__MAIN_TEXT__

Page 1

Cinema Makers

Mikael Arnal & Agnès Salson

Le nouveau souffle des cinémas indépendants ↘ The renewal of indie cinemas

Le Blog documentaire éditions


3

Les auteurs

8

L’origine du projet : un tour d’Europe des cinémas

16

NUMAX — Saint-Jacques-de-Compostelle

↘ About the authors

↘ The origins of the project – a tour of European cinemas

Une aventure collective pour un cinéma réinventé ↘ A collective venture to reinvent a cinema

24 UP OUTDOOR — Lozenets

Un cinéma éphémère au bord de la mer Noire ↘ A pop-up cinema by the Black Sea

30 PICCOLO AMERICA — Rome

De jeunes Romains s’engagent pour sauver un cinéma de la destruction ↘ A cinema saved from demolition by a group of young Romans

40 KINODVOR — Ljubljana

Un cinéma vieux d’un siècle qui ne cesse d’expérimenter ↘ A hundred-year-old cinema that keeps on innovating

48 TOLDI MOZI — Budapest CINEMA MAKERS

Cinéma indépendant le jour, club de musiques électroniques la nuit ↘ Indie cinema by day, electric music club by night

54 ZUMZEIG — Barcelone

Le premier cinéma coopératif de Catalogne ↘ Catalonia’s first cinema cooperative

62 DOKUKINO — Zagreb

De la production à la diffusion : un lieu 100 % dédié aux documentaires ↘ From production to screening: a venue 100 % dedicated to documentaries

70 CASABLANCA — Nuremberg

Une salle sauvée de la fermeture par ses spectateurs ↘ A cinema saved from closure by its audience

4


76

BIOS — Athènes

82

CUBE MICROPLEX — Bristol

90

L'EXPÉRIENCE CINEVILLE — Amsterdam

98

WOLF — Berlin

Un festival transformé en centre d’art pluridisciplinaire ↘ From festival to combined arts centre

Une expérience sociale artistique sous la forme d’un cinéma ↘ An artistic social experiment in the shape of a cinema

Une carte illimitée pour les cinémas indépendants des Pays-Bas ↘ An unlimited pass for independent cinemas in the Netherlands

Un cinéma créatif aux multiples espaces pour les artistes émergents ↘ A creative cinema with multiple spaces for emerging artists

106 KINO NOWE HORYZONTY — Wroclaw

Un ancien multiplexe devenu le plus grand cinéma indépendant d’Europe ↘ A former multiplex that became the largest independent cinema in Europe

112 POSTMODERNISSIMO — Pérouse

Un groupe d’amis transforme un cinéma de quartier fermé depuis 15 ans ↘ A local cinema transformed by friends 15 years after its closure

Cinéphilie festive et espaces de création sous un même toit ↘ Festive cinephilia and creation spaces under the same roof

128 DEPTFORD CINEMA — Londres

Construire et faire vivre un cinéma avec les habitants ↘ Building and running a cinema with local residents

SOMMAIRE ↘ CONTENTS

120 KINO — Rotterdam

136 BELLEVAUX — Lausanne

Métamorphose d’un des plus vieux cinémas suisses en lieu d’avant-garde ↘ The metamorphosis of one of Switzerland’s oldest cinemas into an avant-garde venue

144 NOVI BIOSKOP ZVEZDA — Belgrade

Un cinéma occupé pour une nouvelle génération d’artistes serbes ↘ An occupied cinema for a new generation of Serbian artists 5


152 CINECIUTAT — Palma de Majorque

Un cinéma repris par les citoyens : un modèle d’autogestion ↘ A cinema taken over by the community: an example of self-management

158 IL KINO — Berlin

Cinéma + bistrot : un lieu chaleureux pour découvrir des films ↘ Cinema + cafe-bar = an inviting place to discover films

166 SPOUTNIK — Genève

Une salle alternative, tête chercheuse d’un cinéma engagé ↘ An alternative venue pioneering politically-engaged cinema

174 WATERSHED — Bristol

Un modèle de cinéma combinant création et nouvelles technologies ↘ How a cinema can successfully combine creativity and new technologies

184 Épilogue : la création de La Forêt Électrique ↘ Epilogue – the birth of La Forêt Électrique

196 Remerciements ↘ Thanks

198 Crédits

CINEMA MAKERS

↘ Credits

6


8

CINEMA MAKERS


L’origine du projet

Un tour d’Europe des cinémas

En 2014, nous nous sommes lancés sur les routes de France à la rencontre d’une centaine de cinémas indépendants, à bord d’un vieux van Volkswagen. Nous étions en quête d’inspiration pour réaliser notre rêve : lancer notre propre salle de cinéma. Durant tout l’été, nous avons soigneusement récolté les idées qui excitaient notre imagination pour les partager sur un site internet créé par nos soins. Si toutes ces initiatives nous inspiraient, elles pouvaient en inspirer d’autres. Le projet Tour des cinémas était né. 2014, c’était aussi l’année de l’arrivée de Netflix en France, devenu le symbole de nouvelles pratiques. En offrant un accès illimité à des contenus que l’on peut voir où l’on veut, quand on veut et comme on veut, les plateformes de streaming ont bouleversé les rapports entre les publics et les œuvres. De manière générale, nous observions les mutations à grande vitesse entraînées par la présence grandissante d’internet et du numérique dans nos vies. Une question nous revenait sans cesse : quelle sera la place de la salle de cinéma dans ce nouvel environnement ? Elle n’est plus le lieu unique où l’on découvre des films et elle est souvent désignée comme la perdante évidente d’une prétendue lutte à mort contre les plateformes de streaming. Réduite à l’espace de projection et définie comme une simple boîte noire, elle apparaît surannée dans les médias qui annoncent régulièrement sa disparition. C’est dans ce contexte qu’a germé dans notre esprit l’envie d’étendre notre exploration au-delà des frontières françaises.

L’ORIGINE DU PROJET

De la France à l’Europe

9


CINEMA MAKERS

NUMAX Saint-Jacques-de-Compostelle, Espagne ↘ Santiago de Compostela, Spain

16


NUMAX

Ouvert depuis 2015, le Numax est un cinéma organisé sous la forme d’une coopérative de travailleurs sans but lucratif où cohabitent une librairie, un café et un laboratoire de création graphique et vidéo.

17


↑ Irma et Ramiro

Niché à deux pas du centre historique de Saint-Jacquesde-Compostelle, le Numax est l’unique salle indépendante de la ville. La bruine accompagne notre voyage depuis le départ, et c’est dans les rayons de leur librairie que nous trouvons refuge. Coffret DVD de Jacques Tati, vente du dernier numéro des Cahiers du cinéma, et à l’affiche la ressortie de Mauvais Sang de Leos Carax : le cinéma français est à l’honneur lors de notre visite. Ramiro Ledo, responsable du cinéma et réalisateur, nous rejoint autour du bar et nous raconte la genèse du projet. « Si tous les cinémas ferment, pour voir des films, il faut ouvrir ton propre cinéma. »

CINEMA MAKERS

« Si tous les cinémas ferment, pour voir des films, il faut ouvrir ton propre cinéma »

18

En 2013, les cinq fondateurs, Ramiro Ledo, Irma Amado, Pablo Cayuela, Xosé Carlos Hidalgo et Antonio Doñate s’associent pour créer le Numax. Le nom du cinéma est directement inspiré du documentaire de Joaquín Jordá, Numax, un film où un groupe de travailleurs de la fabrique d’électroménager du même nom s’organise pour reprendre la production de manière autogérée. Après deux années de dur labeur, ils décident de changer de vie, d’abandonner la chaîne de production et de financer ce film avec les 600 000 dernières pesetas de leur caisse de résistance. En écho à cette histoire, la création du Numax est l’opportunité pour l’équipe de repenser en profondeur la structure de fonctionnement des lieux culturels et des rapports entre les travailleurs. C’est une forme de réponse créative à la crise économique, une proposition concrète pour changer les conditions de travail.


NUMAX

↑ inauguration du cinéma aux côtés du réalisateur finlandais Aki Kaurismäki, venu pour l’occasion

Dans la continuité de cette réflexion, le financement du projet se démarque des méthodes traditionnelles, privilégiant une alternative aux banques : la coopérative de crédit Coop 57. Toutefois, pour obtenir un crédit de 300 000 €, il leur faut des garanties solides. Ils décident alors de faire appel à la communauté par le biais d’une campagne publique. « Toute la campagne a été très détaillée et transparente, c’était comme un leitmotiv. Nous indiquions tout, y compris notre salaire, qui est le même pour tous », précise Ramiro. Ce sont 182 personnes qui répondent à l’appel public et qui, en se portant garantes, permettent au Numax d’obtenir le crédit nécessaire à la mise en place du projet. De leur côté, les fondateurs du lieu avancent chacun la somme de 8 000 € et sont soutenus par l’universitaire Margarita Ledo Andión qui complète le financement par un apport au capital social de 24 000 €. « Nous avons un réseau à Saint-Jacques-de-Compostelle et une forte relation avec la communauté. Il était impossible de mettre ce projet en place ailleurs car il a besoin d’une relation de proximité qui va un peu au-delà de l’investissement professionnel », souligne Ramiro. S’ajoute à ce financement communautaire une aide européenne à la création d’entreprise, le fonds FEDER en Galice. 

Le financement rassemblé, un groupement d’architectes également organisé en coopérative de travailleurs (Hàbitat Social) s’attelle à la conception et à la construction du cinéma. Le 13 mars 2015, les 182 garants ont le bonheur d’assister à la première projection au Numax. Au programme, le film Au loin s’en vont les nuages d’Aki Kaurismäki. Le réalisateur, informé de l’évènement, fait la surprise de venir célébrer l’ouverture avec l’équipe et les spectateurs. Le Numax réunit dès la première année plus de 30 000 personnes, séduisant un public mixte et de tous âges, avec de nouveaux spectateurs chaque semaine. 19


CINEMA MAKERS

↑ identité graphique ↙ inauguration du cinéma

La programmation du cinéma s’articule autour de trois grandes lignes : des premières en version originale, des films de répertoire et une section de recherche appelée Les Yeux verts avec des films qui repensent les manières de voir et de raconter. « L’idée, c’est de passer des films de recherche et découverte qui ne sont pas distribués en Espagne. Nous sommes des gens du cinéma qui aimons voir des films, qui écrivons des critiques, faisons des études autour du cinéma et allons en festival pour découvrir des œuvres. De nombreux films n’arrivent pas au public et nous serions heureux de travailler pour les diffuser dans les mêmes conditions techniques que d’autres films », complète Ramiro. Au-delà des séances cinématographiques, le lieu abrite d’autres activités : une librairie, un laboratoire graphique et vidéo ou encore un bar dont les fonctionnements distincts ont été réfléchis pour s’associer organiquement. « Repenser chaque activité et l’intégrer à un nouvel ensemble est un processus créatif qui demande beaucoup de travail », nous confie Irma, en charge de la librairie, qui développe de nombreux ponts avec la programmation cinématographique.

20

Le laboratoire de création graphique et vidéo est un studio situé dans le sous-sol, qui se charge de l’ensemble des visuels du Numax. Le soin apporté à la charte graphique du lieu, déclinée sur tous les supports (tickets de cinéma, sacs et autres goodies), témoigne de l’attention que l’équipe porte à chaque détail pour créer un ensemble cohérent avec une forte identité. Au-delà de ce travail interne, le laboratoire propose des services de conception graphique web (avec un développeur en interne) et de post-production audiovisuelle (montage, étalonnage, fabrication de DCP, sous-titrage, etc.). Peu après son ouverture, le Numax s’est lancé un nouveau défi  : créer une activité de distribution de films. Alors que les travaux du lieu ne sont pas terminés, Ramiro découvre au festival de Séville le film Los Hongos, du réalisateur colombien Oscar Ruíz Navia, et souhaite le programmer. En contact avec les vendeurs interna-


NUMAX

tionaux, ces derniers lui proposent de prolonger son travail et de distribuer ce film dans les salles espagnoles. « J’ai accepté. Tout l’été, j’ai cherché des informations sur internet pour savoir en quoi consistait exactement le métier de distributeur, j’ai appris au fur et à mesure en distribuant ce premier film. » Le film sort en salles quelques mois après le lancement du cinéma via Numax Distribución. Grâce à la complémentarité des activités du Numax, de la programmation au graphisme (réalisation des affiches et des supports promotionnels) en passant par le montage (pour les bandes-annonces) ou encore la post-production, ils décident dans la foulée de distribuer d’autres films comme La Idea de un Lago de Milagros Mumenthaler ou Caballo Dinero de Pedro Costa. « Ce sont des films qui proposent des approches originales du cinéma. Cela nous semblait très injuste que ces films ne soient vus par personne, sauf par les cinéphiles qui se déplacent en festivals. Notre envie d’être distributeurs vient de ce désir de défendre ces films qu'on aime vraiment. » Animée par un esprit pionnier, fruit d’un travail acharné, l’équipe du Numax a de nombreuses idées pour la suite : développer l’activité de distribution et continuer à inventer. En quelques mots : créer le lieu dont elle rêve, et essaimer.

21


CINEMA MAKERS

↘ Opened since 2015, the Numax is a nonprofit cinema run by a workers’ cooperative. It also houses a bookshop, a cafe and a graphics and video studio.

22

Just a stone’s throw from the historic centre of Santiago de Compostela, the Numax is the only independent cinema in the city centre. To get away from the drizzle that has followed us since the start of our travel, we take refuge in the cinema’s bookshop. At the time of our visit French cinema is very much on display, with Jacques Tati box sets and the latest edition of Cahiers du cinéma on sale, and the re-release of Leos Carax’s Bad Blood on the billboard. Ramiro Ledo, film director and the cinema’s manager, joins us at the bar to tell us how the project began. “If all the cinemas close down, you have to open your own if you still want to see films”. In 2013, the five founders, Ramiro Ledo, Irma Amado, Pablo Cayuela, Xosé Carlos Hidalgo and Antonio Doñate, joined forces to create the Numax. The cinema’s name is directly inspired by Joaquín Jordá’s Numax, a film documentary in which a group of household appliances manufacturers take over their factory – also called Numax – in order to self-manage it. After two years of hard work, they decide to change their lives, abandon the production line and fund this film with the only 600,000 pesetas remaining in their contingency fund. Echoing this

story, the Numax Cinema project has given the team an opportunity to completely rethink relations between workers and the way cultural spaces are run. It has been a creative way to respond to the economic crisis, and a tangible way to change working conditions. In line with this philosophy, the project dispensed with traditional funding methods, instead favouring a credit union (Coop 57) as an alternative to banks. However, in order to obtain a €300,000 loan, firm guarantees were essential; so the team decided to call on the support of the community through a publicity campaign. “The campaign was very detailed and transparent throughout – like a leitmotif. We listed everything, including our salary, which is the same for everyone”, Ramiro points out. In total, 182 people responded to the public appeal and offered to act as guarantors, enabling the Numax to obtain the credit needed to implement the project. The founders also contributed €8,000 each and received the support of academic Margarita Ledo Andión, who supplemented the capital with a contribution of €24,000. “We have a network in Santiago de Compostela and a strong relationship with the community. It would have been impossible to set up this project elsewhere


because, to succeed, there needs to be a sense of community that goes beyond just professional investment” explains Ramiro. In addition to the community’s funding, the project also received a European start-up grant (ERDF in Galicia). Once the finances were in place, a cooperative of architects (Hàbitat Social) got down to the task of designing and building the cinema. On March 13 2015, the 182 guarantors had the pleasure of attending the Numax Cinema’s first screening, Drifting Clouds by Aki Kaurismäki. Informed of this occasion, the director paid a surprise visit to celebrate the cinema opening with the team and the audience. In just one year, the cinema has managed to draw in more than 30,000 people from all walks of life and of all ages, and continues to attract new film lovers every week. The cinema’s programming is built around three main axes: new releases in their original language, classic films, and an experimental section known as Green Eyes, featuring films that take a different approach to viewing and narrating. “The idea is to show ‘experimental’ films that aren’t being distributed in Spain. As people who work in the cinema industry, we enjoy watching films, writing reviews, studying the art and going to festivals to discover new works. So many films never reach audiences, but we would be happy to screen them under the same technical conditions as other films” adds Ramiro. In addition to showing films, the cinema also houses a bookshop, a graphics and video studio, and a bar, which are run separately but intended to blend together organically. “Taking a fresh look at every activity and incorporating it into a new overall set-up requires creative thinking and lots of work,” points out Irma, who runs the bookshop and develops numerous ties with the cinema’s programming.

The graphics and video studio, located in the basement, designs all visuals for the Numax. The attention paid to the venue’s graphic charter, which is printed on all materials (cinema tickets, bags and other goodies), shows just how much care the team puts into creating a coherent ensemble with a strong identity. In addition to its internal activities, the studio offers web design services (with an internal developer) and audiovisual postproduction services (editing, calibration, DCP production, subtitling, etc.). Shortly after opening, the Numax set itself a new challenge: launching a film distribution business. While works where still going on the premises, Ramiro discovered Los Hongos by the Colombian director Oscar Ruíz Navia at the Seville Film Festival and decided to screen it. The international sellers he had contacted suggested he extend his endeavour to other Spanish cinemas. “I accepted. I spent all summer on the Internet figuring out what the job entailed exactly and learned little by little as I distributed this first film”. A few months after the cinema opened the film was released in theatres via Numax Distribución. The complementary nature of the Numax’s activities, which include programming, graphic design (for posters and promotional materials), editing (for trailers) and post-production, gave the team the confidence to distribute other films while they were at it, including The Idea of a Lake by Milagros Mumenthaler and Horse Money by Pedro Costa. “These films take an original approach to cinema. We thought it was unfair that the only people seeing them were movie buffs who travelled to film festivals. Our endeavour as distributors stems from this desire to champion those films we truly love”. Driven by a pioneer vision and relentless work, the Numax team has plenty of ideas for the future that include developing their distribution activities and furthering innovation. In a nutshell, the team is committed to spreading their ideas while creating the place of their dreams.

↘ NUMAX

“If all the cinemas close down, you have to open your own if you still want to see films”

23

Profile for Agnès Salson

CINEMA MAKERS - aperçu du livre ↘ book preview  

CINEMA MAKERS by Mikael Arnal & Agnès Salson // Graphic design by Clara Choulet - https://clarachoulet.com/

CINEMA MAKERS - aperçu du livre ↘ book preview  

CINEMA MAKERS by Mikael Arnal & Agnès Salson // Graphic design by Clara Choulet - https://clarachoulet.com/

Advertisement