

Traian Vuia est né dans l’année 1876, dans le village Surducu Mic, département d’état Caras – Severin. Il a fréquenté les cours de l’École de Bujoru, situé dans la ville Faget, puis le lycée à Lugoj. Alors il est allé à Budapest, où il a étudié pendant un an à l’École Polytechnique. Il a dû quitter parce qu’il n’avait pas l’argent nécessaire pour continuer ses etudes. Il s’avait inscrit alors dans École de Droit et il finançait ses etudes par les travaux effectués en divers cabinets d’avocature. En 1901 il est devenu docteur ès Droit. Il est retourné à Lugoj pour une année, depuis il est parti à Paris, dans l’année 1902 pour presenter ses inventions dans le domaine de l’aéronautique. À 18 mars 1906 il a volé près de Paris avec un appareil plus lourd que l’air et il est devenu immédiatement une célébrité mondiale. Traian Vuia s’était retourné en Roumanie, où il a breveté aussi d’autres inventions. Traian Vuia

Transylvania Today

22


Histoire

Le troisième pionnier roumain de l’aviation est Henri Coanda. Il est né à Bucharest en 1886. Son père son père était le general Constantin Coanda, qui a été aussi le premier ministre de Roumanie en 1918. Sa mère était française, Aide Danet. Henri Coanda a étudié à Bucarest, et puis son père qui voulait une carrière militaire pour Henri Coanda l’avait envoyé au Lycée Militaire de Iasi. Après il a fini ses etudes, Henri Coanda est revenu à Bucarest, où il a fréquenté les cours de l’Ecole d’Officiers. En 1904, le futur savant a été détaché à un régiment en Allemagne pour compléter sa formation militaire. Mais Henri Coanda a prouvé un appétit plus grande pour les études d’ingénierie. Il a été admis à l’Ecole Technique Supérieure de Berlin- Charlottenburg, où il a obtenu le diplôme d’ingénieur. En 1905, Henri Coanda est revenu en Roumanie et il a bâti un avion – raquette pour armée roumaine. Après deux ans, il a reçu la permission d’etudier dans l’intervalle 1907 – 1908 à l’école Technique de Liège, Belgique. Il est revenu à la fin des etudes en 1908 à Bucharest où il a démissionné de l’armée. En 1909, Henri Coanda a décidé d’aller à Paris, à la nouvelle école de l’aéronautique. Il a gradué en 1910 en etant le meilleur de la première génération de l’aéronautique en France. Au même année , avec l’appui de Gustave Eiffel et du savant Paul Painlevé, il a construit à Paris le premier avion à reaction. Durant 1911 -1914, Henri Coanda a été engagé comme directeur Henri Coandă technique des Usines Aéronautiques de Bristol. Au déclenchement de la Première Guerre Mondiale, Henri Coanda est parti en France et en 1916 il a conçus un avion de reconnaissance pour l’armée française, un avion très apprécié. En 1934, le savant roumain a reussi de breveter, à Paris, l’Effet Coanda qui est actuellement largement utilisé dans l’industrie aérospatiale et aéronautique. Après la Deuxième Guerre Mondiale et après l’instauration du communisme, Henri Coanda est resté beaucoup de temps en France. En 1969, au milieu d’une relative libéralisation du régime communiste, il a décidé, néanmoins, de revenir à Roumanie. En 1970 , Henri Coanda a été élu membre de l’Académie Roumaine. Il est mort en 1972 à Bucarest.

L’Effet Coanda est definie comme le résultat de l’attraction ou bifurcation d’un jet de fluide par une paroi convexe voisine. La forme de la cuillère dévie le filet d’eau vers la gauche, selon l’effet théière, souvent improprement qualifié d’effet Coanda.

Brochure promotionale au Salon de Paris, en 1910.

23

Transylvania Today


Histoire

Coanda Monoplane, Bristol 1912

The Three Romanians who Revolutionised the Aircraft Industry Romanians have made a special contribution in the development of the aviation industry, especially since its inception. Perhaps the aircraft and aerospace industry would have looked entirely different without the contribution of the three Romanian inventors: Aurel Vlaicu, Traian Vuia and Henri Coanda. Transylvania Today

24

Aurel Vlaicu was

born in 1882 in the village of Bitinti, Hunedoara County. He made his first studies in the town of Orastie, then, in 1902, he received his high school diploma in Sibiu. He continued his studies in Germany where, Aurel Vlaicu and his ariplane in 1907 he obtained an engineering degree from the Higher Technical School in Munich. He worked for a year at Opel factories, and then in 1908 he returned home in Bitinti, where he built a glider with which he made several flights in 1909. In the autumn of 1909, he moved to Bucharest and began to work on building his first plane, which flew in 1910. In 1911, Aurel Vlaicu built another aircraft, which won five international awards at a competition held in Austria-Hungary in 1912. The famous French pilot, Roland Garros, was one of the participants in the contest. In September 1913, during an attempt to fly over the Carpathian Mountains near the town of Câmpina, Aurel Vlaicu crashed and died. There is a rumour that he had suffered a heart attack.


Histoire

The third Romanian aviation pioneer is Henri Coanda. He was born in Bucharest in 1886. His father, General Constantin Coanda, served as Prime Minister of Romania in 1918. His mother, Aide Danet, was French. Henri Coanda studied in Bucharest, and his father, who desired a military career for his son, sent him to the Military High School in Iasi. After graduating, Henri Coanda airplane with the turbo-propulseur, 1910 Coanda returned to Bucharest, where he attended the Officer Cadet School. In 1904, the future scientist was assigned to a regiment in Germany to complete his military training. Henri Coanda, however, was rather keen on engineering studies. He was admitted to the Higher Technical School in Berlin-Charlottenburg, where he obtained an engineering degree. In 1905, Henri Coanda returned to Romania, where he built a rocket plane for the Romanian army. After two years, he was granted permission to study, between 1907 - 1908, at the technical school in Liege, Belgium. He returned at the end of his studies, in 1908, to Bucharest, where he resigned from the army. In 1909, Henri Coanda decided to go to Paris, to the new school of aeronautics. He graduated in 1910 as valedictorian of the first generation of aeronautical engineers in France. The same year, he built the first jetliner with the support of Gustave Eiffel and the scientist Paul Painleve, in Paris. Henri Coanda was hired as technical director of Bristol Airplane Company between 1911 - 1914. At the outbreak of World War I, Henri Coanda left France and in 1916 he designed a reconnaissance aircraft for the French army, which was highly appreciated. In 1934, the Romanian scientist managed to patent the Coanda Effect in Paris, which is now used extensively in the aviation and aerospace industry. After the Second World War and the establishment of communism, Henri Coanda remained in France for a long time. In 1969, amid a relative liberalisation of the communist regime, he decided, however, to return to Romania. In 1970, Henri Coanda was elected member of the Romanian Academy. He died in Bucharest in 1972.

Traian Vuia was born in 1876 in the village of Surducu Mic, Caras-Severin County. He attended school in Bujoru and the town of Faget and then the high school in Lugoj. Afterwards, he went to Budapest where he studied at the Polytechnic for a year. As he did not have the money to continue his studies, he was forced to quit. He then enrolled at the Faculty of Law and financed his studies with work carried out for various law firms. He became a Doctor of Law in 1901. He returned to Lugoj for a year, then went to Paris in 1902, to present his inventions in the field of aeronautics. On 18 March 1906, he flew, near Paris, with a device heavier than air and immediately became a global celebrity. Traian Vuia returned to Romania, where he patented other inventions as well. He died in Bucharest in 1950. â&#x20AC;&#x2DC;vvVuia Iâ&#x20AC;&#x2122; airplane

Traian Vuia

25

Transylvania Today


Histoire

Emmanuel de Martonne, le français qui a dessiné les frontières de la Roumanie

L

nu Emma

Le premier contqct avec la Roumanie s’est passé grâce à son amitié liée, pendant les études à l’Ecole Normale Supérieure à Paris, avec un copain roumain, Pompiliu Eliade.

“Recherches sur la distribution de la population en Valachie”.

el de Martonne

‘un des plus connus savants français en Roumanie est le géographe Emmanuel de Martonne. Il a publié l’une des premières épreuves scientifiques sur la géographie de la Roumanie. De même, après la Première Guerre Mondiale, il a essentiellement contribué à dessiner les frontières de la Roumanie, après il avait été engagé comme expert à la Conférence de Paix à Paris, en 1919. Emmanuel de Martonne est né en 1873.

A la fin de cette période, Emmanuel de Martonne a commencé sa carrière scientifique de géographe avec une recherche sur Carpaţii Meridionali, qu’il a surnommés les Alpes de Transylvanie. Emmanuel de Martonne a continué à venir en Roumanie, pour travailler à sa thèse, qu’il a intitulée “La Valachie. Essai de monographie géographique“. Il a dédié cette thèse à son mentor, Vidal de la Blanche. Emmanuel de Martonne ne s’est pas remarqué seulement en ce qui concerne De même, ses recherches sur terrain ont la qualité de ses recherches sur la inspiré un autre livre dédié à la Roumanie. Roumanie, il a crée en France aussi des Transylvania Today

26

institutions remarquables, qui continuent à fonctionner aussi aujourd’hui. Par exemple, il y a le laboratoire géographique à Rennes et l’Institut Géographique dans L’université Sorbonne. En 1909, il a aussi publié un Traité de géographie physique et en 1931, un livre nommé La Géographie Universelle. C’est aussi la période pendant laquelle il a été la tête de la publication L’Atlas de la France. Entre 1931 et 1949, il a conduit l’Union Géographique Internationale. Il a été choisi membre de l’Académie Française, grâce à sa contribution au développement de la géographie. Mais il est très apprécié en Roumanie pour une autre raison. En 1919, Emmanuel de Martonne a été engagé comme expert pour l’établissement des frontières polonaises et roumaines, dans le cadre de la Conférence de Paix à Paris. Il a réussi, après plusieurs débats, à imposer le principe de la viabilité des frontières. Ce principe imposait que les nouvelles frontières devaient prendre en compte la configuration éthique, le rélief et même l’infrastructure territoriale. La viabilité du travail de Emmanuel de Martonne est prouvée par le fait qu’aujourd’hui, après presque un siècle, les frontières entre la Roumanie, l’Hongrie et la Serbie sont gardées exactement comme il les a dessinées. T


Histoire

The nationalities’ repartition map of the territories where Romanians live

Emmanuel de Martonne, the Frenchman who Drew the Borders of Romania One of the most esteemed French scholars in Romania is the geographer Emmanuel de Martonne. He published some of the first scientific papers about the geography of Romania. Moreover, he contributed substantially to drawing the borders of Romania after World War I, as he had been hired as an expert in the works of the Paris Peace Conference in 1919.

E

mmanuel de Martonne was born in 1873. His first encounter with Romania was the result of his friendship with a Romanian colleague, Pompiliu Eliade, while studying at the École Normale Supérieure in Paris. Following his advice, Emmanuel de Marton began his scientific career as geographer with a research project on the Southern Carpathians, which he called the Transylvanian Alps.

on the Geographical Distribution of the Population in Wallachia.

development. But he enjoys the highest esteem in Romania for another reason. In 1919, Emmanuel de Martonne was Not only did Emmanuel de Martonne stand employed by the people in charge of the up in the quality of research on Romania, Peace Conference in Paris as an expert for but he also set up remarkable institutions in the establishment of the borders of Poland France, which have continued to operate to and Romania. this day. Such is the case of geography lab in Rennes and the Institute of Geography He managed to impose, during the debates, at the Sorbonne University. Furthermore, the principle of border sustainability. Emmanuel de Martonne published a Specifically, this principle required that Treaty of Physical Geography in 1909 new borders take into account not only Emmanuel de Martonne continued to come and the Universal Geography in 1931. the ethnic configuration, but also of the to Romania to work on his doctoral thesis, During this time, he led the specialized topography and territorial infrastructure. which he called Wallachia: Geographical publication entitled Atlas of France, and the The sustainability of the work performed Monograph Essay. He dedicated this thesis International Geographical Union during by Emmanuel de Martonne is proven by the to his mentor, Vidal of Blache. 1931-1949. Emmanuel de Martonne was fact that even today, nearly a century later, His field research has also inspired another elected member of the French Academy for the borders between Romania, Hungary and book dedicated to Romania: Research his contributions to geographical science Serbia have endured as he drew them. T 27

Transylvania Today


Histoire

Une francophonie tout terrain à Cluj-Napoca

Événement de Corpo, l’organisation des étudiants en médecine francophones

P

artout à Cluj-Napoca on entend la langue française: dans la rue, les cafés, les restaurants. Les étudiants, les hommes d’affaires, les professeurs, les artistes d’ici ou en voyage en ont fait une langue de l’urbanité. La francophonie est devenue une composante essentielle du multilinguisme de la ville. Elle se développe dans les tous les secteurs: éducatif, économique, culturel, sportif et dans le cadre de relations d’échange bilatérales et européennes. Les Institutions françaises sont au cœur de cette dynamique: l’Institut français de Roumanie à Cluj qui développe une programmation culturelle, artistique et linguistique ambitieuse et ouverte sur les enjeux contemporains et l’Agence consulaire, représentée par le Consul

honoraire de France Pascal Fesneau, au service des ressortissants français. Deux associations sont également très présentes: le Club Francophone d’Affaires de Cluj (C.FAC), qui anime la communauté économique française et francophone dans le bassin de Cluj, dans des domaines aussi variés que les nouvelles technologies, les services, la grande distribution ou l’industrie mécanique et électrotechnique; la Corporation de Médecine de Cluj, qui rassemble les étudiants français inscrits dans les filières médicales de la ville et représente les intérêts de ces 1200 étudiants. La communauté française bénéficie aussi d’un environnement francophone particulièrement actif: 30 000 élèves et étudiants roumains pratiquent en

effet le français dans les écoles, collèges, lycées et universités de Cluj-Napoca. En même temps, la Ville de Cluj-Napoca développe de solides relations bilatérales avec la France, dans le cadre de jumelages avec Nantes et Dijon et s’appuie sur sa remarquable intégration à l’espace francophone avec au moins un vol direct par jour vers les aéroports de Paris-Beauvais, Charleroi-Bruxelles, Mulhouse-Bâle. Le sport n’est pas en reste: le Racing Rugby Cluj, équipe de rugby franco-roumaine qui réunit des jeunes joueurs des deux pays renoue avec la traditionnelle amitié sportive entre nos deux pays. Inspirée par les deux écoles, le style alerte à la française et la rudesse du jeu d’avants roumain, le « Racing » surprend sur tous les terrains de Roumanie. A l’image de la Francophonie en somme! T

Rugby - CS Manastur

Transylvania Today

28


Comunauté

A Deeply Rooted Francophony in Cluj-Napoca

E

verywhere you turn in ClujNapoca you can hear French: in the street, coffee shops and restaurants. Students, businessmen, professors, local and traveling artists have made it a language of the city. The Francophony has become an essential component of the city’s multilingualism. It develops in all sectors: educational, economic, cultural, sporting and in the framework of bilateral and European exchange relationships. The French Institutions are at the very heart of this dynamic: the French

The celeration of the national day of France, in Cluj

Sports have not been left behind: Cluj Racing Rugby, a Franco-Romanian rugby team that brings together young players from both countries, reconnects with the traditional sporting friendship between our two countries. Inspired by both schools, the alert style to the French and the roughness of the game of Romanian forwards, the “Racing” surprises on all the grounds of Romania. The image of Francophony in a nutshell! T

Institute of Romania in Cluj, which develops an ambitious cultural, artistic and linguistic program that is open to contemporary issues, and the Consular Agency, represented by the Honorary Consul of France, Pascal Fesneau, in support of the French nationals.

gathers French students enrolled in the medical branches of the city and represents the interests of these 1,200 students.

The French community also enjoys a particularly active Francophone environment: 30,000 Romanian pupils and students learn French in Cluj-Napoca schools, high schools, Two associations are also very active: colleges, and universities. At the same time, The Francophone Business Club of Cluj the City of Cluj-Napoca is developing strong (C.FAC), which animates the French and bilateral relationships with France, in the Francophone economic community in the context of twinning with Nantes and Dijon, Cluj basin in various fields such as new and relies on its remarkable integration with technologies, services, whole distribution or the French-speaking area with at least one the mechanical and electrical engineering direct flight per day to the airports of Parisindustry; Cluj Medical Corporation, which Beauvais, Charleroi-Brussels, Mulhouse-Bâle. 29

Transylvania Today


Comunauté

à Cluj: un acteur culturel incontournable

Le Program Francofone du TIFF

L

’Institut Français est un acteur incontournable de la vie culturelle à Cluj-Napoca et en Transylvanie. Il bénéficie d’un cadre unique mis à disposition par l’Université Babeş-Bolyai, au cœur de la ville, sur la rue I.I.C. Bratianu. Depuis ce bâtiment installé dans l’ancien Palais Béldi (XVIIIème siècle), classé au titre des monuments historiques, se développe ses activités culturelles, linguistiques, de lecture publique et de coopération universitaire et bilatérale.

Enfin, le soutien à la coopération universitaire et bilatérale vise à favoriser l’émergence d’une société civile ouverte aux questions contemporaines et permet de créer un cadre d’échange propice à une coopération durable entre les partenaires Concernant la lecture publique, la (accompagnent des délégations françaises, médiathèque de l’Institut Français à Cluj met organisation des Rencontres européennes à la disposition de ses 900 lecteurs de Transylvanie en partenariat avec 16.000 ouvrages, 3000 CD et DVD, 70 l’Ambassade de France …). Langue, abonnements à diverses revues. L’acquisition culture, médiathèque : depuis 25 ans, des derniers outils numériques permet de en contribuant au rayonnement de la s’adapter aux nouveaux usages et de conquérir francophonie et de la langue française, Dans le secteur linguistique, l’Institut français de nouveaux publics; les abonnés peuvent l’Institut Français de Cluj participe au de Cluj-Napoca développe une pédagogie ainsi avoir accès à la plateforme Culturethèque renforcement des relations d’amitié entre la centrée sur l’approche actionnelle. Cette (700 magazines et 26.000 ouvrages en ligne). France et la Roumanie. T méthode d’apprentissage est basée sur la mise en situation de communication vraisemblable, les tâches concrètes, l’interaction orale et écrite. Elle est développée par une équipe pédagogique composée de 25 professeurs qui dispense 3.000 heures de cours par an. Cette équipe a été formée dans les meilleures universités roumaines et françaises et possède des qualifications de haut niveau. Sur le plan culturel, 30 évènements propres ou en partenariat sont soutenus ou organisés chaque année, ils attirent environ 12.000 participants. Ces projets culturels contemporains s’inscrivent au sein d’une programmation riche et variée. Deux évènements phares scandent l’année culturelle : le Festival des très courts métrages coordonné par l’Institut Français Transylvania Today

30

de Cluj pour l’ensemble du pays (25 villes roumaines et 7.000 spectateurs) et le Festival franco-allemand des arts numériques Clujotronic, organisé en partenariat avec le Centre culturel allemand.

La Mediathèque de L’Institut Français de Cluj


Comunauté

in Cluj: Key Cultural Player

T

he French Institute is an essential player in the cultural life of Cluj-Napoca and Transylvania. It enjoys a unique setting provided by the Babes-Bolyai University, in the heart of the city, at I.I.C. Bratianu Street. Cultural, linguistic, public reading and academic and bilateral cooperation activities are carried out in this building housed in the former Béldi Palace (18th century), classified as a historical monument. In the linguistic sector, the French Institute of Cluj-Napoca develops a pedagogy centred on the action approach.

This method of learning is based on the simulation of plausible communication, concrete tasks, oral and written interaction. It is developed by an educational team of 25 professors who provides 3,000 hours of lectures per year. This team has been trained in the best Romanian and French universities and possess high level qualifications.

highlight the cultural year: The Festival of the very short films coordinated by the French Institute of Cluj for the whole country (25 Romanian cities and 7,000 spectators) and Clujotronic Franco-German Festival of Digital Arts, organized in partnership with the German Cultural Centre.

On a cultural level, 30 individual or partnership events are supported or organized each year, attracting around 12,000 participants. These contemporary cultural projects are part of a rich and varied program. Two events

As for the public reading, the library of the French Institute in Cluj offers 16,000 books, 3,000 CDs and DVDs, 70 subscriptions to various magazines for its 900 readers. The acquisition of the latest digital tools makes it possible to adapt to new uses and to conquer new audiences; subscribers can access the Culturethèque platform (700 magazines and 26,000 books online).

Training offered by the Institut Français in Cluj-Napoca

Finally, the support for academic and bilateral cooperation aims to foster the emergence of a civil society that is open to contemporary issues and creates a framework for exchanges conducive to sustainable cooperation between partners (accompanying French delegations, organisation of Transylvania’s European meetings in partnership with the French Embassy). Language, culture, media library: the French Institute of Cluj has been participating in the strengthening of the friendship relationships between France and Romania for 25 years, helping to spread the Francophonie and the French language. 31

Transylvania Today

T


Éducation

Pourquoi ACADEMY+PLUS est une solution pour la compétitivité de l’industrie informatique roumaine Initiative ambitieuse de l’industrie informatique en Transylvanie, Academy+Plus se veut être une solution au problème lié au manque de main d’oeuvre dans ce secteur. Lancée en 2014, en collaboration avec l’École 42, l’école, gratuite, utilise une méthode innovante d’apprentissage, basée sur l’apprentissage pair-à-pair sur des projets concrets. “ Nous croyons que l’éducation est le moteur de la croissance. Nous avons des réponses diverses aux besoins de recruitment des entreprises mais le message que nous souhaitons transmettre est plus fort encore: Seulement en joignant nos efforts, les centres de formation et les industriels, nous pourront mettre les bases solides des stratégies de maintien de la croissance de l’industrie IT en Roumanie et permettre au pays de rester compétitif sur la carte mondiale de l’innovation dans ce secteur.” affirme le directeur de l’école, Adrian Tănăsescu. Academy+Plus a developpé durant les dernières années des partenariats avec des sociétés informatique à Cluj-Napoca qui contribuent aux efforts de l’école tout en gagnant accès aux jeunes talents formés chaque année.

Trois ingrédients clés font de cette initiative une recette à succès pour l’industrie informatique en Roumanie : le contexte, le processus de sélection et la méthode d’apprentissage. 1. LE CONTEXTE : Les statistiques montrent que la Roumanie est face à un déficit de main d’oeuvre dans le secteur IT. Avec environ 3000 offres d’emploi dans le secteur disponibles à tout moment et seulement 7000 nouveau diplômés chaque année, la demande de spécialistes

Transylvania Today

32

est en partie satisfaite en puisant parmi les spécialistes déjà en poste. Dans ce contexte, Academy+Plus a fourni plus de 100 programmeurs sur le marché les deux dernières années. Si ces nombres peuvent paraitre dérisoires comparés aux besoins, la vision de l’école est d’offrir une option alternative de formation, plus proche des besoins du marché à la recherche de talents en informatique. 2. LA SELECTION : Academy+Plus, dispose d’un processus de sélection, sans

doute le plus complexe de Roumanie, assurant la qualité des talents formés, seulement 5 à 6 % des candidats étant retenus. 3. LA METHODE : Apparu comme une inititative de l’industrie IT, l’école utilise des processus de formations similaires à ceux que les entreprises utilisent pour former leurs employés. Ceci afin de créer des spécialistes capables de s’adapter au dynamisme de l’industrie, de maintenir un haut degré de productivité et d’apprendre à constamment apprendre.


Éducation

Why is ACADEMY+PLUS a Solution for the Romanian IT Industry Competitiveness A bold initiative of the IT industry in Transylvania, Academy+Plus aims to tackle the lack of workforce in this sector. Launched in 2014, with the prestigious École 42 as partner, the tuition-free school educates its students by using an innovative method, based on peer-to-peer learning and time management. “At Academy+Plus, we believe education is growth. However, regardless of the fact that we have answers to various recruiting needs, our school comes with a strong message. Only by joining efforts, companies and formation entities, we can set-up the premises for sustainable strategies towards maintaining the growing trend of the IT industry in Romania but also stay competitive as a country on the world map of tech and innovation.” says the school’s managing director, Adrian Tănăsescu. Academy+Plus is part of the international ecosystem of Ecole 42 and over the years has developed relations with IT companies based in Cluj-Napoca who contributed to school efforts, while gaining priority access to trained tech talents. Three key ingredients are turning this initiative into a successful story for Romania’s IT industry: the context, the selection and the method.

1. THE CONTEXT: Statistics show that Romania is facing a workforce deficit in the IT sector. With arround 3000 IT jobs advertised at any given time and only 7000 IT&C graduates per year, the current demand of specialists tops the existing supply of available ones.

2. THE SELECTION: Academy+Plus selects the top 5% of tech talent from Transylvania. Considered one of the most challenging in Romania, the selection process consists of two online assessments, one interview and 28 days of learning and evaluation in C programming language.

Positioned as a vocational school that teaches computer programming for free, Academy+Plus managed to already certify over 100 IT specialists. While the number seems rather insignificant to the bigger picture, school vision is to offer students more educational options by unleashing the power of market forces and transfer the cost of training to companies in need of IT specialists.

3. THE METHOD: Developed inside the IT industry, the school seems to be a micro-organizational environment where students are learning upon similar processes IT companies use to develop their own employees. The principle behind is that by teaching them how to constantly learn, they will cope more easily with the industry dynamism.


Le Club Francophone d’Affaires de Cluj

Pour nous contacter: contact@cfac.ro/ www.cfac.ro

C

Comunauté

réé en 2011, le Club Francophone d’Affaires de Cluj (C.FAC) est un réseau d’affaires de plus de cinquante acteurs francophones issus du tissue économique local favorisant la création d’opportunités d’affaires et de partenariats. Le Club se propose de contribuer au développement économique et à la promotion de la francophonie dans la région de Cluj. L’un des projets par lequel C.FAC promeut la francophonie est la compétition dédiée aux lycéens, Les Prix du Club Francophone d’Affaires, une belle opportunité de rentrer en contact direct avec les lycéens et de réveiller des vocations. Autres projets qui émanent des entreprises membres du réseau: le Salon des écoles professionnelles -lieu de rencontre entre les entreprises et les écoles professionnelles, le Forum des ONG- dont l’objectif principal est de renforcer la société civile. À part des projets ci-dessus mentionnés qui tiennent du monde associatif, le Club développe aussi des événements de réseautage (B2B, dîner CEO), d’information (séminaires), offre de l’aide à l’implantation dans la région de Cluj, facilite la réalisation des partenariats d’affaires au niveau local, national ou international (missions économiques).

Les Prix de C.FAC

C

reated in 2011, the Francophone Business Club in Cluj (C.FAC) is a business network of more than fifty Francophone members from the local economic tissue and a place promoting the creation of business opportunities and partnerships. The purpose of the Club is to contribute to the economic development and promotion of the Francophonie in Cluj. One of the projects by which C.FAC contributes to the promotion of the Francophonie is a competition dedicated to students from high schools, the Francophone Business Clubs Awards, a great opportunity to get into direct contact with the students and help them discover vocations. Among other projects: the Forum of vocational schools – a meeting place between companies and vocational schools – and the NGOs Forum whose main objective is to strengthen the civil society. Apart from the above mentioned projects, C.FAC also develops networking events (B2B, CEO dinner), information events (seminars), provides assistance to the implementation in the region of Cluj, facilitates the realization of business partnerships at local, national or international level (economic missions).

The Francophone Business Club in Cluj To contact us: contact@cfac.ro/ www.cfac.ro 35 Transylvania Today


Business

, l’histoire du logiciel de haute qualité

AXON Soft est l’une des plus sérieuses sociétés de Cluj dans le domaine du développement de logiciel. C’est une compagnie fondée en 1998, initialement avec un capital francoroumain et qui a maintenant just actionnariat roumain. L’entreprise de Cluj a atteint la chiffre de presque 40 programmeurs, et dans la prochaine période, la gestion de cette société a l’intention de doubler le nombre des spécialistes IT. “Il s’agit d’une augmentation durable et organique. C’est principalement la conséquence de la croissance des projets dans lesquels nous sommes impliqués en collaboration avec des clients et des partenaires validés, qui sont avec nous depuis longtemps ”, dit le Directeur général AXON Soft, Anca Vescan. Ces partenariats ont été construits en raison du fait que cette compagnie, qui offre développement de logiciel et service de conseil en IT sur les marchés roumain et français, utilise les dernières technologies et des très bons professionnels afin de réaliser les projets. Parmi ces spécialistes sont aussi des jeune qui ont obtenu des masters et des doctorats en IT.

La société AXON Soft utilise une méthodologie normalisée, clairement définie, pour le développement de logiciel, mais elle réussie à rester souple par raport aux besoins de ces clients. “Afin de déterminer les objectifs exacts d’un projet, les représentants AXON Soft travaillent en équipe avec les clients, pour bien établir les fonctionnalités du projet, l’approche du développement, ainsi que les technologies utilisées pour accomplir le projet”, dit le Directeur général AXON Soft, Anca Vescan. Les clients AXON Soft viennent de secteurs tels que l’administration, l’agriculture, les banques et les finances, le commerce, l’industrie, la logistique, l’immobilier, les services et autres. Parmi eux incluent des noms tel que Optilogistic, Raiffeisen Bank ou La Banque Transilvania.

Anca Vescan

Directeur Général

Transylvania Today

36

Un grand avantage pour la compagnie de Cluj est représenté par le fait qu’elle peut offrir une approche offshore/nearshore, et les similitudes culturelles avec les pays occidentaux sont évidents. Un autre avantage est représenté par les compétences linguistiques excellent des membres de l’équipe AXON Soft. L’entreprise de Cluj évolue dans un environnement particulièrement compétitif. Cluj est devenu le pricipal pôle de développement dans l’industrie IT de la Roumanie. La ville a plus de 20.000 spécialistes dans ce domaine , et Paris Match l’a appelé “Silicon Valley de la Roumanie”. Aussi, selon la revue ZDNet.com, Cluj est le meilleur environnement pour les start-ups de la Roumanie. Chaque année L’Université Technique et l’Université BabesBolyai offre sur le marché 2.000 diplômés dans le domaine de la technologie, et la Faculté de Mathématiques-Informatique de Cluj est parmi les meilleures 150 du monde, selon la classification Shanghai en 2013.

AXON Soft SRL Bd 21 Decembrie 1989, nr. 126 400604 Cluj-Napoca, Roumanie Tel : Mob : Email : Web :

+40 264 487 026 +40 744 639 300 office@axonsoft.ro www.axon-soft.com


Business

AXON Soft, the Story of High Quality Software AXON Soft is considered one of the most competent software development companies from Cluj-Napoca. In 1998, the company started as a RomanianFrench joint capital company, but nowadays has fully Romanian shareholding structure. With a total number of almost 40 developers, the management of the enterprise plans to double the number of IT specialists over the next few years. ”This growth is sustainable and organic as a result of increasing projects we have worked for a long time with our trustworthy customers and partners’’, says the CEO of AXON Soft, Anca Vescan. These partnerships have been strengthened due to the fact that this company, which provides software development and IT consultancy services on Romanian and French markets, uses the latest technologies and very good professionals for project accomplishments. Among these IT specialists, there are also talented youngsters who earned IT master’s degrees and PhD.

Using a standardized and clearly defined methodology for software development, AXON Soft succeeds to remain flexible for its clients. “To exactly determine the goals of a project, the representatives of AXON Soft work in teams with the clients in order to define the functionalities of the project, the development approach and the proper technology stack’’, says the CEO of AXON Soft, Anca Vescan. When it comes to AXON Soft’s clients, they are from a wide range of vertical markets such as administration, agriculture, banking and financial services, commerce, industry, logistics, real estate, services and others. Among them, there are well-known names such as Optilogistic, Raiffeisen Bank and Transilvania Bank.

However, a great advantage of this company is the fact that it could offer strategic offshore/ nearshore approach, and the cultural similarities with Western countries are obvious. Another advantage is the excellent language skills of AXON Soft team members. The company from ClujNapoca grows into an extremely competitive IT environment. Cluj has become the main pole of development in the IT industry in Romania. The city has over 20.000 specialists in this domain, which made the French magazine Paris Match to name this city “The Silicon Valley from Romania’’. Moreover, according to ZDNet. com magazine, Cluj is the best environment for start-ups from this country. Every year, Technical University and Babes-Bolyai University ensures 2000 fresh computer science graduates on the IT market, and the Faculty of Mathematics and Informatics from Cluj is among the best 150 universities in the world, according to Shanghai Ranking from 2013. 37

Transylvania Today


LEARNING & DEVELOPMENT

Atracore is a dynamic Belgian-French-Romanian company, founded in 2012 and located in ClujNapoca, an exceptional location in Europe for the engineering and outsourcing of IT services. Atracore offers its services to companies operating in various fields such as pharmaceuticals, biotechnology and the financial sector at European level. Atracore provides services and advice for 3 areas: Training & Development (Moodle, Webinar, eLearning, instructor-led training) Information Technology (IT Support, Software Development, Project Management) Specialized Business Support (Data and Document Management, Quality Assurance and Translation) Atracore has more than 20 employees with a high level of education and expertise, enabling our company to offer solutions in a very competitive market. We are proud to successfully combine innovation and dynamism. Our services are for all companies and we are pleased to count among our clients ADECCO, XPE Pharma & Sciences, Bioformation, Marine Harvest, Adiutum, La Lorraine Bakery Group, D!NK, EUROCLEAR etc. Our team would be delighted to meet with you in order to present you in more detail our services and propose a customized solution for your needs. E-mail: office@atracore.com Web: www.atracore.com Phone: +40 (733) 942 056

BUSINESS SUPPORT

INFORMATION TECHNOLOGY

Atracore est une entreprise dynamique belgofranco-roumaine, fondée en 2012, située à ClujNapoca, un lieu exceptionnel en Europe pour l'ingénierie et l'externalisation des services d'informatiques technologiques. Atracore propose ses services aux entreprises opérant dans des domaines divers tels que le pharmaceutique, les biotechnologies et le secteur financier au niveau européen. Atracore fournit des services et du conseils pour 3 domaines : Formation & Développement (Moodle, W e b i n a r, e L e a r n i n g , f o r m a t i o n s a v e c instructeurs) Technologie de l'Information (Support Informatique, Développement de logiciels, Gestion de projets) Business Supports spécialisés (Gestion de données et de documents, Assurance Qualité et Traduction) Atracore compte plus de 20 collaborateurs ayant un niveau élevé d'éducation et d'expertise, permettant à notre entreprise de proposer des solutions sur un marché très compétitif. Nous sommes fiers de combiner avec succès l'innovation et le dynamisme. Nos services s'adressent à toutes entreprises et sommes fiers de compter parmi nos clients ADECCO, XPE Pharma & Sciences, Bioformation, Marine Harvest, Adiutum, La Lorraine, d!NK, EUROCLEAR etc. Notre équipe serait ravie de vous rencontrer afin de vous présenter plus en détails nos services et vous proposer une solution personnalisée à vos besoins.


Business

Du mobilier fabriqué en Roumanie à partir du chêne français www.hellin.fr

D

epuis 6 générations, une famille française transforme le bois pour en faire des choses utile à chacun d’entre nous. Cette tradition perdure depuis 1862, et suivant les évolutions économiques de la mondialisation a fini par s’installer en Roumanie. Il s’agit de l’entreprise de la famille GHILLEBAERT, qui démarra il y a plus d’un siècle et demi dans le Nord de la France. D’un menuisier de village, la société s’est transformée en une PME spécialisée dans la fabrication de petit meubles et de cercueils qui étaient à l’origine destinés à être vendu au monopole d’Etat.

arbre coupé presque 10 sont plantés. Nous aimerions pouvoir voir ça en Roumanie et nous sommes prêts à nous impliquer avec les autorités pour mettre en place une stratégie sur 50 ans et non pas à court terme comme c’est généralement le cas ici. » ajoute l’administrateur de MerisWood Industry. T

En 1989, l’entreprise familiale a été reprise par Mme Claudine GHILLEBAERTHELLIN. A cette époque, l’entreprise a décidé de diversifier sa production vers des meubles destinés aux institutions publiques comme les hôpitaux, bibliothèques, écoles, tout en gardant leur savoir faire de fabrication de cercueils en bois massif haut de gamme.

aille. Nous achetions du bois à travers le monde, faisions produire les meubles en Chine pour ensuite leur faire traverser la moitié du globe vers la France » se souvient Jean-Loïc. « nous avons alors cessé toute collaboration avec la Chine ». C’était aussi une façon d’anticiper les obligations écologiques et de développement durable qui devaient fatalement arriver en Europe. En 2000, avec l’arrivée de la jeune génération, Alors, devant trouver une alternative à leurs Jean-Loïc et Emmanuel, des contrats de sources asiatiques de production, Jean-Loïc distribution des meubles ont été signés et Emmanuel commencèrent à chercher des avec des enseignes de la grande distribution sites de production en Europe. Ayant déjà comme Auchan, Carrefour ou Cora. des partenaires en Hongrie et Slovaquie, ils se dirigèrent naturellement vers l’Est. Pendant près de 12 ans, les meubles, crées en France, étaient cependant produits en Chine. En 2011, ils eurent l’opportunité d’acheter En 2008, le chiffre d’affaires atteignait près les machines d’une société en liquidation de 8 millions d’euro. « A ce moment, nous à Sebes. La production se développa nous sommes demandé quel était le sens rapidement pour atteindre un effectif de ce business et vers quelle direction nous d’environ 80 personnes. Enfin, grâce à un voulions que notre activité professionnelle partenariat avec une entreprise Belge déjà installée, les machines furent transférées dans une usine spécifiquement construite pour MerisWood à JIBOU. « Désormais, je dirige la prodution en Roumanie et mon frère gère le commerce en France. Nous vendons principalement en France, Belgique et Suisse ; et 80% de notre activité se fait sur Internet » annonce Jean-Loïc Ghillebaert. Leur cœur de gamme est principalement constitué de meubles en chêne massif, acheté en France, mais aussi de bois locaux comme le hêtre ou le frêne. « Nous avons décidé de continuer à acheter notre chêne en France car la France possède une des forêt les mieux gérées du Monde ; pour chaque Transylvania Today

40

A la recherche des distributeurs en Roumanie Selon cet investisseur français, le niveau de vie en Roumanie, spécialement à Cluj où il réside, augmente à au rythme soutenu d’année en année. De plus, il affirme apprécier travailler avec des gens intelligents qui apprennent rapidement. Néanmois selon lui il y a un énorme déficit de formation des jeunes gens principalement au niveau des métiers manuels de production : JeanLoïc affirme qu’il lui a été quasiment impossible de recruter des personnes déjà formées aux métiers du bois. Il se plaint aussi de la lourdeur de la bureaucratie. Pour le moment, MerisWood Industry cherche des distributeurs pour ses meubles fabriqués à Jibou. Mais ils peuvent aussi mettre leur capacité de production au service d’entreprises qui viendraient avec leurs propres modèles.


Business

French Oak Furniture Made in Romania to a Belgian partner, Meris Wood Industry moved the machinery to Jibou, into a brand new factory built especially for them. “Now I manage the production in Romania, while my brother is in charge of sales in France. We sell to Belgium, Switzerland and France and 80% of the production is sold on the internet”, said Jean Loic Ghillebaert. The furniture is mainly made of solid oak, brought from France, but also local beech and other types of wood. “We prefer to bring oak from France because there almost 100% of the saw mills are certified and for every cut tree, another 10 are being planted. I would like to do something for the forests in Romania. To set up a 50 year strategy, not only for two-three years”, Jean Loic added. T La famille Ghillebaert-Hellin

F

or six generations, a French family shapes wood, turning it into useful things. A tradition which began in 1862 and has come, thanks to a globalized economic advancement, to Romania. We’re talking about the business of the Ghillebaert family, which began in northern France. The small family factory was producing small furniture as well as coffins, to be delivered, by contract to the state, which had monopoly in this field. In 1989, the family business was taken over by Mrs Claudine Ghillebaert-Hellin. Then, the production switched to furniture for public institutions such as hospitals, libraries or schools; keeping their high quality coffins’ activity.

via Auchan or Carrefour. For 12 years pieces of furniture have been produced in China, following designs provided by the French company, which had, by 2008, an income of six million euro. “That moment we wondered what we were doing, whether it made sense or not. We were buying wood everywhere in the world, produced in China then delivered to France”, Jean Loic recalls. He also anticipated the legislation on sustainability and dropped collaboration with the Chinese at that time.

They began seeking production sites in Europe. Having partners in Hungary and Slovenia, they decided to look east and finally ended up in Romania. Then in 2011, the French furniture manufacturer came to buy the machinery of another factory In 2000, the French factory was being in Sebeş, which had gone bankrupt. The lead by the next generation, Jean Loic and production went well for a while, reaching Emmanuel, and the furniture was being sold up to 80 employees. Subsequently, thanks

Looking for distributors in Romania According to the French investor, living standards in Romania are high, especially in Cluj, were he lives. Additionally he says he likes working with smart people, who work well and learn quickly. Nevertheless, he says that it is almost impossible to employ already skilled young people, especially for manual jobs in production. There is almost no professional education for young people in the country. He complains, however, of heavy bureaucracy. At the moment Meris Wood Industry is searching for distributors for the furniture produced in Jibou. In addition, the production capacity can be rented by those who want to manufacture furniture in Romania using their own design.

41

Transylvania Today


Business

moldovan Une boucherie au goût de chaqun

La boucherie Sânnicoara, l’une des plus importants producteurs de viande et des préparations de la viande du district de Cluj, a inauguré au début de Novembre 2016 une nouvelle unité de production dans le cadre du Centre Agro Transylvanie de Dezmir (district Cluj). L’investissement de 670000 euros est destiné à la préparation, à l’emballage et stockage des produits de la viande porcine, de la viande de volaille et de la viande bovine pour le segment HoReCa.

L

a boucherie, l’affaire de la famille Moldovan du Sânnicoara, est issue de la passion pour la préparation traditionnelle de la viande des deux hommes de la famille, le père Stefan et le fils Cosmin. En 1994, pendant qu’ ils sciaient du bois dans la cour du foyer familial, ils ont pris la décision d’ouvrir , dans le propre foyer, un atelier d’abattage des animaux, de tranchage et d’usinage de la viande. Un an plus tard, a vu le jour, à Cluj Napoca, le premier magasin Cosm-Fan, nom par lequel la société commerciale a été connue pendant 20ans. Grâce à la qualité des produits produits et à la ténacité d’Amelie, la femme de Cosmin qui est aussi manager de ventes de la société commerciale, le réseau de magasins s’est étendu, comptant aujourd’hui 28 magasins dans tout le district. Pendant les années 2007-2008, la société

commerciale a été reconstruite à partir de zéro avec l’aide des quelques fonds SAPARD qui sont allés essentiellement à la modernisation de l’espace de production. Cette affaire a permis que le portefeuille de la société commerciale s’agrandisse à 160 produits (des saucisses, du salami, de la charcuterie, baicon, des saucisses de Francfort, d’hachis conservés et de la viande fraîchement tranchée etc.) Dans les mêmes années, la famille Moldovan a investit dans un élevage des bovins à Mociu, où aujourd’hui sont élévés plus de 230 bovines de races : Charolaises, BlancBlue Belgian et Limousine.

que nous ne nous plafonnions pas, nous n’avons pas voulu seulement un nouveau produit, mais il fallait un changement majeur”, dit Cosmin Moldovan, le directeur général de la société commerciale. Le procès complexe de rebranding à apporté avec lui non seulement le changement du logo de la société et du nom du Cosm-Fan Boucherie en Moldovan- La Boucherie Sânnicoara, mais aussi un nouveau concept de magasin. Ainsi, dans les nouveaux magasins Moldovan, près de la zone de ventes de produits, il y a aussi une zone de bistro où les habitants de Cluj ont la possibilité de manger les produits fraîchement cuisinés.

Après 20 années d’activité, à cause du besoin d’allignement du commerce de viande et produits de la viande à Cluj aux standards et aux valeurs du monde européen, la famille Moldovan a pris une nouvelle décision: le „rebranding” de la société commerciale. “J’ai senti qu’il fallait changer quelque chose pour

Après deux ans de rebranding, la famille Moldovan continue toujours les investissements dans la modernisation des magasins et de la société commerciale. Et cela parce-que, ils ont été et ils sont toujours convaincus d’une chose: l’art de la famille doit aller plus loin avec succès. T

La Famille Moldovan Transylvania Today

42


Business

Due to the quality of the products and the tenacity of Amelia, the wife of Cosmin and sales manager of the company, the store network was expanded, currently counting 28 stores throughout the county. From 2007 to 2008, the company was rebuilt from the ground up using SAPARD Products for Every Taste funds that mainly served to modernize and industrialize the production space. This allowed the company portfolio to reach no he Moldovan family business in less than 160 products (sausages, salami, Sânnicoara emerged from the smoked ham, frankfurters, marinated minced passion that the two men of the meat and freshly sliced meat etc). In the same Moldovan family, father Ștefan time, the Moldovan family invested in a cattle and his son Cosmin, have for traditional meat ranch in Mociu, where they are currently processing. In 1994, while cutting wood, raising over 230 cows of the Charolaise, they decided to open a slaughtering, meat Limousin and Belgian Blue-White breeds. cutting and processing workshop in their own household. A year later, the first Cosm- Fan After 20 years, aiming to adjust the store, the name by which company was known meat trade and meat products in Cluj for 20 years, was opened in Cluj-Napoca. to European standards and values of the

T

world, the Moldovan family took a new decision: to rebrand the company. “We felt we had to change something and it wasn’t enough to bring out a new product, we wanted a major change.” says Cosmin Moldovan, general manager. The complex rebranding process has not only brought about a new company logo and a new name -Moldovan Sânnicoara Butcher Shop, but also a new store concept. Thus, the new Moldovan stores, in addition to selling the product, also provide a bistro area where the people in Cluj have the opportunity to enjoy freshly cooked dishes. Two years after the rebranding, the Moldovan family continued investing in modernizing the stores and the company. This is because they have always been fully convinced of one thing: the family craftsmanship must successfully go on. T

The Moldovan-Sânnicoara Butcher Shop, one of the largest producers of meat and meat products from Cluj, inaugurated a new unit of production within the Agro Transilvania Center in Dezmir (Cluj county) in early November. The 670,000 euro investment is destined for the preparation, packaging and storage of pork, chicken and beef products for the HoReCa sector.

www.carmangeriamoldovan.ro

43

Transylvania Today


Logos

Stationery

Visual Identity

Posters

Graphic solutions for your business

STUDIOUL alb office@studioulalb.ro Tel: +40 (0) 7255 96809

Business Cards


Tourism

Cluj est la communauté qui connaît la croissance la plus spectaculaire du tourisme en Roumanie. Cluj est la porte aérienne de Transylvanie, région qui a été en 2016 la destination d’excellence recommandé par Lonely Planet. L’Aéroport Cluj atteindra en 2017 à 2,2 millions de passagers. Il est le plus important aéroport en Roumanie après celui de Bucarest.

Il y a à Cluj aussi le plus grand festival, Untold, qui a recueilli en 2016 320.000 spectateurs et qui pourra attendre 350.000 spectateurs dans l’édition de 2017. En Cluj il y a aussi le deuxième festival de musique comme le nombre de spectateurs, Electric Castle. A Cluj est organisé aussi le plus grand festival de film en Roumanie, TIFF, le plus grand festival européen dédié au cinéma comédie, Comedy Cluj et le plus grand festival de jazz, Jazz dans le Parc. Dans le département d’état Cluj il y a aussi la plus visitée des attractions touristiques de Roumanie, Salina Turda, qui a recueilli plus de 600.000 visiteurs en 2016. Le tourisme de Cluj a un caractère de business, tandis que Cluj-Napoca est le deuxième centre économique et financier de Roumanie et le principal pôle de croissance de l’industrie informatique avec plus de 20.000 spécialistes dans ce domaine. Également à Cluj a été développé le tourisme culturel, grâce à les festivals. Pas moins, il a développé le tourisme de santé, milliers personnes viennent pour recevoir un traitement ophtalmique, dentaire et esthétique.

Transylvania Today

46

Cluj, le meilleur endroit pour le tourisme en Roumanie

Cluj, the Best Place for Tourism in Romania Cluj is the community with the most spectacular growth of tourism in Romania. It is Transylvania’s gateway, a region designated the destination of excellence in 2016, as recommended by Lonely Planet. In 2017, Cluj Airport will reach 2.2 million passengers. It is the most important airport in Romania after Bucharest. Cluj also hosts the largest festival in Romania, Untold, which gathered 320,000 spectators in 2016 and could exceed the threshold of 350,000 spectators at the 2017 edition. Moreover, Cluj County hosts the second music festival in number of spectators, Electric Castle. The largest film festival in Romania, TIFF, is organized in Cluj, the largest European festival dedicated to film comedy, Comedy Cluj, and the largest jazz festival, Jazz in the Park. Cluj County is the home of the most visited tourist attraction in Romania, Turda Salt Mine, with more than 600,000 visitors in 2016. Cluj tourism is business-like, since Cluj-Napoca is the second economic and financial centre in Romania and the main pole of growth in the IT industry with over 20,000 specialists in this field. Furthermore, cultural tourism has been developing in Cluj, thanks to these county festivals. Last, but not least, health tourism has emerged. Thousands of people come to receive ophthalmic, dental treatment and aesthetic surgery.

CLUJ-NAPOCA


La Mine de Sel de Turda Tourism

la plus visité attraction touristique de Roumanie

www.salinaturda.eu

L

a Mine de Sel de Turda est devenue, officiellement, la plus visité attraction touristique de Roumanie, avec plus des 600.000 visiteurs en 2016. C’est la deuxième mine de sel de l’Europe comme numéro de visiteurs et en même temps, le seul lieu souterrain du monde qui peut être visualisé avec l’application StreetView. Cette destination est entré en top 5 recherches par Google. La publication Business Insider a déclaré que la Mine de Sel de Turda est le plus beau lieu souterrain du monde. Les touristes viennent pour voir les puits creusés dans le sel depuis centaines années, mais aussi pour profiter d’autres attractions spectaculaires. Comme un ascenseur panoramique, une roue qui rappelle de Golden Eye de Londre, un lac souterrain ou les touristes peuvent naviguer avec le bateau, terrains de sport ou un amphithéâtre avec des sièges chauffants. La Mine de Sel de Turda a bénéficié d’une promotion intense au niveau international. Dans la vieille mine de sel ont été filmés scènes des films comme Batman. La Mine de Sel de Turda a été promu aussi par CNN, Weather Channel ou par la télévision d’état de Japon. Le reconnu guide de voyage Lonely Planet, qui a déclaré le Transylvanie comme destination d’excellence de 2016, a inclus la Mine de Sel de Turda parmi ses recommandations. Transylvania Today

48

Turda Salt Mine

the Most Visited Tourist Attraction in Romania Salina Turda has officially became the most visited tourist attraction in Romania, with over 600,000 visitors in 2016. It is the second salt mine in Europe in number of visitors and, at the same time, the only underground place in the world that can be visited using the StreetView application. Furthermore, this destination has entered the Top 5 Google searches.

The Business Insider publication declared Salina Turda the most beautiful underground place in the world. Tourists come to see the wells drilled in salt for hundreds of years, and to enjoy other spectacular attractions, such as a panoramic elevator, a wheel reminiscent of the famous Golden Eye in London, an underground saltwater lake where tourists can navigate using boats, sportsground or an amphitheatre with heated seats. Salina Turda enjoyed an intensive promotion at international level. Scenes from films were shot in the old salt mine, like Batman. Salina Turda was also promoted on CNN, the Weather Channel and on the Japanese state television. The renowned travel guide Lonely Planet, who declared Transylvania as destination of excellence in 2016, included Salina Turda among its recommendations.


Comptabilité Rémunération Conseil commercial et financier

0744 - 263.367 contact@fiscalconsulting.ro www.fiscalconsulting.ro


Business


Charters

Vols réguliers

CLUJ-NAPOCA

Tous les vols départ de Cluj


Weddings

Ă la carte

87 Fagului St., Cluj-Napoca, Cluj Tel: 0726 689 933 www.davinciristorante.ro

Private

Profile for TransylvaniaToday

Transylvania Today French Edition 2016  

Cluj-Napoca, La Capitale de l'innovation

Transylvania Today French Edition 2016  

Cluj-Napoca, La Capitale de l'innovation

Advertisement