Page 57

BUCHERER

Bucherer, connu pour son classicisme porté par l’excellence de ses réalisations pavées de diamants, se laisse emporter par la volupté et l’insolence des perles. Pour sa collection Lacrima, le joaillier a imaginé un design en forme de goutte d’eau, identifiable entre tous, pour mieux se laisser submerger par l’émotion. La goutte évoque la sensualité d’une eau parfumée, la douceur d’une caresse ou la volupté, mais également l’énergie. Ses boucles d’oreilles composées d’une cascade de perles soutenue par un motif en forme de goutte d’eau pavée de diamants associent la souplesse du mouvement que seules les perles peuvent offrir à l’éclat du diamant serti sur le motif proche du visage. Mobile, fluide et élégante, la collection Lacrima évoque la grâce de l’éternel féminin, ses mystères et ses secrets. Insouciante et lumineuse, Lacrima bouge au rythme de la vie et des passions qui l’animent.

CHANEL (Bague en or blanc, diamants et perles) Chanel a toujours voué une grande passion aux perles. Gabrielle Chanel, femme moderne avant l’heure, mélangeait sans complexe les perles fines, les perles de culture et les bijoux fantaisie. Aujourd’hui, les perles de culture ouvrent un vaste champ de créativité que la maison Chanel ne cesse d’explorer. La collection Flying Cloud, qu’illustre la bague composée de deux bérets de marin entrelacés, l’un pavé de diamants, l’autre composé de perles, résume l’esprit Chanel et le pouvoir de Gabrielle, entre élégance décontractée et parfaite maîtrise de soi, comme une alliance étonnante entre perles et diamants. Du nom de l’un des yachts du duc de Westminster, grand amour de Chanel, la collection Flying Cloud évoque la Méditerranée, les croisières et la mer à travers les perles, mais également l’élégance, la haute joaillerie et le raffinement, symbolisés par le diamant. Rivalisant avec les précieux et classiques toi et moi, les perles et les diamants de la bague Endless Knot entament un interminable dialogue aussi chic que facétieux.

93

T121  
T121  

Magazine Trajectoire N°121, hiver 2017.