__MAIN_TEXT__

Page 4

Spotlight

Les forces & les faiblesses de notre e-commerce

N

otre situation géographique est centrale, mais nos coûts salariaux sont trop élevés ; le VIL (Institut Flamand pour la Logistique) a prouvé à coups d’études approfondies ce que de nombreux acteurs du secteur avaient déjà compris. Néanmoins, les experts indiquent un certain nombre d’opportunités que nous devons saisir aujourd’hui – dans la mesure du possible. Timothy Vermeir

Au début de cette année, Comeos révélait les chiffres suivants : le commerce en ligne représente 7,13 pour cent du chiffre d’affaires total du secteur du détail dans notre pays, contre 6,44 % en 2014. Il s’agit donc d’une progression, bien que Comeos indique que la part qui s’échappe vers les acteurs étrangers croît aussi de 11 pour cent en 2015. 46,8 pour cent des achats en ligne des consommateurs belges sont réalisés à l’étranger.

Ludo Sys, expert chez VIL, ajoute une dimension supplémentaire à ces chiffres en signalant que la logistique derrière de nombreuses boutiques en ligne belges, partant la valeur ajoutée en termes d’emploi, se trouve à l’étranger. « Le traitement des commandes a également souvent lieu aux Pays-Bas, même s’il s’agit d’une entreprise belge. La conséquence étrange est qu’un article commandé sur une boutique en ligne belge sera

souvent livré plus rapidement aux Pays-Bas. Mon coeur logistique saigne », explique-t-il. « Au VIL, nous sommes frustrés de constater que de nombreux commerçants électroniques se trouvent juste de l’autre côté de la frontière, ce qui leur permet de se faire de l’argent sur nos dos. » Cependant, il ajoute que l’e-commerce crée une activité logistique dans notre pays même si le traitement des commandes en tant que

4

LM_37_FR.indd 4

3/03/16 13:35

Profile for transport media

Lm 37 fr  

Lm 37 fr