Page 1

TRADE FOR DEVELOPMENT

Les cosmétiques

du commerce équitable, durable


Table des matières Introduction

4

Les produits cosmétiques

5

Qu’est-ce qu’un produit cosmétique ?

5

La composition des produits cosmétiques

5

L’étiquetage des cosmétiques

6

Le marché et les acteurs

6

Le marché des cosmétiques bios et naturels

6

Equitable, Bio, durable

7

Labels et certifications

7

Commerce équitable et produits cosmétiques

8

Cosmétiques et commerce équitable

8

Le commerce équitable, c’est quoi ?

8

Equitable, biologique, durable

9

Filière labellisée et filière intégrée

10

Les principaux labels du commerce équitable

11

Les grandes organisations, coupoles internationales du commerce équitable

13

-2-


Quelques initiatives remarquables

15

Natyr, le bien-être solidaire

15

Alter Eco, le commerce équitable total

19

The Body Shop : Pionnier des cosmétiques équitables

23

Commercequitable.com : Forest People et Cœur de Forêt

27

Equitable et biologique : Thémis, une marque de la société Ethis

31

So’Bio Etic : la ligne bio du groupe Léa Nature

33

Natura Brasil : « Bien être bien »

34

Beauté du Monde, chez Nature & Découvertes

35

Et les autres

36

Les labels cosmétiques Bio

37

2009 – 2012 : Entrée en vigueur du référentiel européen COSMOS

45

Que trouve-t-on dans le Standard Européen COSMOS ?

45

2009-2012 : mise en place du Standard COSMOS

47

Cosmos et NaTrue

47

Et le consommateur dans tout ça …

48

Conclusion

49

-3-


INTRODUCTION

Depuis les années 70 et 80, le phénomène de

Appliqué d’abord dans le secteur de l’artisanat puis de

mondialisation réduit les distances et conduit à

l’agroalimentaire, le commerce équitable étend ses

l’émergence du Village Global en développant des

principes et ses règles de fonctionnement vers d’autres

prises de conscience collective qui affectent en

secteurs d’activité, en particulier vers ceux pour

profondeur les relations internationales mais aussi

lesquels les matières premières utilisées sont importées

les comportements individuels.

des pays les plus pauvres.

Environnement, climat, économie, … en même temps

Elaborés à partir d’ingrédients de plus en plus souvent

que les risques et les menaces se mondialisent, le

naturels (voire biologiques) et produits dans les pays du

champ de nos responsabilités personnelles s’étend et

Sud (huile de palme, aloé vera, thé vert, beurre de

couvre aujourd’hui la planète entière.

cacao, etc.), les produits cosmétiques aussi entrent dans le champ du commerce solidaire et équitable qui assure aux producteurs des revenus plus justes et leur

Alors, comment agir ? Que puis-je faire ? Les

réponses

individuelles

sont

multiples

et,

additionnées les unes aux autres, elles deviennent des tendances,

puis

des

mouvements

collectifs

permet

de

se

développer

en

respectant

leur

environnement.

qui

infléchissent et corrigent les aspects les plus sombres

Mais qu’est-ce qu’un produit cosmétique durable ?

de la mondialisation.

équitable ? Bio ?

En tant que citoyens et consommateurs de pays

Qui le certifie ?

« développés », nous avons ensemble des moyens et

Comment et avec quoi est-il fabriqué ?

des ressources pour contribuer aux évolutions que nous

Où puis-je le trouver ?

souhaitons voir apparaître en faveur notamment des

Qu’est ce qu’il apporte aux producteurs des pays du

populations des pays les plus pauvres du monde.

Sud ?

Parce qu’il fait justement appel au sens des

Nous essayons de répondre à ces questions pour vous

responsabilités individuels du consommateur en

aider en tant que consommateur citoyen à faire vos

s’intégrant dans un système existant (l’économie

choix en connaissance de cause.

mondiale

de

marché),

équitable et solidaire

le

commerce

durable,

offre au consommateur un

moyen concret et efficace pour agir en faveur des

Bonne nouvelle. On peut maintenant être belle

êtres

(beau) et éthique.

humains

l’environnement.

les

plus

menacés

et

de

Donc, encore plus belle (beau).

-4-


Les produits cosmétiques Qu’est-ce qu’un produit cosmétique La Directive européenne des Cosmétiques du 27 juillet

Il s’agit donc de produits d’hygiène, de soins ou à

1976 (76/768) entend par produit cosmétique « toute

vocation esthétique qui sont généralement classés en

substance ou préparation destinée à être mise en

cinq grands types :

contact avec les diverses parties superficielles du corps



humain (épiderme, systèmes pileux et capillaire, ongles, lèvres et organes génitaux externes) ou avec les dents

Les soins pour la peau (soins du visage, lotions pour le corps, etc.)



et les muqueuses buccales en vue, exclusivement ou

Les soins pour les cheveux (shampoings, soins du cuir chevelu, etc.)

principalement, de les nettoyer, de les parfumer, d'en



Les soins pour la bouche (dentifrice, etc.)

modifier l'aspect et/ou de corriger les odeurs corporelles



Les cosmétiques de couleur (mascara, rouge à

et/ou de les protéger ou de les maintenir en bon état ».

lèvres, etc.) 

Les autres (déodorants, hygiène intime, etc.)

La composition des produits cosmétiques produits

Attentifs aux demandes des consommateurs, les

cosmétiques sont tous constitués de trois grandes

fabricants (y compris les grandes marques) proposent

catégories d’ingrédients :

et valorisent depuis plusieurs années des produits

Quelle



que

Les

soit

leur

principes

vocation,

actifs

qui

ces

ont

un

effet

thérapeutique, réparateur, apaisant,… (les huiles

composés d’ingrédients naturels, biologiques ou issus du commerce équitable.

essentielles, l’aloé vera, …). 



Les additifs qui sont utilisés par les formulateurs

Cette tendance s’est mise en place d’autant plus

pour modifier l’aspect du produit ou corriger

facilement

certains

premières utilisées est exploitée par ailleurs dans

effets

indésirables

des

ingrédients

qu’une

part

importante

des

matières

(parfum, conservateur, colorant, antioxydant) ;

d’autres secteurs sensibles depuis plus longtemps à

Les excipients, qui donnent au produit fini la

ces

consistance souhaitée et permettent l’application

l’agroalimentaire en particulier.

tendances

de

consommation

responsable,

du principe actif (l’eau, l’huile, l’alcool, etc.). Les filières de production naturelle, bio ou équitable ont Il s’agit donc pour le fabricant de composer et de

donc

proposer aux consommateurs des produits sains qui

demandes des fabricants de cosmétiques pour toute

répondent aux besoins d’hygiène et de santé.

une série d’ingrédients, parmi lesquels par exemple,

Dans ses annexes (régulièrement mises à jour), la Directive

européenne

76/768

établit

les

règles

définissant la composition de ces produits cosmétiques et précise la liste des composants (ingrédients et colorants) qui sont interdits, temporairement admis ou restreints.

Les substances sous

restrictions sont

limitées à un ou plusieurs champs d’application et à un volume maximum autorisé. A ce jour, plus de 1 500 substances sont prohibées pour la fabrication des produits cosmétiques. Les principales

tendances

règlementaires

portent

aujourd’hui sur les interdictions des tests sur les animaux décidés par l’Union européenne qui attend par ailleurs de chaque fabricant qu’il fournisse, avant la mise sur le marché de nouveaux produits, des informations sur le mode de production et les résultats des études toxicologiques et des contrôles effectués.

-5-

pu

s’adapter

relativement

facilement

l’avocat, le cacao, l’olive ou le tournesol.

aux


L’étiquetage des cosmétiques Sur les étiquettes des produits cosmétiques se mêlent des messages publicitaires et des mentions obligatoires imposées par les normes européennes.



Les précautions particulières d’emploi.



Le numéro du lot de fabrication ou une référence permettant l’identification.

Doivent impérativement figurer sur l’emballage du produit les informations suivantes : 



Le nom et l’adresse du fabricant ou du responsable



La fonction du produit.



La liste des ingrédients dans l’ordre décroissant de

de la mise sur le marché du produit (importateur ou

leur importance pondérale mentionnés d’après la

distributeur).

nomenclature

La quantité de produit contenu en volume ou en

(International

Nomenclature

techniques (mélange d’anglais et de latin), cette

poids (sauf pour les emballages contenant moins de

nomenclature, si elle ne facilite pas toujours la

5 grammes ou moins de 5 millilitres). 

INCI

Cosmetic Ingredients). Composée de termes très

compréhension par le consommateur, simplifie le

La date de durabilité minimale (date de péremption).

travail des médecins et des allergologues.

Si elle excède 30 mois, elle n’est pas obligatoire.

Le marché et les acteurs Estimé à près de 237 milliards d’euros en 2008, le

Au premier semestre 2008, le marché mondial des

marché

cosmétiques a enregistré une croissance de 4 % malgré

mondial

des

parfums

et

cosmétiques

continue à progresser (plus 1,8 % par rapport à 2007)

le

grâce à l’accroissement des demandes en provenance

occidentale et aux Etats-Unis.

ralentissement

économique

brutal

en

Europe

d’Asie (+ 24,5 %), d’Amérique latine (+ 11,6 %) et de Russie (+ 28,5 %).

En dépit de la crise, les grandes multinationales du

Dans ces régions du monde, l’accroissement des

secteur, Unilever, Procter & Gamble, Estée Lauder ou

revenus et l’augmentation du nombre de femmes qui

Colgate-Palmolive ont affiché des taux de croissance de

entrent dans la vie active stimulent fortement la

leur chiffre d'affaires sur le troisième trimestre 2008 de 8

consommation des parfums et cosmétiques.

à 13 %.

A la différence de l’Amérique du Nord ou du Japon,

Après vingt-quatre ans d'une croissance à deux chiffres,

l’Europe de l’Ouest continue à voir sa consommation

L'Oréal, le leader mondial des cosmétiques, a annoncé

augmenter (+ 5,3 %) et confirme sa position de premier

que la croissance de son bénéfice ne sera que de 7 %,

marché mondial avec des ventes estimées à 63 milliards

contre 16 % un an plus tôt.

d’euros en 2008.

Le marché des cosmétiques bio et naturels Avec plus d’un milliard d'euros de chiffre d'affaires annuel en 2008, le marché mondial des produits cosmétiques bio et naturels connaît une croissance annuelle moyenne de 30% environ, ce qui suscite évidemment l’intérêt des géants des cosmétiques, d'autant que le secteur dispose encore d'un gros potentiel (y compris en Amérique du Nord et en Europe, les principaux marchés). La part des ventes cosmétiques bio par rapport aux ventes de cosmétiques en général est passée de 1 % en 2005 à 4 % en 2008. Les analystes prévoient que les cosmétiques bio et naturels représenteront 10% du marché à l’horizon 2010-2012 et d’ici 5 ans, 30% du marché total des cosmétiques. -6-


Equitable, Bio, durable Depuis le Sommet de la Terre à Rio en 1992, les consommateurs sont de plus en plus sensibles aux enjeux écologiques et aux conditions de vie des populations les plus pauvres. En réponse à cette prise de conscience progressive, les initiatives

se

multiplient

pour

proposer

aux

consommateurs du 21e siècle des alternatives plus respectueuses de l’environnement et des êtres humains les plus exposés.

Le commerce durable Le commerce durable, dont fait partie le commerce équitable,

prend

place

lorsque

les

échanges

commerciaux de biens et de services génèrent des bénéfices sociaux, économiques et environnementaux en conformité

avec

les

principes

fondamentaux

du

développement durable :

-

création de valeur économique ;

-

réduction de la pauvreté et des inégalités ;

-

régénération de ressources environnementales.

Labels et certification Même si, aujourd’hui, tous les produits proposés par les distributeurs du commerce équitable ou du commerce durable ne sont pas porteurs d’un label ou d’une certification (notamment dans le textile ou la décoration), des efforts importants sont faits pour mettre en évidence les produits issus de ces filières et faciliter le choix du consommateur. Cependant, en l’absence de normes contraignantes (à l’exception des produits Bio), il convient de faire la distinction entre les labels et certifications octroyés par des organismes indépendants (Max Havelaar, Rainforest Alliance,…) et les initiatives des distributeurs euxmêmes. En effet, si les premiers garantissent le fait que le produit et toutes les étapes de son élaboration ont été contrôlés par un certificateur indépendant à partir de cahiers des charges respectant précisément les conditions essentielles du commerce équitable ou du commerce durable, les secondes n’offrent pas toujours le même niveau de garantie. La multiplicité et la diversité de ces labels et de ces appellations (dont certaines ne servent qu’à couvrir des ambitions exclusivement mercantiles) ne simplifient pas le choix des consommateurs que nous sommes. Une certaine pédagogie s’impose.

-7-


Commerce équitable et produits cosmétiques Le commerce équitable est né d’un constat simple :

Bien que ces inégalités commerciales aient été mises en

les écarts de richesse entre les populations des pays

évidence dès le 19e siècle (notamment avec la

les plus riches et celles des pays les plus pauvres ne

publication en 1860 du roman du Néerlandais Edouard

cessent de se creuser malgré les sommes investies

Douwes Dekker dont Max Havelaar est le héros), c’est à

dans l’aide au développement.

partir de l’Après-Guerre qu’apparaissent les premiers

En moins d’un siècle, l’écart de revenus entre les 20 %

projets de commerce équitable, par des organisations

des pays les plus riches et les 20% des pays les plus

américaines et anglaises (Thousands Villages aux Etats-

pauvres est passé de 11 contre 1 en 1913 à 75 contre 1

Unis et l’ONG Oxfam au Royaume-Uni).

aujourd’hui. C’est en 1964, lors de la Conférence des Nations unies infrastructures

pour la Coopération et le Développement (CNUCED),

défaillantes, corruption, … les causes de ce déséquilibre

qu’est définie pour la première fois la notion de

sont

Guerres,

catastrophes

naturelles,

figurent

commerce équitable, « Le commerce, pas la charité »

indubitablement des problèmes économiques structurels

(« Trade, not Aid »), qui en constitue le principe

de fond.

fondateur.

La spéculation sur les matières premières, la spirale de

Les premiers magasins de commerce équitable s’ouvrent

l’endettement,

multiples

mais

parmi

celles-ci

des

en Europe dès la fin des années 60, tandis que se

producteurs des pays du Nord, tous ces mécanismes

mettent en place dans les pays en développement les

constituent autant d’obstacles au décollage des pays les

coopératives et associations de producteurs qui vont

plus pauvres qui ne maîtrisent pas leur développement.

bénéficier de ces échanges plus justes, d’abord dans les

la

concurrence

subventionnée

secteurs de l’artisanat et de l’agriculture.

Qu’il s’agisse de produits d’hygiène, de soins ou à vocation esthétique, les ingrédients qui composent les produits cosmétiques peuvent être d’origine animale, végétale, minérale ou synthétique. Or, une part importante des matières premières qui entrent dans ces formules est importée des pays en développement,

ce

qui

explique

l’importance

du

commerce équitable pour ce secteur d’activités et le fait que certains précurseurs s’y soient intéressés dès la fin des années 70. Depuis, les organisations, les labels et les certifications se sont multipliés pour soutenir les exportations des pays en développement et proposer aux consommateurs des produits qui répondent à leurs attentes nouvelles.

Le commerce équitable, c’est quoi ? En 1999, les principales organisations internationales du

Il contribue au développement durable en offrant de

commerce équitable (la World Fair Trade Organisation, la

meilleures conditions commerciales et en garantissant les

Fair Trade Labelling Organizations et le Network of

droits des producteurs et des travailleurs marginalisés,

European World Shops) s’entendent sur une définition

tout particulièrement au Sud de la planète. Les

commune :

organisations du commerce équitable (soutenues par les

« Le Commerce équitable est un partenariat commercial,

consommateurs) s'engagent activement à soutenir les

fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont

producteurs, à sensibiliser l'opinion et à mener campagne

l'objectif est de parvenir à une plus grande équité dans le

en faveur de changements dans les règles et pratiques

commerce mondial.

du commerce international conventionnel ».

-8-


Pour soutenir la mise en œuvre de ce système

Concrètement, le commerce équitable garantit aux

économique, ces organisations listent les 10 grands

producteurs des pays les plus pauvres des prix

principes à respecter :

d’achat plus rémunérateurs que les cours mondiaux ainsi qu’une relative stabilité des prix et la mise en



Créer des opportunités pour les producteurs qui sont économiquement en situation de désavantage.

place de conditions et de délais de paiement favorables (voire des possibilités de préfinancement), qui évitent aux paysans et aux artisans de brader leurs



Favoriser la transparence et la crédibilité.



Encourager la capacité individuelle.



Promouvoir le commerce équitable.



Garantir le paiement d'un prix juste.



Veiller à l’égalité entre les sexes.



Assurer des conditions de travail décentes.



Eviter le travail des enfants.



Protéger l'environnement.

sociaux



Encourager des relations commerciales fondées sur

d’éducation et de soins, etc.) et soutiennent les

la confiance et le respect mutuel

investissements

produits ou d'avoir recours à des prêts usuriers. Le prix équitable doit pouvoir couvrir tous les coûts de production

du

produit,

y

compris

les

coûts

environnementaux, et assurer aux producteurs un niveau de vie décent. De

plus,

les

acheteurs

du

commerce

équitable

s’engagent généralement en faveur de programmes (alphabétisation,

producteurs.

-9-

productifs

accès des

aux

systèmes

organisations

de


Filière labellisée et filière intégrée Depuis 1988 et la création d’une part de l’IFAT,

La filière labellisée repose sur la certification du

l’Association Internationale du Commerce Equitable

produit commercialisé.

(devenue en 2009 la WFTO, l’Organisation Mondiale du Commerce Equitable), et le lancement du label Max

Les

Havelaar d’autre part, on observe l’émergence et la

s’engagent à respecter un cahier des charges précis

coexistence de deux grandes filières de régulation du

et à s’approvisionner auprès d’organisations de

commerce équitable : la filière intégrée (avec la WFTO

producteurs

des

et l’EFTA notamment) et la filière labellisée (avec en

coopératives

souvent)

particulier FLO Max Havelaar).

l’organisme de labellisation.

Mode d’organisation historique du commerce équitable,

Ces

la filière intégrée présente comme caractéristique

commercialisés dans n’importe quel point de vente, y

principale le fait que tous les acteurs intervenant dans

compris la grande distribution classique.

l’élaboration et la commercialisation du produit

Le label Max Havelaar, qui représente le label FLO en

(producteur, transformateur, importateur et points de

Belgique notamment, est le plus célèbre d’entre eux.

entreprises

produits

qui

élaborent

pays

en

qui

labellisés

ces

produits

développement

ont

été

peuvent

(des

agréées

par

ensuite

être

vente) sont engagés dans le commerce équitable et se conforment volontairement (voire activement) à ses

La

principes.

l’existence de visions différentes du commerce

coexistence

de

ces

deux

filières

illustre

équitable qui portent en particulier sur le type de Ainsi, ce sont ces acteurs de la filière qui bénéficient de

relations à établir avec les acteurs économiques privés

la certification (généralement associée à un logo)

(multinationales,

correspondant à ces règles et critères, qu’ils ont

divergences entre une vision de développement (et de

généralement définis collectivement.

dénonciation du commerce international) d'un côté et une

grande

distribution)

et

sur

des

perspective commerciale reposant sur le contrôle d'autre part.

- 10 -


Les principaux labels du commerce équitable Fairtrade (FLO) Apposé

sur

de

nombreux

types

de

produits

(alimentaires, textiles, cosmétiques, etc.), le label Fairtrade Max Havelaar atteste le fait que la marque qui en bénéficie s’est engagée à respecter le cahier des charges établi par l’Organisation de Labellisation du Commerce Equitable (FLO - Fairtrade Labelling Organization International), qui est représentée par Max Havelaar en Belgique.

d’achat minimum garanti et stable sur le long terme.

Les marques qui utilisent ce logo ont été contrôlées par l’organisme indépendant de certification FLO-Cert qui vérifie que leurs pratiques sont conformes aux principes du commerce équitable. Le label Fairtrade Max Havelaar est accordé sur base des critères fixés dans un cahier des charges qui comporte un pilier économique, un pilier social et un pilier environnemental.

ainsi que le respect des normes de l’Organisation internationale du Travail (OIT) en matière de conditions de travail. Enfin, le pilier environnemental assure qu’aucun OGM

écosystèmes.

Fair Trade Organisation (FTO) Délivré par l’Organisation Internationale de Commerce Equitable (WFTO - World Fair Trade Organisation) aux structures qui ont le commerce équitable comme activité principale, le logo WFTO atteste le fait que ces distributeurs et / ou producteurs ont respecté les exigences du référentiel FTO, notamment en matière d’évaluation et de contrôle. Ce référentiel exige une rémunération des producteurs à un prix équitable dans le cadre d’une contractualisation respectueuse des règles des normes de l’OIT (égalité de genres, conditions de travail saines, etc.). Des critères environnementaux sont également pris en compte et une attention particulière est accordée à la d’opportunités

versée par l’acheteur à l’organisation de producteurs

accorde une attention particulière à la préservation des

www.fairtrade.net

économiquement

Le pilier social inclut une prime de développement

n’est utilisé, interdit plus de 118 pesticides chimiques et

P O U R E N S AV O I R P L U S :

création

Le pilier économique comprend notamment un prix

pour

désavantagés

les ainsi

producteurs qu’à

sensibilisation et l’information des consommateurs.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.wfto.com

- 11 -

la


ESR (Equitables Solidaires Responsables) Utilisée

dans

cosmétiques

les et

secteurs

du

de

textile,

la

l’alimentaire, certification

des ESR

(Equitables Solidaires Responsables) garantit le respect des procédures du commerce équitable sur l’ensemble des maillons de la chaîne de production (producteurs,

transformateurs,

exportateurs

et

importateurs). Conforme aux critères établis par le réseau FINE qui associe

les

grandes

organisations

du

commerce

équitable (WFTO, FLO, EFTA et NEWS), le référentiel de certification ESR (contrôlé par Ecocert) inclut l’établissement d’un prix d’achat minimum garanti qui couvre les coûts de production tout en dégageant une marge qui permette aux fournisseurs d’améliorer leurs conditions de vie.

Ce référentiel présente en outre comme particularité d’intégrer une composante environnementale très forte qui encourage l’adoption de bonnes pratiques agricoles, d’une politique de gestion des déchets et des emballages et une transition vers la production biologique. Celle-ci est exigée pour certains produits, comme le coton, les fleurs ou la banane.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.ecocert.fr

Bio Equitable Conçue dans le cadre d’une logique globale, la marque Bio Equitable (Organic Fair Trade) associe les garanties du commerce équitable et celles de l’agriculture

biologique

pour

des

produits

alimentaires, textiles ou cosmétiques issus des filières agricoles. Impliquant

l’ensemble

des

acteurs

de

la

chaîne

(production, transformation et distribution), cette marque garantit aux consommateurs que le produit porteur de ce logo est conforme aux règlements de l’agriculture biologique reconnus au niveau international. Il prévoit aussi qu’un appui technique et des formations à l’agriculture biologique (et au cahier des charges Bio Equitable)

soient

fournis

systématiquement

aux

Tout au long de la chaîne, le respect de ces critères est contrôlé par Ecocert, un organisme français indépendant, accrédité par le COFRAC (France). En plus d’un prix minimum, le cahier des charges garantit le respect des droits fondamentaux de la personne, le refus de l’exploitation des producteurs et le respect des droits sociaux du travail.

producteurs, ceci dans le respect des cultures et

P O U R E N S AV O I R P L U S :

traditions locales.

www.bioequitable.com

Fairwild Créée en 2008 avec pour objectif « la mise en place au niveau

mondial

des

conditions

favorables

au

développement de systèmes de commerce durables, éthiques

et

Fondation

générateurs Fairwild

certification

unifié

écologiques

et

a

de

valeur

élaboré

qui

sociaux

un

intègre pour

ajoutée »,

la

standard

de

des

critères

l’évaluation

des

systèmes de production. La mise en place de ce Système de Gestion Global de la Qualité (Total Quality Management System) vise à

Ce système de certification garantit notamment la traçabilité des produits, la transparence des échanges financiers et le caractère durable des investissements réalisés.

garantir aux distributeurs que les produits qu’ils achètent

P O U R E N S AV O I R P L U S :

sont suivis et fabriqués dans le respect strict de critères

www.fairwild.org

environnementaux et sociaux. - 12 -


Les grandes organisations, coupoles internationales du commerce équitable WFTO - World Fair Trade Organisation (Organisation Internationale de Commerce Equitable) Avec ses 350 organisations membres (dont 65 % proviennent des pays du Sud) représentant l’ensemble des maillons de la chaîne du commerce équitable (producteurs, transformateurs et distributeurs), la WFTO, l’Organisation Internationale de Commerce Equitable, est considérée depuis sa création en 1989 comme le principal coordinateur des organisations du secteur. Jusqu’il y a peu, la WFTO s’appelait l’IFAT, l’International Fair Trade Association (Association Internationale de

Lieu d’échanges d’information et d’expériences, la WFTO

Commerce Equitable).

rassemble par ailleurs des centaines d’organisations lors de ses conférences internationales considérées parmi les

En tant que structure emblématique de la filière intégrée, la WFTO ne labellise pas des produits mais des organisations qui jouissent alors du label FTO, accordé après une évaluation à partir des critères et

événements les plus importants pour la filière équitable.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.wfto.com

standards exigeants.

FLO - Fairtrade Labelling Organization (Organisation de Labellisation du Commerce Equitable) A la fois fédération des organisations de labellisation et structure indépendante en charge d’un label de commerce

équitable,

FLO

(Fairtrade

Labelling

Organization) établit des standards de commerce équitable, contrôle leur mise en œuvre et certifie les produits répondant à ces standards. Pour assumer au mieux ses missions, FLO se compose

de

deux

structures

distinctes :

FLO A ce titre, FLO-Cert certifie des organisations de

International et FLO-Cert.

producteurs et délivre des agréments aux acteurs Association composée de plus de 20 organismes

économiques de la filière (importateurs, exportateurs,

nationaux de certification dont 15 européens (en Belgique

transformateurs et marques) au terme d’audits et de

et en France, c'est Max Havelaar qui représente le label),

contrôles réguliers.

FLO International conçoit et développe des normes

Ce sont plus de 500 organisations (coopératives et

équitables (de manière spécifique pour chaque type de

plantations) dans plus de 50 pays d'Afrique, d'Asie et

produit), soutient de nouvelles filières et appuie le

d'Amérique du Sud qui ont d’ores et déjà été certifiées.

renforcement des organisations de producteurs.

Un comité de certification multipartite neutre composé de

Société privée à responsabilité limitée, FLO-Cert est

représentants des producteurs, des importateurs et des

accréditée ISO 65, ce qui garantit son indépendance en

associations nationales prend la décision d'agrément ou

tant qu'organisme de certification, l'impartialité des

de retrait de la certification.

contrôles mis en œuvre et la transparence de son

P O U R E N S AV O I R P L U S :

activité.

www.fairtrade.net - 13 -


EFTA - European Fair Trade Association (Association Européenne de Commerce Equitable) Sorte de club historique d'organisations leaders dans leurs

pays,

l’EFTA

rassemble

les

principales

centrales d'importation européennes de commerce équitable qui s’approvisionnent auprès de 400 groupes de producteurs des pays émergents. Créée

en

1990

comme

plateforme

de

partage

d'informations et de bonnes pratiques, l'EFTA a pour objectif de développer les importations de produits équitables

en

renforçant

les

synergies

et

en

encourageant les échanges d'expériences entre ses membres. L’EFTA est davantage un outil de travail qu'un outil de représentation politique, au sein duquel ont notamment été développés des bases de données partagées et un

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.european-fair-trade-association.org

système de monitoring mutualisé.

NEWS - Network of European WorldShops (Réseau Européen de Magasins du Monde) En tant que Réseau Européen de Magasins du Monde, NEWS regroupe des distributeurs de produits équitables. Il compte 15 fédérations nationales qui regroupent environ 25 000 magasins. Ses objectifs sont surtout l'échange d'informations et le partage d'expériences, le développement de matériel

P O U R E N S AV O I R P L U S :

pédagogique commun, la sensibilisation du grand public,

www.worldshops.org

des médias et des autorités et l'organisation de la Journée mondiale du Commerce équitable.

FINE Ces quatre dernières institutions majeures forment le FINE (acronyme qui reprend les initiales de ces 4 organisations) qui a pour but de coordonner leurs actions, de donner un même sens au commerce équitable et surtout de construire et de préserver la confiance nécessaire au bon développement du commerce équitable

- 14 -


Quelques initiatives remarquables

Natyr, le bien-être solidaire LE PROJET La gamme de produits cosmétiques Natyr a été créée en 2004 par la compagnie Gala Cosmetici pour la coopérative CTM Altromercato, le leader italien du commerce équitable. Deux ans plus tard, Oxfam devient partenaire de ce projet et commence à commercialiser les produits Natyr dans son réseau de distribution spécialisé, les « Magasins du Monde ». La gamme Natyr bénéficie donc des réseaux de distribution et de vente d’Oxfam-Magasins du Monde et de CTM Altromercato, tandis que la production est assurée par Gala Cosmetici, laboratoire italien, qui conçoit, conditionne et contrôle ces cosmétiques à partir de matières premières fournies par des producteurs sélectionnés dans les registres Oxfam-Magasins du Monde, Oxfam-Fairtrade, FLO et / ou WFTO. Cependant, dans la mesure où la totalité des ingrédients ne peuvent pas toujours être certifiés faute de ressources disponibles, les produits Natyr ne sont pas labellisés mais portent la mention « Oxfam – Made in Dignity » associée à des seuils d’équitabilité qui garantissent le fait qu’au moins 50 % des ingrédients et du travail de production proviennent de filières certifiées. Composée de 33 produits phyto-cosmétiques différents, la gamme Natyr propose une variété complète de produits (nettoyants, démaquillants, laits, exfoliants, déodorants, après-rasage, huiles de bain, etc.) répartis en quatre grandes familles : Aloé Vera, Thé Vert, Epices et Fleurs & Savons.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.omdm.be/natyr/index.html

- 15 -


LES PRODUCTEURS A l’instar des produits de la gamme Alter Eco, les produits Natyr sont élaborés à partir de matières premières issues de filières de production intégrées mises en place et suivies par Oxfam, mais aussi à partir d’ingrédients fournis par les communautés de producteurs labellisés par les grands organismes certificateurs que sont en particulier FLO et la WFTO. Les organisations suivantes font partie des réseaux de producteurs de matières premières de la gamme Natyr :

E N T H AÏ L A N D E LA COOPÉRATIVE GREEN NET Active dans le développement de l'agriculture biologique dans le nord-est de la Thaïlande, la coopérative Green Net est née en 1993 de la collaboration d’une ONG locale, Surin Farmers Support, avec Claro (importateur suisse de commerce équitable) et des producteurs locaux avec pour objectifs de préserver les variétés traditionnelles de riz et de mieux répartir les bénéfices des activités de riziculture. Depuis le début des années 80, une partie des producteurs de cette région très pauvre est déjà organisée sous forme de coopératives avec le soutien d’ONG occidentales. Elles mutualisent leurs moyens et créent des fonds de solidarité, des banques de riz et des caisses d’épargne où le dépôt s’effectue en riz ou en monnaie. Pour ses quelque 1100 membres, Green Net dispense des formations à l’agriculture biologique, aux techniques de production et apporte son soutien face à l’industrie agroalimentaire monopolistique. Organisation militante, Green Net a contribué à l’élaboration d’une certification biologique nationale en collaborant avec des associations urbaines. Ensemble, elles mettent en place des actions de sensibilisation des paysans aux droits sociaux, à la répartition des rôles entre hommes et femmes et aux bénéfices du commerce équitable par rapport au commerce traditionnel. Green Net a été certifiée FLO en 2002 et est membre de la WFTO depuis 2004. Grâce au commerce équitable, les producteurs de riz et d’aloé vera reçoivent un salaire fixe plus important que dans le réseau conventionnel et préservent leur environnement par le biais de l’agriculture biologique. Ce projet est un moyen de freiner l’exode rural par le développement d’une activité économique qui permet de rompre avec le cercle vicieux de la dette, en préfinançant des récoltes, ce qui évite le recours aux usuriers.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.greennet.or.th

- 16 -


AU SRI LANKA S T AS S E N G R O U P

Fondée en 1977, la société exportatrice Stassen Group est leader sur le marché sri lankais du thé depuis 1988 avec ses 20 000 hectares de terres dédiées et ses nombreuses activités complémentaires (banque, hôtellerie, assurances et logistiques).

Depuis 1987, Stassen Group a procédé à la conversion biologique de nombreuses plantations où travaillent essentiellement des femmes, chargées de

la

cueillette

des

feuilles

de

thé

et

du

conditionnement. Depuis

sa

création,

Stassen

Group

œuvre

pour

l’amélioration de la qualité de vie de ses 1500 travailleurs et de leurs familles, en leur assurant des revenus nettement supérieurs au minimum national et en accompagnant un grand nombre de projets sociaux. Forte de cet engagement, la société Stassen Group obtient la certification FLO en 2006. En plus de ses actions environnementales, la société Stassen

Group

a

soutenu

le

développement

d’infrastructures pour les travailleurs (150 maisons et 470 toilettes ont été construites pour la communauté et 350 familles sont approvisionnées en électricité).

Aujourd’hui grâce en particulier aux primes de développement du commerce équitable, la totalité des familles ont accès à l’eau courante et à des toilettes dans leur maison et deux centres médicaux ont été créés ainsi que des routes, une maison de soins pour les personnes âgées, plusieurs garderies et écoles maternelles.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.stassengroup.com

- 17 -


A CUBA LA COOPERATIVA DE PRODUCCION AGROPECUARIA (CPA) JOSE MARTI La Coopérative de Crédits et Services (CCS) José Marti est

créée

en

1971

par

des

petits

producteurs

indépendants de la région de Ciego de Avila au centre de Cuba décidés à se regrouper au sein d’une organisation chargée de dispenser des crédits et des services professionnels à ses membres. Puis, en 1979 est fondée la Coopérative de Production Agricole (CPA) José Marti par certains membres de la CCS pour mettre en commun leurs propriétés et leurs moyens de

production

afin

d’améliorer

leurs

conditions

et

d’augmenter leur niveau de production et par conséquent leurs revenus. Contrairement aux membres de la CCS, les 70 producteurs d’agrumes (oranges, pamplemousses, citrons) de la CPA José Marti sont copropriétaires de la terre. Ils organisent leur travail de façon collective et leurs produits sont vendus à un prix fixe à la Citricos Caribe S.A, une entreprise d’Etat, ce qui garantit des revenus stables. Le pouvoir étatique centralisé gère la commercialisation et les exportations en Europe par le biais de sa plateforme logistique basée à Rotterdam auprès de laquelle s’approvisionnent des acteurs conventionnels et d’autres du commerce équitable comme Oxfam.

La coopérative José Marti a été certifiée par FLO (Fairtrade Labelling Organisation) en 2000. En plus des conditions de travail et de revenus préférentiels qu’elle garantit à ses travailleurs (propriétaires et saisonniers), la CPA José Martìn remplit par ailleurs des fonctions sociales essentielles. Elle distribue une partie de ses fruits gratuitement dans les écoles, les hôpitaux et les maisons de retraite, aide ses membres et leurs familles à la construction d'habitations et organise régulièrement des activités culturelles et sportives.

P O U R E N S AV O I R P L U S :

Crédits photos

www.omdm.be/cuba/cpa-jose-marti.html

Oxfam-Magasins du Monde Solidar’Monde Stassen Group Bernard GAGNON – Licence GNU Asociacion Nacional de Agricultores Pequenos Intercarto – CPA - 18 -


Alter Eco, le commerce équitable total LE PROJET Créée à l’origine sous forme associative en 1998, la société française Alter Eco a pour métiers l’importation et la distribution de produits alimentaires et cosmétiques issus du commerce équitable. Sa forte croissance l’a amenée à ouvrir des bureaux en Australie et aux EtatsUnis et lui a, en outre, permis de développer une démarche globale d’optimisation de ses activités : études de marché, audit, suivi et contrôle de qualité des matières premières. Alter Eco se fournit auprès de 51 organisations de producteurs dans 28 pays auxquels sont souvent confiées les activités à forte valeur ajoutée : la transformation des matières premières, voire le conditionnement des 80 produits que cette société commercialise dans plus de 3 000 grandes ou moyennes surfaces.

P O U R E N S AV O I R P L U S :

Les cosmétiques Alter Eco forment une gamme complète de 14 soins pour le

www.altereco.com

corps (gels douches, baumes corporels, savons liquides, masques, etc.) et des produits à base de coton équitable (disques démaquillants et cotons tiges). Les seuils des ingrédients sont établis à partir de deux critères : naturels, à 95%, et issus du commerce équitable, à 50%. Labellisé « Max Havelaar » pour tous ses produits et « Agriculture Biologique » pour sa gamme alimentaire, Alter Eco a mis en place son propre système d’audit (FTA 200) et se fait une fierté de garantir à ses producteurs des prix d’achat supérieurs à ceux exigés pour la certification Max Havelaar. A titre d’exemple, en 2005, les matières premières étaient payées en moyenne 81 %

Crédits photos

plus chères que les prix du marché, par rapport au taux de 54 % imposé par

Alter Eco

Max Havelaar.

The Heiveld Cooperative Ltd

- 19 -


Au delà de ses activités commerciales, Alter Eco est à l’origine d’initiatives de sensibilisation et d’information, avec notamment la publication de nombreux documents et ouvrages à destination du grand public et la création avec l’enseigne E. Leclerc du Laboratoire du Commerce Equitable, une plateforme d'information et d'échange de bonnes pratiques pour contribuer au développement du Commerce Équitable.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.laboequitable.fr

LES PRODUCTEURS Dans ses relations avec ses fournisseurs, Alter Eco combine les deux approches traditionnelles du commerce équitable en assurant la mise en place et le développement de filières intégrées de producteurs locaux tout en sollicitant les réseaux de production labellisés par les organismes certificateurs du commerce équitable. Parmi les organisations avec lesquelles travaille Alter Eco pour la production des 14 produits de sa gamme cosmétiques, on peut citer :

EN AFRIQUE DU SUD LA COOPÉRATIVE HEIVELD / WUPPERTHAL Située dans la région sableuse et rocailleuse de Bokkeveld en Afrique du Sud, à 400 km au nord de Cape Town, la coopérative biologique des fermiers de Heiveld regroupe une soixantaine de petits producteurs de thé rouge Rooibos sauvage et de culture. Associé au beurre de karité du Burkina-Faso pour la fabrication de soins nourrissants, le thé rouge (en réalité une infusion rouge dorée) connait un grand succès depuis quelques années grâce à ses propriétés anti-oxydantes et à sa forte teneur en polyphénols. Aujourd’hui, aux cotés de scientifiques, les producteurs développent leur production en prenant soin de leur terre et la récolte du thé rouge sauvage est effectuée de façon à protéger la biodiversité locale spécifique et unique. Mise en place de façon officieuse à la fin de l’apartheid en 2000, avec 12 membres fondateurs, cette coopérative (qui n’est devenue officielle qu’en 2002) a pu obtenir les certifications équitable et biologique, et ainsi améliorer les revenus de ses membres De fait, la petite taille de cette coopérative (43 membres) a permis la très bonne gestion de ces revenus supplémentaires qui sont investis dans des projets de développement porteurs et ambitieux. Ainsi, les femmes de la coopérative participent au projet et fabriquent elles-mêmes les sachets et les boîtes pour commercialiser le thé. Elles se sont également récemment réunies dans l’objectif de monter un projet touristique qui permet de faire découvrir aux voyageurs leur façon de cultiver la terre et leur manière de vivre en harmonie avec la nature. Maîtrisant la production, la transformation et le conditionnement de ses produits, la coopérative est un modèle pour la création de forte valeur ajoutée au sein des coopératives équitables.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.heiveld.co.za

- 20 -


EN PALESTINE THE OLIVE BRANCH FUND Investi depuis longtemps dans le développement économique local et la promotion de la paix, The Olive Branch Fund est une association palestinienne localisée dans la Commune de Taybeh, à 30 kilomètres au nord-est de Jérusalem, dans les territoires occupés de Cisjordanie. Créée en 2001 par le Père Ra'Ed, curé catholique de la commune, pour relancer la culture et la commercialisation de l'huile d’olive (un héritage familial autant qu'une nécessité vitale pour les familles démunies de Taybeh), The Olive Branch Foundation contribue à garantir un niveau de revenu aussi décent que possible à ces 300 familles. L’huile produite à Taybeh est utilisée pour l’élaboration de certains des soins corporels de la gamme cosmétiques d’Alter Eco. Il n’existe pas de standards FLO (Fairtrade Labelling Organisations) pour cette filière mais Alter Eco a assuré le rôle d’accompagnateur pour la mise en place d’une structure équitable intégrée et reconnue. Différents audits ont été menés pour mettre en place un prix minimum garanti ainsi qu’une prime de développement versée à la coopérative. Le commerce équitable permet en effet à ces producteurs de percevoir un prix plus juste pour leur huile (près de 50 % plus élevé que celui pratiqué sur les marchés locaux) qui leur garantit une marge satisfaisante et des perspectives de projets. La prime de développement versée par Alter Eco à The Olive Branch Fund a notamment permis depuis un an, avec l’aide de Caritas et de l’Evêché de Florence, l’achat d’un pressoir pour la ville de Taybeh et le développement d’activités de transformation pour valoriser au maximum leurs produits.

Les projets de solidarité financés par The Olive Branch Fund grâce aux primes de développement comprennent la scolarisation d'enfants défavorisés, la création de centres d'accueil pour les touristes et les pèlerins, la mise à disposition de micro-crédits pour des familles en difficulté et la diffusion

d'une

lettre

d'informations

pacifiste

en

ligne

(www.go.to/non-violence.org) pour favoriser le dialogue et les échanges interculturels. Enfin, les primes versées par Alter Eco financent les projets de deux associations de femmes qui œuvrent pour la mise en place de formations gratuites pour les femmes sur leurs droits ainsi que pour l’accès des femmes aux études supérieures. « Depuis 2003, l'enseigne française de commerce équitable, Alter Eco, achète ainsi une partie substantielle de la production d'huile d'olive de Taybeh à un prix équitable. En ces temps difficiles au niveau économique et politique en Palestine, ce contrat représente un grand espoir pour les habitants du village qui ont ainsi trouvé un débouché à leur production, qui s'entassait jusque-là dans les garages et les caves ».

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.taybeh.info/fr/olivebranch.php

- 21 -


A U N I C A R A G U A - L A C O O P E R AT I V E C O S AT I N Produit 100% naturel et biologique, le miel récolté par les producteurs de la coopérative Cosatin est l’un des principaux ingrédients de base de la gamme hydratante des cosmétiques équitables d’Alter Eco. Créée en 2007, cette coopérative qui regroupe actuellement 340 petits producteurs répartis dans 25 communautés différentes du département de Boaco au Nicaragua a longtemps eu pour principale activité la production et l’exportation de café biologique arabica. Cependant, pour être moins dépendants du marché du café qui est très volatile, certains de ses membres ont choisi de diversifier leurs débouchés et se sont convertis à l’apiculture biologique. La vente de ce miel aux acteurs du Commerce Equitable comme Alter Eco, assure aux producteurs de miel de Cosatin une stabilité tant aux niveaux des débouchés que des prix, ce qui contribue à sécuriser et augmenter leurs revenus. La prime Commerce Equitable reversée par Alter Eco permet non seulement à la coopérative de mettre en place des formations à l’agriculture biologique pour les petits producteurs, mais elle a aussi contribué à la réalisation de projets sociaux de scolarisation des enfants des paysans.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.cosatin.org

AU SRI LANKA - LA COOPERATIVE SOFA L'association des petits producteurs de thé biologique de la région de Kandy au Sri Lanka a été créée en 1993 à l'initiative de Sarath Ranaweera, ingénieur spécialiste de la culture biologique du thé, pour répondre aux difficultés rencontrées par les paysans confrontés à la pression des intermédiaires. La Small Organic Farmer Association (SOFA) fut créée en 1997. La certification bio a été obtenue la même année pour une partie des producteurs qui n’avaient jamais utilisé de produits chimiques sur leurs parcelles par manque d’argent, et pouvaient donc passer aisément à l’agriculture biologique. En s’inscrivant dans une démarche Bio, les 462 membres de SOFA ont choisi de réintroduire les méthodes traditionnelles de culture, ce qui permet la sauvegarde de certaines espèces et un meilleur respect de l'environnement. En 1994, Sarath crée Biofoods, une société privée, qui se charge du contrôle de la coopérative et de l’exportation des produits. L’objectif est le développement des débouchés pour les associations de petits producteurs sri lankais qui font l’effort de passer à l’agriculture biologique et s'organisent suivant les principes du commerce équitable. Biofoods aide ces petits producteurs à mettre en place leur association, à la gérer, prête des locaux et soutient le financement de l’organisation tant que celle-ci n’est pas encore autosuffisante. L’audit réalisé en 2008 par le Laboratoire du Commerce Equitable a mis en évidence les bénéfices de ce projet : « L’exemple de la filière SOFA constitue un exemple de modèle de développement qui montre la diversité des leviers d'action propres aux projets locaux de Commerce Equitable. Initié par des entrepreneurs locaux, puis soutenu par les importateurs du Commerce Equitable, le projet de SOFA permet une dynamisation des activités agricoles des petits producteurs. (...) C'est le prix supérieur garanti à l'achat du produit qui permet le financement de ces activités. La SOFA est maintenant en charge de tout le système de production, du contrôle qualité et du suivi des agriculteurs de manière autonome. Ceci permet à la coopérative de maximiser la valeur ajoutée avec 45 % du prix consommateur (France) qui retourne dans le pays d’origine grâce notamment aux efforts développés pour promouvoir une solution locale de packaging ». M. Wiesinghe, membre de SOFA, producteur de thé Alter Eco, témoigne : « La prime du Commerce Équitable a été utilisée pour apporter des conseils techniques aux producteurs, acheter des engrais verts, ou encore pour développer le système social au sein du village. (…) Nous espérons aussi pouvoir accueillir davantage de membres au sein de la coopérative si le système démontre sa stabilité et sa rentabilité. »

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.biofoodslk.com/ - 22 -


The Body Shop : Pionnier des cosmétiques équitables LE PROJET Créée en 1976, la société The Body Shop apparaît véritablement comme le pionnier du commerce équitable des cosmétiques. A une époque où l’aide aux producteurs des Pays du Sud était essentiellement

d’inspiration

tiersmondiste,

communautariste

ou

religieuse, Anita Roddick, une jeune Anglaise de 23 ans, décida de participer à ce mouvement en créant The Body Shop, une société militante de commercialisation de soins pour le corps inspirés des pratiques traditionnelles indiennes. Anita Roddick associa à ces valeurs équitables des principes de respect de l’environnement, de protection des animaux et de lutte contre les violences faites aux femmes.

Dès sa création, The Body Shop créé les principes du « Community Trade » (« Trade - Not Aid »), très proches de ceux du commerce équitable, qui reposent sur les critères suivants :  Travailler avec les communautés locales sur le long terme,  Payer un salaire équitable aux fournisseurs et aux travailleurs,  Leur rendre visite régulièrement,  Soutenir les initiatives de développement durable. L’entreprise, qui s’est distinguée par son soutien actif à de nombreuses campagnes écologiques internationales (notamment avec Greenpeace et Friends of the Earth), a connu une croissance très rapide. Aujourd’hui, The Body Shop (entretemps racheté par L’Oréal en 2006), c’est un réseau franchisé de plus de 2 200 magasins répartis dans 57 pays.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.thebodyshop.com

- 23 -


Bien que sponsor de la WFTO, la notoriété acquise par The Body Shop ainsi que la reconnaissance du soutien qu’apporte la société à ses communautés de fournisseurs dans le cadre de ses « Community Trade Programs » lui ont permis de se passer de labellisation externe. En effet, ses standards sont souvent comparés à ceux du Fairtrade Labelling Organisations (FLO). Depuis ses premiers échanges avec les communautés de producteurs de l’Inde, The Body Shop s’est investi de multiples façons pour soutenir et accompagner les filières de producteurs auprès desquelles elle se fournit

en

matières

premières :

prix

équitables,

primes

au

développement mais aussi conseil stratégique, aide à la diversification, formation des paysans, sensibilisation aux pratiques de santé, etc.

Enfin, malgré les polémiques liées à son rachat par le Groupe L’Oréal en 2006, The Body Shop reste un acteur reconnu sur les questions environnementales d’actualité, comme le souligne Matthias Diemer, expert en huile de palme pour le WWF en Suisse : « The Body Shop est la première entreprise cosmétique à introduire une huile de palme durable dans ses produits. Cette décision marque le démarrage d’une demande en huile durable pour le secteur, et nous espérons que d’autres entreprises vont suivre cet exemple. Nous tenons aussi à féliciter The Body Shop pour son rôle moteur dans l’élaboration de directives exigeantes pour la production d’une huile durable ».

La mort d’Anita Roddick le 10 septembre 2007 à l’âge de 64 ans a donné lieu à des hommages du monde entier. John Sauven, directeur exécutif de Greenpeace, qui a travaillé avec Anita Roddick sur de nombreuses campagnes a déclaré : « Elle était une source d'inspiration incroyable pour nous tous... Elle était en avance sur son temps lorsqu'il s'agissait de faire des affaires "autrement". C’était un véritable pionner ».

Crédits photos The Body Shop PR Shots Kuapa Kokoo Ltd Alter Eco - 24 -


LES PRODUCTEURS Depuis sa création, The Body Shop se distingue par son implication dans la mise en place, le soutien et l’accompagnement qu’elle apporte à ses filières intégrées de production du Community Trade. Aujourd’hui, ce sont plus de 25 000 producteurs, répartis en une trentaine de communautés à travers plus de 20 pays dans le monde, qui bénéficient des Community Trade Programs de The Body Shop, et donc de revenus plus importants, de conditions de travail plus humaines et de moyens pour des projets de développement.

AU GHANA – LA KUAPA KOKOO LTD

Depuis 1996, The Body Shop se fournit en fèves de cacaos auprès de la Kuapa Kokoo Ltd au Ghana, une coopérative qui compte plus de 40 000 petits fermiers. Créée en 1993 à la suite de la libéralisation du marché ghanéen du cacao, l’association des « bons planteurs de cacao » Kuapa Kokoo a été créée pour permettre aux producteurs de disposer d’une structure de commerce du cacao qui leur appartienne et qui les représente. L’originalité de Kuapa Kokoo, dans un pays où se côtoient plus de 20 sociétés dédiées au commerce du cacao, tient dans le fait qu’il s’agit d’une coopérative créée par et pour les producteurs. Ceux-ci ont le pouvoir de décision au sein de l’organisation et des représentations au niveau local, régional et national.

L’un des secrétaires témoigne : « Avec Kuapa Kokoo, nous avons pu nous organiser pour le cacao. Mais nous avons aussi compris que nous devions nous diversifier dans nos productions pour ne pas être uniquement dépendants du cacao. On peut exploiter le palmier, cultiver du poivre, du maïs, des cacahuètes. En fait, nous aimerions créer une ferme collective ». Certifiée FLO en 2006, l’association a mis en place un Board of Trustees, composé de producteurs, qui attribue les primes issues du commerce équitable. Le prix minimum garanti par les partenaires du Commerce Equitable est de 1 600 $ par tonne auxquels s’ajoute une prime fixe supplémentaire de 120 $ par tonne versée quand le cours mondial est supérieur à ce prix minimum garanti. Les montants ainsi obtenus par les coopératives permettent le développement de projets de communauté, tels que les écoles et les puits de village, grâce notamment à la prime sociale versée par The Body Shop.

- 25 -


DIVINE CHOCOLATE En 1998, la coopérative ghanéenne de production de cacao Kuapa Kokoo est allée encore plus loin avec The Body Shop en créant au Royaume-Uni l’enseigne commerciale « Day Chocolate » et sa propre marque de chocolat « Divine Chocolate » distribuée en direct sur le marché anglais. Les 250 000 livres que Body Shop a investies pour le lancement de ce projet ont depuis été intégralement restituées aux producteurs sous forme d’actions de la société. Cette maîtrise de l’ensemble de la chaîne

P O U R E N S AV O I R P L U S :

de valeur du produit constitue un progrès majeur et une chance énorme

www.kuapakokoogh.com

pour les petits producteurs de Kuapa Kokoo.

www.divinechocolate.com

E N N AM I B I E - L A C O O P É R A T I V E D E S F E M M E S D ’ E U D A F A N O

La

Coopérative

des

Femmes

d’Eudafano

(Eudafano Women's Cooperative) a été créée en 1999 par des groupes de femmes du nordouest de la Namibie pour « promouvoir et défendre les intérêts économiques et sociaux de ses membres ». Composée de 14 associations regroupant près de 4800 femmes productrices d’huile de marula, la coopérative Eudafano Women's Cooperative a très vite bénéficié d’un programme de commerce équitable de The Body Shop, son principal client, qui

utilise cette

huile

pour

ses

propriétés

hydratantes exceptionnelles. Les prix d’achat pratiqués par The Body Shop (environ 150 % du prix conventionnel) ont en particulier permis à ces femmes de recevoir un salaire plus juste pour leur travail, synonyme d’indépendance financière et de plus grande égalité. La prime équitable versée dans le cadre du programme a donné lieu à la mise en œuvre d’actions de formation et d’investissement mais a aussi permis la scolarisation de nombreux enfants. Selon Selma Ekandjo qui dirige l’une des associations de la Coopérative des Femmes d’Eudafano, le commerce des noix de marula a changé la vie des femmes de la communauté : « Nous pouvons désormais soutenir nos familles, aider nos enfants à aller à l’école et payer les soins médicaux. Nous sommes passées de rien à une activité internationale en un temps très court. Et nous en sommes très fières ».

- 26 -


Commercequitable.com Forest People et Cœur de Forêt LE PROJET Créée en décembre 2000 par Isabelle Trunkowski et Jérémie Deravin, la société

française

« commercequitable.com »

a

pour

objectif

de

développer des filières Nord-Sud et d’agir pour la conservation des écosystèmes naturels. Pour ce faire, elle lance simultanément en 2001 « Forest People », la première gamme de cosmétique beauté/bien-être issue du commerce équitable, et « Cœur de Forêt » qui agit concrètement pour la préservation de la forêt tropicale en plantant un arbre par produit Forest People acheté.

Huiles végétales Huiles essentielles

Association à but non lucratif

Entreprise privée

1.

Plantation d’arbres

1.

Achat d’huiles essentielles et végétales

Mise en place de filières de commerce

2.

Transformation

équitable

3.

Commercialisation

2.

Dons de particuliers

Achat des produits

Mécénat d’entreprise

par les clients Soutien financier Logistique

L’ambition est d’offrir une alternative concrète à la déforestation en impliquant directement les populations du Sud dans des projets de conservation de la forêt et de redynamiser les économies locales tout en valorisant la qualité et les savoir-faire traditionnels pour faire perdurer et revitaliser l’activité locale.

- 27 -


Depuis huit ans, Forest People a ainsi mis en place des partenariats équitables et durables avec des Groupements de producteurs et des Coopératives pour l’approvisionnement de matières premières provenant uniquement de la cueillette sauvage (fruits, feuilles et noix) ou de cultures biologiques. En Amazonie brésilienne, guyanaise et péruvienne pour les huiles d’andiroba, pequia et capaïba, à Madagascar pour les huiles essentielles, au Maroc pour l’argan ou encore au Burkina Faso pour le karité (cf. ultra). Forest People est agréée Nature & Progrès Cosmétique Bio-Ecologique. Le cahier des charges de ce label est très exigeant et garantit « la naturalité des composants et la préservation des savoir-faire traditionnels ». Chaque année, Forest People est contrôlé en outre par l’organisme certificateur Certipaq et est soumis à la validation d’un comité qui prend également en compte l’approche écologique solidaire.

LES PRODUCTEURS E N AM A Z O N I E B R É S I L I E N N E LES GROUPEMENTS DE SANTO-DOMINGOS ET DE MAGUARI Situé en pleine forêt amazonienne du Brésil, le village de Santo-Domingos village se trouve à plusieurs heures de pirogue de la ville la plus proche. A l'heure actuelle, le projet Andiroba permet aux 22 femmes qui y travaillent de subvenir à la totalité des besoins de l'ensemble des familles du village qui ne vivent alors que de la chasse, de la pêche ou de la collecte du manioc, base de leur alimentation. Cette valorisation des produits de la forêt permet aux jeunes de la communauté de rester ancrés dans leur mode de vie traditionnelle plutôt que d'aller travailler dans les grandes villes, ce projet a d’ailleurs réellement endigué l'exode rural qui s'était amplifié ces dernières années.

« En 2002 avant la mise en place du Groupement, seules 2 femmes maintenaient

l’atelier

de

fabrication

d’huiles

de

la

Forêt

amazonienne. 80% des habitants de ce village étaient exilés en ville ou travaillaient à la coupe du bois chez des forestiers. Depuis notre collaboration, l’ensemble des femmes du village travaillent à la récolte et à la transformation et certains hommes se portent volontaires pour ajouter leur pierre à l’édifice. Ainsi, la forêt vivante (non coupée) est redevenue une richesse justement valorisée ». Egalement au Brésil, treize familles de la communauté de Maguari sont impliquées dans le projet « Latex Amazonia ». L’impact du projet sur la vie du village y est assez similaire.

Crédits photos Forest People Coeur de Forêt

- 28 -


A M AD A G A S C A R LA COOPÉRATIVE EQUIMADA Pour contrer la politique de dumping des prix menée par quelques sociétés pharmaceutiques étrangères, M. Naïna décide en 1996 d’exporter sa production d’huiles essentielles sur le marché européen du commerce équitable et regroupe dans la foulée divers producteurs locaux afin d’intensifier la culture et l’extraction d’huiles essentielles. En

septembre

2005,

Commercequitable.com

M.

imaginent

Naïna et

et

créent

l'équipe

de

Equimada,

la

première coopérative bio et équitable de Madagascar. Celle-ci offre un guichet « Huiles essentielles Bio & équitables » aux acheteurs européens qui souhaitent s'engager dans une politique

d’achat

environnementalement

et

socialement

responsables. Le projet permet également aux petits producteurs malgaches de valoriser leurs produits à un tarif plus avantageux que celui qui leur est réglé actuellement.

AU MAROC L ’ U N I O N D E S C O O P É R A T I V E S D E F E M M E S D E L ' AR G A N E R A I E Créée en 2000, l’UCFA regroupe aujourd’hui treize coopératives autonomes de petites productrices marocaines d’huile d’argan. Sur le prix d'un litre acheté à l'UCFA, 42,5% va directement à la productrice, 7,5% va à la coopérative et 50% à l'Union (frais d'embouteillage, analyses, certification Bio). Cette Union permet aux petites productrices qui en font partie de continuer à produire l'huile d'argan de façon artisanale chez elles et d’ainsi organiser leur journée à leur guise et d'effectuer librement leurs autres travaux familiaux. Commercequitable.com travaille avec l'UCFA depuis 2002.

AU BURKINA FASO LA COOPÉRATIVE NAFA

Dans le cadre du projet NAFA au Burkina Faso, Commercequitable.com travaille depuis 2002 en partenariat avec le Centre Ecologique Albert Schweitzer (CEAS), une ONG suisse qui lutte contre la pauvreté en Afrique. Les objectifs sont les suivants : « élaborer et transférer des technologies innovatrices grâce à un large réseau de compétences, favoriser les échanges Sud-Sud, introduire sur le marché des produits qui respectent les critères du commerce équitable et encourager les pratiques agro-écologiques ». - 29 -


CŒUR DE FORÊT Depuis 2001, Cour de Forêt travaille à la préservation de la biodiversité et à la valorisation des savoir-faire traditionnels des habitants de la forêt. Afin de lier de manière cohérente ce projet au développement de la gamme cosmétique « Forest People », les fondateurs de Commercequitable.com ont d’emblée lancé l’action « Un produit Forest People acheté = Un arbre planté ».

Cela permet à Cœur de Forêt de développer quatre types d’interventions : o la recherche d’alternatives à la déforestation, o la création de pépinières et la plantation d’arbres utiles, o le soutien et/ou la création de filières de commerce équitable, o la sensibilisation de l’opinion publique. Depuis 2001, Cœur de Forêt agit dans 8 pays : Brésil, Guyane, Madagascar, Pérou, Cameroun, Sénégal, Rwanda, Etats-Unis (réserves indiennes Navajo & Hopi). Depuis sa création, l’association a planté quelque 90 000 arbres, lâché 1 300 000 graines aux abords des fleuves, acheté 400 hectares de terre pour les communautés forestières (Etat du ParaBrésil), deux terrains pilotes de 114 hectares pour la production de jeunes plants (200 essences endémiques) et créé six filières de commerce équitable.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.forest-people.com www.commercequitable.com www.coeurdeforet.com

- 30 -


Equitable et biologique : Thémis, une marque de la société Ethis LE PROJET Créée à Paris en septembre 2004 par Corinne Paulet et Henri Sauphar avec le soutien du Crédit Coopératif, la société Ethis a été lancée à partir d’une idée simple : associer cosmétique naturelle et commerce équitable. Pour réaliser ce projet, les fondateurs de la société ont pris le parti de développer une ligne de produits cosmétiques naturels bio nommée Thémis à partir d’ingrédients issus de filières du commerce équitable. Thémis fut d’ailleurs historiquement la première ligne de produits cosmétiques labellisée par Max Havelaar. Beurre de cacao du Pérou, miel de fleurs d’Ulmo, sucre de canne du Paraguay parfumé à la verveine,… une large majorité des ingrédients utilisés pour la fabrication de ces produits est de nature alimentaire et provient de producteurs des pays du Sud déjà habitués à travailler avec les filières du commerce équitable et les organismes de certification biologique. Ainsi, les produits de la gamme Thémis sont à la fois certifiés Bio (label Cosmebio) et labellisés par Max Havelaar, et à ce titre soumis aux contrôles de FLO-International. Distribués en France et en Belgique dans les réseaux de boutiques bio (telles que « Biocoop » et « Naturalia »), les parapharmacies et les magasins du commerce équitable (« les Artisans du Monde » Crédits photos CACVRA

notamment), les produits Thémis rencontrent un succès grandissant et devraient bientôt être proposés sur les marchés nord-américains.

Alter Eco

P O U R E N S AV O I R P L U S :

L’Occitane Max Havelaar

Laboratoire Equitable

www.themis.tm.fr

LES PRODUCTEURS

Aujourd’hui, Ethis ne s’investit pas dans la mise en place et le développement de nouvelles communautés de production mais préfère s’appuyer sur les réseaux du commerce équitable existants. Les filières avec lesquelles travaille Ethis :

E N T H AÏ L A N D E – O R G A N I C J A S M I N E R I C E P R O D U C E R G R O U P Constituée sous forme de coopérative en 1986, l’Organic Jasmine Rice Producer Group (OJRPG) a été mise en place pour permettre aux producteurs de riz de la région Ubon Ratchathani, au Nord-Est de la Thaïlande de mieux gérer les aléas

climatiques

et

les

fluctuations

des

marchés

internationaux. Les modèles de développement proposés par la coopérative aux riziculteurs ont favorisé le développement de nouvelles méthodes de fertilisation naturelle des sols, de semage et de récolte ainsi qu’une réorganisation des processus de gestion de la production. Certifiée équitable en 2002 par la FLO-International, la coopérative qui rassemble plus de 600 membres dans 200 villages environ est à l’origine de plusieurs projets fondés sur la mutualisation des moyens et des ressources. Ainsi, des micro-crédits et des formations (riziculture, sélection des variétés, conversion à la culture bio) ont été accordés à ses membres, des buffles ont été achetés conjointement pour faciliter les récoltes dans le cadre du « Buffaloes Bank Project » et la plantation d’hévéas a permis de lutter contre la déforestation.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.laboequitable.fr - 31 -


AU BURKINA-FASO UNION DES GROUPEMENTS DES PRODUCTRICES DES PRODUITS DE KARITÉ Créée en janvier 2001, l’Union des Groupements des Productrices des Produits de Karité de la province de la Sissili-Ziro (UGPPK/SZ) regroupe 2300 femmes organisées sous forme coopérative dans 38 villages du Burkina Faso situés près de la frontière avec le Ghana. Première organisation de productrices de beurre de karité à obtenir la certification équitable par la FLO-International en 2006, l’Union des Groupements des Productrices des Produits de Karité de la province de la Sissili-Ziro a aussi reçu la certification Bio d’Ecocert en 2008 pour son beurre de karité. L’essentiel de la production de beurre de karité est vendu dans le cadre des réseaux du commerce équitable avec des volumes d’exportation (vers la France et le Canada principalement) qui sont passés de 5 tonnes en 2001 à 95 tonnes en 2007. Les principaux clients de l’UGPPK/SZ sont l’Occitane, Alter Eco, Thémis, Nature et Vie, Sophim et Ten Thousand Villages. Dans ce pays qui est l’un des plus pauvres du monde, le commerce équitable constitue un réel enjeu économique et de développement, en assurant à une partie importante de la population rurale des revenus significatifs. Ces ressources acquises grâce aux prix respectueux pratiqués par les réseaux du commerce équitable ont permis à l’Union de mettre en œuvre de nombreux projets de développement. Ce sont ainsi près de 1 800 femmes qui ont été formées aux techniques traditionnelles de ramassage et de barattage du karité. Qui plus est, depuis sa création, l’Union mène des actions d’alphabétisation (plus de 200 femmes en ont bénéficié) et de lutte contre le VIH / SIDA via des campagnes de sensibilisation des familles, et la distribution de matériel scolaire aux enfants atteints par le virus.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.afriquekarite.com

AU PÉROU COOPERATIVA AGRARIA CAFETALERA VELLE RIO APURIMAC Fondée en 1969, la Cooperativa Agraria Cafetalera Velle Rio Apurimac (CACVRA) est une organisation coopérative dirigée et gérée par les travailleurs de la filière qui regroupe près de 3700 paysans producteurs de cacao et de café situés dans la région d’Ayacucho au Pérou, une vallée proche du Brésil. Organisée sous forme de coopérative, cette fédération est constituée de petites

exploitations

agricoles

de production de cacao

et

de café

traditionnellement soucieuses du respect de l’environnement. Durement touchés par les crises économiques qui ont secoué la région depuis les années 80 puis par les combats entre l’armée et la guérilla du Sentier Lumineux, les paysans de la coopérative ont reçu en 1995 l’aide du Programme de Développement des Nations unies et le soutien de fondations internationales qui leur ont permis de réorganiser la production et, in fine, d’obtenir la certification équitable par FLO-International en 2004. L’intégration de la CACVRA dans les filières du commerce équitable a surtout permis de garantir des prix de vente du cacao et du café nettement supérieurs aux coûts de production, et donc de mettre en place des projets sociaux, en particulier pour l’alphabétisation et la formation des femmes.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.cacvra.com - 32 -


So’Bio Etic la ligne bio du groupe Léa Nature Fondée en 1993 par Charles Kloboukoff, la société Léa Institut Vital est une entreprise familiale et indépendante qui produit et commercialise des produits élaborés à partir de plantes et de composants naturels pour l’alimentation, la santé, les cosmétiques et la maison. En 2007, près de 11 ans après le lancement de sa première gamme de cosmétiques naturels, la société qui a connu une très forte croissance lance sa ligne cosmétique biologique So’Bio Etic. Un an plus tôt, en 2006, l’entreprise recevait le trophée de l'entreprise citoyenne pour son engagement en terme de solidarité internationale et de développement durable, puis, en 2007, les Mariannes d'Or pour son engagement envers la sauvegarde des abeilles et son soutien à l'association Terre d'Abeille. So’Bio Etic, c’est une gamme de 12 produits (soins, huiles, shampoings et savons) biologiques labellisés par Cosmébio et contrôlés par Ecocert. Certains de ces produits sont par ailleurs labellisés Max Havelaar.

Mireille Lizot, Responsable du Service Communication du Groupe Léa Nature, nous explique la vision de l’entreprise : « Pour SO’BiO Etic le premier critère de commerce équitable est que le produit soit bio, tant pour le petit producteur que le consommateur. (…) Par exemple, pour la gamme Karité de SO’BiO Etic nous travaillons avec la coopérative UGPPK à Léo au Burkina Faso, qui fédère des productrices de beurre de karité au sud du Burkina Faso. Nous avons aidé cette coopérative à obtenir la certification bio en 2007. Elle est certifiée commerce équitable depuis 2001. La double certification lui permet de vendre le beurre de karité à un prix supérieur qu’en conventionnel ou qu’en commerce équitable seul ».

Par ailleurs, dans le cadre de sa gamme de textiles Jardin Bio Equitable, Léa Nature propose des produits (linge de toilette, chaussettes, sous-vêtements et t-shirts) à base de coton 100% biologique et équitable certifié Max Havelaar. En outre, en tant qu’adhérentes au programme « 1% pour la Planète », les marques Bio du Groupe Léa Nature versent 1% de leur chiffre d’affaires à des associations de préservation de l’environnement.

P O U R E N S AV O I R P L U S :

Crédits photos

www.leanature.com

Léa Nature Alter Eco - 33 -


Natura Brasil : « Bien être bien » Célèbre marque brésilienne fondée sur le concept de « Cosmétique Thérapeutique », Natura Brasil a été créée en 1969 par Luiz Seabra, un jeune économiste de São Paulo, qui a très vite développé ses activités en adoptant dès 1974 les méthodes de la vente directe par des réseaux de conseillères. A la fin des années 80, l’entreprise, qui s’est étendue en Amérique latine, concrétise son projet social, et définit ses « Croyances et sa Raison d'Etre » avec l’affirmation du « Bem Estar Bem », le « bien être bien ». « Bem estar est la relation harmonieuse que l´on entretient avec soi-même et avec son corps. Estar bem est la relation empathique, accomplie, que l´on cultive avec les autres, avec la nature, avec le monde » dixit Natura Brasil. A l’occasion du lancement de la ligne Ekos à partir des années 2000, la marque Natura Brasil lance un vaste programme de valorisation de matières premières utilisées pour ses produits. Issus de la biodiversité brésilienne, ces ingrédients sont obtenus selon des procédés durables par des communautés locales.

Natura Brasil, qui n’est pas certifié par les grandes instances du commerce équitable, a implanté son propre Programme de Certification d'agents actifs avec pour objectif de garantir au consommateur que les ingrédients issus de la flore brésilienne sont extraits de leurs lieux d'origine de façon correcte du point de vue environnemental et juste socialement. Pour les agents actifs issus de procédés d'extraction, la certification se base sur les principes et les critères du FSC (Forest Stewardship Council), organisation internationale non gouvernementale qui certifie toutes les forêts du monde. Quant aux actifs qui proviennent des zones cultivées, ils sont régis par les principes du CAN (Conservation Agriculture Network). Natura Brasil soutient les communautés locales de producteurs, en articulation avec les ONG, les scientifiques, les chercheurs et les gouvernements. Elle fait en sorte que l'activité économique des communautés se maintienne, avec ou sans la présence de l'entreprise et sans dépendre d'un seul produit car, tout aussi facilement ces produits peuvent être introduits dans une ligne comme ils peuvent en être écartés.

C'est pourquoi elle a également encouragé d'autres formes de source de revenus pour la communauté, comme l'artisanat et le tourisme écologique.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.naturabrasil.fr Crédits photos Natura Brasil - 34 -


Beauté du Monde, chez Nature & Découvertes Créée par la société Terre d’Oc et distribuée par le célèbre réseau Nature & Découvertes, la collection Beauté du Monde propose des collections d'objets, de parfums et de cosmétiques, qui, des senteurs et couleurs de la Provence, sont partis à la découverte d'autres traditions.

Née de l’idée de faire découvrir les secrets de beauté, les cultures du monde et les richesses de la nature en matière de soins du corps et du visage, la collection de cosmétiques Beauté du Monde s’articule autour de six principes naturels : l’argan du Maroc, la grenade de l’Inde, le karité du Burkina Faso, la noix de coco de Bali, la noix du Brésil et les fleurs de source du Japon. Ces ingrédients sont approvisionnés avec l’appui d’ONG qui aident les populations défavorisées dans le respect des principes du commerce solidaire et équitable.

La gamme de cosmétiques naturels Beauté du Monde est élaborée à partir d’ingrédients issus de l’agriculture biologique : tous ces produits sont certifiés cosmétique biologique et labellisés Cosmébio par Ecocert. La

société

Terre

d’Oc

revendique

d’ailleurs

son

attachement à la charte du commerce équitable et valorise les partenariats qu’elle a mis en place avec des groupements de productrices au Maroc (coopérative Ajddigue),

en

Inde

(La

Pan

Himalayan

Grassroot

Development), mais aussi au Burkina Faso, à Bali et au Vietnam.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.terredoc.com www.natureetdecouvertes.com

Crédits photos Terre d’Oc

- 35 -


Et les autres Pionniers du Mois de la Terre depuis 1999, Aveda et ses partenaires ont récolté plus de 11 millions de dollars durant les dix dernières années au bénéfice de causes environnementales et d’ONG reconnues (Earth Funds,

Global

Greengrants

Fund

et

WaterCan

notamment). Convaincu que le moment était venu de proposer aux salons de coiffure et à leur clientèle des

Enfin, en avril 2009, Aveda a été la première

produits sains et naturels, Horst Rechelbacher créa

compagnie de produits cosmétiques au monde et la

en 1978 aux Etats-Unis la société Aveda qui élabore

seconde aux États-Unis à avoir obtenu la certification

et commercialise des produits cosmétiques à base

durable Cradle to Cradle (C2C), qui a récompensé les

de plantes.

récents efforts d’Aveda pour développer des produits et processus qui sont conformes aux standards les plus

Depuis, Aveda a lancé ses propres chaînes d’instituts

avancés en matière de design intelligent, de durabilité

de beauté qui comptent aujourd’hui plus de 2 500

et de réutilisation de matériel.

employés dans le monde. Malgré son rachat il y a une dizaine d’années par le

Cette reconnaissance consacre 30 ans de pratiques

groupe américain Estée Lauder, Aveda continue à

durables et responsables en faveur de l’environnement.

s’investir dans la production de cosmétiques durables,

En

et

cosmétique américaine à réutiliser ses emballages, à

plus

largement

dans

la

protection

de

effet,

Aveda

a

été

la

première

entreprise

l’environnement.

utiliser l’énergie éolienne pour la fabrication de ses

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.aveda.com

produits et à supporter l’agriculture biologique dans le domaine de la cosmétique.

Principaux cette Fondée à Paris en 1990, Guayapi Tropical élabore et commercialise des produits alimentaires et des cosmétiques formulés à partir de recettes et de plantes obtenues utilisées par les populations locales d’Amazonie et du Sri Lanka.

bénéficiaires

activité,

l’environnement et de la biodiversité sur la base de critères sociaux élevés », Guayapi Tropical est membre de la PFCE, la Plateforme du Commerce Equitable, et

de

tribus

amérindiennes Sateré Mawé vivent aujourd'hui en complète indépendance

économique,

sur les bases de leur propre autodétermination, grâce au commerce

Acteur dynamique et militant « pour la protection de

les

du

Warana

(guarana en langue sacrée Satéré plantes

Mawé),

et

d'autres

médicinales

issues

des terres de leurs ancêtres.

de l’IAFN (International Analog Forestry Network) et

Dans le respect total de l'écosystème et de la

partenaire du Forest Garden Program (FGP).

biodiversité, ils assurent la cueillette, la préparation et la transformation de cette plante selon des savoir-faire

Très proche de la communauté amazonienne des

ancestraux.

Satéré Mawé qui assure la récolte et la préparation du

commerciale s'appuie exclusivement sur les principes

Warana (espèce de liane dont on extrait des graines

du commerce équitable, et assure la protection du

riches en tanins et en caféïne), Guayapi Tropical a

« Sateré Mawé éco ga'apypiat waranà mimotypoot

élaboré

sése » (le « sanctuaire culturel et écologique du

une

gamme

de

produits

cosmétiques

naturelles, appelée Cosm’Ethic, qui a été labellisée

Cette

activité

Warana des Sateré Mawé »).

Cosmebio.

P O U R E N S AV O I R P L U S :

Crédits photos

www.guayapi.com

MPI.nl - 36 -

à

la

fois

sacrée

et


Les labels cosmétiques Bio Même si, aujourd’hui, tous les produits proposés

Equitable, naturel, biologique, … De nombreux labels

par les fabricants de cosmétiques ne sont pas

coexistent, ce qui peut entraîner des confusions pour le

porteurs d’un label ou d’une certification, des

consommateur, qui pourra avoir des difficultés à

efforts importants sont faits pour mettre en

appréhender les différentes catégories d’information

évidence les produits issus des filières équitables

présentes sur les étiquettes.

ou biologiques et faciliter ainsi le choix du De

consommateur.

fait,

entre

le

jargon

incompréhensible

des

ingrédients et les mentions publicitaires alléchantes (et Cependant, en l’absence de normes contraignantes, il

parfois trompeuses) que l’on trouve sur les emballages,

convient de faire la distinction entre les labels et

il est parfois difficile de distinguer un cosmétique

certifications

d’origine naturelle ou bio. C’est la raison pour laquelle

octroyés

par

des

organismes

indépendants et ceux qui sont apposés par les

les

labels

se

multiplient

pour

répondre

aux

distributeurs eux-mêmes.

préoccupations des consommateurs qui sont de plus en plus attentifs à la qualité des produits cosmétiques

En effet, si les premiers garantissent le fait que le

et à l’origine de leurs ingrédients.

produit et toutes les étapes de son élaboration ont été contrôlés par un certificateur indépendant sur base de

Si la tendance à exploiter des produits d’origine

cahiers

naturelle est déjà bien répandue chez les fabricants de

des

charges

respectant

les

conditions

essentielles du commerce équitable ou du bio,

les

cosmétiques, l’apparition de gammes de produits bio

seconds n’offrent pas toujours le même niveau de

est plus récente et se manifeste par la création de

garantie.

labels spécifiques.

BioGarantie et EcoGarantie Equivalent belge du label français AB, le label BioGarantie émane d'un regroupement transformateurs,

d'acteurs

du

secteur

distributeurs,

biologique

consommateurs

(producteurs,

et

organismes

techniques) réunis dans le cadre de l’organisation BioForum. Ce label certifie le caractère biologique de produits alimentaires et textiles en garantissant une production sans engrais ni pesticides chimiques. En Belgique, les contrôles sont effectués par Certisys et Blik-Integra qui analysent les terres, les semences et les produits finis et qui vérifient l'alimentation des animaux, les lieux de fabrication et de stockage, etc. En parallèle au label BioGarantie qui ne concerne que les produits agricoles, le label ÉcoGarantie peut être apposé sur tout produit élaboré à partir d'ingrédients issus de l'agriculture biologique mais dont la composition repose sur une base minérale non négligeable, ce qui comprend les cosmétiques et les produits de nettoyage. Le cahier des charges ÉcoGarantie est basé sur le respect d’un certain nombre de critères portant sur la composition et les procédés de transformation des produits cosmétiques, qui incluent l'utilisation de produits végétaux et animaux issus de l'agriculture biologique, la sélection rigoureuse des minéraux, l’exclusion des ingrédients de synthèse et / ou issus de la pétrochimie. Les produits doivent être d'une biodégradabilité parfaite, ne peuvent être susceptibles d'aucune accumulation dans le corps humain ni présenter une quelconque toxicité pour les organismes aquatiques.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.bioforum.be et www.ecogarantie.be - 37 -


Cosmébio et Cosmeco Née en 2002 de la collaboration d’une dizaine de

Ce référentiel définit de façon stricte, transparente et

laboratoires cosmétiques français engagés dans

sans

l’élaboration d’un cahier des charges pour une

Biologique » et permet de guider le consommateur vers

cosmétique éthique, Cosmébio est une association

d’authentiques produits naturels et bio.

ambiguïté,

la

« cosmétique

Ecologique

et

qui regroupe aujourd’hui plus de 140 adhérents représentant l’ensemble de la filière (fournisseurs de

Cette charte, élaborée spécialement pour le domaine

matières

cosmétique va bien au delà de la présence dans la

premières

et

d’ingrédients,

fabricants,

laboratoires et distributeurs) avec près de 4 000

formule de produits issus de l’agriculture biologique.

produits certifiés. La charte Cosmébio a donné naissance à un cahier des

Cosmébio a déposé deux labels auprès de l'INPI

charges très exigeant déposé auprès du Ministère

(Institution Nationale de la Propriété Intellectuelle) qui

français de l’Industrie et paru au Journal Officiel français

correspondent aux critères de composition suivant :

le 9 Avril 2003. Pour le logo Bio : 

Un minimum de 95% d'ingrédients naturels (ingrédient végétal, animal, minéral, marin extrait directement de la production agricole non transformé ou qui dérive de procédé physique) ou d'origine naturelle (ingrédient naturel transformé selon des procédés chimiques autorisés) et au minimum 10 % de produits issus de l’agriculture biologique (dont 95 % doivent être certifiables, c'est-à-dire certifié selon les règles de production de l’agriculture biologique, en sachant que les produits cosmétiques actuels comportent 50 à 80% d’eau, non certifiable).



Un maximum de 5% d’ingrédients de synthèse (issus de procédés chimiques autorisés par le référentiel Cosmébio).

Pour le logo Eco : 

Un minimum de 95% d'ingrédients naturels ou d'origine naturelle et au minimum 5 % de produits issus de l’agriculture biologique (dont 50 % doivent être certifiables).



Un maximum de 5% d’ingrédients de synthèse.

Pour disposer de ces labels, les fabricants s’engagent à n’utiliser que des emballages et suremballages biodégradables ou recyclables et à fournir au consommateur une information complète et transparente sur les ingrédients utilisés et sur l’ensemble des étapes de fabrication.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.cosmebio.org

Bio Cosmesi AIAB et ICEA Mis en place par l’Association italienne de l’Agriculture Biologique (Associazione Italiana Agricoltura Biologica) et l’Institut pour la Certification Ethique (ICEA), le label Bio Cosmesi AIAB garantit au consommateur un produit cosmétique peu nocif pour l’environnement et composé de matières premières d’origine naturelle. Pour recevoir ce label, un produit cosmétique doit être conforme au cahier des charges qui exclut toute une série de substances et prescrit l’origine naturelle des ingrédients, ainsi que des degrés élevés de dermocompatibilité et d’écocompatitibilité (haute biodégradabilité et basse toxicité aquatique). Sont strictement interdits : la stérilisation par traitement radioactif ou irradiation des ingrédients naturels et des produits cosmétiques finis, les ingrédients d'origine pétrochimique et de synthèse (y compris les parfums et colorants), les produits d'origine animale non biologiques ou certains processus de fabrication peu respectueux de l’environnement. Supervisés par le Centre de Cosmétologie de l’Université de Ferrare, les contrôles comprennent l’inspection des installations de production de toute la filière et le contrôle de la configuration environnementale de l’entreprise qui fabrique le produit labellisé.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.biocosmesi.com - 38 -


BDIH Natural Cosmetic Créée en 1951, le BDIH (Bundesverband Deutscher Industrie und Handelsunternehmen) est l'association fédérale

des

industrielles

entreprises allemandes

de

commerciales

et

médicament,

de

diététique, de cosmétique et de soins corporels. Compétente pour toutes les questions juridiques liées à la fabrication et la commercialisation de ces produits, le BDIH compte plus de 420 entreprises. En collaboration avec des fabricants reconnus, cette association fédérale allemande a élaboré une norme qui clarifie le concept de cosmétiques naturels et reconnaît les attentes légitimes des consommateurs pour des produits sûrs et écologiques.



Cette directive définit les standards des

produits

cosmétiques naturels en se référant à des critères précis d’exploitation, de production et de transformation des matières premières utilisées. Le respect par les fabricants et leurs fournisseurs de ces critères donne lieu à l’attribution du label « Cosmétiques Naturels

Contrôlés

BDIH »

(Certified

Natural

Cosmetics BDIH) qui implique en particulier le respect des points suivants :

La protection de la nature : lors de l’exploitation des matières premières, les producteurs doivent veiller à ce que la nature soit peu perturbée en prenant tout particulièrement en considération la protection des animaux et des espèces végétales. Les manipulations génétiques sont formellement interdites.



Des processus de transformation soigneux : la transformation des matières premières en préparations cosmétiques doit privilégier les processus physiques et mécaniques au détriment des processus chimiques. Les emballages doivent être économes et respectueux de l’environnement.



La compatibilité des produits : les cosmétiques ne peuvent pas contenir certaines substances telles que les dérivés du pétrole, les substances aromatiques artificielles ou les colorants et conservateurs synthétiques (susceptibles de provoquer des allergies).



La compatibilité sociale : les matières premières utilisées doivent provenir autant que possible du Commerce



Les contrôles : les contrôles sont assurés par des instituts indépendants. Le respect de ces critères est prouvé par

Equitable et de filières des pays en développement. l’attribution du label qui constitue la marque propre à l’association. Depuis l’introduction officielle au printemps 2001, plus de 2 000 produits ont été contrôlés et ont reçu ce label qui est utilisé dans toute l’Europe et aux Etats-Unis.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.bdih.de

Soil Association Organic Standard Créé par Soil Association Limited, une association de

Ce label intègre par ailleurs des critères sociaux et, en

promotion de l’agriculture durable et de certification

particulier, le respect des règles de la Déclaration des

bio, Soil

Association Organic Standard est le

Droits de l'Homme des Nations unies.

principal

label

britannique

pour

les

produits

biologiques alimentaires et non alimentaires. Ses normes de certification sont parmi les plus sévères du monde. Pour être labellisés, les produits cosmétiques concernés doivent

être élaborés

à partir

d’ingrédients

issus

exclusivement de l’agriculture biologique et dans le cadre de processus respectueux de l’environnement et qui excluent des tests sur les animaux.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.soilassociation.com - 39 -


Nature et Progrès Cosmétique et Bio-écologique Fondée en 1964, l’association Nature et Progrès regroupe des producteurs agricoles, des fabricants de cosmétiques et des consommateurs qui ont pour but commun la fabrication de produits qui respectent les lois de la nature et utilisent le moins possible d'éléments de synthèse. En 1997, Nature et Progrès crée la charte "Cosmétique Bio-écologique" qui pose comme principe de base que tous les produits cosmétiques et d'hygiène corporelle

La charte Nature & Progrès dresse une liste stricte et

doivent êtres issus de matières premières obtenues en

précise des matières premières et des procédés de

ayant recours à des procédés physiques ou chimiques

fabrication

simples, sans utilisation de molécules de synthèse, et

ingrédients d'origine animale, à l'exception des produits

répondant

lactés, dérivés des œufs ou issus de la ruche.

à

des

critères

précis

de

respect

de

autorisée

ou

interdits.

Elle

bannit

les

l'environnement. Concrètement, cela signifie 100 % d’ingrédients d'origine

Les matières minérales ne sont autorisées que si leur

naturelle (avec une préférence pour les matières

extraction n'engendre pas de pollution ni de dégradation

premières végétales sous mention Nature et Progrès,

du paysage. Les produits doivent être biodégradables au

Demeter ou AB, et répondant aux critères du commerce

maximum et les emballages recyclables.

équitable) et 0 % de composé de synthèse ou dérivé de

P O U R E N S AV O I R P L U S :

la pétrochimie.

www.natureetprogres.org

Ecolabel européen Hygiène et Cosmétiques Label environnemental créé en 1992 et reconnu par tous les pays de l’Union européenne ainsi que la Norvège, le Liechtenstein et l’Islande, l’écolabel européen a pour objectif d’harmoniser à travers toute l’Europe la fabrication, la vente et l’utilisation de produits

plus

respectueux

de

l’environnement,

notamment dans le secteur Hygiène et Cosmétiques. Pour bénéficier de ce label, un produit doit répondre à une série de critères environnementaux (fixés par la Commission européenne) qui portent en particulier sur la toxicité

pour

biodégradabilité

les et

organismes la

présence

aquatiques, de

la

substances

dangereuses pour l’environnement. Certains ingrédients sont

complètement

interdits

(substances

toxiques,

biocides, colorants et certains parfums) et une quantité maximale d’emballage est fixée par produit. Le contrôle de ce label est confié à des instances indépendantes désignées par les gouvernements.

En Belgique, le comité de l'Ecolabel est installé au sein au sein du SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement. Depuis la création de ce label, la liste de produits écolabelisés ne cesse de s’allonger : 23 groupes de produits différents existent aujourd'hui, et plus de 300 certificats déjà ont été décernés.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.eco-label.com

- 40 -


Humane Cosmetics Standart – Leaping Bunny Géré

par

la

Coalition

pour

l’Information

des

Consommateurs sur les Cosmétiques (Coalition for Consumer

Information

on

Cosmetics),

le

label

Humane Cosmetics Standart garantit le fait que les ingrédients utilisés pour la fabrication des produits qui portent ce label n'ont pas été testés sur des animaux. La Coalition pour l’Information des Consommateurs sur les Cosmétiques est une organisation américaine, créée en 1996 par 8 associations pour la défense des droits

Pour pouvoir l'apposer sur leurs produits, les fabricants

des animaux. En Europe, le label est soutenu par la

doivent en faire la demande et présenter un dossier

« Coalition

comprenant des attestations de non-tests de la part de

européenne

pour

mettre

fin

à

l'expérimentation animale » (ECEAE) qui est constituée

tous leurs fournisseurs de matières premières.

de 18 organisations en provenance de 17 pays européens, dont l’association GAIA qui représente la

En France, ce label est attribué par l'association One

Belgique.

Voice, représentant français la Coalition européenne pour mettre fin à l'expérimentation animale, qui a confié à

La Coalition est à l’origine du label « Lapin Bondissant »

l'organisme certificateur Ecocert la mission d’audit et de

(« Leaping Bunny ») qui est accordé aux fabricants qui

contrôle.

n'ont pratiqué, commandité ou accepté aucun test sur

P O U R E N S AV O I R P L U S :

des animaux durant l'intégralité du processus de fabrication

du

produit

ou

des

ingrédients

qui

www.leapingbunny.org

le

composent.

Naturland Cosmetics Bio Fondée dans la région de Münich en 1982, Naturland-



Verband est l’une des plus importantes organisations de

La totalité des ingrédients naturels végétaux et animaux doivent provenir de l’agriculture biologique.

l’agriculture biologique dans le monde entier. 

La certification BDIH est obligatoire pour la totalité des ingrédients naturels.



Le produit ne doit contenir ni ingrédient de synthèse, ni organisme génétiquement modifié.



Les emballages et suremballages doivent être biodégradables ou recyclables.



Le produit et ses composants ne doivent pas être testés sur animaux.

En matière de cosmétiques, le cahier des charges

P O U R E N S AV O I R P L U S :

Naturland Cosmetics Bio offre un ensemble de garanties

www.naturland.de

relativement étendues :

- 41 -


AB – Agriculture Biologique Très connu et utilisé en France, le label AB a pour vocation de guider le consommateur vers les produits biologiques grâce à une reconnaissance visuelle rapide. D'après le baromètre CSA/Agence Bio 2008, 85% des Français connaissent la marque AB et 84% des consommateurs l'utilisent comme repère lors de l'achat de produits biologiques. Le label AB offre des garanties claires : Propriété exclusive du ministère français en charge de l’agriculture qui en définit les règles d’usage, la marque

 Un produit composé d’au moins 95% d’ingrédients

AB est gérée depuis le 1er janvier 2008 par l'Agence Bio

issus du mode de production biologique, mettant

qui

en œuvre des pratiques agronomiques et d’élevage

a

officiellement

en

charge

l’attribution

et

la

respectueuses

communication de ce label.

des

équilibres

naturels,

de

l’environnement et du bien-être animal.  Le respect de la réglementation en vigueur en France.  Une certification placée sous le contrôle d’un organisme agréé par les pouvoirs publics français,

P O U R E N S AV O I R P L U S :

répondant

www.agencebio.org

à

des

critères

d’indépendance,

d’impartialité, de compétence et d’efficacité tels que définis par les normes européennes.

Ecocert Fondé en 1991, Ecocert est un organisme français de contrôle

et

de

certification

dont

l’activité

est

encadrée par les pouvoirs publics et la législation. Agréé par l’Institut National de l’Origine et de la Qualité, Ecocert

est

accrédité

par

le

Comité

français

d’Accréditation, selon la norme guide ISO 65 (qui exige indépendance, compétence et impartialité) pour la certification

de

produits

agricoles

et

alimentaires

(Agriculture Biologique, IFS) et la certification de produits industriels (Ecofert).

métier de base le contrôle et l’octroi de garanties sur le respect rigoureux de cahiers des charges applicables à des produits, des systèmes ou des services. élabore

objectifs de qualité, d’origine, ou de traçabilité. Dans le domaine des cosmétiques, Ecocert a notamment contribué à définir le référentiel de la charte Cosmébio (avec l’association des professionnels du même nom) qui garantit une réelle pratique du respect de l’environnement

En tant qu’organisme de certification, Ecocert a pour

Ecocert

Ecocert assure la conception du plan de contrôle, sur des

donc,

en

partenariat

avec

les

professionnels du secteur concerné, des référentiels qui doivent reposer sur des critères objectifs et quantifiables.

tout au long de la chaîne de production et une valorisation

des

substances

naturelles

de

qualité

écologique supérieure. Référence de la certification Bio, Ecocert contrôle plus 70% des entreprises du secteur « Bio » en France (production et transformation) et près de 30% dans le monde.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.ecocert.fr

- 42 -


Nordic Swan Créé en 1989 par le Conseil nordique des Ministres qui voulait développer une conscience écologique collective en introduisant un label commun et officiel dans les pays nordiques, le Nordic Swan (Cygne Nordique) est applicable à une soixantaine de groupes de produits pour lesquels une labellisation écologique est nécessaire et utile.

Miljömärkningsnämnden - NMN) détermine à l'unanimité produits

qui

peuvent

être

présenter un dossier complet qui comprend en particulier les résultats des évaluations réalisées par un laboratoire

Le Conseil Nordique de l'Eco-Labellisation (Nordiska les

Pour faire certifier ses produits, une entreprise doit

concernés

par

la

labellisation ainsi que les critères qu'ils doivent respecter en se fondant sur les recommandations de groupes d'experts et après consultation des représentants des différents gouvernements, organismes de défense de l'environnement, du commerce et de l'industrie.

indépendant à partir des critères établis par le Conseil Nordique de l'Eco-Labellisation qui prend en charge ensuite la vérification des certificats et la surveillance de l'entreprise (visites de contrôle). Le Nordic Swan prend en considération l'impact du produit durant sa vie entière, depuis les matières premières nécessaires jusqu'au recyclage du produit. Les critères d’évaluation étant en constante évolution, les

Aujourd'hui, plus de 800 produits et services de toutes sortes sont labellisés avec le Nordic Swan.

entreprises sont tenues de communiquer au Nordic Swan les résultats de tous les tests effectués par les laboratoires indépendants, pour prouver que les produits entrent bien dans les critères requis.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.svanen.nu

Les autres labels Forest Garden Program Fondé il y a une vingtaine d’années par le Docteur Ranil Senanayake, le label FGP « Forest Garden Program » est un système de certification international qui garantit la restauration des écosystèmes dans le respect de la biodiversité et des populations locales.

Le « Forest Garden Program » vise à :

Organisme

 Promouvoir le renouvellement de la végétation des

Certificateur

International

membre

de

l’IAFN (International Analog Forest Network), le Forest

terres déboisées ou dégradées.

Garden Program opère dans différents pays : Amazonie

 Augmenter la richesse et la biodiversité locale.

du Brésil, Colombie, Pérou, Costa Rica, Canada, Sri

 Améliorer le rendement de la terre et réduire l'érosion.

Lanka, Philippines, Guatemala ou encore Australie.

 Améliorer les conditions de vie locale.  Stabiliser ou inverser le courant de déforestation.  Transformer la production chimique intensive des exploitations agricoles en une production naturelle et organique.  Développer les produits « Forest Garden ».  Transmettre le savoir-faire en biodiversification avec pour but de faire respecter les forêts d'origines en tenant

compte

de

l'équilibre

de

la

biodiversité

écologique et dans le respect des populations locales.

P O U R E N S AV O I R P L U S : www.forestgardencertification.com - 43 -


Rainforest Alliance Fondée en 1987 à New York par Daniel Katz, Rainforest

Alliance

gouvernementale

est

(ONG)

une

organisation

américaine

qui

a

nondes

bureaux dans tous les États-Unis et dans le monde entier. Rainforest Alliance a pour buts la conservation de la biodiversité et la durabilité des ressources et pour

Pour une exploitation agricole ou sylvicole, obtenir le

méthodes la transformation des habitudes agricoles,

label « Rainforest Alliance Vérifié » signifie :

entrepreneuriales et de consommation. Pour réaliser ces objectifs, elle travaille avec les populations



Moins de pollution au niveau de l'eau grâce au

dont les moyens de subsistance dépendent de la terre, les

contrôle de toutes les sources de contamination

aidant à faire évoluer leurs pratiques de culture, de récolte

(pesticides, eaux usées, carburants, etc.). 

du bois ou encore d'accueil des voyageurs.

Moins d'érosion du sol par des pratiques de conservation des sols.

Des multinationales aux PME en passant par les



Réduction des risques pour l'environnement et la

des

santé humaine grâce notamment à l'interdiction des

entreprises et des consommateurs du monde entier dans

pesticides les plus dangereux et à la stricte

ses efforts pour apporter des biens et services produits

régulation de tous les produits agrochimiques.

coopératives,

Rainforest

Alliance

implique

de manière responsable jusqu’au marché global où la



Protection de l'habitat naturel de la faune et de la

demande de produits durables est croissante.

flore grâce à l'arrêt de la déforestation, la protection

En réduisant leur empreinte sur l'environnement, les

des berges des rivières et des écosystèmes fragiles

exploitations agricoles labellisées « Rainforest Alliance

situées au sein des exploitations agricoles.

Vérifié » entretiennent des relations de bon voisinage



Moins de déchets grâce à l'utilisation des sous-

avec les populations locales, préservent la faune et la

produits de l'exploitation agricole utilisés comme

flore et font souvent parties de projets de conservation

fertilisant naturel (compost). Les autres déchets

régionaux.

comme le plastique, le verre ou le métal sont recyclés. 

d’irrigation et de conservation.

De nombreux ingrédients de produits cosmétiques sont issus de milieux « Rainforest Alliance Vérifié ».

Moins de consommation d'eau par des mesures



Une gestion plus efficace de l'exploitation agricole

Ainsi, The Body Shop se fournit en huile de palme

grâce au soutien du programme de certification qui

utilisé auprès de l’entreprise Daabon en Colombie

aide les agriculteurs à s’organiser et à mettre en

qui, depuis 20 ans, consacre une part significative de

place de meilleures pratiques.

ses ressources à la certification de ses produits



De meilleures conditions pour les ouvriers

labélisés Fairtrade et Rainforest Alliance.

agricoles qui perçoivent des salaires justes et qui

Depuis longtemps pionnière en matière de responsabilité

ont accès à des logements décents, à l'eau potable

sociale et environnementale, Daabon travaille en étroite

mais aussi à l'éducation et aux soins médicaux.

collaboration avec des coopératives locales, à qui elle



Une meilleure rentabilité et compétitivité pour les exploitants agricoles qui

fournit formation et débouchés.

ont augmenté leur

production, amélioré la qualité, réduit les plaintes de leurs ouvriers et augmenté leur efficacité.

Sous les auspices du Réseau d'Agriculture Durable SAN, un réseau international de groupes de protection de la



Plus de collaboration entre les agriculteurs et les

nature, Rainforest Alliance accompagne les agriculteurs

écologistes : Les parcs ne pouvant à eux seuls

pour qu'ils respectent les critères de la norme SAN en

protéger la biodiversité, il convient de veiller à ce

matière de protection de la faune et de la flore, de gestion

que la faune et la flore sauvages trouvent refuge en

des terres en friche, de droits des travailleurs et de

dehors des zones protégées.

soutien aux communautés locales. ces

Le label « Rainforest Alliance Vérifié » permet aux

normes sont récompensées par le label « Rainforest

agriculteurs d'avoir plus de poids au moment des

Alliance Vérifié ».

négociations commerciales, et aussi de différencier leurs

Les

exploitations

agricoles

qui

respectent

P O U R E N S AV O I R P L U S :

produits, d'obtenir des prix plus élevés ainsi qu'un meilleur accès aux crédits.

www.rainforest-alliance.org - 44 -


2009 – 2012 : Entrée en vigueur du référentiel européen COSMOS A la

différence des

les

Ces six organismes, représentant plus de 1000

cosmétiques naturels et bio n’entrent pas dans le

fabricants de cosmétiques fournissant plus de 11000

champ d’application du règlement européen relatif à

produits dans plus de 40 pays, se sont fixés pour

la

objectif d’harmoniser leur normes dans le cadre d’un

production

biologiques

et

et

à

donc

produits alimentaires,

l’étiquetage ne

des

bénéficient

produits d’aucune

référentiel

européen

unique,

nommé

COSMOS

réglementation communautaire.

(COSMetic Organic Standart).

Avec le développement important de ce marché et

Lancé en 2002, ce chantier représentait un défi énorme

l’augmentation de la demande, ce sont les initiatives

et impliquait des enjeux importants. Car dans ce groupe

d’origine privées (producteurs, industriels, laboratoires et

multinational,

associations) qui ont comblé ce vide en élaborant des

production

chartes et des normes qui, si elles reposent sur un socle

contentaient d’ingrédients naturels, certains sollicitaient

commun (des produits cosmétiques naturels respectueux

des certificateurs indépendants quand d’autres réalisaient

de l’homme et de l’environnement), comportent des

leurs contrôles en interne, d’aucuns définissaient de

nuances et des spécificités qui compliquent les choix des

façon globale les matières premières autorisées ou

consommateurs

interdites que les autres détaillaient en listes exhaustives

et

le

travail

des

importateurs

et

les

uns

biologique

favorisaient tandis

que

clairement les

autres

la se

distributeurs.

d’ingrédients permis ou exclus.

Cosmebio, Cosmeco, Bio Cosmesi AIAB, BioGarantie, …

Quoi qu’il en soit, après 6 ans de travail et une

Autant de labels qui, chacun dans leur pays, fixent des

consultation publique internationale de 3 mois, ce Groupe

normes s’appliquant à des produits souvent mis en vente

de Travail Européen sur les Standards Cosmétiques a

dans l’Europe entière.

annoncé en mai 2009 la publication du Standard COSMOS, qui impose une harmonisation européenne

Pour tenter de résoudre ce problème, Cosmébio et le

des systèmes de définition des cosmétiques organiques

BDIH ont pris dès 2001 une première série de

et naturels.

contacts qui ont donné naissance au Groupe de Travail Européen sur les Standards Cosmétiques (European Cosmetics Standards Working Group) auquel se

sont

joints

l’organisation

belge

BioForum,

l’organisme certificateur français Ecocert, l’Institut pour la Certification Ethique en Italie (ICEA) et la Soil Association Limited en Grande-Bretagne.

Que trouve-t-on dans le Standard Européen COSMOS ? Qu’il s’agisse de classifier les matières premières ou de préciser de nouvelles règles d’étiquetage, le référentiel COSMOS harmonise effectivement les critères de définition des cosmétiques biologiques. Les principales mesures et normes définies dans le cadre du référentiel Standard COSMOS sont les suivantes : Principe de précaution Le Standard COSMOS adopte le principe de précaution comme règle fondamentale applicable à tous les niveaux de la chaîne de production, des matières premières aux produits finis, et exige une totale transparence vis-à-vis du consommateur.

- 45 -


La classification des ingrédients

Garanties et interdits

Dans le cadre de ce référentiel sont définies quatre

Pour être certifié dans le cadre du Standard COSMOS,

grandes catégories d’ingrédients auxquelles s’appliquent

un produit cosmétique devra respecter les seuils

des normes précises :

suivants :

L’eau et les ingrédients minéraux : bien que non

 20 % du total du produit doit être certifié Bio (eau

certifiables bio, ils devront être naturels, obtenus par des

non comprise), sauf pour les lotions (le minimum est

procédés respectueux de l’environnement et être de

alors de 10%).

préférence renouvelables.  95% de des ingrédients certifiables transformés Les agro-ingrédients physiquement transformés : ils

mécaniquement doivent être Bio.

peuvent être d’origine végétale, animale ou microbienne (obtenus

par

fermentation)

mais

ne

seront

pas

génétiquement modifiés. Dans le cas des ingrédients

 30%

seulement

de

ces

ingrédients

naturels

transformés chimiquement doivent être Bio.

d’origine animale, ceux-ci ne devront pas être constitués d’extraits d’animaux vivants ou provenant d’abattoirs (la cire d’abeille, le miel, les œufs ou le lait, par exemple,

 Les produits de synthèse ne sont pas autorisés dans le cahier des charges Cosmos.

sont acceptés). Ils peuvent être certifiés Bio. Par ailleurs, les emballages et suremballages doivent Les agro-ingrédients chimiquement transformés :

être biodégradables ou recyclables et les pourcentages

considérés

la

d’ingrédients naturels et d’ingrédients Bio devront

cosmétique bio puisse rivaliser avec les produits

comme

indispensables

pour

que

être clairement indiqués sur tous les emballages des

conventionnels, ils devront toutefois souscrire aux 12

produits certifiés en pourcentage du poids total, et en

principes de la Chimie Verte qui ont pour but de réduire

pourcentage du poids sans eau (qui est un ingrédient

ou d’éliminer les procédés et les substances les plus

important mais non certifiable).

dangereuses pour l’homme ou pour l’environnement. Même transformée par chimie ou synthèse, une matière première pourra être qualifiée de biologique à condition

Le Standard COSMOS prévoit en outre un certain

d’évaluer et d’afficher précisément la part biologique de

nombre d’interdits :

l’ingrédient obtenu (un ingrédient composé à 40 % d’une matière première biologique et à 60 % de composés relevant de la chimie devra être qualifié de « Bio à

 Les produits cosmétiques et leurs ingrédients ne devront pas être testés sur des animaux.

40 % »).  Les parfums, colorants de synthèse et conservateurs Les autres ingrédients : cette catégorie comprend tout

de synthèse sont prohibés, de même que les

ce que les autres ne contiennent pas, en particulier les

ingrédients issus de la pétrochimie (paraffine, silicone,

conservateurs, généralement issus de la synthèse et

etc.) ou ayant subi des traitements ionisants ainsi que

pour lesquels on ne connaît pas à l’heure actuelle

les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM).

d’alternative naturelle efficace.

- 46 -


Les contrôles et certifications L’attribution du label Standard COSMOS sera soumise à

Deux types de certification COSMOS sont prévus

des contrôles qui seront réalisés par des organismes

pour des niveaux d’exigence différents.

certificateurs

indépendants

(comme

Ecocert,

par

exemple) et renouvelés tous les ans.

En effet, en parallèle à la certification « COSMOS

Les certificats de conformité seront attribués produit

Organic » sera aussi créée une mention « COSMOS

par produit et non par marque.

Natural », attribuée sur la base d’un référentiel moins

A priori, les produits certifiés Standard COSMOS ne

contraignant notamment en termes d’ingrédients d’origine

devraient pas porter de logo spécifique pour cette

biologique.

certification

qui

complément

des

sera

simplement

labels

existants

mentionnée

en

(Cosmébio,

par

exemple), lesquels commencent seulement à être

P O U R E N S AV O I R P L U S :

identifiés par les consommateurs.

www.cosmos-standard.org et www.natrue.fr

2009-2012 : mise en place du Standard COSMOS Le programme de mise en œuvre du Standard

Durant cette période de transition, des dérogations seront

COSMOS fixe comme échéance pour les premières

accordées notamment pour permettre aux entreprises de

certifications la fin de l’année 2009.

trouver de nouveaux fournisseurs (en particulier auprès

Ceci étant, le référentiel

des filières Bio) pour les ingrédients qui seront à terme

Standard COSMOS ne

s’appliquera dans son intégralité qu’à partir de 2012.

interdits.

Le programme prévoit en effet une période d’adaptation de trois ans pour donner aux producteurs et aux fabricants le temps d’intégrer ces nouveaux critères.

Cosmos et NaTrue La démarche mise en en place dès 2001 pour concevoir le référentiel Standard COSMOS s’est heurtée

ces

dernières

années

à

certaines

résistances, en particulier de la part d’un groupe de marques allemandes et suisses (Logona, Weleda, Dr Hauschka, etc.). Fin 2007, ces marques (dont la plupart étaient labellisées BDIH) ont choisi de se désolidariser du projet COSMOS en lançant une organisation et un label concurrents, nommés NaTrue, en précisant que cette décision était directement liée aux « nombreuses années de discussions autour de la création d'un label harmonisé au niveau européen, qui n'ont toujours pas abouti à des résultats tangibles ».

Avec pour objectif de « maintenir le niveau d’exigence le plus élevé possible pour les normes applicables aux cosmétiques

naturels

ingrédients

qui

les

et

biologiques,

composent »,

ainsi

qu’aux

l’association

internationale NaTrue a d’ores et déjà lancé un label (et un logo) qui se décline en fonction du niveau d’exigence atteint lors de l’élaboration des produits :  Les cosmétiques naturels « NaTrue une étoile » ne satisfont qu’aux niveaux d’exigence imposés aux ingrédients issus de la nature et aux procédés autorisés pour la fabrication de ces ingrédients.

Très critiques par rapport au Standard COSMOS qui comprendrait « des imprécisions et autres contradictions quant à la naturalité et le caractère biologique des composants », les représentants de NaTrue estime par ailleurs que « le manque de clarté quant aux informations communiquées et aux règles qui régissent cette norme n’est pas de nature à garantir l’indépendance ni la transparence du futur label pour les consommateurs ».

- 47 -

 Pour

les

cosmétiques

naturels

« NaTrue

deux

étoiles », au moins 70 % des ingrédients naturels doivent provenir d’une production biologique contrôlée et / ou d’une cueillette sauvage certifiée.  Dans

les

cosmétiques

naturels

« NaTrue

trois

étoiles », au moins 95 % des substances naturelles contenues dans les cosmétiques proviennent d’une production biologique contrôlée et / ou d’une cueillette sauvage certifiée.


Et le consommateur dans tout ça … Si l’on ne peut que se féliciter des efforts réalisés par l’ensemble des acteurs de la production de cosmétiques naturels et biologiques pour harmoniser à l’échelle européenne les normes fixées au niveau national, force est de constater qu’au final le consommateur risque de ne pas en tirer beaucoup de profit en termes de compréhension et de lisibilité. En effet, celui-ci se retrouvera à terme face à des étiquettes et des emballages de produits cosmétiques qui, en plus des mentions obligatoires, présenteront simultanément un label Bio national (Cosmébio ou BDIH, par exemple), le logo d’un organisme certificateur (Ecocert, disons), un label de commerce équitable (Max Havelaar ou un autre) et enfin une certification européenne avec (NaTrue) ou sans logo (Standard COSMOS). Sans parler des labels créés par les industriels pour leurs propres marques.

- 48 -


Conclusion Etre et rester belle (ou beau) et en bonne santé. Tels sont les enjeux principaux des produits cosmétiques et d’hygiène pour lesquels les Européens dépensent près de 200 euros par an et par habitant en moyenne. Mais au delà de cet objectif vers lequel tendent tous ces produits, les consommateurs sont de plus en plus attentifs aux procédés de fabrication et à la composition des produits, à leur impact sur l’environnement et aux conditions de travail de ceux qui contribuent à son élaboration. Conscients de ce phénomène (et de ses implications économiques), les fabricants se sont lancés dans la formulation

de

produits

naturels,

biologiques

ou

équitables et ont, globalement, encouragé la création de labels (plus ou moins) indépendants censés rassurer le consommateur quant à la fiabilité des messages éthiques que véhiculent leurs nouveaux produits.

A l’initiative d’abord de sociétés ou d’associations militantes qui ont su prouver le dynamisme de cette demande, le développement du commerce durable et équitable des cosmétiques a convaincu certaines grandes marques (L’Oréal, Estée Lauder, etc.) qui ont investi des sommes importantes dans l’élaboration et la commercialisation de ces produits (sans pour cela renoncer à leurs gammes de produits traditionnels). Devant le succès de ces offres, les fabricants (sociétés engagées et grandes entreprises) élargissent leurs offres en élaborant de nouvelles lignes de produits (soins pour bébé, ligne de beauté pour hommes, protection solaire, …) pour lesquels ils sont à la recherche de nouveaux principes actifs naturels issus de la biodiversité. Intérêt du consommateur, accroissement de la demande, investissements privés, soutien aux producteurs locaux, développement social et préservation des écosystèmes, la dynamique vertueuse est en mouvement. Un mouvement qui progresse lentement mais de plus en plus vite, au bénéfice de la planète et des êtres vivants qui la peuplent. Vraiment une bonne nouvelle.

- 49 -


Tr a d e f o r D e ve l o p m e n t C e n t r e

CENTRE D’EXPERTISE

Rédaction et mise en page : Piezo / Dan Azria - Marc Vanhellemont

C’est le centre d’expertise sur les thématiques d’aide au commerce, Coordination :

commerce équitable et commerce durable. 

Collecte, analyse et production d’information (enquêtes d’opinion

Samuel Poos

auprès des consommateurs, études de marchés,…) 

Animation d’un groupe de travail au sein de la plate-forme d’appui

au

secteur

privé

« Entreprendre

pour

le

développement ».

Crédits photos : Alter Eco Asociacion Nacional de Agricultores Pequenos GAGNON Bernard (Licence GNU)

APPUI AUX PRODUCTEURS

CACVRA

Le Trade for Development Centre est un outil d’appui aux

Forest People / Cœur de Forêt

organisations de producteurs. Il soutient les producteurs marginalisés,

Intercarto – CPA

les micros et petites entreprises ainsi que les projets d’économie

Kuapa Kokoo Ltd

sociale inscrits dans des dynamiques de commerce équitable et

Laboratoire Equitable

durable. 

Renforcement des capacités organisationnelles, techniques et productives



Transmission d’informations pertinentes (sur les marchés, les

Léa Nature L’Occitane Max Havelaar MPI.nl

certifications disponibles,…).

Natura Brasil

SENSIBILISATION

Oxfam-Magasins du Monde PR Shots

Le Centre met en place des campagnes et des outils de sensibilisation à destination des consommateurs, des acteurs économiques et des pouvoirs publics belges. 

Semaine du commerce équitable



Présence à différents salons, foires



Site Internet www.befair.be

Solidar’Monde Stassen Group Terre d’Oc The Body Shop The Heiveld Cooperative Ltd

WWW.BEFAIR.BE

Trade For Development Centre Coopération Technique Belge (CTB) Rue Haute, 147 1000 Bruxelles 02 / 505 37 74 - 50 -

Les cosmétiques du commerce équitable et durable  

Elaborés à partir d'ingrédients de plus en plus souvent naturels (voire biologiques) et produits dans les pays du Sud, les produits cosmétiq...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you