Page 1

FACE-À-FACE Caroline Scheufele Richard Branson Sugar daddy : prostitution 2.0

On en parle ?

Yémen

Une guerre oubliée

Vive la bralette ! Le Michelin de la discorde La dictature végane

MODE

Fan des 80’s

Printemps 2018 N°122 | CHF 6.– 00122 >

9 77 1 6 6 2 619008

CARA Génération Y


+41 21 642 32 66 | AUDEMARSPIGUET.COM

TO BREAK THE RULES, YOU MUST FIRST MASTER THEM.


LA VALLÉE DE JOUX. DEPUIS DES MILLÉNAIRES, UN ENVIRONNEMENT DUR ET SANS CONCESSION ; DEPUIS 1875, LE BERCEAU D’AUDEMARS PIGUET, ÉTABLI AU VILLAGE DU BRASSUS. C’EST CETTE NATURE QUI FORGEA LES PREMIERS HORLOGERS ET C’EST SOUS SON EMPRISE QU’ILS INVENTÈRENT NOMBRE DE MÉCANISMES COMPLEXES CAPABLES D’EN DÉCODER LES MYSTÈRES. UN ESPRIT DE PIONNIERS QUI ENCORE AUJOURD’HUI NOUS INSPIRE POUR DÉFIER LES CONVENTIONS DE LA HAUTE HORLOGERIE.

ROYAL OAK FROSTED GOLD EN OR ROSE

BOUTIQUES AUDEMARS PIGUET : GENÈVE | ZURICH


ŠPhotograph: patriceschreyer.com

C OL L E C T I O N

Villeret


R UE DU R HÔ NE 4 0 · 1 2 0 4 G ENEVA · TEL. +41 (0)22 312 59 39 B AHNHO FSTR ASSE 2 8 · PAR ADEPLATZ · 8 0 0 1 ZUR I CH · TEL. +41 (0)44 220 11 80


Master Control Chronograph Calibre Automatique Jaeger-LeCoultre 751G 265 composants, 28 800 alternances par heure


Some watches tell time. Some tell a story «

«

For nearly three centuries, Jaquet Droz has placed time under the banner of astonishment, excellence and constantly renewed creativity.

JAQUET DROZ BOUTIQUES GENEVA - PARIS - MOSCOW - DUBAI - TOKYO - HONG KONG - MACAU - SHANGHAI - BEIJING - SINGAPORE Discover our official point of sales on www.jaquet-droz.com


Petite Heure Minute Aventurine


OVERSEAS U N E I N V I TAT I O N A U V O YA G E

OVERSEAS CHRONOGRAPHE

Contactez-nous : +41 22 580 1755 Boutiques Vacheron Constantin Genève ∙ Lucerne ∙ Zurich


L’édito

REPAS DE FAMILLE Johnny a éclipsé la mort de Jean. Mais Jean ne lui en tiendra pas rigueur. L’écrivain déclarait lui-même sur le plateau d’Ardisson en 2008 « qu’il était très mauvais pour un écrivain de mourir en même temps que Piaf »… Ironie de la mort. Lazzi du calendrier. Johnny. Jean. Deux médiatisations. A l’image du dernier titre d’Orelsan, « Défaite de famille », ou de Festen, drame familial primé il y a quelques années à Cannes, on est consternés par le vaudeville Hallyday. La liste est pourtant longue des célébrités dont l’héritage a généré des conflits et des guerres de position proportionnelles à l’argent à gagner, mais devant cette « commedia dell’arte », on s’aperçoit que la vox populi est devenue une arme presque plus importante que les tribunaux dans notre société ultra-médiatisée. De la lettre « Cher Papa » envoyée intentionnellement par Laura à l’Agence FrancePresse au dernier cas Hulot – ni coupable ni blanchi, puisque pas formellement accusé –, il restera, comme le déplore l’avocat Henri Leclerc, une condamnation à une sorte de « suspicion » à perpétuité envers la veuve « abusive » et le ministre « vert ». Se pose alors la question du #fautiltoutdéballerenpublic ? Vaste sujet. On soulignera juste que toute révolution porte sa part de bruit et de fureur, et que ce qui risque d’arriver, c’est une société où les victimes n’iront plus saisir la justice, mais commenceront à balancer en frappant haut et fort. Alors, cher Jean, dans ce siècle où « règne le ressentiment », on se rappellera avec délice que la gaieté est une politesse. Dans ce monde 2.0 où chaque mot est retranscrit à tort et à travers, on n’oubliera pas que vous pratiquiez à merveille cet art en voie de disparition qu’est la conversation ! Dans cet ouragan féministe ambiant, on se souviendra qu’en 1979, vous avez eu l’idée « loufoque » de faire entrer une femme sous la Coupole en faisant fi des plaisanteries graveleuses de vos condisciples. Vous qui aimiez le soleil, la mer, les jolies femmes, la politique, l’art des mots, vous aviez beaucoup de dons, mais surtout celui du bonheur. Alors, parce que je n’ai pas pu vous rendre hommage avant et que votre dernier ouvrage me laissera orpheline de vos délicieuses dédicaces, je vous dédie ce premier numéro de l’année et je joins un billet d’humour que vous avez signé, où la drague n’est pas un délit, ni la galanterie une agression machiste. So, love it !

Par Siphra Moine-Woerlen, directrice de la rédaction | Illustration Marc-Antoine Coulon > Galuchat


SOMMAIRE

PRINTEMPS 2018

13 L’ÉDITO

de Siphra Moine-Woerlen

RENDEZ-VOUS 42

BOUILLON DE CULTURE

44

JESSIE REYEZ

48

GUILLAUME GALLIENNE

56

COVER STORY

COVER Cara Delevingne, visage de la nouvelle ligne de soins Dior Capture Youth est photographiée par

Jean-Baptiste Mondino pour Christian Dior Parfums. Mise en beauté par Kate Synnott avec les soins Capture Youth Age-Delay Advanced Creme, Capture Youth Glow Booster Serum, Capture Youth Lift Sculptor Serum. Coiffure Ben Skervin. Manucure Ama Quashie. Cara Delevingne porte un pantalon et des bijoux Dior, stylisme Gillian Wilkins.

D’ici et d’ailleurs Watch out ! Oh César

Cara, génération Y

MAGAZINE 26

LE SUJET QUI DIVISE

28

LE MOT DU MOMENT

50

BILLET D’HUMEUR

60

ENQUÊTE

Drôles d’étoiles

Le thug décrypté

La dictature végane Promotion couronnée

66 PHÉNOMÈNE DE SOCIÉTÉ

Sugar daddy

68

PORTRAIT EXCLUSIF

72

GRAND FORMAT

Le mannequin Iris Apfel, 94 ans

16

Richard Branson, self-made-man Yémen, chronique d’une mort annoncée


Collection Frivole Bague Entre les Doigts, or jaune et diamants.

Haute Joaillerie, place Vendôme depuis 1906

GENÈVE - 31, rue du Rhône www.vancleefarpels.com - +41 22 311 60 70


ART DE VIVRE 34

WHAT’S UP ?

Adresses printanières

150 UN HÔTEL, UNE LÉGENDE

Il était une fois Vienne et le Bristol

154 BLIND DATE

Avec le chef Francesco Gasbarro

156 ÉCHAPPÉE BELLE

Sur les rives du lac de Lugano

160 CARNET DE VOYAGE

Traversée d’un Vietnam joyeux

AUTO, MOTO, ÉCO ! 110 LES PAGES ÉCO

E-commerce, le nouveau vert ? Le phénomène « Smart City »

112 BELLES MÉCANIQUES

Hyundai, Kona is the new black ! Chapeau Volvo !

114 TOUR DE PISTE

Dans les coulisses de la F1

HORLOGERIE/JOAILLERIE 84

TÊTE-À-TÊTE

88

SÉLECTION HORLO

98

FRÉDÉRIQUE CONSTANT

Avec Caroline Scheufele Coups de cœur au SIHH Montre 3.0

102 SHOOTING HORLO

Underwater love

MODE

128 CATWALK

L’essentiel printemps-été 2018

132 LA BRALETTE

Cool et coquette

134 SHOOTING MODE

80’s is the new sexy !

BEAUTÉ 146 CHOIX DE SAISON

18

Wishlist !


RETRO/CHF/F/060715

Gestion de Sélection Made fortune avec mondiale des in les entrepreneurs meilleures actions Geneva

Confiez votre portefeuille à une banque des entreprises

La présente annonce est exclusivement publiée à des fins d'information et ne constitue en aucun cas une offre ou une recommandation en vue de l’achat de produits ou la fourniture de services financiers. Elle ne peut être considérée comme le fondement d’une décision d’investissement, qui doit reposer sur un conseil pertinent et spécifique. Les transactions portant sur les fonds de placement sont soumises à des lois et des dispositions fiscales dans différents ordres juridiques. L’investisseur est personnellement responsable de se renseigner sur ces dernières et de les respecter. Les indications concernant des transactions sur les fonds de placement ne doivent pas être interprétées comme étant un conseil de la BCGE.

La projection cartographique de la terre de Buckminster Fuller est un icosaèdre à très faible déformation. Elle repose sur le découpage du globe en 20 triangles, qui, dépliés, projettent une image unifiée où les continents forment une seule île dans un océan. The Fuller Projection Map design is a trademark of the Buckminster Fuller Institute. ©1938, 1967 & 1992. All rights reserved, www.bfi.org

n

La Banque Cantonale de Genève est une banque universelle. Une banque commerciale, de terrain, qui travaille au quotidien avec les entreprises.

n

C’est ainsi que nous apprenons à repérer et à évaluer les meilleures sociétés. C’est en leur sein que se créent la valeur et la performance.

n

Nos mandats de gestion tirent avantage de cette expérience et de cette présence dans l’économie réelle.

n

Mettez-nous à l’épreuve. Echangeons nos points de vue. Nos gérants se tiennent à votre disposition pour partager leurs convictions et leurs analyses.

Genève

Zürich Lausanne Lyon Annecy Dubaï Hong Kong

www.bcge.ch/bestof

Paris

+41 (0)58 211 21 00

Une prestation du programme BCGE Avantage service


L’HOMMAGE

Illustration Isabelle Emme

LE FRANÇAIS, UNE LANGUE ANIMALE « Que vous soyez fier comme un coq, fort comme un bœuf, têtu comme un âne, malin comme un singe ou simplement un chaud lapin, vous êtes tous, un jour ou l’autre, devenus chèvre pour une caille aux yeux de biche. Vous arrivez à votre premier rendez-vous fier comme un paon et frais comme un gardon et là… pas un chat ! Vous faites alors le pied de grue, vous demandant si cette bécasse vous a réellement posé un lapin ? Mmm, il y a anguille sous roche ! Et pourtant, le bouc émissaire qui vous a obtenu ce rancard, la tête de linotte avec qui vous êtes copain comme cochon, vous l’a certifié : cette poule a du chien, une vraie panthère ! C’est sûr, vous serez un crapaud mort d’amour. Mais tout de même, elle vous traite comme un chien. Vous êtes prêt à gueuler comme un putois quand finalement la fine mouche arrive. Bon, vous vous dites que dix minutes de retard, il n’y a pas de quoi casser trois pattes à un canard. Sauf que la fameuse souris, malgré son cou de cygne et sa crinière de lion, est en fait aussi plate qu’une limande, myope comme une taupe, elle souffle comme un phoque et rit comme une baleine. Une vraie peau de vache, quoi ! Et vous, vous êtes fait comme un rat.

Vous roulez des yeux de merlan frit, vous êtes rouge comme une écrevisse, mais vous restez muet comme une carpe. Elle essaie bien de vous tirer les vers du nez, mais vous sautez du coq à l’âne et finissez par noyer le poisson. Vous avez le cafard, l’envie vous prend de pleurer comme un veau (ou de verser des larmes de crocodile, c’est selon). Enfin, vous finissez par prendre le taureau par les cornes et vous inventer une fièvre de cheval qui vous permet de filer comme un lièvre. Ce n’est pas que vous êtes une poule mouillée : vous ne voulez pas être le dindon de la farce. Vous avez beau être doux comme un agneau sous vos airs d’ours mal léché, il ne faut pas vous prendre pour un pigeon, car vous pourriez devenir le loup dans la bergerie. Et puis, ça aurait servi à quoi de se regarder comme des chiens de faïence ? Après tout, revenons à nos moutons : vous avez maintenant une faim de loup, l’envie de dormir comme un loir et, surtout, vous avez d’autres chats à fouetter. » Billet d’humour, Jean d’Ormesson

À LIRE OU À RELIRE LA GLOIRE DE L’EMPIRE

AU PLAISIR DE DIEU

C’ÉTAIT BIEN

Il obtiendra le Grand Prix du roman de l’Académie française.

Certainement son roman le plus important, assoyant définitivement sa réputation.

L’heure de s’interroger sur la réalité du bonheur.

Publié en 1971, éd. Gallimard

Publié en 1974, éd. Gallimard

Publié en 2003, éd. Gallimard

16


CONTRIBUTEURS

& COMPLICES

MANON VOLAND GILES CLARKE

Après avoir fait ses classes dans la pub, la TV et la mode aux quatre coins du globe, Giles Clarke décide de prendre un grand virage et de partir pour le terrain. Des guerres passées sous silence aux zones sensibles, il se fait messager des causes humanitaires. Salué pour son travail de photoreporter au sein de l’agence Getty Images, ce New-Yorkais d’adoption voit régulièrement ses clichés publiés dans The Guardian, The New York Times, The Washington Post, Paris Match… et utilisés par Amnesty International et les Nations unies. Pour ce Grand Format, il témoigne de la guerre au Yémen et des cris sourds d’un peuple oublié.

JEAN-BAPTISTE MONDINO

Qui d’autre pour capturer l’indomptable Cara Delevingne ? Celui qui compte parmi les photographes de mode iconiques nous a fait l’honneur d’une série de photos insolentes de sensualité. Plus de quarante ans que Jean-Baptiste Mondino roule sa bosse aux côtés des plus grands noms. Madonna, Prince, Bowie, Paradis ou encore Björk sont passés derrière son objectif. Tel un caméléon, l’artiste aux mille et une facettes passe de la photographie à la réalisation de clips complètement fous, et révolutionne à sa sauce le monde de l’image. Erotisme, glamour, provoc… Coup de projecteur sur un maître incontesté !

18

Génération Y, mots d’esprit et plume piquante, Manon Voland se plaît à dire tout haut ce que certains pensent tout bas. Elle aime bousculer les codes, taper du poing sur la table en décryptant les grandes figures et les phénomènes de société. De Rossy de Palma à Clint Eastwood en passant par #Balancetonporc et autres « sugar daddies », elle a rencontré pour ce premier numéro de l’année Cara Delevingne, qui lui a parlé de ses followers, des millénials... Tout un programme !


CALIBRE RM 037

BOUTIQUES RICHARD MILLE

© Didier Gourdon

SUISSE Rue du Rhône 78 1204 Genève - Tél.: +41 22 810 85 73 • Quai du Mont Blanc 19 1201 Genève - Tél.: +41 22 732 20 22

www.richardmille.com


Objets de désir

1.

2.

COULEUR THÉRAPIE

3.

5.

1. Gucci, baskets en cuir métallisé arc-en-ciel Ace. CHF 530.– / 2. Philippe Model, sneakers Tropez en daim et en nylon. CHF 290.– / 3. Dior, sneakers maille technique contrastée rouge et noire. CHF 672.– / 4. Christian Louboutin, baskets Sailor Boat Vernis Loubitag. CHF 835.– / 5. Philipp Plein, sneakers montantes Alec two en cuir de veau. CHF 1'010.– / 6. Dolce & Gabbana, sneakers Portofino en cuir de veau imprimé avec applications de broderies. CHF 845.– / 7. Valentino, sneakers Heroes Tribe en cuir de veau et en tissu stretch. CHF 750.–

6.

7. 30

4.


Ild�i

www.adler.ch


What’s up Switzerland ?

SWEET ESCAPE

CHA BULLE POUR MOI La boisson taïwanaise a le vent en poupe, et ce n’est pas le Lemoncha qui dira le contraire ! Rue des Etuves, le repaire des fondus de bubble teas ne désemplit pas… Savant mélange de thé vert ou de thé noir, agrémenté à souhait de lait de soja et de perles de tapioca, le bubble tea y est roi. Customisée et aromatisée au gré des envies, cette boisson en vogue se sirote sans modération sur place ou à l’emporter. www.lemoncha.com

SMILE, THERE IS COFFEE ! Vous carburez au café ? Ça tombe bien, on vous embarque pour le Luma Coffee. Rue des Eaux-Vives, cette petite adresse redonne le sourire aux passants en mal de caféine. Depuis peu, le Luma est devenu la botte secrète des aficionados de la petite graine. Or noir du Honduras et cafés allongés, bien serrés ou relookés à coups de « latte arte » font le bonheur des novices et des puristes sous un même toit. Rue des Eaux-Vives 8 – 1207 Genève

Besoin d’une escapade sans aller loin ? Les pieds dans l’eau, l’élégant Beau-Rivage Neuchâtel pourrait bien être l’adresse idéale pour un week-end de parfait « lâcher-prise », vue prodigieuse en prime ! Bercé par le lac, l’établissement aux cinq étoiles dispose d’un panorama unique, avec pour toile de fond l’Oberland bernois. A quelques pas du cœur historique de la capitale horlogère, et au beau milieu d’un écrin de verdure, l’expérience se fait plurielle. Côté ambiance, l’institution neuchâteloise, membre des Relais & Châteaux, flirte avec les charmes d’un style rétro et le cachet d’un design épuré. Chaque chambre est une bulle de confort. Autre atout charme dudit lieu : les plaisirs de la table. Baigné de lumière, le restaurant gastronomique O’terroirs (16 points au Gault & Millau) sublime les produits régionaux comme jamais... Allez, une dernière absinthe artisanale sous la véranda et vous pourrez filer retrouver les bras de Morphée. BEAU-RIVAGE HOTEL

Esplanade du Mont-Blanc 1 – 2000 Neuchâtel – T. +41 (0)32 723 15 15 – www.beau-rivage-hotel.ch

NOUVEAU QG Ouverture d’une petite adresse de quartier comme on les aime chez nos amis vaudois. En lieu et place de l’ancien Bazart Café, la table Enfaim a pris ses quartiers avenue de France et entend bien faire parler d’elle ! D’ici et d’ailleurs, la déco est soignée et les plats sont délicatement parfumés... Règle numéro 1 chez Enfaim : on ne fait pas les choses à moitié. Rien de compliqué toutefois, simplement du fait-maison, quelques souvenirs de vacances, une touche de tradition, et parfois de fusion. Le lieu est joyeux, les petits détails sont nombreux. L’accueil, lui, est parfait. Quant au bami goreng et autres tartares… On en raffole ! De belles soirées à la clé. ENFAIM

Avenue de France 38 – 1004 Lausanne – T. +41 (0)21 625 37 37

34


Bouffée d’air | En quête d’évasion et d’un joli cocon ? Direction le cœur d’un

des plus hauts villages d’Europe, au Chandolin Boutique Hotel : un charmant quatre-étoiles qui se fond dans la nature. Perché à 2'000 mètres, le refuge semble bien loin des tracas quotidiens. Adresse soignée, vue magistrale sur le val d’A nniviers… l’hôtel propose été comme hiver des packages sur mesure aux mordus de montagne. Côté bouche, le dépaysement est de mise et s’invite à la table du Chandolin, avec une sélection de vins valaisans et de produits du terroir, pour une cuisine raffinée et authentique chère à la région et à l’établissement. Petit plus de cette ascension au sommet des cimes : le confort des chambres, élégantes et baignées de lumière. Chandolin ? Vous avez dit Chandolin ? CHANDOLIN BOUTIQUE HOTEL

Route des Plampras 10 – 3961 Chandolin – T. +41 (0)27 564 44 44 – www.chandolinboutiquehotel.ch

MIAM MIAM MIAM !

Renaissance | Coup de jeune pour le Café

Lyrique. Passée au bistouri, la brasserie un peu plus que centenaire a rouvert ses portes il y a peu. Rendez-vous du Tout-Genève, la voisine du Grand Théâtre n’a rien perdu de ses charmes et de son caractère. Un pari réussi pour ce bistrot d’époque qui a su se réinventer tout en maintenant les grands classiques à la carte et en conservant la beauté de son cadre Second Empire et son atmosphère irrésistiblement poétique. Inspirations Art déco et extrême-orientales, références lyriques, matériaux nobles, peps et couleurs… la critique est unanime ! Le Café Lyrique signe son grand retour et garde ses lettres de noblesse. A la brasserie et au restaurant viennent s’ajouter un coin boudoir, une cave à vin et un espace bar. Mission : étoffer l’offre du Lyrique et convier au fil de la journée les habitués comme les initiés à des instants de vie et de détente rares et hors du temps.

CAFÉ LYRIQUE Boulevard du Théâtre 12 – 1204 Genève

T. +41 (0)22 328 00 95 – www.cafe-lyrique.ch

Bonnard ! | Nouveau registre pour le chef Serge Labrosse. L’étoilé s’est penché sur la street

food, y a mis son petit grain de sel et a décidé d’offrir aux Lausannois… des instants « bonnards » ! Au petit matin, passage par la roulotte pour piocher parmi l’un des grands crus arabica ou la formule Instant Breakfast. Sur les coups de midi, place à l’Instant Burger ou à un fish & chips relooké, entendez par là filets de perche version tempura. Et pour bien finir la journée, un afterwork « pick & drink » autour d’une planchette, de bruschettas et de quelques tapas. Ici, la cuisine de rue se décline autour du bio, du local et du home made... et se redessine au gré des saisons. L’INSTANT B Rue du Petit-Chêne 11 – 1003 Lausanne – T. +41 (0)21 312 40 12 – www.instantb.ch

35


VIGNETTES DOUILLETTES

ART AFFAIR « When art meets beauty », voici le nouveau credo de la maison Valmont ! L’univers des célèbres cosmétiques suisses s’accompagne désormais en boutique des œuvres de l’artiste berlinois El Bocho. Du street art qui fait le lien entre chaque espace et donne le ton de la philosophie de la beauté « Swiss made » à travers le monde. Adepte des cœurs urbains et des plus belles institutions, la maison Valmont a ouvert début mars au quatrième étage du Bongénie Lausanne. Un écrin arty pour la crème de ses soins. A nouvelle adresse nouvelle toile : la dernière œuvre en date de l’artiste El Bocho, Sister « Green and Red ». Un concept qui a « tout bon » !

Ouverture à Carouge d’un hôtel dédié à la bande dessinée  ! 119 chambres aux couleurs du 9e art et un lobby hommage à son inventeur, le dessinateur genevois Rodolphe Töpffer. Décoré grâce aux coups de crayon des plus grands artistes, l’établissement promet de voir défiler les passionnés de BD ! www.ibis.com

LA MAISON VALMONT c/o Bongénie Lausanne, 4e étage

LA PORTE À CÔTÉ A défaut de pouvoir pousser les murs, le concept-store déménage à quelques numéros de sa première arcade. Pas de panique, le concept créatif n’a rien perdu de sa superbe et mêle toujours autant les talents ! Permanents ou de passage, la communauté Foound continue de faire des émules et de s’agrandir. www.foound.ch

MIA TAQUERÌA Depuis quelque temps, les taquerìas ont le vent en poupe, et une fois que l’on a passé la porte de Los Cuñados aux Eaux-Vives, on comprend mieux pourquoi. Ici, on a le goût du fait-maison, de la tequila frappée, de l’accueil et des tacos bien relevés. Béguin pour les figurines de luchadores et l’ambiance so mexicaine ! www.taquerialoscunados.ch

Place Saint-François 10 – 1003 Lausanne T. +41 (0)21 345 27 25 – www.valmontcosmetics.com

DE L’ART ET DES LIVRES Merveilleuse idée des éditions Take5 à Fribourg ! Des livres délicieusement arty, où les mots se mêlent aux talents des plus grands artistes contemporains. Photographie, design et graphisme… pour expérimenter la littérature autrement. Des collaborations éditoriales inédites, pensées en petites éditions… pour laisser place à des pièces tout simplement uniques ! ÉDITIONS TAKE5

www.take5editions.com

EAU À LA CARTE Les parfums Ex Nihilo prennent leur quartier au Bongénie. Pile dans l’air du temps, ces nouvelles eaux sentent bon la French touch et se déclinent à l’infini. Entrée dans l’ère du sur-mesure, la maison parisienne a développé une ligne de huit jus à adopter à l’état pur ou à calibrer selon votre personnalité et vos envies. Une touche de jasmin, une note de santal ou de vanille Bourbon... la fragrance se compose sous vos yeux (ou plutôt sous votre nez), pour un dosage parfaitement à votre image. A la carte, des matières nobles, un précieux dosé à votre guise et un flacon qui, si vous le souhaitez, pourra être gravé de vos initiales. EX NIHILO

Par Delphine Gallay

Bongénie Grieder – Rue du Marché 34 – 1204 Genève T. +41 (0)22 818 11 11 – www.bongenie-grieder.ch

36


BENBEN.CH

A UN IQUE PLACE FOR UN IQUE WATCHES

Q U A I D U M O N T- B L A N C 1 9 , C H - 1 2 0 1 G E N E VA • W W W. M O N T R E S P R E S T I G E . C H


L’objet culte !

LA CHAISE

FOURMI LE CRÉATEUR

L’architecte et designer Arne Jacobsen, issu du courant fonctionnaliste danois, doit en partie sa notoriété à la chaise Fourmi. Père du modernisme organique, il donna naissance à bien d’autres objets cultes, tels que les fauteuils Egg et Swan. La Série 7, déclinaison de la chaise Fourmi maintes fois copiée mais jamais égalée, est le meuble danois le plus vendu au monde.

ET... ACTION !

En 2012, le restaurant Fifteen du chef Jamie Oliver fêtait ses 10 ans avec « The BIG Chair Project ». Vingt artistes et designers, dont Paul Smith, furent mandatés pour customiser les célèbres sièges, afin de récolter des fonds en faveur de la Better Food Foundation lors d’une vente aux enchères. Une double célébration, car la chaise fêtait également ses 60 ans.

Toujours au goût du jour, l’une des créations phares de l’architecte et designer Arne Jacobsen est une véritable icône du mobilier du XXe siècle. Initialement créée pour le réfectoire d’un laboratoire pharmaceutique, la chaise Fourmi est rapidement devenue une pièce incontournable du design scandinave. Grâce à son exposition au Musée des arts décoratifs danois au printemps 1952, le meuble est passé à la postérité et a offert une reconnaissance internationale à son créateur. Arne Jacobsen s’était inspiré de la silhouette d’une fourmi pour créer cette chaise au design organique. Avec ces trois pieds en acier, la ressemblance avec l’insecte est accentuée. Inspirée par la nature, l’assise, composée d’une seule pièce de bois pressée et moulée, arbore des courbes parfaitement dessinées. En plus de son confort, la chaise se caractérise par une robustesse qui lui assure une longue durée de vie. Le créateur a proposé par la suite une version avec quatre pieds, aux lignes moins échancrées. Toujours éditée par Fritz Hansen, la chaise Fourmi se décline en différents matériaux et couleurs, pouvant ainsi s’accorder à tous les intérieurs.

L’ORIGINE

La Fourmi doit ses origines à une commande de 300 chaises passée au fabricant Fritz Hansen en 1951 par le laboratoire pharmaceutique danois Novo Nordisk, numéro un mondial de l’insuline. Il fallait une chaise à la fois légère, fonctionnelle, confortable et empilable pour la cantine de l’établissement de Fuglebakken, situé au cœur de l’île de Sjælland.

Par Karin Falk

40


# W A T C H B E Y O N D

B R V 2 - 9 4 S T E E L H E R I TA G E · B e l l & Ro s s S u i s s e : + 4 1 3 2 3 3 1 2 6 3 5 · e - b o u t i q u e : w w w. b e l l ro s s . c o m


Rose bonbon, bleu poupon

VÉNUS

VS MARS Hahn/Cock, Katharina Fritsch, 2010.

Cette saison, les maisons de parfum s’amusent des clichés et imaginent des fragrances tantôt viriles et puissantes, tantôt légères et sucrées… Une ode à la personnalité !

L’ANIMAL

L’AMANT

Dior, Sauvage

Prada, L’Homme Prada L’Eau

LE CONQUÉRANT

LE CITADIN

Paco Rabanne, Invictus

Hugo Boss, Urban Journey

L’IMPERTINENTE

L’ENVOÛTANTE

Azzaro, Mademoiselle

Dior, Poison

LA SENSUELLE

L’AFFRANCHIE

Issey Miyake, L’Eau d’Issey

Chanel, Coco Mademoiselle

Par Jade Boissonnet

Femme avec chien, Katharina Fritsch, 2004.

52


e x p l o re t h e e n er g y o f c re at i o n SHAMBALLA Braided Bracelet, SHAMBALLA Lock Bracele, SHAMBALLA Spinner Ring | Black Diamonds, Black Rhodinated Gold

Find your nearest retailer at shamballajewels.com | Follow us on Instagram @shamballajewels

g r a n d h o t e l k e m p i n s k i , q u a i d u m o n t - b l a n c 19 , 12 01 g e n e v a


Cover story

56

Cara est entièrement habillée par Dior Stylisme Gillian Wilkins Mise en beauté avec Capture Youth Age-Delay Advanced Creme, Capture Youth Glow Booster Serum, Capture Youth Lift Sculptor Serum par Kate Synnott Coiffure Ben Skervin Manucure Ama Quashie


LA MÔME QUI PÈSE 41 MILLIONS LA MODE APRÈS TOUT

Si Lagerfeld la décrit par « son petit visage, ses sourcils épais et sa silhouette d’oiseau gracile », le mot à retenir pour dépeindre la jolie Britannique est le pileux « sourcil ». Véritable catalyseur de sa carrière, ces touffus compagnons sont devenus sa marque de fabrique, son étendard. Un tapis broussailleux qui fait jaser au pays de la mode et du 7e art, où toute pilosité déployée est une affaire d’Etat, et de règne animal. Mais la rebelle Cara n’en a cure, elle qui se définit comme « passionnée, résolue et ouverte ». Repérée par la même dénicheuse de talents que la « brindille » Moss, la jeune Delevingne fait ses premiers pas dans les pages de Vogue Italie, avant de devenir le visage de Burberry à peine la majorité atteinte. Elue mannequin de l’année par le British Fashion Council en 2012, elle apparaît sur la liste des top models les mieux payés du monde deux ans plus tard, avec près de 3,5 millions de dollars par an (!). Un début de carrière sur les chapeaux de roue pour celle qui dit « ne pas aimer Cara le mannequin », et qui préfère un look « badass » androgyne aux robes moulantes de ses consœurs.

LE CINÉMA COMME ÉVIDENCE

Comme un adieu à ses vieux démons du mannequinat, la belle effectue un virage à 180 degrés en 2015 pour se consacrer uniquement à son idéal de toujours, le cinéma. Propulsée sous le feu des projecteurs avec La Face cachée de Margo, elle apparaît ensuite dans le blockbuster super-héroïque Suicide Squad (2016) et se révèle dans Valérian (2017), le dernier-

A 25 ans, la nouvelle coqueluche d’Hollywood et ancienne star des catwalks est un véritable électron libre. Mode, cinéma, écriture, nouvelle égérie de la gamme Capture Youth de Parfums Christian Dior : tout ce Cara Delevingne touche se transforme en or. Rencontre avec cet ovni

de 1m76.

Par Manon Voland | Photos Jean-Baptiste Mondino pour Parfums Christian Dior

né de Luc Besson. Mais le rêve prend comme un goût de cauchemar lors du tournage de Tulip Fever (2017), au cours duquel la Britannique croise le chemin de Harvey Weinstein, dont la société distribue le film. Hyper-médiatique, l’actrice balance son porc et le harcèlement dont elle a fait l’objet sur Instagram, sa plateforme de prédilection, où elle cumule près de 41 millions de followers. Véritable prescriptrice de tendance chez les millénials, son témoignage fait écho au ras-le-bol ressenti par cette génération face à une hypocrisie bien ancrée, mais atteste également de son propre tempérament et courage. « Je souhaite que chaque femme sache qu’être harcelée, agressée, violée n’est jamais sa faute. Se taire causera toujours plus de ravages que de dire la vérité. Je suis soulagée de pouvoir partager cela, de servir de portevoix. Et fière de toutes ces femmes qui ont trouvé la force de parler. »

LE RÔLE D’UNE VIE

Porte-parole des fléaux de sa généra-

57

tion, Cara l’audacieuse s’en revendique et s’assume : « Je pense que prendre des risques et pousser l’enveloppe ont été des parties importantes de ma vie. » Cette fille d’aristocrates britanniques n’hésite pas à parler des dessous de son enfance en apparence gâtée, et des failles qui la rongent. Dépressive à 15 ans, elle est le bouc émissaire de ses camarades d’école, qui la juge trop « plate » et trop peu féminine pour son âge, tout en souffrant d’une mère camée. Cette cassure, c’est aussi le point de départ de sa guérison par le cinéma, qui l’a aidée à devenir cette jeune femme garçon manqué, bisexuelle assumée et hyperactive qu’elle est. C’est dans son premier roman, Mirror, Mirror (2017) qu’elle exorcise ses harpies en racontant l’histoire de teenagers en proie à un âge particulièrement ingrat. A la manière de la devise de Capture Youth de Parfums Christian Dior – « Yesterday is over. Tomorrow is too late. The time is now » –, Cara Delevingne veut désormais avancer et profiter. « J’essaie de vivre à fond le moment présent ».


L’INTERVIEW En véritable caméléon, vous menez de front plusieurs carrières et passions. Mannequinat, cinéma, musique, écriture, yoga… et, depuis peu, égérie Capture Youth. On ne vous arrête plus ! Je suis une grande passionnée ! J’adore me fondre dans des personnages et me sentir une personne différente au quotidien. Chacun de ces domaines me permet de laisser libre cours à ma créativité… J’ai beaucoup de chance, vous savez ! Enfant, j’étais un vrai garçon manqué et je ne m’intéressais pas trop au monde de la beauté ou de la mode. Aujourd’hui, je suis égérie pour Capture Youth. C’est une nouvelle étape et je suis vraiment touchée que Parfums Christian Dior ait pensé à moi pour incarner les femmes de ma génération. Je suis fière de compter parmi les ambassadrices de la marque aux côtés de Natalie Portman, Jennifer Lawrence, Charlize Theron ou Rihanna… Ce sont de véritables modèles, des femmes fortes qui n’ont pas peur de faire des choix artistiques courageux. Lorsqu’on regarde l’ensemble de votre filmographie (Anna Karénine, Suicide Squad, Tulip Fever ou plus récemment Valérian), on se dit que sortir des cases est décidément votre source d’inspiration. En effet, je marche au coup de cœur. Je choisis des rôles très différents, même si j’interprète toujours des rôles de femmes fortes qui, quelque part, me ressemblent un peu. Mais s’il le faut, je n’hésite pas à me dévoiler. Dans mon dernier livre, je me suis librement inspirée de ma vie pour décrire cette période de transition difficile qu’est l’adolescence et livrer certaines failles ou interrogations auxquelles on est confronté lors de ce processus d’acceptation de soi.

Je serais tentée de reprendre la devise de Capture Youth : « Yesterday is over. Tomorrow is too late. The time is now. » Elle décrit parfaitement ma philosophie de vie ! J’essaie de mon mieux de vivre à fond le moment présent, de profiter de chaque instant et, surtout, de ne jamais rien considérer comme acquis. Vous savez, la jeunesse, ce n’est pas seulement paraître jeune, c’est avant tout se sentir jeune. Pour ma part, la prise de risque et le fait de repousser mes limites sont deux éléments qui jouent un rôle majeur dans ma vie. Je suis un véritable électron libre, je n’aime pas rester au même endroit trop longtemps. Je suis constamment à la recherche de nouveaux défis. J’aime me poser des questions, trouver la vérité, créer des liens profonds et surtout essayer de répandre autant de joie que possible ! Selon vous, qu’est-ce qui fait la « jeunesse » d’une femme ? Son âge, son style, son maquillage ou son attitude ? C’est l’énergie qui fait la jeunesse, tout est là. L’âge n’est qu’un chiffre ! Vieillir ne me préoccupe pas du tout. Je vois plutôt cela comme l’acquisition de la sagesse et de l’expérience. Il faut savoir apprécier son âge. C’est un peu cliché, mais je pense que la beauté vient avant tout de l’intérieur. On me dit souvent que j’ai un esprit « jeune », et je crois sincèrement que c’est ce qui me permet de ne pas avoir peur de vieillir ou de changer.

Si vous deviez résumer votre personnalité en trois mots ? Passionnée, résolue et ouverte !

En faisant fi des diktats et des codes, y a-t-il un « risque » que vous êtes heureuse d’avoir pris ? Pour certains, mes tatouages étaient une prise de risque. Mais, vous savez, ils ont tous une signification spéciale à mes yeux. Et puis il y a la fois où je me suis rasé la tête ! Pour dire vrai, je ne me suis jamais sentie aussi forte et libérée qu’en franchissant ce cap, même si j’avoue que sauter le pas était effrayant.

Vous qui êtes l’icône des millénials, quelle est votre devise ?

Vous prônez la diversité, différentes formes de beauté et de sexualité. Vous qui

58

aujourd’hui incarnez le nouveau visage de la ligne de soins Capture Youth, quelle vision de la beauté partagez-vous avec Parfums Christian Dior ? La société cherche par tous les moyens à ranger les gens dans des cases. Alors qu’il n’y a rien de plus beau que la diversité et la singularité. Pour moi, la beauté se résume en trois mots : bonheur, confiance et individualité. Christian Dior disait qu’il rêvait de rendre les femmes « non seulement plus belles, mais plus heureuses ». J’adore ce message : l’idée est magnifique ! Je pense avoir beaucoup en commun avec la maison Dior, à commencer par nos initiales : CD ! (Rires) Vous qui êtes toujours par monts et par vaux, quels sont vos rituels beauté ? Ça dépend des jours et surtout de mon planning. Lorsque je suis en tournage, je m’occupe surtout de nettoyer ma peau et de l’hydrater, car je suis toujours très maquillée. En tournée de promotion, j’ai la chance d’avoir à mes côtés une super équipe glamour. Par contre, si je ne travaille pas, je fais le minimum. Avec tout le temps que je passe dans les avions, je m’efforce en permanence de conserver une peau saine et bien hydratée. Vous régnez en maître sur les réseaux sociaux. Vous avez dépassé les 40 millions d’abonnés sur Instagram ! Que vous inspire ce succès ? Les réseaux sociaux représentent un formidable outil pour rester en contact avec mes amis et mes fans. Toutes mes publications ne sont pas forcément très travaillées, mais je suis ravie que plus de 40 millions de personnes les aiment suffisamment pour avoir envie de continuer à me suivre. J’essaie surtout de capturer pleinement l’instant. La perfection importe peu. J’apprécie les publications qui mettent en avant toutes sortes de sentiments et d’émotions. Tout est une question d’ouverture d’esprit et de sincérité. —


Cara est entièrement habillée par Dior Stylisme Gillian Wilkins Mise en beauté avec Capture Youth Age-Delay Advanced Creme, Capture Youth Glow Booster Serum, Capture Youth Lift Sculptor Serum par Kate Synnott Coiffure Ben Skervin Manucure Ama Quashie


Décryptage société

SUGAR

DADDY Pierre, 54 ans, gestionnaire en patrimoine, marié, deux enfants. Cherche à combler une nouvelle complice, prête à lui redonner l’âme et la fougue de ses 20 ans.

I 

déalement vive, raffinée, hétérosexuelle et amatrice de découverte. Patrimoine : 1 million de francs, revenu annuel : 150'000 francs. Marie, 23 ans, étudiante en sciences politiques, célibataire. Grande voyageuse et exploratrice. Cherche le savoir et le soutien d’un homme mûr et expérimenté. Attirante, 1m75, fine, excitée par la barbe de trois jours, l’intelligence et « la taille compte ».

DES PROFILS COMME CEUX-CI, ON EN TROUVE EN VEUX-TU EN VOILÀ

sur des plateformes aux noms plus qu’évocateurs les uns que les autres, de RichMeetBeautiful.com à SugarDaddyMeet.com ou SeekingArrangement.com. Alors qu’en 1971 déjà Michael Jackson chantait avec ses frères « I’m gonna be your sugar daddy, give you honey all my money », internet a récemment donné un nouveau souffle et une ampleur inouïe au sugar dating. Mais c’est quoi cette histoire de sucre, de papa et d’argent ?

LE SUGAR DATING, C’EST LITTÉRALEMENT L’IDÉE D’UN RENDEZ-VOUS SUCRÉ. KÉSAKO ? Prenez d’un côté un « sugar daddy » et, de

l’autre, une « sugar baby ». En d’autres termes, un homme d’âge mûr, trop occupé par son travail pour une relation stable (ou pour sauver son mariage) et riche (surtout !), et une jeune femme dont la principale caractéristique est d’être séduisante et, si possible, étudiante (fauchée, c’est encore mieux). Notez au passage que le concept peut aussi s’appliquer à la « sugar mama » et au « sugar baby boy ». Au lieu de souscrire un crédit pour financer ses études, le site de rencontres (du troisième type ?) suggère de dénicher le « sugar daddy » de ses rêves, en mettant « en relation des personnes d’intérêts complémentaires » via un deal aussi simple qu’un bonjour virtuel. Philanthropie et générosité financière contre présence et attention mielleuse... De quoi crier à la prostitution. Et vous ne seriez pas les premiers à le faire.

Arrangement recherché ? Négociable.

Par Manon Voland

« AMÉLIORER VOTRE STYLE DE VIE, SORTEZ AVEC UN SUGAR DADDY ».

En automne dernier, d’énormes panneaux avec poitrine féminine à l’appui et slogan univoque emplissaient les rues de Bruxelles et de Paris ; elles sont depuis peu visibles à Zurich. Gros coup médiatique pour le site RichMeetBeautiful.com, qui mise sur la provocation et le scandale pour promouvoir ses relations à « bénéfices mutuels ». Ses détracteurs y voient un proxénétisme à peine dissimulé et dénoncent une exploitation lucrative de la précarisation de la vie étudiante, ainsi qu’un véritable appel au racolage. Ce que le fondateur norvégien conteste avec véhémence : « C’est un malentendu classique, lié à la culture locale. Si l’aspect financier fait partie de nos critères, la prostitution n’est pas autorisée. » Des propos qui sonnent comme follement hypocrites à la lecture de leur page d’accueil : « Elle aime le luxe et être comblée de cadeaux et de surprises, vous voulez prendre votre pied durant votre temps libre. »

SI LA POLÉMIQUE ENFLE, DIFFICILE DE CONDAMNER CES SITES, car ils

se situent – et ils le savent pertinemment – dans un vide juridique. En effet, impossible de prouver le caractère prostitutionnel de l’activité, les échanges tarifaires ayant lieu dans la sacro-sainte sphère de la messagerie privée. En l’état et en surface, seule une incitation à l’escorting pourrait être signalée. Et pourtant, ceux qui se confient sur leur expérience en conviennent bien : les propositions de sexe tarifé pullulent. Le magazine Marianne en a fait l’expérience en créant la jeune et jolie Rose, étudiante

66


« LA DIFFÉRENCE AVEC LA PROSTITUTION ? UNE RELATION SUIVIE, DES HOMMES QUI ME TRAITENT COMME UNE PRINCESSE ET L’IMPRESSION DE POUVOIR CHOISIR. »

Le couple mal assorti, Lucas Cranach l’Ancien, vers 1530.

en langues (l’ont-ils cherché ?), dont le profil a été visité 690 fois en quatre jours et avec qui 34 hommes ont entamé une discussion. « J’ai 54 ans et je ne suis pas un canon : toi tu es jeune et jolie, donc je rémunère. Pour une prestation totale (préliminaires et sexe) d’environ 2h, je donne 300 euros. 500 pour la nuit, avec le dîner et/ou la sortie à mes frais en plus. » Une entrée en matière aussi romantique que le prétend le marketing du site, vantant relations hédonistes et passionnées où chacun y trouve son compte, dans le respect de l’autre. Ah, et aussi dans le respect de l’agenda et des envies du « sugar daddy », car « après tout, c’est lui qui gère les finances ». Bah voyons.

PEUT-ÊTRE SOMMES-NOUS TROP MAUVAISE LANGUE... Peut-être que la philanthro-

pie revendiquée par ces sites et leurs riches utilisateurs est-elle bien sincère. SeekingArrangement.com se targue d’avoir permis à des millions d’étudiants d’obtenir leur diplôme sans s’endetter, ce qu’ont encore du mal à réaliser les univer-

sités (à noter que le phénomène vient des Etats-Unis, où les frais de scolarité atteignent souvent des sommets). Le site, comme ses adversaires sur le marché, s’enorgueillit aussi de favoriser la liberté d’expression des femmes, qui peuvent extérioriser leurs désirs (monétaires, s’entend, car pour les vieilleries, on repassera) sans craindre d’être jugées. « Les femmes sont injustement cataloguées comme des gold diggers (croqueuses de diamants) lorsqu’elles affirment vouloir un partenaire qui a réussi dans la vie. » Le concept charitable et louable de ces plateformes est donc de décomplexer et d’optimiser les rencontres entre adultes consentants, qui « s’abordent sans se chercher de faux prétextes, et cessent ainsi de perdre du temps ». Comme l’écrit si poétiquement un des principaux acteurs du mouvement, « un rapport donnant-donnant, surmonté de crème chantilly ». On imagine bien le tableau.

DANS CE JEU DE DUPES, C’EST À SE DEMANDER QUI ON PREND POUR LE PLUS CON. Les jolies

67

jeunes filles prêtes à tout pour embellir leur quotidien Instagram d’étudiante sans fric et qui, selon les témoignages, ne semblent pas voir la perversité de la démarche ? « La différence avec la prostitution ? Une relation suivie, des hommes qui me traitent comme une princesse et l’impression de pouvoir choisir. » Ou ces hommes qui s’imaginent puissants, beaux et intelligents et à qui on fait miroiter une jeunesse éternelle alors qu’ils se tapent et entretiennent des quasifillettes de l’âge de leur propre gamine ? Un sujet encore trop tabou pour un phénomène qui prend des proportions hallucinantes : fin 2017, on estimait à presque 700'000 le nombre de babies au Royaume-Uni, 50'000 en Allemagne et 40'000 en France. Gageons qu’avec l’ubérisation galopante de notre société, l’utilisation accrue de plateformes à la Tinder, dénaturant le sexe, et la précarisation des jeunes, le sugar dating a encore, malheureusement, de beaux jours devant lui. Après tout, quitte à coucher, autant être payé, non ? Non. —


Portrait exclusif

LIKE A VIRGIN. Tignasse blonde de surfeur et barbe

de naufragé, il est la personnification même de la « cool attitude ». Richard Branson n’en est pas moins le 324e homme le plus riche de la planète, à la tête de plus de 400 entreprises Virgin. Véritable self-made-man, il incarne le rêve américain, depuis le camp britannique. Entrevue. Par Manon Voland

68


D’UNE MAISON DE DISQUES À UNE COMPAGNIE AÉRIENNE, IL SEMBLE N’Y AVOIR QU’UN PAS POUR LE DÉSORMAIS MILLIARDAIRE BRANSON.

tout rompre. L’astuce ? Fournir, sous licence, le nom de marque Virgin contre des investissements financiers. Efficace pour limiter les risques et diversifier ses activités. « Les incitations peuvent venir de partout et être de tout type, mais éviter la prison a été la plus persuasive que j’ai jamais eue. »

UN EMPIRE À 5 MILLIARDS DE DOLLARS

Q 

ui aurait prédestiné ce fils d’une hôtesse de l’air et d’un avocat, dyslexique et médiocre à l’école, à devenir un exemple de réussite ? Albert Einstein et son parcours similaire peutêtre. Sa mère, Eve Branson, entrepreneuse à ses heures perdues dans la vente de boîtes à mouchoirs en bois, sans doute. Son proviseur, qui confia au cancre qu’il était « tu finiras en prison ou milliardaire », assurément. Des paroles qu’il suivra à la lettre, passant par la case prison avant de toucher le pactole.

LA ROUE DE LA FORTUNE

Enfant, Richard Branson rêve d’une carrière sportive, mais voit vite ses ambitions s’envoler suite à une violente blessure au genou. Il se rabat alors sur la plantation de sapins et l’élevage de perruches… des hobbys aussi insolites que l’entrepreneur en devenir. A 16 ans, il décide de quitter l’école pour fonder – sans le savoir encore – les bases du royaume Virgin. Avec une bande de copains, il lance le magazine Students afin de donner une voix à sa génération, alors en opposition avec la guerre du Vietnam. Si la joyeuse compagnie parvient à offrir un nouveau souffle à la jeunesse britannique à l’aube de Mai 68 (50'000 copies de la première édition tout de même !) et à interviewer de nombreuses figures, de Jean-Paul Sartre à James Baldwin, Branson réalise également la difficulté financière de l’activité. Véritable touche-à-tout, il s’aventure alors dans la vente de disques par correspondance, un marché en plein boom. La bande à Branson signe là son premier succès et scelle son identité nominale sur la réflexion d’une collaboratrice, « nous sommes tous vierges en

business » : Virgin était née. « La marque est tout. Une fois, une jeune fille m’a dit que je pourrais être connu parce que je ressemblais à Richard Branson ! »

GOD SAVE THE QUEEN

S’implantant sur Oxford Street, la plus longue avenue commerçante du monde, Virgin voit ses ventes décoller, sans pourtant parvenir à rentrer dans ses frais. Faisant écho, à son insu, aux pressentiments de son directeur d’école, Richard Branson choisit délibérément de ne pas déclarer l’entièreté de ses ventes domestiques. Stratagème, l’apprendra-t-il à ses dépens, déjà maintes fois utilisé. Un court mais instructif séjour en cellule plus tard, la petite boutique de disques devient rapidement maison de production. Virgin Records signe les idoles de demain, avec en premier contrat Mike Oldfield, le compositeur de la si caractéristique bande-son du film L’Exorciste, qui file à elle seule des sueurs froides. Les controversés Sex Pistols – avec lesquels le blond descendit en 1977 la Tamise pour interpréter « God Save the Queen », alors interdit de diffusion sur les ondes, face au Parlement –, Phil Collins, Peter Gabriel ou encore les Rolling Stones rejoignent la terre vierge, en faisant le plus important label indépendant du monde. Un premier bébé entrepreneurial que l’A nglo-Saxon cède à contrecœur en 1992 afin de sauver de la faillite un autre de ses bambins, Virgin Atlantic, sa compagnie aérienne. Une nouvelle morale pour l’apprenti Branson, qui jure de mieux gérer son entreprise et ses finances à l’avenir, en développant une approche innovante, le « branded venture capital » (capital-risque de marque), qu’il appliquera désormais à

69

D’une maison de disques à une compagnie aérienne, il semble n’y avoir qu’un pas pour le désormais milliardaire Branson. C’est en 1984 que le nabab se lance dans le transport aérien, quatorze ans après les débuts de Virgin. Assurant la liaison entre Londres et le New Jersey, la flotte britannique propose une véritable expérience dans les airs, incluant massages, glaces offertes et écrans de télévision pour chaque passager (une révolution à l’époque !). Pour l’entrepreneur, « la seule mission qui vaut la peine d’être poursuivie en business, c’est de rendre la vie des gens meilleure ». En langage Branson, c’est offrir un service à un prix inférieur à la concurrence pour une qualité équivalente – de quoi ébranler les industries bien-pensantes établies. Le royaume Virgin Group, c’est historiquement aussi des mégastores (1979), une agence de voyages (1985), des préserva-

Matricule Sir Richard Branson Petit nom Old Beardie (Vieux barbu) Date de naissance 18 juillet 1950 Nationalité britannique Diplôme école désertée à 16 ans Empire Branson plus de 400 sociétés Fortune 5 milliards de dollars Famille marié et père de deux enfants Distinction chevalier du Royaume-Uni Exploits traversée de l’Atlantique en montgolfière et de la Manche en kitesurf.


tifs (1987), une compagnie de transport ferroviaire (1993), des sodas (1994), une société de services financiers (1995), un opérateur téléphonique (1999), des salles de sport (1999), une banque de stockage de cellules souches de bébé (oui oui, 2007) ou encore une ligne de croisières (2014). Tandis que la majorité de ces sociétés ont été revendues ou mises en faillite, le conquistador Branson a toujours soif d’aventures, aussi insolites que ratées : Virginware, marque de sous-vêtements pour concurrencer Victoria’s Secret, VirginStudent – l’ancien potentiel Facebook, lancé en 2000, soit quatre ans avant le géant bleu –, VirginLottery ou encore une gamme de robes de mariée dont l’A nglais a fait la promotion barbe rasée, tout de blanc vêtu dans une de ses créations. Une excentricité de plus au palmarès du richissime blondinet, dont l’extravagance semble être la marque de fabrique.

EN 1998, IL DESCEND DANS UN TANK LA CÉLÈBRE CINQUIÈME AVENUE DE NEW YORK ET ASSÈNE UN COUP DE CANON AU SIGLE COCA-COLA, POUR PROMOUVOIR L’ARRIVÉE SUR LE MARCHÉ DE... VIRGIN COLA.

LA FOLIE DES GRANDEURS

Il faut dire que Branson a le goût de l’ambition et du coup de pub. En 1998, il descend dans un tank la célèbre Cinquième Avenue de New York et assène un coup de canon au sigle CocaCola, pour promouvoir l’arrivée sur le marché de… Virgin Cola. En 2013, il honore un pari perdu en servant en tant qu’hôtesse de l’air lors d’un vol Perth – Kuala Lumpur, affublé d’un uniforme rouge et de bas résille, répondant avec le sourire : « J’ai toujours dit que je n’avais qu’une parole. » Mais le Britannique est aussi un casse-cou avide de records et de battage médiatique : en 1987, il réalise la première traversée de l’océan Atlantique en montgolfière puis, quatre ans plus tard, du Pacifique. Surnommé le « milliardaire volant », il faillit pourtant se brûler les ailes en tentant le tour du monde en ballon, sans escale, et en s’écrasant en Algérie. Record aussi de traversée de la Manche en voiture amphibie (ah, l’inspiration 007) et en kitesurf en tant

que sportif le plus âgé (son fils a battu le record de vitesse la veille de son exploit). Si Bertrand Piccard et Brian Jones ont devancé Branson sur le tour du monde en ballon et si James Cameron l’a coiffé au poteau pour l’exploration en solitaire des fonds marins de Challenger Deep, le point le plus profond de l’océan, il y a une prouesse que le nabab britannique compte bien accomplir en premier : la conquête de l’espace. « Ma grandmère me répétait toujours : Tu n’as qu’un essai dans la vie, alors profite au maximum. »

2018 : L’ODYSSÉE DE L’ESPACE

Richard Branson au côté de Bill Clinton. Le businessman a investi 3 milliards de dollars pour lutter contre le réchauffement climatique. New York, 2006.

Richard Branson rêve du cosmos depuis ses 19 ans, lorsqu’Apollo 11 se posa sur la Lune, et ce rêve, c’est en Virgin Galactic, dont il enregistra le nom en 1999 déjà, qu’il le voit. Dix ans plus tard, il révèle son projet de tourisme spatial au public et, le 31 octobre 2014, il lance son premier vol d’essai avec des humains à son bord, Michael Alsbury et Peter Siebold, l’élite du pilotage aérien. La tentative vire au drame et le premier des deux pilotes y laisse sa vie, tuant quasiment dans l’œuf le projet spatial du milliardaire. Mais Branson veut laisser une trace de son passage sur cette terre et réaliser son désir de gosse : deux ans plus tard, il présente un nouveau prototype de véhicule spatial, Unity, estimant que « les plus grands progrès de l’humanité ne s’étaient pas faits sans les plus grandes douleurs ». Pour les 100 premiers prétendants astronomes ayant payé 200'000 dollars – incluant Leonardo DiCaprio et Angelina Jolie selon les rumeurs –, la perspective de réaliser ce « tour de manège » de six minutes en gravité doit aussi faire saliver… tant que des essais plus concluants se réalisent d’ici là. Tandis qu’Elon Musk, président de Tesla Motors, étudie la question du commerce dans l’espace, Jeff Bezos, fondateur d’A mazon, cherche à concurrencer directement Branson dans le tourisme spatial. Alors, à quand la sortie du dimanche en apesanteur ? Et surtout… qui pour remporter ce territoire vierge ?

70


L’arrivée du premier avion Virgin Atlantic. Heathrow, 1991.

ROBINSON CRUSOÉ

Si le Britannique rêvasse les yeux dans les étoiles, il le fait généralement depuis les eaux turquoise des Caraïbes, naufragé des temps modernes sur son île privée, Necker Island. Acquise en 1979 avec ses premières économies, Necker est devenue le refuge du milliardaire et de ses pairs : à 40'000 livres la nuit pour les simples mortels, vous aurez 30 hectares à votre disposition, trois membres du personnel à votre seul service, un cuisinier 3 étoiles et peut-être la chance d’apercevoir votre hôte – qui y a élu domicile en 2013 – ou l’un de ses nombreux guests. Kate Winslet – à qui il doit une fière

chandelle car elle a sauvé sa mère d’un incendie en 2011 sur cette même île –, Mick Jagger, Harrison Ford, Kate Middleton ou encore les Obama. Une carte de visite marketing qui n’a pas de prix. Comme aime à le rappeler Richard Branson, Necker a un leimotiv clair : « What happens at Necker stays at Necker. » Bien que le milliardaire se soit marié sur l’île et y ait élevé ses deux enfants, Necker reste avant tout une résidence pour se lâcher et faire la fête, à l’écart de la société du continent. Un reportage de 2015 donne la parole à Milly, la seule comptable à pouvoir venir travailler en claquettes : « J’aime le fait de pouvoir être comptable

Break pour l’homme d’affaires, dans son refuge à Necker Island. Caraïbes, îles Vierges britanniques, 2014.

71

un instant et, le moment d’après, être couchée sur une table pendant que des invités sucent du soja à sushis dans mon nombril. » Un suave paradis terrestre et fiscal pour le plus célèbre entrepreneur anglais, qui ne passe plus qu’un maximum de 90 jours par an sur le territoire britannique, la limite pour être exempté de taxes. « Je n’avais jamais rien vu d’aussi parfait, excepté ma femme, que je courtisais alors dans l’hélicoptère qui survolait Necker. Ça n’a rien à voir avec les impôts. »

CHEVALIER BRANSON

Comme toute célébrité, Richard Branson fait jaser. Il n’en est pas moins un personnage admiré et respecté, un entrepreneur qui fait encore rêver. Anobli en 1999, caricaturé dans les Simpson, loué par Ban Ki-moon pour son soutien aux causes environnementales et humanitaires et consacré entrepreneur le plus influent de Grande-Bretagne en 2015, le tycoon britannique a encore de beaux jours devant lui, alors que sa nouvelle autobiographie, Finding My Virginity – The New Autobiography, vient de paraître. « Parce que je ne vois pas Virgin comme une société mais comme un mode de vie, et que j’en profite pleinement, je ne pense pas que je prendrai ma retraite un jour. » Qui pour succéder à l’emblématique Branson, véritable image de marque ? —


Sélection horlo

CÉLÉBRATION !

Pour ce printemps, l’horlogerie a puisé dans ses origines en réinterprétant ses plus grands classiques et modèles iconiques. Cap sur des créations inédites ! L’occasion pour bon nombre de manufactures d’afficher leur savoir-faire et de remettre au goût du jour des garde-temps oubliés. Sélection Siphra Moine-Woerlen | Par Marie-Carine Favre

Jaeger-LeCoultre

Polaris Chronograph WT Inspiré par l’emblématique Memovox Polaris de 1968, Jaeger-LeCoultre a développé une nouvelle collection déclinée en cinq modèles. Idéal pour les voyageurs, le chronographe WT est doté d’une seconde couronne à 10h permettant de commander le disque tournant des villes. Possibilité de choisir la ville dans laquelle vous vous trouvez, tout en ayant accès à l’heure de 23 autres lieux. Une vraie globe-trotteuse !

88


Vacheron Constantin

Baume et Mercier Clifton Baumatic

Star Legacy Nicolas Rieussec Chronograph

Altiplano Ultimate Automatic

La manufacture horlogère nous présente Fiftysix, une collection composée de trois modèles d’inspiration historique, au style résolument cosmopolite. Son nom est un clin d’œil à la référence 6073, pièce emblématique présentée en 1956. Derrière son design sobre et élégant, se cachent les complications les plus appréciées des fins collectionneurs : indications du jour de la semaine, de la date, du mois et des phases de lune.

Equipé d’un calibre Baumatic BM12-1975, ce garde-temps offre une précision sidérante. Le mouvement résiste aux champs magnétiques (cause principale de la perte de précision), grâce à l’emploi de matériaux amagnétiques. Sa réserve de marche de 120 heures, soit cinq jours, est par conséquent trois fois supérieure à celle d’une montre ordinaire. Son mouvement atteint également une précision de -4/+6 secondes par jour.

Montblanc réinterprète cette année son iconique collection Star Legacy, à l’occasion de son vingtième anniversaire. Inspirés des montres de poche Minerva, les garde-temps de cette nouvelle gamme arborent des boîtiers ronds aux bords incurvés, leur conférant un aspect raffiné. Equipée d’un mouvement automatique calibre MB 25.02, chaque pièce allie les codes esthétiques de la manufacture Minerva à la praticité de la fonction chronographe.

Du haut de ses 4,30 mm d’épaisseur, l’Altiplano Ultimate Automatique couronne soixante ans de virtuosité dans le domaine de l’extraplat et incarne l’élégance contemporaine. Avec son mouvement 910P, elle établit un nouveau record : celui de la montre automatique la plus fine au monde. Dans cet espace réduit, Piaget a imaginé un barillet suspendu, offrant ainsi une réserve de marche de 50 heures.

Fiftysix calendrier complet

Montblanc

89

Piaget


HOMMAGE HISTORIQUE

Montre IWC Hommage à Pallweber Edition « 150 years ». Montre de poche Pallweber, vers 1885.

Florentine Ariosto Jones (1841-1916), un horloger de Boston (Massachusetts), fonde l’International Watch Company à Schaffouse.

Rendant hommage aux montres de poche Pallweber historiques, ce nouveau modèle de la collection anniversaire salue l’œuvre pionnière d’IWC à l’occasion des 150 ans de la maison. Avec son affichage de l’heure à l’aide de disques rotatifs, la Pallweber était déjà une révolution pour l’époque. Une innovation bien trop en avance pour son temps, contraignant les montres à ne rencontrer qu’un bref succès avant de sombrer dans l’oubli. En clin d’œil au fondateur américain de la marque, F.A. Jones, le garde-temps présente les inscriptions « Hours » et « Minutes » sur le guichet d’affichage. Pour la première fois, la manufacture intègre l’affichage digital dans une montre-bracelet. Doté d’un calibre de manufacture 94200, ce dernier développement donne naissance à une nouvelle solution brevetée à la pointe de la technologie. Ces garde-temps à heures et minutes sautantes se présentent comme sur les anciens modèles des disques d’affichage reliés à la croix de Malte par un mécanisme de couplage. Ces derniers, offrant un usage très pratique et agréable à la montre, peuvent être tout simplement avancés ou reculés à l’aide d’une couronne. La version platine est éditée à 25 exemplaires, celle en or rouge à 250, et celle en acier à 500. Avec leurs matériaux nobles et leur mécanisme si particulier, ces trois petits chefsd’œuvre offrent une belle alternative à la montre analogique pour les amateurs de design moderne, de belles mécaniques et d’authenticité.

90


Désormais, investir dans la pierre peut se transformer en or. m3 mobilise une équipe de professionnels chevronnés pour apporter le meilleur aboutissement possible à tous vos projets de vente ou d’acquisition. Que vous ayez besoin d’un accompagnement global, de conseils ou d’une estimation : nous sommes là pour vous assurer des transactions immobilières en toute sérénité.

Genève

Place de Cornavin 3 CH-1211 Genève 1 T +41 22 809 09 09

Zürich Bahnhofplatz 4 CH-8000 Zürich T +41 41 711 70 90


Mode style

80’

S

TECHNICOLOR Exit les looks monochromes, ce printemps, on ose le mix and match et la déferlante de pièces vitaminées.

Ultra Violet et autres teintes Pantone en vogue… Watch out !

Les silhouettes s’habillent de fantaisie et de ce qu’il faut d’excentricité.

Direction artistique et photographie Vincent Alvarez | Réalisation Siphra Moine-Woerlen Stylisme : Juliette Blondel | Assistée de Camille Pons

Maquillage : Carole Lasnier @B Agency | Coiffure : Fred Kebbabi @B Agency Mannequin : Anna @MP Paris


Robe, brassière, foulard, ceinture, boots et bracelet Versace, collier Or du Monde, boucles d’oreilles Hélène Zubeldia.


Legging Repetto, tee-shirt Lili Sidonio x Molly Bracken, robe et baskets Dior, mitaines Thomasine, colliers Burma, boucles d’oreilles Viveka Bergström. Page de droite : bomber et perfecto Schott, short Dior, mitaines Georges Morand, collier Pomellato, bague et boucles d’oreilles Hélène Zubeldia.


Maillot de bain Bonton, boots Francesca Mambrini, sac bandoulière Etro, sacs Pourchet, collier Or du Monde, boucles d’oreilles et bagues Hélène Zubeldia, bracelet chaîne Versace, bracelet fin Or du Monde. Page de gauche : blouson Chanel, culotte Superbe, bas Falke, baskets Christian Louboutin, foulard 1.2.3, visière Kulte, pochette Giuseppe Zanotti, boucles d’oreilles Florence Verdier, bracelet Pomellato, bagues Chanel, montre Djula.


Top Jitrois, bandana Levi’s, collier Mikimoto, boucles d’oreilles Burma, bracelet Pomellato, bague Mikimoto. Page de droite : robe Roseanna, ceinture Paule Ka, pochette Christian Louboutin, boots Versace, serre-tête Maison Michel, colliers Burma et Or du Monde, boucles d’oreilles Viveka Bergström, montre-bracelet Chanel.

142


143


News beauté

SPRING BREAK.

Le printemps se refait une beauté… Ça tombe bien, nous aussi ! Tour d’horizon des dernières créations et des petits coups de pouce à Dame Nature, pour accueillir comme il se doit la belle saison.

À FLEUR DE PEAU CURE DE JOUVENCE Le printemps pointe discrètement le bout de son nez. Et, avec lui, les premiers rayons de soleil, les températures qui se réchauffent et l’envie soudaine de se débarrasser de sa carapace hivernale. Mission du jour : faire peau neuve. Première étape : purifier ! Sur la peau humidifiée, une noisette de mousse légère Shiseido suffit à nettoyer en douceur tout en respectant l’équilibre naturel de l’épiderme. Enfin, quelques gouttes d’eau micellaire La Roche-Posay permettent d’éliminer les dernières impuretés et l’excès de sébum. A la clé, une peau plus douce, plus tonique et surtout bien plus réceptive aux actifs de nos produits de beauté !

PETIT +

Appliquer matin et soir la crème ultra-désaltérante Aqua Réotier de L’Occitane. Fraîche et fondante, elle réhydrate et repulpe la peau tout au long de la journée... et de la nuit.

AU PARFUM ENVIES PRINTANIÈRES A nouvelle saison, nouveau parfum ! Autant vous mettre tout de suite au parfum : la tendance est à la féminité. Et pour cause, les parfumeurs se sont pliés en quatre pour rendre hommage aux femmes. A l’instar de Bulgari, avec son eau Rose Goldea, subtil mélange de rose radieuse et de muscs sophistiqués. Du côté de chez Prada, coup de cœur pour La Femme Prada Intense, fragrance idéale pour les femmes de caractère. Quelques notes de tubéreuse, de patchouli et d’ylang-ylang… une touche orientale et le tour est joué.

PETIT +

Narciso Rodriguez met ces messieurs à l’honneur avec son tout dernier parfum, For Him Bleu Noir. Séduisante et intemporelle, l’essence habillera les hommes mystérieux et élégants.

SHOPPING LIST

ŒIL DE BICHE ARME FATALE

SHISEIDO Future Solution LX

LA ROCHE-POSAY

Mousse Nettoyante Extra Riche, 125 ml. CHF 95,40

Eau micellaire. CHF 21,50

L’OCCITANE Crème Ultra Désaltérante Aqua Réotier, 50 ml. CHF 36.–

GUERLAIN Roll’Ink Liner

BOBBI BROWN

HELENA RUBINSTEIN Lash

La Petite Robe Noire. CHF 43.–

Dual-Ended Brow Definer/ Groomer Brush. CHF 45.–

Queen Wonder Blacks. CHF 27,70

Après avoir rendu célèbre le regard de Cléopâtre, puis fait le charme de celui de Twiggy dans les années 1960, l’eye-liner reste un incontournable, qu’importe la saison. Pour l’occasion, Guerlain réinvente cette star des podiums grâce à son tout nouvel applicateur en forme de roulette, pour des lignes fines ou plus épaisses, au gré des envies. Dernier secret pour un regard captivant : le Lash Queen Wonder Blacks d’Helena Rubinstein. A la fois mascara et remède miracle, il magnifie le regard tout en réparant les écailles des cils. Un vrai bonheur.

PETIT +

Des sourcils à la Cara Delevingne ? C’est possible grâce au Dual-Ended Brow, signé Bobbi Brown. Doté d’un pinceau biseauté à poils durs et d’une brosse en spirale, ce nouvel outil 2-en-1 dessine des sourcils impeccablement définis.

Par Jade Boissonnet

146


ROUGE BAISER BOUCHE COUTURE

Tel un accessoire à part entière, ce petit écrin, toujours plus design, trône fièrement sur la tablette de la salle de bains. Textures légères et couleurs gourmandes, les lèvres sont pigmentées pour un sourire éclatant et vitaminé.

CHANEL Rouge Coco. CHF 48.– LOUBOUTIN Rouge Satin. CHF 98.– CLARINS Joli Rouge Velvet. CHF 35,50

ESTÉE LAUDER Pure Color Envy Liquide. CHF 44.– SISLEY Phyto Lip Twist Mat. CHF 46.–

DIOR Addict Lip Sugar Scrub. CHF 46,50 NARS Lip Cover. CHF 37,80 GUERLAIN La Petite Robe Noire Lip Colour’Ink. CHF 39.–

CONSEIL UN ROUGE À LÈVRES LONGUE TENUE ?

Le rêve de toutes les femmes : un rouge à lèvres sans bavures ni craquelures tout au long de la journée. Pour conjurer le sort, rien de tel qu’un gommage doux à appliquer sur vos lèvres afin d’exfolier les peaux mortes. Résultat : des lèvres douces et une moue de star !

147


FOCUS ON... CHANEL CRÈME MIRACLE ? MINE DE RIEN GLOWY Nouvelle saison, nouvelles résolutions ! On se déleste de tout maquillage superficiel : le fond de teint s’allège, les couleurs s’éclaircissent et la lumière est à l’honneur. Pour effectuer cette transition en douceur, il convient de choisir les bons produits. Etape indispensable pour un teint haute perfection : la base Forever & Ever Wear de Dior. Glissée entre le soin et le fond de teint, elle assure, grâce à sa texture, une adhérence parfaite et une tenue extrême. Optez ensuite pour le Natural Radiant Longwear Foundation de la marque de cosmétiques Nars. Sa formule légère et résistante, aux extraits de framboises, de pommes et de pastèques, améliore instantanément l’aspect de la peau. Finissez en beauté en apportant la juste dose de lumière sur les zones phares du visage, à l’aide du Cushion Highlighter de Lancôme. Ailes du nez, creux du menton, coins internes des yeux, haut des pommettes et des tempes, ainsi que l’arc du sourcil... Ces petites touches d’éclat feront vraiment la différence ! Un seul mot : lumineuse.

Artistes de la formulation, les laboratoires Chanel se sont une nouvelle fois surpassés avec la dernière-née, Sublimage L’Extrait de Crème. Fine, riche, légère, fraîche, onctueuse et soyeuse, cette cure à la texture huile précieuse répare et ressource l’épiderme en profondeur. Son secret : la Vanilla planifolia. Véritable symbole de féminité et de sensualité, la vanille a des vertus exceptionnelles qui ont une action puissante sur les signes de l’âge. Et le résultat ne se fait pas attendre : dès la première semaine, la peau est visiblement sublimée, lumineuse et revitalisée. CHANEL Sublimage L’Extrait de Crème, 50 ml. CHF 610.–

PETIT +

Puisqu’ aucune femme n’est infaillible, Serge Lutens leur propose « une bonne correction ». Grâce à cette palette quatre couleurs, imperfections, cernes et rougeurs ne seront plus qu’un mauvais souvenir. Magique !

SHOPPING LIST

VALMONT BEAUTÉ DU REGARD L’incontournable marque de cosmétique suisse Valmont est de retour avec un tout nouveau soin jeunesse baptisé Moisturizing Eye-C Gel. Alliant efficacité et légèreté, sa formule sorbet fond en un instant et hydrate la zone du regard tout en finesse et précision. Vous avez la mine fatiguée ? Complétez ce rituel beauté avec le patch Eye Instant Stress Relieving Mask. Délicatement déposé sous les yeux, il élimine les cernes et lisse les marques de fatigue tout en apportant une réelle sensation de bien-être, de fraîcheur et d’apaisement… le tout en quinze minutes top chrono ! Efficacité garantie. VALMONT Moisturizing Eye-C Gel, 15 ml. CHF 105.–

Eye Instant Stress Relieving Mask, 1 Duo : CHF 45 / 5 Duos : CHF 140.– CLINIQUE

DIOR Diorskin Forever

NARS Natural Radiant

Even Better Glow. CHF 45. –

& Ever Wear, 30 ml. CHF 62.–

Longwear Foundation, 30 ml. CHF 67.–

VICHY

LANCÔME

SERGE LUTENS

Dermablend Coverstick. CHF 22,90

Custom Glow Drops. CHF 45. –

Une bonne correction. CHF 165.–

148


FARD À PAUPIÈRES FLASHY Le jour, il se porte subtilement pailleté pour un résultat captivant. La nuit, il s’intensifie pour se la jouer un rien bling-bling. Toujours plus extravagant, le fard à paupières se pose là, sans jamais faire ressentir sa présence.

CLARINS Palette 4 couleurs. CHF 49.– NARS Narsissist. CHF 79,20

YVES SAINT LAURENT Couture Palette Collector Pop Illusion. CHF 99.–

CONSEIL

GIVENCHY Prisme Quatuor. CHF 61.–

QUELS FARDS POUR QUELLES FEMMES ?

Pour les femmes aux yeux bleus, préférer des teintes caramel, abricot, rose, mauve, violine ou gris. Pour les yeux verts, on optera pour des tons lilas, rose, mauve, prune, gris, ou des dégradés de brun. Carte blanche pour les femmes aux yeux foncés qui, chanceuses, peuvent pratiquement tout se permettre !

LANCÔME Hypnôse Palette Mate. CHF 79.– BY TERRY Game Lighter Palette no 1 - Fun’Tasia. CHF 50.–

149


Carnet de voyage

La baie d’Halong, classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco, compte 2'000 pains de sucre qui émergent de la mer. Vision irréelle.

SUR LA ROUTE MANDARINE.

De Hô-ChiMinh-Ville à Hanoï via Huê, la route Mandarine, longue de 1'700 km, réserve bien des surprises. Un sud dynamique porté par le boom économique, versus un nord fier et traditionnel. Traversée d’un Vietnam joyeux, tout en couleurs entre rizières, cols et plages. Reportage Michèle Lasseur

160


HÔ-CHI-MINH-VILLE :

SAÏGON :

Ex-Saïgon, la trépidante métropole (première ville du pays avec 8,5 millions d’habitants et 5 millions de scooters et motos) a été débaptisée par le régime de Hanoï lors de la réunification en 1975. Mais le nom de Saïgon ne cesse d’apparaître sur les enseignes des hôtels : Park Hyatt Saïgon, Sofitel Saïgon Plaza… Côté pile, un développement économique fulgurant et une cité vrombissante de scooters enfourchés par une jeunesse furieuse de vivre. Les jeunes femmes circulent à l’italienne, foulard sur le bout du nez et gantées jusqu’aux coudes. Pour traverser, le piéton doit quant à lui oser, et surtout ne pas dévier de sa trajectoire : les Vespa ne s’arrêtent jamais ! Côté face, la sérénité des temples bouddhistes et des pagodes avec leurs bâtons d’encens et leurs offrandes. Entre les deux, un parfum rétro dans les vieux quartiers à l’architecture coloniale, avec ces anciennes demeures jaunes ocre, couleur qui symbolise la richesse et la prospérité. Il suffit de héler un cyclo-pousse et de rouler dans ses ruelles défoncées ou sur ses longues avenues rectilignes bordées d’acacias pour tomber sous le charme de la ville. Les nostalgiques du temps des colonies savent que la rue Dong Khoi n’est autre que l’ancienne rue Catinat, du nom du navire amiral de la flotte française. Aujourd’hui, elle est devenue l’artère chic où sont installés les créateurs de mode et de déco : mobilier signé Christian Duc, boîtes en laque de coquilles d’œuf de Stella So, colliers en corne de buffle de Rose Morant, objets en laque de Michèle de Albert ou linge de maison de Catherine Denoual chez Gaya. Anna Moï, romancière et styliste en vogue, propose bijoux et vêtements avenue Le Loi, ex-rue Pasteur.

Saïgon, qui signifie « bois de kapokier », a conservé un parfum rétro dans ses vieux quartiers à l’architecture coloniale. On y vend toujours des petits pains tièdes appelés « baguettes ». C’est l’Indochine rêvée par les Français, avec ses vendeurs ambulants qui proposent des potages pho, soupe de nouilles agrémentées de légumes et de viande, ses joueurs de mah-jong installés sur des minitabourets, ses jeunes filles revêtues de l’ao dài, traditionnelle robe fendue haut sur un pantalon de soie. De l’époque coloniale, il reste la cathédrale NotreDame et sa façade construite en briques rouges de Toulouse, la poste centrale avec sa charpente de fer et sa marquise de verre, œuvre de Gustave Eiffel, ainsi que le théâtre municipal, copie du palais Garnier. Des pâtisseries architecturales. Ville d’affaires et de plaisirs, l’ex-Saïgon cultive son image glamour et kitsch. Rue Ton That Thiep, on rejoint le Temple Club, une adresse branchée où l’on a déjà croisé Brad Pitt, Angelina Jolie et Sharon Stone. La décoration de l’endroit est signée Luc Lejeune, un vrai Breton, ex-avocat installé à Saïgon depuis vingt-six ans, qui s’est associé à deux architectes pour créer le cabinet d’architecture Noor. Dans ce haut-lieu de la cuisine vietnamienne, le designer raconte une histoire dans un décor nostalgique avec portes en bois sculptées, lanternes en soie et meubles Art déco des années 1920. Bars et boîtes de nuit attirent une jeunesse dorée qui aime se déhancher à l’Apocalypse Now aux côtés des « expats ». L’Oncle Hô, mort le 1er septembre 1969, veille de la fête nationale, appartient aux livres d’histoire. Les nostalgiques du beau temps de la Cochinchine iront humer l’atmos-

BONJOUR !

161

DANS LE RÉTRO


phère du roman de Marguerite Duras L’Amant à Cholon, le quartier chinois. Dans les rues griffées d’idéogrammes, un peuple volontaire et souriant travaille inlassablement. Au marché Binh Tây, reconnaissable à son toit de tuiles orné d’un dragon en céramique bleue, on trouve tous les fruits : sapotilles, corossols, ramboutans, caramboles, tresses de litchis. Et aussi le poivre rouge et le nuoc-mâm. Tapis de fruits et de légumes d’une diversité inouïe : oranges vertes, choux chinois, asperges, artichauts, raisins poussés dans les jardins en terrasses de Dalat. Sans oublier, rue Thuan Lan Ông, les boutiques de plantes médicinales et d’épices.

DELTA DU MÉKONG : ENTRE DRAGONS ET RIZIÈRES

Né dans les neiges du Tibet, le Mékong parcourt 4'500 km jusqu’au delta. L’eau douce arrive à la rencontre de la mer de Chine. Le fleuve est alors maîtrisé et utilisé pour irriguer vergers et potagers. Au lever du soleil, les jonques à moteur transportent les paysans et leurs marchandises vers les marchés flottants. De longues perches en bambou annoncent les produits en vente. Le touriste embarque à Cai Be, à deux heures de route d’Hô-Chi-Minh-Ville, et rejoint Can Tho, au centre du delta. Le Bassac, un ancien chaland à riz, propose des cabines doubles avec salles de bains privées et un restaurant sur le pont. Entre le ciel et la terre… avec des horizons de cocotiers, de manguiers, de bananiers et des forêts d’aréquiers. Le bateau glisse lentement sur les eaux chocolatées du Mékong.

LE CENTRE :

CHARMES DU VIETNAM D’AUTREFOIS

On se lève tôt au Vietnam, sauf à Hôi An, au charme un peu fané prisé par les touristes. « Hôi An fut entre le XVIIe et le XIXe siècle un port très actif », explique le guide, un vieux monsieur très digne, arrière-petit-fils du grand chambellan de l’empereur Tu Duc. On chargeait la soie, le bois précieux et les épices

dans les grands voiliers qui mouillaient dans le port. Les marchands chinois y bâtirent de belles maisons avec des toits en tuiles vernissées. Le point de ralliement des touristes est le pont couvert japonais du XVIe siècle sur la rivière Thu Bon. Le port s’est ensablé et a été supplanté dans les années 1900 par Tourane, nom donné par les Français à Danang, célèbre pour ses montagnes de marbre et son musée d’art Cham. Les statues et les temples-tours reflètent l’influence de l’Inde et du Cambodge. Elles ont été placées sous des galeries ouvertes sur la cour plantée de frangipaniers, de filaos et de banians. Nous reprenons la route. Celle-ci monte et atteint le col des Nuages à 1'200 mètres. Huê, bourgade assoupie, fut durant 150 ans la capitale des empereurs Nguyen. « Huê est construite selon le même principe que la Cité interdite de Pékin », commente le guide. Les vieilles pierres parlent des Mandarins, des empereurs et de leurs concubines. La très Parisienne Brigitte Dumont de Chassart a refait l’architecture intérieure de la résidence du gouverneur français, transformée en hôtel et rebaptisée La Résidence Huê Hôtel & Spa. Tout a été redessiné dans l’inspiration des années 1930 : motifs de carrelage, lambris... Une sorte d’« asiatisation » du mouvement Art déco, puisque l’architecte a utilisé des bois locaux comme le kamsé ou le lim. « Avec un côté rustique », explique-t-elle. Dans les années 1930, le Sofitel Legend Metropole à Hanoï, le Continental à Saïgon et le Grand Hotel à Dalat étaient des hauts lieux de rencontre. Ecrivains, journalistes, chevaliers d’industrie y passaient, se laissaient des messages, des notes, des articles. « Ce qui nous a incités à créer des meubles à partir du thème de la messagerie », explique encore Brigitte Dumont de Chassart. Impossible de quitter Huê sans une croisière sur la rivière des Parfums. D’ailleurs, les trésors architecturaux de Huê, comme les tombeaux des empereurs Nguyen, sont situés sur la rive ouest de ce cours d’eau.

162


HÔI AN FUT ENTRE LE XVIIE ET LE XIXE SIÈCLE UN PORT TRÈS ACTIF. LES MARCHANDS CHINOIS Y BÂTIRENT DE BELLES MAISONS AVEC DES TOITS EN TUILES VERNISSÉES.

Ci-dessous : Hôi An, au charme un peu fané, est très prisée des touristes. C’est une des villes anciennes les mieux préservées de toute l’Asie du Sud-Est.

Retour de pêche au village de Phan Thiêt. Dès 5h le matin, les flottilles de chalutiers et jonques reviennent chargées de poissons. 163


HANOÏ :

CAPITALE DES SAVEURS

Lové dans une boucle du fleuve Rouge, à environ 100 kilomètres de la mer, Hanoï conserve un air provincial. Capitale charmeuse, elle a su garder de jolis lacs, des jardins ombragés, de larges avenues bordées d’arbres et des rues étroites avec des noms de corporation : Hang Gai (rue de la soie), Hang Bac (rue de l’orfèvrerie et de l’argent), Hang Vai (rue des bambous) ou encore Pho Trang Tien (rue des librairies). Très tôt le matin, sur les rives du lac Hoan Kiêm, les seniors, le regard au loin, déroulent le lent moulinet des mouvements de taichi. Le chef de l’hôtel Sofitel Legend

Metropole, fleuron de la Belle Epoque rénové par le groupe Accor, nous emmène au marché 19/12. Drôle de nom qui évoque le 19 décembre 1946, date à laquelle l’endroit fut bombardé. Le chef fait le plein de légumes et de fruits frais en provenance de Dalat. Les œufs de cent ans d’origine chinoise sont vieillis dans la cendre. Poissons, volailles et lapins frais se trouvent dans une contreallée. Avec de nombreux étals de chien, viande dégustée à la fin du mois lunaire. Le tout accompagné d’une bonne bière : elle est censée porter bonheur et soignerait aussi les rhumatismes tout en stimulant l’ardeur sexuelle des messieurs !

LOVÉ DANS UNE BOUCLE DU FLEUVE ROUGE, À ENVIRON 100 KILOMÈTRES DE LA MER, HANOÏ CONSERVE UN AIR PROVINCIAL.

Au nord d’Hanoï, la baie d’Halong, avec ses îles, ses grottes et ses criques, a été inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco : 1'500 km2 creusés par la queue d’un dragon géant qui, selon la légende, aurait façonné par ses mouvements les vallées de la région. Au détour des pics rocheux, visite des grottes, comme celle du Tambour, elles aussi auréolées de légendes. A l’aube, les brumes argentées glissent sur les silhouettes fantomatiques des roches karstiques. Vision irréelle à découvrir en bateau à l’occasion d’une croisière. —

La cité impériale de Hué fut surnommée la « terre des riches printemps ». Elle a été classée au Patrimoine mondial de l’Unesco en 1993. Ci-contre : capitale politique, administrative et diplomatique, Hanoï est riche de mille ans d’histoire. Temples, lacs bordés de manguiers, villas coloniales : il fait bon y vivre.

PRATIQUE De la baie d’Halong à Saïgon : 12 jours / 9 nuits à partir de CHF 4'300.– par personne (comprend: vol A/R, 2 nuits à Hanoï, 2 nuits à Huê, 2 nuits à Hôi An, 2 nuits à Saïgon et une demi-journée à Hanoï avec guide privé). De Hanoï à Saïgon, visite des plus beaux sites vietnamiens (visite de Hanoï avec guide privé et de Saïgon en Vespa by night). Naviguer en jonque dans la baie d’Halong, en bateau de pêche près d’Hôi An et en sampan dans le delta du Mékong. Transferts privés, bonnes adresses et concierge francophone. Deux spécialistes : www.voyageursdumonde.ch et www.tourasia.ch

164


BAR

Grand Hotel Kempinski FloorTwo Bar

Quai du Mont-Blanc 19, 1201 Genève

FloorTwo Bar

Magazine Trajectoire N°122, printemps 2018  
Magazine Trajectoire N°122, printemps 2018