Page 13

DOSSIER

Craintes et habitudes des parents d’élèves Un sondage réalisé par le TCS livre des résultats significatifs sur le chemin de l’école. On y apprend quels dangers inquiètent les parents lorsque leur bambin se rend en classe, les mesures entreprises et pourquoi les parents-taxis sont plus nombreux en Suisse romande. TEXTE DOMINIC GRAF | PHOTO PIA NEUENSCHWANDER | ILLUSTRATION NICOLAS KRISTEN

E

n tant que parent, il n’est pas rare de voir partir son enfant à l’école avec une certaine inquiétude. Bon nombre de pères et de mères de famille éprouvent même de la peur. Afin d’en décrypter les raisons, le TCS a chargé l’institut Link de réa­ liser un sondage représentatif sur la perception des dangers du chemin de l’école. Plus de 500 personnes en Suisse romande et en Suisse alémanique – toutes ayant la responsabilité d’enfants âgés entre 4 et 13 ans – ont été interrogées dans le cadre de cette enquête.

Premier souci, le trafic Selon l’étude, deux tiers des enfants en Suisse parcourent une distance de un kilomètre au maximum pour rejoindre leur établissement scolaire, et trois quarts d’entre eux traversent la route jusqu’à trois fois. C’est pourquoi les

parents se préoccupent au premier chef du trafic automobile. Les principales sources de danger sont la distance, la densité du trafic aux abords des écoles et les limitations de vitesse insuffisantes. Dans trois quarts des cas, le chemin de l’école emprunte une rue à régime 50 km/h, voire 80 km/h pour un écolier sur 10.

Une «barrière des röstis» Afin d’assurer la sécurité de leurs enfants, les parents sondés recourent à différentes mesures, lesquelles varient fortement de part et d’autre de la Sarine. Les parents-taxis sont par exemple nettement plus répandus en terres francophones. En tout, 30% des Romands concèdent ainsi amener leurs enfants régulièrement à l’école en voiture, contre à peine 7% en Suisse alémanique.

Si la dernière liaison en transports publics est annulée ou que le mauvais temps rend la poursuite de votre voyage impossible, le TCS prend en charge les frais de taxi ou de nuitée.

Constat frappant, et cela des deux côtés de la Sarine, l’existence d’une corrélation entre le niveau de revenus et la propension à endosser le rôle de parents-taxis: 21% des ménages percevant un revenu supérieur à 10 000 fr. par mois conduisent ainsi fréquemment leurs enfants à l’école en voiture, contre seulement 10% dans la tranche de revenus entre 6000 et 10 000 fr. A l’appui de leur choix, les parents concernés, outre l’argument de la sécurité, allèguent également le gain de temps (lire également la position du TCS sur les parents-taxis dans l’encadré en page 19).

Le TCS est à vos côtés pour des questions juridiques.

Vélo boudé en Romandie

LE SAVIEZ-VOUS? Le sociétariat du TCS est déjà votre garantie de sécurité dans tous vos déplacements. Désormais, tous les membres de votre ménage peuvent profiter de la protection d’un sociétariat famille. Et c’est gratuit pour les enfants jusqu’à 26 ans! Le meilleur service de dépannage de Suisse, y compris pour les vélos.

Une protection spéciale pour les plus jeunes avec le bracelet «Kids Help». Ce bracelet est gratuit pour les enfants inscrits.

En savoir plus: tcs.ch/changer ou 0844 888 111

Alors que les parents romands tendent à accompagner leurs enfants à l’école, on préfère en Suisse alémanique s’arranger pour qu’il chemine de manière autonome en compagnie de camarades (65% contre 40%). Un net contraste

entre régions linguistiques apparaît également quant à l’usage de la bicyclette. Près de 70% des enfants alémaniques utilisent le vélo quotidiennement ou plusieurs fois par semaine, alors qu’ils ne sont que 37% en Suisse romande. Cette différence notable trouve vraisemblablement son explication dans le fait que la quasi-totalité des enfants alémaniques (85%) ont passé un examen de conduite à vélo, contre seulement 55% en Suisse romande. A l’inverse, les patrouilleurs et les bus scolaires sont davantage répandus en terres francophones que germanophones.

Les sept règles d’or Engagé depuis plus de six décennies au service de la sécurité routière, le TCS propose une série de conseils pour aider parents et enfants sur le chemin de l’école. L’essentiel de son message en sept points: 1. Les jours précédant la rentrée scolaire, accompagnez à plusieurs reprises votre enfant sur le chemin de l’école afin de le rendre attentif aux éventuels dangers. 2. N’empruntez pas l’itinéraire le plus court, mais le plus sûr. 3. Habillez votre enfant de vêtements clairs et réfléchissants. 4. Au passage piétons, arrêtez-vous avant la bordure du trottoir, regardez dans les deux directions et écoutez attentivement le trafic. Veillez à ce que les roues des véhicules soient complètement immobilisées avant de vous engager sur la chaussée («roues arrêtées, enfants en sécurité»). 5. Ne traversez pas la route en courant, mais en marchant normalement. 6. Sur les routes dépourvues de trottoirs, marchez du côté gauche de la route. 7. Comportez-vous toujours de manière exemplaire, les enfants observent et imitent les adultes. ◆

Vidéo Conseils pour le chemin de l’école tcs.ch/videoportal

septembre 2019 | touring

13

Profile for Touring Club Schweiz Suisse Svizzera Switzerland

Touring 09 / 2019 français  

Le journal de la mobilité, édition du septembre 2019

Touring 09 / 2019 français  

Le journal de la mobilité, édition du septembre 2019