Page 1

supplément au n° 5206 du 21 mai 2016

Marqua nt

M O D E

Essai couv.indd 1

-

B E A U T É

-

B I E N - Ê T R E

-

D É C O R A T I O N

11/05/16 11:41


www.cultiverlinattendu.com / © More SouthAfrica

| VOYAGES PRIVÉS SUR MESURE |

ON VOUS EMMÈNE AILLEURS

PARTIR EN VOYAGE SUR MESURE Il est des voyages dont on garde la saveur très longtemps. Parce que tout est unique et parfaitement adapté aux désirs de chacun. C’est là notre marque de fabrique, notre vision du voyage : faire de chaque départ un morceau choisi, une partition composée exclusivement pour vous. Présents sur les cinq continents, nous faisons rimer exigence et excellence. Dans notre Atelier lyonnais, nous vous accueillons pour préparer votre voyage. Discuter, écouter, proposer... un interlocuteur spécialisé est là pour vous guider dans l’élaboration de votre projet de voyage et dans la sélection de ses plus belles étapes. Que vous partiez en solo, à deux, en famille, entre amis ou en groupe, notre équipe d’experts saura agrémenter votre voyage d’expériences insolites qui lui donneront le parfum de l’exclusivité.

|

BRUXELLES |

PARIS

| LYON |

MONTE CARLO

|

L’ATELIER LYON 38 Quai Arloing, 69009 Lyon Tél. +33 (0)4 72 53 24 90 lyon@insolites.com

www.continents-insolites.com


Renault TALISMAN Estate

Crédit photo : Anthony Bernier

Maîtrisez votre trajectoire

Profitez d’une maniabilité optimale en ville et d’une stabilité exceptionnelle sur route grâce au système exclusif Renault 4CONTROL à 4 roues directrices*. Vivez de nouvelles sensations. * Selon version. Consommations mixtes min/max (l/100 km) : 3,7/6. Émissions CO2 min/max (g/km) : 98/135. Consommations et émissions homologuées selon réglementation applicable. renault.fr

7171-AP TALISMAN ESTATE 275x375.indd 1

04/05/2016 15:02


Éric Vernusse Directeur de la communication Banque Rhône-Alpes

Un seul et même interlocuteur axial tout au long de son projet, c’est efficace et rassurant.

sans hésiter

LY O N • P A R I S • S H A N G H A I AGENCEMENT / EXPOSITION WWW.AXIALEXPO.COM


Et 1, et 2, et 3 Marquant ! Après des semaines de réflexion et d’échanges, Marquant voyait le jour en 2014. Curieuse et enjouée, notre équipe partait alors en chasse des dernières tendances mode & déco de la place lyonnaise, et la belle complémentarité des chroniqueurs débouchait sur un tour d’horizon exhaustif des meilleures adresses métropolitaines. Pour elle et pour lui. Troisième année, troisième numéro. Et comme la recette fonctionne, idées shopping continuent de le disputer aux concepts bien-être, bonnes adresses et dernières nouveautés. Entre enseignes de luxe et créateurs qui montent, partez à la rencontre de ceux qui vous habilleront demain. Entre ville bouillonnante et home sweet home, apprenez à vous relaxer au quotidien, aménager harmonieusement votre intérieur et perfectionner votre art de la réception. Pour votre plus grand plaisir, Marquant joint le futile à l’agréable et parle de style avec style. Un guide haut de gamme pour les citytrotteurs qui rêvent d’escapades hautes en couleur.

Mode & beauté p.2

S ant é & b i e n - ê t re p.24

Inté ri e u r & e x t é ri e u r p.43

Ic i & l à - b a s p.59

SOMMAIRE

Charlotte Mounard

Supplément au Tout Lyon Affiches n° 5206 du 21 mai 2016 Société éditrice : Groupe Tout Lyon, 18, rue Childebert, 69002 Lyon, SAS au capital de 60 032 € Président et directeur de publication : Bernard Riccobono Principal actionnaire : SEPS ISSN : 2266-6990 Commission paritaire : 0919 I 85791

Photo de une : © Pierrick Verny / Lustre : Magic Circus (Lyon)

Impression : Imprimerie Chirat, Saint-Just-la-Pendue

Montage Marquant 2016.indd 1

11/05/16 11:23


MODE BEAUTÉ EN AVANT MARQUES TENDANCES, IDÉES SHOPPING

MARQUES DÉPOSÉES LUXE ET GRANDES ENSEIGNES

PRENDRE SES MARQUES PETIT CRÉATEUR DEVIENDRA GRAND

MARQUES D’ORFÈVRE LA JOAILLERIE DANS TOUS SES ÉTATS

MARKETING LES ACCESSOIRES QUI FONT LA DIFFÉRENCE

REMARQUÉ(E)

2-3

LE PLUS BEAU /LA PLUS BELLE POUR ALLER DANSER

Montage Marquant 2016.indd 2

11/05/16 11:23


16

20 16

————

VENDREDI 4

AGENCE

VENDREDI4

CONCEPTEUR D’EXPÉRIENCES INTERACTIVES PERSONNALISÉES

www.

vendredi4 .com


En avant marques Te n d a n c e s

mode & beauté

Été 2016, la revue des catwalks

4-5

© Emporio Armani

© Lanvin / Ph Marcio Madeira

© Desigual

© Ralph Lauren

De la force et de la fragilité. De la douceur, de grands aplats de couleurs et des milliers de fleurs. Un voyage qui nous emmène de la côte Atlantique à la muraille de Chine. Réjouissons-nous. Le printemps-été 2016 s’annonce comme une saison de mode extrêmement riche. Ludique et multi facettes, sensorielle et inspirante.

Pour elle

Pour lui

Des couleurs douces ponctuées d’éclats rouge sang, des matières fluides et légères, des robes longues, de la dentelle et de la broderie, la mode printemps-été 2016 respire à fond le romantisme. Pour contrebalancer la discrétion des teintes, qui tendent majoritairement vers le nude et le pastel, les effets et les impressions s’en donnent à cœur joie : profusion d’argent métallique, excursions tribales, imprimés graphiques, rayures rainbow… On ne nous épargne rien cet été. Côté coupes, les créateurs ne s’en cachent pas, c’est vers les nineties qu’ils ont choisi de se pencher. Longues robes à la Kate Moss, hauts vaporeux et transparents qui n’ont rien à envier à la lingerie, top à larges résilles… sans oublier la brassière, qui vous rappellera – on en est sûr – de bons vieux souvenirs. Peau sur peau, pantalons à pont, robes chemise et look boho complètent la panoplie de la parfaite modeuse 2016. Sans oublier le « coordonné » (accord du haut avec le bas), l’une des tendances incontournables de la saison.

Il souffle comme un air de vacances et d’exotisme sur les podiums 2016. Contrairement aux femmes, les hommes n’ont pas peur d’afficher haut leurs couleurs : du jaune, du vert, du orange… Des teintes franches (voire carrément criardes) qui laissent aussi leur place aux imprimés fleuris. Il y a tant de diversité que tout le monde devrait y trouver son compte : Les beach boys et gentils garçons craqueront pour le seersucker et le short de couleur vive, les aventuriers pour le sable et le kaki, les fashion-addicts pour les influences orientales et les effets de soie révélés par Vuitton dans son dernier défilé… Comme chez la gente féminine, on assiste au comeback des années 1990 avec des pantalons fluides et taille haute qui prennent de l’ampleur. La veste de costume est, elle aussi, légère et longue, à l’image du trench et du raincoat, les valeurs sûres de la saison estivale. Dans un esprit grunge couture, 2016 signe également le grand retour du « sans manches ». À vos haltères les gars.

Montage Marquant 2016.indd 4

11/05/16 11:24


En avant marques I d é e s s h o p p i n g

Mode & beauté

SHOPPING POUR ELLE < New York style Leurs modèles sont tous inspirés de la Big Apple, sophistiqués et simples à porter. Le petit truc ? Des cuirs qui durent des siècles sans prendre une ride. Coach, 395 € Où ? Galeries Lafayette Part-Dieu, Lyon 3e

© Coach

Des modèles les plus classiques aux plus excentriques, autant vous le dire tout de suite : nous, on aime la musique imposée par la mode printemps-été 2016. Couleurs vives, esprit marin et invitation au voyage… Les tendances sentent bon les vacances.

ook ©K

© Jollia

<

Ainsi pont, pont, pont

© Isabel Marant

LA2L, 59 € Où ? En ligne sur www.jollia.fr

<

Pretty Woman

<

Bohemian chic Rayures et imprimés ethniques rythmeront l’été, qu’on se le dise. Kookaï a tout bon avec ce top flamboyant, manches trois quarts et volantées. Kookaï, 59 € Où ? Rue de la République, Lyon 2e

>

© Barbara Orbison

Lacets mania

<

Cette année, les bijoux seront frangés ou ne seront pas. On prend exemple sur cette paire d’LA2L avec ses estampes en demi-lune ornées de cristaux Swarovski.

Coupé droit et raccourci, ce pantalon à pont 100 % coton donnera un air marin à tous vos looks, qu’on le porte à plat ou avec des talons. Isabel Marant Étoile 220 € Où ? Galeries Lafayette de Bron

Partout des franges

C’est avec beaucoup de tendresse que Barbara a créé le parfum Pretty Woman, l’imaginant aussi enivrant et unique que la chanson iconique de son époux, Roy Orbison. Walking down the street… Barbara Orbison, 75 € Où ? en ligne sur http://prettywomanperfume.com

Les chaussures lacées sont les stars de cette année. Un jeu de cache-cache géométrique qui magnifie le bas du corps, pour une allure pimpante. San Marina, 89 € Où ? Rue de la République, Lyon 2e

© San Marina

Montage Marquant 2016.indd 5

Didine et Tralala, 210 € Où ? En ligne sur http://didine-tralala.fr

(Me)talons

<

© Didine et Tralala

La marque lyonnaise Didine et Tralala joue la carte des couleurs franches et des matières authentiques. Le tout 100 % français et artisanal. On adore.

© Zara

< Sac addict

Dorées, argentées ou cuivrées, les chaussures métallisées sont partout. On opte pour le talon carré des années 1970, qui signe son grand retour. Zara, 49,95 € Où ? Rue Grenette, Lyon 2e

11/05/16 11:24


En avant marques I d é e s s h o p p i n g

mode & beauté

Shopping pour lui Qui a dit que la diversité n’était réservée qu’aux femmes ? Chez les hommes aussi, le dressing de l’été s’annonce pluriel. Un vestiaire globe-trotteur, qui passe aussi bien par les t-shirts imprimés que par les vestes d’été. Sans oublier l’incontournable touche marine, décidément partout.

<

Globe T-Shirt

< Esti’Veste

© H&M

Ce t-shirt astucieux reproduit 40 dessins explicites permettant de se faire comprendre dans toutes les langues. Vous pouvez partir en vacances tranquille ! Icon Speak, 29 € Où ? En ligne sur https://iconspeak.world/

Elle faisait son entrée en 2015... Cet été, la veste devient incontournable. On ose le raincoat à hauteur du genou, porté avec des chaussures estivales. H&M, 99 € Où ? Rue de la République, Lyon 2e

© Icon Speak

< Chino Chiné

God save my shoes

© Fred Perry

Spécialiste des couleurs vives, Lacoste exhibe un chino rouge flamboyant, confectionné en belle gabardine 100% coton. Chic et décontracté.

<

Lacoste, 100 €

<

© Lacoste

Où ? Centre commercial Part-Dieu, Lyon 3e

White Spirit

La toute première collection Wicket, jeune marque française so british, fait des étincelles. Le modèle Loafer Charles est une merveille d’élégance et de décontraction. On dit oui !

© Commune de Paris 1871

© Wicket

<

Ton homme en short Court ou long et de préférence avec une veste à la taille, le short a la cote cet été. On craque pour ce bermuda mi-lin mi-coton, parfait pour fouler l’asphalte par 30°C. Commune de Paris 1871, 145 € Où ? En ligne sur www.communedeparis1871.fr

Où ? En ligne sur www.wicket.fr

6-7

Pepe Jeans, 85 € Où ? Rue du Président Edouard Herriot, Lyon 2e

Hast, 69 € Où ? En ligne sur www.hast.fr © Hast Paris

>

Pepe Jeans nous livre sa version toute personnelle du sac marin et ça fait mouche : son modèle en toile bleu nuit nous donne tout aussi envie de prendre le large que de rester à quai.

Montage Marquant 2016.indd 6

Intemporel

Cette année encore, Hast, marque 100 % française, met la chemise à l'honneur. On opte pour la petite touche marine, discrète et élégante, qui orne la pochette extérieure. © Pepe Jeans

À L’abordage

Fred Perry, 62,30 € Où ? Planète Mode, 69700 Givors

<

Wicket, 490 €

Chaussure de référence, la basket blanche a l’avantage de pouvoir se marier avec de nombreux styles. À porter de préférence avec un chino et une chemise blanche.

11/05/16 11:24


Mu Mut u uel elle e sou s mis m e aux mi x dispos ossiitttions ons du du li l vre rre e III du du C Co od de e de d la a mu mut m uttual u ualité ité it é, n° n°S n Sire ire en 538 38 518 51 47 4 3. 3 Num Numéro éro LE LEI 9695 95 500J 00JLU5 LU5ZH8 LU5 ZH89G4 ZH8 9G 9G4 G TD5 TD57. 7 7.

La santé de mes salariés, c’est la santé de mon entreprise.

SANTÉ

P R É VOYA N C E

É PA R G N E - R E T R A I T E

DES SERVICES DE PRÉVENTION PERSONNALISÉE POUR VOS SALARIÉS. • Profitez de services d’experts pour répondre aux questions santé, pour accompagner ceux qui souhaitent arrêter de fumer, mieux équilibrer leur alimentation ou mieux gérer les situations de stress au travail. • Bénéficiez du service d’accompagnement personnalisé de notre partenaire Betterise Technologies, une plateforme digitale simple et ludique pour vous aider, vous et vos salariés, à prendre soin de votre santé au quotidien.

1 mutuelle santé de France, au service des entreprises et des salariés. Découvrez nos solutions sur lasantegagnelentreprise.fr re

HM_PreventionHomme_LeToutLyon275x375.indd 1

En harmonie avec votre vie

04 72 71 21 40 numéro non surtaxé

04/05/2016 12:21


Marques déposées

mode & beauté

Luxe et grandes enseignes

Les dentelles chics de Marjolaine C’est l’effervescence dans l’atelier de Villeurbanne. Le satin de soie et la dentelle de Calais glissent de mains expertes en mains expertes pour boucler les dernières commandes de la saison printemps-été 2016. Les ciseaux suivent délicatement les contours des dentelles et les machines à coudre piquent avec précision, guidées par le doigté des spécialistes de Marjolaine. La confection de la lingerie est tout un art, perpétué par la marque lyonnaise. Les nuisettes, déshabillés et autres caracos imaginés et fabriqués à Villeurbanne partiront dans les boutiques indépendantes de lingerie du monde entier, pour embellir les femmes de tous les horizons. Marque internationale, Marjolaine réalise 40 % de son chiffre d’affaires en France et 60 % dans le reste du monde. Près de 50 pays plébiscitent la maison lyonnaise haut de gamme de lingerie. Ses modèles plaisent en Russie, en Allemagne, en Grande-Bretagne, aux Emirats Arabes Unis et en Italie, ses plus gros marchés à l’export. En France, 195 boutiques indépendantes distribuent les deux collections annuelles de Marjolaine. « L’entreprise familiale est née en 1932, raconte fièrement Clémentine Guérin, styliste de la marque et descendante de la dynastie. Dans sa boutique, mon arrière-grand-mère vendait des lainages et des liquettes à porter sous les vêtements. Après la guerre, devant la difficulté à approvisionner sa boutique des Gratte-Ciel à Villeurbanne, mon arrière grand-père s’est installé à la machine à coudre pour confectionner lui-même les fonds de robe des clientes de la boutique. » Roger Millet Desdoitils lance une petite industrie qui n’allait plus quitter Villeurbanne, perpétuée dans les règles de l’art par ses descendantes.

100 à 120 modèles par saison Aujourd’hui, c’est sa petite-fille Carole Guérin, aidée par son mari Stéphane et sa fille Clémentine, qui ont hérité de l’entreprise et s’attachent à poursuivre la tradition. Les lainages Marjolaine, que l’on portait plutôt pour cacher son

© Marjolaine

La marque de lingerie et de déshabillés installée à Villeurbanne a fait du travail de la dentelle de Calais, associée au satin de soie, sa signature.

corps, sont devenus des collections de déshabillés sexy, dont les femmes se vêtissent pour le dessous comme pour le dessus. La belle lingerie et la fine dentelle ne se cachent plus. Voire, elles se montrent. « Nous créons 100 à 120 modèles de lingerie chaque saison, pour les collections automne-hiver et printemps-été, détaille Clémentine Guérin. Volontairement, notre éventail de tailles est large. Les modèles Marjolaine se déclinent de la taille 36 à la taille 54 pour s’adapter à toutes les morphologies. Nos 35 salariés travaillent le satin de soie, venu de Chine pour des raisons de coût, et la dentelle de Calais. Notre savoirfaire très particulier pour la découpe et l’incrustation de la dentelle de Calais nous incite à former nos collaborateurs, ce qui prend du temps, pour conserver une production 100 % française. » Le travail de l’incrustation de la soie est transmis de génération en génération par les petites mains habiles de l’entreprise. « Nous formons nous-mêmes nos collaborateurs car nos machines ont été fabriquées spécialement pour répondre à notre savoir-faire. »

Bohème chic

Montage Marquant 2016.indd 8

© Marjolaine

8-9

Pour la saison printemps-été 2016, la collection s’oriente vers des modèles d’inspiration bohème chic pour, toujours, mettre en valeur le subtil mélange du satin de soie et de la dentelle qui glisseront sur la peau des femmes du monde entier cet été. Les tons de rose poudré et bleu-vert turquoise côtoient les bleus nuit et autres noir charbon pour sublimer les formes féminines. « Nos collections ne répondent pas spécifiquement à une ligne directrice, évoque Clémentine. La créativité émane de nos inspirations. » Les déshabillés Marjolaine sont enrichis d’une gamme de pulls en cachemire, eux aussi incrustés de dentelle de Calais, pour conserver la signature Marjolaine. « La matière première vient spécialement du Népal », tient à préciser la jeune styliste. Amoureux des belles matières, les dirigeants de Marjolaine sélectionnent leurs fournisseurs, en France et à l’international, pour qu’elles se mettent au service de leurs créations.

www.marjolaine.fr

11/05/16 11:24


Marques déposées

Luxe et grandes enseignes

mode & beauté

Axsol M., la soie pour héritage

« Mon grand-père était soyeux. Avant qu’il ne décède en 2012, je lui ai promis de faire quelque chose de tout ce qu’il nous laissait : du mobilier, un métier à tisser Jacquard et des coupons de très beaux tissus », raconte avec émotion Frédérique Bonnefoy, installée à Valence. Styliste actuellement employée dans une boutique de robes de mariés, elle démarre, en février 2015 et sous forme d’association, une activité de création et de façonnage pour mettre en valeur les coupons de tissus hérités de son aïeul. « Certaines pièces sont des échantillons, donc des petits formats. D’autres étaient destinées à la confection de cravates. J’ai aussi trouvé des écharpes et des vêtements d’intérieur pour homme. Il me fallait imaginer des produits qui correspondent aux dimensions de cette matière première et à son usage. » Une fois l’inventaire réalisé, elle décide de se positionner sur deux gammes de produits : les gilets, nœuds papillons et pochettes assortis pour homme, et les bowls, des nœuds papillons que les femmes accrochent à leurs boucles de soutien-gorge quand elles portent un dos-nus. L’harmonie qui s’en dégage est prisée par ses clients rhônalpins et suisses, notamment lors de cérémonies, de mariages ou autres galas. Griffés Axsol M. (pour Axelle et Solène, les prénoms de ses filles, et M pour Michel Montmain, son grand-père soyeux), ses produits sont réalisés sur mesure. Le client choisit parmi les chutes de tissus, des lainages et des soies de belle facture tissés par son grand-père et qui ont autrefois séduit des marques prestigieuses comme Dior, Pierre Cardin ou Balmain. Ces matières d’exception sont complétées, pour le dos des gilets notamment, par des doublures achetées dans le commerce. Parmi ses clients, de jeunes hipsters et des hommes d’affaires élégants. Les ventes s’effectuent par le bouche à oreille et la promotion, via son compte Facebook.

Montage Marquant 2016.indd 9

Facebook : Axsol-M

© Claude Chevin

Les gilets et nœuds papillons confectionnés à la main par Frédérique Bonnefoy cachent une histoire de transmission.

11/05/16 11:25


Marques déposées

Luxe et grandes enseignes

mode & beauté

Maison Martin Morel, une mode féminine d’inspiration vintage La Maison Martin Morel, créée en 1896 en région lyonnaise, a fermé ses portes en 1982. Emmanuel Foyatier n’était alors même pas né. Pourtant, le riche passé industriel de ses ancêtres a imprégné toute son enfance et son adolescence. En 2013, il exhume des livres d’archives familiales remplis de motifs textiles originaux et a l’idée de les exploiter. « C’était une base de travail exceptionnelle. Il fallait juste s’approprier ces motifs et les actualiser », explique ce jeune diplômé d’une école de commerce, passé par LVMH et surtout passionné de mode. Au printemps 2014, les premiers modèles sont présentés. Le motif Fleur 1931, quasiment identique au modèle d’origine, est imprimé sur des sweats et des foulards. « À chaque saison, j’étoffe la collection. Aujourd’hui, on trouve des robes, des chemisiers, des jupes, des tops, des vestes kimonos... Exclusivement des vêtements féminins, fabriqués dans de belles matières comme la soie », indique Emmanuel Foyatier. Les nouveaux imprimés revisitent les motifs Jungle, Wave ou encore Bridge. De l’élégance des lignes de 1930 jusqu’à l’exubérance des années 1960-1970, le large panel de motifs permet d’imaginer des pièces très différentes. « Je travaille avec des designers textile pour le choix des motifs à réinterpréter, les couleurs, les coupes… Nos vêtements tissent un lien entre le passé et le présent », détaille le dirigeant. Le tissu est fabriqué en Italie et la confection est réalisée dans un atelier croix-roussien pour les petites séries et en Pologne pour les

© Loïc Benoit

Emmanuel Foyatier remet au goût du jour des motifs textiles puisés dans les archives familiales.

Passage Thiaffay, 19 rue René Leynaud Lyon 1er http://maisonmartinmorel.com

grandes séries. « Nous nous positionnons comme une marque premium avec des prix accessibles : de 40 € le t-shirt à 350 € la robe en soie en passant par 90 € le sweat », affirme Emmanuel Foyatier. Les produits sont disponibles sur le site internet de la marque ainsi que dans sa boutique, implantée au Village des Créateurs. Maison Martin Morel, qui lancera en septembre une gamme Lifestyle (papiers-peints, coussins), a également collaboré avec Angarde. Les espadrilles unisexes de la marque parisienne se sont parées du motif électrique Black Yvi de 1932 pour habiller, cet été, les pieds des citadins branchés.

Apparue dans les années 1930 pour s’éteindre dans les années 1980, les vêtements de ski Skidress se paient une nouvelle vie grâce à Bruno Martinier. En 2013, le fondateur des parcs City Aventure fait renaître cette marque de « sport chic à la française » par le biais d’une entreprise dédiée. Baptisée 19cent48, cette dernière fait référence aux Jeux Olympiques de SaintMoritz, dont Skidress était le sponsor. Surfant sur un esprit dandy avec des pulls, gilets, vestes et fuseaux aux lignes d’inspiration vintage, la collection est confectionnée à partir de matières techniques innovantes. Les laines sont tricotées à Roanne, les tissus proviennent de France ou d’Italie et la fabrication est réalisée en Tunisie. Pour sa 3e saison, son vestiaire s’est enrichi de cache-cou tubulaires et de jupes.

http://skidress.fr

10-11

© Skidress

Skidress, l’élégance à la française

Montage Marquant 2016.indd 10

11/05/16 11:25


Prendre ses marques Petit créateur deviendra grand

mode & beauté

Arsène & Laurent,

à la ville comme au stade Fruit de la rencontre d’une jeune styliste mexicaine et d’un Lyonnais fraichement diplômé d’une école de commerce, la nouvelle marque de prêt-à-porter masculin Arsène & Laurent entend se faire un nom en déclinant un esprit dandy et football vintage. Arsène et Laurent ? Deux copains qui ont décidé de se lancer dans le prêt-à-porter masculin ? Pas du tout. Ces deux prénoms font en fait référence à deux hommes qui ont marqué leur époque, chacun à leur manière. Lucien Laurent, tout d’abord, footballeur français qui restera à tout jamais le premier buteur de la coupe du monde, en 1930. Une époque où Arsène Lupin, gentleman cambrioleur né sous la plume de Maurice Leblanc, promenait sa silhouette de dandy dans la belle société depuis déjà plus de 20 ans. Une forme d’élégance matinée de décontraction sportive qui a inspiré Gabriella et Matthieu. La jeune Mexicaine, qui a suivi des études de mode et travaillé auprès de grands créateurs, et le Lyonnais d’origine, diplômé d’école de commerce, ont franchi le pas de l’entrepreneuriat il y a tout juste un an. En s’adossant sur une collecte de fonds participatifs sur internet, ils ont donné vie à leur première collection de prêt-àporter masculin. Sa première bougie à peine soufflée, Arsène & Laurent fait un pas supplémentaire vers la notoriété et le succès en ouvrant un commerce en propre au Village des Créateurs. « Dans le même temps, nos premiers modèles ont été référencés à la boutique du village, ainsi que chez " Gaspard et Simone ", rue du Griffon. Un commercial vient de nous rejoindre, avec pour mission de multiplier les points de vente », expliquent-ils. Lancée en octobre 2015 avec Sonny Anderson pour mannequin, la première collection propose 3 modèles de chemise et 5 polos. Les formes sont intemporelles et les couleurs, sobres : blanc, bleu foncé, bleu ciel et gris. « Nous visons une clientèle masculine de tout âge. La gamme s’élargira en 2017 avec d’autres chemises et polos, des chinos et un tee-shirt », précise Matthieu. Par la suite, Arsène & Laurent devrait proposer tous les articles permettant de remplir armoires et penderies : pulls, sweats, blasers… « Nous avons présenté la marque à Sonny Anderson, qui représente finalement très bien le football vintage avec ses valeurs… de gentleman ». Car, même si Arsène & Laurent n’est pas à 100 % typé « football », certains détails, comme les boutons en bois et les couleurs, rappellent l’esprit de ce sport tel qu’il était pratiqué dans les années 1930. « L’avenir verra la collection s’enrichir d’autres petits rappels, tels que des coudières en cuir et des polos bicolores. »

Gabriella et Matthieu entendent également profiter de l’Euro 2016, organisé en France de mi-juin à mi-juillet, pour conforter l’image de leur marque. « Nous allons lancer une collection capsule à cette occasion, avec des mélanges de matières. Nous présenterons 5 prototypes sur les réseaux sociaux et le grand public sera appelé à voter pour déterminer les 3 polos qui seront confectionnés et mis en vente », indique la jeune femme. La conceptrice, Gabriella, a gardé l’influence de ses jeunes années passées de l’autre côté de l’Atlantique. Les couleurs du désert du Chili l’ont inspirée pour cette première collection. Quant à la prochaine, elle prendra les teintes des paysages de l’Islande avec le bleu délavé comme couleur phare. Si l’esprit vintage assure le côté tradition de la marque, l’innovation se cache cependant dans les matières. Chez Arsène & Laurent, le polo n’est pas en maille piquée comme partout ailleurs. Le tissu allie coton, polyester et viscose, ce qui lui donne un toucher très doux et un confort

Montage Marquant 2016.indd 11

© Arsène & Laurent

Une collection capsule, comme les grands créateurs

incomparable. Les finitions sont impeccables, jusqu’au petit drapeau français brodé sur l’étiquette intérieure. Bien décidés à jouer la carte de la qualité, Matthieu et Gabriella ont choisi d’assurer la fabrication en France. « Le façonnage est réalisé à Roanne, les boutons en bois viennent du Jura et les tissus sont réalisés près de Troyes », insistent-ils. Un concept Made in France qui a déjà séduit hors des frontières, puisque la marque s’exporte déjà au Brésil, au Mexique et en Australie. Passage Thiaffay, 19 rue René Leynaud Lyon 1er www.arseneetlaurent.fr

11/05/16 11:25


Prendre ses marques Petit créateur deviendra grand

mode & beauté

Ismailia Cordoo,

le décalé haut de gamme

à 10 ans, Iris Gamond exerce déjà son talent en remodelant, décousant et recousant ses robes et ses chemises à son goût, sous l'œil avisé de sa famille, à Meknès (Maroc), entre une mère spécialiste du tricot et des tantes couturières. Un style qu'elle confirme quelques années plus tard en arrivant à Paris pour suivre les cours de l'école supérieure de mode et de lingerie Formamod. « C'est difficile de me définir car j'estime que la mode ne doit pas nous enfermer. Je m'octroie le droit de m'éparpiller et de ne pas suivre une ligne conductrice », souligne la créatrice. On retrouve toutefois quelques idées récurrentes, comme des références régulières aux reptiles, dans les tissus ou les découpes de certains modèles… Un savant mélange « entre le côté sexy de l'Occident et le côté plus cachotier de l'Orient » et la sensation générale que le vêtement flotte autour du corps qui l'entoure. « Mes créations mettent en valeur la différence. Chacun doit pouvoir trouver le vêtement qui lui convient, sans être jugé du style qu'il adopte, y compris en fonction de son sexe. Chacun doit être accepté comme il est », poursuit-elle. Née à Paris, la marque a grandi à Lyon depuis que sa fondatrice est tombée amoureuse de la ville. Elle y dépose sa collection capsule de prêt-à-porter dans quelques boutiques et présente ses robes de soirée et de mariée dans de nombreux défilés. En attendant l'ouverture, d'ici 2 ans, de son propre showroom privé et d'un développement à l'international. © Cae.

© Ismailia Cordoo

Avec ses vêtements de qualité supérieure aux allures reptiliennes, Iris Gamond transforme ses créations en une ode à la diversité et à l’originalité.

www.ismailia-cordoo.fr

Épik Épok : chic, rare et vintage « Jouer avec la mode, c'est savoir mixer les genres. Une veste des années 1970 peut tout à fait se marier avec un jean d'aujourd'hui, comme une paire de boucles d’oreilles originale sait rehausser un classique immuable », explique Nathalie Clapot. Un crédo que cette chineuse professionnelle, antiquaire de métier, décline à l’envi dans sa boutique éclectique, implantée face aux Halles de Lyon. Ici, on vient chercher un basique à quelques euros comme un intemporel d'une grande marque de luxe. On se retrouve en réalité dans une véritable caverne d'Ali Baba, où bijoux, sacs à main, vêtements, accessoires et grandes marques côtoient mobiliers, luminaires, jouets anciens, objets de décoration et petits créateurs. Dans un surprenant mélange d'époques et de genres, on voyage des années 1930, avec une robe haute couture originale (rarement aussi bien conservée), aux années 1980, au détour d'une veste dessinée par un grand maitre de la mode. Un aller-retour incessant entre robes cocktail et casual, sacs originaux et intemporels du luxe. « Je couvre cette période, mais il m'arrive aussi d'acheter des pièces de créateurs contemporains, pour ce côté sur mesure et unique », affirme la spécialiste, qui sélectionne avec soin tous ses produits chinés. Ses critères ? « La qualité d'exécution, un look représentatif, l'authenticité et l'unicité du modèle. Je m'assure de proposer des choses que l'on ne trouve pas ailleurs », répond celle qui, à 9 ans déjà, vendait du blanc ancien acheté à sa mère aux Puces du Canal. C'est dire si elle a l'œil pour repérer la perle rare. Et l’affluence ne trompe pas : collectionneurs, modeuses, gens du cinéma et clients fidèles défilent dans sa boutique pour emporter avec eux une qualité, un style. Tout une « autre » époque.

Montage Marquant 2016.indd 12

66 rue de Bonnel - Lyon 3e Facebook : epik.epok.vintage

© Laurence Jeanson

12-13

À la croisée des chemins entre mode, accessoires, mobilier d’époque et de collection, Épik Épok révèle d’authentiques trésors vintage, assez uniques dans la région.

11/05/16 11:30


Prendre ses marques Petit créateur deviendra grand

mode & beauté

Cae. voit la vie en bleu…

de travail

© Cae.

Repensés et conçus pour fouler l’asphalte, ces vêtements « made in Lyon » redonnent une deuxième vie au costume traditionnel du prolétaire.

19 rue René Leynaud – Lyon 1er www.cae-store.com

Montage Marquant 2016.indd 13

Déconstruire et reconstruire… Voilà, en deux mots, la genèse de Cae. L’idée d’Emma Berger et de Mathilde Sothier, les créatrices de cette marque atypique, est simple : réinvestir le bleu de travail, symbole de standardisation, afin de lui donner un nouveau souffle. Pour l’histoire, le bleu de travail a vu le jour à la fin du XIXe siècle, époque d’essor industriel conséquent. L’uniforme de travail est alors défini de couleur céruléenne, très à la mode depuis le XVIIIe siècle avec le bleu de Prusse (une teinte bon marché qui habillait déjà les marins, les militaires et les facteurs). Peu salissante et ne nécessitant guère d’entretien, la teinte s’impose rapidement aux mineurs et ouvriers d’usine. Déconstruire pour reconstruire… Le projet des filles de Cae., toutes deux diplômées en design de mode textile à l’école de Condé, à Lyon, revendique la mise en avant d’un savoir-faire inscrit dans notre patrimoine. « Nos vêtements ont beaucoup de découpes car nous récupérons des bleus de travail standard pour les reconstruire en vêtements plus personnels et modernes. C’est ce qui fait notre identité », souligne Mathilde Sothier. La ligne donne naissance à un vestiaire mixte, aux lignes graphiques très épurées, qui comporte souvent des empiècements géométriques. Pourquoi Cae. ? Il est le diminutif de caeruleum, qui signifie bleu céleste en latin. On ne peut plus logique pour ces habits azurés au style délibérément urbain et contemporain. Dernière collection en date : « Docks », qui s’inspire de l’univers marin. Pantalon à pont, caban, duffle coat sont revisités, détournés pour définir un vestiaire actuel et fonctionnel emprunt de l’héritage industriel. Le bleu de travail s’émancipe et côtoie de nouvelles matières : le cuir d’agneau, incrusté sur les pantalons, le drap de laine pour les manteaux d’hiver, le jean pour les chemises, la fourrure pour les vestes. Un habit fonctionnel mais urbain pour voir la vie en bleu… En bleu céleste.

11/05/16 11:30


Marques d’orfèvre

La joaillerie dans tous ses états

Mode & beauté

DES BIJOUX POÉTIQUEMENT NATURELS En argent et en laiton, les bagues, colliers, broches, bracelets et boucles d’oreilles que fabrique Andrea Vaggione racontent des histoires de fleurs et d’arbres. En harmonie avec la nature, ils vivent autour des doigts, des bras, des décolletés et des visages, pouvant prendre diverses formes entre les mains de leurs propriétaires.

14-15

« Les gens s’approprient davantage un bijou qui bouge, ils ont envie de le toucher, de le manipuler, de le transformer. » à s’initier à la création de bijoux, au sein d’une école qu’elle monte à Cordoba, sa ville natale. Après avoir lancé une première collection de bijoux en aluminium, « comme ça, juste pour le plaisir », elle part à Barcelone pour découvrir le monde. Elle travaille avec une Italienne et elle rencontre un Français avec qui elle choisit de faire sa vie à Lyon. Les débuts sont un peu difficiles et puis tout s’accélère soudain sur un air de panique. Andrea apprend le français qu’elle parle aujourd’hui avec aisance derrière son accent qui chante l’Amérique du Sud, elle crée de nouveaux bijoux, elle donne naissance à un petit Antoine, elle met en place son projet professionnel et elle remporte le concours Talents de mode 2012, organisé par le Village des Créateurs. Cette victoire est un tremplin dans sa carrière. Elle dispose pendant deux ans d’une boutique au passage Thiaffait, ce qui lui permet d’avoir un contact direct avec sa clientèle. « J’étais vraiment très surprise de remporter ce concours. Grâce à lui, j’ai pu évoluer très vite professionnellement. Je continuais à fabriquer mes bijoux dans mon garage et je disposais d’un espace de vente. Là, je pouvais rencontrer des professionnels, bénéficier de conseils et échanger avec des créateurs. Ce métier implique d’assumer de multiples tâches. Et même si tout cela reste fragile, je me sens de plus en plus à l’aise. Entre la création, la production, la vente, les expositions, les salons, les galeries… Ça ne s’arrête jamais ! » À l’instar de ses bijoux, Andrea Vaggione est en perpétuel mouvement. Tandis que les idées bouillonnent dans son esprit, ses mains façonnent des plaques d’argent et de laiton et, munies d’outils pour assembler, emboutir, chauffer, couper, souder, scier, marteler, pincer, polir, satiner, elles les transforment en bagues, colliers, broches, bracelets, boucles

Montage Marquant 2016.indd 14

© Andrea Vaggione

« J’aime beaucoup la nature et je ne me sens pas en accord avec tout le mal qu’on lui fait, avec toutes ces manipulations chimiques et physiques qui la détruisent. En créant mes bijoux, je veux faire passer ce message qui me tient à cœur. » C’est ainsi qu’Andrea Vaggione fabrique des pétales de fleurs, au milieu desquels elle glisse une autre corolle, plus étrange, comme dénaturée par l’effet des pesticides. Monté sur un anneau, l’ensemble formera une bague unique et originale, raffinée et sans excentricité. Un peu plus loin, dans le garage qui lui sert d’atelier, une broche en laiton se referme sur une petite boule de verre. Andrea a ici imaginé la terre et ses racines d’argent, de fines chainettes souples qui s’échappent de cette sphère transparente. « Les bijoux que je crée sont mobiles et ludiques. Les gens s’approprient davantage un objet qui bouge, ils ont envie de le toucher, de le manipuler, de le transformer. » Originaire d’Argentine, Andrea Vaggione a suivi des études de designer avant de débuter dans les métiers du graphisme. « Mais il me manquait la passion ! » Le hasard des rencontres, sa sensualité artistique, son désir de liberté et son caractère affirmé la conduisent alors De 50 € à 400 € www.andreavaggione.com

d’oreilles. Ses doigts de fée s’activent autour de ces petites pièces et, comme par magie, donnent naissance à un bijou. Un objet rare qui découle d’une profonde réflexion et affiche à la fois sa singularité et sa sobriété. La broche est l’élément phare de la collection : « élégant et délicat, c’est un bijou qui recèle une grande force. » Subtils et épurés, ses petits chefs-d’œuvre plaisent beaucoup aux hommes. Une surprise pour Andrea, qui s’étonne toujours de voir cette clientèle un peu timide franchir les portes de sa boutique. Une séduction peut-être due au fait que ses créations ne suivent pas la mode et sont intemporelles. Ses œuvres sont vendues lors d’expositions ou de salons à de nombreux clients étrangers. « Ils les achètent comme des objets d’art. Les Français, eux, préfèrent le bijou classique. » Sans doute ont-ils juste besoin d’un peu de temps pour succomber au charme de ces parures qui annoncent le printemps de la vie.

11/05/16 11:30


(1) Exemple de Location Longue Durée Mazda Finance sur 48 mois et 40 000 km pour un Mazda CX-3 Élégance 2.0 SKYACTIV-G 120ch 4x2 (sans peinture métal./ sans CG) au prix client de 20 650€ TTC, comprenant l’entretien(2). Restitution du véhicule en fin de contrat avec paiement des frais de remise en état standard et des kilométrages supplémentaires. (2) Hors pneumatiques, voir conditions et exclusions sur www.mazda.fr Offre non cumulable réservée aux particuliers, valable jusqu’au 30/06/2016, sous réserve d’acceptation par CA Consumer Finance sous la marque MAZDA finance, SA au capital de 460 157 919 euros - rue du Bois Sauvage - 91 038 Evry Cedex, RCS Evry 542 097 522. Intermédiaire d’assurance inscrit sous le N° ORIAS : 07008079 (www.orias.fr). Vous ne disposez pas d’un droit de rétractation. Modèle présenté (tarif 63/15 du 15/04/2015) : Nouveau Mazda CX-3 Sélection 4x2 2.0L SKYACTIV-G 120 ch BVM6 : 25 400€ TTC incluant l’option peinture Soul Red métallisée (650€), loyer de 350,87€ TTC/mois (entretien inclus(2)). Gamme Nouveau Mazda CX-3 : consommations mixtes (L/100 km) : de 4 à 6,4 – Émissions de CO2 (g/km) : de 105 à 150. Mazda Automobiles France, 34 rue de la Croix de Fer – 78100 Saint Germain-en-Laye, SAS au capital de 304 898€ - RCS Versailles 434 455 960.


Marques d’orfèvre

La joaillerie dans tous ses états

mode & beauté

13 Février redonne vie aux antiquités L’une est avocate, l’autre chargée de communication. En 2012, deux sœurs lyonnaises, Nathalie Dumas-Marze et Caroline Besson, passionnées de design et de décoration, créent 13 février, un concept de création de bijoux à partir de vieux objets (chapelets, numéros de chambres d’hôtel etc.) pour femmes et enfants. L’entreprise tire son nom de la date de naissance de la fille de l’une des deux fondatrices. Pour l’heure, la marque de bijoux « rétro-tendance made in France » compte une cinquantaine de références. Ces œuvres originales, oscillant entre 20 € et 120 €, sont conçues à partir « de pièces chinées lors de vide-greniers, brocantes, voyages, puces parisiennes et lyonnaises. La source d’inspiration de ces collections aux séries limitées est partout : elle s’écrit en musique, au gré des expos, des lectures… »

© Florie Berger

www.13fevrier.com

VeryMojo habille vos poignets

© Zeina Alliances

2, rue Auguste Comte – Lyon 2e www.zeina-alliances.com

16-17

www.verymojo.com

Septembre 2015 : Zeina alliances ouvre enfin sa boutique à Lyon ! Le spécialiste de la bague de fiançailles et de l’alliance « made in France » impose son savoir-faire depuis 1985. En 2009, il inaugurait son premier concept-store dédié à la bijouterie de mariage place de la Madeleine, à Paris, ainsi que son activité de vente en ligne sur internet. Autre singularité, Zeina alliances propose un service d’essais à domicile : jusqu’à 6 bijoux peuvent vous être expédiés avec un baguier permettant de mesurer la taille de votre annulaire au millimètre près. Entre-temps, une 5e boutique a vu le jour à Strasbourg.

© Very Mojo

En mars 2015, la Lyonnaise Agathe Martin créait sa marque de montres pour femmes. Deux mois plus tard naissait la boutique en ligne. La collection « Feel good », composée de 8 modèles différents (Paris mon amour, Cocktails, Girl power, Whatever, Limited Edition, Glamour Time, Make Today, Ps I love you), affiche un tarif unique de 99 €. « VeryMojo, c’est avant tout une marque féminine empreinte de créativité et de personnalité. Un univers qui se caractérise à travers une collection de montres tendances et iconiques alliant les coloris punchy, le sens du détail et des messages positifs, amusants et plein d’amour imprimés dans les cadrans ». Une version anglaise du site est également disponible et la livraison des commandes est déjà possible à l’international vers 34 destinations.

Zeina alliances, la perfection pour le Jour J

Montage Marquant 2016.indd 16

11/05/16 14:52


Marques d’orfèvre

La joaillerie dans tous ses états

mode & beauté

Les créations d’Ozé Bijoux

révèlent vos plus beaux atouts

www.oze-bijoux.com

© Zeina Alliances

Marie Koné avait 11 ans tout juste quand le virus de la création de bijoux l’a piquée. Cette passion ne l’a pas quittée et a donné lieu, en mai 2013, à la naissance d’Ozé Bijoux. La jeune femme a suivi des études d’arts appliqués pour affûter son regard, apprendre à construire une collection et analyser les tendances, et réalisé des stages pour se frotter à la relation clients et fournisseurs. Depuis un an, la créatrice s’est orientée vers les accessoires de mariage. Le site internet sert de vitrine à son savoir-faire et permet aussi de passer commande. « Mais je me déplace pour rencontrer la cliente, comprendre ses envies, faire des essayages robeaccessoires… », ajoute Marie Koné. La créatrice travaille beaucoup les perles de culture et les strass en cristal de Swarovski, associés à de la dentelle, de la guipure, du tulle, des rubans. « Je suis influencée par l’art déco et l’art nouveau. Pour les mariages, les tons blanc et ivoire restent de mise », détaille-t-elle. Le temps de travail important, des décors et broderies personnalisés et réalisés à la main, le conseil impactent forcément le prix. « Il faut compter 75 € environ pour un headband », précise Marie Koné. Elle a donc eu l’idée de lancer une collection à prix abordable. Baptisée O Point Z, cette collection propose des produits à partir de 9 €. Pour ce tarif, la personnalisation n’est pas possible. « Je m’approvisionne en petites séries, en éléments pré-brodés et je réalise le montage. La cliente peut donc s’offrir, pour un budget maîtrisé, un accessoire de qualité et disponible rapidement », souligne l’artiste. Après la période des mariages, Marie Koné compte développer de nouveaux modèles de bijoux raffinés pour la collection Arrow. Une ligne de colliers, boucles d’oreille et bracelets où les racines africaines de la créatrice peuvent davantage s’exprimer à travers les couleurs et les formes proposées.

© Ozé Bijoux

Délicatesse et finesse caractérisent les créations personnalisées de Marie Koné.

Montage Marquant 2016.indd 17

11/05/16 11:30


Marketing

L e s a c c e s s o i r e s q u i fo n t l a d i f fé r e n c e

Mode & beauté

FAITES-VOUS UNE TÊTE À CHAPEAUX AVEC L’ATELIER CHAPOTIS

Il fut un temps où sortir sans un couvre-chef était inconcevable, aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Ensuite, les chapeaux paraissaient ne pouvoir trôner que sur les têtes des grands de ce monde. Mais depuis quelques années, l’accessoire est revenu à la mode. Un retour en grâce de bon ton, tant le chapeau peut sublimer une tenue et affirmer une personnalité. Avoir ou pas une tête à chapeau ? Tout le monde s’est un jour posé la question. Choisir un chapeau, c’est comme choisir n’importe quel vêtement ou accessoire. Il faut trouver le modèle adapté à sa morphologie, à son style, à son humeur… Un exercice pas toujours simple pour lequel les conseils d’un professionnel s’avèrent précieux. « La forme du visage, la couleur du vêtement, la coiffure vont déterminer le type de chapeau à privilégier », affirme Véronique Bahuaud. Dans son atelier-boutique de la Croix-Rousse, où elle est installée depuis 2001, Véronique Bahuaud reçoit des dizaines de clients qui lui confient leur tête en toute confiance. Y compris pour le plus grand jour de leur vie. La créatrice est, en effet, reconnue pour ses coiffes de mariage. « J’aime beaucoup travailler la transparence et je propose des couleurs sur-mesure pour que l’œuvre soit réellement unique et personnalisée », explique-t-elle. Entre 3 et 4 heures de travail sont nécessaires pour réaliser à la main une coiffe de mariage vendue un peu moins de 200 €. Pour un budget inférieur, d’environ 80 €, Véronique Bahuaud conçoit des bijoux de cheveux du plus bel effet pour rehausser et parfaire une tenue.

Montage Marquant 2016.indd 18

© DR

18-19

UN PARCOURS EXCEPTIONNEL Depuis toujours, Véronique Bahuaud travaille pour les plus grands noms de la haute couture. Dans les années 1980, cette Nantaise d’origine est première d’atelier de la Maison Jorge Foucher, dans sa ville natale, puis engage un tour du monde pour nourrir son inspiration. Revenue en France, elle devient modiste pour les ateliers Rodolphe & Simon, une maison de création de chapeaux, avant de tenter une nouvelle aventure. C’est à Lyon, au milieu des années 1990, qu’elle lance sa propre marque avec L’Atelier Chapotis. Aujourd’hui, la belle histoire se poursuit dans l’ancien atelier de canut qu’elle a reconverti et où elle exerce depuis 2001.

© Atelier Chapotis

Véronique Bahuaud a des doigts de fée. Une maîtrise parfaite des techniques de chapellerie conjuguée à un talent de modistecoloriste qui lui permettent de donner naissance à des créations uniques et sur-mesure. Plongée dans l’antre croix-roussien de l’Atelier Chapotis.

Une collection hiver et une collection printemps/été, déclinées pour les femmes et pour les hommes, rythment également l’année au sein de l’atelier. Côté hommes, la paille reste un incontournable pour l’été, tandis que le feutre se prête bien aux rudesses de l’hiver. Panama, Borsalino ou encore canotier, à chacun sa préférence. Pour surprendre, Véronique Bahuaud ose d’audacieux mélanges de matières ou n’hésite pas à afficher la couleur ou les imprimés, là où le noir et le crème règnent d’habitude en maître. « Pour les femmes, une petite cloche style années 1920 me permet d’être plus inventive dans les motifs et les couleurs. Pour les beaux jours, j’apprécie le bandeau à l’allure vintage », indique-t-elle. Dernier élément du chapeau, et pas des moindres : le galon, qui peut donner à lui seul la touche d’originalité. Parce qu’elle aime partager et transmettre, Véronique Bahuaud organise des ateliers créatifs pour confectionner soi-même son chapeau. Une offre bien dans la tendance du Do It Yourself, qui rencontre un certain succès. « J’accueille 4 à 5 personnes, le dimanche ou le lundi. Ces ‘apprentis’ vont créer leur chapeau et l’embellir de plumes, de boutons, de tissus, selon leurs envies et leurs goûts. Pendant l’atelier, nous fabriquons aussi un bijou de cheveux », détaille la créatrice. Pour participer à un atelier, compter 100 € par personne, matières comprises. S’il fallait encore apporter la preuve du savoir-faire de Véronique Bahuaud, on pourrait souligner qu’elle collabore avec des maisons de prêt-à-porter et de haute couture. Par exemple, la styliste Agnès b lui confie depuis 15 ans la conception et la production de ses chapeaux couture. Une manière pour la Lyonnaise de faire voyager ses bibis haut de gamme dans le monde entier.

11/05/16 11:31


Marketing

L e s a c c e s s o i r e s q u i fo n t l a d i f fé r e n c e

mode & beauté

Olinwood,

accessoire chic et responsable Une paire de lunettes de soleil en bois, repérée à Sidney sur la tête d’un vacancier, tape dans l’œil de Maxime Varvier. Nous sommes en 2011.

© Olinwood

De retour de son périple, le Lyonnais fait le tri dans ses photos souvenirs et tombe sur la scène qu’il avait pris soin d’immortaliser avec son smartphone. C’est décidé, il lui faut ces lunettes. Après plusieurs minutes passées sur internet, il se rend compte que le produit est absent du marché. « Je me souviens n’avoir trouvé aucun résultat », s’étonne-t-il. Sans le savoir, l’aventure Olinwood commence pour ce jeune homme de 33 ans, plutôt taillé pour le rugby (qu’il a pratiqué en semiprofessionnel au LOU) que pour l’entreprenariat. Et pourtant. Du genre obstiné, Maxime tente sa chance. Il reprend contact avec un ancien camarade backpacker chinois rencontré à Melbourne, et apprend que ce dernier vit à proximité d’une usine travaillant le bambou. Tout s’accélère lorsqu’on lui demande de fournir les esquisses de ses premiers prototypes : « Je n’avais même pas encore pensé à un nom pour la marque, ni même touché aux logiciels de dessin professionnel. » L’entreprise s’appellera Olinwood, le nom de domaine All in wood (« tout en bois ») étant déjà pris. Quatre modèles voient rapidement le jour, inspirés de grandes marques pour certains. « Je ne souhaitais pas travailler un produit de luxe, le marché est déjà saturé. Je voulais surtout créer un achat coup de cœur, d’où le prix relativement abordable », explique-t-il. Un proche de Maxime s’occupe du logo, un autre du site internet, qui déboule sur la toile en décembre 2014. Le hasard fait le reste. Du rappeur Soprano, séduit par leur style, en passant par Julian Savea, ailier des All Blacks et fidèle de la marque, Olinwood sort désormais en tête des recherches sur Google Shopping. De 49 € à 74 € www.olinwood.fr

Valôme, le luxe autrement « Comment rendre à nos clients, ainsi qu’à ceux qui ont contribué au développement du projet, tout ce qui a été investi jusqu’ici ? »

Montage Marquant 2016.indd 19

stratégie à développer. Chacune des nouvelles créations est soumise à la clientèle avant le lancement de la production. Harold sait qu’en entretenant un échange permanent avec ceux qui le suivent, il ne peut que développer la confiance qu’il souhaite insuffler à sa marque. A terme, l’entrepreneur lyonnais souhaite ouvrir son enseigne à l’international. Convaincre des actionnaires du monde entier pour gagner en diversité et jouir de nouveaux profils. « Pour l’heure, une vingtaine de personnes me suivent. Mais j’ai envie de plus encore. De créer l’effervescence nécessaire jusqu’à en faire l’identité même de Valôme. » © Valôme

C’est la question sur laquelle Harold Mottin se penche avant d’envisager l’option du financement participatif pour Valôme, l’enseigne de maroquinerie de luxe qu’il lance fin 2015. L’idée est simple. En achetant un sac à dos, un portecartes ou une pochette de la marque, il est possible de bloquer une partie du prix d’achat pour prendre part au capital de l’entreprise et contribuer à son rayonnement économique. Un pari risqué, qui rompt avec les codes de l’univers du luxe, que le jeune entrepreneur décide tout de même de prendre. « C’est ma façon d’inviter les clients à participer à l’aventure et les amener à penser le luxe autrement. » Inciter les futurs acheteurs à devenir acteurs de la marque et offrir une transparence totale, tels sont les axes sur lesquels Harold entend faire la différence. « Aujourd’hui, les gens qui achètent souhaitent comprendre, recherchent des valeurs. » Ce qui explique pourquoi les décisions sont prises avec le consentement du client, aussi bien au niveau des produits que sur la

De 59 € à 590 € www.valome.fr

11/05/16 11:31


Marketing

L e s a c c e s s o i r e s q u i fo n t l a d i f fé r e n c e

mode & beauté

Des écharpes qui créent du lien Objets fétiches et accessoires de mode, les foulards Anna & Co, conçus par Annie Yahi, se boutonnent entre eux. Ces produits affectifs sont fabriqués à Saint-Genis-Laval.

© Anna & Co

« J’avais envie de faire un produit qui ait du sens et qui trouve sa place dans la vie des gens », explique Annie Yahi. Cette Parisienne, restauratrice de cadres anciens, migre à Bordeaux avec l’idée de créer un produit qui mêle la couleur et la matière et qui transmette un message. Elle imagine ainsi des foulards qui se boutonnent entre eux, pouvant s’assortir et s’assembler en se mêlant les uns aux autres. « C’est un produit qui procure une grande liberté et qui ne s’oublie pas. » La première production est fabriquée dans un voile de laine et de soie, à la fois chaud et léger. Les 12 boutons sont en nacre naturelle teintée et assortis aux couleurs des écharpes. Le 13e est plus petit et noir. « Il est le symbole de cette singularité. » Très attentive au savoir faire français et à l’excellence de la qualité, la créatrice choisit l’entreprise Malfroy et Million, située à Saint-Genis-Laval, pour fabriquer ce produit original et personnel. Créateur de soieries, tissus et écharpes, le fabricant lyonnais réalise, en éditions limitées, les 17 références de ces écharpes qui se partagent avec ceux que l’on aime. http://anna-and-co.fr

Moderaphia, la fibre de l’entrepreneuriat Fibre souple, robuste et naturelle, le raphia est utilisé dans de nombreux pays comme matériau de base pour fabriquer des paniers, mais aussi de multiples objets du quotidien. L’envie de lui redonner ses lettres de noblesse pousse Lucia Rakotoharisoa à imaginer des accessoires à porter en ville : « J’avais envie d’exploiter cette matière tout en l’adaptant aux goûts des Européens », souligne cette originaire de Madagascar. Résultat, une gamme de sacs à main et de cabas fabriquée en petites séries (pas plus de 10 pièces par modèle), doublés de tissus chatoyants, dans lesquels se mêlent élégamment de fins liens de cuir de zébu - du pays - et des fils de soie, également issus de l’Île Rouge. Un ensemble à l’allure ultra citadine, dont les couleurs vives et résistantes à l’eau sont créées à partir de plantes ou de substances chimiques classées eco-friendly par le cabinet allemand Bruno Ludewig Farbstoffe. Le tout imitant à la perfection le cuir tressé, la souplesse en plus. « Tout est fait à la main. Il faut 3 jours de travail aux filles de l’atelier pour assembler un petit sac », poursuit la créatrice, qui fait réaliser l’ensemble de ses ouvrages sur place et garantit l’origine et la traçabilité des matières. L’atelier permet non seulement de faire vivre toute une filière mais « permet à des jeunes déscolarisées d’apprendre un métier et de se réinsérer dans la société », explique cette ancienne professeure d’anglais. Installée à Lyon depuis septembre 2015, Lucia commercialise ses créations sur son site de vente en ligne et les vend régulièrement dans quelques boutiques à Paris et sur des salons. Si elle imagine un jour intégrer le Village des Créateurs, elle s’attache surtout à consolider ses liens avec son atelier pour faire grossir sa production.

Montage Marquant 2016.indd 20

© Moderaphia

20-21

Lucia Rakotoharisoa remet le raphia au goût du jour avec une ligne de sacs et cabas contemporains, fabriqués dans son atelier de Madagascar.

A partir de 75 € • www.moderaphia.com

11/05/16 11:31


Marketing

mode & beauté

L e s a c c e s s o i r e s q u i fo n t l a d i f fé r e n c e

Pas de Printemps pour Marnie,

le petit supplément d’âme

Après 30 ans passés dans la vente haut de gamme (Chanel, Maison Jourdan, Patrick Cox), Denis connaît bien son produit. Le discours du gérant de Pas de printemps pour Marnie, offert en guise d’introduction, est donc on ne peut plus rôdé. L’homme, quant à lui, se décrit comme « quelqu’un d’atypique ». Ce à quoi on ajoutera vif, sensible et profond. Parce que si l’on entre dans la boutique de Denis par hasard, on y reviendra forcément pour une raison ou pour une autre. Justifiée ou non. D’ailleurs, Denis s’en moque. Ce qui compte pour lui c’est l’échange, le partage et le conseil client. Bien plus que l’acte d’achat. « Il faut absolument privilégier l’humain, pas le tiroir-caisse. » Se retrouver dans sa boutique pour une paire de chaussures et en ressortir finalement avec l’adresse d’une bonne table à Lyon n’est pas chose rare. « Des clients du Maroc que j’ai chaussés il y a 3 mois sont revenus hier me déposer des pâtisseries pour saluer mon travail. C’est ça ma vie, et je l’adore. Parce que je permets aussi le droit de rêver, même pour les clientes qui n’ont pas forcément les moyens mais que j’invite toujours à entrer et essayer. » A 52 ans, l’œil de Denis pétille comme au premier jour. Et c’est ce qui fait toute la force de l’homme de passion qu’il incarne. Entretenir un regard frais et amusé sur les choses de la vie, avec cette simplicité qui le caractérise. « Revenez me voir, mais ne m’en voulez pas si j’oublie votre prénom. J’oublie les prénoms de mes meilleures clientes vous savez, elles ont l’habitude. » C’est un peu pour ça aussi qu’on retourne chez Denis.

Montage Marquant 2016.indd 21

© DR

YSL, Jimmy Choo, Giuseppe Zanotti… Ici c’est un peu le paradis de la chaussure de luxe. Avec, en prime, une expérience d’achat unique.

12, rue Gasparin - Lyon 2e

11/05/16 17:51


Remarqué(e)

Le plus beau/la plus belle pour aller danser

Mode & beauté

MON SHOPPING BEAUTÉ

Que l’on se rassure les filles : le nouveau millésime maquillage est easy ! Nul besoin de ressortir toute la panoplie beauté que l’on aura pris soin d’étoffer tout au long de ces dernières années. 2016 signe un retour aux basiques : du nude, du pastel et quelques influences sorties tout droit des 90’s. Focus sur les 5 tendances incontournables de cet été.

1> Rouge pimpant sur peau nude

2> Le strobing Le contouring est mort, vive le strobing ! La nouvelle mode rend hommage au fond de teint, qui fête ses 100 ans cette année. Visage glowy, traits sculptés... c’est LA technique ultra tendance du moment, parfaite pour les beaux jours. Débutantes, pas de panique : il n’y a qu’à suivre le guide.

On l’a dit et répété : la bouche ou les yeux, mais surtout pas les deux. Préparez-vous à respecter cette règle à la lettre avec un look totalement nude, qui laisse le champ libre aux lèvres pulpeuses. Côté couleurs, c’est rouge carmin ou joli bordeaux. Et oui, la bouche dark, ça fonctionne aussi l’été.

1) À l’aide d’un highlighter crème, on tapote avec le doigt sur quelques points stratégiques du visage, où la lumière accroche : au-dessus du sourcil, sur les pommettes, le menton et la ligne du nez. Water-based pure luminizer, So Susan - 31 €

3 > Ongles pastels

© O.P.I.

© Essie

Worth the Wait rose-corail, Essie - 11,90 €

© Carlance

Spare Me a French Quarter ? O.P.I. - 13 €

© Yves Saint Laurent

Ces dernières saisons, les nuances pastel disparaissaient au profit du color-block. Voilà qu’elles refont leur apparition. Cet été, le vernis se fait discret. Mais qui dit discret ne veut pas dire transparent. On oublie les teintes flashy, ce qui ne nous empêche pas de miser sur la couleur.

© M.A.C.

2) Pour fixer l’highlighter et l’intensifier, on dépose un soupçon de poudre illuminatrice au pinceau sur les mêmes zones. Poudre Skinfinish in extra dimension, M.A.C. - 34 €

Collection exclusive by Laetitia, L’Oréal 13,50 €

© Clarins

© Dr Pierre Ricaud

© L’Oréal

© So Susan

Rouge Coquelicot, Dr Pierre Ricaud 10,90 € Ombre Minérale, Clarins - 23 €

3) À l’aide d’un enlumineur, on ajoute des petits points de lumière sur le haut des pommettes, sous la courbe du sourcil, dans le coin interne de l’œil, sur le bout du nez et au centre de la lèvre supérieure. Touche Eclat, Yves Saint Laurent - 35 €

5 > Cils XXL

Kit semi-permanent EasyLAQ, Carlance - 81,20 €

L’explosion du look nude fait la part belle aux cils, autres superstars des catwalks. Savamment utilisés pour mettre en valeur et agrandir le regard, ils n’ont jamais été aussi longs, aussi volumineux, aussi outrageusement séduisants. Pensez ! Ils passent même au rouge chez Giorgio Armani.

4 > Bleu céleste

Eyes to Kill Excess, Giorgio Armani 35,90 €

Cette année, le combat fait rage entre le visage rose poupée empreint de pureté, vu chez Dior, ou le regard bleu métallique, qui affirme notamment sa singularité chez Boss. Le regard pop tranche radicalement avec le smoky eyes tradi et donne un coup de fouet immédiat au regard.

Velvet Noir mascara volume spectaculaire, Marc Jacobs Beauty - 27,50 €

Crayon révélateur de sourcils, Studio Harcourt - 22,50 €

© Marc Jacobs

Contour Clubbing Waterproof Dynamint, Bourgeois - 8,5 €

© Giorgio Armani

Khôl Kajal, Physicians Formula 16,90 € le trio

© Physicians Formula

22-23

© Make Up Forever

Artist Shadow bleu layette, Make Up Forever - 22 €

© Studio Harcourt

© Bourgeois

Montage Marquant 2016.indd 22

11/05/16 11:33


Remarqué(e)

Le plus beau/la plus belle pour aller danser

mode & beauté

Boudoir du Style : e l’esprit boudoir version XXI siècle

Au cœur de la presqu’île lyonnaise agitée, direction le 2e étage d’un immeuble bourgeois. Là, un cocon rose, empli de douceur et de féminité, de bijoux sélectionnés, de produits adaptés et de quelques pièces de mode savamment débusquées, appelle immédiatement à la sérénité. L’accueil et le sourire flamboyant de Nathalie Khatir font le reste. Bienvenue au Boudoir du Style ! Avant de démarrer, Nathalie propose la plupart du temps un test de colorimétrie (ou drapping), une technique d’analyse des couleurs adaptée à chaque visage qu’elle a apprise lors de sa formation à l’Ecole supérieure de relooking de Paris. « Il y a des couleurs froides et des couleurs chaudes. Avec le drapping, on se rend compte de ce qui nous met en valeur, loin des idées préconçues sur la coordination avec la couleur des yeux par exemple », souligne l’entrepreneure qui, après un Master en communication et quelques années passées à travailler dans l’événementiel, le marketing et la publicité, a pris le virage de la beauté, de la cosmétique et de l’image. La colorimétrie s’adapte à tout : la mise en beauté par le maquillage, mais aussi au style vestimentaire et à l’image de soi en général. « Il ne s’agit pas d’exclure les couleurs que l’on aime mais bien de se regarder autrement », poursuit-elle.

Le Boudoir version beauté

23, rue Childebert - Lyon 2e www.boudoirdustyle.com

Le Boudoir version style L’autre atout de Nathalie, c’est le regard bienveillant qu’elle pose sur les femmes. « Elles sont toutes belles, il leur suffit juste d’apprendre les codes de la beauté et du style pour améliorer leur apparence. À travers elles, les femmes recherchent une forme d’épanouissement », estime celle qui reçoit des demoiselles de tous horizons, « avec comme point commun une étape déterminante dans leur vie privée ou professionnelle ». Toujours sur la base de la colorimétrie, complétée par une analyse morphologique, Nathalie réalise une étude de style personnalisée (forfait style 2 h), qui peut être complétée par une séance de shopping de 4 h, toujours sur-mesure, et/ou par l’original « forfait dressing ». Attention toutefois : cette opération ne vise pas à « tout rejeter en bloc, mais bien à faire le tri de sa garde-robe pour mettre en lumière les pièces qui mettent sa propriétaire en valeur, tout en évaluant ce qui manque pour compléter son style. »

Un espace d’échanges Sur le vaste canapé qui sert de lien entre tous ces espaces, autour d’un café et de gourmandises – comme on le faisait à l’époque de la Régence – « les femmes échangent, se détendent et partagent de réels moments d’intimité avec leurs amis », explique Nathalie qui organise, à côté de ses ateliers beauté et style, des afterwork intimistes, des formations sur-mesure et des enterrements de vie de jeunes filles, toujours ludiques et orientés sur l’estime de soi. « Ici, le maitre mot est d’être à l’écoute, de soi comme des autres », conclut Nathalie. Et si Lyon n’est pas accessible à toutes, le Boudoir du Style prodigue désormais ses conseils en ligne et à distance. À l’écoute, toujours.

© DR

Direction l’espace maquillage pour un atelier beauté, seule ou entre copines, pour apprendre à valoriser son teint ou ses yeux mais aussi trier sa trousse de maquillage pour se concentrer sur les « indispensables » à posséder. Nathalie, également diplômée de l’école d’esthétique parisienne Elysée Marbeuf, excelle dans les conseils et les cours d’auto-maquillage. « S’exercer sous le regard d’une professionnelle pour bien intégrer toutes les étapes d’un maquillage complet, naturel et facile à reproduire au quotidien permet par la suite de gagner beaucoup de temps », analyse la conseillère. Toujours sur la base de conseils personnalisés, la beauté se décline sur le choix des bons produits, la restructuration des sourcils et le rehaussement des cils. Nathalie vient également de se former à l’analyse morphologique du visage pour déterminer la coupe et/ou la couleur qui s’adapte le mieux à son visage et à son allure. Résultat : une planche de style coiffure pour aiguiller, en toute simplicité, son coiffeur.

© Etienne Ruggeri

Ni institut de beauté, ni concept-store, le Boudoir du Style mêle, pêle-mêle, look, mode, beauté, gourmandises et bavardages. Imaginé par Nathalie Khatir, conseillère en style et beauté, ce véritable cocon s’impose à toutes celles qui veulent se (re)trouver.

Montage Marquant 2016.indd 23

11/05/16 11:33


Remarqué(e)

Le plus beau/la plus belle pour aller danser

mode & beauté

Le bar à coiffures, chic et éco Rapide, éclectique, inventif et bon marché, le bar à coiffures vous offre une nouvelle tête en un temps record. La première boutique dédiée a vu le jour il y a quelques années à Paris. Aujourd’hui, les bars à coiffures fleurissent un peu partout dans l’Hexagone. Que vous soyez une working girl, une femme pressée, une adepte du cocooning ou une future mariée, ce concept est fait pour vous. Les « bars à... » (beauté, coiffures, brushings, ongles etc.) ont été imaginé pour prendre soin de soi sans perdre du temps, entre deux rendez-vous. Attention : dans ces lieux, pas de cocktails ou de bières pression, mais plutôt des experts véloces, à même de faire des merveilles en moins d’une demi-heure. Que réalise-t-on exactement dans un bar à coiffures ? En 15 mn environ, que vous ayez des cheveux courts (si, si, une mise en forme est possible) ou longs, vous pouvez changer de style avec une coiffure singulière : une tresse épi, torsadée, une couronne de tresses, des boucles de princesse, la choucroute d’Amy Winehouse ou encore un chignon romantique... Pour autant, quelques « règles » sont à respecter pour optimiser votre coiffure. Il faut avoir lavé ses cheveux la veille, les avoir détachés et démêlés avant le rendez-vous. Dernier conseil, il est préférable de ne pas utiliser de produits qui alourdissent le cheveu, comme le spray texturisant ou l’huile nutritive… Qu’attendez-vous ?

© DR

Le Be Design. Le lieu, qui abrite également un bar à beauté, a ouvert ses portes en 2013. Le créateur, Sébastien Sanchez, est un champion du chignon, mais de nombreuses coiffures sont aussi au catalogue. Petit plus : des tablettes sont mises à disposition afin de consulter internet. 15 à 35 € pour un chignon, 18 € le maquillage et 15 € la manucure. 9, rue du Plat - Lyon 2e • www.bedesignconcept.fr

La barbe reprend du poil de la bête Sans perdre sa virilité, l’homme assume désormais son besoin de plaire et de prendre soin de lui. Graou.

24-25

Penché sur le visage d’une victime consentante, le professionnel observe sa morphologie, touche et analyse sa pilosité. Puis il se met au travail. Avec patience et dextérité, il manipule rasoir, tondeuse, ciseaux, brosses et peignes pour retravailler la longueur, l’épaisseur et la forme de sa barbe. Quand il ne sculpte pas un bouc ou une moustache. Coupe-chou, blaireau, serviteur… Autant de termes obsolètes qui resurgissent dans la bouche de professionnels comme sortis d’une autre époque : les barbiers coiffeurs. Depuis quelques années, les salons spécialisés poussent comme des champignons à Lyon. Finie l’époque des visages glabres : en 2016, la barbe a la cote. Elle est même devenue l’un des accessoires préférés des 25-45 ans. Pour s’en convaincre, il suffit de feuilleter les magazines ou simplement jeter un coup d’œil par la fenêtre : du banquier à l’avocat en passant par l’employé de bureau, tous arborent fièrement barbichette, collier ou rouflaquettes. Passer pour autant ½ heure à égaliser ses tempes et uniformiser son poil ? La barbe ! Confiez-vous donc aux bonnes mains des professionnels, qui se chargeront d’y remettre un peu d’ordre pour une somme oscillant entre 15 et 20 €. Un atout charme qui vous permettra d’imposer votre style tout en préservant une image soignée et entretenue. Car au-delà du passage chez le barber, la démarche ouvre une toute autre dimension. Elle n’englobe plus seulement la notion de nécessité, mais aussi et surtout l’envie de se détendre. De s’offrir un moment rien qu’à soi. En fait, c’est un peu comme aller chez l’esthéticienne. Mais après tout, qui a dit que la coquetterie n’était réservée qu’aux femmes ?

© Club 24

Le Baronet Noir, 31 rue Cuvier – Lyon 6e L’Atelier Vintage, 21 rue de la Part-Dieu – Lyon 3e Club 24, 24 rue Godefroy – Lyon 6e

Montage Marquant 2016.indd 24

11/05/16 11:33


LYON 5ÈME

Le rêve enfin accessible

3

VOTRE PIÈCES DE 78 m2

476 000€ À PARTIR DE

(1)

AU LIEU DE 503 000 €

Plus que quelques appartements au coeur d’un parc paysager de 3 hectares, privé et sécurisé. Gardien permanent et concierge sur place.

RENSEIGNEMENTS

07 78 70 00 35 www.vinci-immobilier.com

(1) Prix applicable sur le 3 pièces lot 4.101 de la résidence “Debrousse Parc“, hors stationnement. Dans la limite des stocks disponibles. VINCI Immobilier Promotion – RCS NANTERRE B 339 788 309 - SAS au capital de 4 938 000€ - SIRET 339 788 30900 385 - 8, rue Heyrault - 92100 Boulogne Billancourt. 05/2016. cardamone


SANTÉ BIEN-ÊTRE MARQUER UNE PAUSE BIEN-ÊTRE ET RELAXATION

TAILLE MARQUÉE MIEUX DANS SON CORPS… ET DANS SA TÊTE

MARQUER DES POINTS

26-27

AUTOMOBILES, LIFE STYLE ET CONCEPTS INNOVANTS

Montage Marquant 2016.indd 26

11/05/16 11:33


© G. Mourlevat - T.Buccino

Vivez un moment d’exception sur les toits de Lyon...

découvrez nos coffrets cadeaux sur la boutique en ligne

:

www.villaflorentine.secretbox.fr

25, montée Saint-Barthélémy • 69005 Lyon • 04 72 56 56 56 • www.villaflorentine.com


Santé & bien-être

Marquer une pause

Bien-être et relaxation

DE L’AIR ! Vous ne le savez peut-être pas, mais l’air que vous respirez à la maison peut être cinq fois plus pollué que l’air extérieur. Pourquoi ? Par quoi ? Comment y remédier ? Quelques astuces pour purifier son atmosphère. Un, deux, trois… Inspirez.

Une arme imparable : aérer, ventiler

28-29

Aérer, c’est ouvrir les fenêtres 10 mn matin et soir pour renouveler l’air. Une opération à renouveler après toute intervention de bricolage, ménage, ou même de cuisine. La ventilation arrive en complément de l’aération et passe par un système de ventilation mécanique contrôlée, appelé communément VMC. Ce dernier permet de renouveler l’air en permanence et donc de réduire le « brouillard » de pollution intérieure. Atmosphère, atmosphère.

Montage Marquant 2016.indd 28

DE LA NATURE… Une plante suffit pour dépolluer 10 m2. Et oui. Autre effet bénéfique : leurs feuilles fixent la poussière. La bioépuration est un terme générique qui signifie « purification par le vivant ». Des plantes dépolluantes peuvent être installées dans toutes les pièces de votre intérieur, y compris les chambres car elles produisent bien plus d’oxygène le jour qu’elles ne rejettent de gaz carbonique la nuit. Chlorophytum, ficus, lierre, sansevière, philodendron, gerbera sont les plus connues. Si rien ne remplace la limitation des sources de polluants et la ventilation régulière des pièces, n’oublions pas que les plantes restent nos plus précieuses alliés pour mieux respirer.

… À LA TECHNOLOGIE Respirer correctement, c’est dans l’air du temps. Aussi, pour un air intérieur plus sain, nombreux sont les fabricants qui nous insufflent un bon coup d’oxygène. À commencer par Aldes, créateur de la première solution connectée de purification d’air centralisée qui bat au rythme de la vie. Son nom : InspirAIR® Home. Le système purifie l’air et le libère de ses polluants, microbes, virus et allergènes, afin d’améliorer la qualité de vie de tous les occupants de maisons ou d’appartements. Toute première solution connectée, elle permet de suivre et d’agir sur la qualité de l’air directement depuis son smartphone. Autre entreprise innovante, Aykow développe un purificateur d’air qui élimine les polluants et allergènes en même temps que les odeurs et gaz nocifs dilués dans l’air. Basé sur une technologie brevetée de photocatalyse en lumière visible, Aube est un objet compact, connecté et silencieux, qui n’a même pas besoin de filtre. 100 % made in France. De son côté, Atlantic lance www.optimocosy.fr, un site rempli d’astuces et de conseils pour adopter les bons gestes. Quant à Tollens, il se démarque en créant une peinture dépolluante qui capte et élimine le formaldéhyde.

© Aldes

Nous passons 14 h par jour en moyenne à notre domicile, et l’air que nous respirons dans notre home sweet home est loin d’être sain. « Une étude menée par l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur de 2002 à 2005 a mis en évidence la présence de plus de 100 polluants dans l’air de notre maison, souligne Cécile Jouve, chef de produit chez Atlantic, entreprise spécialisée dans la ventilation. Ses travaux ont montré que les moisissures sont présentes dans 37 % des logements français, et que 100 % des logements sont pollués au formaldéhyde. Mais le premier corrupteur de notre habitation, c’est nous ! Par le simple fait de respirer, nous émettons du CO2, de l’humidité. Les animaux domestiques sont également porteurs d’allergènes. Et les autres polluants sont tous liés à notre quotidien et nos habitudes. Cuisine, tabagisme, bricolage… Autant d’activités qui ont un impact sur la qualité de l’air intérieur, sans que l’on s’en rende toujours compte. Il en va de même pour nos équipements, sans oublier les additifs que l’on trouve sur les meubles et les matériaux de décoration. » Ennemi public n°1, les composés organiques volatils (COV) sont issus des hydrocarbures et circulent dans nos maisons sous forme de gaz ou de vapeur. Invisibles, donc, mais pas inoffensifs pour autant. Les COV peuvent provoquer toute une série de tracas qui vont de l’irritation des muqueuses aux risques cancérigènes. Le plus méchant d’entre eux, le formaldéhyde, est doublement fiché : classé comme polluant « hautement prioritaire » par l’Observatoire de la qualité de l’air, et « cancérigène certain » par le Centre international de recherche sur le cancer. Il est dégagé par les panneaux de particules de bois aggloméré et les peintures avec solvant.

11/05/16 11:34


Marquer une pause

Bien-être et relaxation

J’ai testé pour vous... l’hypnothérapie

© Aldes

© DR

Et je peux désormais vous confirmer qu’elle est loin d’être une histoire à dormir debout !

Dr Jacques Fumex, gastro-entéro-hépatologue et hypnothérapeute 40 cours Gambetta, Lyon 7e - 06 72 80 01 21

Depuis des années, j’ai peur en avion. À chaque décollage, rebelote : les mains sont moites, le palpitant s’emballe et la tête imagine toute une série de catastrophes improbables… « Tu devrais essayer l’hypnothérapie, m’explique une amie. Ça a marché d’enfer quand j’ai voulu arrêter de fumer. » Longtemps considérée comme de la sorcellerie pure et dure, l’hypnose est aujourd’hui très à la mode à Lyon. « Probablement qu’il existe des mémoires émotionnelles très anciennes qui font que le corps dysfonctionne. Et c’est l’un des outils que l’on utilise pour arriver à arracher ces racines, » m’explique le Dr Jacques Fumex dans son cabinet du cours Gambetta. Voilà, j’ai franchi le pas. Au moyen de la méthode TIPI (technique d’identification des peurs inconscientes), l’hypnothérapeute va tenter de « guérir » le puzzle de sensations physiques que constituent mes émotions. « L’hypnose n’est pas une lutte, c’est une proposition. Je vais vous inciter à revivre le mal qui vous ronge. » Je ferme les yeux et, sur les indications du docteur, revis le déclencheur de mon angoisse : ce vol Paris-Hong Kong où, secouée par les turbulences, j’ai paniqué. Bourdonnement de l’avion, odeur de la pressurisation, réactions de mes compagnons d’infortune… Je visualise la scène comme si c’était hier. Tendue comme un arc, les paupières toujours closes, j’ai pour mission de décrire la réaction de mon corps et son évolution. Au bout de quelques minutes, je commence à relâcher la pression : les muscles se détendent, l’organisme revient à la normale. Une fois remise d’aplomb, j’ouvre les yeux pour contempler le docteur qui me sourit. « Voilà, c’est fini. » En 5 minutes ? « Vous savez, une seule séance peut parfois suffire à stopper le mal-être. » Une semaine plus tard, je m’envolais pour le Costa Rica. Croyez-le ou non, je me suis endormie dès le décollage.

Montage Marquant 2016.indd 29

11/05/16 11:34


santé & bien-être

Marquer une pause

Bien-être et relaxation

J’ai testé pour vous... la cure à l’eau de bouleau

© Evoleum

La sève de bouleau est réputée éliminer en profondeur les toxines accumulées durant l’hiver. C’est le printemps et, avec lui, ses envies de corps léger, de peau douce à faire dorer, de sorties au grand air et d’exercices physiques. Sauf que l’on s’extirpe souvent de l’hiver avec quelques kilos en trop et un manque évident de tonus. Bonne nouvelle : voilà maintenant qu’on nous parle d’une cure de sève de bouleau. Il n’en fallait pas plus pour susciter mon intérêt... et me retrouver face à mon pack de 15 canettes, issus de la gamme Limpija d’Evoleum. Le must m’a-t-on dit. Prélevée goutte à goutte au cœur des forêts finlandaises, la sève de bouleau (un des sept arbres sacrés des druides) y est récoltée en quantité limitée et dans le plus grand respect de l’arbre. En raison de son apparition éphémère, quelques jours avant la poussée des premiers bourgeons, Evoleum offre à l’internaute la possibilité de réserver sa cure en ligne plusieurs mois à l’avance. Plutôt utile pour être sure d’avoir son stock : la compétition fait rage sur internet.

35 € le pack de 15 canettes www.evoleum.fr

SleepCompanion,

Clarins,

votre précieux allié sommeil

pause détente en plein shopping Une main cramponnée à mes sacs Dior, Boss et Cosmo, l’autre entraînée par la poigne énergique de Lucas, 6 ans, surexcité de se retrouver au centre commercial. Ça fait 2 heures que ça dure. Ma tête tourbillonne et mes yeux n’y voient plus très clair. Coup de chaud. Envie de faire une pause. Soudain, je tombe sur Clarins, oasis salvatrice en cet instant de détresse. Qui eût cru que, derrière l’étal de produits cosmétiques, se cachait un véritable spa, préservé des nuisances sonores et de la folie environnante ? C’est décidé, je laisse Lucas aux bons soins de son paternel et zou, je prends mon aller simple pour le pays de la détente. Entre les mains d’une masseuse aux doigts de fée, je me laisse peu à peu glisser dans les bras de Morphée. Il faut vraiment y retourner ?

Créée en 2012 par deux Lyonnais, la start-up Holi s’est spécialisée dans l’intégration des technologies LED aux objets connectés, pour le bien-être et la maison. Après SmartLamp en 2013, qui synchronise lumière et musique grâce à un smartphone, sa deuxième innovation, SleepCompanion, est sortie en octobre 2015. Cette association d’une ampoule et d’une application mobile vise à améliorer votre sommeil. Tandis que cette dernière analyse les différentes phases d’assoupissement, l’ampoule combine 20 sources lumineuses différentes, à même de produire les longueurs d'ondes de lumière dont le corps a besoin. Disponible en ligne, vous pouvez aussi le trouver chez Boulanger, Darty ou encore Nature & Découvertes. SleepCompanion est aussi commercialisé en Allemagne et aux Etats-Unis.

© Clarins

© Holi

30-31

79 € www.holimotion.com

Montage Marquant 2016.indd 30

À elle seule, la canette recyclable en papier (issu du bois de bouleau of course) crie « detox ». Il faut dire que, consommée depuis le XVIe siècle en Europe du Nord, en Chine et au Japon, cette sève est universellement reconnue pour ses propriétés anti-infectieuses, anti-inflammatoires, anti-oxydantes et drainantes. Élément vivant, la sève est comme le vin : chaque millésime est unique. Le goût de la récolte 2016, pur et naturel, est agréablement rehaussé d’une note sucrée. En tout cas, elle est très facile à déguster et, surtout, apporte une réelle sensation de rafraîchissement et d’hydratation. Au fil des jours, on a comme l’impression d’effectuer un grand nettoyage intérieur. Une quinzaine plus tard, on sent effectivement que le corps a retrouvé du carburant. Il est conseillé de faire une cure de 2 à 3 semaines, à raison d’1 bouteille quotidienne de 250 ml. Alors au bouleau !

Soins à partir de 50 € Printemps (rez-de-chaussée), 34 rue de la République – Lyon 2e

11/05/16 11:34


Taille marquée Mieux dans son corps… et dans sa tête

santé & bien-être

J’ai testé pour vous… le yoga ashtanga

Un tapis de sol, une tenue confortable et des pieds-nus : il n’en faut pas plus pour pratiquer « ce yoga de l’énergie ». En piste. Suivent ensuite des positions debout, assises, en torsion et inversées. On doit tenir chaque mouvement pendant « 5 respirations » avant de passer au suivant. Dans les cours collectifs ou individuels, la professeure guide les élèves en annonçant le nom des postures en sanscrit. Et les corrige. Mais globalement, il n’y a que le bruit des respirations pour meubler le silence. 2 heures plus tard, la séance se termine par une série d’étirements et de méditation. Bras, abdominaux, cuisse, dos, cheville, pied, ventre (d’où la bonne idée de ne pas manger) ont été sollicités. Une pratique adaptée à ceux qui souhaitent se maintenir en forme tout en développant souplesse et équilibre. Dans l’idéal : deux fois par semaine et 15 mn de salutations chaque matin. Aline Ruiz, Coaching et cours individuels aline.ruiz35@gmail.com 06 87 94 59 40

© H. Palister

Basé sur l’enchaînement de postures rythmées par la respiration, le yoga ashtanga reste tonique tout en nécessitant une parfaite concentration. Pour les habitués, il se pratique le plus tôt possible, de préférence à jeun (ou 2 h après un repas léger) « pour purifier et éliminer parfaitement les toxines », m’explique en préambule Aline Ruiz, professeure diplômée. Autre consigne : ne pas boire d’eau pendant les exercices, mais 20 mn après la fin de la séance. Le cours est introduit par un mantra d’ouverture, une musique répétitive rythmée par une série d’incantations en sanscrit « pour poser sa respiration et se mettre dans le mouvement », puis démarre avec une série de 5 salutations au soleil (suryanamaskara), un enchainement rythmé de mouvements, toujours identiques, destinés à échauffer le corps. Au bout d’un 3e enchainement, on transpire. Au bout du 5e, notre corps est tendu. Mais ce n’est que le début.

J’ai testé pour vous… la cryothérapie

© DR

Plongée jusqu’au cou jusqu’à - 190°C dans une cabine hermétique. Le concept a de quoi refroidir. Et pourtant.

49 € la séance, 400 € les 10 séances CryoReflex, 16, avenue Sidoine Apollinaire Lyon 9e

Montage Marquant 2016.indd 31

Seule face au grand miroir de la cabine d’essayage, confortablement lovée dans mon peignoir molletonné et mes boots en fourrure « spécial Pôle Nord », je doute. Dans quelques instants et pendant 3 longues minutes, je serai prisonnière d’une machine du futur, fouettée par des vapeurs d’azote liquide. Pour mon bien, qu’ils disent. La cryothérapie, c’est la thérapie par le froid. Autrement dit, exposer son corps à des températures extrêmes et créer un choc thermique qui va générer des bienfaits multiples. « Aux Etats-Unis, cette science existe depuis les années 1970 », me rassure Yohan Gil, co-fondateur avec son cousin Alexis Vuillemard de CryoReflex, le premier centre lyonnais de cryothérapie corps entier. En France, la pratique n’en est encore qu’à ses balbutiements. Raison pour laquelle les deux associés se battent pour démocratiser le concept : « On croit souvent qu’il n’est réservé qu’aux sportifs. Mais l’outil est à disposition de tous. » En sous-vêtements, enfermée jusqu’au cou, me voilà prête à subir l’assaut du grand froid. Vaporisé des parois de la cabine, la brume glaciale enveloppe le corps progressivement. La température descend, inexorablement. - 90°C, - 103°C... Les muscles se contractent, les membres se raidissent. Etonnamment, pourtant, l’ensemble reste supportable. « Il faut bouger, remuer vos jambes en douceur », m’encourage Alexis, resté à mes côtés tout au long de l’opération. - 117°C. Pour ma première tentative, je ne descendrai pas plus bas. Si je réitère, je pourrais atteindre les - 190°C. Une séance, cinq, vingt, tout dépend après des personnes et de leurs motivations. Stimulé, le corps sécrète beaucoup d’endorphines. En résulte des effets anti-stress, anti-antalgique et anti-inflammatoire qui, en prime, boostent l’immunothérapie. Un peu cotonneuse en sortant, je me sens bien. Détendue. Tout est passé très vite... Cette nuit-là, je n’ai jamais aussi bien dormi.

11/05/16 11:34


RCS Bourg-en-Bresse 545 920 076

C’EST 15 % EN MOINS SUR LE TOGO. Du 11 mai au 28 juin, Ligne Roset vous offre 15% de réduction sur tous les Togo.

2 Quai Général Sarrail, Lyon 6e – 04 78 24 90 90 – lyon.sarrail@roset.fr

Ap_MARQUANT_550X375_TOGO.indd 2-3

08/04/2016 09:49:10


Marquer des points

Automobiles, life style et concepts innovants

santé & bien-être

Se refaire une beauté à bord du bus Line

On connaissait les foodtrucks, ces beaux camions entièrement aménagés qui stationnent sur les places de marché pour vendre leurs spécialités culinaires. Aline Logie et Noëline Clavier, toutes les deux 26 ans, ont décliné l’idée sur le secteur de la beauté. « Nous nous sommes inspirées des blogs, de la presse féminine, du besoin des femmes d’échanger des conseils beauté, des marques qui travaillent un ciblage de leur communication de plus en plus fin… Bref, de la proximité qui va à l’encontre du mass market », avance Aline Logie. Le virtuel et les forums beauté attirant de plus en plus ces dames, elles se sont toutefois rendues compte que l’échange physique manquait. Papoter manucure autour d’un thé reste le must. Pour combiner les deux notions, elles ont imaginé Line, le bus de la beauté, qui sillonne la ville de Lyon pour aller à la rencontre de leur public féminin. Leur premier véhicule de 12 m de long, un ancien bus utilisé pour le transport de voyageurs peint aux couleurs d’un institut et aménagé comme un vrai salon de beauté, vient d’être mis en circulation dans Lyon et ses environs. Son intérieur comprend un espace beauté avec deux postes de manucure et deux postes polyvalents pour le maquillage, le coiffage sur cheveux secs (chignons, tresses, brushing), les épilations (sourcils et lèvre) et les soins du visage. Des rayonnages exposent les produits cosmétiques, quelques accessoires de décoration et les thés, servis dans l’espace lounge du bus. Le tout dans 25 m2, pouvant accueillir jusqu’à 27 personnes (14 personnes assises), staff compris. « C’est un lieu convivial où l’échange et les conseils beauté sont privilégiés, que ce soit dans la partie esthétique ou au salon pour prendre le thé », tient à préciser Noëline Clavier. Outre le chauffeur de ce car un peu particulier, deux esthéticiennes seront embauchées par les dirigeantes, qui font aussi appel à un réseau de professionnelles indépendantes pour répondre aux différentes fonctionnalités du véhicule. Car sa mobilité rime aussi avec des usages adaptés à différentes configurations. Dans un premier temps, le salon de beauté sur roues se déplacera dans les zones d’activité et commerciales pour venir, pendant la pause de midi ou en fin de journée, à la rencontre des salariées des entreprises.

© Maud Villa pour Line

Aline Logie et Noëline Clavier ont imaginé le bus de la beauté. Mobile, il se déplace de places en parkings, en ville pour des événements privés ou en périphérie de Lyon sur les sites des entreprises. À bord, des esthéticiennes proposent manucure, maquillage, épilations et soins du visage ou encore coiffage sur cheveux secs.

Une carte des soins permettra à toutes les femmes de se faire plaisir. Les rendez-vous pourront être pris sur le site internet, qui mentionnera également les lieux et jours de stationnement du bus. La partie événementielle devrait largement animer ce lieu insolite. Enterrement de vies de jeunes filles, soirées entre nanas mais aussi privatisation du bus pour des marques de cosmétique souhaitant organiser des opérations commerciales ciblées constitueront l’autre facette de Line. « Des événements seront organisés en fonction des attentes des particuliers ou des professionnels, souligne Aline Logie, diplômée d’un Master en communication événementiel. Le lieu a été pensé pour pouvoir être mis aux couleurs d’une marque, en intérieur comme en extérieur. » Une fois que ce premier bus aura fait ses preuves, un deuxième à Lyon et sûrement d’autres dans plusieurs grandes agglomérations de France devraient rejoindre la flotte. « Nous comptons devenir le pop up store ultime dans le secteur de la beauté », souligne Noëline Clavier, ingénieur CPE Lyon, spécialisée en chimie, mathématiques et informatique, mais surtout désireuse de se lancer dans l’entrepreneuriat. Leur projet, incubé par le réseau féminin Rhône Alpes Pionnières, a décroché une bourse French Tech de 15 000 € pour ses aspects innovation d’usage et innovation marketing. Elles ont investi 200 000 € dans l’acquisition de ce bus et son aménagement, le stock et la communication. Décliner le concept ailleurs en France leur permettrait de répondre notamment aux grandes marques de cosmétique qui organisent en simultané des événements dans plusieurs villes de France, pour des lancements produits par exemple.

© Maud Villa pour Line

34-35

www.espaceline.com

Montage Marquant 2016.indd 34

11/05/16 11:34


Automobiles, life style et concepts innovants

santé & bien-être

Indian, Victory & Harley-Davidson,

© DR

Marquer des points

on the road again

Toutes se targuent d’offrir une part du rêve américain. Un marché où la concurrence ne semble pourtant pas opposer directement ces machines légendaires que sont HarleyDavidson, Indian et Victory. Avec une sérieuse reprise d’activité, le choc des titans aura-t-il lieu ? Fini l’hégémonie de la toute-puissante moto japonaise. La crise de 2008 étant aussi passée par là, le marché des deux-roues se remet petit à petit du coup porté au secteur. Il imprime d’ailleurs depuis quelques années le grand retour de l’Américaine. Des machines de légende se partagent aujourd’hui le plus gros des ventes dans le monde : Indian, Victory et Harley-Davidson. Si tout semble opposer ces géants de la route, peut-on néanmoins parler de concurrence réelle ? Pas de doute, quand le moteur de l’une ou de l’autre vrombit, le cœur des passionnés démarre au quart de tour. Pourtant, ce sont bien deux philosophies distinctes que proposent les marques. Quand l’une jouit d’une image vieille de 113 ans, l’autre préfère argumenter sur le confort et la fiabilité de modèles plus récents. Difficile donc de parler de concurrence tant ces engins offrent de possibilités. C’est plutôt du côté de la façon d’envisager la route qu’il faut chercher, sans parler d’un état d’esprit à conquérir chez les futurs acheteurs.

David contre Goliath ? En septembre dernier, Harley-Davidson annonce des résultats record pour l’année 2014. La firme de Milwaukee affiche fièrement un chiffre d’affaire de 6,23 Md$, tout en continuant de fidéliser sa clientèle. Rachetées en 2011 par l’Américain Polaris Industries, Indian et Victory Motorcycles représentent à elles seules plus de 10 % des ventes

Montage Marquant 2016.indd 35

du groupe. Indian, officiellement réhabilitée depuis 2004, et Victory, distribuée depuis 2010 en Europe, offrent un bilan encourageant face à leur adversaire. Mais l’écrasante popularité de Harley-Davidson lui vient surtout de l’arrêt de la production d’Indian au début des années 1950. Harley a su perdurer quand Indian a officiellement succombé en 1953 après un enchaînement de péripéties. Bien que plus ancienne, puisque créée en 1901, Indian ne profite donc pas du même statut. Mais avec son rachat par Polaris, la marque compte bien redorer son blason. Et quand Harley table sur la pérennisation de sa communauté de bikers (1 million de propriétaires recensés), Indian n’hésite pas à chahuter son concurrent, comme avec une publicité diffusée sur les télévisions américaines en 2013 pour la sortie de l’un de ses nouveaux modèles. Victory, quant à elle, est un pari sur l’avenir et bénéficie du circuit de distribution de Polaris Industries pour mailler le territoire. Malgré une nette avance du côté des ventes chez Harley-Davidson, difficile de départager nos protagonistes. D’un côté comme de l’autre, une farouche envie d’en découdre avec l’asphalte et une soif d’aventure sans limite. Voilà surtout ce qu’inspirent les marques chez leurs clients. Tout n’est qu’affaire de choix, de sensibilité et de séduction. La bataille à venir se livrera sans nul doute sur le terrain de l’électrique, amenant les marques à redoubler de créativité.

11/05/16 11:34


Marquer des points

Automobiles, life style et concepts innovants

santé & bien-être

Les plus belles sportives 2016 Elles sont belles, gracieuses et racées. Mais au-delà de leurs courbes ciselées, ces voitures de rêve sont aussi des monstres de performance, équipés des toutes dernières technologies de pointe. Focus sur trois nouveaux bolides qui vont vous faire tourner la tête.

À la devinette « Qui possède un compteur de vitesse gradué jusqu’à 500 km/h ? », une seule réponse valable : la Bugatti Chiron et son W16 de 8 litres, ses 4 turbos à double étage et ses quelque 1 500 chevaux (les 1 001, puis 1 200 du précédent modèle ayant semblé un peu juste). A Molsheim, le luxe fait bon ménage avec les performances, comme en témoigne ce supercar hors du commun qui réunit tous les superlatifs, réclamant accessoirement un chèque d’au moins 2,4 M€. 75 amateurs ont déjà signé, engloutissant au passage la production de la première année. Avec ses freins de F1 et ses pneus Michelin issus de l’aéronautique, la bête dépasse les 400 km/h sur route et même un peu plus sur circuit avec des accélérations démentielles : 2’’5 de 0 à 100, et même 13’’6 de 0 à…300. Les repères manquent.

Aston Martin DB 11,

Qui peut offrir une silhouette plus féline, plus élégante que cette dernière DB 11 inspirée du 10e opus de James Bond tout en héritant des gênes de la marque depuis la première DB 2 de 1950 ? Moins enveloppé que la DB 9, plus fuselé, terriblement élégant, ce nouveau coupé a troqué son 6 litres atmosphérique de 547 ch pour un V12 de plus faible cylindrée (5.2) mais boosté par un double turbo. 609 chevaux au pesage, de quoi dépasser allègrement les 300 km/h bien que la transmission n’anime que les roues postérieures. Une arche de toit latérale en alu brossé court jusqu’aux feux arrière en boomerang, à l’image de l’élégance qui caractérise l’intérieur de ce 2+2. Seulement 45 coloris de cuir que l’on peut associer aux 40 teintes de la carrosserie. Un choix cornélien.

© Aston Martin

la saga continue

© Bugatti

Bugatti Chiron, la bête

Présenté à New York, le nouveau spyder d’Audi se dote d’un V10 atmosphérique libérant une horde sauvage de 540 chevaux. De quoi affoler encore davantage les compteurs en pointant à 318 km/h sur circuit après avoir dévoré le 0-100 en 3’’6. Audi promet des sensations incomparables grâce à la rigidité d’un châssis désormais en aluminium et fibre de carbone, une transmission intégrale, de multiples modes de conduite selon l’humeur ou l’état de la route, un son d’échappement modulable pour charmer les oreilles et une capote en toile ne réclamant que 20 secondes pour se replier en deux parties… tout en roulant. Cerise sur le gâteau écologique, un dispositif « roue libre » se charge de faire chuter la consommation et les rejets de ce turbulent bolide.

Montage Marquant 2016.indd 36

© Audi

36-37

Audi R8 V10, à la carte

11/05/16 11:35


VOTRE NOUVEAU CONCESSIONNAIRE SUZUKI Ã&#x20AC; VILLEURBANNE 04 78 685 621 - www.richarddrevet.com Drevet.indd 1

04/05/16 10:43


Drevet.indd 2

04/05/16 10:43


Drevet.indd 3

04/05/16 10:43


INTÉRIEUR EXTÉRIEUR MARQUETERIE TENDANCES, IDÉES SHOPPING

MARQUES DE FABRIQUE POUR UN INTÉRIEUR QUI NOUS RESSEMBLE

MARQUES AU SOL JARDINS ENIVRANTS, PISCINES INSPIRANTES

HÔTES DE MARQUE

38-39

L’ART DE RECEVOIR

Montage Marquant 2016.indd 38

11/05/16 11:35


APPARTEMENTS D’EXCEPTION À LYON CONFLUENCE

C H A NG E Z DE P OI NT DE V U E

Vivez à la plus belle adresse de Lyon Confluence ! Prestations raffinées Vues imprenables Services au sein des résidences Haute performance énergétique

01 41 72 73 74 www.icade-immobilier.com Icade Promotion - 35, rue de la Gare - 75168 Paris Cedex 19 – SASU au capital de 29 683 456 euros - RCS Paris 784 606 576 - N° Orias 13003036 - IOBSP Mandataire Non Exclusif - Carte T N°12384, préfecture de police de Paris.

Icade_letoutlyon-hsdeveloppementdurable2016.indd 1

28/04/2016 11:22:53

Illustration non contractuelle - Crédit photo : ICADE/Brosse

• • • •


Intérieur maison & extérieur

Marqueterie I d é e s

s h o p p i n g

Mon shopping déco En 2016, la décoration mêle habilement les styles scandinave, vintage et industriel, allie des tonalités neutres avec des objets tape-à-l’œil. Couleurs vives et nuances pastel s’enchevêtrent, tout comme les motifs, tantôt géométriques, tantôt fleuris. Le DIY a plus que jamais la cote, et la nature, indomptable, s’insinue dans les moindres recoins de nos intérieurs...

Aristochic Spécialisée dans les accessoires en velours imprimé, OIA propose toute une gamme de jolis coussins revisitant la mode à leur manière. OIA, 86 € © Pierrick Verny

© OIA

Où ? L’Exquise Trouvaille – Lyon 2e

Lustre de luxe La jeune maison lyonnaise Magic Circus imagine des lustres et des suspensions d’une indéniable modernité, réalisés en verre opalin et en laiton dans un atelier au savoir-faire ancestral. Somptueux.

Petite commode mais forte personnalité. La combinaison du bois de manguier et sa finition métallique permet à cette ravissante commode « indus » de devenir la star de votre salon.

© Schneider

Tiroirs caisses

Magic Circus, 6 777 € Où ? En ligne sur www.magic-circus.fr

Kavehome, 497 € Où ? En ligne sur www.kavehome.com

Télé rétro Schneider revient sous les projecteurs avec sa gamme Feeling’s. Des télés revisitées à la mode vintage, qui séduiront autant les geeks que les amateurs de déco. Schneider, 399 € Où ? En ligne sur www.schneiderconsumer.com

Rosanna Spring, 42 € Où ? 19 rue Longue – Lyon 1er

Issu de l’imagination de deux jeunes Lyonnais, ce potager d’intérieur est équipé d’un éclairage Led qui s’adapte à la lumière ambiante. Garanti 6 mois de récolte !

Montage Marquant 2016.indd 40

Allumez le feu ! Claire a 26 ans. Un stock de boites de petits pois lui donnera envie de fabriquer ses propres bougies. R.I.V.E., une marque graphique où la couleur trouve toute sa place. R.I.V.E., 15 € Où ? Facebook : Rive

Béton fleuri D’inspiration urbaine, ce soliflore béton fait subtilement cohabiter la nature et la ville. Un beau dialogue entre intérieur et extérieur. © Lyon Béton

© Véritable

40-41

Le véritable potager

Véritable, de 129 € à 145 € Où ? En ligne sur www.veritable-potager.fr

© R.I.V.E.

Cet été, les fleurs envahissent nos tables, à l’intérieur comme à l’extérieur. Une tendance bien remarquée par le Lyonnais Rosanna Spring, qui le décline à l’envi dans son concept store. © Rosanna Spring

© Kavehome

Plateau fleuri

Lyon Béton, 70 € Où ? 590 bd Albert Camus, 69400 Villefranche-sur-Saône

11/05/16 11:35


Marqueterie

Te n d a n c e s

Intérieur Maison & extérieur 3 QUESTIONS À MÉLANIE COTTON, DÉCORATRICE À LYON Quelle est votre définition du DIY ? Pour moi, cela renferme plusieurs notions. Pour la décoration, je pense surtout au upcycling, qui est la réutilisation et la customisation de mobilier ancien. En avril dernier, Le Printemps des Docks a rassemblé de nombreux créateurs de mode et de déco. Dans les exposants se trouvait notamment Mademoiselle Fabrique, une designer dont l’atelier se situe à Pierre-Bénite et qui transforme des vieux meubles.

© Stacie Stacie / Visualhunt

Le DIY est-il à la portée de tous ?

DIY, LA CRÉATION DANS TOUS

© R.I.V.E.

SES ÉTATS

DIY, abréviation de Do it Yourself, se traduit par « Faites-le vous-même ». Deux tiers des Français – surtout des Françaises – se seraient adonnés à la customisation ou au bricolage. Une pratique érigée en état d’esprit, qui se décline en décoration, en cuisine ou encore dans la mode. Alors que nos aïeux le pratiquaient dans de nombreux domaines, la société libérale l’a rendu obsolète. Le Do It Yourself trouve ses racines aux États-Unis, dans la sous-culture hippie, avec le Whole Earth Catalog, un recueil pratique d’informations et de conseils pour tout faire soi-même au meilleur prix, vendu jusqu’en 1972. Il faudra attendre le siècle suivant, celui du développement durable incitant à recycler, récupérer, détourner et fabriquer soi-même, pour faire du DIY un véritable mode de vie. Toutes les générations s’y mettent. Aujourd’hui, on customise ses vêtements, ses meubles et même sa voiture, l’objectif étant de laisser libre court à son imagination. Tutoriels, vidéos, conseils... Les blogs fleurissent sur le faire soi-même, dont la majorité est tenue par la gente féminine. Internet a fait du DIY un artisanat qui invite au partage, aux échanges d’idées, d’adresses, de savoirs, de trucs et astuces. De nombreux sites proposent des printable (patrons à télécharger et imprimer) gratuits permettant aux créations singulières de se multiplier. Selon l’étude Linkfluence réalisée pour abracadacraft.com, il existe plus de 553 000 blogs de loisirs créatifs qui génèrent, chaque mois, 36 millions de pages vues. Le concept et toutes ses déclinaisons (cuisine, déco, mode, etc.) s’expose à l’occasion de salons dédiés : Créations et Savoir-faire à Paris, qui a lieu en mai et en novembre, ou encore Maker Faire, présent dans plus de 160 villes dans le monde, qui tient salon dans la capitale des Gaules. À vos agendas : la Lyon Mini Maker Faire, qui regroupe artisans, inventeurs, artistes, étudiants et ingénieurs autour de la culture Do it yourself, aura lieu les 28 et 29 mai prochains. Un rendez-vous à ne pas manquer pour tous les créatifs de la région.

Montage Marquant 2016.indd 41

Je pense que oui, tout dépend de la technique que vous utilisez. En matière de décoration, l’espace que vous créez va souvent jouer sur une ou deux pièces fortes (chaise, table, luminaire). Il faut déjà se demander ce que l’on est capable de faire. On peut commencer par un petit élément pour démarrer. Vous pouvez ensuite aller sur internet et fouiner du côté des blogs, où vous trouverez de multiples idées. Certains sites sont très bien réalisés, avec tout le déroulé des opérations, le matériel à acheter, etc. Par exemple, j’ai refait l’assise d’un vieux tabouret en Formica en utilisant du masking tape, du ruban adhésif coloré japonais… Quels blogs consultez-vous ? Certains designers graphiques tiennent des blogs et mettent en ligne des printable : de petits objets, des calendriers à fabriquer soi-même… Vous pouvez télécharger le DIY, l’imprimer et le découper. J’aime beaucoup consulter Oh Happy Day, le blog de Jordan, une organisatrice d‘événements : elle met souvent en ligne des décorations qu’elle a conçues pour les fêtes. Mais également celui d’Amy Moss, qui s’intitule Eat Drink Chic, et le blog Oh Joy !, qui regorge d’idées déco réalisées par la designer graphique elle-même… Enfin, j’apprécie aussi beaucoup celui de la Française Lisa, Make my Lemonade, dans lequel des patrons de vêtements sont mis à disposition des lecteurs. www.deco-abracadabra.com http://ohhappyday.com/ www.eatdrinkchic.com http://ohjoy.blogs.com/ http://makemylemonade.com/

11/05/16 11:35


Marques de fabrique

Po u r u n int é r i e u r q u i n o u s re s s e m bl e

Intérieur & extérieur

Les tissus d’ameublement

façonnent un nid à votre image Rideaux, stores, coussins, sièges se fondent à toutes les envies et à tous les styles pour imaginer un chez-soi unique.

« Il y a un vrai retour en force de la couleur, et l’on délaisse un peu les taupes, gris et beige. Le bleu canard est le hit du moment. Les nuances pastels fonctionnent aussi très bien »

© Missoni Home pour Murmure

42-43

Reconnue pour son travail des textures naturelles, l’entreprise a été la première à introduire dans ses collections l’abaca et le buntal, des fibres de bananier et de palmier. « Nous proposons plus de 60 références dans ces matières », souligne le dirigeant. Le drap-laine (100 % mouton français) reste un best-seller pour des ambiances chaleureuses et se décline dans plus de 50 coloris. Idem pour le lin avec la collection Trinidad et sa gamme de 38 tons pastels, acidulés et naturels. Ce large choix ne doit rien au hasard. Bisson-Bruneel, spécialisée dans les teintes naturelles comme le crème ou le faux ivoire, a suivi la tendance. « Il y a un vrai retour en force de la couleur et on délaisse un peu les taupe, gris et beige. Le bleu canard est le hit du moment. Les nuances pastels fonctionnent aussi très bien », confirme Marielle Guinchard, qui note également que le côté aseptisé n’a plus la cote. La passionnée connaît par cœur les références de sa tissuthèque, qui en compte pourtant plus de 2 000 ! À chaque fois, c’est un vrai travail de recherche qu’elle mène pour trouver le tissu approprié. « Le

Montage Marquant 2016.indd 42

© Créations métaphores

« Les Français ont un réel besoin de reconstruire leur intérieur et réinvestissent dans la décoration », constate Marielle Guinchard, gérante de Murmure. Dans sa boutique de la rue Auguste Comte, la décoratrice instaure une relation privilégiée avec ses clients. « Ils viennent avec des idées et des envies qu’il faut savoir traduire. J’écoute beaucoup, j’étudie le lieu à décorer, j’évalue les contraintes pour proposer un projet qui va sans doute les bousculer un peu. Ma valeur ajoutée, c’est d’aller au-delà de ce qu’ils avaient imaginé », confie-t-elle. Pléthore d’éditeurs s’adaptent à tous les styles. Parmi eux, la marque lyonnaise Bisson-Bruneel, créée il y a plus de 50 ans et aujourd’hui dirigée par Yann et Jérôme Bruneel, les deux fils du fondateur. À la fois créateur et éditeur de tissus d’ameublement, Bisson-Bruneel possède également un atelier de confection à la Croix-Rousse pour donner vie aux projets, et un show-room à Paris pour présenter ses tissus. « Nous cherchons à nous renouveler en permanence en proposant de nouvelles matières », affirme Jérôme Bruneel.

secret, c’est de faire des mélanges tout en subtilité ». Marielle Guinchard avoue un coup de cœur pérenne pour les collections Missoni Home. L’éditeur italien est l’un des rares à proposer des imprimés audacieux mais intemporels. « J’apprécie les belles matières de l’éditeur berjallien Créations Métaphores », ajoute-t-elle. On pourrait croire que les tissus d’ameublement sont figés dans le temps et, qu’à part des évolutions de couleurs ou d’imprimés au gré des modes, il y a peu de changement dans ce secteur. Grossière erreur. « Notre force, c’est notre innovation », estime Jérôme Bruneel. Son entreprise a mis au point la ligne Fusion : une insertion de tissus entre deux vitrages. « Grâce à un procédé unique développé avec un partenaire miroitier, nos tissus sont insérés entre deux plaques de verre », détaille l’entrepreneur. Une idée très créative qui permet d’ouvrir le champ des applications : tables, portes coulissantes, cloisons de séparation de bureaux ou de douche… Autre produit étonnant : le tissu à coller comme du papier-peint. « Nos revêtements muraux textiles apportent un effet matière aux surfaces plates », explique Jérôme Bruneel. Encore une façon de pousser plus avant la personnalisation de sa décoration. « Le tissu d’ameublement offre aujourd’hui des propriétés très intéressantes qui lui font dépasser la sphère purement décorative », poursuit Marielle Guinchard. Il devient phonique pour assourdir les bruits ou thermique pour protéger du froid ou de la chaleur. Et parce que le jardin et la terrasse sont devenus des pièces à part entière, des textiles spécifiques ont été créés. Résistants aux UV et au chlore ou encore imperméable, ces matières sont conçues pour l’extérieur. Elles peuvent habiller des bains de soleil, recouvrir des coussins de jardin ou encore servir à fabriquer les voilages d’une pergola. Murmure, 7 rue Auguste Comte - Lyon 2e Bisson Bruneel, 2 rue Rivet - Lyon 1er

11/05/16 11:35


Format marquant.indd 1

07/05/16 17:54


Marques de fabrique

Po u r u n int é r i e u r q u i n o u s re s s e m bl e

Intérieur & extérieur

Riva 1920, un mobilier exclusif à Lyon Le décorateur Franck Boguenet a choisi d’exposer la marque italienne de meubles en bois contemporain dans son showroom, rue Auguste Comte. Ouvert en mai 2015, FB Décorateur arbore fièrement sa vitrine aux reflets d’or, de cuivre et d’argent. Entouré de boutiques d’antiquités et de galeries d’art, le petit espace d’exposition de 60 m2 de Franck Boguenet défie l’intemporalité. À l’entrée, une console de verre est soutenue par des Briccoles, ces pilotis en chêne guidant les bateaux dans la lagune de Venise, remplacés tous les 15 ans à cause de l’usure et transformés en des meubles uniques par Riva 1920. La marque italienne travaille aussi le Kauri, cet arbre rare de Nouvelle-Zélande enseveli il y a 50 000 ans, et le cèdre, majestueux et parfumé. À partir de ces bois, elle exécute des objets de design et des meubles classiques, dans un pur respect environnemental. « Le bois est rassurant et éternel. Riva traduit bien cet univers, qui rappelle une certaine idée de la tradition avec une touche d’originalité. » Franck Boguenet a eu le coup de cœur pour Riva l’année dernière, lors du salon de Milan, et il l’expose depuis en exclusivité à Lyon dans son showroom aux murs d’acier. Le contraste de cet environnement atypique met en relief un mobilier qui s’apparente à une œuvre d’art. Et qui donne l’idée au décorateur d’intérieur d’ouvrir, dès l’automne prochain, son espace à des artistes, sculpteurs, peintres ou céramistes indépendants. « Pour l’animer un peu. »

© DR

39, rue Auguste-Comte, Lyon 2e www.franck-boguenet.fr

Meubles Grange, savoir-faire

44-45 Montage Marquant 2016.indd 44

Depuis 1904, la maison Grange s’est positionnée comme une référence incontournable du mobilier haut de gamme en France. Bien que la tendance des meubles en kit et à bas prix ait donné du fil à retordre à la société implantée à SaintSymphorien-sur-Coise, la marque compte sur son identité et ses valeurs pour poursuivre son développement : authenticité, savoir-faire et émotion. Ambassadrice de l’art de vivre à la française, l’entreprise imagine des ambiances comme autant de vecteurs d’émotions. Plus que des lignes de mobiliers, les meubles Grange incitent à construire des espaces de vie et de bien-être pour toute la maison. Haussmann, Médaillon ou Country Chic, la marque développe des collections qui permettent à chacun de trouver son bonheur intérieur.

1 rue Colonel Chambonnet – Lyon 2e www.grange.fr

© Espace Loggia

© Grange

et émotion à la française

Espace Loggia vous fait gagner de la place Inventeur du lit mezzanine pour adultes, Espace Loggia a toujours eu à cœur de proposer des solutions adaptées aux évolutions de la société et de ses modes d’habitat. Lorsqu’il reprend l’entreprise en 1992, Philippe Malignac imagine le programme Brick, permettant d’agencer ses meubles de plusieurs façons grâce à des éléments modulables. Aujourd’hui, c’est son fils Paul qui a pris les rênes et développe des produits en phase avec l’ADN de la marque : concevoir et innover pour correspondre aux nouveaux modes de vie. Meubles modulaires, lits escamotables, tout est pensé pour gagner de la place. La marque conçoit, fabrique et distribue ses produits depuis son usine située en Vendée, avec des matières premières françaises.

3 cours de la Liberté – Lyon 3e www.espace-loggia.com/fr

11/05/16 11:36


Marques de fabrique

Po u r u n in tér i e u r q u i n o u s re s s e m b l e

Intérieur & extérieur

SIP, l’imagination du client pour seule limite

© SIP

La Sellerie du Pilat conçoit sur mesure et rénove du mobilier d’intérieur et d’extérieur.

Ils travaillent à flux tendu, sur commande, dans leur atelier d’Estressin. Ils œuvrent parmi les structures en bois, mousses de garnissage, tissus d’ameublement et autres outils artisanaux. La vingtaine de tapissiers décorateurs de SIP sont dépositaires d’un savoir-faire ancestral qu’ils mettent au service des architectes d’intérieurs, designers et agenceurs de tout l’Hexagone. Quels que soient les formes (banquette, fauteuil, chaise), les couleurs, les matières (cuir, simili, textile, feutre), les styles (de l’ultra design au style Voltaire clouté)… Tout est possible sur demande, de la création sur croquis à la rénovation. Les réalisations sont élaborées à partir de matières premières fournies par des entreprises de la région. « Nos banquettes sont à 99 % de fabrication française », souligne le président Gérard Gabert qui, durant 20 ans, a travaillé dans la confection de sièges embarqués pour l’automobile. En 1986, il crée SIP et fait appel à des anciens collègues. 30 ans plus tard, il est devenu sous-traitant pour de grands noms de la décoration. Bien qu’il déplore que son savoir-faire et son nom ne soient pas suffisamment reconnus dans le milieu des designers, architectes et boutiques de décoration. Ses points forts ? « La réactivité et l’innovation. Outre le confort et l’esthétique, nous travaillons sur des produits démontables et dont les pièces sont recyclables, mais également sur des mousses capables d’absorber le bruit. Preuve que l’innovation n’est pas incompatible avec le savoir-faire artisanal ».

Montage Marquant 2016.indd 45

11/05/16 11:36


Marques de fabrique

Po u r u n int é r i e u r q u i n o u s re s s e m bl e

Intérieur & extérieur

De l’art… sur mesure Détourner des concepts artistiques pour les adapter à sa propre histoire, sans dégrader l’œuvre originale : c’est possible avec l’art opérationnel ou artketing.

© ADP

L’art de détourner l’art n’est pas nouveau. Mais Valérie Vachon a réussi à le mettre en musique en développant un process simple et de qualité. Quel que soit l’objet artistique choisi, le procédé est toujours le même : « Nos graphistes travaillent sur une maquette numérique qui peut être ajustée à plusieurs reprises. Après validation, la commande est réalisée par nos artistes en peinture à l’huile. Nous garantissons une réplique exacte, sans interprétation personnelle », explique cette spécialiste de la communication, qui travaille avec une dizaine de peintres, rhônalpins mais aussi bretons ou asiatiques. Le plus difficile reste de choisir, tant le catalogue de propositions est infini ! Autoportrait simple et sans retouche réalisé à partir d’une photo, incrémentation de son visage et/ou de celui de ses proches dans une scène de tableau existante, zoom sur un détail pour en faire la pièce maitresse d’un tableau, portrait animalier… « On peut tout imaginer. Nous accompagnons ceux qui veulent intégrer de l’art à leur décoration mais qui ne sont pas forcément des spécialistes. Nous les questionnons

sur leurs goûts, leurs envies, leurs intérieurs, et leur proposons régulièrement des planches d’inspirations », poursuit la directrice associée d’Art distribution et production, l’agence qui commercialise ce concept. Ce principe est tout à fait adapté aux entreprises, à même de détourner une œuvre sans la dénaturer, en y insérant logo, valeurs et savoir-faire. Valérie Vachon a déjà travaillé pour des industriels du fooding et de l’alimentaire ou de grands hôtels suisses. Pour renforcer cette activité et accueillir les professionnels dans de bonnes conditions, l’agence ouvrira dès cet été un show-room de 200 m2 à Saint-MarcelBel-Accueil, en Isère. Il sera situé dans une vieille bâtisse du XIXe siècle, comme un symbole d’un ancien revisité.

www.adp-production.fr

Les petits trous lumineux d’Elsa Somano Dans son atelier-boutique du plateau de la Croix-Rousse, Elsa Somano travaille ses tôles d’aluminium, les découpe, les façonne dans des formes sobres et design, les ponce, les brosse. Surtout, elle les pique de centaines de petits trous pour laisser passer la lumière. Ses lampadaires, appliques murales et autres suspensions sont très caractéristiques de son style, devenu une véritable signature dans un univers du luminaire où l’originalité est recherchée. « Chaque pièce est unique et peut être personnalisée, confie-t-elle. Je peux travailler un motif, choisi par mon client, via un outil informatique créant le gabarit qui va m’aider à perforer le dessin sur la tôle. Les perforations sont au millimètre, avec des diamètres différents selon l’effet désiré et le volume du luminaire. Mes clients apprécient de collaborer à l’élaboration de leur objet. Cette approche laisse une grande part à leur imagination. Ils ont le sentiment de participer à un travail artisanal. » Elsa Somano se déplace pour appréhender le volume de la pièce et conseiller sur le choix de la forme du luminaire. Carré, courbé, tout

Montage Marquant 2016.indd 46

est possible. Elle prend en compte les éléments techniques, comme le respect de la réglementation, pour l’installation de luminaires dans les salles de bain. Malgré une centaine de motifs dans son catalogue, elle crée de nouveaux modèles tous les jours et sur mesure, en adéquation avec l’environnement dans lequel ils seront installés. Pour des particuliers mais aussi beaucoup, via des architectes d’intérieur et des décorateurs, pour des entreprises. Son activité s’équilibre entre ces deux cibles. Par contre, elle est toujours en direct. « Avoir des distributeurs impliquerait qu’ils connaissent parfaitement mon mode de fonctionnement. Ce serait trop compliqué. » Son atelier-boutique de la Croix-Rousse lui permet ainsi de créer, de fabriquer et de commercialiser ses luminaires dans le respect du travail artisanal qui lui est cher. © Elsa Somano

46-47

En alu brossé et poinçonnés de centaines de petits trous pour filtrer la lumière, les luminaires d’Elsa Somano, réalisés à la main, séduisent de plus en plus les particuliers et les professionnels.

5, place Bertone - Lyon 4e www.elsa-somano.com

11/05/16 11:36


Une résidence à l’architecture créative et contemporaine TRAVAUX EN COURS

« BRICKS est un programme audacieux et ambitieux. Audacieux par sa forme, ses contours et sa silhouette, et amibitieux parce qu’il replace l’habitant au cœur d’une véritable réflexion autour du logement. » Insolites Architectures

À proximité immédiate de la Part-Dieu. Résidence sécurisée avec des prestations de caractère. Appartements du studio au 5 pièces avec balcon ou terrasse. Un grand jardin clos au cœur de la ville.

LOI PINEL

Co-promotion

ESPACE DE VENTE

Face au 25 avenue Lacassagne, Lyon 3ème

0 800 123 123

noaho.fr

pitchpromotion.fr

Pitch Promotion SA au capital de 30 026 550 € - RCS Paris 422 989 715. Noaho SAS au capital de 125 000 € - RCS Lyon 519 763 452. Illustrations interprétées par : L’Autre Image - Document non contractuel. 04/2016. (1) Garantie revente : informations et conditions disponibles auprès de notre conseiller sur l’espace de vente. (2) La loi Pinel permet aux investisseurs de réduire leurs impôts à hauteur de 21% maximum si et seulement si, ceuxci s’engagent à louer sous certaines conditions un logement neuf à usage d’habitation principale pendant une durée de 12 ans, dans la limite de 300 000 €, soit 5 250 € pendant 12 ans et dans la limite du plafond de prix d’achat de 5 500 €/m². Faire un investissement immobilier comporte des risques. Le non-respect des engagements de location entraîne la perte du bénéfice des incitations fiscales. Les données chiffrées sont arrêtées selon les dispositions législatives en vigueur au 1er septembre 2014.

0 809 100 114

TLA MQ 1 page 375Hx275L avec 5 mm débords.indd 1

28/04/2016 15:43:30


Marques au sol

J ard in s en i v r a n t s , pi s c i n e s i n s pi r a n te s

Intérieur & extérieur

COLLECTION « PRÊT-À-PLONGER » 2016 Le saviez-vous ? Avec 1,76 million de piscines privées, la France est le pays qui compte le plus de bassins en Europe. Un amour pour les eaux bleues qui explique pourquoi nous prenons tant de soin à fignoler nos espaces extérieurs. De la déco au maillot en passant par le farniente, plongée dans les dernières tendances du marché.

HAUT EN COULEURS Parce qu’on en veut toujours plus, notre mobilier se plie en quatre pour jouer les 2 en 1. La preuve avec ce petit meuble modulable signé Kikoo, qui intègre une colonne de rangement, une table d’appoint et un pouf encastrable. On craque.

© Riiot Labs

© DR

© My note deco

Kikoo, 84,95 €

PISCINE

LUMIÈRE

CONNECTÉE

BALADEUSE

Grâce à une sonde positionnée directement dans la piscine, l’application « Blue by Riiot » vous permet d’accéder en temps réel à toutes les données nécessaires au bon fonctionnement de votre bassin. Malin.

© Fermob

Riiot Labs, à partir de 390 €

Dans la famille Fermob je voudrais… la lampe Balad, disponible en 2 tailles et munie de trois intensités d'éclairage différent. Pratique, léger, fonctionnel, ce nouveau hit de l’outdoor se décline en 6 couleurs punchy et peut se coupler avec un pied en métal. Efficace et stylé.

Fermob, de 68 € à 145 €

© Ma P’tite Culotte

MIAMI BEACH

48-49

LE TRIKINI CULOTTÉ Avec leur esthétique joviale, sensuelle et moderne, leur humour mi-coquin mi-culotté qui pourrait en surprendre plus d’un, les modèles Ma P’tite Culotte révolutionnent le marché du maillot de bain. On adore l’esprit pin-up vintage.

© Lafuma Mobilier

Dernier né de Lafuma Mobilier, le lit de bain Miami insuffle comme un air de décontraction et d’élégance au bord de la piscine. Coussin « 3 épaisseurs », dossier réglable en inclinaison 3 positions… Enfin une bonne excuse pour bronzer.

Lafuma Mobilier, 399,90 €

Ma P’tite Culotte, 178 €

Montage Marquant 2016.indd 48

11/05/16 11:36


Marques au sol

J ard in s en ivra n t s , pi s c i n e s i n s pi r a n t es

Intérieur & extérieur

LA VIE EN PLEIN AIR AVEC UNOPIÙ Née en 1978 au cœur de la campagne italienne de la Tuscia, la petite société artisanale Unopiù avait pour ambition de rendre sa dignité aux espaces ouverts en leur procurant le style et le goût réservés à l’intérieur de maison. Elle est aujourd’hui leader en Europe pour l’ameublement d’extérieur. Dans les prochaines années, elle prévoit de se développer à l’international avec l’ouverture de magasins, franchises et revendeurs à Miami et New-York, en Amérique du Sud, aux Emirats arabes et en Afrique du Sud. Unopiù marie subtilement l’esthétisme et la fonctionnalité de son mobilier, utilisant des matériaux résistants aux intempéries et adaptés à tous les usages : teck, fibre synthétique tissée à la main, fer galvanisé et thermolaqué, pin du Nord, céramique, terre cuite. Parmi la gamme de plus de 2 000 produits, nombre d’articles sont signés par des designers de renommée internationale. L’important réseau de showrooms à proximité des grandes villes européennes est une de ses forces de vente. Stefano Conti dirige celui de Saint-Priest, un espace d’une surface de 1 500 m2 ouvert en 2004. Parmi les produits phares, il évoque l’incontournable hamac Amanda, les fauteuils en fibres Agora et Eden ou encore la pergola Shibuya, première pergola extensible et mobile au monde. En 2016, Unopiù donne naissance à une nouvelle collection, « Tweed », conçue par Meneghello & Paolelli. Les fauteuils, lits de plage, de jardin et de piscine Cosette utilisent le teck, le tissu technique entrelacé et l’acier brossé inoxydable. Un parfait équilibre entre la chaleur du bois et le froid du métal, entre l’histoire séculaire de l’un et les notes contemporaines et industrielles de l’autre. Sobre et distinguée, la collection se conjugue avec tous les extérieurs. Elle respire la grâce et le charme de l’Italie et invite irrésistiblement à la détente.

106 route de Grenoble – 69804 Saint-Priest • www.unopiu.fr

Montage Marquant 2016.indd 49

© Unopiù

Le fabricant italien interprète, dans sa nouvelle collection, les styles et les matériaux qui l’ont distingué au fil des ans.

11/05/16 11:36


Marques au sol

J ard in s en i v r a n t s , pi s c i n e s i n s pi r a n te s

Intérieur & extérieur

Trapèze de Biossun,

la pergola intelligente

© Biossun

Dernière innovation du concepteur rhônalpin, Trapèze et ses lames orientables sont réalisées sur mesure pour s’adapter aux terrasses d’appartement ou pans de façade coupés.

www.biossun.com

Biossun avait déjà révolutionné le marché de l’outdoor en imaginant le concept de la pergola bioclimatique. Dotée d’une station météo, l’équipement est composé de lames orientables qui s’adaptent aux températures extérieures et à la luminosité souhaitée pour sa terrasse ou sa maison. Trapèze, le dernier produit du concepteur Biossun sorti du bureau d’études et du site de production de Sassenage (Isère), offre désormais la possibilité de moduler la forme de l’équipement. « Jusqu’à aujourd’hui, les pergolas bioclimatiques n’existaient qu’en formes carré et rectangulaire, à angles droits, expose Frédéric Foretti, dirigeant de Biossun, dont le siège est à Caluire. Grâce à cette innovation technique, la pergola s’adapte à tous types de configuration, comme un patio intérieur ou un toit terrasse. Elle a la forme d’un trapèze, un peu comme les voiles d’ombrage de forme triangulaire que l’on voit de plus en plus dans l’aménagement des terrasses extérieures. » Le produit, très technique car doté d’un mécanisme électrique et d’un système de motorisation, doit être installé par un professionnel. Biossun a validé un réseau d’une centaine de distributeurs/ installateurs en France et autant en Europe pour poser cet équipement dans les règles de l’art. « Ils montent près de 3 000 pergolas chaque année, à 80 % chez des particuliers et 20 % chez des professionnels de l’hôtellerie et de la restauration, avance le dirigeant. Les particuliers peuvent s’adresser à des storistes ou des professionnels de la pose des ouvertures des maisons, les plus à même de bien installer nos pergolas. » Pour élargir sa gamme estivale, Biossun s’est associé à Fermob, un fabricant rhônalpin de mobilier de jardin, pour imaginer Biosphère, un ensemble pergola sur quatre pieds et mobilier outdoor assorti : « Une sorte de petite pièce à vivre extérieure qui peut être installée à différents endroits. »

Mettez du vert dans votre vie avec Mon Potager Perché

50-51

Faire pousser ses légumes, voir fleurir quelques bourgeons, parfumer ses plats d’herbes fraîchement coupées… le rêve de bon nombre de citadins. Prisonniers du béton et asphyxiés par la pollution, ils revendiquent un besoin de nature. Une envie facilement rassasiée grâce aux sacs à planter Mon Potager

Montage Marquant 2016.indd 50

Entre 24 € et 56,90 € www.monpotagerperche.fr

© Mon potagé perché

Pour les citadins en mal de verdure, la petite entreprise d’Odile Clément et Anaïs Depont propose des sacs à planter fabriqués à partir de bâches publicitaires recyclées.

Perché, conçus pour coloniser balcons, terrasses et toitures. Elaborés à partir de bâches publicitaires recyclées, ces sacs de culture sont à la fois élégants, écologiques et éthiques. « Nos

produits sont fabriqués par un atelier de femmes en insertion situé dans le 8e arrondissement de Lyon. Nous leur fournissons la matière première en récupérant des bâches publicitaires pour leur

donner une seconde vie », explique Odile Clément, à l’initiative de ce projet aux côtés d’Anaïs Depont. L’approvisionnement en bâches n’est pas toujours simple, mais Mon Potager Perché réussit quelques jolis coups. Le photographe Nicolas Roux Dit Buisson, qui a exposé à la grande roseraie du parc de la Tête d’Or en 2015, a par exemple accepté que les bâches imprimées de ses photos soient réutilisées. Une série limitée de sacs de culture sur le thème des roses a ainsi pu être produite. Outre une matière première très résistante aux conditions météorologiques, les sacs à planter sont conçus pour permettre aux plantations de s’épanouir. Un système d’écoulement de l’eau et un géotextile Texyloop (groupe Serge Ferrari) aident les jardiniers en herbe à avoir la main verte. Disponibles en plusieurs tailles (XS à L), les sacs peuvent accueillir un plant de thym ou de romarin, un pied de tomates cerises ou un petit arbuste de type citronnier. Vendus sur internet, les produits peuvent aussi être achetés dans la boutique locavore lyonnaise Ma Ferme en Ville.

11/05/16 11:36


Plattard.indd 3

10/05/16 16:13


Intérieur & extérieur

© Fourvière Hôtel

Hôtes de Marque L’ ar t d e rec e vo i r

FOURVIÈRE HÔTEL, UNE NUIT AU COUVENT Ouvert en novembre 2015, après de longs mois de travaux pour conserver l’âme d’un lieu chargé d’histoire tout en le transformant en un établissement 4 étoiles, Fourvière Hôtel accueille des touristes, mais aussi des professionnels pouvant privatiser certaines parties de l’ancien couvent construit par Pierre-Marie Bossan. Sûr que le passage dans les lieux, en villégiature ou pour y travailler, ne laissera aucun visiteur insensible à l’esprit qui s’en dégage… Dès l’entrée, accueillis par les réceptionnistes dans l’ancienne chapelle du couvent de la Visitation Sainte-Marie, ils plongent dans l’ambiance et prennent toute l’ampleur du bâtiment dans lequel ils ont choisi de s’installer pour quelques jours. Reprise par les propriétaires du groupe èHôtels-Lyon, Marianne Borthayre et Jean-Luc Mathias, la bâtisse de 4 000 m2 et 1 200 m2 de jardin intérieur, construite par l’architecte de la basilique Notre-Damede-Fourvière en 1854, a subi un lifting complet pour se muer en hôtel 4 étoiles, où règne le calme et la sérénité. Les sauveurs du bâtiment se sont faits accompagnés par l’artiste franco-argentin Pablo Reinoso, qui a imaginé trois œuvres hyper contemporaines au cœur de cette ambiance monastique : le auvent Forêt Fourvière, le banc Fourvière Bench et la magnifique fontaine de lumière Arrêt sur nuages qui, a elle seule, habille et conserve la sérénité du cloître, un carré parfait. Quant aux peintures et mosaïques, elles ont été restaurées par l’Atelier Royal dans les règles de l’art durant presque 2 ans.

52-53

« Un fil conducteur emmène le visiteur de recoins en longs couloirs : l’histoire de Lyon. Ici, les portraits des célèbres Mères lyonnaises. Là, ceux des maires de la ville… » L’intérieur compose entre une décoration sobre et des touches design. Un fil conducteur emmène le visiteur de recoins en longs couloirs : l’histoire de Lyon. Ici les portraits des célèbres Mères lyonnaises. Là, ceux des maires de la ville… Chacune des 75 chambres, dont 4 suites, réparties sur trois niveaux, sont dédiées à un personnage qui compte ou a compté pour la ville de Lyon. Côté couloir, les portes sont habillées de la photo noir et blanc de la célébrité quand sa biographie est apposée côté chambre. Les résidents apprécieront le Spa Fourvière Les Bains avec son hammam, sa douche à expérience version « pluie de forêt tropicale » ou « tempête des caraïbes », ses massages et son accès direct sur le couloir de nage extérieur chauffé. Le parking de 80 places rend le lieu accessible à tous. Même sans

Montage Marquant 2016.indd 52

séjourner à l’hôtel, les visiteurs peuvent venir prendre une bouffée de bien-être au Kfé, qui sert boissons et en-cas à toute heure, voire déjeuner ou dîner en toute spiritualité au restaurant bistronomique Les Téléphones, dans le péristyle du cloître. Prochainement, ils pourront privatiser l’authentique Bouchon pour déguster une cuisine lyonnaise entouré d’une vingtaine d’amis. Écrin de tradition grâce à l’âme de la bâtisse entièrement conservée et aux objets anciens chinés pendant de longues années, Fourvière Hôtel n’en demeure pas moins un lieu ultra moderne qui devrait séduire les touristes du monde entier. Les Lyonnais les premiers.

UN PARADIS PRIVATISABLE De nombreux espaces ont été aménagés pour organiser des événements personnels et professionnels. Chacun possède une caractéristique très marquée qui rappelle l’histoire lyonnaise. L’espace des Canuts, avec sa verrière et ses chaises bistrot colorées, propose une salle de séminaire pour une centaine de personnes avec cuisine indépendante et vestiaire privatif. Il donne sur le jardin et son jeu de boules lyonnaises et le couloir de nage de 25 m. Quatre petites salles, les Visitandines, sont aménagées pour accueillir des réunions d’une vingtaine de participants. Gravures anciennes aux murs et bancs d’églises côtoient vidéoprojecteur et Wifi. Au premier étage, la salle du Chapitre constitue un autre lieu de séminaire pour une cinquantaine de personnes. Mais le clou de la visite revient au Grenier, situé au 2e étage. Cet espace atypique entièrement privatisable contient un théâtre de Guignol (un vrai, animé par les artistes du parc de la Tête d’Or), une salle de cinéma et un coin dégustation œnologique. Jusqu’à cent chanceux peuvent avoir le privilège de se réunir dans cet endroit hors du temps.

11/05/16 11:37


Intérieur & extérieur

Hôtes de Marque L’ar t d e recevo i r

Collège Hôtel,

retour sur les bancs de l’école

Dès l’entrée, les fauteuils crapaud en cuir marron vieillis installés tout prêt de la bibliothèque remplie de livres aux couvertures reliées à l’ancienne donnent le ton de cet hôtel atypique. Le plancher craque. Les meubles en bois sont patinés par le temps. Les petit-déjeuners sont pris « à la cantine » et les salles de séminaires incitent les professionnels à revenir sur les bancs de l’école. Tableaux noirs et craies blanches côtoient écrans plats et connexion Wifi pour parler stratégie commerciale ou plan d’action à l’international. Les souvenirs n’empêchent pas la modernité ! Plusieurs salles de différentes capacités sont proposées aux entreprises rhônalpines pour accueillir leurs collaborateurs. Les 40 chambres climatisées, d’un blanc immaculé ponctué de quelques touches de couleur (un fauteuil rouge par exemple), sont aménagées de meubles en tôle laquée, d’un parpaing béton en guise de table de chevet et d’une lampe articulée design. L’esprit dortoir a été adopté par cet hôtel 4 étoiles, plébiscité par des voyageurs du monde entier désireux de découvrir la Cité des Gaules et plus particulièrement le site historique du Vieux Lyon. À chaque étage, un frigo américain vintage aux couleurs acidulées offre des boissons nonalcoolisées et en libre-service à ses « pensionnaires ». Près de 3 années de chine ont été entreprises par les équipes de JeanLuc Mathias, propriétaire de l’établissement, pour faire de cet hôtel construit dans les années 1930 un lieu de villégiature ou de travail hors du commun. Encriers, sièges d’écolier, bureaux en bois comme autre-

© Collège Hôtel

À proximité de la gare Saint-Paul et au cœur du Vieux Lyon, le Collège Hôtel nous fait retomber en enfance.

5, place Saint-Paul - Lyon 5e - www.college-hotel.com

fois, anciennes cartes de géographie… Tous les petits détails rendent ce lieu chaleureux. Le plus du site réside dans sa terrasse de 250 m2 avec transats, chaises et tables. Un havre de paix ensoleillé au cœur des immeubles dorés du Vieux Lyon. Le Baràgones attenant, jusqu’alors ouvert aux visiteurs de l’hôtel et aux Lyonnais, sera prochainement entièrement dédié à l’activité séminaire d’entreprise.

Okko, tous rêves inclus

© Okko Hôtel

Installé dans l’ancienne annexe de la Préfecture, l’hôtel 4 étoiles Okko Lyon Pont Lafayette décline un concept innovant de formule tout inclus.

Montage Marquant 2016.indd 53

14 bis quai Général-Sarrail - Lyon 6e - www.okkohotels.com

Ici, derrière cette grande façade blanche rehaussée d’une simple enseigne noire, aucun supplément ne vient grever le prix de la chambre. Les boissons et le snacking sont à disposition, tout au long de la journée, dans de grands frigos en alu brossé installés au cœur de l’espace restauration. C’est d’ailleurs là que, chaque soir, est organisé l’aperitivo, avec « le premier verre offert » pour accompagner la finger food et les buffets d’antipasti à volonté. Profitant de cet instant de convivialité, Okko Hôtel dévoile des produits locaux : bière Ninkasi, fromages de la Mère Richard, charcuterie de chez Bobosse. Toutefois, si le « tout inclus » représente aujourd’hui la marque de fabrique de l’enseigne, Okko Hôtel a beaucoup d’autres cordes à son arc pour séduire ses clients. À commencer par cet Espace Club situé au rez-de-chaussée, au look branché et design, où les professionnels peuvent jouir d’ordinateurs et d’imprimantes en libre service. Accessible aux clients via leur badge, il propose également une large revue de presse française et étrangère, à feuilleter dans de larges canapés colorés. Aux étages, les 85 chambres (dont 6 premiums), proposent une superficie de 15 à 20 m2. La décoration, dessinée par l’architecte Patrick Norguet, d’une grande sobriété, laisse l’œil découvrir des matériaux nobles : le velours de la niche où se cache votre machine Nespresso, le lin froissé de la parure de lit, les ventelles futuristes de la salle de bain qui laissent entrer la lumière tout en préservant l’intimité… Pour cocooner, les films en VOD sont en libre accès, tout comme le Wifi. La salle de bain est équipée d’un délicieux gel douche et d’un savon au miel. D’autres produits sont à disposition à l’accueil. Et c’est dans des serviettes Max Havelaar, issues du commerce équitable, que vous pourrez vous envelopper au sortir de la douche… italienne. Un luxe accessible à partir de 105 €.

11/05/16 11:37


Intérieur & extérieur

Hôtes de Marque L’ ar t d e rec e vo i r

Lapin Chasseur, tous tabliers dehors

© Lapin Chasseur

Replacer le linge de maison au centre de nos intérieurs, et celui de la cuisine en particulier. Voilà le défi que s’est lancé David Casalgrandi en 2009.

www.lapinchasseur.fr

« De la fantaisie dans l’assiette, mais pas autour », regrettet-il d’emblée. Selon lui, le succès grandissant des émissions culinaires et du manger mieux n’a pas changé le regard des gens sur l’outil principal que tout un chacun possède dans sa cuisine : le tablier. « Aujourd’hui tout le monde veut une cuisine ouverte et déco, mais personne n’ose s’afficher en tablier. C’est pour cela que j’ai décidé de travailler sur ce projet », explique David. Lapin Chasseur, la marque de linge de cuisine qu’il imagine depuis quelques années, voit le jour en 2013. Après avoir passé 20 ans dans le graphisme, dont 10 comme indépendant, David se sert de son expérience professionnelle pour innover. « Les artistes et stylistes nourrissent presque tous l’envie de créer leur propre marque un jour. À mon tour j’ai décidé de franchir le pas. » Et parce que, comme souvent, le produit qu’il recherche n’existe pas. « Pour ce qui est du tablier en lui-même, on reste trop souvent sur quelque chose d’anecdotique, à l’humour limité. J’avais envie de rompre avec ce genre de clichés, et prouver que l’on peut s’offrir un produit chic que l’on n’est plus obligé de cacher. » S’assumer en tablier comme on dresse une belle table pour ses invités, ni plus ni moins. La production est made in France. Le lin, tissé dans les Vosges et l’impression textile, réalisée à Valsonne, dans le Rhône. Cette volonté de produire 100 % français lui vient d’une mère confectionneuse. « Pour moi, la délocalisation a tué le savoir-faire français. C’est une petite revanche que je prends aujourd’hui en relocalisant la production de mes articles sur le territoire. » Lapins et chasseurs sont enfin réconciliés.

SMEG débarque à Lyon Il s’agit du deuxième point de vente exclusif de la marque italienne en France. Après Paris en 2012, la nouvelle boutique SMEG a ouvert ses portes sur le cours de la Liberté. Inaugurée le 31 mars, l’enseigne s’étend sur 150 m² et présente ses modèles les plus récents, mais aussi les plus emblématiques. À l’image de la ligne « Années 50 », proposée dans un large panel de couleurs, la gamme de centres de cuisson et l’électroménager encastrable. Ce spécialiste du design et de la technologie connaît bien la région : les entrepôts abritant le stock français de l’enseigne sont situés non loin de là, à Corbas.

Montage Marquant 2016.indd 54

© Smeg

© Smeg

54-55

35 cours de la Liberté – Lyon 3e www.smeg.fr

11/05/16 11:37


ICI LÀ-BAS MARQUER LE COUP LE DÉPAYSEMENT À DEUX PAS DE CHEZ SOI

À VOS MARQUES LA DÉCOUVERTE À QUELQUES HEURES DE VOL

MARQUER LES ESPRITS L’ÉMERVEILLEMENT À L’AUTRE BOUT DU MONDE

MARQUE-PAGE HIT BOOKS DE L’ÉTÉ

MARQUER LA CADENCE

56-79 56-57 79

PLAYLIST DE L’ÉTÉ

Montage Marquant 2016.indd 56

11/05/16 11:37


Orfis.indd 1

07/05/16 17:55


Marquer le coup

Le dépaysement à deux pas de chez soi

Ici & là-bas

UZÈS, TERRE DE SOLEIL ET D’AUTHENTICITÉ Lové au cœur d’un triangle d’or délimité par Alès, Orange et Nîmes, enraciné sur une terre gorgée de soleil, le duché d’Uzès réserve sa douceur de vivre à ceux tentés par l’abondance des produits du terroir aux saveurs toutes méridionales. Mais en ses murs siège aussi l’histoire, la grande et les petites. Une fugue s’impose…

PAYS GOURMAND !

58-59

© DR

Ce petit coin du Gard recèle de savoureux produits du terroir. Rehausser ses plats avec quelques pincées de thym, de sarriette, de laurier et de romarin. Se laisser envahir par une explosion de couleurs estivales, où le vert des melons et des courgettes le dispute au blanc de l’ail et au rouge des tomates et des fraises. La truffe, ce diamant noir, reste la star de l’hiver. Entretemps, l’automne aura livré ses champignons. Sans omettre les raisins, depuis l’introduction de la vigne par les Phéniciens et les Grecs il y a 2 000 ans. Sur des coteaux judicieusement orientés et parsemés de capitelles, le vignoble s’étale. En juillet 2013, les vignerons locaux ont décroché l’appellation d’origine protégée pour les vins Duché d’Uzès. Et pour accompagner ces breuvages, un Pelardon, produit ici ou du côté de Lussan, fromage à déguster chaud sur un toast ou simplement assaisonné d’un filet d’huile d’olive, accompagné de miel et de figues fraîches. De quoi chatouiller les narines et flatter les papilles…

Echapper aux affres d’un quotidien exténuant et s’affranchir des pesanteurs toutes citadines. Le dessein est ambitieux. Le défi, double. Peu d’avis contraires émergeront lorsque, en connaisseur, la cité Uzès sera présentée comme la parenthèse fraîcheur idéale. À quelques encablures de Lyon, le duché (depuis 1565) dévoile ses atouts colorés et appelle à la découverte. Dès l’entrée en Gard, le train-train s’évapore. On pose ses clefs de Bagnols pour s’emparer de celles d’Uzès, et s’éprendre quasi instantanément d’une cité labellisée « Ville d’Art et d’Histoire » depuis 2008. Couvre-chef rivé sur la tête, on déambule dans le centre-ville, dont 41 hectares sont classés « secteur sauvegardé » selon les modalités de la loi Malraux. Les superbes façades des XVIe et XVIIIe siècles et les hôtels particuliers séquencent les rues pavées comme autant de pages du grand livre d’histoire. Les potentialités de visites donnent le vertige ! Surtout au sommet des trois tours féodales. La tour de l’Evêché, surmontée d’un campanile abritant la cloche de l’Horloge communale depuis 1936, et la tour du Roi, magnifiquement conservée, côtoient la tour Bermonde, la plus haute puisque culminant à 42 m (avec une terrasse d’où l’on jouit d’un panorama à 360° sur la ville), et le château du Duché, ensemble architectural composite dont la grande cour se laisse investir par un porche à fronton encadré de deux colonnes en granit. Il serait vain d’en décrire tous les atours. Retenons, subjectivement, à

Montage Marquant 2016.indd 58

l’intérieur, les appartements ornés de multiples portraits de la famille des Crussol et, surtout, le Grand Salon Bleu d’époque Louis XV richement doté de gypseries, de 4 cheminées d’angle en marbre de Carrare et d’une admirable collection de vases en porcelaine de Chine. Le sacré est omniprésent sur ces terres balayées par les fratricides affrontements entre catholiques et protestants. Saccagée lors des guerres de religion, la cathédrale Saint-Théodorit ne prend pourtant pas ombrage de la proximité de la tour Fenestrelle, monument symbolique de la ville, puisque servant d’écrin à d’exceptionnelles orgues du XVIIe siècle à volets décorés, les seules encore d’origine en France. Si ce patrimoine vous donne le tournis, une halte s’impose. Entourée de maisons à arcades et au milieu de laquelle trône une fontaine en fonte du mitan du XIXe siècle, la place aux Herbes offre ses platanes centenaires en guise de toiture verdoyante, salvatrice à l’heure de siroter un verre. À l’occasion du marché, le samedi matin, plus de 200 commerçants y installent leurs étals d’artisanat d’art (poteries), de légumes, de fruits, distillant les parfums des herbes aromatiques de Provence et du Languedoc, parfait complément des fragrances d’une garrigue à portée de main. À Uzès, la nature n’est jamais loin. À l’instar de l’Alzon, discret cours d’eau, elle irrigue une cité au charme certain et à la douceur de vivre reconnue.

11/05/16 11:38


euro.indd 1

28/04/16 17:58


À vos marques La découverte à quelques heures de vol

Ici & là-bas

© DR

LISBONNE, LA VILLE MOSAÏQUE

Les sept collines de la capitale portugaise forment une mosaïque de quartiers qui ont leur charme et leurs secrets.

60-61

Pour comprendre Lisbonne, arrêtez-vous un instant devant un arrêt de bus. Vous constaterez que les voyageurs attendent sagement, en file indienne. Ce détail, qui a son importance, explique l’atmosphère d’une ville qui allie l’exubérance latine et le flegme britannique, les rayons d’un soleil généreux aux embruns océaniques. Ce dualisme se retrouve dans une modernité architecturale qui cohabite avec le patrimoine, notamment les murs d’azulejos, l’ouverture vers l’Atlantique et l’ancrage sur les bords du Tage, nostalgie d’un passé prestigieux bousculé par la réalité économique. Pour découvrir l’âme de Lisbonne, il faut accepter de s’oublier dans ses venelles, d’offrir ses mollets aux sept collines sur lesquelles elle déploie la blancheur de ses murs, rehaussée du rouge de ses toitures. L’Alfama, aux pieds du château Sao Jorge, et le Bairro Alto, le rendez-vous des noctambules, nourrissent les cartes postales des voyageurs. Mais d’autres quartiers méritent un détour, tels Senhora do Monte, qui offre la plus belle vue sur la ville, Principe Real et ses antiquaires, Cais do Sodré et son immense marché couvert ou encore le quartier bourgeois de Lapa. Sur les bords du Tage, en se dirigeant vers le large – de préférence en empruntant le tramway 28 –, le quartier de Belém abrite quelques monuments parmi les plus connus de la ville, comme la tour d’où les souverains saluaient le départ des caravelles vers les Indes et le mosteiro dos Jeronimos, modèle d’architecture manuéline. Institution inébranlable de Lisbonne, fondée au milieu du XIXe siècle, la Casa dos Pasteis sert toujours les « pasteis de nata », ces petits flans à la crème dont il garde jalousement le secret. Les amateurs d’art ne rateront pas le musée Gulbenkian, qui abrite la plus belle collection de tableaux vénitiens de Canaletto. Mais si vous préférez les plaisirs de la bonne chère, partez à la découverte d’une cuisine revisitée par de jeunes talents. Les moins audacieux rechercheront le cachet et les azulejos de la Cervejeria Trindade (quartier de Bairro Alto) ou de la Casa do Alentejo (Portas de Santo Antao), à deux pas de l’église Sao Domingos : ravagée en 1959 par un incendie qui en détruisit toutes les boiseries, elle se livre dans sa bouleversante nudité intérieure. Les œunophiles prendront le funiculaire da Gloria pour franchir les portes da Casa do Vinho do Porto, qui leur proposera la meilleure carte des vins de porto. Un lieu au charme discret, comme il en existe beaucoup à Lisbonne, témoin de la pudeur d’une ville qui refuse d’exposer tous ses trésors. Comme si elle voulait inciter le visiteur à revenir pour découvrir, chaque fois, de nouveaux secrets.

Montage Marquant 2016.indd 60

LE FADO, LE CHANT DE L’ÂME PORTUGAISE

JUIN, LISBONNE EN FÊTE

À propos des Lisboètes, Fernando Pessoa parlait de travailleurs qui passent la semaine à rire et à chanter car ils savent que, le dimanche, ils vont pouvoir pleurer en écoutant du fado. Expression de la « saudade », sorte d’alchimie entre la fatalité, la nostalgie, la mélancolie et le bonheur de souffrir, il reflète l’âme d’un pays tourné vers le large. Plongeant ses racines dans une culture métissée, marquée par le sentiment de l’absence, cette mélopée aux origines incertaines hante l’âme de toute une ville. Le fado chante le désespoir, les amours contrariés, la figure de la mère et la vie quotidienne des quartiers populaires où il prend sa source. Si vous voulez entendre les héritier(e)s d’Amalia Rodrigues, deux adresses s’imposent : Senhor Vinho, dans le quartier da Lapa, et Mesa de Frades, dans l’Alfama.

Le 13 juin, le calendrier célèbre Santo Antonio, patron de Lisbonne où il est né avant de s’exiler à Padoue, en Italie. La capitale portugaise a choisi cette date pour organiser la Festa de Lisboa, l’une des nombreuses Fêtes des saints populaires, version christianisée des célébrations païennes qui accompagnent le solstice d’été, à l’image de la Saint-Jean à Porto. Les Fêtes de la Saint-Antoine mobilisent les Lisboètes qui, la nuit du 12 au 13, descendent dans les rues pour assister au défilé des marches populaires le long de l’Avenida da Liberdade, avant de s’encanailler dans le vieil Alfama, quartier épargné par le tremblement de terre de 1755, transformé en immense guinguette où la bière et le vin rouge accompagnent les premières sardines grillées de la saison.

11/05/16 11:39


Marquer les esprits

L’émerveillement à l’autre bout du monde

Ici & là-bas

© Anantara Kihavah

LES MALDIVES, UN PETIT GOÛT DE PARADIS

À plus de 500 km des côtes srilankaises, l’archipel des Maldives compte une centaine d’îles proposant des séjours ultra luxe et n’abritant bien souvent qu’un seul hôtel, desservi par bateau ou hydravion. Farniente, découvertes sous-marines et activités nautiques animent la vie de ces plaisanciers à la recherche du bonheur.

LES MALDIVES EN BATEAU

UN MAJORDOME PERSONNEL

Rien de tel que les croisières pour découvrir l’environnement aquatique et les paysages spectaculaires de ces 1 200 îles et îlots coralliens. Pour une journée ou pour une semaine, elles vous permettront de visiter des villages de pêcheurs et des îles-hôtels, de pratiquer la plongée et le snorkeling et croiser, au passage, quelques raies Manta, des requins-baleines et autres poissons aux couleurs fantastiques. Embarquez à bord de superbes yachts privatisés, qui vous mèneront à la découverte de Male, l’île capitale, avant de se perdre au cœur des archipels, où vous pourrez, au choix, siroter un cocktail ou déguster un poisson grillé sur la plage d’un hôtel de luxe.

OU UNE ÎLE PRIVATISÉE

Luxe suprême de ce séjour dans un autre monde, le majordome s’occupe de l’intendance des journées et des nuits en organisant les activités, réservant les restaurants et prévoyant même les serviettes de bains ! En anticipant les gestes de ses hôtes, il leur permet de s’abandonner totalement à leurs vacances. Il est également possible de privatiser une île. Certaines d’entre elles ne possédant que quelques bungalows, plusieurs familles ou amis peuvent s’isoler en réservant leur petit bout de terre pour la durée de leur séjour. Personne d’autre n’a alors accès à leur coin de paradis personnel.

DES HÔTELS ATYPIQUES

© conrad_maldives

LA TABLE SOUS-MARINE

Montage Marquant 2016.indd 61

La cuisine maldivienne traditionnelle se compose essentiellement de poisson et de riz parfumé au curry et à la coco. Aussi, pour une expérience incomparable, ne partez pas sans avoir testé le restaurant sous-marin, un concept inventé sur place pour des touristes épris de dépaysement total. Construits sous l’eau et accessibles par le ponton de l’hôtel, ces établissements invitent à une dégustation au cœur du récif, autour d’un spectacle aquatique naturel et unique derrière ses vitres. Tel un aquarium géant perdu au fond de l’océan Indien.

Situé sur l’île-village d’Hanimaadhoo, dans l’atoll de Haa Dhaalu, à l’extrême nord des Maldives, The Barefoot Eco Hôtel est un des derniers-nés de l’archipel. Construit dans le plus pur respect de l’environnement, il s’intègre harmonieusement à son cadre naturel avec sa plage privée de sable blanc, au bord du lagon turquoise et sous une végétation émeraude. Il ne fait pas exception. Guest-houses pieds dans l’eau, chambres perchées dans les arbres, piscines d’eau de mer et même jardinssalles de bains… Ici les hôtels sont de véritables nids préservés. Un paradis qui a tout de même un prix, les tarifs pouvant dépasser les 3 000 € la nuit. Renseignez-vous chez Ultramarina 11 rue Bugeaud - Lyon 6e http://ultramarina.com

11/05/16 11:39


Marque-Page

Hit books de l’été

Les hit-books de l’été Ça y est, les beaux jours ont résolument pris leurs quartiers. Sur votre table de jardin, un cocktail glacé. Confortablement installé(e), lunettes chaussées sur le nez, c’est décidé : aujourd’hui, vous attaquez votre nouveau roman. Un de ceux qui vous tiennent en haleine pour ne plus vous lâcher. Sélection de 5 perles littéraires à découvrir, dévorer, conseiller.

> Un dernier verre au bar sans nom – Don Carpenter

Au crépuscule des années 1950, alors que la beat generation bat son plein, une bande de copains erre entre San Francisco et Portland… L’œuvre posthume de Don Carpenter, mort en 1995, est aussi sa plus belle depuis Sale temps pour les braves.

> M Train – Patti Smith Les années passant, Patti Smith se revendique davantage, à juste titre, comme écrivaine. Six ans après Just kids, l’icône rock poursuit son oeuvre autobiographique, toujours bercée de mélancolie. Un voyage initiatique, méditatif et poétique. Éditions Gallimard, 272 pages

Éditions Cambourakis, 384 pages

> Congo Requiem

> On dirait nous

Intrigue haletante, rebondissements incessants, tension constante... Grangé maîtrise parfaitement les codes du polar et son dernier-né, suite survoltée et diabolique de Lontano, ne fait pas exception.

Illan et sa maitresse Soline se livrent à des privautés dans le square Fréderic-Dard. Un vieux couple n’en perd pas une miette. Tel est le point de départ de ce récit abracadabrantesque et sensuel, où l’on s’interroge, s’émeut, s’amuse tour à tour.

62-63

– Jean-Christophe Grangé

Montage Marquant 2016.indd 62

Éditions Albin Michel, 736 pages

– Didier van Cauwelaert

Éditions Albin Michel, 368 pages

11/05/16 11:39


x

Marquer la cadence

Playlist de l’été

LA PLAYLIST DE L’ÉTÉ Terrasse, rosé, barbecue, coucher de soleil et premiers plongeons... Alors que le beau temps gagne enfin les villes, que l’heure est à la flânerie et aux soirées en plein air, Marquant vous offre sa playlist « pop rock funk » idéale. 15 chansons indispensables à télécharger dans son iPod et écouter en boucle sur la route des vacances…

r, 1. Heal Tomorrow - Naive New Beaters feat. Izia (La Onda) 2. The Element of Surprise – The Last Shadow Puppets (Everything You’ve Come to Expect)

3. Badaboum – Hooverphonic (In Wonderland) 4. Friend Hospital – Nada Surf (You Know Who You Are) 5. Only Children – Sage (Sage) 6. Whiskey Mike - Sarah W. Papsun (Marathon) 7. Alright – Pony Pony Run Run (Voyage Voyage) 8. Change the Colours – Puggy (Colours) 9. Burning – The War on Drugs (Lost in the Dream) 10. Falling From the Sky – Calexico (Edge of the Sun) 11. Ophelia – The Lumineers (Cleopatra) 12. Getaway – Gaspard Royant (Have You Met Gaspard Royant?) 13. Best Friends – Foster the People (Supermodel) 14. Don't Lose Your Steam (Fred Falke Remix) – Gregory Porter

(Take Me To The Alley)

15. Pleine Lune II – Sébastien Tellier (Marie et les Naufragés)

Montage Marquant 2016.indd 63

11/05/16 11:39


Nouvelle

Renault MEGANE

Design sportif et signature lumineuse identitaire. Poste de conduite high-tech, avec tablette tactile R-Link 2* de 8,7”. Conduite maîtrisée grâce au châssis 4Control* et à la boîte automatique EDC à double embrayage*.

Crédit photo : John Higginson.

Activez vos sensations

* Disponible selon version. Consommations mixtes min/max (l/100 km) : 3,3/6. Émissions CO2 min/max (g/km) : 86/134. Consommations et émissions homologuées selon réglementation applicable. renault.fr

7171-AP NOUVELLE MEGANE 275x375.indd 1

04/05/2016 15:05

Marquant 2016  

Le supplément Mode tendance du Tout Lyon Affiches

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you