Issuu on Google+

  Alors  qu’il  allait  encore  une  fois  faire  demi-­‐  tour.  Il  ne  s’arrêta  pas.  Le  demi-­‐tour   qu’il  aurait  du  réenclencher  ne  se  fit  pas.     Au   début   il     s‘était   seulement   trompé   de   chemin.   Il   avait   décidé   de   continuer   sur   un   sentier,   et   d’enfanter   son   propre   chemin.   Il   cessait   d’être   lui   pour   devenir   autre  chose.  Il  ne  savait  pas  bien  quoi.  Il  savait  seulement  que  pour  l’être  il  fallait   marcher.  C’était  là  sa  raison  d  ‘être.     Marcher.     Seulement  marcher.     Être  au  monde  en  mouvement.     Traverser  montagne,  colline  et  ruisseau  pour  atterrir  là.  Dans  cette  ville  urbaine   où   il   décida   de   faire   demi-­‐tour   et   d’engendrer   le   système   des   boucles   infinies.   Comme  tant  d’autres  avant  lui  et  comme  d’autres  après  lui.       Voilà  son  lieu,  sa  place,  sa  ville,  ses  bouches  de  métro,  ses  murs,  ses  rampes.     Il   était   comme   un   fantomatique   personnage   de   dessin   se   mouvant   dans   un   décor   immobile.  Une  silhouette  hors  de  contexte  dans  un  croquis  des  flux  de  la  rue.     Il  était  pourtant  là,  présent,  lui,  dans  les  rues  de  la  ville  alors  que  tous  les  autres   étaient  absents  dans  leurs  pensées.  Il  était  le  seul  qui  croyait  en  ce  qu’il  faisait,  le   seul  qui  a  traversé  vraiment  ces  rues.     Bien  qu’il  n’ait  été  le  seul  a  y  être  présent.       Aujourd’hui   la   rue,   la   chaussée,   le   chemin   étaient   son   territoire.   Autant   d’endroits  qui  ont  marqué  sa  vie  comme  il  a  marqué  ces  endroits,  ces  lieux,  ces   places.     Il  était  ce  que  la  rue  avait  de  plus  sincère,  de  plus  fidèle  à  sa  raison  (d’être).     Aujourd’hui  c’est  un  homme  qui  ressemble  à  l’extérieur.         Il  s’était  simplement  trompé  de  chemin.  Un  jour,  une  fois.  Alors  qu’il  était  comme   eux.  Le  même  parmi  les  autres.     Il  avait  fait  ce  choix  qui  l’avait  amené  à  ce  rond  point,  qui  quelques  années  plus   tôt    l’avait  séduit  assez  pour  qu’il  l’intègre  à  jamais  à  son  parcours.       Pourtant   aujourd’hui   c’était   différent.   Aujourd’hui   il   se   posait   des   questions.   Il   remettait   en   doute   toute   sa   démarche   depuis   cette   erreur   qui   l’avait   amené   à   prendre  un    autre  chemin.       Pourquoi   aujourd’hui  ?   Pourquoi   maintenant  ?   Ça   ce   sont   nos   questions.   Les   siennes  étaient  pourquoi  ?  Comment  ?  Dans  quel  but  faire  demi  tour  ?  Voilà  des   années   que   sa   vie   avait   suivi   ce   choix,   partant   d’une   séparation   de   deux   chemins   anodins.       Il   s’en   souvenait.   Il   était   encore   jeune.   Il   était   le   même   parmi   les   autres.   Et   ce   chemin  l’avait  convaincu  d’être  autres  parmi  les  mêmes.     Grande  route  pour  petit  chemin.       Il  y  avait  quelque  chose  de  pictural,  pittoresque  dans  ce  chemin.  Il  s’en  souvient  à   la   manière   d’un   spectateur   qui  le  voit,  lui,  à  travers  les  yeux  de  l’esprit,   s’avancer    


vers   ce   qui   fera   la   seconde   partie   de   sa   vie.   Parce   que,   comme   on   dit,   il   était   quelqu’un  avant.  Il  était  installé  dans  un  monde.     Médecin   d’un   bourg.   Père   d’enfants.   Mari   de   femme.   Fils   de   parents.   Tout   vous   dis  je,  tout.       Cela   lui   revient   comme   un   flash.   Pourquoi   n’   y   avait   il   plus   pensé   jusqu’   à   maintenant.   Toujours   debout,   immobile,   au   seuil   du   rond   point,   immergé   dans   le   bruit   des   voitures,   et   le   passage   des   passants.   Devant   ce   café   ou   il   était   passé   dix   fois,  cent  fois,  mille  fois.  Il  n’aura  fallu  que  d’une  hirondelle  pour  que  cela  cesse.   Pour  qu’il  se  redécouvre.  Cela  ne  tenait  donc  qu’à  cela.  Qu’à  un  coup  de  vent  un   peu  plus  fort  qu’à  la  normal,  qu’à  un  rayon  de  soleil  plus  frappant.       Mais  comment  ?     Le  regard  fixé  sur  l’au  delà,  il  était  planté.     Alors   que   tout   ce   qu’il   avait   dépassé   le   rattrapait.   Les   habitants   de   ces   murs   bien   sûr,   mais   aussi   sa   vie   qui   lui   revenait.   Qui   l’avait   rattrapé.   Toutes   ces   années   vécues  comme  un  interstice.       Était-­‐ce   cela   la   raison   de   sa   marche,   seulement   ça  ?   La   fuite.   Pourquoi   maintenant,   pourquoi   a-­‐t-­‐elle   fallu   qu’elle   le   rejoigne   maintenant   alors   qu’il   est   à   l’aube   d’un   nouveau   cycle.   Comment   a-­‐t-­‐elle   pu   le   rattraper,   cette   vie   qu’il   ne   connaît  plus.     La   souffrance   lui   revient   comme   un   vent   de   derrière.   Ses   cheveux   et   sa   barbe   poussés    comme  un  rideau  de  perle  se  rattache  à  son  visage  marqué  de  ses  yeux   profonds  qui  se  mouillent.  On  y  retrouve  l’homme  de  la  mer  soufflé  par  les  vents,   immobile  par  sa  stature,  dans  la  brume.     Lui  revient  des  tableaux,  des  images,  des  peintures,  et  toutes  peignent  le  même   homme,   seul   dans   les   champs.   Sur   les   chemins   qui   dessinent   les   artères   de   ces   champs.       Avait-­‐il   voulu   reproduire   ce   schéma   de   l’homme   seul   sur   la   terre   tassée   des   chemins.  Découvrir  quel  était  cet  autre  chemin.  Donner  une  réponse  au  moment   figé  de  ces  tableaux  qu’il  se  remémorait.     Il  se  remit  à  marcher,  mais  à  la  troisième  sortie,  il  ne  s’engagea  pas.  Sa  démarche   avait  quelque  chose  de  différent.  Il  avait  sauté  une  ligne,  pris  un  nouveau  chemin.     Il  avait  répondu  à  la  question  qu’il  s‘était  posé  quelques  années  plus  tôt.  Il  était   allé   au   bout   et   en   était   satisfait.   Il   marchait   désormais,   la   bobine   brisée,   le   pas   sans  attache.  Découvrir  pour  la  première  fois  l’extérieur  de  sa  caverne.     Il   fît   parti   des   âmes   mouvantes   et   cycliques   de   nos   villes.   Elles   ont   toutes   un   semblant  de  similarité  et  un  semblant  de  différence  et  pourtant  elles  restent  au   banc   de   la   conscience   publique.   Sans   début   ni   fin   elles   reproduisent   la   formation   d’une  bobine  comme  pour  représenter  ce  que  nous  faisons.       Lui  a  brisé  la  bobine,  il  marche  désormais  sans  attache.    


Il écrivit sa vie- TIPI. Final cut